Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Une histoire du Proche-Orient au temps présent

 | 
Philippe Pétriat
, 
Pierre Vermeren

Introduction

Pierre Vermeren y Philippe Pétriat

Texto completo

1Ces Mélanges offerts au professeur Nadine Picaudou sont un hommage à la rectitude de notre collègue, une qualité précieuse dans le monde scientifique, et à sa rigueur intellectuelle, qu’elle mit successivement en œuvre au Liban, en lycée de banlieue parisienne, à l’École des langues orientales, puis à la Sorbonne. Ce volume de textes originaux, écrits par d’excellents collègues et spécialistes du monde arabe, est un signe de reconnaissance et d’amitié de la part d’anciens doctorants, de chercheurs et de professeurs. Tous ne sont pas là, mais ceux qui purent en être le firent avec plaisir.

2Ces Mélanges offrent une pléiade de textes de recherches en lien avec tel terrain ou tel travail de recherche fréquenté par Nadine Picaudou. Ils renvoient au Liban, à la Palestine et aux Palestiniens, à l’islam et aux questions plus générales du monde arabe, à la guerre et au martyre… Mis en regard avec les travaux de leurs auteurs, avec la bibliographie de Nadine Picaudou, et avec les travaux de recherches qu’elle a encadrés, ils constituent un panel fécond de la recherche contemporaine de langue française consacrée au Moyen-Orient, à ses peuples, à leurs cultures et à leurs conflits.

3Cette courte entrée en matière ne cherche pas à dresser un portrait ni non plus un parcours fidèles du professeur Picaudou. Notre collègue a toujours cultivé la discrétion et la pudeur sur la vie personnelle, et aucune recherche particulière n’a été menée pour dévoiler ce qui n’appartient qu’à elle. Toutefois, à force de discussions, de réflexions, de lectures et d’amitié, le portait d’une historienne exigeante sur le Moyen-Orient arabe du xxe siècle se dessine. Il est la face émergée du parcours scientifique de Nadine Picaudou.

4Il est aussi le manifeste d’une génération de jeunes intellectuels français, nés dans la France de l’après-guerre, dans un monde trop plein, et trop lourd à porter. Après l’enfance et l’adolescence, Mai 68 a fait éclater cette pesanteur sous le poids d’une jeunesse nombreuse et bouillonnante. Tandis que certains se préparaient à révolutionner le vieux monde, d’autres, comme Nadine Picaudou, ont choisi de partir à la découverte de l’autre. Depuis le xixe siècle, l’appel de l’Orient a séduit des générations de jeunes gens. Mais en pleine guerre du Vietnam, la décolonisation à peine refroidie, en pleine révolte mondiale de la jeunesse, et la guerre froide battant son plein, le voyage en Orient change de signification. Pour cette génération, l’Orient est une terre féconde de renouveaux, d’espoirs et de réinvention du monde. C’est à la faveur de ces mythes, mêlant désenchantement du monde et enthousiasme de la jeunesse, que la normalienne Nadine Picaudou s’envole vers un autre monde.

5Avant l’avion, il y a l’enfance. La vie passée dans les années cinquante au village agricole de Nabirat, aux confins de la Dordogne et du Lot, un village agricole en limite du Quercy, frappé depuis le milieu du xixe siècle par un long dépeuplement. Il y a longtemps que les paysans de là-bas ont cessé de faire des grandes familles. Est-ce le cruel souvenir des guerres de religions ? Est-ce la méfiance, après la satisfaction d’avoir obtenu la pleine propriété de leurs terres à la Révolution ? Est-ce la perception d’être comme en sursis, dans une Occitanie sur le déclin, menacée par l’industrialisation, l’essor des grandes villes, et surtout de Paris, l’exode rural des pauvres, après celui des notables ? Est-ce le délitement d’une civilisation très ancienne qui perd sa langue, interdite par la République, ses cadres et ses repères sociaux et religieux, saignée par la Grande Guerre et meurtrie par la suivante ? Pour l’heure, dans les années cinquante, avant la fin prochaine du village établie bien après par Jean-Pierre Le Goff, les enfants parlent encore l’occitan avec les anciens, travaillent en silence, observent, astreints à l’imitation et au respect des choses du passé.

6Pendant ce temps, la France change à grande vitesse. Elle rajeunit à défaut de vraiment se repeupler. Elle fait la guerre outre-mer, une guerre qui devient de plus en plus proche et pesante à la fin des années cinquante. Le pays s’équipe, l’agriculture se transforme, et l’industrie étend son empire. Sur fond de guerre perdue en Algérie, de milliers de morts pour rien, une nouvelle fois, la jeunesse française, à l’instar de la jeunesse mondiale, se politise et découvre sa force. La France des années soixante reste dominée par la génération de la guerre, mais la consommation et la croissance font partout bouger les lignes. Au lycée de jeunes filles, on est encore très sage, mais les bruits et les fureurs du monde commencent à se répandre. Avec le baccalauréat en 1968, l’heure de la libération a sonné. Nadine Picaudou débarque au Maroc, baluchon sur l’épaule, pour une traversée estivale du Maghreb qui la conduit en deux mois à Tunis via l’Algérie, avant le retour en France. Sa mère s’effraye, et pourtant n’en peut mais.

7Puis la khâgne parisienne, Louis Le Grand – avec Henry Laurens en condisciple, un signe –, l’excellence, l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres, l’agrégation d’histoire. À Normale sup, Nadine Picaudou devient historienne. Elle s’inscrit en thèse d’histoire sur la Palestine sous la direction de Dominique Chevallier, professeur à Paris 4 depuis 1976, qui porte alors les études arabes françaises dans la vieille tradition mandarinale. Mais entre le professeur orientaliste en milieu de carrière, qui a soutenu un doctorat d’État sur La société du Mont Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, dans l’ombre portée de la tradition impériale française, et la jeune normalienne des années soixante-dix, qui rêve d’anti-impérialisme et de révolution nationale palestinienne, la tension est trop forte. Leurs chemins se séparent au bout de deux ans, et Nadine Picaudou opte pour la direction de thèse d’Olivier Carré. À plus de quarante ans, l’ancien dominicain, brillant arabisant et excellent connaisseur du Moyen-Orient, auteur de L’idéologie palestinienne de résistance (1972), publie alors un ouvrage précurseur Le Mouvement national palestinien (Gallimard, 1977). Pour la jeune intellectuelle, c’est le sens de l’histoire.

  • 1 Olivier Carré, 1970. Septembre noir : refus arabe de la résistance palestinienne, Éditions Complexe (...)

8Depuis 1970, le Moyen-Orient et le Bassin méditerranéen sont rythmés par des attentats et les activités des groupes « terroristes » palestiniens soucieux de renverser le rapport de forces en faveur du peuple palestinien. Chassé par le nationalisme arabe, qui tente d’écraser leur lutte lors de « septembre noir1 », le mouvement national palestinien, incarné par l’OLP de Yasser Arafat et ses principales composantes, le Fatah et le FPLP, se réfugie au Liban. Depuis les camps du sud et de l’est, il anime une résistance si active qu’elle met en péril l’équilibre communautaire libanais, et lance le pays dans une guerre civile de quinze ans en 1975. Mais l’heure n’est pas aux états d’âme.

9L’engagement révolutionnaire traverse les jeunesses palestinienne et libanaise, chrétienne, sunnite et chiite, et leurs soutiens extérieurs ne regardent pas les choses en termes d’assignation communautaire et religieuse. L’exaltation politique, anti-impérialiste et anti-sioniste fait du Liban un des plus actifs foyers mondiaux de la lutte révolutionnaire. L’apprentissage de l’arabe, de communautarisme, de l’islam et de l’Orient est parfois si exaltant, pour la poignée de jeunes Européens de Beyrouth, que les violences intermittentes d’une guerre sans fin paraissent secondaires. D’ailleurs Beyrouth, coupée en deux depuis la guerre de deux ans de 1975-1976, s’enfonce d’une une sorte de ni guerre ni paix qui dure jusqu’en 1982.

10Dans ce Liban frappé par la guerre civile à partir de 1975, Nadine Picaudou passe plusieurs années. Elle est chercheuse au CERMOC, le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain, créé à Beyrouth en 1977. Dans ce Proche-Orient bouillonnant, la révolution arabe semble en marche, qui mêle avant-gardes et gros bataillons de l’anti-impérialisme et du marxisme réunis. Depuis la guerre de 1967, la victoire des Nord-Vietnamiens en 1975 et la guerre mondiale du pétrole, la dynamique de la guerre froide semble basculer en faveur des dominés du Tiers-monde.

11Certes, l’ordre syrien règne au nord et à l’est du Liban, tandis qu’Israël pousse ses pions dans le sud. Et des violences s’abattent à tour de rôle sur plusieurs villes et régions du Liban, soumises aux milices, tandis que les Occidentaux tentent de tenir la capitale. Mais la vie continue, joyeuse, politique, enfumée, dans un pays qui s’enfonce, mais n’en vibre pas moins. Les grands changements culturels et religieux qui s’imposent dans les années 1980 sont encore peu visibles. Le réarmement moral et religieux des chiites, à l’initiative de Moussa Sadr, assassiné en 1978 en Libye, en lien avec la révolution islamique qui se prépare en Iran, et la montée en puissance des Frères musulmans chez les sunnites, sont peu visibles dans les milieux de la « résistance ». Pour les marxistes de l’époque, ces vieilleries religieuses sont d’un autre temps. Ces activistes politiques d’un nouveau genre n’attirent pas encore l’attention des « spécialistes », à de très rares exceptions près, comme Olivier Carré.

12Au lendemain de la révolution islamique de 1979 en Iran, que la doxa intellectuelle perçoit comme anti-impérialiste et révolutionnaire, Olivier Carré coordonne un vaste travail collectif de sociologues, qui établit, pour une des premières fois depuis les années cinquante, l’état des lieux de la dynamique islamique mondiale. L’ouvrage collectif s’intitule L’Islam et l’État dans le monde d’aujourd’hui (Puf, 1982). Avec Michel Seurat, jeune sociologue né à Tunis 35 ans auparavant, Olivier Carré publie ensuite un ouvrage capital sur les Frères musulmans, lequel fut redécouvert vingt ans plus tard, Les Frères musulmans : Égypte, Syrie 1928-1982 (Gallimard, 1983). Au tournant des années quatre-vingt, la conscience du renversement idéologique d’un monde voué à la guerre froide est encore extrêmement ténue. Lorsqu’elle rédige sa thèse, de retour en France au début des années quatre-vingt, Nadine Picaudou est alors un des rares chercheurs avertis, grâce à son directeur, des enjeux réels en cours au Proche-Orient.

13Lorsqu’elle rentre en France, l’agrégée d’histoire est affectée dans un lycée de la banlieue nord de Paris. Après Nabirat, Paris et Beyrouth, un nouvel univers se présente. Comme le pratiquent alors couramment les enseignants, la rédaction de la thèse et l’enseignement secondaire cheminent de concert. En 1985, Nadine Picaudou soutient sa thèse de IIIe cycle, De la question de Palestine à la cause palestinienne. Genèse d’un mouvement national, sous la direction d’Olivier Carré. Il en sortira un livre qui fera autorité, y compris à la direction de l’OLP et dans l’entourage d’Arafat, Le mouvement national palestinien. Genèse et structures (L’Harmattan, 1989).

  • 2 Jean-Pierre Cavaillé, Hommage à Guy Catusse (1940-2012), http://www.cairn.info/revuelitteratures-cl (...)

14Parmi les collègues de lycée, Guy Catusse, professeur de français fils d’un mineur de Carmaux attire l’attention de l’historienne. Cet intellectuel longtemps engagé auprès du parti communiste dans le sud-ouest, s’est installé en région parisienne en 19852. Le collègue et compagnon de vie, qui deviendra l’époux presque vingt-cinq ans plus tard, garde un œil critique sur la carrière universitaire de sa compagne qui s’engage. Celle-ci commence par un bref passage à l’université de Jussieu (Paris 7), qui est alors le principal pôle de connaissance et d’enseignement sur les Tiers-mondes, autour du laboratoire éponyme. Catherine Coquery-Vidrovitch et plusieurs professeurs très engagés aimantent alors la nouvelle génération de chercheurs, notamment les chargés de cours Benjamin Stora et Nadine Picaudou sur l’aire arabe.

15De premiers ouvrages déchiffrent les crises qui ont secoué et redessiné le Proche-Orient du xxe siècle. Édités à Bruxelles, ils deviennent durablement des classiques pour qui s’intéresse aux affaires levantines, y compris les plus contemporaines : La déchirure libanaise (Éditions Complexe, 1989), ou de La décennie qui ébranla le Moyen-Orient, 1914-1923 (Éditions Complexe, 1992).

16En 1995, Nadine Picaudou est élue maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales de Paris (Inalco), communément appelé Langues O’. Elle y prépare sa thèse de doctorat Les Palestiniens, un siècle d’histoire. Le drame inachevé (Éditions Complexe, 1997), dont le titre exprime à la fois de la combativité et un début de désappointement. À l’Inalco, l’enseignement de Nadine Picaudou est fortement orienté vers l’islamologie, une compétence toujours très rare à Paris. Son commentaire coranique est particulièrement apprécié par le public étudiant de l’Inalco, en partie composé d’officiers en spécialisation, au moment où la guerre civile fait rage en Algérie, et que l’islamisme est devenu la force politique ascendante du monde arabe. Précocement avertie de l’importance de la question religieuse, à laquelle elle attache un grand intérêt, Nadine Picaudou sacrifie moins à l’air du temps qu’à une nécessité intellectuelle et politique.

17La Palestine n’en reste pas moins un objet privilégié de préoccupation intellectuelle, scientifique et politique, ainsi qu’en témoignent deux ouvrages écrits à plusieurs mains. N. Picaudou écrit avec Isabelle Rivoal, Retours en Palestine. Trajectoires, rôle et expériences des « returnees » dans la société palestinienne après Oslo (Karthala, 2006), et dirige un travail collectif, Territoires palestiniens de mémoire (Karthala, 2006). Les deux ouvrages témoignent du souci maintenu chez l’historienne d’impliquer les sciences sociales dans la compréhension de l’histoire récente du Proche-Orient. Mais ils témoignent aussi de l’évolution progressive de ses problématiques de recherche et d’un regard plus distancié sur ses premiers objets.

18Après plus de dix ans passés à l’Inalco, au sein d’un département qui forme avant tout des linguistes, Nadine Picaudou est élue cette même année 2006 professeur d’histoire contemporaine des sociétés arabes à Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle succède à ce poste, et avec son vif consentement, à Daniel Rivet. Elle devait l’occuper cinq ans. Durant ces années, Nadine Picaudou produit de nombreux cours, car la demande est cette fois-ci très pressante. Politisation de l’islam aux xixe et xxe siècles, élites politiques dans le monde arabe contemporain, colonisation française dans le monde arabe, en quelques années, le champ brassé est considérable. Son cours devient un des principaux cours de licence d’histoire de la Sorbonne. Un ouvrage scientifique de premier plan, consacré au tournant politique de l’islam contemporain, au temps de la réforme, est le fruit de son cours de licence, L’islam entre religion et idéologie. Essai sur la modernité musulmane (Gallimard, 2010).

19À côté de plusieurs autres cours et séminaires, Nadine Picaudou encadre un nombre croissant de doctorats d’histoire, sacrifiant résolument à l’histoire du temps présent, qu’elle revendique intellectuellement et scientifiquement, et n’hésitant pas à s’ouvrir aux terrains de recherche qui restent peu pratiqués en France et dont elle mesure l’intérêt. En quelques années, ses doctorants couvrent toute l’aire arabe, du Maroc à Oman, ainsi qu’en témoigne cette rapide liste : Stéphane Malsagne (Liban), Pascal Menoret (Arabie Saoudite), Linda Douidi (Algérie), Jihane Sfeir-Khayat (Palestine-Liban), Francine Costet-Tardieu (Égypte), Pierre Vermeren (Maghreb), Philippe Pétriat (Arabie-mer Rouge), Kinda Chaïb (Liban), Dima Zein de Clerk (Liban), Kais Ezzerelli (Syrie), François Papet-Périn (Maroc), Olga Andriyanova (Oman)…

20Lors de ses dernières années d’enseignement, elle propose aux étudiants qui s’initient avec elle au métier d’historien un séminaire consacré aux rapports entre la mémoire et l’histoire, sujet devenu une préoccupation majeure au fil de ses recherches, et reflet d’un parcours universitaire entamé au moment du triomphe de ces problématiques autour des travaux de Pierre Nora. L’historienne de la Palestine et du Liban y voit l’occasion qui a été fournie à sa discipline de rendre la parole aux oubliés et aux vaincus, de se laisser féconder par les sciences sociales et la philosophie. Elle y voit aussi l’occasion de s’interroger sur ses propres pratiques et objets, comme en témoignent la poursuite de son cours sur la place de la nakba de 1948 dans la mémoire et l’historiographie palestinienne, et son plaidoyer pour une « histoire sociale de la mémoire ».

21Parmi les autres séminaires de master et de doctorat qu’elle anime dans son laboratoire de rattachement, le Centre d’étude des mondes africains (CEMAf) de la rue Malher, dans le Marais, Nadine Picaudou tient particulièrement au séminaire « Figures du combattant », qui se mue en 2008 en « Morts de guerre ». Après quelques années de fabrication, il en sortira un ouvrage collectif qu’elle a codirigé avec Raphaëlle Branche et Pierre Vermeren, nommé Autour des morts de guerre (Publications de la Sorbonne, 2013).

22Dans l’intervalle, Nadine Picaudou a choisi de quitter l’université. Fatiguée par le devenir d’un monde arabe désormais guidé par ses impératifs financiers et religieux, loin des rêves de libération et de résistance qui l’ont animée au cours des années soixante-dix, Nadine Picaudou est tout aussi troublée par le devenir du savoir académique dans la société française au début du xxie siècle. Les conditions nouvelles du métier universitaire, telles que les dessinent les réformes LMD et les lois dites d’autonomie, incitent Nadine Picaudou à refuser la Légion d’honneur qui lui est proposée, et à anticiper son départ en retraite.

  • 3 Nadine Picaudou, conférence à l’Université de tous les savoirs, « Autoritarisme politique et monde (...)

23Après quelques décennies consacrées au monde arabe, à la résistance et à la libération du peuple palestinien, à la difficile réconciliation des Libanais autour de leurs morts de guerre, à l’islam politique et à la résistible libération du monde arabe3, les interrogations de l’enfance ne sont pas éteintes. La quête de l’autre n’abolit pas la quête des origines. Le trop-plein d’histoire des autres n’absout pas le sien. Le retour aux sources dans le midi toulousain qu’elle quitta à l’aube de sa vie intellectuelle n’en est pas vraiment un. Toulouse est un autre « territoire de mémoires ». Retours en Occitanie, c’est renouer avec un passé disparu, retisser des fils avec la langue interdite (dont Guy Catusse fut un spécialiste reconnu), questionner le passé des guerres de religion, de la fureur engloutie qui frappa aussi cette terre. Au point de la faire presque mourir. Accomplir enfin l’expérience de la maturité.

24Paris, mars 2014

Notas

1 Olivier Carré, 1970. Septembre noir : refus arabe de la résistance palestinienne, Éditions Complexe, Bruxelles, 1980.

2 Jean-Pierre Cavaillé, Hommage à Guy Catusse (1940-2012), http://www.cairn.info/revuelitteratures-classiques-2012-3-page-3.htm.

3 Nadine Picaudou, conférence à l’Université de tous les savoirs, « Autoritarisme politique et monde musulman », Vances, CERIMES [éd., distrib.], 2007.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540