Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Expansion et défense du Dār al-Islām

La diplomatie

Texte intégral

41. Omeyyades et Fatimides : l’enjeu maghrébin

1Jusqu’en 909, l’illégitimité des Abbassides aux yeux des émirs omeyyades d’al-Andalus, et réciproquement, était abordée de manière pragmatique. Les premiers toléraient la très grande autonomie des seconds, localisés à l’extrémité occidentale de l’empire islamique, et les Omeyyades, sans reconnaître les Abbassides, s’abstenaient de reconnaître ou d’instituer un autre califat et se contentaient d’exalter le passé califal glorieux de la dynastie omeyyade.

2Avec la proclamation du califat fatimide en 909, le contexte évolue radicalement. ‘Abd al-Raḥmān III (912-961) donne la priorité au rétablissement de la paix civile et à la reprise en main des pouvoirs autonomes qui s’étaient affirmés dans les zones frontières d’al-Andalus. La défaite, en 928, des Banū Ḥafsūn, rebelles qui avaient ébranlé l’émirat omeyyade, est un événement décisif dans la transformation qui mène de l’émirat au califat. Celui-ci est proclamé en 929.

3‘Abd al-Raḥmān III est loin d’avoir négligé, jusque-là, la politique extérieure de l’émirat et le jihad contre les chrétiens, mais ces préoccupations vont prendre le dessus après 929. Or, dès leur avènement, les Fatimides ont consolidé leur autorité dans les territoires qui appartenaient aux Aghlabides (Ifrīqiya et Sicile) et ont cherché à contrôler l’ensemble du Maghreb. Le contrôle des routes de l’or vers l’Afrique subsaharienne constitue un enjeu important, mais celui du détroit de Gibraltar est également essentiel pour le califat andalousien, comme le montre son souci de tenir des ports sur la rive opposée.

4Le Maghreb central et occidental est gouverné, à la veille de l’avènement des Fatimides, par différentes dynasties qui suivent des obédiences religieuses diverses et qui vont connaître des sorts distincts. Les Idrissides du Maghreb al-Aqṣā se divisent entre pro-Fatimides et pro-Omeyyades et leurs domaines sont marqués, à partir de 920, par une très grande instabilité ; les Rustamides kharijites de Tahert sont balayés ; les Midrarides kharijites de Sijilmāsa sont écartés dans un premier temps, mais les Fatimides ne parvinrent jamais à contrôler durablement l’oasis.

5À côté de ces réalités dynastiques, les tribus qui, pour mouvantes et en constante évolution qu’elles soient, jouent aussi un rôle et sont, pour les gouvernants, un formidable instrument de mobilisation. Si les deux califes concurrents interviennent directement au Maghreb central et occidental, ils délèguent aussi, et de manière croissante, une bonne partie de l’affrontement aux représentants de deux confédérations tribales : Zanāta pro-Omeyyades (les Banū Khazar en font partie) et Sanhāja pro-Fatimides (dont les Zirides font partie). Bien entendu, les tribus elles-mêmes peuvent tenter de tirer le maximum de l’affrontement entre les deux califats.

6Source : Ibn Ḥayyān, al-Muqtabas, vol. 5, éd. par P. Chalmeta, F. Corriente, M. Ṣubḥ et al., Madrid/Rabat, Instituto hispano-arabe de cultura/université Mohamed V de Rabat, 1979, p. 263-266 et 298 ; trad. A. Nef.

Les sharīf-s* husaynides du Maghreb al-Aqṣā côtier

7En l’an 317/929-930, une autre lettre de cet Idrīs b. Ibrāhīm al-Sulaymānīarriva au chambellan Mūsā b. Muḥammad b. Ḥudayr. Il lui décrivait l’hostilité que les fils husaynides de son oncle paternel manifestaient à son égard. Voici une copie d’un passage de la lettre :

8« Nous étions un groupe de Qurayshites dans cette région du pays des Berbères où le destin nous a portés, descendants d’un seul homme, Muḥammad b. Sulaymān b. ‘Abd Allāh b. Ḥasan b. al-Ḥusayn b. ‘Alīb. AbīṬālib – que Dieu soit satisfait de lui ; les relations entre nous étaient bonnes et personne ne se joignait à nous si ce n’est en se comportant de bonne manière, jusqu’à ce que Dieu mette fin à notre union par l’apparition de cet imposteur fourbe, maître de l’Ifrīqiya, qui a séduit la plupart d’entre nous au point d’en faire ses adeptes fanatiques. Lorsque Dieu me sauva de cette erreur, en m’y soustrayant grâce à la protection de l’Émir des croyants, mon maître, et en m’accordant son affection, les fils de mon oncle paternel entendirent parler de cela et ils furent informés de ce que j’avais fait en la faveur [du calife omeyyade]. Ils s’éloignèrent de moi et se liguèrent contre moi ; ils me rejetèrent d’un commun élan et ils disaient : “Cet homme n’est plus des nôtres, puisqu’il a abandonné son appel (da‘wa*) pour son opposé. Il est sorti de la famille de ‘Alīb. AbīṬālib – que Dieu soit satisfait de lui –, et est passé à ses ennemis ; il est devenu l’ennemi de sa famille et il s’est retourné contre elle, en faveur du seigneur d’al-Andalus, notre adversaire, et cet acte est inacceptable pour un quelconque membre de notre famille ; ni son grand-père, ni son père ne l’ont commis.” […]

9Parmi eux figurait al-Qāsim b. Ibrāhīm al-Ḥasanī. Son chemin fut le même que celui d’Idrīs b. Ibrāhīm, déjà mentionné. Il se rallia à Nāṣir li-Dīn Allāh et trouva un refuge sous son autorité, lui faisant des présents et entretenant avec lui une correspondance et des échanges de bienfaits. Ses relations [avec le calife] débutèrent en cette même année 317/929-930 et al-Nāṣir li-Dīn Allāh réserva un bon accueil à sa demande et lui rendit largement ses présents. [Al-Qāsim b. Ibrāhīm al-Ḥasanī] devint un de ses principaux alliés.

10Parmi ces sharīf-s qui exerçaient une autorité sur la côte du Maghreb al-Aqṣā et qu’al-Nāṣir li-Dīn Allāh gagna à sa cause, figurait al-Ḥasan b. ‘Isā al-Ḥusaynī, qui commença à écrire [au calife] en lui demandant son amitié et en reconnaissant son autorité, en l’an 318/930-931. […]

Muhammad b. Khazar, émir des Zénètes

11À la fin de l’année 317/janvier 930, arriva une lettre de Muḥammad b. Khazar, émir des Zénètes, qui faisait allégeance (bay‘a*) à al-Nāṣir li-Dīn Allāh. Un de ses paragraphes garantissait la reconnaissance des droits d’al-Nāṣir li-Dīn Allāh : Par Dieu, ô Émir des croyants, personne ne sait mieux que moi sur la face de la terre combien Dieu t’est favorable car je n’ai répondu à ton appel (da‘wa) que pour être agréable à Dieu le Très-haut et pour pouvoir défaire les infidèles orientaux grâce au bon droit et à la vérité [de ton appel]. Et Dieu le Très-haut sait que je ne me suis pas opposé aux Orientaux – que Dieu les anéantisse de sa main – ni eux à moi ; je les ai évités un temps avant de me forger une idée claire à ton sujet. Ils m’évitaient aussi et étaient satisfaits de cela jusqu’à ce que je constate que leur gouvernement diffusait le mal en tous et qu’ils cherchaient à annuler la lumière de l’islam par leurs machinations. J’ai alors cherché la guidance de Dieu pour mener le jihad contre eux et me suis levé en pleine nuit pour interpeller mon Seigneur afin qu’il me donne le succès et me guide et qu’il nous donne la préférence à moi et aux musulmans dans la lutte contre eux et qu’il nous libère de l’erreur et du mal qu’ils nous imposaient. Je pensais à un imam auquel je pusse me rattacher et que je pusse invoquer de manière sûre. […]

La prise de Ceuta

12En l’an 319/931-932, eut lieu la conquête de Ceuta sur la côte du Maghreb al-Aqṣā ; c’est un port situé sur le détroit qui sépare le Maghreb d’al-Andalus. L’autorité sur la côte du Maghreb al-Aqṣā n’avait jamais été exercée par aucun de ceux qui avaient régné sur al-Andalus du temps de l’Islam. La prise de possession de la ville fut pacifique, sa population désirant se soumettre à son autorité.

13Bibliographie : P. Guichard, « Les califats d’Occident et leur affrontement au Maghreb », dans T. Bianquis, P. Guichard et M. Tillier (dir.), Les débuts du monde musulman, viie- xe siècle. De Muhammad aux dynasties autonomes, Paris, 2012, Puf, p. 219-234 ; H. Halm, The Empire of the Mahdi. The Rise of the Fatimids (875-973), Leyde, Brill, 1996 ; É. Lévi-Provençal, « La politica africana de ‘Abd al-Rahman III », Al-Andalus, 11/2, 1946, p. 351-378.

42. Ordoño IV et al-Ḥakam II al-Mustanṣir (962)

14Né à Tlemcen en 1577, al-Maqqarī occupa au Maghreb différentes charges avant d’être nommé en 1613 imam de la mosquée al-Qarawiyyīn de Fès. En 1618, il décida de partir en Orient effectuer le pélerinage à La Mekke et se fixa au Caire puis à Damas, où on lui demanda de composer une anthologie de la littérature andalouse. Alors que cette terre avait été définitivement perdue par l’Islam depuis 1492 et que les Morisques venaient d’être expulsés au motif que leur conversion au christianisme était suspecte, il semblait important de rassembler les matériaux que la mémoire se devait de conserver de cette terre. Le mythe andalou et la nostalgie de l’Espagne musulmane étaient des thèmes qui commençaient à affleurer, particulièrement à Damas qui partageait avec al-Andalus un passé omeyyade. Al-Maqqarīacheva en 1629 ce livre, intitulé Nafḥ al-Ṭīb min ghuṣn al-Andalus al-ratòīb [L’exhalation de la douce odeur du rameau vert d’al-Andalus], puis il mourut en 1632. Ce volumineux ouvrage de plus de deux mille pages est une immense somme, une mine d’anecdotes et de récits divers, qui sauva de la disparition de nombreux textes et quantité de poèmes qu’il est le seul à retranscrire. La compilation permit ici la sauvegarde. La première moitié de l’ouvrage dresse le tableau de la terre andalouse puis expose minutieusement son histoire ; la seconde partie présente la vie et l’œuvre du vizir grenadin Ibn al-Khaṭīb (assassiné sur l’ordre du sultan de Grenade en 1372), dernière floraison majeure du rameau andalou.

15La partie historique insiste particulièrement sur l’âge d’or, celui du califat omeyyade de Cordoue (929-1031), lorsque les petits États chrétiens du nord de la Péninsule étaient encore les faibles vassaux de Cordoue, arbitres de leurs querelles. L’extrait ci-dessous met en scène Ordoño IV de León, qui se trouve en délicate position. Son cousin, Sanche Ierle Gros de León, a été destitué en 958 par sa noblesse en raison de son obésité qui l’empêchait de monter à cheval. Ordoño fut alors proclamé roi quelques semaines plus tard, grâce à l’aide du comte de Castille. En dépit des différends réguliers qui opposaient les deux souverains, le calife omeyyade ‘Abd al-Raḥmān III avait envoyé à Sanche son médecin personnel, le célèbre Ḥasdāy b. Shaprūṭ, qui soigna Sanche et le guérit. Ce dernier était même venu poursuivre son traitement à Cordoue au début de l’année 960, avec sa grand-mère Toda qui était également la tante de ‘Abd al-Raḥmān III. Sanche retrouva son trône et dut promettre de remettre au calife dix forteresses pour prix de son aide. Ordoño fut contraint de s’exiler aux Asturies, où il apprit la mort du calife en 961. Il décida alors de se rendre à Cordoue et de solliciter l’aide du nouveau souverain, al-Ḥakam II, afin de renverser les alliances. L’annonce d’une expédition organisée contre lui par le calife acheva de le décider à prendre les devants. À la tête d’une vingtaine de cavaliers, il pénétra en territoire andalou et arriva à Medinaceli où il alla trouver le mawlā* (le client esclavon) Ghālib al-Nāṣirī, gouverneur de la ville, afin que celui-ci puisse annoncer à son maître son arrivée prochaine dans la capitale. Cet extrait témoigne de la puissance de Cordoue, que tous sollicitent, mais aussi du faste déployé par les Omeyyades dans leur complexe palatial de Madīnat al-Zahrā’. L’asymétrie dans le texte entre la majesté califale et l’humilité des princes chrétiens ne pouvait manquer de frapper l’esprit des lecteurs du début du xviie siècle, alors qu’al-Andalus n’existait plus, victime de la Reconquista. Les futurs vainqueurs ne sont alors, sous la plume d’al-Maqqarī, que de faibles satellites de Cordoue que la cour califale instrumentalise en jouant de leurs divisions.

16Ce texte a été traduit par le grand arabisant espagnol Pascual de Gayangos (1809-1897), libéral fuyant la restauration de l’absolutisme qui s’exila à partir de 1823 à Paris, où il apprit l’arabe auprès de Silvestre de Sacy, puis à Londres, où il publia entre 1840 et 1844 la traduction (en anglais) des passages historiquement les plus intéressants de l’énorme anthologie d’al-Maqqarī.

17Source : Al-Maqqarī, Nafḥ al-Ṭīb, Beyrouth, Dār al-Kutub al-‘Ilmiyya, 1995, traduit par P. de Gayangos, History of the Muhammadan Dynasties in Spain, Londres, 1844, p. 161-165 ; trad. française E. Tixier du Mesnil.

  • 39 Un mawlā d’al-Nāṣir.
  • 40 Le précédent calife, ‘Abd al-Rahmān III (émir en 912, calife en 929) qui vient de mourir.
  • 41 Chef des troupes mercenaires.

18Quand al-Ḥakam al-Mustanṣir apprit l’arrivée à Medinaceli d’Ordoño, il envoya les deux fils de son mawlā Aflāḥ à la tête d’un détachement de cavalerie à la rencontre de Ghālib al-Nāṣirī39 qui escortait Ordoño, fils d’Alphonse. Arrivés au lieu où Ordoño campait, ils y demeurèrent une journée, puis prirent avec lui la route de Cordoue. Quand ils s’en approchèrent, al-Ḥakam envoya Hishām al-Musḥafī avec une troupe nombreuse, armée et équipée comme pour la guerre. Quand ils passèrent la porte du Barrage et des Jardins, Ordoño demanda où se trouvait la tombe de ‘ Abd al-Raḥmān40. Et quand il sut qu’elle était tout près, il mit pied à terre, se découvrit, s’approcha et pria à genoux pendant un long moment. Puis il poursuivit à pied jusqu’au palais de la Naura qui avait été, pour le recevoir, orné de tapis, de coussins et d’autres meubles. Il y passa le jeudi et le vendredi. Le samedi, al-Ḥakam manifesta quelque intérêt à le voir, et on fit aussitôt les préparatifs. On équipa les troupes comme pour la guerre et on vêtit splendidement la garde slave. On ordonna aux oulémas, secrétaires et poètes de se présenter au salon des audiences, et on donna avis aux vizirs et aux autres hauts fonctionnaires de se tenir prêts pour l’heure dite. Quand vint l’heure de l’audience, al-Ḥakam apparut sur le trône du Salon oriental du palais de Madīnat al-Zahrā’. Il avait à ses côtés ses frères, ses neveux et ses autres parents, les vizirs, juges, magistrats civils, oulémas et autres hauts fonctionnaires, tous assis à la file selon leur rang et leur position. C’est Muḥammad b. al-Qāsim Ibn Tumlus41 qui introduisit Ordoño. Il était vêtu d’une tunique de brocart blanc de facture chrétienne, d’une cape de même tissu et de même couleur, et d’une toque chargée de joyaux. Ordoño était venu de Cordoue à Madīnat al-Zahrā’avec les notables chrétiens d’al-Andalus, le juge des chrétiens Walīd b. Khayzurān et le métropolite de Tolède ‘ Ubayd Allāh b. Qāsim. Il dut suivre un chemin bordé des deux côtés de soldats de l’infanterie, en rangs si serrés que l’esprit s’étonnait de leur nombre. La brillance de leurs casques et de leurs cuirasses étourdirent les chrétiens. Tête basse et yeux mi-clos, ils parvinrent à la porte extérieure de Madīnat al-Zahrā’, au-delà de laquelle seuls Ordoño et sa suite poursuivirent à cheval jusqu’à la Porte de la Sudda (le barrage), où tous reçurent l’ordre de mettre pied à terre, sauf Ordoño et Ibn Tumlus. Ordoño abandonna à son tour sa monture au pavillon méridional, comme l’avait fait son ennemi et rival Sanche quand il était venu voir ‘Abd al-Raḥmān III. Ordoño poursuivit à pied jusqu’au Salon oriental, où il s’arrêta et se découvrit, ôta sa cape, et demeura un moment dans l’étonnement et le respect, sous l’effet de l’impression qu’il éprouvait à se sentir si près du trône rayonnant du calife. On lui dit d’avancer, et il le fit entre deux files de soldats jusqu’à la porte du salon où le calife était assis. Quand il fut en face du trône, il se jeta à terre, se releva et se prosterna de nouveau à plusieurs reprises jusqu’à arriver à proximité du calife. Il lui baisa alors la main, puis recula sans tourner le dos jusqu’à un siège couvert d’un tissu d’or qu’on avait disposé pour lui. De même, les comtes qui l’accompagnaient se prosternèrent et baisèrent la main du calife. Parmi eux, Walīd b. Khayzurān, juge des chrétiens, qui servit d’interprète.

19Al-Ḥakam garda le silence quelques instants, pour permettre à Ordoño de se rasséréner, puis lui souhaita la bienvenue. Quand Ordoño comprit le sens de ces paroles bienveillantes, la joie se refléta sur son visage et, baisant le tapis qui couvrait les marches du trône, il dit : « Je suis l’esclave de l’Émir des croyants. Je mets ma confiance dans sa magnanimité, je trouve mon appui dans sa haute vertu, et je lui accorde tout pouvoir sur moi et les miens ». Puis il s’agenouilla de nouveau et exposa sa demande en ces termes : « En d’autres temps, mon cousin Sancho vint demander secours contre moi au défunt calife, qui l’aida mieux que les souverains les plus puissants de la terre n’auraient pu le faire. À mon tour, je viens implorer ton secours, sinon qu’il y a entre mon cousin et moi une grande différence : il vint par nécessité, blâmé par ses sujets qui le haïssaient et m’avaient choisi à sa place. […] À force de suppliques, il obtint du défunt calife une armée qui le rétablit sur son trône. Mais il n’a montré aucune reconnaissance depuis. Moi, au contraire, j’ai quitté mon royaume de mon plein gré, et je mets à ta disposition mes forteresses et mes gens. »

Le calife promet son appui au roi de León

20À ces paroles du calife, Ordoño s’agenouilla derechef et se répandit en actions de grâce, puis il abandonna la salle à reculons. On le mena devant le chambellan (ḥājib*) Ja‘far al-Musḥafīdont il voulut baiser la main, mais qui l’en empêcha et qui l’embrassa, puis lui remit les vêtements d’honneur que le calife lui offrait, ainsi qu’à ses compagnons, chacun selon son rang […]. On lui envoya peu après pour signature un traité où il s’engageait à vivre en paix avec le califat, à laisser en otage son fils Garcia, et à ne pas s’allier [au comte de Castille] Fernan Gonzalez. Puis al-Ḥakam mit à sa disposition une armée commandée par Ghālib, et lui donna pour conseillers Walīd, juge des chrétiens de Cordoue, l’évêque de cette ville Aṣbagh b. ‘Abd Allāh, et le métropolitain de Tolède ‘Ubayd Allāh, après avoir recommandé à ces personnages de tout faire pour attirer les Léonais dans l’obédience d’Ordoño.

21Bibliographie : C. Aillet, Les Mozarabes. Christianisme, islamisation et arabisation en péninsule Ibérique ( ixe- xiie siècle), Madrid, Casa de Velázquez, 2010 ; M. Fierro, Abderramán III y el califato de Córdoba, Donostia-San Sebastián, Nerea, 2011 ; G. Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade. La construction de la légitimité du califat de Cordoue ( xe- xie siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 1992.

43. Traité entre le calife almohade et la Commune de pise (15 novembre 1186)

22Faire la guerre comme négocier la paix avec les puissances étrangères constituent des prérogatives du pouvoir par excellence. Ce document est un traité de paix et de commerce conclu en 1186, entre le calife almohade Abū Yūsuf Ya‘ qūb al-Manṣūr (1184-1199) et la Commune de Pise ; Il fait partie des cinq exemplaires dont le calife a ordonné la production. L’un d’eux devait être expédié et conservé à Pise, et les autres étaient destinés aux villes que les Pisans étaient autorisés à fréquenter.

23Dès le milieu du xiie siècle, les affrontements avec les villes maritimes italiennes en Méditerranée occidentale s’estompent et laissent place à de nouvelles formes d’échanges, fondées sur les négociations et le commerce. Cette stratégie d’ouverture adoptée par les Almohades a pour objectif de pacifier le front italien qui représente un danger potentiel, de dynamiser les activités commerciales et par conséquent de renflouer les caisses du Trésor public, pour se consacrer pleinement au front ibérique et porter le jihad en al-Andalus.

24La signature de ce traité intervient deux ans après l’arrivée au pouvoir d’Abū Yūsuf. Son règne débute sous de bons auspices, mais la situation se dégrade rapidement. L’empire est en proie à de grandes difficultés liées aux luttes internes pour le pouvoir, à la révolte des Banū Ghāniya, mais aussi aux pressions exercées par les royaumes chrétiens sur al-Andalus. Si Abū Yūsuf réussit à inverser la tendance des événements en sa faveur, la situation de ce vaste empire demeure précaire, à l’opposé de Pise, qui connaît son apogée. Grâce à sa puissante flotte et au dynamisme de ses hommes d’affaires, Pise signe les premiers traités de paix et de commerce avec l’Égypte (avant 1154) et les États de l’Occident musulman (les Almoravides en 1133, l’émirat de Valence en 1150 et l’émirat de Majorque en 1184).

25Les négociations entre le calife et l’ambassadeur pisan Atrawan (?) fils de Tedesco ont abouti au renouvellement du traité de paix pour vingt-cinq ans. S’il précise les limites territoriales de la commune de Pise, ce n’est pas le cas pour l’empire almohade. La titulature du souverain prend toutefois une place prépondérante dans cet acte ; elle rappelle sa légitimité par sa filiation, par les conquêtes qu’il a réalisées, mais aussi par l’exercice effectif du pouvoir en qualité de calife, d’Imām et d’Émir des croyants. En tant que tel, il est le seul habilité à accorder aux Pisans des privilèges leur garantissant la protection et la liberté de commerce avec ses possessions.

26En vertu de cet accord, ils sont autorisés à fréquenter les ports de Tunis, Bougie, Oran, Ceuta, ainsi qu’Alméria, en cas d’avarie ou de tempête. Ils paient 10 % de droit de douane ; les taxes imposées sur les marchandises invendues et les transactions effectuées à bord de leurs navires sont en revanche supprimées. En contrepartie, ils s’engagent à ne pas s’attaquer aux musulmans, ni à transporter les sujets du calife à bord de leurs navires.

27L’exercice de cette prérogative régalienne apparaît clairement dans cet acte négocié et délivré par le calife almohade lui-même. Il assoie ainsi son pouvoir vis-à-vis de la Commune de Pise, mais aussi à l’égard de ses sujets, priés d’exécuter les termes de ce traité.

28Source : M. Amari, I diplomi arabi del Regio archivio fiorentino, Florence, 1863, 2 vol., t. 1, p. 17-22 ; trad. M. Ouerfelli.

29Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux. Que Dieu bénisse et salue Muḥammad et sa famille comme ils le méritent.

30Louange à Dieu qui n’a ni pair ni équivalent, sanctifié au-delà des compagnons et des proches, dont le savoir englobe tout ce qui ne peut être atteint sur terre et tout ce qui monte au ciel, et que la prière soit sur Muḥammad son prophète élu et son excellentissime messie, le sceau des prophètes et des envoyés de Dieu, lui qui a été envoyé pour annoncer la vraie religion, qui dévoile l’infidélité et chasse l’obscurité, celui qui abroge par son ultime prophétie et son éternelle législature toute autre prophétie et toute autre croyance jusqu’au jour du jugement dernier, où il y aura la récompense promise, une promesse ferme qui consiste à obtenir l’administration de sa communauté, qui lui a été confiée depuis l’Orient jusqu’à l’Occident, les marches et tous les coins du monde.

31Et qu’il soit satisfait de l’Imam infaillible, le Mahdī, connu de tous, celui qui a ravivé les principes de la religion après sa décadence et sa disparition, celui qui a rétabli la religion à son statut originel avec sa clarté et sa limpidité, celui qui a mis en valeur les caractéristiques de la législation après qu’elle eut été atteinte par l’ignorance volontaire et tacite. [Qu’il soit satisfait] de son calife le plus éclairé et de son apôtre le plus satisfaisant, notre seigneur Imām et Émir des croyants, celui qui étale ses savoirs aux lumières éblouissantes, répand sa sublime prédication jusqu’à atteindre son but dans le rayonnement et l’élévation, et qui l’a élevée aux plus hauts degrés de la perfection et de l’autonomie et aux plus hauts états de l’excellence et du développement, et l’intercession soit pour notre seigneur l’Imam, Émir des croyants, fils de notre seigneur, le calife, Émir des croyants, qui suit leurs traditions bénéfiques avec une extrême application, guidé par leurs conseils, orienté par leurs méthodes de la manière la plus complète, avec la plus grande compétence, grâce au grand nombre des partisans, l’élévation de l’étendard, le soutien des proches, la frustration des ennemis, les conquêtes qui se succèdent et les promesses dont les réalisations se bousculent et se suivent avec le déroulement du temps.

  • 42 Prénom non identifiable.

32– Voici ce qu’a signé l’Émir des croyants, fils de l’Émir des croyants – que Dieu les soutienne par la victoire et leur apporte son aide – comme traité de paix avec les consuls, les Anciens, les notables et tout le peuple de Pise et son territoire depuis Civitavecchia jusqu’au Cap Corvo et les îles de Sardaigne, de Corse, de Pianosa, d’Elbe, de Capraia, de Monte Christo, de Giglio, de Gorgone et tous ceux qui y vivent – que Dieu puisse les guider vers le bien – et ceci après que leurs chefs et notables ont dépêché At.r.wann42, fils de Tedesco – que Dieu lui apporte la réussite. Ils lui ont confié leurs lettres et l’ont mandaté pour exprimer leur demande et signer en leur nom l’acte avec leurs droits et leurs devoirs et l’ont chargé de conclure le traité avec leurs souhaits et d’exposer leurs requêtes. Le dit ambassadeur a exprimé leur désir de prolonger la trêve en leur faveur et leur volonté d’étendre le bien qu’ils ont reçu par leur attachement à être protégés par cet ordre sublime, qui a satisfait leur prière […]. Ils se sont engagés à respecter toutes les conditions qui leur seront demandées et à accepter tout ce qui leur sera concédé.

33– [Le calife] – que Dieu exalte sa grandeur et apporte la victoire à son étendard – a rempli leurs désirs et satisfait leurs requêtes, en ordonnant un traité et une trêve en leur faveur, selon leur habitude. Il a contracté la paix avec lui [l’ambassadeur] pour une durée de vingt-cinq ans, à compter de la date des présentes, garantissant la pleine sécurité et une justice globale et générale.

34– [Le calife] – que Dieu hisse son autorité et fasse perdurer sa bienfaisance – les a autorisés à se rendre au pays des Almohades – que Dieu les exalte – pour y pratiquer le commerce et s’y approvisionner dans la limite de quatre villes : Ceuta, Oran, Bougie et Tunis – que Dieu la protège. Il ne leur a pas permis d’aborder d’autres villes sauf en cas de nécessité imposée par les difficultés rencontrées en mer, les obligeant à mouiller sur l’un des rivages sans y vendre, ni acheter quoi que ce soit, ni parler, ni s’adresser à quiconque, à l’exception d’Almeria – que Dieu la protège – où ils sont autorisés seulement à s’approvisionner et à réparer leurs navires en cas de besoin. Si quelqu’un parmi eux outrepasse ces limites fixées, sa vie et ses biens seront laissés au bon vouloir des signataires de cet ordre sublime ; il n’aura aucune protection contre la captivité et ne sera secouru par aucun engagement pour ses transgressions [du traité].

35– S’il arrive que l’un de leurs compatriotes résidant et habitant à cette date dans leur pays, commette un assassinat ou un quelconque forfait, ou si quelqu’un de chez eux sort de son pays ou d’un autre, pour couper les routes ou commettre toute autre agression, ou s’attaquer aux musulmans – que Dieu les protège – et leur porter un quelconque préjudice, ils [les Pisans] doivent lui appliquer la loi du talion sans pitié, ni complaisance, ni aide, ni hypocrisie.

36– [les Pisans] ne doivent pas emmener de musulmans à bord de leurs navires, ni les autoriser à voyager avec eux, et celui qui fait cela rompt l’engagement ; la présente autorité en décidera selon son bon vouloir ; elle peut l’asservir, disposer de ses biens et de sa vie.

37– Ils doivent s’acquitter comme à l’accoutumée du dixième selon les règles connues et les coutumes établies sans ajout et sans créer de nouvelles taxes concernant les dépenses sur leurs marchandises et les transactions effectuées entre eux, à bord de leurs navires. Dans ces deux cas, le dixième est abrogé et il ne leur sera pas exigé.

38– S’il arrive qu’ils débarquent dans l’une des villes qu’ils sont autorisés à fréquenter et qu’ils ne veulent pas décharger leurs marchandises, ni les vendre, ils seront libres dans leur choix et ne seront pas forcés à le faire.

39– Ils doivent, dans le pays des Almohades – que Dieu les exalte –, garder leurs coutumes et être traités avec justice et protégés de tous ceux qui veulent leur porter préjudice ou leur porter atteinte.

40– Si la flotte des Almohades – que Dieu leur apporte la victoire – les rencontre, elle ne doit pas les attaquer, ni leur porter préjudice, ni en leur corps, ni en leurs biens, ni en aucune affaire les concernant par respect pour le pacte et pour la signature de la paix et de la trêve.

41Sur ces principes décidés et ces chapitres expliqués est organisée cette trêve et conclue cette paix et accord – que Dieu les favorise dans tout ce qui lie et délie. On s’en remet à lui pour la guerre comme pour la paix. Il n’y a de Dieu que Dieu ; il n’y a de bien à espérer que le sien. [Le calife] – que Dieu continue à lui apporter son soutien et à faire briller sa prospérité – a ordonné, pour être agréable aux Pisans et faire œuvre de bonté envers eux, de produire cinq exemplaires de cet écrit, dont un doit être conservé dans leur pays ; ils montreront les autres dans les pays qu’ils sont autorisés à aborder.

42Écrit dans les premiers jours du saint mois de ramaḍān de l’année 582/1186.

43Bibliographie : L. de Mas Latrie, Traités de paix et de commerce et documents concernant les relations des chrétiens avec les Arabes de l’Afrique septentrionale, Paris, H. Plon, 1868, 2 vol. ; M. Ouerfelli, « Personnel diplomatique et modalités de négociations entre la commune de Pise et les États du Maghreb (1133-1397) », dans Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. XLIeCongrès de la SHMESP, Lyon, 3-6 juin 2010, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 119-132 ; M. Ouerfelli, « Les enjeux commerciaux dans les traités de paix et de commerce entre Pise et les États du Maghreb au Moyen Âge (xiie-xive siècle) », dans A. Nef (dir.), Les territoires de la Méditerranée, xie- xvie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 205-215.

44. Correspondances diplomatiques entre l’Ilkhan mongol et le sultan mamlouk (1301)

44Al-Mufaḍḍal b. Abī l-Faḍā’il est un historien copte du viie/ xive siècle. On ne lui connaît qu’un seul ouvrage, al-Nahj al-sadīd wa l-durr al-farīd fīmā ba‘d ta’rīkh Ibn al-‘Amīd, une chronique annalistique sur les sultans mamlouks bahrites de 1260 à 1340. Elle est écrite en continuité avec celle de l’historien copte al-Makīn b. al-‘Amīd (m. 1273), qui était de la même famille. Le texte est essentiellement centré sur l’histoire politique de l’Égypte et de la Syrie, mais il éclaire également les événements d’autres régions du monde musulman, en particulier sur les rapports conflictuels entre les Mongols d’Iran, les Ilkhans, et les Mamlouks. On y trouve deux correspondances diplomatiques échangées entre l’Ilkhan Ghāzān Khān, converti à l’islam, et le sultan al-Malik al-Nāṣir Muḥammad b. Qalāwūn au moment des invasions mongoles de la Syrie en 1299-1301.

45Après son occupation temporaire de Damas en 1299-1300, Ghāzān Khān adressa, en août 1301, une lettre au sultan mamlouk dans laquelle il justifie son invasion de la Syrie par des motifs religieux. Il accuse des soldats mamlouks de s’être introduits en territoire ilkhanide, à Mārdīn, où, pendant le mois de ramaḍān, ils se seraient livrés à des actes répréhensibles avec les filles des musulmans, s’adonnant en outre à des scènes de beuveries dans les mosquées. Une fatwa des oulémas lui aurait confié la mission de venger la population de la ville. Ghāzān Khān se pose ainsi en protecteur des membres de la communauté musulmane (umma*). Une réponse officielle mamlouke fut envoyée à l’Ilkhan. Elle consiste en une contre argumentation par rapport à la lettre de Ghāzān Khān. Les deux missives comportent de nombreux versets coraniques visant à illustrer ou justifier les propos développés par les deux souverains.

Lettre de Ghāzān Khān à al-Malik al-Nāṣir Muḥammad

46Source : Al-Mufaḍḍal b. Abīl-Faḍā’il, al-Nahj al-sadīd wa l-durr al-farīd fīmā ba‘d ta’rīkh Ibn al-‘Amīd, éd. et trad. E. Blochet, Paris, Firmin Didot (Patrologia Orientalis), 1919-1928, vol. XX, p. 549-554 ; trad. revue par D. Aigle.

47Par la puissance de Dieu le Très-Haut. Que le salut soit sur vous ! Certes, Dieu le Très-Haut nous a instauré, nous et vous, membres d’une seule communauté. Il nous a honoré par la religion de l’islam. Il a affermi notre pouvoir en nous apportant son aide. Il nous a exhorté à édifier des minarets et à proclamer sa splendeur.

  • 43 Coran : 42, 30.
  • 44 Coran : 3, 182.
  • 45 Coran : 28, 15.

48Ce qui s’est produit entre nous et vous a eu lieu par le décret et la détermination de Dieu. Et cela « est la conséquence de ce que vous avez fait43 » car « Dieu ne fait point tort aux serviteurs44. » Et la cause en est que vos troupes ont attaqué Mārdīn et ses environs pendant le magnifique mois de ramaḍān. Mois que les peuples vénèrent dans toutes les contrées, au cours duquel Satan est enchaîné et pendant lequel les portes du feu de l’enfer sont fermées. Ils vinrent de nuit dans le pays « à un moment d’inattention de ses habitants45. » Ils tuèrent, firent des captifs et commirent des actes répréhensibles par Dieu – qu’Il soit glorifié et exalté. Ils ont mangé des choses interdites ; ils ont commis des forfaits que même les idolâtres ne font pas. La population de Mārdīn et de ses environs est venue vers nous à la hâte, affligée, pour nous demander de protéger les femmes et les enfants. Le malheur avait fondu sur eux après qu’ils eurent connu les douceurs de la quiétude. Ils se sont arrêtés à notre porte ; ils ont cherché refuge auprès de notre majesté.

  • 46 Coran : 39, 7.
  • 47 Coran : 5, 33.

49Nous fûmes animé de nobles sentiments et nous nous mîmes en mouvement pour l’honneur de l’islam. Nous montâmes à cheval sur le champ, accompagné de ceux qui étaient avec nous, sans nous arrêter un instant jusqu’à ce que nous arrivâmes dans la région. Nous avons fait précéder notre marche de l’intention pieuse, et Dieu s’est engagé envers nous, dans la mesure qui Lui convient pour nous faire obtenir l’objet de nos vœux. Et nous avons appris que Dieu « n’agrée pas l’ingratitude de ses serviteurs46 », « qui s’efforcent de répandre la corruption sur terre47 ». Dieu se met en fureur contre ceux qui arrachent aux femmes leur voile et réduisent en captivité les enfants.

  • 48 Coran : 34, 19.
  • 49 Coran : 16, 112.

50Nous nous rencontrâmes dans une intention pure et un cœur tout enflammé pour l’honneur de l’islam. « Alors Nous les désintégrâmes totalement48 ». Et celui qui nous a conduit vers vous pour vous combattre est celui qui nous a donné la victoire. Il n’y a pas de meilleur exemple vous concernant que la parabole « une ville : elle était en sécurité, tranquille49 ». Et vous avez tourné le dos, vous vous êtes enfuis au grand galop de vos coursiers, et vous vous êtes sauvés pour échapper à nos épées. Et nous vous avons fait grâce après avoir triomphé de vous, et nous avons écarté de vos têtes l’épée tranchante.

51Nous avons ordonné à nos armées de ne pas faire sur les terres soumises à votre souveraineté une incursion aussi sauvage que celle que vous avez effectuée sur les nôtres, de se conduire avec d’autant plus de justice que vous en avez peu montré. Et si vous nous aviez battus, vous ne nous auriez pas fait grâce comme nous l’avons fait, et Dieu ne vous aurait pas pardonné. Nous n’avons pas voulu imiter la conduite qui eût été la vôtre : c’est la règle de l’islam de combattre les rebelles. Tous ces événements qui se sont produits étaient prédestinés par Dieu, avant qu’ils ne se produisent, la plume de Dieu les avait écrits sur la Table du destin.

52Puis, lorsque nous nous aperçûmes que les habitants de cette contrée mouraient de faim, à cause de notre séjour à Damas, par suite du grand nombre de nos troupes, avec lesquelles ils étaient obligés de partager leurs boissons et leurs nourritures ; quand la crainte que leur inspirait la vue de nos armées, aussi incalculables que les couches amoncelées de nuages, assaillit le cœur de ces infortunés, nous voulûmes apaiser leur esprit en nous retirant de leur pays, favorisé par la victoire, par l’aide de Dieu, par le triomphe sans précédent que nous avions obtenu. Nous laissâmes auprès d’eux un détachement de notre armée, pour qu’il leur assure la tranquillité à Damas, pour qu’il arrange à leur avantage les affaires de cette ville, pour qu’il les empêche de se molester les uns les autres, puisqu’il vous était interdit d’exercer votre autorité sur le pays, jusqu’au moment où vos esprits auraient retrouvé leur sérénité, jusqu’à l’instant où vous auriez repris conscience de ce qu’il vous convient de faire, et envoyé à Damas des troupes qui la garderaient de vos ennemis de jadis […]. Aussi, nous avons ordonné aux chefs de corps de dix mille de nos armées que, dès qu’ils apprendraient la nouvelle de l’arrivée à Damas d’un de vos officiers, de s’en retourner vers nous en toute félicité, et de venir rejoindre notre étrier à Bagdad, la ville du salut. Et ils s’en revinrent vers nous, favorisés de l’assistance éclatante de Dieu. Louanges soient rendues à Dieu, le Maître des deux mondes !

  • 50 Coran : 3, 5.
  • 51 Coran : 18, 49.

53Certes, nous et vous, nous sommes unis par la même croyance en l’islam, et il n’y avait rien qui dût briser l’unité de notre croyance, rien d’autre que les actes dont vous vous êtes rendu coupable à Mārdīn. Nous avons usé de représailles envers vous, et cela est la récompense pour ceux qui se rebellent contre la volonté divine. Et maintenant, revenons à un statut qui assure les bienfaits de la paix à nos sujets. Efforçons-nous, nous et vous, à agir avec justice en toutes circonstances. La situation de la région et de ses habitants s’est détériorée à cause de ce qui s’est passé entre nous et vous. La peur a empêché nos sujets de vivre tranquillement dans leurs villages. Les marchands ont été dans l’impossibilité de voyager pour les affaires de leur négoce. Les routes ont été coupées et la vie normale s’est arrêtée. Nous savons que nous serons interrogés par Dieu sur ces événements, et qu’Il nous demandera de Lui rendre compte : « rien n’est caché à Dieu sur la terre ou dans le ciel50 ». Et toutes les choses qui se sont produites dans le présent sont écrites dans le Livre explicite « [Pourquoi ce Livre] ne laisse-t-il rien de petit ou de grand51 ? ».

54Et toi, tu sais, ô roi glorieux, que nous, nous et toi, nous serons interrogés sur les fautes graves et les fautes vénielles que nous avons commises. Et de même, on nous demandera de rendre compte des fautes dont se sera rendu coupable le moindre de nos hommes auxquels nous avons délégué une parcelle de notre autorité. Certes, notre but est d’arriver à Dieu. Nous croyons fermement en l’islam, en parole, en action et en intention. Nous accomplissons les préceptes de l’islam en toutes matières.

55Nous avons chargé le grand cadi, preuve de l’islam, descendant de la famille du Prophète, Ḍiyā’al-Dīn Muḥammad Abū ‘ Abd Allāh – que Dieu Très-Haut lui confère la gloire – en tant que personne digne de confiance, d’exposer oralement ces faits à l’entendement du roi. Et s’il revient avec une réponse positive du roi, qu’il nous adresse un présent d’Égypte qui soit un signe. Ainsi, nous saurons par l’envoi de ce présent que votre intention d’agréer notre proposition de paix est sincère. Nous vous enverrons de notre pays ce qu’il convient de vous envoyer.

Réponse d’al-Malik al-Nāṣir Muḥammad à Ghāzān Khān

56Source : Al-Mufaḍḍal b. Abīl-Faḍā’il, al-Nahj al-sadīd wa l-durr al-farīd fīmā ba‘d ta’rīkh Ibn al-‘Amīd, éd. et trad. E. Blochet, Paris, Firmin Didot (Patrologia Orientalis), 1919-1928, vol. XX, p. 571-580 ; trad. revue par D. Aigle.

57Au nom de Dieu, clément et miséricordieux ! Par la puissance de Dieu ! Par la bonne fortune du sultan al-Malik al-Nāṣir !

58Nous avons entendu ce que le roi (malik*) a voulu signifier dans sa lettre, nous avons compris ce qu’il attend de nous et ce que proposent ses discours et ses actes. Quant à la parole du roi : nous avons réalisé, nous et vous, l’unité de croyance dans le dogme de l’islam, dans la religion du Prophète […], c’est là un fait que nous sommes loin d’ignorer, et qu’au contraire, nous connaissons fort bien.

59Le roi déclare que la raison de cette situation se trouve dans l’incursion que nos armées ont faite contre Mārdīn ; que la cause est que nos soldats ont emmené les populations en captivité, qu’ils se sont livrés à des excès sans nom, qu’ils ont violé les femmes, qu’ils ont commis des actes que rien ne saurait expier. Or, le roi sait bien que ces agressions venant de notre part contre votre empire n’ont jamais cessé de se produire depuis l’époque de vos pères […]. Ces crimes n’ont pas été du fait de notre dessein, ni sur l’avis de nos émirs, ni par la faute de nos troupes régulières ; bien au contraire, ces calamités ont été provoquées par de la canaille aux instincts irrésistibles […].

  • 52 Coran : 50, 16.

60Et certes, la majeure partie de nos armées, à l’époque à laquelle se produisit cette incursion contre vos États […] ne trouva pas à acheter les vivres qui lui étaient nécessaires, et nos soldats jeûnèrent pour ne pas se nourrir d’aliments sur la pureté desquels ils avaient des doutes, ou qui étaient défendus par la loi religieuse ; ils passaient presque toutes leurs nuits à se prosterner pour adorer Dieu, et le jour, ils se privaient de manger. Il ne sied pas au roi, fils de roi, qui est de la descendance du Khan [Gengis Khan], de prononcer une sentence sur laquelle tombe une réfutation immédiate ; il ne convient point qu’il se figure que ce qui se passe autour de sa personne reste dissimulé une seule heure à notre connaissance […], sans que nous en soyons informés sur le moment. Que le roi sache que nous apprenons sur son compte toutes les nouvelles dont nous avons besoin […] et que nous en sommes informés par des gens qui le touchent de plus près « que sa veine jugulaire52 ».

61Nous savons pertinemment que le roi a passé deux années entières à rassembler ses troupes, qu’il a enrôlé les soldats à son service en les achetant […], qu’il a appelé à son aide les chrétiens, les Géorgiens et les Arméniens, qu’il a sollicité le concours de toute personne qui sait monter un cheval, qu’elle s’exprime avec élégance ou qu’elle bégaye en parlant […]. Puis, quand le roi vit qu’il ne saurait triompher de nos armées dans une rencontre, il se rabaissa à tenir des discours inspirés par la perfidie, la fausseté […], en dissimulant que sa ligne d’action était toute différente des paroles qu’il prononçait, si bien que la plus grande partie de nos armées, la majorité de nos soldats, s’imaginèrent que les paroles que le roi prononçait étaient conformes à sa pensée.

62Quand nous nous trouvâmes face à face, la plupart de nos troupes considéraient comme impossible d’avoir à le combattre […] et disaient : « Il n’est pas permis de se battre avec les musulmans ; il n’est point licite de tuer des hommes qui professent cette même religion qui est la nôtre. » À cause de cette hésitation […], ils prirent du retard à te combattre. Alors il est arrivé ce qui est arrivé. Et tu sais que les vicissitudes de la fortune t’ont précipité dans la défaite […]. La guerre est un jeu de hasard ; aujourd’hui il te favorise ; demain, la chance tourne contre toi […]. Ce qui s’est produit a existé par la puissance du destin et du décret divin.

63Le roi dit que lorsque nous nous sommes rencontrés avec lui, il a taillé nos armées en pièces […] ; c’est là encore une assertion mensongère. Si le roi avait assisté à la bataille, il aurait perdu ses esprits par la suite de l’immense terreur qu’il aurait ressentie à la vue de notre armée, de l’impétuosité avec laquelle elle fond sur ses adversaires […]. Et nos sabres, jusqu’à maintenant, sont demeurés ruisselants des flots de leur sang, et nos coursiers, jusqu’à aujourd’hui, ont leurs sabots usés d’avoir piétiné leurs corps. Si ton armée, bien des fois, a foulé les chemins de notre terre, si, à bien des reprises, elle a envahi notre empire, tes provinces sont un lieu tout trouvé pour nos incursions, un vaste champ où nos glaives pourront jouer à leur aise. Ne te fie pas au temps, car tu seras traité comme tu auras traité autrui.

64Le roi dit que lui et ses sujets pratiquent les vérités de l’islam, en paroles, en actes, en intention ; cependant, concernant les événements qui se sont passés à Damas et dans la montagne de Ṣāliḥiyya, le roi ne peut y voir la conduite d’un musulman envers des musulmans […]. Où, et de quelle manière, s’est manifesté votre islam ? Et que de preuves vous en avez données ! On a bu du vin, on a arraché leurs voiles aux femmes, on a violé des vierges dans le sanctuaire sacré où des hommes qui avaient consacré leur vie à sa garde ont été massacrés, où les prédicateurs […] ont été réduits en captivité. Puis des croix ont été arborées au faîte de la mosquée d’Hébron, dans laquelle on a fait violence aux femmes et dans laquelle les infidèles ont pénétré en état d’impureté légale, ivres de vin.

65Si ces faits se sont produits alors que tu en étais informé […], malheur pour les actes que tu commets sur cette terre, pour le sort qui t’attend de la justice de Dieu […]. Si ces faits se sont produits sans que tu les aies connus, nous te les apprenons […]. Si tu tiens un langage véridique […], mets à mort les commandants de l’armée qui se sont rendus coupables de ces actes […], afin que nous sachions que tu as donné une preuve irréfutable de la sincérité de tes desseins, que tu es engagé dans le chemin qui conduit à Dieu.

66Sache, ô roi, que lorsque nos armées arrivèrent d’Égypte, elles connurent d’une façon certaine les sentiments dont tu fais parade […], que vous affectez de vous sentir attirés par la vérité de la foi musulmane, cependant que vous vous préparez à venir combattre avec le concours des adorateurs de la croix. Nos armées s’assemblèrent, elles firent les préparatifs pour la bataille […] avec le désir de rivaliser avec les héros qui combattirent à Badr, animés d’un courage splendide pour défendre les droits de l’islam […]. Et nos soldats s’écrièrent en invoquant Dieu : « Ô nation de Muḥammad ! Hâtez-vous d’aller venger sur les païens le sang des musulmans qu’ils ont versé ! […] » Votre armée ne put que prendre la fuite […], elle ne trouva pas le courage de se mesurer avec la nôtre dans une bataille rangée. Nos troupes se précipitèrent avec une rapidité impétueuse […]. Ensuite, elles se disposèrent à aller vous attaquer dans votre empire, pour vous vaincre […]. Nous redoutâmes que vos sujets fussent massacrés […]. Nous avons ordonné qu’elles suspendent leur marche […], qu’elles restent prêtes […] jusqu’à ce que Dieu ait décrété que vous commettiez un acte d’hostilité.

  • 53 Coran : 35, 43.

67Quant à ce qui est de la mission que le roi a confiée au grand cadi […], nous avons feint de croire que c’était une autre personne qui parlait par sa bouche. C’est un homme connu pour sa religion, sa science, la pureté de sa vie […], mais il ne connaît rien du secret de vos cœurs et de vos plans. Si vous désirez sincèrement que la paix et la concorde règnent entre nous […], s’il n’y a dans tes discours ni dissimulation ni dessein de nous tromper, nous t’imposerons comme condition de rentrer dans son fourreau le glaive de la violence […], comme en témoigne le Coran53 : « Mais la ruse méchante n’enveloppe que ses auteurs. » Alors envoie-nous comme ambassadeur une personne qui soit des grands dignitaires de ton empire, un des membres de ta famille […], une personne en qui nous puissions avoir confiance.

68Quant à la requête du roi, que l’empire égyptien lui envoie des présents […], il convient que le roi nous envoie de l’Irak un certain nombre d’objets […]. Nous serons ainsi convaincus de la sincérité de ses intentions ; nous pourrons ainsi accomplir des actes qui satisfassent Dieu – qu’Il soit exalté –, et sa personne sera pour nous le plus auguste des princes. »

69Bibliographie : D. Aigle, « La légitimité islamique des invasions de la Syrie par Ghazan Khan », Eurasien Studies, 6/2, 2006, p. 5-29 ; D. Aigle, « The Mongol Invasions of Bilād al-Shām by Ghāzān Khān and Ibn Taymiyya’s Three ‘anti-Mongol’ fatwas », Mamluk Studies Review, 11/2, 2007, p. 89-120 ; D. Aigle, « Les invasions de Ġāzān Ḫān en Syrie. Polémiques sur sa conversion à l’islam et la présence de chrétiens dans ses armées », dans D. Aigle (dir.), Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs. La perception de l’Autre et la représentation du souverain, Beyrouth, Ifpo, 2012, p. 293-323 ; R. Amitai, « Whither the Ilkhanid Army ? Ghazan’s First Campain Into Syria », dans N. Di Cosmo (éd.), Warfare in Inner Asian History (500-1800), Leyde, Brill, 2002, p. 221-264 ; R. Amitai, « The Mongol Occupation of Damascus in 1300 : A Study of Mamluk Loyalties », dans M. Winter et E. Levanoni (éd.), The Mamluks in Egyptian and Syrian Politics and Society, Leyde, Brill, 2004, p. 21-39.

45. Lettre du sultan rassoulide au sultan Barqūq (18 mars 1396)

70Cette lettre est l’un des très rares exemples conservés d’une missive diplomatique émanant d’al-Ashraf Ismā‘īl, sultan du Yémen (1377-1400). Elle constitue à la fois une bonne illustration de la prose solennelle utilisée dans ce type d’écrits, maniée par des scribes qui n’hésitent pas à recourir, en préambule, aux jeux de la prose rimée ; et un cas particulier du fait de l’identité de son porteur, un grand marchand égyptien, Burhān al-Dīn al-Maḥallī, chargé d’opérations commerciales pour le compte du sultan mamlouk d’Égypte al-Ẓāhir Barqūq (1382-1399). Il s’agit de l’un des plus anciens témoignages d’un commerce d’État égyptien, amené à prendre beaucoup plus d’ampleur au cours du xve siècle. En facilitant l’accès d’al-Maḥallī au marché d’Aden, notamment réputé pour les épices de l’Inde, le sultan du Yémen espérait en retour obtenir des facilités pour ses propres affaires en Égypte et en Syrie, et obtenir l’autorisation formelle d’envoyer une caravane officielle au grand pèlerinage de La Mekke.

71Source : al-Qalqashandī, Ṣubḥ al-a‘shā fī ṣinā‘at al-inshā’, éd. par M. ‘Abd al-Rasūl Ibrāhīm, Le Caire, 1913-1920, 14 vol., t. 8, p. 72-76 ; trad. É. Vallet.

  • 54 Sultan du Yémen entre 1377 et 1400.
  • 55 Sultan d’Égypte entre 1382 et 1399.
  • 56 L’emploi de ce titre ici ne renvoie pas à un juge islamique mais à un secrétaire de haut rang, sel (...)

72Copie d’une lettre d’al-Malik al-Ashraf Ismā‘īl souverain (ṣāḥib) du Yémen54 à al-Malik al-Ẓāhir Barqūq souverain d’Égypte55, [envoyée] durant l’année 798/1396 par l’intermédiaire du Qāḍī56 Burhān al-Dīn al-Maḥallī, marchand des biens privés [du sultan] (tājir al-khāṣṣ) et l’eunuque (ṭawāshī) Iftikhār al-Dīn Fākhir, porte-écritoire (dawādār) d’al-Malik al-Ashraf, souverain du Yémen. Voici [son contenu] :

73Que Dieu le Très Haut affermisse les partisans de sa noble altesse le sultan al-Ẓāhir, qu’Il accroisse l’étendue et la puissance [de son trône], qu’Il augmente pour lui les supports de son assurance et son œil puissant, qu’Il lie la victoire à ses étendards jusqu’à ce qu’on ne puisse plus distinguer entre l’une et les autres, qu’Il rende [cette victoire] aimable à ses armées triomphantes où qu’elles se dirigent, et que soit conquis par la bénédiction de son règne sur un ordre bref tout réduit fortifié qui résiste ; que ses ordres et ses décrets (marāsīm) ne cessent d’être obéis ; qu’il ne cesse de voguer au milieu des ornements de la gloire et des honneurs, et d’étendre sur la communauté musulmane (umma*) l’ombre de la miséricorde [divine] en dispensant ses grâces et ses bienfaits généreux.

  • 57 Jeu de mot sur zubda, crème de lait, et le nom de la ville de Zabīd, capitale secondaire du sulta (...)
  • 58 Littéralement : nous l’avons posé sur notre tête et notre œil.

74[Cette lettre] lui est envoyée par la crème de Zabīd la bien gardée57, afin d’exprimer toute la sincérité de sa loyauté [envers son altesse], de renouveler l’attachement solide [qui est] à l’origine des dons reçus [de son altesse], de répandre le parfum de ses louanges, en une réponse bien composée à la prose ornée que contenait la noble lettre d’al-Ẓāhir arrivée par l’intermédiaire de son excellence (al-majlis al-‘ālī) Burhān al-Dīn [al-Maḥallī] au mois de dhū l-ḥijja – que Dieu en exalte les bénédictions – de l’année 797/septembre-octobre 1395 – que Dieu rende [cette année] plus profitable encore. Nous avons reçu [ce message] des deux mains, et l’avons considéré avec une grande attention58. Nous y avons lu les signes de la noble vertu [de son altesse], la pureté de son affection et l’assurance de sa fraternité. Nous avons demandé à Dieu qu’Il nous fasse jouir de la persistance de son règne victorieux, et que les calames fleuris [de son altesse] se répandent vers les régions de l’Orient et l’Occident. Puis nous sommes parvenus jusqu’à sa conclusion et nous y avons trouvé que s’y diffusait le salut en un parfum des plus capiteux et qu’y rayonnaient des lumières diffusées par son noble calame, à faire pâlir le printemps renaissant et sa beauté splendide, lui qui fait se dilater les cœurs, augmenter les plaisirs, et en qui les yeux trouvent la quiétude. Aussi avons-nous entendu [cette lettre] à de maintes reprises tant il était agréable à nos langues de la répéter.

  • 59 Allusion au fait qu’al-Maḥallīservait les deux souverains.
  • 60 Al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās, sultan du Yémen entre 1363 et 1377.

75Nous nous sommes conformés par un noble décret d’honorer son excellence, celui qui est digne des deux majestés59, Burhān al-Dīn Ibrāhīm b. ‘Umar al-Maḥallī, de le considérer avec respect dans toutes ses affaires et de le laisser repartir promptement, tout en l’ayant honoré et traité avec révérence, en nous obligeant pour son droit et en ne le méprisant pas, car il jouit auprès de nous [de la même position dont il jouissait] du temps de notre défunt père al-Malik al-Afḍal60, mais avec plus de poids et d’honneur. [Al-Maḥallī] est pour nous le conseiller influent et sûr. Nous avons préparé pour lui les bienheureuses marchandises [destinées à] al-Ẓāhir [Barqūq] et nous avons publié nos décrets à l’intention de nos représentants dans le port-frontière (thaghr*) d’Aden le bien gardé afin qu’il ne soit imposé en rien pour la dîme et le fret. Nous l’avons fait embarquer à bord de nos navires comme une personne chère à notre cœur et digne de considération et nous lui avons fait savoir qu’il ne dépenserait rien, pas même un seul dirham, pour le bienheureux transport [des marchandises du sultan Barqūq]. Cela est la moindre des choses que nous puissions faire pour les serviteurs de votre noble Cour – que Dieu l’ennoblisse encore et l’exalte.

76Nous avons expédié le bienheureux présent [digne d’être] accepté avec lui et avec l’illustre et grand émir Iftikhār al-Dīn Fākhir al-Dawādār. Ils détiennent aussi entre leurs mains des documents détaillés pour sa noble altesse et les grands et illustres émirs. Ils sont accompagnés d’un homme, maître dans la fauconnerie, capable de porter les oiseaux lors de la bienheureuse chasse et des palefreniers pour les étalons de race. […]

Al-Ashraf mentionne ensuite ses victoires

  • 61 La qiṭ‘a (littéralement : “pièce”, “morceau”) désigne ici une unité indéterminée, probablement un (...)
  • 62 Marchandises qui seront revendues en Égypte pour y acheter des biens matériels ou des esclaves (ma (...)
  • 63 Yumn al-Yaman wa ‘izz Ta‘izz : deux jeux de mots sur le nom du Yémen et la ville de Ta‘izz.

77Nous avons envoyé par l’intermédiaire de son excellence Burhān al-Dīn et de l’émir Iftikhār al-Dīn Fākhir al-Dawādār, pour accomplir certaines tâches d’approvisionnement exceptionnelles en Égypte 1 400 qiṭ‘a-s61 d’épices et 7 qiṭ‘a-s de soie62. Il est demandé à la grâce de sa noble altesse de promulguer son très noble ordre efficace et obéi – que Dieu l’étende à l’Orient et à l’Occident et le répande dans les contrées proches ou lointaines – qui leur permette d’accomplir ces tâches, de rapidement les envoyer et les transporter jusqu’au bienheureux Yémen et à Ta‘izz la puissante63.

  • 64 Sultan du Yémen entre 1320 et 1364, ici qualifié de saint (muqaddas), une formulation peu courante (...)
  • 65 Diplômes émanant d’al-Nāṣir Ḥasan, sultan mamlouk en 1347-1351 et 1354-1361.
  • 66 Peut-être al-Ṣāliḥ Ḥajjī, fils du sultan Sha‘bān, qui régna brièvement en 1381-1382.

78La considération et le respect sont la garantie d’une fidélité pérenne et d’une inviolabilité des biens sacrées, ce sont même les plus grandes des bénédictions. Ainsi, il est demandé à sa noble altesse al-Ẓāhir – que Dieu le Très Haut affermisse ses victoires et accroisse sa puissance – d’adresser son très noble ordre à ses représentants dans [la ville] du Caire la bien gardée, dans le port-frontière d’Alexandrie et en Syrie, afin qu’ils considèrent dignement et qu’ils respectent tous nos serviteurs envoyés en Égypte, ainsi que les marchands et autres qui se réclament de nous, qu’ils soient en voyage ou qu’ils résident sur place, et qu’il leur soit accordé dans l’accomplissement de leurs tâches une magnanimité à l’ombre de laquelle ils pourront se réfugier et qui les inclura dans sa bienveillance, comme cela fut le cas précédemment pour feu [notre] père le saint al-Malik al-Mujāhid64 – que Dieu le couvre de sa miséricorde. Nous souhaiterions en plus de cela [obtenir quelque chose] de plus visible, - si Dieu le veut ; il y a en effet des diplômes du sultan al-Nāṣir Ḥasan65 et d’al-Malik al-Ṣāliḥ66 pour nos serviteurs d’antan, lorsqu’ils furent envoyés à Alexandrie et à Damas et qu’il fut rédigé de nobles décrets.

Al-Ashraf insiste ensuite sur l’amitié qui lie les deux souverains

  • 67 Al-bayt al-ḥarām, c’est-à-dire La Mekke.

79[Le sultan al-Ashraf] qui aime sa noble altesse [al-Ẓāhir Barqūq] se permet de présenter une requête et de demander une réponse : [il demande à son Altesse] la noble permission de pouvoir compter sur lui, en second lieu après Dieu, pour le pèlerinage à la Demeure sacrée67 – car il plaît à Dieu le Très Haut que cela soit fait ainsi et tous seront reconnaissants au sultan de cela – et de pouvoir s’appuyer sur lui pour l’accomplissement de ce devoir [religieux] et pour recevoir les bénédictions des grands rituels [du pèlerinage]. Alors les jours de sa noble altesse demeureront chantés sur toutes les chaires et les versets de remerciement à Dieu – loué soit-Il – pour perpétuer sa royauté continueront à être récités. Tout ce discours n’est qu’un préambule pour que soit présentée une réponse positive à sa requête de pouvoir envoyer la [caravane du] pèlerinage et le palanquin (al-maḥmal*) chaque année à la Demeure sacrée de Dieu. En effet, il est devenu difficile aux pèlerins du Yémen d’emprunter les itinéraires, et on ne peut plus transporter l’approvisionnement [pour le pèlerinage]. Nous prions Dieu le Très Haut, qu’Il vous apporte la bénédiction pour ses nobles jours et votre noble pensée, pour permettre de dénouer les nœuds de ces difficultés, car Il est la générosité même et la largesse. […]

Formules finales

80Bibliographie : F. Apellaniz, Pouvoir et finance en Méditerranée pré-moderne : le deuxième État mamelouk et le commerce des épices (1382-1517), Madrid, CSIC, 2009 ; F. Bauden, « Du destin des lettres diplomatiques en Islam (période pré-ottomane). Analyse des données et éléments de réponse », dans D. Aigle et S. Pequignot (éd.), La correspondance entre souverains, princes et cités-États. Approches croisées entre I’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance, Turnhout, Brepols, 2013, p. 27-49 ; É. Vallet, « Le marché des épices d’Alexandrie et les mutations du grand commerce de la mer Rouge (xive-xve siècle) », dans Chr. Décobert, J.-Y. Empereur et Chr. Picard (éd.), Alexandrie médiévale 4, Alexandrie, CEAlex 2011, p. 213-227 ; É. Vallet, « Du système mercantile à l’ordre diplomatique : les ambassades entre Égypte mamlūke et Yémen rasūlide (viie-ixe/xiiie-xve siècle) », dans Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. XLIeCongrès de la SHMESP, Lyon, 3-6 juin 2010, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 269-301 ; É. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Notes

39 Un mawlā d’al-Nāṣir.

40 Le précédent calife, ‘Abd al-Rahmān III (émir en 912, calife en 929) qui vient de mourir.

41 Chef des troupes mercenaires.

42 Prénom non identifiable.

43 Coran : 42, 30.

44 Coran : 3, 182.

45 Coran : 28, 15.

46 Coran : 39, 7.

47 Coran : 5, 33.

48 Coran : 34, 19.

49 Coran : 16, 112.

50 Coran : 3, 5.

51 Coran : 18, 49.

52 Coran : 50, 16.

53 Coran : 35, 43.

54 Sultan du Yémen entre 1377 et 1400.

55 Sultan d’Égypte entre 1382 et 1399.

56 L’emploi de ce titre ici ne renvoie pas à un juge islamique mais à un secrétaire de haut rang, selon un usage répandu au Proche-Orient et au Yémen à l’époque mamlouke.

57 Jeu de mot sur zubda, crème de lait, et le nom de la ville de Zabīd, capitale secondaire du sultanat rassoulide.

58 Littéralement : nous l’avons posé sur notre tête et notre œil.

59 Allusion au fait qu’al-Maḥallīservait les deux souverains.

60 Al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās, sultan du Yémen entre 1363 et 1377.

61 La qiṭ‘a (littéralement : “pièce”, “morceau”) désigne ici une unité indéterminée, probablement un colis ou un ballot.

62 Marchandises qui seront revendues en Égypte pour y acheter des biens matériels ou des esclaves (mamlouks) pour le compte du sultan du Yémen.

63 Yumn al-Yaman wa ‘izz Ta‘izz : deux jeux de mots sur le nom du Yémen et la ville de Ta‘izz.

64 Sultan du Yémen entre 1320 et 1364, ici qualifié de saint (muqaddas), une formulation peu courante rappelant que ce sultan faisait l’objet d’une véritable vénération par ses descendants, dont l’auteur de la lettre, qui était son petit-fils.

65 Diplômes émanant d’al-Nāṣir Ḥasan, sultan mamlouk en 1347-1351 et 1354-1361.

66 Peut-être al-Ṣāliḥ Ḥajjī, fils du sultan Sha‘bān, qui régna brièvement en 1381-1382.

67 Al-bayt al-ḥarām, c’est-à-dire La Mekke.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search