Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières de sable, frontières de papier

 | 
Camille Lefebvre

Première partie. Des voyages qui révèlent des territoires et des frontières

Chapitre I. Dans les pas des explorateurs

Texte intégral

  • 1 Mohammed El Amin Ben Mohammed El Kanemi, « Lettre du cheikh du Bornou à Mohammed Bello, sultan d’H (...)

« Les motifs de t’écrire cette lettre, et l’objet de tracer ces lignes, est pour t’apprendre que les porteurs sont des voyageurs anglais […]. Ils sont venus dans notre pays, où ils nous étaient envoyés par notre ami vertueux et accompli, le seigneur Youssouf-Pacha, maître de Tripoli, pour voir et admirer les merveilles du pays du Soudan, et pour connaître ses raretés, telles que les rivières et forêts (ou jardins), à l’égal desquelles on voit rarement quelque chose dans aucun autre pays. Après avoir accompli leurs désirs en voyant toutes les choses que les pays de Bornou et ses environs contiennent, ils ont éprouvé l’envie de visiter ton pays d’après ce qu’ils ont entendu dire des merveilles innombrables qui y sont ; c’est pourquoi je leur ai permis de partir pour leur voyage, en leur remettant des lettres qui expliquent l’objet qu’ils se proposent1. »
Lettre du cheikh du Bornou, Mohammed El Kanemi, à Mohammed Bello, sultan de Sokoto.

  • 2 En 1797, débute le séjour de Friedrich Hornemann (1797-1801 ?), premier Européen dans la région, e (...)
  • 3 Abondamment critiqués, ces récits de voyages sont néanmoins constamment utilisés, le plus souvent (...)

1Entre 1797 et 18772, à intervalles réguliers, des voyageurs européens ont parcourus la région, du nord au sud, d’est en ouest, à pied ou à chameau, à la recherche du lac Tchad et des sources du Niger ou tout simplement de régions non encore foulées par des pieds européens. Cette quinzaine de voyages couvrent de manière extensive la région du Soudan central et se sont réalisés selon des modalités pratiques caractéristiques du mouvement d’exploration scientifique. Malgré cela, ces sources ont souvent été amalgamées aux formes d’expéditions de conquête marquées par l’impérialisme européen qui se déroulent dans la région entre 1890 et 19103. Les termes du dialogue mis en œuvre dans ces deux contextes sont pourtant radicalement différents.

  • 4 Gerd Spittler, « European Explorers as Caravan Travelers in the West Sudan. Some Thoughts on the M (...)

2Les phénomènes d’exploration en Afrique de l’Ouest ont en effet été reconsidérés à l’aune d’une analyse des contextes dans lesquels ils se déroulent. L’explorateur est désormais envisagé comme un acteur inscrit dans des réseaux de circulation d’informations et de savoirs scientifiques locaux et internationaux, soumis à des enjeux liés à la demande sociale exercée par les instances politiques et scientifiques, et surtout le rôle de son expérience de terrain dans la fabrication de ses productions a été profondément réévalué. Les travaux de Félix Driver, Isabelle Surun et Gerd Spittler ont permis, en dépassant une lecture interne ne s’intéressant qu’aux savoirs produits et en questionnant les modalités de fabrication de ces récits de voyages, de mettre au jour les logiques collectives et individuelles, et les enjeux à leur origine, ainsi que les pratiques et les méthodes qui les construisent4. En analysant les manières dont les voyageurs se déplacent, s’engagent dans un dialogue avec les populations locales, recueillent des informations ou négocient leur présence, on distingue clairement pour la région du Soudan central des pratiques qui correspondent à un moment d’exploration scientifique, inscrit dans une dynamique globale de déchiffrement et de collecte du monde, et un moment d’expédition de conquête, durant lequel objectifs scientifiques et impériaux sont intimement liés.

  • 5 Pour ce faire, j’ai bénéficié du travail éditorial considérable effectué sur ces sources ; entamé (...)
  • 6 Clapperton a effectué deux voyages et produit deux récits.
  • 7 Seuls les voyages ayant fait l’objet d’un récit publié ont été pris en compte. Trois explorations (...)
  • 8 L’exploration est envisagée ici en tant qu’expérience de terrain et production de savoirs. La rest (...)

3Avant d’utiliser les matériaux produits par les explorateurs pour proposer une histoire du territoire et des faits de limite au Soudan central au xixe siècle, il est donc impératif d’interroger ces sources, d’évaluer leurs conditions de production, les représentations du monde qui les informent, les méthodologies de recueil des données dont elles sont le reflet et les relations qu’entretiennent leurs auteurs avec les savoirs endogènes5. Ce corpus rassemble treize récits de voyages, réalisés par douze explorateurs différents6, couvrant à peu près l’ensemble de la période et des régions étudiées7. Un même questionnaire a été appliqué à l’ensemble de ces récits. La première série de questions portait sur les données externes informant le contexte de production, la deuxième sur la documentation accessible aux auteurs, avant, pendant et après leur voyage, la troisième sur les interactions entre les différents explorateurs, la quatrième sur les modalité de leurs déplacements et de leurs pratiques de terrain, et la dernière sur le rôle des populations locales dans la construction de leurs savoirs. Ce questionnaire permettait d’interroger ces récits en termes d’intertextualité, d’observer dans quelle mesure ils se répondaient, de déterminer si la lecture des autres et les savoirs acquis en Europe étaient privilégiés par rapport à l’expérience de terrain et aux observations in situ, et enfin d’analyser quelle était la part des informations locales dans la construction de leurs savoirs8.

POURQUOI PARTIR ?

  • 9 Marie-Noëlle Bourguet, Christian Liccope, « Voyages, mesures et instruments : une nouvelle expérie (...)
  • 10 Bernard Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions militaires : remarques sur leurs modalité (...)

4Le contexte scientifique et politique qui nourrit les ambitions de découverte du continent africain s’inscrit dans un projet de connaissance plus large, d’ordre géographique, de découverte de l’ensemble du globe9. Les pratiques d’exploration découlent ainsi d’un mouvement de territorialisation du savoir, entamé dans les années 1760, qui voit dans l’enquête localisée le moyen d’une description pertinente du monde et qui place le voyage au cœur de la démarche de l’érudition géographique10.

Le projet à l’origine de l’exploration de l’Afrique de l’Ouest

  • 11 Sociétés de géographie fondées à Paris en 1821, à Berlin en 1828, puis à Londres en 1829.

5L’intérieur du continent africain est pour la communauté scientifique européenne, depuis la fin du xviiie siècle, un enjeu de premier ordre. La création de l’African Association en 1788, puis des différentes sociétés de géographie11, a pour objectif de favoriser la connaissance du monde et particulièrement de l’Afrique. Ces sociétés construisent le cadre institutionnel qui entoure l’exploration, définissant des objectifs à atteindre, des pratiques de voyage et un horizon scientifique. Leurs projets découlent de la volonté d’acquérir une connaissance empirique des lieux qui permettra d’en construire une géographie positive. Il s’agit de décrire et de mesurer l’ensemble de la terre de manière à s’approprier l’espace terrestre, afin de pouvoir le cartographier. Pour le géographe et pour l’explorateur, il ne s’agit pas seulement d’accumuler des faits géographiques positifs, d’effectuer une simple collecte empirique, mais de construire un savoir géographique par l’observation in situ.

  • 12 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., 2003, p. 103 et 112.

6Le mouvement abolitionniste ou les projets de colonisation agricole contemporains ne semblent pas avoir joué un rôle dans la création de l’African Association et dans cet intérêt naissant pour l’Afrique, mais la question du développement du commerce britannique paraît avoir été plus déterminante12. Il serait anachronique de considérer le projet scientifique comme une hypocrisie destinée à masquer d’autres enjeux, celui-ci doit être évalué au sein d’un système de pensée, qui prévaut à la fin du xviiie siècle, marqué par l’idée de progrès et la théorie des stades. L’African Association, les sociétés de géographie et le projet d’exploration sont au confluent des milieux politiques et scientifiques. Leurs objectifs sont avant tout de faire avancer les connaissances, ce qui pourra dans un second temps servir les intérêts nationaux, notamment commerciaux.

7Les savants qui animent les sociétés de géographie cherchent à promouvoir le départ d’explorateurs sur le terrain et ont en premier lieu pour volonté de faire parcourir des espaces inconnus. Les zones inexplorées, vierges du passage d’un Européen, sont privilégiées. L’explorateur a pour tâche première de traverser, d’arpenter, de visiter, le déplacement dans des espaces africains inconnus étant le gage d’une exploration réussie pour les géographes qui l’envoient, comme pour l’explorateur lui-même qui souhaite laisser sa marque. Mais ce parcours doit s’accompagner d’une identification des toponymes, d’un recueil précis des routes, des durées de déplacement, des éléments hydrographiques et topographiques rencontrés. L’explorateur est incité à recueillir les positions relatives des lieux, leurs noms et les itinéraires qui les relient, les accidents de terrain, la direction des cours d’eau, le relief et l’élévation des montagnes. Ce recueil découle de la volonté de saisir le monde par la toponymie et l’hydrographie, et ainsi d’élaborer une description de la surface physique du globe qui peut se traduire en une représentation, ces données devant permettre par accumulation la couverture cartographique de l’ensemble du continent.

8Les explorateurs ont conscience du rôle qui leur a été assigné dans ce projet de connaissance scientifique du continent africain. Ils s’emploient à voir, identifier, reconnaître afin de révéler cet espace à la connaissance européenne. Cet objectif centré sur le déplacement a pour conséquences un faible niveau d’exigence quant à la formation des explorateurs ainsi qu’un encadrement scientifique limité. Les instructions données aux voyageurs sont avant tout de traverser le plus de régions possible. Au-delà de l’injonction de noter précisément leur itinéraire et de recueillir des informations sur la toponymie et le milieu physique, les explorateurs sont très libres dans la réalisation de leur entreprise et dans leur pratique scientifique. Ils élaborent sur le terrain, livrés à eux-mêmes, leurs méthodes, leurs pratiques et leurs savoirs.

  • 13 C’est le cas des cartes réalisées par des Africains pour les explorateurs, qui dans la plupart des (...)

9C’est au moment du retour, dans le cadre des processus de formalisation, de restitution et d’exploitation des résultats, que l’encadrement et le contrôle par les géographes et les sociétés de géographie se font sentir. La relation entre l’explorateur et le géographe n’est pas toujours simple, et la convergence des intérêts pas toujours réalisée. Le désir des géographes a parfois été impossible à satisfaire pour l’explorateur confronté à des réalités imprévues. Les institutions géographiques, quant à elles, doutent parfois des données rapportées par l’explorateur et les soumettent à des processus de validation. Si les attentes des géographes sont souvent centrées sur des données positives, les récoltes des explorateurs dépassent largement le cadre de cette géographie de localisation et s’intéressent aux hommes dans l’environnement, à leur histoire et à leurs relations. De ce fait, tous les matériaux rapportés ne trouvent pas forcément grâce aux yeux des scientifiques et des sociétés savantes dans le cadre de la restitution et de la publication13.

10Durant ce moment de l’exploration, les savoirs géographiques sur l’Afrique se construisent autour de cette relation complexe entre ces deux acteurs, l’explorateur et le savant, dont les champs d’action respectifs sont parfois difficiles à démêler et dont les intérêts sont parfois divergents. L’exploration s’inscrit ainsi dans un projet de connaissance dont les objectifs sont d’abord scientifiques et particulièrement géographiques. Mais au-delà du projet, il y a ceux qui vont l’entreprendre, qui ne sont pas des géographes ou des savants, mais des individus dont il faut dégager les intérêts et les objectifs.

Logiques individuelles et désir d’ailleurs

  • 14 Ce chiffre de douze ne correspond pas à l’ensemble des Européens ayant parcouru la région durant c (...)

11La région a été parcourue par douze explorateurs entre 1797 et 187714 dont sept de langue allemande, quatre de langue anglaise et un de nationalité française. Il n’y a pas, à cette époque, de lien direct entre la langue, l’origine ou la nationalité de l’explorateur et les institutions ou gouvernements qui le soutiennent. Ainsi, si les Britanniques ont tous été soutenus par l’African Association, le Colonial Office, le Foreign Office ou l’Amirauté britannique, c’est aussi le cas de deux de ceux qui parlent allemand, Hornemann et Barth. Tandis que Gerhard Rohlfs, a lui été soutenu par la société de géographie de Paris.

12C’est relativement jeunes que ces hommes ont entrepris leur voyage, à leur arrivée sur le terrain, ils avaient en moyenne une trentaine d’années. Le plus jeune, et aussi le seul Français, est Henri Duveyrier qui avait 19 ans au moment de son départ. Le plus âgé, James Richardson, avait 40 ans. Six sont morts au cours de leur séjour. Laing et von Beurmann ont été assassinés, Hornemann, Clapperton, Richardson et Erwin de Bary ont succombé à une maladie, probablement la dysenterie. Tous ont été éprouvés en route par des problèmes de santé qui les ont contraints à rester alités, parfois pendant plusieurs mois, interrompant leur voyage et leur recueil d’informations. La durée moyenne de leur présence dans la région est de six cent soixante-six jours, soit environ un an et dix mois. Le voyage le plus court est celui de Duveyrier qui passa six mois dans le Sud de l’Algérie actuelle, le plus long, celui de Barth qui a passé cinq ans et quatre mois en Afrique de l’Ouest. Mais Rohlfs et Nachtigal ont voyagé et résidé beaucoup plus longtemps en Afrique, dans la mesure où ils ont tous deux passé la moitié de leur vie sur le continent.

  • 15 Introduction par Guillaume Young, secrétaire de la société de géographie, dans Friedrich Konrad Ho (...)
  • 16 Karl Moritz von Beurmann, Voyages et explorations 1860-1863, Nubie-Soudan-Libye-Fezzanlac Tchad-Bo (...)
  • 17 Sur la formation intellectuelle de Barth : Richard Kuba, « Heinrich Barth, une vie de chercheur », (...)

13Deux parcours de formation se dessinent, l’un universitaire, l’autre militaire, qui parfois s’imbriquent. Hornemann, Laing, Barth, von Beurmann, Rohlfs, Nachtigal et Erwin de Bary sont passés par l’université. Leurs formations sont relativement diversifiées, comprenant aussi bien des enseignements de philosophie, d’histoire, de sciences naturelles, de physique, de chimie et parfois de géographie. Certains ont cherché à adapter leurs études à leur désir de participer au mouvement de découverte. Ainsi Hornemann aurait été formé à toutes « les sciences susceptibles de rendre la relation de ses voyages futurs plus intéressante et plus utile pour ses commettants et pour le public15 ». Plusieurs se sont particulièrement intéressés à la géographie, bien qu’aucun d’eux ne se considère comme un spécialiste de cette discipline. Pour Hornemann, l’étude de la géographie était un préalable à la carrière d’explorateur qu’il visait. Quant à von Beurmann, c’est son intérêt pour la géographie et l’histoire de la Terre qui aurait motivé son goût pour les découvertes16. Barth a, lui, suivi les enseignements de Carl Ritter, le fondateur de la géographie universitaire allemande, qui a marqué sa formation intellectuelle, il partage ses vues sur les liens entre histoire naturelle et histoire des civilisations, et sur le libre commerce et la communication comme facteurs de progrès17. Depuis le voyage de Mungo Park, le métier de médecin est valorisé et la formation médicale considérée comme un atout, Nachtigal et Erwin de Bary sont tous deux médecins. Passer par une université européenne apparaît ainsi comme un bon moyen pour accéder à une carrière d’explorateur. Plusieurs d’entre eux ont été repérés ou aidés par leurs professeurs d’université dans leur démarche et introduits par ceux-ci auprès des sociétés de géographie. Hornemann a été soutenu par son professeur, le naturaliste Blumenbach, auprès de l’African Association, Barth par Carl Ritter, qui l’avait repéré alors qu’il était étudiant.

14La formation et l’expérience militaire apparaissent comme une deuxième voie, à l’image des parcours de Lyon, Denham, Clapperton, Laing, von Beurmann, Rohlfs et Nachtigal. Lyon et Clapperton ont rejoint la Royal Navy à 13 ans, Denham s’est engagé à 15 et Laing à 17 ans, après une formation à l’université d’Édimbourg. von Beurmann, Rohlfs et Nachtigal ont rejoint l’armée à l’issue de leurs études, ce dernier comme chirurgien militaire. Les qualités physiques et morales souvent prêtées alors aux militaires sont certainement apparues aux recruteurs comme des atouts importants pour mener un voyage en Afrique.

15Deux parcours sont plus atypiques, celui de James Richardson qui est venu à l’exploration par son implication dans l’Anti Slavery Society et celui de Duveyrier. Le père de ce dernier l’a retiré du lycée à 14 ans pour lui faire suivre en Allemagne une formation commerciale. Il a suivi en 1856 les cours d’arabe de l’orientaliste Fleischer à Leipzig et a été fait, en 1857, membre de la Société orientale d’Allemagne. Les années suivantes, les amis saint-simoniens de son père lui ont donné des enseignements dans différents domaines, astronomie, minéralogie, histoire naturelle… Il peut néanmoins être défini au vu de son jeune âge et de son apprentissage comme un autodidacte.

16Pour tous ces hommes, leur voyage au Soudan central n’est pas leur premier séjour lointain. Laing, Barth, von Beurmann, Duveyrier et Rohlfs ont effectué un premier séjour sur le continent. Laing, alors qu’il était stationné en Sierra Leone, a effectué une exploration dans le Fouta Djallon financée par le gouvernement de Sierra Leone. Barth, a fait, après son doctorat en 1844, un premier voyage en Méditerranée, au Maghreb, en Égypte, au Proche-Orient et en Turquie. Tandis que von Beurmann a voyagé en Nubie et au Soudan actuel, Duveyrier s’est rendu dans la province d’Alger, et Rohlfs dans le Sahara, notamment au Maroc. Quant aux militaires, ils ont souvent servi hors de leurs pays, Denham au Portugal, en Espagne, en France et en Belgique. Clapperton a servi, au cours de ses treize ans dans la Royal Navy, en Méditerranée, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, deux ans en Inde et à Ceylan, puis trois au Canada. Laing a servi en Inde, au Honduras et en Sierra Leone.

17Avant d’entamer leur périple africain, ils ont de plus tous passé un séjour prolongé sur les côtes, séjour parfois souhaité, parfois dicté par des circonstances indépendantes de leur volonté. Nachtigal s’était installé pour des raisons de santé en Afrique du Nord en 1862, où il a travaillé plusieurs années avant d’entamer son exploration. Hornemann a passé, lui, plusieurs mois au Caire, afin de perfectionner son usage de l’arabe car il avait prévu de se faire passer pour musulman. Lyon a séjourné quatre mois à Tripoli afin de perfectionner sa connaissance de l’arabe. Denham et Clapperton ont fait un séjour forcé à Tripoli en raison des difficultés qu’ils ont rencontrées pour obtenir l’autorisation de continuer leur périple.

  • 18 « Que de fois, jadis, aux heures fastidieuses de la classe, j’avais regardé d’un œil songeur les c (...)

18Enfin, tous se sont portés volontaires et plusieurs parlent dans leurs écrits de leur désir d’ailleurs, de l’attrait du lointain ou de leur fascination pour le continent africain comme motivation première de leur voyage18. Malgré leur jeunesse, ce sont des hommes d’expérience, ayant déjà été confrontés à l’altérité lors d’autres voyages, soit dans le cadre de leur carrière militaire ou d’une première exploration. Leurs parcours individuels montrent combien une formation est devenue, depuis le début du xixe siècle et le voyage de Mungo Park, un préalable indispensable pour tout aspirant explorateur. Formés intellectuellement, préparés empiriquement, ces voyageurs ne sont pas des néophytes, mais des jeunes hommes fascinés par le voyage, épris de désir d’ailleurs, qui souhaitent construire leur carrière et participer aux découvertes. Ils sont conscients de l’enjeu scientifique et national auquel ils participent, et bien qu’encadrés sommairement par les instructions des sociétés de géographie et des gouvernements qui les envoient, ils ont le souci de répondre à un idéal de parcours extensif du continent africain.

LA PRATIQUE QUOTIDIENNE DE L’ENQUÊTE

  • 19 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., p. 236-237.
  • 20 Gerd Spittler, « Explorers in Transit », art. cité, p. 231.

19Parcourir, observer, interroger, ce sont, dans l’ordre, les pratiques principales des voyageurs. Comme l’ont montré Isabelle Surun et Gerd Spittler, les pratiques d’exploration mises en œuvre dans cette région dans la première moitié du xixe siècle s’apparentent à une expérience de terrain, caractérisée par des procédures d’enquête et de collecte dans un espace déterminé, combinées à un enregistrement en vue d’une restitution19. Ces voyageurs apprennent des langues locales, font de l’observation participante, vivent au contact des populations et sont dépendants très largement d’enjeux locaux20. L’objectif est ici de restituer les situations concrètes à travers lesquelles s’opère pour les explorateurs l’appréhension de l’espace qu’ils découvrent et de ceux qui l’habitent, le voyageur s’inscrivant dans un monde déjà existant et tentant d’établir des rapports au sein de celui-ci. C’est dans l’examen des gestes et des pratiques scientifiques, des manières de voir et des méthodes de collecte d’informations que l’on peut retrouver les procédés d’élaboration des connaissances et des savoirs. Mettre au jour les pratiques scientifiques des explorateurs sur le terrain implique d’analyser les conditions matérielles et intellectuelles dans lesquelles elles se réalisent, de définir aussi bien leur horizon intellectuel, l’usage qu’ils font de leurs connaissances antérieures et les circonstances pratiques de leur activité scientifique quotidienne.

Savoirs a priori, livres et cartes, comment se forme le regard

20Préalablement à la construction de leur propre méthode et à leur propre recueil d’informations, les explorateurs se sont documentés et ont lu leurs prédécesseurs. On peut s’interroger sur le statut accordé à ces lectures dans la fabrication de leurs savoirs. La lecture des voyages précédents apparaît comme un prérequis. Tous citent au début de leur ouvrage leurs prédécesseurs, la liste s’allongeant au fur et à mesure des progrès de l’exploration et du siècle, donnant parfois l’image de connaissances fonctionnant en vase clos ; chaque explorateur, ayant lu son prédécesseur, chercherait à confirmer ou à infirmer ses travaux par son propre travail. Mais, au-delà de ce passage obligé, le souvenir des travaux de leurs prédécesseurs est-il présent sur le terrain et informe-t-il leur manière d’appréhender leur observation ? L’analyse des allusions et des mentions à d’autres ouvrages ou d’autres récits d’exploration permet d’apporter des réponses claires.

  • 21 Hélène Blais, Voyage au grand océan, op. cit., p. 127.

21Contrairement aux explorateurs français partis vers le Pacifique, qui disposaient dans leurs navires de bibliothèques de bord élaborées par les ingénieurs du Dépôt des cartes et plans en fonction des spécificités de leurs missions21, les explorateurs de cette région de l’Afrique de l’Ouest n’ont eu, en général, la possibilité de transporter avec eux que peu d’ouvrages. Les conditions climatiques et les moyens de transport souvent réduits au minimum en sont les premières raisons. Par ailleurs, plusieurs d’entre eux voyageaient déguisés, se faisant passer pour des musulmans. Constamment inquiets d’être découverts, le transport d’ouvrages en caractères latins aurait pour eux représenté un risque supplémentaire. Reconstruire la bibliothèque emportée sur le terrain par les voyageurs est complexe, les données sont fragmentaires et, si certains évoquent leurs lectures au détour de leur récit, la plupart n’en disent rien. À l’exception du cas de Barth, dont les archives contiennent la liste de ses effets et des ouvrages qu’il avait emportés. Mais au-delà de l’objet matériel, c’est l’usage des livres au cours de leur voyage qui est ici interrogé.

22Les ouvrages de leurs prédécesseurs ne sont pas forcément évoqués sous forme de récit d’une lecture quotidienne ou d’un usage pratique comme manuel auquel se référer, mais plutôt à propos des interactions qu’ils suscitent avec les populations locales. Denham et Clapperton racontent ainsi sur le ton de l’anecdote les réactions inattendues que suscitent les gravures de l’ouvrage du capitaine Lyon :

  • 22 Major Denham, capitaine Clapperton, feu le docteur Oudney, Voyages et découvertes…, op. cit., p. 2 (...)

« On nous demandait vingt fois par jour à voir la relation de voyage du capitaine Lyon ; car la renommée de ce livre nous avait précédés, le docteur Oudney l’ayant montré à des marchands de Mourzouk. J’avais besoin de toute ma patience pour en montrer et en expliquer les figures chaque fois qu’on m’en priait. Il produisait des effets différents, mais toujours de l’étonnement, et quelques fois de la défiance. […] D’après ces idées, je crois que nous aurions beaucoup mieux fait de ne jamais produire ce livre22. »

  • 23 À Tintelloust : En-Noor admired, much the portraits of the personages who figure in the accounts o (...)
  • 24 Erwin de Bary, Le dernier rapport d’un Européen sur Ghât et les Touareg de l’Aïr, traduit et annot (...)

23Richardson montre, lui, l’ouvrage de Denham et Clapperton à En Noor qui raconte alors plusieurs anecdotes concernant ce dernier23. Erwin de Bary lit certains passages du livre de Duveyrier au cheikh des Ihaddanaren24. Le livre apparaît ici dans une fonction de médiation entre l’explorateur et ses interlocuteurs, lui permettant d’expliquer sa démarche, de montrer le résultat des explorations précédentes et ainsi de mieux faire comprendre ses objectifs.

  • 25 Récupéré après la mort d’Overweg.
  • 26 Pour la liste des ouvrages de Barth, Anthony Kirk-Greene « Introduction », dans Id. (éd.), Barth T (...)

24Barth, qui est parti avec, entre autres, un exemplaire du Coran, du Nouveau Testament en grec25, d’Hérodote, l’ouvrage des frères Lander, le voyage d’Ibn Omar el-Tounsy traduit par Perron et celui de Denham et Clapperton, parle rarement dans le cours de son récit de ses lectures sur le terrain26. Mais, à propos de son séjour à Agadez, il évoque au détour d’une phrase sa bibliothèque et l’usage qu’il en fait :

  • 27 Heinrich Barth, Henri Barth chez les Touaregs de l’Air, extrait du journal d’Henri Barth dans l’Aï (...)

« Car, bien qu’ayant laissé tous mes livres à Tintellust, excepté le volume de “Pritchard’s Researches” qui traite de l’Afrique, j’avais acquis la conviction, d’après les spécimens qu’il donne de la langue de Tombouctou, que le compte rendu de mes amis du Touat en ce qui concerne l’identité des langues parlées en ces deux endroits était parfaitement exact, avec cette seule différence qu’ici, cette langue avait été grandement influencée par le contact avec les berbères, à qui plusieurs mots avaient été empruntés, tandis que l’arabe semblait avoir peu d’influence hormis d’avoir remplacé les nombres à partir du 427. »

  • 28 Meanwhile, I spent my time in a tolerably useful manner, looking over some of the books which Mr. (...)

25Cette lecture lui permet ici de confirmer son impression et les données obtenues d’informateurs ayant voyagé dans la région. Barth est au début de son voyage et il semble encore privilégier son savoir livresque sur les données empiriques et les informations locales. Au fur et à mesure de son séjour, il ira de plus en plus rechercher l’information à sa source, délaissant celle de seconde main et les savoirs a priori, pour privilégier les données empiriques et les informations directes. Durant les cinq années qu’a duré son voyage, Barth a plusieurs fois perdu l’ensemble de ses affaires. On ne sait pas combien de temps ces ouvrages l’ont accompagné, mais il n’évoque plus leur lecture. La joie qu’il ressent à pouvoir consulter les livres de Vogel, lorsqu’il rencontre celui-ci à Kouka en décembre 1854, montre que les livres lui ont manqué28.

  • 29 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 1, p. 296-297 et 304-305.
  • 30 Ibid., tome 2, p. 268.

26Richardson est celui qui parle le plus régulièrement de ses lectures. Le 16 septembre 1850, il raconte qu’il a passé une grande partie de la journée à lire le récit de Clapperton sur Sokoto, il insiste, le 18, sur le fait qu’il entrera bientôt dans des régions explorées par celui-ci et qu’il les trouvera certainement inchangées, leur faible niveau de civilisation les abandonnant depuis des siècles à une routine sans évolution29. Au-delà du jugement de valeur, on observe qu’il cherche à préparer sa vision par la lecture de son prédécesseur. Quelques mois plus tard, à Zinder, il évoque de nouveau la lecture et regrette de ne pas avoir emmené plus d’ouvrages, notamment une édition de Shakespeare, remarquant combien la poésie de Milton lui a permis de s’évader un temps des réalités africaines30.

  • 31 À Ghadamès le 18 août 1860 : « La conversation roule sur très peu de choses parce que ces dames me (...)

27Ainsi, dans le récit que ces explorateurs font de leur quotidien et de leur pratique scientifique, la lecture de leurs prédécesseurs ou d’ouvrages concernant l’Afrique tient une place marginale, excepté peut-être dans leur apprentissage linguistique. Duveyrier utilise, par exemple, le cinquième tome du récit de Barth et son vocabulaire tamacheq pour pouvoir communiquer avec trois dames touarègues qui refusent, selon lui, de lui parler en arabe31. La lecture n’apparaît ni comme une routine de voyage, à l’exception du cas de Richardson, ni comme un aspect fondamental de leur activité scientifique sur le terrain. Pourtant les allusions aux textes de ces ouvrages sont nombreuses dans leurs récits, révélant une distorsion entre le texte de leur récit et la manière dont ils décrivent cet aspect de leur pratique.

28Pour répondre à cette contradiction, il est nécessaire d’analyser ces allusions au regard de la fabrication et du statut des récits. En effet, ces ouvrages sont de nature très diverse. Certains ont été largement retravaillés par leur auteur ou par d’autres, au retour, notamment les ouvrages de Barth, Duveyrier, Rohlfs et Nachtigal. Certains ont été réécrits afin d’être rendus intelligibles à un large public, mais sont proches du matériau de départ, c’est le cas des récits de Denham et Clapperton, et de Lyon. Enfin, dans d’autre cas, le matériau est brut, souvent parce que l’auteur est décédé sur le terrain, comme Hornemann, Laing, Richardson, von Beurmann et Erwin de Bary. C’est le cas aussi des éditions récentes réalisées par des chercheurs qui ont privilégié la transcription au plus près du texte original des carnets de terrain, notamment les éditions des journaux de Clapperton. La mise en regard de la nature de ces ouvrages et de la proportion dans chacun d’eux des références à d’autres récits de voyage et à d’autres livres permet de proposer certaines hypothèses.

29Les ouvrages les moins réécrits et les matériaux bruts contiennent peu de référence à des ouvrages : sept chez Hornemann, trois chez Lyon, deux dans l’ouvrage de Denham et Clapperton, aucune dans les journaux de Clapperton, une dans le deuxième voyage de Clapperton, quatre chez Laing, treize chez Richardson, trois chez Erwin de Bary. Les mentions sont rapides et se résument souvent à l’identification d’un lieu, d’une population ou d’un élément du milieu cité par un autre explorateur et reconnu comme tel. Hornemann et Laing évoquent le fleuve vu par Park, Lyon et Denham le Borgou et le Dar Fur de Brown, Clapperton des arbres qu’il reconnaît être ceux décrits par Park. Ces références visent aussi parfois à signifier qu’ils ne souscrivent pas aux observations faites par leurs prédécesseurs. Laing critique les positions données par Lyon, Richardson l’idée émise par Denham selon laquelle le commerce du sel ne serait pas rentable, et Erwin de Bary la formule de Barth selon laquelle l’Aïr serait les Alpes de l’Afrique.

  • 32 Ce décompte ne prend en compte que les parties du récit concernées par cette étude.
  • 33 Dominique Casajus conclut à une différence davantage de ton que de contenu, voir : Dominique Casaj (...)

30Les quatre récits les plus retravaillés sont, eux, beaucoup plus fournis en références et comportent de véritables citations. Pour le récit de Barth, 85 passages évoquent d’autres auteurs, pour Rohlfs 76 et pour Nachtigal, 2832. Les références sont beaucoup plus développées. Il ne s’agit pas simplement d’évoquer le récit d’un autre, mais de comparer précisément les données observées ou recueillies à ce qui en a été dit par d’autres, de discuter les interprétations, de comparer les traductions, les transcriptions, les localisations et d’arbitrer entre différentes interprétations. La comparaison des deux ouvrages de Duveyrier est éclairante sur ce point33. Duveyrier, rentré malade de son voyage, n’a pu superviser la rédaction de son ouvrage qui fut réécrit à partir de ses notes par le docteur Warnier. Son journal de route original fut, lui, publié en 1905. Dans ce journal, il n’y a aucune citation d’autres écrits, à part une allusion au livre de Barth. Mais dans l’ouvrage tiré de ce journal, on dénombre 51 citations et références à d’autres livres. Le travail de réécriture a donc consisté pour une part à comparer les données empiriques et recueillies à la littérature existante.

31Le travail de citation et de comparaison avec les autres écrits apparaît ainsi souvent comme une réalisation a posteriori destinée à renforcer la valeur scientifique du travail de terrain. C’est parfois l’observation in situ qui a déclenché un souvenir lié à des lectures, mais c’est plus généralement une fois rentré en Europe que les observations et les informations recueillies ont été comparées et analysées au regard de ce qui avait déjà été écrit par d’autres. La lecture des prédécesseurs est un préalable, mais elle ne guide pas constamment leur regard.

  • 34 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 1, p. 82.
  • 35 Ibid., tome 2, p. 190.
  • 36 Ibid., p. 252.
  • 37 Henri Duveyrier, Journal de route, op. cit., p. 32.

32Les cartes semblent en revanche jouer ce rôle. Le désir d’ailleurs de ces explorateurs est parfois né de leur observation, leur préparation s’est fondée sur leur consultation et si aucun d’eux n’est géographe, topographe ou cartographe, l’objectif qui leur a été assigné par ceux qui financent et qui motivent leur voyage est de recueillir des données qui permettront de construire une carte des espaces parcourus. Cette sollicitation guide leurs pas, leurs questions et oriente leur regard. La représentation figurée de l’espace n’est pas seulement leur objet, elle fait aussi partie de leur imaginaire, et leur vision du monde est largement informée par la carte. Comme pour les ouvrages, les conditions climatiques, de déplacement et parfois la nécessité de se cacher ont restreint les possibilités d’emporter et surtout de conserver des cartes sur le terrain. La plupart d’entre eux en avait néanmoins, au départ, avec eux. Denham et Clapperton, par exemple, avaient une carte du ciel et la carte la plus récemment publiée du Nord-Ouest de l’Afrique. Mais, surtout au-delà de l’objet matériel, la carte guide leur manière de voir. Richardson remarque ainsi que le Fezzan, qui sur les cartes avance comme une péninsule dans le Sahara, est en réalité une province très insignifiante34. Lorsqu’il arrive à Daoura, il s’étonne de n’avoir jamais vu cette ville sur les cartes alors qu’elle est si ancienne35. À Zinder, comparant ce qu’il voit aux itinéraires de la carte de Lyon, il en déduit que beaucoup de villages ont disparu à cause des razzias36. Duveyrier évalue la représentation des spécificités du terrain sur les cartes des bureaux arabes qu’il a en tête au regard de ce qu’il observe37.

  • 38 « L’oued Nasaret est un affluent de gauche de l’oued Tafelamine, et non de droite, comme l’indique (...)

33Au fur et à mesure de l’évolution des connaissances et surtout de l’augmentation des espaces parcourus, ces pratiques vont s’infléchir dans le sens d’une attention toujours plus grande portée aux prédécesseurs. Lorsqu’une région déjà parcourue par un Européen l’est une deuxième fois par un autre, l’attention portée à son journal, aux cartes qu’il a produites ou que l’on a produites à partir de son récit est déterminante. Rohlfs puis Nachtigal chercheront souvent à mettre leurs pas dans ceux de leurs prédécesseurs. Ils habiteront la même maison à Kouka que celle occupée par Denham et Clapperton puis Barth, et ils engageront le même serviteur, Mohammed El Gatroni. Erwin de Bary, en 1876, utilise l’ouvrage de Duveyrier et sa carte pour guider ses pas38.

34Le récit d’exploration est un genre encadré, aux objectifs clairs, obéissant à des règles, à des passages obligés. L’explorateur sait ce qu’ont vu ses prédécesseurs, ce que lui doit voir et ce qu’il devra raconter. Mais le terrain est fait de surprises, et l’expérience des voyageurs ne se fait jamais là où ils l’avaient prévu. La dimension la plus importante de leur travail se situe dans leur rencontre avec un espace à découvrir, dans le contact direct avec les lieux et les populations.

Le temps du parcours, les conditions du voyage

  • 39 Gerd Spittler, « Explorers in Transit », art. cité, p. 232-234 ; Gerd Spittler, « Heinrich Barth, (...)

35Les modalités du parcours jouent un rôle crucial dans l’expérience du voyageur. Si celui-ci est le seul Européen immergé dans une culture étrangère, ou accompagné d’autres voyageurs européens, s’il parle les langues locales ou s’il est sourd à tout élément de la culture vernaculaire, s’il voyage dans une expédition nombreuse ou dans une petite troupe, ses contacts avec le monde qui l’entoure ne sont pas les mêmes. Gerd Spittler a élaboré une typologie invitant à définir les situations de déplacement et à analyser en quoi l’organisation du voyage affecte l’exploration en déterminant : la taille de la formation de voyage, sa composition, qui dirige la marche, le nombre de participants, d’Européens, d’employés, de voyageurs africains, ainsi que les moyens mis en œuvre : armes, animaux, marchandises et moyens de transport39.

  • 40 Comme le montrent les cartes de l’annexe I qui représentent les différentes modalités de déplaceme (...)

36Au cours d’un même séjour, l’explorateur expérimente le plus souvent différentes manières de se déplacer40. Les voyages ont donc été découpés en 44 séquences correspondant chacune à un type de déplacement : expédition européenne, expédition militaire africaine, caravane, troupe de voyageurs européens, groupe de voyageurs africains, organisation africaine pour un voyageur européen. Les données sont parfois fragmentaires, parfois très précises, mais malgré cette diversité il est possible de reconstituer la plupart des séquences de voyage des explorations qui nous intéressent. La typologie est évidemment indicative, car les situations sont souvent complexes et parfois difficiles à définir. Ainsi, une troupe de voyageurs européens peut au cours de son déplacement participer à un moment à une caravane ou être rejointe par des voyageurs africains, et la formation ainsi constituée prendra des décisions concernant la route de manière collégiale.

37Dans leur immense majorité, toutes les séquences de voyage étudiées correspondent à des formations de voyage qui ne peuvent se réaliser que dans l’interaction avec les populations locales. Seule deux séquences sont des expéditions européennes dont les modalités de déplacement réduisent au minimum les contacts avec les populations et les cantonnent à des relations de subordonnés. De taille importante, ces expéditions ont été organisées et composées à l’initiative des explorateurs européens qui les ont financées, équipées et qui en ont défini l’organisation hiérarchique. Les moyens de ces expéditions n’appartiennent pas en propre à leurs membres mais au promoteur de l’expédition, et les Africains n’y sont que des employés. C’est le cas de la première étape du voyage de Denham et Clapperton entre Mourzouk et Kouka, qui rassemble sous leurs ordres entre 250 et 260 personnes, dont 200 cavaliers armés chargés de leur sécurité et 33 chameaux de transport portant des bagages importants et volumineux. La deuxième est la première étape du voyage de Barth et Richardson de Mourzouk à Tintelloust, qui comprend 60 hommes armés et 62 chameaux.

L’exploration du Soudan central (1797-1877)

38Les explorateurs qui ont visité la région au xixe siècle l’ont majoritairement fait en étant insérés dans des caravanes (19 séquences). Comparables dans leur ampleur aux expéditions, ce sont néanmoins des formations de voyage très différentes. L’organisation en est locale, la formation est dirigée par un leader reconnu pour son savoir-faire et son expérience, dont tous les membres bien qu’indépendants doivent suivre les directives. Ces caravanes ne sont pas organisées pour les Européens ni en fonction d’eux et ils sont, en y participant, insérés dans des mouvements correspondant aux modalités de déplacement dans la région et contraints de s’adapter à des façons locales de voyager.

39Le groupe de voyageurs européens est le deuxième type de déplacement pratiqué par ces explorateurs (15 séquences). Ce sont des formations plus restreintes, transportant peu d’équipement et ne nécessitant pas une organisation complexe. Le leader européen choisit la route, les membres africains de la troupe sont des employés, et les animaux de transport appartiennent aux Européens. Mais si le voyageur européen est à l’origine du déplacement, si les moyens de transport et l’équipement lui appartiennent, et si, en tant qu’organisateur, il est le leader de la formation, il est souvent seul avec ses serviteurs, ses accompagnateurs et ses guides, il est donc entouré de compagnons africains. Bien qu’il choisisse la destination, il suit les conseils du guide concernant la route, les horaires de déplacement et accepte souvent que le groupe soit rejoint par d’autres voyageurs africains. Ainsi cette formation de voyage ne doit pas être analysée comme exclusivement européenne, elle obéit à des formes d’adaptation, aux manières de voyager dans la région.

40Huit séquences correspondent à des déplacements où l’explorateur est inséré dans un groupe de voyageurs africains, c’est-à-dire un groupe rassemblant des voyageurs indépendants dans lequel les Européens qui participent n’ont joué aucun rôle organisationnel. Les petites troupes de voyageurs, que la sollicitation soit d’origine européenne ou africaine, sont des observatoires idéaux pour l’explorateur. La différence entre ces deux types de déplacement est ténue et, au fur et à mesure du parcours, la formation peut être gérée tantôt par l’explorateur, tantôt par ses compagnons africains. Parfois c’est un voyageur européen qui sollicite une autorité politique locale ou des marchands pour l’emmener quelque part, ils choisissent alors la route, les horaires et l’organisation de la formation de voyage même si la demande émane de l’explorateur.

41Enfin, Denham et Clapperton ont participé à plusieurs expéditions militaires africaines dont l’objectif était le plus souvent la razzia. Organisées par un souverain, dans le cadre d’un conflit régional, ces immenses troupes militarisées ont été l’occasion pour les Européens de se rendre dans des lieux habituellement inaccessibles du fait de leur situation militaire et leur ont permis d’observer un pan très particulier de la vie de la région : les guerres et les razzias.

42Tous ces explorateurs ont donc participé à des réseaux de circulation et des façons de voyager qui existaient hors de leur présence. Leurs expériences de voyage sont très diverses, allant de la troupe la plus réduite de trois ou quatre voyageurs à d’immenses caravanes rassemblant des milliers d’animaux. L’examen des pratiques des voyageurs montre l’empirisme de leur démarche, l’unicité de leurs expériences, mais aussi leur dépendance vis-à-vis des réalités dans lesquelles se placent leurs parcours. Obligés de s’insérer dans des réseaux existants, dépendants des populations pour se nourrir, se déplacer, assurer leur sécurité, ils le sont aussi dans l’élaboration de leurs connaissances et de leurs savoirs.

INFORMATEURS ET ENQUÊTES : COPRODUCTION DES SAVOIRS SUR LE TERRAIN

43L’expérience des voyageurs est avant tout empirique et se fonde sur l’observation et le recueil d’informations. Les voyageurs dessinent, font des croquis, notent afin de conserver le souvenir de ce qu’ils ont vu. Mais si ce sens leur permet d’être largement autonomes, ils sont pour tout le reste obligés de rechercher des informations extérieures, y compris pour rendre intelligible ce qu’ils voient. Les voyageurs se renseignent, interrogent, questionnent ceux qui les accompagnent, ceux qui sont à leur service, ceux qu’ils rencontrent. Cette collecte commence dès avant leur départ, à Paris ou Tripoli. Leurs intérêts sont divers : du mode de vie aux données historiques, en passant par les informations sur le commerce ou les routes. Mais leur objet principal reste la collecte de données géographiques : localisation, toponymie, indications topographiques et hydrographiques. Pour ce faire, ils sont constamment contraints de recourir aux populations locales pour savoir où regarder, où trouver ce qu’ils cherchent et pour identifier ce qu’ils observent.

À qui poser ses questions ?

  • 41 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., p. 323-338.

44Bien que la solitude soit un topos de la littérature de voyage, l’explorateur n’est que très rarement seul, sans compagnon européen ou africain, sa solitude est plus affective qu’effective41. Mais s’il n’est jamais vraiment seul, l’explorateur est souvent le seul Européen (32 cas sur 44 séquences). Denham lors de l’expédition du Mandara ; Clapperton lors de son voyage à Sokoto après la mort d’Oudney ; Barth après la séparation puis la mort de ses deux compagnons ; Nachtigal pendant son voyage au Tibesti et après la défection de Giuseppe Valpreda ; Laing, Duveyrier, Rohlfs et Erwin de Bary pendant tout leur voyage. Hornemann a un statut particulier puisqu’il avait pour interprète Joseph Fredenburgh, un Allemand qui avait été mamelouk, était converti à l’islam, avait accompli trois fois le pèlerinage et parlait turc et arabe. Bien que d’origine européenne, il avait passé une grande partie de sa vie en Afrique.

  • 42 Allan G. B. Fisher, Humphrey J. Fisher, « Nachtigal’s Companion », Paideuma, 33, 1987, p. 231-262.

45Ces voyageurs sont entourés de serviteurs, de guides, de compagnons, sans lesquels leurs déplacements seraient impossibles42. Ceux-ci leur permettent de savoir comment se rendre d’un lieu à un autre, de communiquer avec ceux qu’ils rencontrent, de trouver de la nourriture, des guides ou des renseignements. Le voyageur ne peut se déplacer qu’en entrant en interaction avec les populations et pour cela il a besoin de médiation, pour des questions de langue mais plus largement d’intelligibilité du monde qui l’entoure.

46C’est ici au regard de leur rôle dans les pratiques d’enquêtes et de recueil d’informations géographiques que sont analysées les relations de voyageurs avec leurs différents interlocuteurs. Les voyageurs cherchent des informations auprès de toutes sortes d’individus : hommes, femmes, enfants, vieillards, et dans toutes les couches de la société, de l’esclave au cheikh ou au sultan, en passant par les marchands ou les chameliers. Toutes les populations sont concernées : Arabes, habitants du Bornou, Toubous, Haoussas, Juifs ou Touaregs, etc. Face à cette diversité, on peut se demander comment sont choisis les informateurs et quel statut leur est accordé ainsi qu’à leurs informations.

  • 43 Friedrich Hornemann, Voyage…, op. cit., p. xlix.
  • 44 George Francis Lyon, A Narrative of Travels in Northern Africa in the Years 1818-1819 and 1820, Lo (...)
  • 45 Heinrich Barth, Travels and Discoveries…, op. cit., tome 1, p. 318.

47Le premier critère est l’expérience de celui que l’on interroge. On questionne d’abord ceux qui ont déjà visité les lieux, ou ceux qui en reviennent : un homme qui a fait plusieurs fois le voyage, un homme qui a visité en personne le pays, une vieille femme qui a émigré de cette région. Hornemann consulte un homme qui est allé au Bornou et à Katsina43, Lyon, une jeune esclave qui arrive directement de Sokoto44, Barth, Abdallah, un marchand qui est allé six fois à Agadez et cinq fois à Tombouctou45. C’est l’expérience du lieu et du voyage qui est recherchée, et dans ce contexte la position sociale n’a pas d’importance. Ce peut être aussi l’expérience de résidence. L’explorateur indique souvent que son interlocuteur ayant habité un lieu pendant plusieurs années peut être considéré comme un bon informateur. C’est le cas des Arabes résidant dans la région, par exemple ceux de Kano ou Katagoum pour Clapperton. Le deuxième critère est l’origine de l’interlocuteur, qui peut être déterminante dans deux sens. Soit le voyageur cherche des informations sur une région et s’emploie à rencontrer des gens originaires de celle-ci, soit c’est l’occasion qui crée l’enquête. Ainsi, rencontrant au cours de son parcours un interlocuteur d’une région qu’il ne connaît pas, il décide de l’interroger. La plupart des informateurs sont désignés par leur origine, qui vaut validation de l’information fournie. Être d’un lieu fait de quelqu’un l’informateur idéal pour l’évoquer. Évidemment, ce critère ne suffit pas quand le voyageur est dans la région sur laquelle il cherche des informations. Dans ce cas la sélection devient plus rigoureuse. Troisième critère, la fonction de l’interlocuteur : les autorités politiques et ceux dont le métier est le voyage, marchands, chameliers, escortes et guides, sont privilégiés par l’explorateur qui considère leur fonction comme une garantie de maîtrise d’un savoir géographique précis ou étendu. Enfin ceux qui accompagnent les explorateurs, serviteurs, compagnons de voyage ou guides, sont très souvent d’importantes sources d’information, régulièrement citées.

48Ces interlocuteurs sont dans leur très grande majorité définis et identifiés, ils ne sont presque jamais caractérisés par des catégories globalisantes, d’« indigènes », de « Noirs » ou de « Nègres ». Parfois, les catégories sont vagues, par exemple : les Toubous, les Arabes ou les Touaregs, mais cela représente une minorité de cas. L’information est souvent identifiée comme le résultat d’un consensus : le compte rendu de mes amis du Touat, tous les Bornouans et les Haoussas, toutes les informations que j’ai pu recueillir, l’opinion des Toubous, tout le monde. Les informateurs sont en général au moins caractérisés par leur origine, leur expérience ou leur fonction, parfois les trois. Ils sont souvent nommés et parfois leur parcours biographique est retracé. Chez Barth, la mention des informations recueillies est fréquemment validée par une description de la qualité de l’informateur : « Un homme intelligent, un homme qui connaît bien la région, un chamelier qui connaît bien le pays, l’homme le plus instruit que j’aie rencontré, un homme qui nous a donné tant d’informations valables… » La comparaison des deux versions du récit de Duveyrier est une nouvelle fois éclairante. Dans son journal, presque tous les informateurs sont identifiés par leurs noms et des données biographiques. Mais, dans le récit de voyage réécrit à partir de celui-ci, tous ces noms ont quasiment disparu et ont été remplacés par les termes d’indigène ou de Touareg. Les références à l’origine indigène de l’information sont en revanche très nombreuses, plus que dans le journal. Le travail de réécriture a consisté ici à lisser et à uniformiser la provenance de l’information, les informateurs apparaissent comme une masse indéterminée, mais dont l’autochtonie reste une garantie.

  • 46 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 2, p. 96. Les ethnonymes Kel Ewey et Kel Oui sont syn (...)
  • 47 Annur pour Barth, En-Noor pour Richardson, est un chef de guerre Kel Oui, reconnu pour sa valeur e (...)
  • 48 Heinrich Barth, Travels and Discoveries…, op. cit., tome 1, p. 384.
  • 49 Ibid., p. 333-334.
  • 50 Ibid., p. 534.
  • 51 Erwin de Bary, Le dernier rapport…, op. cit., p. 70.
  • 52 Othman ben el Hadj el Bekri est un notable et un lettré Ifoghas. Sur Cheikh Othman et Duveyrier, v (...)
  • 53 Henri Duveyrier, Les Touareg du Nord. Exploration du Sahara, Paris, Challamel, 1864, p. xv.
  • 54 Gustav Nachtigal, Sahara et Soudan, op. cit., tome 1, p. 403.

49Les explorateurs entretiennent parfois des relations poussées avec leurs informateurs. Certains deviennent de véritables auxiliaires dans la collecte et le recueil d’informations. Richardson engage ainsi un homme appelé Yusuf pour écrire les routes qu’il connaît. Il le sollicite lors d’un débat avec Overweg sur la lettre arabe ghain, lui demande ensuite de l’assister dans son recueil du vocabulaire Kel Ewey et finit par le renvoyer, considérant qu’il n’a pas été assez scrupuleux dans le recueil des différents sens de chaque mot46. Régulièrement cité au cours du récit, Yusuf apparaît ici plus comme un assistant que comme un simple serviteur. Dans d’autres cas, certains informateurs importants, dont le savoir est reconnu, sont sollicités pour confirmer les impressions de l’explorateur ou les informations recueillies. Ainsi Barth raconte qu’Annur47 est soucieux de vérifier la validité des données qu’il a réunies48, que son informateur Abdallah a collecté avec lui des itinéraires49 ou qu’un de ses compagnons de voyage lui a permis de confirmer une impression50. Erwin de Bary fait, lui, revoir son journal de route par un de ses compagnons51. Duveyrier, alors qu’il a réalisé à partir des informations de Cheikh Othman52 une carte des régions qu’il n’a pas pu visiter, lui demande ensuite de la corriger53. Nachtigal se décrit, lui, comme l’élève d’une de ses informatrices54.

50Des relations d’amitié se créent parfois. Tous évoquent ainsi à un certain moment un ami ou désignent leur informateur par un pronom possessif : mon informateur, mon jovial compagnon, mon interprète, mon informateur peul, mes gens, mon guide. Le savoir et les connaissances de ces interlocuteurs sont valorisés et sont considérés comme un savoir ordonné. Ainsi, l’explorateur n’établit pas de hiérarchie définitive entre son propre savoir et celui de ses interlocuteurs, son jugement sur le savoir local dépend de la valeur qu’il accorde à chaque informateur.

Les modalités du dialogue

  • 55 Selon l’analyse d’Edward Bovill (éd.), Mission to the Niger, I, The Journal of Friedrich Hornemann (...)
  • 56 Erwin de Bary au moment de son départ avec une caravane Kel Ewey, 1er janvier 1877 : « Les Kel-ouï (...)
  • 57 « Notre caravane est sur le point de partir pour le Bournou ; je la joindrai ce soir. Étant en par (...)

51Ces interactions sont favorisées par l’effort que la plupart de ces hommes ont accompli sur la question des langues. Ils ont tous avant d’arriver en Afrique appris l’arabe, même si certains n’en ont conservé que des bases, comme Laing, dont les transcriptions très fluctuantes indiquent un niveau limité55. D’autres ont un bon niveau, particulièrement ceux qui voyagent déguisés et qui se font passer pour des musulmans. Mais la plupart réalisent assez rapidement que les interlocuteurs avec lesquels ils pourront converser en arabe sont relativement peu nombreux56. Plusieurs ont donc essayé d’apprendre les langues locales afin de communiquer avec ceux qu’ils rencontraient. Hornemann en fait d’ailleurs un des atouts de son voyage57.

  • 58 Gerhard Rohlfs, Voyages et exploration au Sahara, tome 2, Tripoli – Rhadamès – Fezzan – Kaouar – B (...)
  • 59 George Francis Lyon, A Narrative…, op. cit., p. 135.
  • 60 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 2, p. 172.
  • 61 Gerd Spittler, « Heinrich Barth, un voyageur savant en Afrique », art. cité, p. 60-61.

52Nachtigal et Rohlfs, avant même d’arriver dans la région, commencent à se familiariser avec le kanouri, lors de leurs séjours à Mourzouk. Rohlfs raconte : « Après le café, je passais quelques heures à apprendre, avec l’aide du vocabulaire de Barth, le kanouri, qui est parlé au Bornou et presque partout au Fezzan58. » Une des méthodes utilisées est de recueillir un vocabulaire. Le plus souvent, l’explorateur choisit un interlocuteur dont c’est la langue maternelle, parfois il le rémunère et s’engagent alors des échanges souvent quotidiens. Lyon indique avoir ainsi recueilli un vocabulaire peul59, Richardson un vocabulaire Kel Ewey. C’est souvent grâce à un compagnon de voyage ou un serviteur que l’explorateur a l’occasion de progresser. Richardson évoque ainsi son serviteur Amankee qui l’a aidé dans son apprentissage du haoussa60. C’est Barth qui a acquis le plus de compétences dans ce domaine. Il a appris le haoussa dès le début de son voyage et, lorsqu’il se rend à Agadez, il est déjà capable de converser sans interprète avec le sultan. Il peut aussi communiquer en tamacheq, en kanouri et en peul et il a recueilli les vocabulaires de sept autres langues (teda, wandala, maba, abu sarib, longone, songhay, emgedesi)61. Ses transcriptions de la toponymie haoussa montrent un bon niveau de compréhension de cette langue.

  • 62 « À l’est du Tombuctou, est le Soudan, le Haussa, ou l’Asna ; le premier est le nom Arabe ; le sec (...)

53La plupart des explorateurs réalisent des enquêtes systématiques sur la toponymie. Leur pratique est celle d’un enregistrement des toponymes dans les langues locales. Interrogeant leurs différents interlocuteurs sur les noms de lieux, ils sont conscients des différentes taxinomies selon les langues et recueillent souvent les noms dans différents parlers62. Plusieurs d’entre eux remarquent ainsi l’imprécision de leurs interlocuteurs arabes, et préfèrent rechercher l’information auprès des populations locales, comme le raconte Rohlfs :

  • 63 Gerhard Rohlfs, Voyage…, op. cit., tome 2, p. 197.

« Comme nous sommes maintenant en pays tebou, j’emploierai désormais les noms géographiques de la langues des Tédas et non plus les noms arabes, ne fût-ce que pour éviter tout risque de confusion ; en effet, si les Anglais, là où ils arrivent, donnent aux villages, aux montagnes, aux rivières au lacs, etc. les noms de Victoria, d’Albert et de Georges, les Arabes font la même chose avec les noms de Mohammed, d’Ali et de Fathma, qu’on retrouve partout63. »

  • 64 Henri Duveyrier, Les Touareg du Nord, op. cit., p. 148 ; Barth, le 19 mai 1854 : It is very remark (...)
  • 65 Camille Lefebvre, Isabelle Surun, « Exploration et transferts de savoir », art. cité, p. 1-21 ; Id (...)

54Les variations toponymiques ne sont pas considérées comme des incohérences mais sont reliées aux variétés linguistiques de la région. Pour la toponymie, les interlocuteurs privilégiés ne sont d’ailleurs pas les compagnons de voyage, mais plutôt les autochtones. Les explorateurs cherchent aussi à recueillir des informations sur la géographie et le climat et rapportent souvent les termes spécifiques pour désigner des éléments du milieu dans les langues locales64. Les connaissances géographiques sont identifiées à des langues, des lieux et des cultures spécifiques, et les savoirs locaux sont au cœur des préoccupations des explorateurs et font l’objet, en tant que tels, de procédures de recueil. Ainsi, Hornemann, Laing, Clapperton et Denham, voyant leurs interlocuteurs réaliser des cartes dans le sable, les ont recopiées, ou leur ont demandé de les réaliser sur papier afin de pouvoir en conserver la trace65.

55Mais les savoirs géographiques autochtones ne sont pas toujours intelligibles pour l’explorateur. Ainsi, Hornemann a pour objectif d’enquêter sur un lac à l’intérieur du continent, mentionné par les auteurs antiques. Il interroge ses interlocuteurs, mais personne ne peut lui donner d’informations précises sur une quelconque grande étendue d’eau. Pourtant, la plupart de ses interlocuteurs connaissent le lac Tchad, le nom Zad apparaît dans son récit et la formule Zad river figure sur la carte qui a été réalisée pour lui par un lettré haoussa.

  • 66 Pierre Donaint, Les cadres géographiques à travers les langues du Niger : contribution à la pédago (...)
  • 67 Pierre Donaint, Les cadres géographiques…, op. cit., p. 78-86.

56Si, lors des discussions, ses interlocuteurs ont évoqué le Tchad, le lien n’a pas été fait entre ce nom et la grande étendue d’eau qu’il recherchait. C’est que l’explorateur et ses interlocuteurs ne possèdent pas les mêmes critères de définition et n’ont donc pu se comprendre. Il s’agit là d’un problème d’incommensurabilité des catégories géographiques. Celui qui lui a dessiné cette carte et qui lui a fourni les données sur cette région est un lettré haoussa qu’il a rencontré à Mourzouk. Or, dans la langue haoussa, la distinction entre différents types d’étendues d’eau ne se fonde pas sur le mouvement ou l’aspect dormant des eaux, mais sur leur taille et leur caractère temporaire ou permanent. L’explorateur européen catégorise l’hydrographie selon son aspect mobile ou statique, à l’image de la différence entre fleuve et lac ou mare et rivière. Son interlocuteur haoussa les distingue par leur envergure et différencie celles présentes tout le long de l’année de celles qui affleurent par intermittence. L’eau, absente dans la région pendant les trois quarts de l’année, est désignée en fonction de sa permanence à se trouver à un endroit et de l’effort nécessaire pour l’atteindre et la puiser66. Une vingtaine de termes différents peuvent servir à désigner les différents aspects d’une étendue d’eau en fonction de ses caractéristiques : permanente ou non, grande ou petite, laissée par la décrue d’un cours d’eau, profonde ou non, etc.67. Hornemann n’est qu’au début de son voyage et ne se trouve pas dans la région sur laquelle il recherche des informations, ce qui explique ses difficultés de communication. Plus les explorateurs passent de temps sur place, avancent dans leurs connaissances linguistiques et multiplient les discussions avec les populations locales, moins ce type d’incompréhension survient.

  • 68 Hornemann, dans Edward Bovill (éd.), Mission to the Niger, I, op. cit., p. 116.

Carte du marabout haoussa collectée par Hornemann68

CONCLUSION

57Insérée dans un projet scientifique de découverte et de mesure de l’ensemble du globe, l’exploration scientifique de l’Afrique de l’Ouest a pour objectif de révéler à la science européenne le plus grand nombre d’espaces possible, par le parcours et le recueil de données géographiques cartographiables. L’explorateur, malgré un objectif clair, celui de visiter toujours plus de lieux, est libre dans sa pratique scientifique sur le terrain. Ces jeunes hommes ont tous bénéficié d’une formation, qu’elle soit universitaire ou militaire, aucun n’arrive vierge de toute expérience savante ou empirique : tous ont voyagé, vu des cartes, lu leurs prédécesseurs. Nonobstant l’objectif de leur mission, aucun d’eux n’a de formation de topographe ou d’ingénieur géographe, leur mission d’enregistrement de l’espace ne se situe pas à l’échelle topographique, mais géographique. Ils ont passé en moyenne plus d’un an et demi dans la région. Ce temps relativement long et le fait qu’ils soient souvent les seuls Européens font que leurs récits sont riches de leurs relations avec le monde et les populations qui les entourent. C’est avant tout dans l’interaction entre l’espace qu’ils découvrent et les populations qui les accueillent que se réalise leur mission. Les déplacements occupent une place centrale dans les dispositifs d’exploration, les explorateurs passent le plus clair de leur temps à se mouvoir. Barth, sur les 1 974 jours de son séjour, est en déplacement pendant 625 jours durant lesquels il parcourt près de 15 000 km. Leurs mouvements ont été envisagés jusqu’ici en ce qu’ils nous renseignaient sur la collecte des données et leurs pratiques scientifiques. Mais dans la mesure où ceux-ci participent à des réseaux déjà existants et sont insérés dans des manières africaines de voyager, leurs déplacements peuvent aussi nous renseigner sur les façons de se déplacer et de vivre l’espace au Soudan central au xixe siècle.

Notes

1 Mohammed El Amin Ben Mohammed El Kanemi, « Lettre du cheikh du Bornou à Mohammed Bello, sultan d’Haoussa », dans Major Denham, capitaine Clapperton et feu le docteur Oudney, Voyages et découvertes dans le Nord et dans les parties centrales de l’Afrique, traduit par MM. Eyriès et de Larenaudière, Paris, Arthus Bertrand librairie, 1826, p. 174-175.

2 En 1797, débute le séjour de Friedrich Hornemann (1797-1801 ?), premier Européen dans la région, et en 1877 se termine celui d’Erwin de Bary (1876-1877), qui est le dernier à se déplacer dans la région selon les modalités de l’exploration scientifique.

3 Abondamment critiqués, ces récits de voyages sont néanmoins constamment utilisés, le plus souvent de manière morcelée et décontextualisée afin de confirmer d’autres sources, notamment orales, par tous les historiens écrivant l’histoire du Niger ou du Nigeria. Mais dans ce contexte, ces récits ne sont jamais étudiés pour eux-mêmes et ne font pas l’objet d’une analyse critique systématique et méthodique.

4 Gerd Spittler, « European Explorers as Caravan Travelers in the West Sudan. Some Thoughts on the Methodology of Journeys of Exploration », Paideuma, 33, 1987, p. 393-406 ; Gerd Spittler, « Explorers in Transit : Travels to Timbuktu and Agades in the Nineteenth Century », History and Anthropology, 9/2-3, 1996, p. 231-253 ; Félix Driver, Geography Militant. Cultures of Exploration and Empire, Oxford, Blackwell, 2001 ; Isabelle Surun, Géographies de l’exploration. La carte, le terrain, le texte (Afrique occidentale 1780-1880), thèse de doctorat, dirigée par D. Nordman, EHESS, 2003 ; Id., « L’exploration de l’Afrique au xixe siècle : une histoire précoloniale au regard des postcolonial studies », Revue d’histoire du xixe siècle, 32, 2006, p. 21-39.

5 Pour ce faire, j’ai bénéficié du travail éditorial considérable effectué sur ces sources ; entamé dans les années 1960, il a connu ces dix dernières années des développements importants. Laing, Denham et Clapperton, Barth, Rohlfs et Nachtigal ont été réédités par des chercheurs, proposant des éditions au plus près du texte original, agrémentées de notes et d’introductions, fondées sur d’importants travaux d’archives. Récemment, ce sont des manuscrits inédits qui ont été exhumés des archives, grâce au travail de Jamie Bruce Lockhart, mettant au jour les écrits de Clapperton qui avaient été négligés par Denham au moment de l’édition du récit de leur mission. Voir la section de la bibliographie consacrée à l’exploration scientifique, p. 481-483.

6 Clapperton a effectué deux voyages et produit deux récits.

7 Seuls les voyages ayant fait l’objet d’un récit publié ont été pris en compte. Trois explorations ont dû être écartées. Lors de son deuxième voyage en 1805-1806, Mungo Park, peu avant sa mort, a navigué sur le fleuve Niger, passant par Say jusqu’à Boussa, mais aucune de ses notes n’est parvenue jusqu’à nous. Il n’existe aucune trace de son voyage après Doombila (aujourd’hui au Mali). Owerveg et Vogel, tous deux morts sur le terrain, ont laissé peu de documentation utilisable pour ce travail.

8 L’exploration est envisagée ici en tant qu’expérience de terrain et production de savoirs. La restitution, la diffusion, l’impact des savoirs produits et l’utilisation de ceux-ci en Europe seront abordés dans le chapitre 1 de la deuxième partie.

9 Marie-Noëlle Bourguet, Christian Liccope, « Voyages, mesures et instruments : une nouvelle expérience du monde au siècle des Lumières », Annales HSS, 5, 1997, p 1115-1151 ; Danielle Lecoq, Antoine Chambard (dir), Terre à découvrir, terres à parcourir. Exploration et connaissance du monde, xiie-xixe siècles, Paris, L’Harmattan, 1998 ; Hélène Blais, Voyage au grand océan : géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845, Paris, Éd. du CTHS, 2005.

10 Bernard Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions militaires : remarques sur leurs modalités d’articulation », dans Marie-Noëlle Bourguet, Bernard Lepetit, Daniel Nordman, Maroula Sinarellis (dir.), L’invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998, p. 98 ; Hélène Blais, Isabelle Laboulais, « Les figures de la géographie moderne : fragmentation et régularités », dans Id. (dir.), Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines, 1750-1850, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 45.

11 Sociétés de géographie fondées à Paris en 1821, à Berlin en 1828, puis à Londres en 1829.

12 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., 2003, p. 103 et 112.

13 C’est le cas des cartes réalisées par des Africains pour les explorateurs, qui dans la plupart des cas n’ont pas été publiées et sont restées lettre morte dans les papiers des explorateurs, les géographes ne sachant comment interpréter ces savoirs si éloignés des habitudes scientifiques européennes, Camille Lefebvre, Isabelle Surun, « Exploration et transferts de savoir : deux cartes produites par des Africains au début du xixe siècle », Mappemonde, 92/4, 2008, p. 17-21 (http://mappemonde.mgm.fr/num20/articles/art08405.html, consulté le 14/01/2014).

14 Ce chiffre de douze ne correspond pas à l’ensemble des Européens ayant parcouru la région durant cette période mais au nombre d’explorateurs ayant laissé une trace écrite de leur passage sous forme de récit, de journal ou de lettres. Les accompagnateurs européens des explorateurs qui n’ont pas écrit sur leur voyage ne sont pas pris en compte.

15 Introduction par Guillaume Young, secrétaire de la société de géographie, dans Friedrich Konrad Hornemann, Voyage dans l’intérieur de l’Afrique pendant les années 1797, 1798, traduit de l’anglais par François Soulès, Paris, André, 1802, p. xxxviii.

16 Karl Moritz von Beurmann, Voyages et explorations 1860-1863, Nubie-Soudan-Libye-Fezzanlac Tchad-Bornou, notes publiées par Marc Franconie, Paris, Le Gibanel, 1973, p. 15.

17 Sur la formation intellectuelle de Barth : Richard Kuba, « Heinrich Barth, une vie de chercheur », dans Mamadou Diawara, Paulo Fernando de Moraes Farias, Gerd Spittler (dir.), Heinrich Barth et l’Afrique, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, 2006, p. 44.

18 « Que de fois, jadis, aux heures fastidieuses de la classe, j’avais regardé d’un œil songeur les contours de ce lac, qui seul alors, avec les monts fabuleux de la lune, mouchetait, sur les cartes géographiques, l’immense blanc de l’Afrique centrale. Et voilà qu’à présent mes rêves d’écolier se réalisaient, non toutefois sans une pointe de désillusion », Gustav Nachtigal, Sahara et Soudan, t. 1, Tripolitaine, Fezzan, Tibesti, Kanem, Borkou et Bornou, traduction de Jules Gourdault, Paris, Hachette, 1881, p. 295.

19 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., p. 236-237.

20 Gerd Spittler, « Explorers in Transit », art. cité, p. 231.

21 Hélène Blais, Voyage au grand océan, op. cit., p. 127.

22 Major Denham, capitaine Clapperton, feu le docteur Oudney, Voyages et découvertes…, op. cit., p. 254-255 ; Hugh Clapperton, Difficult and Dangerous Roads : Hugh Clapperton’s Travels in Sahara and Fezzan (1822-1825), éd. par Jamie Bruce Lockhart, John Wright, Londres, Sickle Moon Books, 2000, p. 233-234.

23 À Tintelloust : En-Noor admired, much the portraits of the personages who figure in the accounts of the former expedition to this part of the world, particularly that of Clapperton. He had also a wonderful story to tell of this traveller’s magic. He said that Abdallah (Clapperton travelling name) had learned from his books the site of his En-Noor’s father’s house, that near it was a gold mine, and that he had intended to come and give intelligence of this treasure. “See !” exclaimed the Sultan. “What wonderful things are written in the books of the Christians !, James Richardson, Narrative of a Mission to Central Africa Performed in the Years 1850-1851, Londres, Chapman and Hall, 1853, tome 2, p. 8 et 14.

24 Erwin de Bary, Le dernier rapport d’un Européen sur Ghât et les Touareg de l’Aïr, traduit et annoté par Henri Schirmer, Paris, Fischbacher, 1898, p. 193.

25 Récupéré après la mort d’Overweg.

26 Pour la liste des ouvrages de Barth, Anthony Kirk-Greene « Introduction », dans Id. (éd.), Barth Travels in Nigeria, Londres, Oxford University Press, 1962, p. 18.

27 Heinrich Barth, Henri Barth chez les Touaregs de l’Air, extrait du journal d’Henri Barth dans l’Aïr, juillet-décembre 1850, trad. et éd. par Suzanne Bernus, Niamey (Études nigériennes, 28), 1972, p. 112.

28 Meanwhile, I spent my time in a tolerably useful manner, looking over some of the books which Mr. Vogel had brought with him, especially M Jomard’s introduction to the translation of the “Voyage au Waday” by M. Perron, and the “Flora Nigritia” of Sir William Hooker, Heinrich Barth, Travels and Discoveries, op. cit., 1853, tome 3, p. 593.

29 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 1, p. 296-297 et 304-305.

30 Ibid., tome 2, p. 268.

31 À Ghadamès le 18 août 1860 : « La conversation roule sur très peu de choses parce que ces dames me font la malice de prétendre ne pas comprendre l’arabe de sorte que je suis à m’éreinter à chercher de rares expressions dans le cinquième volume du Dr Barth. – Elles partent d’un éclat de rire formidable quand je parviens à leur désigner “ulhi” et “teraouen” comme étant le siège primitif de la maladie du jeune Targui qui est le frère de l’une d’elles », Henri Duveyrier, Journal de route, publié et annoté par Charles Maunoir et Henri Schirmer, Paris, Challamel, 1905, p. 167.

32 Ce décompte ne prend en compte que les parties du récit concernées par cette étude.

33 Dominique Casajus conclut à une différence davantage de ton que de contenu, voir : Dominique Casajus, Henri Duveyrier, un saint-simonien au désert, Paris, Ibis Press, 2007, p. 121-127. Jean-Louis Triaud relève, lui, des distorsions significatives sur la question de la Sanûsiyya, Jean-Louis Triaud, La légende noire de la Sanûsiyya. Une confrérie musulmane saharienne sous le regard français (1840-1930), Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995, tome 1, p. 107-116.

34 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 1, p. 82.

35 Ibid., tome 2, p. 190.

36 Ibid., p. 252.

37 Henri Duveyrier, Journal de route, op. cit., p. 32.

38 « L’oued Nasaret est un affluent de gauche de l’oued Tafelamine, et non de droite, comme l’indique la carte de Duveyrier. En rectifiant cette petite erreur, je tiens à déclarer que cette carte m’a été excessivement utile, et qu’en général le livre de Duveyrier a été mon meilleur guide dans ce pays », Erwin de Bary, Le dernier rapport…, op. cit., p. 54.

39 Gerd Spittler, « Explorers in Transit », art. cité, p. 232-234 ; Gerd Spittler, « Heinrich Barth, un voyageur savant en Afrique », dans Mamadou Diawara, Paulo Fernando de Moraes Farias, Gerd Spittler (dir.), Heinrich Barth et l’Afrique, op. cit., p. 55-68. À cette typologie, deux catégories ont été ajoutées ici, l’expédition militaire africaine et l’organisation africaine pour un voyageur européen.

40 Comme le montrent les cartes de l’annexe I qui représentent les différentes modalités de déplacement des explorateurs, infra, p. 423-435.

41 Isabelle Surun, Géographies de l’exploration, op. cit., p. 323-338.

42 Allan G. B. Fisher, Humphrey J. Fisher, « Nachtigal’s Companion », Paideuma, 33, 1987, p. 231-262.

43 Friedrich Hornemann, Voyage…, op. cit., p. xlix.

44 George Francis Lyon, A Narrative of Travels in Northern Africa in the Years 1818-1819 and 1820, Londres, Franck Cass, 1966, p. 135.

45 Heinrich Barth, Travels and Discoveries…, op. cit., tome 1, p. 318.

46 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 2, p. 96. Les ethnonymes Kel Ewey et Kel Oui sont synonymes, le premier étant le nom tamacheq et le second le nom français.

47 Annur pour Barth, En-Noor pour Richardson, est un chef de guerre Kel Oui, reconnu pour sa valeur et ses qualités militaires. Il l’emporte alors en prestige et en notoriété sur le sultan et l’anastafidet. Jean-Louis Triaud, « Hommes de religion et confréries islamiques dans une société en crise, l’Aïr aux xixe et xxe siècles. Le cas de la Khalwatiyya », Cahiers d’études africaines, 23/91, 1983, p. 242.

48 Heinrich Barth, Travels and Discoveries…, op. cit., tome 1, p. 384.

49 Ibid., p. 333-334.

50 Ibid., p. 534.

51 Erwin de Bary, Le dernier rapport…, op. cit., p. 70.

52 Othman ben el Hadj el Bekri est un notable et un lettré Ifoghas. Sur Cheikh Othman et Duveyrier, voir Dominique Casajus, Henri Duveyrier…, op. cit., p. 89-97.

53 Henri Duveyrier, Les Touareg du Nord. Exploration du Sahara, Paris, Challamel, 1864, p. xv.

54 Gustav Nachtigal, Sahara et Soudan, op. cit., tome 1, p. 403.

55 Selon l’analyse d’Edward Bovill (éd.), Mission to the Niger, I, The Journal of Friedrich Hornemann’s Travels from Cairo to Murzuk in the years 1797-1798. The Letters of Alexander Gordon Laing, Cambridge, Cambridge University Press, 1964, p. 279-280.

56 Erwin de Bary au moment de son départ avec une caravane Kel Ewey, 1er janvier 1877 : « Les Kel-ouï viennent voir mon bagage. Ils ne comprennent pas l’arabe de sorte que je vais être obligé d’apprendre le haoussa », Erwin de Bary, Le dernier rapport…, op. cit., p. 92.

57 « Notre caravane est sur le point de partir pour le Bournou ; je la joindrai ce soir. Étant en parfaite santé, très bien acclimaté, suffisamment instruit des coutumes de mes compagnons de voyage, parlant l’arabe et un peu le langage du Bournou, étant d’ailleurs bien armé, ne manquant pas de courage, et sous la protection de deux grands shérifs, j’ai le plus grand espoir de succès dans mon entreprise », lettre à sir Joseph Banks, Mourzouk, le 6 avril 1800, Friedrich Hornemann, Voyage…, op. cit., p. 230-232, lettre conservée à la RGS, LMS H 27.

58 Gerhard Rohlfs, Voyages et exploration au Sahara, tome 2, Tripoli – Rhadamès – Fezzan – Kaouar – Bornou, 1865-1867, trad. par Jean Debetz, Paris, Karthala, 2001, p. 162.

59 George Francis Lyon, A Narrative…, op. cit., p. 135.

60 James Richardson, Narrative…, op. cit., tome 2, p. 172.

61 Gerd Spittler, « Heinrich Barth, un voyageur savant en Afrique », art. cité, p. 60-61.

62 « À l’est du Tombuctou, est le Soudan, le Haussa, ou l’Asna ; le premier est le nom Arabe ; le second, celui en usage dans le pays, et le troisième, le nom Bournuan. De ces trois noms, j’adoptai le second, comme le plus convenable, et parce qu’il est entendu par les Arabes, au-dessous de Soudan, et par tous les habitants au sud de Ghaden », Friedrich Hornemann, Voyage…, op. cit., p. 245.

63 Gerhard Rohlfs, Voyage…, op. cit., tome 2, p. 197.

64 Henri Duveyrier, Les Touareg du Nord, op. cit., p. 148 ; Barth, le 19 mai 1854 : It is very remarkable that neither the Imoshagh, or Tawarek, nor the Arabs, have, as far as I am aware, a name sufficiently expressive for these shallow vales ; the Arabs in general calling an open creek of water rejl or kra and a less open one bot-ha, while the Tawarek call them in general an arm, properly a leg, of the river, or adar-n-eghirreu, but the native Hausa name fadama is far more significant, Heinrich Barth, Travels and Discoveries, op. cit., tome 3, p. 436.

65 Camille Lefebvre, Isabelle Surun, « Exploration et transferts de savoir », art. cité, p. 1-21 ; Id., « Itinéraires de sable », art. cité, p. 803-808.

66 Pierre Donaint, Les cadres géographiques à travers les langues du Niger : contribution à la pédagogie de l’étude du milieu, Niamey, Institut nigérien de recherches en sciences humaines, 1975, p. 76.

67 Pierre Donaint, Les cadres géographiques…, op. cit., p. 78-86.

68 Hornemann, dans Edward Bovill (éd.), Mission to the Niger, I, op. cit., p. 116.

Table des illustrations

Légende L’exploration du Soudan central (1797-1877)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende Carte du marabout haoussa collectée par Hornemann68
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36525/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540