Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Les détenteurs du pouvoir

Alliances et mésalliances

Texte intégral

1La famille califale présente des spécificités par rapport à celle des autres groupes sociaux qui exigeraient une étude systématique de ses variations dans le temps, d’autant que toutes les dynasties ne suivent pas les mêmes règles en termes de contrôle, et en particulier de mariage, des fils et des filles du calife. Elle inclut des femmes de statuts distincts, libres ou esclaves, concubines ou épouses, la limite de quatre ne concernant que les épouses et non les concubines dans le droit musulman. Le passage d’une catégorie à l’autre est possible par l’émancipation ou l’enfantement : une esclave qui donne un fils à son maître, si ce dernier le reconnaît, devient umm al-walad (la mère du fils), ce qui ne la rend pas nécessairement libre mais améliore sa position juridique. En revanche, tous les enfants issus de ce type d’union et reconnus sont libres. Outre ces femmes, la famille califale compte aussi les proches du calife : frères et sœurs, mère (veuve éventuellement), ses enfants, et surtout ses fils dont l’un est désigné, plus ou moins tôt, comme le futur héritier.

2La dimension politique est rarement absente des rivalités inter-personnelles qui s’y nouent, relations familiales et rapports de pouvoir se mêlant ici plus qu’ailleurs. La famille califale est en outre le lieu de l’éducation de l’héritier du trône et de celle de ses frères et sœurs. Les règles de l’héritage sont relativement complexes et des moyens de les contourner existaient ; néanmoins, la richesse du calife profitait à un nombre important de membres de la famille, d’une manière ou d’une autre, leur permettant de développer une cour, une clientèle et une politique de mécénat notamment. Loin de la fascination du harem ou de l’illusion d’un modèle familial atemporel spécifique à la « civilisation musulmane », les enjeux de l’histoire de la famille comme un des cadres de la reproduction sociale (économique et culturelle notamment) sont donc ici très clairs, en raison du milieu social retenu, et ils présentent en outre l’avantage d’être mieux documentés que pour d’autres groupes de la société.

  • 1 Muqtabis ou Muqtabas, nous nous rangeons ici à la forme retenue par l’Encyclopédie de l’Islam.

3Les différents passages retenus sont tous tirés du Muqtabis1 [Celui qui acquiert de la connaissance] d’Ibn Ḥayyān (987-1076), consacré à l’histoire d’al-Andalus et qui offre une synthèse des sources passées, souvent citées directement. Issu d’une famille de la haute administration califale d’al-Andalus, l’auteur est marqué par la disparition du califat qu’il exalte comme l’apogée de l’histoire des musulmans dans la péninsule Ibérique. Le règne du premier calife omeyyade d’al-Andalus ‘Abd al-Raḥmān III, al-Nāṣir li-Dīn Allāh, (929-961) lui apparaît particulièrement digne d’éloges. Sa naissance est évoquée dans le cinquième volume du Muqtabis, qui couvre les années 911-941, ‘Abd al-Raḥmān étant devenu émir d’al-Andalus en 912. L’unique manuscrit de ce volume est acéphale et débute par le premier passage qui suit.

4Source : Ibn Ḥayyān, al-Muqtabas, vol. 5, éd. par P. Chalmeta, F. Corriente, M. Ṣubḥ et al., Madrid/Rabat, Instituto hispano-arabe de cultura/université Mohamed V de Rabat, 1979, p. 7-8, 13-16 ; trad. A. Nef.

a. L’ascension de Marjān, favorite de ‘Abd al-Raḥmān III

  • 2 L’aîné de ceux qui survécurent.

5Marjān était celle de ses esclaves qui était la plus proche d’[al-Nāṣir li-Dīn Allāh]. Mère du plus noble de ses fils, al-Ḥakam, son héritier présomptif, et de ses deux frères germains ‘Ubayd Allāh et ‘Abd al-‘Azīz, elle parvint à lui donner le tiers du nombre total de ses fils et se distingua de toutes ses autres concubines en enfantant al-Ḥakam, son aîné2, qui bénéficia du statut d’héritier présomptif et lui succéda au pouvoir ensuite. Puis son maître al-Nāṣir li-Dīn Allāh éleva Marjān au-dessus de la position de toutes les autres en raison de la solidité de son caractère et de sa plus grande indulgence et il la désigna comme la « Grande Dame », seule entre toutes, lorsque son épouse libre, qurayshite, seule de ses femmes à être libre et à l’autorité de laquelle toutes ses femmes se référaient, Fāṭima, la fille d’al-Mundhir, frère de son grand-père et fils de l’émir Muḥammad, baissa dans son estime. Il avait épousé cette dernière en raison de leur parenté proche, de son grand attachement pour elle et des bienfaits dont il voulait la combler.

6Les médisances des umm-s al-walad donnèrent la primauté à Fāṭima sur Marjān, ce qui porta cette dernière à déverser sur elle envie et calomnie sans cesse […] Marjān se mit à l’affût pour lui tendre un piège, elle s’abaissa en voulant la rendre méprisable aux yeux de son seigneur, jusqu’à trouver son point faible […]. Marjān fut dès lors la seule favorite et prépondérante, ce qui entraîna l’abandon de sa rivale qurayshite par al-Nāṣir li-Dīn Allāh. Il lui maintint sa protection (maritale) et la part de revenus afférente jusqu’à ce qu’elle meurre, et ce avant lui. ‘Abd al-Raḥmān avait eu d’elle un fils qui faisait partie de ses dix principaux enfants et qui s’appelait al-Mundhir, nom de son grand-père maternel. Il fut l’un des neuf qui héritèrent de leur père al-Nāṣir li-Dīn Allāh, si l’on excepte ceux qui moururent de son vivant. […]

7L’auteur rapporte le piège tendu par Marjān à Fāṭima et ses conséquences.

8Quant à son épouse qurayshite, elle ne se remit pas de ce faux-pas jusqu’à la fin de sa vie ; le calife jura de ne plus aller la voir. Il lui laissa le choix entre une résidence sous sa tutelle, isolée, mais en conservant sa protection, et le divorce ; elle choisit de rester avec lui jusqu’à sa mort, antérieure à celle du calife.

b. Les fils de ‘Abd al-Raḥman III

  • 3 ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz (717-720) qui acquit, dans l’historiographie musulmane, l’image d’un souvera (...)

9Le calife al-Nāṣir li-Dīn Allāh se comporta avec ses enfants mâles - dont les naissances se succédèrent dès le début - comme l’émir Muḥammad, son arrière-grand-père l’avait fait avec ses propres fils. Ce dernier s’était empressé de veiller à ce que chacun d’entre eux disposât dès le début de sa jeunesse d’un palais où habiter, de domaines agricoles et de biens immeubles situés dans la ville, rapportant des revenus, ainsi que du versement d’une somme mensuelle et d’un montant annuel. Il affirmait ainsi sa royauté et manifestait sa bienfaisance. Puis, il choisissait pour chacun, au sein des élites et parmi les plus honnêtes, un intendant à qui il confiait ses biens et la gestion de ses profits et de ses dépenses, ainsi que l’administration de son palais et de ses domaines agricoles, en lui donnant pour cela le salaire qui convenait. […] Pour l’éducation de ses enfants, au milieu de tout cela, [al-Nāṣir li-Dīn Allāh] choisissait des personnes compétentes parmi les maîtres habiles ; ils en recevaient les connaissances, adaptées aux capacités dont les avait dotées la naissance, en hadith, sunna* et ādāb*. Ainsi, la plupart d’entre eux acquit un ample bagage et une excellente préparation et ils s’élevèrent au-dessus du haut niveau des fils de califes qui les avaient précédés et leurs capacités excédaient celles de ces derniers autant que les capacités du huitième [souverain omeyyade]3 excédaient celles de ceux qui l’avaient précédé. […]

10Al-Rāzī rapporte que ces fils quittèrent tous le palais califal afin de gagner leurs demeures situées dans la ville en shawwāl de l’an 331/juin-juillet 943. Le dernier à le quitter fut Abū Ayyūb Sulaymān b. al-Nāṣir li-Dīn Allāh. Il ne resta après lui dans le palais que le plus jeune, al-Mughīra b. al-Nāṣir li-Dīn Allāh, sa naissance étant advenue après celle de tous les autres. Al-Mughīra fut le dernier à quitter le palais, à la fin du règne de son père al-Nāṣir li-Dīn Allāh et le dernier à qui celui-ci fit montre de son affection en raison de son jeune âge et de la tendresse du cœur d’un père vieillissant, au point qu’il le confia à son frère al-Ḥakam, l’héritier présomptif, le plaçant sous sa tutelle peu avant sa mort. Avec al-Mughīra, les fils cessèrent de quitter le palais califal et il ne resta plus dans celui-ci que le plus âgé d’entre eux, l’aîné, le favori de son père, l’héritier présomptif Abū l-‘Āṣī al-Ḥakam. Son père ne l’autorisa jamais à sortir du palais, ne serait-ce qu’un jour et il ne lui permit pas de prendre femme, qu’elle fût plus jeune ou plus âgée. Il porta cette attitude à son comble par l’intensité de la protection jalouse qu’il lui imposait, faisant en sorte, par excès d’orgueil, que personne d’autre ne partage sa sollicitude pour lui, ce qui était très humiliant pour l’amour propre d’al-Ḥakam qui le supporta en raison de son caractère indulgent.

11Bibliographie : M. H. Benkheira et al., La famille en islam d’après les sources arabes, Paris, Les Indes savantes, 2013 ; M. Fierro, ‘Abd al-Rahman III : the first Cordoban caliph, Oxford, Oneworld, 2005 ; M. Fierro, Abderraman III y el califato de Cordoba, Donostia-Dan Sebastian, Nerea, 2011 (qui n’est pas une traduction du précédent et est plus complet) ; Histoires de famille, dir. J. Loiseau, dossier des Annales islamologiques, 47, 2013 ; M. Marin, Mujeres en al-Andalus, Madrid, CSIC, 2000 ; M. van Berkel et al. (dir.), Crisis and Continuity at the Abbasid Court - Formal and Informal Politics in the Caliphate of al-Muqtadir (295-320/908-932), Leyde, Brill, 2013.

13. Une alliance matrimoniale repoussee : la fille du calife al-qā’im et le sultan Ṭughril beg (1061)

12Les pages de la Chronique bien ordonnée d’Ibn al-Jawzī (m. 1201) concernant les années 1061-1062 sont presque entièrement consacrées à la relation du conflit qui opposa l’Abbasside al-Qā’im au Seljoukide Ṭughril Beg. Le sultan souhaitait épouser la fille du calife, mais se heurta à la répugnance de celui-ci qui multiplia les prétextes et les exigences dans l’espoir que Ṭughril Beg renoncerait à son projet. Au cours de la période seljoukide, de nombreuses alliances matrimoniales furent conclues entre Abbassides et Seljoukides, renforçant les liens entre les deux dynasties, et al-Qā’im lui-même avait épousé en 1056 Arslān Khātūn, la nièce de Ṭughril Beg. Il n’avait cependant pas été question, jusque-là, qu’une princesse abbasside épousât un descendant de Saljūq, car un jeune prince de mère abbasside aurait pu devenir un prétendant au califat. Le récit met en lumière le fonctionnement de la diplomatie califale et sultanienne, le rapport de pouvoir visiblement en défaveur du calife, qu’il fallait cependant continuer à traiter avec ménagement, les moyens de pression à la disposition du Seljoukide (qui en vint à confisquer les revenus fiscaux des dépendants abbassides afin de faire capituler le calife), et, enfin, les enjeux économiques de cette union, la dot exigée représentant une somme considérable. L’union fut conclue en 1062 mais le sultan, qui mourut peu après, en 1063, n’en conçut pas de descendance, ce qui était sans doute le point le plus redouté par le calife. Ibn al-Jawzī, à son habitude, livre ici un récit très favorable à l’Abbasside, tandis que d’autres auteurs, moins soucieux de faire la part belle au calife, exposent très clairement que le rapport de force penchait nettement en faveur du sultan.

13Source : Ibn al-Jawzī, al-Muntaẓam fī ta’rīkh al-mulūk wa l-umam [Chronique bien ordonnée de l’histoire des rois et des nations], éd. par M. et M. ‘Abd al-Qādir ‘Aṭā, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1992, 18 tomes en 17 volumes, t. 16, p. 65-75 ; trad. V. Van Renterghem.

Année 453/26 janvier 1061-14 janvier 1062

  • 4 « ‘Amīd al-Dawla » dans le texte arabe, ce qui est visiblement fautif (voir la suite du texte). Il (...)
  • 5 Ville d’Irak central, située dans une riche région agricole, et procurant en conséquence un revenu (...)
  • 6 La princesse seljoukide Arslān Khātūn, nièce du sultan Ṭughril Beg, épouse du calife al-Qā’im depui (...)

14[…] Le sultan Ṭughril Beg demanda qu’on lui accordât la main de la fille du calife, suite à la mort de sa femme. Celle-ci avait été une femme de tête ; de son vivant, il lui confiait ses affaires et s’en remettait à elle, et, avant de mourir, elle lui avait recommandé [de conclure cette union]. Une gouvernante du calife lui avait insufflé la même idée, ainsi qu’à ‘Amīd al-Mulk4. [Le sultan] envoya Abū Sa‘d Ibn Ṣā‘id afin d’exposer sa demande, qui déplut fortement au calife et lui pesa grandement. En plein cœur du palais califal, Ibn Ṣā‘id se mit à utiliser un ton proche de la menace au cas où l’on n’accéderait pas à sa demande. Le calife répondit : « Ce n’est pas là l’usage, aucun calife ne s’est jamais vu infliger une chose pareille. Rukn al-Dīn [Ṭughril Beg] – que Dieu soit satisfait de lui – est le soutien de l’État [abbasside] et son défenseur, il ne peut nous imposer cela. » Il donna alors une réponse qu’il entremêla d’exigences dont il pensait qu’elles suffiraient à empêcher que [sa proposition] fût acceptée. Il réclamait notamment que lui soit rendue Wāsiṭ5, ainsi que tout ce que Khātūn6 possédait comme biens, comme iqṭā‘-s* et comme revenus fiscaux dans l’ensemble des régions [qui lui avaient été dévolues], ainsi que 300 000 dinars de dot. Il exigeait aussi que le sultan revienne à Bagdad et s’y fixe de façon permanente, sans qu’il soit autorisé à quitter la ville.

  • 7 Abū l-Fatḥ al-Muẓaffar b. al-Ḥusayn, ‘amīd (gouverneur civil) de l’Irak au service du sultan seljou (...)
  • 8 Lettré et sermonnaire hanbalite (m. 1095) apprécié des califes, qui l’envoyèrent à plusieurs repris (...)
  • 9 Ville de la région du Jibāl, en Iran ; l’une des résidences des sultans seljoukides.
  • 10 Ṭirād al-Zaynabī (m. 1098), versé en hadith, fut fréquemment chargé de missions diplomatiques par l (...)

15Le ‘amīd Abū l-Fatḥ7 déclara : « Je peux, au nom du sultan, vous donner une réponse favorable aux diverses demandes [de restitutions et de dot], même si elles correspondent au double [de ce qui vous a été proposé]. Si vous êtes prêts à conclure l’affaire, toutes ces restitutions vous seront accordées. Mais, en ce qui concerne la venue du sultan à Bagdad et sa décision d’y résider, il faut nécessairement lui en parler et recueillir son avis sur le sujet. » Le calife chargea de cette mission Abū Muḥammad Rizq Allāh b. ‘Abd al-Wahhāb [al-Tamīmī]8, qui partit pour Rayy9. Il lui remit un mémorandum [dans lequel étaient consignées ces conditions] et lui enjoignit, dans ses discours, de déployer tous ses efforts afin d’être dispensé [du mariage]. L’important était de parvenir à ce résultat ; dans le cas contraire seulement, il devait produire le mémorandum. On envoya avec lui Ṭirād b. Muḥammad al-Zaynabī, syndic (naqīb*) des Hachémites*10. […]

16Lorsqu’ils arrivèrent [à Rayy], apportant avec eux une robe d’honneur destinée au sultan, ce dernier se leva lorsqu’on la produisit devant lui, et assura qu’il était le serviteur [du calife]. Le lendemain, il les convoqua et leur fit faire le tour des pièces du palais afin qu’ils contemplent le mobilier et les objets [qu’il avait préparés en prévision du mariage]. Il leur dit : « Tout ceci est destiné à la précieuse épouse. » Il y avait parmi [ces richesses] un appartement au centre duquel se trouvait une estrade entièrement tapissée. Au milieu de l’estrade, se trouvait un plateau (simāṭ) en or sur lequel étaient disposées des figurines de cristal, de camphre, de musc et d’ambre, pour une valeur de 4 000 dinars. Un autre appartement du même type contenait des objets d’une valeur de 100 000 dinars qu’il serait trop long de décrire.

17Abū Muḥammad al-Tamīmī eut une entrevue avec ‘Amīd al-Mulk ; il lui confia cette affaire et lui montra le mémorandum. [‘Amīd al-Mulk] lui dit : « Il vaut mieux ne point le produire, car le refus n’est pas une bonne réponse à [une requête faite avec] humilité et l’on ne peut répondre par des demandes d’argent au désir d’une belle conduite. Si le sultan entend cela, il comprendra que le désir [du calife] porte sur l’argent, et non sur lui, et ses intentions changeront. Alors qu’une réponse positive le rendra plus généreux encore. » Abū Muḥammad lui répondit : « L’affaire est entre tes mains, agis comme bon te semble. » [‘Amīd al-Mulk] informa donc le sultan dans ce sens. Celui-ci se réjouit et avertit les notables ; puis il demanda à ‘Amīd al-Mulk de prendre d’al-Tamīmī l’attestation écrite de cette décision. ‘Amīd al-Mulk envoya un émissaire à al-Tamīmī qui lui dit : « Le sultan se réjouit de ce qu’il a appris de toi et te remercie de ton rôle dans cette affaire et d’être venu la lui proposer. Je voudrais que tu couches tout cela par écrit afin que je puisse le lui faire parvenir. » [Al-Tamīmī] écrivit alors de sa main [un texte] qui reprenait les exigences de la lettre et du mémorandum, ce qui mit ‘ Amīd al-Mulk dans une position difficile. […]

  • 11 Équivalent du dinar d’or.

18Le jeudi de la dernière semaine de jumādā I/juin 1061 : Arslān Khātūn se présenta au palais du calife, accompagnée de ‘Amīd al-Mulk Abū Naṣr et du cadi de Rayy. Elle apportait avec elle la dot et le trousseau pour la nouvelle union ainsi que l’injonction d’union [du sultan] avec la fille du calife. La dot que le sultan envoyait au calife s’élevait à 100 000 dinars et était accompagnée de nombreux objets d’or et d’argent, d’ornements et de présents, d’esclaves concubines et de chevaux, ainsi que de 2 250 joyaux, dont 720 pesaient chacun entre un et trois mithqāl-s11. Le calife comprit alors que les conditions et exigences qu’il avait posées par l’intermédiaire d’Abū Muḥammad al-Tamīmī n’avaient pas reçu de réponse [satisfaisante pour lui]. Quant à la dot, il n’en avait envoyé qu’une partie, soit 100 000 mithqāl-s. L’affaire sembla abominable au calife en tous points. […] Aucun souverain (malik*) n’avait jamais osé se comporter de la sorte avec un calife. Il refusa donc le contrat et dit : « Que j’en sois dispensé, sans quoi je quitterai le pays. »

  • 12 Localité proche de Bagdad, située au nord-est de la ville.
  • 13 Le hanafite Abū ‘Abd Allāh al-Dāmaghānī (m. 1085), nommé à ce poste en 1056, sur recommandation de (...)
  • 14 Célèbre personnalité hanbalite de Bagdad (m. 1067), tenue en haute estime par le calife et entreten (...)

19‘Amīd al-Mulk eut alors ces paroles détestables : « Il fallait refuser l’affaire depuis le début, au lieu de poser des conditions et de rédiger un mémorandum. » Emporté par la colère, il leva le camp et s’installa à Nahrawān12. Le grand cadi13 et Abū Manṣūr Ibn Yūsuf14 lui demandèrent d’attendre. Ils écrivirent au calife pour l’effrayer et proposèrent que le contrat porte le témoignage de ‘Amīd al-Mulk et du cadi de Rayy […], certifiant qu’ils n’exigeraient pas l’application du contrat avant quatre ans. On prit l’avis des juristes sur la question, sous forme de fatwa*. Les hanafites affirmèrent que le contrat était valable, et que la condition n’avait que peu d’importance. Les chafiites, eux, déclarèrent le contrat caduc s’il comportait une [telle] condition. […]

  • 15 Couleur des Fatimides, par opposition à la couleur noire, symbole de la dynastie abbasside.

20La situation resta telle qu’elle était : ‘Amīd al-Mulk parlait exagérément, et le calife endurait patiemment tout cela. Un jour, [‘Amīd al-Mulk] se rendit même au dīwān* [califal] vêtu de blanc15. L’affaire dura tant que le calife écrivit à ‘Amīd al-Mulk : « Nous t’avons confié cette affaire et [espérions être] satisfaits de tes actes, dans le but de satisfaire et nous-même, et [le sultan] Rukn al-Dīn. Fais donc en la matière ce que tu juges approprié, afin de régler l’affaire, selon l’une des deux solutions suivantes : soit le sultan oublie cette affaire, soit nous obtenons un accord. Je ne supporterai pas de contradiction [à cet ordre]. » […]

Année 454/15 janvier 1062-3 janvier 1063

  • 16 Ce personnage s’illustra à plusieurs reprises au service du calife al-Qā’im, mais peu de détails so (...)
  • 17 Princes territoriaux des régions limitrophes de l’Irak, généralement d’obédience abbasside.
  • 18 « Roi des rois », titre persan d’origine achéménide, porté par les Bouyides.

21Le jeudi de la première lune de ṣafar/février 1062 : Ibn al-Maḥlibān16 quitta le dīwān califal pour aller informer le sultan Ṭughril Beg que [le calife] consentait à l’union. La raison en était la suivante : le sultan avait écrit à Bagdad, à Wāsiṭ et à Basra afin de confisquer les iqṭā‘-s réservés aux représentants de la Maison abbasside, ainsi qu’à ses dépendants et alliés, et même ceux qui appartenaient aux émirs des confins17 et à d’autres. […] La correspondance avec le dīwān [abbasside] s’interrompit, et le grand cadi [de Bagdad] reçut un courrier intitulé ainsi : « Au grand cadi, de la part de Shāhanshāh18 al-mu‘aẓẓam (le révéré), Roi de l’Orient et de l’Occident, le Vivificateur de l’islam, le successeur de l’Imām, main droite du calife de Dieu, l’Émir des croyants ». […]

22Cette lettre, écrite en septembre 1061, réitérait le désir du sultan d’épouser la fille du calife et rappelait les bonnes intentions et l’humilité dont il avait fait preuve, tout en menaçant le calife. Ce dernier finit par capituler après trois ans de refus.

23Abū l-Ghanā’im [Ibn al-Maḥlibān] partit [annoncer la nouvelle au sultan], et cinq jours plus tard, un cavalier vint apporter un écrit [du sultan] ordonnant de rendre tous les iqṭā‘-s aux fondés de pouvoir du dīwān califal. […]

24Le jeudi 13 sha‘bān/22 août 1062, les noces du sultan avec la fille du calife eurent lieu à l’extérieur de Tabriz. Ibn al-Maḥlibān écrivit au calife qu’un somptueux banquet avait été donné, et qu’il avait lui-même lu le noble décret [abbasside] devant l’assemblée, en présence du sultan. […] [Le décret] stipulait le montant de la dot : 400 000 dinars. Les invocations éclatèrent en faveur du calife. Le contrat de mariage fut conclu, on répandit de l’or et des perles, et le sultan tint un discours de remerciements et de prières. Il se déclara l’esclave mamlouk [du calife] […] et jura de passer le restant de ses jours à son service.

25Bibliographie : G. Makdisi, « The Marriage of Tughril Beg », IJMES, 1, 1970, p. 259-275, rééd. dans G. Makdisi, History and Politics in Eleventh-Century Baghdad, Londres, Variorum Reprints, 1990 ; V. Van Renterghem, « Baghdad : a View from the Edge on the Saljuq Empire », dans E. Herzig et S. Stewart (dir.), The Age of the Seljuqs, Londres, I. B. Tauris (The Idea of Iran 6), 2015, p. 74-93.

14. Un mariage princier à la cour des Mamlouks : le sultan al-Nāṣir Muḥammad marie son fils Ānūk (1332)

26De manière générale, une endogamie relativement stricte, au-delà des unions avec des femmes libres ou des esclaves turco-mongoles importées, caractérise, jusqu’à la fin du xive siècles, les pratiques matrimoniales des Mamlouks turcs. Le sultan al-Nāṣir Muḥammad a, quant à lui, poussé à son paroxysme cette règle en développant de complexes stratégies du sang qui, par un enchevêtrement de liens matrimoniaux, lui ont permis, au cours de son troisième règne (1310-1341) d’unir sa maison à la plupart des grands émirs, qu’ils aient été ou non ses anciens mamlouks, que ce soit en épousant lui-même leurs filles ou leurs sœurs ou en donnant ses propres fils et filles en mariage. Lorsque son père lui fait épouser, en 1332, la fille de Baktimur al-Sāqī, l’émir favori du moment, Ānūk n’a que dix ans. L’année précédente, ce fils préféré du souverain avait déjà reçu un émirat de cent, le plus haut grade de la hiérarchie militaire ; mais, en dépit du projet de son père, il n’avait finalement pas été directement associé au pouvoir en tant que sultan. Al-Maqrīzī décrit, dans ce passage, non seulement le faste qui entoura ce mariage princier, mais aussi tous les détails du cérémonial extrêmement bien réglé, mêlant dons et contre-dons, hommages et cadeaux. Un rituel qui traduit le dialogue symbolique qui s’était instauré, à cette époque, entre le sultan et ses émirs.

27Source : Al-Maqrīzī, al-Sulūk li-ma‘rifat duwal al-mulūk [Les chemins pour la connaissance des dynasties des rois], éd. par M. Ziyāda et S. A. ‘Ashūr, Le Caire, Dār al-kutub, 1939-1973, 4 vol., t. II/1, p. 345-346 ; trad. M. Eychenne.

  • 19 Un qinṭār équivalait à environ 185 kg.

28Au début du mois de sha‘bān [732/fin avril 1332], l’émir Tankiz, vice-roi de Syrie, arriva au Caire pour assister au mariage de l’émir Ānūk, le fils du sultan [al-Nāṣir Muḥammad]. On avait donné ordre à l’ensemble des musiciens du Caire et de Miṣr (Fusṭāṭ) de se rendre dans les appartements privés du sultan, ce qui marqua le commencement des festivités dont les plus importantes se prolongèrent durant sept jours et sept nuits. Le sultan fit venir les épouses de tous les émirs. L’événement fut grandiose. La nuit du 7 sha‘bān/4 mai 1332, le sultan s’installa à la porte du palais et les émirs se présentèrent devant lui, en fonction de leur rang, l’un après l’autre, apportant, chacun, des cierges. Ainsi, lorsque l’un d’eux s’avançait, il remettait les cierges au sultan, baisait le sol et s’attardait. Le sultan tint ainsi audience jusqu’à ce qu’ils se fussent tous présentés. Au total, il y avait trois mille trente cierges, dont le poids s’élevait à trois mille soixante qinṭār-s19. Certains cierges avaient fait l’objet de soins particuliers et étaient magnifiquement sculptés. Le plus beau était celui de l’émir ‘Alam al-Dīn Sanjar al-Jāwalī, qui s’en était occupé personnellement. Il l’avait envoyé à Damas pour qu’il y soit travaillé et le résultat était extraordinaire. Puis, le sultan siégea à la porte du palais pendant la nuit du vendredi 11 sha‘bān/8 mai, la nuit du mariage ; les cierges furent allumés, [et brûlèrent] jusqu’à être totalement consumés. Son fils, l’émir Ānūk, était assis en face de lui. Tous les émirs s’approchèrent alors, un cierge à la main, suivis par leurs mamlouks portant eux aussi des cierges ; les émirs suivant leur rang, s’avançaient, embrassaient le sol, l’un après l’autre, et ce, pendant toute la nuit. À la fin de la nuit, le sultan se leva et se rendit à l’endroit où étaient rassemblées les femmes. Toutes les femmes des émirs se levèrent alors et baisèrent le sol, l’une après l’autre, offrant au sultan de somptueux cadeaux et vêtements de noce. Lorsqu’elles furent toutes passées devant le sultan, celui-ci leur ordonna de danser, et elles dansèrent, l’une après l’autre, tandis que les chanteuses battaient leurs tambourins. Toutes sortes de richesses étaient lancées à ces dernières : or, argent et soieries. Ce qu’elles reçurent alors est au-delà de toute description. Puis la mariée fut conduite vers son époux.

29Le lendemain matin, le sultan siégea et distribua des robes d’honneurs à tous les émirs et fonctionnaires. Il ordonna de distribuer des ballots d’étoffes à toutes les épouses des émirs en fonction du rang de leur mari. Il octroya une robe d’honneur à l’émir Tankiz, vice-roi de Syrie, et lui remit des robes d’honneur pour les émirs de Syrie. Ce mariage fut parmi les noces les plus fameuses. On égorgea plus de vingt mille moutons, vaches, chevaux, oies, et autres poulets, et l’on utilisa dix-huit mille qinṭār-s de sucre pour les pâtisseries et les boissons. La valeur du trousseau que l’émir Baktimur al-Sāqī (l’Échanson) apporta avec sa fille [l’épouse d’Ānūk] atteignit, à ce que l’on dit, un million de dinars d’or égyptiens.

30Bibliographie : M. Chapoutot-Remadi, Liens et relations au sein de l’élite militaire sous les premiers sultans baḥrides (648/1250-741/1340), thèse de doctorat d’État inédite, université de Provence Aix-Marseille I, 1993 ; Y. Rapoport, Marriage, Money and Divorce in Medieval Islamic Society, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2005 ; EI2, « ‘Urs » (W. Heffening).

Notes

1 Muqtabis ou Muqtabas, nous nous rangeons ici à la forme retenue par l’Encyclopédie de l’Islam.

2 L’aîné de ceux qui survécurent.

3 ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz (717-720) qui acquit, dans l’historiographie musulmane, l’image d’un souverain exemplaire.

4 « ‘Amīd al-Dawla » dans le texte arabe, ce qui est visiblement fautif (voir la suite du texte). Il s’agit de ‘Amīd al-Mulk al-Kundurī (m. 1064), vizir de Ṭughril Beg. Il fut démis du vizirat lorsque la fonction fut confiée à Niẓām al-Mulk, et fut exécuté sous le règne d’Alp Arslān.

5 Ville d’Irak central, située dans une riche région agricole, et procurant en conséquence un revenu fiscal important, Wāsiṭ était passée sous autorité seljoukide en 1057.

6 La princesse seljoukide Arslān Khātūn, nièce du sultan Ṭughril Beg, épouse du calife al-Qā’im depuis 1056. Les princesses seljoukides, comme un certain nombre de femmes à l’époque, possédaient leurs propres biens qui pouvaient prendre la forme d’iqṭā‘. Il s’agit visiblement, ici, des biens et revenus qui lui avaient été offerts en dot par le calife lors de leur union. La valeur de la dot se montait à 100 000 dinars.

7 Abū l-Fatḥ al-Muẓaffar b. al-Ḥusayn, ‘amīd (gouverneur civil) de l’Irak au service du sultan seljoukide.

8 Lettré et sermonnaire hanbalite (m. 1095) apprécié des califes, qui l’envoyèrent à plusieurs reprises comme émissaire diplomatique.

9 Ville de la région du Jibāl, en Iran ; l’une des résidences des sultans seljoukides.

10 Ṭirād al-Zaynabī (m. 1098), versé en hadith, fut fréquemment chargé de missions diplomatiques par les Abbassides.

11 Équivalent du dinar d’or.

12 Localité proche de Bagdad, située au nord-est de la ville.

13 Le hanafite Abū ‘Abd Allāh al-Dāmaghānī (m. 1085), nommé à ce poste en 1056, sur recommandation de ‘Amīd al-Mulk al-Kundurī.

14 Célèbre personnalité hanbalite de Bagdad (m. 1067), tenue en haute estime par le calife et entretenant de bonnes relations avec les dignitaires seljoukides.

15 Couleur des Fatimides, par opposition à la couleur noire, symbole de la dynastie abbasside.

16 Ce personnage s’illustra à plusieurs reprises au service du calife al-Qā’im, mais peu de détails sont connus sur lui.

17 Princes territoriaux des régions limitrophes de l’Irak, généralement d’obédience abbasside.

18 « Roi des rois », titre persan d’origine achéménide, porté par les Bouyides.

19 Un qinṭār équivalait à environ 185 kg.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search