Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une histoire du Proche-Orient au temps présent

 | 
Philippe Pétriat
, 
Pierre Vermeren

De l’histoire de la Palestine à l’histoire du Proche-Orient contemporain

Militaires et Moujahidines dans la construction nationale en Syrie 1919-1926

Nadine Méouchy

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Cet article qui porte sur les campagnes syriennes prend évidemment en considération des régions gé (...)

1Cet article aborde le processus de construction nationale à partir des dynamiques liées à la rencontre de deux mondes : le monde des campagnes et le monde des militaires et cela, au sortir de la Première Guerre mondiale dans le cadre de la chute de l’Empire ottoman, de la mise en place subséquente des États modernes et de la pénétration coloniale française en Syrie1.

  • 2 Les archives qui fondent cet article sont les suivantes : 1) les archives militaires françaises co (...)

2Cet article argumente que c’est la rencontre de ces deux mondes, dans le contexte des résistances armées antifrançaises, qui a permis l’introduction dans les campagnes syriennes de formes de conscience moderne. En effet, c’est par l’action conjointe des militaires et des moujahidines, qui sont des villageois, que le monde rural a progressivement ressenti son appartenance à un ensemble national. C’est toujours par cette action conjointe que le monde des campagnes, en s’initiant à la modernité militaire, a rencontré la modernité politique. Et ce processus s’est déroulé en moins de dix ans, entre 1919 et 1926, par une sorte d’accélération du temps et de l’histoire dont les périodes de crises ont le secret2.

3Le cadre historique direct de notre article est lié aux conséquences de la Première Guerre mondiale qui voit la défaite en Orient de l’Empire ottoman. L’armistice de Moudros, le 30 novembre 1918, consacre l’évacuation par l’armée ottomane des provinces syriennes de l’Empire ottoman. La France et la Grande-Bretagne procèdent alors à l’application des accords Sykes-Picot de 1916. Ces accords secrets, conclus pendant la guerre, ne constituent rien moins que le partage des provinces syriennes en zones de tutelle entre la France et la Grande-Bretagne. En conséquence, dès la fin de la guerre en octobre 1918, des troupes françaises débarquent à Beyrouth et remontent le long du littoral syrien en direction de la Cilicie. Les Britanniques, aux côtés de l’armée arabe du Nord, entrent à Damas et installent le prince hachémite Faysal b. Hussein, fils du chérif Hussein, à la tête d’un gouvernement arabe, avant d’occuper la Syrie intérieure. Français et Britanniques divisent progressivement les provinces syriennes de l’Empire ottoman en cinq États : Irak, Syrie, Liban, Transjordanie et Palestine.

4La pénétration militaire française puis la tutelle française sur la Syrie avec la mise en œuvre du mandat, suite à la défaite des troupes de Faysal b. Hussein, à Maysaloun le 24 juillet 1920, provoquent dans diverses régions rurales des résistances armées qui se déploient entre 1919 et 1926.

LA DÉSTABILISATION DE L’ORDRE ANCIEN

5Les facteurs de déstabilisation de l’ordre ancien se déploient, dès 1914, à la faveur de la guerre sur une double échelle temporelle, celle de la longue durée et celle du temps court ou contexte historique direct.

La trame de la longue durée ou le processus des Tanzimat

  • 3 Moreau et El Moudden, 2004 ; Moreau, 2007. Voir aussi son article dans ce volume.
  • 4 Par exemple : l’administration (loi sur les vilayets de 1864), la politique avec en 1859 l’égalité (...)

6Il convient de prendre en compte la relation directe entre le processus réformateur entamé dans l’Empire ottoman, depuis la fin du xviiie, et les révoltes et révolutions arabes et kémaliste de la première moitié du xxe siècle. En effet, c’est la réforme de l’armée qui commande toutes les autres dans l’Empire ; il existe un lien intrinsèque entre la réforme de l’armée et la réforme d’autres secteurs de la société et de l’État, comme l’a démontré Odile Moreau dans ses divers travaux3. L’enseignement et la fiscalité en particulier sont concernés mais aussi l’administration. L’œuvre réformatrice de l’Empire a pour conséquence une accélération de la modernisation et de l’occidentalisation dans tous les domaines militaires et civils4.

  • 5 Karvar, 2004, p. 74.

7Le développement d’une armée moderne conduit donc à une réforme fiscale et sociale, modifie le rapport de l’individu à l’État (conscription), aboutit à la mise en place d’un système développé d’enseignement général et technique (écoles, édition, presse), favorise enfin l’essor de l’industrie (arsenaux, manufactures d’armées) : « Il constitue le premier acte de la modernisation de la société dans son ensemble5. » De plus, le passage, grâce à la conscription, d’une armée de métier à une armée de masse impose non seulement une gestion différente de l’administration militaire mais aussi une nouvelle image du soldat et de la force militaire. Les cadres militaires, instruits généralement dans le culte de la patrie, intéressés donc par l’histoire, s’ouvrent pour la plupart à des formes séculières de nationalisme.

  • 6 « The reform system and the State were evolving together, and they interacted together, to either (...)
  • 7 El Moudden, 2004, p. 173.

8Ainsi donc, la réforme militaire et la modernisation de l’État « évoluent ensemble et interagissent » comme le souligne Wilfrid Rollman6. Elles ne se seront pas développées de la même façon et à la même rapidité partout, mais dans leur impact global, elles auront profondément modifié les sociétés, tout autant dans leur rapport à l’État et au territoire national que dans leur vision du monde. Par exemple en Afrique du Nord, l’esprit de réforme de Ben Abd al-Karim, le chef de la révolte anticoloniale du Rif, s’applique également au domaine agricole et à l’introduction du téléphone. Le chef historique, attentif aux développements en Turquie kémaliste, projette aussi des réformes politiques et administratives7.

  • 8 Ibid., p. 174.

9En dépit de son échec final en 1926, le mouvement rifain a montré l’efficacité de « la nouvelle stratégie de guerre populaire », qui sera approfondie ensuite en Indochine, en Algérie puis au Vietnam8. On pourrait ajouter que la dynamique novatrice qui a porté Ben Abd al-Karim au Maroc, est fille de son temps et qu’au Proche-Orient, des moujahidines se sont aussi levés contre la France, au début des années 1920, en tentant de conjuguer les acquis de la modernité militaire, les techniques de la guérilla et un effort d’unification de leur direction politique et militaire : le cas le plus probant est sans conteste la grande révolte syrienne de 1925-1926 qui fait la synthèse des expériences acquises dans la guérilla anticoloniale depuis 1919 (notamment dans le Nord syrien entre 1919 et 1921).

Le temps des ruptures ou les conséquences de la Première Guerre mondiale9

  • 9 Sur l’effet de la Première Guerre mondiale sur le mouvement syrien de résistance armée, voir : Méo (...)

10Au sortir de la Première Guerre mondiale et comme conséquence directe de l’issue de cette guerre, le destin de l’Orient arabe connaît une rupture politique radicale avec la chute de l’Empire et des transformations économiques et sociales d’une ampleur majeure.

  • 10 La France, la Grande-Bretagne et la Russie. L’Italie rejoint cette Triple Entente en 1915.
  • 11 Schatkowski-Schilcher, 1992.
  • 12 Tell, 2000, p. 35.

11C’est pendant la guerre elle-même que se mettent en place des facteurs de la rupture psychologique et politique entre Ottomans et Arabes : tout d’abord, le safarberlik, c’est-à-dire la conscription des Arabes des provinces syriennes dans l’armée ottomane. Cette conscription est très mal acceptée, d’autant que les conditions sur le front ottoman sont extrêmement difficiles, et elle provoque des désertions tout au long de la guerre. Ensuite, vient la grande famine de 1915-1918 qui résulte d’une rupture dans l’approvisionnement de la région en blé ; cette rupture est principalement due au blocus du littoral syrien et des ports de la mer Rouge par les puissances de l’Entente10. Elle est aggravée par la spéculation des commerçants de Beyrouth et Damas. Elle provoque directement ou indirectement (par le biais des épidémies) la mort de 500 000 personnes et touche le littoral, les montagnes et les tribus11. Certains auteurs ont lié à cette famine le ralliement de nombreux Bédouins à la révolte arabe de 191612, Bédouins qui ont pu ensuite soutenir les guérillas anti-françaises.

12Enfin, le dernier facteur important dans la rupture entre Ottomans et Arabes est constitué par la répression turque contre les nationalistes arabes : les nationalistes poursuivis vont principalement se réfugier dans les montagnes et en particulier dans la montagne des Druzes, chez Sultan Pacha al-Atrash (qui est le chef historique de la Grande Révolte syrienne de 1925-1926). Autrement dit, dans les provinces syriennes, on assiste à une intense fébrilité, à un mécontentement quasi généralisé contre les Ottomans et à une circulation des hommes qui est aussi une circulation des idées jusque dans les périphéries rurales les plus reculées.

13Autre conséquence de la Première Guerre mondiale, la dislocation de l’Empire ottoman et de ses appareils administratifs et militaires, ouvre une période d’insécurité de deux trois ans qui favorise les activités rebelles et l’activité tribale.

  • 13 Dîra : aire de mouvance d’une tribu. Pour les grandes tribus chamelières, ce territoire peut s’éte (...)

14Enfin, il faut mentionner la création des frontières dont le tracé est fixé par les puissances coloniales. Les frontières ne délimitent pas uniquement des territoires nationaux, elles démantèlent aussi les réseaux anciens de l’échange rural et tronquent les dîra-s tribales13 ; ces frontières imposent aux populations des identités non choisies : celles surtout qui séparent la Syrie du Liban et de la Turquie, puisque le fait de se retrouver d’un côté ou de l’autre de la frontière implique d’assumer une identité différente, à une époque où le nationalisme turc et le « libanisme » maronite se voient pourvus de territoires nationaux.

L’INTRODUCTION DE LA MODERNITÉ MILITAIRE DANS LE MOUVEMENT DE RÉSISTANCE ARMÉE (1919-1926)

  • 14 Nous ne traitons pas ici des conflits armés qui agitent l’Est syrien (régions de Deir-ez-zor et de (...)

15Entre 1918 et 1925, les résistances armées à la présence coloniale française qui se développent dans les campagnes, éclipsant même un temps l’activité politique des villes, constituent un mouvement de révolte unique dans les annales de la Syrie contemporaine14.

16Ces résistances rurales forment un ensemble qui se décompose en deux phases : le mouvement des ‘isâbât (1919-1921) et la grande révolte syrienne (1925-1926). Toutes ces résistances armées sont structurées de la même façon en ‘isâbât. Avec leurs deux phases, elles couvrent pratiquement toute la Syrie du Nord au Sud et s’enchaînent, avec quelques brèves périodes de latence, de 1919 jusqu’à la grande explosion de 1925-1926.

17La première phase trouve sa polarisation dans le Nord et la seconde dans le Sud syrien. Le recrutement est essentiellement villageois et sédentaire. La ‘isâba est structurée par un lien solidaire et une allégeance totale au chef. D’ailleurs la ‘isâba est identifiée par le nom de son chef (‘isâbat chaykh Youssef). Son mode d’action est la guérilla avec généralement prise de butin (armes, munitions, chevaux, etc.). La structure de ces rébellions disséminées en bandes mobiles, placées chacune sous l’autorité d’un chef et sans coordination systématique à un niveau élevé, permet l’insertion facile des tribus dans des actions armées conjointes.

  • 15 Ou révolte d’Ibrahim Hanano. Voir infra.
  • 16 Chaykh Youssef, chef des moujahidines du Qusayr (sud d’Antioche), mentionne toujours dans ses mémo (...)

18Dans le Nord syrien en 1919-1921, le mouvement des ‘isâbât, connu sous le nom de Révolte du Nord15, opère en liaison avec les groupes de Tchétés (équivalents turcs des ‘isâbât arabes, composés de Kurdes, Circassiens et Turcs) et les centres kémalistes du sud de l’Anatolie (Marach, Kilis, Aïntab). Les tribus, notamment les semi-sédentaires comme les Mawali, peuvent apporter un soutien sur le terrain aux ‘isâbât et participer à des actions de guérilla. Mais villageois et bédouins ne se mélangent guère et jusque dans les opérations communes, les cavaliers bédouins sont distingués des ‘isâbât16.

Du Tanzimat à la Grande Guerre, entre l’ancien et le moderne…

19L’association de militaires professionnels et de troupes irrégulières existe, dans l’Empire ottoman, depuis la réforme militaire et malgré elle. Cette association a encore fonctionné pendant la Première Guerre mondiale, notamment en Irak dans le Jihad de 1914 (où l’on a vu côte à côte des troupes turques, des moujahidines chiites et des tribus).

  • 17 Les Hamidiye sont des régiments irréguliers de cavalerie composés en principe d’hommes des tribus (...)

20Il y a donc dans le mouvement des ‘isâbât, un double héritage militaire ; d’une part, celui du Tanzimat qui a apporté la modernité militaire avec notamment le corps d’officiers formé à l’école militaire d’Istanbul et porteur d’une culture militaire moderne. D’autre part, celui de la Grande Guerre qui a permis la mobilisation des hommes, la diffusion de cette culture militaire moderne et une expérience du combat à grande échelle, et qui a favorisé la circulation de grandes quantités de matériel militaire. La coexistence sur le terrain des unités militaires modernes et de groupements armés de forme plus traditionnelle (comme les Hamidiye17) implique la coexistence de deux références – moderne et « traditionnelle » – dans les modes de combat. Ces références se retrouvent dans les ‘isâbât. L’expertise et l’expérience militaires ont permis une amélioration qualitative et quantitative du potentiel des ‘isâbât de 1919-1921 puis de 1925-1926.

21Dans l’Empire ottoman, la cohabitation des concepts d’armée moderne et de jihad, comme mobile traditionnel de la guerre, est repérable jusqu’en 1908. C’est une cohabitation qui se prolonge dans les faits au moins jusque dans les années 1920. Autrement dit, comme il est d’usage chez les historiens, il faut manier avec prudence des catégories telles que « moderne » et « traditionnel »…

  • 18 Voir Méouchy, 2004, p. 278-279.
  • 19 SHD, 4H 58, rapport hebdomadaire du 11-18/12/1919, zone Ouest, Golan.

22Après 1918, l’élément nouveau par rapport aux mouvements armés de la fin du xixe siècle est la place des militaires dans les ‘isâbât : deux nouvelles catégories de combattants apparaissent à la fin de la Première Guerre mondiale : d’abord les soldats démobilisés des armées turque et chérifienne après octobre 1918, auxquels s’ajoute un certain nombre de soldats déserteurs des armées française et turque ; ensuite des officiers arabes, venus des armées turque et chérifienne. Ces officiers sont envoyés par Faysal comme officier de liaison et conseiller militaire auprès d’une ‘isâba, ou bien prennent directement la tête d’une ‘isâba18. Des dizaines d’officiers de carrière ont participé aux rébellions de l’après-guerre ; ainsi, selon un rapport du service des renseignements français, l’émir Mahmoud al-Faour, de la tribu sédentarisée des Fadl du Golan, disposerait d’une trentaine d’officiers chérifiens19.

  • 20 Bataille qui ouvre la Syrie aux Français après la défaite de l’armée du roi Faysal.

23Après la bataille de Maysaloun20, le 24 juillet 1920, leur nombre s’est encore accru de ceux des officiers qui avaient servi auprès de Faysal et qui « prennent le maquis ». Ces officiers dirigent aussi les opérations militaires et la formation des moujahidines. Le jihad irakien a montré la nécessité de cette formation pour affronter des armées modernes régulières.

24Dans les campagnes, opèrent donc des officiers auréolés de prestige grâce à leurs compétences techniques et leur engagement auprès des moujahidines. Avec la présence des officiers, les ‘isâbât s’ouvrent à la culture militaire moderne et aux formes modernes d’organisation du combat (militaire ou autre). De plus, des chefs de ‘isâba, comme chaykh Youssef, qui ne sont pas militaires de carrière, ont acquis une expérience importante pendant la Première Guerre mondiale. Les mémoires de Saadoun témoignent bien de ce que les chefs de la révolte du Nord sont séduits non seulement par l’expertise mais aussi par la forme militaire à laquelle tous se sont familiarisés durant la Grande Guerre.

25C’est à partir de cette époque que des hommes peuvent accéder à la tête d’une ‘isâba sur la simple base de leurs compétences militaires : par exemple Ahmad Muraywad, sunnite, chef de bande prestigieux, est nommé en 1925 en remplacement de Fouad Sélim, chef d’une ‘isâba druze et mort au combat.

  • 21 Pour la révolte du Nord et selon le témoignage de Saadoun : chaykh Youssef (al-Saadoun) dirige les (...)

26Les ‘isâbât du Nord et de la Grande révolte syrienne se répartissent en régions militaires. La révolte du Nord est divisée en quatre régions, chaque région possède son chef. Les rebelles peuvent être désignés par le nom de leur région21 : par exemple, « les rebelles (thuwwar) du jabal Qusayr ».

  • 22 SHD, 4H 65, D2, BR 53.

27Le chef de région, dans la tradition des ‘isâbât, peut nommer un « qaimaqam » pour gérer l’administration et le prélèvement fiscal (dîme et taxe sur les moutons). Ces taxes servent à payer les salaires des moujahidines et à fournir le centre d’approvisionnement alimentaire de chaque région. En effet, le moujahid reçoit un salaire (en majidiés, c’est-à-dire en livres turques) et il est considéré comme un soldat : les moujahidines sont les « soldats de la révolte » (junud al-thawra), à différencier des villageois (ahl al-qurâ). Le salaire est fonction du grade ou du statut du combattant. Certains chefs (tel ‘Aqil Isqati dans le Nord) font porter la tenue militaire à leurs hommes22. Les combattants sont divisés en deux catégories : les cavaliers et les piétons (al-fursân wa-l-mushât). D’une manière générale tout le vocabulaire militaire de base semble maîtrisé par les moujahidines qui sont, par exemple, capables de différencier le type d’unité combattante chez l’ennemi (bataillon, colonne, tabour, détachement, jumleh, brigade, sarayya, etc.), le type d’opération, etc.

28Ainsi, dans les campagnes comme chez les élites, la valorisation de la culture militaire et de l’expérience laisse transparaître, dès 1920, le désir de voir ces ‘isâbât et ces moujahidines devenir une armée ; cette volonté devient explicite en 1925.

De la Révolte du Nord à la Grande Révolte syrienne : un effort de centralisation et d’organisation

29Notre objectif n’est, dans cette partie pas plus que dans la précédente, ni de retracer ni d’analyser le déroulement des événements des Révoltes. Nous essaierons simplement de mettre en évidence la pression plus importante des nationalistes arabes syriens sur la Grande Révolte pour affirmer leur emprise sur l’ensemble des actions armées et surtout pour donner aux ‘isâbât la forme et l’esprit d’une armée nationale. Le facteur marquant d’emblée est une meilleure organisation des unités de combat et un effort de centralisation de la prise de décision politique et militaire.

30Si la Grande Révolte syrienne est constituée de bandes d’origine rurale, avec comme en 1919-1921 l’insertion de tribus dans le mouvement, elle est, en 1925, appuyée par un recrutement organisé dans les faubourgs urbains de Damas qui constituent la jonction avec les campagnes du Sud syrien.

31Le chef de isaba (râ’is ‘isâba) est en effet toujours une figure centrale mais, en 1925, nombreux sont les chefs qui viennent de famille sans importance sociale. Ils incarnent une partie de cette nouvelle élite qui a fait sa promotion par la filière éducation-armée.

  • 23 Al-Ba’înî, 1985, p. 250.

32En 1925 comme en 1920, villageois, montagnards, hommes des petits métiers urbains sont encadrés par des militaires. Plus d’une trentaine d’officiers seraient sur le terrain pendant la Grande Révolte, dont certains ont déserté l’armée du Levant (capitaine Fawzî al-Qawâqjî23) ou la gendarmerie (colonel Wahîd bey Hayâtî, gendarmerie de l’État de Syrie). À ces officiers s’ajoutent les déserteurs (gendarmerie syrienne, légionnaires et tirailleurs algériens).

33C’est sans aucun doute au niveau de l’organisation et de la direction de l’insurrection que l’intervention nationaliste apparaît le mieux. En effet, entre 1918 et 1926, deux volontés se rencontrent sur le terrain de la lutte armée :

  • la première, celle de combattre l’occupant français, est celle du moujahid de base ;
  • la seconde, qui apparaît dès 1919 et qui trouve son aboutissement en 1925-1926, est celle des chefs nationalistes, relayée par les officiers. Dans le mouvement des ‘isâbât, les nationalistes de Damas cherchaient surtout à encadrer les bandes pour qu’elles fassent allégeance au gouvernement arabe de Faysal.

34En 1925-1926, tout se passe comme s’ils voulaient donner à ces bandes la forme d’une armée nationale. Peut-être souhaitaient-ils également montrer aux Français que ces derniers ne se battaient pas contre des bandes de « bandits » mais bien contre une population en armes ayant à sa tête un encadrement national.

  • 24 Khoury, 1981, p. 455.
  • 25 Qarqut, 1975, p. 271 à 273.

35Il est vrai que la direction de la révolte se veut plus cohérente en raison de l’alliance privilégiée existant entre les chefs druzes et les nationalistes damascains (Hizb al-sha’b). Cette alliance est symbolisée par le Conseil de la révolution (Majlis al-thawra) qui siège à Suwayda. Ce Conseil arbore son drapeau, celui-là même qui avait flotté au-dessus du siège du Congrès général syrien en 1919-192024. Un Conseil national de résistance dans la Ghouta et la région de Damas (Majlis qiyâdat al-thawra al-wataniyya fî al-Ghûta wa dawâhî Dimashq) est créé, le 25 février 1926, sous la présidence de Nasîb al-Bakrî et il est doté de trois branches relatives aux questions financières, militaires, et à l’information et la propagande25.

36Les chefs de l’insurrection voudraient traiter cette guerre comme une guerre classique entre deux États dont l’un occupe le territoire du second. À côté de l’organisation politique, ils créent une organisation militaire. Les régions insurgées sont divisées en zones militaires. L’ensemble Ghouta-région de Damas, jusqu’à Nebek, est fractionné en sept régions militaires. C’est à Nebek donc que se fait la jonction avec les ‘isâbât du Nord. À l’intérieur de chaque zone militaire, les bandes doivent se conformer à l’avis du conseiller militaire de la zone – nommé par le Conseil National – et respecter un certain nombre de règles. Le Conseil demande à chaque combattant d’être identifiable et de porter un signe distinctif indiquant à quelle ‘isâba il appartient. En contrepartie, le Conseil assure le ravitaillement des bandes de Syrie méridionale.

37Dans le cas d’opérations importantes, le commandement militaire de la révolte peut demander le regroupement de bandes sous la direction d’un chef nommé par lui. Ainsi les bandes sunnites de l’Anti-Liban furent plusieurs fois placées sous le commandement de chefs druzes de l’Hermon, du Shûf ou du Wâdî al-Taym : Hamza Darwîsh, Shakîb Wahhâb, As’ad Kinj, etc. De même, lorsque Fouad Salim, chef militaire druze, est tué à Hasbayya en décembre 1925, la direction de l’insurrection nomme pour le remplacer, comme n’importe quel commandement militaire l’aurait fait, un autre chef non-druze, mais aux qualités militaires au moins égales, en l’occurrence Ahmad Muraywad.

38La dislocation de l’Empire ottoman, un empire en pleine mutation, a induit des effets à long terme qui dépassent même le cadre des résistances rurales armées.

39L’ouverture des horizons politiques de référence grâce aux officiers en particulier : les chefs politiques des révoltes postérieures à la guerre en appellent aux valeurs de la Révolution française et à la déclaration Wilson de 1918. Ils revendiquent les valeurs phares du dispositif idéologique occidental pour combattre la pression coloniale. Ces officiers sont les vecteurs principaux de l’introduction de la modernité politique dans les campagnes (par le biais de leur rôle dans les révoltes rurales en 1919-1921 et 1925-1926).

40Le renouvellement dans la direction des révoltes : la valorisation des officiers et des compétences militaires permet, en principe, à des hommes issus de la ‘âmma d’accéder à la tête d’une ‘isâba, sans passer par la ‘asabiyya.

41L’expérience des chefs militaires acquise dans d’autres régions (Balkans, Irak) apporte des éléments de comparaison sur la situation en Syrie. Exemple 1 : l’exemple irakien impose la nécessité de donner une formation militaire moderne aux moujahidines. Exemple 2 : Saadoun accepte d’autant moins l’absence des religieux dans les combats en Syrie qu’il arrive d’Irak et que le jihad irakien en 1914-1915 a été impulsé et conduit par les religieux chiites. Cet état de fait le conduit à une critique sévère des ‘ulamâ’.

42Ainsi donc, le mouvement des ‘isâbât s’inscrit sur le terrain dans la continuité de pratiques militaires en cours durant la Première Guerre mondiale et dans des visions du monde antérieures à l’âge national. Mais il s’inscrit aussi dans le contexte de remise en cause de l’ordre ancien ouvert par la défaite ottomane. Il porte et diffuse, dans les campagnes, des valeurs de la modernité qui signaleront les évolutions sociales et politiques de l’entre-deux-guerres.

43Sur le terrain, le mouvement des ‘isâbât se singularise par rapport à la grande révolte de 1925 par l’absence de culture politique moderne (État, territoire national, frontières nationales, etc.). En effet, au plan de l’État, on est encore dans un entre-deux : il n’y a plus d’empire et pas encore de présence effective de l’État moderne, ni du côté syrien, ni du côté turc. Pour Saadoun, comme pour tout le monde d’ailleurs, il y a d’un côté les faysaliens ou les chérifiens et de l’autre les kémalistes. Dans les deux cas les dénominations des forces armées renvoient à une personne et pas à un État.

44Au plan des frontières, rien n’est encore fixé. Par exemple la Constitution syrienne du 4 juillet 1920 ne fixe aucune limite territoriale au royaume de Syrie. Elle affirme bien dans son article 2 que « le royaume syrien se compose de pays indivisibles, ayant une unité politique » pour préciser ensuite dans l’article 3 : « … Le Congrès fixera les limites de ces pays par un règlement spécial qu’il édictera à cet effet. »

45La révolte ou les résistances anti-françaises n’ont pas de direction politique et militaire unifiée. La direction du Nord syrien est donc strictement régionale ; elle repose sur des chefs militaires et politiques : « quwwâd al-thawra », « thawrat al-chimal allati yuqal laha thawrat Hananu ».

46Les ‘isâbât s’enracinent donc dans un milieu rural mais, par l’intermédiaire de leurs chefs et/ou des officiers qui les assistent, elles sont en relation avec la ville où s’activent les nationalistes qui peuvent leur apporter une assistance selon les cas. C’est par le biais de ce rapport à la ville, via les chefs de moujahidines et les militaires, que le mouvement des ‘isâbât connaîtra ses évolutions les plus importantes au cours de la période 1919-1926. Ces évolutions ont à voir avec la construction du national et se concrétisent dans la grande révolte syrienne de 1925-1926.

DE LA « PETITE PATRIE » À LA « GRANDE PATRIE » : LA PRESSION NATIONALISTE DANS LA GRANDE RÉVOLTE SYRIENNE

47Entre 1919 et 1926, c’est-à-dire en un temps bref, nous assistons à l’introduction dans les campagnes d’un sentiment d’appartenance nationale et d’une représentation du territoire national. Ce processus, tout comme la relation entre la ville et la campagne, est médiatisé par les militaires qui, comme nous l’avons vu, sont sur le terrain de la résistance anti-coloniale aux côtés de certains chefs de ‘isâbât acquis aux idées des organisations nationalistes depuis la Grande Guerre.

48À partir de 1918, s’ouvre une période de prise de parole nationaliste grâce à l’essor de la presse et à l’entrée des nationalistes (wataniyyun) sur la scène publique. Cette prise de parole, à Beyrouth, à Damas, donne un écho important à des événements politiques qui sont autant d’éléments favorables à l’éveil d’une opinion publique dans les villes et à l’introduction de nouveaux horizons politiques et identitaires dans les campagnes.

49Parmi ces événements, on peut citer : la révolte arabe contre les Turcs (1916), les travaux du Congrès général syrien à Damas (1919-1920) – qui fait office d’assemblée constituante –, l’enquête de la Commission King-Crane (1919) dans le prolongement des déclarations Wilson sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il faut également mentionner les débats animés dans la presse avant que la mise en place du mandat n’impose une censure de l’information et des débats d’idées.

L’horizon de l’État national

50Ainsi, la direction nationaliste associe constamment son action militaire et son action politique (par la propagande faite à l’intérieur comme à l’extérieur du pays) non seulement pour remporter la victoire sur les troupes françaises mais surtout pour préparer le cadre à la restauration d’un pouvoir arabe souverain en Syrie.

  • 26 SHD, 4H 65, D1, BR 5, 11 décembre 1925.
  • 27 SHD, 4H 65, D3, BR 86, 3 avril, 1926.

51C’est la raison pour laquelle elle s’attribue les fonctions de l’État au premier rang desquelles la conscription et, par le biais de chefs parfois peu scrupuleux, l’impôt. Ces fonctions sont évidemment rendues nécessaires par la poursuite des combats. L’extension de la guerre à l’Hermon, à l’automne 1925, montre les limites du volontariat et les chefs druzes doivent pratiquement instituer une mobilisation obligatoire. Sultân Pacha al-Atrash fait arrêter les labours dans le Jabal pour libérer les hommes en âge de porter les armes26. Et lorsque, au printemps 1926, la Ghouta s’apprête à affronter la répression française, renforcée des 30 000 soldats libérés de la guerre du Rif, les chefs rebelles auraient obligé chaque village à fournir entre 20 et 50 hommes27.

52En divers endroits, des chefs de l’insurrection ont levé l’impôt – Ramadân Shallâsh à Nebek, au nom du gouvernement rebelle qu’il y a institué. Ces perceptions d’impôts dans la pratique ne se différenciaient pas des fortes amendes ponctionnées sur les villages par d’autres chefs – Chakîb Wahhâb dans l’Hermon, par exemple, sur les villages chrétiens. Impôts, amendes, rançons, prélevés de force avec l’aide de certains notables et que les villageois disaient utilisés à des fins personnelles.

  • 28 Qarqut, 1975, p. 271.

53La direction de la révolte attache beaucoup d’importance à la discipline et à l’image que les thuwwâr donnent du mouvement. Il s’agit de convaincre les opinions tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays du contenu politique de la révolte et de sa dimension nationale. C’est pourquoi cette direction interdit les agressions contre les populations civiles et s’efforce de supprimer les raisons du pillage en donnant au Conseil national la mission de pourvoir au ravitaillement (i‘âsha) des combattants. Elle institue un tribunal, siégeant à al-Hatîta dans la Ghouta, pour juger tout combattant s’étant rendu coupable d’espionnage, de corruption ou d’agression contre des civils28. C’est un jeune avocat, l’émir Ahmad al-Shihâbî qui remplit la fonction de procureur général auprès du tribunal des insurgés. Une des sanctions prévues par le tribunal consiste à déchoir le combattant reconnu coupable du titre de thâ’ir.

54Enfin les nationalistes damascains ont activé leurs connexions régionales pour soutenir la révolte du point de vue du financement, de l’armement et de l’asile politique. Pour toutes ces raisons, la capitale assure au cours de la révolte sa suprématie politique à l’intérieur de la Syrie. Alep, dont la filière turque n’a plus grande signification politique, se trouve dès 1921 en position excentrée par rapport à sa rivale du Sud.

Nouveaux horizons des moujahidines et rivalité ville-campagne

55Pourtant, en 1925 comme en 1920, ce sont les campagnes qui ont permis à la révolte de conserver son souffle, en lui fournissant l’essentiel de ses effectifs et en abritant les combattants. De plus, lorsque les chefs nationalistes de Damas ou de Hama sont recherchés par les Français ou isolés – par le manque de coopération des notables urbains –, ils quittent la ville pour rejoindre les combattants dans la campagne (Dr Shahbandar, ‘Adil Arslân). C’est bien la campagne qui a pris l’initiative et la direction des opérations de guérilla anti-française.

56L’entrée d’une ville dans la révolte peut être conditionnée à une coordination préalable entre Sultân Pacha al-Atrash et un ou deux représentants de cette ville (visite de Munîr al-Rayyis et de Mazhar Raslân, hamiotes, à Sultan Pacha en septembre 1925). Mais les villes ont manqué leur insurrection (Alep et Hama) et Damas a toujours hésité à se soulever. D’ailleurs les Druzes se sont sentis trahis par les Damascènes qui leur avaient promis aide et assistance.

57En 1918 comme en 1925, les leaders nationalistes ont évité de transporter en ville le champ des opérations militaires (Hanânô pour Alep en 1919-1920 et Shahbandar pour Damas en 1925-1926, à la suite du bombardement de la capitale par le général Sarrail les 18-20 octobre 1925). Le mouvement des nationalistes apparaît toujours, à sens unique, dirigé vers les campagnes pour mieux contrôler les bénéfices de leurs actions.

58De même que le mouvement des ‘isâbât trouve son origine et sa dynamique dans des raisons indépendantes du gouvernement de Damas, le déclenchement de la grande révolte se fait dans un contexte local, autour d’un chef, Sultan Pacha al-Atrash et selon un réflexe communautaire solidaire indépendant du discours politique tenu à Damas. Les premières victoires de Sultan Pacha, en juillet 1925 font basculer le sens du conflit, non plus entre une famille et le Mandataire, mais entre les Druzes et le pouvoir central. Cependant, l’insurrection druze prend une dimension nationaliste arabe syrienne principalement à cause des contacts anciens établis entre Sultan Pacha et le Dr Shahbandar et en raison des liens étroits existant entre certains Atrash (Nasîb, ‘Abd al-Ghaffâr, Sultân) et les Hachémites. La perspective nationaliste imprimée par les Atrash au mouvement insurrectionnel druze, dans l’élan de leur victoire du 3 août 1925, renforce leur suprématie sur les autres familles et érige Sultan en chef incontesté de l’insurrection druze et plus encore de la grande révolte syrienne.

  • 29 Le texte de l’appel du 23 août 1925 est intégralement reproduit dans l’ouvrage de ‘Ali Rida, Qissa (...)

59Cependant, c’est par l’action de certains chefs insurgés, conquis aux idées nationalistes, que de nouveaux horizons sont donnés aux moujahidines. Ce n’est pas seulement l’identification à un espace national qui est proposée aux hommes des campagnes, mais une nouvelle dénomination de cet espace : Bilâd al-Shâm s’efface au profit de Sûriyya qui est désormais al-bilâd al-muqaddasa (le pays sacré). Dès le 23 août 1925, Sultân Pacha signe un appel aux armes adressé aux « Arabes syriens », aux « patriotes » au nom de l’indépendance de la patrie sacrée. Le temps de la guerre (jihâd) est venu, proclame-t-il, d’une guerre sainte (harb muqaddasa) pour l’unité de la Syrie arabe indépendante, pour l’établissement d’un gouvernement du peuple (hukûma sha’abiyya), doté d’une Constitution affirmant la souveraineté absolue de la nation (umma), pour le retrait des forces d’occupation et la constitution d’une armée nationale, pour l’application des principes de la Révolution française et des Droits de l’Homme en matière de liberté, d’égalité et de fraternité29. Plusieurs autres appels à la « nation syrienne » sont distribués en Syrie, sous forme de tracts, portant la signature de Sultân Pacha ou des organisations nationalistes créées pendant la révolte (appel « à la nation syrienne » de la Lajna tahrîr al-bilâd al-sûriyya – Comité de libération du pays syrien –, d’août 1925).

60Le moujahid de base, mobilisé par le rejet de la domination d’une puissance étrangère et chrétienne, fut porté dans son combat par les proclamations de ses chefs, auxquels mille liens invisibles le relie, et dans lesquelles revenaient en leitmotiv la patrie, la Syrie, l’indépendance et la souveraineté, l’unité, le gouvernement du peuple.

61Enfin, les campagnes insurgées sont le lieu où sont introduits et développées un certain nombre d’idées et de slogans (où l’on reconnaît l’influence du Hizb al-Sha’b) qui seront repris ensuite par le Bloc nationaliste. Ainsi, Zayd al-Atrash, pour tenter de rassurer, voire de rallier, les chrétiens des cazas de Hasbayya et de Rashayya, lors de la campagne militaire qu’il dirige en novembre 1925, diffuse une proclamation autour de la formule devenue ensuite célèbre « al-dîn lillah wal-watan lil-jamî‘ » (la religion à Dieu et la patrie à tous).

La centralité de l’Islam et de l’échelle locale dans les motivations de la mobilisation

62L’analyse du récit de Saadoun montre des motivations de deux ordres :

  • la défense du territoire : al-bilâd (et éventuellement, le terme officiel : al-rubû‘ al-suriyya) ; il n’y a pas encore de représentation du territoire national même si le terme watan est utilisé, il renvoie à une terre, un terroir pas à un territoire national.
  • la défense de l’islam : face à la conquête de l’ennemi infidèle (al-‘adûw alkâfir), Saadoun dit que le jihad est un fard ‘ayn (qui s’oppose à fard kifâya) c’est-à-dire un devoir religieux qui incombe à tout musulman et qui ne peut être délégué.

63À ces deux motivations j’en ajouterai une troisième qui me semble sous-jacente au récit de chaykh Youssef : la défense d’un mode de vie traditionnel qui est fondamentalement le mode de vie sédentaire. C’est à ce niveau que s’arrêtent les possibilités d’alliance avec les Bédouins.

64Ainsi, la dynamique de ces ‘isâbât est fondée sur un agencement de solidarités dites primaires : solidarité du sang, réelle ou mythique, solidarité locale et solidarité religieuse (Islam), activées par la défense du mode de vie sédentaire et souvent de l’ordre social.

65Les représentations du récit convergent donc pour indiquer, chez Saadoun, les deux supports fondamentaux de l’identité : la terre et l’islam, qui sont à la base de l’affirmation d’un soi culturel à l’intérieur d’un ordre social traditionnel qui est l’ordre ottoman de coexistence des communautés au sein du Dar al-Islam. La terre est musulmane parce qu’elle est incluse dans le Dar al-Islam. Défendre sa terre c’est défendre le Dar al-Islam et à ce titre le jihad est sacré « muqqadas » (comme le proclame Hanano dans son appel de juillet 1920).

66Par la suite, avec l’abolition du khalifat et ce qui est considéré comme l’accaparement des terres syriennes par les Turcs, c’est la terre qui deviendra arabe (et non plus musulmane) et qui portera désormais le symbole de l’identité revendiquée (ici syrienne). Le jihad se fait alors pour la libération du territoire revendiqué comme national (voir les appels et tracts, sous la signature de Sultan Pacha al-Atrash ou des organisations de la révolte, distribués en Syrie en 1925).

67Ces glissements d’un support à l’autre, de l’Islam à la patrie syrienne, ne sont pas spécifiques à la Syrie, aux résistances syriennes comme en témoigne l’exemple kémaliste.

CONCLUSION

68Mes travaux en l’état actuel s’attachent à démontrer que la confrontation du monde rural syrien au fait national, dans le cadre d’une domination étrangère, aura eu au moins trois conséquences.

69Tout d’abord, en l’espace de moins de dix ans (1918-1926), nous assistons à une évolution structurelle radicale et irréversible de ces mouvements armés ruraux sous l’effet de la modernité militaire. Une évolution qui conduit à la disparition des ‘isâbât de la scène contemporaine syrienne.

70Ensuite, cette évolution structurelle précisément est directement liée à l’introduction dans les campagnes d’une volonté politique, d’une action politique, celles timide de l’État faysalien d’abord, puis celle des organisations nationalistes de l’opposition au Mandat français ensuite. L’action de cette volonté politique, initiée des villes, est médiatisée par les officiers et les chefs de ‘isabât et favorise l’émergence dans les campagnes de nouvelles formes de conscience politique et identitaire.

71Enfin, l’initiation de la campagne au nouveau cadre national se fait dans le cadre d’une sourde rivalité ville-campagne. La campagne qui a porté les résistances anti-coloniales ne retire aucun bénéfice politique de sa mobilisation collective. C’est Alep pour la révolte du Nord et Damas, capitale de l’État, pour l’ensemble des révoltes, qui désigneront après l’indépendance les héros de la résistance, une résistance dans laquelle la ville s’accordera une place symbolique de choix.

Bibliographie

Bibliographie

Hasan Amîn al-Ba’înî, 1985 : Sultan Bacha al-Atrash – masirat qa’id fi tarikh umma [Le destin d’un chef dans l’histoire d’une nation], Manshurat lajnat al-i‘lam – al-idara al-madaniyya fi al-Jabal, Syrie.

Abderrahmane El Moudden, 2004 : « Réforme par le bas : aux origines de la guerre populaire, la guerre de résistance de Muhammad ben Abd al-Karim, 1920-1926 », dans O. Moreau et A. El Moudden (éd.), 2004, « Réforme par le haut, Réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux 19e et 20e siècles », Quaterni di Oriente Moderno, XXIII (LXXXIV), n. s., Rome, p. 165-174.

Abdallah Hanna, 1985 : al-Mas’ala al-zira’iyya wa-l-haraka al-falahiyya min al-ihtilal al-uthmani hatta al-isti’mar al-faransi [La question agraire et le mouvement paysan de l’occupation ottomane au colonialisme français], vol. 3 : al-’Asr al-hadith [L’époque moderne] et vol. 5 : Dirasat madaniyya [Études de terrain], Damas.

Anousheh Karvar, 2004 : « La réforme de l’État et la modernisation de l’armée persane au 19e siècle : un processus inachevé », dans O. Moreau et A. El Moudden (éd.), 2004, « Réforme par le haut, Réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux 19e et 20e siècles », Quaterni di Oriente Moderno, XXIII (LXXXIV), n. s., Rome, p. 67-83.

Philip Khoury, 1981 : « Factionalism Among Syrian Nationalists during the French Mandate », International Journal of Middle East Studies, vol. 13, fasc. 4, p. 441-469.

Pierre-Jean Luizard, 1991 : La formation de l’Irak contemporain, Éditions du CNRS, Paris.

Nadine Méouchy, 2004 : « Rural Resistance and the Introduction of Modern Forms of Consciousness in the Syrian Countryside, 1918-1926 », dans T. Philipp et C. Schumann (éd.), From the Syrian Land to the States of Syria and Lebanon, Orient-Institut der DMG Beirut, t. 96, Erlon Verlag Würzburg, Beyrouth, p. 275-289.

Nadine Méouchy, 2010 : « From the Great War to the Syrian Armed Resistance Movement (1919-1921) : the Military and the Mujahidin in Action », dans H. Liebau et al. (éd.), The World in World Wars – Experiences, Perceptions and Perspectives from Africa and Asia, Studies in Global Social History vol. 5, Brill, Leyde/Boston, p. 499-517.

Odile Moreau et Abderrahmane El Moudden (éd.), 2004 : « Réforme par le haut, Réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux 19e et 20e siècles », Quaterni di Oriente Moderno, XXIII (LXXXIV), n. s., Rome.

Odile Moreau, 2004 : « La réforme par le haut : expérimentation de la réforme de l’armée dans le monde musulman méditerranéen », dans Moreau et El Moudden (éd.), « Réforme par le haut, Réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux 19e et 20e siècles », Quaterni di Oriente Moderno, XXIII (LXXXIV), n. s., Rome, p. 111-142.

Odile Moreau, 2007 : L’Empire ottoman à l’âge des réformes. Les hommes et les idées du « Nouvel Ordre » militaire 1826-1914, Institut français d’études anatoliennes/Maisonneuve et Larose, Paris.

Dhuqan Qarqut, 1975 : Tatawwur al-haraka al-wataniyya fi Suriyya, 1920-1939 [L’évolution du mouvement national en Syrie], Beyrouth.

Wilfrid J. Rollman, 2004 : « Conclusions », dans O. Moreau et A. El Moudden (éd.), 2004, « Réforme par le haut, Réforme par le bas : la modernisation de l’armée aux 19e et 20e siècles », Quaterni di Oriente Moderno, XXIII (LXXXIV), n. s., Rome, p. 274-279.

Linda Schatkowski-Schilcher, 1992 : « The famine of 1915-1918 in Greater Syria », dans J. P. Spagnolo (éd.), Problems of the Middle East in Historical Perspective. Essays in Honour of Albert Hourani, Reading, p. 234-254.

Tariq Tell, 2000 : « Guns, Gold and Grain. War and Food Supply in the Making of Transjordan », dans S. Heydemann (éd.), War, Institutions, and Social Change in the Middle East, Berkeley, p. 33-58.

Notes

1 Cet article qui porte sur les campagnes syriennes prend évidemment en considération des régions géographiques et administratives (Békaa, Jabal Amel, etc.) qui sont incluses dans le Liban après le 1er septembre 1920. D’autres régions, dans le Nord syrien, deviendront turques en 1923 ou en 1939.

2 Les archives qui fondent cet article sont les suivantes : 1) les archives militaires françaises conservées au fort de Vincennes : Service historique de la Défense (SHD), série 4H Levant, cartons contenant les rapports des services de renseignements ; 2) un manuscrit inédit relatant la révolte du Nord syrien entre 1919-1921 : « Mémoires du chaykh Youssef al-Saadoun », Centre des archives historiques de Damas (CAHD), al-Qism al-khâs (QK), Dossier 127 ; 3) les archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (MAE), anciennement conservées au Quai d’Orsay et actuellement consultables à La Courneuve.

3 Moreau et El Moudden, 2004 ; Moreau, 2007. Voir aussi son article dans ce volume.

4 Par exemple : l’administration (loi sur les vilayets de 1864), la politique avec en 1859 l’égalité des sujets du Sultan et ensuite le développement des concepts de nationalisme, constitutionnalisme.

5 Karvar, 2004, p. 74.

6 « The reform system and the State were evolving together, and they interacted together, to either mutually strengthen or sometimes weaken each other » : Rollman, 2004, p. 275.

7 El Moudden, 2004, p. 173.

8 Ibid., p. 174.

9 Sur l’effet de la Première Guerre mondiale sur le mouvement syrien de résistance armée, voir : Méouchy, 2010.

10 La France, la Grande-Bretagne et la Russie. L’Italie rejoint cette Triple Entente en 1915.

11 Schatkowski-Schilcher, 1992.

12 Tell, 2000, p. 35.

13 Dîra : aire de mouvance d’une tribu. Pour les grandes tribus chamelières, ce territoire peut s’étendre sur 2 000 kilomètres voire plus.

14 Nous ne traitons pas ici des conflits armés qui agitent l’Est syrien (régions de Deir-ez-zor et de Raqqa) entre 1919 et 1920. Ils sont en effet d’une autre nature et mettent en cause des luttes entre bédouins et sédentaires. Voir Hanna, 1985, vol. 3 p. 649-650 et vol. 5.

15 Ou révolte d’Ibrahim Hanano. Voir infra.

16 Chaykh Youssef, chef des moujahidines du Qusayr (sud d’Antioche), mentionne toujours dans ses mémoires les villageois et les bédouins de façon séparée, par exemple : « al-‘isâbât wa fursân al-badû… ». CAHD, QK, 127, p. 38. Les chefs de ‘isâbât, notables ou militaires, ont tendance à se méfier des Bédouins (a’râb) à cause de leur propension au pillage durant les actions armées. Sur la question des ‘isâbât, se reporter à Méouchy, 2004.

17 Les Hamidiye sont des régiments irréguliers de cavalerie composés en principe d’hommes des tribus kurdes ; ils sont mis en place par le pouvoir ottoman, à partir de 1891, pour prendre en charge des opérations de défense de l’Empire et surtout pour « ériger un rempart contre une attaque russe ». Moreau 2004, p. 118-119.

18 Voir Méouchy, 2004, p. 278-279.

19 SHD, 4H 58, rapport hebdomadaire du 11-18/12/1919, zone Ouest, Golan.

20 Bataille qui ouvre la Syrie aux Français après la défaite de l’armée du roi Faysal.

21 Pour la révolte du Nord et selon le témoignage de Saadoun : chaykh Youssef (al-Saadoun) dirige les hommes du jabal Qusayr et du secteur d’Antioche. Najib ‘Uwayyid est le chef du caza de Harim, Mustafa Hajj Husayn celui du jabal Zawiyé et Omar Bitar du jabal Sahyun.

22 SHD, 4H 65, D2, BR 53.

23 Al-Ba’înî, 1985, p. 250.

24 Khoury, 1981, p. 455.

25 Qarqut, 1975, p. 271 à 273.

26 SHD, 4H 65, D1, BR 5, 11 décembre 1925.

27 SHD, 4H 65, D3, BR 86, 3 avril, 1926.

28 Qarqut, 1975, p. 271.

29 Le texte de l’appel du 23 août 1925 est intégralement reproduit dans l’ouvrage de ‘Ali Rida, Qissat al-Kifah al-watani fi Suriyya ‘askariyyan wa siyasiyyan hâta al-jala’ (1918-1946) – (Histoire de la lutte nationale militaire et politique en Syrie jusqu’à l’indépendance), Imprimerie moderne, mai 1979, Alep. Une traduction en français de ce texte, effectuée par le drogmanat de Beyrouth, est consultable dans les archives diplomatiques : MAE, E 412, vol. 192, fol. 281-282.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540