Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géographes d’al-Andalus

 | 
Emmanuelle Tixier du Mesnil

Préface

Gabriel Martinez-Gros

Texte intégral

1Que restait-il à dire sur la géographie arabe après la Géographie humaine du monde musulman d’André Miquel, ce chef-d’œuvre au goût d’inachevé qui a sans doute transformé les études arabes en France, qui les a tirées de l’érudition philologique, orgueilleuse et austère où les avaient confinées les vieux maîtres pour les marier aux interrogations historiennes de la deuxième moitié du xxe siècle : qu’est-ce qu’un texte, une culture de référence, une autorité, une allusion, une anecdote – en un mot ce que la vieille science, tout entière attachée aux « réalités », fustigeait sous le nom de « fatras », et qui fait pourtant, hier à Bagdad comme aujourd’hui à Paris, toute la valeur sociale (et donc historique) de l’écriture.

2Emmanuelle Tixier du Mesnil s’est posée la question que posent toujours au chercheur débutant ces grands massifs de connaissances qui éclairent et qui lui barrent la route en même temps. Le plus souvent, ceux qui s’engagent dans la recherche les évitent, choisissent délibérément une autre direction, un autre champ, plus obscur, mais que nul n’a encore foulé et dont ils espèrent qu’ils y traceront un chemin en cheminant, pour paraphraser Machado. Emmanuelle Tixier du Mesnil a fait le pari inverse, celui d’escalader le massif pour y trouver de nouvelles pistes, de monter sur les épaules du géant pour mieux l’augmenter et le faire croître.

3L’entreprise n’était pas aussi téméraire qu’elle paraissait au premier abord. Le regard le plus neutre posé sur le corpus géographique arabe ne manque pas d’y remarquer la place éminente, prépondérante même, des auteurs de l’Occident musulman après l’An Mil, ou du moins après ce milieu du xie siècle où il est désormais de coutume de borner, comme déjà le faisait Ibn Khaldūn il y a six cents ans, l’Islam impérial, ou « classique ». À l’exception du seigneur ayyoubide de Hama au xive siècle, Abū al-Fidā’, il n’est plus guère de grande géographie universelle avant l’époque ottomane. Non pas que la littérature orientale soit inerte. Maqrīzī (m. 1445) achève le chef-d’œuvre du genre – qu’il crée en partie – de l’autoportrait d’une métropole, ou plutôt de la métropole par excellence du monde islamique entre xiiie et xve siècles, Le Caire. Mais précisément, il innove, là où les auteurs maghrébins s’inscrivent opiniâtrement dans une tradition de la géographie universelle, qu’ils portent eux aussi à son apogée. Bakrī et Idrīsī sont parmi les premiers connus – avec Abū al-Fidā’– des géographes arabes au xixe siècle. Idrīsī, géographe de Roger II de Sicile, jouit d’un tel renom que deux siècles après lui, Ibn Khaldūn, d’ordinaire si dédaigneux de ce qui l’a précédé, se contente de résumer son texte pour présenter le monde où va se déployer son histoire. Il n’est pas jusqu’au récit du voyage d’Ibn Battūta, dont ses contemporains même ont pourtant mis en doute la véracité et l’autorité, qui ne reprenne l’ambition, apparemment éteinte dans l’énorme littérature mamelouke égyptienne et syrienne, du bouclage du monde connu.

4Emmanuelle Tixier du Mesnil a finement analysé ce conservatisme créateur qui anime la géographie andalouse – cette même nostalgie conservatoire qui faisait apprendre aux écoliers andalous la langue arabe dans le diwān des grands poètes des premiers âges de l’Islam plutôt que dans le Coran, comme on le faisait partout ailleurs dans le monde islamique ; et qui fit naître les derniers grands poètes de la langue arabe médiévale, Ibn al-Khatīb, Ibn Zamrak, dans le minuscule royaume de Grenade. « La géographie [du xe siècle] est fille du califat », affirmait André Miquel. La géographie andalouse est la vestale du califat disparu, ajoute Emmanuelle Tixier du Mesnil. Non tant du califat que les Omeyyades ont fondé à Cordoue au xe siècle que du califat des Arabes, de l’empire islamique que les Compagnons de Muhammad fondèrent et que nul après eux, pas même la puissance turque seldjoukide ou ottomane ne fut capable de reconstituer. Al-Andalus était par essence fondée sur un exil omeyyade. Le glissement politique de l’Orient, passé aux Turcs, fit dès le xiie siècle des confins de l’Occident le dernier refuge de la mémoire des Arabes ; la Reconquête chrétienne ajouta un troisième bannissement, loin de la terre espagnole cette fois. L’écriture andalouse lutte contre une cascade de désastres, la plume y reconquiert sans cesse, comme le dit joliment Emmanuelle Tixier, ce que le sabre a perdu : un pays rêvé devenu géographie, comme il arrive parfois aux exilés de s’abîmer en contemplation d’une carte de la terre disparue et des noms du passé. Loin de prolonger simplement la réflexion sur un classicisme oriental, le livre d’Emmanuelle Tixier du Mesnil nous plonge au cœur du drame andalou, dans ce qu’il nous dit de plus singulier sur l’agonie de la défaite et de la perte dans cette civilisation islamique que dans un magistral contresens et à la grande stupéfaction de Taha Husayn, André Gide imaginait insensible à l’angoisse.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540