Version classiqueVersion mobile

Frontières de sable, frontières de papier

 | 
Camille Lefebvre

Deuxième partie. État de conquête et tracé des frontières (1880-1922)

Chapitre I. Savoirs, cartes, tracés : Soudan central (1880-1890)

Texte intégral

  • 1 Des travaux importants ont reconstitué l’enchaînement des événements et les enjeux diplomatiques, (...)
  • 2 Nachtigal en 1869-1873 et Erwin de Bary en 1876 ont parcouru les régions sahariennes. Thomson avai (...)

1L’intérêt de la France pour les régions du Soudan central s’amorce paradoxalement après le tracé d’une première frontière qui intervient avant toute velléité de conquête. En effet, la compétition inter-impériale entre Français et Britanniques oriente leur stratégie vers une politique de négociations frontalières préventive qui entraînera ensuite la conquête1. Ainsi au Niger, Français et Britanniques tracent, en 1890, une frontière dans des régions où aucun explorateur ne s’est rendu depuis près de quinze ans, dans lesquelles aucune expédition ou mission de reconnaissance aux objectifs coloniaux n’a été effectuée par ces deux nations qui ne sont d’ailleurs présentes ni l’une ni l’autre dans cette zone2. La limite des zones d’influence française et britannique au Soudan central est donc tracée dans une région qui n’est pas encore occupée, qui n’a connu aucune action coloniale de la part de ces deux puissances et dont la colonisation n’est encore ni prévue ni encore véritablement souhaitée.

2Les enjeux politiques, historiques, culturels et intellectuels qui président à ce tracé doivent donc être démêlés et sont éclairés par l’analyse de l’environnement intellectuel et culturel dans lequel se déroulent les négociations. Il s’agit de reconstituer les savoirs accessibles à ceux qui sont impliqués dans le processus de tracé, de s’interroger aussi bien sur leurs connaissances que sur l’appréciation qu’ils ont et qu’ils produisent des régions divisées. La déconstruction de ces savoirs permet de retrouver la connaissance qu’ils avaient des réalités africaines, mais aussi d’envisager la part africaine dans l’élaboration de leurs savoirs.

ESPACE EXPLORÉ, ESPACE MÉCONNU

  • 3 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 12.

3Cerner la représentation des contemporains nécessite de déterminer quelles connaissances étaient accessibles et d’évaluer quelle part a pu en être utilisée. Dans le cas de la définition et du tracé des frontières, il convient de s’interroger sur les données d’ordre géographique et politique accessibles aux acteurs de ces délimitations et sur les représentations qui les accompagnaient. Il faut également établir ce que pouvait évoquer le Soudan central dans l’imaginaire français à la fin de la décennie 1880 et se demander si les régions dans lesquelles une frontière a été dessinée en 1890 étaient réellement inconnues, comme cela a pu être écrit3.

De la découverte géographique à l’explorateur aventurier

  • 4 Alain Ricard, Gerd Spittler, « Sur l’édition française de Barth », dans Mamadou Diawara, Paulo Fer (...)
  • 5 Isabelle Surun, « Les figures de l’explorateur dans la presse du xixe siècle », Le Temps des média (...)

4Ces savoirs sont dans leur grande majorité fondés sur les données issues de l’exploration qui forment alors un corpus quasiment intégralement publié, à l’exception du récit d’Erwin de Bary, publié en 1898, et du journal d’Henri Duveyrier qui le sera en 1905. La plupart de ces ouvrages ont été traduits en français, le plus souvent dans les quelques années suivant la publication de la version originale, hormis les ouvrages de Rohlfs et de Richardson qui n’ont pas, à ce moment, été traduits. Les traductions sont de bonne qualité et respectent le ton et la structure du texte original. Les versions françaises sont parfois issues d’éditions abrégées, comme pour l’édition française de Barth4. Dans certains cas, la traduction française a précédé la traduction anglaise – par exemple celle de Nachtigal par Jules Gourdault –, ce qui témoigne de l’intérêt porté en France au récit d’exploration. Autre signe de cet intérêt, la production d’ouvrages de vulgarisation destinés à favoriser la diffusion de ces récits auprès d’un large public. Il s’agit soit de textes résumant l’épopée d’un siècle d’exploration, soit de journaux et de publications illustrées diffusant à partir de 1860 l’image d’un explorateur artisan de la résolution d’énigmes géographiques et martyr de la science5.

5Les récits d’exploration, dans leur diversité de ton et de forme, offrent une image du Soudan central riche et précise, mettant en scène la diversité des systèmes politiques, des langues, des échanges culturels et des enjeux politiques et géopolitiques. L’espace y apparaît largement approprié, nommé, transformé et aménagé par ses habitants. Un réseau de routes, d’échanges commerciaux et de frontières structure des territoires administrés politiquement. Cette région est inscrite dans une histoire longue dont ont été recueillies des traces orales et écrites. Les savoirs locaux africains historiques et surtout géographiques sont pris en considération et les compétences géographiques des interlocuteurs africains reconnues. À l’issue de ces explorations, la topographie et l’hydrographie de la région sont largement connues et ont été cartographiées à partir de l’accumulation des données rapportées par différents explorateurs. Néanmoins, les données géographiques et leurs résultats cartographiques comportent des zones de vide et une large part de données issues des savoirs locaux ou de données empiriques. Ces récits, par leur nombre et leur diversité, rendent la description de la région qu’ils donnent peu accessible sous cette forme, et cette image ne peut toucher qu’un public limité et savant.

  • 6 Ferdinand de Lanoye, Le Niger et les explorations de l’Afrique centrale depuis Mungo-Park jusqu’au (...)
  • 7 Ibid., respectivement p. 165, 175, 575 et 574.
  • 8 Ibid., p. 192 et 233.
  • 9 Ibid., p. 258.
  • 10 Clapperton évoque cet événement dans son récit, major Denham, capitaine Clapperton, feu le docteur(...)

6En revanche, les ouvrages synthétisant ces récits ou les articles de presse qui en sont tirés, qui sont eux plus largement diffusés, offrent une image sensiblement différente. Ferdinand Tugnot de Lanoye publie ainsi, en 1858, un ouvrage intitulé Le Niger et les explorations de l’Afrique centrale depuis Mungo-Park jusqu’au docteur Barth6, qui se veut le récit des efforts et des sacrifices qui ont permis la reconnaissance du fleuve. Les différentes explorations y sont présentées dans l’ordre chronologique, mêlant des passages synthétisant et résumant les récits de voyages, des extraits de ces récits cités entre guillemets et des parties plus personnelles où l’auteur met en scène son point de vue. Le ton est celui de l’aventure, le récit se veut séduisant mais néanmoins scientifique. Des « milliers de cadavres » jalonnent le parcours de la traversée du Sahara de Denham, Clapperton et Oudney, les pythons ont dix-huit pieds de longueur, les forêts sont immenses, les explorateurs intrépides et, à l’image de Barth, sont des hommes d’une telle trempe que leurs découragements ne peuvent être que passagers7. Au milieu de cette mise en scène, il reste un peu de place pour certains acteurs africains, tel Mohammed El Kanemi, prince africain dont sont saluées les preuves d’intelligence et la finesse diplomatique8. À propos du sultan Mohammed Bello, Lanoye abandonne un moment l’épopée pour faire part de son opinion et critique l’accueil réservé à ce prince en Europe au retour de Clapperton : « Tous les journaux d’Europe retentirent du nom et des louanges de Bello ; toute les sociétés scientifiques ou empiriques d’Angleterre, d’Allemagne et de France aussi, hélas ! s’éprirent d’amour et d’admiration pour lui9. » Mais, pour Lanoye, ce sultan qui aurait fait décapiter en une seule fois deux mille prisonniers de guerre touaregs10 ne peut mériter ces compliments. Il évoque d’ailleurs avec une pointe de mépris la carte réalisée par Bello, rapportée par Clapperton :

  • 11 Ferdinand de Lanoye, Le Niger…, op. cit., p. 257-258.

« Une carte du cours du Niger, fort grossièrement esquissée, il est vrai, et assez semblable à l’ébauche que pourrait tracer un écolier de huitième après sa première leçon de géographie ; mais elle tirait un grand prix du nom de son impérial auteur11. »

  • 12 Ibid., p. 185.

7Ce qui ne l’empêche pas de citer et d’utiliser l’Infaq al-Maysur de Bello et d’en reprendre certains passages, comme sa description du Bornou12. La part des savoirs locaux n’a donc pas entièrement disparu de cette description épique de la découverte du Niger, mais le regard porté sur ces savoirs est ambigu.

  • 13 Isabelle Surun, « Les figures de l’explorateur », art. cité, p. 57-74.

8L’image offerte du Soudan central est désormais destinée à mettre en valeur l’épopée européenne, quitte à grossir le trait. À partir de 1860, dans le journal le Tour du monde qui se veut l’écho des voyages d’exploration, c’est l’image de l’explorateur qui prime sur celle des régions visitées ou sur les informations géographiques rapportées13. Le sujet n’est plus l’Afrique ou la découverte mais la figure de l’explorateur aventurier dans un monde dangereux, mise en scène dans des illustrations figurant les risques du désert, de la forêt ou des animaux sauvages. L’exploration ne rapporte plus des images du monde, elle ne donne plus à voir qu’elle-même, et la région s’efface au profit d’une représentation servant un idéal d’exotisme et d’aventure.

Le Soudan central dans les géographies universelles

9Dans la seconde moitié du xixe siècle, la géographie n’existe pas encore en tant que discipline institutionnalisée mais elle fait l’objet en France d’un intérêt croissant. Cette époque est marquée par l’œuvre de grands polygraphes tels Conrad puis Victor-Adolphe Malte-Brun ou Élisée Reclus et par la production de géographies universelles. Destinées à un large public, ces monuments d’érudition, très caractéristiques de la géographie française, sont conçus par leurs auteurs comme un état des lieux des savoirs géographiques disponibles à un moment donné, pensé à l’échelle du monde. Deux de ces géographies universelles, publiées avant 1890, contiennent une partie sur le Soudan central : celle de Conrad Malte-Brun en 1810 poursuivie par son fils Victor-Adolphe en 1851-1855 et celle d’Élisée Reclus publiée en 1887.

  • 14 Victor-Adolphe Malte-Brun, Géographie universelle. Asie et Afrique. Géographie physique, politique (...)

10Le passage que Victor-Adolphe Malte-Brun consacre à l’Afrique centrale est très court, une dizaine de pages, et contient des informations largement datées. La région du Soudan central est concernée par deux chapitres, le chapitre V intitulé « Sahara ou grand désert » et le chapitre VI « Soudan ou Takrour ». La région est ainsi divisée en deux zones opposées, le Sahara, marqué par l’horreur des affreuses solitudes, et le Soudan, large bande de terre fertile et cultivable14.

  • 15 Ibid., p. 343.
  • 16 Conrad Malte-Brun, Jean-Jacques-Nicolas Huot, Précis de la géographie universelle ou Description d (...)
  • 17 Armand d’Avezac, Esquisse générale de l’Afrique, aspect et constitution physique, histoire naturel (...)
  • 18 Conrad Malte-Brun, Jean-Jacques-Nicolas Huot, Précis…, op. cit., vol. X, p. 466.

11La nomenclature du chapitre VI est expliquée ainsi : « Le Soudan, Beled-el-Soudan, le pays des Noirs, ne renferme pas que des Nègres ; la race rougeâtre des Peuls, Pouls, Foulah ou Foulbé en occupe une très grande partie, aussi a-t-on proposé de l’appeler Takrour, nom que les indigènes lui donnent15. » L’appellation de Takrour est à la mode depuis la publication d’une partie de l’Infaq al-Maysur de Mohammed Bello en annexe du récit de voyage de Denham et Clapperton et avait déjà été préférée par son père, Conrad Malte-Brun, dans une réédition de son Précis de la géographie universelle publié à titre posthume en 183416. Dans cet ouvrage, Conrad Malte-Brun donnait la paternité de l’utilisation de cette appellation à Armand d’Avezac17. La comparaison des ouvrages respectifs du père et du fils est intéressante à plus d’un titre, notamment dans le traitement du manuscrit de Mohammed Bello. Dans la géographie universelle de Conrad Malte-Brun de 1834, la description du Soudan utilise très largement le texte du manuscrit de Mohammed Bello, désigné nommément comme un ouvrage précieux pour les renseignements qu’il fournit18. De longs passages en sont reproduits entre guillemets. Dans l’ouvrage de son fils Victor-Adolphe Malte-Brun, la description suit l’organisation du manuscrit de Bello, énumérant dans un ordre semblable les différents royaumes, mais la référence à Bello a complètement disparu, le manuscrit n’est pas cité et son titre n’apparaît plus.

  • 19 Victor-Adolphe Malte-Brun, Géographie universelle, op. cit., p. 343, 345, 347, 351, 353.
  • 20 Ibid., p. 353.
  • 21 Ibid., p. 343-344.
  • 22 Ibid., p. 354.
  • 23 Il est indiqué que Sokoto est l’ancienne capitale du pays, or cette information a été consignée pa (...)

12L’image du Soudan central offerte par l’ouvrage de Victor-Adolphe Malte-Brun est vague. La description est émaillée de « peut-être », « il semble », « on peut évaluer », « on connaît peu »19. En ce qui concerne la question de la démographie, c’est un constat d’impuissance qui l’emporte : « La population du Soudan ne peut être évaluée d’une manière même approximative20. » Cette géographie apparaît largement hypothétique et l’espace qu’on y décrit méconnu. Le Sahara est décrit comme changeant d’aspect continuellement, ce qui le rendrait quasiment irréductible à la connaissance21. L’organisation politique est, elle aussi, caractérisée par son instabilité : « Le Soudan renferme un grand nombre d’États, dont les limites et la situation politique changent constamment, et que d’ailleurs on ne connaît pas tous encore22. » La description n’indique aucune sources ni aucun des travaux ou des découvertes récentes. Ainsi, bien que certaines informations laissent penser qu’il a été tenu compte des récits d’exploration, aucun voyage d’exploration n’est évoqué et aucun nom d’explorateur n’est cité23.

  • 24 Sur Élisée Reclus et la colonisation, voir Federico Ferretti, Philippe Pelletier, « Sciences impér (...)
  • 25 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, XI, L’Afrique septentriona (...)
  • 26 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle, op. cit., tome 12, p. 600 et 605.

13La Nouvelle géographie universelle d’Élisée Reclus offre une tout autre image24. La description de la région occupe une soixantaine de pages et est ici aussi divisée en deux, la région saharienne est étudiée dans le tome XI consacré à l’Afrique septentrionale, publié en 1886, et les régions sahéliennes dans le tome XII consacré à l’Afrique occidentale, publié en 188725. La description est précise et très documentée, les sources provenant des explorateurs Clapperton, Denham, Barth, Nachtigal et Rohlfs sont largement citées. Reclus évoque même les voyages les plus récents n’ayant pas encore donné lieu à des publications, comme celui de Thomson dont il utilise des notes manuscrites et des comptes rendus d’intervention à la British Association26. Il se sert aussi d’ouvrages scientifiques d’anthropologie, de linguistique, de botanique qu’il cite en notes en bas de page. La description qu’il offre du Soudan est proche de celle des récits d’exploration, et la synthèse qu’il fait de ces travaux est fine et nuancée. Son approche est centrée sur la description de la géographie de la région, des hommes, des différentes structures politiques, des routes, des productions, des événements récents et de l’histoire de la région. Il reproduit une version traduite de la carte de Mohammed Bello, sans porter aucun jugement de valeur, et indique à propos de la ville de Sokoto :

  • 27 Ibid., p. 603.

« La carte qu’en donna le souverain à son visiteur Clapperton et où tous les pays circonvoisins sont représentés en perspective jusqu’au marché d’Atagara, sur le littoral marin, témoigne de l’importance que sa capitale avait aux yeux du chef des croyants Foula27. »

  • 28 Ibid., p. 600.
  • 29 Ibid., p. 579 et 712.
  • 30 Ibid., p. 605.
  • 31 Ibid., p. 604.
  • 32 Ibid., p. 581.

14Le propos de Reclus est d’ailleurs marqué par l’importance de ce qu’il appelle le « grand empire des Foula28 ». Say est décrit comme le principal lieu de passage de la région et les régions de Nguigmi et Barroua comme des zones frontières exposées aux attaques surprises des pirates29. Le Dendi et le Kabaoua (Kebbi) sont présentés comme soulevés contre Sokoto30. Selon lui, des traitants anglais ont fait leur apparition dans le grand marché de l’Afrique centrale qu’est Sokoto, un élément qui se révélera particulièrement important31. Il s’accorde avec Victor-Adolphe Malte-Brun dans sa description des frontières qu’il dépeint lui aussi comme changeantes : « Les frontières politiques n’ont cessé de flotter par suite des migrations et des conquêtes32. »

15À la fin de la décennie 1880, la somme des connaissances disponibles sur le Soudan est relativement importante, les savoirs accumulés en soixante-dix années d’exploration, lors de treize voyages différents, sont riches. Mais l’écho trouvé par ces récits n’est pas toujours le reflet des savoirs élaborés. Les différentes productions accessibles à cette époque frappent par leur diversité, de la simple compilation de données datées à l’analyse précise et fine. Trois éléments méritent d’être soulignés. Tout d’abord, la plupart de ces ouvrages divisent la région étudiée en deux entités considérées comme différentes, d’un côté les régions désertiques ou sahariennes peuplées de nomades, de l’autre le Soudan, région d’agriculture. Cette séparation, si elle n’était pas absente des récits d’exploration, n’était dans ces ouvrages jamais aussi tranchée. Ceux-ci évoquaient surtout les importants échanges transsahariens et les liens entre les populations du Nord et du Sud. D’autre part, le statut des savoirs locaux reconnus et recueillis par les explorateurs et qui avaient joué un rôle crucial dans leur connaissance de la région devient de plus en plus ambigu. Enfin, la connaissance de la région est polarisée autour de quelques lieux visités par les explorateurs, considérés comme importants pour des raisons commerciales ou politiques et qui ont acquis une certaine notoriété en Europe : les centres de commerce de Kano ou Say, les lieux d’étape ou lieux frontières, tels Asiou, In Azaoua, Tedjerri, Toummo, Barroua ou N’guigmi, et les capitales politiques de Sokoto ou Kouka. Apparaissant sur les cartes, ces toponymes ont rejoint la catégorie des lieux connus et constituent un archipel de lieux marqués par le passage européen.

  • 33 Bernard Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions militaires : remarques sur leurs modalité (...)

16Ce savoir s’inscrit au terme provisoire du mouvement de connaissance et de découverte du monde, entamé au xviiie siècle33. La perspective dont il était issu, qui souhaitait décrire de manière scientifique l’ensemble du globe, est à présent dépassée, et la science occidentale s’inscrit désormais dans un contexte d’expansion coloniale. Mais ce contexte ne signifie pas que la science est alors un simple outil au service de la conquête.

Vider l’Afrique

  • 34 Hélène Blais, Voyage au grand océan, op. cit., p. 223.
  • 35 Brian Harley, « Cartes, savoir et pouvoir », dans Peter Gould, Antoine Bailly (éd.), Le pouvoir de (...)

17La science du xixe siècle, par ses questionnements, ses programmes de recherche, ses classements et sa mise en ordre de la nature, produit une image des mondes non européens qui est en elle-même déjà une forme d’appropriation et qui se révèle en parfaite adéquation avec les ambitions impériales, politiques et économiques du moment34. La production de cartes, en désocialisant le territoire qu’elles représentent, favorise la notion d’espace socialement vide et aurait joué un rôle dans l’évolution des regards européens sur l’Afrique35.

  • 36 Charles Maunoir, « Rapport sur le concours au prix annuel, M. Lannoy de Bissy, chef de bataillon d (...)
  • 37 Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy, « La carte de l’Afrique au 1/2 000 000e », dans Associatio (...)
  • 38 Il aurait utilisé entre 1 500 et 1 800 cartes pour confectionner la sienne, Olivier Loiseaux, « La (...)
  • 39 Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy, « La carte… », art. cité, p. 681-682.
  • 40 Charles Maunoir, « Rapport sur le concours au prix annuel », art. cité, p. 153.

18Néanmoins, dans cette période d’évolution des regards et des projets européens concernant l’Afrique, les relations entre savoir et pouvoir restent ambiguës, comme le montre la mise en œuvre du projet de carte de l’Afrique de Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy. Chef de bataillon du génie, né en 1844, il participe, en 1872, à la colonne du général Gallifet sur El Goléa, durant laquelle il est chargé de recueillir des informations scientifiques36. De retour en France, il entreprend en 1874 de réaliser la synthèse cartographique d’un siècle d’exploration de l’Afrique. Le 17 août 1885, lors d’une conférence à l’Association française pour l’avancement des sciences, il décrit ainsi ce qui le pousse à entreprendre ce travail : « Je n’avais qu’un but alors : celui qui anima Anthony Rich quand il commença son Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, à savoir : le développement de mon instruction et de mon avancement personnel37. » Ce désir fut, selon lui, déclenché par la mort de Livingstone en 1873, l’émotion ressentie le pousse alors à vouloir figurer sur une carte l’ensemble de ses explorations. Commence une décennie de compilation de la totalité des cartes issues des explorations, à partir du Petermann’s Geographische Mitteilungen, des journaux des sociétés de géographie de Londres et de Paris, de la liste des positions géographiques de l’Afrique de Duveyrier et de toutes les relations de voyage. Il présente son travail comme une passion solitaire, comme un long exercice de collationnement, de comparaison et de reconfection, un travail ingrat et malaisé, durant lequel il a souvent douté38. Pour lui, les moments les plus passionnants de ce travail étaient ceux où il n’avait pour seule donnée que les itinéraires des explorateurs et qu’il devait suivre leur pas pour en reconstituer la carte39. Ce travail, entrepris en amateur, attire dès ses premiers résultats l’attention des scientifiques. En 1880, il présente un dessin minute à la Société de géographie qui amène le ministre de la Guerre à le rattacher désormais au Dépôt de la guerre, futur Service géographique de l’armée, afin de lui permettre de terminer son œuvre40.

  • 41 Sur la carte : « Damerghou le grenier d’Absen dont il est tributaire », planche no 19 Agadès, SGY (...)
  • 42 SGY DD-8 (25-1892) Sokoto, BNF département cartes et plans.

19Quatre planches de la carte de Régnauld de Lannoy de Bissy concernent le Soudan central, d’ouest en est et du nord au sud : la planche no 18 Gogo (Gao), la planche no 19 Agadès, la planche no 35 Sokoto et la planche no 26 Kouka. Ces planches très détaillées contiennent les itinéraires des différents explorateurs, indiquent pour chaque ville la date de leurs passages et mentionnent les éléments spécifiques observés, les passages difficiles, les rapides, les arbres de taille anormale, etc. Au-delà de ces itinéraires, ces cartes rassemblent des informations géologiques, topographiques, ethnographiques et parfois politiques. La division du Soudan central, entre les quatre planches, correspond aux divisions observées par les explorateurs. Le Damergou et l’Aïr sont ainsi représentés sur la même carte et leurs liens sont spécifiés selon les termes mêmes de Barth41. Les situations politiques observées sont aussi présentées. Ainsi la planche no 25, figurant la région de Sokoto, indique au nord des « tribus païennes indépendantes42 ».

  • 43 Ainsi la planche no 19 Agadès indique le lieu ou Barth, Richardson et Owerveg ont subi un « orage (...)
  • 44 La planche a été réalisée uniquement à partir des informations recueillies par Barth auprès des ha (...)
  • 45 Rappelons que le projet de départ était bien de figurer l’exploration du continent africain par le (...)

20La richesse des indications, allant des expériences vécues par les explorateurs43 aux informations géographiques qu’ils ont recueillies, fait de cette carte une synthèse fidèle des savoirs qu’ils ont produits. Mais ce qu’elle figure, c’est avant tout l’Afrique qui naît sous le pied européen. Le parcours de chaque explorateur fait apparaître les villes et les populations, tandis que les zones qui n’ont pas été visitées demeurent plus ou moins vides, à l’image de la planche qui concerne Gao, majoritairement blanche, puisque aucun explorateur n’a alors traversé la région44. Sur cette carte, l’Afrique existe au rythme de la marche européenne et non pour elle-même, et c’est le progrès de la science européenne qu’elle figure, non pas le continent dans sa réalité45.

  • 46 Charles Maunoir, « Rapport sur le concours au prix annuel », art. cité, p. 153.
  • 47 Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy, « La carte… », art. cité, p. 686.
  • 48 Mon analyse diffère donc de celle de Thomas Bassett qui fait de cette carte un symbole du rôle de (...)

21Cette carte est alors la plus grande carte de l’Afrique existante et a en France un retentissement important. Soutenue par le Service géographique de l’armée et publiée en 1889, elle est présentée à l’Exposition universelle cette année-là, puis à l’Exposition du ministère de la Guerre à l’esplanade des Invalides46. Pour ce travail, Régnauld de Lannoy de Bissy reçoit en 1890 la grande médaille de la Société de géographie. Lors de la conférence de 1885, il s’enorgueillit que son travail ait déjà trouvé une utilité, ses cartes « du Sénégal et du Niger [ayant] été annexées aux documents mis à la disposition de la Chambre des députés en 1884, celles du Congo ont figuré à la conférence de Berlin, et la carte de Madagascar est appelée sans doute à être utilisée par nos soldats47 ». L’analyse de l’histoire de cette carte permet de remettre en question la pertinence d’une démarche qui analyse la science en fonction de ses effets. L’élaboration de ce savoir n’avait pas pour objectif d’aider à conquérir ni même de permettre d’envisager des territoires à coloniser, elle n’obéissait pas à une idéologie impérialiste48. Le réemploi dans un autre contexte ne préjuge pas des logiques de son élaboration. Mais, au moment où cette carte est achevée, le savoir géographique est devenu un enjeu de pouvoir et un outil de conquête.

22L’image d’un territoire qui naîtrait sous le pied européen est en train de devenir alors un topos, et est déjà à l’époque source d’amusement pour certains contemporains. L’introduction du premier chapitre de l’ouvrage de Charles Henry Robinson, Hausaland, or Fifteen Hundred Miles Through the Central Soudan, publié en 1896, commence ainsi :

  • 49 Charles H. Robinson, Hausaland, or Fifteen Hundred Miles Through the Central Soudan, Londres, S. L (...)

« L’Afrique, écrivait un écolier moderne, quand on lui demandait ce qu’il savait du continent noir, est un large pays majoritairement composé de sable et d’éléphants, dont le centre était inhabité jusqu’à ce que ce méchant homme de Stanley ne le remplisse avec des villes et des villages. Il est question dans [notre] ouvrage d’une partie du continent que monsieur Stanley n’a pas encore eu l’occasion de remplir de villes et de villages, mais qui est néanmoins très bien pourvue dans ce domaine49. »

23Bien que ce phénomène soit ici tourné en dérision, la déréalisation symbolique des espaces africains a bien eu lieu au cours des deux dernières décennies du xixe siècle et la carte y a joué un rôle par sa force de représentation. L’Afrique apparaît désormais comme un continent vide d’hommes et de pouvoirs.

  • 50 « Si vous abaissez une perpendiculaire qui, partant de la limite de la Tunisie et passant par le l (...)

24Il est difficile d’évaluer la portée réelle, sur l’esprit des contemporains de cette décennie 1890, de la familiarité d’une représentation cartographique de l’Afrique. On peut néanmoins remarquer que l’argument principal ayant favorisé l’intérêt pour la région qui nous concerne est lié à l’observation d’une figuration du monde en deux dimensions. Le projet d’Eugène Étienne d’union des possessions françaises d’Afrique, exprimé par l’image d’une perpendiculaire qui, partant de la limite de la Tunisie et passant par le lac Tchad, aboutirait au Congo50, a pour origine l’observation d’une carte et n’a de sens que dans un monde dont les représentations sont informées par la cartographie. C’est ainsi par la médiation de la carte qui donne à voir des régions inaccessibles qu’est promue l’idée de la nécessité d’une prise de position stratégique dans le Centre de l’Afrique. C’est sur le papier que ces régions ont d’abord été revendiquées, le dessin sur la carte d’une première frontière devançant la présence européenne dans la région.

  • 51 Le même processus a été mis en œuvre au Dahomey, la région étant requalifiée d’inconnue à la veill (...)
  • 52 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., p. 548.

25Les savoirs disponibles à la fin du xixe siècle ont un statut complexe. Malgré leurs conditions et leurs logiques d’élaboration, ils sont, à partir de la fin de la décennie 1880, réappropriés par les instances engagées dans la politique coloniale et deviennent les premiers outils de l’expansion. Mais ils sont, dans le même temps, jugés obsolètes, et la région est de nouveau qualifiée d’inconnue51. D’une part, parce que l’échelle des intérêts européens a changé et est passée d’une échelle géographique à une échelle topographique52. L’échelle géographique, qui a permis de remplir la carte de l’Afrique, n’est plus jugée suffisante dans un contexte de conquête qui nécessite des données à grande échelle permettant de faciliter l’action sur le terrain. D’autre part, requalifier ces régions d’inconnues permet de donner une nouvelle virginité au territoire et de justifier stratégiquement l’action européenne dans la région, recréer un espace vide, c’est définir un espace à conquérir. La réappropriation de ces savoirs s’accompagne aussi d’un changement du regard porté sur les mondes africains. Un retournement commence à s’opérer dans l’appréciation de la région et particulièrement dans celle de ses organisations politico-territoriales. Ce qui apparaissait aux explorateurs comme un système certes troublant, mais efficace est désormais perçu comme une organisation capricieuse et sans grande logique. Les pouvoirs politiques, parfois jugés abusifs, mais dont l’autorité incontestable s’imposait aux explorateurs, sont envisagés comme despotiques ou débonnaires. Les prémices d’une déréalisation du politique, nécessaire pour affirmer la légitimité de la colonisation européenne, se font sentir.

LA GENÈSE DU PREMIER TRACÉ (1880-1890)

  • 53 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 16-21 ; Sidney Kanya-Forst (...)
  • 54 Jacques Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, op. cit., tome 1, p. 55.

26Jusque dans les années 1880, le Soudan central intéresse peu Français et Britanniques dont les yeux sont tournés vers d’autres régions. L’intérêt pour la région naît d’abord en France d’un courant d’opinion favorable à la réunion des différentes possessions françaises, d’Algérie, du Sénégal et du Congo. À partir de 1879, ce thème est développé aussi bien par des technocrates partisans du chemin de fer transsaharien, tel Paul Leroy-Baulieu, que par des hommes politiques comme François Deloncle, ou des explorateurs à l’instar de Paul Crampel et par le tout jeune Comité de l’Afrique française53. En Algérie, un débat a lieu sur l’extension que doit prendre, au sud, le territoire algérien. Le contexte est clairement colonial même si l’expansion coloniale ne fait pas encore l’unanimité54. C’est l’arrivée au secrétariat des Colonies, en mars 1889, d’Eugène Étienne, un homme convaincu de la nécessité d’adopter le programme tchadien, qui change définitivement la donne. À partir de 1890, s’affirme l’idée que la France doit réunir ses différentes possessions et doit pour cela prendre place au Soudan central. Deux phénomènes se développent alors en parallèle, des tentatives d’exploration depuis l’Algérie en direction du sud et la recherche tous azimuts d’une meilleure connaissance de la région, particulièrement côté français.

« Si les choses continuent à aller bien, nous irons à la mer par Sokoto55 »

  • 55 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs à la mission dirigée au sud de l’Algér (...)
  • 56 Ludovic de Polignac, lieutenant-colonel Mircher, Mission de Ghadamès, septembre, octobre, novembre (...)

27L’exploration de Duveyrier a contribué à asseoir dans les années 1850 le mythe de la légitimité française au Sahara, notamment par le biais de ce que l’on appelle alors l’amitié franco-azdjer. Ce sentiment est renforcé par la réussite de la mission de Ghadamès et la conclusion d’un traité le 26 novembre 1862 entre des représentants Ajjer, les frères d’Ikhenoukhen et cheikh Othman, et des représentants de la France, le colonel Mircher et le capitaine de Polignac56. Le Sud algérien donne lieu à un intérêt croissant, renforcé à partir de 1879 par le succès du projet de chemin de fer transsaharien et la création de la Commission supérieure pour l’étude des questions relatives à la mise en communication, par voie ferrée, de l’Algérie, du Soudan et du Sénégal. Les régions sahariennes au sud de l’Algérie sont désormais considérées comme des zones d’influence française de droit. Néanmoins, il serait inexact et anachronique de voir dans ces tentatives, quelles que soient leurs formes, un projet clairement affirmé de colonisation de la région ou d’élaboration d’une politique de colonisation. Il s’agit alors plutôt d’acquérir des connaissances afin de pouvoir définir et décrire ces régions et d’évaluer en connaissance de cause le type de relations que la France pourrait entretenir avec elles : relations commerciales, établissement de points d’appui stratégiques ou colonisation, mais rares sont ceux qui évoquent alors cette idée.

  • 57 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. i. Voir la carte du tra (...)
  • 58 Jacques Valette, « Quelques aspects nouveaux de l’expédition Flatters », Revue de l’Occident musul (...)
  • 59 Sidney Kanya-Forstner, « French Missions to the Central Sudan in the 1890s : The Role of Algerian (...)
  • 60 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. i.

28C’est dans ce cadre qu’est organisée, en 1880, la deuxième mission Flatters57. Les instructions officielles qui lui sont données sont modifiées à trois reprises58. Les premières, datées du 7 novembre 1879, engagent Flatters à chercher un tracé de chemin de fer partant de l’Algérie pour aboutir au Soudan entre Niger et Tchad. Flatters est alors libre de son trajet. Le 10 décembre, un second texte lui est envoyé, l’enjoignant d’entrer en relation avec les chefs touaregs, d’obtenir leur appui et de se rendre à Temassinine. Le 16 janvier 1880, le nouveau ministre des Travaux publics, Henri Varroy, signe un troisième texte, confidentiel cette fois-ci, engageant Flatters à atteindre Sokoto, désignée comme la capitale d’un grand empire musulman et conquérant qui s’étend de la Bénoué au Niger, et à chercher à promouvoir un nouveau courant commercial entre cette région et l’Algérie59. Si les deux premiers objectifs apparaissent dans l’ouvrage publié à l’issue de la mission, le troisième est resté confidentiel. Bien que l’expédition soit accompagnée d’une escorte armée indigène, elle doit, selon ces instructions, conserver un caractère essentiellement pacifique60.

  • 61 Jacques Valette, « Quelques aspects nouveaux de l’expédition Flatters », art. cité, p. 384.
  • 62 Dans une lettre du 29 janvier 1881, de Inzelman-Tikhsin, à madame Flatters : « Je crois que pour l (...)

29L’exploration, telle qu’elle est mise en œuvre par la mission Flatters, n’est déjà plus du même ordre que celles qui eurent lieu tout au long du xixe siècle. Distante de quatre ans seulement de celle d’Erwin de Bary, elle s’en différencie par ses objectifs, ses modalités de déplacement et par le contexte dans lequel elle se déroule. Ses instructions font apparaître clairement des objectifs liés à deux politiques d’expansion qui s’élaborent alors en parallèle, celle du transsaharien et du plan tchadien et celle de l’expansion vers l’ouest à partir du Sénégal. À la croisée de cette double politique d’expansion, la mission Flatters est censée permettre de reconnaître le Niger dont, selon le rapport Blandin de 1880, la maîtrise assurerait la prépondérance française dans le Soudan et l’intérieur de l’Afrique61. Cette expédition militaro-scientifique n’a pas pour but de conquérir ou d’occuper un territoire, mais, selon la terminologie de l’époque, de l’ouvrir aux intérêts français. Pour ce faire, elle doit reconnaître des territoires inconnus, les cartographier, entrer en contact avec les populations et faire acte de présence dans des régions amenées à entretenir un jour des relations étroites avec la France. Il s’agit d’une opération requérant la science pour soutenir une entreprise impérialiste : l’affirmation de l’influence française. La mission a un caractère technique indéniable – déterminer la possibilité d’un chemin de fer dans ces régions – mais cette finalité permet aussi de pénétrer des régions jamais encore traversées par des Français. Dans ses lettres, Flatters apparaît pleinement conscient de ce double objectif et semble particulièrement attaché au second. C’est la reconnaissance d’espaces jamais parcourus et l’extension du parcours qui semblent le guider62.

  • 63 Voir annexe IV – Carte du trajet de la mission Flatters, infra, p. 459.
  • 64 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. 275.

30L’inflexion militaire apparaît aussi dans les pratiques de la mission63. Composée de 97 membres, dont 11 Français, elle rassemble 86 fusils. Dirigée par un militaire, l’organisation des déplacements en est réglée par le fait militaire, et sa structure est hiérarchique. Les membres africains, tenus par leurs positions, sont assujettis, bien que les engagés civils soient volontaires. Les décisions sont prises exclusivement par la hiérarchie européenne, et les membres africains ne sont pas libres d’abandonner la mission, sous peine d’être considérés comme des déserteurs. L’infrastructure logistique est particulièrement lourde. Tous les membres, près de 100 personnes, se déplacent à dos à chameau, auxquels s’ajoutent 180 chameaux de convoi portant chacun des charges de 120 kilogrammes. Le convoi est divisé en six sections organisées chacune en caravane complète, dirigée par un membre de l’expédition64. La formation ne peut passer inaperçue et l’objectif est d’ailleurs d’être vue et de faire impression. La route empruntée est définie par les Européens en fonction d’un itinéraire élaboré à Paris. Il n’est plus question de suivre des routes déjà existantes ou de s’en remettre complètement à un guide local. Le trajet de la mission s’écarte d’ailleurs des grandes voies commerciales, car ses objectifs avant tout topographiques impliquent de parcourir des régions inconnues. Les envois réguliers adressés au ministre des Travaux publics contiennent systématiquement le journal de route, la carte provisoire de l’itinéraire parcouru à l’échelle 1/250 000 et une note géologique.

  • 65 Ibid., p. iv.
  • 66 Jean-Louis Triaud, La légende noire de la Sanûsiyya, op. cit., tome 1, p. 310-316.
  • 67 Ibid., p. 315-316.

31Après deux mois et demi d’exploration, le 16 février 1881, alors qu’elle se trouve à quelques journées de marche du puits d’Asiou, la mission est attirée dans un guet-apens. Tous les membres français sont assassinés et sur les 97 participants ne survivent que vingt et une personnes65. L’annonce du massacre provoque un choc dans l’opinion française et lance de vives polémiques. Duveyrier notamment est accusé d’avoir entretenu le mythe touareg et d’avoir, de ce fait, mené la mission à sa mort. C’est lui qui forge alors l’idée d’un complot de la Sanûsiyya qui serait à l’origine du massacre66. Mais, comme l’a montré Jean-Louis Triaud, la thèse du complot sanûsî ne repose que sur les affirmations de Duveyrier et ne s’appuie sur aucune réalité67.

  • 68 Le 18 janvier à Amguid : « Nos guides ne le connaissent que très imparfaitement, n’étant jamais al (...)
  • 69 « Le sentiment qui paraît évidemment dominer chez les Hoggar, c’est qu’il serait impolitique de no (...)
  • 70 Le statut particulier de cette zone où s’entremêlent les zones d’influence a été décrit ainsi par (...)
  • 71 Abderrahman Ben Meklaoui était venu à Biskra en mai 1890 demander la paix aux Français au nom des (...)

32Ce massacre peut s’expliquer par une double série de facteurs qui se rejoignent, les premiers internes à la mission et les seconds liés à des enjeux régionaux. Le choix d’une infrastructure logistique lourde, d’une centaine d’hommes et de plus de 270 chameaux, rend la formation vulnérable. Elle est repérable de loin, faiblement mobile, et s’étire laissant toujours des parties plus isolées. Le double objectif scientifique d’identifier un terrain propice à l’installation du chemin de fer et de ne traverser que des régions jamais parcourues pousse la mission à choisir un itinéraire inhabituel, qui ne correspond à aucune route existante, ne s’adaptant pas aux façons locales de voyager, n’en respectant ni l’agenda, ni les routes, ni les règles. L’arrivée dans une région d’une immense colonne de 100 hommes armés et de 270 chameaux, quelles qu’aient pu être les protestations pacifiques de celle-ci, ne peut être considérée que comme une démonstration de force. Si la justification des objectifs scientifiques peut avoir un sens d’un point de vue européen, elle ne peut convaincre ceux dont le territoire est traversé. Du point de vue touareg, c’est un rezzou qui tôt ou tard affirmera ses véritables buts. La mission avait négocié son passage et obtenu de l’amenokal des Kel Ahaggar Aïtarel sa protection et l’autorisation de traverser son territoire. Mais, guidé par son objectif de découvrir des territoires nouveaux, Flatters décide de ne pas s’y rendre directement et d’emprunter des routes que les guides ne connaissent pas parce qu’elles ne correspondent pas aux routes d’usage68. Les guides préviennent que le chemin emprunté pose problème, mais ces préventions n’arrêtent pas Flatters qui décide de suivre la route qu’il a choisie vers le Soudan69. La troupe s’éloigne alors du territoire des Kel Ahaggar d’Aïtarel et s’engage, sans le savoir, dans la zone frontière entre Kel Rela, fraction noble des Kel Ahaggar, et Kel Ajjer70. Voici comment, neuf ans plus tard, ceci fut décrit par Abderrahman Ben Meklaoui, neveu de Cheikh Othman71 :

  • 72 Abderrahman Ben Meklaoui, dans « Notice sur Abderrahman Ben Meklaoui et sa famille (archives d’out (...)

« Là nous avons appris que la colonne était proche mais qu’au lieu de se diriger vers le territoire des Hoggar, elle avait contourné la chebikha que l’on appelle Amadghor. Aïtaghel en fut très peiné parce qu’il savait que le colonel lui apportait en cadeau une tente et lui amenait une jument de robe foncée ; il pensa que ces cadeaux allaient lui échapper, et je l’ai entendu dire plusieurs fois : “Puisque la colonne se dirige vers les Asgers [sic], je n’ai rien à faire pour elle, je suis déchargé de toute responsabilité, quand elle prendra la direction du Hoggar, je lui enverrai des hommes pour la guider et pour assurer sa sécurité72.” »

  • 73 L’explication selon laquelle la mission Flatters se serait mise en danger en prenant une mauvaise (...)
  • 74 Marceau Gast, « Un document inédit… », art. cité, p. 51-53. Le fils de la sœur est chez les Touare (...)

33La colonne se retrouve alors sur le territoire des Tédjéhé-Mellet. Elle n’est plus sous la protection politique d’Aïtarel et n’a pas fait de démarche auprès d’Ikhenoukhen, elle n’est donc plus ni sous la protection des Kel Ahaggar ni sous celle des Kel Ajjer. Elle est une proie à prendre73. En louvoyant dans une zone de marche à la croisée de plusieurs zones d’influence, la troupe s’est mise elle-même en danger. Les frotnières du désert révèlent ainsi une nouvelle fois leur péril. Une subtile alliance est alors formée pour l’attaquer, rassemblant les guides Chaambas de la mission, ennemie des Kel Ahaggar, leur cousin Tédjéhé-Mellet et certains Kel Rela, dont Attici, neveu utérin d’Aïtarel et donc son héritier potentiel74.

34Des enjeux politiques locaux, voire familiaux, déterminent le sort de la mission. Mais surtout, l’air du temps a changé. L’impérialisme européen, et particulièrement français, se fait clairement sentir et les Touaregs ont conscience du danger. À cette mission qui, par sa forme, affirme la volonté de puissance dans la région, les populations locales ont répondu sur le même registre. Cet échec de la première tentative française en direction de l’extrême Sud algérien et du Soudan a un écho retentissant. L’attaque de la mission provoque une pause de neuf ans dans l’expansion française vers le sud à partir de l’Algérie.

Au commencement était le renseignement75

  • 75 Selon une formule de Jacques Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, op. cit., tome 2, p. 44.
  • 76 À l’image des officiers militaires qui composent en 1830-1840 des cartes en partie grâce aux rense (...)

35Le Soudan central devient une région inaccessible et, pendant près de dix ans, aucun Européen n’y pénètre. Cela n’empêche pas certains militaires, en poste en Afrique du Nord, de continuer à rechercher des informations sur cette région. Dès les premières structures établies en Algérie et au Sénégal, le renseignement avait été considéré comme une mission prioritaire. Limités dans leurs déplacements par l’interdiction de voyager au-delà des territoires contrôlés, les militaires en poste pratiquent, depuis les débuts de la conquête, ce que l’on appelle alors le renseignement indigène76.

  • 77 Eugène Daumas, Ausone de Chancel, Le grand désert, ou itinéraire d’une caravane du Sahara au pays (...)
  • 78 Ludovic de Polignac, lieutenant-colonel Mircher, Mission de Ghadamès, op. cit., p. 167.
  • 79 Ibid., p. 145-164.

36En Algérie et en Tunisie, les voyageurs venant du sud sont interceptés et interrogés sur leur région d’origine par les militaires français qui recueillent auprès d’eux des itinéraires. En 1848, Eugène Daumas publie un ouvrage intitulé Le grand désert, dans lequel il décrit les itinéraires transsahariens, « le commerce de l’intérieur de l’Afrique, et les usages des peuples qui l’habitent ou le traversent », en s’appuyant exclusivement sur des « informations prises au jour le jour, de la bouche des Arabes qui avaient fait le voyage du Soudan ». Il fait de ces données la matière d’un récit de voyage fictif attribué à un commerçant saharien77. L’ouvrage publié à l’issue de la mission Ghadamès est, lui aussi, consacré pour une part à ce type de renseignements. Les auteurs indiquent qu’il leur a été possible « étant à Ghadamès de recueillir d’assez nombreuses informations sur le pays des nègres78 », celles-ci ont été rassemblées dans un chapitre intitulé « Notice sur l’état politique et social du pays des nègres ». Ils donnent aussi trois itinéraires des routes suivies par les caravanes vers Kano, Sokoto et Tombouctou, recueillis par renseignements79.

  • 80 « Sur ces données, nous avons cherché à constituer, à l’aide de renseignements plus détaillés, un (...)

37Durant l’été 1887, un groupe de Chaambas est attaqué par un rezzou touareg. Pris en chasse, ils sont rattrapés et sept assaillants touaregs sont capturés et livrés aux autorités françaises par les Chaambas. Après avoir été retenus quelque temps à Ghardaïa, ils sont conduits à Alger et internés au fort Bab-Azoun où ils sont longuement interrogés par le commandant Bissuel sur la géographie de leur région d’origine, sur les itinéraires qu’ils connaissent et sur le massacre de la mission Flatters. Les informations qu’ils donnent sont publiées dans un ouvrage qui rassemble des données sur les Touaregs, sur la géographie, l’histoire, des itinéraires et une carte réalisée à partir d’un plan en relief exécuté par les prisonniers80.

  • 81 Sidney Kanya-Forstner, Paul Lovejoy, « Editing… », art. cité, p. 197.

38Ce type d’enquêtes n’a pas seulement lieu en Algérie et fait partie d’une politique plus large d’intelligence des officiels français en Afrique du Nord. Les agents français en Tunisie recueillent par exemple, à partir de 1890, des informations auprès des pèlerins qui passent par le protectorat sur le chemin de La Mecque81. Plusieurs d’entre eux sont ainsi interrogés, notamment El Hadj Mohammed el-Fellati ou El Hadj Mohammed Boubekheur, sur les routes et les itinéraires qu’ils connaissent, sur l’économie, les marchés, les produits d’échange et les productions, ainsi que sur les royaumes et les organisations politiques. Les rapports issus de ces interrogatoires sont copiés en plusieurs exemplaires et diffusés auprès de la Société de géographie, des ministères et des futurs explorateurs.

  • 82 Henri Bissuel, Les Touareg de l’Ouest, op. cit., insérée en fin de volume.

Carte dressée à partir du plan en relief exécuté par les Touaregs Taïtoq et Kel Ahnet82

  • 83 Jean-Louis Triaud, La légende noire de la Sanûsiyya, op. cit., tome 1, p. 310.
  • 84 Sidney Kanya-Forstner, « French Missions to the Central Sudan in the 1890s : The Role of Algerian (...)
  • 85 Pour sa biographie et l’analyse critique de son témoignage, Sidney Kanya-Forstner, Paul Lovejoy(...)
  • 86 Lors de sa mission en 1898, Cazemajou cherche encore à vérifier les informations de Djebari. Il ré (...)

39Au-delà des interrogatoires et du renseignement, les autorités françaises cherchent à envoyer des espions dans ces régions inaccessibles. Dès 1878, Duveyrier avait suggéré au ministre des Affaires étrangères d’envoyer à Koufra un émissaire musulman choisi en Tripolitaine83. Interrompu pendant dix ans après le massacre de la mission Flatters, ce projet renaît à la fin des années 1880. Le tout jeune Comité de l’Afrique française et sa commission des explorations recommandent, en décembre 1890, l’envoi d’un interprète arabe comme agent secret au Wadaï, au Kanem, au Baguirmi et au Bornou notamment, afin de recueillir des informations sur l’avancée de la mission Crampel84. Kaddour Ben Larby, le fils d’un déserteur italien qui avait rejoint les spahis algériens, est choisi et envoyé vers le sud. Arrivé à Ghadamès, il cherche sans succès à rejoindre une caravane. Il est finalement reconnu et arrêté en tant qu’espion français. Quelques mois plus tard, une deuxième tentative est lancée. En janvier 1892, El Hadj Mohammed el-Fellati accepte d’emmener un agent français avec lui à Sokoto. C’est encore un interprète militaire algérien qui est choisi, Messaoud Djebari85. Il s’agit d’une mission secrète et non officielle, financée par la Société de géographie de Paris et des sponsors privés. C’est à partir de Lagos que les deux hommes entreprennent leur voyage. Après plusieurs mois de silence complet, Djebari débarque à Porto Novo en janvier 1894. À son arrivée, il tente de se suicider et reste plusieurs mois alité. Il fait alors un récit épique, dans lequel il déclare avoir rencontré deux enfants d’Alexine Tinné et avoir vu des survivants de la mission Flatters, dont Flatters lui-même, emprisonnés par des Touaregs. Son témoignage recueille un certain succès et il faut plusieurs années pour que l’imposture soit révélée86. Aucune de ces deux missions secrètes n’est donc parvenue à ses fins et n’a permis d’acquérir une meilleure connaissance des régions du Soudan central toujours inaccessibles.

40Expéditions, renseignements, missions secrètes, agents secrets, ces politiques ont eu des résultats contrastés. Si le renseignement indigène a permis de constituer un important corpus de données récentes et précises sur le Soudan central, notamment un réseau d’itinéraires, toutes les tentatives visant à atteindre ces régions ont été des échecs. Au moment des négociations de frontières de 1890, ces différentes démarches sont pour la plupart en cours de réalisation et les autorités françaises sont peu renseignées, notamment sur Sokoto.

Une frontière de papier

  • 87 Sur ces négociaitons : Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 16- (...)

41La frontière est tracée au cours de négociations entre diplomates français et britanniques qui ont lieu du 21 juin au 5 août 189087. Les régions entre Niger et Tchad ne sont pas la question prioritaire, c’est d’abord la renonciation à la clause de perpétuité du traité anglo-tunisien, la reconnaissance du protectorat français à Madagascar et la garantie internationale de l’indépendance de Mascate qui sont discutées. L’enjeu de ces négociations est, avant tout, diplomatique et les deux puissances engagées n’ont ni le temps ni la volonté de se documenter sur les territoires qu’elles se partagent, selon un tracé qui n’est pour elles que provisoire. Comme c’est le cas à l’époque pour toutes négociations de frontière, c’est autour de cartes topographiques et administratives que les plénipotentiaires prennent leurs décisions. Aucune des deux puissances engagées n’a envoyé récemment de représentants sur le terrain, aucune ne peut produire des données de première main ou des informations récentes.

  • 88 Voici comment Georges Rolland et Charles Philebert dans leur ouvrage sur le chemin de fer transsah (...)
  • 89 Charles Philebert, Georges Rolland, La France en Afrique, op. cit., p. 28. Les auteurs publient da (...)
  • 90 BNF département cartes et plans, GEC-1295, Stanford’s Map of the British Possessions in West Afric (...)
  • 91 Compagnie à charte depuis 1886, qui joint à ses activités commerciales l’exercice de privilèges ad (...)
  • 92 C’est là qu’en 1895 le commandant Toutée rencontre les premiers représentants de la compagnie. Jeb (...)

42À cette époque, les éditeurs de cartes anglais, espagnols et allemands se sont depuis quelques années engagés dans la production de cartes représentant les revendications coloniales de leurs États88. La France n’a pas encore produit de carte de ce type et commence à peine en 1890 à en envisager la production89. À la veille des discussions le 1er février 1890, un éditeur et graveur de cartes londonien, le Stanford’s Geographical Establishment, publie une carte des possessions britanniques en Afrique de l’Ouest90. Cette carte figure les différentes possessions des pays européens et met particulièrement en valeur les possessions britanniques représentées par différentes teintes de rose : en rose foncé, les colonies ou protectorat britannique et, en rose pâle, la zone d’influence britannique. Selon cette carte, la zone d’extension des colonies britanniques s’étendrait sur tout le cours du Niger et de la Bénoué depuis la mer jusqu’à Tillabéri, donc bien en amont de Say à l’ouest et jusqu’à l’Adamaoua à l’est, tandis que la zone d’influence britannique comprendrait au nord l’Aïr jusqu’à Agadez et à l’ouest le Mossi, le Borgu et le Liptako. Cette carte est évidemment très loin de la réalité, l’extension réelle de la présence de la Royal Niger Company91 ne va pas au-delà de Jebba92. L’Aïr, le Borgu, le Liptako, mais aussi le Kebbi ou le Dendi et le cours Niger au-dessus de Jebba n’ont jamais vu un traitant anglais de la compagnie. Durant les négociations, l’Angleterre présente des cartes Stanford de ce type, qui sont utilisées lors des débats. Cette grande tache rose est un coup de bluff qui a les résultats escomptés.

  • 93 Rappelons ici qu’aucune frontière n’a été dessinée pendant la conférence de Berlin et que celle-ci (...)
  • 94 Ibid., p. 117-118.
  • 95 Le 28 décembre 1827, le président John Quincy Adams avait invoqué l’idée que l’occupation de l’emb (...)

43Lors de la négociation, la spécificité de la situation du Soudan central oriente les débats. La région n’est pas concernée par l’acte général de la conférence de Berlin qui ne s’applique qu’aux côtes et dont les articles 34 et 35 conditionnent l’acquisition de la souveraineté à l’occupation effective des territoires et à la notification de cette occupation93. Cet argument de l’occupation effective a été rapidement battu en brèche et ce cadre légal s’est enrichi de l’idée de droits issus de l’exploration – la reconnaissance d’un lieu, le parcours d’une région donnant des droits sur celle-ci – et de celle de la signature de traités avec des souverains locaux94. Mais dans le cas du Soudan central aucune de ces conditions n’était remplie. Les deux parties représentées, française et britannique, ne peuvent aucunement justifier de leur légitimité dans la région vis-à-vis des règles établies à Berlin, elles ne sont pas présentes sur place, n’y ont pas signé de traités et ne peuvent justifier d’exploration récente. L’argumentaire utilisé par les deux puissances européennes repose sur le droit de vicinité et l’idée d’hinterland moral, c’est-à-dire sur les droits découlant de possessions déjà acquises95. C’est donc sur les liens de ces régions avec des territoires déjà occupés que s’établit la négociation.

  • 96 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 61.

44Chacun fait alors valoir ses liens avec une puissance locale et l’importance de ses dépendances pour affirmer sa domination. La France argue que l’hinterland algérien et tunisien s’étend jusqu’au Niger et au lac Tchad, et la Grande-Bretagne affirme ses liens avec l’empire de Sokoto dont le territoire s’étendrait du lac Tchad, au Niger et comprendrait l’Aïr et l’Adar. De plus, les Britaniques affirment que la Royal Niger Company a signé un traité à Sokoto et au Bornou et produisent des cartes figurant sa zone d’influence comme s’arrêtant à Say96. Les autorités françaises se trouvent désarmées face à ces arguments et ne peuvent qu’acquiescer, incapables de produire des informations contradictoires. Le point de Say connu depuis le double passage de Barth apparaît alors aux Français comme un bon compromis, ceux-ci souhaitant avant tout affirmer leurs droits sur ce lieu car il est réputé comme un centre commercial important. De plus, au regard des possessions britanniques figurées sur la carte Stanford, l’attribution du point de Say à la France paraît avantageuse. Les diplomates décident de déterminer un second point autour du lac Tchad qui représenterait l’aboutissement de la ligne frontière, le point de Barroua est choisi. Lui aussi porté sur la carte Stanford, il a été visité par Denham et Clapperton, Barth, Rohlfs et Nachtigal qui l’ont tous désigné comme étant dans la zone frontière bornouane. Mais, au cours des négociations, aucune référence n’est faite aux récits de ces explorateurs ou à la mention de cette frontière locale, et c’est à partir de points sur la carte qu’est effectué le tracé, dont voici les termes :

  • 97 Boureima Diambeidou (éd.), Recueil des déclarations et conventions relatives aux frontières du Nig (...)

« Le Gouvernement de Sa Majesté Britannique reconnait la zone d’influence de la France au sud de ses possessions méditerranéennes, jusqu’à une ligne allant de Say sur le Niger à Barruwa sur le lac Tchad, tracée de façon à comprendre dans la zone d’action de la compagnie du Niger tout ce qui appartient équitablement au Sokoto97. »

45Ainsi, le principe retenu est celui qui a agité les débats : c’est selon l’extension des possessions de Sokoto dont l’Angleterre s’approprie l’étendue que sera tracée la frontière. Si les travaux des différents explorateurs ne sont jamais évoqués dans le débat, les descriptions de Barth et de Clapperton d’un empire de Sokoto puissant et riche ont certainement joué un rôle dans l’intérêt britannique pour cet État africain.

  • 98 BNF, département cartes et plans, GEC-1295, Stanford’s Map of the British Possessions in West Afri (...)

Carte des possessions britanniques en Afrique de l’Ouest (1er février 1890)98

  • 99 « La ligne reste à déterminer par les commissaires nommés. Le Gouvernement de sa Majesté s’engage (...)

46Le principe de définition s’appuie donc sur la configuration d’un État africain. Pour définir précisément la frontière, il faudra éclaircir la nature et l’étendue de ses frontières. Il est néanmoins intéressant de remarquer que, au-delà de ce principe, le point de Say attribué à la France a été identifié par Barth comme portant allégeance à Sokoto. À ce moment, la définition du tracé ne s’appuie pas sur des connaissances précises. Cette délimitation est considérée par les deux parties comme une convention théorique et provisoire destinée à être améliorée. Considérant la faiblesse des informations d’ordre géographique et politique disponibles, il est, dès le départ, convenu qu’il ne s’agit que d’une ligne temporaire qui devra évoluer en fonction de l’avancement des connaissances, et le traité prévoit la nomination de commissaires chargés de déterminer plus clairement cette ligne99.

  • 100 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 73-83.

47Les appréciations sur la limite ainsi tracée sont assez ambiguës. Certains, à l’image de l’explorateur Stanley ou du colonel Archinard, saluent les importants territoires obtenus par la France. Les milieux politiques paraissent dans un premier temps globalement satisfaits. Mais la presse française est mitigée, s’interrogeant sur le sens à donner à une frontière tracée dans une région jugée quasiment inconnue100. C’est dans ce contexte que le Premier ministre britannique lord Salisbury prononce deux formules restées célèbres. Le 6 août 1890, lors du banquet annuel du lord maire de Londres, il s’amuse des conditions du partage :

  • 101 We have been engaged in what, perhaps, to a satirist may seem the somewhat unprofitable task of dr (...)

« Nous nous sommes engagés dans ce qu’un satiriste pourrait juger comme la plus inutile des tâches, celle de dessiner des lignes sur des cartes là où aucun être humain n’a jamais mis les pieds. Nous nous sommes réparti des montagnes, des rivières et des lacs, la seule difficulté que nous avons rencontrée était que nous ne savions jamais où étaient exactement ces montagnes, ces lacs et ces rivières. Mais quelle que soit l’incongruité superficielle de ce partage de l’inconnu, il a le mérite pratique d’éviter toute cause possible de querelle entre les membres des différentes nations101. »

48Si lord Salisbury cherche avant tout à faire un bon mot, cette apostrophe est intéressante à plus d’un titre. Ces régions « où aucun être humain n’a jamais mis les pieds », la formule est piquante, le sultanat de Sokoto, le royaume du Bornou, les Haoussas, les Touaregs, tous ces noms sont connus. De plus, un certain nombre d’explorateurs, y compris plusieurs britanniques, ont déjà parcouru la région. Mais affirmer que l’on partage des terres où aucun être humain n’a jamais été, ce n’est pas tant disqualifier le partage qu’affirmer la légitimité de celui-ci par l’absence de tout autre pouvoir et même de toute présence humaine. Il faut comprendre cette formule dans le cadre de l’autolégitimation de la conquête qui se fonde en partie sur l’idée qu’une terre qui n’appartient à personne peut être colonisée. De même l’affirmation du partage de l’inconnu est une posture. La disposition des rivières, des montagnes et des lacs est largement connue. Focaliser le partage sur des questions géographiques correspond à une tendance contemporaine de naturalisation de l’objet Afrique qui crée l’image d’une terre vacante. Enfin, si Salisbury minimise l’importance de l’exploration dans cette région, c’est que, bien que les premiers explorateurs, Denham, Clapperton, Richardson, fussent britanniques et si Barth voyageait avec le soutien de la Couronne, depuis, tous les explorateurs qui ont traversé la région étaient allemands. Le Premier ministre britannique n’a donc aucun intérêt à mettre en avant une exploration qui pourrait donner des arguments à une autre nation dans le cadre des droits qui en sont issus. Si lord Salisbury cherche à faire de ce partage une action incongrue, sans grande importance, qui se réduit à des lignes sur la carte, c’est peut-être aussi parce que la France et l’Angleterre ont agi dans ce cas en dehors des cadres de la légalité internationale. Minimiser la portée de cette action permet d’éviter d’attirer l’attention des concurrents européens sur des négociations à la limite des arrangements internationaux.

  • 102 Lord Salisbury, dans The Standard du 12 août 1890 : Anybody who looks at the map, and measures the (...)
  • 103 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 80.

49Quelques jours plus tard, le 11 août, lord Salisbury récidive et prononce une autre phrase passée à la postérité, dans laquelle il qualifie les territoires accordés à la France de terres légères102. Lord Salisbury n’aurait jamais utilisé la formule devenue si célèbre : Nous avons donné au coq gaulois beaucoup de sable. Il sera content de le gratter, qui passera néanmoins à la postérité en France103. Ces deux boutades ne furent pas sans conséquences. Qu’elles aient été réellement prononcées importe peu, elles sont le point de départ d’un jugement négatif porté sur les territoires obtenus. À partir de là, le doute s’insinue et la France s’interroge sur leur qualité et leur utilité. Les autorités françaises, incapables de déterminer cette valeur en l’état actuel des connaissances à leur disposition, décident qu’il est désormais temps de s’y rendre, la seule manière d’évaluer cet espace étant d’en acquérir une meilleure connaissance.

CONCLUSION

50L’implication des pouvoirs politiques français et anglais dans les questions ouest-africaines et la naissance des intérêts impérialistes ont créé une situation nouvelle qui a fait évoluer le regard porté sur le Soudan central. Les savoirs produits avant la colonisation, dans un processus scientifique dont l’objectif n’était pas directement impérialiste, sont réappropriés par les tenants de la politique coloniale. Dans le même temps, ils sont jugés peu efficaces pour affronter les nouveaux objectifs de l’expansion. En effet, ces savoirs, par leurs centres d’intérêt et leurs discours, ne correspondent souvent plus aux besoins et aux logiques de celle-ci. Une transformation s’opère alors. Ces savoirs sont traduits et réduits aux éléments qui ont un sens dans la nouvelle logique d’expansion, notamment en en extrayant uniquement les données géographiques et topographiques. En parallèle, les tenants des intérêts coloniaux cherchent à produire de nouveaux savoirs qui eux pourront être directement utiles à la politique d’expansion coloniale. Mais ces tentatives sont compliquées par l’hostilité des populations concernées qui ont perçu, à travers l’évolution des pratiques, le changement des projets européens. Au moment où a lieu le premier tracé, les connaissances issues de l’exploration ont été plus ou moins disqualifiées, mais les puissances coloniales n’ont pas encore produit des savoirs sur la région qui pourraient leur être directement utiles. Il ne reste que les cartes qui, par la naturalisation de l’espace qu’elles opèrent, ont contribué à faire de l’Afrique une terra nullius dans l’imaginaire européen. Des cartes qui ne sont que le reflet d’une Afrique fantasmée réduite à l’action européenne sur son sol. L’affirmation selon laquelle cette frontière a été tracée dans une région inconnue, sur laquelle aucune documentation n’existerait, est construite par ceux-là mêmes qui la dessinent. A contrario de cette image d’un territoire vide, les diplomates décident lors des négociations de fonder leur tracé sur la reprise des frontières d’un État africain. En l’absence de données précises sur l’étendue et la configuration de celles-ci, une ligne droite temporaire et conventionnelle, la ligne Say-Barroua, est tracée en attendant les résultats de recherches sur le terrain. L’orientation suivie lors de la négociation, qui choisit de reprendre les frontières existantes de Sokoto, n’est jamais évoquée dans le débat public. L’image d’une terre vide dont les Européens disposeraient à leur guise est bien plus séduisante et utile.

Notes

1 Des travaux importants ont reconstitué l’enchaînement des événements et les enjeux diplomatiques, ce qui nous dispense d’une analyse événementielle approfondie : colonel Louis-Parfait Monteil, Les conventions franco-anglaises des 14 juin 1898 et 21 mars 1899, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1899 ; Edgard Rouard de Card, Les territoires africains et les conventions franco-anglaises, Paris, A. Pédone, 1901 ; Sidney Kanya-Forstner, « French African Policy and the Anglo-french Agreement of 5 August 1890 », The Historical Journal, 12/4, décembre 1969, p. 628-650 ; Joseph Anene, The International Boundaries of Nigeria, 1885-1960 : The Framework of an Emergent African Nation, Londres, Longman, 1970 ; John Prescott, The Evolution of Nigeria’s International and Regional Boundaries : 1861-1971, Vancouver, Tantalus Research Limited, 1966 ; Kenneth Vignes, « Étude sur les relations diplomatiques franco-britanniques qui conduisirent à la convention du 14 juin 1898 », Revue française d’histoire d’outre-mer, LII/188-189, mars 1967, p. 353-403 ; Derrick James Thom, The Niger-Nigeria Borderlands. A Political Geographical Analysis of Boundary Influence upon Hausa, Ph.D., Michigan State University, East Lansing, Ann Arbor, 1970 ; Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger. De la ligne Say-Barroua à la frontière actuelle, 1890-1911, thèse de doctorat, dirigée par Xavier Yacono, université Toulouse 2, 1974.

2 Nachtigal en 1869-1873 et Erwin de Bary en 1876 ont parcouru les régions sahariennes. Thomson avait atteint Sokoto depuis le sud en 1885, mais le dernier a avoir approché la zone frontière est l’Allemand Staudinger en janvier 1887.

3 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 12.

4 Alain Ricard, Gerd Spittler, « Sur l’édition française de Barth », dans Mamadou Diawara, Paulo Fernando de Moraes Farias, Gerd Spittler, Heinrich Barth et l’Afrique, op. cit., p. 71-90.

5 Isabelle Surun, « Les figures de l’explorateur dans la presse du xixe siècle », Le Temps des médias, 8/1, 2007, p. 57-74.

6 Ferdinand de Lanoye, Le Niger et les explorations de l’Afrique centrale depuis Mungo-Park jusqu’au docteur Barth, Paris, Hachette, 1858.

7 Ibid., respectivement p. 165, 175, 575 et 574.

8 Ibid., p. 192 et 233.

9 Ibid., p. 258.

10 Clapperton évoque cet événement dans son récit, major Denham, capitaine Clapperton, feu le docteur Oudney, Voyages et découvertes…, op. cit., tome 3, p. 116.

11 Ferdinand de Lanoye, Le Niger…, op. cit., p. 257-258.

12 Ibid., p. 185.

13 Isabelle Surun, « Les figures de l’explorateur », art. cité, p. 57-74.

14 Victor-Adolphe Malte-Brun, Géographie universelle. Asie et Afrique. Géographie physique, politique agricole industrielle et commerciale de l’Asie et de l’Afrique et des États qui composent ces deux parties du monde, Paris, Librairie de l’écho de la Sorbonne, 1874, p. 344 et 351.

15 Ibid., p. 343.

16 Conrad Malte-Brun, Jean-Jacques-Nicolas Huot, Précis de la géographie universelle ou Description de toutes les parties du monde sur un plan nouveau d’après les grandes divisions naturelles du globe, 5e édition revue et corrigée, mise dans un nouvel ordre, et augmentée de toutes les nouvelles découvertes, Paris, Bureau des publications illustrées, 1834, vol. X, p. 466 et suiv.

17 Armand d’Avezac, Esquisse générale de l’Afrique, aspect et constitution physique, histoire naturelle, ethnologie, linguistique, état social, histoire, explorations et géographie, Paris, Dondey-Dupré, 1837, p. 131-132.

18 Conrad Malte-Brun, Jean-Jacques-Nicolas Huot, Précis…, op. cit., vol. X, p. 466.

19 Victor-Adolphe Malte-Brun, Géographie universelle, op. cit., p. 343, 345, 347, 351, 353.

20 Ibid., p. 353.

21 Ibid., p. 343-344.

22 Ibid., p. 354.

23 Il est indiqué que Sokoto est l’ancienne capitale du pays, or cette information a été consignée par Clapperton et Barth, op. cit., p. 356.

24 Sur Élisée Reclus et la colonisation, voir Federico Ferretti, Philippe Pelletier, « Sciences impériales et discours hétérodoxes : la géographie d’Élisée Reclus et le colonialisme français », L’espace géographique, 2013, 1, p. 1-14 ; Florence Deprest, Élisée Reclus et l’Algérie colonisée, Paris, Belin, 2012 ; Claude Bataillon, « La vision coloniale de l’Amérique latine dans Élisée Reclus », dans Michel Bruneau, Daniel Dory (dir.), Géographie des colonisations, xve-xxe siècles, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 123-128 ; Claude Liauzu, « Élisée Reclus et l’expansion européenne en Méditerranée », dans Id., Géographie, op. cit., p. 129-135 ; Béatrice Giblin, « Élisée Reclus et les colonisations », Hérodote, 22, 3e trimestre 1982, p. 56-79.

25 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, XI, L’Afrique septentrionale, 2e partie, « Tripolitaine, Tunisie, Algérie, Maroc, Sahara », Paris, Hachette, 1886 ; Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, XII, L’Afrique occidentale, archipels atlantiques, Sénégambie, Soudan occidental, Paris, Hachette, 1887.

26 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle, op. cit., tome 12, p. 600 et 605.

27 Ibid., p. 603.

28 Ibid., p. 600.

29 Ibid., p. 579 et 712.

30 Ibid., p. 605.

31 Ibid., p. 604.

32 Ibid., p. 581.

33 Bernard Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions militaires : remarques sur leurs modalités d’articulation », dans Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman, Maroula Sinarellis (dir.), L’invention scientifique de la Méditerranée, op. cit., p. 97.

34 Hélène Blais, Voyage au grand océan, op. cit., p. 223.

35 Brian Harley, « Cartes, savoir et pouvoir », dans Peter Gould, Antoine Bailly (éd.), Le pouvoir des cartes. Brian Harley et la cartographie, Paris, Anthropos, 1995, p. 51. L’application de cette théorie au continent africain a déjà été proposée par Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., p. 578.

36 Charles Maunoir, « Rapport sur le concours au prix annuel, M. Lannoy de Bissy, chef de bataillon du génie », Bulletin de la société de géographie de Paris, 7/11, 1890, p. 152. Olivier Loiseaux, « La carte d’Afrique à 1/2 000 000, Régnauld de Lannoy de Bissy », Comité français de cartographie, 180, juin 2004, p. 102.

37 Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy, « La carte de l’Afrique au 1/2 000 000e », dans Association française pour l’avancement des sciences, Notes et mémoires, compte rendu de la 14e session de Grenoble, 2e partie, 1885, p. 679. Le passage est en italique dans le texte.

38 Il aurait utilisé entre 1 500 et 1 800 cartes pour confectionner la sienne, Olivier Loiseaux, « La carte d’Afrique à 1/2 000 000, Régnauld de Lannoy de Bissy », art. cité, p. 102.

39 Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy, « La carte… », art. cité, p. 681-682.

40 Charles Maunoir, « Rapport sur le concours au prix annuel », art. cité, p. 153.

41 Sur la carte : « Damerghou le grenier d’Absen dont il est tributaire », planche no 19 Agadès, SGY DD-8 (19-1888), BNF département cartes et plans.

42 SGY DD-8 (25-1892) Sokoto, BNF département cartes et plans.

43 Ainsi la planche no 19 Agadès indique le lieu ou Barth, Richardson et Owerveg ont subi un « orage tropical très violent », planche no 19 Agadès, SGY DD-8 (19-1888), BNF département cartes et plans.

44 La planche a été réalisée uniquement à partir des informations recueillies par Barth auprès des habitants de Tombouctou, Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy, Notices sur la carte de l’Afrique au 1/2 000 000e. Feuille no 18 Gôgô, Paris, Librairie militaire Dumaine, Service géographique de l’armée, p. 3.

45 Rappelons que le projet de départ était bien de figurer l’exploration du continent africain par les Européens et non le continent en lui-même.

46 Charles Maunoir, « Rapport sur le concours au prix annuel », art. cité, p. 153.

47 Richard de Régnauld de Lannoy de Bissy, « La carte… », art. cité, p. 686.

48 Mon analyse diffère donc de celle de Thomas Bassett qui fait de cette carte un symbole du rôle de la cartographie dans la conquête. Thomas J. Bassett, « Cartography and Empire Building in Nineteenth-Century West Africa », Geographical Review, 84/3, juillet 1994, p. 316-335.

49 Charles H. Robinson, Hausaland, or Fifteen Hundred Miles Through the Central Soudan, Londres, S. Low, Marston, 1896, p. 1. Traduction de l’auteur.

50 « Si vous abaissez une perpendiculaire qui, partant de la limite de la Tunisie et passant par le lac Tchad, vienne aboutir au Congo, vous pouvez dire que la plus grande partie des territoires compris entre cette perpendiculaire et la mer […] sont à la France ou destinés à entrer dans la sphère d’influence de la France », Journal officiel de la République française, Débats parlementaires à la Chambre, séance du 10 mai 1890, p. 750.

51 Le même processus a été mis en œuvre au Dahomey, la région étant requalifiée d’inconnue à la veille de la conquête malgré de nombreuses explorations, Dominique Juhé-Beaulaton, « Environnement et exploration géographique de l’ex-Dahomey (république du Bénin) à la veille de la conquête coloniale », dans Michel Bruneau, Daniel Dory (dir.), Géographie des colonisations, op. cit., p. 293-295, mais aussi en Inde, Kapil Raj, « La construction de l’empire de la géographie. L’odyssée des arpenteurs de Sa Très Gracieuse Majesté, la reine Victoria, en Asie centrale », Annales, 1997, 52/5, p. 1168, note 43.

52 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., p. 548.

53 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 16-21 ; Sidney Kanya-Forstner, « French African Policy… », art. cité, p. 162-166.

54 Jacques Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, op. cit., tome 1, p. 55.

55 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs à la mission dirigée au sud de l’Algérie par le lieutenant colonel Flatters. Journal de route. Rapports des membres de la mission, correspondances, Paris, Imprimerie nationale, 1884, p. 418.

56 Ludovic de Polignac, lieutenant-colonel Mircher, Mission de Ghadamès, septembre, octobre, novembre & décembre 1862. Rapports officiels et documents à l’appui, Alger, Duclaux, 1863, p. 16-25.

57 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. i. Voir la carte du trajet de la mission en annexe, Carte du trajet de la mission Flatters, infra, p. 459.

58 Jacques Valette, « Quelques aspects nouveaux de l’expédition Flatters », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 15-16, 2e semestre 1973, p. 376.

59 Sidney Kanya-Forstner, « French Missions to the Central Sudan in the 1890s : The Role of Algerian Agents and Interpreters », dans Sidney Kanya-Forstner, Paul Lovejoy, The Sokoto Caliphate and the European Powers, op. cit., p. 15.

60 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. i.

61 Jacques Valette, « Quelques aspects nouveaux de l’expédition Flatters », art. cité, p. 384.

62 Dans une lettre du 29 janvier 1881, de Inzelman-Tikhsin, à madame Flatters : « Je crois que pour le moment je puis me considérer comme tenant un succès. C’est un important résultat que celui que nous avons obtenu : plus de 1 200 kilomètres parcourus depuis Ouargla, dans un pays que jamais pied européen n’a foulé. Passage chez les Touareg Hoggar et voyage sans encombre en plein pays des Touareg Hoggar, que jamais on n’avait pu aborder jusqu’ici. À Asiou nous sommes au 21e degré de latitude, les Touareg Hoggar franchis complètement et les Keloui de l’Absen ou Soudan septentrional entamés. Si les choses continuent à aller bien, nous irons à la mer par Sokoto et l’embouchure du Niger ; si les affaires se gâtent, nous reviendront par Ghat et nos amis les Azdjer ; et même dans ce dernier cas, on pourra encore dire que nous avons obtenu un très important résultat. Les instructions primitives données à la mission n’allaient pas si loin ; et nous les aurions remplies à la lettre sans aller même jusqu’à Asiou », lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. iv et 418.

63 Voir annexe IV – Carte du trajet de la mission Flatters, infra, p. 459.

64 Lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. 275.

65 Ibid., p. iv.

66 Jean-Louis Triaud, La légende noire de la Sanûsiyya, op. cit., tome 1, p. 310-316.

67 Ibid., p. 315-316.

68 Le 18 janvier à Amguid : « Nos guides ne le connaissent que très imparfaitement, n’étant jamais allés au Hoggar par In Salah. Ils ne connaissent pas davantage le haut Igharghar vers Idélès et Amadghor, cette ligne n’étant jamais suivie par les caravanes, et le reg d’Amadghor, vue son aridité absolue et le manque d’eau, étant considéré par les Touaregs eux-mêmes comme une sorte de Tanezrouft qu’il faut tourner et non traverser », lieutenant-colonel Paul-Xavier Flatters, Documents relatifs…, op. cit., p. 330.

69 « Le sentiment qui paraît évidemment dominer chez les Hoggar, c’est qu’il serait impolitique de nous laisser aller chercher le chemin par le pays des Adjer, où Ikhenoukhen semble nous tendre la main. Mais on ne se fait pas facilement à l’idée de nous voir nous écarter de la route directe pour circuler à droite ou à gauche », ibid., p. 337.

70 Le statut particulier de cette zone où s’entremêlent les zones d’influence a été décrit ainsi par Fernand Foureau en 1898. Le 22 janvier, visite au puits de Tadjenout : « Nous passons tout près d’un haut mamelon nommé Tamellokha. Aux yeux de notre guide ce piton passe pour être la limite entre le territoire des Ahaggar et celui des Azdjer ; bien que d’autre part les Azdjer, dans mes voyages antérieurs, m’aient assuré que la rivière où eut lieu le massacre de Flatters était propriété des Azdjer, et qu’elle appartenait en propre à Moulay-Ag-Khaddaj qui la louait aux Ahaggar – suivant la coutume – contre redevance de douze brebis. De même, et toujours aux dires de notre guide, la limite entre les deux territoires passerait par un autre piton, nommé Tintamellokha, situé un peu plus au nord », Fernand Foureau, D’Alger au Congo par le Tchad, Paris, Masson, 1902, p. 110.

71 Abderrahman Ben Meklaoui était venu à Biskra en mai 1890 demander la paix aux Français au nom des Kel Rela, des Ifoghas, des Taïtoqs et des Iménan. Il eut quatre entretiens avec le général Roque qui ont été publiés par Marceau Gast. Pour l’analyse critique du témoignage d’Abderrahman Ben Meklaoui, voir Marceau Gast, « Un document inédit à propos du massacre de la mission Flatters », Les cahiers de l’IREMAM, 4, 1993, p. 49-56.

72 Abderrahman Ben Meklaoui, dans « Notice sur Abderrahman Ben Meklaoui et sa famille (archives d’outre-mer, série H) », ibid., Annexe 1, p. 125.

73 L’explication selon laquelle la mission Flatters se serait mise en danger en prenant une mauvaise route et en quittant le territoire Azdjer a été aussi recueillie par Bissuel : « Parlant de la 2e mission Flatters, Chikkadh Ag R’ali nous a fait cette réflexion : « Pourquoi le colonel n’est-il pas passé par le pays des Azgueur ? Ce sont des gens nobles, il ne lui serait rien arrivé, pas plus que s’il était passé par notre pays », capitaine Henri Bissuel, Les Touareg de l’Ouest, Alger, Adolphe Jourdan, 1888, p. 9 (souligné dans le texte).

74 Marceau Gast, « Un document inédit… », art. cité, p. 51-53. Le fils de la sœur est chez les Touaregs l’héritier direct. Marceau Gast propose l’idée qu’Attici, bien qu’encore jeune, aurait ainsi cherché à concurrencer Mohammed Ag Ouzig, fils aîné de la sœur aîné de sa mère, qui était mieux placé que lui pour la succession d’Aïtarel, en se présentant comme le champion de l’indépendance touarègue. Attici espérait sans doute ainsi marquer des points.

75 Selon une formule de Jacques Frémeaux, L’Afrique à l’ombre des épées, op. cit., tome 2, p. 44.

76 À l’image des officiers militaires qui composent en 1830-1840 des cartes en partie grâce aux renseignements collectés auprès des habitants, Hélène Blais, « Les enquêtes des cartographes en Algérie », art. cité, p. 70-85.

77 Eugène Daumas, Ausone de Chancel, Le grand désert, ou itinéraire d’une caravane du Sahara au pays des Nègres (royaume de Haoussa), Paris, N. Chaix, 1848, p. vii.

78 Ludovic de Polignac, lieutenant-colonel Mircher, Mission de Ghadamès, op. cit., p. 167.

79 Ibid., p. 145-164.

80 « Sur ces données, nous avons cherché à constituer, à l’aide de renseignements plus détaillés, un croquis de la région ; mais à chaque interrogation, nous n’arrivions qu’à constater l’absence de tout rapport entre les cartes d’une part et les affirmations des prisonniers de l’autre. Enfin, Chikkadh ag R’ali nous demanda de lui faire apporter quelques sacs de sable humide, se faisant fort, avec l’aide de ses compagnons, d’exécuter un plan en relief de toute la région de l’Adrar Ahnet. Ce travail fut terminé assez rapidement, et, avec une précision telle que nous avons pu en faire un levé topographique, dont les détails nous ont été donnés successivement, pour chaque accident de terrain », capitaine Henri Bissuel, Les Touareg de l’Ouest, op. cit., p. 40.

81 Sidney Kanya-Forstner, Paul Lovejoy, « Editing… », art. cité, p. 197.

82 Henri Bissuel, Les Touareg de l’Ouest, op. cit., insérée en fin de volume.

83 Jean-Louis Triaud, La légende noire de la Sanûsiyya, op. cit., tome 1, p. 310.

84 Sidney Kanya-Forstner, « French Missions to the Central Sudan in the 1890s : The Role of Algerian Agents and Interpreters », dans Sidney Kanya-Forstner, Paul Lovejoy, The Sokoto Califate and the European Powers, op. cit., p. 22.

85 Pour sa biographie et l’analyse critique de son témoignage, Sidney Kanya-Forstner, Paul Lovejoy (éd.), Pilgrims…, op. cit., p. 5-14.

86 Lors de sa mission en 1898, Cazemajou cherche encore à vérifier les informations de Djebari. Il réalise rapidement qu’il s’agit d’un tissu de mensonges. Birnin Konni, le 21 février 1898 : « Dès maintenant je suis bien fixé sur Djebari, qui n’est jamais venu dans ce pays. Il n’y a jamais eu à Tahoua de survivants de la mission Flatters », BCAF, 6, juin 1900, p. 208.

87 Sur ces négociaitons : Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 16-90 ; Kenneth Vignes, « Étude sur les relations diplomatiques franco-britanniques », art. cité, p. 353-403 ; Sidney Kanya-Forstner, « French African Policy and the Anglo-French Agreement », art. cité, p. 628-650.

88 Voici comment Georges Rolland et Charles Philebert dans leur ouvrage sur le chemin de fer transsaharien décrivent ce phénomène : « À défaut de long discours sur ce point, nous renverrons aux cartes qui paraissent chaque jour à l’étranger et sont constamment exposées chez nous-mêmes aux vitrines de nos librairies, faute de cartes françaises de date aussi récente. Consultez avec soin, dirons-nous, les dernières cartes allemandes, anglaises, et vous pourrez juger avec quelle hardiesse s’y trouvent apposées les teintes correspondant aux différents États, avec quelle ampleur on se taille aujourd’hui des territoires en Afrique et comment on arrive à se créer des titres sur le papier, en partant des annexions déjà faites et des résultats acquis sur le littoral, pour tracer vers l’intérieur ce que l’on appelle des zones d’influence ou de protection, ou encore des sphères d’action et d’intérêt », Charles Philebert, Georges Rolland, La France en Afrique et le Transsaharien, Paris, A. Challamel, 1890, p. 19. Sur ce point voir Thomas J. Bassett, « Cartography and Empire Building », art. cité, p. 325-327.

89 Charles Philebert, Georges Rolland, La France en Afrique, op. cit., p. 28. Les auteurs publient dans leur ouvrage une carte de ce type. La Société de géographie de Paris, quant à elle, aurait dans la séance du 7 mars 1890 annoncé qu’elle préparait une carte, sans caractère officiel, qui représenterait la sphère d’influence à laquelle la France peut prétendre.

90 BNF département cartes et plans, GEC-1295, Stanford’s Map of the British Possessions in West Africa, London, Stanford’s Geographical Establishment, 1er février 1890.

91 Compagnie à charte depuis 1886, qui joint à ses activités commerciales l’exercice de privilèges administratifs et juridictionnels.

92 C’est là qu’en 1895 le commandant Toutée rencontre les premiers représentants de la compagnie. Jebba est à 250 km en amont de la Bénoué et à 600 km en aval de Say.

93 Rappelons ici qu’aucune frontière n’a été dessinée pendant la conférence de Berlin et que celle-ci n’a pas partagé l’Afrique, Henri Brunschwig, Le partage de l’Afrique, op. cit., p. 156-160 ; Monique Chemillier-Gendreau, « Note sur l’apport au droit international de l’acte général de la conférence de Berlin », Hérodote, 41, 2e trimestre 1986, p. 116-117.

94 Ibid., p. 117-118.

95 Le 28 décembre 1827, le président John Quincy Adams avait invoqué l’idée que l’occupation de l’embouchure d’un fleuve créerait un droit sur l’ensemble du bassin. Cette idée se transforma en doctrine of continuity ou droit de vicinité qui autorisait l’État installé sur une côte à étendre son occupation aux terres de l’arrière-pays formant avec le littoral un ensemble naturel. Cela constituait la doctrine de l’hinterland moral, en général condamnée par les juristes de l’époque impérialiste. Henri Brunschwig, Le partage de l’Afrique, op. cit., p. 162.

96 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 61.

97 Boureima Diambeidou (éd.), Recueil des déclarations et conventions relatives aux frontières du Niger, Niamey, mémoire de l’Institut géographique national du Niger, 1998, p. 14 ; BCAF, Renseignements coloniaux, 2, décembre 1897, p. 38.

98 BNF, département cartes et plans, GEC-1295, Stanford’s Map of the British Possessions in West Africa, London, Stanford’s Geographical Establishment, 1er février 1890.

99 « La ligne reste à déterminer par les commissaires nommés. Le Gouvernement de sa Majesté s’engage à nommer immédiatement deux commissaires, qui se réuniront à Paris avec deux commissaires nommés par le Gouvernement de la République française, dans le but de fixer les détails de la ligne », Boureima Diambeidou (éd.), Recueil des déclarations, op. cit., p. 14.

100 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 73-83.

101 We have been engaged in what, perhaps, to a satirist may seem the somewhat unprofitable task of drawing lines upon maps where no human foot has ever trod. We have been giving away mountains and rivers and lakes to each other, but we have only been hindered by the small impediment that we never knew exactly where those mountains, lakes and river were. But, still, whatever superficial incongruity there might have been in the partition of the unknown, it has had this one solid practical merit– that it has removed possible causes of quarrel from those members of the different nations, lord Salisbury, dans The Times, 7 août 1890, p. 6.

102 Lord Salisbury, dans The Standard du 12 août 1890 : Anybody who looks at the map, and measures the degrees, will be of opinion that France has laid claim to a considerable stretch of territory. You must, however, judge of the land, not only by its extent but by its value. This land is what an agriculturist would call very light land, that is to say, it is the Sahara desert (a laugh). Therefore, the value of the part which France has asserted her claim is to that extent diminished.

103 Gérard Fourage, La frontière méridionale du Niger, op. cit., tome 1, p. 80.

Table des illustrations

Légende Carte dressée à partir du plan en relief exécuté par les Touaregs Taïtoq et Kel Ahnet82
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Légende Carte des possessions britanniques en Afrique de l’Ouest (1er février 1890)98
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search