Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Les effets du bon gouvernement

Construction d’une légitimité

Texte intégral

  • 1 Les Bohras sont des chiites duodécimains vivant en Inde. Ils se considèrent comme les descendants s (...)

1Cette prophétie a été transmise par Ḥātim b. Ibrāhīm al-Ḥāmidī, dā‘ī* (propagandiste ismaïlien) yéménite, mort en 1199, dont le recueil de sermons, donnés lors de séances (majālis, singulier majlis*) nous est parvenu incomplet dans un manuscrit conservé en Inde par les Bohras1, et édité par W. Ivanow. Elle est attribuée à ‘Alī b. Abī Ṭālib (m. 661), qui affirma la tenir du Prophète lui-même, mais elle a été vraisemblablement compilée sous le règne du calife fatimide al-Ẓāhir (1021-1036).

2La généalogie est organisée en trois temps : les premiers imams, connus historiquement et dont le nom est donné (passage non traduit ici), les imams cachés (à partir du Septième), enfin les imams visibles (à partir du Dixième), dont les noms ne sont pas donnés mais dont l’histoire se réfère aux règnes des Fatimides au Maghreb, puis en Égypte. Leur temps se terminera en apocalypse, avec une série de calamités et de guerres, suivie du triomphe final de l’islam sur les chrétiens et des Fatimides sur les Abbassides en l’an 400 de l’hégire.

3Cette prophétie – qui vise à légitimer les Fatimides en les inscrivant dans la descendance directe et unique de ‘Alī (aucune autre branche de la famille alide n’est mentionnée) est significative de la littérature ésotérique ismaïlienne, volontairement codifiée, mêlant à dessein des éléments historiques connus et des propos obscurs, n’hésitant pas à introduire des confusions dans les dates et les faits afin de donner un air d’authenticité à un texte prémonitoire (qui n’a donc rien d’une chronique précisément documentée).

4Source : Prophétie transmise par Ḥātim b. Ibrāhīm al-Ḥāmidī, 117e majlis, éd. et trad. angl. dans W. Ivanow, Ismaili Tradition Concerning the Rise of the Fatimids, Calcutta, Oxford University Press, 1942 (Islamic Research Association Series), p. 107-113 (éd.) et 305-313 (trad.) ; trad. de l’anglais F. Micheau.

  • 2 Ce pronom renvoie sans doute à celui qui n’est pas nommé, l’imam.

5[‘Alī b. Abī Ṭālib] dit : « Je souhaite vraiment que chacun, en tout temps et à toute époque, en toute heure et à tout instant, puisse le2 connaître. » Alors Abū Dharr al-Ghiffārī se leva et dit : « Ô Commandeur des Croyants, professe-nous quelque chose à ce sujet, pour que nous puissions nous en consoler et nous satisfaire de ce qui arrive en ce monde. »

6‘Alī dit : « Sache, ô Jundab, que l’Envoyé de Dieu m’a laissé vous rapporter ceci. Il m’a dit : “Ô Abū l-Ḥasan, quand la fille de Kisrā Hurmuz sera faite prisonnière, cette noble femme sera la mère des imams de ma lignée”. »

7Suit une brève mention des premiers imams, Ḥusayn, ‘Alī Zayn al-‘Ābidīn, Muḥammad b. ‘Alī b. al-Ḥusayn, Ja‘far.

8[Ja‘far] épousera Sālma dont il aura cinq enfants ; et, de ses esclaves, il en aura cinq [autres]. L’aîné mourra du vivant de [son père] qui le désignera comme le Septième Imām. Celui-ci épousera la fille de son oncle paternel.

9Le Huitième disparaîtra en l’an 134 de mon hégire/751-2. Les Banū l-‘Abbās le rechercheront, mais il s’éloignera d’eux jusqu’aux confins du pays des non-Arabes (balad al-a‘jam) et Dieu le protégera d’eux.

  • 3 Jund : Au début de l’Islam, circonscription administrative placée sous l’autorité d’un gouverneur m (...)

10Il épousera une femme qui engendrera le Neuvième. Les Banū l-‘Abbās le rechercheront, mais il partira de chez lui pour s’établir en Syrie (balad al-Shām), dans la province syrienne (iqlīm sūriyya) et le jund3 de Qinnasrīn, aux environs d’Antioche, dans le district de Homs. Il y établira sa demeure, et des nouvelles de lui se répandront partout. De là il enverra ses propagandistes (dā‘ī-s*) jusqu’aux extrémités du Yémen et du Maghreb. Il s’y mariera en l’an 190 de mon hégire/805-6. La nouvelle s’en répandra et parviendra aux Banū l-‘Abbās. Ceux-ci enverront [leurs agents], il tombera entre leurs mains, tel un [simple] prisonnier et [sera conduit] en captivité à al-Zawrā’ [Bagdad] dans leur palais – ô quel malheur, ô quelle douleur ! Il sortira de captivité pour revenir chez lui, après avoir, en apparence, été tué par les Banū l-‘Abbās. Et le Dixième lui naîtra en 199 de mon hégire/814-5.

  • 4 Par ses pouvoirs surnaturels, l’imam est capable de changer le cours naturel des choses.

11Quand le Dixième de mes descendants se lèvera, il émigrera au Maghreb, où il construira une ville appelée de son nom. Il aura de nombreux adversaires parmi les habitants du Maghreb, lui le « Soleil levant au couchant [Maghreb]4 ». C’est par lui que Dieu conquerra le Maghreb et par lui que sera exalté celui qui dira « Je suis de ma umma* et de ma lignée ». Il épousera une femme dont il n’aura des enfants que dans le pays d’origine dont il partira pour le « pays de son émigration » (dār hijrati-hi).

12Il aura d’elle le Onzième après un grand effort dont l’enfant [sortira] avec les cheveux blancs. Ceci aura lieu à la fin du iiie siècle de mon hégire. Son pouvoir s’affermira. Ses auxiliaires se révolteront contre lui et ses aides prendront les armes contre lui ; ils l’assiégeront dans al-Mahdiyya. Comme il le montrera par la parole et l’exaltera dans la souffrance, il écrasera le Maghreb telle une meule, et ceci arrivera après que son père l’aura marié à la fille de son oncle paternel, son plus proche parent.

  • 5 Les Rūm : les Byzantins.

13D’elle il aura le Douzième et il le verra de son vivant, avant sa mort. Il perdra sa mère du vivant de son père et celui-ci se chargera de lui. Il aura de nombreux ennemis parmi sa famille et ses proches ; il grandira en bonne santé et se développera de la meilleure façon. Quand il aura atteint la majorité, son père le mariera à l’une de ses esclaves, du pays des Rūm5.

14Elle lui donnera le Treizième. […] Il viendra à Tunis, il gouvernera [l’Ifrīqiya] jusqu’aux confins du pays de Fès et il conquerra Sijilmāsa jusqu’à l’extrémité du Maghreb. Sa mort surviendra après le siège d’al-Mahdiyya. Il soumettra ses ennemis et pardonnera à ceux qui s’opposeront à lui. Ceux-ci s’entre-dévoreront à cause de leurs violents différends. Viendra l’heure de sa transmigration.

15Le Quatorzième lui succédera. Celui-ci aura plusieurs frères, chacun proclamant ce que Dieu lui a accordé et affirmant qu’il est le « maître du temps ». Par la suite, il les dominera et son pouvoir s’affirmera. Il renforcera son armée et dévoilera (kashf) son dessein ; il rassemblera ses troupes et enverra ses escadrons en Égypte et dans les territoires dépendants. Il conquerra l’Égypte grâce à son esclave dévoué – malheur alors aux terres syriennes ! Puis il quittera l’Ifrīqiya pour l’Égypte, ruinant le pays d’Ifrīqiya jusqu’aux confins des Barāwaṭa [sic pour Barghawāṭa].

16Quand il aura épousé la fille de son oncle paternel, il aura d’elle deux fils dont l’un sera le Quinzième. Il aura aussi deux fils de ses propres concubines, mais l’aîné mourra. Il établira solidement son pouvoir en Égypte. Quand viendra l’heure de la mort et qu’il s’occultera, il laissera le pouvoir au plus jeune de ses fils. Au début de son règne, un de ses esclaves, un homme du commun, s’emparera du royaume et dilapidera partout les biens de l’État. […]

17[Le Quinzième] laissera le pouvoir au Seizième, qui sera mineur. Sous son règne, la guerre éclatera, les femmes intrigueront contre lui. Le Ṭāghūt [Démon] se dressera parmi elles contre lui, intriguant contre lui et contre ses proches alors que lui pensera avoir atteint son but et réalisé ses désirs. Mais Dieu éteindra le feu [allumé par le Démon], [mettra fin à] son iniquité, détruira son armée et le frappera soudainement. Alors se dressera à sa place un second, le Noir, contre le Seizième de ma postérité. […] Il s’emparera de tout le royaume si bien que tous les rois de l’Orient et de l’Occident diront qu’il a atteint la position qui est celle de Ses maîtres. Mais il [le Seizième] se jettera contre lui tel un lion fort et robuste ; il le tuera, laissant les Égyptiens surpris d’épouvante. […] Quand il atteindra l’âge, il choisira une orpheline que son père aura élevée. Ceci arrivera en l’an 390/999-1000 de l’hégire. Elle sera de bonne origine. Quand il atteindra la force de l’âge, il se rendra à Damas où il apparaîtra en rajab de l’an 394 ou sha‘bān de cette même année de l’hégire/avril-juin 1004. Ses troupes s’y rendront et conquerront Antioche et toutes les places frontières (thughūr). Il fera d’Antioche le « pays de son émigration » (dār hijrati-hi).

18Pendant ce temps, cette orpheline engendrera le Dix-Septième. Son nom, ô Abū l-Ḥasan, sera le tien. Des guerres éclateront sous son règne et il y aura de grandes calamités.

19Suit une évocation, plutôt confuse, de ces calamités et des combats menés contre les Rūm.

  • 6 Au Yémen, peut-être à corriger par Maghreb.

20Puis son fils, le Dix-Septième, occupera sa place. Les chrétiens se rassembleront à proximité de Constantinople et [leurs] troupes se retrouveront. Les habitants du Maghreb s’avanceront aux côtés de ceux de l’Irak pour aider ceux de Syrie. L’Égypte sera ruinée quand ils la traverseront et on dira « c’est là que se trouvait la ville que l’on appelait Miṣr ». Les femmes de [ce pays] seront vendues sur le marché de Ma‘rib6 et les habitants du Maghreb amèneront [pour les vendre] des femmes délicates, des jeunes filles élevées dans la réclusion ainsi que des concubines, et on entendra les ornements féminins tinter sur les chevaux de bât. Et cela au moment où ils viendront depuis le Maghreb pour aider mon descendant dans le pays d’al-Zawrā’. Constantinople sera conquise, les Rūm seront écrasés, l’ennemi détruit et le peuple de Dieu victorieux, car le peuple de Dieu est toujours victorieux et ses troupes aidées de Dieu. Quand mon descendant aura conquis tout le pays des Rūm et ravagé Constantinople, il en repartira et il marchera sur l’Irak pour s’en emparer. Ceci se passera après la mort du Seizième.

21[À la suite de nouvelles calamités, qui dureront de 392 à 400, celui-ci n’aura finalement plus d’opposants] et ce sera le temps où le Dix-Septième apparaîtra en rajab ou sha‘bān de cette année [400]/février-avril 1010.

22Bibliographie : F. Daftary, Les Ismaéliens. Histoire et traditions d’une communauté musulmane, Paris, Fayard, 2003 (éd. originale anglaise 1990) ; D. De Smet, La philosophie ismaélienne. Un ésotérisme chiite entre néoplatonisme et gnose, Paris, Les Éditions du Cerf (Les conférences de l’École pratique des hautes études), 2012 ; A. Hamdani, « The Dā‘ī Ḥātim Ibn Ibrāhīm al-Ḥāmidi (d. 586H./1199 A.D.) and his Book Tuḥfat al-qulūb », Oriens, 23-24, 1974, p. 258-300 ; H. Hamdani, On the Genealogy of Fatimid Caliphs. Statement on Mahdī’s Communication to the Yemen on the Real and Esoteric Names of his Hidden Predecessors, Le Caire, Publications of the American University at Cairo, 1958 ; S. Hamdani, Between Revolution and State. The Path to Fatimid Statehood. Qadi al-Nu‘man and the Construction of Fatimid Legitimacy, Londres/New York, Tauris/Institute of Ismaili Studies, 2006.

16. Un pouvoir qui s’expose : l’exemple des inscriptions fatimides d’Égypte

23Dans les pays d’Islam, les écritures exposées ont été très tôt utilisées pour donner à voir, voire à lire, le pouvoir. Sans être spécifiques à ces régions, l’épigraphie et la calligraphie y ont joué un rôle majeur, plus important que dans beaucoup d’autres sociétés, comme instrument de l’affirmation du pouvoir politique, avant tout dans l’espace urbain. Constructions, restaurations, embellissements et dotations de fondations promues par les gouvernants sont ainsi rappelés et célébrés dans la pierre, symbolisant la prospérité et la capacité du pouvoir à intervenir dans l’ensemble du territoire qui relève de son autorité. Les supports peuvent varier et les inscriptions mobilières sont nombreuses également, en particulier sur des textiles fabriqués dans les ateliers califaux, les ṭirāz*, qui servaient à distinguer et hiérarchiser les élites gouvernantes et étaient aussi offerts lors d’échanges diplomatiques. Outre les informations historiques qu’elles contiennent, ces inscriptions permettent de suivre l’évolution de la nature et de la structuration du pouvoir dans le temps, notamment grâce aux titulatures qu’elles reproduisent.

24Le contexte de compétition califale qui caractérise les xe-xiie siècles et la nécessité de légitimer de nouveaux pouvoirs a donné naissance à un corpus très riche, notamment en Égypte, que les inscriptions aient survécu ou qu’elles soient citées dans des textes. Celles qui sont relatives à la dynastie fatimide exaltent toutes son appartenance à la famille du prophète (ahl al-bayt, « gens de la maison ») et la pureté son lignage, tandis que de nombreuses eulogies appellent sur elle la bénédiction de Dieu. Les califes sont évoqués à travers un élément de leur dénomination personnelle et par leur nom de règne (laqab*). Apparaissent également les plus hauts représentants de l’État, tous commémorant leurs réalisations et leurs actions pour le bien commun grâce à l’épigraphie.

25Les inscriptions sont présentées ici chronologiquement. Elles proviennent avant tout du Caire, mais aussi de Haute-Égypte et du Sinaï, et ont été rassemblées dans E. Combe, J. Sauvaget et al., Répertoire chronologique d’épigraphie arabe (abrégé RCEA), Le Caire, Ifao, 1937-1975, 17 vol.

a. Construction de la mosquee d’al-Azhar au Caire (970)

26Cette inscription nous est parvenue grâce au grand historien égyptien al-Maqrīzī (1364-1442) qui, dans sa somme intitulée, en abrégé, al-Khiṭaṭ, a fait toute sa place à la dynastie califale qu’a abritée l’Égypte, indépendamment du fait qu’elle ait été chiite. Ces lignes évoquent l’œuvre du général Jawhar, eunuque d’origine sicilienne, conquérant de l’Égypte et représentant du calife al-Mu‘izz (953-975), sur place entre 969 et 973, date de l’arrivée de ce dernier au Caire. Jawhar a notamment fait bâtir la célèbre mosquée al-Azhar, conçue pour être le centre de la da‘wa* ismaïlienne.

27Source : RCEA, t. 5, inscription no 1821.

28Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux, voici ce qu’a ordonné de bâtir l’esclave et ami de Dieu Abū Tamīm Ma‘add, l’Imām al-Mu‘izz li-Dīn-Allāh, Émir des croyants – que les bénédictions de Dieu soient sur lui, sur ses [purs] ancêtres et ses très nobles descendants – par les mains de son esclave Jawhar, le secrétaire, le Sicilien. Cela [fut achevé] en l’année 360/970-971.

b. Inscription sur ṭirāz (969-970)

29Cette inscription est une des premières attestations du changement de pouvoir en Égypte ; elle symbolise la présence du calife alors même qu’il est encore en Ifrīqiya.

30Source : RCEA, t. 6, inscription no 1814.

31Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux, que Dieu accorde Sa bénédiction et Son salut à Son prophète, le Prophète Muḥammad, ainsi qu’aux gens de sa maison. Voici ce qui a été fait dans l’atelier particulier de tissage de l’Imām Abū Tamīm Ma‘add, l’Imām al-Mu‘izz li-Dīn-Allāh, Émir des croyants – que les bénédictions de Dieu soient sur lui –, [en l’année] 359/969-970…

c. Restauration de la grande Mosquée d’Esna (1077)

32Cette inscription commémore la construction (ou peut-être la reconstruction) de la grande mosquée d’Esna, ville située sur le Nil au sud de Louxor. Elle reflète l’affirmation du vizirat, dans un premier temps absent au sein de l’État fatimide. En effet, si le calife al-Mustanṣir (1036-1094) est cité, c’est le vizir Badr al-Jamālī (m. 1094) qui ordonne à un cadi de bâtir l’édifice. Badr a été appelé au vizirat par le calife en 1074, alors que le califat traversait une très grave crise. Si la titulature de Badr est déjà développée – il porte notamment le titre d’« émir des armées » (amīr al-juyūsh) par lequel il continua longtemps d’être identifié –, elle le sera plus encore par la suite.

33Source : RCEA, t. 7, inscription no 2719.

34Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux – Coran : 9, 18 – que la faveur et la bénédiction de Dieu soient sur notre maître et seigneur l’Imām al-Mustanṣir bi-llāh, Émir des croyants, ainsi que sur ses purs ancêtres et ses très nobles descendants ! Le seigneur très illustre, l’émir des armées, l’épée de l’islam, le défenseur de l’Imām, Abū l-Najm Badr al-Mustanṣirī – que Dieu fasse durer son pouvoir et élève sa parole – a donné l’ordre de construire cette mosquée bénie au juge Abū l-Ḥusayn ‘Alī b. Aḥmad b. Muḥammad b. al-Naḍr. Les fondations furent faites à la mi-dhū l-ḥijja de l’année 469/10 juillet 1077 et elle fut couverte à la moitié du mois de rabī‘ I de l’année 470/6 octobre. Que Dieu le fasse réussir à [mériter] Son agrément, qu’Il l’aide à Lui obéir, de même qu’Il détourne ses soucis jusqu’à sa mort.

d. Construction d’une nouvelle enceinte au Caire (1087)

35Cette inscription, toujours in situ, surmonte deux portes de l’enceinte du Caire, Bāb al-Futūḥ (Porte des Conquêtes) et Bāb al-Naṣr (Porte de la Victoire). La titulature de Badr al-Jamālī y intègre désormais sa fonction de chef de la da‘wa* ismaïlienne.

36Source : RCEA, t. 7, inscription no 2762.

37Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux – Coran : 2, 56 – c’est par la gloire de Dieu, Puissant et Fort, que l’islam est sauvegardé ; c’est par elle que se fondent les forteresses et les murailles. Cette porte de la gloire et la muraille qui entoure Le Caire bien gardé d’al-Mu‘izz – que Dieu le [ie : Le Caire] protège – ont été fondées par le serviteur de notre maître et seigneur, l’Imām al-Mustanṣir bi-llāh, Émir des croyants – que les bénédictions de Dieu soient sur lui, sur ses ancêtres, les purs imams, et ses très nobles descendants –, le seigneur très illustre, l’émir des armées, l’épée de l’islam, le défenseur de [l’Imām], le garant des juges des musulmans et le guide des missionnaires des croyants, Abū l-Najm Badr al-Mustanṣirī, – que Dieu affermisse par lui la religion, qu’Il fasse profiter l’Émir des croyants de la prolongation de sa durée, qu’Il fasse durer son pouvoir et élève sa parole – car, c’est par la beauté de son administration que Dieu a fortifié l’État et les humains, et il a comblé de ses bontés le particulier et le général, dans le désir de la récompense et de la satisfaction de Dieu, dans la recherche de Sa grâce et de Sa bienfaisance, pour protéger le siège du califat et pour supplier Dieu de l’entourer de Ses faveurs. L’œuvre a été commencée en muḥarram de l’année 480/avril-mai 1087.

e. Construction d’une chaire (minbar *) pour la mosquée du monastere Sainte-Catherine du Mont Sinaï (1106)

38La construction de cette mosquée a eu lieu à une date incertaine, entre le début du xie et le début du xiie siècle. Les raisons de son édification au sein du monastère restent obscures. Certains ont pensé que sa construction aurait été une concession aux musulmans pour échapper à la destruction des églises et monastères ordonnée par le calife al-Ḥākim (996-1021), mais le débat reste ouvert. Le vizir al-Afḍal (1094-1121), fils de Badr al-Jamālī, y ajoute en 1106, sous le califat d’al-Āmir (1101-1130), une chaire en bois. Ce vizir, que son père avait réussi à faire désigner comme son successeur au vizirat avant sa mort, hérita de toutes les fonctions et titres de Badr. Il demeura au pouvoir tandis que les califes se succédaient à la tête de l’Égypte.

39Source : RCEA, t. 7, inscription no 2912.

40Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux. Il n’y a de Dieu que Dieu l’unique et il n’a pas d’associé – Coran : 64, 1 et 2, 260 – Par la main de l’excellent – Coran : 5, 120 – Secours de Dieu et conquête prochaine à l’esclave et ami de Dieu, Abū ‘Alī al-Manṣūr, l’Imām al-Āmir bi-Aḥkām Allāh, Émir des croyants – que les bénédictions de Dieu soient sur lui, sur ses purs ancêtres et sur ses descendants attendus. La fabrication de cette chaire a été ordonnée par le très illustre seigneur, al-Afḍal, l’émir des armées, l’épée de l’islam, le défenseur de l’Imām, le garant des juges des musulmans et le guide des missionnaires des croyants, Abū l-Qāsim Shā[han] shāh, que Dieu affermisse par lui la religion, fasse profiter l’Émir des croyants de la prolongation de sa durée, fasse durer son pouvoir et élève sa parole. Cela [a été achevé] dans le mois de rabī‘ I de l’année 500/novembre 1106. »

41Bibliographie : D. Behrens-Abouseif, Islamic Architecture in Cairo. An Introduction, Leyde/Le Caire, Brill, 1989 ; I. E. Bierman, Writing Signs. The Fatimid Public Text, Berkeley, University of California Press, 1998 ; Y. Lev, « The Fatimid Caliphate (358-567/969-1171) and the Ayyubids in Egypt (567-648/1171-1250) », dans M. Fierro (éd.), The New Cambridge History of Islam, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, p. 201-236 ; J.-M. Mouton, Le Sinaï médiéval. Un espace stratégique de l’islam, Paris, Puf, 2000 ; A. Raymond (dir.), Le Caire, Paris, Citadelles-Mazenod, 2000 ; P. Sanders, « Robes of honor in Fatimid Egypt », dans S. Gordon (éd.), Robes and Honor. The Medieval World of Investiture. The New Middle Ages, New York, Palgrave, 2001, p. 225-239.

17. La sikka fatimide

42Avec la proclamation de ‘Ubayd Allāh al-Mahdī comme calife, la nouvelle dynastie récupéra les symboles traditionnels de la souveraineté, dont la khuṭba et la sikka, le droit de frapper monnaie généralement conçu comme un monopole de l’État. La monnaie était alors un vecteur privilégié pour les Fatimides leur permettant d’affirmer leur légitimité, mais aussi de diffuser leur doctrine.

43Dans les premiers temps, rien ne permet de distinguer une monnaie fatimide d’une monnaie aghlabide ou abbasside. Le style adopté pour les émissions du règne d’al-Mahdī (909-934) est celui des émissions qui avaient déjà cours lors de son avènement, cela pour des raisons économiques évidentes, la seule différence étant l’introduction du laqab* du nouveau calife précédé de la mention « Imām » et de son titre d’Émir des croyants (monnaie A). Ce n’est qu’une fois la dynastie bien implantée en Ifrīqiya qu’une réforme de fond fut mise en route sous le règne d’al-Manṣūr (946-953), conduisant à la création du dinar fatimide tel qu’on le rencontre le plus souvent dans les médailliers. Sur les deux faces, le champ est recouvert d’une succession d’anneaux concentriques, alternant deux ou trois cercles de légendes en arabe avec des cercles pleins, organisés autour d’un point central ou du nom de Dieu (monnaie B). Cette réforme coïncide aussi avec la diversification des légendes religieuses introduites dans les champs. À l’habituelle shahāda* (profession de foi musulmane), vient se joindre l’affirmation du rôle de ‘Alī dans la prophétie. Certaines monnaies présentent même des légendes à l’ismaïlisme plus affirmé.

44Le type monétaire révolutionnaire inventé par les Fatimides était compris immédiatement par les contemporains comme la marque de fabrique de la dynastie, et son adoption par les gouverneurs provinciaux valait reconnaissance de la puissance du califat fatimide. Aussi longtemps qu’ils demeurèrent fidèles aux Fatimides installés au Caire, les Zirides utilisèrent ce même type monétaire pour leurs émissions (monnaie C). De même, en faisant officiellement allégeance au Caire, les Mirdassides d’Alep, tout en nommant expressément le calife dans les légendes, adoptèrent le type monétaire fatimide pour leurs monnaies (monnaie D). On pourrait donc établir la carte des territoires sous souveraineté fatimide à partir des lieux de frappe (La Mekke sur la monnaie B), si ce n’est que le succès de la monnaie d’or fatimide fut tel que d’autres dynasties adoptèrent ce type monétaire concentrique devenu, pour les utilisateurs, synonyme de qualité. Cela, sans pour autant reconnaître la souveraineté du Caire ni adhérer à l’idéologie ésotérique sous-entendue par ces cercles concentriques. La dernière monnaie proposée éclaire en particulier la conception de l’imamat chez les Fatimides, et surtout l’idée que sa transmission était héréditaire. C’est aussi un témoignage des problèmes de succession à la fin de la période fatimide.

a. Dinar d’or du calife al-Mahdī, frappé à al-Muḥammadiyya en 320/932-933

  • 7 Coran : 9, 33. Verset désigné par « mission prophétique ».

‘Abd Allāh
Il n’y a de divinité que
Dieu, il est unique,
Il n’a pas d’associé.
Émir des croyants

l’Imām
Muḥammad
est l’envoyé
de Dieu.
al-Mahdī bi-llāh

Légende circulaire

Légende circulaire

Il a envoyé son Apôtre, avec la Direction et la religion de vérité, pour la faire prévaloir sur la religion en entier, en dépit de l’aversion des associateurs7.

Au nom de Dieu, ce dinar a été frappé à al-Muḥammadiyya en 320.

(Avec l’aimable autorisation de A. H. Baldwin & sons Ltd, London. www.baldwin.co.uk)

b. Dinar d’or du calife al-‘Azīz, frappé à la Mekke en 366/976-977

Point central

Point central

Légende circulaire intérieure

Légende circulaire intérieure

Il n’y a de divinité que Dieu, Muḥammad est l’envoyé de Dieu, ‘Alī est le meilleur des élus de Dieu.

L’esclave de Dieu et son auxiliaire Nizār, l’Imām al-‘Azīz bi-llāh Émir des croyants.

Légende circulaire extérieure

Légende circulaire extérieure

Mission prophétique

Au nom de Dieu, ce dinar a été frappé à La Mekke en 366.

(Avec l’aimable autorisation de A. H. Baldwin & sons Ltd, London. www.baldwin.co.uk)

c. Dirham d’argent frappé à al-Mahdiyya au nom du calife fatimide al-‘Azīz par son lieutenant ziride en 381/991-992

Point central

Point central

Légende circulaire intérieure

Légende circulaire intérieure

Il n’y a de divinité que Dieu, Muḥammad est l’envoyé de Dieu et ‘Alī est le meilleur des élus de Dieu.

L’esclave de Dieu et son auxiliaire Nizār, l’Imām al-‘Azīz bi-llāh Émir des croyants.

Légende circulaire extérieure

Légende circulaire extérieure

Mission prophétique

Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux, ce dirham a été frappé à Mahdiyya en 381.

(Avec l’aimable autorisation de A. H. Baldwin & sons Ltd, London. www.baldwin.co.uk)

d. Dinar frappé en 417/1026-1027 par le prince Mirdasside d’Alep, Asad al-Dawla, au nom du calife fatimide al-Ẓāhir

Point central

Point central

Légende circulaire intérieure

Légende circulaire intérieure

Al-Ẓāhir li-I‘zāz Dīn Allāh Émir des croyants.

Il n’y a de divinité que Dieu, Muḥammad est l’envoyé de Dieu et ‘Alī est l’ami de Dieu.

Légende circulaire intermédiaire

Légende circulaire intermédiaire

L’émir Abū ‘Ulwan Thamāl fils de l’émir Asad al-Dawla.

Le prince (al-Malik), le Lion du Gouvernement (Asad al-Dawla), sa gloire et son conseil, Abū ‘Alī Ṣāliḥ b. Mirdās.

Légende circulaire extérieure

Légende circulaire extérieure

Mission prophétique

Au nom de Dieu, ce dinar a été frappé à Alep en l’année 417.

(Steve Album, Stephen Album Rare Coins 13, vente des 18-19 mai 2012, lot 565)

e. Dinar d’Alexandrie frappé en 525/1130-1131 après la mort du calife al-Āmir, au nom de son fils attendu, par le vizir al-Afḍal Kutayfāt8

  • 8 Le calife étant mort en laissant une concubine enceinte.
  • 9 Formule un peu obscure qui figure sur les dinars de la dernière période fatimide et qui signifie pe (...)

Légende centrale

Légende centrale

L’Imām
Muḥammad

‘āl
ghāyah
9

Légende circulaire intérieure

Légende circulaire intérieure

Abū l-Qāsim al-Muntaẓar li-Amr Allāh Émir des croyants.

Il n’y a de divinité que Dieu, Muḥammad est l’envoyé de Dieu et ‘Alī est l’ami de Dieu.

Légende circulaire extérieure

Légende circulaire extérieure

Au nom de Dieu le Clément le Miséricordieux, ce dinar a été frappé à Alexandrie en l’année 525.

Mission prophétique

(Avec l’aimable autorisation de A. H. Baldwin & sons Ltd, London. www.baldwin.co.uk)

45Bibliographie : S. Album, A Checklist of Islamic Coins, Santa Rosa, 1998 ; M. Broome, A Handbook of Islamic Coins, Londres, Seaby, 1985 ; A. Fenina (éd.), Numismatique et histoire de la monnaie en Tunisie, t. II, Monnaies islamiques, Tunis, Banque centrale de Tunisie, 2007 ; N. D. Nicol, A Corpus of Fatimid Coins, Trieste, G. Bernardi, 2006 ; W. C. Warren, « The Monetary History of Egypt, 642-1517 », dans C. F. Petry (éd.), The Cambridge History of Egypt, vol. 1, Islamic Egypt, 640-1517, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 318-338.

18. Prétentions califales et légitimation du pouvoir en al-Andalus

46La production monétaire islamique en al-Andalus, avant la proclamation du califat par ‘ Abd al-Raḥmān III en 929, était très particulière et sans rapport avec l’organisation monétaire du califat abbaside. Seules les émissions locales étaient centralisées dans la capitale, Cordoue, jamais désignée sur les monnaies autrement que par le nom de la province « al-Andalus ». Quant aux légendes frappées, elles étaient restées semblables aux émissions du califat omeyyade de Damas, affichant la traditionnelle profession de foi omeyyade, inspirée de la sourate 112 du Coran. Enfin et surtout, ce seul atelier de la péninsule ne frappait jamais de monnaies d’or (dīnār*), mais uniquement des monnaies d’argent (dirham*) et rarement de cuivre (fals*, pl. fulūs). À l’avènement du califat, si le monnayage reste apparemment le même, l’introduction du titre califien « Émir des croyants » (amīr al-mu’minīn) dès 316/929 affirmait et soutenait la revendication califienne de ‘Abd al-Raḥmān. Cependant ce n’est qu’en 317/929-930 que le nouveau calife fit réformer le monnayage pour en renforcer la puissance légitimatrice. Outre la restauration des poids des monnaies, les éléments majeurs de cette réforme sont la suppression de la sourate 112 du Coran, remplacée par un laqab* et par les titres d’Imām et d’Émir des croyants, et surtout la réintroduction de la frappe de l’or, après suspension de près de 200 ans, possible conséquence de l’affirmation califienne ou résultat du contexte économique de l’époque.

47Absent sur le monnayage émiral, le titre d’Imām va connaître sur le monnayage des xe-xie siècles, à l’époque de la fitna*, une postérité inédite ailleurs dans le monde islamique, ce qui nous renseigne directement sur les différents épisodes califaux. Les prétentions au califat des Ḥammudides, gouverneurs de Ceuta sous les Omeyyades, sont clairement exprimées sur la monnaie B : le premier souverain de la dynastie, ‘Alī (407-408/1016-1018), y revendique à la fois le titre califal d’Émir des croyants et la fonction d’imam. Alide, descendant des Idrissides de Fès et donc du Prophète, ‘Alī se permet même sur ses monnaies de désigner son successeur, Yaḥyā, le futur al-Mu‘talī, calife à Cordoue, de 1021 à 1023, et qui continua de régner à Ceuta et à Malaga jusqu’en 1035. Les Ḥammudides émirent abondamment des dinars, de l’or africain, et des dirhams de faible qualité, et les émissions, provenant du siège de leur autorité, Ceuta, dépassèrent même les émissions de Cordoue/al-Andalus. Sur des monnaies postérieures, comme celles émises par Bādīs à Grenade ou celles de certains princes berbères, un autre représentant de la famille ḥammudide est mentionné comme autorité suprême, Idrīs II de Malaga, par besoin de légitimation. Cette même recherche de légitimation explique la mention sur la monnaie C de Hishām II comme Imām et Émir des croyants, un imposteur fantoche que l’on prétendait être le calife omeyyade Hishām II, le responsable de la frappe agissant donc en tant que représentant de ce calife. Cette mention souligne l’importance de la permanence d’une référence au califat, ici sur une monnaie des rois de Tortose, une dynastie d’esclavons dont nous sont parvenues de rares monnaies d’argent. Al-Muqātil, second prince de la dynastie, s’attribue un titre sultanien : « Sayf al-milla » « Glaive de la communauté religieuse ». La monnaie D représente l’étape ultime de cette référence à une figure califale légitimatrice : l’imam mentionné n’est plus qu’un calife fictif, auquel est attribué le laqab* « al-Mu’ayyad » de Hishām II mais dont le nom (ism*), ‘Abd Allāh (« esclave de Dieu »), se rapportait peut-être plus au titre d’humilité porté par tous les califes qu’au nom d’un individu en particulier. Les monnaies abbadides préfigurent le recours à un imam complètement fictif, un ‘Abd Allāh sans laqab*, dont la mention permettait de simuler le respect du cadre théorique de la délégation du pouvoir, alors que le souverain abbadide lui-même s’arrogeait un laqab honorifique pseudo-califien tout en revendiquant le rôle et titre de ḥājib*, là où d’autres prétendaient au titre d’amīr* (émir), ra’īs (chef) ou encore wazīr (vizir).

a. Califes en al-Andalus

48Dirham de ‘Abd al-Raḥmān III (300-350/912-961), atelier d’al-Andalus, année 316/928-929

Codera, pl. 6, no 1

  • 10 Coran : 112, 1-4.
  • 11 Coran : 9, 33.

Légende centrale

Légende centrale

Il n’y a de divinité que Dieu,
Il est unique, Il n’a pas d’associé.
‘Abd al-Raḥmān
l’Émir des croyants

Dieu est un, Dieu est
éternel, Il n’a pas engendré et
Il n’a pas été engendré et il n’a pas
d’égal à Lui10.

Légende circulaire

Légende circulaire

Au nom de Dieu, ce dirham a été frappé en al-Andalus en l’année 316.

Muḥammad est l’envoyé de Dieu, Il l’a envoyé avec la Direction et la religion de vérité pour la faire prévaloir sur la religion en entier, en dépit de l’aversion des associateurs11 (mission prophétique).

b. Hammudides

49Dirham de ‘Alī (400-407/1010-1016), Ceuta, 407/1016-1017

Codera pl. 12, no 2

Légende centrale

Légende centrale

Il n’y a de divinité que
Dieu, Il est unique,
Il n’a pas d’associé.
3 fleurons sous le champ

L’héritier au califat (walī al-‘ahd)
l’Imām ‘Alī
Émir des croyants
al-Nāṣir li-Dīn Allāh
Yaḥyā.

Légende circulaire

Légende circulaire

Au nom de Dieu, ce dirham a été frappé à Ceuta en l’année 407.

Mission prophétique

c. Taïfa de Tortose

50Dirham d’al-Muqātil (427-445/1035-1054) au nom du calife omeyyade Hishām II (366-399/976-1009 et 400-403/1010-1013), daté de 440/1048-1049

Codera, pl. 19, no 3

Légende centrale

Légende centrale

Il n’y a de divinité
que Dieu, Il est unique,
Il n’a pas d’associé.
Muslim

Sayf al-milla
l’Imām Hishām
l’Émir des croyants
al-Mu’ayyad bi-llāh
Muqātil.

Légende circulaire

Légende circulaire

Au nom de Dieu, ce dirham a été frappé à Ṭarṭūsha en l’année 440.

Mission prophétique

d. Abbadides

51Dinar d’al-Mu‘tamid (461-484/1069-1091), al-Andalus, 462/1069-1070

Codera, pl. 14, no 2

Légende centrale

Légende centrale

Le ḥājib*.
Il n’y a de divinité que Dieu
Muḥammad est l’envoyé de Dieu.
Sirāj al-Dawla

Al-Mu‘tamid ‘alā-llāh,
l’Imām ‘Abd Allāh,
l’Émir des croyants
al-Mu’ayyad bi-Naṣr Allāh.

Légende centrale

Légende centrale

Au nom de Dieu, ce dinar a été frappé en al-Andalus en l’année 462.

Mission prophétique

52Bibliographie : F. Codera y Zaydin, Tratado de numismatica arabigo-española, Madrid, 1879 ; F. Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l’époque des Taifas (ve-xie siècle), Paris, L’Harmattan, 1997, p. 260-283 ; D. Wasserstein, The Caliphate in the West : An Islamic Political Institution in the Iberian Peninsula, Oxford, Clarendon Press, 1993.

19. Investiture accordee en 1175 à Saladin par le calife abbasside

53Le secrétaire de chancellerie égyptien, al-Qalqashandī (m. 1418) nous a conservé dans sa grande encyclopédie intitulée Subḥ al a ‘shā fī ṣinā‘at al-inshā’[le Matin de l’héméralope ou l’art de la rédaction] un grand nombre de modèles de correspondance et d’actes de chancellerie des époques fatimide, ayyoubide et mamlouke. Les extraits suivants proviennent du diplôme envoyé en 1175 par le calife al-Mustaḍī’ (1170-1180) à Saladin lui accordant l’investiture sur l’Égypte, le Yémen et la Syrie à l’exception d’Alep et de la Syrie du Nord alors aux mains d’al-Malik al-Ṣāliḥ, le jeune fils de Nūr al-Dīn.

54Dès les premières lignes, la titulature accordée à Saladin souligne le rang auquel le calife souhaite le placer et, tout au long du texte, la supériorité hiérarchique du calife est sans cesse réaffirmée. Les raisons essentielles pour lesquelles il accorde son soutien au fondateur de la dynastie ayyoubide tiennent à ses victoires qui ont permis la restauration de l’« orthodoxie » sunnite en Égypte et au Yémen. On relèvera dans ce texte, truffé de citations ou d’allusions au Coran et aux hadiths, les devoirs qui incombent au souverain, qui ne sont pas sans rappeler les recommandations des auteurs des Miroirs des princes : justice, aumône, humilité, souci du bien des sujets, bon conseil, surveillance des fonctionnaires, jihad* (y compris jihad majeur), auquel s’ajoute une recommandation plus conjoncturelle qui est la reconquête de Jérusalem alors dominée par les Francs.

55Source : al-Qalqashandī, Ṣubḥ al-a‘shā fī ṣinā‘at al-inshā’, éd. par M. ‘Abd al-Rasūl Ibrāhīm, 2e éd., Le Caire, 1963, 14 vol., t. 10, p. 135-144 ; trad. A.-M. Eddé.

56[…] Telles sont tes vertus ô al-Malik al-Nāṣir, très illustre seigneur, le grand, le savant, le juste, le combattant de la guerre sainte, le combattant aux frontières, Ṣalāḥ al-Dīn Abū l-Muẓaffar Yūsuf b. Ayyūb. Le noble dīwān* te les confère pour te remercier. En mentionnant ton nom, il te situe au-dessus de ses amis en disant : Tu es celui en qui on place une confiance sans borne et tu es pour la dynastie une flèche qui va droit au but, semblable à une flamme qui brille, un trésor impérissable quand les autres disparaissent. Qu’importent les absents si toi tu es présent pour la défendre. Remercie tes efforts qui t’ont rendu digne et t’ont donné la prééminence sur les amis [du calife]. Si d’aucuns peuvent être associés à toi du point de vue de la croyance, aucun ne te vaut du point de vue de la détermination qui t’a permis de remporter la grande victoire en faveur de la dynastie.

  • 12 Litt. « nous battrons leurs flancs jusqu’à Bark al-Ghumād » (nom d’un lieu au Yémen). Il y a là une (...)

57Il y a une différence dans le degré d’assistance entre celui qui prête son secours avec son cœur et celui qui le fait par son action, et Dieu ne traite pas ceux qui restent assis de la même façon que ceux qui disent : « Si tu nous l’ordonnes, nous pousserons nos montures jusqu’au bout du monde12 ! »

58[…] L’Émir des croyants t’a donné l’investiture sur les territoires de l’Égypte et du Yémen, sur leurs monts et leurs vallées, leurs sujets et leurs armées, leurs confins maritimes et terrestres, ainsi que sur tous les territoires voisins à délivrer, par la paix ou par la force. Il y a ajouté les territoires de Syrie avec leurs villes et leurs forteresses, à l’exception de ce que possède Nūr al-Dīn Ismā‘īl, fils de Nūr al-Dīn Maḥmūd – que Dieu lui soit miséricordieux – c’est-à-dire Alep et sa province. Car son père a laissé de belles traces en Islam qui élèvent sa mémoire au rang de celles qui méritent d’être évoquées et qui le suivent dans sa descendance.

  • 13 Litt. « comme dans une construction ». Allusion à un hadith qui dit que les croyants doivent se sou (...)

59Quant à son fils, que voici, ses dispositions innées l’ont rendu apte à bien parler et bien agir ; il ne tient cette position élevée que parce qu’il est issu d’une plus haute grandeur encore, [celle de son père]. Sois proche de lui, en amitié comme tu l’es en territoire, afin de vous soutenir mutuellement13.

60Quant à l’éloge que nous t’avons fait, il se peut qu’il dépasse le seuil de la modération et t’empêche d’en demander davantage, mais prends garde à regarder tes efforts avec admiration en disant : « J’ai conquis tous ces territoires alors que beaucoup d’autres y ont renoncé. » Sache que la terre revient à Dieu et à son Prophète et après lui à son calife. Le mérite ne retombe pas sur l’esclave qui se fait musulman mais sur Dieu qui fait don de l’islam à son esclave. Combien parmi ceux qui t’ont précédé, s’ils avaient désiré ce à quoi tu aspires, auraient vu l’inaccessible se rapprocher et ce qui leur est interdit leur être accordé !

  • 14 Coran : 2, 32.

61Mais Dieu réserve cela pour te récompenser dans l’au-delà en t’accueillant dans son refuge et te récompense dans ce bas-monde en t’accordant la broderie de ses tirāz*. En écoutant ceci, remets-toi à Dieu et dis : « Nous ne savons rien en dehors de ce que tu nous as enseigné14. »

62À ton diplôme d’investiture est joint un vêtement d’honneur. Qu’il soit pour toi une distinction quant au nom et une gloire quant au décret et qu’il s’accorde avec ton cœur et ton regard, car le plus beau vêtement des grands est bien celui du cœur et du regard. Il comprend un collier que tu te mettras autour du cou en signe du pacte et de l’alliance et qui t’indiquera que les bienfaits t’ont entouré comme les colliers encerclent les cous. […]

  • 15 Allusion à un hadith, sans doute apocryphe, rapporté sous différentes formes par de nombreux auteur (...)

63Prends ce pouvoir dont tu as été investi de façon à ne pas l’oublier et sois dans sa conduite comme celui qui, lorsque ses yeux se ferment, garde son cœur éveillé. Pour posséder tout cela il faut étendre la justice que Dieu a placée en troisième position après les hadiths et le Coran. Son action à elle seule vaut toutes les autres actions et une journée de justice vaut soixante ans de dévotion15. Celui qui gouverne avec justice verra son pouvoir accru et cette justice le renforcera face à ses ennemis et face aux vicissitudes du sort. Le Jour de la Résurrection, on le fera venir avec deux sauf-conduits à la main ; il s’assiéra sur un minbar* de lumière, à droite du Miséricordieux. Cependant, sa position à ce poste est difficile et ne peut s’y maintenir que celui qui sait tenir ses propres rênes avant les rênes [du pouvoir] et celui dont la fortune de l’ange l’emporte sur le sort du démon.

64Parmi ses devoirs les plus impératifs figure celui de supprimer les mauvaises coutumes qui durent depuis trop longtemps et dont les sujets désespèrent de voir les injustices levées ne voyant aucun terme à leur retrait. Ainsi sont les taxes illégales (mukūs*) créées par des intérêts vils ; il n’y a aucune richesse pour les riches si leurs âmes restent pauvres et chaque fois que les biens provenant de ces mukūs augmentent, Dieu accroît leur anéantissement. L’habitude de les prélever dura si longtemps que les oppresseurs les assimilèrent aux taxes obligatoires et les considérèrent comme des droits. […]

65Ces territoires qui seront sous ton contrôle ont des frontières très éloignées et leur conduite exige que tu te fasses seconder. Les cadis et les gouverneurs sont nombreux de même que les hommes de sabre et de plume. Chacun d’entre eux doit être soumis à l’épreuve de l’expérience ; deux témoins en justice doivent pouvoir garantir leur honnêteté en matière de dirhams et de dinars, car rien n’égare plus les gens que l’amour de l’argent pour lequel on a abandonné les religions, et à cause duquel on a quitté enfants et frères. On voit beaucoup d’hommes qui observent le jeûne et sont fermes, mais adorent l’argent comme on adore des idoles. Si tu demandes l’aide de l’un d’entre eux, installe quelqu’un pour l’observer. Ne te fie pas à ce que tu sais de lui et de ses débuts car les situations changent autant que les corps. […]

66Le gouvernement ne doit pas appartenir à celui qui va s’attirer par ce moyen de nombreux courtisans ou qui va gouverner avec violence, mais à celui qui se laisse approcher et qui donne à manger ce qu’il a de meilleur, à celui qui, s’il se fâche, ne manifeste aucun signe de colère, qui, s’il est importuné par quelqu’un, ne montre aucun ennui et qui règle avec justice le différend que des adversaires lui soumettent. […]

67Après ces recommandations, parmi toutes les belles actions, il en est une aussi belle que la mère qui enfante car elle procure à celui qui l’exerce les même effets que l’action des soldats. […] L’Émir des croyants a pour elle une sollicitude émanant de la miséricorde qui habite son cœur et de son désir de voir ses fautes pardonnées. Cette belle action c’est l’aumône volontaire (ṣadaqa*) que Dieu a accordée à certains de ses serviteurs ; il a fait d’elle l’équivalent de dix de ses semblables. Il t’ordonne de t’informer avec sollicitude de la situation des pauvres dont les moyens sont réduits et que l’abstinence de toute action illicite a revêtus d’un riche habit, alors qu’ils vivent dans la misère. Ceux-ci sont les amis de Dieu, affectés par le malheur et faisant preuve de patience, et, tandis que les possessions des autres se sont accrues dans ce monde, ils n’ont éprouvé aucune jalousie. Il faut leur témoigner de la bienveillance et les éloigner de la misère. On ne s’est étendu dans ces recommandations que pour te dire qu’il est important de les recevoir, de ne pas s’en détourner, et d’y puiser en abondance. Ceci est considéré comme le jihad contre soi-même pour le don des biens.

  • 16 Sa‘d b. Mu‘ādh, rallié au Prophète, fut chargé de juger les membres des deux tribus juives de Médin (...)
  • 17 Cette allégorie signifie que Jérusalem est depuis trop longtemps séparée de l’Islam.

68Vient ensuite le jihad, lors des combats, contre l’ennemi infidèle. L’Émir des croyants t’informe des récompenses du jihad pour que ton sabre ne s’en détache pas et que tu te consacres entièrement et autant que possible à lui. Tu sais que l’ennemi est ton plus proche voisin, celui que tu peux entendre et voir. Il ne doit pas devenir pour l’Islam un bon voisin tant que tu n’as pas été pour lui le pire des voisins. Tu n’as guère d’excuse pour abandonner le jihad contre lui, en personne et avec tes biens, même si d’autres ont eu ces excuses. L’Émir des croyants ne se satisfera pas de ton engagement personnel au combat ou de tes attaques contre le territoire ennemi, de nuit comme de jour. Il veut aussi que tu attaques les territoires qui sont en possession de l’ennemi pour les délivrer et non [seulement] pour y faire des incursions, pour y exercer ton jugement selon les lois de Dieu comme Sa‘d [b. Mu‘ādh] l’a fait avec les Banū Qurayẓa et les Banū Naḍīr16. Ceci, en particulier pour ce qui concerne Jérusalem qui est un patrimoine ancien de l’Islam, sœur de La Mekke quant à sa vénération, vers laquelle se sont dirigés précédemment les visages en se prosternant et en se soumettant, cette ville qui se plaint d’être depuis si longtemps prisonnière. La profession de foi musulmane et Jérusalem se plaignent de leur séparation réciproque17.

  • 18 Expédition du Prophète contre La Mekke en 628 qui s’acheva par la conclusion d’un traité.

69Lance-toi contre cet ennemi dans une attaque qui pénètrera profondément dans sa plaie et rends-le docile. Et même si l’ennemi a connu son jour de Ḥudaybiyya18, tu feras suivre cette année-là de l’année de la conquête de Jérusalem.

70Ce point culminant doit être atteint après avoir renforcé les places-frontières qui ont été abandonnées et dont tu as protégé les chemins ou qui ont été détruites et dont tu as redressé les fondations. Les plus importantes sont celles qui sont au bord de la mer, car elles sont à découvert et en un emplacement peu sûr. L’ennemi même lointain en est proche et il fond sur elles avec une rapidité qui rappelle celle du tonnerre précédant l’éclair. Il faut que tu installes dans ces places-frontières des contingents de cavaliers au courage exemplaire et sans égal. Qu’ils mènent leur combat pour élever la parole de Dieu et non pour le prestige. Ainsi chaque place-frontière aura des hommes en guise de remparts et ses habitants sauront qu’une défense faite d’épées est plus sûre qu’une défense faite de pierres.

  • 19 Allusion au Coran : 21, 81 : « Nous avons soumis le vent à Salomon ».

71Nul doute qu’il faille aussi accroître la flotte et la renforcer, car c’est l’arme à laquelle on a recours pour faire cesser le malheur et pour faire de nombreux esclaves des deux sexes. Les armées qui l’équipent sont sœurs de l’armée de Salomon. Celui-ci vogue sur le dos du vent19 et celle-là sur le dos de la mer. Quant aux chevaux de la flotte, qu’ils sachent nager et soient plein d’ardeur. […] Quand ils se frayeront un passage on dira qu’ils ressemblent à une montagne enveloppée de nuages et quand on observera leur forme, on dira qu’ils sont comme un croissant, guidés par les étoiles. Pour de tels chevaux, il faut payer le prix fort, leur trouver des commandants en grand nombre, et mettre à leur tête un émir puissant qui se lancera sur la mer et suivra des routes maritimes qui ne l’entraîneront pas vers la mort à cause de son ignorance mais qui seront au contraire vaincues grâce à son expérience. […]

  • 20 Coran : 16, 89.
  • 21 Le bassin où, le jour de la Résurrection, le Prophète rencontrera sa communauté.

72Cette investiture n’a négligé aucune recommandation et a recensé toutes choses, futiles ou nobles. Elle a été scellée avec les invocations de l’Émir des croyants qui a demandé la faveur de Dieu qui constitue pour chaque chose son ordre. Puis il a dit : O Dieu, je vous fais témoin de celui que j’investis, de telle sorte que par ce témoignage il soit surveillé et qu’il lui soit demandé des comptes. Je ne lui donne que des ordres de la vérité qui sont exhortation et édification et à celui qui les suit qu’il soit accordé “une Direction, une Miséricorde et une bonne nouvelle20”. S’il les applique, il triomphera par ses arguments le jour où il lui sera demandé des comptes [le jour de la Résurrection] et il ne sera pas écarté du bassin du Prophète21 comme d’autres en seront écartés. On lui dira : vous n’avez pas de péché ni de faute. Vous avez échappé à la chute, au péché et à la faute.

73Bibliographie : A.-M. Eddé, Saladin, Paris, Flammarion, 2008 ; M. C. Lyons et D. E. P. Jackson, Saladin. The politics of Holy War, Cambridge, Cambridge University Press, 1982 ; Y. Lev, Saladin in Egypt, Leyde, Brill, 1999.

20. Un songe d’al-Ṣāliḥ Ayyūb aux origines de l’ascension de Baybars

74La Sīrat Baybars est une vaste geste populaire à la gloire de Baybars, ce héros qui, tout au long de sa vie mouvementée, depuis ses origines serviles jusqu’aux honneurs du sultanat, s’illustra par la lutte contre toute forme de corruption, d’abus de pouvoir, d’injustice, mais aussi par la lutte contre les deux grands ennemis du monde musulman, les Francs et les Mongols. Même si cette épopée reprend des événements de la vie du sultan Baybars (1260-1277), ainsi que d’autres sultans (notamment Barqūq, 1382-1389/1390-1399), elle relève du divertissement et de la fiction, mais d’une fiction qui plonge son lecteur dans l’imaginaire populaire de l’époque mamlouke.

  • 22 Jusqu’à une époque très récente, on pouvait encore entendre dans un café de Damas un conteur relate (...)
  • 23 Le plus ancien fragment conservé date de 1503.

75Récitée sur les places publiques et dans les cafés populaires22, la Sīrat Baybars est avant tout une épopée orale, de création collective, constamment modifiée et enrichie par les conteurs. Les premiers récits ont peut-être commencé à circuler dans la seconde moitié du xiiie siècle, mais c’est dans l’Égypte de la fin du xve et du début du xvie siècle qu’elle a pris forme23. Le grand nombre de versions manuscrites est le signe du vif succès qu’elle a connu. Les chercheurs distinguent trois recensions principales : la recension égyptienne (imprimée au Caire, 1908-1909, et à laquelle se réfèrent la plupart des travaux), la recension damascène (éditée à Damas, 2000) et la recension alépine (traduite en français, 1986-1998, ici utilisée).

  • 24 Passage traduit dans D. Ayalon, Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique, Paris, Puf, 1996, p. (...)

76Si la recension égyptienne s’ouvre par une très longue introduction historique remontant à Saladin, les deux recensions syriennes entrent directement dans la fiction avec l’épisode fondateur du songe du sultan al-Ṣāliḥ Ayyūb (1240-1249). Alors que le monde musulman connaît une des périodes les plus dramatiques de son histoire, menacé dans son existence même, par les Mongols à l’est, par les Francs à l’ouest, le recrutement de nouveaux mamlouks (le fameux corps des Baḥriyya), avec un chef à leur tête, apportera le salut. Lorsqu’Ibn Khaldūn découvre le régime militaire des Mamlouks au Caire, il en fait une description enthousiaste, estimant que l’achat de ces nouveaux esclaves par al-Ṣāliḥ Ayyūb fut un effet de la Providence afin de sauver l’Islam24. Ce songe ne dit pas autre chose. Ainsi est légitimé, avant même que Baybars entre en scène dans le récit, le coup d’État qui porta les Mamlouks au pouvoir.

77Source : Sīrat Baybars, trad. G. Bohas et J.-P. Guillaume, Roman de Baïbars, 1, Les enfances de Baïbars, Paris, Sindbad, 1985, p. 40-46.

  • 25 La translittération des traducteurs (différente de la translittération suivie dans ce recueil) a ét (...)

78Or, une certaine nuit que le roi El-Sâleh Ayyoub25 reposait sur sa couche, il eut un songe qui le terrifia. Il s’assit, se leva, fit ses ablutions, accomplit la prière de la fin de la nuit, récita les versets pour la gloire de celui qui est exempt de toute faute et de toute souillure, Muhammad – que la prière et le salut soient sur lui. Ensuite il partit siéger à son conseil. Lorsque tous furent rassemblés, au grand complet, le conjureur de sort récita ses formules, l’invocateur fit ses invocations terminant par quelques versets du Coran, le Tchawich Alam proclama :

— Ô roi, ne sois point orgueilleux ! Le pouvoir suprême n’appartient qu’à Dieu, l’Unique, le Vainqueur.

— Gloire à Celui qui donne son pouvoir à qui Il veut parmi Ses créatures ! dit le roi.

79Alors lui revint à l’esprit le songe qu’il avait eu dans la nuit. Il se tourna vers son vizir le Hâjj Châhîn et lui dit :

— Frère, j’ai eu cette nuit un songe qui m’a rempli de terreur et d’effroi.

— Seigneur, répondit Châhîn, tout ira bien s’il plaît à Dieu ! N’aie crainte ni souci, agis suivant le conseil du poète – et vous, auditeurs, priez sur le meilleur des prophètes !

— Ô Hâjj Châhîn, reprit le roi, je ne raconterai mon rêve qu’à un homme averti et versé dans l’interprétation des songes car, ô vizir, par ma vie, le songe que j’ai vu est étrange et effrayant, insaisissable et mystérieux.

  • 26 La Mecque et Médine dont le souverain assure la protection.

— À ta convenance, ô serviteur des Villes Saintes26 !

  • 27 Littéralement : « farine de la fête ». Dans les lignes suivantes, le narrateur explique qu’on l’app (...)

80Il y avait en ce temps-là un homme fort savant et respecté nommé le cheikh Muhammad efendi Ibn Daqîq El-Id27. […] Quand [son père] mourut, il laissa un enfant mâle du nom de Muhammad. Quand ce dernier eut atteint l’âge d’homme, il fréquenta assidûment El-Azhar en quête de science. Il travailla avec tant de zèle que le Dispensateur de toutes choses lui accorda d’acquérir en deux ans les sciences juridiques, la grammaire, la médecine, les sciences de la nature, l’arithmétique et la clef des songes, si bien qu’il devint le génie et la merveille de son temps, comme l’a dit le poète [suivent quelques vers à la gloire de la science].

81Comme ce jeune homme surpassait ses contemporains, les habitants du Caire le nommèrent cheikh de la mosquée d’El-Azhar et l’appelèrent le cheikh Muhammad Ibn Daqîq El-Id.

82Ainsi donc, lorsque le roi El-Sâleh Ayyoub eut ce songe et demanda à son vizir de lui trouver quelque savant cheikh qui pût le lui interpréter, le vizir pensa au cheikh Muhammad Ibn Daqîq El-Id. Sur-le-champ il ordonna à l’un de ses mamelouks de se rendre à la mosquée d’El-Azhar pour demander au cheikh Muhammad de venir au conseil parler au vizir. Le mamelouk se rendit aussitôt à la mosquée. Il aperçut le cheikh assis sur son estrade en train d’enseigner ce que Dieu – qu’Il soit exalté – lui avait appris. Le mamelouk attendit patiemment que le cheikh eut terminé son homélie, puis il s’avança et le prit par la main en disant : « Ordre t’est donné d’aller parler au vizir l’âgha Châhîn au conseil, à la Citadelle. » Le cheikh répondit : « J’entends et j’obéis ! Marche devant et je te suis. » Le mamelouk revint porter au vizir la réponse du cheikh. Le vizir patienta un instant et vit arriver le cheikh Muhammad Ibn Daqîq El-Id.

  • 28 Un anachronisme évident.

83Quand il fut devant le roi, s’exprimant avec élégance, il présenta son compliment et pria Dieu de le maintenir dans la gloire et la prospérité [suivent quelques vers de salutation]. Quand le cheikh Muhammad eut terminé son poème le sultan lui ordonna de s’asseoir. On apporta le café28, il le prit, il le but et se délecta. Le sultan l’avait fait asseoir auprès de lui car c’était un homme de science et il était digne de respect.

— Ô cheikh Muhammad efendi, lui dit-il, j’ai eu hier un songe qui m’a rempli de trouble et de terreur et m’a tenu éveillé jusqu’au matin.

— Tout ira bien s’il plaît à Dieu, ô roi, qu’as-tu vu en songe ?

— J’étais sur une colline élevée, entouré de mon armée et des grands de mon royaume, soudain je vis un feu s’allumer du côté du levant. Il bouchait l’horizon et se dirigeait vers moi et mon armée. Rempli de crainte et de terreur, je m’affligeais de ce spectacle. Et tandis que je me tenais perplexe voici qu’apparurent du côté du couchant deux corbeaux noirs qui s’élevaient de la mer et se dirigeaient vers moi. Alors que j’étais au comble de l’étonnement je vis arriver du levant, de derrière le rideau de feu, une troupe de lions et à leur tête un animal gigantesque, plus gros qu’un taureau. Ils se jetèrent sur le feu en vomissant des flammes jusqu’à ce que le feu fût éteint, puis ils passèrent leur chemin. Je dis : « Louange à Dieu ! Seigneur, Tu m’as sauvé ainsi que mon armée du feu qui allait nous dévorer. » Cependant j’étais toujours inquiet à cause des corbeaux quand soudain j’aperçus un vol d’oiseaux de toutes espèces qui se jeta sur les corbeaux et les chassa à grands coups de bec. Je compris alors que ce n’était qu’un rêve.

  • 29 C’est-à-dire des Persans zoroastriens confondus dans la Sīrat Baybars avec les Mongols.

84Quand le cheikh Muhammad eut entendu le récit du songe du roi El-Sâleh Ayyoub – le saint, l’extatique – il lui dit : « Tout ira bien s’il plaît à Dieu, ô Commandeur des croyants ; je vais t’interpréter ta vision. Pour ce qui est du feu, cela signifie que ton pays sera envahi par les Mages adorateurs du feu29 ; celui qui causera leur déroute et éteindra leur feu viendra des pays du Levant et entrera en Égypte sous les traits d’un mamelouk. Il aura une armée. Il se peut qu’il hérite de la royauté après toi : seuls Dieu et Son Prophète savent.

85Quant aux corbeaux noirs qui sont venus du côté du couchant et sortis de la mer, cela veut dire que bientôt les Francs et leurs rois attaqueront ton pays ; leur déconfiture sera provoquée par des hommes qui viendront des montagnes au même moment que le mamelouk dont j’ai parlé. Leur capitaine sera un homme venu des pays du Couchant qui deviendra illustre entre tous. Dieu et Son Prophète en savent plus, et seul connaît l’inconnu Celui à Qui rien n’est caché. Cependant je te conseillerais, ô roi, d’acheter des mamelouks et s’il plaît à Dieu tu t’en trouveras bien. »

86Alors le cheikh se leva, prit congé du roi et s’en alla après que le roi l’eut récompensé ; puis le roi El-Sâleh Ayyoub se tourna vers le Hâjj Châhîn et l’interpella en ces termes : « As-tu entendu ce qu’a dit le cheikh d’El-Azhar ? »

— Oui, ô puissant roi, que Dieu rende éternels les bienfaits qu’Il t’a accordés et fasse miséricorde à tes parents et aux nôtres.

— Je veux que tu nous achètes quelques mamelouks que tu choisiras à ta guise.

— J’entends et j’obéis, ô Commandeur des croyants.

Bibliographie

Bibliographie : D. Aigle (dir.), Le Bilād al-Šām face aux mondes extérieurs. La perception de l’Autre et la représentation du souverain, Damas/Beyrouth, Ifpo, 2012 ; J.-Cl. Garcin (dir.), Lectures du Roman de Baybars, Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, 2003 ; Fr. Guinle, Les stratégies narratives dans la recension damascène de Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybarṣ, Damas, Ifpo, 2011 ; Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybars/ṣ. De l’oral à l’écrit / From Performance to Script, Arabica, t. 51, fasc. 1/2, 2004 (numéro thématique) ; J. Sublet, Les trois vies du sultan Baïbars, Paris, Imprimerie nationale, 1992.

Notes

1 Les Bohras sont des chiites duodécimains vivant en Inde. Ils se considèrent comme les descendants spirituels des Fatimides. À ce titre, ils réalisent une œuvre patrimoniale : restauration de mosquées fatimides en Égypte, conservation de manuscrits ismaïliens dans leurs bibliothèques, etc.

2 Ce pronom renvoie sans doute à celui qui n’est pas nommé, l’imam.

3 Jund : Au début de l’Islam, circonscription administrative placée sous l’autorité d’un gouverneur militaire.

4 Par ses pouvoirs surnaturels, l’imam est capable de changer le cours naturel des choses.

5 Les Rūm : les Byzantins.

6 Au Yémen, peut-être à corriger par Maghreb.

7 Coran : 9, 33. Verset désigné par « mission prophétique ».

8 Le calife étant mort en laissant une concubine enceinte.

9 Formule un peu obscure qui figure sur les dinars de la dernière période fatimide et qui signifie peut-être « de très bonne qualité ».

10 Coran : 112, 1-4.

11 Coran : 9, 33.

12 Litt. « nous battrons leurs flancs jusqu’à Bark al-Ghumād » (nom d’un lieu au Yémen). Il y a là une double allusion, au Coran (4, 95) d’une part et à un hadith d’autre part (cf. A. J. Wensink, Concordance et indices de la tradition musulmane, Leyde/New York, Brill, 1936-1988, 8 vol., t. 5, p. 508).

13 Litt. « comme dans une construction ». Allusion à un hadith qui dit que les croyants doivent se soutenir les uns les autres. Cf. Wensinck, Concordance…, op. cit., t. 1, p. 223.

14 Coran : 2, 32.

15 Allusion à un hadith, sans doute apocryphe, rapporté sous différentes formes par de nombreux auteurs.

16 Sa‘d b. Mu‘ādh, rallié au Prophète, fut chargé de juger les membres des deux tribus juives de Médine (Qurayza et Naḍīr) accusées d’avoir négocié avec l’ennemi mekkois lors du siège de Médine en 627. Les hommes furent exécutés, les femmes et les enfants réduits en esclavage.

17 Cette allégorie signifie que Jérusalem est depuis trop longtemps séparée de l’Islam.

18 Expédition du Prophète contre La Mekke en 628 qui s’acheva par la conclusion d’un traité.

19 Allusion au Coran : 21, 81 : « Nous avons soumis le vent à Salomon ».

20 Coran : 16, 89.

21 Le bassin où, le jour de la Résurrection, le Prophète rencontrera sa communauté.

22 Jusqu’à une époque très récente, on pouvait encore entendre dans un café de Damas un conteur relater les exploits du preux Antar (une autre épopée très populaire) ou du sultan Baybars.

23 Le plus ancien fragment conservé date de 1503.

24 Passage traduit dans D. Ayalon, Le phénomène mamelouk dans l’Orient islamique, Paris, Puf, 1996, p. 6.

25 La translittération des traducteurs (différente de la translittération suivie dans ce recueil) a été conservée car elle participe du style vernaculaire qu’ils ont adopté en conformité avec la version originale.

26 La Mecque et Médine dont le souverain assure la protection.

27 Littéralement : « farine de la fête ». Dans les lignes suivantes, le narrateur explique qu’on l’appelait ainsi parce que son père était meunier et vendait de la fleur de farine appréciée des habitants du Caire qui se fournissaient chez lui pour confectionner les gâteaux de la Fête du Sacrifice et que, pour cette raison, il avait été surnommé Bayyâʻ Daqîq El-Id (littéralement : « le vendeur de fleur de farine pour la fête ».

28 Un anachronisme évident.

29 C’est-à-dire des Persans zoroastriens confondus dans la Sīrat Baybars avec les Mongols.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search