Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Les détenteurs du pouvoir

Les acteurs sociaux

Texte intégral

6. Les eunuques et leur rôle auprès des califes fatimides

1Les individus serviles, et parmi eux les eunuques de grande valeur, jouèrent en Islam comme à Byzance un rôle important en tant que serviteurs de très haut rang du souverain. Les sources reflètent leur rôle auprès des imams fatimides, en particulier pendant la période ifrîqiyenne (909-973) à laquelle se rapportent des autobiographies ou biographies exceptionnelles relatant leur vie. Les imams occupent alors une place centrale dans l’édifice politique et seuls quelques très proches individus, de statut servile, veillent à l’exécution de leurs décisions, l’idée de délégation s’accordant mal avec la théorie fatimide de l’imamat. En Égypte, avec l’essor du vizirat, les eunuques retrouvent une place plus « classique » en Islam.

2La puissance et la richesse que pouvaient atteindre ces personnages étaient grandes, de même que leur proximité avec les plus hauts personnages de l’État. Ni leur statut servile ni leur nature ambiguë aux yeux du droit et de la religion ne freinaient leur ascension sociale ; ni leur séparation d’avec leur famille d’origine, ni leur absence de descendance n’empêchaient leur intégration dans la société extra-palatiale où ils étaient entourés de soutiens, de clients, voire de suites armées et d’esclaves.

a. L’ascension de jawdhar

  • 1 À ne pas confondre avec Jawhar al-Ṣiqillī (m. 992), conquérant de l’Égypte pour le compte des Fatim (...)

3La Biographie de l’Ustādh Jawdhar1 relate la vie d’un eunuque, esclave de l’émir aghlabide entré au service d’al-Mahdī (909-934), premier imam fatimide en Ifrīqiya. Jawdhar connaît ensuite une formidable ascension et sert les califes fatimides jusqu’à sa mort en 973. La forme de l’ouvrage, rédigé après 973, est singulière : l’auteur, luimême esclave, secrétaire, puis successeur de Jawdhar, outre son témoignage, remontant à 961, utilise des informations provenant des archives califales dont il tire les documents qui forment la seconde partie de l’ouvrage, mais qui sont déjà nombreux dans la première.

4Source : Manṣūr al-‘Azīzī al-Jawdharī, Biographie de l’ustādh Jawdhar, éd. H. Haji dans Inside the Immaculate Portal. A History from Early Fatimid Archives. A New Edition and English Translation of Manṣūr al-‘Azīzī al-Jawdharī’s Biography of al-Ustādh Jawdhar, the Sīrat al-Ustādh Jawdhar, Londres, I. B. Tauris, 2012, p. 10-11, 18, 27-28, 29, trad. A. Nef.

5Jawdhar a dit : « […] [Al-Mahdī] ordonna que l’on me donne 100 dinars et un précieux vêtement honorifique, que j’acceptai. J’attribuai cette faveur à la bénédiction de son discernement et à la bonne fortune de sa connaissance, la paix soit sur lui ». […]

6Jawdhar- que l’approbation de Dieu soit sur lui – m’a rapporté que son évolution se cessa pas et que son ascension se poursuivit jusqu’à ce qu’al-Qā’im bi-Amr Allāh - les faveurs de Dieu soient sur lui – parte pour le Maghreb à la tête de l’armée. Il le nomma responsable de son palais, de son harem et de sa famille, qui s’y trouvaient. Jawdhar s’acquitta de la tâche qui lui avait été confiée d’une manière digne d’éloges et lorsqu’al-Qā’im bi-Amr Allāh revint de son voyage, il le remercia de son zèle et loua son service et il accrut sa générosité et sa bienveillance à son égard. […]

  • 2 Rang de la hiérarchie spirituelle des ismaïliens, appliqué ici à l’héritier apparent désigné par l’ (...)

7Lorsque Dieu rappela l’Imām al-Mahdī bi-llāh dans le séjour de sa bienveillance et le lieu de sa clémence et qu’il confia l’autorité après lui à sa preuve (ḥujja*)2, l’Imām al-Qā’im bi-Amr Allāh, Jawdhar dit : « Il me confia la surveillance du Trésor et de ses garde-robes de tissus et de vêtements et il fit de moi un intermédiaire entre lui-même et ses proches et ses autres esclaves. Quand il voulait qu’une affaire fût éclaircie en sa présence, il me la confiait ». […]

  • 3 Ce nom désigne celui qui à la fin des temps fera régner la tyrannie et le mal jusqu’à la conversion (...)
  • 4 Le rebelle kharijite Abū Yazīd (m. 947).

8Lorsqu’al-Manṣūr bi-llāh - les faveurs de Dieu soient sur lui – résolut de poursuivre le maudit Imposteur (dajjāl)3 Makhlad b. Kaydād4, il plaça l’Ustādh à la tête du palais royal et de tout le pays, puis il lui donna les clés des réserves du Trésor. […]

9Quand le maudit Imposteur fut défait […], il y eut une bataille au cours de laquelle le maudit fut fait prisonnier et Dieu fit triompher sur lui son ami et le descendant de son Prophète […]

10Le calife écrit alors une lettre à Jawdhar lui ordonnant d’accomplir des actes vertueux en son nom pour remercier Dieu, dont celui-ci :

  • 5 L’ism est la partie la plus intime du nom, il n’était utilisé ni pour désigner les individus dans l (...)

11[…] mais en matière d’affranchissement, nous n’avons pas trouvé d’action plus pieuse, ni de don plus agréable à Dieu, puissant et grand, que l’affranchissement d’un esclave croyant, pur et pieux tel que toi. Tu es donc libre, pour le plaisir de Dieu, le magnifique. Dans l’attente de sa récompense immense, je libère ton corps et ton esprit dans ce monde et celui à venir et nous t’appellerons « mawlā* de l’Émir des croyants » pour t’honorer et tu commenceras tes lettres à tous, puissants ou faibles, par « De la part de Jawdhar mawlā de l’Émir des croyants à untel fils d’Untel », n’appelle personne par sa kunya* et ne fais précéder ton ism* par aucun autre si ce n’est celui de ton patron5, Abū Tamīm.

12Par la suite, il lui ordonna de faire inscrire en (fils d’)or son nom sur les ṭirāz-s* qui sont fabriqués par des brodeurs esclaves et qui figurent sur ce qui est porté par les imams - que les bénédictions de Dieu soient sur eux – et de faire de même sur les productions des esclaves tisseurs de tapis, sur les merveilles qu’ils fabriquent et leurs réalisations inégalables […].

13Quand l’Imām al-Manṣūr bi-llāh - les bénédictions de Dieu soient sur lui ! – arriva à son palais, à al-Mahdiyya, al-Ustādh Jawdhar vint à sa rencontre avec son plus beau vêtement et son équipement le plus complet […]

14Ensuite, [l’Imām] le salua de la manière la plus parfaite, puis il lui réserva le meilleur accueil et le vêtit rapidement d’une robe d’honneur qu’il avait préparée pour lui […] et quand il arriva à son palais et que de la nourriture fut servie, il ordonna à Jawdhar - que les bénédictions de Dieu soient sur lui – de s’asseoir à table avec lui, et ce fut la première fois que Jawdhar s’assit avec lui à table.

b. ‘Umdat al-Dawla, un eunuque puissant

15Le Safar-nāma de Nāṣir-i-Khusraw est un récit de voyage pro-fatimide rédigé en persan et une des sources contemporaines du milieu du xie siècle fatimide. L’auteur séjourna notamment au Caire qu’il décrit en détails. Après avoir démissionné en 1045 de l’administration seljoukide qu’il servait à Marw (dans le Khurāsān), Nāṣir-i-Khusraw part pour effectuer le pèlerinage vers La Mekke (ḥajj*). Son ouvrage rapporte le voyage de sept années qui débute alors et qui culmine dans le ralliement de l’auteur à l’ismaïlisme et son entrée au service du calife du Caire. Il est possible que son intérêt pour les Fatimides soit antérieur et qu’il s’agisse là d’une conversion métaphorique. De retour dans sa région d’origine, Nāṣir-i-Khusraw porte le message ismaïlien, ce qui l’expose à l’opposition des sunnites majoritaires. Il développe une œuvre importante en persan et meurt entre 1072 et 1078.

16Source : Nassir i Khosrau, Sefer Nameh en Syrie, en Palestine, en Égypte, en Arabie et en Perse, pendant les années de l’hégire 437-444/1035-1042, éd. et trad. Ch. Schefer, Paris, E. Leroux, 1881, p. 169-170.

  • 6 Le terme de sultan désigne ici le calife. Les califes fatimides ont été parfois appelés « sulṭān al (...)

17En 441/1049, année pendant laquelle je me trouvais à Miṣr*, on y reçut la nouvelle que le gouverneur d’Alep s’était révolté. Il était le vassal du sultan6 et son père avait gouverné cette ville. Le sultan envoya, pour le combattre, un eunuque qui portait le titre de ‘Umdat al-Dawla (Soutien de l’État) […] il lui conféra un rang très élevé et lui donna des tentes, des pavillons et tout ce qui constitue les attributs de la grandeur. Lorsqu’il arriva près d’Alep, il fut tué dans un combat. Ses richesses étaient si considérables qu’il fallut deux mois pour les transporter de son trésor dans celui du sultan. Il possédait trois cents esclaves féminines dont le plus grand nombre était d’une rare beauté ; quelques-unes avaient partagé sa couche. Le sultan donna l’ordre de leur rendre la liberté, et il autorisa toutes celles qui le désirèrent à choisir un époux.

18Bibliographie : D. Ayalon, Eunuchs, Caliphs and Sultans. A Study of Power Relationships, Jérusalem, Magnes Press, 1999 ; M. Méouak, Ṣaqâliba, eunuques et esclaves à la conquête du pouvoir. Géographie et histoire des élites politiques « marginales » dans l’Espagne umayyade, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, 2004 ; P. Walker, Exploring an Islamic Empire. Fatimid History and its Sources, Londres, I. B. Tauris, 2002.

7. Portrait de l’émir bouyideAḍud Al-Dawla (m. 983)

19La Chronique bien ordonnée du hanbalite Ibn al-Jawzī (m. 1201) comprend, à la suite des événements de chaque année, un obituaire énumérant les personnages les plus importants décédés cette année-là. Le portrait qu’il dresse du souverain bouyide ‘Aḍud al-Dawla, issu d’une famille de chefs militaires chiites venue de la région du Daylam, au sud de la mer Caspienne, correspond aux standards du bon souverain de l’Islam médiéval : juste et pieux, soucieux de développer les régions confiées à sa gestion, fondateur d’institutions d’utilité publique (en l’occurrence, le plus célèbre hôpital de Bagdad), entretenant de bonnes relations avec les lettrés de son époque, mécène des savants et lui-même intéressé par la science. Ibn al-Jawzī, fervent défenseur des Abbassides, passe sous silence la faiblesse du calife régnant, al-Ṭā’i‘, et insiste sur son rôle en tant qu’instance légitimante, décernant au Bouyide les insignes de la souveraineté. Il ne dit rien, non plus, du chiisme discret du chef militaire daylamite, ni de la mise sous tutelle du califat sunnite sous le règne des Bouyides, pour insister sur le caractère de souverain éclairé de ‘Aḍud al-Dawla.

20Source : Ibn al-Jawzī, Kitāb al-Muntaẓam fī ta’rīkh al-mulūk wa l-umam [Chronique bien jumādā I 448 ordonnée de l’histoire des rois et des nations], éd. par M. et M. ‘ Abd al-Qādir ‘ Aṭā, Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ ilmiyya, 1412/1992, 18 tomes en 17 volumes, t. 14, p. 290-297 ; trad. V. Van Renterghem.

21Parmi les décès de l’année 372/982-983 :

  • 7 Lettré et fonctionnaire irakien, mort vers 1093 et auteur, entre autres, d’un Livre des vizirs (Kit (...)

22Fannā Khusraw b. al-Ḥasan b. Buwayh b. Fannā Khusraw b. Tammām b. Kūhī b. Shīrzīl, Abū Shujā‘, portant le titre honorifique (laqab*) de ‘Aḍud al-Dawla (Soutien de l’État). C’est ainsi que l’émir Abū Naṣr Ibn Mākūlā7 mentionne son nom ; il rapporte aussi sa généalogie jusqu’à Sābūr b. Ardashīr. Son père avait pour kunya* Abū ‘Alī, et pour titre honorifique (laqab*) Rukn al-Dawla (Pilier de l’État).

  • 8 Titre persan, porté par les souverains achéménides et sassanides, puis, à partir du règne de ‘Aḍud (...)
  • 9 Calife abbasside célèbre pour la faiblesse de son pouvoir, qui régna de 974 à 991.
  • 10 Si l’islam sunnite compte cinq prières quotidiennes, l’islam chiite en reconnaît trois. Battre tamb (...)

23[‘Aḍud al-Dawla] fut le premier, dans l’histoire de l’Islam, à porter le titre de Shāhanshāh (Roi des rois)8. Il entra à Bagdad en rabī‘ I de l’année 367/octobre 977. [Le calife abbasside] al-Ṭā’i‘9 vint à sa rencontre ; il n’avait jamais accueilli personne auparavant. Il [‘Aḍud al-Dawla] fut reçu par al-Ṭā’i‘ qui lui fit revêtir le collier et les bracelets et l’investit oralement. [Le calife] ordonna que l’on mentionne son nom dans le sermon du vendredi du haut des minbars de Bagdad ; or, il n’était pas de coutume d’y mentionner d’autre nom que celui du calife. Il l’autorisa également à faire battre tambour devant son palais à l’heure des trois prières10.

  • 11 Le Sawād, à savoir la région agricole fertile constituant le cœur de l’Irak, autour de Bagdad.
  • 12 De fortes crues du Tigre avaient en effet causé des brèches dans les canaux irriguant la région.
  • 13 Tribu arabe de la Jazīra (Haute-Mésopotamie).
  • 14 Haut fonctionnaire puis vizir des Abbassides dans les années 928-936, il mourut à Bagdad en 940.
  • 15 Cette expression exprime la ruine de l’édifice, réduit à l’état de monticule de briques.

24Lorsqu’il [‘Aḍud al-Dawla] arriva à Bagdad, la ville et la région environnante11 étaient en ruine à cause du débordement [de ses canaux]12 ; des fauteurs de trouble avaient coupé les chemins. Il envoya des troupes combattre les Banū Shaybān13, qui coupaient les routes ; il les combattit, et fit prisonniers 800 d’entre eux. Il fit réparer les brèches [des canaux] d’al-Sahliyya et d’al-Yahūdī, et ordonna aux riches de restaurer leurs digues et de planter des arbres dans tout terrain en friche laissé sans propriétaire. Lui-même couvrit de cultures le palais d’al-Zāhir, qui avait appartenu à Abū ‘Alī Ibn Muqla14, et qui était devenu un monticule15. […]

25Il fit venir des populations de la steppe et les installa dans la région entre le Fārs et le Kirmān ; ils cultivèrent la terre et peuplèrent l’espace inoccupé. Il importa dans sa région de nouvelles sortes [de cultures] qui n’existaient pas auparavant dans ces contrées. […]

  • 16 Émir turc au service des Abbassides, qui obtint en 936 le titre de « grand émir » (amīr al-umarā’) (...)

26Bajkam16 avait entrepris d’édifier un hôpital (māristān) [à Bagdad], mais sa construction n’était pas terminée ; ‘Aḍud al-Dawla en acheva la construction et y installa le nécessaire pour tous les arts [de la médecine]. Il fit construire en face [de l’hôpital] un marché destiné aux marchands de tissus, et établit de nombreux waqfs* en sa faveur. […]

27Il était d’une très grande autorité, à tel point que, si quelqu’un frappait quelqu’un d’autre, il punissait très sévèrement le premier. Les gens cessèrent alors de se porter préjudice les uns aux autres. Il était d’un esprit particulièrement riche, d’une grande vigilance et doté de nombreuses qualités. […]

28Il allait de très bonne heure au hammam, et accomplissait la prière de l’aube en sortant, puis ses serviteurs proches se rendaient auprès de lui. Dans la journée, il s’enquérait des dernières nouvelles ; si elles tardaient à lui parvenir, il était au comble de l’indignation et demandait les raisons de ce retard. En l’absence de raison valable, il vouait aux gémonies [les responsables du service de renseignement]. […] [Sous son règne], les nouvelles mettaient sept jours à parvenir de Chiraz à Bagdad ; en même temps, [les coursiers] apportaient des fruits frais [de cette région]. Il déjeunait ensuite en présence de son médecin, qu’il interrogeait au fur et à mesure sur les bienfaits des aliments ou leurs effets nocifs. Puis il dormait et, à son réveil, se rendait à la prière de midi ; après quoi, il rejoignait l’assemblée de ses commensaux pour se détendre, tout en écoutant des chansons, jusqu’à ce qu’une partie de la nuit s’écoule ; il rejoignait alors sa couche. […]

29Il aimait la science et les savants, et distribuait des appointements aux juristes, aux lettrés et aux récitateurs du Coran, ce qui encourageait les gens à [s’intéresser] au savoir ; lui-même s’occupait de science. […] Il aimait la poésie et de nombreux poètes composèrent des élégies sur lui. Il préférait la compagnie des lettrés à celle des princes, et lui-même composait de la poésie. J’ai lu l’ensemble de ses poèmes. […]

30Suivent deux citations poétiques. Sa poésie n’a rien d’extraordinaire, aussi n’en écrirai-je pas plus. […]

31[Un jour], il avait demandé le compte de ses revenus annuels, qui étaient de 320 millions de dirhams. Il dit : « Je souhaite que ce montant atteigne 360 millions de dirhams, car cela signifierait un revenu quotidien d’un million de dirhams. » On dit, dans un autre récit, qu’il obtenait chaque année une augmentation de 32 millions et 200 000 dinars.

  • 17 Soit différentes régions d’Iran central, d’Irak, de Haute-Mésopotamie (Jazīra) et de la péninsule A (...)

32Il avait en sa possession le Kirmān, le Fārs, l’Oman, le Khūzistān, l’Irak, Mossoul, Diyār Bakr, Harran et Manbij17. […]

33Il mourut le 2 shawwāl de cette année/20 mars 983, âgé de 47 ans, 11 mois et 3 jours (certains disent 48 ans, 6 mois et 15 jours), et l’on cacha la nouvelle de sa mort. Il fut enterré [à Bagdad] dans son palais, le Palais de la Souveraineté (Dār al-Mamlaka) jusqu’à la fin de l’année.

34Bibliographie : J. Donohue, The Buwayhid Dynasty in Iraq 334 H./945 to 403 H./1012 – Shaping Institutions for the Future, Leyde/Boston, Brill (Islamic History and Civilization, Studies and Texts 44), 2003 ; J. L. Kraemer, Humanism in the Renaissance of Islam : The Cultural Revival during the Buyid Age, Leyde, Brill, 1986.

8. De la difficulté d’être un prince andalou au xie siecle

35L’histoire des royaumes des Taïfas occupe tout le xie siècle andalou. Ces principautés se disputèrent le territoire andalou, autrefois uni sous la domination des califes omeyyades. Tout à la fois occupés à guerroyer les uns contre les autres et à consolider des légitimités souvent chancelantes, ces royaumes firent l’expérience, deux cents ans avant l’Orient, de la disparition du califat. Au fil du siècle, la carte de ces États se simplifia et seuls les plus puissants d’entre eux survécurent. Les Taïfas de Saragosse, Tolède, Grenade et Séville dominèrent assez rapidement le paysage andalou. Profitant de la division de l’Islam péninsulaire, les souverains chrétiens règnant dans les zones montagneuses du nord de la Péninsule redressèrent la tête et entamèrent la Reconquista chrétienne de l’Hispania, considérée comme un héritage qu’il fallait récupérer. Ils inaugurèrent, à partir des années 1040, la politique des parias, tributs imposés aux royaumes andalous pour prix de la protection, ou de la non-intervention, des troupes chrétiennes. Ces prélèvements, par un pervers effet de retour, financèrent la Reconquista elle-même puisqu’ils contribuèrent à développer la puissance militaire de la Castille, du León et de l’Aragon. Les royaumes musulmans en furent considérablement affaiblis dans la mesure où les populations, accablées d’impôts, contestaient de plus en plus ouvertement leurs dirigeants, ce qui les fragilisait. Le transfert de l’or interdisait de plus à ces émirs le recrutement des mercenaires nécessaires à la défense d’un territoire dont les populations étaient désarmées. Nul mieux que ‘Abd Allāh (1073-1090), dernier souverain de la dynastie ziride de Grenade, ne témoigna de ce piège en train de se refermer sur les princes andalous. Évariste Lévi-Provençal, qui découvrit le texte dans les années 1930 dans une soupente de la grande mosquée de Fès, l’intitula « Mémoires » car le prince l’écrit à la première personne. Non seulement il s’agit là d’une des rares sources dont nous disposons pour comprendre ce complexe xie siècle andalou, mais elle émane en plus d’un acteur essentiel de l’histoire qui se joue alors. Il faut la comprendre comme une œuvre de justification, que ‘Abd Allāh rédigea en exil au Maghreb après qu’il eut été déposé par les Berbères Almoravides en 1090. C’est un souverain déchu qui prend la plume pour se justifier auprès de ses geoliers almoravides, comme aux yeux de l’histoire. Il tente d’expliquer avec lucidité que sa situation, qu’il compare à celle d’un homme qui chevaucherait un lion, est inextricable et que, dans ces conditions, l’acte de gouverner n’est qu’une continuelle recherche du compromis. C’est justement ce que ne lui pardonneront pas les Almoravides, mais c’est aussi ce qui fait tout l’intérêt de son œuvre.

36Source : ‘Abd Allāh, Mémoires, éd. et trad. par É. Lévi-Provençal, « Les “Mémoires” de ‘Abd Allāh, dernier roi zīride de Grenade », Al-Andalus, 3, 1935, p. 318-320 et 4, 1936-1939, p. 29-33.

37Lorsque Alphonse [VI de Castille] fut exactement renseigné sur nos difficultés intérieures, il se rendit compte que c’était là pour lui une bonne fortune et la meilleure occasion de demander de l’argent. Il m’envoya son ambassadeur ; c’était la première fois que nous entrions en négociations. Cet envoyé, Pedro Ansurez, vint en effet me trouver pour me demander de lui payer tribut. Je lui opposai une fin de non-recevoir, jugeant qu’il n’en fallait rien faire et qu’il n’y avait rien à craindre de la part d’Alphonse, puisqu’en avant de mon territoire s’en trouvait un autre, celui d’Ibn Dhī l-Nūn [le souverain de Tolède]. Je ne supposais pas que quelqu’un [de notre religion] pourrait s’allier à lui contre un musulman. L’ambassadeur s’en alla donc, sans avoir obtenu de résultat.

  • 18 Vizir d’al-Mu‘tamid, prince de la Taïfa de Séville.

38Ce fut une occasion que saisit Ibn ‘Ammār18. Il attendait l’ambassadeur à Priego pour savoir quel serait le résultat de sa démarche. Quand il sut qu’elle était demeurée vaine, il se mit sur le champ à sa disposition et lui dit : « On refuse de vous payer vingt mille dinars – c’était le montant du tribut qu’il me demandait – et bien, nous vous en donnerons cinquante mille, mais en échange d’un traité contre Grenade : vous me donnerez cette capitale, et vous autres, vous prendrez les sommes d’argent qui s’y trouvent ! ». Ils traitèrent avec lui sur ces bases et tombèrent d’accord pour édifier contre Grenade un château-fort destiné à mettre cette ville dans la gêne jusqu’au moment où elle tomberait. Ibn Adhā, qu’al-Nāya avait fait expulser de Grenade, s’était joint à eux pour leur montrer les points faibles de cette ville et leur indiquer les endroits d’où elle serait le plus menacée si l’on construisait là une forteresse : on y placerait une garnison qui pourrait se livrer à des raids contre elle et la harceler. Il leur indiqua l’emplacement du château fort de Balīllush (Belillos). La construction en fut activement entreprise par Ibn ‘Ammār, grâce à un contingent de soldats d’Alphonse dont il loua les services moyennant d’importantes sommes d’argent, en en différant parfois la remise au moyen de promesses et de flatteries, jusqu’au moment où les travaux furent terminés. Al-Mu‘tamid vint lui-même se rendre compte de la progression des travaux et, durant tout le temps qu’il resta là, il fit régulièrement des parades militaires à proximité de Grenade, dans l’espoir que les habitants de cette ville se soulèveraient en sa faveur. Quand le château fort fut terminé, il y plaça une forte garnison avec tous les vivres nécessaires et lui ordonna de commencer sa besogne de harcèlement. Une fois al-Mu‘tamid parti, ainsi que les troupes chrétiennes, je mis sur le pied de guerre un fort contingent de soldats et partis pour essayer d’enlever Belillos. Mais je ne pus rien contre cette place. Mes sujets désespérèrent alors de mon règne, contre lequel ceux qui voulaient sa chute venaient de faire cause commune avec le roi chrétien. Et je regrettai d’avoir négligé dès le début de traiter avec ce dernier suivant ses conditions. Il était certes excellent qu’un prince musulman comme moi pût prendre un château fort à la force de l’épée ; mais ce qui arrivait le plus souvent, c’était qu’il se présentât mais ne put y pénétrer, arrêté par les moyens de défense et les dispositions prises dans la place. Il ne pouvait guère non plus compter pouvoir l’investir jusqu’à l’épuisement de ses réserves car des renforts ne pouvaient manquer de lui arriver ; il lui fallait donc renoncer à l’enlever, sauf s’il avait été le plus fort. Mais en réalité, nous luttions, les autres princes et moi, à forces égales : l’un de nous recrutant des troupes moyennant une certaine solde, l’autre, s’il voulait lui faire pièce, n’avait qu’à offrir davantage, et pouvait ainsi se délivrer des ennuis qu’il aurait pu lui causer. Cependant, la garnison de Belillos continuait ses ravages et ses raids dans la Vega de Grenade et, la situation demeurant sans issue, je finis par promettre à Alphonse le versement des sommes qu’il m’avait en vain demandées auparavant, en reconnaissant que c’était de ma faute si les négociations avaient été rompues entre nous, et en repoussant aussi implicitement ce qui était à craindre de sa part, à savoir des demandes continuelles d’argent. L’intermédiaire en cette affaire fut Ibn Dhī l-Nūn, qui s’efforçait de procurer de l’argent au roi chrétien : non seulement ainsi il s’attirait ses bonnes grâces, mais aussi il attendait l’écroulement de mon royaume pour s’en saisir lui-même, ou tout du moins pour en prendre sa part.

39Bibliographie : F. Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne à l’époque des Taïfas (ve/xie siècle) : l’imam fictif, Paris, L’Harmattan, 1997 ; P. Guichard, B. Soravia, Les royaumes de Taifas, Paris, Geuthner, 2007 ; D. Wasserstein, The Rise and Fall of the Party-Kings. Politics and Society in Islamic Spain, 1002-1086, Princeton University Press, 1985.

9. Portrait du calife abbasside al-Nāṣir li-Dīn Allāh (1180-1225)

40Le grand lettré et historien syrien du xive siècle al-Dhahabī (m. 1348) est l’auteur de nombreux ouvrages, dont plusieurs histoires et dictionnaires biographiques des hommes célèbres de l’histoire islamique. Le plus volumineux est son Ta’rīkh al-Islām [Histoire de l’Islam] dont le Siyar a ‘lām al-nubalā’ [Vie des hommes illustres] est l’un des abrégés, réalisé par al-Dhahabī lui-même. Sur le modèle de la tradition biographique développée depuis plusieurs siècles, al-Dhahabī offre ici le portrait du plus célèbre des derniers Abbassides de Bagdad, le calife al-Nāṣir, qui fut à l’origine de nombreuses réformes et développa une politique religieuse originale, ouverte au chiisme et aux influences mystiques. La notice biographique présentée ici, montre un souverain puissant et intransigeant qui incarne souvent, dans l’historiographie, la renaissance du pouvoir des Abbassides, quelques décennies à peine avant que les conquérants mongols ne mettent fin au califat. Al-Nāṣir avait cependant bénéficié de l’héritage du redressement abbasside entrepris par ses prédécesseurs qui, tout au long du xiie siècle, s’étaient progressivement libérés de la tutelle seljoukide pour rétablir un pouvoir califal fort à Bagdad et en Irak.

41Source : al-Dhahabī, Siyar a ‘lām al-nubalā’, éd. par Sh. al-Arnā’ūṭ et al., Beyrouth, Mu’assasat al-risāla, 1981-1988, 25 vol., t. 22, p. 192 ; trad. V. Van Renterghem.

42Le calife Abū l-‘Abbās Aḥmad b. al-Mustaḍī‘ bi-Amr Allāh Abū, Muḥammad al-Ḥasan b. al-Mustanjid bi-llāh Yūsuf b. al-Muqtafī, Muḥammad b. al-Mustaẓhir bi-llāh Aḥmad b. al-Muqtadī al-Hāshimī al-‘Abbāsī al-Baghdādī.

  • 19 Transmetteur de hadiths bagdadien, mort en 1181.
  • 20 Lettré et historien damascène de renom, auteur d’une monumentale Histoire de Damas, mort en 1175.
  • 21 Shuhda la calligraphe, célèbre transmetteuse de hadiths bagdadienne, morte en 1178. Elle étudia had (...)
  • 22 Calife fatimide du Caire de 1036 à 1094.
  • 23 Al-Nāṣir li-Dīn Allāh, émir (912-929) puis calife (929-961) omeyyade de Cordoue.
  • 24 Calife abbasside de Bagdad de 1170 à1180.
  • 25 Abū Manṣūr al-Amīn, l’un des fils d’al-Mustaḍī’.
  • 26 Familier du calife al-Mustaḍī’, il s’opposa fermement à l’intronisation d’al-Nāṣir. En représailles (...)
  • 27 Esclave affranchie du calife al-Mustaḍī’, qui fit bâtir pour elle un somptueux palais sur le Tigre. (...)
  • 28 Chambellan et majordome disgracié et exécuté en 1187.

43Il était né le 10 rajab de l’année 553/7 août 1158. On lui prêta serment d’allégeance (bay‘a*) le 1er dhū l-qa‘da [5]75/30 mars 1180. Il était de teint clair, de taille moyenne, avait les traits d’un Turc, de beaux yeux, un front lumineux, un nez droit et sa barbe était claire. […] Il reçut une licence [de transmettre le hadith] d’Abū l-Ḥusayn al-Yūsufī19, de ‘Alī Ibn ‘Asākir al-Batā’iḥī20 et de Shuhda la kātiba*21, ainsi que d’autres. Il délivra à son tour cette autorisation aux plus grands imams qui transmirent le hadith de son vivant et s’en enorgueillissaient. Aucun calife n’a régné aussi longtemps que lui, hormis le souverain d’Égypte, al-Mustanṣir al-‘Ubaydī22, qui régna soixante ans, et le gouverneur d’al-Andalus, al-Nāṣir le marwānide23, qui régna 50 ans. Son père, al-Mustaḍī’24, le craignait et le fit emprisonner car il penchait en faveur [de la succession] de son frère Abū Manṣūr25. Ibn al-‘Aṭṭār26 et les hauts dignitaires de l’État étaient aussi les partisans d’Abū Manṣūr. Mais la concubine d’al-Mustaḍī’, Banafshā27, ainsi qu’al-Majd Ibn al-Ṣāḥib28 et d’autres, penchaient en faveur d’Abū l-‘Abbās. Le jour du serment d’allégeance, ils s’emparèrent d’Ibn al-‘Aṭṭār, le tuèrent et trainèrent son corps dans les rues [de Bagdad]. Ibn al-Ṣāḥib se rebella et fut tué lui aussi. […] Al-Nāṣir remplissait les cœurs de déférence et d’effroi ; les peuples d’Inde et d’Égypte étaient saisis de peur à son évocation, et [sous son règne] le califat jouit d’un haut respect. Lorsque j’étais moi-même en Égypte et en Syrie, j’ai vu des rois et des grands baisser la voix à son évocation, en signe de respect pour lui. […]

  • 29 Historien bagdadien, mort en 1245, auteur d’une histoire de sa ville sous forme de dictionnaire bio (...)

44Ibn al-Najjār29 a dit : Al-Nāṣir était supérieur aux sultans ; les opposants se soumirent à son autorité, les insolents se faisaient humbles devant lui, et les rebelles étaient matés par son épée. […] Il conquit de nombreuses terres et son royaume fut plus étendu que celui de tous ses prédécesseurs. On fit la khuṭba* en son nom d’al-Andalus jusqu’à la Chine. Il était le « lion des Abbassides », et la crainte qu’il inspirait faisait trembler les montagnes. […]

  • 30 Cadi et lettré syrien, historien de la dynastie ayyoubide, qui mourut en 1298.

45Le cadi Ibn Wāṣil30 a dit : Al-Nāṣir était sévère et courageux ; sa pensée était juste, son esprit droit, et il était doté de ruse et de finesse d’esprit. Il inspirait un très grand respect. Des espions travaillaient sous ses ordres en Irak et dans les confins, qui l’informaient de tout ce qui se passait. On raconte même qu’un jour, à Bagdad, un homme qui recevait des hôtes se lava les mains avant eux ; un espion le vit, rapporta ce fait [au calife] qui écrivit en réponse : « Cela dénote un manque d’éducation de la part du maître des lieux et une ingérence excessive de la part du rapporteur. »

46[Ibn Wāṣil] ajoute : Il se comportait mal envers ses sujets et était enclin à la tyrannie et à l’injustice. Sous son règne, l’Irak fut ruiné et ses habitants se dispersèrent. Il s’empara de leurs possessions et commit toutes sortes d’actes répréhensibles. Contrairement à ses ancêtres, il avait des penchants chiites. […]

  • 31 Ribāṭ li l-fuqarā’, littéralement « ribāṭ* destiné aux pauvres », al-fuqarā’ désignant fréquemment (...)

47D’après ce qu’al-Ẓahīr al-Kāzarūnī m’a autorisé à transmettre : Au milieu de son règne, al-Nāṣir voulut renoncer au califat et se consacrer à la dévotion. Il dicta à Ibn al-Ḍaḥḥāk un décret (tawqī‘*) en ce sens qui fut lu devant les notables, et fonda un établissement soufi31. Il se réserva une maison à côté de ce ribāṭ, qu’il se mit à fréquenter assidûment. Il discutait avec les soufis, et se fit faire un ample vêtement sur le modèle des vêtements du peuple.

48J’ajoute : Puis il en eut assez et abandonna ces pratiques.

49Bibliographie : EI2, « al-Nāṣir li-Dīn Allāh » (A. Hartmann) ; A. Hartmann, An-Nāṣir li-Dīn Allāh (1180-1225) – Politik, Religion, Kultur in der späten ‘ Abbāsidenzeit, Berlin/New York, Walter de Gruyter (Studien zur Sprache, Geschichte und Kultur des islamischen Orients n. f. 8), 1975.

10. Secrétaires du sultan rassoulide al-Mūẓaffar Yusuf

50Le dictionnaire biographique d’al-Janadī (m. 1331) constitue une somme impressionnante sur les réseaux de savants religieux et de gens de l’État au Yémen, depuis les débuts de l’Islam jusqu’au premier tiers du xive siècle. Nourri de la collecte systématique d’informations dans les diverses régions du Yémen que l’auteur, un ouléma ayant occupé diverses charges juridico-religieuses dans le royaume, avait parcourues, l’ouvrage s’appuie sur de nombreuses données de première main, tout en exprimant l’inquiétude d’un homme dont les dernières années furent assombries par la guerre civile qui déchira durablement le pays dans les années 1320. Au moment où al-Janadī écrit, l’époque du sultan rassoulide al-Muẓaffar Yūsuf (1250-1295) apparaît déjà comme un âge d’or, qui vit de nombreux talents issus des terres plus septentrionales du Proche-Orient ou des montagnes du Yémen se mettre au service de la nouvelle dynastie.

51Source : Al-Janadī, Kitāb al-sulūk fī ṭabaqāt al-‘ulamā’ wa l-mulūk, éd. par M. al-Akwa‘, Sanaa, Wizārat al-thaqāfa, 2 vol., 1989, t. 2, p. 564-570 ; trad. É. Vallet.

  • 32 Oncle du Prophète Muḥammad, et ancêtre éponyme de la dynastie abbasside.
  • 33 Ville du Diyār Bakr, en Haute-Mésopotamie, située à 40 km au nord du Tigre.
  • 34 Auteur d’une célèbre grammaire, mort en 1249 à Alexandrie.
  • 35 Grande forteresse située à proximité de la ville de Dhū Jibla, dans le centre du Yémen.

52[Mentionnons] deux [secrétaires] qui arrivèrent d’Égypte sous le règne [d’al-Muẓaffar Yūsuf]. Le premier est Abū l-Muẓaffar Mūsā b. al-Ḥusayn b. ‘Alī b. Abī Bakr b. Muḥammad b. al-Ḥusayn b. ‘Alī b. Abī Bakr b. Baraka b. ‘Urwa, de la descendance d’al-‘Abbās b. al-Muṭallib32. La lignée était originaire de Mayyāfāriqīn33, puis elle s’était déplacée à Mossoul, où la plupart des personnes mentionnées ci-dessus sont nées. C’est ‘Alī b. Abī Bakr qui vint en Égypte. Il était au départ dans une situation de misère. Son fils al-Ḥusayn y naquit, qui connut une ascension bénie jusqu’à devenir l’un des principaux scribes (kātib aldarj) [de l’administration]. Il eut ce fils, Abū l-Muẓaffar, qui grandit en effectuant un beau parcours, puisqu’il apprit l’adab* et la calligraphie. Alors que [le sultan rassoulide] al-Muẓaffar avait envoyé ‘Imād al-Dīn al-Kātib en Égypte, Abū l-Muẓaffar s’attacha à ce dernier, après qu’il eut attiré à lui un petit groupe de gens de mérite, qui revinrent avec lui au Yémen. On trouvait parmi eux Sharaf al-Dīn Ibn al-Ḥaddād al-Ḥāsib et al-Musabbiḥī al-Kātib. Le sultan les honora et les combla de bienfaits. Cet Abū l-Muẓaffar portait comme surnom honorifique (laqab*) Tāj al-Dīn, et était connu sous le nom d’Ibn al-Mawṣilī. Il faisait partie des gens les plus nobles, si bien qu’il n’y eut personne après lui, et ce jusqu’à nos jours, qui lui ressemble par son savoir et sa culture, par la noblesse de son caractère. Il avait connu Ibn al-Ḥājib le savant grammairien34 en Égypte et avait appris auprès de lui son Introduction ; nombre de nos compagnons juristes l’ont apprise à leur tour [auprès d’Ibn al-Mawṣilī]. Mais il ne cherchait jamais à gagner de l’argent ni à le thésauriser. Quelqu’un de confiance m’a raconté qu’il utilisait sa robe comme coussin. Lorsqu’il était affaibli, il s’achetait un matelas puis le revendait lorsqu’il allait mieux. Il était le premier d’entre les poètes [de son temps]. Le jour de la Fête, [les poètes] ne quittaient le banquet du sultan que pour se rendre dans sa demeure. Lorsqu’ils arrivaient, était servi un bon banquet pour lequel [Ibn al-Mawṣilī] dépensait sans compter. [Les poètes] et d’autres encore demeuraient chez lui et mangeaient. On y trouvait les poètes, la plupart des secrétaires et des juristes appartenant aux gens du pays et à leurs notabilités. Sa demeure était un refuge pour les notabilités du pays qui avaient des services [à demander]. Ils pouvaient rester dans sa demeure sans manquer de rien et en étant comblés. […] La plupart des notabilités et des juristes en particulier qui devaient se rendre à la cour (bāb) d’al-Muẓaffar [pour une affaire] venaient d’abord en sa demeure et c’est lui qui intervenait pour régler leur affaire. Il prononçait de belles paroles, parfaitement vocalisées, et possédait une calligraphie régulière. Al-Muẓaffar le traitait avec beaucoup de considération et d’honneur et disait : « S’il n’était pas devenu dur d’oreille, il aurait fait un bon vizir. » […] Il mourut sous le règne d’a-Mu’ayyad au début de l’année 699/1299-1300 à Aden, après qu’il y fut descendu en compagnie d’al-Mu’ayyad, et il n’y eut pas son pareil à la cour depuis ce temps là. Il avait un fils, Ḥasan, qui était à cette époque un très jeune homme. Le sultan et le vizir le prirent sous leur aile. Il était doué d’éloquence et était un savant au parcours complet, mais il s’est abîmé dans la consommation d’alcool, ce qui a commencé à le mettre dans un état peu compatible avec ses fonctions. Al-Mu’ayyad entra en colère contre lui à plusieurs reprises, il l’éloigna et l’emprisonna car il découvrit qu’il avait contrefait de très nombreuses fois son écriture et avait détourné beaucoup de choses du Trésor et [corrompu] des agents des finances. Le sultan ordonna aux agents du Trésor et autres fonctionnaires de ne rien engager sans qu’il en ait été au préalable avisé, et cela continue jusqu’à notre époque. Al-Mu’ayyad le fit battre et emprisonner à al-Ta‘kar35, puis il le fit libérer et l’exila. Lorsqu’al-Mujāhid reprit le pouvoir pour la seconde fois, il l’employa. Il affirmait [connaître] le comput astronomique ; il est jusqu’à nos jours titulaire de la charge d’astronome à la cour d’al-Malik al-Mujāhid et il dispose de son entière faveur […].

53Il avait un frère aîné appelé Muḥammad, qui était aussi doué que lui pour l’art de la chancellerie et peut-être encore supérieur pour la noblesse de l’âme et les vertus élevées. Il fut secrétaire du rouleau (kātib al-darj) auprès d’al-Wāthiq b. al-Muẓaffar. Il monta avec lui à Ṣan‘ā’ et mourut là en 680/1281-1282 et quelques. Il avait aussi d’autres frères, tous hommes de bien, aux âmes nobles et aux fières vertus, que l’on ne peut qu’admirer. Toutefois, ils souffrent de la pauvreté comme cela arrive en notre époque qui fait périr les hommes généreux et vivre les vauriens et les fourbes. Parmi eux, j’ai fréquenté ‘Īsā et Ibrāhīm, et les ai connus tous deux alors qu’ils avaient un âge assez avancé.

  • 36 Ville de Manbij, au nord-est d’Alep.
  • 37 « Ijāzat al-sama‘ », certificat délivré par un maître attestant que son bénéficiaire a suivi un ens (...)

54Quant à al-Manbijī, qui porta le surnom honorifique (laqab) de Nāṣiḥ al-Dīn, son [art de] l’écriture était sans doute supérieur à celui des autres. Il a composé de la poésie raffinée et un petit recueil dans lequel il évoque surtout Manbij36, sa patrie, et ses coutumes. Il avait des certificats d’audition37 qu’il transmit à de nombreux enseignants de Ta‘izz comme notre maître Ibn al-Ṣafī et d’autres. Je ne l’ai pas connu car je ne suis venu à Ta‘izz pour y identifier les gens et apprendre auprès de ses savants qu’un temps après sa disparition.

55Ces deux-là [Ibn al-Mawṣilī et al-Manbijī] sont les deux [secrétaires] les plus accomplis qui soient venus sous le règne d’al-Muẓaffar et qui s’y soient installés, je veux dire au Yémen, d’après ce que j’ai pu savoir et connaître.

  • 38 Fakhr al-Dīn al-Rāzī (m. 1209), célèbre théologien sunnite.
  • 39 Traité de grammaire d’al-Zamakhsharī.

56Sous le règne d’al-Muẓaffar un groupe arriva, au sein duquel se trouvait Sharaf al-Dīn al-Irbilī, qui fit de nombreuses fois le grand pèlerinage et fit venir de nombreux livres pour la bibliothèque d’al-Muẓaffar. Il était doué, et avait connu al-Rāzī38 ou certains de ses compagnons. [Il mourut] sous le règne d’al-Mu’ayyad. [Dans le groupe, il y avait aussi] Aḥmad al-Sā‘ūr, du nom d’un village situé aux portes de Damas. Il fut reconnu dans le domaine de la grammaire, puisqu’il avait produit un commentaire du Tashīl39. Il s’afficha comme médecin auprès d’al-Mu’ayyad, qui lui affecta une pension pour l’exercice de son savoir jusqu’à sa mort à Ta‘izz sous le règne d’al-Mu’ayyad. Parmi eux se trouvait aussi Abū ‘Alī al-Marrākushī, astrologue talentueux, mort peu après 700/1300-1301, qui confia son fils à Ta‘izz à l’un de ceux qui avaient étudié avec lui, Mas‘ūd al-Manṣūrī […].

  • 40 Chérif zaydite, membre du clan des Banū Ḥamza qui contrôlait une partie du territoire du Haut Yémen

57Parmi les secrétaires les plus illustres se trouvait aussi le shaykh Abū l-Khaṭṭāb ‘Umar b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. Yaḥyā b. al-Ḥasan al-Kinānī, portant le surnom honorifique de Bahā’al-Dīn. Il faisait partie des hommes généreux et de ceux sur qui l’on peut compter. Al-Muẓaffar voulut l’envoyer à al-Shiḥr comme responsable du dīwān* lorsqu’il eut entendu parler de la confiance que l’on pouvait avoir en lui et de son autorité. […] Parmi les personnages les plus illustres du règne, il faut aussi mentionner le shaykh Abū Bakr b. Muḥammad b. ‘Abd Allāh b. ‘Amr b. ‘Alī b. Yaḥyā al-Ḥayd b. ‘Alī al-Yamanī al-Kūfī. […] Il avait accompagné une ambassade échangée entre ‘Abd Allāh b. Ḥamza40 et al-Malik al-Muẓaffar. Celui-ci avait été impressionné par ce jeune homme de belle figure, connaissant de nombreux vers de poésie ainsi que de nombreux récits. Lorsque Shams al-Dīn mourut, al-Muẓaffar chercha à l’attirer auprès de lui. Il en fit l’un de ses convives et de ses commensaux (nadīm). Il avait de nombreux talents.

58Bibliographie : É. Vallet, « L’historiographie rasūlide (Yémen, xiiie-xve siècle) », Studia Islamica, 102-103, 2006, p. 35-70 ; É. Vallet, « Mūsā b. al-Ḥasan al-Mawṣilī et la correspondance des sultans rasūlides du Yémen. Genèse d’un ordre épistolaire », dans D. Aigle et S. Pequignot (dir.), La correspondance entre souverains. Rédaction, transmission, modalités d’archivage et ambassades. Approches croisées entre l’Orient musulman, l’Occident latin et Byzance (xiiie-début xvie s.), Turnhout, Brepols, 2013, p. 127-145 ; D. M. Varisco, Medieval Agriculture and Islamic Science. The Almanac of a Yemeni Sultan, Seattle, 1994 ; D. M. Varisco, « Texts and Pretexts : the Unity of the Rasulid State under al-Malik al-Muzaffar », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 67, 1994, p. 13-23.

11. Ascension et chute d’un serviteur de l’État, des Ayyoubides aux Mamlouks

59La mort du sultan ayyoubide d’Égypte, al-Ṣāliḥ Ayyūb, en 1249, ouvrit une période d’incertitudes qui ne devait prendre fin qu’avec l’avènement du sultan Baybars en 1260, fondant véritablement le nouveau régime des Mamlouks bahrites. Dans cette période d’instabilité, le secrétaire Sharaf al-Dīn al-Fā’izī, qui avait commencé sa carrière sous les derniers Ayyoubides, réussit à se rendre indispensable dans l’administration du pays et la perception des impôts. Sa destinée témoigne bien de l’importance du patronage émiral dans les carrières des fonctionnaires civils avant même la période mamlouke, et de leur participation aux logiques de factions. Elle montre également la limite parfois floue qui existait entre fonctions administratives et militaires.

60Source : al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘iẓ wa l-i‘tibār bi dhikr al-khiṭaṭ wa l-athār, éd. A. F. Sayyid, Londres, al-Furqān, 2002-2004, 6 vol., t. 3, p. 297-298 ; trad. G. Wiet et A. Raymond, Les marchés du Caire, Le Caire, Ifao, 1979, p. 125-127 (faite d’après l’édition de Būlāq, t. II, p. 89) ; revue par É. Vallet.

  • 41 Al-‘Ādil (1200-1218), frère de Saladin et père d’al-Malik al-Kāmil (1218-1238).
  • 42 Sultan d’Égypte de 1238 à 1249.

61Le vizir al-As‘ad Sharaf al-Dīn Abū l-Qāsim Hibat Allāh b. Ṣā‘id b. Wuhayb al-Fā’izī était un chrétien originaire de Haute-Égypte, qui était employé chez un blanchisseur de la région d’Asyūṭ, au salaire journalier d’un dirham un tiers. Il partit pour Le Caire et se convertit à l’islam sous le règne d’al-Malik al-Kāmil Muḥammad, fils d’al-‘Ādil Abū Bakr b. Ayyūb41. Il passa au service d’al-Malik al-Fā’iz Ibrāhīm, fils d’al-Malik al-‘Ādil, d’où son surnom [d’al-Fā’izī]. Il fut surintendant des bureaux financiers (nāẓir* al-dīwān) pendant un court laps de temps sous le règne d’al-Malik al-Ṣāliḥ Najm al-Dīn Ayyūb42, et fut nommé gouverneur (wālī) d’une province de l’Égypte. Comme on avait rapporté à son propos des faits qui nécessitaient une enquête, Muwaffaq al-Dīn al-Āmidī fut désigné à des fins d’investigation. Sharaf al-Dīn fut révoqué et fut incarcéré quelque temps. Après sa libération, il se rendit à Damas où il se mit au service de l’émir Jamāl al-Dīn [Mūsā Ibn] Yaghmūr, vice-sultan de Damas.

  • 43 L’assassinat eut lieu le 1er mai 1250.
  • 44 Le 11 juillet 1250.

62Lorsqu’al-Malik al-Mu‘aẓẓam Tūrānshāh, fils d’al-Ṣāliḥ Najm al-Dīn Ayyūb, arriva de Ḥiṣn Kayfā à Damas, pour s’assurer du trône d’Égypte après la mort de son père, al-Fā’izī accompagna ce prince en Égypte en shawwāl de l’année 647/janvier 1250. Au moment où Shajarr al-Durr assuma le pouvoir, après l’assassinat d’al-Mu‘aẓẓam43, al-Fā’izī s’attacha à la personne de l’émir ‘Izz al-Dīn Aybak al-Turkmānī, alors commandant en chef des troupes, jusqu’à ce que ce dernier monte sur le trône avec le titre (laqab*) d’al-Malik al-Mu‘izz44. Ce sultan lui confia le vizirat en l’année 648/1250.

  • 45 Le 10 avril 1257.
  • 46 Autre nom de la cité des morts au Caire.

63Al-Fā’izī inaugura une série d’actes arbitraires : il établit des taxes frappant les négociants et les riches, inventa un système d’évaluations cadastrales sur les propriétés pour en tirer des taxes exorbitantes, perçut des droits illégaux (mukūs*) sur les bêtes de somme, chevaux, chameaux et ânes et autres, sur les esclaves, tant les hommes que les femmes, sur les transactions commerciales ; il afferma pour des sommes considérables le commerce des marchandises prohibées par la loi religieuse, telles que le vin, la bière, le hachich, et agit de même avec les maisons de prostitution. Ces nouveaux impôts furent appelés « droits sultaniens et procédures administratives ». Il acquit ainsi dans l’État une autorité sans cesse croissante, si bien qu’il osa se rendre en Haute-Égypte à la tête de troupes pour combattre des émirs. Dans sa correspondance avec lui, al-Malik al-Mu‘izz Aybak le qualifiait de « mamlouk ». Sa fortune, en numéraire et en immeubles, devint énorme, à un point qu’aucun des gens de plume, sous les gouvernements de cette époque, ne s’enrichit autant. Il avait acheté de très nombreux mamlouks, et certains d’entre eux avaient été payés mille dinars d’Égypte. Lorsqu’il sortait en ville, il se faisait escorter par soixante-dix de ses mamlouks, en plus des fonctionnaires de son service et de ses domestiques. Il se rendait dans les provinces et y procédait lui-même à la collecte des impôts. Il se faisait alors suppléer au vizirat par Zayn al-Dīn Ya‘qūb Ibn al-Zubayr. C’était un homme de talent ; il comprenait la langue turque, et grâce à cela, il saisissait ce qui se déroulait dans les réunions (majlis*) d’émirs et était au courant de leurs discussions. Son prestige ne cessa de progresser et sa situation continua de s’affermir jusqu’à l’assassinat d’al-Malik al-Mu‘izz et l’avènement de son fils, al-Malik al-Manṣūr Nūr al-Dīn ‘Alī45. Ce dernier était un enfant, et al-Fā’izī conserva son poste et sa puissance. L’émir Sābiq al-Dīn Būznā al-Ṣayrafī et l’émir jāndār* Nāṣir al-Dīn Muḥammad Ibn al-Aṭrūsh al-Kurdī témoignèrent qu’ils l’avaient entendu dire : « L’empire (mamlaka) ne saurait être bien gouverné par des enfants et j’estime que nous devons prendre pour roi d’Égypte al-Malik al-Nāṣir, le prince de Syrie. » Ils déclarèrent qu’[al-Fā’izī] avait l’intention d’appeler al-Malik al-Nāṣir en Égypte et de l’aider à prendre en main le gouvernement. Affolée, la mère du sultan s’assura de la personne du vizir et le fit incarcérer près d’elle à la citadelle, chargeant de son châtiment al-Ṣārim « Œil-Rouge » al-‘Imādī al-Ṣāliḥī. Celui-ci fit subir à al-Fā’izī un affreux supplice, en même temps qu’on confisquait toute sa fortune, numéraire, effets et esclaves. Puis on lui fit signer une reconnaissance de dettes de cent mille dinars. Finalement, il fut étranglé au début de jumādā I de l’année 655/mai 1257. Son cadavre fut enveloppé dans un linceul de brocart et enterré à al-Qarāfa46.

64Bibliographie : EI², « al-Malik al-Sāliḥ Nadjm al-Dīn Ayyūb » (D. S. Richards) et « Dīwān - Égypte ayyūbide » (H. Gottschalk) ; M. Eychenne, Liens personnels, clientélisme et réseaux de pouvoir dans le sultanat mamelouk (milieu xiiie -fin xive siècle), Damas, Ifpo, 2013 ; H. Rabie, The Financial System of Egypt A. H. 564-741/1169-1341, Oxford University Press, Oxford, 1972 ; L. S. Northrup, « The Mamlūk Bahrī Sultanate, 1250-1390 », dans C. F. Petry (éd.), The Cambridge History of Egypt, vol. 1, Islamic Egypt, 640-1517, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 242-289.

Notes

1 À ne pas confondre avec Jawhar al-Ṣiqillī (m. 992), conquérant de l’Égypte pour le compte des Fatimides.

2 Rang de la hiérarchie spirituelle des ismaïliens, appliqué ici à l’héritier apparent désigné par l’imam.

3 Ce nom désigne celui qui à la fin des temps fera régner la tyrannie et le mal jusqu’à la conversion de tous à l’islam.

4 Le rebelle kharijite Abū Yazīd (m. 947).

5 L’ism est la partie la plus intime du nom, il n’était utilisé ni pour désigner les individus dans la sphère publique ni pour s’adresser à une personne de position sociale supérieure ; seuls les esclaves ne portaient qu’un ism.

6 Le terme de sultan désigne ici le calife. Les califes fatimides ont été parfois appelés « sulṭān al-Islām » et leurs vizirs ont porté le titre de sultan au sens de « détenteur de l’autorité », sans que cela, toutefois, ne revête la même importance que dans le monde abbasside.

7 Lettré et fonctionnaire irakien, mort vers 1093 et auteur, entre autres, d’un Livre des vizirs (Kitāb al-wuzarā’) visiblement utilisé par Ibn al-Jawzī.

8 Titre persan, porté par les souverains achéménides et sassanides, puis, à partir du règne de ‘Aḍud al-Dawla, par les émirs bouyides.

9 Calife abbasside célèbre pour la faiblesse de son pouvoir, qui régna de 974 à 991.

10 Si l’islam sunnite compte cinq prières quotidiennes, l’islam chiite en reconnaît trois. Battre tambour était, en théorie, un privilège califal.

11 Le Sawād, à savoir la région agricole fertile constituant le cœur de l’Irak, autour de Bagdad.

12 De fortes crues du Tigre avaient en effet causé des brèches dans les canaux irriguant la région.

13 Tribu arabe de la Jazīra (Haute-Mésopotamie).

14 Haut fonctionnaire puis vizir des Abbassides dans les années 928-936, il mourut à Bagdad en 940.

15 Cette expression exprime la ruine de l’édifice, réduit à l’état de monticule de briques.

16 Émir turc au service des Abbassides, qui obtint en 936 le titre de « grand émir » (amīr al-umarā’) porté, par la suite, par les souverains bouyides. Il mourut en 941.

17 Soit différentes régions d’Iran central, d’Irak, de Haute-Mésopotamie (Jazīra) et de la péninsule Arabique.

18 Vizir d’al-Mu‘tamid, prince de la Taïfa de Séville.

19 Transmetteur de hadiths bagdadien, mort en 1181.

20 Lettré et historien damascène de renom, auteur d’une monumentale Histoire de Damas, mort en 1175.

21 Shuhda la calligraphe, célèbre transmetteuse de hadiths bagdadienne, morte en 1178. Elle étudia hadith et Coran sous la direction de son père et des plus importants oulémas de son époque, et transmit à son tour à de nombreux disciples. Elle avait épousé l’un des favoris du calife al-Muqtafī, arrière-grand-père d’al-Nāṣir.

22 Calife fatimide du Caire de 1036 à 1094.

23 Al-Nāṣir li-Dīn Allāh, émir (912-929) puis calife (929-961) omeyyade de Cordoue.

24 Calife abbasside de Bagdad de 1170 à1180.

25 Abū Manṣūr al-Amīn, l’un des fils d’al-Mustaḍī’.

26 Familier du calife al-Mustaḍī’, il s’opposa fermement à l’intronisation d’al-Nāṣir. En représailles, une fois nommé calife, ce dernier le fit emprisonner ainsi que ses partisans et leurs palais furent pillés.

27 Esclave affranchie du calife al-Mustaḍī’, qui fit bâtir pour elle un somptueux palais sur le Tigre. Connue pour sa libéralité et ses aumônes, elle fit construire à Bagdad un pont, un grand oratoire et une madrasa hanbalite. La mère d’al-Nāṣir prit soin de Banafshā et la fit ensevelir dans son propre mausolée lorsqu’elle mourut en 1201.

28 Chambellan et majordome disgracié et exécuté en 1187.

29 Historien bagdadien, mort en 1245, auteur d’une histoire de sa ville sous forme de dictionnaire biographique.

30 Cadi et lettré syrien, historien de la dynastie ayyoubide, qui mourut en 1298.

31 Ribāṭ li l-fuqarā’, littéralement « ribāṭ* destiné aux pauvres », al-fuqarā’ désignant fréquemment les soufis.

32 Oncle du Prophète Muḥammad, et ancêtre éponyme de la dynastie abbasside.

33 Ville du Diyār Bakr, en Haute-Mésopotamie, située à 40 km au nord du Tigre.

34 Auteur d’une célèbre grammaire, mort en 1249 à Alexandrie.

35 Grande forteresse située à proximité de la ville de Dhū Jibla, dans le centre du Yémen.

36 Ville de Manbij, au nord-est d’Alep.

37 « Ijāzat al-sama‘ », certificat délivré par un maître attestant que son bénéficiaire a suivi un enseignement oral sur un texte donné, qu’il est capable de le lire correctement et qu’il est autorisé à le transmettre à son tour.

38 Fakhr al-Dīn al-Rāzī (m. 1209), célèbre théologien sunnite.

39 Traité de grammaire d’al-Zamakhsharī.

40 Chérif zaydite, membre du clan des Banū Ḥamza qui contrôlait une partie du territoire du Haut Yémen.

41 Al-‘Ādil (1200-1218), frère de Saladin et père d’al-Malik al-Kāmil (1218-1238).

42 Sultan d’Égypte de 1238 à 1249.

43 L’assassinat eut lieu le 1er mai 1250.

44 Le 11 juillet 1250.

45 Le 10 avril 1257.

46 Autre nom de la cité des morts au Caire.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search