Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Institutions et délégations

Administration, régulation et fiscalité

Texte intégral

31. L’organisation de la flotte en Ifrīqiya à l’époque fatimide

1Les lettres des califes fatimides et de l’Ustādh Jawdhar, eunuque d’origine slave, réunies par son secrétaire, al-Manṣūr, dans sa Biographie (Sīra), rédigée au Caire dans le dernier quart du xe siècle, constituent une source exceptionnelle dans le contexte littéraire arabe du Moyen Âge. On y trouve, en effet, la correspondance entre Jawdhar et les souverains fatimides à propos de l’administration d’al-Mahdiyya et, plus précisément, du port et des arsenaux : ces lettres constituent l’un des rares documents qui nous font pénétrer au cœur de l’administration califale ; elles nous font connaître les relations entre le calife et ses administrateurs. C’est sous le règne d’al-Qā’im (934-946) que Jawdhar parvint au sommet de l’administration, à Raqqada, première résidence fatimide dans la région de Kairouan. Proche du souverain, il fut chargé d’annoncer la désignation du successeur, al-Manṣūr (946-963), choisi par al-Qā’im. Affranchi sous le règne de ce calife, il acquit les compétences d’un excellent gestionnaire et fut nommé à la direction du Trésor ; il fut en charge des Magasins de la capitale du moment, al-Mahdiyya, ainsi que de l’approvisionnement en bois de ses arsenaux. Il quitta al-Mahdiyya pour la nouvelle capitale, Ṣabra Manṣūriyya, et demeura l’homme de confiance du calife suivant, al-Mu‘izz (963-975), jusqu’au départ de celui-ci en Égypte en 973 ; chargé plus spécialement de la correspondance, ce fut un administrateur très puissant. Il mourut en chemin vers la vallée du Nil.

2La Sīra dévoile la vie de l’Ustadh, mais, aussi et surtout, les rouages de l’administration fatimide, en particulier de la marine. Les passages ci-dessous concernent le règne ifrîqiyen d’al-Mu‘izz et, plus précisément, le domaine maritime.

3Source : Manṣūr al-‘Azīzīal-Jawdharī, Sīrat Ustadh Jawdhar, éd. par M. Kamil Husayn et M. A. Sha‘ira, Le Caire, 1954 ; trad. M. Canard, Vie de l’Ustadh Jaudhar (contenant sermons, lettres et rescrits des premiers califes fatimides) écrites par Mansûr le secrétaire à l’époque du calife al-‘Azîz billâh-365-386/975-996), Publication de l’Institut d’études orientales d’Alger, IIe série, t. 20, Alger, 1958, p. 87, 102-104, 119, 125 (texte arabe) et 127, 154-157, 179-180 (traduction française).

Lettre du calife al-Mu‘izz à Jawdhar, depuis Ṣabra Manṣūriyya

  • 18 Les combattants du jihad, contre les Byzantins, en Sicile.

4Ḥusayn b. Ya‘qūb, directeur de la marine à al-Mahdiyya avait écrit pour dire qu’il avait appris d’un homme du nom de Wasīm le Tripolitain, qu’un des commandants de la flotte, lui portait tort auprès de l’Imām et l’accusait de fraude sur l’orge qu’il lui avait prescrit de faire transporter en Sicile sur les vaisseaux de marchands destinés à l’approvisionnement des ghāzī18. Ibn Ya‘qūb adjurait l’Usthādh de présenter sa lettre et son explication à son seigneur l’Imām afin qu’il en prît connaissance. L’Usthādh le fit, et lorsque l’Imām eut lu cette lettre, il envoya en réponse, au dos, la décision suivante :

5« Ô Jawdhar, fais savoir à Ḥusayn b. Ya‘qūb que nous avons entendu ce qui vient à nos oreilles de lui et d’autres. Nous ne repoussons les assertions de personne à moins que la vérité elle-même ne les repousse et nous n’accueillons que ce qui est vrai et dépourvu d’équivoque. » […]

6L’Ustādh avait envoyé à notre seigneur [al-Mu‘izz] un billet dans lequel il l’informait qu’il lui était arrivé une lettre de Ṣāfī, directeur des Magasins de la marine à al-Mahdiyya. Ce dernier faisait part de sa résolution d’emmagasiner les vivres qui lui étaient expédiés dans la mosquée proche de l’arsenal (dār al-ṣinā‘a). Quand l’Imām eut connaissance de cela, il jugea offensant de se servir de la mosquée comme d’un magasin et lui envoya la décision suivante :

7« Ô Jawdhar, qu’Allāh te donne la paix en ce monde et dans l’autre ! Nous avons lu ce que tu nous as dit de Ṣāfī. Écris-lui qu’il n’approche pas des mosquées, et qu’il n’y emmagasine rien. En effet, l’avantage qui en résulterait n’en compenserait pas le mal. La vénération des mosquées procure un grand mérite et une récompense considérable, l’offense qu’on leur fait provoque le résultat inverse. Qu’Allāh, par Sa miséricorde, te garde de ce crime. »

8L’Ustadh écrivit un billet à notre seigneur dans lequel il disait qu’il n’avait pas négligé de secouer les fonctionnaires chargés de présider à l’achat des provisions nécessaires aux navires. C’était à la suite de l’impatience manifestée par notre Seigneur suite au retard dans l’acheminement de ces provisions et de la paresse de ceux qui avaient la charge de la direction des achats et leur négligence à cet égard. L’Imām lui écrivit : « Nous ne doutons pas, par Allāh, ô Jawdhar, de l’excellence de tes intentions, comme nous ne doutons de nous-même […] Nous avons seulement visé ceux qui se sont abstenus d’obéir à notre ordre et de l’exécuter avec promptitude. Quant à toi, il est impossible de te trouver en défaut, Dieu soit loué ! » […] Ordre avait été donné par notre seigneur de retenir les vaisseaux et de les empêcher de partir pour la Sicile, parce qu’il voulait y faire transporter des équipements, des armes et des vivres pour apporter aide aux troupes après qu’Aḥmad b. al-Ḥasan (al-Kalbī) fut revenu de Sicile et que le gouvernement de l’île eut été confié à son frère Abū l-Qāsim ‘Alīb. al-Ḥasan. Des navires, cependant, passèrent outre, leurs capitaines les détournèrent de la route [fixée], et les firent partir d’un [autre] port. L’Imām en fut vivement irrité et envoya l’ordre à Abū l-Qāsim d’incendier ces vaisseaux et de mettre à mort leurs capitaines. Abū l-Qāsim exécuta l’ordre de l’Émir des croyants et écrivit à l’Ustādh pour lui faire savoir qu’il avait obéi et comment il avait exécuté l’ordre. L’Ustādh transmit sa lettre à l’Imām. Quand notre seigneur en eut pris connaissance, il envoya la réponse suivante au dos de la lettre :

9« Ô Jawdhar ! Nous avons pris connaissance de cette lettre. Écris-lui pour lui dire que nous approuvons son action et que nous sommes satisfait de ce que nous avons appris de sa louable conduite. Qu’il persiste dans cette attitude, Allāh lui en procurera du profit. » […]

10Lorsque furent construits les navires de guerre à al-Mahdiyya et qu’on fut incapable de terminer les parties extérieures [le gréement] qui sont complétées par les mâts, les vergues et autres choses semblables, comme il y avait chez l’Ustādh, dans son [propre] magasin, de belles pièces de bois, il les offrit gracieusement à l’Émir des croyants et lui envoya un billet à ce sujet. Lorsque notre seigneur eut pris connaissance de ce qu’il avait écrit, il lui fit la réponse suivante :

11« Non, par Allāh, ô Jawdhar, nous ne voudrions pas vider ton magasin de pareil bois. Laisse-le chez toi comme un trésor pour nous. Que Nuṣayr cherche à acheter tout ce qu’il trouvera le moyen d’acheter. Nous avons des espérances dont nous souhaitons qu’Allāh les réalise et nous fasse voir la réalisation. » […]

  • 19 Ḥasan al-‘Alīal-Kalbī, mourut peu après, en 954, au moment où Byzantins et Fatimides souhaitaien (...)

12L’Émir des croyants était sans nouvelles de la Sicile et il ne lui était arrivé aucune lettre ni aucun message de l’île. Cela préoccupait l’esprit de notre Seigneur ainsi que de son entourage. Or, tandis que l’Ustādh se trouvait assis dans son appartement, il lui arriva tout à coup un billet écrit de la main de l’Émir des croyants par lequel il voulait ramener la joie dans le cœur de l’Ustādh, et qui disait : « Ô Jawdhar, qu’Allāh te conserve sain et sauf ! L’Émir des croyants (‘Alī) a dit : “À force d’être tendue, une corde arrive à se casser.” Le plus grand souci qui nous avait été causé aujourd’hui du fait des infidèles, Allāh vient de nous en délivrer. Des courriers nous sont parvenus nous annonçant l’arrivée de Rabāh, ghulām (esclave) de Ḥasan b. ‘Alī19, et disant qu’ils l’avaient laissé dans le port ( ?). Nous avons, racontaient-ils, demandé des informations à certains de ceux qui arrivaient avec lui et ils nous ont rapporté que l’infidèle avait envoyé quinze bateaux chargés de prisonniers musulmans, de présents et autres choses, et qu’ils les avaient laissés au moment où ils arrivaient immédiatement à leur suite. » Quand cela sera achevé par la faveur d’Allāh, l’infidèle sera arrivé à son but et ce sera la mort de toute idole des infidèles et autres (adorateurs d’idoles ?), Si Dieu le veut.

13Bibliographie : D. Bramoullé, Les Fatimides et la mer (341-567/953-1171). Du rêve mystique à l’empire du large, thèse de doctorat, Paris 1, 2011 ; F. Dachraoui, Le califat fatimide au Maghreb (296-362/909-973). Histoire politique et institutions, Tunis, STD, 1981 ; P. Guichard, « Omeyyades et Fatimides au Maghreb. Problématique d’un conflit politico-idéologique (vers 929-vers 980) », dans L’Égypte fatimide. Son art et son histoire, M. Barrucand (dir.), Actes du colloque de mai 1998 de Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, p. 55-67, 1999 ; H. Halm, The Empire of the Mahdi. The Rise of the Fatimids, trad. M. Bonner, Leyde, Brill, 1996.

32. La poste mamlouke selon le manuel d’administration d’al-‘Umarī

14Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī (1301-1349) appartient à une famille dont plusieurs membres servirent l’administration mamlouke et lui-même travailla à la chancellerie. Mais on lui doit surtout deux ouvrages composés à l’usage de ses collègues, à savoir une vaste encyclopédie et un manuel plus concis et pratique, le Ta‘rīf bi-l-muṣtòalaḥ al-sharīf [Instruction des choses importantes communément admises], rédigé entre 1342 et 1345. Il y décrit notamment le système de communication officiel comme il le connaît alors, c’est-à-dire à un moment où celui-ci a atteint sa plus grande extension et sa meilleure efficacité. Les fonctions qu’al-‘ Umarī exerça lui en donnèrent une connaissance pratique, et il faut garder en tête que son oncle paternel participa à son rétablissement sous Baybars.

15Il est évident que, dans tout État, le système de communication joue un rôle capital tant pour transmettre les informations que pour les recueillir. Alors qu’un service postal, le barīd, avait été organisé par les Abbassides, il s’interrompt par la suite par manque de soutien, si bien que Baybars (1260-1277) le rétablit intégralement en veillant à mettre en place ses infrastructures. Si ce système est bien l’héritier des systèmes antérieurs, il subit aussi l’influence de l’efficace système mongol. L’une de ses caractéristiques est d’être un organisme d’État : ni son usage ni ses itinéraires n’avaient de fonction commerciale, mais il servait à acheminer des ordres, de la correspondance, des dépêches diplomatiques et à faire remonter des informations vers la capitale. Son usage administratif et militaire était primordial. Cette poste était à l’usage du sultan et, au début, c’était le personnel proche du sultan qui fournissait les agents. C’était un organisme militaire plus que civil. Les courriers recevaient une sacoche qui contenait les documents et une plaque de cuivre qu’ils portaient au cou grâce à un foulard jaune qu’ils laissaient flotter sur leur dos afin que l’on puisse les reconnaître. Un émir avait en charge d’organiser leur voyage. Les étapes n’étaient pas que des lieux de halte, mais des relais où le courrier trouvait de nouvelles montures, de la nourriture, de l’eau, et ces relais relevaient d’un responsable local qui avait sous ses ordres des palefreniers qui s’occupaient des chevaux. L’une des caractéristiques du système que Baybars organisa fut que tous les frais engendrés étaient pris en charge par l’État.

16Quant aux routes, elles se développèrent selon les aléas de l’extension du domaine mamlouk. Elles mirent en rapport les chefs-lieux de provinces principales et les points stratégiques comme les places frontières. Finalement, l’espace ainsi innervé allait, pour reprendre des dénominations modernes, du Soudan à la Turquie, avec plus de 250 relais. Les distances entre chaque relais étaient déterminées par la nature du terrain, l’endurance des montures, la présence d’eau, etc. À titre d’exemple, dans le meilleur des cas, le trajet du Caire à Damas demandait quatre jours et Le Caire – Alep cinq jours.

17Cette poste montée vint compléter deux autres systèmes. D’abord, celui des signaux optiques qui étaient certes plus rapides, mais très rudimentaires. Ils étaient limités à l’usage militaire et partaient des frontières septentrionales de la Syrie mamlouke. Aux points culminants, se trouvaient des guetteurs qui surveillaient l’apparition de signaux de fumée en journée ou d’un feu durant la nuit. Quant à la poste aux pigeons, elle était rapide, mais le message transmis était laconique, et il fallait disposer à temps d’oiseaux capables de retrouver le pigeonnier de destination. Ils étaient situés dans les relais de poste ou ailleurs. C’était aussi un service d’État.

a. Le redéploiement de la poste à l’époque mamlouke

18Source : al-‘Umarī, al-Ta‘rīf bi l-muṣṭaliḥ, éd. par M. Ḥusayn Shams al-Dīn, Beyrouth, 1988, p. 242 ; trad. J.-C. Ducène.

19Baybars avait réuni sous son autorité l’Égypte, la Syrie et les territoires depuis Alep jusqu’à l’Euphrate et désirait organiser son État jusqu’à Damas. Il nomma ainsi un représentant, un vizir, un cadi et un secrétaire pour la chancellerie. Mon oncle, al-Ṣāḥib Sharaf al-Dīn Abū Muḥammad ‘Abd al-Wahhāb était ce secrétaire. Un jour où il se tenait debout à ses côtés pour prendre congé, [Baybars] lui fit part de nombreuses injonctions dont la plus ferme était de lui faire parvenir les informations et les nouvelles les plus récentes à propos des Mongols et des Francs. Il lui dit : « Si tu as la capacité que je m’endorme chaque nuit [ayant pris connaissance] de ces informations et que je me réveille avec elles, fais-le ! » [Mon oncle] lui exposa alors ce qu’était la poste anciennement et à l’époque des califes [abbasides] et lui proposa [ce système]. Cette idée plut à [Baybars] et il lui ordonna de l’appliquer. Mon oncle me dit : « C’est moi qui en fut le fondateur pour lui et devant lui. » Cela m’a été raconté en détail par mon oncle Jamāl al-Dīn ‘Abd Allāh al-Dawādārīal-Barīdī, connu sous le nom d’Ibn al-Shadīd. Et [la poste] est encore ainsi maintenant.

b. L’itinéraire en Moyenne et Haute-Égypte

20Source : al-‘Umarī, al-Ta‘rīf bi l-muṣṭaliḥ, éd. par M. Ḥusayn Shams al-Dīn, Beyrouth, 1988, p. 242-245.

  • 20 La montagne désigne le plateau du Muqattam qui domine Le Caire.

21Nous présentons ce qui part du Caire, en fait du relais de la Citadelle de la montagne20 vers ses régions avoisinantes, et ceci dans trois directions. L’une se dirige vers Qūṣ puis Aswān, une autre vers Alexandrie et une dernière vers Damiette. Nous traiterons ensuite de l’itinéraire qui se dirige vers l’Euphrate, limite extrême de la domination mamlouke en Orient.

  • 21 Al-Khaṣīb b. ‘Abd al-Ḥamīd fut le gouverneur financier de l’Égypte sous Hārūn al-Rashīd (m. 809 (...)
  • 22 Rab‘ : immeubles dévolus à l’habitat locatif. Ne pas confondre al-Karīmīavec les célèbres marcha (...)

22L’itinéraire de Qūṣ se développe ainsi : du relais de la citadelle, on va à Guizeh, de là à Zāwiyat Umm Ḥusayn, de là à Munyat al-Qā’id qui est maintenant un relais. On continue vers Wanā, de là à Babā’, de là à Dahrūtò, de là à Aqlūsanā, et de là à Munyat Ibn Khaṣīb, qui est une ville en bordure du Nil et qui offre un bel aspect. On y trouve des madrasas, des bains et un grand marché. On dit qu’al-Khaṣīb21, à l’époque de son gouvernorat sur l’Égypte, l’urbanisa et la développa pour son fils et lui donna son nom, sous lequel elle est connue. On y trouve le Rab‘ al-Karīmī22 dont les fenêtres donnent sur le Nil. Elle en est séparée par un jardin de grandeur moyenne où le regard se distrait. De là, l’itinéraire continue vers al-Ushmūnayn, qui est une ville du Ṣa‘ īd et c’est le siège de la province (wilāya). Il poursuit de là vers Dharwat Sarbām, connu aussi sous le nom de Dharwat al-Sharīf, cela étant en lien avec le sharīf* Ḥiṣn al-Dīn Ibn Tha‘lab. […]

23Al-Dharwa est sur la rive du Nil et c’est là que se trouve l’entrée du Baḥr al-Manhā, qui est le Baḥr al-Yūsufī, coulant vers le Fayyūm. On rapporte sa réalisation à Joseph (Yūsuf). On continue de là vers Manfalūtò, ville qui appartient au Ṣa‘īd, et splendide possession du sultan. On poursuit de là vers Asyūtò, également une ville du Ṣa‘īd, la plus belle par l’impôt et par son aspect. On continue vers Ṭimā, puis vers al-Marāgha – parfois appelé al-Marā’igh –, puis vers Balasbūra – certains remplacent le « s » par un « z » –, puis vers Jarjā, al-Bulyana, Huwa, et enfin al-Kawm al-Aḥmar. Ces deux dernières localités appartiennent au sultan. C’est là aussi que s’arrêtent les terres fertiles sur la rive occidentale [du Nil]. Et le désert continu apparaît à Dendera, d’où son nom de « gorge » de Dendera. De Huwa, on poursuit vers Qūṣ et de là le courrier chevauche des dromadaires vers Aswān ou ‘Aydhāb, et de là vers la Nubie ou Sawākin, selon le besoin.

24Bibliographie : Y. Ragheb, Les messagers volants en terre d’Islam, Paris, CNRS Éditions, 2002 ; J. Sauvaget, La poste aux chevaux dans l’empire des Mamlouks, Paris, Adrien Maisonneuve, 1941 ; A. J. Silverstein, Postal Systems in the Pre-Modern Islamic World, New York, Cambridge University Press, 2007.

33. Décret du sultan mamlouk Qalāwūn en faveur des marchands (mai 1288)

25L’Égypte connut à partir de la période fatimide un essor commercial important, favorisé par sa position de carrefour entre la Méditerranée et la mer Rouge, corridor maritime ouvrant sur les vastes horizons de l’océan Indien. L’axe reliant les deux ports de ‘Aydhāb à Alexandrie, en passant par les villes de Qūṣ et surtout Le Caire, joua un rôle essentiel dans la structuration de l’espace égyptien entre les xieet xive siècles, et les pouvoirs successifs se firent fort d’encourager et de contrôler ces activités marchandes. Destiné à une large diffusion, le décret ici présenté visait à la fois à réaffirmer la protection accordée par le sultan aux marchands étrangers (il se classe dans la catégorie des « sauf-conduits », amān*) et à présenter l’Égypte comme le centre du Dār al-Islām, bien défendu et protégé. Il s’inscrit dans le contexte particulier de l’élargissement de l’hégémonie rassoulide sur les réseaux de l’océan Indien occidental et des tensions autour de l’approvisionnement en mamlouks, assuré notamment par les navires génois depuis la mer Noire. Très peu de décrets des sultans mamlouks ont été conservés en version originale. L’encyclopédie composée par le chef de la chancellerie mamlouke al-Qalqashandī (m. 1418), qui a copié, parfois partiellement, un grand nombre de documents administratifs, reste la source principale pour la connaissance de l’administration mamlouke.

26Source : al-Qalqashandī, Ṣubḥ al-a‘shā’fī ṣinā‘at al-inshā’, éd. par M. ‘A. Ibrāhīm, Le Caire, 1913-1920, 14 vol., t. 13, p. 339-342 ; trad. G. Wiet, « Les marchands d’épices sous les sultans mamlouks », Cahiers d’histoire égyptienne 7, Le Caire, 1955, p. 90-91, revue par É. Vallet.

27Un décret (marsūm) a été rendu – que Dieu élève l’ordre élevé [de ce souverain], dont la justice assure à ses sujets la sécurité par une protection à l’abri de toute atteinte, et qui réclame des populations des Orients et des Occidents des vœux sincères en faveur de son règne florissant et compte sur la sincérité de tous :

  • 23 Terme désignant l’ancien territoire byzantin.
  • 24 L’ensemble de ce paragraphe est rédigé en prose rimée.

28Que le pays soit largement ouvert à ceux qui cherchent les portes du Paradis, quelle que soit la porte choisie pour pénétrer [en territoire égyptien], en provenance de l’Irak, de la Perse, d’al-Rūm23, du Hedjaz, du Yémen, de l’Inde et de la Chine24. Nous adressons donc une invitation aux illustres personnages, grands négociants, désireux de profit, et petits détaillants, dans les contrées qui viennent d’être énumérées et les pays qui n’ont pas été expressément cités. Quiconque arrivera dans notre royaume pourra s’y établir, ou aller et venir, et se déplacer dans nos vastes provinces, aux plaines ombreuses. Qu’à l’instar de ceux que Dieu a choisis à cet effet, il prenne la ferme décision d’accomplir cette bonne action et de profiter de cette grâce ! Il peut venir dans un pays dont les habitants peuvent se passer de réserves de vivres et de provisions, car, dans l’ici-bas, c’est véritablement un jardin du Paradis pour ceux qui y résident, une consolation pour ceux qui ont quitté leur propre patrie, un spectacle enchanteur dont les regards ne se lassent pas, un endroit qu’on ne fuit jamais par excès de froid, où l’on vit dans un printemps perpétuel et une prospérité continue. On aura tout dit en le décrivant comme le grain de beauté inséré par Dieu dans Son univers. La bénédiction divine (baraka*) est acquise au voyage de quiconque excite la bienfaisance par un emprunt et accomplit une bonne action par un prêt. Quiconque y débarque peut conserver l’espoir de voir satisfaire ses désirs, car il se trouve en terre d’Islam (Dār al-Islām), protégé maintenant par des troupes dont les glaives ne sauraient encourir le blâme, et qui ont fait prospérer leurs contrées par la justice : la population y augmente, les monuments y croissent, et aujourd’hui le pays est pourvu de grandes cités. Le nécessiteux y vit à l’aise, à l’abri de la violence du créancier, puisqu’il est facile de voir ses demandes exaucées, que les délais de paiement y sont aisément envisagés. La population toute entière et l’ensemble des négociants ne craignent pas la tyrannie, car la justice y est protectrice.

29Que tous ceux qui auront pris connaissance de cet édit, négociants résidant dans le Yémen, l’Inde, la Chine et le Sind, et autres contrées, fassent leurs préparatifs pour venir et se présenter dans notre pays, et ils verront que la réalité est supérieure à toute description. Ils y trouveront une volonté de faire le bien, supérieure au simple respect des obligations. Ils s’acquitteront de leurs [obligations] dans une région excellente, dont le seigneur est disposé à pardonner, [manifestant] une faveur qui attend en contrepartie la reconnaissance [du marchand], car il n’y a que l’homme reconnaissant qui soit digne de récompense. Ils trouveront sécurité dans leur personne et dans leurs biens, ainsi qu’un bonheur qui embellira leur situation et comblera leurs espoirs. Ils recevront de nous tout ce qu’ils sont en droit d’attendre de notre justice, accordée à quiconque la demande, et leur manière de vivre sera conforme à nos désirs. Leurs biens resteront acquis à leur descendance, considérés comme des biens propres, puisque leur propriétaire se sera abrité à l’ombre de notre justice. Quiconque importera des marchandises, telles que des épices ou telles autres denrées qu’importent habituellement les marchands Kārimī-s* (tujjār al-Kārim), n’aura rien à redouter à l’encontre de ses droits. Il ne sera astreint à aucune obligation désagréable, car il obtiendra toute la justice souhaitable et sera à l’abri de toute mesure attentatoire. Ceux qui importeront des mamlouks ou des femmes esclaves les vendront à des prix supérieurs à ce qu’ils peuvent désirer ; ils auront droit, pour ce qu’ils offrent à ce prix, aux exemptions qui sont de règle vis-à-vis des importateurs venant de pays voisins, et à plus forte raison de ceux qui arrivent de contrées lointaines. Car notre désir c’est d’accroître nos troupes, et les importateurs de mamlouks se donnent des droits à notre générosité. Que celui qui en a la possibilité augmente ses envois ! Notre insistance a pour but unique l’accroissement des armées de l’Islam. En effet, grâce à celles-ci, l’Islam vit aujourd’hui dans une gloire dont les étendards sont déployés et la puissance victorieuse. Les mamlouks qui nous sont ainsi procurés sont passés des ténèbres à la lumière ; le blâme de leur impiété est remplacé par l’éloge de leur foi actuelle et ils combattent pour la victoire de la famille et des populations de l’Islam.

  • 25 Coran : 73, 20.

30Notre décret (marsūm) est destiné à être communiqué à tous les négociants qui se préoccupent d’aller par le monde, « recherchant quelque bienfait accordé par Dieu, et à d’autres qui combattront dans la voie de Dieu25. » Cela afin qu’ils lisent dans notre décret ce qui leur est possible de faire en se fondant sur son autorité, qu’ils se laissent guider par son étoile, qu’ils se nourrissent de sa sagesse, qu’ils réveillent l’espoir qui les pousse à s’expatrier, qu’ils forment des vœux constants en faveur de celui qui désire voir venir dans son pays des individus qui profiteront de ses bienfaits en pleine clarté et toute bienveillance. Qu’ils saisissent les instants du gain au moment où sa cueillette est facile et où la goutte d’eau se trouve à portée [de celui qui a soif] ! Cette promesse sincère est envoyée pour affermir en eux la qualité de leurs espoirs et pour leur procurer la certitude que la noble écriture [du sultan] rendra exécutoire, par ordre de Dieu, ce que les calames ont tracé, et quel meilleur garant [que Dieu] !

31Bibliographie : S. Labib, Handelsgeschichte Ägyptens im Spätmittelalter (1171-1517), Wiesbaden, Franz Steiner, 1965 ; J. Loiseau, Les Mamelouks xiiie- xve siècle, Paris, Le Seuil, 2014 ; L. S. Northrup, From Slave to Sultan : The Career of al-Manṣūr Qalāwūn and the Consolidation of Mamluk Rule in Egypt and Syria (678-689 AH/1279-1290), Stuttgart, Franz Steiner, 1998 ; É. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

34. Règles de fonctionnement du port d’Aden

32Principal port de l’Arabie occidentale entre le xeet le xve siècle, Aden était visité par de gros navires venant principalement de l’Inde et de l’Égypte, et par de nombreuses petites embarcations (boutres) engagées dans le commerce local ou régional. Leur arrivée était particulièrement contrôlée pour des raisons à la fois fiscales et militaires, comme l’éclairent deux sources de nature différente. Le premier texte, qui fait d’Aden le grand carrefour de toute la région, est tiré d’une description de la péninsule Arabique rédigée dans les années 1220 par un auteur d’origine persane, Ibn al-Mujāwir, qui pratiqua lui-même le commerce. Son témoignage, très précis, des différentes étapes qui marquaient le débarquement à Aden, peut être croisé avec un document de la fin du xiiie siècle, extrait d’un recueil d’archives administratives et fiscales, qui recense les principaux usages de l’Administration dans le port, à destination du sultan rassoulide du Yémen. Alors que l’arrivée des Ayyoubides au Yémen à partir de 1174 avait entraîné un renforcement des dispositifs de défense et de contrôle du port, le premier siècle rassoulide correspond à une période d’important essor du commerce.

a. L’arrivée des navires et des marchands d’après Ibn al-Mujāwir

33Source : Ibn al-Mujāwir, Ta’rīkh al-mustabṣir, éd. par O. Löfgren, Leyde, Brill, 1949, p. 128, 138-139, traduit par G. Ducatez, dans « Aden et l’océan Indien au xiiie siècle : navigation et commerce d’après Ibn al-Muğāwir », Annales islamologiques, 37, 2003, p. 147-150 et « Aden aux xiie et xiiie siècles selon Ibn al-Muğāwir. Son passé légendaire, son histoire sous les Zuray‘ides et les Ayyoubides, son site, ses monuments et ses aménagements », Annales islamologiques, 38, 2004 ; revu par É. Vallet.

34Ibn al-Mujāwir dit : Lorsqu’un homme arrive de la mer, c’est comme s’il sortait de la tombe, et la douane (furḍa) est comme l’assemblée [du Jugement dernier] : on y trouve des interrogatoires, des comptes, des pesées et des inventaires. Si on fait du profit, le cœur recouvre la santé, mais si on fait des pertes, on est dans l’inquiétude. Si on voyage sur la terre ferme, on fait partie des gens de la droite et si on prend la mer, on fait partie des gens de la gauche. […]

35Lorsque le bateau s’approche [d’Aden], les messagers montent à bord pour s’enquérir auprès du patron du navire (nākhūdhā) d’où il vient, tandis que celui-ci les interroge sur la cité, sur le nom du gouverneur, et le prix des marchandises. Tous ceux qui, dans la cité, possèdent de la famille ou des connaissances parmi les gens à bord, soit se réjouissent [de leur retour], soit reçoivent, de la part [du nākhūdhā] des condoléances, selon le cas. [Les messagers] couchent par écrit le nom du patron, ceux des marchands, tandis que le secrétaire [du navire] enregistre l’ensemble des produits et des étoffes que contient la cargaison du bateau, et leur remet ensuite cet inventaire. Les messagers reviennent dans les barques vers la cité. Ils se rendent chez le gouverneur, lui délivrent l’inventaire [rédigé] par le secrétaire, ainsi que la liste des marchands qu’ils avaient couchée par écrit, et lui font un rapport sur le bateau, son lieu d’origine et l’état de sa cargaison. Une fois qu’ils sont sortis de chez lui, ils font le tour de la cité pour annoncer [à ceux] dont les parents sont arrivés [dans le bateau] la bonne nouvelle de [leur future] réunion, et chacun [de ces derniers] reçoit de bonnes nouvelles [sur l’état de santé de ses parents].

36Lorsque le bateau arrive au mouillage (al-marsā) et jette l’ancre, le lieutenant du sultan (nā’ib al-sulṭān) les accoste et un inspecteur monte à bord, fouille chaque homme, examinant même avec minutie leur turban, leurs cheveux, les manches [de leur tunique], les ceintures des pantalons, ainsi que le dessous des aisselles. En outre, il frappe de la main les ceintures des hommes, introduit la main entre les deux côtés du cou [?] et n’hésite pas à les houspiller s’ils ne se prêtent pas de bonne grâce à cela. De même une matrone examine les femmes esclaves, en mettant la main entre leurs fesses et dans leur vagin.

  • 26 Mesure équivalant à 300 kilos environ : les marchandises au bahār étaient principalement les gross (...)

37Une fois que les marchands sont descendus du bateau pour gagner la cité, le lendemain, ils débarquent leurs effets personnels et trois jours après, les étoffes et les articles de commerce sont débarqués à la douane, où l’on délie les ballots les uns après les autres, et où l’on compte les étoffes pièce par pièce. Les articles de commerce mesurés au bahār26 sont pesés au moyen d’une balance et on fixe les taxes sur tout ce qui paraît mériter de l’être jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus aucun doute, tandis que [les marchands] jurent par Allāh – qu’Il soit exalté et magnifié – qu’ils se sont comportés avec droiture devant les contrôleurs des douanes (al-mashā’ikh).

38Ibn al-Mujāwir ajoute : C’est à ce moment que le découragement s’empare du négociant, que l’affliction le tue et qu’il demeure dans la vallée du malheur pour avoir subi un traitement tel, que bénédiction et félicité l’ont quitté à tire d’aile.

b. Coutumes de l’Administration du port d’Aden d’après Nūr al-ma‘ārif

39Source : Nūr al-ma‘ārif fī nuẓum wa qawānīn wa a ‘rāf al-‘ahd al-muẓaffarī al-wārif, éd. par M. Jāzim, Sanaa, Cefas, 2004, 2 vol., t. 1, p. 492-494 ; trad. É. Vallet.

40– […] Il n’est pas permis à un Kārimī* d’acheter des navires ou de les faire construire pour deux raisons : la première, qui est la raison apparente, c’est que, s’ils construisent des navires, ceux de l’Administration (dīwān*) sont boycottés ainsi que le [paiement du] fret [qui en découle] ; la seconde raison, qui est la raison cachée, c’est que, quand on permet à leurs navires arrivés à Aden de repartir vers ‘Aydhāb, il est assuré qu’ils ne s’arrêtent pas à ‘ Aydhāb, mais que certains parviennent jusqu’à al-Ṭūr ou jusqu’à al-Quṣayr et l’on peut craindre que des soldats s’embarquent de là-bas par surprise. […]

41– Si les navires de l’Administration sont nombreux durant la période du départ, qu’il ne soit permis à personne de louer [un emplacement dans un navire] avant que les navires de l’Administration ne soient remplis. C’est alors seulement que celui qui reste peut louer autant de boutres (jalba), de gros navires (markab) et autres embarcations, qu’il le désire. De la même manière, s’il n’y a pas assez de navires de l’Administration, et que les Kārimī-s sont nombreux, il leur est permis de louer autant de boutres, de gros navires et autres, qu’ils le désirent.

42– À l’époque de notre maître le sultan – Dieu bénisse son âme –, [il était] exigé des capitaines du Kārim et des commandants [du Kārim ?] qu’ils ne fassent jamais monter aucun soldat égyptien, ou toute personne du même genre. S’ils étaient contraints de faire cela, il leur fallait détruire le navire en chemin, sans qu’on leur imputât la responsabilité des dégâts et de cette destruction. Il [le sultan] leur faisait prononcer des serments inviolables, et [disait que], s’ils ne faisaient pas cela, ils subiraient le châtiment.

43– [Telle est la coutume] lorsqu’un navire arrive et qu’il contient une cargaison d’esclaves, il faut que soient exposés et choisis en son sein les meilleurs eunuques à la taille la plus robuste et les meilleures femmes esclaves si besoin est. Pour ce qui est des eunuques, il faut choisir parmi eux ceux qui conviennent et ils doivent être achetés pour l’Administration. Après [avoir été achetés], ils sont vêtus et sont remis au chef des eunuques. Quand on craint une dispute entre un eunuque et son maître à Aden, que la vente apparaît opportune et que l’eunuque est apte au travail, qu’on l’achète pour l’Administration. Quand [un maître] propose un de ses eunuques à la vente et qu’il est apte au travail, qu’il soit aussi acheté pour lAdministration. Quand [un esclave] se rend au marché, et que son maître l’a laissé sortir, et le fait sortir, et que lAdministration apprend qu’il est apte au travail, qu’il soit pris, même si son maître ne désire pas le vendre ; il ne lui appartient plus du tout, mais au contraire il est acheté pour l’Administration, si Dieu le Très Haut le veut. […]

  • 27 Qui se trouvait à Ta‘izz.

44– Des présents : il est de coutume à ce propos qu’un présent de haute valeur ne soit pas ouvert dans la douane mais qu’il soit expédié au Trésor (al-khizāna)27 en l’état, accompagné d’une lettre et de soldats d’Aden qui veillent sur lui jusqu’au Trésor – le transport est payé sur les fonds de l’Administration à Aden. Si le présent vient d’un homme de condition moyenne, il est nécessaire de l’ouvrir dans la douane et de l’exposer au grand jour ; on doit ensuite demander un ordre concernant son évaluation, ou son envoi vers le Trésor sans évaluation, et ce que l’ordre aura indiqué doit être appliqué. Il n’y a pas de dîme sur les présents, qu’ils viennent d’un homme de haute condition ou d’un homme de condition moyenne.

45– De la porcelaine chinoise : on ne laisse pas partir [de la douane] les grandes pièces telles que les jattes et les plats mesurant une coudée, en porcelaine. […]

  • 28 Important port de l’Inde, situé non loin de l’actuel Bombay.

46– L’expédition du verre doré égyptien est formellement interdite à toute personne qui voyagerait vers l’Abyssinie ou vers l’Inde car c’est un présent pour le maître de Tāna28 et pour d’autres.

  • 29 Institution dépendant de la douane d’Aden et chargée de la vente et de l’achat des marchandises po (...)
  • 30 Ḍarība, règle coutumière de l’Administration.
  • 31 Turāhiyyāt. Sens incertain.
  • 32 Sorte d’étagères sur lesquelles étaient disposées les marchandises.

47– Du bois de mangrove (qanā) : lorsqu’il en arrive, qu’il soit de qualité bonne ou médiocre, brut ou découpé, il est emporté au matjar29 et acheté [par l’Administration], de telle sorte qu’on n’en laisse rien partir [de la douane]. Il est acheté par l’Administration au prix fixé par la règle30. Si les patrons de navire ont besoin de cannes pour les lits31 et achètent des qanā-s fendus, ils ne sont autorisés à les prendre qu’après avoir été fendus. Les cales sont fouillées au moment de l’arrivée des [navires] de l’Inde pour y trouver le qanā. Ceux qui sont avec des pointes de lance leur sont laissés et ceux qui sont bruts sont confisqués par l’Administration. Les montants en bois disposés dans l’espace libre des navires du Kārim32 ne doivent pas être faits autrement qu’avec des cannes d’osier ou autres. Il n’est absolument pas permis de faire cela avec du qanā. Il est nécessaire de fouiller les navires au moment du départ pour y trouver le qanā.

48Bibliographie : R. E. Margariti, Aden and the Indian Ocean Trade. 150 Years in the Life of a Medieval Arabian Port, Chapel Hill, University of North California Press 2007 ; G. R. Smith, A Traveller in Thirteenth Century Arabia. Ibn al-Mujāwir Ta’rīkh al-Mustabṣir, Londres, Hakluyt Society, 2007 ; É. Vallet, L’Arabie marchande. Pouvoir et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

35. Le mécanisme de l’impôt selon Ibn Khaldūn

49Ibn Khaldūn (1332-1406), né à Tunis dans une famille de lettrés arabes d’origine andalouse, a fréquenté pendant plus de vingt ans l’antichambre et le conseil de pratiquement tous les princes du Maghreb et de ce qu’il restait d’al-Andalus. Il passa les vingt dernières années de sa vie au Caire où il fut grand cadi malikite et enseignant renommé, jusqu’à sa mort. Il est l’homme d’un livre, le Kitāb al-‘Ibar wa dīwān al-mubtadā wa l-khabar fīayyām al-‘Arab wa l-‘Ajam wa l-Barbar wa man ‘āṣarahum min dhawīal-sultòān al-akbar [Le Livre des exemples et le registre des commencements et de l’histoire des Arabes, des non-Arabes et des Berbères, ainsi que des peuples les plus puissants parmi leurs contemporains], remanié sans cesse pendant trente ans, exceptionnel par son ampleur et par la nouveauté et la portée considérable de son propos. La pensée d’Ibn Khaldūn est une théorie de l’histoire, une réflexion centrée sur la causalité historique expliquant l’émergence, le fonctionnement et la disparition des États. Dans l’introduction (Muqaddima) de son histoire universelle, il expose longuement sa théorie qu’il illustre ensuite en déroulant avec minutie l’histoire du monde islamique. Il avance qu’il existe deux formes de vie en société : les sociétés sédentaires (ḥaḍāra), regroupant les populations productives qui payent l’impôt, obéissent à un pouvoir monarchique, dont la définition est d’être contrôlées par un État, et les sociétés bédouines (al-‘umrān al-badawī), forme élémentaire de l’organisation sociale en milieu hostile (désert, steppe ou montagne), qui ignorent par définition l’État ; au sein de cette bédouinité, seules les solidarités familiales et claniques permettent aux hommes de subsister, en vertu d’un esprit de corps qu’Ibn Khaldūn nomme ‘aṣabiyya. Ces deux mondes sont destinés à se rencontrer au cours de l’histoire. Si la sédentarité dispose de la richesse, cultive les arts et les sciences, elle a cependant perdu la ‘aṣabiyya, ce qui la fragilise militairement. Ses populations désarmées sont défendues par des mercenaires payés par l’impôt. La monarchie, qui veut se réserver le monopole de la violence pour se maintenir au pouvoir et percevoir les taxes, a affaibli l’agressivité naturelle de ceux qui l’ont portée au pouvoir. Lors des inévitables confrontations, les bédouins l’emportent et s’emparent du monde sédentaire qu’ils en viennent à dominer. Progressivement, au contact de la ville, la ‘aṣabiyya originelle s’estompe. Une dynastie émerge, monopolise le pouvoir et désarme les siens car toute forme de violence est un danger potentiel pour l’ordre monarchique. Le paradoxe, c’est qu’il devient de ce fait vulnérable : lorsque l’État s’affaiblit, ce qui ne manque jamais d’arriver car ses jours, comme ceux d’un homme, sont comptés, nulle armée de mercenaires ne sera efficace face aux assauts d’une nouvelle ‘aṣabiyya venue des confins. Au cœur de cette théorie, l’impôt et ce qu’il dit de l’état du pouvoir qui le perçoit, est central.

50Source : Ibn Khaldūn, Al-Muqaddima, traduction française de Vincent Monteil, Discours sur l’histoire universelle. Al-Muqaddima, Arles, Actes Sud, 1997, p. 434-437.

51Au début de leur histoire, les États tirent de gros revenus d’impositions nombreuses. À la fin, l’assiette de l’impôt est importante mais rapporte peu. En effet, tant que la dynastie régnante suit les voies de la religion, elle n’applique que les taxes prévues par la loi religieuse – les aumônes, la contribution foncière (kharāj*) et la capitation (jizya*). Or il s’agit là de taxes en elles-mêmes peu élevées : la dîme (zakāt*) de l’argent monnayé est basse, celle des grains et des troupeaux n’est pas lourde, et il en va de même pour la capitation ou la contribution foncière. Tous ces impôts sont limités et leur taux ne peut être augmenté.

52Quand une dynastie reste fidèle à l’esprit de corps et de supériorité, elle repose sur la bédouinité, c’est-à-dire sur l’indulgence, la générosité, l’humilité, le respect pour la propriété d’autrui, au moins dans la plupart des cas. Aussi, les impôts individuels, dont l’ensemble constitue la recette fiscale, sont-ils légers. De la sorte, les contribuables sont énergiques et actifs dans leurs entreprises : ils cultivent davantage de terres, ce qui accroît le nombre des contributions foncières et, par la suite, l’ensemble du revenu fiscal.

53Puis la dynastie se renforce, les souverains se succèdent à sa tête, ils rivalisent d’astuce, ils perdent le secret de la bédouinité et sa simplicité, les qualités bédouines de modération et de retenue. Le pouvoir royal apparaît, avec son despotisme et sa culture sédentaire portée vers le raffinement. Ses dignitaires adoptent des habitudes de sophistication. Noyés dans le bien-être et le luxe, leurs habitudes et leurs besoins se diversifient. Du coup, ils augmentent les impôts individuels sur les sujets, les paysans, les fermiers et les autres contribuables. Il leur faut obtenir un accroissement du revenu de l’État. Ils frappent de droits les opérations commerciales et disposent des douanes aux portes des cités. Ainsi, les impôts augmentent régulièrement, proportionnellement à l’accroissement progressif du luxe, des besoins et des dépenses de l’État. Finalement, les impôts écrasent et surchargent le peuple. Ils deviennent une obligation et une tradition. En effet, les augmentations ont été progressives, de sorte que nul ne sait exactement quel en est le responsable. Elles sont comme une nécessité coutumière. […].

54On a vu que les dynasties, à leurs débuts, restaient fidèles au bédouinisme. Elles ont alors peu de besoins car elles n’ont pas encore pris d’habitudes dispendieuses. Elles dépensent peu. Leurs recettes fiscales dépassent largement leurs dépenses, de sorte qu’il leur reste une marge notable de revenu.

55Mais, par la suite, l’État prend les usages de luxe qui vont avec la culture sédentaire et suit, dans cette voie, l’exemple de ses prédécesseurs. Ses dépenses augmentent. En particulier, le souverain a des frais de plus en plus grands à cause de l’entretien de la cour et des innombrables pensions qu’il distribue. Les impôts ordinaires n’y suffisent plus. Or la dynastie régnante doit trouver de l’argent, pour la solde des troupes et les dépenses du souverain. Elle commence donc par augmenter le taux des impôts directs. Mais, avec l’accroissement de ses besoins et de ses dépenses, dû à celui des habitudes de luxe et de l’entretien de l’armée, l’État finit par dépérir. Il devient trop faible pour percevoir les impôts en province ou dans les régions éloignées. Les recettes fiscales chutent, mais les besoins de l’État augmentent. Le pouvoir doit donc imaginer de nouvelles recettes. Il les trouve en frappant les transactions commerciales. Il perçoit des droits sur les chiffres d’affaires, dans les marchés et sur l’entrée des marchandises dans les villes. Il est réduit à cette extrémité par les distributions excessives qu’il a faites de pensions à quantité de gens et par l’accroissement des dépenses militaires. Ce qui fait qu’à la fin de la dynastie, les taxes sont devenues démesurées, les affaires ne marchent plus, faute d’espoir de profit, et la civilisation décline. Tout cela va de mal en pis, jusqu’à la disparition de l’Empire.

56On a vu des exemples en Orient, à la fin des Abbassides et des Fatimides. On prélevait même des taxes sur les pèlerins de La Mekke. Ṣalāḥ al-Dīn b. Ayyūb supprima tous ces impôts extraordinaires et les remplaça par des travaux d’utilité publique. Il en fut de même en Espagne sous les royaumes des Taïfas : mais Yūsuf b. Tāshfīn, le prince almoravide, y mit bon ordre. De nos jours, on constate les mêmes abus dans le Jérid, en Ifrīqiya, quand les chefs de ces contrées se déclarèrent indépendants. « Dieu est bon envers Ses serviteurs. »

57Bibliographie : Ibn Khaldūn, Le Livre des Exemples, texte traduit, présenté et annoté par A. Cheddadi, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2002, 2 vol. ; A. Cheddadi, Ibn Khaldûn. L’homme et le théoricien de la civilisation, Paris, Gallimard, Bibliothèque des histoires, 2006 ; G. Martinez-Gros, Ibn Khaldûn et les Sept Vies de l’Islam, Actes Sud, 2006.

Notes

18 Les combattants du jihad, contre les Byzantins, en Sicile.

19 Ḥasan al-‘Alīal-Kalbī, mourut peu après, en 954, au moment où Byzantins et Fatimides souhaitaient signer une trêve, en particulier, pour que les Fatimides fassent front aux forces navales omeyyades, au moment où Almeria venait d’être arraisonnée.

20 La montagne désigne le plateau du Muqattam qui domine Le Caire.

21 Al-Khaṣīb b. ‘Abd al-Ḥamīd fut le gouverneur financier de l’Égypte sous Hārūn al-Rashīd (m. 809). Ibn Batòtòūtòa rapporte qu’il était de basse extraction mais se révéla très bon gestionnaire.

22 Rab‘ : immeubles dévolus à l’habitat locatif. Ne pas confondre al-Karīmīavec les célèbres marchands Kārimī.

23 Terme désignant l’ancien territoire byzantin.

24 L’ensemble de ce paragraphe est rédigé en prose rimée.

25 Coran : 73, 20.

26 Mesure équivalant à 300 kilos environ : les marchandises au bahār étaient principalement les grosses épices (poivre, cannelle, gingembre).

27 Qui se trouvait à Ta‘izz.

28 Important port de l’Inde, situé non loin de l’actuel Bombay.

29 Institution dépendant de la douane d’Aden et chargée de la vente et de l’achat des marchandises pour le compte de l’État.

30 Ḍarība, règle coutumière de l’Administration.

31 Turāhiyyāt. Sens incertain.

32 Sorte d’étagères sur lesquelles étaient disposées les marchandises.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search