Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

La représentation du pouvoir

Protocole, rituels et cérémonies

Texte intégral

67. Al-Mu‘izz li-Dīn Allāh ordonne une circoncision collective en 962

1Les cérémonies urbaines organisées par le pouvoir ne manquaient pas en Islam médiéval, en dépit de la distance grandissante entre les gouvernants et leurs sujets ; elles étaient l’occasion de voir le souverain et parfois d’accéder à son palais. Elles mettaient en scène le souci des souverains pour leurs sujets et donnaient à ces derniers l’occasion de manifester leur adhésion à la dynastie au pouvoir ; elles avaient donc vocation à unir l’ensemble des participants. Ces fêtes étaient aussi l’occasion, comme le cérémonial de cour, de réaffirmer l’ordre social et politique : centralité du souverain, distinction des catégories de la population, hiérarchisation explicitée par la gradation des dons. Cadeaux et distribution d’argent célébraient la générosité du souverain et la prospérité qu’il garantissait à ses sujets, tout en satisfaisant à l’obligation de faire l’aumône. Le coût de ces fêtes était souvent important. Les principales fêtes religieuses musulmanes étaient mises à profit et, parmi celles-ci, les circoncisions collectives étaient récurrentes. Considérée par les savants musulmans comme une obligation pour les hommes, la circoncision était susceptible de concerner la plupart des familles et, comme beaucoup de fêtes urbaines liées au pouvoir, sa célébration avait un lien avec la famille du souverain lui-même.

2Le paradoxe initialement souligné est très frappant dans le cas des Fatimides. Porteuse d’un message réservé aux initiés, faisant de l’imam un homme supérieur aux autres en raison de son impeccabilité, bâtissant des cités palatines fortifiées à l’écart des grandes villes (al-Mahdiyya, Ṣabra Manṣūriyya, al-Khāliṣa et Le Caire), la dynastie n’en multiplia pas moins les manifestations collectives d’adhésion à la dynastie, et ce dès sa période maghrébine (909 à 973 date de transfert du califat en Égypte). Au pouvoir depuis 953, al-Mu‘izz (m. 975) veut faire la démonstration par cette circoncision collective de 962, du retour de la stabilité interne. La circoncision présentait aussi l’avantage d’être commune aux chiites et aux sunnites (majoritaires), ce qui permettait d’unir dans un même mouvement tous les sujets de l’empire fatimide peu à peu édifié. La proximité du calife avec la population est ici soulignée, mais on ne peut s’empêcher d’y lire aussi une référence à Muḥammad, dont l’imam fatimide était le successeur, et qui était présenté par la Tradition musulmane comme affectueux à l’égard des enfants. Enfin, cette opération de circoncision collective a un caractère systématique (durée, extension géographique) qui l’apparente à un instrument d’islamisation religieuse de la société et à une application du devoir de ḥisba (pourchas du mal et promotion du bien) par un calife pensé par ses adeptes comme devant hâter l’avènement d’un monde de justice.

3Idrīs b. al-Ḥasan ‘Imād al-Dīn était un propagandiste (dā‘ī*) ismaïlien yéménite, membre d’une famille attachée depuis le début du xiiie siècle au courant tayyibide, né d’un désaccord sur la succession au trône califal fatimide en 1130, et qui avait connu un succès particulier au Yémen. Né en 1392, dans un lieu ismaïlien fortifié, Idrīs ‘Imād al-Dīn succèda à son oncle comme dā‘ī en 1428 ; il mourut en 1468. Polygraphe, il a composé les ‘Uyūn al-akhbār, chronique la plus complète sur l’histoire des Fatimides, deux histoires du Yémen ismaïlien, un recueil poétique et des ouvrages de doctrine ismaïlienne. Bien qu’il écrive quatre siècles après les événements, il présente l’intérêt d’utiliser des sources fatimides antérieures qui ne nous sont pas toutes parvenues.

4Source : al-Dā‘ ī Idrīs ‘Imād al-Dīn, Kitāb ‘Uyūn al-akhbār, extraits concernant la partie maghrébine de l’histoire des Fatimides, éditée par M. Ya‘lāwī dans Ta’rīkh al-khulafā’al-Fāṭimiyyīn bi l-Maghrib, Beyrouth, 1985, p. 637-638 et 640-641 ; trad. A. Nef.

  • 1 Ce surnom califal est bien entendu postérieur. Nizār remplaça ‘ Abd Allāh comme héritier présompti (...)

5Parmi les paroles du Qāḍī al-Nu‘mān b. Muḥammad – Dieu soit satisfait de lui –, figurent celles-ci : « Quand l’Imām al-Mu‘izz li-Dīn Allāh décida de faire circoncire ses fils ‘Abd Allāh, Nizār al-‘Azīz bi-llāh1 et ‘Aqīl, il le fit savoir à l’élite (khāṣṣa) des Fatimides et à ses adeptes, à tous ses soldats et esclaves, à tous les personnages importants et aux plus compétents des marchands et des artisans de la capitale ; au commun (‘āmma) de ses sujets à al-Manṣūriyya et Kairouan et à l’ensemble des habitants des villes de l’Ifrīqiya et des campagnes, sédentaires ou nomades. Il ordonna que l’on écrive aux gouverneurs depuis les environs de Barqa et ses circonscriptions administratives jusqu’à Sijilmāsa et aux extrémités de son territoire, [en passant par toutes les régions] entre les deux et toutes [celles] que son royaume contenait, et jusqu’en Sicile, à ceux que l’on y trouvait, sédentaires ou nomades, afin qu’ils amènent leurs fils pour qu’ils soient circoncis du mardi, premier jour du mois de rabī‘ I de l’année 351/8 avril 962 jusqu’à la fin de ce mois. Puis il ordonna que soient envoyées dans chacune de ses villes des sommes importantes et des robes d’honneur afin qu’elles soient distribuées à tous ceux qui feraient circoncire des fils musulmans, qu’ils fassent partie de l’élite ou du commun.

  • 2 Il s’agit ici de la ville palatine de Ṣabra Manṣūriyya.

6Et nous avons vu transporter en Sicile cinquante sommes d’argent, sans compter les robes d’honneur. De telles sommes furent envoyées à chaque gouverneur afin qu’il les distribue aux habitants de son district. Al-Mu‘izz assista à la circoncision de ses fils le mardi susdit. Il assista en sa pure personne à la circoncision de tous les habitants de la capitale et des nomades proches de celle-ci. Il ordonna de monter des dais au-dessus de la cour du Palais de la Mer autour du bassin2 et de faire entrer les jeunes garçons et ceux qui voulaient les accompagner, qu’ils soient leur père, leur mère, leurs esclaves ou leurs serviteurs, ainsi que ceux de leurs esclaves qu’ils voulaient faire circoncire. Et il était déterminé à ce que la circoncision se poursuive tous les jours de ce mois. […]

7Al-Mu‘izz demeurait assis depuis le matin tôt, sans interruption, et ceux qui étaient circoncis passaient devant lui. Tous, sans exception, nobles et non-nobles, libres et esclaves, venus de près ou de loin, sédentaires et nomades, se voyaient offrir des vêtements et des récompenses. […]

8Quant aux robes d’honneur et aux présents qui furent donnés aux membres de l’élite, ils reflétaient leur puissance respective et les décrire serait long. Les dons au commun, qui s’ajoutaient aux vêtements, étaient les suivants : chaque garçon recevait entre 150 et 200 dirhams. De plus petites sommes furent données aux bédouins inconnus, aux gens peu importants qui les suivaient et à leurs esclaves, soit 10 dirhams pour chaque garçon. Durant ce mois, on circoncit entre cinq mille et dix mille jeunes garçons par jour […].

9Les jours de ce mois furent des jours de fête, de divertissement, de joie et de présents dans toutes les régions du royaume de l’Émir des croyants, rurales ou citadines. Ses bienfaits s’étendirent à tous et sa bonté apparut à tous. Les riches en tirèrent profit, les pauvres en furent soulagés et les occupants de chaque maison connurent la joie. Jamais encore une telle bonne action n’avait été réalisée et personne ne pensait qu’on pourrait en accomplir une semblable [dans le futur].

10Bibliographie : P. Cressier et M. Rammah, « Ṣabra al-Manṣūriyya : une autre ville califale », Cuadernos de Madinat al-Zahra, 2004, 5, p. 241-257 ; A.-M. Eddé, « Villes en fête au Proche-Orient (xiiie siècle) », dans Villes et sociétés urbaines au Moyen Âge : hommage à Monsieur le Professeur Jacques Heers, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1994, p. 71-80 ; H. Halm, The Empire of the Mahdi. The Rise of the Fatimids (875-973), Leyde, Brill, 1996 ; L. Gaffuri et P. Ventrone (dir.), Images, cultes, liturgies : les connotations politiques du message religieux, Rome/Paris, Publications de la Sorbonne/École française de Rome, 2014 ; S. Jiwa, The Founder of Cairo : The Fatimid Imam-Caliph al-Mu‘izz and his Era, Londres, I. B. Tauris, 2013 (trad. des passages de Idrīs ‘ Imād al-Dīn sur ce calife et longue introduction).

68. Le cérémonial fatimide : description de la réception bi-hebdomadaire à la Salle d’Or

11Ibn al-Ṭuwayr (1130-1220), haut fonctionnaire sous les derniers Fatimides, écrivit à l’époque de Saladin une « Histoire des deux Dynasties » (entendons les Fatimides et les Ayyoubides), malheureusement perdue. Les grands compilateurs de l’époque mamlouke y ont largement puisé et le savant égyptien Ayman Fu’ād Sayyid a publié en 1992 tous les passages ainsi conservés. Le passage traduit ici est extrait des Khiṭaṭ d’al-Maqrīzī (1364-1442), célèbre description à la fois géographique et historique de l’Égypte, qui fait une large place au Caire et à ses monuments. Pour l’auteur du xve siècle, les traces textuelles des palais fatimides (il n’en reste aucune trace monumentale à son époque) lui permettent d’évoquer la splendeur de la capitale fatimide, avec peut-être une certaine nostalgie.

12La Salle d’or (qā‘ at ou qaṣr al-dhahab)ainsi nommée parce que les murs étaient couverts de tissus d’or et de brocart les jours de réception, avait été construite dans l’enceinte du palais par le calife al-‘Azīz (975-996) – qui, selon Ibn al-Ṭuwayr, fixa l’étiquette de la réception qui s’y déroulait – et réédifiée par le calife al-Mustanṣir (1036-1094) en 1037. Toute en longueur, précédée d’un long vestibule à colonnes, elle était fermée par une porte, précédée d’un rideau, donnant accès à la partie surélevée où se trouvait le trône. Elle était destinée aux réceptions solennelles, comme celle de l’ambassade du roi de Jérusalem Amaury Ier (1163-1174) que décrit Guillaume de Tyr. Deux fois par semaine, le lundi et le jeudi, le calife y recevait l’hommage du vizir, du grand cadi, des émirs, des autres notables, des gouveneurs de province, selon une stricte hiérarchie fondée sur leur fonction et leur naissance. Cette séance solennelle d’hommage – et non d’audience à proprement parler – durait plusieurs heures, selon un rituel qui tout à la fois exaltait le pouvoir, en fondait la légitimité et rendait possible son exercice. La disposition spatiale et l’étiquette aulique faisaient du calife le centre immobile (son entrée dans la salle ne faisait pas partie du rituel) et la source unique d’autorité. Cette cour était l’expression de la haute société qui soutenait le pouvoir fatimide par sa présence révérencieuse, distincte de l’entourage proche qui se retirait avec lui. Le vizir occupait, dans cette hiérarchie, la première place, à la fois subordonné du souverain et partageant avec lui l’exercice de l’autorité.

13Source : Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn fī akhbār al-dawlatayn, cité dans al-Maqrīzī, al-Mawā‘iẓ wa l-i‘tibār fī dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. par Ayman Fu‘ād Sayyid, Londres, al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 2002-2004, 6 vol., t. 2, p. 291-292 ; ce passage se trouve également, avec quelques variantes, dans Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-muqlatayn fī akhbār al-dawlatayn, éd. par A. Fu‘ād Sayyid, Stuttgart, Franz Steiner, 1992, p. 207-210 ; trad. F. Micheau.

  • 3 Eunuques les plus hauts en dignité, distingués par le port particulier du turban passant autour du (...)
  • 4 Le plus haut grade d’émirs.

14Quand la réception était prête, on appelait le vizir depuis le passage [où il attendait durant les préparatifs] jusqu’à la porte de la salle d’audience (majlis*) déjà mentionnée, qui était fermée et devant laquelle [était suspendu] un rideau. Devant cette porte, sur le côté droit, se tenait l’Intendant du Palais (zimām al-qaṣr) et sur le côté gauche l’Intendant du Trésor (zimām bayt al-māl). Le calife ayant pris place sur l’estrade, Amīn al-Mulk Mufliḥ, l’un des eunuques muḥannak3 privés posait l’encrier à son emplacement sur l’estrade, puis sortait par le passage appelé Fard al-kumm, alors que le vizir se tenait debout, devant la porte de la salle d’audience, entouré des émirs à colliers4, des hauts dignitaires et d’autres, dont les récitateurs du Coran [attachés à] la cour. Le Maître de l’Audience (sāḥib al-majlis) faisait signe aux deux eunuques et tous [deux] soulevaient un côté du rideau. Le calife apparaissait assis à l’emplacement décrit. Les récitateurs commençaient à réciter le saint Coran.

  • 5 Noms des troupes recrutées respectivement par les califes al-Āmir (1001-1030) et al-Ḥāfiẓ (1130-11 (...)
  • 6 Cette description est peu claire, différemment interprétée par P. Sanders et A. Fu‘ād Sayyid. 7. É (...)
  • 7 Émirs de 2e et 3e rang.

15Le vizir, après être entré, saluait, baisait ses mains et ses pieds, se reculait de trois coudées, restait debout une heure de temps. Puis on lui ordonnait de s’asseoir à sa droite, un coussin ayant été apporté pour lui en signe d’honneur. Les émirs se tenaient debout aux places fixées : le Maître de la Porte et le Commandant des troupes (isfahsalār al-‘asākir) de chaque côté de la porte, à droite et à gauche ; à leur suite, à l’extérieur de la porte mais contigus au seuil, le chef des Āmirites et, de même, [celui] des Ḥāfizites5 ; puis [les autres émirs] étaient placés selon leur rang. Aucun ne dépassait, quant à son emplacement, l’extrémité du portique (riwāq), c’est-à-dire l’auvent (ifrīz) surélevé au-dessus du sol de la salle et que surmontait une galerie voûtée reposant sur les piles des arches6. Ensuite [se tenaient] les émirs à cannes et à litières7 à droite et à gauche, de la même façon ; puis les dignitaires et les notables de l’armée élevés à un commandement. Appuyés à l’entrée, face à la porte de la salle d’audience, se tenaient le Lieutenant de la Porte et les chambellans (ḥujjâb). C’est le Maître de la Porte qui [contrôlait] à cet endroit les entrées et les sorties et qui transmettait toutes les paroles [au/du calife].

  • 8 D’après le nom du père de ‘Alī, Abū Ṭālib. Ils représentaient l’une des deux branches des descenda (...)

16Quand tout ceci était en ordre et que chacun était à sa place, les premiers à saluer étaient le grand cadi et les témoins (shuhūd) connus pour [leur] service. Le Maître de la Porte conduisait le cadi, sans escorte ; celui-ci saluait selon l’usage et restait debout, à proximité [du calife]. L’usage en matière de salut était qu’il lève la main droite, pointe l’index et dise d’une voix claire : « Que le Salut soit sur l’Émir des croyants. Et sur lui la miséricorde et la bénédiction de Dieu ! » Cette formule lui était réservée, et ne pouvait [être utilisée] par les autres [personnes] venues saluer le calife. Puis saluaient les nobles parents [du Prophète] avec leur intendant (zimām) qui était un eunuque muḥannak et les nobles Ṭālibides8 avec leur syndic (naqīb*) qui était un témoin de justice et, parfois, appartenait à ces notables (ashrāf*) distingués. Et il en allait ainsi durant deux ou trois heures.

17À ce moment-là, ceux qui avaient reçu une robe d’honneur pour [le gouvernement de] Qūṣ, d’al-Sharqiyya, d’al-Gharbiyya et d’Alexandrie, étaient autorisés à saluer. Ils rendaient hommage en baisant le seuil. Si le vizir avait besoin de s’entretenir avec le calife au sujet d’une affaire, il se levait de sa place, s’approchait de lui, courbé sur son épée, et s’entretenait avec lui sur un sujet ou deux.

  • 9 Il avait la charge d’enrouler le turban califal.
  • 10 Il était chargé de porter les messages au calife.

18Puis on ordonnait aux personnes présentes de sortir, le dernier à sortir étant le vizir, après avoir baisé les mains et les pieds du calife. Alors le vizir sortait, montait à cheval pour retourner dans sa demeure, servi par ceux-là. Puis on baissait les deux [côtés du] rideau et la porte du majlis était fermée jusqu’au prochain jour [de réception] au cours duquel la même situation se reproduisait. Le calife rentrait dans ses appartements, et avec lui l’entourage de ses eunuques. Les gens les plus proches des califes étaient les eunuques muḥannak. Ils faisaient partie de ses familiers et, grâce aux services qu’ils lui rendaient, étaient les seuls à avoir de l’influence sur lui. À savoir l’Intendant du Palais, le Maître de la Couronne9, le Maître du Trésor, le Maître du Registre, le Maître des Messages10, l’intendant des nobles parents [du Prophète], le Maître de l’Audience. Ils connaissaient les secrets du calife.

19Bibliographie : M. Canard, « Le cérémonial fatimide et le cérémonial byzantin. Essai de comparaison », Byzantion 21, 1951, p. 355-420. Réimpr. dans Byzance et les musulmans du Proche Orient, Londres, Variorum Reprints, 1973 ; A. Fu’ād Sayyid, La capitale de l’Égypte jusqu’à l’époque fatimide. Al-Qāhira et Fusṭāṭ. Essai de reconstitution topographique, Beyrouth/Stuttgart, Orient-Institut/Franz Steiner, 1998 ; J. Loiseau, Reconstruire la maison du sultan. 1350-1450. Ruine et recomposition de l’ordre urbain au Caire, Le Caire, Ifao, 2010 ; P. Sanders, Ritual, Politics and the City in Fatimid Cairo, Albany, State University of New York Press, 1994 ; P. E. Walker, « Social Elites at the Fatimid Court », dans A. Fuess et J.-P. Hartung (éd.), Court Cultures in the Muslim World. Seventh to Nineteenth Centuries, Londres/New York, Routledge, 2011.

69. L’audience du calife abbasside (xe siècle)

20Au xe siècle, le calife abbasside n’apparaissait plus en public que lors de cérémonies régies par un protocole strict. Abū l-Ḥasan Hilāl Ibn al-Muḥassin al-Ṣābi’ (969-1056), issu d’une lignée d’administrateurs et lui-même secrétaire du vizir bouyide Fakhr al-Mulk (m. 1016), en préserva le souvenir dans un ouvrage dédié à l’Étiquette du palais califal (Rusūm dār al-khilāfa). Auteur également d’un Livre des vizirs, Hilāl al-Ṣābi’acquit sa connaissance de la cour au xe siècle auprès de son grand-père, le sabéen Abū Isḥāq Ibrāhīm b. Hilāl (m. 994). Contemporain de l’arrivée des Bouyides en Irak, celui-ci s’était vu chargé de la correspondance officielle de Mu‘izz al-Dawla (945-967) avant de servir son fils et successeur ‘Izz al-Dawla Bakhtiyār (967-977). Ouvrage unique en son genre, l’Étiquette du palais califal décrit les normes protocolaires de la cour abbasside et les illustre d’anecdotes destinées à magnifier le califat. Les règles sur lesquelles s’ouvre le texte à suivre, extrait d’un chapitre sur le chambellan (ḥājib*), correspondent vraisemblablement aux pratiques du début du Xe siècle, avant l’introduction de la charge de grand émir (amīr al-umarā’). La seconde partie évoque l’audience au cours de laquelle ‘Aḍud al-Dawla (977-983) fut reçu par le calife abbasside al-Ṭā’iʻ (974-991) : promu chef de la famille bouyide après la mort de son père Rukn al-Dawla en 976, le grand émir venait d’arracher l’Irak à son cousin Bakhtiyār ; au sommet de sa gloire, il obtenait du calife un second laqab*, ainsi que le privilège inédit d’avoir son nom cité à Bagdad dans le prône du vendredi après celui du calife. La description de cette rencontre révèle le fonctionnement d’une cour hiérarchisée, dans laquelle un calife affaibli se donne à voir, paré des atours de sa légitimité.

21Source : Al-Ṣābi’, Rusūm dār al-khilāfa, éd. par M. ‘Awwād, Bagdad, Maṭba‘at al-‘Ānī, 1964, p. 78-83 ; trad. anglaise E. A. Salem Rusūm Dār al-Khilāfah (The Rules and Regulations of the ‘Abbāsid Court), Beyrouth, Lebanese Commission for the Translation of Great Works, 1977 ; trad. M. Tillier.

  • 11 Haut bonnet en forme de tonneau que portaient les hommes de loi.

22Le jour de la procession (mawkib), le grand chambellan (ḥājib al-ḥujjāb) se présentait vêtu de pied en cap, portant une robe noire ordinaire, un turban noir, une épée et un ceinturon. Précédé des chambellans et de leurs lieutenants, il allait s’asseoir dans le vestibule (dihlīz), derrière le rideau. Puis le vizir s’avançait, ainsi que le commandant en chef de l’armée (amīr al-jaysh) et tous ceux que le protocole autorisait à participer à la procession. Lorsque tout le monde était en place, [le grand chambellan] envoyait une note au calife pour l’en avertir. Si [le calife] désirait tenir une audience générale, le serviteur (khādim*) du harem en charge de la correspondance allait chercher le grand chambellan. Ce dernier entrait seul, venait se poster dans la cour et embrassait le sol. Il lui était ensuite commandé d’introduire l’assemblée par ordre de rang. [Le chambellan] sortait donc appeler l’héritier présomptif (walī al-‘ahd) – s’il en existait un –, et les fils du calife si ce dernier en avait. Le vizir entrait ensuite, précédé des chambellans. Arrivés près du trône, ces derniers reculaient et le vizir, après avoir embrassé le sol, s’avançait [seul] et s’approchait du calife. Si celui-ci l’honorait de sa main tendue, [le vizir] la prenait, la baisait et reculait, puis allait prendre position à droite du trône, à distance de cinq coudées. [Le grand chambellan] introduisait ensuite le commandant en chef de l’armée, qui embrassait le sol et prenait position à gauche du trône ; puis venait le tour des chefs de bureaux (asḥāb al-dawāwīn) et des secrétaires. Il admettait ensuite les officiers (quwwād), qui entraient, précédés des sous-chambellans, par ordre de rang et de grade, et venaient se poster de part et d’autre du trône, chacun à la place que lui assignait le protocole. On appelait alors les Banū Hāshim et les porteurs de danniyya11 en charge de la prière : ils s’avançaient jusqu’aux franges du tapis, saluaient [le calife] et allaient prendre place à l’écart. Enfin l’on appelait les cadis, avec à leur tête le grand cadi ou le cadi de la capitale. La foule était alors admise. Les soldats entraient et se mettaient au garde-à-vous sur deux rangs, dans la cour al-Salām, entre deux cordes tendues. Ces deux cordes avaient pour fonction de prévenir les bousculades, la gêne et la promiscuité suscitées par l’affluence ; elles permettaient au calife de voir les arrivants de loin et de les reconnaître. L’audience gagnait ainsi en majesté et en solennité. […]

23‘Alī b. ‘Abd al-‘Azīz Ibn Ḥājib al-Nu‘mān m’a rapporté :

  • 12 L’éditeur indique en note qu’il s’agit peut-être de la « cour » al-Salām évoquée plus haut.

24En 367/977, lorsqu’il fut investi des insignes du pouvoir et reçut le surnom honorifique (laqab*) de Tāj al-Milla (Couronne de la Communauté), ‘Aḍud al-Dawla écrivit à al-Ṭā’i ‘li-llāh : « Je requiers la permission d’entrer dans le Dār al-Salām12 à cheval, afin que cet honneur supérieur me distingue aux yeux de tous, et que l’on tire un rideau devant le calife de sorte que nul ne puisse le voir avant que je paraisse devant lui. » Il voulait dire par là que la foule ne devait pas le voir embrasser le sol. [Le calife] accéda à sa requête. Cependant une barrière de briques et de terre fut édifiée devant la porte par laquelle il devait entrer, si bien qu’en arrivant sur sa monture il ne put la franchir. [L’audience] était organisée de la manière suivante :

  • 13 Haute qalansuwa (sorte de bonnet ou de tiare) réservée au calife abbasside et à ses proches.

25Al-Ṭā’i‘ li-llāh – que Dieu ait son âme – était assis sur un trône aux coussins de soie noire brodée d’or, au centre de l’estrade (sidillā) du Dār al-Salām. Environ cent de ses serviteurs personnels se tenaient autour de lui, dans leur plus bel appareil, vêtus d’habits colorés, et portant ceinturons et épées aux fourreaux incrustés de pierres précieuses. Ils avaient en main des massues et des haches à double tranchant. Les vieux serviteurs slaves d’al-Muṭī‘ – au nombre desquels figuraient Khāliṣ, Ṭarīf, Badr, Ahyaf, Sābur, Riyāḍ, Mawāhib et Ṣalaf, ainsi que des serviteurs de rang inférieur – se tenaient des deux côtés du trône, portant des chassemouches. Le Coran de ‘Uthmān – que Dieu ait son âme – était ouvert devant [le calife], dont les épaules étaient couvertes de la burda*. Il tenait en main le bâton [du Prophète] (al-qaḍīb) et portait à la ceinture l’épée de l’Envoyé de Dieu – que la prière de Dieu soit sur lui ! Il était vêtu de noir et coiffé d’une ruṣāfiyya13. Un rideau de brocart, envoyé par ‘Aḍud al-Dawla afin de voiler al-Ṭā’i ‘li-llāh au regard des soldats de sorte que nul ne puisse l’apercevoir avant lui, était suspendu aux colonnes du milieu. Des cordes étaient tendues entre les colonnes de la cour al-Salām. Les Daylamites et les Turcs firent leur entrée les premiers, sans arme d’aucune sorte. Les Daylamites prirent position du côté gauche, les Turcs du côté droit ; les nobles (ashrāf), les cadis et les hommes de haut rang vinrent se placer par ordre hiérarchique des deux côtés, devant les colonnes. Les chambellans du calife – à cette époque Mu’nis al-Faḍlī, Waṣīf, Aḥmad b. Naṣr al-‘Abbāsī – et leurs vingt-huit lieutenants, tous vêtus de robes noires ordinaires, portant épées et ceinturons rehaussés, ainsi que le chambellan de ‘ Aḍud al-Dawla, se tenaient des deux côtés devant les cordes.

  • 14 Il s’agit de son vizir.
  • 15 Il s’agit de son secrétaire.
  • 16 « Approuva » dans le texte arabe original. Le traducteur anglais, Elie A. Salem, propose de lire « (...)

26On demanda alors à al-Ṭā’i‘ li-llāh la permission d’introduire ‘Aḍud al-Dawla. Le calife l’accorda, et quand il sut qu’il avait pénétré dans la cour, il ordonna de lever le rideau, ce qui fut fait. Son regard tomba sur ‘Aḍud al-Dawla ; Mu’nis et Waṣīf, qui avaient accueilli ce dernier et le précédaient, lui dirent : « L’Émir des croyants t’a vu. Tu dois maintenant embrasser le sol. » ‘Aḍud al-Dawla s’exécuta. [Mu’nis et Waṣīf] le saisirent par les bras, et il recommença plusieurs fois jusqu’à ce qu’il fût à proximité du calife. [‘Aḍud al-Dawla] était flanqué d’al-Muṭahhar b. ‘Abd Allāh14 et de ‘Abd al-‘Azīz b. Yūsuf15 ; il était suivi de Jibrīl b. Muḥammad, Mūsā, Daranta Shīrī, al-Ḥasan b. Ibrāhīm, Asfār b. Kurdawayh, Ziyār b. Shahrākawayh, Muḥammad b. al-‘Abbās et Wakīd b. Sulaymān. On raconte que Ziyār b. Shahrākawayh désapprouva16 que ‘Aḍud al-Dawla embrasse le sol, disant : « [On ne s’incline] que devant Dieu ! » ‘Aḍud al-Dawla l’entendit et dit à ‘Abd al-‘Azīz b. Yūsuf : « Fais-lui savoir qu’il s’agit du vicaire (khalīfa) de Dieu sur cette terre ! »

  • 17 Mot persan désignant un disque d’argile propulsé par un arc.

27‘Aḍud al-Dawla parvint à la porte de l’estrade, entre les deux rangées ; derrière les cordes, nul n’esquissait le moindre geste. Murjān le serviteur attendait dans la cour, tenant un arc à julāhiq17, prêt à tirer sur tout corbeau qui s’envolerait et à l’empêcher de croasser. Quand ‘Aḍud al-Dawla eut atteint la porte de l’estrade, al-Ṭā’i‘ li-llāh se tourna vers Khāliṣ et lui dit : « Fais-le venir plus près. » ‘Aḍud al-Dawla monta d’une marche et baisa le sol à deux reprises au centre de l’estrade. Al-Ṭā’i‘ lui dit : « Approche-toi ! » [‘Aḍud al-Dawla] s’approcha et s’agenouilla pour lui baiser la main et le pied. De sa main droite, al-Ṭā’i‘ lui indiqua à la droite de son trône le siège carré tapissé de tissu arménien que le protocole réservait aux émirs.

28Bibliographie : J. Donohue, The Buwayhid Dynasty in Iraq 334 H./945 to 403 H./1012 : Shaping Institutions for the Future, Leyde/Boston, Brill, 2003 ; D. Sourdel, « Questions de cérémonial ‘abbaside », Revue des études islamiques, 28, 1960, p. 121-148 ; D. Sourdel, L’État impérial des califes abbassides, viiie- xe siècle, Paris, Puf, 1999 ; M. Van Berkel, N. M., El Cheikh, H. Kennedy, L. Osti, Crisis and Continuity at the Abbasid Court. Formal and Informal Politics in the Caliphate of al-Muqtadir (295-320/908-32), Leyde/Boston, Brill, 2013.

70. Réveil de l’idéal califal dans le Maghreb du xive siècle : portrait d’un souverain mérinide

29C’est au Maroc que le Tangérois Ibn Baṭṭūṭa (m. 1368 ou 1377), dicta à un lettré andalou, Ibn Juzayy, sur l’ordre du souverain mérinide, Abū ‘Inān (1348-1358), le récit de son immense périple qui le mena, entre 1325 et 1353, du Maroc à la Chine et de la Volga au Niger. Cependant, l’objet du voyage d’Ibn Baṭṭūṭa, célébré comme le « voyageur de la communauté musulmane », fut moins de découvrir un monde nouveau, inconnu et mystérieux, que d’explorer ce monde islamique dont le choc mongol a tout à la fois détruit le centre et élargi les horizons. Son récit vise à lui restituer son unité profonde, religieuse et politique. Ainsi, au traditionnel catalogue (fahrasa) des savants et des saints, constitutif du genre littéraire du récit de voyage (riḥla), il ajoute l’inventaire des rois (mulūk) d’un Islam désormais morcelé, mais uni autour d’une culture politique commune.

30Paradoxalement, ce contexte de dilatation des horizons et d’éclatement politique fit renaître le vieil idéal du califat. Après la chute de Bagdad (1258), cet idéal unitaire, qui paraissait s’affadir dans Le Caire mamlouk en une institution abbasside purement locale, reprit soudain de son ancienne vigueur à la périphérie occidentale de l’Islam. Renouant avec les prétentions des Omeyyades de Cordoue et surtout avec celles des Almohades, Abū ‘Inān est présenté comme l’imam-calife qui accomplit le devoir de jihad aux frontières et met fin au désordre (fitna), ce qui l’institue « Pôle spirituel (ou suprême) » (quṭb), gardien de la science sacrée (‘ilm) jusqu’au moment propice, enfin venu, du retour à l’unité originelle de l’Islam. Au travers des vertus du souverain, le récit met en évidence les fondements mais aussi les limites des revendications mérinides.

31Source : Ibn Baṭṭūṭa, Tuḥfat al-nuẓẓār fī gharā’ib al-amṣār wa ʻajā’ib al-asfār [Présent fait à ceux qui observent les curiosités des villes et les merveilles rencontrées dans les voyages], éd. par C. Defrémery et B. R. Sanguinetti, Paris, 1879, p. 337-353 et trad. P. Charles-Dominique, Paris, 1995, p. 1006-1012, légèrement modifiée par Y. Dejugnat.

32Dieu a accru la noblesse et le mérite du Maghreb en lui octroyant l’imamat de notre maître, l’Émir des croyants, qui fait largement régner la sécurité dans les provinces, a instauré la justice partout, a répandu abondamment ses bienfaits sur les bédouins et les citadins, a débarrassé le pays des perturbateurs et a établi les lois des hommes et de Dieu. Je vais parler de l’équité du sultan, de sa longanimité, de son courage, de son zèle à étudier la science religieuse et le fiqh, de ses aumônes et de l’abolition des injustices, toutes choses dont j’ai été témoin et dont je me suis assuré.

33Sa justice est plus célèbre que tout ce qu’on a pu écrire dans ce domaine. Le sultan tient audience pour écouter les plaintes de ses sujets ; le vendredi, il se consacre aux pauvres, jour qu’il partage entre les hommes et les femmes qu’il fait passer en premier à cause de leur fragilité et dont on lit les requêtes, après la prière du vendredi, jusqu’à celle de l’après-midi. La plaignante dont le tour est venu est appelée par son nom ; elle comparaît alors devant la noble présence du sultan qui s’adresse à elle sans intermédiaire. Si la plaignante a été injustement traitée, on s’empresse de lui rendre justice ; si elle demande une faveur, on la lui accorde. Après la prière de l’après-midi, on lit les requêtes des hommes et on suit le même procédé que pour les femmes. Assistent à l’audience les juristes et les cadis auxquels on soumet les cas relevant de la loi religieuse. Je n’ai jamais vu aucun roi se conduire avec autant de perfection et d’équité. S’il est vrai que le roi de l’Inde charge un de ses émirs de recevoir les requêtes des plaignants, de les résumer et de les lui soumettre, les plaignants ne sont toutefois pas présents. […]

  • 18 Par opposition aux sciences fondées sur la tradition (naql).
  • 19 Sumatra.
  • 20 Région de l’Asie centrale qui s’étend du sud de la Sibérie au nord du Tibet, de l’Inde, de l’Afgha (...)
  • 21 Coran : 2, 99 ; 3, 67.

34Quant à son zèle pour la science religieuse (‘ilm), notre maître – que Dieu très-haut l’assiste – organise des séances savantes (majālis), tous les jours, après la prière de l’aurore. Les plus grands juristes et les étudiants les plus distingués assistent à ces réunions qui se tiennent dans la mosquée de son noble palais. On lit, en sa présence, l’exégèse coranique, les traditions de l’Élu, la jurisprudence malikite et des ouvrages soufis. Dans tous ces domaines, notre maître prend une part prépondérante, il élucide les points difficiles à la lumière de son intelligence, il exhume de sa mémoire des bons mots pleins de saveur. C’est là, à n’en pas douter, le fait des imams bien dirigés et des califes bien guidés (rashīdūn). Je n’ai jamais vu au monde un souverain dont le zèle pour la science atteignait ce paroxysme. J’ai pourtant connu le roi de l’Inde en présence duquel on discutait, après la prière de l’aurore, des sciences fondées sur la raison (al-‘ulūm al-ma‘qūlāt)18, tout spécialement. J’ai vu le roi de Jāwa19, en présence duquel on disputait, après la prière du vendredi, de la jurisprudence chafiite. J’avais admiré l’assiduité du roi du Turkestan20 aux prières de la nuit close et de l’aurore faites en communauté, mais mon admiration cessa lorsque je vis le zèle que notre maître déploie – que Dieu le protège – pour toutes les sciences et pour la stricte observance du jeûne du ramaḍān – Dieu accorde sa miséricorde à qui Il veut21.

35Ibn Juzayy ajoute : Un savant qui n’aurait comme unique souci que d’étudier les sciences, nuit et jour, n’arriverait pas au degré d’érudition de notre maître – que Dieu le protège. En outre, le souverain prend soin des affaires qui regardent les imams, administre les provinces lointaines, s’occupe de la situation de son royaume comme aucun roi ne le fait, et examine, en personne, les plaintes des opprimés. Et pourtant, aucune question portant sur quelque science que ce soit n’est posée que le sultan ne l’élucide, n’en examine les détails, n’en soulève les points obscurs et n’en tranche les difficultés qui avaient échappé aux oulémas assistant à la séance.

36Ensuite il s’éleva – que Dieu l’assiste – jusqu’à la noble science du soufisme (taṣawwuf) ; il en a compris les symboles et a adopté les mœurs des mystiques. Cela d’ailleurs transparaît dans son humilité, en dépit de sa puissance, sa mansuétude pour ses sujets et la bonté qu’il prouve en toutes circonstances. Le souverain consacre également une grande part de son temps aux belles-lettres ; il a d’ailleurs un style personnel agréable. Il a composé une épître sublime et un poème qu’il a envoyés, écrits de sa propre main, d’une calligraphie qui confondrait par son élégance les parterres de fleurs, au noble tombeau saint et pur, celui du prince des prophètes et de l’intercesseur des pécheurs, l’Envoyé de Dieu. C’est là une initiative qu’aucun autre souverain contemporain n’a prise, ni même cherché à réaliser. Qui regarde les placets qui émanent de la chancellerie de notre maître – que Dieu le protège – et prend connaissance du texte, appréciera l’éloquence prodigieuse dont Dieu a naturellement gratifié le sultan qui allie harmonieusement l’instinct à l’acquis.

  • 22 Nuṣrat al-Dīn Aḥmad (1296-1330 ou 1333), de la dynastie hazaraspide, souverain du Lorestan, dans l (...)

37Aucun souverain, sinon le sultan Atābak Aḥmad22, n’a distribué autant d’aumônes ni fait construire dans tout le royaume autant de zāwiya-s* pour nourrir les voyageurs que notre maître qui a toutefois le mérite sur le précédent de distribuer, tous les jours, des vivres aux pauvres et du grain aux ermites qui font retraite. […]

38Le souverain – que Dieu l’assiste – a ordonné de supprimer les droits de péage que l’on prélevait sur les routes afin de soulager ses sujets de l’injustice dont ils étaient victimes ; c’était pourtant une source importante de recette fiscale que le sultan dédaigna – ce que Dieu possède est meilleur et durable. Tout le monde sait que notre maître cherche à faire cesser l’iniquité. Je l’ai entendu – que Dieu le protège – dire à ses percepteurs de ne pas opprimer ses sujets, insistant beaucoup auprès d’eux sur cette recommandation. […]

39Notre maître aide les Andalous à combattre les chrétiens, les protège en fournissant des secours en argent, des vivres et des armes aux places frontalières et décourage l’entreprise de l’ennemi en équipant ses alliés en matériel de guerre et en faisant des démonstrations de force. Tout cela est notoire et n’échappe à personne en Occident comme en Orient, et aucun autre souverain ne l’emporte sur lui dans ce domaine.

40Ibn Juzayy ajoute : Celui qui veut connaître ce que notre maître – que Dieu le soutienne – a fait pour protéger les pays musulmans et repousser les peuples infidèles, n’a qu’à savoir qu’il a versé une rançon pour libérer Tripoli d’Ifrīqiya. Quand les ennemis se furent emparés de la ville et y firent régner l’injustice, notre maître – que Dieu l’assiste – se rendit compte que d’envoyer des troupes à son secours était impossible, vu la distance qui les séparait ; il écrivit donc à ses agents en Ifrīqiya de réunir, pour libérer la ville, une rançon qui s’élevait à cinquante mille dinars-or en espèces sonnantes. Quand le souverain apprit que la somme avait été réunie, il dit : « Louange à Dieu qui va nous permettre de reprendre la ville aux chrétiens moyennant cette misère. » Il ordonna immédiatement d’envoyer cette somme en Ifrīqiya et ainsi, grâce à son intervention, la ville revint dans le giron de l’Islam. […]

41Notre maître – que Dieu l’assiste – s’est distingué tout particulièrement dans le jihad contre les chrétiens, en faisant construire des bateaux de guerre sur tous les rivages et en demandant d’accroître le matériel de la marine, en temps de paix et de trêve, afin d’être prêt au combat et couper court à l’ambition chrétienne. […]

  • 23 Ville située à une trentaine de kilomètre au nord du Caire.
  • 24 Dixième sultan mamlouk d’Égypte (1294-1298, 1309-1310, puis 1310-1341).

42Parmi les plus belles actions de notre maître – que Dieu l’assiste –, nous citerons les suivantes : la construction dans la Ville Blanche [Fès], la capitale de son illustre royaume, de la nouvelle mosquée qui se distingue par sa beauté, sa solidité, son éclat et sa superbe distribution ; la construction de la grande madrasa à l’endroit dit al-Qaṣr, à proximité de la citadelle de Fès ; cet édifice n’a pas son pareil dans le monde habité (al-ma‘mūr) pour la taille, la beauté, la magnificence, la quantité d’eau et l’avantage de l’emplacement. Je n’ai vu d’autre madrasa semblable en Syrie, en Égypte, en Irak, ni au Khurāsān. Citons encore la construction de la grande zāwiya sur l’étang de Ḥimmiṣ, à l’extérieur de Fès. Elle n’a pas sa pareille tant elle est bien située et magnifiquement construite. La plus belle zāwiya que j’ai vue dans les pays d’Orient est celle de Siryāqaws23, édifiée par al-Malik al-Nāṣir24, mais la zāwiya de Fès est bien plus belle, plus solide et plus élégante. Que Dieu – louange à Lui – aide notre maître et l’assiste dans ses nobles desseins, récompense ses très grands mérites, qu’il fasse durer son règne voué à l’Islam et aux musulmans et qu’il secoure ses drapeaux et ses étendards victorieux.

43Bibliographie : Y. Dejugnat, « Nation et nations dans le récit de voyage d’Ibn Baṭṭūṭa », dans Nation et nations au Moyen Âge. XILVe Congrès de la SHMESP, Prague, 23-26 mai 2013, Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 205-216 ; F.-X. Fauvelle-Aymar et B. Hirsch Bertrand, « Voyage aux frontières du monde. Topologie, narration et jeux de miroir dans la Rihla de Ibn Battûta », Afrique & histoire, 1, 2003, p. 75-122 ; G. Martinez-Gros, « Les merveilles, les rois et les savants : le voyage d’Ibn Battûta », Géographes et voyageurs au Moyen Âge, H. Bresc et E. Tixier du Mesnil (dir.), Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 225-252.

Notes

1 Ce surnom califal est bien entendu postérieur. Nizār remplaça ‘ Abd Allāh comme héritier présomptif à la mort de ce dernier, il avait alors 20 ans.

2 Il s’agit ici de la ville palatine de Ṣabra Manṣūriyya.

3 Eunuques les plus hauts en dignité, distingués par le port particulier du turban passant autour du menton.

4 Le plus haut grade d’émirs.

5 Noms des troupes recrutées respectivement par les califes al-Āmir (1001-1030) et al-Ḥāfiẓ (1130-1149).

6 Cette description est peu claire, différemment interprétée par P. Sanders et A. Fu‘ād Sayyid. 7. Émirs de 2e et 3e rang.

7 Émirs de 2e et 3e rang.

8 D’après le nom du père de ‘Alī, Abū Ṭālib. Ils représentaient l’une des deux branches des descendants du Prophète (ashrāf).

9 Il avait la charge d’enrouler le turban califal.

10 Il était chargé de porter les messages au calife.

11 Haut bonnet en forme de tonneau que portaient les hommes de loi.

12 L’éditeur indique en note qu’il s’agit peut-être de la « cour » al-Salām évoquée plus haut.

13 Haute qalansuwa (sorte de bonnet ou de tiare) réservée au calife abbasside et à ses proches.

14 Il s’agit de son vizir.

15 Il s’agit de son secrétaire.

16 « Approuva » dans le texte arabe original. Le traducteur anglais, Elie A. Salem, propose de lire « ankara » (désapprouva) au lieu de « akbara ».

17 Mot persan désignant un disque d’argile propulsé par un arc.

18 Par opposition aux sciences fondées sur la tradition (naql).

19 Sumatra.

20 Région de l’Asie centrale qui s’étend du sud de la Sibérie au nord du Tibet, de l’Inde, de l’Afghanistan et de l’Iran.

21 Coran : 2, 99 ; 3, 67.

22 Nuṣrat al-Dīn Aḥmad (1296-1330 ou 1333), de la dynastie hazaraspide, souverain du Lorestan, dans les monts Zagros (Iran de l’Ouest).

23 Ville située à une trentaine de kilomètre au nord du Caire.

24 Dixième sultan mamlouk d’Égypte (1294-1298, 1309-1310, puis 1310-1341).

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search