Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Expansion et défense du Dār al-Islām

La guerre

Texte intégral

36. Le jihad maritime, un pouvoir régalien : les ports militaires de la côte d’al-Andalus (xe-xie s.)

1On sait peu de choses de la vie d’Abū ‘Abd Allāh Muḥammad Ibn ‘Abd al-Mun‘im al-Ḥimyarī (m. 1325 ?). Vraisemblablement originaire d’Ifrīqiyya, il a pu profiter, pour rédiger son important dictionnaire géographique, des bibliothèques hafsides de Tunis, ville dans laquelle de nombreux émigrés andalous, tels les parents d’Ibn Khaldūn, étaient venus s’installer après la chute d’al-Andalus (1248) où ne subsistait plus que le sultanat de Grenade.

2Parmi les écrits conservés, figure une description des villes d’al-Andalus et des zones rurales environnantes. Ce texte reprend des sources andalouses antérieures dans lesquelles le xe siècle du califat omeyyade (929-1024) occupe une place très importante. La politique de défense, prônée par le calife ‘Abd al-Raḥmān III (929-961) et poursuivie par ses successeurs, est révélée par le programme impressionnant des fortifications côtières, particulièrement celles des villes portuaires du califat. Outre les défenses de la ville et les édifices sultaniens (qaṣaba, grande mosquée, qaysāriyya, etc.), les architectures liées à l’activité navale, tels le port fortifié et l’arsenal (dār al-ṣinā‘a), constituent les éléments nécessaires à la protection et à l’investissement dont les ports les plus importants sont dotés. Dans ces villes maritimes, c’est avant tout la marque du pouvoir sultanien qui est ainsi valorisée, par le caractère grandiose des travaux, la présence de représentants du souverain, de l’administration, des autorités judiciaires, des contingents de l’armée et de la marine. Les reconstructions des ports d’Almeria et de Tortosa en sont une très bonne illustration.

3Source : Ibn ‘Abd al-Mun‘im al-Ḥimyarī, Kitāb al-Rawḍ al-mi‘ṭār fī khabar al-aqṭār [Le livre du jardin parfumé au sujet de la connaissance des parties], éd. et trad. É. Lévi-Provençal, Leyde, Brill, 1938, p. 23-24 (Lisbonne), 24-28 (Séville), 59-60 (Valence), 91-94 (Algeciras), 95 (Denia), 141 (Faro), 151-153 (Tortosa), 193-194 (Alcácer do Sal), 213-214 (Malaga), 221-223 (Almeria), 224 (Minorque), 228-229 (Majorque).

Ushbūna (Lisbonne)

4Dans al-Andalus ; elle fait partie du cercle de Béja, dont le territoire se mêle au sien. On l’appelle [aussi] la ville d’al-Ushbūna.

5Lisbonne est située à l’ouest de Beja. C’est une ville ancienne, située tout au bord de la mer, dont les vagues viennent se briser sur ses remparts. […] Ses remparts sont bien construits et remarquables. Sa porte occidentale, qui est la plus grande de la ville, est surmontée d’arcs (ḥanāyā) superposés qui retombent sur des colonnes de marbre, elles-mêmes prises dans des soubassements de marbre. Lisbonne possède une autre porte qui s’ouvre à l’ouest : on l’appelle Bāb al-Khawkha (Porte du Portillon) ; elle domine une vaste esplanade que traversent deux ruisseaux qui vont se jeter dans la mer. Au sud, se trouve une autre porte, la Porte de la Mer (Bāb al-Baḥr) dans laquelle le flot pénètre à marée montante et vient, sur une hauteur de trois brasses, battre le rempart contigu ; à l’est [se trouve] une porte dite Porte de la Source thermale (Bāb al-Ḥāmma), non loin de la source thermale située près de la mer : ce sont des thermes voûtés dans lesquels jaillissent de l’eau chaude et de l’eau froide, et qui sont recouverts à marée haute ; enfin, une porte, à l’est, la Porte du Cimetière (Bāb al-Maqbara). […]

  • 1 Al-Bahr al-Muẓlim (mer Ténébreuse) est une des appellations de l’océan Atlantique.

6[Lisbonne] s’étend le long du fleuve et possède des remparts et une citadelle bien défendue. Lisbonne est sur le rivage de l’Atlantique (al-Baḥr al-Muẓlim)1. […]

Ishbīliya (Séville)

7C’est une grande ville d’al-Andalus, à trois jours de marche de Cordoue […].

8Séville est une ville grande et populeuse. Elle est pourvue de remparts solides et de souks fréquentés. Sa population est nombreuse ; les habitants y vivent dans l’aisance. Leur principal commerce est celui de l’huile [d’olive] qu’on exporte en Orient et au Maghreb, par terre et par mer. […]

9Séville est posée au bord du Guadalquivir qui la baigne à l’ouest […].

  • 2 Attribuée aux Romains.
  • 3 ‘Abd al-Raḥmān II (822-852).

10L’enceinte2 de Séville avait été [re]construite solidement, en pierres de taille, par l’Imām ‘Abd al-Raḥmān b. al-Ḥakam3, après la prise de cette cité [en 844] par les Vikings (Majūs). Ce fut le même souverain qui fit bâtir la grande mosquée de Séville, qui est un bel et vaste édifice […]

  • 4 Époque de « désordres » qui précéda l’avènement de ‘Abd al-Raḥmān III (912-961).
  • 5 Huile de l’Aljarafe, à l’ouest de Séville.

11[En 913, ‘Abd al-Raḥmān iii] démolit les remparts de fond en comble et bâtit l’ancien alcazar appelé Dār al-imāra (Palais du gouvernement), qu’il rendit inexpugnable en l’entourant d’une haute muraille de pierre et de solides tours de défense. À l’époque des désordres (fitna)4, l’enceinte avait été rebâtie en pisé. […] L’huile5 qu’ils produisent est de qualité supérieure et les olives sont d’un rendement considérable quand on les presse ; cette huile ne s’altère pas aussi longtemps qu’on la conserve ; on en fait l’exportation dans divers pays, par terre et par mer […].

  • 6 Alfunsh = Ferdinand III de Castille.

12En l’année 646, au mois de sha‘bān/novembre-décembre 1248, l’ennemi s’empara de Séville après un siège de plusieurs mois, au cours duquel la population souffrit, fut prise de crainte et perdit l’espoir de voir des secours lui arriver. Les habitants convinrent à la fin de livrer leur ville à l’ennemi6 et de l’évacuer.

Balansiya (Valence)

13[…] C’est une ville située en pays plat, l’une des capitales d’al-Andalus. Elle se trouve dans une plaine, au centre d’une région peuplée. Il s’y fait un commerce considérable. Elle possède des souks, et c’est un port d’importation et d’exportation pour les marchandises. Elle est à trois milles de la mer et sur le bord d’un cours d’eau (Rio Turia).

14[…] Les bateaux peuvent remonter le fleuve de Valence. Ses remparts, qui sont percés de quatre portes, sont bâtis en pierre et en assises de béton. C’est l’une des plus grandes villes et des métropoles les plus réputées d’al-Andalus. […]

15Elle bénéficie à la fois des avantages de sa situation terrestre et maritime.

[Al-Jazīra] al-Khadrā’ (Algeciras)

16Dans al-Andalus. C’est al-Jazīra al-Khaḍrā’(« l’Île verte ») […]

17Elle est située sur une colline qui domine la mer, et ses remparts suivent exactement le rivage. À l’est de la ville, se trouve un fossé, à l’ouest, des jardins de figuiers et des ruisseaux d’eau douce. La citadelle d’Algeciras surplombe le ravin et constitue une forteresse très solide ; ses murs sont en pierre ; elle s’élève à l’est de la ville proprement dite (madīna) et lui est contiguë. Il y a à Algeciras une grande mosquée de belle construction : elle comprend cinq nefs et est pourvue d’une vaste cour et de galeries sur le côté nord ; cette mosquée se trouve au centre de la ville, au sommet de la colline. Les souks de la ville se suivent sans solution de continuité depuis la grande mosquée jusqu’au bord de la mer […].

  • 7 En 912.
  • 8 Au début du xie siècle.

18Il y avait à Algeciras un arsenal (dār al-ṣinā‘a) qui fut édifié7 pour ses flottes par l’Émir des croyants ‘Abd al-Raḥmān III b. Muḥammad : il le fit construire solidement et entourer de murs élevés ; par la suite, lors de la période de troubles8, les princes indépendants d’Algeciras firent de cet arsenal, un palais. Près de la ville, se trouve l’embouchure de la rivière d’Algeciras, dont les rives sont bordées de nombreux jardins, et la partie basse de son cours, au niveau de la mer, où les bateaux pénètrent. […] On y remarque encore, construite dans la mer, une large jetée en pierre où les vaisseaux venaient accoster pour faire leur chargement. […] Une tour fut édifiée sur cette jetée.

  • 9 Les Omeyyades (756-1024).

19La ville d’Algeciras est prospère, agréable à habiter ; elle bénéficie à la fois des productions de son sol et de celles de sa mer ; tout concourt à y rendre la vie facile, car elle est la plus centrale des villes de la zone littorale (al-sāḥil) et la cité d’al-Andalus d’où l’on peut, dans le moindre temps, traverser le Détroit pour se rendre en Afrique du Nord. C’est d’Algeciras que les souverains d’al-Andalus9 partirent pour étendre leur domination sur certaines parties de l’Afrique. Elle possède trois hammams. C’est le chef-lieu d’un cercle aux localités nombreuses. Le montant des impôts perçus sur son territoire s’élevait à 18 900 dinars.

  • 10 Mesure nautique qui correspond à la distance que peut parcourir un voilier, par vent favorable, en (...)

20Le port d’Algeciras offre un abri sûr, même pendant l’hiver ; c’est là qu’il est le plus commode de s’embarquer pour traverser le Détroit de Gibraltar, et c’est le plus proche de la rive africaine. En face se trouve le port de la ville de Ceuta (Sabta) : le bras de mer qui les sépare se franchit en trois majrā-s10. Le port suivant, en longeant la côte, est celui de Gibraltar (Jabal Ṭarīq). Algeciras possède un mur de pierre maçonné avec du béton de chaux. Elle a trois portes et un arsenal, situé à l’intérieur de l’agglomération […]

21À Algeciras, on construit des bateaux pour le commerce d’importation et d’exportation.

Dāniya (Denia)

22Ville du Levant (Sharq) d’al-Andalus.

23Située au bord de la mer, elle est peuplée et de bel aspect. Elle possède un faubourg populeux. Elle est entourée d’un solide rempart qui, du côté de l’est, se prolonge jusque dans la mer : sa construction dénote de l’habileté et de la compétence. Denia est pourvue également d’une citadelle très forte. La ville se trouve dans une région où les cultures se succèdent sans interruption, avec de nombreux jardins de figuiers et vignobles. Son port est fréquenté par les navires. C’est de là que la flotte musulmane partait pour la course ; la plupart des bateaux dont elle se composait étaient construits à Denia même car elle possédait un chantier naval (dār inshā’). […]

Shantamariyyat al-Gharb (Santa Maria de Algarave/Faro)

24[…] Shantamariyyat al-Gharb est située sur une pointe qui s’avance dans l’Atlantique, et, à marée haute, ses murs baignent dans l’eau. C’est une ville d’importance moyenne, avec un territoire dont le sol est de bonne qualité. Elle est pourvue d’une grande mosquée, et c’est le siège d’un cadi en chef. Son port est fréquenté par les navires. Les environs produisent beaucoup de raisin et de figues.

25[…] Shantamariyyat al-Gharb est une ville de fondation antique. Elle est pourvue d’un arsenal (dār al-ṣinā‘a) pour les flottes. En face d’elle, dans la mer, sont les îles où croissent des pins. […]

Ṭurṭūsha (Tortosa)

26[…] Elle est située sur le versant d’une montagne et est dotée d’une solide enceinte. Elle comprend des souks, des localités agricoles, des domaines agricoles et des manufactures. On y construit de grands bateaux pour lesquels on utilise le bois de ses montagnes. Dans celles-ci, on exploite des pins d’une hauteur et d’une épaisseur incomparables. Le bois de ces arbres est rouge, de surface lisse et inaltérable, car les insectes ne s’y attaquent pas comme aux autres bois. De Tortosa à Tarragone, il y a 50 milles ; à la Méditerranée, 20 milles.

27La citadelle (qaṣaba) de Tortosa occupe le sommet, en forme de plateau, d’un grand piton. […]

  • 11 L’inscription de l’arsenal a été retrouvée et indique la date de la construction (944-945) ordonné (...)

28Le centre de la cité (madīna) s’étend à l’ouest et au nord de la citadelle, et est entouré d’un rempart de pierre, qui fut construit par les Omeyyades, suivant le tracé d’une enceinte antique. Ce rempart est percé de quatre portes qui sont toutes bardées de fer. La ville possède également des faubourgs qui touchent aux quartiers nord et sud, et un arsenal maritime (dār al-ṣinā‘a)11 ; l’ensemble est entouré d’une forte muraille […]. Il y a aussi à Tortosa une grande mosquée à cinq nefs, avec un vaste parvis, construite en 345/955-956, quatre thermes, un souk, situé dans le faubourg méridional, où l’on trouve toutes sortes d’objets fabriqués et de marchandises. Cette ville constitue l’un des débouchés du pays sur la Méditerranée et l’une de ses échelles maritimes ; des commerçants de toutes les contrées la fréquentent. On trouve dans la région de Tortosa du bois en grande quantité et l’on en fait l’exportation.

Al-Qaṣr (Alcácer do Sal)12

  • 12 Al-Ḥimyarī consacre deux notices différentes à Alcácer do Sal qu’il désigne sous deux noms différ (...)

29Ville d’al-Andalus, à quatre journées de marche de Silves.

30C’est une belle ville de grandeur moyenne, située sur la rive d’un grand fleuve, Shatūbar (Sado), que remontent les bateaux de croisière de haute mer. Tous les terrains qui avoisinent la ville sont recouverts de bois de pins : grâce à quoi l’on construit à Qaṣr Abī Dānis beaucoup de navires. Le territoire de cette ville est fertile et produit en abondance des laitages, du beurre, du miel et de la viande de boucherie. La distance qui sépare Alcacer do Sal de la mer est de vingt milles.

Qaṣr Abī Dānis (Alcácer do Sal)

31Dans la partie occidentale d’al-Andalus.

  • 13 Alphonse-Henri, roi du Portugal, 1128-1185.

32C’est là que les Rūm remportèrent un avantage sur les musulmans dans l’année 614/1217. Avec l’aide des gens de Lisbonne et les autres sujets d’Ibn al-Rink13, ils se mirent à faire une sape sous le château-fort et ce fut tout juste si les occupants échappèrent à la mort. La nouvelle de ce siège parvint aux gouverneurs respectifs d’al-Gharb (l’Occident d’al-Andalus), de Séville, de Cordoue et de Jaén, et ils équipèrent des troupes pour aller repousser l’ennemi. Une grande armée, formée par eux, arriva devant Alcácer do Sal, mais, suivant leur habitude, les soldats qui la constituaient abandonnèrent le terrain et firent volte-face, en pleine déroute.

Mālaqa (Malaga)

33Ville d’al-Andalus, au bord de la mer. Elle est entourée d’un rempart de pierre ; la mer la baigne au sud. C’est une belle ville, à la population nombreuse, avec beaucoup de maisons. La campagne, sur tous les côtés qui l’environnent, est couverte de figuiers […] : on en exporte en Égypte, en Syrie, en Irak, parfois même dans l’Inde […]. Malaga possède deux grands faubourgs. […]

34Malaga est de fondation antique. La plus grande partie de la ville s’étend le long d’un môle de maçonnerie construit par les Anciens. Ce môle pénètre dans les deux bassins naturels (buḥayra) du port de Malaga : il est construit en blocs de pierre, pareils à des pics de montagne. La citadelle se trouve à l’est de la ville proprement dite : elle est entourée d’un rempart de pierre remarquablement solide. […]

35La grande mosquée de Malaga se trouve dans le cœur de la cité (madīna) : elle est à cinq nefs. La ville est pourvue de cinq portes : parmi ces dernières, deux s’ouvrent du côté de la mer ; une autre dite Porte du Fleuve, regarde l’est ; une autre, dite Porte du Portillon, s’ouvre au Nord. Il y a à Malaga de magnifiques constructions, de beaux thermes, de nombreux souks où l’on trouve de tout, dans la ville proprement dite et dans le faubourg.

Al-Mariya (Almeria)

36Ville d’al-Andalus, de fondation moderne. Sa construction fut ordonnée par l’Émir des croyants al-Nāṣir li-Dīn Allāh ‘Abd al-Raḥmān III b. Muḥammad, dans l’année 344/955-956. Les Vikings (Majūs) s’étant avancés jusqu’à Almeria et ayant fait le tour des côtes d’al-Andalus et du littoral africain, les Arabes utilisèrent Almeria comme observatoire (mir’ā) et y bâtirent des tours de garde (maḥāris). Les musulmans s’y rendaient dans un but pieux et y faisaient ribāṭ*. C’est aujourd’hui le plus renommé des ports d’al-Andalus et le plus peuplé. […]

37[La ville] est protégée par une ligne de fortifications très solides, qui fut bâtie par l’Émir des croyants ‘Abd al-Raḥmān III. Son faubourg, connu sous le nom d’al-Muṣallā (l’Oratoire), est entouré d’un rempart de terre [du début du xie siècle] […].

38La mer est au sud de la ville. La citadelle (qaṣaba) est située au nord : c’est une forteresse solide et inexpugnable, qui s’étend en direction est-ouest ; elle a une porte sud qui donne accès vers la ville. […] Une autre porte, à l’est, occupe un saillant dans le rempart de la ville. Le faubourg est contigu aux escarpements de l’Alcazaba. […] Le port d’Almeria est un port d’été, et ses bassins de l’est et de l’ouest sont bien abrités.

39Almeria était à l’époque des Almoravides la ville d’al-Andalus qui entretenait le plus de relations avec le reste du monde musulman : on y trouvait alors les spécimens les plus remarquables de toutes les productions de l’artisanat. Elle possédait pour le tissage de la soie, 800 ateliers (ṭirāz*). […]

40Auparavant, on fabriquait également à Almeria toutes les variétés d’ustensiles de cuivre et de fer. […] Le port de cette ville était fréquenté par les navires de commerce venant d’Alexandrie et de Syrie. Il n’y avait pas, dans l’ensemble d’al-Andalus, de population comptant d’aussi grandes fortunes.

Minūrqa (Minorque)

  • 14 Gouverneur almohade d’Ibiza.

41C’est une île située vis-à-vis de Barcelone, à un majrā de cette dernière ville et à quatre de la Sardaigne. C’est, avec Ibiza (Yābisa) l’une des deux îles [associées à] Majorque (Mayūrqa) […]. Sa‘īd Ibn al-Ḥakam14 […] mit Minorque en état de défense, la gouverna pour son compte de façon louable et obtint une trêve de l’ennemi [catalan].

Mayūrqa (Majorque)

  • 15 Les Banū Ghāniya, clients des Almoravides, gouvernèrent les Baléares, à partir de 1126 jusqu’en 12 (...)
  • 16 Sayyid : membre de la famille du calife almohade, occupant le plus haut rang de la hiérarchie mili (...)
  • 17 En général, chiffre indiquant une grosse escadre, mais les précisions données ici laissent à pense (...)

42[…] Le souverain [almohade] al-Nāṣir Muḥammad b. Ya‘qūb al-Manṣūr b. Yūsuf b. ‘Abd al-Mu’min (1198-1214) envoya contre lui [‘Abd Allāh b. Ghāniya al-Massūfī15], en expédition, son oncle paternel, le « seigneur » (sayyid16) Abū l-‘Ulā Idrīs b Yūsuf b. ‘Abd al-Mu’min et le shaykh Abū Sa‘īd b. Abī Ḥafs. Ces deux généraux firent leur jonction à Denia, et là, chacun d’eux passa en revue les forces dont il disposait. Les deux colonnes comprenaient 1 200 cavaliers, 700 archers, 15 000 fantassins, sans compter les corps de débarquement des galères. La flotte se composait de 300 bateaux17, dont 70 corvettes (ghurāb), 30 bâtiments de chasse (ṭarīda), 50 grands vaisseaux et des barques de diverses espèces. L’armée disposait aussi d’une quantité innombrable de munitions, d’armes, de balistes, d’échelles, de pelles-bêches, de pioches, de pics, de cordes et de câbles ; de même, de cottes de mailles, de sabres, de lances, de heaumes, d’écus, de mantelets, d’arcs et de caisses de flèches, ainsi qu’un approvisionnement considérable de vivres. L’expédition gagna Ibiza, où l’on fit la prière du vendredi, et mit à la voile, le lendemain samedi 24 dhū-l-ḥijja/3 septembre 1203. Après avoir débarqué, le corps expéditionnaire se rapprocha de la capitale de l’île (Palma), tandis que la flotte, aux ordres du sayyid Abū l-‘Ulā, croisait devant le port. […]

43Bibliographie : P. Guichard, Al-Andalous, Paris, Hachette, 1999 ; É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, Paris, Maisonneuve et Larose, 1959-1967, 3 vol., rééd. 1999 ; J. Lirola Delgado, El poder naval de al-Andalus en la época del califato omeya, Grenade, Universidad de Granada, 1993 ; Chr. Picard, La mer et les musulmans d’Occident au Moyen Age ( viiie- xiiie siècle), Paris, Puf, 1997 ; Chr. Picard, L’océan Atlantique musulman de la conquête arabe à l’époque almohade. Navigation et mise en valeur des côtes d’al-Andalus et du Maghreb occidental (Portugal, Espagne, Maroc), Paris, Maisonneuve et Larose, 1997.

37. Le jihad califal selon al-Māwardī

44Abū l-Ḥasan ‘Alī al-Māwardī (974-1058), juriste chafiite, fit l’essentiel de sa carrière à Bagdad, comme grand cadi et rédigea pour le calife al-Qādir (991-1031) des ouvrages sur les quatre écoles juridiques du sunnisme. Il représenta le calife al-Qā’im (1031-1045) comme ambassadeur, à quatre reprises, mais fut l’objet de critiques de la part de ses « confrères », en particulier des chiites protégés par les émirs bouyides qui avaient alors entre leurs mains la réalité du pouvoir. Cela dit, il faisait autorité en matière de droit, auprès du califat de Bagdad, raison pour laquelle il fut chargé de défendre les droits des califes face aux Bouyides chiites (945-1055), en particulier en matière de jihad. En effet, même si le califat avait été dépossédé de la réalité du pouvoir militaire, il demeurait, en théorie, l’autorité chargée de mener la guerre, en personne ou par délégation.

45Les Aḥkām al-sultòāniyya [Les statuts gouvernementaux] traitent des différents domaines sur lesquels les califes abbassides exerçaient leur autorité, ainsi que sur la délégation de pouvoir. Parmi les questions abordées, la guerre tient une place éminente. En effet, depuis les premiers temps de l’État islamique à Médine, le Prophète en personne, puis les califes eurent en charge la direction du jihad, mené d’abord contre les Qurayshites de La Mekke, qui n’adhéraient pas à l’islam, sous la direction de Muḥammad, puis contre les tribus arabes qui ne reconnaissaient pas l’autorité du Prophète et des musulmans. Cette époque est connue sous le nom de ridda, ou « apostasie » des tribus arabes, après la mort de Muhammad (632). Le successeur de Muḥammad, Abū Bakr (632-634) et surtout ‘ Umar b. al-Khaṭṭāb (634-644) et les califats suivants, imposèrent que le monopole de la direction de la guerre fût entre les mains du calife, ce qui ne signifiait pas pour autant qu’il conduisît lui-même les armées. Ainsi, les califes de Médine puis les Omeyyades de Damas prenaient les décisions stratégiques, mais confiaient le commandement de l’armée à des chefs de guerre, hormis Marwān II (744-750) qui prit la tête des armées musulmanes contre les Byzantins. Après une période de près d’un siècle, pendant laquelle les califes abbassides alternaient entre la conduite des campagnes en terre infidèle et, cas le plus fréquent, la délégation du commandement, notamment sur la frontière byzantine, les souverains perdirent la réalité du pouvoir, au profit des émirs et des sultans.

46C’est durant cette période que le juriste al-Māwardī se chargea, dans son ouvrage, de rappeler les différentes bases juridiques de la guerre, en faisant apparaître la prééminence du calife sur l’ensemble de ce domaine. La conduite de la guerre et de la défense de l’empire (Dār al-Islām) est présentée ici comme le résultat d’une délégation du pouvoir militaire, en particulier sur les frontières et à Bagdad, les califes n’ayant plus d’autorité réelle sur la force armée, sous contrôle des Bouyides, avant que les Seljoukides ne prennent le relais. Ces émirs ou sultans détiennent entre leurs mains, toujours par délégation de pouvoir, l’ensemble des fonctions du gouvernement califal. Toutefois, c’est, toujours selon l’opinion d’al-Māwardī, le calife qui est censé déléguer les différents commandements, ainsi que la direction de l’administration de l’empire abbasside, tenu par les hommes des émirs bouyides. En revanche, la présentation de la délégation des postes du pouvoir par al-Māwardī, montre que les émirs bouyides, chiites, et, plus tard, les sultans seljoukides (1055-1194), ne purent se passer de la délégation du calife abbasside, seul souverain légitime.

47Source : Al-Māwardī, Al-aḥkām al-sulṭāniyya wa l-wilāyāt al-dīniyya, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 2011, trad. E. Fagnan, Les statuts gouvernementaux ou Règles de droit public et administratif, Alger, 1915, p. 1-2, 8, 71-73, 75-76, 83, 98-104, 108.

  • 18 Le calife.

48Comme les statuts gouvernementaux concernent plus spécialement les administrateurs, mais que, confondus avec d’autres, ils ne peuvent être bien étudiés par les intéressés […] j’en ai, obéissant à celui aux ordres de qui je dois obtempérer18, rédigé un traité particulier afin que, sachant par les opinions des juristes, d’une part que ce sont ses droits, il les fasse respecter, d’autre part ce que sont ses devoirs, il les accomplisse, en poursuivant une rigoureuse justice dans la mise à exécution et la réalisation des uns et des autres et en suivant de préférence la voie de l’équité aussi bien pour en exiger le respect que pour en octroyer l’usage. […]

49Venons-en maintenant à notre sujet. Allāh – dont la puissance soit exaltée – a institué pour son peuple un chef par qui il a donné un successeur au Prophète et protégé la religion, qu’il a investi du commandement afin que la direction des affaires émanât d’une foi par lui instituée et qu’il y eût accord au sujet d’une opinion dûment reconnue. […]

50Les conditions qu’il y a lieu d’exiger de ceux qui sont susceptibles de devenir imam sont au nombre de sept [… dont la sixième est] la bravoure et l’énergie nécessaires pour faire respecter le territoire musulman et pour combattre l’ennemi. […]

Investiture de l’émirat du jihad

  • 19 Les polythéistes désignent plus particulièrement les chrétiens (donc les Byzantins) dont le dogme (...)

51Cet émirat, qui a pour but spécial la lutte contre les polythéistes19, est de deux sortes :

  1. limité à l’administration du corps d’armée et à la conduite des opérations militaires, il est soumis aux conditions exigées pour l’émirat spécial ;
  2. conférant la plénitude des droits qu’il comporte quant au partage du butin et à la conclusion de la paix, il est soumis aux conditions exigées pour l’émirat général. Des divers offices spéciaux, c’est celui qui est le plus important par les règles qu’il met en jeu et le plus complexe par les divisions et subdivisions qu’il comporte. […]

52Les règles qui lui sont applicables se divisent en six catégories :

53I. Mise en marche du corps de troupes. À l’émir incombe des obligations au nombre de sept […].

54Suivent une série de recommandations sur la manière de mener les campagnes en territoire ennemi, puisées dans le Coran, en particulier la sourate 8 « Le butin », et dans les hadiths liés aux campagnes du Prophète.

  • 20 D’enrôlement dans l’armée : le dīwān.
  • 21 Coran : 9, 41.

55[…] – Tenir compte de la catégorie à laquelle appartiennent ses compagnons d’armes, qui sont ou réguliers ou volontaires. Les premiers sont inscrits sur les registres20 ; ils figurent parmi les ayant-droits au butin (fay’*) et doivent le service lié au jihad ; leur solde est acquittée par le Trésor public sur le produit du butin, dans la mesure de leur aisance et de leur situation nécessiteuse. D’autre part, les volontaires [du jihad], qui ne sont pas sur les listes du dīwān*, se composent de nomades, d’Arabes, d’habitants de bourgs et de villes, qui ont répondu à l’appel aux armes, conformément à la recommandation divine : « Accourez légers et lourds, et combattez de vos biens et de vos personnes dans la voie d’Allāh21. » […]

  • 22 Coran : 9, 60.

56Ces volontaires sont rétribués, non sur le butin, mais sur les dîmes aumônières, c’est-à-dire sur la part prélevée sur celles-ci pour le combat dans la voie d’Allāh, mentionnée dans le verset qui en fait état22. […]

57II. La seconde partie des règles concernant cet émirat a trait à la conduite des opérations militaires [en terres infidèles]. Les polythéistes sont, en territoire ennemi, divisés en deux catégories :

  • Ceux chez qui la prédication de l’islam s’est faite, qui ont refusé de l’entendre et qui l’on combattue. L’émir peut, pour les combattre, choisir à son gré l’un ou l’autre de ces procédés, selon qu’il le jugera plus favorable aux fidèles et plus nuisible aux infidèles : ou les harceler de jour et de nuit en recourant aux armes et à l’incendie, ou leur déclarer la guerre et leur livrer une bataille rangée.
  • Quant aux polythéistes que n’a pas touchés la prédication islamique, et ils sont aujourd’hui bien peu nombreux car Allāh a fait entendre au loin la doctrine de son Envoyé – à moins qu’il y ait des peuples que nous ne connaissions pas, habitant vers les déserts d’Orient ou les régions les plus éloignées, par-delà les Turcs et les Rûm-s23 que nous combattons –, ces polythéistes, il nous est interdit de les attaquer par surprise et d’employer inopinément le fer et le feu contre eux, en débutant par des massacres, avant de les avoir appelés à l’islam et de leur avoir fait connaître de quoi, parmi les miracles prophétiques et la manifestation de l’Argument péremptoire24, provoquer leur adhésion. Si, après cela, ils persistent dans leur infidélité, l’émir doit leur faire la guerre et les traiter comme ceux qu’avait déjà touchés la prédication islamique. […]

58Si, donc, l’émir commence à attaquer ces infidèles avant de les avoir appelés à la foi musulmane et de les avoir prévenus à l’aide de l’Argument péremptoire, et qu’il les massacre par surprise, il doit le prix du sang des victimes. […]

59Le fidèle peut mettre à mort tout combattant polythéiste, ayant ou non participé à la lutte, dont il s’empare. Mais les avis diffèrent quant à ce droit, à l’égard des shaykhs et des moines habitant des cellules ou des couvents : ils ne doivent, disent les uns, être mis à mort, que s’ils combattent ; car, de même que les femmes et les enfants, ils sont [comme] couverts par un traité ; mais selon d’autres, la mort peut être infligée même aux non-combattants, car, par leurs avis, ils peuvent être même plus dangereux pour les fidèles. […]

60Suit une série de références aux premiers musulmans, concernant le sort des femmes et des enfants infidèles et la manière de les combattre. Ensuite, al-Māwardī rappelle les règles auxquelles doit se référer l’émir, en territoire hostile, pour éviter la défaite.

  • 25 Coran : 3, 200.

61V. La cinquième partie des règles de cet émirat a trait à la résistance que doit opposer l’émir aux efforts des guerriers ennemis, si longtemps qu’ils durent, qu’il doit vigoureusement repousser sans tourner le dos. Allāh a dit : « O vous qui croyez, soyez constants, ayez de l’endurance, déployez du zèle en combattant dans la voie d’Allāh25 ». De cela trois interprétations sont données : cela veut dire d’après al-Ḥasan : soyez constants dans votre obéissance à Allāh, ayez de l’endurance contre les ennemis d’Allāh, déployez du zèle en combattant dans la voie d’Allāh […]

62La persévérance dans la lutte, comme étant une des obligations du jihad, doit se maintenir jusqu’à ce qu’elle ait réalisé l’un de ces quatre résultats :

631) L’islamisation des adversaires qui, alors, acquièrent les mêmes droits que nous, sont soumis aux mêmes charges et continuent de rester maîtres de leur territoires et de leur biens […] Quand ils sont devenus musulmans, leur territoire devient Pays d’islam, et ils sont régis par la loi musulmane. Si, même au cours de la lutte, une troupe, nombreuse ou non, se déclarait musulmane, cela suffirait à garantir à ceux qui la composent la terre et les biens qu’ils ont en Pays de guerre. La conquête de celui-ci ne transforme pas en butin les biens de ceux qui se sont faits musulmans. Mais, d’après Abū Ḥanīfa, les biens immobiliers, terres et maisons, deviennent butin, à la différence des biens mobiliers, argent et effets ; ce qui est en opposition avec la tradition. […] Leur islamisation entraîne celle de leurs enfants mineurs et tous ceux qui ne sont que conçus. Mais, d’après Abū Ḥanīfa, la conversion d’un infidèle en pays musulman, n’entraîne pas celle des enfants mineurs, tandis que, faite en pays de guerre, elle entraîne celle-ci, mais non celle d’un fœtus, lequel fait avec sa mère partie du fay’* (butin).

64Dans le cas où un musulman serait entré en pays de guerre et y aurait acquis de la terre ou des effets, une conquête musulmane ultérieure ne lui enlèverait pas sa propriété, sur laquelle sa qualité d’acheteur lui conférerait un droit supérieur. Mais, d’après Abū Ḥanīfa, la terre achetée dans ces conditions ferait partie du butin (fay’).

652) Le deuxième résultat est qu’Allāh lui donne la victoire mais que les vaincus restent polythéistes. Dans ce cas, leurs femmes et leurs enfants sont réduits en captivité, leurs biens constituent un butin, et ceux d’entre eux qui ne sont pas réduits en captivité sont mis à mort. À l’égard des prisonniers, le vainqueur peut, à son choix, adopter le plus avantageux de ces quatre partis : les faire décapiter par le bourreau ; les traiter en esclaves et, par la suite, les vendre ou les affranchir ; exiger d’eux une rançon, soit en argent soit en captifs ; user de générosité et leur pardonner. […]

66La rançon, dans le cas qui nous occupe, s’entend de deux manières : c’est le rachat contre argent ou contre libération d’un captif, comme fit l’Apôtre [Muḥammad] en consentant au rachat des captifs de Badr, moyennant finance, alors que sur un autre champ de bataille il paya de deux captifs la liberté d’un seul de ses partisans. […]

673) Le troisième résultat est que les infidèles paient pour obtenir paix et arrangement. L’émir peut accepter leur versement et leur consentir la paix selon l’un ou l’autre de ces deux modes.

  • Le versement se fait immédiatement, et non à titre de tribut permanent. Alors cette somme constitue un butin, car elle est acquise par le fait de la mise en campagne des chevaux et des chameaux, et elle se partage entre les guerriers. Elle représente pour ceux qui la payent une garantie que les nôtres cesseront de les combattre au cours de l’expédition, mais cela ne les empêche pas de recommencer ultérieurement les hostilités, contre les mêmes ennemis.
  • Ou bien les vaincus doivent faire un versement annuel, qui constitue donc un impôt permanent, et la sécurité leur est ainsi assurée de façon permanente. Le montant du versement constitue un butin qui est réparti entre les guerriers, et celui des années suivantes l’est entre les ayants droit au fay’. Les hostilités ne peuvent être reprises contre ces vaincus tant qu’ils puisque cette régularité dans le paiement comporte le maintien de la bonne entente. S’ils refusent de payer, la bonne entente cesse, la sécurité ne leur est plus assurée et les hostilités doivent être rouvertes contre eux, au même titre que contre ceux qui habitent un pays ennemi […]

68VI […]. L’émir qui a reçu une délégation générale sur les guerriers doit veiller à ce qu’ils respectent les règles qui leur sont imposées et leur appliquer les peines légales (ḥudūd), sans distinguer entre les volontaires et les réguliers soldés ; mais il n’a pas à s’occuper des règles applicables à d’autres tant qu’il est en marche vers la frontière qui lui est confiée. Néanmoins, quand il y est installé, il lui est permis de veiller à l’application des règles à l’égard de tous ceux qui s’y trouvent, soit combattants, soit sujets.

69Lorsque l’émirat qui lui est conféré est spécial, il s’acquitte de son mandat en se bornant à ce seul but.

70Bibliographie : M. Bonner, Le jihad, origines, interprétations, combats, Paris, Téraèdre, 2004 ; EI 2, « al-Māwardī » (C. Brockelmann) ; A. Morabia, Le gihad dans l’Islam médiéval, Paris, Albin Michel, 1993 ; D. Sourdel, L’État impérial des califes abbassides, viiie- xe siècle, Paris, Puf, 1999.

38. Le Bureau du jihad fatimide

71Né en Égypte, le cadi chafiite Ibn al-Ṭuwayr (m. 1220) exerça de hautes fonctions dans les administrations fatimide puis ayyoubide. Après 1171, il entreprit de rédiger un ouvrage intitulé Nuzhat al-Muqlatayn fīakhbār al-dawlatayn [Histoire des deux dynasties], bien que l’essentiel des informations qu’il fournit concerne l’État fatimide. Cet ouvrage n’est pas parvenu jusqu’à nous, mais a servi à de nombreux historiens de la période mamlouke pour écrire l’histoire des derniers Fatimides. Ce sont les extraits recopiés par ces compilateurs qui ont été réunis et édités par Ayman Fu’ād Sayyid en 1996.

  • 26 La traduction du terme ṣinā‘a par arsenal, n’est en réalité pas tout à fait appropriée pour rendre (...)

72L’édition actuelle présente plusieurs chapitres consacrés au fonctionnement des grands bureaux (dīwān-s*) de l’État fatimide. Un long développement est consacré au Bureau du jihad (dīwān al-jihād). Les Fatimides mirent très tôt en avant leur zèle à pratiquer le jihad. Pour ces califes ismaïliens qui prétendaient gouverner l’ensemble du monde musulman, il s’agissait de se présenter comme les véritables champions de l’islam. Très exploitée au xe siècle, la thématique du jihad fut un peu moins mobilisée par la propagande fatimide au siècle suivant. Elle fut réactivée dans le contexte des croisades : il s’agissait désormais pour les Fatimides de s’opposer aux Francs et de lutter contre la propagande sunnite de plus en plus virulente contre ces califes chiites. De fait, les échecs terrestres des Égyptiens face aux croisés facilitèrent la propagande anti-fatimide. La marine égyptienne demeura alors la seule arme capable d’infliger des revers aux chrétiens et à entretenir la résistance des dernières cités littorales syro-palestiniennes. Cette flotte était gérée par le Bureau de l’arsenal (dīwān al-ṣinā‘a)26 qui fut réformé en 1137 par le vizir Ridwān al-Walakhshī (1136-1138). Ce dernier regroupa plusieurs services sous la coupe du même dīwān qu’il rebaptisa. Il plaça sous la responsabilité directe du Bureau du jihad l’approvisionnement des villes littorales syro-palestiniennes. Les passages traduits ici mettent en évidence le fonctionnement de ce bureau et soulignent l’importance du cérémonial qui existait autour des départs en expédition.

73Le calife al-Mu‘izz (953-975) fut le premier à entrevoir le potentiel de la marine pour appuyer la propagande fatimide. Il la professionnalisa peu à peu pour gagner en efficacité et renforça le lien entre sa personne et la flotte en la passant lui-même en revue. Il songea aussi à mettre en scène le départ des bateaux de guerre en expédition. Le calife al-Ḥākim (996-1021) donna forme au projet de son grand-père et développa tout un cérémonial qui mettait l’accent sur les liens unissant les califes à leur marine. Ibn al-Ṭuwayr décrit ici les processions califales qui traversaient Fusṭāṭ plusieurs fois l’an. Elles passaient systématiquement par des lieux symboliques du pouvoir califal, notamment par l’arsenal où n’avaient le droit de pénétrer à cheval que le calife et le vizir. La cérémonie décrite par Ibn al-Ṭuwayr fait référence à une période durant laquelle les vizirs jouèrent un rôle majeur dans l’État. Plusieurs chapitres laissent supposer que l’auteur décrit les cérémonies telles qu’elles furent modifiées à partir du vizirat d’al-Afḍal (1095-1121) qui chercha, par sa participation aux cérémonies, à concurrencer le pouvoir des califes. Il fit ainsi stocker dans son palais de Fusṭāṭ tous les agrès des navires afin d’empêcher le calife d’armer des navires de combat. On voit à quel point le contrôle de la construction navale constituait un attribut majeur du pouvoir pour les califes fatimides et pour tous ceux qui prétendaient exercer le pouvoir en Égypte durant leur califat.

74Source : Ibn al-Ṭuwayr, Nuzhat al-Muqlatayn fī akhbār al-dawlatayn, éd. A. Fu’ād Sayyid, Beyrouth/Stuttgart, Franz Steiner,, 1992, p. 94-100 ; trad. D. Bramoullé.

Dīwān* al-jihād

  • 27 Les bateaux appelés ‘ushārī (pl. ‘ushāriyyāt) et daymās, semblables à des gondoles, étaient parfoi (...)
  • 28 Il s’agit des diverses fêtes durant lesquelles le calife montait à bord de l’une de ces embarcatio (...)

75L’activité dans le Bureau du jihad, qui s’appelle le Bureau des Constructions [Navales] (dīwān al-‘amā’ir), est la suivante : son emplacement se trouvait à Miṣr (Fustòātò), dans le chantier de construction des navires de guerre (usṭūl) et des bateaux (marākib) destinés au transport des récoltes sultaniennes, du bois et d’autres produits. Il y avait là plus de cinquante bateaux ‘ushārī ainsi que vingt daymās27. Parmi eux, dix étaient réservés au calife pour les jours de rupture du canal et d’autres jours encore28. Chacun d’entre eux avait un capitaine et des matelots permanents payés sur l’argent de ce dīwān. Les autres embarcations ‘ushārī et daymās étaient réservées aux différents gouverneurs de district. Les capitaines et les marins de ces embarcations – peu importe leur lieu d’affectation – étaient également payés avec l’argent de ce dīwān. […]

  • 29 Deux types de navires de guerre, sortes de galères pourvues d’un pont.

76[Ibn al-Ṭuwayr] a dit : « Parmi les choses auxquelles ils [les Fatimides] attachaient de l’importance se trouvaient les navires de guerre et les troupes. Des navires furent construits continuellement à Miṣr (Fustòātò), Alexandrie et Damiette. Il s’agissait de divers types de navires de guerre ; les galères de combat, et les navires shalandiyyāt et musaṭṭaḥāt29. Ils étaient envoyés vers les villes littorales qui se trouvaient entre les mains des Fatimides comme Tyr, Acre, Ascalon. L’effectif de la flotte s’élevait vers la fin de leur règne à quelques 5 000 hommes. Dix d’entre eux formaient l’élite et étaient qualifiés de chefs (quwwād). […]

  • 30 Les shīnī étaient des galères de combat avec un pont ; elles étaient propulsées par plus de 100 ra (...)

77Le commandement de la flotte était confié à un membre éminent parmi ceux des généraux qui étaient connus pour leur détermination et leur courage. Le calife lui-même, en présence du vizir, lui confiait la somme destinée à organiser l’expédition. […]. Durant le règne d’al-Mu‘ izz li-Dīn Allāh, le nombre de vaisseaux s’élevait à 600 unités, mais dans les dernières années de la dynastie, il n’était plus que de 80 galères (shīnī), 10 musaṭṭaḥāt et 10 ḥammālāt30. […]

  • 31 Ce pavillon se trouvait au sommet de la mosquée construite par al-Ḥākim dans la zone dite d’al-Maq (...)
  • 32 Le muqaddam était le général qui prenait la tête de l’expédition tandis que le rā’is était l’amira (...)

78Lorsque les chargements étaient achevés et que les navires étaient prêts au départ, le calife et le vizir chevauchaient jusqu’à al-Maqs, au bord du Nil. Dans la mosquée sur la berge du fleuve se trouvait un pavillon dans lequel s’installait le calife pour célébrer l’appareillage des flottes et les accueillir à leur retour31. Lors des départs, une fois le calife et le vizir assis, les capitaines arrivaient de Miṣr (Fustòātò) sur les navires afin de procéder aux manuvres sous les yeux du calife. Les embarcations étaient équipées de leurs armes et de leurs protections. Les mangonneaux étaient actionnés, les rameurs accéléraient et ralentissaient les navires comme lors d’un combat contre des ennemis en pleine mer. Après la démonstration, le calife invitait le commandant en chef (muqaddam) et l’amiral (rā’is) [de la flotte] à le rejoindre32. Il invoquait alors pour tous, la sécurité et la victoire. Il donnait 100 dinars au commandant en chef et 20 dinars à l’amiral. La flotte partait ensuite vers Damiette puis passait en pleine mer, provoquant, en pays ennemi, crainte et renommée.

79Bibliographie : D. Agius, Classic ships of Islam, Leyde, Brill, 2008 ; A. M. Fahmy, Muslim Naval Organisation, Le Caire, National Publication & Printing House, 1966 ; A. Fu’ād Sayyid, « Lumières nouvelles sur quelques sources de l’histoire fatimide en Égypte », Annales islamologiques, 13, 1977, p. 1-41 ; Chr. Picard, « Les arsenaux musulmans de la Méditerranée et de l’océan Atlantique (viie-xve siècle) », dans D. Coulomb, C. Otten-roux, P. Pagès, D. Valérian (éd.), Chemins d’Outremer. Études d’histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, II, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005 ; P. Sanders, Ritual, Politics, and the City in Fatimid Cairo, Albany, State University of New York Press, 1994.

39. Le calife al-Mustarshid passe ses troupes en revue (1134)

80Au cours du xiie siècle, les califes abbassides, qui s’étaient vu dépossédés de leur armée en passant sous tutelle bouyide puis seljoukide, récupérèrent peu à peu leurs prérogatives militaires. À compter du règne d’al-Mustarshid (1118-1135), les califes reconstituèrent progressivement une armée enrôlée et payée par eux, dirigée par des émirs qu’ils nommaient eux-mêmes. Dans un premier temps, le calife, ne disposant pas encore d’émirs qui fussent à son service de façon permanente, engageait des émirs indépendants qui incorporaient leurs troupes aux armées abbassides ; dans ce passage, l’émir turc Albuqash est présenté comme venant de lui-même se mettre au service du calife. Dans les décennies suivantes, les califes redevinrent ainsi à même de mener une politique régionale indépendante des sultans seljoukides, et parfois même dirigée contre eux. Ce passage de la Chronique bien ordonnée d’Ibn al-Jawzī (m. 1201) montre le calife al-Mustarshid passant ses troupes en revue en 1133, à la fin de son règne, à une période où l’influence seljoukide était encore importante (d’où les exigences financières du sultan Sanjar), mais où la reconstitution d’une armée abbasside était désormais un processus irréversible.

81Source : Ibn al-Jawzī, al-Muntaẓam fī ta’rīkh al-mulūk wa l-umam [Chronique bien ordonnée de l’histoire des rois et des nations], éd. par M. et M. ‘Abd al-Qādir ‘Atòā, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1992, 18 tomes en 17 volumes, t. 17, p. 283 ; trad. V. Van Renterghem.

Année 528/1133-1134

  • 33 Sultan seljoukide d’Iran (1118-1157).
  • 34 Abū ‘Abd Allāh Ibn al-Anbārī, connu sous le titre de Sadīd al-Dawla (m. 1163), était le chef de (...)
  • 35 Bahrūz al-Ghiyāthī, maître de Takrīt, fut longtemps shiḥna* de Bagdad et de l’Irak et mourut en  (...)
  • 36 Ville d’Irak, située à environ 160 km au nord de Bagdad.

82[…] Un envoyé [du sultan] Sanjar33 arriva [à Bagdad] où on lui remit un vêtement d’honneur, et l’on en prépara un autre à destination de Sanjar avec une somme de plus de 120 000 dinars. En jumādā II/avril 1134, Ibn al-Anbārī34 partit, chargé de cette somme, en compagnie de l’envoyé de Sanjar. Al-Mustarshid fit écrire à Bahrūz le khādim*35, à la citadelle [de Takrīt36] : « Tu es bien installé et tu as de l’argent, il est souhaitable que tu nous en donnes un peu afin que nous payions les soldats. » Bahrūz refusa ; le calife envoya des troupes pour l’assiéger. Les combats eurent lieu au début du mois de shawwāl/juillet 1134, puis Bahrūz finit par envoyer l’argent. […]

  • 37 Émir turc qui servit le sultan Mas‘ūd, dont il fut le shiḥna, en Irak. Sa nisba* al-Silāḥī signif (...)
  • 38 Sharaf al-Dīn Anūshirwān b. Khālid (m. 1138), originaire de Kashan, en Iran central, de penchants (...)

83Albuqash al-Silāḥī37 vint [à Bagdad] pour demander à se mettre au service d’al-Mustarshid. C’était l’un des [émirs] turcs les plus importants. Le calife remit des vêtements d’honneur à tous les émirs, et passa ses troupes en revue le jour de la fête de la rupture du jeûne (juillet 1134). Il fit proclamer qu’aucune personne du peuple ne se mélangeât avec les soldats ; ceux qui, ce jour-là, chevaucheraient à dos de mule ou d’âne verraient leur sang rendu licite, et personne n’osa s’y aventurer. Le vizir Sharaf al-Dīn38, le Trésorier, le grand cadi, le chef des syndics (naqīb* al-nuqabā’) et les hauts fonctionnaires se montrèrent dans un apparat dont on n’avait jamais vu de semblable, en matière de chevaux caparaçonnés, de soldats en armes et de beaux équipements. Chaque émir, accompagné de ses hommes, recevait une robe d’honneur décernée par le calife. Les troupes étaient composées de 15 000 cavaliers, sans compter ceux qui étaient absents de la ville. Ce fut la seule fois où les hauts dignitaires se montrèrent pour la Fête.

84Bibliographie : E. J. Hanne, Putting the Caliph in His Place : Power, Authority, and the Late Abbasid Caliphate, Madison, Fairleigh Dickinson University Press, 2007 ; V. Van Renterghem, Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, 2015.

40. La furūsiyya une forme de « chevalerie »

85Héritière de diverses disciplines physiques et tactiques promues par les élites de l’empire sassanide, la furūsiyya* (de faras, cheval/monture en arabe) embrasse un ensemble de sciences et de pratiques en lien avec le combat. La plupart ont un rapport avec le cheval, son dressage, son élevage et les sciences vétérinaires qui s’y rapportent. S’y ajoutent encore les arts de la chasse et de la pêche (cynégétique, halieutique), les techniques et maniements des armes, les sports de combat (lutte, boxe), ainsi que plusieurs autres types d’exercices comme la natation, le hockey ou le polo. Les immenses hippodromes et terrains de polo découverts parmi les vestiges archéologiques de Samarra, capitale des abbassides entre 836 et 892, témoignent encore de l’importance considérable accordée à ces disciplines en contexte abbasside.

86Dès le premier siècle du règne abbasside en effet, plusieurs traités de cynégétique, d’archerie ou de polo sassanides, sont traduits du persan en arabe. La furūsiyya est alors plus ou moins séparée en deux branches : la furūsiyya « noble » (nabīla), une institution d’État qui entre directement en jeu dans l’éducation princière et la furūsiyya militaire (ḥarbiyya) sur laquelle repose la formation de l’élite militaire. L’intérêt qu’on lui porte ne tarit pas après la chute de Bagdad en 1258 : la furūsiyya jouit d’un prestige considérable dans le Proche-Orient mamlouk, et ce jusqu’à la fin de la période circassienne (1382-1517). Les plus anciens traités sont datés de cette période, mais il s’agit souvent de textes qui reposent, entièrement ou partiellement, sur des ouvrages largement antérieurs.

87Ibn Akhī Ḥizām al-Khuttalī ( ixe siècle), qui a appartenu au corps khorassanien de l’armée abbasside reconnu pour la qualité de sa formation militaire, est ainsi le théoricien le plus célèbre de la furūsiyya. Les pages ici reproduites sont issues d’une copie mamlouke d’un traité, daté de 1470, dont l’attribution à Ibn Akhī Ḥizām demeure sujette à caution. Largement illustré, l’ouvrage présente d’une part les arts chevaleresques, ici le chapitre d’une leçon : Comment désarçonner un cavalier, tout en offrant d’autre part une documentation précise à usage militaire, comme cette peinture d’une arme incendiaire pouvant être utilisée sur les champs de bataille. Le caractère schématique des dessins est à la fois imputable au style en vogue chez les Mamlouks et à la valeur éminemment didactique de ces images au sein du manuscrit.

88Bibliographie : Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, Paris, IMA/Gallimard, 2002 ; Furûsiyya. L’Art des chevaliers en pays d’Islam. Collection de la Furûsiyya Art Foundation, Paris, IMA/Skira, 2007 ; S. al-Sarraf, « Furusiyya Literature of the Mamluk Period », dans D. Alexander (éd.), Furusiyya. The Horse in the Art of the Near East, Riyad, King Abdulaziz Public Library, 1996, 2 vol., t. 1, p. 118-135 ; S. al-Sarraf, « Mamluk Furūsiyah Literature and Its Antecedents », Mamlūk Studies Review, 8, 2004, p. 141-200.

Fig. 3 — Joute équestre.
Kitāb al-makhzūn jāmi‘ al-funūn [Trésors de tous les arts] attribué à Ibn Akh̄ Ḥizām
Égypte ou Syrie, 875/1470, Paris, BnF, Arabe 2824, fol. 29r.

Fig. 4 — Arme incendiaire.
Kitāb al-makhzūn jāmi‘ al-funūn [Trésors de tous les arts] attribué à Ibn Akh̄ Ḥizām.
Égypte ou Syrie, 875/1470, Paris, BnF, Arabe 2824, fol. 87r.

Notes

1 Al-Bahr al-Muẓlim (mer Ténébreuse) est une des appellations de l’océan Atlantique.

2 Attribuée aux Romains.

3 ‘Abd al-Raḥmān II (822-852).

4 Époque de « désordres » qui précéda l’avènement de ‘Abd al-Raḥmān III (912-961).

5 Huile de l’Aljarafe, à l’ouest de Séville.

6 Alfunsh = Ferdinand III de Castille.

7 En 912.

8 Au début du xie siècle.

9 Les Omeyyades (756-1024).

10 Mesure nautique qui correspond à la distance que peut parcourir un voilier, par vent favorable, en une journée (50 à 60 milles soit 80 à 120 kilomètres environ).

11 L’inscription de l’arsenal a été retrouvée et indique la date de la construction (944-945) ordonnée par le calife ‘Abd al-Raḥmān III.

12 Al-Ḥimyarī consacre deux notices différentes à Alcácer do Sal qu’il désigne sous deux noms différents : al-Qaṣr et Qaṣr AbīDānis.

13 Alphonse-Henri, roi du Portugal, 1128-1185.

14 Gouverneur almohade d’Ibiza.

15 Les Banū Ghāniya, clients des Almoravides, gouvernèrent les Baléares, à partir de 1126 jusqu’en 1203, date de la conquête almohade de l’archipel.

16 Sayyid : membre de la famille du calife almohade, occupant le plus haut rang de la hiérarchie militaire et gouvernementale, almohade.

17 En général, chiffre indiquant une grosse escadre, mais les précisions données ici laissent à penser que l’évaluation est précise.

18 Le calife.

19 Les polythéistes désignent plus particulièrement les chrétiens (donc les Byzantins) dont le dogme de la Sainte Trinité, a pu être considéré par les musulmans comme une forme de polythéisme.

20 D’enrôlement dans l’armée : le dīwān.

21 Coran : 9, 41.

22 Coran : 9, 60.

23 Les « Romains », de fait, les Byzantins.

24 Allusion au Coran : 6, 150.

25 Coran : 3, 200.

26 La traduction du terme ṣinā‘a par arsenal, n’est en réalité pas tout à fait appropriée pour rendre la grande variété d’activités qui étaient regroupées derrière ce vocable.

27 Les bateaux appelés ‘ushārī (pl. ‘ushāriyyāt) et daymās, semblables à des gondoles, étaient parfois pourvus d’une cabine. Leur usage était réservé au souverain et aux personnages importants. Les ‘ushārī pouvaient aussi désigner des bateaux servant à transporter des marchandises en mer.

28 Il s’agit des diverses fêtes durant lesquelles le calife montait à bord de l’une de ces embarcations pour procéder soit à l’ouverture du canal qui longeait la muraille occidentale du Caire, soit à la cérémonie de lustration de la colonne du Nilomètre de l’île de Rawda entre Le Caire et Guizeh.

29 Deux types de navires de guerre, sortes de galères pourvues d’un pont.

30 Les shīnī étaient des galères de combat avec un pont ; elles étaient propulsées par plus de 100 rameurs. Les hammalāt étaient des navires de transports de troupes et de matériel.

31 Ce pavillon se trouvait au sommet de la mosquée construite par al-Ḥākim dans la zone dite d’al-Maqs au bord du Nil, à l’ouest du Caire.

32 Le muqaddam était le général qui prenait la tête de l’expédition tandis que le rā’is était l’amiral, celui qui possédait les compétences maritimes et qui se chargeait de tout ce qui avait trait à la navigation (route à suivre, manœuvres…).

33 Sultan seljoukide d’Iran (1118-1157).

34 Abū ‘Abd Allāh Ibn al-Anbārī, connu sous le titre de Sadīd al-Dawla (m. 1163), était le chef de la chancellerie abbasside et fut à plusieurs reprises envoyé comme émissaire auprès des sultans.

35 Bahrūz al-Ghiyāthī, maître de Takrīt, fut longtemps shiḥna* de Bagdad et de l’Irak et mourut en 1145.

36 Ville d’Irak, située à environ 160 km au nord de Bagdad.

37 Émir turc qui servit le sultan Mas‘ūd, dont il fut le shiḥna, en Irak. Sa nisba* al-Silāḥī signifie « le porteur d’armes ».

38 Sharaf al-Dīn Anūshirwān b. Khālid (m. 1138), originaire de Kashan, en Iran central, de penchants chiites, fut vizir des sultans seljoukides Muḥammad et Mas‘ūd et du calife abbasside al-Mustarshid.

Table des illustrations

Légende Fig. 3 — Joute équestre.Kitāb al-makhzūn jāmi‘ al-funūn [Trésors de tous les arts] attribué à Ibn Akh̄ ḤizāmÉgypte ou Syrie, 875/1470, Paris, BnF, Arabe 2824, fol. 29r.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Légende Fig. 4 — Arme incendiaire.Kitāb al-makhzūn jāmi‘ al-funūn [Trésors de tous les arts] attribué à Ibn Akh̄ Ḥizām.Égypte ou Syrie, 875/1470, Paris, BnF, Arabe 2824, fol. 87r.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/36316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 844k

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search