Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Une histoire du Proche-Orient au temps présent

 | 
Philippe Pétriat
, 
Pierre Vermeren

De l’histoire de la Palestine à l’histoire du Proche-Orient contemporain

Regard sur les rapports de missions politiques de Louis Massignon 1908-1955

Gérard D. Khoury

Full text

1Une source, en grande partie inédite, est constituée par les rapports de mission politiques et culturels de Louis Massignon depuis 1908 jusqu’en 1955. Cette période est au centre des travaux de Nadine Picaudou, aussi bien pour La décennie qui ébranla le Moyen-Orient que pour La déchirure libanaise. Les prises de position de Louis Massignon à l’égard de la cause palestinienne précédent celles de Nadine Picaudou, qui a consacré plusieurs ouvrages aux Palestiniens et à leur combat, qu’elle a vigoureusement soutenu. Les réflexions de Louis Massignon sur l’islam et ses défenseurs arabes contemporains ainsi que son approche de la complexité des rapports entre islam et politique font écho à la démarche entreprise Nadine Picaudou dans L’islam entre religion et idéologie. Essai sur la modernité musulmane.

2Le travail universitaire de Nadine Picaudou, sa rigueur comme l’excellence de son style, ont toujours été pour moi une source d’admiration et un exemple. Les pages qui suivent sont dédiées à l’historienne et à son enseignement, toujours exigeant et clair.

  • 1 Écouter au sujet de Al-Hallâj les deux courtes émissions de Jean Amrouche avec Louis Massignon sur (...)

3Dans l’œuvre de Louis Massignon, où « La passion de Al-Hallâj1 », sa thèse publiée en 1922, est centrale, il n’y a pas eu beaucoup de place pour le rôle politique que le grand islamologue et arabisant a joué durant la majeure partie de sa vie. Les seuls textes qui sont connus, dans ce domaine, proviennent des Opera minora publiés par le père Youakim Moubarac. Il s’agit, comme nous le verrons plus loin, des écrits de Massignon sur son action à partir de 1917 en faveur de l’émir Faysal et du jeune nationalisme arabe et syrien, en concurrence avec le colonel Lawrence.

PREMIÈRE PARTIE

Le corpus

4Grâce aux premières recherches entreprises à l’ouverture en 1988 des Archives de Nantes du ministère des Affaires étrangères, j’ai eu le privilège d’identifier le rapport manuscrit sur la Légion d’Orient à Ismaïlia de 1917, à l’époque où le capitaine Massignon travaillait sous les ordres de François Georges-Picot.

  • 2 Voir le DEA de Gérard Khoury, Les rapports de mission politique de Louis Massignon de 1918-1928, b (...)

5Par la suite, j’ai pu trouver au Quai d’Orsay les rapports de mission d’après guerre (1918-1919, 1920-1921, 1927-1928)2.

6Il m’a fallu attendre l’ouverture en 1999, des séries Afrique-Levant pour les années 1944-1952 pour trouver une autre série de rapports (1946, 1947-1948, 1949-1950, 1950-1951 et 1953-1954). J’ai également trouvé des rapports de mission de 1908 et 1934 aux Archives nationales.

7Jusqu’à présent, et en fonction de la chronologie précisée par Louis Massignon lui-même dans certains de ses rapports à partir de l’après-guerre de 1914-1918, il me manque les rapports de mission de 1930-1931, 1939, 1945 et 1952-1953 pour disposer de la série au complet.

8À la chronologie de ces quinze rapports, je me suis permis d’ajouter le rapport de 1917 déjà mentionné, ainsi que le rapport de la Mission en Mésopotamie du 3 novembre 1908, accompagné de la confession de 1908 qui y est jointe. Ces deux rapports nous permettront de mieux cerner le jeune Massignon attiré par la mystique d’une part et par la politique, d’autre part. À partir de l’après-guerre et jusqu’aux derniers rapports de 1954-1955, le plan du rapport est annoncé en début du texte et correspond pour la plupart des rapports au schéma suivant :

  1. Itinéraire ;
  2. Questions examinées ;
  3. Problèmes qui se posent sur place ;
  4. Annexes.

Louis Massignon

9Louis Massignon est né le 25 juillet 1883. Son père est rationaliste ; sa mère est une chrétienne pratiquante. Massignon est le fruit d’un couple mais aussi d’un siècle, et plus proprement d’une République, la troisième, où s’affrontent, en même temps qu’ils tentent de se concilier, l’esprit clérical et l’esprit laïc.

  • 3 Destremau et Moncelon, 1994, p. 24 : « Huysmans est frappé par le charme qui émane du jeune homme (...)
  • 4 Voir la chronologie de Daniel Massignon dans le numéro Massignon des Cahiers de L’Herne, Paris, 19 (...)
  • 5 Ibid.

10Il suit ses études au lycée Montaigne à Paris. En 1896, âgé de 13 ans, il rentre au lycée Louis-le-Grand et se lie d’amitié avec Henri Maspero, fils de l’égyptologue Gaston Maspero. Progressivement à l’adolescence Louis Massignon devient agnostique. Encouragé par son père, il visite seul en 1898 l’Autriche et l’Allemagne, puis l’Italie avec ses parents en 1899. Le 27 octobre 1900, Louis Massignon rencontre Joris-Karl Huysmans au cours d’une entrevue de six heures, qui marquera plus tard sa pensée3. Il fait à Alger en 1901 son premier voyage en pays musulman, écrit Daniel Massignon4, et au Maroc en 1904 « à la tête de sa propre caravane, sur des pistes peu sûres, pour découvrir le pays et la ville de Fez ». C’est dans cette ville que vivait, au Moyen Âge, Léon L’Africain, sujet de son diplôme d’études supérieures d’histoire, soutenu en juin 1904 et publié à Alger en 1906. Massignon participe au XIVe Congrès des orientalistes à Alger en 1905, où il rencontre Ignace Goldziher et Miguel Asin Palacios. Il entreprend par la suite des recherches d’Égyptologie. Son intérêt se porte rapidement sur l’art et la civilisation arabes. Il obtient son diplôme d’arabe classique et d’arabe dialectal en 1906, à l’École des langues orientales. En 1907, il est au Caire où au lieu de se consacrer aux travaux d’archéologie, il se passionne pour l’étude critique du martyre d’un mystique de Bagdad du xe siècle5. C’est sa première découverte du grand soufi Al-Hallâj via le Mémorial des saints de Farid Al-Din Attar. Durant son séjour au Caire il fut désigné membre temporaire de l’Institut d’archéologie orientale par Gaston Maspero.

11Lors de son premier voyage en Mésopotamie en 1907, Louis Massignon a 24 ans. Il y entreprend alors une mission archéologique en 1907-1908. À son retour en Europe, il participe au XVe Congrès international des orientalistes à Copenhague en 1908 et entreprend dès 1909 des recherches sur Al-Hallâj dans les bibliothèques de Constantinople, avant d’être admis à l’université d’al-Azhar, comme étudiant en Philosophie. Il commence alors à rédiger sa thèse de doctorat sur Al-Hallâj. Durant l’hiver 1912-1913, à la nouvelle université du Caire, il donne des cours en arabe sur l’histoire des doctrines philosophiques musulmanes.

  • 6 Il est promu capitaine durant la guerre pour asseoir son rôle face au colonel Lawrence dans les ra (...)

12C’est bien l’islamisant et le connaisseur des milieux scientifiques et religieux du Caire, de Damas et de Bagdad que François Georges-Picot a comme adjoint dans sa petite équipe et qui fera son entrée à ses côtés à Jérusalem en décembre 1917 sous l’égide du victorieux général Allenby et du colonel Lawrence6.

13Du lendemain de la Première Guerre mondiale aux années 1950, Massignon est incontestablement la personnalité intellectuelle française la plus compétente, la plus reconnue aussi bien en tant qu’islamologue et arabisant, qu’en tant qu’historien et sociologue. En France il est professeur au Collège de France depuis 1926, succédant à Alfred Le Chatelier. Il est responsable de publications scientifiques, comme la Revue du monde musulman. À l’étranger, s’il fallait un titre pour attester de cette reconnaissance ce serait son appartenance à l’Académie royale de langue arabe du Caire fondée en 1933.

14C’est, après la fin de la période coloniale, la personnalité française la plus éminente pour reprendre le dialogue avec les dirigeants des pays arabes récemment indépendants. Les ambassadeurs de France à Amman, Beyrouth, Bagdad, Le Caire et Damas sont unanimes pour reconnaître ses qualités et réclament sa présence pour défendre l’image de la France. En 1945, par exemple, l’ambassadeur de France à Amman rapporte le succès qu’a obtenu Louis Massignon durant sa visite au roi Abdallah, qui s’est plu à discuter avec lui des questions pointues de langue arabe et qui l’a retenu à déjeuner prolongeant ainsi une audience officielle par un rapport intime et amical.

15Dès les lendemains de la Première Guerre mondiale et jusqu’au milieu des années 1950, les Affaires étrangères prendront l’habitude de le charger de missions dans les pays arabes. Sa stature est telle qu’on ne peut pas trouver meilleur ambassadeur dans le monde arabe et musulman. C’est aussi dans les dernières années de sa vie un homme de paix qui prend position contre le colonialisme et le sionisme et soutient la lutte de Gandhi. Il meurt d’une crise cardiaque le 31 octobre 1962.

La période historique couverte par les rapports

16Louis Massignon a connu la dernière décennie de l’Empire ottoman. Sa première mission en Mésopotamie a lieu en 1907-1908 et elle a reçu l’aval des autorités ottomanes par un firman en bonne et due forme. Il est à Bagdad quand se fomente à Salonique la révolution des Jeunes Turcs de 1908, qui sera déclenchée en juillet après son départ de Bagdad. Ce séjour est un moment fondateur dans la vie de Massignon, puisque c’est à Bagdad qu’il vit la révélation de « la visitation de l’étranger » et son retour à la foi chrétienne comme le souhaitait vivement sa mère.

  • 7 Khoury, 2006 et Khoury, 2007.

17Entre 1905 et 1955, Massignon est le témoin d’un demi-siècle en Orient, au cours duquel le Levant passe de l’Empire ottoman à la formation des États du Levant et à leur indépendance après vingt-cinq ans de mandat ou de tutelle par la Grande-Bretagne et la France. Il est au premier rang de l’action diplomatique et politique en 1917 auprès du haut-commissaire François Georges-Picot. Il participe aux négociations entre Clemenceau et l’émir Faysal en novembre-décembre 1919 qui aboutissent à l’accord Faysal-Clemenceau signé le 6 janvier 1920. Partisan d’un soutien de la France au jeune nationalisme arabe représenté par l’émir, il incite la diplomatie française à s’appuyer sur la majorité musulmane sunnite, à valoriser l’islam et l’arabité – culture et langue – et à ne pas surévaluer le rôle des minorités chrétiennes, notamment au Liban. Après le retrait de Clemenceau de la vie politique fin janvier 1920 en raison de son échec à l’élection présidentielle, ce n’est pas cette voie que la diplomatie française va privilégier, mais plutôt le soutien des minorités chrétiennes et musulmanes, divisant pour régner. Massignon est persuadé que l’accord Faysal-Clemenceau n’a été que paraphé, ignorant qu’il a été bien signé par l’émir et le président du Conseil français, ce qui engage la responsabilité des deux parties signataires. Il ne pense pas moins que la France s’est engagée moralement à l’égard de l’émir pour soutenir le royaume arabe de Damas en fonction des promesses des accords Sykes-Picot de 1916. Il n’a cessé de dire durant toute sa vie que la France avait manqué à la parole donnée à l’émir, ignorant que ce dernier avait eu aussi une part de responsabilité, même minime par rapport à celle d’une grande puissance comme la France, dans l’échec du royaume arabe de Damas7.

  • 8 Sous la direction de Gérard D. Khoury, Vergers d’exil, en hommage à Gabriel Bounoure, Geuthner, Pa (...)

18Au cours de ce demi-siècle, Massignon a établi des relations solides avec des notabilités musulmanes de Bagdad, Damas, Beyrouth et Le Caire, avec les éminents milieux religieux musulmans et avec les lettrés arabes qui militent pour le renforcement et la modernisation de la langue du Coran. La position de Massignon, proche de la majorité sunnite est souvent en contradiction avec la politique française qui s’appuie sur les minorités chrétiennes pour mener son jeu et protéger ses intérêts. Il n’a de cesse que de concilier les contraires : son soutien aux mouvements nationalistes arabes et musulmans souvent combattus par la France et son appui à la politique impériale française tant en Afrique du Nord qu’au Proche-Orient. Il donne des gages aux uns et aux autres et tente souvent des rapprochements impossibles. Il fait partie des rares Français, comme Gabriel Bounoure8 ou Jean Gaulmier, durant la période des mandats et des indépendances qui ont su comprendre et respecter les élites politiques et culturelles des jeunes États en même temps qu’ils soutenaient la politique et les intérêts français, quitte à ne cesser d’attirer l’attention sur les dangers de la politique menée par la France. Nous verrons plus loin comment il va concilier aussi son attirance pour le mysticisme et pour l’engagement politique dans le siècle, ses choix se complétant plutôt que s’excluant.

Bref regard sur les rapports de 1908 et 1917

19Avant d’examiner le contenu des onze sur quinze rapports répertoriés par Louis Massignon de 1918 à 1955, je voudrais insister sur les rapports antérieurs de 1908 et de 1917, car ils nous livrent des moments fondateurs de la vie de Louis Massignon et nous permettent ainsi de mieux appréhender le personnage qu’il est devenu, celui de l’arabisant et de l’islamologue français le plus connu du xxe siècle, le « cheikh admirable » comme le désignait Jacques Berque, l’autre grand orientaliste de ce siècle avec Maxime Rodinson.

Rapport du 3 novembre 19089

  • 9 MAE, dossier « Nouvelle Turquie 324 », fol. 112-120, 127-128, 130.
  • 10 Le plan de ce rapport est repris dans l’ouvrage publié en 1910 à l’IFAO du Caire sous le titre : M (...)

20Ce rapport rend compte de la mission archéologique confiée à Louis Massignon par les ministères des Affaires étrangères et de l’Instruction publique fin 1907, pour laquelle il reçoit un firman impérial du grand vizir ottoman l’autorisant à effectuer sa campagne de fouilles en 190810.

  • 11 C’est à Bagdad que Massignon a noué les premières relations avec les milieux lettrés musulmans. Se (...)

21Durant un séjour d’environ six mois, Massignon va choisir de vivre dans un quartier arabe (Haïder – Khâneh) de Bagdad grâce à l’amitié de la famille Alousi, notables de Bagdad, de se vêtir en arabe et de s’imprégner des mentalités arabes, avec « une volonté de comprendre l’islam de l’intérieur, en opérant un décentrement mental11 » par rapport au monde européen. Il va étudier le vieux Bagdad durant les premiers mois de son séjour, avant de former sa caravane, avec palefreniers et serviteurs, recommandés par le consul de France Gustave Rouet, pour aller à la découverte d’un château arabe, missionné pour cela par le général Léon de Beylié. « La principale découverte, écrit Louis Massignon dans ce rapport, fut celle d’Al Okhaydhir, grand château de style sassanide, de près de 200 mètres de côté. J’en terminai le levé au double décamètre en deux fois : les 31 mars et 3 avril, après avoir subi une assez vive attaque de rezzou d’Arabes des Hawâtin. »

22Il poursuit : « Le premier mai, la région de Wâsit demeurant troublée, je me résignai à rétrograder jusqu’à Bagdad, où j’arrivai le 5 mai pour m’y immobiliser par une attaque d’impaludisme. »

23Louis Massignon, pour ce rapport aux Affaires étrangères, parle uniquement « d’une attaque d’impaludisme » alors qu’il a vécu, à la fin de sa campagne de fouilles à Kout el Amara, un épisode majeur sur le bateau Burhaniyé qui le ramenait à Bagdad – surmenage, insolation, angoisse, suspicion d’espionnage et tentative de suicide – qui a été à l’origine d’une hospitalisation et de plusieurs rapports médicaux, puis d’un rappel en France par ses autorités de tutelle. Ce que Massignon a vécu en mai 1908 a eu des conséquences dans toute sa vie : c’est ce qu’il a appelé la « visitation de l’étranger » dont il a eu la révélation à Bagdad. Il a très peu écrit ou parlé à ce sujet : en 1955 dans l’article sur « L’idée de Dieu » dans la revue L’Âge nouveau et en 1959 au cours de l’hommage officiel organisé pour lui par Edmond Michelet à la Sorbonne.

  • 12 Destremau et Moncelon, 1994, p. 42.
  • 13 Dans Islamochristiana, numéro 14, Rome, 1988, Daniel Massignon écrit : « C’est le mérite de Jacque (...)
  • 14 Massignon, 2001.

24Dans la biographie que lui ont consacrée Christian Destremau et Jean Moncelon, ils ont étudié minutieusement cet épisode majeur de la vie de Massignon. On pourra se référer au chapitre 4 intitulé « Vers un au-delà indestructible12 ». Ils se sont appuyés principalement sur l’article de Daniel Massignon dans Islamochristiana13. Daniel Massignon par la suite a voulu définitivement faire toute la lumière sur cette affaire complexe et y a consacré un ouvrage qui porte le même titre que l’article mentionné ci-dessus : « Le Voyage en Mésopotamie et la conversion de Louis Massignon en 190814 ». Il écrit d’emblée : « La mission archéologique officielle de Louis Massignon, mon père, en 1908 en Mésopotamie, a été un tournant décisif dans sa vie, l’occasion d’une conversion à laquelle il est resté fidèle jusqu’à la mort. Il n’a cessé de dire et d’écrire à ses amis, ne serait-ce que par de brèves allusions, que toute sa vie avait été transformée par les événements de 1908, et le dire n’était pas de la littérature. C’est d’ailleurs de 1908 que datent les thèmes les plus originaux de son message spirituel, comme l’hospitalité et la substitution. »

  • 15 Jacques Keryell a découvert le dossier no 33 au MAE en 1988 et l’a communiqué à Daniel Massignon. (...)

25Avec un souci constant de rigueur scientifique, Daniel Massignon a réuni toute la documentation d’archives des Affaires étrangères15, des Archives du consulat français de Bagdad et bien entendu tous les documents que Louis Massignon lui avait laissés. Il les a ensuite examinés et passés au peigne fin pour éclairer les points d’ombre de cet épisode douloureux vécu par son père sur le bateau qui le ramenait à Bagdad et durant son hospitalisation. Il n’est pas nécessaire ici de réexaminer toute l’argumentation de Daniel Massignon pour invalider les propos des serviteurs kurdes et arabes de son père, pour examiner les rapports des médecins sur l’état du malade et les traitements qu’il a eu, pour étudier les incidents survenus sur le bateau Burhaniyé qui le ramène à Bagdad et la tentative de suicide de Louis Massignon. Il suffit donc de se reporter à cet ouvrage pour être convaincu que ce que vit Louis Massignon est bien un retour à la foi chrétienne après plus de quatre années d’éloignement. Daniel Massignon a aussi préparé des textes choisis et annotés « Autour d’une conversion. Lettres de Louis Massignon et de ses parents au père Anastase de Bagdad », qui seront publiés en 2004 après sa mort. Ces lettres complètent l’intelligibilité de cet épisode fondateur.

Confession – Bagdad 1908

  • 16 Archives nationales, cote F/17/ 17278.
  • 17 Massignon, 2001, p. 23.

26Ce document « Confession16 » est à comparer avec les « Notes LM », récit inédit de Louis Massignon publiées par son fils dans le livre cité ci-dessus. Massignon en date la rédaction : « Les pages relatives aux journées des 27 avril au 8 mai 1908 ont été rédigées en 1922 (achevées le 20 avril), alors que je croyais que mon père avait détruit les trois rapports turcs transmis au Quai d’Orsay et à lui, en traduction française dactylographiés par Rouet Mon père me les avait fait lire en 1908. Ma mère les ayant retrouvés en 1924, j’en ai rédigé un examen critique (Annexe), puis les ai brûlés (1925) sur le conseil (excessif) de Claudel. Ici, j’ai seulement corrigé la date du 4 mai pour l’arrivée à Bagdad que je croyais le 517. »

27« Confession », est un texte qui ne manque pas de me faire penser à l’esprit des Confessions de saint Augustin et au dilemme que l’évêque d’Hippone avait vécu entre le charnel et le spirituel pour aboutir à une conversion du paganisme au christianisme. Ce texte (trouvé dans les Archives nationales), non daté, est plus court que les « Notes LM » et occulte certains noms de personnes. Des passages entiers se recoupent parfaitement avec les « Notes LM », ce qui plaide pour une rédaction à la même période de 1922. Il comporte, en revanche, des passages qui ne se trouvent pas dans les « Notes LM » et qui sont, me semblent-ils, plus clairs et explicites sur les conditions de la conversion de Louis Massignon. Je les cite ci-après :

  • 18 Eff, abréviation de Effenfdi.
  • 19 Destremau et Moncelon, 1994, p. 43-44 : « Le 2 février, en effet, Louis connaît une première liais (...)
  • 20 Louis Massignon fait probablement allusion à sa relation au Caire avec Luis de la Cadra. Les parti (...)

Hiver 1907-1908 : Bagdad- Détermination de travail acharné : me faire une mentalité arabe et musulmane. Coupure d’avec les Européens (revu un seul, le P. Pierre de la Mure de Dieu, à qui j’avais cédé ma cabine à Koût en remontant le Tigre). Monté à cheval chaque matin ; amitié inespérée avec mes hôtes audacieusement choisis, les Aloûsi (Choukri Eff18. Et Haddj ‘Ali), qui me révèlent, en arabe, la civilisation musulmane (conversation quotidienne). Ils essaient de m’y attirer, de me faire croire en Dieu. « La FOI n’est due, en justice, qu’à Dieu, seul immuable. Et l’AMOUR ? – Prostitué à n’importe quelle créature. Mais s’il veut que nous l’aimions ?
– Chose surérogatoire, délimitée, privée ; ce qu’il requiert, c’est la FOI » Je me sens différent d’eux. Un autre jour Haddj Ali provoque de moi une confidence ;
– Je suis triste, je pense à quelqu’un en Égypte : si je m’impose ici d’être chaste, moi incrédule, c’est pour tenir ma parole, donnée à vous, pour que cette maison ne soit pas souillée, où vous m’avez fait accueillir, moi, votre hôte, en un quartier jusqu’ici exclusivement musulman.
– Tu es chair, tu es trop dur pour toi.
– Que fais-tu toi ?
– J’essaie de ne pas scandaliser, et, quand je tombe, en secret, je prie Dieu à l’heure canonique.
Cette idée d’une prière purifiant sans contrition m’atterre.
Un jour, enfin, je lui avoue ma liaison égyptienne19, m’attendant à une compassion paternelle de sa part, lui, mon hôte. Mais voici qu’en ses yeux, changés, je lis une mauvaise pensée me visant. J’en pâlis, et, confus, se lève et sort (il n’osa pas revenir seul me voir le lendemain). Souffrance atroce en moi, et (ce jour où j’ai joui de l’amour éternel » cf. 21/6/09. Racontars de Wéli : ennui de mon père)20.
… Les soirs amers, à l’ombre, à Kerbala, les ta’siyé, le cri du laitier « ya doûgh, yâ laban ! »). Les nuits sur ma terrasse, devant le dôme de Nedjaf. – Je m’attache au jeune visage de mon second saïs, Dj (vicié par son dernier maître). Sa mère était venue voilée me confier sa jeunesse avant notre départ. Son geste de serrer son cheval contre le mien au guet-apens d’Okhaydir, restant seul de mon escorte auprès de moi sous les balles, me vainc le cœur. La diplomatie de mon majordome kurde Wéli nous réunit (6/4). Dès lors, ma caravane est gâtée, et l’itinéraire fixé m’alourdit. Nuits désespérées de Nedjaf et Hillé. Tombes d’Ezéchiel, le Vendredi Saint (nuages tragiques).

28Louis Massignon est pris dans une tension entre ses attirances physiques masculines – dont il fait l’aveu à Haddj Ali, qui lui avait bien dit « … tu es chair, tu es trop dur pour toi » espérant un réconfort qui ne vient pas – et son désir de brider la chair pour retrouver la foi. On peut dire que Massignon se débat entre un amour charnel et un amour mystique, ce qu’atteste le passage ci-après :

La nuit du (3-4 mai), je sentis comme une odeur d’herbe sèche (alpiste ou hashish) et je fis des rêves (séries de figures), ne croyant plus à ma filiation, ni à mon identité. Une horreur atroce de moi-même me saisit, et me fit garder les yeux obstinément fermés (criant tantôt le nom de Hallaj : Ya Mansûr et tantôt celui de Dj : de fait je me débattais entre ces deux amours).

29Les initiales DJ dans le texte « Confession » correspondent bien à Djabbouri dans les « Notes LM », où ce passage est différent dans sa fin : « La nuit du 3 au 4 mai – Je sentis comme une odeur d’herbes sèches (alpiste ou haschisch), et je fis des rêves (série de figures) ; ne croyant plus à ma filiation, ni à mon identité. Une horreur atroce de moi-même me saisit et me fit garder les yeux obstinément fermés pendant un temps que je crus égal à deux fois vingt-quatre heures et qui fit bloc dans ma mémoire avec mon transfert à terre le 4. »

  • 21 Massignon, 2004.

30Un extrait de la lettre 14 de Louis Massignon au père Anastase du 24 août 1908 vient confirmer ce dilemme qu’il a vécu et dépassé par son retour à la foi de son enfance dans ce qu’il a vécu comme une conversion : « Aidez-moi de vos prières, car je ne suis pas seul à en demander, je crois. Je voudrais que quelqu’un prie en mon nom à Bagdad en cette cathédrale – que je n’ai qu’entrevue le jour de Noël de l’an passé – pour deux personnes qui m’ont aidé et dont je ne sais rien maintenant : l’un mort, el Hosaïn ibn Mansour al-Badhawi al-Bagdadî Al-Hallâj, et un vivant, ‘Aboû al-Djabbâr ibn al-Hassan, alias Djabbourî, mon plus jeune saïs à Bagdad : je pense qu’il est vivant. Je vous demande avec le respect que je vous porte et l’affection que j’ai pour vous en Dieu de faire que quelqu’un m’aide à Bagdad pour prier pour ces deux personnes21. »

  • 22 Destremau et Moncelon, 1994, p. 68.

31Destremau et Moncelon écrivent eux : « Dans l’affrontement entre deux désirs, entre la possession et le renoncement, entre le visage de beauté de l’aimé et la beauté sans visage de l’Ami, entre le nom bien-aimé de Dieu, Massignon a traversé son propre enfer. Mais il connaît ainsi une exceptionnelle expérience mystique qui le délivre du désir de posséder les corps, ainsi que les âmes, et qui lui enseigne l’essentiel désir de Dieu. C’est en cela que Djabbouri a “aidé” Louis Massignon, comme Al-Hallâj22. »

  • 23 « Fernand Massignon, en effet, était rationaliste et d’esprit laïc. S’il n’était pas lui-même fran (...)

32Ces lettres au père Anastase, moine carme de Bagdad, né libanais du nom de Guirgis Aouad, nous révèlent aussi le rôle de Marie Massignon, qui a ardemment souhaité le retour à la foi de son fils qui s’était situé durant son adolescence du côté laïque et athée de son père sculpteur Pierre Roche, alias Fernand Massignon23.

33Comme Monique, la mère de saint Augustin, Marie Massignon appelle de ses vœux la conversion de son fils. On peut avancer que Louis Massignon a été tiraillé entre son propre désir et celui de sa mère. Sur un point on peut faire foi à une observation de Wéli son serviteur kurde, dont certaines déclarations ont été sujettes à caution comme l’a montré Daniel Massignon. Dans sa déposition après le retour début mai de son maître à Bagdad, il dit qu’il avait trouvé Louis Massignon inquiet de rentrer en France craignant à son retour le jugement de sa mère sur sa vie dévoyée à Bagdad. Les passages des lettres de Marie Massignon au père Anastase peuvent confirmer l’hypothèse qu’après la crise de Bagdad, Louis Massignon a surmonté son dilemme intérieur et a fait le désir de sa mère. Celle-ci écrit à plusieurs reprises au père Anastase.

  • 24 Massignon, 2004, p. 27-28.

34Le 11 août 1908, elle écrit : « En ce moment, Louis va très bien physiquement et moralement. Il est calme et persévère, je le sais, dans les pratiques de piété que nous avons eu, vous et moi, le bonheur si grand de lui voir reprendre24. »

  • 25 Le père Anastase qui accompagne, à la demande du consul de France, Rouet, le jeune Massignon pour (...)

35Le 22 décembre 1908, elle écrit encore : « Je ne veux pas finir cette année sans vous adresser un mot de souvenir. Voici près de six mois que Dieu a bien voulu nous accorder la grâce de la conversion de Louis ; cette grâce que je lui demandais tant de fois par jour et que j’aurais payée encore de plus d’angoisses et de souffrances morales que celles endurées. Jamais je ne pourrais oublier la part que vous avez prise à ce retour et, ne pouvant faire mieux, je demande à Dieu de vous bénir tout particulièrement25. »

  • 26 Massignon, 2004, p. 81.

36Elle écrit enfin le 29 novembre 1909 : « Louis nous a quittés le 17 de ce mois. Nous avons reçu un télégramme nous annonçant sa bonne arrivée au Caire. J’ai confiance que la S. Vierge le gardera encore cette fois et nous le rendra aussi plein de Foi que lorsqu’il nous a quittés. Vous pensez combien la séparation est moins dure pour moi cette année au point de vue des angoisses que me donnait son éloignement de Dieu. Maintenant, je crains moins les dangers du voyage. Mais aussi sa présence m’était redevenue aussi douce que lorsqu’il était tout jeune, et la privation est grande26. »

37Quant à Fernand Massignon, il écrit au père Anastase le 27 septembre 1908 sur un ton différent de sa femme :

  • 27 Ibid., p. 45.

Mon fils, comme vous le savez, va très bien. Il a supporté sans accident les fatigues du congrès de Copenhague, où il a fait plusieurs communications qui ont été appréciées. Il vient de terminer plusieurs articles de Revue et un architecte de mes amis emporte ce matin, pour le mettre au net, le plan du palais d’El-Okhaydir, qu’il vient d’achever avec un mémoire qui doit être présenté dans le courant du mois prochain au ministère.
C’est vous dire qu’il a retrouvé avec la santé physique, qui est entière, toutes ses facultés de travail. Il a retrouvé si complètement le calme que j’ai pu lui montrer les rapports des médecins de Bagdad et du capitaine du vapeur et les discuter avec lui. La fièvre n’a pas reparu un instant, et je pense qu’avec quelques précautions cet hiver ce n’est pas seulement une guérison complète, mais le profit d’une dure mais salutaire expérience, qui resteront pour lui de ce merveilleux séjour à Bagdad où sa simplicité et son inexpérience ont été mises à rude épreuve27.

38Pour conclure ce long commentaire des documents de 1908, je citerai les propos de son fils Daniel Massignon dans les notes qui ont accompagné la publication des lettres au père Anastase : « Quand on pense aux épreuves subies juste avant son retour en France (voir Islamochristiania) – les quarante jours d’exploration archéologique et de traversée du désert à cheval de Bagdad à Koût (900 kilomètres – 22 mars 1908 au 30 avril 1908), le retour dramatique en bateau de Koût à Bagdad – 1er-5 mai 1908, les deux crises de paludisme à l’hôpital de Bagdad du 6-8 mai 1908 et dans sa maison arabe de Bagdad 28 mai 1908, et les vingt jours de son voyage de retour, si périlleux en voiture attelée par plus de 40° C à l’ombre de Bagdad à Alep (plus de 1 000 kilomètres du 4 au 24 juin 1908) on reste émerveillé de l’exceptionnelle résistance physique et morale d’un homme aussi jeune et de son étonnante rapidité de récupération. Ces performances sont hors de portée d’un homme qui aurait subi une crise de dépression nerveuse pendant ce voyage ; tous ceux qui ont une expérience d’un travail intellectuel de quelque rigueur le savent bien, comme tous les médecins qui connaissent les longues et douloureuses séquelles des névroses. » Daniel Massignon, peu de temps avant sa mort, avec une dévotion filiale, veut ainsi clore le débat sur l’épisode du retour de Massignon à Bagdad.

Rapport de 1917 sur la Légion arabe à Ismaélia

39Pour comprendre ce que sera Louis Massignon après la guerre et le réseau intellectuel et scientifique qu’il a établi au Caire, Damas, Bagdad et Beyrouth, il faut s’attarder sur les événements politiques et diplomatiques qu’il a vécus durant la Première Guerre mondiale.

40Dans la chronologie établie par Daniel Massignon pour le numéro de la Revue de L’Herne, déjà citée, les activités de Louis Massignon pendant les années 1914-1919 sont ainsi décrites : « D’abord affecté au service de presse du ministère des Affaires étrangères (où il se lie avec Philippe Berthelot et Henri Ponsot), il demande à être envoyé sur les fronts d’Orient : Dardanelles, Macédoine, Serbie, puis Palestine et Syrie comme adjoint au haut-commissaire Georges Picot (rencontre avec T. E. Lawrence). Il a été décoré de la croix de Guerre avec plusieurs citations sur le front de Macédoine. » En 1919 poursuit Daniel Massignon : « Décembre. Chargé de mission par le ministre des Affaires étrangères Aristide Briand du gouvernement Clemenceau d’une enquête sur le statut syrien. »

Les explications de Louis Massignon sur sa mission en 1917

41Louis Massignon lui-même parle de ces années de guerre et d’après guerre dans plusieurs textes repris dans Opera Minora. Il évoque ainsi sa première rencontre avec l’émir Faysal dans Note sur Faysal Ier de 1946 :

  • 28 Wejj s’écrit aussi Ouedj.

C’est à Wejj28, sur la côte Nord du Hedjaz, le 17 mai 1917 que je vis pour la première fois S.A. l’émir Faysal b. Husayn ; sa silhouette svelte et fière m’apparut à la coupée du « Northbrook » yacht britannique battant pavillon de l’amiral Lord Wemyss ; l’émir montait à bord rejoindre la mission diplomatique franco-britannique Sykes-Picot (où j’avais été détaché), afin de participer à Djedda aux conversations officielles que son père, S.M. le roi Husayn, avait engagées avec les Alliés.

42Un peu plus loin, dans ce même texte, Louis Massignon précise :

Cinq mois passèrent, lorsque l’occasion se présenta pour moi de rejoindre vraiment l’émir Faysal, devenu, devant Médine, « commandant de l’armée arabe du Nord ». Le 12 octobre 1917, Lord Allenby me fit venir du Caire à son quartier général devant Gaza : pour me faire partir, via Akaba, en qualité d’officier adjoint français à l’émir Faysal. Cette désignation agréée par le Foreign Office, se heurta à un véto formel du Colonel Lawrence, avec qui j’avais pris contact le 8 août et qui ne voulait pas qu’un orientaliste français, conscient de l’importance mondiale du mouvement national arabe, comprît, en entrant dans l’intimité d’un chef comme l’émir, le rôle qu’il allait jouer dans la restauration de l’indépendance arabe, en ne la fondant pas exclusivement sur ses amitiés britanniques.

43Dans un de ses derniers textes de 1960, intitulé « Mes rapports avec Lawrence en 1917 » et souvent cité, Louis Massignon précise les conditions dans lesquelles il a été envoyé en Palestine :

  • 29 Sir Mark Sykes meurt à Paris en février 1919 au cours de la conférence de la paix des suites de la (...)
  • 30 Référence de Louis Massignon lui-même.
  • 31 Voir le récit de cette rencontre sur le Northbrook dans Khoury, 2006, p. 93-96.

Sous lieutenant d’infanterie coloniale mué en capitaine à TT le 15 mars 1917, et détaché à la mission franco-britannique Sykes-Picot, je me trouvais appelé à coopérer à la mise à exécution des accords signés à Londres en 1916 entre la Grande-Bretagne et la France, sous les auspices de Lord Kitchener, pour délimiter les zones d’influence française et anglaise au Proche-Orient. Parmi ses trois adjoints, Fr. Georges-Picot m’avait pris comme islamisant et arabisant, les deux autres Gaston Maugras et Robert Coulondre étant diplomates de carrière. Sir Mark Sykes, adjoint de Lord Balfour pour les affaires d’Orient, n’avait avec lui qu’une sorte de secrétaire particulier, un arabe palestinien, G. Albina ; mais on lui envoyait de temps en temps le futur Lord Lloyd. Sykes avec Londres et Picot avec Paris câblaient directement en chiffré, par dessus la tête du Cdt en Chef du Caire (Gén. Murray, puis Gén. Allenby) et par dessus la tête du Ministre de France au Caire.
Arrivé le 21 avril 1917 à Port-Saïd (via Rome), la mission prit immédiatement les contacts avec l’armée, et avec des personnalités arabes. Sir Mark Sykes, qui s’était pris pour moi d’une véritable amitié, et à qui je dois, comme je l’ai dit lors de sa mort prématurée à Paris29 (ap. « Rev. Monde Musulman », 1919, p. 15-22)30 d’avoir été initié à cette magnifique compréhension britannique d’une communauté internationale où les droits des petites nations à l’existence seront sauvegardés (compréhension étrangère à tant de géopoliticiens du Continent), – me mit à l’épreuve, pour rédiger les procès-verbaux des cinq conférences diplomatiques tenues à bord du « Northbrook31 ».
Ces débuts décidèrent Sir Mark à m’associer à Lawrence à égalité, en nous faisant nommer tous deux officiers adjoints au Commandant Arabe de l’Armée du Nord, unité en voie de formation qui devait être confiée à l’Émir Faysal dès la prise de Gaza ; nomination émanant simultanément du Foreign Office et du Quai d’Orsay.

44Massignon raconte ensuite ses rapports avec Lawrence et son véto pour l’empêcher de partager la mission conjointe qu’il devait assumer auprès de l’émir Faysal :

Le 13 octobre, le Gl Bols me fit appeler, et me dit, au nom d’Allenby qu’il avait décidé de câbler au Foreign Office son refus d’exécuter notre nomination conjointe, à Lawrence et à moi, auprès du Cdt arabe de l’armée du Nord (Lawrence choisit plus tard Pisani, qui n’avait aucun caractère diplomatique). Car si Lawrence était revenu en avion, l’avant-veille, d’Akaba, c’était peu dire qu’il démissionnerait si on me donnait à Faysal avec lui, à égalité. Il me fut dit que Lawrence avait déjà rendu trop de services sur le terrain pour qu’on le prît au mot (Lawrence voulait peut-être aussi n’avoir pas à me faire tuer ?).

  • 32 Destremau et Moncelon, 1994, p. 161 : « Durant les premiers mois de 1918, Massignon poursuit son t (...)

45La première séquence de Bagdad en 1908 nous révèle un jeune spécialiste très doué qui, à l’aube de ses vingt-cinq ans, opte pour la dure voie de la mystique. La deuxième séquence en 1917 nous présente un homme de la trentaine, mûri, combattant et engagé dans la politique de son pays. Durant sa vie, il oscillera entre ces deux riches pôles constitutifs de sa personnalité. C’est ce Massignon aux facettes multiples que nous allons trouver dans ses rapports de mission, que ses biographes ont un peu rapidement assimilé à un officier de Renseignements32 face au colonel Lawrence, comme on l’avait à Bagdad qualifié d’espion face aux archéologues allemands.

DEUXIÈME PARTIE : LES PRINCIPAUX THÈMES ABORDÉS DANS LES RAPPORTS DE MISSIONS

Rapports durant la Première Guerre mondiale et durant la période des mandats

Rapport du 26 octobre 191733

  • 33 MAE, Archives de Nantes, carton 2367.

46Ce que l’on peut retenir du rapport sur la Légion arabe, c’est le fait qu’elle a été constituée par les Alliés afin d’aider les chefs de la révolte arabe dans leur combat contre les Turcs. Louis Massignon met tout son talent pour analyser chaque catégorie de soldats en fonction de leurs origines et de leurs religions. Il ne manque pas auparavant de souligner l’intérêt de la méthode française d’instruction militaire : « Il ressort de nos conversations que les soldats et sous-officiers sont prêts à comprendre et à assimiler cette discipline française, vive, alerte et compréhensive, cette prise directe du caractère du chef sur la bonne volonté des subordonnés auxquels il explique avant d’ordonner. Le caractère des troupes de la Légion Arabe est bien plus conforme à ce type de discipline militaire qu’à cette discipline passive que les Turcs avaient essayé d’inculquer à leurs recrues arabes, et qui répugne à leur liberté d’allure native. »

47Il note que « Bien qu’aucun fanatisme religieux islamique ne se soit manifesté à la Légion et qu’au contraire les Musulmans se soient dans les premiers temps mis visiblement en frais d’amabilité et de prévenance à l’égard des soldats chrétiens, néanmoins ceux-ci n’ont rien abdiqué ni de leur vieux séparatisme de communauté opprimée ni malheureusement non plus de la répugnance au métier des armes des goûts humbles et serviles dont l’affectation de particularisme n’est souvent que le vêtement décent. »

48Il observe ensuite ce que réclament les soldats chrétiens : « “Nous voulons des officiers à nous, des chrétiens ; nous n’obéirons qu’à eux.” C’était, traduit de l’arabe, l’écho du séparatisme chrétien, comme on le connut en Vendée, comme on l’expérimente actuellement en Irlande et au Canada. Et ils s’adressaient aux Advisers “chrétiens” pour le triomphe de ces revendications. »

49Il constate que : « Les chrétiens sont placés devant un dilemme : tout Arabe chrétien qui accepte de devenir soldat combattant dans l’armée arabe se bat pour cette majorité musulmane qui l’a jadis opprimé. Tout arabe chrétien qui reste non-combattant dans l’armée arabe profite d’un traitement de faveur vis-à-vis des combattants musulmans lequel influera défavorablement sur ses droits politiques à la paix : car il n’aura pas risqué son sang au front. »

50Il conclut enfin : « On est donc ramené, pour ces Arabes chrétiens, au dilemme signalé plus haut. Il est très certain que s’ils deviennent des soldats combattants de l’armée arabe, l’ascendant de la France sur leur esprit diminuera dans la proportion même où leur nationalisme arabe se formera. Et s’ils restent des non-combattants, ils se réclament de la France dans leurs difficultés avec le gouvernement hachémite, ce qui ne simplifiera pas nos conversations avec lui. Dans les deux cas, le plus probable est que ces Arabes chrétiens resteront en majorité fidèles à leur amour de la France, mais des défections récentes prouvent que, l’or aidant, la fascination intellectuelle d’une nation arabe peut opérer sur les Arabes chrétiens. Et l’on ne peut les en garantir à la Légion Arabe. »

51En sociologue et en spécialiste de l’islam, il estime dans ce long rapport d’une quarantaine de pages, qu’il y a deux sentiments collectifs qui soudent ces soldats entre eux c’est l’esprit de clan d’abord, puis en second « un sentiment collectif plus réfléchi, d’origine intellectuelle et pédagogique, mais sincère, idéaliste, c’est le sentiment national arabe. Il est ici politiquement hachémite, il salue expressément dans le Malek le drapeau actuel de la nation arabe. Rien de plus, rien de moins. Il ne s’agit pas d’un dévouement légitimiste à la personne d’un descendant du Prophète, ni d’un dévouement islamique au Gardien de la Ka’bah. C’est un désir de fonder, sous cet étendard, une patrie arabe, une nation comme les autres nations civilisées du globe – en dehors de toute confession et de tout clan – en s’appuyant sur tous ceux qui ont pour patrimoine commun la civilisation arabe, parce qu’ils parlent la langue arabe. »

Rapport novembre 1918-mars 1919 – premier dans la chronologie de Louis Massignon34

  • 34 MAE, Archives diplomatiques– Paris, Levant, carton 313, fol. 41-46.

52Dès le début de ce court rapport écrit pendant la période du royaume arabe de Damas de l’émir Faysal, où rien n’est joué entre la Grande Bretagne et la France, Massignon observe judicieusement : « La politique islamique française devenait, grâce au Maghreb, un problème de politique intérieure et sociale, tandis que la politique islamique britannique demeurait, grâce à l’Inde et à l’Égypte, un problème de politique extérieure et économique. »

53Louis Massignon nous prévient également de son poste d’observation : « Les observations qui vont suivre ont été notées à l’issu d’un séjour affecté à Damas en Janvier-février en vivant de façon presque exclusive dans certains milieux musulmans, avec lesquels s’échangeait, avant la guerre, une correspondance scientifique, entretenue notamment avec le cheikh Djémal El Din El Kasimi, mort en 1914. Elles pourront servir à souligner les traits saillants de la situation politique, tels que la fréquentation quotidienne de milieux réputés fanatiques et hostiles à priori les a présentés. »

54Massignon est aussi attentif à ce qui s’écrit dans la presse : « La presse de Damas, rédigée souvent avec talent, toujours avec virulence, est l’œuvre d’un groupe de jeunes gens évidemment peu sympathiques à la France qu’ils redoutent comme l’envahisseur, mais toujours ardents et quelquefois sincères dans le patriotisme qu’ils affichent. Après Bagdad et Jérusalem et Beyrouth tombées sous l’influence directe de l’Europe, voici que Damas, le dernier boulevard de l’indépendance arabe absolue, est menacé. Aussi l’amour que ces jeunes arabes disent nourrir pour la civilisation occidentale est-il tempéré par une susceptibilité nerveuse très vive, aussi sensible, au fond aux empiétements des sionistes en Palestine, et des Anglais en Transjordanie et en Mésopotamie, qu’au débarquement des Français sur le littoral syrien. Mais, l’argent anglais aidant, ce n’est que ce dernier ordre de griefs que la presse de Damas articule comme les Européens, et la pointe des principaux articles est constamment tournée contre les Français. Certains jeunes gens, d’ailleurs, se souvenant du congrès arabe tenu par leurs aînés à Paris en 1913, s’en expliquent franchement avec les nôtres. Et il est possible de répondre en leur montrant qu’ils ne tiennent pas la balance égale : entre l’Angleterre, qui a beaucoup dépensé d’hommes et d’argent pour leur cause, mais qui dissocie savamment certaines parties du pays arabe, faisant du sionisme à Jérusalem et de l’antisionisme à Caïffa, de l’indépendance arabe à Alep et Damas, et de l’occupation directe, brutale même à Salt et à Bagdad ; et la France, qui veut que la nation arabe se forme à mesure, en respectant la variété même de ses éléments constitutifs sans violer la diversité des membres de ce grand corps encore inanimé et qui se sait seule capable de persuader aux minorités chrétiennes et même aux druzes d’entrer loyalement et sans arrière-pensée dans l’unité sociale arabe car elle se porte garante des uns envers les autres. »

55Louis Massignon est particulièrement optimiste en 1919 sur le rôle de la France à l’égard du nationalisme arabe, en fonction des promesses des accords Sykes-Picot. Il n’a pas encore une opinion favorable à l’égard du gouvernement de l’émir Faysal à Damas :

Le gouvernement actuel de Damas est, lui, franchement malveillant à l’égard de la France. Il paraît d’ailleurs recevoir directement des instructions à cet égard d’agents anglo-égyptiens et ses principaux chefs sont d’anciens fonctionnaires turcs ralliés à l’action militaire britannique pendant les derniers mois de la campagne grâce à d’abondants subsides et à des combinaisons d’agios profitables. Ce gouvernement caricatural, qui jouit du pouvoir sans organiser ni le budget ni les cadres administratifs ne fonctionne un peu, très peu, que grâce à ses six conseillers techniques britanniques (MM. Bougos, Belt, Haddad, Moussalli, Joyce et Gram) et le sénat de notables syriens qu’il a désigné n’a qu’une signification décorative. Damas est maintenant à 26 heures du Caire par la voie large vers Caïffa et Ludd, et l’emprise économique anglo-égyptienne saisit Damas par le Sud, en attendant que la construction du rail Caïffa-Damas-Bagdad ne complète l’emprise d’Est en Ouest. Si inquiétante que soit cette dernière pour l’avenir, il semble que l’on peut et doit espérer rattacher Damas, conformément à l’accord anglo-français à la zone d’influence française. Damas est un centre de politique musulmane générale, où, depuis la venue d’Abd El Kader, l’opinion est particulièrement sensible aux contrecoups de notre politique maghrébine ; nos récentes dispositions légales en vue de l’accession des soldats musulmans de la grande guerre au droit de cité français intégral intéressent particulièrement ses Ulémas et ses Cheikhs. Il ne convient pas de laisser Damas devenir un blockhaus de xénophobes musulmans alimenté via Caïffa par des intrigants sans mandat. Damas est aussi le centre de la politique jeune arabe et le point de ralliement géographique de tous ceux travaillant à l’avenir d’une grande nation arabe. L’angoisse où les plus sincères des jeunes arabes sont plongés par les efforts des sionistes pour conclure grâce au Dr Weizmann, un marché avec l’Émir Faysal qui accepterait une prédominance financière sioniste sous couvert international comme la reconnaissance des droits spirituels de son père sur les musulmans de Palestine, est un signe à noter. À la longue, la politique de pénétration trop exclusivement financière des britanniques pourrait ramener vers la France civilisatrice les sympathies des jeunes arabes et même du gouvernement arabe actuel pourvu que la France fasse bonne justice des imputations calomnieuses colportées sans relâche à Damas contre la partialité prétendue de son administration du littoral : en lui constituant un cadre d’administration d’élite. L’essentiel est de trouver des Français qui aient le contact direct, la sympathie directe des musulmans et que leur connaissance de la langue, leur familiarité d’amis dispensent à recourir à des interprètes chrétiens trop souvent ignorants ou ennemis de l’Islam. C’est une affaire d’adaptation graduelle. Le Français acquiert plus vite le contact et la sympathie du peuple arabe que le Britannique ; il reste moins distant, il est plus expansif et plus liant, avec ces caractères spontanés et mobiles qui ne demandent qu’à se confier à un guide qui les comprenne et les conduise doucement et fortement. Il semble que les sympathies profondes, les amitiés même que Damas réservait ainsi à un officier français après quelques semaines de séjour seront prêtes, en bien d’autres points de la Syrie à se donner à ceux qui sauront, en retour maintenir l’effet, faire de la justice légale et tenir leur parole.

Rapport de mission en Orient du 4 novembre 1920 au 6 janvier 192135

  • 35 MAE, Syrie-Liban, vol. 35, fol. 134-144 et 145-149.

56Ce rapport intervient après la bataille de Maissaloun du 24 juillet 1920 et la fin du royaume arabe de l’émir Faysal. La France s’installe en Syrie et au Liban et commence à mettre en application le mandat confié par la Société des Nations. Le périple de L. Massignon débute par l’Égypte, se poursuit à Jérusalem, avant une visite au Liban et en Syrie pour s’achever à Constantinople.

57Retenons ce que Massignon dit du Grand Liban : « La réalisation de ce rêve, cher aux Maronites, risque de les ruiner, maintenant que la guerre, la maladie et l’émigration les ont décimés, le recensement actuellement en cours montrera bientôt s’il est nécessaire, pour éviter aux chrétiens du Liban de tomber sous le joug d’une majorité musulmane pure (ou de coalition avec les orthodoxes) de désannexer Tripoli (et peut-être une partie de la Bekaa). De toute façon, il serait important de délivrer le Haut-Commissariat de l’obsession des choses libanaises, en le soustrayant à l’ambiance beyrouthine, qui l’assiège comme l’ambiance municipale parisienne assiégerait un ministre de l’Intérieur qui serait logé à l’Hôtel de Ville. »

  • 36 Khoury, 2007.

58Massignon dès le début du mandat milite pour la défense de la langue arabe et déconseille d’utiliser le français comme arme de colonisation : « Nécessité de maintenir et d’honorer la langue arabe, programme éducatif. Ne pas inscrire d’office trop d’heures de français dans les écoles primaires. » C’est exactement l’opinion contraire de celle de Robert de Caix, secrétaire générale du Haut-Commissariat, qui veut faire de la langue française un moyen d’asseoir l’influence française au Levant36.

59Après un point qu’il fait sur la situation en Turquie, Louis Massignon passe en revue de courtes biographies de lettrés et savants syriens, ainsi que d’un certain nombre de personnalités de premier plan, ayant accompagné l’émir Faysal dans l’expérience ratée du royaume arabe et il analyse leurs positions par rapport à la politique française. Il s’agit de Rida Rikabi, Haqqi Azm, Nassib Bekri, Djémil Elchi, Émir Taher Abdel Kader, Mohamed Kurd Ali, Émir Ed Din, Qbout Chamat, Sélim Bokhara, Hachel Atassi, Taher Atassi, Wasif Atéssi, Mohyi Droubi, Nawras Kilani, Dr Tewfik Salloum, Hajj Mourad Jabiri, Kamal Pacha Qdisi, Hassan Khaled Sayyali, Keyali, Kawakibi, Khetkhoda, le mufti Obeisi, les historiens Zerka, Tabbakh et Ghozzi.

60Parmi les tribus de l’Euphrate, Massignon signale :

KURIES MILLI. Les deux fils de l’ancien Chef de la tribu, MAHAOUI, et TEMOUR, nous paraissent acquis. Les raisons de vengeance personnelle les lient à notre politique. Ils paraissent accepter de rentrer dans les cadres de nos projets.
MOJHEM BEY. Ce prétendu grand chef des Anaza qui exploita outre mesure les services rendus à la France lors de la Commission d’enquête américaine, est actuellement rançonné par ses contribules, jaloux de ses bénéfices ; il donne l’impression d’une finasserie vulgaire et paraît en train de se noyer.

61Massignon énumère ensuite les réfugiés en Égypte : « Fouad Khatib, Rachid Reda, Hasan Khaled Ibn Abu Hoda Sayyali, Mossaed Yaffi. » Il note enfin : « Ces diverses personnalités avaient eu occasion de séjourner en Égypte avant la guerre, parce que antiturques. À leur groupe sont venus s’ajouter : les condamnés par contumace du Conseil de guerre de Damas de juillet 1920 (TEWFIK YAZIJI, REFIK TEMIMI, BADJAT etc. au Caire ; le poète bagdadien MAROUF RASAFI, le Colonel ALI KHOLQI, ADEL JABR, KAMIL HOSEINI à Jérusalem). Il est regrettable que des personnalités estimées du Monde Musulman Syrien mêlées très indirectement à la politique soient parties également en Égypte, ne croyant pas à la consolidation de l’influence française en Syrie : Notamment REFIK BEY AZM de Damas, esprit érudit sagace, très écouté, qui devrait rentrer à Damas ; et YOUSOF NEBEHANI, de Beyrouth vieux jurisconsulte, esprit conservateur, auteur d’ouvrages religieux estimés. »

62Par une lettre du 15 février 1921, postérieure à son rapport Massignon livre son sentiment sur la situation en Syrie. J’en cite de larges extraits :

Je suis attristé des nouvelles de Syrie comme je l’avais marqué dans le rapport de ma mission de janvier, il faut élargir les bases. Il y a une tendance déplorable à n’utiliser comme collaborateurs indigènes que des êtres falots, des demis castors, sans prestige. Ah ! ils ne portent pas ombrage… Mais il y en a d’autres dont le maniement, évidemment plus délicat, eût été plus rémunérateur. Je l’ai dit pour Rida Pacha Rekabi de Damas, je l’ai dit pour Réchid Rida. Je connais leurs compromissions ; mais ce sont des gens, non seulement intelligents (ce qui n’est pas tellement désagréable, après tout), mais actifs, constructeurs. Réchid Rida a été ulcéré par une ridicule histoire, où nous nous sommes mis dans notre tort, en lui faisant arracher indûment un petit waqf (waqf al Salatiu) dans sa ville natale de Tripoli, par un compatriote et coreligionnaire malhonnête. Le Haut Commissaire de Beyrouth a accumulé sur ce sujet un dossier énorme sans oser trancher. Et le résultat est que Réchid Pacha, musulman syrien de marque, directeur d’une revue dogmatique de premier plan, ancien président du congrès des ulémas de Dehli (Inde) anti-hedjazien (donc intéressant à cultiver), s’est raccommodé avec Lutfallah, l’agent du Malek pour monter à Genève, près de la Société des Nations, le parti de la « Syrie martyre ».
[…] De divers côtés, j’entends des Syriens mécontents et je me sens fort mal armé pour réfuter leurs récriminations. Nous respectons le « mandat » en maintenant sur la Syrie toute espèce de charges fiscales turques d’ordre général, mais nous l’esquivons en instaurant un recrutement local de fonctionnaires aussi peu désignés que possible par le libre choix de leurs compatriotes. Et ceci ne compense pas cela.
Croyez, Cher Monsieur, à mes sentiments respectueux.
MASSIGNON

Rapport de mission de 10 octobre 1927-20 janvier 192837

  • 37 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 378, fol. 176-188.

63Parti en octobre, Massignon passe par Alexandrie, Le Caire, Jérusalem avant de rejoindre Beyrouth et Damas. Il va en Irak entre le 14 et le 20 décembre, passe par Alep au retour, et termine son voyage à Constantinople.

64Ce rapport analyse la situation politique et sociale en Syrie. Massignon s’inquiète de l’incompréhension de l’esprit du mandat par les fonctionnaires français, dont une très petite minorité connaît l’arabe. Il alerte les responsables du Quai d’Orsay sur la situation réelle en Syrie :

  • 38 Damad est le titre donné dans l’Empire ottoman au gendre du sultan.

Le calme apparent qui continue à régner dans la Syrie intérieure ne doit pas faire illusion. Certes, Alep est vraiment paisible et souffre seulement de la récolte désastreuse de céréales (sorte de phylloxéra du blé, appelé sounné qui a ravagé toute la Syrie du Nord). Mais les villes du Centre et du Sud depuis Maarra, Hamah et Homs sont dans le même état d’esprit que Damas, état d’esprit silencieux et correct, mais parfaitement hostile. Je donne, ici simplement, quelques impressions personnelles de Damas. Le régime spécial de son administration se trahit par les fils de fer barbelés qui l’encerclent, avec des blockhaus aux points stratégiques (en fin Décembre, le Haut-Commissaire a fait supprimer ceux de la grande rue de Salhié), bombardement de 1926 (Hammam el Malké) et la reconstruction des quartiers incendiés serait à accélérer. Notre régime d’administration directe est à peine masqué par une caricature de Gouvernement, celui du « Damad38 » Ahmad Namy. Les artisans et commerçants stagnent (voir rapport annexe) ; malgré cela la haute culture arabe est toujours vivante à Damas, beaucoup plus qu’à Bagdad, quoique son nationalisme linguistique l’expose ici à des tracasseries tandis qu’à Bagdad il est systématiquement exalté. L’atmosphère est celle d’une attente inquiète et nerveuse. En 1920, quatre mois après Meisseloun, j’avais pu donner officiellement une conférence en arabe devant cinq cents personnes à l’École de Droit ; cette fois-ci, constatant le fossé moral creusé entre Français et Syriens par la répression de 1926, j’ai préféré répondre aux marques de sympathie témoignées par mes amis musulmans de Damas en acceptant simplement que l’on m’offre un thé à l’Académie Arabe ; j’y vis venir le petit noyau de nos ralliés, ministres et autres, avec les hauts fonctionnaires français, surpris et gênés de se retrouver pour une fois en contact avec la masse uniformément nationaliste de l’élite intellectuelle. J’ai eu le sentiment net que toutes les mesures et réformes appliquées depuis deux ans à Damas ne se fondent que sur l’état de siège, et qu’elles seront remises en question dès que la situation se trouvera normalisée. Comment normaliser la situation. La politique coloniale « côtière » n’a qu’une valeur défensive et stratégique, ce n’est pas une politique mandataire positive. La politique d’émancipation démocratique des paysans et des artisans (voir rapport annexe) est chose prématurée ; elle dégénérerait, d’ailleurs, vite en bolchévisme et soulèverait les protestations immédiates des États voisins. Reste une seule politique, la politique que l’Angleterre est arrivée, après plusieurs dissolutions du Parlement local, à appliquer en Égypte et aux Indes, et qu’elle va essayer, par la dissolution du Parlement de Bagdad, d’appliquer également en Irak. C’est la politique de collaboration avec l’aile droite du cartel nationaliste. Politique difficile dure et pénible, sujette à bien des saccades, mais c’est la seule qui réalise réellement et pratiquement un « mandat de la Société des Nations ».

  • 39 Allusion ô combien discrète et sans jugement de valeur du recours à la force contre le royaume ara (...)

65En annexe de ce rapport, Louis Massignon étudie le statut organique de l’Institut Français de Damas et réitère son souci de la connaissance de l’arabe par les fonctionnaires du mandat : « Elle est dérisoire. J’ai dit ma tristesse dans mon rapport à la vue du fossé qui s’est creusé un peu partout, mais spécialement à Damas, entre l’élite intellectuelle et nos fonctionnaires ; et cela, non pas tant à cause des événements de 1920 et de 192639 qu’à cause d’une absence constante de contacts linguistiques. Notre pénurie de fonctionnaires ayant une teinture sommaire d’arabe est inouïe. J’ai essayé de dresser une statistique : et j’ai trouvé en tout neuf fonctionnaires ayant fait de l’arabe : un ancien chargé de cours à l’École supérieure de Tunis, deux diplômés des langues orientales, trois primes d’arabe (degré supérieur) et trois autres primes (degré élémentaire). Jamais nous n’avons été si pauvres, ni en Algérie, ni en Tunisie, ni au Maroc. Sous prétexte que “les Syriens savent le français”, on n’essaie pas de connaître leur langue et on se fie à des interprètes chrétiens libanais, naturellement recrutés à Beyrouth, ignorant tout des choses musulmanes prêts à toutes les indiscrétions et même trahisons au point de vue politique. »

Rapport de mission du 10 octobre 1928 au 16 décembre 192840

  • 40 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 415, fol. 144-158.

66Le Quai d’Orsay envoie une deuxième fois en 1928 en mission Louis Massignon en Syrie et au Liban, ce qui traduit probablement les préoccupations françaises pour ces pays sous mandat après la révolte syrienne de 1925-1926 et sa difficile pacification.

67Le constat que Massignon fait est sans concessions :

Après neuf mois d’absence, j’ai dû constater combien l’européanisation « instrumentale » (outillage de civilisation) de la Syrie s’accentuait : parallèlement à celle de la Turquie et de l’Égypte ses grandes voisines. En dépit des frontières politiques et douanières créés en 1919-1923, les divers pays du Proche-Orient ne sont pas près d’être culturellement étanches : et la Syrie est particulièrement perméable, économiquement et intellectuellement, aux influences des pays voisins. C’est ainsi que dans la région d’Antioche les maîtres d’école de la minorité turque ont adopté spontanément l’alphabet latin (revue Yeni Macmua) à l’imitation d’Angora (ce qu’ont fait également les Turcs de Chypre). Les autres minorités « nationales » installées en Syrie, Tcherkesses et Arméniens, sont sensibles aux moindres indications de leurs frères du dehors. D’une façon générale, les progrès du statut féminin chez les Musulmans en dehors de Syrie émeuvent les Musulmanes de Syrie (deux incidents cette année).
Cette européanisation externe coïncide avec un malentendu spirituel croissant entre les Syriens et l’Europe. Je dis « Syriens », pour faire court sans ajouter « Libanais, Alaouites et Druzes », ces trois minorités n’ayant malgré les prétentions qu’on leur prête aucune action politique sur l’évolution sociale du pays. Le particularisme druze a été détruit par notre faute en 1924. Le particularisme alaouite s’effrite par la création des routes de pénétration qui permettent maintenant aux gens d’Alep de venir sans difficulté à Lattaquié et les éléments les plus évolués du peuplement alaouite émigrent, imitant depuis deux ans leurs voisins Libanais. En les « Libanais », les chrétiens, qui sont les seuls à se dire « Libanais », refusant de se rendre compte qu’ils n’ont jamais su se battre pour conquérir leurs droits civiques et que leur seul rôle social leur évitant l’éviction qui a déjà sévi contre les chrétiens d’Anatolie, et guette ceux de Mésopotamie est un rôle d’élément de civilisation, s’obstinent à exciter les éléments français qui vivent à leur contact et leur font confiance, à user contre la majorité musulmane d’une politique de force qui ne nuirait en dernière analyse qu’à eux-mêmes.
Dans les villes la construction d’immeubles à l’européenne se poursuit activement, et entre les villes le réseau routier a été amélioré de façon importante (certaines routes au Liban sont surtout « électorales »).

68Il pointe entre Syriens et Européens, « un malentendu spirituel croissant » : « Les Syriens, profitant de notre outillage, se dispensent de nous emprunter notre esprit de recherche en professant le sophisme paresseux, déjà courant en Égypte, que nous leur devons l’origine de notre culture et que nous ne faisons que leur rendre leur dû. Les Français établis au Levant, par un autre sophisme paresseux, professent qu’il est inutile d’essayer d’améliorer le moral des Syriens, que la Syrie est le pays du bakchich, de la potence, de la résignation au mal, et ils en profitent hélas pour se “levantiniser” (et rapporter même quelques fois le microbe de la levantinisation en France). Il est pourtant certain que nous devons, dans notre intérêt même travailler à “délevantiniser” la Syrie, à réadapter son élite intellectuelle, élevée chez nous à des devoirs concrets et précis, sur place : enfin de réorienter professionnellement les artisans syriens. »

69Il signale au Quai d’Orsay le retour en Syrie d’un certain nombre de musulmans qui avaient soutenu le royaume arabe de Faysal :

Depuis un an la Syrie voit revenir dans leurs foyers un certain nombre de ses fils, des musulmans qui s’étaient employés depuis 1912 à la création d’un grand État panarabe ; ils s’étaient pour cela affiliés à la politique britannique. Ils constatent maintenant que cette politique a réalisé la création d’états arabes morcelés, qu’il n’y a plus aucune espérance qu’elle favorise leur rêve d’unité. En ce moment même, par une pression politique très rude, l’Angleterre les chasse de Transjordanie, leur dernier asile, réduisant la liste civile du Prince, et restreignant la constitution dans des conditions dérisoires ; si bien que ces anciens panarabes ne trouvent plus d’asile que dans leur pays natal à l’abri de ce mandat français contre lequel ils n’avaient cessé de lutter. Ils reviennent résignés et c’est là encore un élément de plus de la détente actuelle de la majorité musulmane à notre égard.

70Ce rapport contient en annexe deux rapports importants : l’annexe 1 est une enquête sociologique sur l’organisation des travailleurs urbains et agricoles en Syrie, et l’annexe 2 porte sur les questions relatives à l’Instruction publique.

71Il me manque ici le rapport de mission de 1930-1931, le cinquième dans la chronologie de Louis Massignon. Passons donc au suivant.

Rapport de mission du 18 janvier au 24 mars 1934 : Égypte–Palestine-Syrie-Irak41

  • 41 Archives nationales, Centre historique de Paris, cote F/17/17278.

72Massignon rend compte de la première session de l’Académie royale de langue arabe du Caire dont il donne la composition. Il est l’un des cinq orientalistes européens qui en font partie. Il résume les travaux de la première séance du 29 janvier 1934 et note particulièrement :

Au cours de ces séances de l’Académie, nous nous sommes rendu compte expérimentalement, par la discussion elle-même, qu’il était parfaitement possible de clarifier la langue arabe actuelle des journaux pour en faire une véritable langue de civilisation, et que le pessimisme des arabisants qui proclament que l’arabe est une langue condamnée à mourir ou à se pulvériser en dialectes n’était pas justifié. Évidemment, il y a un effort d’entente à mener méthodiquement : les circonstances politiques ne sont pas favorables pour des accords entre pays orientaux sur un vocabulaire technique uniforme, mais des essais quotidiennement tentés prouvent que tôt ou tard, un dictionnaire moderne de l’arabe sera créé, et il nous semble bien que l’Académie du Caire aura été pour quelque chose.
Il faudrait que les écrivains arabes contemporains prennent davantage conscience de l’originalité de moyens que possède la langue arabe et qu’au lieu de traduire servilement les auteurs européens, ils sachent transposer en arabe leurs pensées essentielles.
À côté de l’Académie et de son dictionnaire, un puissant adjuvant de cette renaissance de l’arabe pourrait être fourni par des congrès scientifiques pour l’uniformisation de la pédagogie, tant au point de vue du vocabulaire que des text-books et du niveau des examens dont la péréquation a souvent été mise en cause et devrait être réglée définitivement une fois pour toutes.

73Dans ce rapport, il note que l’essor du sionisme en Palestine est surtout dû à l’accord Hitler-Rupin ; il incite le haut-commissaire français en Syrie et au Liban à résister aux tentatives de colonisations sionistes dans le sud de la Syrie par achat de terres des Al Yusuf. Il consacre un passage important à la question des Alaouites :

Un des éléments les moins étudiés de la question syrienne est le problème de l’ancien État des Alaouites, créé en 1920 comme symétrique du Grand Liban, au nord de la trouée de Tripoli, État qui est devenu depuis Mai 1930 « le gouvernement de Lattaquié » et qui reste sous l’administration directe de la France.
Ce pays de 6 500 kilomètres carrés, comptait au recensement de fin 1933, 334 173 habitants : dont 213 065 Nusaïris, 61 217 Sunnites (au Sahyun et à Banias) 5 669 Ismaéliens (Kadmus et Masyaf) et 53 604 chrétiens surtout orthodoxes à El Hisn, et au nord de Tartous.
La capitale est Lattaquié (22 000 habitants). Ce gouvernement subdivisé jusqu’en Janvier 1934 en deux sandjaks, comprend maintenant seulement sept casas : Lattaquié, Haffé, Jébalé, Tartous, Banias, Masyaf, Safita, Tell-Kallakh.
Après quatorze années d’administration directe par la France, il semblait intéressant de se rendre compte des changements réalisés dans ce pays où la majorité Nusaïri avait été systématiquement pressurée sous l’administration turque, par une minorité sunnite de grands propriétaires féodaux habitant à Hamah et à Homs. L’émancipation sociale est assez sensible : et six villages près de Masyaf ont pu, grâce au gouverneur Schoeffler racheter leurs terres à ces grands féodaux.
La crise agricole et les mauvaises récoltes des deux dernières années ont aigri la classe des anciens grands propriétaires qui forme le cadre du parti nationaliste en Syrie intérieure, et a vu d’un très mauvais œil l’émancipation des paysans nussaïris. Il faudrait encore une quinzaine d’années d’administration française directe pour que ces paysans prennent tout à fait conscience de leurs droits, et résistent au retour offensif de leurs anciens maîtres.
Actuellement, il n’y a qu’une très faible partie des Nussaïris qui commence à parler français et quand c’est l’élite sociale, à envoyer ses enfants parfaire leur éducation en français.
Si nous comparons le nombre des établissements français : écoles, hôpitaux et dispensaires, dans le gouvernement de Lattaquié, avec les établissements similaires que nous avons au Liban, nous sommes frappés du faible développement pris par nos œuvres en pays alaouite : cela est bien regrettable, car depuis 1930, nous avons graduellement donné l’impression dans nos négociations avec le parti nationaliste syrien, que les Alaouites seraient replacés sous son hégémonie (le projet de traité de fin 1933 prévoyait que les affaires alaouites iraient en cassation non plus à Beyrouth, mais à Damas).
Or, les nationalistes syriens traiteront difficilement en égaux les paysans nusaïris, car ils leurs refusent, à mon sens très injustement, une part généalogique arabe (alors que les grandes familles alaouites ont des généalogies beaucoup mieux tenues que celles des citadins sunnites de Hamah et Homs) et ils estiment au point de vue religieux, que leur hérésie de shi’ite extrémiste les met au ban de l’Islam.
J’ai pu, durant mon séjour à Lattaquié, consulter les notables, me rendre auprès des quatre chefs des quatre clans alaouites et m’entretenir assez longuement avec chacun d’eux. J’ai en outre rendu visite au chef religieux le plus respecté des Nusaïris, Sliman el Ahmed, qui réside à Sellata près de Kardaha. J’ai trouvé en eux des hommes expérimentés : ces conversations m’ont montré qu’ils comprenaient parfaitement leur situation politique et que petit à petit l’influence de nos idées pénètre dans le pays.
Je me propose d’ailleurs de rependre avec eux ces conversations lors de la prochaine session de l’Académie du Caire, qui me ramènera forcément en Orient : car la psychologie collective des Nusaïris précipite son évolution à notre contact d’une manière tout à fait originale et intéressante (il ne faut pas s’arrêter au charlatanisme un peu voyant de la secte de Sliman Murshid.)
Le problème Nusaïri déborde d’ailleurs des frontières strictes du gouvernement de Lattaquié car sans parer ici des soixante mille alaouites arabophones de Taras et d’Adana que nous avons abandonnés à la Turquie par le traité de 1921, nous trouvons cinquante-huit mille Alaouites (ayant deux députés au parlement syrien) dans le sandjak d’Alexandrette : ils forment là le bastion avancé de la langue arabe en pays de pénétration turque : à Antioche, sur trente mille habitants, les sept mille qui parlent arabe sont tous Alaouites. Nous avons d’autre part trente mille Alaouites dans l’État de Syrie proprement dit, spécialement près de Hamah et Homs, où ils ont un député au parlement. Quoique le gouvernement de Lattaquié soit sous notre administration directe, le gouverneur depuis 1930 se trouve prendre l’avis, deux fois l’an, d’un conseil représentatif de quinze membres (confessionnels) : le président qui avait d’abord été Jabir el Abbas du clan Khayatine, est cette année Ibrahim Kenj du clan Haddadine.
Depuis plusieurs années, j’avais exhorté les membres de l’Institut français de Damas à entreprendre l’inventaire du pays alaouite au point de vue géographie humaine : j’ai été heureux cette année d’installer à Lattaquié pour commencer ce travail de longue haleine, un de ces jeunes savants, Mr Weulersse, dont un travail préalable sur Antioche va paraître dans le bulletin du dit Institut.

74Massignon rend compte aussi dans ce rapport de la politique gouvernementale scolaire en Irak à l’égard des établissements français et indique qu’il met en annexe le rapport qu’il a demandé à Gabriel Bounoure. Il poursuit sur la question chiite en Irak :

Mon enquête en, Syrie avait déjà porté, à Lattaquié, sur un milieu shi’ite spécial, particulièrement attaché au souvenir d’un compagnon du prophète, Salmân, dont j’ai précisément visité à nouveau la tombe près de Ctésiphon.
Dans toute sa généralité, la question shi’ite est en ce moment brûlante en Irak. On sait, en effet, d’après les dernières statistiques, qu’il y a un tiers en plus de shi’ites que de sunnites en Irak, et les Shi’ites font campagne avec beaucoup d’énergie et de méthode pour obtenir que la répartition des places dans les ministères et les administrations se fasse suivant l’importance numérique des milieux confessionnels respectifs, ce qui est loin d’être le cas : les Shi’ites n’ont même pas un dixième des places dans les administrations officielles, et les sunnites résistent de plus en plus énergiquement à leurs exigences.
J’ai pu m’entretenir longuement avec le conseiller légiste pour les affaires shi’ites du gouvernement irakien, le Cheikh Hibetallah Sharistani à l’A’zmiyé près de Bagdad et j’ai pu voir un autre chef religieux shi’ite (Mohamed Hocein Kashif el Ghita) à Nedjef. Ce dernier, assez connu pour une correspondance audacieuse avec un écrivain chrétien, Rihani, avant la guerre, s’est maintenant très assagi et devient de plus en plus conservateur. J’ai vu avec plaisir qu’à Nedjef, le gouvernement s’était décidé à amener de l’eau, grâce à une adduction branchée sur l’Euphrate, mais là comme ailleurs en Irak, les services d’hygiène et d’assistance médicale me paraissent fonctionner surtout sur le papier. Ayant vécu plusieurs semaines à Kerbala et à Nedjef il y a un quart de siècle, j’ai été frappé du délabrement de ces deux cités et du nombre de boutiques abandonnées : on sait en effet que ces deux villes drainaient l’argent des pèlerins persans jusqu’à l’avènement de la dynastie actuelle, ont vu se tarir cette source de revenus : lorsque le shah de Perse actuel a interdit les grands pèlerinages persans au-delà des frontières et a exhorté les persans à n’aller en pèlerinage qu’à Machhed.

75Le rapport 7 de 1939 – celui qui est le dernier de la période du mandat – manque à ma recherche ainsi que le premier de l’après-guerre en 1945, après un long périple de Massignon au Proche-Orient.

Les rapports de mission de Louis Massignon après la Deuxième Guerre mondiale

  • 42 Khoury, 2010.

76Après l’« affaire de Syrie » en 1941, c’est-à-dire la guerre fratricide entre forces françaises fidèles au gouvernement de Vichy et forces françaises libres renforçant les troupes anglaises, qui a abouti à la victoire des Gaullistes42, l’accès à l’indépendance des pays sous mandats français ne s’est pas déroulé sans ratés et à-coups militaires, et le dernier soldat français n’a quitté le Levant qu’en 1946.

  • 43 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, dossier « Généralités, Orientalistes (Rapports Massignon (...)
  • 44 Louis Massignon dédie souvent ses rapports, en haut de la première page, à une personnalité diplom (...)

77Le rapport de mission du 22/9 au 28/10/1946 (neuvième de la chronologie)43, dédié à M. Chauvel, ambassadeur de France44, est consacré au bilan culturel au Levant et en Égypte. C’est l’heure des enseignements de la période mandataire : que reste-t-il de l’influence française ? Massignon avance prudemment et réitère ses conseils concernant l’enseignement et la pédagogie arabe au Levant :

Dans l’enseignement des 1o et 2o, notre ascendant persiste. Des familles syriennes envoient leurs enfants chez nous au Liban. 300 élèves sortant ont pu être éliminés chez les Jésuites à la rentrée.
Le Conseiller culturel G. Bounoure a repris ses fonctions et je pense convaincre les autorités nouvelles que la France a investies à Beyrouth, autorités forcément enclines à juger sans indulgence le rendement culturel des 25 ans de Mandat, à ne pas songer à des économies. 4 000 sur 10 000 médecins au Levant sont de culture française, et le pourcentage des avocats s’en rapproche. La moindre diminution appréciable sur nos subsides aux écoles se traduirait immédiatement par une chute de notre potentiel culturel dans les autres pays arabes et musulmans. La jeune École Supérieure des Lettres établit son modus vivendi avec l’Université St Joseph dont l’imprimerie, essentielle pour les dictionnaires arabes, prépare un lancement audacieux : majuscules coufiques, combler cette lacune séculaire de l’alphabet arabe et dont les arabisants renforcent à Bikfaya. L’essentiel ici, à l’E.S.L de l’Achrafieh. C’est son Centre de Pédagogie (dir. Kh. Georr) avec son certificat de deux ans suivi par les élèves de l’École Normale libanaise officielle, et dont l’École Normale syrienne officielle demande les cours par correspondance (il faudrait une machine à écrire arabe et un ronéotype d’urgence) ; le cours pourrait correspondre avec l’Irak, etc., comme le prouve l’exemple égyptien du Prof Y. Mourad en psychologie.
Il faut renforcer au Levant notre pédagogie arabe et faire pression sur nos écoles française pour qu’elles y envoient leurs maîtres en stage (et remédier ainsi à ce renom d’arabophobie que la propagande anglo-saxonne répand). Dans ce but, sur mes instances de Président du jury d’agrégation d’arabe, un agrégé d’arabe, M. Pellat, a été détaché au Levant le 22 octobre par le ministère de l’Instruction publique à la disposition de M. Bounoure, qui lui confierait d’abord une enquête détaillée sur l’état actuel exact de l’enseignement de l’arabe dans nos écoles (en liaison avec M. Laoust) d’abord au Liban (il faut qu’il parte sans délai).

78Après une visite de quarante-huit heures à Damas, Massignon s’arrête à Aley pour le dîner où il rencontre Saté bey Husri ; il note dans un style télégraphique le témoignage de ce dernier sur sa dernière mission auprès de Gouraud pour lui apporter l’ultime réponse de l’émir Faysal à l’ultimatum du général :

Le 28 à Aley Saté bey Husri « éminence grise » de Saadallah, ex ministre de l’IP de Faysal (début 1920), dernier plénipotentiaire de Faysal avant Meïsseloun (il va publier ses souvenirs). Gouraud comme je l’ai indiqué à Berthelot à l’époque (ma mission à Damas, fin 1920 et les témoignages des Colonels Cousse et Toulat), Gouraud altéra la parole donnée par Clemenceau à Faysal (paraphe du 6-1-20), et déclara à Saté lui apportant l’acceptation de Faysal à toutes les conditions : « Je n’ai plus confiance, j’en formule de nouvelles » (il avait essayé de retarder l’arrivée de Saté à son QG jusqu’après l’expiration des 24 heures de son ultimatum). Puis il continua : « Il ne s’agissait pas de moi personnellement, mais de rétorsions diplomatiques ; le gouvernement syrien ne voulait pas paraître disposé à un règlement culturel d’ensemble franco-syrien. »

79En annexe de ce rapport, Louis Massignon rapporte deux rencontres importantes : celle avec le mufti Hadj Emin Husseini et celle avec cheikh Hassan Banna.

80En ce qui concerne Husseini Massignon écrit :

Il m’affirme que grâce à SM Farouk, il est essentiellement libre de ses mouvements à Alexandrie ; il vient d’aller (incognito) au Caire. S’il s’est évadé de Louveciennes, le moment venu, c’est qu’il n’avait pas donné sa parole d’y rester (cf., son évasion de Zûq en 1939) ; S.E M. Puaux me l’a confirmé. Il me demande d’exprimer sa reconnaissance à LLEE MM. Chauvel et Puaux et dit espérer que M. Devaux n’a pas souffert. Il me remet une montre Longines en signe de gratitude (« cadeau d’adieu » ? non ! « cadeau de bienvenue »)
Sur les affaires de Syrie, il est disposé à intervenir dans notre sens, mais pas tout de suite ; à mon retour au Caire (janvier). Mais dès à présent, il est prêt à écrire directement et immédiatement à Saadallah Jabri pour éclaircir l’incident Daoualibi (cf. Passeport) ; ses déclarations à la presse syrienne ont du être « arrangées » par le Bureau de Presse local qui est influencé par le SR britannique de Damas, qu’il sait, me dit-il, être aussi mal disposé tant pour moi que pour lui-même. (?)
Quant au contrecoup du Levant sur l’Islam nord africain, il approuve la visite pacifiante de Azzam pasha à Paris.
Il me demande de le revoir plusieurs fois en janvier.
Je suis de plus en plus persuadé que le Muphti est conscient du rôle d’axe de ralliement musulman mondial auquel toute sa vie de Président du Conseil Suprême Islamique de Jérusalem l’a préparé. Et qu’il est le mieux informé de tous les chefs musulmans.
L’ayant visité périodiquement depuis près de 20 ans, je puis assurer que son séjour chez nous 1945-46 l’a fait réfléchir sur les possibilités de rapport franco-musulman. Il peut nous aider canoniquement pour des questions comme les cultuelles musulmanes (projets algériens). Il est franchement bien disposé, maintenant, pour la France. Et dans la question sioniste, il joue son rôle de chef musulman et arabe loyalement. Un de mes amis du Caire m’a fait repérer, je crois, le motif de l’accusation persistante britannique contre le Muphti « coupable de crime contre la Couronne « dans le livre du Major C.S Jarvis (The Arab command, Londres 1943, p, 79) Le Muphti en fuite de Jérusalem après la révolte de Pâques 1920 et arrêté à Kérak avec Aref el–Aref, les deux hommes auraient été remis en liberté par Sir H. Samuel à condition de jurer de « never interfere in politics or take part in sedition again ». Cet auteur est sujet caution (SR).

81L’entretien avec Cheikh Hasan Banna, le fondateur des Frères musulmans, fait l’objet d’une brève note en annexe III :

  • 45 I/kh : abréviation pour Ikhwan.

Entretien avec le Cheikh Hasan Bannâ, chef des Ikhwân Muslimin, Au Caire 10 octobre, 11 heures.
Il me reçoit à son QG du Caire. Il me dit être chef d’un mouvement d’indépendance nationale, basé sur l’indépendance des pays parlant arabe. Son nationalisme égyptien est donc à base, et le nombre de ses succursales croît hors d’Égypte (NB. HB est un ancien élève de l’école normale de Dar el-ulûm).
« Alors vous acceptez comme Égyptiens à égalités les chrétiens arabes ? « Il élude, et nous parlons de leurs observances religieuses. Assez strictement, mais moins qu’au début où il avait des retraites, des veillées de prières (tahajjud) et autres « revival ».
Néanmoins ils ajoutent à chacune des 5 prières quotidiennes une oraison pour hâter l’évacuation des injustes occupants (lilgalâ)
On sait que les I/Kh45 ont commencé le boycottage des livres et journaux anglais (il serait intéressant de noter si cela englobe la presse américaine de même langue, en Égypte) ; et son principal organe, l’hebdomadaire Time.
Ennemi du Wafd, HB aurait pourtant conclu avec lui un cartel pour le 2 novembre (grève universitaire).
HB donne une impression de fermeté de décision, sinon de désintéressement, de loyauté. Son mouvement, contenu en Égypte (le tirage de son quotidien baisse), gagne en Syrie.

  • 46 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K et carton 4, dossier 3, dossier « Généralités, O (...)

82Le dixième rapport de mission de Massignon couvre la période allant du 17 décembre 1947 au 16 mars 194846.

83Il visite Le Caire, Jérusalem, Amman, Beyrouth et Damas. Il développe de nombreuses questions : la situation culturelle générale au Proche-Orient arabe, le congrès de Beit-Méry au Liban et le congrès de l’Académie royale au Caire :

C’est ici la question fondamentale que j’avais à examiner durant ma mission, et, me trouvant actuellement président du jury d’agrégation d’arabe, et président de la commission de réformes des programmes et manuels d’arabe en France, j’avais à examiner de très près les chances de réalisation d’une normalisation des rapports culturels franco-arabes en Proche-Orient, conditions sine qua non de leur normalisation en Afrique du Nord, et, par conséquent, du maintien d’une minorité de colons de notre langue outremer, maintien vital pour la France de demain.
On sait que la renaissance de la langue arabe, comme langue de civilisation, est handicapée depuis cent ans qu’un commencement d’indépendance politique la favorise en Orient, par certaines difficultés techniques internes, grammaticales et pédagogiques. Mais on ne peut oublier, comme l’a fortement marqué George Sarton, le professeur d’histoire et des sciences à Harvard, dans une série de volumes atteignant maintenant le XVIo siècle, que, si l’arabe a été la grande langue scientifique internationale du VIIIo au XIVo siècles, c’est pour deux raisons permanentes, qui ne peuvent pas ne pas déterminer dans les conjonctures internationales, le succès de la Renaissance. La première raison, géographique, est que l’Islam a fait de l’arabe une langue conjuguant l’héritage de la pensée hellénique méditerranéenne avec celui des vieilles civilisations orientales, depuis l’héritage irano-syriaque de l’Empire Sassanide jusqu’à la culture sanscrite, traduite en arabe pour ses parties médicales et astronomique, à Bagdad, avant les textes de la philosophie grecque ; car le Proche-Orient est une terre de jonction, – et l’arabe ouvre à la pensée méditerranéenne le monde de l’Océan indien, en même temps que l’Afrique noire, et que l’Asie centrale et même mongole. La seconde raison philologique est que l’arabe, instrument de pensée sémitique remarquablement efficient et pur, maintient une tradition de pensée transcendantale et abstraite, tant en mathématiques qu’en philosophie, qui a été le ferment de notre pensée moderne, transformant l’arithmétique grecque en Algèbre, la géométrie grecque en trigonométrie, promouvant la méthode expérimentale, non seulement en chimie, mais en médecine, préférant la morale très sémitisante des Stoïciens a la morale « économique » péripatéticienne. Depuis que la pensée juive, s’européanisant, a trahi le sémitisme, la langue arabe est désormais la seule source de cette forme de pensée que le matérialisme lourdement esthétique des langues aryennes a tendance à minimiser dès qu’il le peut (basic English, esperanto).
Je rentre du Proche-Orient convaincu de deux choses : d’abord que si le judaïsme veut revivre indépendant en Orient, il doit s’y réorientaliser, l’hébreu doit réaliser, malgré la guerre fratricide d’à présent, a même symbiose avec l’arabe qu’au Moyen-Age, où grâce à l’usage de l’arabe par Saadia, Bahya, Maïmonide, Israël s’est constitué une langue philosophique, théologique et mystique. Les chefs sefaradim d’Israël, tant au Caire qu’en Syrie et en Irak, m’ont unanimement déclaré que l’anti-arabisme des askénazim de l’Irgoun ferait la ruine d’Israël en Proche-Orient.
Ensuite, que les congrès arabes dont je vais parler ont marqué un progrès certain vers la renaissance culturelle de l’arabe, que la Ligue des Nations arabes a une section culturelle qui travaille intelligemment, grâce à des présidents égyptiens comme Sanhoury et Ahmed Amin, à des experts syriens, irakiens et palestiniens, que cette section n’est nullement déchaînée contre la culture française, – et que l’intérêt de la France est de l’aider.
Le congrès culturel de la Ligue des Nations arabes s’est tenu à Beït-Méry (Liban) en septembre 1947. Préparé pendant deux ans par des commissions où l’Égypte a joué un rôle prépondérant, il a donné l’impression aux Libanais que les résolutions avaient été fixées d’avance en dehors d’eux. J’avoue que, dans les discussions à Beït-Méry, les chrétiens libanais, plus ou moins poussés par des rancunes « francophiles » stimulant leur séparatisme « phénicien » ont été constamment mis en minorité.
En fait le congrès a éclairci trois questions : pour apprendre à lire l’arabe rapidement et à rédiger en arabe correctement, il faut réformer les méthodes, retoucher les manuels, former les maîtres.
Méthodes : simplifier l’analyse grammaticale : le congrès a adopté les simplifications élaborées dans notre Commission (Taha Hussein et Ahmed Amin) à l’Académie royale (cf. mon rapport de mission de 1946). Il faudrait aussi réformer l’orthographe (normaliser les alif finaux), alléger le lexique des classes (trop de synonymes), régulariser les pluriels brisés, peut-être même les genres (arbitraires).
Maîtres : refonte des écoles normales, instituer des discussions hebdomadaires entre jeunes maîtres, sur de récentes traductions d’auteurs européens, recueillir chansons et légendes populaires, lier la langue à l’histoire (plus sociale que dynastique), à la géographie (locale et générale). Mettre au point le type de manuel arabe des devoirs moraux envers la patrie, emprunté par l’Irak à la Turquie kémaliste ; étendre la notion de patrie jusqu’à l’humanité.

84Concernant la situation culturelle franco-arabe au Liban, Massignon écrit :

J’avoue être un peu édifié, depuis trente ans, par la mesquinerie croissante, et le caractère cantonal lilliputien des querelles culturelles libanaises à Beyrouth, jadis centre de la Nahda, « Renaissance arabe » des années 1850-1860. Bayard Dodge, président sortant de l’Université américaine de Beyrouth, a pris parti pour le maintien à égalité de la culture arabe en Palestine dans un courageux article du Readers Digest (avril 1948). Le Gouvernement britannique a transféré au Liban (tout près de Beyrouth) l’École de formation des officiers d’Arab Bureau dirigée par Bernard Thomas, que j’avais visité à Jérusalem ; et c’est un signe. Nous, Français, devons lutter à Beyrouth non pas contre ce qui unit la Ligue des nations arabes, la langue de civilisation, mais pour une loyale compréhension d’idées franco-arabes. Par parti pris pro-maronite, l’Université catholique de Beyrouth qui depuis vingt ans n’a plus d’arabisant de premier plan, n’a qu’un cours culturel de sociologie musulmane, confié à l’avocat général Hasan Kabalan, secrétaire du comité de vigilance musulman anti-missionnaire du Liban, avec qui j’ai eu un entretien, où il s’est excusé d’avoir cru discerner quelques machiavélisme dans mes efforts de rapprochement culturel franco-arabe. À côté de cette université, nous devons maintenir un centre universitaire laïc, l’École Supérieure des Lettres. J’ai soutenu de toutes mes forces le « centre d’études philosophiques » qui s’y crée (lettre et note diplomatique Beyrouth le 12-1-48 note 46 RC du 14-1-48), sous l’impulsion d’un très intelligent professeur détaché de l’Université du Caire, Mr Abderraham Badawi, destiné à préparer à trois certificats (Histoire de la philosophie et de la philosophie arabe, pédagogie de l’enfant, psychologie). Là est l’avenir de notre action culturelle, en visant haut, dans le domaine de la pensée intelligente. Une haute personnalité ecclésiastique, que je n’ai plus voulu revoir depuis, avait cru spirituel de me dire un jour à Beyrouth, que la seule utilité des écoles françaises en Orient était de former des comptables pour les établissements de crédit. L’école anglaise et américaine nous battant sur ce terrain, ne pourrions-nous pas, tout de même, maintenir les droits de l’esprit ; beaucoup d’ouvriers viennent à l’école du soir avec un culte pour la pensée, qui les rend plus proches, infiniment plus proches de l’universitaire parisien que je suis, que ce cardinal.

  • 47 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K, dossier 3, dossier « Généralités, Orientalistes (...)

85Si le onzième rapport manque, nous disposons du douzième rapport de Massignon du 15 décembre 1950 au 23 janvier 1951, sur une mission qui le mène en Égypte et en Jordanie. Le rapport est dédié : « Au Président Robert Schuman, en hommage, le 18 mars 1951 »47.

86Il examine dans ce rapport l’évolution de la politique méditerranéenne de rapprochement islamo-chrétien entre l’Égypte et les puissances latines (Italie et Espagne), les rapports pédagogiques franco-égyptien et culturel franco-arabes, l’avenir de la culture franco-arabe et la formation des agrégatifs d’arabe en France, le problème des réfugiés arabes et le statut international des personnes déplacées et enfin la sauvegarde du Waqf algérien Abu Madyan à Jérusalem.

87Il met en garde la diplomatie concernant la présence française en Afrique du Nord et met l’accent sur l’influence du Machreq sur le Maghreb :

Nous ne resterons en Afrique du Nord que si nous organisons en Algérie des rapports culturels franco-arabes normaux.
Et c’est en Égypte seulement que nous pourrons en trouver la formule. Et, dans la mesure où nous profiterons de notre expérience franco-arabe égyptienne, nous l’appliquerons aux rapports des deux langues et des deux cultures en Afrique du Nord ; en commençant par les deux bouts : en Tunisie, où des progrès culturels significatifs vers une meilleure entente culturelle sont déjà réalisés ; et au Maroc, où les administrateurs ayant fait un stage « diplomatique » en Égypte sont encore trop peu nombreux pour oser troubler la manie funeste de la « berbérisation ».

88Le souci constant de Massignon concernant l’arabe, que nous avons eu l’occasion de constater à plusieurs reprises dans ses rapports est encore pointé ici dans son rapport à l’islam :

Il est absurde, de notre part, de nier l’évidence, de vouloir disjoindre la langue arabe, pour la proscrire, de l’Islam, que nous prétendons protéger, parce que l’arabe est bien plus que le latin pour les catholiques latins, c’est non seulement la langue liturgique officielle, c’est le réservoir des termes de la prière privée. Tawhîd, Ikhlâs, Tawakul, voilà les termes que le Berbère le plus dénué d’arabe utilise pour la prière, remarquait un ancien chef de SR au Moyen Atlas. Interdire de causer en arabe pendant les récréations aux élèves du collège franco-berbère d’Azrou, c’est une sottise, une bassesse, parce que tout musulman sait que l’arabe est la langue de la prière, et que cette soi-disant émancipation berbère n’est qu’une manœuvre hypocrite contre la religion musulmane, à quoi les Berbères sont passionnément attachés (voyez en Mauritanie). À cause du catéchisme, jusqu’à tout dernièrement, les musulmans chinois de Petchili devaient importer des professeurs d’arabe. Et, depuis six mois que la Turquie a rétabli l’appel à la prière en arabe, l’adhân, elle est obligée d’en faire autant. On peut certes trouver à l’aile laïciste de l’Islam algérien un uléma comme Brahimi pour renoncer à l’enseignement coranique dans les projets actuellement débattu de réorganisation des collèges franco-musulmans d’Algérie ; mais cette concession à l’idéal laïc radical est tactique, et cache une arrière-pensée, celle de réserver à ses écoles libres, xénophobes, la formation religieuse arabe des enfants (ce qu’on appelle en Algérie « la permission du catéchisme », qui en arabe va très loin, puisque l’Islam ne sépare pas le spirituel du temporel) ; cela va contre notre idéal de culture franco-arabe.

  • 48 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K, dossier 3, dossier « Généralités, Orientalistes (...)

89Le treizième rapport de mission du 7 décembre 1951 au 24 janvier 195248 est consacré à l’Égypte, la Jordanie hachémite et à l’Irak. Je retiendrai surtout de ce rapport le récit de son séjour à Bagdad :

  • 49 « Alusssy » autre orthographe de la famille Alousi de Bagdad.

Étant revenu cinq fois à Bagdad (1927-1930-1934-1939) depuis ma mission archéologique en Mésopotamie de 1907-1908, élu il y a deux ans membre de l’Académie arabe irakienne, n’ayant cessé d’accueillir et d’orienter les étudiants irakiens à la Sorbonne, ce qui avait abouti, depuis 1945, à la venue de plus en plus importante de boursiers du Gouvernement irakien dans les Facultés françaises – la légation de France en Irak estimant que ces relations sur place pouvaient être utilisées pour les entretiens préparant la réalisation d’un plan d’extension de nos relations culturelles avec l’Irak – j’avais dû pour des raisons de famille, renoncer au dernier moment à prendre l’avion en janvier 1951 pour Bagdad, et je n’ai pu y arriver que le 10 décembre 1951.
Dans l’intervalle, j’avais pu m’entretenir à Paris avec Mr Khalil Kenna, ministre de l’Instruction Publique et avec S.E. Nouri Pacha Saïd, le premier (ministre) irakien, que je connais personnellement depuis la mission Sykes-Picot.
Arrivé à Bagdad, le Gouvernement irakien m’a fait connaître qu’il me considérait comme son hôte, qu’il m’offrait, en outre, hors de Bagdad tout déplacement par avion que je pourrais désirer. Étant donné que j’étais, par priorité, l’invité du Ministre de France, et que certaines initiatives irakiennes à l’ONU de Paris (concernant le Maroc) s’étaient produites depuis mon départ, – j’ai cru devoir accepter du Gouvernement irakien qu’une auto mise à ma disposition pour des visites prévues dans le programme officiel de réceptions organisées avec le Ministre de France.
En dessous des calculs politiques du Premier Ministre, pour qui la culture française serait un adjuvant à ses projets de Grande Syrie, ce qui l’a amené, il me l’a dit, à m’assurer durant un dîner, fin novembre à Paris qu’il avait refusé de concerter son action pour le Maroc (action volontairement molle) avec Azzam Pacha et Salaheddine Pacha –, il n’est pas douteux qu’il existe, dans la majorité de l’élite irakienne un grand désir de culture française ; on sait bien que du point de vue économique, elle n’a pas la « rentabilité » de la culture anglaise, mais son prestige de désintéressé dans le domaine de l’art, de la littérature, dans les « loisirs de la pensée » même chose chez les femmes (jusqu’à là à tendances américaines) m’est apparu de plus en plus fort et, chez les hommes faits, comme en Turquie, en Syrie, et en Égypte, nos facultés de médecin (si puissantes pour notre influence en Perse, pays limitrophe de l’Irak), et surtout nos facultés de droit, paraissent les seules à apprendre à penser la vie publique, à ces nouvelles nations avec méthode, logique, et même conscience de l’égalité entre les hommes.
Le Gouvernement irakien a été attentif à me faire prendre mes vieux rapports d’« hospitalité » avec la grande famille d’intellectuels des Alussy49, dont l’islamisme m’a paru, chez les jeunes se moderniser sans crises.
Dans le domaine de la critique historique, visé dans deux conférences que j’ai données en arabe, – j’ai retrouvé d’anciens étudiants miens qui gardent l’empreinte de nos méthodes, tant parmi les Irakiens, que parmi les membres de la mission égyptienne, qui ont participé aux réceptions.
J’ai trouvé aussi des confrères syriens, comme Khalil bey Merdam secrétaire perpétuel de l’Académie de Damas, momentanément ministre de Syrie à Bagdad, et certains étudiants syriens momentanément proscrits (qui voulaient que je les aide à rentrer). J’ai particulièrement goûté l’érudition en droit hanbalite du ministre Séoudien, Cheikh Abdallah Khayyâl et les préoccupations de modernisation de l’Islam du Ministre indonésien. Sans parler du groupe d’amis anciens, le Professeur Mustafa Jawâd, ancien précepteur du jeune roi que je n’ai qu’entrevu, les avocats lettrés Ahmad Sarraf et Abbbas Azzawi, Réouf bey Chadirchi, l’ancien Délégué de l’Irak Petroleum à Londres, qui a aussi une maison à Paris, et le Dr Naji bey Assil, dont l’intelligence et l’activité dirigent à la fois les Musées de Bagdad, admirablement tenus et la revue archéologique « Sumer », dont la tenue est « outstanding » dans tout l’Orient arabe.
J’ai pu aussi revoir Kamel bey Chadirchi (frère de Raouf) chef lui d’opposition parlementaire de gauche ; il ne m’a pas caché que, malgré le nombre impressionnant de signataires irakiens de l’appel de Stockholm, il n’y avait aucun espoir d’assainir la situation sociale de ‘Irak, qui est encore plus arriérée que celle de l’Égypte quant aux latifundia, et à la misère des agriculteurs, – tant que les pétroliers anglo-américains soutiendraient l’oligarchie féodale qui est au pouvoir. Cela m’a été confirmé par le Dr S.Azami (qui signe dans la presse « Dr Noun ») un de mes anciens élèves de doctorat qui doit revenir soutenir à Paris sa thèse, prête en 1939). Un partage des terres serait nécessaire.
Pour le moment, Nouri pacha Saïd ayant profité des embarras de ses amis anglais à Abadan en faisant accorder à son pays les royalties de pétrole qui avaient été refusés à la Perse, se trouve d’avoir doublé les budgets de son pays, d’où une série de grands projets, peut-être exécutables si la paix dure (grands barrages, notamment celui de Samarra, dont j’ai vu le spécialiste, Dr Ahmad Soussa, auteur d’un rapport en 2 volumes sur l’irrigation de Samarra) ; grands projets dans l’Instruction Publique qui ne serait pas absente ni les relations culturelles franco-irakiennes (sous réserve bien entendu d’une approbation britannique préalable).
Trois moyens de les intensifier : augmenter le nombre de bourses de l’État irakien et créer quelques bourses de l’État français, gravitant autour d’un Centre Culturel à créer, dont le personnel serait pris grâce à la Mission Laïque sur les conseils de Mr Marcel Fort, et dont les locaux seraient fournis par les écoles de l’Alliance Israélite, vidées par l’exode. Sur ces deux points, notre ministre m’a fait comprendre que si le point I était laissé à résoudre, étant donné la largeur d’esprit de Mr Marcel Fort vis-à-vis des questions religieuses en pédagogie (et j’ajouterai à condition de ne pas remettre à nos professeurs de faire du SR, ce qui les coulerait, car le SR là-bas sent le pétrole), – le point No 2 était plus délicat car il faut à tout prix ne pas nous montrer ingrats envers les Juifs irakiens (il en reste encore, notamment un milliardaire d’importance internationale, Mr N.D) en transférant l’appui matériel que nous donnions aux œuvres de l’Alliance purement et simplement à notre Centre Culturel, au moment où l’Alliance nous facilite notre installation culturelle dans ses locaux irakiens.
J’ai visité la bibliothèque des Carmes, qui est la plus importante bibliothèque chrétienne de Bagdad (celle des Jésuites américains, que j’ai visitée à l’Azaliyé, est infantile) ; Bagdad est depuis trois siècles de la province française de l’ordre des Carmes ; depuis deux ans les Carmes français sont décidés à la réorganiser (elle en avait le plus urgent besoin), le Provincial y repart en ce moment même, – et dans la mesure où un Ordre contemplatif reste intellectuel, il y a là un élément additionnel de notre influence à encourager.
J’ai vu le Patriarche Chaldéen, SB Joseph Ghanimé, qui n’oublie pas l’aide prêtée par le Gouvernement français pour la création d’une chapelle des Chaldéens Unis à Paris, 4, rue Creuze (création réclamée depuis 50 ans, obtenu il y a deux ans) ; la colonie chaldéenne de Paris, faible numériquement, mais fort riche et instruite nous reste ainsi sympathique.
Quelques remarques supplémentaires :
Fouilles archéologiques : Mr Parrot a été sur son chantier (Mari) ; le gouvernement irakien est tout prêt à nous donner un nouveau champ de fouilles et en ce moment où l’Égypte nous impose des restrictions en archéologie orientale, il serait fort opportun de saisir l’occasion d’autant plus que mes collègues Labat et Nougayrol ont des élèves disponibles, et que les aptitudes inattendues de certains étudiants irakiens en archéologie gagneraient à ne pas être sous la coupe exclusive d’assyriologues anglo-américains, qui ont 3 chantiers à eux et contrôlent pratiquement ceux du Dr N. Assil.
À propos d’archéologie, les photos aériennes des pétroliers m’ont de façon bien imprévisibles renseigné sur certaines énigmes du plan de l’ancienne ville à Basra (anciens canaux disparus sous le sable, mais détectés par certaines photos).
Restauration : les monuments historiques sont restaurés sans ménagements à l’américaine ; j’ai été désolé en revoyant au désert, au-delà de Kerbela, le château ruiné d’Ocheïdir, qu’on a mal réparé (certaines tourelles à machicoulis). Je l’avais découvert en 1908. On a trouvé fin novembre 1951 à quelques kilomètres de là une inscription des Benu Asad, tribu convoyant les pèlerins de la Mekke au Moyen Âge, datée du début de notre xiiie siècle, mais Ocheïdir, quoique non daté est certainement bien plus ancien ; on hésite entre le viii et le ve siècle (sassanide). À Bagdad même, deux édifices historiques, la Mustansiriyé et l’Iyvan ont été aménagés en Musées. Une carte historique du vieux Bagdad a été publiée par la jeune Académie irakienne (… MM Jawad et Sarrâf). Mouvement féminin : j’ai pu assister à deux réunions des deux clubs féminins (dont celui du Croissant Rouge) ; j’ai mesuré l’évolution survenue depuis 1945, où il n’y avait pas encore d’avocates. Là aussi, désir d’influence française ; on m’a demandé l’envoi, à leurs frais, de deux spécialistes femmes de coupe. Il y a d’ailleurs à Paris au moins une boursière irakienne dans une école de coupe.

  • 50 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K, dossier 3, dossier « Généralités, Orientalistes (...)

90Le quatorzième rapport de 1953 me manque. Examinons maintenant le dernier rapport de la série, le quinzième du 21 décembre 1954 au 15 février 195550, consacré à l’Égypte et à la Jordanie hachémite.

91Je retiendrai dans ce rapport ce que Massignon écrit de la nouvelle politique musulmane des États-Unis, laissant de côté la session de l’Exécutif du Comité de Coopération islamo-chrétienne, la session annuelle de l’Académie de langue arabe du Caire, ainsi que la restauration du Waqf Abu Madyan de Jérusalem :

  • 51 Séoudie : Arabie Séoudite.

On se souvient de la fameuse déclaration du général Eisenhower « de Dakar à Mindanao », il souligna la nécessité pour les Atlantiques de ménager les aspirations du monde musulman vers la liberté, sous peine de voir l’Islam, cette troisième force méconnue, se rejeter du côté de l’URSS.
Si les diplomates américains encouragent souvent la France en sens inverse, à « mâter l’arabisme » de concert avec l’État d’Israël ; pour permettre à l’Europe, protégée par des bases locales d’aviation américaine, de mettre en exploitation rationnelle les richesses naturelles d’une Afrique supposée vide de toute population autochtone en âge d’être consultée. – il ne manque pas, parmi les Américains du Nord, surtout parmi les protestants, d’hommes sensés, soucieux d’élaborer une nouvelle politique musulmane, positive celle-là, les faisant « participer » aux espérances du monde musulman, de Dakar à Mindanao, dans un esprit vraiment chrétien ; afin que les Atlantiques ne perdent pas non plus l’Afrique après avoir perdu l’Asie.
Ces hommes se sont groupés à New-York : ce sont les American Friends of The Middle East (Mlle Dorothy Thompson) ; des fonds très importants sont mis à leur disposition pour ce rapprochement avec l’Islam dans un esprit de « bienfaisance » certainement plus désintéressé, comme je l’ai constaté durant mes conférences universitaires de 1952 aux USA, que celui qui alimente la colonisation israélienne de la Palestine. Ce Comité, d’ailleurs, se refuse d’attaquer cette colonisation comme préjudiciable à l’Islam sur le terrain politique. Il s’est organisé en Avril 1954 à Bhamdoun (Liban) au moyen d’un Congrès provisoire où a été fondé un « Continuing Committee on Muslim-Christian Cooperation », ou « Comité Permanent de Coopération Islamo-chrétienne » ; il s’était séparé le 27 avril en votant le principe d’un deuxième Congrès pour 1956. L’exécutif de ce Comité, pour préparer ce deuxième Congrès, a organisé une session spéciale restreinte, à Alexandrie du 9-14 Février 1955.
Avant de rendre compte de cette session d’Alexandrie à laquelle j’avais été convié (je n’avais pas pu me rendre à Bhamdoun, étant alors chef de la délégation française au congrès avicennien de Téhéran), il peut être utile d’analyser la constitution initiale du Congrès de Bhamdoun (clos le 27-4-54 = 21 sha’ban 1373).
Bhamdoun est au Liban, où les missionnaires américains de l’Université protestante, déjà centenaire, de Beyrouth, avaient travaillé à une libération sociale, économique et politique de l’homme moyen en Proche-Orient, sous l’impulsion d’hommes comme Van Dyck, Bliss, Bayard Dodge, préparant la politique pro-arabe qu’après Crane, le Colonel Eddy, organisateur de l’entrevue entre le Roi Ibn-Séoud et le Président Roosevelt, donna comme axe à l’œuvre américaine des pétroliers de l’Aramco en Séoudie51.
En 1954, le Révérend Garland Evans Hopkins, vice-président des A.F.M.E et le Dr Erich W.Bethmann, directeur de leur département de recherches et de publications, réussit à réunir à Bhamdoun 74 membres. Du côté chrétien, 8 professeurs d’Université (dont un copte, un grec et un catholique, Millas – Vallicrosa de Barcelone), 2 Évêques et 10 directeurs de séminaires protestants (dont l’Évêque allemand Wunderlich, le pasteur français Trocmé, le Révérend Comba (vaudois italien), 3 Jésuites (les Révérends Finnegan (Beyrouth) O’Connel (Bagdad), Pareja (Rome), un juriste copte, un publiciste orthodoxe libanais ; un explorateur hollandais du Hadramout, un businessman ; du côté musulman : 10 professeurs d’Universités (dont 9 sunnites, 4 du Pakistan, 4 d’Égypte, 1 du Liban, 1 de Syrie, 1 de turquie et 1 Shi’ite, le Dr Shafaq de l’UNESCO).
Un ministre indonésien, 1 diplomate irakien, 1 juriste libanais, 1 businessman de Jersey-City, 1 théologien shi’ite irakien, et le vice-président des étudiants arabes aux USA. Il y avait dix directeurs de journaux.
Après Bhamdoun, les organisateurs américains de ce congrès participèrent en août 1954 aux USA au Conseil Œcuménique des Églises à Evanston (où tous les chrétiens sauf les catholiques, figurèrent). Là, pour la première fois dans l’histoire, quatre observateurs musulmans furent invités à siéger : Abdallah Igram, président de l’union de l’association musulmane (USA) Muhyiddin Hakim, Dr Mahmud Youssef Shawarbi (Professeur de l’Université du Caire) et Saadat Hassan.
Mais ce ne fut pas comme on aurait pu le souhaiter parce que les croyants musulman, tout comme les croyants chrétiens, attendent le second avènement du Christ pour la restauration de toute justice ; la majorité à Evanston était libérale, en réaction contre l’eschatologie « apocalyptique » des disciples de Karl Barth (cf. communiqué Agence Phoenix 9-8-54) et du côté musulmans invités étaient aussi des libéraux que l’attente du jugement dernier ne devait guère tourmenter.
Notons néanmoins, qu’à Evanston, le protestantisme américain instaura un rapprochement islamo-chrétien plus net que celui qu’à cette même date l’Église catholique envisageait ; ces négociations antérieures avec l’Ambassadeur d’Égypte auprès du Vatican, Taher Bey el ‘Umari ayant cessé depuis la révolution égyptienne et la suppression du partenaire « califal » valable sur lequel Rome comptait, Rome se borna à admettre officiellement la visite des musulmans dans une petite église mariale devenue « territoire national turc » à Panaya près d’Éphèse, « en considération de leur dévotion spéciale envers Hazrat Maryam ». D’août 1954 à Février 1955, sous l’influence de l’importante délégation patriarcale copte au Conseil Œcuménique d’Evanston, l’Exécutif du Comité choisit Alexandrie comme siège de la session de Février destinée à préparer le Congrès de 1956. Ce choix paraît avoir été principalement inspiré par le professeur copte à l’Université d’Alexandrie, Dr Surayal Atiya, membre de l’expédition américaine au Sinaï, qui en rapporta une magnifique collection de microfilms des manuscrits arabes du couvent de Ste-Catherine (doubles remis à l’Université d’Alexandrie : cf. catalogue établi par Mourad Kamel, 1951, 2 volumes 236-318 pages). Le Dr Ziz Suriyal Atiya, maintenant fondateur d’un Institut copte magnifiquement logé et outillé au Caire, semble voir dans le Comite Hopkins un moyen de réconcilier la majorité musulmane égyptienne avec la communauté minoritaire copte (1/10o de la population d’Égypte qui doit à tout prix rester en Égypte), en faisant des Coptes arabophones l’élément local de rapprochement islamo-chrétien. À vrai dire Alexandrie étant un port de mer se trouve plus adapté que Le Caire à servir de foyer de diffusion des idées du Comité Hopkins, et l’Exécutif s’est séparé le mois dernier ayant organisé un centre permanent à Alexandrie, qui doit être confié à Maître Iskander Assabgui (Qasabgi) juriste influent de la communauté copte.
Si le congrès de 1954 s’était heurté, à Bhamdoun, aux difficultés suscitées par un Islam libanais affecté d’un complexe d’infériorité vis-à-vis des chrétiens, même orientaux, les cinq jours de la session de Février 1955 mirent en lumière d’autres obstacles.
Le 8 Février, à la veille de l’ouverture, un article de l’ancien grand Muphti de Jérusalem Hajj Emin Husseini, parut dans al-Qahira, organe séoudien du Caire : la session était représentée comme une machine de guerre américaine anti-communiste en vue de faire sortir les États arabes de leur position neutraliste de troisième force, non seulement matérielle, mais spirituelle. Le Muphti étant lui-même un violent, on comprend mal qu’il ait plaidé pour le neutralisme contre le Comité Hopkins, sinon par tactique. Et il avait tort de croire que le Comité Hopkins cherche à faire sortir l’Islam de la position instinctive de troisième force qu’il prend au Proche-Orient.

EN GUISE DE CONCLUSION

92Ces larges extraits des rapports de missions politiques, culturelles et sociales de Louis Massignon permettent de suivre le constant souci concret du grand arabisant et islamologue français pour le rôle et le rayonnement de la France au Proche-Orient durant un demi-siècle et son influence sur la politique française en Afrique du Nord. Il met au service de son pays non seulement ses connaissances scientifiques mais aussi les relations qu’il a établies dans les pays de l’Orient arabe depuis sa première mission archéologique de 1907. Son attirance pour la pensée mystique d’Al-Hallâj auquel il a consacré sa thèse et son retour à la foi chrétienne de son enfance à Bagdad (en 1908) – la « visitation de l’étranger » – n’entament en rien sa capacité d’analyse et de jugement politiques. Il concilie parfaitement en lui-même le mystique et le politique et ses interlocuteurs arabes et musulmans y sont sensibles. Son renom de spécialiste, sa capacité d’empathie pour l’islam et sa reconnaissance de l’autre différent lui assurent la confiance et le respect de ses interlocuteurs musulmans. Les relations qu’il a nouées avec les élites religieuses et intellectuelles arabes et musulmanes lui font appréhender le nationalisme arabe avec sympathie. S’il connaît bien les défauts et les erreurs de la politique française en Orient, il ne s’y attarde pas trop et privilégie les conseils pour les dépasser ou les corriger. Ainsi après l’échec du royaume arabe de Damas, il n’y fait pas allusion dans son rapport de l’automne 1920 et du début de 1921, comme il le fera par la suite en dénonçant le manque de la France à la parole donnée à l’émir Faysal persuadé que l’accord Faysal-Clemenceau auquel il avait participé n’avait été que paraphé, alors qu’il avait été bien signé, ce qui engageait la responsabilité des deux parties signataires.

93Il passe aussi sous silence dans ses rapports de 1927 et 1928 la révolte druze et syrienne de 1925-1926 et les violences françaises pour la réprimer, ce qui paraît pour le moins surprenant et que l’on pourrait être tenté de juger complaisant pour la responsabilité française. Il n’a de cesse, il est vrai, que de signaler les dangers d’une politique française qui flatte les divisions entre les minorités et la majorité sunnite.

94Massignon insiste constamment sur l’importance de la langue arabe, la nécessite de renforcer son enseignement pour les fonctionnaires du mandat. À l’Académie royale du Caire, il œuvre avec les érudits égyptiens et arabes pour la faire évoluer face aux nécessités techniques de la modernité. Il écrit à ce sujet : « Au cours de ces séances de l’Académie, nous nous sommes rendus compte expérimentalement, par la discussion elle-même, qu’il était parfaitement possible de clarifier la langue arabe actuelle des journaux pour en faire une véritable langue de civilisation, et que le pessimisme des arabisants qui proclament que l’arabe est une langue condamnée à mourir ou à se pulvériser en dialectes n’était pas justifié. »

95Cette défense de l’arabe liée à l’islam fait de Louis Massignon, durant la période mandataire, un allié pour la lutte de la libération arabo-musulmane : « Il est absurde, de notre part, note-t-il, de nier l’évidence, de vouloir disjoindre la langue arabe, pour la proscrire de l’Islam, que nous prétendons protéger, parce que l’arabe est bien plus que le latin pour les catholiques latins, c’est non seulement la langue liturgique officielle, c’est le réservoir des termes de la prière privée. »

  • 52 Louis Massignon et le dialogue des cultures, Actes du colloque des 17-18 décembre 1992 à l’Unesco, (...)

96Durant un demi-siècle, Louis Massignon a porté bien haut les valeurs spirituelles et politiques auxquelles il croyait. « L’exemple que nous devons recevoir de lui, écrit Jacques Berque, au-delà de celui de la grande érudition, c’est celui de la ferveur de son engagement, de la puissance de son embrassement et, plus encore peut-être, celui de la force de son indignation52. »

Bibliography

Bibliographie

Christian Destremau et Jean Moncelon, 1994 : Massignon, Plon, Paris.

Gérard D. Khoury, 1997 : « Massignon et Lawrence, deux visions du monde arabe en avance sur leur temps », dans Jacques Keryell, Massignon et ses contemporains, Karthala, Paris, 1997, p. 89-109.

Gérard D. Khoury, 2006 : La France et l’Orient arabe, naissance du Liban moderne, Albin Michel, Paris.

Gérard D. Khoury, 2007 : Une tutelle coloniale, écrits politiques de Robert de Caix, Belin, Paris.

Gérard D. Khoury, 2010 : « De Gaulle et le Levant ou les derniers feux d’une politique impériale », dans Jean-Paul Bled (dir.), 2010 : De Gaulle et les Arabes, Actes du colloque d’Abu Dhabi, Dar An Nahar, Beyrouth.

Daniel Massignon, 2001 : Le voyage en Mésopotamie et la conversion de Louis Massignon en 1908, Cerf, Paris.

Daniel Massignon, 2004 : Autour d’une Conversion. Lettres de Louis Massignon et de ses parents au père Anastase de Bagdad, textes choisis et annotés par Daniel Massignon, préface par Maurice Borrmans, Cerf, Paris.

Notes

1 Écouter au sujet de Al-Hallâj les deux courtes émissions de Jean Amrouche avec Louis Massignon sur le site : www.soleilalgerie.com/2013/03/louis-massignon-evoqueel-hallaj.html

2 Voir le DEA de Gérard Khoury, Les rapports de mission politique de Louis Massignon de 1918-1928, bibliothèque de l’Inalco.

3 Destremau et Moncelon, 1994, p. 24 : « Huysmans est frappé par le charme qui émane du jeune homme de dix-sept ans. Le 29 octobre, il écrit à son ami Leclaire : “visite inattendue avant-hier. Arrivée par le train de 2 heures du plus charmant jeune homme qui se puisse voir. Il était porteur d’une lettre de Roche qui présentait son fils. Je l’ai gardé à dîner… Il a la voix exacte de son père, mais il doit ressembler étonnamment à sa mère, car c’est une figure de femme qu’aisément on imagine.” »

4 Voir la chronologie de Daniel Massignon dans le numéro Massignon des Cahiers de L’Herne, Paris, 1970

5 Ibid.

6 Il est promu capitaine durant la guerre pour asseoir son rôle face au colonel Lawrence dans les rapports avec la révolte arabe et l’émir Faysal : Khoury, 1997.

7 Khoury, 2006 et Khoury, 2007.

8 Sous la direction de Gérard D. Khoury, Vergers d’exil, en hommage à Gabriel Bounoure, Geuthner, Paris, 2004.

9 MAE, dossier « Nouvelle Turquie 324 », fol. 112-120, 127-128, 130.

10 Le plan de ce rapport est repris dans l’ouvrage publié en 1910 à l’IFAO du Caire sous le titre : Mission en Mésopotamie (1907-1908), tomes I et II.

11 C’est à Bagdad que Massignon a noué les premières relations avec les milieux lettrés musulmans. Ses biographes Destremau et Moncelon décrivent son arrivée à Bagdad : « Ayant remonté le Tigre sur le vapeur turc le Bloss Lynch, Massignon atteint Bagdad dans la soirée du 19 décembre. Sa première visite est pour la tombe vide de Hallâj, à l’extrême sud de la cité, sur la rive droite du Tigre, le 20 décembre. Le même jour, il se présente au consul de France, Gustave Rouet, qui doit l’aider à établir des relations dans les milieux lettrés musulmans. Car il ne s’agit pas désormais de cette “plèbe musulmane” qui n’a pas satisfait sa rage de comprendre et de conquérir à tout prix l’Islam, qui l’a exacerbé plutôt de façon inquiétante. À Bagdad, il est surtout question de fréquenter des savants que Massignon croit disposés à lui révéler, en langue arabe, la civilisation musulmane » : Destremau et Moncelon, 1994, p. 47.

12 Destremau et Moncelon, 1994, p. 42.

13 Dans Islamochristiana, numéro 14, Rome, 1988, Daniel Massignon écrit : « C’est le mérite de Jacques Keryell d’avoir exhumé ces archives et d’en avoir déjà donné quelques indications » : dans son introduction à la correspondance entre Louis Massignon et Mary Kahil et à des textes relatifs à la Baladiya dans l’ouvrage qui a pour titre L’hospitalité sacrée, p. 129.

14 Massignon, 2001.

15 Jacques Keryell a découvert le dossier no 33 au MAE en 1988 et l’a communiqué à Daniel Massignon. À la même période, j’ai trouvé un dossier semblable du ministère de l’Instruction publique, conservé aux Archives nationales, ce dont j’ai fait part, en son temps, à Jacques Keryell.

16 Archives nationales, cote F/17/ 17278.

17 Massignon, 2001, p. 23.

18 Eff, abréviation de Effenfdi.

19 Destremau et Moncelon, 1994, p. 43-44 : « Le 2 février, en effet, Louis connaît une première liaison avec un jeune Égyptien, Yâ-Sin Bin Ismaïl, et malgré un essai de recueillement à Assouan, le 10 février il s’abandonne à cette relation. »

20 Louis Massignon fait probablement allusion à sa relation au Caire avec Luis de la Cadra. Les parties soulignées dans le texte le sont par moi.

21 Massignon, 2004.

22 Destremau et Moncelon, 1994, p. 68.

23 « Fernand Massignon, en effet, était rationaliste et d’esprit laïc. S’il n’était pas lui-même franc-maçon, il était membre de la Ligue des droits de l’homme jusqu’à sa démission en 1005 en signe de protestation aux “Inventaires”. Lorsqu’on connaît les positions ultérieures de Massignon, sa profonde foi catholique, il serait fort tentant – et rapide – d’y voir une réaction contre un père épris de science et de progrès, mais incapable de répondre aux interrogations de son fils. Pierre Roche et un homme intelligent, qui n’a rien d’un rationaliste militant, et qui donne une image fort séduisante de tolérance et d’ouverture d’esprit. Un vrai honnête homme, de cette honnêteté bourgeoise qui devait constituer, aux yeux des professeurs de cette fin xixe siècle, le fondement d’une nouvelle morale, purement humaine et laïque » : Destremau et Moncelon, 1994, p. 17-18.

24 Massignon, 2004, p. 27-28.

25 Le père Anastase qui accompagne, à la demande du consul de France, Rouet, le jeune Massignon pour rentrer en France, recueille sa confession à Baalbeck sur le chemin de Beyrouth.

26 Massignon, 2004, p. 81.

27 Ibid., p. 45.

28 Wejj s’écrit aussi Ouedj.

29 Sir Mark Sykes meurt à Paris en février 1919 au cours de la conférence de la paix des suites de la grippe espagnole.

30 Référence de Louis Massignon lui-même.

31 Voir le récit de cette rencontre sur le Northbrook dans Khoury, 2006, p. 93-96.

32 Destremau et Moncelon, 1994, p. 161 : « Durant les premiers mois de 1918, Massignon poursuit son travail d’officier de renseignement. » Que dire de la reprise de cette accusation, par Gilles Meunier, dans un ouvrage récent au ton tout à fait partial : Les espions de l’or noir, publié par la librairie du réseau Voltaire.

33 MAE, Archives de Nantes, carton 2367.

34 MAE, Archives diplomatiques– Paris, Levant, carton 313, fol. 41-46.

35 MAE, Syrie-Liban, vol. 35, fol. 134-144 et 145-149.

36 Khoury, 2007.

37 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 378, fol. 176-188.

38 Damad est le titre donné dans l’Empire ottoman au gendre du sultan.

39 Allusion ô combien discrète et sans jugement de valeur du recours à la force contre le royaume arabe de Faysal en juillet 1920 et contre la révolte druze et syrienne de 1926 ! On est loin des reproches faits plus tard par Massignon sur le non-respect de la parole donnée.

40 MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 415, fol. 144-158.

41 Archives nationales, Centre historique de Paris, cote F/17/17278.

42 Khoury, 2010.

43 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, dossier « Généralités, Orientalistes (Rapports Massignon) ».

44 Louis Massignon dédie souvent ses rapports, en haut de la première page, à une personnalité diplomatique ou politique, ce qui est le cas de celui-ci.

45 I/kh : abréviation pour Ikhwan.

46 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K et carton 4, dossier 3, dossier « Généralités, Orientalistes (Rapports Massignon) ».

47 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K, dossier 3, dossier « Généralités, Orientalistes (Rapports Massignon) ».

48 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K, dossier 3, dossier « Généralités, Orientalistes (Rapports Massignon) ».

49 « Alusssy » autre orthographe de la famille Alousi de Bagdad.

50 MAE, Afrique-Levant, 1944-1952, carton 8, série K, dossier 3, dossier « Généralités, Orientalistes (Rapports Massignon) ».

51 Séoudie : Arabie Séoudite.

52 Louis Massignon et le dialogue des cultures, Actes du colloque des 17-18 décembre 1992 à l’Unesco, textes réunis par Daniel Massignon, Cerf, Paris, 1996.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540