Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire du Proche-Orient au temps présent

 | 
Philippe Pétriat
, 
Pierre Vermeren

Le terrain libanais : l’histoire et le dialogue avec les autres sciences sociales

Histoire et sociologie

Fouad Saba et la profession comptable libérale au Proche-Orient1

Élisabeth Longuenesse

Texte intégral

  • 1 Mes remerciements vont à Chantal Verdeil et Sylvia Chiffoleau pour les remarques qu’elles m’ont fai (...)

1Pour Nadine Picaudou, historienne de la Palestine et des Palestiniens, le travail de l’historien se conçoit comme ayant vocation à éclairer le présent, à contribuer au travail sur la mémoire, autant qu’au travail de mémoire. Plus qu’aux événements en eux-mêmes, elle s’intéresse aux hommes et aux femmes qui font l’histoire, aux bouleversements qui préparent les crises.

  • 1 Bourdieu, 1995, p. 111.

2De la société palestinienne, elle nous parle à travers ses notables et ses paysans, ses chefs politiques et ses élites économiques, leurs actions, les traces que celles-ci ont laissées. En cela, elle rencontre le sociologue et l’anthropologue, soucieux de saisir les racines des phénomènes qu’ils observent aujourd’hui. Au-delà des différences de pratiques, de méthode, de tradition, histoire et sociologie ont en effet le même objet, plaide Bourdieu, et devraient se rejoindre dans une « science sociale unifiée, où l’histoire serait une sociologie historique du passé et la sociologie une histoire du présent1 ».

3C’est aussi dans une perspective de complémentarité entre histoire et sociologie qu’à partir de questions sur le présent, je me retourne vers le passé, pour éclairer autant les changements en cours, que les représentations qu’en ont mes interlocuteurs. Je suis dès lors confrontée à une difficulté familière aux historiens du temps présent, celle de la confrontation entre la reconstruction du passé par les acteurs, et l’interprétation par le chercheur de sources plus ou moins lacunaires.

  • 2 Arrêté du ministère de l’Intérieur publié au Journal officiel le 20 mars1964. Selon une source non (...)
  • 3 Seul Fouad Saba est mentionné dans le Who’s who de 1973-1974. Fawzi est son fils aîné. J’ai pu renc (...)

4Dans une recherche sur les comptables et leurs organisations professionnelles, cherchant à comprendre la « raison » des conflits qui les traversaient, j’ai été confrontée aux récits que me proposaient mes interlocuteurs. Une figure revenait souvent, celle de Fouad Saba, un Palestinien, dont on me racontait qu’il avait fondé le premier cabinet comptable à Haïfa, en 1926. Ayant transféré son cabinet à Beyrouth en 1948 lors de la Nakba, il aurait ouvert ensuite de nombreuses branches dans les pays voisins, Syrie, Jordanie, Égypte, Koweït, dès les années 1950, et été à l’origine de la création d’une association professionnelle, la Middle East Society of Associated Accountants, à vocation régionale2. Parmi les fondateurs, sont mentionnés Fouad Saba, Iskandar Semaan, Fawzi Saba, George Achqar, William Mitri, Karim Khoury3.

  • 4 Selon un document en anglais, consulté dans les archives de Wael Abou Chakra, dernier président du (...)

5Quelques mois avant la MESAA, avait été créé un « syndicat des cabinets comptables4 ». Si elles semblent avoir entretenu des relations de rivalité, les deux organisations n’avaient toutefois pas la même vocation : alors que le syndicat est une organisation de défense des intérêts d’un groupe professionnel, comparable à d’autres syndicats d’artisans ou de commerçants, la MESAA se pense comme une organisation « professionnelle » au sens anglais du terme, impliquant expertise et responsabilité sociale et imposant de strictes conditions de diplôme et d’expérience professionnelle pour y adhérer : elle se donne pour but « d’élever le niveau professionnel, moral, culturel, éducatif de la profession comptable, de travailler à garantir un niveau élevé lors de la délivrance de la licence d’exercice » et, on l’a dit, bien que basée à Beyrouth, elle affiche d’emblée une vocation régionale.

  • 5 Longuenesse, 2001.

6À Damas, l’étatisation de l’économie a marginalisé la pratique des comptables et auditeurs exerçant en libéral dès les années 1960, et la plupart des bureaux de Saba ont cessé leur activité. C’est paradoxalement à Amman que l’héritage de Fouad Saba semble avoir laissé les traces les plus durables. La firme Saba y a encore pignon sur rue, alors qu’à Beyrouth elle s’est effacée derrière Deloitte. Il est intéressant de noter que Talal Abou Ghazaleh, un Palestinien formé chez Saba à Koweït, a fondé une firme indépendante après l’avoir quitté, et une association professionnelle elle aussi à vocation panarabe5, poursuivant ainsi la vocation des milieux d’affaires palestiniens à s’étendre sur l’ensemble de la région.

7Dans un article de 1998, Nadine Picaudou évoquait l’apparition d’une nouvelle bourgeoisie d’affaires palestinienne dans les années 1940, et expliquait que suite à l’exode de 1947-1948, celle-ci avait réussi à transférer une fraction de son capital mobilier, auquel s’ajoutait un capital personnel (éducation, compétences, expérience entrepreneuriale, réseaux construits lors de relations d’affaires), qui lui permit de reconstruire ses bases économiques, alors même qu’une partie des dépôts bancaires en Palestine étaient confisqués.

Marchands et entrepreneurs arabes des années 1940 [avaient déjà placé] une part importante de leurs disponibilités dans les circuits financiers locaux et internationaux. Les deux plus grandes banques arabes sont l’Arab Bank, d’Abd al-Hamid Shoman, et la National Arab Bank, d’Ahmad Hilmi Abd Al Baqi (issu de la première).

8Elle cite Fouad Saba comme un exemple de transfert réussi :

  • 6 Picaudou, 1998, p. 32.

La société comptable Fouad Saba, fondée à Haïfa en 1926, déjà installée en Transjordanie, au Liban et en Syrie, développe après 1948 ses agences hors de Palestine, Fouad Saba assumant dans le même temps des fonctions de consultant auprès de la Banque arabe et de direction de la société d’investissement Al-Machreq Financial Investment Company (cf. MEED 11 décembre 1981)6.

  • 7 Ibid., p. 33.

9Les élites économiques palestiniennes ont ainsi « fait la preuve de leurs capacités d’adaptation à la conjoncture » et dès le « milieu des années 50 […] les Palestiniens sont parmi les premiers à s’inscrire dans les circuits de la rente7 ».

  • 8 Becker, 1986, p. 107-108.
  • 9 Bourdieu, 1995.

10L’histoire de Fouad Saba – comme un peu plus tard celle de Talal Abou Ghazaleh (voir plus loin) – peut donc être lue comme exemplaire de l’histoire d’un milieu social et professionnel et susceptible d’en éclairer les ressorts, ainsi que le « côté subjectif de processus institutionnels », tout en apportant des informations sur des « domaines contigus à celui de la recherche8 ». Mais le récit que nous en font héritiers et successeurs, critique ou hagiographique, réorganisé et réinterprété en fonction des préoccupations du moment, nous instruit plus encore sur ce moment, sur les enjeux des conflits postérieurs au récit, sur la position de celui qui parle dans leur champ professionnel9.

11Entre sources historiques et récits biographiques des contemporains et des héritiers, je tenterai ici de reconstituer l’histoire de cette figure emblématique en l’inscrivant à chaque étape dans les conflits et les enjeux du moment, et confronterai ce que je sais du devenir de la société Saba à celui de son héritier et rival, Talal Abou Ghazaleh. Je reviendrai enfin en conclusion sur ce qu’elle nous dit des batailles récentes qui traversent la profession.

UN FONDATEUR ET SON ŒUVRE

  • 10 D’après James Finn, 1877, Beyeways in Palestine, James Nisbet, Londres, p. 243 (cité dans l’article (...)

12Selon le Who’s who in Lebanon, Fouad Saleh Saba, « fils de Saleh Saba et de Madame née Louise Mayer, est né le 14 décembre 1902, à Shafa Amr (Palestine) ». Shafa Amr, village de Galilée situé à une vingtaine de kilomètres à l’est de Haifa, avait alors une population mixte, de chrétiens, druzes et musulmans sunnites, et une communauté juive s’y était installée au milieu du xixe siècle10. Mazen Dajani, associé de Saba and Partners à Amman, rapporte que Saleh Saba était un pasteur protestant et que sa mère était allemande.

  • 11 Yazbak, 1999, Mille 1899.
  • 12 Mille, 1899, p. 166-167.

13Une communauté allemande s’était en effet installée dans la région d’Acre et de Haïfa dans la seconde moitié du xixe siècle, à partir de 186811. Au départ, il s’agissait d’une colonisation de caractère religieux, millénariste, sous l’égide de l’ordre des Templiers. De leurs convictions religieuses initiales, il semble que la plupart de ces colons aient surtout conservé « de fortes convictions morales, [et] l’obéissance à des règles de conduite tirées de l’évangile12 ». Ils n’en manifestent pas moins une arrogance vis-à-vis de la population locale qui interdit le développement de relations apaisées. Difficile certes d’en tirer des conclusions sur les circonstances et implications du mariage de Saleh Saba avec une jeune allemande, d’autant que nous ne savons rien sur l’obédience protestante dont il relevait (luthérien, évangélique, presbytérien ?). Peut-être Fouad a-t-il néanmoins hérité de ses parents cette « éthique protestante » dont Max Weber a montré le rôle dans le développement du capitalisme.

  • 13 Ibid., p. 168.
  • 14 Abu Hanna mentionne Fouad Saba parmi les élèves illustres de quelques écoles protestantes, mais san (...)
  • 15 Cf. site Deloitte ME.
  • 16 Mazen Dajani, et site de Deloitte ME. Voir aussi Palestine facts, Gale Encyclopedia, et la notice S (...)
  • 17 The first licensed auditor to practive under the Britich Mandate (Palestine facts, Passia)
  • 18 Entretien avec Tawfiq Ayub, directeur de TAGh Jordanie, Amman, 25 septembre 1999.
  • 19 Johnson, 1973.

14Les Templiers allemands avaient alors des écoles à Jérusalem et Haïfa13, mais aucune des sources auxquelles j’ai eu accès n’indique où le jeune homme a fait ses études secondaires14. En revanche, on sait qu’il étudia à l’université américaine de Beyrouth, d’où il sortit en 1926 avec un diplôme de l’école de commerce (BBA, Bachelor in Business Administration) et une spécialisation en comptabilité. Son fils Souheil aurait rapporté que « tous ses amis étaient ingénieurs, avocats, médecins, et [qu’]il voulait faire quelque chose de différent15 ». Dès l’obtention de son titre, il ouvrit un premier cabinet comptable à Haïfa, le 18 août 1926, the first professional office in the whole region, outside Egypt16 : il aurait été de fait le premier comptable agréé par les autorités britanniques sous le mandat17. Il aurait par la suite obtenu une qualification de l’ACCA (Association of Chartered Certified Accountants)18, une association professionnelle britannique regroupant essentiellement des comptables exerçant dans l’empire, dans les dominions, colonies et pays sous mandat britannique19. On sait aussi que dès les années 1930 il était actif dans le mouvement national palestinien.

  • 20 Seikaly, 1995, p. 100 ; Palestine Facts.
  • 21 Seikaly, 1995, p. 232-233.
  • 22 Cf. Thompson, dans Gale Encyclopedia ; site Palestine Facts.
  • 23 MEED, 11/12/1981, cité par Picaudou, 1998 ; voir aussi Ben Mahmoud, 2002.
  • 24 Ben Mahmoud, p. 84.
  • 25 Sayigh, 2009 (communication de Rosemary Sayigh, le 25 juillet 2013).

15En 1930, Abd Al-Hamid Shoman fonda l’Arab Bank (al-Bank al-’Arabiy), avec des capitaux uniquement arabes et sollicita Fouad Saba pour en être le commissaire aux comptes (auditor, selon la terminologie britannique). Ce dernier aurait par ailleurs contribué à la création du Fonds national palestinien, et à la constitution du Haut-Comité arabe, dont il était le secrétaire et le comptable20. Ayant été chargé de l’audit des finances de la municipalité de Haïfa, il accusa certains membres du conseil de corruption, ce qui lui valut de se voir retirer cette mission21. Ses activités politiques lui valent d’être exilé aux Seychelles par les Britanniques en 193722. Dès les années 1930 et 1940, il déploya les activités de son cabinet dans les pays arabes voisins, en Jordanie, en Syrie et en Égypte, et créa une société d’investissement, al-Machriq Financial Investment Company23. En 1944, il fonda enfin, avec Basim Francis et Auguste Farougi, « la première compagnie d’assurances entièrement arabe que ce soit du point de vue du capital, des actionnaires ou de la direction » dont il confia la direction à Bassem Fares24. Yusif Sayigh mentionne avoir été sollicité par Saba d’abord pour diriger le bureau de Jérusalem, puis comme directeur adjoint pour le monde arabe, et enfin pour ouvrir le bureau de Beyrouth25.

16En 1948, à la veille de la proclamation de l’État d’Israël et de la guerre « israélo-arabe » qui s’ensuit, il transféra la maison mère de Saba & Partners de Haïfa à Beyrouth et déploya désormais son activité à partir de la capitale beyrouthine. La même année, Abd Al-Hamid Shoman et l’Arab Bank quittaient Jérusalem pour Amman. L’Arabia Insurance Company fut reconstituée à Beyrouth par Bassem Fares.

  • 26 Voir notice du Who’s who in Lebanon, et entretien Mazen Dajani, qui mentionnent son mariage en 1927 (...)
  • 27 Courbage, 2002.

17Fouad Saba obtint probablement la nationalité libanaise assez rapidement, bien qu’aucune source ne le mentionne. Il est chrétien, sa femme est libanaise26, et on sait que nombre de chrétiens palestiniens seront naturalisés libanais au début des années 195027. Si l’on en croit l’adresse donnée par le Who’s who, les deux sociétés, Saba & Co, et Arabia Insurance, étaient logées à Ain Mrayssé, dans l’immeuble Arabia House. Le Who’s who mentionne qu’il est chevalier de l’ordre national du Cèdre, et a reçu la médaille de l’ordre de l’Indépendance de la Jordanie : il reste avant tout un Proche-oriental et son espace d’action, autant que la reconnaissance dont il jouit, ne se limite pas au Liban.

  • 28 Date donnée par l’un de mes interlocuteurs, le Syrien Ibrahim Tarazi.
  • 29 D’après Ibrahim Tarazi, son associé à Damas dans les années 1960, Saba ouvre une succursale dès la (...)
  • 30 À propos du rôle de l’ACCA dans l’Empire britannique, voir Johnson, 1973 et MacDonald, 1995.
  • 31 Entretien avec Tawfiq Ayoub, Amman, 25 septembre 1999.

18Entre la date de l’arrivée au Liban de Fouad Saba et sa disparition en 198228, Saba & Partners poursuivit son expansion, en traversant les bouleversements politiques régionaux. Il étendit progressivement les activités de son cabinet dans l’ensemble des pays arabes. Après la Jordanie, l’Égypte, la Syrie29, il aurait ouvert dans les années 1950 « une branche à Bagdad, avec un irakien (Sabih Tahhân), membre comme lui de l’ACCA30, une branche en Arabie Saoudite avec un Égyptien, Issa al-’Ayûtî31 ».

  • 32 Thompson, dans Gale Encyclopedia. Fouad Saba aurait donc quitté Haifa, ce qui laisse penser que l’e (...)

19Ses deux fils étaient eux aussi diplômés de l’AUB en comptabilité. L’aîné, Fawzi, né en 1931 à Jérusalem32, serait parti aux États-Unis au début des années 1950, où il aurait obtenu un CPA, puis un doctorat en études comptables : Tawfiq Ayoub, le directeur de TAGH à Amman, affirme que Fawzi aurait été à l’origine de l’introduction des normes américaines, et de l’association avec le numéro un mondial de l’audit à l’époque, Andersen :

  • 33 Entretien avec Tawfiq Ayoub, le 25 septembre 1999, à Amman.

On passa progressivement au concept (mafhum) américain. Pendant un temps, coexistèrent le concept anglais et le concept américain. Au Liban, dominait le concept français, plus faible. Avec Saba, fut introduit le concept américain, ce qui fait que coexistent les trois concepts, français, anglais et américain, selon la demande des sociétés clientes. Cela jusque dans les années 197033.

  • 34 « Fawzi étudie aux États-Unis. Il se brouille avec son père et crée sa propre société. Plus tard, i (...)

20Iskandar Semaan semble confirmer ses propos, lorsqu’il évoque l’aîné des fils Saba « qui aurait fait son CPÀ en Amérique », avant d’aller « travailler dans les pays du Golfe ». Fawzi fait d’ailleurs partie du premier bureau de la MESAA. Il se brouillera plus tard avec son père et créera sa propre société, avant de prendre sa retraite34.

  • 35 Site Deloitte ME et Mazen Dajani.
  • 36 On désigne couramment sous le nom abrégé de Big, les très grands cabinets d’audit de dimension mond (...)
  • 37 Site Deloitte ME.
  • 38 Ibid.

21Son second fils Souheil, lui aussi diplômé de l’AUB, aurait ouvert le premier bureau au Koweit vers 1949-195035, où se formera Talal Abou Ghazaleh, avant de le quitter pour créer sa propre société concurrente. La firme élargit son champ de compétence, en introduisant le conseil fiscal, l’arbitrage et surtout un département de Marques et brevets (Trademark and Patent, TMP), qui se développera particulièrement à la fin des années 1970. Le cabinet s’était délocalisé à nouveau de Beyrouth vers Chypre, du fait de la guerre au Liban. Souheil Saba aurait été à l’origine de la rupture avec Andersen, en 1978, et du choix de se tourner vers un autre Big36, Touche And Ross International (TRI), ancêtre de Deloitte37. Cette nouvelle association lui permettait à la fois de bénéficier de la référence de l’une des firmes qui dominent le marché mondial, tout en préservant son autonomie (voir plus loin)38.

22Entre-temps, en 1964, Fouad Saba avait été à l’origine, avec quelques collègues de formation britannique, de la création de la MESAA (voir supra).

23Pour Joseph Fadl, directeur de Deloitte à Beyrouth au début des années 2000 :

  • 39 Entretien avec Joseph Fadl, le 22 juin 2002, à Beyrouth.

Fouad Saba, dès le début, voyait venir la globalisation, il pensait que l’on ne peut pas vivre hors de l’international. Il est le premier à avoir établi des liens avec Andersen, [il avait créé] la première association, qui visait à garder un niveau professionnel élevé, pour le service et l’assistance, pour la mise à jour, le training. Il était visionnaire39.

LE DEVENIR D’UN RÉSEAU PROFESSIONNEL

  • 40 Entretien avec Ibrahim Tarazi, ancien collaborateur de Saba dès les années 1960, directeur du cabin (...)

24Dans les années 1960, les soubresauts politiques et l’étatisation des économies des pays arabes affaiblissent le réseau Saba & Partners. Si l’on en croit son associé syrien, dès les années 1960, l’activité d’audit (de commissariat aux comptes) cessa suite aux nationalisations, les bureaux d’Alep et Homs fermèrent, et l’activité du bureau de Damas fut réduite au service comptable et au conseil fiscal pour les petites entreprises vers le milieu des années 1970. Si le nom de Saba apparaissait encore, c’était une tolérance de fait40 : jusqu’à récemment en effet, la loi syrienne interdisait aux non Syriens d’ouvrir un cabinet au nom d’une enseigne étrangère, a fortiori une filiale.

25Awni Zakieh, directeur du bureau de Damas entre 1978 et 1997 explique :

  • 41 Entretien avec Awni Zakieh, le 11 septembre 2001, à Damas.

Nous étions une société de droit syrien, enregistrée au registre du ministère de l’approvisionnement, tout en étant filiale de Saba, dont le siège est à Beyrouth. La loi syrienne (et l’association des comptables) ne reconnaît que les cabinets individuels syriens, alors je signais « Awni Zakieh, de chez Saba ». Il n’y a pas d’opposition à Saba dans l’association, il est présent en Syrie depuis 50 ans, avec des associés syriens. Quand des firmes étrangères veulent ouvrir une succursale, ou une filiale, le ministère de l’économie refuse, alors ils ouvrent un bureau de conseil, ou d’études (maktab istishâri, maktab anzimah, dirasât iqtisâdiyyah) : cependant, ils n’ont pas le droit de faire de l’audit. C’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas le faire pour l’administration, mais pour le privé rien ne les empêche (si une firme étrangère a recours à eux). […] Il est vrai que Saba de fait est une société, mais on contourne la loi, en signant individuellement, non comme société41.

26Au début des années 2000, après l’autorisation faite aux cabinets étrangers d’entrer sur le marché syrien, le bureau de Saba devint pour peu de temps le représentant local de Deloitte.

  • 42 Ibid.

Saba Syrie dépend de la maison mère, basée à Beyrouth, c’est une filiale, au sens ou les bénéfices sont partagés. L’affiliation à Deloitte & Touche est au niveau de la maison mère, et pour les filiales dans les autres pays, dont la Syrie, c’est une situation de fait, conséquence de l’appartenance à Saba International42.

27Mais l’alliance avec Andersen, puis Deloitte, loin de préserver une position dominante sur le marché arabe, semble avoir contribué à consacrer l’irrésistible ascension des big et la marginalisation des cabinets arabes. L’évolution de TAGh, qui prétendit un temps reprendre le flambeau d’un projet de développement arabe passant par le marché, confirme la vanité d’une telle ambition dans le monde de la finance globalisée d’aujourd’hui.

28Dans un premier article sur les comptables jordaniens, j’avais suggéré, en me basant sur les propos des dirigeants de TAGh en Jordanie, que

  • 43 Longuenesse, 2001, p. 7

L’expérience de la société Abou Ghazaleh International [ressemblait à] une tentative de jouer dans la cour des grands, en développant un réseau strictement arabe, grâce au marché des pays riches de la péninsule Arabique [et que] le discours nationaliste des dirigeants de la firme [apparaissait] ainsi comme une reconversion libérale du nationalisme socialisant des années 197043.

29Le directeur du bureau régional de la firme opposait ainsi sa stratégie à celle de Saba qui, selon lui,

  • 44 Après être d’abord passé sous le contrôle d’Andersen, voir supra. Les big étaient au nombre de six (...)

après s’être hissé au niveau de première firme de taille régionale, s’était finalement laisser absorber par une des big six, Touche and Ross44.

30J’aurais pu insister sur le fait que cette tentative ressemblait fortement, à trente ou quarante ans d’intervalle, à celle de Saba dès les années 1940 et 1950. Toutefois, la réaction des responsables de Saba à la lecture de cet article m’a amenée à revoir cette interprétation et m’a suggéré de regarder de plus près les modalités des associations entre cabinets d’audit nationaux et réseaux internationaux. En effet, un cabinet local peut se transformer en simple filiale ou être associé comme member firm, selon la stratégie des firmes mondialisées et le type de négociation avec leurs partenaires locaux. Cela a des implications juridiques et financières différentes puisque, dans le second cas, le cabinet local préserve une certaine autonomie, tout en bénéficiant du label du réseau auquel il s’associe. L’histoire de l’association de Saba avec Andersen d’abord, Deloitte ensuite, semble précisément relever de ce type de négociation :

Pourquoi nous avons quitté Andersen en 1977, c’est précisément parce qu’ils voulaient faire de nous une branche, alors que nous étions une member firm, ils voulaient nous dominer. Nous avons refusé. Le partenaire d’Andersen a reproché au directeur d’alors, Harvey Kapnick, d’avoir provoqué cette rupture avec Saba, qui était la plus grosse firme arabe dans la région et très réputée. Deux ou trois ans plus tard, ils l’ont démis de ses fonctions. On lui a reproché de nous avoir laissés quitter Andersen Worldwide. Ce n’est pas vrai non plus de dire que nous avons été « absorbés » par Touche & Ross. Nous sommes a member firm of Deloitte Touche International, qui inclut Deloitte Touche UK, Deloitte Touche France… Nous utilisons les deux noms. Nous n’avons pas été absorbés, nous sommes indépendants, nous avons un managing partner, un board, 22 bureaux dans les pays arabes, indépendants. Comme en 1926, nous sommes une firme indépendante.

31D’ailleurs

  • 45 Entretien avec Na’im Khoury et Mazen Dajani, Amman, le 18 mai 2002.

Abou Ghazaleh aussi s’est associé à des étrangers, il a essayé puis il a échoué… Abou Ghazaleh nous a quittés en 1971, au Koweit. Il a alors essayé de travailler avec Price Waterhouse pendant un ou deux ans. Price Waterhouse se rappelle qu’ils ont quitté la région à cause d’Abou Ghazaleh, ils ne voulaient plus en entendre parler. Ensuite ils sont revenus, on their own, dans le Golfe.
TAGh a ensuite essayé avec Grant Thornton et a aussi échoué45.

32On notera néanmoins que si la société Saba & Partners apparaissait encore à Amman, au début des années 2000, associée au label Deloitte, au Liban, le cabinet Deloitte ne mentionnait déjà plus son partenaire historique. En 2002, Joseph Fadl, directeur (managing partner) de Deloitte Beyrouth, expliquait :

  • 46 Entretien avec Joseph Fadl le 29 juin 2002 à Beyrouth.

À Beyrouth, Saba n’existe plus. On a Saba en Jordanie, et Deloitte à Beyrouth, qui sont membres de Deloitte Moyen-Orient. En Jordanie, la réglementation est rigide. Une société ne peut pas changer de nom, sauf à prendre le nom d’un associé : elle deviendrait Dajani & Co, mais elle ne peut pas prendre le nom de Deloitte. Au Liban, notre raison sociale est Deloitte & Touche46.

  • 47 Deloitte was providing independent professional advice and services in Lebanon even before the coun (...)
  • 48 Mais il semble que ce soit désormais aussi le cas pour la branche d’Amman : The Deloitte office in (...)

33Et lorsque Deloitte affiche sur son site web qu’il est présent à Beyrouth depuis 194247, on ne sait pas s’il fait référence à l’arrivée de Saba, ou à celle d’une de ses sociétés fondatrices48.

34Aujourd’hui, Saba semble s’être complètement séparé de Deloitte et se consacrer à l’expertise en matière de propriété intellectuelle.

35Citons encore le directeur de Deloitte Beyrouth :

  • 49 Joseph Fadl, entretien cité.

C’est l’ancienne équipe du cabinet Saba à Amman qui a développé cette activité, mais ça n’a rien à voir, c’est complètement distinct de l’activité d’audit… Ça ne m’intéresse pas, c’est un travail administratif, pas un travail professionnel. Une marque s’adresse à nous, et nous la déposons auprès de l’administration49

  • 50 La société Saba apparaît désormais sur internet sous le nom de Saba & Co Intellectual Property, et (...)
  • 51 Le président Talal Abou Ghazaleh est jordanien, le secrétaire général égyptien : les trois vice-pré (...)

36Cette spécialité, une parmi d’autres développées par Saba dans les années 1960-1970, serait aujourd’hui au cœur de l’activité de Saba, qui aurait abandonné l’audit50. Talal Abou Ghazaleh, si l’on en croit la présentation que fait le groupe de ses activités, a certes développé lui aussi une expertise « Propriété intellectuelle », mais il a continué à se diversifier et a conservé une activité d’audit, grâce à sa présence en Arabie Saoudite et dans les pays du Golfe où son réseau semble principalement implanté. Lui aussi avait été à l’origine de la création d’une Association professionnelle de comptabilité (ASCA) à vocation internationale, mais tandis que la MESAA rayonnait à partir du Liban, sur vingt-sept membres de son comité de direction, l’ASCA compte huit Saoudiens (dont deux vice-présidents) auxquels s’ajoutent quatre ressortissants des petits États du Golfe (un Qatari, deux Émiratis, un Bahreini), pour deux Libanais et trois Syriens51.

37Ce qui m’a particulièrement intéressée, à travers le cas de Saba (puis de son disciple concurrent, Talal Abou Ghazaleh), c’est la dimension régionale du réseau professionnel constitué à partir du cabinet de Haïfa, ensuite déplacé à Beyrouth. Si le déploiement dans les pays voisins semble avoir été esquissé dès les années 1930 ou 1940, dans la logique des sociétés comptables anglo-saxonnes, par un homme issu d’un milieu de notables ottomans pour qui les frontières mandataires sont contingentes, celui-ci s’intensifie après la nakba et l’exil des fondateurs au Liban. Que cette aventure soit le fait d’un Palestinien n’est sans doute pas fortuit. D’une part, à part l’Égypte, c’est en Palestine qu’apparaissent les premiers établissements financiers, dès les années 1930 (banque et assurance), d’autre part, l’exil incite assez naturellement à ne pas se cantonner à un territoire national – qui n’est pas la patrie d’origine de l’entrepreneur. Notons que Fouad Saba, le chrétien, a choisi le Liban, tandis que Talal Abou Ghazaleh, le musulman, est devenu jordanien. Mais ils ont en commun la formation dans le moule anglo-saxon, ici essentielle.

  • 52 Ramirez, 2003.

38Au Liban, la pratique professionnelle de la comptabilité se nourrit de deux traditions : l’une, plutôt française, associant la comptabilité au service de l’entreprise, au conseil fiscal, la seconde, britannique, centrée sur l’audit et la révision des comptes, pour les besoins des actionnaires, des assureurs et des marchés. La seconde, anciennement présente en Égypte et en Palestine, dès la fin du xixe siècle, via les cabinets britanniques et bientôt anglo-américains, arrive au Liban du fait de la demande des établissements anglais et américains (sociétés commerciales, banques, université américaine). Aujourd’hui, la globalisation des marchés se traduit par l’hégémonie des quatre big, sociétés d’audit multinationales anglo-américaines, résultant de la fusion successive des majors d’origine britannique. Cette évolution, observée dans tous les pays du monde, prend des formes différentes, et suscite des conflits plus ou moins douloureux, selon l’histoire de la profession dans chaque pays52. Les efforts des cabinets arabes les plus puissants pour résister au rouleau compresseur sont un peu partout voués à l’échec : la référence à Fouad Saba comme fondateur d’une profession qui connaît un renouveau à la faveur des politiques de libéralisation, en se réclamant de plus en plus d’un modèle anglo-saxon plutôt que français, est ainsi doublement révélatrice. Elle légitime la référence à ce modèle, mais elle ne peut manquer l’utopie de l’idéal d’indépendance dans le contexte proche-oriental d’aujourd’hui.

39Les entretiens, pas plus que la documentation produite par les entreprises (y compris leurs sites internet), ne peuvent sans doute être considérés par l’historien comme des sources suffisantes, si l’on se soucie de l’exactitude des faits. La reconstitution des faits, et du sens d’une trajectoire comme celle de Fouad Saba dans la durée, dans le contexte des bouleversements qu’a traversés la région au long du xxe siècle, exigerait un complément de recherche dans les archives de différentes institutions publiques et privées. Pour le sociologue, les événements privilégiés et les qualités mises en avant par les acteurs d’aujourd’hui, comme par la documentation officielle des firmes, signalent néanmoins « ce qui compte » pour les uns et les autres. En ce sens, il peut se permettre de ne pas aller plus loin dans la recherche de preuves, et se limiter, provisoirement au moins, à une analyse des priorités, et surtout des conflits et des divergences que révèlent les propos recueillis, et de leurs enjeux.

40De même que Carlos Ramirez a été chercher dans l’histoire de la structuration du champ de la comptabilité un éclairage pour comprendre la forme et l’intensité des conflits d’aujourd’hui, de même, pour comprendre les spécificités du développement de la profession comptable dans chaque pays du Proche-Orient, un recours à l’histoire est éminemment instructif. Cette histoire est d’abord celle des réglementations et des organisations ayant trait à la vie économique et à la façon dont l’État s’efforce d’étendre son contrôle. Mais derrière les organisations et les institutions, on trouve les hommes et leurs histoires, leurs trajectoires, leurs stratégies, qu’ils adaptent en fonction des opportunités qui s’offrent à eux, de leur disposition à s’en saisir. Alors que les descendants de Fouad Saba sont aujourd’hui en Europe, ceux de Talal Abou Ghazaleh circulent entre la Grande-Bretagne et les pays du Golfe. On peut sans doute voir dans ces chemins divergents le résultat d’une succession de circonstances qui, combinées aux dispositions initiales des intéressés, ont contribué à orienter leur destin.

Bibliographie

Bibliographie

Hanna Abu Hanna, 2005 : Tala’i’ al-nahda fî Filastîn (kharrîjû al-madâris al-rûsiyya), 1862-1914, Institut d’études palestiniennes, Beyrouth.

Howard S. Becker, 1986 : « Biographie et mosaïque scientifique », ARSS, 62-63, p. 105-110.

Feriel Ben Mahmoud, 2002 : « Le rôle des Palestiniens dans le secteur financier au Liban, 1948-1967 », Revue d’études palestiniennes, 82, p. 80-95.

Pierre Bourdieu, 1995 : « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France », ARSS, 106-107, p. 108-122.

Youssef Courbage, 2002 : « La démographie des Palestiniens, L’incroyable légèreté des chiffres », dans Mardam-Bey Farouk et Sanbar Elias (éd.), Le droit au retour. Le problème des réfugiés palestiniens, Sindbad/Actes Sud, Arles, p. 177-206.

Terence Johnson, 1973 : « Imperialism and the Professions. Notes on the Development of Professional Occupations in Britain’s Colonies and the New States », dans Halmos Paul (éd.), Professionalisation and Social Change, Keele, Stafforshire, p. 281-309.

Élisabeth Longuenesse, 2001 : Jordanie. Une profession dans la mondialisation, Documents du Cermoc, Beyrouth.

Élisabeth Longuenesse, 2002 : « Pour une histoire de la profession comptable au Liban, entre influences étrangères et dynamiques endogènes », Travaux et Jours, 69, p. 131-161.

Élisabeth Longuenesse, 2012 : « Territoires professionnels en question. L’exemple des comptables et réviseurs au Proche-Orient (Une comparaison Liban Jordanie) », Sociologie du travail, 52, 2010, p. 71-86.

Keith M. MacDonald, 1995 : The Sociology of the Professions, Sage Publications, Londres.

Pierre Mille, 1899 : « Colonies juives et allemandes en Palestine », Annales de Géographie, 8/38, p. 160-169.

Palestine Facts. Personalities – Alphabetical Listing. SABA, FU’AD (1902-) http://www.passia.org/palestine_facts/personalities/alpha_s.htm

Nadine Picaudou, 1998 : « La bourgeoisie d’affaires palestinienne : trajectoires en diaspora », Maghreb-Machrek, 159, p. 28-39.

Carlos Ramirez, 2003 : « Du commissariat aux comptes à l’audit, Les Big 4 et la profession comptable depuis 1970 », ARSS, 146-147, p. 62-79.

Edward W. Said, 1999, Out of Place, Vintage Books, New York, trad. française, 2002 : À contre-voie. Mémoires, Le Serpent à Plumes, Paris.

Yusif Sayigh, 2009 : Sîra ghayr muktamala [Une trajectoire incomplète], Dar al-Rayyis.

May Seikaly, 1995 : Haifa. Transformation of an Arab Society, 1918-1939, I.B. Tauris, Londres.

Elizabeth Thompson : « Saba Family », dans Gale Encyclopedia of the Mideast and North African, Prominent Palestinian/Lebanese family (http://www.answers.com/topic/saba-family : consulté le 30 juillet 2013)

Mahmoud Yazbak, 1999 : « Templars as Proto-Zionists ? The German Colony in Late Ottoman Haifa », Journal of Palestine Studies, 28/1, p. 40-54.

Sources originales

Who’s who in Lebanon, 1973-1974, 1980-1981.

Sites internet

Consultés les 18 et 26 juillet 2013 :

Saba & Co IP : http://en.wikipedia.org/wiki/Saba_%26_Co._IP

Saba and Co, Intellectual property : http://www.sabaip.com/profile-overview.aspx

Deloitte ME : http://www.deloitte.com/view/en_lb/ly/about/bc31657b5a715310VgnVCM1000001a56f00aRCRD.htm

Entretiens

Tous les entretiens ont été réalisés en arabe, à l’exception de celui de Joseph Fadl.

Tawfiq Ayoub, TAGh, Amman, 25 septembre 1999

Iskandar Semaan, Semaan Gholam Cy, Beyrouth, 8 octobre 1999

Riyadh Mansour, directeur de KPMG Beyrouth, 8 janvier 2001

Awni Zakieh, Zakieh Accountant, Damas, 11 septembre 2001, 2 juin 2005

Ibrahim Tarazi, Tarazi Accountant, Damas, 25 septembre 2001

Na’im Khoury, Saba & Partners, Amman, 18 mai 2002

Mazen Dajani, Saba & Partners, Amman, 18 mai 2002

Joseph Fadl, Deloitte, Beyrouth, 29 juin 2006

Notes

1 Bourdieu, 1995, p. 111.

2 Arrêté du ministère de l’Intérieur publié au Journal officiel le 20 mars1964. Selon une source non contrôlée, la MESAA aurait regroupé (probablement à la veille de la guerre civile) les patrons de vingt-deux bureaux, dont dix affiliés à Saba et dix à Russell (Entretien avec Riyadh Mansour, patron d’un important cabinet à Beyrouth, le 08/01/2001).

3 Seul Fouad Saba est mentionné dans le Who’s who de 1973-1974. Fawzi est son fils aîné. J’ai pu rencontrer Iskandar Semaan au début de mon enquête, en septembre 2001, et il m’a apporté quelques informations sur William Mitri.

4 Selon un document en anglais, consulté dans les archives de Wael Abou Chakra, dernier président du syndicat, le Syndicate of Lebanese Auditing and Accounting Firms aurait été licensed as per decree n. 518/1 of 1963, issued by the ministry of works and social affairs (sic). Voir aussi, al-Muhasaba, 13, juin 1993. Le premier président du syndicat généralement cité est Joseph Tasso, directeur de l’école Pigier.

5 Longuenesse, 2001.

6 Picaudou, 1998, p. 32.

7 Ibid., p. 33.

8 Becker, 1986, p. 107-108.

9 Bourdieu, 1995.

10 D’après James Finn, 1877, Beyeways in Palestine, James Nisbet, Londres, p. 243 (cité dans l’article « Shefa ‘Amr » de l’encyclopédie en ligne Wikipedia [version anglaise]).

11 Yazbak, 1999, Mille 1899.

12 Mille, 1899, p. 166-167.

13 Ibid., p. 168.

14 Abu Hanna mentionne Fouad Saba parmi les élèves illustres de quelques écoles protestantes, mais sans préciser qui était dans laquelle, ni dans quelle ville étaient situées ces écoles (Abu Hanna, 2005, p. 20, note 27). L’école de Sion (Notre-Dame de Sion, à Jerusalem), avait un internat, et préparait les élèves pour l’entrée à l’université américaine de Beyrouth (à l’époque Syrian Protestant College) (ibid. p. 17).

15 Cf. site Deloitte ME.

16 Mazen Dajani, et site de Deloitte ME. Voir aussi Palestine facts, Gale Encyclopedia, et la notice Saba & Co IP dans l’encyclopédie en ligne Wikipedia (en anglais).

17 The first licensed auditor to practive under the Britich Mandate (Palestine facts, Passia)

18 Entretien avec Tawfiq Ayub, directeur de TAGh Jordanie, Amman, 25 septembre 1999.

19 Johnson, 1973.

20 Seikaly, 1995, p. 100 ; Palestine Facts.

21 Seikaly, 1995, p. 232-233.

22 Cf. Thompson, dans Gale Encyclopedia ; site Palestine Facts.

23 MEED, 11/12/1981, cité par Picaudou, 1998 ; voir aussi Ben Mahmoud, 2002.

24 Ben Mahmoud, p. 84.

25 Sayigh, 2009 (communication de Rosemary Sayigh, le 25 juillet 2013).

26 Voir notice du Who’s who in Lebanon, et entretien Mazen Dajani, qui mentionnent son mariage en 1927, avec Muhiba al-Maalouf, dont il aura trois enfants, Souheil, Fawzi et Nadia. Comme beaucoup de familles de la bourgeoisie palestinienne, particulièrement chrétienne, ses liens avec le Liban sont anciens (voir Said, 1999).

27 Courbage, 2002.

28 Date donnée par l’un de mes interlocuteurs, le Syrien Ibrahim Tarazi.

29 D’après Ibrahim Tarazi, son associé à Damas dans les années 1960, Saba ouvre une succursale dès la fin des années 1940 ou le tout début des années 1950. Il commence à travailler avec lui en 1960 (entretien le 25 septembre 2001, à Damas). Awni Zakieh, directeur du bureau de 1978 à 1997, le bureau de Damas aurait été fondée en 1954 (entretien le 11 septembre 2001, à Damas).

30 À propos du rôle de l’ACCA dans l’Empire britannique, voir Johnson, 1973 et MacDonald, 1995.

31 Entretien avec Tawfiq Ayoub, Amman, 25 septembre 1999.

32 Thompson, dans Gale Encyclopedia. Fouad Saba aurait donc quitté Haifa, ce qui laisse penser que l’expansion de ses activités en Palestine et au-delà remonte au tournant des années 1930. Voir infra, le récit de Yusif Sayigh dans ses mémoires.

33 Entretien avec Tawfiq Ayoub, le 25 septembre 1999, à Amman.

34 « Fawzi étudie aux États-Unis. Il se brouille avec son père et crée sa propre société. Plus tard, il s’associe avec Coopers & Lybrand, puis rompt en 1993 et retourne dans sa société d’origine, celle de son père, en 1993. En 1995, il prend sa retraite et part aux Bahamas. » (Entretien avec Mazen Dajani, 18 mai 2002 à Amman.)

35 Site Deloitte ME et Mazen Dajani.

36 On désigne couramment sous le nom abrégé de Big, les très grands cabinets d’audit de dimension mondiale. Après la fusion de Price Waterhouse et Coopers & Lybrand en 1998, puis la faillite d’Andersen en 2003, Ils ne sont aujourd’hui plus que quatre (Deloitte & Touche, Ernst & Young, KPMG, Price Waterhouse Coopers).

37 Site Deloitte ME.

38 Ibid.

39 Entretien avec Joseph Fadl, le 22 juin 2002, à Beyrouth.

40 Entretien avec Ibrahim Tarazi, ancien collaborateur de Saba dès les années 1960, directeur du cabinet Saba à Damas jusqu’à sa reprise par Awni Zakieh.

41 Entretien avec Awni Zakieh, le 11 septembre 2001, à Damas.

42 Ibid.

43 Longuenesse, 2001, p. 7

44 Après être d’abord passé sous le contrôle d’Andersen, voir supra. Les big étaient au nombre de six jusqu’en 1998 (ibid.).

45 Entretien avec Na’im Khoury et Mazen Dajani, Amman, le 18 mai 2002.

46 Entretien avec Joseph Fadl le 29 juin 2002 à Beyrouth.

47 Deloitte was providing independent professional advice and services in Lebanon even before the country itself gained its independence. The Deloitte practice in Beirut was established in November 1942, a full year before the Republic of Lebanon was founded : Deloitte in Lebanon : http://www.deloitte.com/view/en_lb/lb/about/deloitte-in-lebanon/008b47259fbda110VgnVCM200000bb42f00aRCRD.htm, consulté le 6 août 2013.

48 Mais il semble que ce soit désormais aussi le cas pour la branche d’Amman : The Deloitte office in Jordan was established in the 1940s and is part of a regional network of firms in the Middle East as well as a member of the global Deloitte Touche Tohmatsu firm. Deloitte in Jordan : http://www.deloitte.com/view/en_jo/jo/about/deloitte-in-jordan, consulté le 6 août 2013

49 Joseph Fadl, entretien cité.

50 La société Saba apparaît désormais sur internet sous le nom de Saba & Co Intellectual Property, et Deloitte ne mentionne plus son lien avec elle (sites consultés en juillet 2013)

51 Le président Talal Abou Ghazaleh est jordanien, le secrétaire général égyptien : les trois vice-présidents sont saoudiens (deux) et britannique (le troisième, probablement d’origine libanaise, d’après son nom) ; les autres membres de conseil sont saoudiens (6), bahreini (1), émirati (2), tunisien (1), syriens (3), libyens (2), palestiniens (2), qatari (1), yéménite (1), algérien (1), libanais (2). Notons que les deux Libanais sont deux anciens présidents de l’ordre des Experts-comptables libanais, l’un chiite, l’autre maronite.

52 Ramirez, 2003.

Notes de fin

1 Mes remerciements vont à Chantal Verdeil et Sylvia Chiffoleau pour les remarques qu’elles m’ont faites sur une première version de ce texte.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540