Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

La représentation du pouvoir

La représentation du pouvoir

Texte intégral

1Pour s’exercer, le pouvoir avait besoin non seulement de se manifester, de se montrer, mais aussi de se mettre en scène. Les rituels, les symboles, les images participaient de cette représentation. On peut les observer dans les textes, les enluminures, sur les monuments, les monnaies ou les objets. Dans tous les cas, le gouvernement cherchait à faire passer un message : montrer sa puissance, sa générosité, affirmer la hiérarchie sur laquelle reposait l’État, insister sur l’accessibilité du souverain, c’est-à-dire sur l’unité de la communauté, ou au contraire sur son inaccessibilité – pour un calife notamment – et donc sur son caractère sacré.

2Tout événement important dans la vie et le règne d’un souverain était entouré d’un cérémonial qui fixait la distance à respecter entre son entourage, la population et sa personne, ainsi que la place et le rôle de chacun. Au cérémonial de cour s’ajoutait un cérémonial de rue. Le premier se déroulait au palais et concernait surtout le souverain, ses proches, les grands notables civils et militaires, l’armée. Il se déployait en particulier lorsque le souverain recevait son investiture, rendait la justice, accueillait une ambassade ou des personnalités. Il était différent du cérémonial de rue qui se manifestait dans une ville en fête, en certaines grandes occasions : fêtes religieuses, célébration d’une victoire militaire, entrée d’une princesse, circoncision des fils du souverain, etc. Mais, quel que soit l’événement, la hiérarchie des pouvoirs était toujours respectée, le souverain siégeant ou paradant au centre, entouré à plus ou moins grande distance, en fonction de leur rôle et de leur importance, de sa famille, de ses émirs, de ses conseillers et de ses administrateurs. Ces cérémonies donnaient aussi l’occasion aux souverains de manifester leur générosité et d’obtenir ainsi la reconnaissance et l’adhésion des populations.

3Le décor architectural et l’épigraphie mettent souvent en valeur l’image que le souverain entendait donner de sa personne et de son règne. L’imagerie animale y est assez fréquente (dragons, lions, aigles) et pouvait, selon les cas, avoir une fonction protectrice ou symboliser la domination et la puissance. La titulature des princes et des sultans, publiquement exposée dans les inscriptions monumentales ou sur certains objets mobiliers, mettait en valeur leurs vertus, leurs victoires militaires, leur rôle de défenseur de l’Islam et la légitimité que leur accordait le calife. Cette propagande s’adressait à l’ensemble de la population, mais sans doute davantage encore à la postérité car, sculptées dans la pierre ou gravées dans le métal, ces inscriptions étaient conçues pour durer.

4Dans les arts du livre, les califes comme le Prophète ne furent guère représentés avant le début du xive siècle. Ce ne fut pas le cas des autres souverains que l’on voit apparaître dès l’essor des manuscrits illustrés aux xiie et xiiie siècles.

5Dans ces miniatures, comme dans les arts mobiliers, le pouvoir fut souvent associé aux astres (la lune et surtout le soleil) lui donnant ainsi une dimension cosmique. L’astrologie tenait une place importante à la cour des dirigeants et l’iconographie s’en fait l’écho. Le ciel, siège du divin dont les princes souverains tirent leur pouvoir, est souvent le lieu d’investiture des rois dans les manuscrits à peintures du xiie au xve siècle. Le sultan mamelouk Baybars (1260-1277), lui-même, en adoptant dans certaines de ses inscriptions le titre d’« Alexandre du temps » le fit suivre, à l’image de son illustre prédécesseur, de la mention « sous les astres propices ».

6D’autres représentations, dans les manuscrits comme dans les arts mobiliers, montrent le souverain trônant en majesté avec les attributs du pouvoir : souvent assis les jambes repliées sur un coussin ou sur un trône bas (sarīr), sous une coupole, un dais ou dans un īwān*, il est en général richement vêtu et porte sur la tête, selon les régions et les époques, un turban, une couronne ou un bonnet de fourrure. Il tient souvent à la main une coupe, un globe, un mouchoir (dastār, symbole de la gloire divine dans le monde iranien) ou une arme. Dans certains cas, la présence d’anges au-dessus de sa tête symbolise l’investiture divine. Mais on trouve aussi des représentations du souverain moins majestueuses qui le montrent conversant avec ses conseillers ou ses hôtes. C’est le cas notamment des peintures des xiie et xiiie siècles illustrant les Maqamāt [Séances] d’al-Ḥarīrī (m. 1111) ou les fables d’origine persane de Kalīla wa Dimna qui restèrent très populaires dans le monde islamique, du Moyen Âge jusqu’à nos jours.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search