Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire du Proche-Orient au temps présent

 | 
Philippe Pétriat
, 
Pierre Vermeren

De l’histoire de la Palestine à l’histoire du Proche-Orient contemporain

Les caractéristiques des militaires ottomans à partir des réformes du xixe siècle

Odile Moreau

Texte intégral

1Dans cette contribution, nous allons resituer les militaires au Moyen-Orient pour contextualiser leur émergence dans un large cadre. À cet égard, la référence à l’expérience ottomane s’avère incontournable car l’Empire ottoman fut l’une des matrices du Moyen-Orient contemporain de l’Orient arabe et turc. L’Empire ottoman fut en effet l’un des empires au monde à enregistrer une très grande longévité – de plus de six siècles – et il fut d’ailleurs le dernier empire méditerranéen. Vaste empire, l’Empire ottoman chevauchait trois continents, l’Europe, l’Asie et l’Afrique. Pièce importante de l’espace méditerranéen, il a été le théâtre de rivalités récurrentes. Il était traversé par des expériences communes partagées, même si les perceptions impériales et locales étaient divergentes. L’Empire ottoman a été le siège du califat musulman pendant plus de quatre siècles et était considéré comme le seul représentant de l’islam pour les Européens.

2Tant à la période de l’apogée de l’Empire ottoman que des réformes du xixe siècle, l’armée occupa une place particulière dans l’État ottoman. L’amorce des réformes militaires fut réalisée par le sultan ottoman Selim III au centre de l’Empire ottoman à la fin du xviiie siècle puis leur réalisation se concrétisa au xixe siècle sous la houlette de Mahmud II. Les réformes étaient extrêmement importantes car elles avaient le caractère d’un projet de société réordonnant les données politiques, sociales ainsi que culturelles autour de la question de la réforme militaire qui fut première. Notre contribution se situe dans le cadre du long xixe siècle qui frappa jusqu’aux portes de la Première Guerre mondiale, moment ô combien décisif tant pour l’institution militaire ottomane que pour le devenir même de l’Empire. Notre étude s’arrête à la veille de la Première Guerre mondiale, car elle marqua la fin du processus des réformes militaires ottomanes.

3Le croisement des regards en provenance de divers angles géographiques, entre Istanbul, le centre impérial ottoman, Le Caire et Tunis, les deux autres centres moteurs dans l’élaboration du réformisme militaire ottoman provincial est éclairant pour appréhender la synchronie des expérimentations des réformes militaires. Nous réfléchirons aux modalités de constitution de ce groupe à part, des officiers et des soldats, ainsi que de l’évolution des modèles de référence. L’étude de l’armée ottomane et des réformes militaires ottomanes présente différentes étapes d’un processus de changement, qualifiées par le terme de réformes au xixe siècle, puis celui de révolution au xxe siècle avec l’expérience réformiste kémaliste dans les années 1920.

4On assista au passage de l’armée ottomane de type classique, une armée professionnelle de métier à une armée de conscription, une armée régulière [nizamiye], sur les modèles européens. Cette transition se produisit en 1826, par la promotion d’une armée de conscription avec le Vakayi Hayriye [l’heureux événement]. Malgré cette volonté d’uniformisation, la diversité continua à régner dans l’armée ottomane, et ce à différents niveaux, tant entre corps d’armées, qu’entre garnisons mais aussi entre officiers ou encore entre soldats jusqu’à la fin de l’Empire ottoman.

L’ARMÉE OTTOMANE DE TYPE CLASSIQUE : UNE ARMÉE DE MÉTIER, PROFESSIONNELLE

  • 1 Inalcik et Imber, 2002.
  • 2 Quataert, 2000, p. 37-54.
  • 3 Shaw et Shaw, 2000.

5L’historiographie a souvent divisé l’histoire de l’Empire ottoman antérieure au xixe siècle en deux périodes. La première est représentée comme celle de l’apogée du système militaire des janissaires (xve-xvie siècles) et la seconde est vue comme une lente décadence de deux siècles ponctuée par les défaites militaires (xviie-xviiie siècles). Le règne de Soliman le Magnifique (1520-1566) est considéré comme un tournant1. Différentes périodisations ont cours. Par exemple, Donald Quataert a utilisé la notion de « long xviiie siècle » (1683-1798) pour distinguer la période des succès ottomans (1300-1683) de celle des « défaites et reflux territoriaux » qui culminèrent au cours du long xixe siècle (1798-1922)2. Quant à Standfort et Ezel Shaw, ils regroupent la fin de l’Empire ottoman avec l’émergence de la république de Turquie au xxe siècle, faisant débuter cette période par l’accession de Mahmud II au pouvoir en 18083.

  • 4 Aksan, 2007, p. 48 et suiv.
  • 5 Le timâr n’était pas une concession foncière mais une concession fiscale. Le sultan concédait les (...)

6Le sultan-khalife ottoman, détenteur des pouvoirs temporel et spirituel, était la clef de tout l’édifice politique et social. L’armée ottomane était composée d’une armée de métier, le corps des janissaires4 et d’une artillerie. Les janissaires et les « troupes de la Porte » constituaient l’armée permanente, une armée professionnelle, de métier, les forces centrales. Il s’agissait d’une armée permanente, bien entraînée et bien équipée, l’élément le plus professionnel de l’armée ottomane. Cette élite militaire a impressionné les observateurs européens qui voyaient en elle un idéal à accomplir et les janissaires ont fait trembler l’Europe notamment lors des deux sièges de Vienne (1529 et 1683). À ces forces centrales, s’ajoutaient les forces provinciales, disséminées aux quatre coins de l’Empire en dehors des expéditions. Leurs circonscriptions et divisions coïncidaient avec le découpage des provinces ottomanes. L’institution du timâr, une concession fiscale5, était l’un des fondements du système militaire et socio-économique de l’Empire ottoman. Il permettait d’entretenir une vaste armée avec de modestes disponibilités monétaires. Les cavaliers, les sipâhî, étaient basés sur les timârs, concessions fiscales territoriales qui leur étaient octroyées. En outre, divers types de forces auxiliaires pouvaient être recrutés à proximité des champs de bataille parmi les populations musulmanes et non musulmanes. Un ordre rigoureux régnait dans l’armée ottomane, hiérarchisée de manière minutieuse. Le développement ancien de la bureaucratie ottomane permettait l’enrôlement dans des registres, les defters.

7Or, l’essor des armes à feu et l’évolution de la nature de la guerre allèrent désormais mettre en avant l’infanterie. La dissolution progressive de l’institution du timâr commença avant le début du xviiie siècle, car l’Empire ottoman n’était plus dans une phase de conquête. L’évolution de la situation économique de l’Empire ottoman allait en effet directement affecter cette institution et, à terme, la remettre en question. En outre, dès la fin du xviie siècle, les revenus des timariotes n’étaient plus suffisants pour faire face à leurs obligations militaires. Le sort des janissaires et des cavaliers était scellé, car ils étaient mal équipés face à des mercenaires pourvus d’armes à feu.

  • 6 Les dates les plus marquantes furent le traité de Karlowitz en 1699 – catastrophique pour l’Empire (...)

8Les troubles politiques et sociaux qui agitèrent aux xviie et xviiie siècles les provinces anatoliennes, arabes et balkaniques, affaiblirent l’autorité de l’État qui avait bien du mal à faire reconnaître son autorité dans nombre de provinces aux velléités séparatistes. Ainsi, les territoires conquis par l’Empire ottoman en Europe aux xve et xvie siècles allaient progressivement s’éroder. Les défaites militaires ottomanes face aux deux grands ennemis de l’Empire, la Russie et l’Autriche, ponctuèrent le reflux ottoman6.

  • 7 Le comte de Bonneval était un aventurier français également connu sous le nom de Humbaracı [bombar (...)
  • 8 Mantran, 1989, p. 423-424.

9Par conséquent, dès le début du xviiie siècle, les réformes militaires s’imposèrent comme prioritaires. Le sultan Abdulhamid Ier (1774-1789), puis son successeur Selim III (1789-1807) travaillèrent à l’édification d’une armée apte à défendre les frontières impériales. Abdulhamid Ier apparaît être le précurseur des réformes militaires ottomanes. Il consacra ses efforts à la création d’une artillerie et d’une marine réformées. L’artillerie fut confiée au baron de Tott, gentilhomme hongrois passé au service de la France, qui, dès 1774, organisa avec l’aide de l’Écossais Campbell et du Français Aubert un nouveau corps d’artillerie à tir rapide. En outre, il créa une fonderie de canons à Hasköy et redonna vie à l’ancienne école d’ingénieurs [Hendesehâne] fondée par Bonneval Pacha7. La rénovation de la marine ottomane après le désastre de Çesme fut l’œuvre de Djezairli Gâzi Hasan Pacha en 1774, qui lui aussi fit appel à des ingénieurs et des techniciens étrangers, notamment des Français. Cette rénovation de l’armée visait également les janissaires et les cavaliers afin de restaurer l’esprit de discipline et d’obéissance, mais n’y parvint que de manière superficielle. Cette remise en ordre de l’État suscita des résistances de la part des conservateurs, des religieux, des oulémas et aussi de certains chefs militaires qui refusèrent de voir leur pouvoir amoindri. Le petit noyau des réformateurs était accusé de contrevenir aux prescriptions de la religion musulmane car ils faisaient appel à des experts venus d’Europe, perçus comme des infidèles. Cette opposition aux réformes était appuyée en sous-main par la Russie et l’Autriche, peu désireuses de voir l’Empire ottoman se réorganiser. Par contre, les partisans de l’Europe des Lumières, les Anglais, Hollandais et Français soutenaient les réformateurs ottomans8.

LES PRÉMICES OTTOMANES AUX RÉFORMES MILITAIRES : SELIM III ET LE NIZÂM-I DJEDÎD (1789-1807)

10Les réformes initiées à la fin du xviiie siècle provoquèrent une remise en question de l’organisation traditionnelle de l’État central et de ses provinces. Le sultan Selim III chercha à contrôler le territoire de l’empire, mais ce projet ne fut réellement concrétisé que par son successeur le sultan Mahmud II. Selim III procéda à la création d’une nouvelle armée dont le rayonnement allait au-delà de la capitale Istanbul. Il fit appel à des conseillers et experts militaires étrangers et réforma le corps de l’artillerie. Il est à noter que le recours à des experts militaires étrangers devint alors l’une des caractéristiques des réformes militaires ottomanes du long xixe siècle.

  • 9 Mantran, 1989, p. 426.

11Le sultan Selim III fit face à des difficultés intérieures et extérieures conséquentes, rencontrant une opposition sérieuse à son entreprise, et il était de surcroît confronté à une pénurie des finances. Il est considéré comme l’un des souverains éclairés qui ont marqué son époque. Curieux des nouveautés introduites dans l’armée ottomane, il chercha à s’informer sur les autres régimes politiques du monde et particulièrement sur la France, grâce au rayonnement des techniciens français à Istanbul. Il fut d’ailleurs le premier souverain ottoman à dépêcher des ambassades permanentes dans les grandes capitales européennes. Au début de son règne, il fut confronté aux guerres avec la Russie qui le contraignirent à retarder le lancement des réformes, mais il plaça ses partisans à des postes de responsabilités9.

12Les propositions de réformes avancées se heurtèrent à l’opposition des janissaires. Les chefs des janissaires ne refusaient pas l’idée de réforme en soi, car ils reconnaissaient eux-mêmes qu’ils avaient essuyé des défaites humiliantes. Mais en même temps, ils s’opposaient à la création d’une nouvelle armée ou à la transformation de l’armée existante en une armée réorganisée selon les modèles européens. Les janissaires résistaient à chaque réforme en se révoltant dans les rues et en demandant la tête de leurs officiers et des bureaucrates de la cour du sultan. Le corps des janissaires, sans être supprimé, fut plus encadré et contrôlé. En 1794, le sultan Selim III créa un nouveau corps d’infanterie, le Nizâm-i djedîd, essentiellement recruté en Anatolie et entraîné par des officiers français, anglais et allemands.

13Le sultan Selim III invita des officiers étrangers à servir comme conseillers dans l’armée ottomane et il créa des collèges pour enseigner les sciences militaires européennes. Une école impériale des ingénieurs de la marine avait déjà été fondée en 1773. Puis, en 1795, le sultan Selim III fonda une école d’ingénieurs destinée à former des officiers spécialisés, notamment en artillerie. Toutes les deux s’inspiraient du modèle français des académies. Des instructeurs français furent recrutés à titre officiel, gardant leur rang dans l’armée française et leur loyauté à la France.

  • 10 Aksan, 2007, p. 246-247.

14En mai 1807, une nouvelle révolte des janissaires contre les officiers de la nouvelle armée10 réclamait l’abolition des réformes et la déposition du sultan, provoquant le retrait de Selim III. Suivit une période de réaction conduite par le sultan Mustafa IV qui abolit toutes les innovations introduites par son prédécesseur Selim III, à commencer par le Nizâm-i djedîd. Ainsi, la chute de Selim III annonça la fin temporaire de l’intermède réformateur.

SYNCHRONIE DES RÉFORMES MILITAIRES OTTOMANES

15On peut observer un certain parallélisme entre les réformes militaires réalisées au Caire et à Istanbul et l’Égypte influa avec vigueur sur le cours de la réforme ottomane en tirant les leçons de l’expérimentation de Selim III. Muhammad Ali accomplit nombre de réformes dans les vingt-cinq premières années de son gouvernorat. Mahmud II suivit son exemple dans divers secteurs. La destruction des Mamelouks – qui étaient l’élément dominant de l’organisation politique égyptienne – en 1811 fut l’élément fondateur de la modernisation égyptienne. On peut établir un parallélisme avec la destruction du corps des janissaires à Istanbul par Mahmud II, suite à une énième révolte des janissaires en réaction à la tentative de réorganisation de la milice, en écho à ce qui se passa au Caire. Le Nizâm Gadîd, mis en place en 1815 au Caire, eut pour concurrent le Nizâm-i Djedîd ottoman [le « Nouvel Ordre »] instauré en 1827 à Istanbul. Il y avait une émulation et une compétition modernisatrices entre le centre de l’Empire et la province égyptienne.

16On observe une concomitance des expériences de réforme de l’armée dans le vaste Empire ottoman au début du xixe siècle. La capitale ottomane se trouva directement concurrencée par l’une de ses provinces les plus dynamiques, l’Égypte, dirigée par Muhammad Ali (1805-1848). Alors que Le Caire entretenait des relations relativement régulières avec la capitale de l’Empire, à partir de l’installation au Caire en 1805 de Muhammad Ali, ces relations commencèrent à se relâcher. En 1811, il conquit la province du Hedjaz au nom du sultan ottoman, après avoir refusé de combattre contre les Wahhabis en 1807. Il participa également à l’expédition en Grèce en 1825 et sa flotte fut ruinée à Navarin en 1827.

  • 11 Cette défaite provoqua l’occupation de la Syrie par les forces égyptiennes jusqu’en 1840.

17Muhammad Ali s’affirma comme un rival de la dynastie ottomane et la menaça frontalement. Secouée par l’intervention de Bonaparte, l’Égypte fut prise en main par Muhammad Ali qui se lança dans un vaste programme réformateur. Sa réforme la plus emblématique fut l’abolition de l’armée traditionnelle, le corps des mamelouks au Caire en 1811. Muhammad Ali, grâce à son expérience de modernisation militaire, fit peser une menace directe sur la capitale ottomane. La rupture avec les Ottomans se situa en 1831 lorsqu’il envahit la Syrie avec ses troupes. La défaite militaire des armées ottomanes en Syrie en 1831 montra la nécessité de réaliser la modernisation de l’armée ottomane à marches forcées11. La menace égyptienne pesa jusqu’en 1839 et déclencha une crise diplomatique majeure. Elle fut résolue par l’attribution du pachalik à vie à Muhammad Ali, réalisant ainsi son souci d’autonomie.

18Cette synchronie toucha aussi la Tunisie, eyâlet éloigné de l’Empire ottoman. On peut observer un certain nombre de ressemblances entre la situation de l’Égypte et celle de la Tunisie. En Tunisie, les Hussaynites jouissaient d’une relative autonomie de fait. Toutes les tentatives ottomanes de rétablir une autorité plus directe de la Sublime Porte avaient échoué. En outre, à partir de 1830, la diplomatie française pesa de tout son poids auprès des beys de Tunis pour éviter tout rapprochement avec l’Empire ottoman.

MUHAMMAD ALI, LE VASSAL TURBULENT, PIONNIER D’UNE ARMÉE ÉGYPTIENNE DE CONSCRIPTION

  • 12 Fahmy, 1997, p. 38 et suiv.

19Vassal égyptien menaçant, Muhammad Ali conduisit un programme ambitieux de réformes. Il organisa une armée nationale égyptienne sur les modèles français et anglais. Muhammad Ali chercha à développer l’économie égyptienne et à former une nouvelle armée, non pour obtenir indépendance de l’Égypte face à l’Empire ottoman, mais plutôt pour satisfaire ses propres ambitions à savoir faire reconnaître son pouvoir héréditaire sur cette province12. Muhammad Ali se targuait d’être un admirateur de Napoléon et ses courtisans tentaient de le persuader qu’il était lui-même un second Napoléon.

20L’armée d’Orient de Napoléon n’avait pas essayé d’enrôler des Égyptiens, mais elle avait formé un régiment de deux mille Coptes entraînés par des officiers français, portant l’uniforme français et attachés à l’armée française. Quelques jeunes mamelouks entrèrent dans l’armée française et avaient une bonne réputation militaire. En outre, quelques soldats du Maghreb furent organisés et entraînés selon le système français et commandés en français.

21Muhammad Ali se concilia les oulémas et utilisa les compétences des officiers et des sous-officiers français restés en Égypte après 1801. Dans un premier temps, il créa un corps d’armée du type du Nizam-i Djedid composé de recrues venues du Caucase ou d’Afrique noire. Mais c’était recréer le système mamelouk sous une autre forme. Il s’inspira des modèles français et anglais et organisa une armée de type national régulièrement payée, formée de paysans égyptiens recrutés par voie de conscription et encadrés par des officiers étrangers, entraînés et équipés à l’occidentale (1823). La motivation première était d’utiliser ces paysans au Soudan pour ôter les soldats turcs qui s’y trouvaient et ne supportaient pas le climat. Ainsi, quatre mille paysans furent enrôlés en Haute Égypte pour servir trois ans à l’issue desquels ils retourneraient à leur vie civile. Ils étaient aussi exemptés de certains impôts.

MAHMUD II (1808-1839) ET LA PROMOTION D’UNE ARMÉE OTTOMANE DE CONSCRIPTION

  • 13 Le tsar Nicolas Ier s’adressant à l’ambassadeur de Grande-Bretagne en 1853, à la veille de la guer (...)

22Mahmud II fit face à trois crises importantes mettant en danger la survie de l’Empire ottoman. Tout d’abord, ce fut la reprise de la guerre russo-ottomane jusqu’au traité de Bucarest en 1812. Puis éclatèrent les révoltes grecque et serbe jusqu’en 1830, auxquelles succédèrent l’invasion de la Grande Syrie et de l’Anatolie en 1831-1840 par Muhammad Ali pacha d’Égypte et son fils Ibrahim. Ainsi, l’Empire ottoman était confronté à de multiples difficultés sur la scène internationale. En effet, les discussions concernant le devenir de l’Empire ottoman dominaient les relations internationales et les chancelleries européennes colportaient la métaphore de « l’homme malade13 ». Les interventions diplomatiques de l’Angleterre, la France et la Russie, y compris pendant les rébellions et guerres civiles furent décisives. En réalité, le sultan ottoman ne contrôlait qu’un territoire réduit, l’Anatolie, la Bulgarie et la Thrace. Or, y compris dans ces deux dernières provinces, cet équilibre fut remis en cause.

  • 14 Notables d’ancien régime qui recevaient à l’époque classique des concessions fiscales attribuées p (...)

23Le sultan Mahmud II œuvra à la reconsolidation du pouvoir impérial. En réaction aux expériences réformatrices de Pierre Le Grand de Russie – Empire traditionnellement ennemi de l’Empire ottoman – mais aussi à celles de son propre vassal Muhammad Ali d’Égypte, il introduisit des changements considérables dans l’armée ottomane et pratiqua la politique de la tabula rasa. À l’instar de Muhammad Ali d’Égypte qui supprima brutalement les Mamelouks en 1811, le sultan Mahmud II élimina non moins violemment l’ocak [foyer] des janissaires au printemps 1826, puis le corps spirituel qui les soutenait, les Bektachis, l’année suivante. Les notables d’ancien régime14, ayân [notables] et sipahis [cavaliers] furent mis au pas et remplacés par une fonction publique de type moderne. Les modifications introduites étaient considérables, car elles amorçaient le passage d’un système timariote basé sur la détention de concessions fiscales territoriales à une armée régulière de conscription, extrêmement coûteuse. Ce qui impliquait la modification du système fiscal ottoman.

24À l’intérieur du pays, les réformes militaires du sultan Mahmud II étaient perçues comme une double menace s’attaquant aux privilèges de classe des anciens notables, mais aussi comme une atteinte à la religion, à cause des mesures d’occidentalisation qu’elles introduisaient. En effet, ces réformes militaires avaient un caractère symbolique marqué, car elles s’inspiraient de modèles européens perçus comme issus du monde de la chrétienté et, pour les mettre en place, des experts militaires européens étaient recrutés. D’où cette image peu flatteuse du sultan Mahmud II dans l’opinion publique de l’époque qui l’avait affublé du surnom de « sultan infidèle » [giavur sultan].

25La nouvelle organisation militaire de 1827 était basée sur des circonscriptions territoriales de corps d’armée avec un nombre identique de corps d’armée de réservistes [redîf] mis en place à partir de 1833-1834, sur le modèle prussien proposé par von Moltke l’ancien. Au début, l’armée ottomane était organisée en quatre corps d’armée. Les deux premiers étaient établis dans la capitale à Istanbul, la garde impériale [Hassa Ordusu] et Dersaadet Ordusu [armée de la Porte de la Félicité, armée d’Istanbul]. Le troisième corps d’armée, l’armée de Roumélie, était basé à Monastir en Europe et le quatrième, l’armée d’Anatolie, à Elazig, en Asie Mineure.

  • 15 La charte de Gülhâne fut proclamée le 3 novembre 1839, peu de temps après la défaite de Nézib de j (...)

26Les deux grands rescrits impériaux, la charte de Gülhâne – adoptée en 183915 – et le Hatt-i Hümâyûn adopté en 1856 à l’issue de la guerre de Crimée sous l’influence des puissances européennes introduisirent des ferments de sécularisation dans la société ottomane : égalité entre les populations musulmanes et non musulmanes en droits et en devoirs et avaient aussi pour objectif de garantir la sécurité des personnes et des biens. Théoriquement, le service militaire devenait obligatoire pour tous, mais dans la pratique, toutes les communautés non musulmanes en étaient exemptées et payaient un impôt d’exemption [bedel]. En outre, divers types de rachats permettaient aux plus fortunés de se soustraire au service des armes. Ainsi, la nouvelle armée régulière de conscription était une armée composée d’hommes musulmans et le mobile de la guerre restait l’appel au djihâd.

  • 16 À partir de la fin du règne de Mahmud II et avec l’avènement des Tanzîmât après 1839.
  • 17 Sujets civils du sultan, notamment ceux qui s’acquittaient de l’impôt, les producteurs (paysans, a (...)

27L’ottomanisme émergea comme la nouvelle orthodoxie de l’Empire, l’idéologie de l’élite dominante16. Nouvelle « citoyenneté », il était promu, tel un Nouvel Ordre emblématique, par la discipline et l’éducation. Dans l’armée, un nouveau code disciplinaire accompagna les réformes militaires. De manière générale, l’objectif des Tanzîmât était d’assurer le retour à la tranquillité et à la sécurité des re‘âyâ17, même si la stabilité ne fut pas complètement réalisée, notamment en raison des difficultés financières. Cette souveraineté ottomane et musulmane induisait des conséquences sur les institutions ottomanes qui furent réorganisées. L’élimination des notables locaux et la destruction de leurs réseaux régionaux et locaux cherchaient à promouvoir une re-centralisation de l’État ottoman. Mais ce processus provoqua de nombreuses résistances, révoltes ouvrant la voie soit à des négociations, voire à des affrontements. La promotion d’une armée de conscription fut délicate et difficile à mettre en œuvre. La question la plus sensible fut celle du recrutement des populations non musulmanes qui, faute de consensus, fut différée jusqu’après la révolution Jeune Turque de 1908, car elle avivait les tensions entre les communautés musulmanes et non musulmanes. La possibilité légale d’exemptions laissait souvent la charge du service militaire reposer sur les plus démunis.

28Simultanément à la promotion de la conscription, des écoles militaires furent ouvertes. Elles favorisèrent la création d’une culture militaire scolaire et l’obtention de diplômes jouait le rôle d’ascenseur social. Les écoles militaires furent les premières à dispenser des enseignements scientifiques dans l’Empire ottoman et elles rencontrèrent un réel succès. Progressivement, tout un réseau pyramidal d’écoles militaires fut mis en place, allant du niveau le plus modeste, des collèges militaires, puis des écoles préparatoires, jusqu’à l’École de guerre (1837) et l’École d’état-major (1845). L’apprentissage des langues étrangères était extrêmement important, notamment les langues occidentales, avec une prédominance de la langue française jusqu’en 1870, qui fut ensuite concurrencée par l’enseignement de l’allemand.

29Un effort constant d’intégrer la périphérie se manifesta en ouvrant des écoles préparatoires militaires dans les provinces. Vingt et une écoles préparatoires furent ainsi créées. Sans compter l’originale École des tribus (1892-1907) qui ouvrit ses portes à Istanbul pour instruire les fils de chefs tribaux arabes et kurdes. À la fin du xixe siècle, les écoles militaires participèrent à l’ottomanisation de leurs élèves, en favorisant leur acculturation, car la langue maternelle des jeunes aspirants issus de certaines provinces n’était pas le turc. Leurs carrières et la durée de leurs séjours à Istanbul étaient aussi des marqueurs de leur degré d’acculturation. En outre, il faut souligner que l’armée ottomane était l’institution où régnait le plus fort esprit de corps, notamment par la discipline qui régnait en ses rangs.

  • 18 Abdurrahman Sami Pacha, général de division fut administrateur dans de nombreuses provinces et occ (...)
  • 19 Brown, 1996.

30Les officiers diplômés étaient bardés de compétences spéciales et polyvalents dans leurs tâches. Ils avaient vocation à occuper des postes tant dans l’armée que dans l’administration civile. Ils contribuèrent grandement à la diffusion des savoirs et à l’enseignement. Il suffit de rappeler que le premier poste de ministre de l’éducation ottoman fut un officier supérieur18. Ils participèrent au mouvement des idées et nombre d’entre eux s’impliquèrent en faveur de la réforme politique aux côtés d’intellectuels civils. Les jeunes officiers formés à l’époque hamidienne et impliqués dans le mouvement Jeune turc contribuèrent largement à la promotion de la révolution Jeune Turque de 1908. Ils participèrent aussi après la Première Guerre mondiale et l’effondrement de l’Empire ottoman à l’édification de nouveaux États nations tant dans les Balkans qu’au Moyen-Orient19.

RÉFORME TUNISIENNE DE L’ARMÉE

31L’armée tunisienne, à l’instar l’armée ottomane, était une armée professionnelle constituée par les janissaires, émanation de la Sublime Porte marquant la suzeraineté ottomane en Tunisie. Depuis la fin du xvie siècle, le foyer des janissaires [ocak] de Tunis ne relevait plus de l’aga des janissaires d’Istanbul mais elle était un corps autonome commandé par le Dey. Les forces maritimes tunisiennes portaient main-forte à la marine ottomane avant le xixe siècle. Par ailleurs, l’essentiel du pouvoir administratif et gouvernemental était dans les mains des mamelouks. Comme dans l’Empire ottoman, la Tunisie avait été secouée par les révoltes de janissaires qui se succédaient. Ils furent éliminés en 1829, soit trois ans après ceux d’Istanbul.

32Les communications, liaisons et contacts entre la régence de Tunis et Istanbul étaient nombreux et étroits. Une information nourrie circulait entre les deux entités qui étaient très au fait des événements survenus chez l’autre. Toutefois, pour des raisons d’ordre politique, la régence de Tunis ne souhaitait pas appliquer les textes fondamentaux pour ne pas apparaître comme une province mettant localement en œuvre les législations impériales. En outre, la Tunisie entretenait des relations encore plus étroites avec l’Égypte, en raison notamment de la communauté de langue qui les unissait. Le commerce ainsi que le pèlerinage à La Mecque – ayant pour passage Le Caire – induisaient une circulation d’informations très fournies entre les deux pays.

  • 20 Moreau, Odile, « La réforme par le haut : expérimentation de la réforme de l’armée dans le monde m (...)

33Cette synchronie se concrétisa par une vague de réformes tant civiles que militaires conduites dans les années 1830 par Ahmed Bey. En 1826, la défaite de Navarin avait frappé la flotte tunisienne. Puis, la conquête d’Alger en 1830, dont la Tunisie était voisine, et l’administration directe de l’Algérie par la France avaient marqué les esprits. En outre, le mouvement centralisateur conduit par Istanbul se manifesta dans les autres provinces voisines de la Tunisie, la Tripolitaine et la Cyrénaïque, lors de la seconde occupation ottomane en 1835. Elles passèrent sous administration directe de la Sublime Porte, situation redoutée par le Bey de Tunis. La création d’une armée régulière tunisienne se fit en complément des forces militaires déjà existantes dans la régence. L’ouverture de l’école militaire du Bardo permit de former une pépinière de jeunes officiers diplômés20.

  • 21 Moreau, Odile, 2009, « Une guerre “sur les marges”. La Tunisie et la guerre de Crimée par delà l’o (...)

34Des années 1830 à 1857, les beys de Tunis utilisèrent l’assistance française pour contenir les ambitions ottomanes. Toutefois, la guerre de Crimée constitua une exception notable à ce subtil jeu diplomatique. En effet, la Tunisie participa avec l’approbation de la France et de l’Angleterre à leurs côtés et à celui des Ottomans à la guerre de Crimée. On peut parler d’influences croisées dans le domaine de la réforme en Tunisie. Les deux pôles réformateurs qu’étaient l’Empire ottoman et l’Égypte agissaient réciproquement l’un sur l’autre et étaient en concurrence sur la Tunisie. Sans compter les influences concurrentes française et anglaise sur la Tunisie. Paradoxalement, c’est l’effort de guerre tunisien lors de la guerre de Crimée qui provoqua le démembrement de l’armée tunisienne réformée à son retour de la guerre, laissant la régence démunie face aux ambitions françaises21. En 1881, la France promulgua le protectorat en Tunisie sans effusion de sang.

RÉSISTANCES À LA CONSCRIPTION

35Les résistances développées à l’encontre de la conscription sont des freins et des obstacles à la mise en œuvre de la réforme. L’expression de la résistance renvoie à l’adhésion des populations, la désertion et la discipline.

  • 22 Fahmy, 1996, p. 99-105.

36En Égypte, différentes méthodes furent employées pour résister à la conscription. La plus radicale d’entre elles fut la rébellion ouverte. En 1824, une grande révolte agita la Haute Égypte, rassemblant trente mille personnes attaquant les officiels envoyés du Caire et refusant de payer les impôts. Il y eut quelques cas de révoltes massives et on assista à la désertion générale de villageois pour éviter d’être enrôlés dans l’armée. Accompagnés de leurs familles, ils quittaient leurs villages tous ensemble sans laisser d’adresse. À titre individuel, certains appelés se déclaraient médicalement inaptes au service, en se coupant l’index, en s’arrachant les dents de devant ou en se versant de la mort au rat dans un œil pour le rendre aveugle, en espérant que ce ne soit pas irréversible. Lorsque ces pratiques devinrent très répandues, le Pacha décida de punir les hommes qui en faisaient usage et leurs complices en les envoyant en prison et en enrôlant à leur place des membres de leur famille. Également, les paysans essayaient de résister physiquement aux officiers conscripteurs. Mais sans succès, car en cas de réussite, ils étaient ultérieurement envoyés en prison22.

37La désertion était telle qu’il manquait environ un tiers des soldats à leur poste et le Pacha avait donné l’ordre de remplir les « trous », en envoyant des membres de la famille des conscrits. Mais ils étaient parfois trop âgés et venaient aussi à décéder pendant le service. Des mesures plus strictes devaient être prises pour éviter ces flottements. Le gouvernement changea ses techniques en cherchant à contrôler et manipuler la population pour prévenir toute réaction, par la tenue de registres, par l’instauration de tezkere [certificats de libération du service militaire], allant même jusqu’au tatouage de certains soldats réfractaires, à la mise en place du recensement et à la surveillance étroite des populations. Les shaykhs des villages étaient responsables de leur population et devaient éviter de tels agissements. Ces nouvelles techniques correspondaient aussi à un nouveau type de bureaucratie qui se mettait en place. Le gouvernement employa également la persuasion par le truchement des hommes de religion. Cette nouvelle armée s’illustra en Crète, puis en Grèce sous le commandement du fils de Muhammad Ali, Ibrahim Pacha, plus tard en Syrie et même en Anatolie. Au-delà des phénomènes de résistance au sein de la population égyptienne, Muhammad Ali parvint à promouvoir une armée de conscription effective.

  • 23 Moreau, 2007, p. 104 et suiv.

38La résistance à la promotion d’une armée de conscription fut largement répandue dans l’ensemble de l’Empire ottoman. Les Bosniaques furent la population ottomane qui résista le plus longtemps et avec le plus de vigueur contre l’abolition du corps des janissaires, pendant sept années. Ils fomentèrent des soulèvements récurrents contre La Porte jusqu’au début des années 1860. Les musulmans bosniaques, propriétaires terriens et militaires réclamaient l’autonomie de la Bosnie-Herzégovine ainsi que l’élection d’un gouvernement local, sans remettre en cause la suzeraineté ottomane. Alors qu’elles étaient auparavant exemptées de service militaire, les populations locales s’insurgèrent contre le service militaire obligatoire. La Porte dut envoyer six expéditions de pacification et abandonna l’idée d’enrôler les Bosniaques et les Albanais. La répression des révoltes de 1860 et 1862 ouvrit la perspective de négociations. Après consultation des notables bosniaques, il fut convenu que les soldats bosniaques ne serviraient pas en dehors de leur région natale, conformément à leurs revendications. Ces dispositions s’appliquèrent jusqu’à la guerre russo-ottomane de 1877-187823.

  • 24 Zürcher (éd.), 1999.

39Dans l’armée ottomane des phénomènes de désertion, de résistance locale contre la conscription sont aussi à souligner et le rapport de force ou la négociation furent les modalités utilisées pour promouvoir l’autorité de l’État24. Par ailleurs, l’élite militaire ottomane avait des caractéristiques spécifiques et n’était pas un corps homogène.

LA QUESTION DU LEADERSHIP MILITAIRE DANS L’ARMÉE OTTOMANE

  • 25 Moreau, 2007, p. 206-208.

40La dichotomie entre officiers diplômés et officiers sortis du rang demeura prégnante pendant toute la période d’après l’abolition du corps des janissaires en 1826 jusqu’à la fin de l’Empire ottoman25. L’élite militaire de l’armée ottomane était formée dans le creuset des écoles militaires. Le corps des officiers était une élite d’une grande distinction avec une influence sociale notable. Les officiers étaient détenteurs d’une vaste culture en sciences sociales, politiques, mais aussi en sciences dures. Ils jouèrent un rôle d’avant-garde dans l’introduction des idées nouvelles au xixe siècle, tel le nationalisme et le constitutionnalisme.

41Ce fut le cas de tous les ministres de la Guerre, en commençant par Hüseyin Avni Pacha, plusieurs fois ministre et architecte de la loi de recrutement de 1869. Or, il ne faut pas sur-représenter le rayonnement des écoles militaires ottomanes – par analogie avec l’Europe, où les écoles étaient un passage obligé pour accéder à de hauts niveaux de responsabilité dans les armées européennes. Au début du xxe siècle, un peu moins de 20 % des officiers étaient diplômés [mektepli]. Par conséquent, la majorité du corps des officiers était sortie du rang [alaylı] et s’y trouvaient encore des officiers quasi analphabètes. Cela provoquait de réelles tensions au sein du corps des officiers. Nombre d’officiers diplômés occupaient des postes d’enseignement dans les écoles militaires, plutôt que des postes de commandement sur le terrain. En outre, étant donné la pénurie en personnel diplômé dans la société ottomane, ils avaient aussi vocation à occuper des postes d’encadrement dans l’administration civile. Les officiers diplômés durent batailler pendant tout le xixe siècle pour être reconnus et respectés par les officiers de régiment majoritaires. Ils jouèrent sans conteste un rôle important dans l’avènement de la révolution Jeune Turque d’où l’ampleur des réformes militaires adoptées dès l’automne 1908. Les enseignements de type moderne dispensés dans les écoles militaires jouèrent un rôle levier et provoquèrent une modification de la représentation du monde des officiers diplômés. L’école militaire d’Istanbul fut ouverte aux non musulmans en 1910, après la révolution Jeune Turque et les premiers officiers non musulmans furent promus en 1912.

42L’école militaire était une école destinée avant tout à l’élite ottomane. Lors de sa fondation en 1837, elle suivit le modèle français de l’École de guerre, avec beaucoup d’enseignements théoriques et technologiques et peu d’applications pratiques. La tendance changea dans le dernier quart du xixe siècle, lorsque le sultan Abdulhamit II fit appel en 1882 à une mission militaire allemande pour réformer l’armée ottomane. Le général Colmar von der Goltz proposa de suivre le système de la Kriegs Akademie de Berlin. Il forma toute une nouvelle génération de jeunes officiers ottomans au modèle allemand et influença grandement les Unionistes, notamment Enver Pacha, Mustafa Kemal Pacha (Atatürk), etc.

  • 26 Cette guerre déboucha sur le congrès de Berlin de 1878 et fut un traumatisme pour l’empire amputé (...)

43Dès les années 1830, les élèves les plus brillants étaient envoyés à l’étranger en stage dans les écoles de guerre européennes. Quelques étudiants ottomans fréquentèrent l’École égyptienne (1826-1835) fondée par Muhammad Ali à Paris et qui ouvrit de nouveau après une interruption de plusieurs années (1844-1849). Comme l’enseignement de la langue française était au programme de l’École de guerre ottomane depuis 1840, il devint indispensable de l’étudier. Ensuite, l’École impériale ottomane [Mekteb-i Osmaniye] ouvrit ses portes à Paris, en 1857, sous la tutelle du ministre de l’Instruction publique de France. Elle accueillait une soixantaine d’étudiants originaires de l’École de guerre ottomane et d’autres écoles militaires ottomanes. Puis, l’ouverture du lycée impérial de Galatasaray à Istanbul en 1867 marqua la formation des élites ottomanes en langue française, mais au cœur de la capitale ottomane. Après la guerre russo-turque de 1877-187826, à l’heure de la mission militaire allemande, ce mouvement s’intensifia en direction de l’Allemagne, ouvrant de brillantes perspectives de carrière aux stagiaires qui s’étaient expatriés.

ARMÉE ET POLITIQUE

44Au début du xxe siècle, l’armée ottomane sortit de l’ombre et de la réserve dans laquelle elle se trouvait. Les officiers diplômés ne positionnèrent plus en des termes d’allégeance inconditionnelle à un souverain, mais à l’État ottoman impérial. Leur priorité fut de défendre et de protéger la survie de l’État éternel ottoman [devleti ebed müddet]. Après s’être organisé dans la clandestinité sous le régime absolutiste du sultan Abdülhamit II dans des cellules secrètes, le Comité Union et Progrès (CUP) joua un rôle prépondérant dans la préparation de la révolution de 1908, puis dans les sphères publiques. Créé au sein de l’école de médecine militaire d’Istanbul en 1889, le CUP diffusa ensuite ses idées dans les autres écoles militaires d’Istanbul, puis dans les écoles civiles. Il avait pour objectif de rétablir le régime constitutionnel institué en 1876 et suspendu la même année, sans remettre en cause le sultanat. Les officiers avaient conscience de la mission qu’ils pouvaient accomplir non seulement pour défendre leur patrie, mais aussi pour y promouvoir le progrès. Ahmed Riza, un penseur du CUP, préconisait une Nation armée, une forme d’État militaire, où il appelait l’élite militaire à jouer un rôle d’avant-garde dans la société.

45Inaugurées avec la révolution Jeune Turque de 1908, cinq interventions militaires ponctuèrent la vie politique en six années. Les conflits militaires de la guerre de Tripolitaine (1911-1912), puis les guerres balkaniques (1912-1913) provoquèrent une radicalisation qui permit aux militaires de s’imposer et de s’installer au pouvoir en 1913. L’aile civile du Comité Union et Progrès s’installa au pouvoir après la révolution Jeune turque de 1908 et s’y maintint jusqu’au coup d’État de 1913 – l’attaque de la Sublime Porte [Bâb-i Âli baskını] – où l’aile militaire du Comité Union et Progrès prit le pouvoir et instaura un régime dictatorial.

46Lors de la révolution Jeune Turque de 1908, la constitution fut rétablie par le sultan Abdülhamit II lui-même. Il procéda à la désignation du gouvernement et ne fut pas déposé contrairement au coup d’État de 1876 qui chassa le sultan Abdülaziz du pouvoir. La question du contrôle de l’armée fut la première épreuve qui opposa le sultan au Comité Union et Progrès. Un grand ménage fut rapidement fait dans l’armée pour procéder à des évictions. La maison militaire du sultan qui était devenue pléthorique fut ramenée à une dimension plus modeste. Une commission de révision des grades fut créée pour rétrograder, exclure ou mettre à la retraite tous les officiers jugés incapables de servir. Ainsi, les officiers sortis du rang qui avaient bénéficié de nombreuses promotions sous le règne du sultan Abdülhamit II furent rétrogradés. Ainsi, les officiers diplômés évincèrent les officiers sortis du rang, créant un profond ressentiment. Ressentiment qui évolua rapidement en une fronde contre-révolutionnaire et explosa le 13 avril 1909.

47Sur le plan militaire, alors que sous le règne du sultan Abdülhamit II, les exercices et les manœuvres étaient fort peu répandus, ils furent mis en place systématiquement. Les troupes qui ne sortaient auparavant jamais de leurs quartiers pratiquèrent des manœuvres fréquentes à l’extérieur. Ces exercices étaient préparés et encadrés par des instructeurs allemands au service de l’Empire ottoman. Les officiers Jeunes turcs voulaient rénover l’armée ottomane et en faire une armée de qualité, sur le modèle des armées des grandes puissances européennes. Un autre chantier important fut la réorganisation de la marine pour laquelle furent lancées de vastes souscriptions au sein de la population ottomane. Mais la réforme-phare de l’armée ottomane fut l’égalité des droits et des charges entre musulmans et non musulmans. Pour la première fois, tous les hommes seraient mobilisables sans condition de religion. Cette réforme fut mise en œuvre en 1909 et leur première épreuve du feu la guerre balkanique qui éclata en 1912.

CONCLUSION

48La modernisation des armées ottomanes fut une modernisation défensive vis-à-vis de ses ennemis extérieurs, mais aussi intérieurs et nous avons vu la contrainte que fit notamment peser Muhammad Ali d’Égypte sur le centre de l’Empire ottoman. Au xxe siècle, la première réforme introduite dans le vaste territoire de l’Empire ottoman, du Moyen-Orient au Maghreb fut la réforme militaire. Ce caractère premier laissa une marque durable à ces armées ottomanes, dont la variété et la diversité des expériences est une autre caractéristique. Enchevêtrement des influences réciproques, récurrence des expériences réformatrices qui furent quasi ininterrompues depuis la fin du xviiie siècle jusqu’aux révolutions kémalistes au xxe siècle, avec une circulation accrue des modèles et des phénomènes de réinvention. Ces réformes furent adoptées sous la pression de l’urgence et voire dans la précipitation à l’issue de guerres perdues. Le Nizâm, la réorganisation de l’armée, était conçu comme un projet de société et eut pour conséquence une réorganisation de la société en commençant par celle de l’outil militaire. La modernisation des savoirs et des compétences fut initiée dans les écoles militaires conférant un statut particulier aux officiers diplômés qui jouissaient d’une grande distinction. Ils devinrent des acteurs de la négociation des frontières qui ne se fit plus seulement sur le terrain militaire mais aussi à d’autres niveaux sociétaux, des représentations et des mentalités. L’absence de territorialisation eut pour effet que certaines provinces éloignées ne furent soumises que partiellement à la conscription ou en furent totalement exemptées. Par ailleurs, jusqu’à la révolution Jeune turque de 1908, la charge du service militaire reposait exclusivement sur la communauté musulmane, car les communautés non musulmanes en étaient exemptées moyennant le paiement d’une taxe. Ce qui ne manquait pas de poser nombre de problèmes, tant d’équité entre communautés, de tensions avivées, que des problèmes logistiques pour convoyer les conscrits vers les régions bénéficiaires d’exemptions.

49L’impact de la « révolution Jeune Turque » de 1908 fut non négligeable dans le monde arabe, tant au niveau des idées politiques, du constitutionnalisme que de la place des militaires dans la société. Sur le coup, les jeunes officiers diplômés ottomans bénéficièrent d’une aura sans pareille et tirèrent un immense prestige du coup de force accompli au mois de juillet 1908. L’École de guerre d’Istanbul montrait ainsi qu’elle avait formé une jeune élite compétente, capable tant sur le plan militaire que de l’engagement politique. L’Empire ottoman demeurait l’un des derniers bastions à résister à l’occupation impérialiste européenne et la jeune élite militaire jouait un rôle de premier plan dans cette lutte.

50À l’issue de la Première Guerre mondiale, le tissu organisationnel militaire à travers les provinces ottomanes permit de mobiliser des volontaires lors de la guerre d’indépendance menée par Mustafa Kemal contre les forces d’occupation alliées. La guerre d’indépendance fut une guerre victorieuse, une victoire nationaliste avec un pouvoir symbolique fort, qui contrebalançait les défaites du passé et notamment le traumatisme de la Première Guerre mondiale. Elle fut une expérience fondatrice d’un nouvel État nation turc où l’armée nationale turque gardait une place spécifique.

51Le legs ottoman dans le domaine militaire au Moyen-Orient du xxe siècle est extrêmement important. En effet, il ne faut pas oublier que les officiers ottomans d’origine arabe formés à l’École de guerre impériale ottomane d’Istanbul au début du xxe siècle ont assumé dans l’entre-deux-guerres des postes à responsabilité dans les nouvelles formations territoriales issues de la Première Guerre mondiale, et particulièrement lors des expériences mandataires.

Bibliographie

Bibliographie

Virginia H. Aksan, 2007: Ottoman Wars 1700-1870: An Empire besieged, Pearson, Longman, Harlow.

L. Carl Brown (éd.), 1996 : Imperial Legacy. The Ottoman Imprint on the Balkans and the Middle East, Columbia University Press, New York.

Khaled Fahmy, 1997 : All the Pasha’s Men. Mehmed Ali, his army and the making of modern Egypt, The American University in Cairo Press, Le Caire.

Halil Inalcik et Colin Imber, 2002, The Ottoman Empire 1300-1650 : The Structure of power, Palgrave, Londres.

Robert Mantran, 1989 : Histoire de l’Empire ottoman, Fayard, Paris.

Odile Moreau, 2007 : L’Empire ottoman à l’âge des réformes. Les hommes et les idées du « Nouvel Ordre militaire » 1826-1914, Maisonneuve et Larose, Paris.

Donald Quataert, 2000 : The Ottoman Empire, 1700-1922, Cambridge University Press, Cambridge.

Standfort Shaw et Ezel Shaw, 2000 [1977] : History of the Ottoman Empire and Modern Turkey, vol. II, The rise of Modern Turkey (1808-1975), Cambridge University Press, Cambridge.

Erik J. Zürcher (éd.), 1999 : Arming the State. Military Conscription in the Middle East and Central Asia, 1775-1925, I. B. Tauris, Londres.

Notes

1 Inalcik et Imber, 2002.

2 Quataert, 2000, p. 37-54.

3 Shaw et Shaw, 2000.

4 Aksan, 2007, p. 48 et suiv.

5 Le timâr n’était pas une concession foncière mais une concession fiscale. Le sultan concédait les dîmes et autres taxes en argent ou en nature à percevoir sur les paysans d’un territoire déterminé. Ainsi, le sultan se dessaisissait de recettes fiscales qui ne seraient pas collectées par le Trésor mais par les détenteurs de timârs. En outre, jusqu’à la fin du xvie siècle, le détenteur de timâr possédait aussi une exploitation qui lui appartenait en propre.

6 Les dates les plus marquantes furent le traité de Karlowitz en 1699 – catastrophique pour l’Empire ottoman –, puis celui de Belgrade en 1739. Le traité de Küçük Kaynarca, signé à l’issue de la guerre russo-ottomane de 1774, fut considéré comme le marqueur du début de la « question d’Orient ». Puis la perte de la Crimée en 1783 eut également un impact symbolique fort.

7 Le comte de Bonneval était un aventurier français également connu sous le nom de Humbaracı [bombardier] Ahmed Pacha après sa conversion à la religion musulmane.

8 Mantran, 1989, p. 423-424.

9 Mantran, 1989, p. 426.

10 Aksan, 2007, p. 246-247.

11 Cette défaite provoqua l’occupation de la Syrie par les forces égyptiennes jusqu’en 1840.

12 Fahmy, 1997, p. 38 et suiv.

13 Le tsar Nicolas Ier s’adressant à l’ambassadeur de Grande-Bretagne en 1853, à la veille de la guerre de Crimée, a rendu célèbre cette métaphore. Mais elle avait déjà été utilisée lors de la guerre d’indépendance grecque. Il s’agit d’ailleurs d’une image plus ancienne qu’on ne pourrait supposer. En effet, dès le xviie siècle, des Européens commencèrent à utiliser le vocable de « maladie » à l’endroit de l’Empire ottoman. Cf. Sarga Moussa, « La métaphore de “l’homme malade” dans les récits de voyages en Orient », Romantisme, revue du xixe siècle, 2006/1 (no 131), p. 19-28.

14 Notables d’ancien régime qui recevaient à l’époque classique des concessions fiscales attribuées par l’État.

15 La charte de Gülhâne fut proclamée le 3 novembre 1839, peu de temps après la défaite de Nézib de juin 1839.

16 À partir de la fin du règne de Mahmud II et avec l’avènement des Tanzîmât après 1839.

17 Sujets civils du sultan, notamment ceux qui s’acquittaient de l’impôt, les producteurs (paysans, artisans).

18 Abdurrahman Sami Pacha, général de division fut administrateur dans de nombreuses provinces et occupa le poste de ministre de l’Éducation créé en 1857 pendant quatre ans.

19 Brown, 1996.

20 Moreau, Odile, « La réforme par le haut : expérimentation de la réforme de l’armée dans le monde musulman méditerranéen », dans Moreau, Odile et El Moudden Abderrahmane (éd.), 2004, « Réforme par le haut, réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux 19e et 20e siècles », Quaderni di Oriente Moderno, XXX, n. s. (LXXXIV), 5-2004, p. 122 et suiv.

21 Moreau, Odile, 2009, « Une guerre “sur les marges”. La Tunisie et la guerre de Crimée par delà l’oubli », dans Moreau, Odile (éd.), Réforme de l’État et réformismes au Maghreb ( xixe- xxe siècles), Paris/Tunis, L’Harmattan/IRMC.

22 Fahmy, 1996, p. 99-105.

23 Moreau, 2007, p. 104 et suiv.

24 Zürcher (éd.), 1999.

25 Moreau, 2007, p. 206-208.

26 Cette guerre déboucha sur le congrès de Berlin de 1878 et fut un traumatisme pour l’empire amputé d’une partie de son territoire. Elle est le point de départ de la hantise de perdre l’empire.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540