Version classiqueVersion mobile

Gouverner en Islam (xe-xve siècle)

 | 
Anne-Marie Eddé
, 
Sylvie Denoix

Préface

Texte intégral

1« Gouverner en Islam entre le xe et le xve siècle » est l’intitulé d’une question d’histoire médiévale mise aux concours nationaux français d’enseignement de l’histoire, en 2014-2015 (Capes et agrégation). C’est à cette occasion qu’est née l’idée de rassembler des traductions en français de textes arabes médiévaux qui abordent, sous différents angles, plusieurs grandes questions liées aux pouvoirs en Islam. L’espace envisagé est celui qui a été défini dans le cadre des concours, c’est-à-dire l’espace de l’Islam arabophone, à l’exclusion de l’Anatolie, des Balkans, de l’Iran, de l’Asie Centrale, de l’Inde, de l’Extrême-Orient et de l’Afrique Noire.

2Mais, au-delà de l’objectif des concours, et sans chercher à couvrir tous les aspects du sujet, nous avons souhaité faire œuvre originale en choisissant prioritairement des textes qui n’avaient jusqu’ici jamais été traduits en français. Nous en avons ajouté quelques autres déjà traduits, lorsqu’ils nous sont apparus particulièrement significatifs, publiés dans des ouvrages ou des articles peu connus ou difficilement accessibles. L’histoire, l’archéologie, la numismatique, l’épigraphie, l’histoire de l’art, sont autant de disciplines qui ont été mises à contribution afin de diversifier, autant que possible, les approches scientifiques et méthodologiques. Le choix des sources n’est jamais neutre et celles qui sont présentées ici se veulent aussi le reflet du renouvellement historiographique de ces dernières années dans le domaine des représentations et de l’exercice du pouvoir en pays d’Islam au Moyen Âge.

  • 1 Nous remercions également Houda Ayyoub (professeur d’Arabe à l’ENS-Ulm) qui a bien voulu relire qu (...)

3Traiter un sujet d’une telle ampleur thématique, géographique et chronologique, suggérait tout naturellement une démarche collective. Les chercheurs et enseignants-chercheurs de l’équipe « Islam médiéval » de l’Unité mixte de recherche « Orient et Méditerranée » (UMR 8167) du Centre national de recherche scientifique (CNRS), se sont donc mobilisés pour proposer des textes et documents dans leur domaine de recherche respectif. Se sont joints à eux quelques enseignants-chercheurs appartenant à des équipes de Lyon et d’Aix-en-Provence (« Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux », CIHAM-UMR 5648 de Lyon et « Laboratoire d’archéologie médiévale et moderne en Méditerranée », LA3M, UMR 7298 d’Aix-Marseille)1.

4Afin de rendre ces textes facilement accessibles aux non-arabisants, les noms des dynasties et des principales localités et régions ont été francisés. Pour les noms laissés en transcription arabe, un système simplifié de translittération a été adopté : les voyelles longues sont signalées par un tiret au-dessus de la lettre (ā, ū, ī), les consonnes emphatiques et la lettre h gutturale par un point au-dessous des lettres (ḍ, ḥ, ṣ, ṭ, ẓ), les lettres hamza et ‘ayn par une apostrophe à l’endroit pour l’une, à l’envers pour l’autre (’, ‘). Les termes suivis d’un astérisque (*) sont définis dans le glossaire p. 337.

5Le terme Islam écrit avec une majuscule fait référence à la civilisation islamique, tandis que l’emploi de la minuscule désigne la religion musulmane.

Notes

1 Nous remercions également Houda Ayyoub (professeur d’Arabe à l’ENS-Ulm) qui a bien voulu relire quelques-unes des traductions présentées dans cet ouvrage.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search