Desktop versionMobile version

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Le pouvoir dans la ville

Le pouvoir dans la ville

Full text

1Dès le début de l’Islam, le pouvoir siégea en ville. Lors des grandes conquêtes du premier siècle de l’hégire, les musulmans s’établirent dans des cités qui existaient de longue date (Damas, Alep, Jérusalem, Cordoue, Séville…), mais fondèrent aussi des villes-camps (Baṣra, Kūfa, Fusṭāṭ, Kairouan…) qui se transformèrent, avec les années, en véritables centres urbains. Au début, les califes et gouverneurs installèrent volontiers leur palais au cœur des villes, bien souvent à proximité de la grande mosquée, même si certains – les Omeyyades par exemple – apprécièrent aussi les délices des « chateaux du désert ». À partir du milieu du viiie siècle, un nouveau modèle, celui des cités palatines, émergea. Pour des raisons à la fois de prestige et de sécurité, de véritables villes de gouvernement, protégées par une enceinte et réservées au souverain, à son entourage, sa garde, son administration et à tous les services et commerces nécessaires à leur vie quotidienne, se constituèrent, à l’écart des populations urbaines. La ville ronde de Bagdad, fondée en 762 par les Abbassides, sur la rive occidentale du Tigre, fut la première du genre. Elle fut rapidement abandonnée par les califes qui préférèrent, dès le ixe siècle, se faire construire de luxueux palais au sud de la rive orientale du fleuve, créant ainsi une nouvelle petite cité califale, entourée d’une enceinte qui les isolait du reste de la population bagdadienne. Au ixe siècle, à cause des troubles suscités par leur garde turque dans la capitale, les califes abbassides édifièrent Samarra, une autre ville palatine située à environ 100 km au nord de Bagdad, dont l’existence, cependant, fut éphémère. Au xe siècle, les Fatimides privilégièrent, à leur tour, ce modèle de ville-palais, en fondant successivement al-Mahdiyya (916), Ṣabra Manṣūriyya (945-948) et al-Qāhira (Le Caire en 969). Les califes omeyyades de Cordoue édifièrent de même, en 936, à quelques kilomètres à l’ouest de Cordoue, la cité royale de Madīnat al-Zahrā’. Le nouveau complexe palatial construit par les Almohades au sud de l’enceinte almoravide de Marrakech, à la fin du xiie siècle, procédait de cette même conception d’une cité réservée au souverain, à son administration et à son armée. Elle porta le nom de Tamrākusht, « Pays de Dieu » en berbère.

2Vers la fin du xie siècle, l’installation des Seljoukides au Proche-Orient et la militarisation croissante du pouvoir encouragèrent le développement d’un autre type de résidence royale que connaissaient déjà les villes de Transoxiane et d’Iran oriental (Boukhara, Samarkand, Nichapour…). Il s’agit de la citadelle, servant à la fois de refuge fortifié, de siège du gouvernement et de résidence royale. Intégrées à la ville, les citadelles des grandes cités syriennes, imitées à la fin du xiie siècle par la citadelle du Caire construite par Saladin, développèrent un système de défense sophistiqué, mais inclurent aussi un palais, une grande mosquée, des bureaux, des bains, des magasins et des logements pour les gardes. À Alep, un hippodrome y fut même aménagé. Les hippodromes servaient non seulement aux exercices équestres et aux joutes militaires, mais aussi de lieu d’accueil des ambassades, de parade militaire et de campement des troupes. Intimement liés à la vie politique et militaire, ils étaient souvent situés au pied de la citadelle ou, pour disposer d’un plus vaste espace, à l’extérieur des murailles.

3En al-Andalus, le complexe palatial de l’Alhambra, construit à partir de 1238 par les Nasrides, sur le plateau de la Sabīka dominant Grenade, fut bien davantage qu’une puissante forteresse abritant de somptueux palais ouvrant sur des jardins. Il comprenait aussi une grande mosquée, un atelier monétaire, des bureaux, des logements pour la garde, des bains, et tout ce qui était nécessaire à la vie de cette petite cité palatine.

4Par conviction religieuse, par désir de prestige, pour servir une politique, ou tout simplement pour mettre à l’abri des confiscations des biens personnels, les souverains, imités par leurs émirs, furent souvent de grands bâtisseurs. Chargés de la défense du territoire, de l’application de la loi religieuse, du bien-être de leurs sujets, il leur revenait de veiller à l’entretien des fortifications, de la voirie, des grandes mosquées et des principaux sanctuaires, des tâches qu’ils pouvaient déléguer à leur entourage administratif ou militaire. Eux-mêmes ou leurs proches fondaient parfois des mosquées, des hôpitaux, des écoles, des établissements pour soufis, en les dotant de waqfs* pour assurer leur entretien. En nommant les oulémas à la tête de ces institutions, ils renforçaient leur contrôle sur la ville et resserraient les liens qui les unissaient aux milieux religieux. Par ailleurs, des mausolées et parfois de véritables nécropoles (comme à Chellah, près de Rabat, sous les Mérinides) furent édifiés pour célébrer la mémoire d’un souverain ou d’une dynastie. Au Caire, sous les Mamelouks, les sultans et certains grands émirs firent construire d’imposants complexes architecturaux qui pouvaient associer divers édifices (mausolée, mosquée, madrasa, hôpital).

5Le contrôle du pouvoir sur la ville s’exerçait également par le biais d’institutions chargées d’assurer l’ordre, la sécurité et la justice. Le cadi, auquel le souverain déléguait son pouvoir de justice religieuse, siégeait en ville, à son domicile ou dans la grande mosquée. Le souverain lui-même rendait une justice (appelée siyāsa ou justice des maẓālim*) distincte de celle rendue par les cadis, au cours de séances qu’il tenait soit au palais, soit à partir du xiie siècle en Orient, dans un Hôtel de justice (dār al-‘adl*), situé au pied de la citadelle, comme à Damas et Alep, ou dans l’enceinte même de la citadelle, comme au Caire à l’époque mamlouke. Il nommait aussi un officier chargé de la police et du maintien de l’ordre (ṣāḥib al-shurṭa appelé aussi shiḥna* sous les Seljoukides), assisté de ses troupes. Un muḥtasib*, choisi en général parmi les oulémas, était chargé de la surveillance des marchés, des bonnes mœurs et de l’observation des obligations religieuses.

6L’omniprésence du pouvoir dans les villes explique, en grande partie, le peu de succès remporté par les rares tentatives d’émancipation urbaine. D’autres formes de résistance se manifestèrent, toutefois, avec, notamment, la formation de milices urbaines composées de jeunes gens (‘ayyārūn en Irak et en Iran, aḥdāth en Syrie) qui n’hésitaient pas à s’opposer, violemment parfois, aux représentants du pouvoir central.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search