Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Le pouvoir dans la ville

Évergétisme et politique de grands travaux

Texte intégral

80. Les grands travaux à Bagdad à l’époque seljoukide : protéger et organiser la ville

1À Bagdad, les souverains, qu’il s’agisse du calife ou du sultan, s’illustraient périodiquement par de grands travaux ayant pour but de protéger la ville contre des agressions militaires (construction de remparts fortifiés, creusement de fossés), d’en permettre le bon fonctionnement en limitant les conséquences des catastrophes naturelles (entretien des canaux et des infrastructures, ponts, routes, etc.) et d’offrir aux habitants des services variés (construction de mosquées, madrasas et autres institutions). Les menaces militaires sur Bagdad entraînèrent la construction d’un rempart à la fin du xie siècle par le calife al-Mustaẓhir (1094-1118), rempart qui fut périodiquement détérioré et restauré par la suite. Les sultans seljoukides entreprirent eux aussi des aménagements urbains comprenant le développement de nouveaux quartiers où s’installèrent leurs plus hauts dignitaires, ainsi que la fondation d’institutions telles que madrasas et ribāṭ-s*. Les femmes de l’entourage abbasside et seljoukide n’étaient pas en reste et fondèrent un nombre important d’institutions de ce type. Si les fondations privées étaient financées par le système du waqf *, les travaux publics coûtaient cher et la population bagdadienne était bien souvent mise à contribution par le biais de taxations exceptionnelles, déclenchant parfois des protestations populaires.

2Source : Ibn al-Jawzī, Kitāb al-Muntaẓam fī ta’rīkh al-mulūk wa l-umam [Chronique bien ordonnée de l’histoire des rois et des nations], éd. par M. et M. ‘Abd al-Qādir ‘Aṭā, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1412/1992, 18 tomes en 17 volumes, t. 16, p. 18, 298 ; t. 17, p. 16-17, 203-204, 270, 276, 298 ; t. 18, p. 211 ; trad. V. Van Renterghem.

Année 449/1057-1058

  • 1 Le ‘amīd était le gouverneur civil nommé par le sultan seljoukide, à l’époque Ṭughril Beg, qui par (...)

3[…] Le ‘amīd Abū Naṣr1 rassembla des gens [rencontrés] dans les rues pour travailler à l’édification du Palais du Sultan (Dār al-Mamlaka). Il y avait parmi eux des Hachémites*, des juges, des témoins instrumentaires, des commerçants, et tous portaient les briques sur leurs épaules et dans leurs mains, et ce des semaines durant. […]

Année 485/1092-1093

  • 2 En 1064, le sultan seljoukide Ṭughril Beg avait fait construire à Bagdad une ville ceinte d’une mu (...)
  • 3 Le terme khātūn était un titre honorifique porté en particulier par les princesses turkmènes. Ici, (...)
  • 4 Très probablement les dinars frappés dans cet atelier, au nom du sultan seljoukide, par opposition (...)
  • 5 Surnommé Mujāhid al-Dīn, mamlouk affranchi de Muḥammad b. Malikshāh, il servit le sultan Mas‘ūd et (...)
  • 6 Abū Bakr Muḥammad al-Shāmī, originaire de Hama, en Syrie centrale, fut le seul grand cadi chafiite (...)
  • 7 Principal hôpital de Bagdad, fondé sur la rive occidentale du Tigre, par le Bouyide ‘Aḍud al-Dawla (...)
  • 8 Fondé de pouvoir du sultan seljoukide Malikshāh et de son vizir Niẓām al-Mulk.
  • 9 Chargé des finances de Malikshāh et vizir du sultan Maḥmūd b. Malikshāh, il mourut en 1092.
  • 10 Quartier de la rive occidentale de Bagdad.
  • 11 Émir turc, chargé de la direction du pèlerinage de 1077 à 1084 et mort en 1086.
  • 12 Chrétien nestorien dont le frère, Abū Ghālib, converti à l’islam, fit carrière dans l’administrati (...)

4En muḥarram [février-mars 1092], [le sultan seljoukide] Malikshāh ordonna de construire le Souk de la Ville (Sūq al-Madīna), à proximité de son palais, dans la Ville de Ṭughril Beg2. Il y construisit des khans pour les commerçants et un marché, ainsi que des ruelles et des maisons. Khātūn3 fit édifier un bâtiment pour qu’on y frappât monnaie, et on ordonna de n’utiliser [dans les transactions] que des dinars4. Puis [Malikshāh ordonna] de construire une grande mosquée (jāmi‘), celle-là même dont la construction fut achevée par Bahrūz le serviteur5 en 524/1130. Le sultan prit lui-même en charge la préparation [des travaux] de la mosquée, et [y affecta] son astrologue Dirham ainsi qu’un groupe d’observateurs des astres. La supervision [du chantier] fut confiée au grand cadi Abū Bakr al-Shāmī6. On fit venir des bois de charpente, pris de la grande mosquée de Samarra. Les constructions se multiplièrent dans le marché. Niẓām al-Mulk prit en location le jardin du pont et d’autres terrains adjacents, qui appartenaient au waqf de l’hôpital [‘Aḍudī]7, pour une durée de cinquante ans, et résolut d’y faire bâtir un palais. Abū l-Ḥasan al-Harawī lui offrit le khan [qu’il y possédait], et Abū Sa‘d b. Samḥā le juif8 fut chargé de la supervision des travaux. Tāj al-Mulk9 acheta l’hospice et les terrains voisins, contre le palais des Banū al-Ma’mūn10 et le palais de Khutlugh, émir du pèlerinage11 ; il en fit un palais, et Abū Ṭāhir Ibn al-Aṣbāghī12 fut chargé de sa construction. […]

Année 488/1095

  • 13 Abū Manṣūr Ibn Jahīr, surnommé ‘Amīd al-Dawla, vizir du calife al-Muqtadī, mort en 1100.
  • 14 Partie centrale de la ville intra-muros sur la rive orientale de Bagdad, autour des palais califau (...)
  • 15 Arabe sibsilāt.
  • 16 Quartier de la rive orientale de Bagdad.
  • 17 Quartier de la rive occidentale de Bagdad.
  • 18 Quartier de la rive orientale de Bagdad.
  • 19 Quartier de la rive orientale de Bagdad.
  • 20 En arabe bi’r (puits) dont le sens ne semble pas convenir ici. Peut-être s’agit-il d’une erreur de (...)

5[…] Le 18 rabī‘ 2/27 avril 1095 : Le vizir ‘Amīd al-Dawla Abū Manṣūr13 fixa le tracé du rempart autour du Ḥarīm14 et le mesura, accompagné d’un géomètre-arpenteur ; il ordonna de percevoir les taxes sur les terrains et les maisons, et l’on autorisa le peuple à se divertir et à travailler [à la construction]. Les gens des quartiers exhibèrent armes et drapeaux, et firent résonner trompes et tambours ; ils [portaient] avec eux des pics et d’autres outils15, et [exposèrent] toutes sortes de divertissements : musique, contes, théâtres d’ombres. Avec des roseaux enduits de goudron, les gens de Bāb al-Marātib16 fabriquèrent l’effigie d’un éléphant ; un groupe [de personnes] se trouvait à l’intérieur et le déplaçait. Ils firent de la même façon une girafe. Les habitants de Qaṣr ‘Īsā17 vinrent avec une grande barque emplie de matelots qui ramaient […]. Les gens de Sūq Yaḥyā18 vinrent avec une noria qu’ils promenèrent dans les souks. Les gens de Sūq al-Madrasa19 firent une forteresse de bois qui se déplaçait sur des roues, et à l’intérieur, des gardes (ghulām-s) tiraient avec des arcs des projectiles et des flèches. Un groupe avait monté un habitacle20 sur des roues, qui contenait un tisserand en plein travail. Les fabricants de brocart avaient fait de même, ainsi que les boulangers, qui vinrent avec un four à pain mobile ; le boulanger cuisait des pains et les lançait à la foule.

  • 21 Célèbre penseur et juriste hanbalite bagdadien, mort en 1119.

6Abū l-Wafā Ibn ‘Aqīl21 écrivit au vizir Ibn Jahīr à propos des entorses que le peuple avait fait subir à la sharī‘a* lors de la construction du rempart. [Il y dénonçait, entre autres, l’usage d’instruments de musique, la présence d’hommes efféminés et l’exhibition des parties intimes des hommes devant les femmes]. […]

Année 526/1131-1132

7[…] Des rumeurs coururent concernant la venue [du sultan] Sanjar [à Bagdad] ; on restaura le rempart, et on perçut les taxes foncières [pour financer ces travaux]. […]

Année 527/1132-1133

  • 22 Quartier de la rive occidentale de Bagdad.

8[…] Le calife ordonna de détruire le jardin du gouverneur civil (‘amīd) à Qaṣr ‘Īsā22 et d’en prendre les briques pour [renforcer] le rempart. […]

Année 529/1134-1135

  • 23 Émir du sultan Mas‘ūd, exécuté par ce dernier en 1147.
  • 24 Principale mosquée de la rive occidentale de Bagdad.

9[…] Le shiḥna* [seljoukide] Bakbah23 désigna des hommes pour détruire le rempart. Il dit : « Un décret [du sultan] m’est parvenu en ce sens », et de nombreuses parties [du rempart] furent détruites. Il chargea les habitants de la rive orientale de se rassembler pour le détruire, et leur dit : « Vous l’avez construit dans la joie, travaillez [à le détruire] dans l’allégresse » […]. Ils remirent en place la porte de fer qui avaient été prise à Jāmi‘ al-Manṣūr24. […]

Année 570/1174-1175

  • 25 Concubine affranchie du calife al-Mustaḍī’, d’origine grecque, Banafshā (m. 1201) était la protect (...)
  • 26 Il s’agissait d’un pont de bateaux, les embarcations étant reliées par une chaîne métallique.
  • 27 Cf. supra p. 125 n. 8.
  • 28 Canal se jetant dans le Tigre en face des palais califaux. Donna son nom au quartier environnant.
  • 29 Précision du copiste, sans doute, Ibn al-Jawzī étant mort 27 ans après l’événement rapporté ici.

10[…] Un nouveau pont fut édifié ; les travaux en avaient été commandités par une concubine [du calife] al-Mustaḍī’bi-Amr Allāh, appelée Banafshā25, qui fit graver son nom sur [une plaque] de métal sur une chaîne26. Il fut placé sous l’embarcadère [d’al-Raqqa]27, à l’emplacement de l’ancien pont, lequel fut déplacé en direction de Nahr ‘Īsā28. [Ce pont] demeura à al-Raqqa près de 50 ans, jusqu’à ce qu’on le déplace ces jours-ci29. Les gens y trouvèrent un grand confort, car il y avait désormais deux ponts. […]

11Bibliographie : G. Le Strange, Baghdad during the Abbasid Caliphate, from Contemporary Arabic and Persian Sources, Oxford, Clarendon Press, 1900 ; G. Makdisi, « The Topography of Eleventh-Century Baghdād, Materials and Notes, I & II », Arabica, 6, 1959, p. 178-197 et 281-306 ; reprint dans Id., History and Politics in Eleventh-Century Baghdad, Aldershot, Variorum, 1990 ; F. Micheau, « Bagdad », dans J.-Cl. Garcin (dir.), Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, École française de Rome, 2000, p. 87-112 ; V. Van Renterghem, Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2015.

81. Le complexe architectural du sultan al-Manṣūr Qalāwūn (1283-1284)

12C’est au cœur d’al-Qāhira, dans l’espace compris entre les deux anciens palais fatimides, dépouillés de leur fonction après l’avènement des Ayyoubides, que s’affirma, à partir du milieu du xiiie siècle, ce qui allait progressivement devenir un véritable « lieu de mémoire » sultanien. C’est face au mausolée construit pour accueillir la dépouille du dernier souverain ayyoubide d’Égypte, al-Ṣāliḥ Ayyūb (1240-1249), et face à la madrasa du sultan Baybars (1260-1277), véritable fondateur de l’État mamlouk, que son compagnon d’armes et successeur al-Manṣūr Qalāwūn (1279-1290) fit édifier un ambitieux ensemble qui acheva de transformer l’espace de l’Entre-deux-palais.

13Source : Al-Nuwayrī, Nihāyat al-arab fī funūn al-adab, Dār al-kutub al-miṣriyya, 33 vol., t. 31, éd. A. al-‘Arīnī, année 682, Le Caire, 1992, p. 105-113 ; trad. É. Vallet.

Institution du mausolée, de l’hôpital, de la madrasa et de l’école élémentaire du sultan al-Manṣūr Qalāwūn (682-683/1283-1284)

14Lorsque le sultan al-Malik al-Manṣūr vit le mausolée d’al-Ṣāliḥ, il ordonna de construire un mausolée, une madrasa, un hôpital (bīmāristān) et une école élémentaire (maktab sabīl). Ainsi Dār al-Quṭbiyya et les immeubles voisins, qui sont dans l’Entre-deux-palais, furent achetés sur les fonds privés du sultan et les résidents de Dār al-Quṭbiyya reçurent en échange le palais connu comme Qaṣr al-Zumurrud (Palais de l’Émeraude), où ils furent transférés le 12 rabī‘ I de l’année 682/10 juin 1283.

15L’émir ‘Alam al-Dīn al-Shujā‘ ī fut nommé surintendant (mushidd) de la construction et fit preuve d’une attention et d’un zèle inouïs, si bien que cela fut fini dans les plus courts délais, durant les mois de 683/1284-1285. Si un observateur contemple cette construction immense et entend dire qu’elle a été édifiée en si peu de temps, il refusera peut-être de le croire.

16Lorsque la construction fut finie, le sultan institua une fondation (waqf) sur ses biens propres, consistant en des halles (qayṣariyya), des immeubles locatifs (rab‘), des magasins, des hammams, des caravansérails (fundūq), des biens fonciers, ainsi que des domaines en Syrie, l’ensemble des revenus, des bénéfices et des productions représentant chaque mois une somme importante. Il destina la plus grande partie de cela à l’hôpital et le reste pour le mausolée situé dans la salle à coupole. Il établit aussi une fondation pour la madrasa mais cela n’était pas suffisant pour ses besoins. Il attribua enfin à l’école élémentaire une fondation en Syrie, qui lui procura tout ce qui lui était nécessaire.

17Lorsque la construction fut finie, le sultan s’y rendit à cheval pour la voir. Il prit place dans l’hôpital avec les émirs, les juges et les oulémas. J’ai appris par l’un de ceux qui avaient vu le sultan et qui avaient été témoins [lors de l’établissement de la fondation] qu’il demanda alors une coupe d’un breuvage quelconque, la but et dit : « J’ai constitué cela en fondation pour des gens comme moi et pour ceux qui sont inférieurs à moi. » En effet, le sultan l’avait instituée pour tout un chacun, qu’il soit roi, mamlouk, soldat, émir ou vizir, grand ou petit, libre ou esclave, homme ou femme. Il décida de donner une robe à chaque patient qui en sortait guéri, et il ordonna pour celui qui y mourrait qu’on accomplisse sa toilette funéraire, qu’on le recouvre d’un linceul et qu’on l’enterre […].

18Quant à la salle à coupole (qubba) bénie d’al-Manṣūr, qui est le mausolée (turba), il y institua 50 lecteurs pour que soit lu le Livre de Dieu le Très Haut, nuit et jour à tour de rôle. Chacun d’entre eux recevait chaque mois 20 dirhams. Il y institua un imam, de l’école de l’imam Abū Ḥanīfa – que Dieu le Très Haut le prenne en sa miséricorde –, qui recevait chaque mois 80 dirhams versés sur les revenus de la fondation, et, chaque année, après la conclusion de la prière établissant le commencement de ramadān, une robe d’honneur prise sur la garde-robe du sultan […]. Il y institua aussi des muezzins pour lancer l’appel à la prière dans le grand minaret et pour y faire la prière derrière l’imam. Ils étaient sept, le chef qui recevait 40 dirhams par mois et 6 muezzins qui recevaient 60 dirhams par mois. Il y institua des leçons d’exégèse (tafsīr) du Livre de Dieu le Très Haut, données par un maître qui touchait 133 dirhams 1/3 par mois. Il lui adjoignit un assistant qui recevait 40 dirhams par mois, et 30 étudiants recevant au total 300 dirhams par mois. Il institua aussi des leçons de traditions prophétiques (hadiths) […] avec un maître, un assistant et des étudiants, tout comme pour les leçons d’exégèse. […] Il attribua au bibliothécaire 40 dirhams par mois ; sa bibliothèque fut dotée de nobles exemplaires du Coran pour la récitation et d’autres Corans en quatre volumes magnifiquement calligraphiés, des ouvrages d’exégèse, de traditions, de droit (fiqh) et de langue arabe, de médecine, des ouvrages d’adab* et des recueils de poésie, le tout à profusion. Il y institua aussi des eunuques qui se tenaient dans la salle à coupole pour protéger ses réserves et empêcher d’y pénétrer en dehors des heures de prière. Ils étaient au nombre de six, chacun touchant 50 dirhams par mois. […]

19Quant au collège béni d’al-Manṣūr, il y institua un imam de l’école chafiite, recevant chaque mois 80 dirhams, un directeur et des muezzins […] ainsi que des leçons pour les quatre écoles, chafiite, malikite, hanafite et hanbalite, avec un maître pour chaque groupe, recevant chaque mois 200 dirhams.[…]

  • 30 Le raṭl égyptien, utilisé pour peser le pain valait, à cette époque, environ 440 grammes.

20Quant à l’école élémentaire, il y installa deux faqīh-s pour enseigner à 60 orphelins musulmans le Livre de Dieu le Très Haut. […] Il attribua à chaque orphelin 2 raṭl-s de pain par jour30, une robe pour l’hiver et une pour l’été.

A : Madrasa d’al-Ṣāliḥ Ayyūb
B : Madrasa de Baybars
C : Mausolée d’al-Manṣūr Qalāwūn
D : Madrasa d’al-Manṣūr Qalāwūn
E : Hôpital d’al-Manṣūr Qalāwūn
F : Madrasa d’al-Nāṣir Muḥammad b. Qalāwūn
G : Mausolée d’al-Ṣāliḥ Ayyūb
H : Madrasa de Barqūq
1 et 2 : Qaysariyya-s de Qalāwūn
3 : Boutiques
4 : Hammam du waqf de Qalāwūn
Fig. 20 — Situation du complexe d’al-Manṣūr Qalāwūn (quartier de l’Entre-deux-palais).

21Plan d’après S. Denoix et I. ‘Abd al-Masīḥ, dans Le Khan al-Khalili, Le Caire, Ifao, 1999, 2 vol., t. 2, pl. 8.

A. Porche d’entrée
B. Grand couloir
C. Miḥrāb-s
D. Minaret
E. Tombeau
F. Cour
G. Cellules des étudiants
H. Entrée et porche
I. Cour
J. Portique à trois arches
K. Salle de prière
L. Īwān
M. Salle pour les ablutions
Fig. 21 — Plan du mausolée et de la madrasa d’al-Manṣūr Qalāwūn établi par N. Rabbat d’après K. A. C. Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, t. II, Ayyubids and Early Bahrite Mamlûks, Oxford, Clarendon Press, 2 vol., 1959, t. 2, fig. 108.

22Bibliographie : D. Behrens-Abouseif, Cairo of the Mamluks. A History of Architecture and its Culture, Londres, I. B. Tauris, 2007 ; K. A. C. Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, vol. II, 1171-1326, Oxford, Clarendon Press, 1959, p. 190-212 ; S. Denoix, « Topographie de l’intervention du personnel politique à l’époque mamelouke », dans Le Khân al-Khalili et ses environs. Un centre commercial et artisanal au Caire du xiiieau xxe siècle, Le Caire, Ifao, 1999, p. 33-49 ; L. S. Northrup, From Slave to Sultan : The Career of al-Manṣūr Qalāwūn and the consolidation of Mamluk Rule in Egypt and Syria (678-689 AH/1279-1290), Stuttgart, Franz Steiner, 1998 ; N. Rabbat, Mamluk History through Architecture : Building, Culture, and Politics in Mamluk Egypt and Syria, Londres, I. B. Tauris, 2010.

Fig. 22 — Madrasa et mausolée d’al-Manṣūr Qalāwūn Photo K.A.C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA. 4581. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library (milieu du xxe siècle, ../www.archnet.org).

82. Un émir bâtisseur, Qūṣūn

23C’est sous le troisième règne du sultan al-Nāṣir Muḥammad b. Qalāwūn (1310-1341) que Le Caire connut une phase d’expansion urbaine sans précédent. Initiés par le sultan lui-même, les investissements urbains furent aussi le fait des grands émirs de son règne. Le cas des constructions de Qūṣūn, favori d’al-Nāṣir Muḥammad, illustre la diversité des interventions dans la ville, jouant sur le contrôle à la fois de ses activités économiques et de ses fonctions symboliques et religieuses. Il manifeste également à quel point Le Caire est devenu le théâtre principal des jeux du pouvoir, et même, d’une certaine manière, l’un de ses principaux enjeux.

a. L’ascension de l’émir Qūṣūn

24Source : Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘ iẓ wa l-i‘tibār bi dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. A. F. Sayyid, Londres, al-Furqān, 2002-2004, 6 vol., t. 4, p. 224 ; trad. É. Vallet.

25Qūṣūn vint en Égypte, depuis le pays de Barka, dans la suite de son Altesse la fille d’Azbak, devenue femme d’al-Malik al-Nāṣir Muḥammad b. Qalāwūn, le 13 rabī‘ II 720/22 mai 1320. Il avait avec lui quelques marchandises pour une valeur de 500 dirhams qu’il entreprit de vendre. Il sillonna avec cela les marchés dans al-Qāhira, sous la Citadelle et même jusqu’à l’intérieur de la Citadelle. Un jour qu’il était entré dans les Écuries sultaniennes pour vendre ce qu’il possédait, un page tomba amoureux de lui. Qūṣūn était alors un beau garçon élancé, âgé d’à peu près 18 ans. Il vint voir souvent le page jusqu’à ce que le sultan l’aperçût un jour. [Qūṣūn] fit grand effet sur le sultan qui demanda qui était ce jeune homme. On lui dit qu’il venait là pour vendre ce qu’il avait avec lui et qu’un page s’était entiché de lui.

26Le sultan ordonna qu’on le fasse venir à lui et décida de l’acheter lui-même [en tant qu’esclave] pour qu’il devienne l’un des mamlouks sultaniens. Le sultan en fit l’un de ses échansons et en devint éperdument amoureux. Il le confia à l’émir Baktimur l’Échanson, le fit émir de dix, puis émir ṭablkhānāh*, et enfin émir de 100 et commandant de 1 000. Qūṣūn s’éleva ainsi jusqu’à atteindre les plus hauts grades. Il envoya dans son pays un messager qui fit venir ses sœurs, Sūsūn et d’autres de ses parents : il ordonna à tous de venir. Il devint si proche du sultan qu’aucun autre que lui ne bénéficia jamais d’une telle faveur. Le sultan fit épouser à Qūṣūn sa propre fille et Qūṣūn donna au sultan sa sœur en mariage. Lorsque le souverain fut sur le point de mourir, il fit de Qūṣūn le protecteur de ses enfants. Le trône revint, après sa mort, à son fils Abū Bakr. Mais Qūṣūn […] fit démettre Abū Bakr al-Manṣūr deux mois plus tard, il l’exila dans la ville de Qūṣ et le fit tuer. Il mit à sa place un autre fils du sultan, Kujuk, qui avait cinq ans, et qui prit le nom d’al-Malik al-Ashraf. Il se fit attribuer le vice-sultanat sur l’ensemble de l’Égypte et ordonna que soixante de ses serviteurs et de ses parents deviennent émirs. Il multiplia les largesses, répandit sans compter l’argent et les dons et tout le pouvoir fut concentré entre ses mains. […]

27L’un des fils d’al-Nāṣir Muḥammad se révolta en Syrie. Qūṣūn se mit à craindre la rébellion des émirs du Caire.

28Il tenta de les faire arrêter. Les émirs l’apprirent et craignirent la victoire de Qūṣūn. Ils entreprirent de le combattre et l’assiégèrent dans la Citadelle. Ils finirent par le faire prisonnier la nuit du dernier jeudi de rajab 742/décembre 1341. Sa demeure fut pillée, ainsi que toutes celles de ses serviteurs et de ses partisans. Il fut emmené à Alexandrie par l’émir Qubilāy et y fut tué.

  • 31 Bail emphytéotique portant sur une concession foncière

29Qūṣūn était généreux. Il distribuait chaque année [au moment de la Fête du Sacrifice] près de 1 000 moutons et 300 vaches. Il partageait aussi [entre de nombreuses personnes] 30 lingots d’or et de nombreuses terres, la valeur de certaines dépassant les 30 000 dirhams. Il a laissé des monuments en Égypte : outre sa mosquée du vendredi [de Bāb Zuwayla], citons la khānqāh* de Bāb al-Qarāfa et la mosquée qui lui fait face, son palais qui se trouve à Rumayla, sous la Citadelle, en face de la Porte de la Chaîne et du ḥikr31 dit de Qūṣūn.

b. Mosquée du vendredi

30Source : Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘ iẓ wa l-i‘tibār bi dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. A. F. Sayyid, Londres, al-Furqān, 2002-2004, 6 vol., t. 4, p. 224 ; trad. É. Vallet.

  • 32 Ilkhān régnant sur l’Iran et sur l’Iraq entre 1317 et 1335.

31Cette mosquée du vendredi se trouve dans la rue qui sort [d’al-Qāhira par] Bāb al-Zuwayla. L’émir Qūṣūn a commencé sa construction en 730/1330. Il y avait auparavant à son emplacement un hôtel particulier […] connu sous le nom d’Hôtel de l’émir Jamāl al-Dīn Qitāl al-Sab‘ al-Mawṣilī. [Qūṣūn] le prit à son fils. Il le détruisit et confia la construction [de la mosquée] au surintendant des constructions qui employa à cette fin des prisonniers. […] Il édifia les deux minarets de cette mosquée sur le modèle du minaret construit par Khawājā ‘ Alī Shāh, vizir du sultan Abū Sa‘īd32, pour sa propre mosquée à Tabrīz. Le premier sermon eut lieu dans cette mosquée un vendredi du mois de ramaḍān 730/1330. Il fut donné par le grand cadi Jalāl al-Dīn al-Qazwīnī en présence du sultan.

c. Couvent soufi (khānqāh) et mausolée

32Source : Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘ iẓ wa l-i‘ tibār bi dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. A. F. Sayyid, Londres, al-Furqān, 2002-2004, 6 vol., t. 4, p. 778 ; trad. É. Vallet.

Fig. 23 — Le mausolée de Qūṣūn Photo K. A. C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA. 2732. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library.

  • 33 Vaste cimetière situé au sud de la citadelle, au sud-est du Caire.

33Cette khānqāh* se trouve au nord d’al-Qarāfa33, du côté de la Citadelle, en face de la mosquée de Qūṣūn sise à la Porte d’al-Qarāfa. Elle fut édifiée par l’émir Sayf al-Dīn Qūṣūn et sa construction fut achevée en 1336. Qūṣūn nomma à sa tête le shaykh Shams al-Dīn Abū l-Thanā’Maḥmūd b. Abī l-Qāsim Aḥmad al-Iṣfahānī. Il lui attribua une quantité importante de dirhams, de pain, de viande, de savon, d’huile et tout ce dont il avait besoin, même les gages pour le page chargé de s’occuper de son mulet. Il indiqua tout cela dans le waqf pour lui et pour tous ceux qui devaient être shaykhs de la khānqāh à sa suite.

34Il fit installer un groupe important de soufis et leur attribua de la nourriture, de la viande et du pain chaque jour, ainsi qu’une quantité bien définie de dirhams, de pâtisseries, d’huile et de savon par mois.

d. Bail emphytéotique portant sur une concession foncière (ḥikr)

35Source : Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘iẓ wa l-i‘tibār bi dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. A. F. Sayyid, Londres, al-Furqān, 2002-2004, 6 vol., t. 3, p. 627 ; trad. É. Vallet.

  • 34 Hippodrome construit en 1246 par le sultan al-Ṣāliḥ Ayyūb dans le quartier de Bāb al-Lūq, à l’oues (...)

36Lorsque l’hippodrome d’al-Ṣāliḥ34 tomba en ruine, son terrain fut attribué en bail emphytéotique (ḥikr). On fit construire à son emplacement de nombreux bâtiments. Parmi eux se trouve le ḥikr Murādī […] qui fait partie du waqf dépendant du couvent (khānqāh) de Qūṣūn et de sa mosquée situées à al-Qarāfa. Aujourd’hui, ce ḥikr est devenu un champ de ruine, après avoir été densément peuplé.

e. Caravansérail (wakāla)

37Source : Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘ iẓ wa l-i‘tibār bi dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. A. F. Sayyid, Londres, al-Furqān, 2002-2004, 6 vol., t. 3, p. 309-310 ; trad. A. Raymond et G. Wiet, Les marchés du Caire, Le Caire, Ifao, 1999, p. 140, § 40, revue par É. Vallet.

38Cette wakāla jouait le même rôle que les caravansérails (funduq et khān) : les négociants y descendaient avec les marchandises de Syrie, telles que l’huile, l’huile de sésame, le savon, le raisiné, les pistaches, les noix, les amandes, les caroubes, les jus de fruits et autres denrées du même genre. Elle est située entre la mosquée d’al-Ḥākim et le couvent Sa‘īd al-Su‘adā’. Une maison particulière que l’on connaissait sous le nom d’Hôtel (dār) de Ta‘wil al-Bū‘anī se trouvait auparavant sur son emplacement. L’émir Qūṣūn la démolit, ainsi que les constructions avoisinantes, et fonda sur son emplacement un caravansérail d’une superficie immense. Tout autour [de la cour], il fit établir des entrepôts (makhāzin), qu’il stipula de louer au prix de 5 dirhams, et pas plus. Aucun des locataires ne pouvait en être expulsé. Aussi ces entrepôts se transmirent-ils par héritage à cause de la modicité des loyers et des multiples avantages qu’ils offraient. J’ai visité cette wakāla : son aspect, extérieur et intérieur, a de quoi émerveiller à cause de l’abondance et de la diversité des marchandises entreposées, de l’affluence du public, des cris des porteurs qui transportent les marchandises et les livrent aux chalands. [Cette wakāla] périclita à la suite des destructions opérées par Tamerlan en Syrie, en l’année 803/1400-1401, et elle n’a conservé qu’une activité réduite. Elle était surmontée d’immeubles locatifs (rab‘-s) qui comprenaient 360 appartements, que j’ai connus tous occupés : on pouvait évaluer le nombre des locataires à environ 4 000 personnes, hommes et femmes, enfants et adultes. Après la calamité de l’année 806/1403-1404, un grand nombre de ces logements tombèrent en ruines, mais il y en a encore beaucoup qui restent occupés.

Fig. 24 — Portail de la wakāla de Qūṣūn Photo K. A. C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA.2654. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library.

  • 35 Le monument est également associé au nom de l’émir Yashbak qui effectua d’importantes modification (...)

Fig. 25 — Vue du palais de Qūṣūn/Yashbak35 Photo K. A. C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA.2734. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library.

f. Grandeur et chute du palais de Qūṣūn

39Source : Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘ iẓ wa l-i‘ tibār bi dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. A. F. Sayyid, Londres, al-Furqān, 2002-2004, 6 vol., t. 3, p. 235-238 ; trad. É. Vallet.

40L’écurie de Qūṣūn, située à proximité de la madrasa du sultan Ḥasan, possède deux portes : l’une donnant sur la rue, près de Ḥaḍrat al-Baqar, l’autre, en face de la Porte de la Chaîne, d’où l’on pénètre dans les Écuries sultaniennes et dans la Citadelle. Cette écurie fut construite par l’émir ‘ Alam al-Dīn Sanjar al-Jumaqdār (le porte-massue). L’émir Sayf al-Dīn Qūṣūn la lui acheta avec de l’argent du Trésor public. Il y joignit l’écurie de l’émir Sunqur al-Ṭawīl. Puis, le sultan al-Nāṣir Muḥammad ordonna d’aménager l’ensemble [pour en faire une résidence]. On y édifia de nombreux bâtiments et beaucoup de pièces, qu’il s’agisse d’appartements ou d’écuries. Cela devint un magnifique palais qu’habita l’émir Qūṣūn du vivant d’al-Malik al-Nāṣir.

41À la mort du sultan [1341], son fils al-Malik al-Manṣūr Abū Bakr lui succéda. Qūṣūn le fit démettre et promut à sa place al-Malik al-Ashraf Kujuk b. al-Nāṣir Muḥammad. Au mois de rajab 742/1342, il y eut un conflit entre Qūṣūn et les émirs emmenés par l’émir Aydughmish, chef des Écuries sultaniennes (amīr akhūr). Alors que Qūṣūn était assiégé dans la Citadelle, l’émir Aydughmish déclara au bas-peuple (al-‘āmma) : « Allez à l’écurie de Qūṣūn et pillez-la. » Les mendiants, les écuyers et les simples soldats s’approchèrent de l’écurie de Qūṣūn mais les mamlouks qui se trouvaient à l’intérieur les empêchèrent d’entrer en leur jetant des flèches. Ils en blessèrent beaucoup ainsi. C’est alors que les mamlouks de l’émir Yalbughā al-Yaḥyāwī entrèrent dans le combat, depuis le haut du palais de Yalbughā qui se trouvait à proximité de celui de Qūṣūn, à l’endroit où se trouve aujourd’hui la madrasa du sultan Ḥasan. Ils firent pleuvoir les flèches sur les mamlouks de Qūṣūn, qui finirent par reculer devant les tirs des prédateurs. La foule des pillards prit d’assaut l’écurie de Qūṣūn. Ils pillèrent ce qui se trouvait dans sa sellerie et dans ses réserves. Ils brisèrent la porte du palais à la hache puis y montèrent en l’escaladant depuis l’extérieur. Les mamlouks de Qūṣūn sortirent de l’écurie en bloc, avec leurs armes et traversèrent al-Qāhira pour sortir au-delà de Bāb al-Naṣr, pour y chercher les émirs venant de Syrie. Les pillards s’emparèrent de tout ce qui se trouvait dans l’écurie de Qūṣūn, les chevaux et les selles, ainsi que toutes les réserves de biens qui se trouvaient dans le palais : argent, tissus, vases en or et en argent qui se trouvaient en quantité infinie.

42Lorsque les pillards sortirent avec leur butin, ils virent que les mamlouks des émirs s’étaient postés à la porte de l’écurie, sur l’esplanade de Rumayla, en attendant ceux qui sortaient. Toute personne qui passait avec une partie du butin se le voyait confisquer par plus fort qu’elle, et si elle refusait de laisser ses biens, elle était tuée. Les pillards transportèrent les sacs d’or pour les entasser dans le vestibule (dihlīz) et les voies de passage. Ils se mirent à se battre, armés de précieux joyaux, de bibelots dignes des rois, d’objets de haute valeur, d’armes superbes et d’étoffes de prix. Ils tirèrent les tapis de Rūm et d’Āmid, tout ce qui était de facture noble, et ils combattirent dessus. Ils les découpèrent en morceaux avec leurs couteaux pour se les partager. Ils brisèrent les vases en cristal et en porcelaine. Ils coupèrent les brides des chevaux en argent, les selles en argent et en or et fendirent les mors. Ils cassèrent les tentes, abîmèrent leurs voiles ainsi que les étoffes satinées et brodées d’argent qui les recouvraient.

  • 36 Une coudée équivaut à une cinquantaine de centimètres.

43On rapporte, d’après le secrétaire de Qūṣūn, que l’or en sac et l’argent dépassaient les 400 000 dinars. Quant aux tentures brodées, aux bassins et aux plateaux en bois, en argent ou en or, ils dépassaient les 100 000 dinars. Le cristal et les objets d’orfèvrerie pour les femmes étaient innombrables. Il y avait même trois sacs en satin dans lesquels [Qūṣūn] avait amassé, tout au long de sa vie, des joyaux. Il avait pour eux une véritable prédilection, si bien que jamais un roi n’en avait accumulé autant que lui. Leur valeur était d’environ 100 000 dinars. Il y avait en outre dans ses réserves 180 paires de tapis, dont certains, fabriqués dans le pays, étaient longs de 30 à 40 coudées36, 16 paires de soieries et, parmi les écrus, une nūba (?) en satin, aux reflets métalliques et aux fils d’argent. Tout cela fut pillé, cassé, découpé. Le prix de l’argent en Égypte s’effondra à la suite du pillage du palais de Qūṣūn : en effet, le mithqāl d’argent se vendit à 11 dirhams en raison de son abondance, alors qu’il était auparavant à 20 dirhams. À partir de là, la situation de ce palais déclina car ses marbres avaient disparu au cours du pillage. Il ne se distingua pas comme demeure pour les plus grands des émirs. On dit qu’il faisait partie des palais qui portaient malheur. J’ai connu de mon vivant de nombreux émirs qui l’ont habité, mais rien de bon n’en sortit. Parmi eux, l’émir Barka al-Zaynabī fut violemment pillé. Le palais resta en ruine durant des années, sans que personne ne l’habite. Puis il fut réparé et c’est maintenant l’un des plus illustres palais d’al-Qāhira.

44Bibliographie : J. -Cl. Garcin, « Habitat médiéval et histoire urbaine à Fusṭāṭ et au Caire », dans J.-Cl. Garcin, B. Maury, J. Revault, M. Zakariyya, Palais et maisons du Caire. I. Époque mamelouke ( xiiie- xive siècle), Paris, Éditions du CNRS, 1982, p. 145-216, repris dans Espaces, pouvoirs et idéologies de l’Égypte médiévale, Londres, Variorum Reprints, Ashgate, 1987 (no IV) ; A. Levanoni, A Turning Point in Mamluk History. The Third Reign of al-Nāṣir Muḥammad ibn Qalāwūn 1310-1341, Leyde, Brill (Islamic History and Civilization, 10), 1995 ; J. Loiseau, « L’émir en sa maison. Parcours politiques et patrimoine urbain au Caire, d’après les biographies du Manhal al-Sāfī », Annales islamologiques, 36, 2002, p. 117-137 ; A. Raymond (dir.), Le Caire, Paris, Citadelle-Mazenod, 2000 ; J. Van Steenbergen, « The Amīr Qawṣūn : Statesman or Courtier ? (720-741 AH/1320-1341) », dans U. Vermeulen et J. Van Steenbergen (éd.), Egypt and Syria in the Fatimid, Ayyubid and Mamluk Eras – III, Louvain, Peeters, 2001, p. 449-466.

83. Travaux d’urbanisme à Damas sous les Mamlouks (années 1330)

45À l’image du Caire, capitale du sultanat mamlouk, Damas, la plus importante ville des provinces syriennes, fut le théâtre d’importantes transformations en matière d’urbanisme sous le troisième règne d’al-Nāṣir Muḥammad (1310-1341). Longtemps délaissée par le pouvoir mamlouk et soumise à la menace constante que faisait peser l’envahisseur mongol sur le territoire syrien, jusqu’au tout début du xive siècle, Damas fut occupée plusieurs semaines durant, pillée et, en partie détruite par les Mongols, à deux reprises, en 1260 et 1300. À partir des années 1320-1330, elle bénéficia pleinement des effets de la paix conclue avec les Ilkhanides de Perse. Une certaine stabilité politique et une prospérité économique, inédites depuis l’accession au pouvoir des Mamlouks, règnent sur l’ensemble du territoire syro-égyptien. Les investissements privés des émirs et des grands administrateurs civils de l’État, notamment par l’intermédiaire du dispositif juridique du waqf, dotent la ville de nombreuses infrastructures à vocation publique (mosquées, khānqāh-s, madrasas, établissements commerciaux, bains et autres) et permettent de développer l’urbanisation au-delà des murailles de la ville. Al-Jazarī, chroniqueur damascène, contemporain de cette période de mutation, nous permet de saisir l’investissement de l’État, sous la responsabilité du vice-roi Tankiz, dans l’aménagement urbain de Damas. Ici, ce n’est pas le vice-roi qui fait preuve d’évergétisme à titre privé, mais bien le pouvoir mamlouk qui œuvre à la transformation des rues et des marchés devenus trop étroits à la suite des empiètements des commerçants sur la voie publique.

46Source : Al-Jazarī, Ḥawādith al-zamān wa anbā’u-hu wa wafāyāt al-akābir wa l-a‘ yān min abnā’i-hi [Les événements du temps et les biographies des grands et des notables qui le composent], éd. par ‘U. ‘A. Tadmurī, Beyrouth, Maktaba al-‘aṣriyya, 2006, 3 vol., t. 2, p. 329-330 (a), 392-393 (b), 398 (c), 400 (d), 455-456 (e), 776-777 (f) ; trad. M. Eychenne.

a. Travaux au marché des Fabricants d’arcs (sūq al-Qawwāṣīn)

  • 37 Cf. note précédente.
  • 38 Quartier situé au sud de la Mosquée des Omeyyades.
  • 39 Quartier situé à l’ouest de la Mosquée des Omeyyades.

47À Damas, au début du mois de shawwāl 729/juillet-août 1329, on procéda à la démolition des banquettes (maṣāṭib) du Marché des Fabricants d’arcs pour permettre l’élargissement de la route. Dès lors, les commerçants durent rester assis à l’intérieur de leurs boutiques […]. La route fut élargie d’environ quatre coudées37 de la Porte d’al-Juwayra38 jusqu’à l’estrade du responsable de la police des marchés (dikkat al-muḥtasib). Ces estrades étaient hautes et, lorsque les soldats à cheval se tenaient sur la route, celle-ci se trouvait barrée et personne ne pouvait passer, si ce n’est par la force. Dieu le Très-haut nous en délivra et ainsi, les passants, à pied comme à cheval, purent marcher tranquillement. Après cela, on entreprit de refaire les trottoirs du Marché des Libraires (Sūq al-Kutubiyyīn) et de la Porte de la Poste (Bāb al-Barīd)39.

b. Travaux à l’extérieur de la Porte de la Victoire et au marché des Fabricants d’arcs

  • 40 Porte de l’enceinte occidentale, au sud de la citadelle

48Le jeudi 18 sha‘bān 730/6 juin 1330, le vice-roi (nā’ib al-salṭana) de Damas ordonna la destruction des boutiques et des maisons situées à l’extérieur de la Porte de la Victoire (Bāb al-Naṣr)40, du pont jusqu’en face de l’oratoire qui se trouve au milieu de la route. On enleva le bois et il ne resta plus qu’un monticule de terre. Après cela, le samedi, le dimanche et le lundi, on fit venir des bœufs attelés et des pelles. La terre fut transportée sur le bord de la route et servit à faire le sol. Ce fut un jour terrible.

49Ce même jour, le vice-roi passa à al-Juwayra au [Marché] des Fabricants d’arcs (Sūq al-Qawwāṣīn) et sa tête toucha le toit. Il ordonna alors de détruire et de supprimer le toit. On lui dit que le niveau du sol s’était élevé. Il donna l’ordre de faire venir des bœufs et des ouvriers qui labourèrent et enlevèrent la terre. Ainsi, les ouvriers et les bêtes de somme travaillèrent à cet endroit pendant plusieurs jours. […]

c. Travaux au Marché des Vanniers

  • 41 Le gouverneur à Damas, à cette époque, exerce les fonctions d’un chef de la police.

50Le samedi 4 shawwāl 730/21 juillet 1330, l’émir Sayf al-Dīn Arghūn al-Sammazī, inspecteur des bureaux de l’administration (mushidd al-dawāwīn), le gouverneur de la ville (wālī l-balad)41 et le responsable de la police des marchés (muḥtasib) se rendirent tous les trois au Marché des Vanniers (Sūq al-Khawwāṣīn). Ils emmenèrent avec eux des ouvriers et des artisans et firent détruire les banquettes des boutiques. Ils affectèrent à chaque banquette une largeur de seulement une coudée qāsimī et demie, de chaque côté de la rue et ce, sur ordre du vice-roi afin d’élargir la route. Les travaux durèrent dix jours.

d. Travaux au Marché aux Chevaux

51Le samedi 17 shawwāl 730, le vice-roi de Damas ordonna la démolition du côté sud du Petit marché de la Halle de la pastèque (Suwayqat Dār al-biṭṭīkh) dans le but d’agrandir le Marché aux Chevaux (Sūq al-Khayl). Ainsi, le gouverneur et les ouvriers détruisirent [les boutiques], puis après cela, firent venir les bœufs qui foulèrent le sol de la route pour l’aplanir. Il y avait environ vingt boutiques à cet endroit.

e. Travaux dans le quartier de la Porte d’al-jābiyya

  • 42 Porte de l’enceinte occidentale de Damas. On appelait généralement bāshūra un espace fortifié avan (...)
  • 43 « Quḍāniyyin », dans le texte édité par ‘U. ‘A. Tadmurī qui précise néanmoins que ce terme est dép (...)

52Le jeudi 17 ṣafar 731, l’émir ‘Alam al-Dīn Sanjar al-Ṭaraqshī, inspecteur des bureaux de l’administration (mushidd al-dawāwīn), le gouverneur de la ville et le responsable de la police des marchés se rendirent sur ordre du vice-roi à la bāshūra de la Porte d’al-Jābiya42 emmenant avec eux des charpentiers et des démolisseurs. Ils procédèrent à la démolition de tout ce qui empiétait sur la route des deux côtés, sud et nord, et ce, à partir de la Porte d’al-Jābiya ; d’abord, les boutiques puis le début du Marché des Rôtisseurs (kabābiyyīn) et celui des vendeurs de pois chiche grillés (quḍāmiyyīn43) notamment. Ils firent de même sur l’ensemble du marché de Fusqār jusqu’à la Porte de la Halle aux tapis (Qaysāriyyat al-Furush). Quant au Marché des Fourreurs (Sūq al-Farrā’īn), il était [assez] large. Tous les endroits larges échappèrent à la destruction. On y démolit seulement les banquettes et les petites tables […]. Les travaux de la porte nord, à la bāshūra durèrent cinq jours et ceux de la porte sud, treize jours. Quant aux travaux du Sūq al-Fusqār, certains furent achevés en dix jours alors que d’autres nécessitèrent un ou deux mois. Les travaux des autres marchés de la ville furent repoussés au printemps en raison de l’hiver, des pluies et de la durée réduite des jours.

f. Travaux dans les marchés de Damas

  • 44 Le terme de baṭā’in désigne, en particulier, les vêtements qui étaient portés sous la cotte de mai (...)
  • 45 Madrasa hanbalite située dans le quartier de la Mosquée des Omeyyades.

53Le vendredi 29 dhū l-qa‘da 735/21 juillet 1335, le gouverneur de Damas emmena avec lui les ouvriers et l’architecte Muḥammad Ibn al-Fakhr al-Ṣāliḥī. Ils commencèrent la destruction des banquettes qui appartenaient aux boutiques du côté sud que l’on appelle l’arrière-marché. On détruisit d’abord les banquettes situées à l’intérieur de la Porte d’al-Jābiya, puis on poursuivit par celles du Marché des Cotonniers (Sūq al-Qaṭṭānīn), du Marché des Charpentiers (Sūq al-Najjārīn), du Petit marché du Dār al-Zakāt et enfin, du Marché de ‘Alī. À l’entrée de celui-ci se trouvait le Marché de l’Amidon (Sūq al-Nashā), ils détruisirent les deux côtés, du sol au plafond, et les travaux s’y poursuivirent jusqu’au mois de rabī ‘II 736/novembre-décembre 735. Dans le reste du marché, qui était large, on ne détruisit que les banquettes. On fit de même au Marché des Vendeurs de vêtements (Sūq al-Baṭā’in)44, et au Sūq al-Nasṭiyyīn [non identifié]. Et après cela avec une ardeur décuplée, ils leur ordonnèrent de construire des banquettes d’une largeur maximale d’une coudée. Ils détruisirent le Marché des Cordonniers (Sūq Kawāfiyyin) et le Marché des Grainetiers et des vendeurs d’épices (Sūq al-Buzūriyyin) jusqu’à la madrasa al-Jawziyya45. En ce qui concerne le Marché des Cordonniers, ils y travaillèrent pendant deux mois. Ils détruisirent le Marché des Grainetiers et des vendeurs d’épices, du sol au plafond, et les travaux se prolongèrent jusqu’au mois de rabī‘ II. La moitié n’était alors pas terminée. Puis les destructions atteignirent la Coupole de la Viande (Qubbat al-Laḥm) et s’étendirent au Marché des Teinturiers (Sūq al-Ṣabbāghīn). De nombreux pilastres furent détruits. […] La plupart de ces constructions étaient des waqfs constitués grâce à la charité des musulmans.

54La raison de tous ces travaux fut qu’un jour, l’architecte et ingénieur Muḥammad b. al-Fakhr se trouvait dans un bâtiment appartenant au vice-roi. Il vint à sa rencontre pour discuter avec lui et lui dit : « Ô seigneur (khawand), toutes ces banquettes sont récentes. Les propriétaires des boutiques n’ont pas reçu d’autorisation pour les construire et [maintenant] la route est devenue [trop] étroite. Lorsque le vice-roi entendit ces mots, il ordonna au gouverneur de Damas d’emmener l’architecte avec lui afin que celui-ci lui désigne ce qui devait être détruit. Et cela fut fait. Puis, ils revinrent et détruisirent ce qui se trouvait à l’extérieur de la ville, comme il sera mentionné, si Dieu le veut.

55Bibliographie : N. Élisséeff, « Corporations de Damas sous Nūr al-Dīn : matériaux pour une topographie économique au xiie siècle », Arabica, 3, 1956, p. 61-79 ; E. Kenney, Power and Patronage in Medieval Syria. The Architecture and Urban Works of Tankiz al-Nasiri 1312-1340, Chicago, Middle East Documentation Center, 2009 ; É. Vigouroux, Damas après Tamerlan. Étude historique et archéologique d’une renaissance (1401-1481), thèse de doctorat inédite, université Paris IV-Sorbonne, 2011.

Notes

1 Le ‘amīd était le gouverneur civil nommé par le sultan seljoukide, à l’époque Ṭughril Beg, qui partageait avec le gouverneur militaire (shiḥna) le rôle de représenter les intérêts sultaniens à Bagdad. Tous deux avaient des prérogatives à la fois diplomatiques, protocolaires, politiques et fiscales, et étaient chargés du contrôle urbain et de l’application des ordres sultaniens à Bagdad et en Irak. Abū Naṣr fut le premier ‘amīd seljoukide de Bagdad.

2 En 1064, le sultan seljoukide Ṭughril Beg avait fait construire à Bagdad une ville ceinte d’une muraille, comprenant des marchés et une grande mosquée.

3 Le terme khātūn était un titre honorifique porté en particulier par les princesses turkmènes. Ici, il s’agit sans aucun doute de la puissante Tarkān (Terken) Khātūn, épouse du sultan Malikshāh.

4 Très probablement les dinars frappés dans cet atelier, au nom du sultan seljoukide, par opposition aux dinars fatimides, réputés de bon aloi, principale monnaie en circulation à Bagdad à cette période.

5 Surnommé Mujāhid al-Dīn, mamlouk affranchi de Muḥammad b. Malikshāh, il servit le sultan Mas‘ūd et fut gouverneur de Bagdad (shiḥna), où il fut chargé de la supervision des grands travaux seljoukides.

6 Abū Bakr Muḥammad al-Shāmī, originaire de Hama, en Syrie centrale, fut le seul grand cadi chafiite de l’époque seljoukide et mourut en 1095. Il avait une réputation de grande intégrité.

7 Principal hôpital de Bagdad, fondé sur la rive occidentale du Tigre, par le Bouyide ‘Aḍud al-Dawla (978-983).

8 Fondé de pouvoir du sultan seljoukide Malikshāh et de son vizir Niẓām al-Mulk.

9 Chargé des finances de Malikshāh et vizir du sultan Maḥmūd b. Malikshāh, il mourut en 1092.

10 Quartier de la rive occidentale de Bagdad.

11 Émir turc, chargé de la direction du pèlerinage de 1077 à 1084 et mort en 1086.

12 Chrétien nestorien dont le frère, Abū Ghālib, converti à l’islam, fit carrière dans l’administration abbasside.

13 Abū Manṣūr Ibn Jahīr, surnommé ‘Amīd al-Dawla, vizir du calife al-Muqtadī, mort en 1100.

14 Partie centrale de la ville intra-muros sur la rive orientale de Bagdad, autour des palais califaux.

15 Arabe sibsilāt.

16 Quartier de la rive orientale de Bagdad.

17 Quartier de la rive occidentale de Bagdad.

18 Quartier de la rive orientale de Bagdad.

19 Quartier de la rive orientale de Bagdad.

20 En arabe bi’r (puits) dont le sens ne semble pas convenir ici. Peut-être s’agit-il d’une erreur de lecture du manuscrit. En effet, la graphie de bayt (demeure, maison) en arabe n’est pas très éloignée de celle de bi’r.

21 Célèbre penseur et juriste hanbalite bagdadien, mort en 1119.

22 Quartier de la rive occidentale de Bagdad.

23 Émir du sultan Mas‘ūd, exécuté par ce dernier en 1147.

24 Principale mosquée de la rive occidentale de Bagdad.

25 Concubine affranchie du calife al-Mustaḍī’, d’origine grecque, Banafshā (m. 1201) était la protectrice des hanbalites et fonda plusieurs institutions (des oratoires, une madrasa et un ribāṭ) à Bagdad.

26 Il s’agissait d’un pont de bateaux, les embarcations étant reliées par une chaîne métallique.

27 Cf. supra p. 125 n. 8.

28 Canal se jetant dans le Tigre en face des palais califaux. Donna son nom au quartier environnant.

29 Précision du copiste, sans doute, Ibn al-Jawzī étant mort 27 ans après l’événement rapporté ici.

30 Le raṭl égyptien, utilisé pour peser le pain valait, à cette époque, environ 440 grammes.

31 Bail emphytéotique portant sur une concession foncière

32 Ilkhān régnant sur l’Iran et sur l’Iraq entre 1317 et 1335.

33 Vaste cimetière situé au sud de la citadelle, au sud-est du Caire.

34 Hippodrome construit en 1246 par le sultan al-Ṣāliḥ Ayyūb dans le quartier de Bāb al-Lūq, à l’ouest du Grand Canal (Khalīj).

35 Le monument est également associé au nom de l’émir Yashbak qui effectua d’importantes modifications sur le bâtiment à la fin du xve siècle.

36 Une coudée équivaut à une cinquantaine de centimètres.

37 Cf. note précédente.

38 Quartier situé au sud de la Mosquée des Omeyyades.

39 Quartier situé à l’ouest de la Mosquée des Omeyyades.

40 Porte de l’enceinte occidentale, au sud de la citadelle

41 Le gouverneur à Damas, à cette époque, exerce les fonctions d’un chef de la police.

42 Porte de l’enceinte occidentale de Damas. On appelait généralement bāshūra un espace fortifié avancé qui protégeait l’entrée d’une enceinte. À cette époque, à Damas, la bāshūra, à l’extérieur de la Porte d’al-Jābiya, était aménagée avec des boutiques.

43 « Quḍāniyyin », dans le texte édité par ‘U. ‘A. Tadmurī qui précise néanmoins que ce terme est dépourvu de points diacritiques dans le manuscrit. Sur les conseils d’É. Vigouroux, nous faisons l’hypothèse d’une autre lecture : « Quḍāmiyyīn », vendeurs de pois chiche grillés. La localisation de ce marché, proche de la Porte d’al-Jābiya, plaide en faveur de cette identification.

44 Le terme de baṭā’in désigne, en particulier, les vêtements qui étaient portés sous la cotte de mailles.

45 Madrasa hanbalite située dans le quartier de la Mosquée des Omeyyades.

Table des illustrations

Légende A : Madrasa d’al-Ṣāliḥ AyyūbB : Madrasa de BaybarsC : Mausolée d’al-Manṣūr QalāwūnD : Madrasa d’al-Manṣūr QalāwūnE : Hôpital d’al-Manṣūr QalāwūnF : Madrasa d’al-Nāṣir Muḥammad b. QalāwūnG : Mausolée d’al-Ṣāliḥ AyyūbH : Madrasa de Barqūq1 et 2 : Qaysariyya-s de Qalāwūn3 : Boutiques4 : Hammam du waqf de QalāwūnFig. 20 — Situation du complexe d’al-Manṣūr Qalāwūn (quartier de l’Entre-deux-palais).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende A. Porche d’entréeB. Grand couloirC. Miḥrāb-sD. MinaretE. TombeauF. CourG. Cellules des étudiantsH. Entrée et porcheI. CourJ. Portique à trois archesK. Salle de prièreL. ĪwānM. Salle pour les ablutionsFig. 21 — Plan du mausolée et de la madrasa d’al-Manṣūr Qalāwūn établi par N. Rabbat d’après K. A. C. Creswell, The Muslim Architecture of Egypt, t. II, Ayyubids and Early Bahrite Mamlûks, Oxford, Clarendon Press, 2 vol., 1959, t. 2, fig. 108.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 22 — Madrasa et mausolée d’al-Manṣūr Qalāwūn Photo K.A.C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA. 4581. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library (milieu du xxe siècle, ../www.archnet.org).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Fig. 23 — Le mausolée de Qūṣūn Photo K. A. C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA. 2732. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Fig. 24 — Portail de la wakāla de Qūṣūn Photo K. A. C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA.2654. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36373/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Légende Fig. 25 — Vue du palais de Qūṣūn/Yashbak35 Photo K. A. C. Creswell Archive, Ashmolean Museum, neg. EA.CA.2734. Image. Courtesy of Fine Arts Library, Harvard College Library.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36373/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 443k

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search