Version classiqueVersion mobile

L'invention du cadi

 | 
Mathieu Tillier

Remerciements

Texte intégral

1Les recherches présentées ici ont été entreprises à l’université d’Oxford, de septembre 2008 à août 2010, dans le cadre d’une bourse Marie Curie accordée par l’Union européenne. Elles se sont poursuivies à l’Institut français du Proche-Orient, où j’ai occupé un poste de chercheur financé par le ministère des Affaires étrangères et européennes de septembre 2010 à août 2014. Une première version de ce livre a été présentée sous la forme d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, soutenu à l’université d’Aix-Marseille en décembre 2013.

2Nombre de collègues et amis ont accompagné la maturation et la mise en forme de cet ouvrage. Ma reconnaissance va en tout premier lieu à Christopher Melchert, grâce auquel j’ai pu passer deux années à Oxford dans des conditions privilégiées, et dont les généreux conseils m’ont aidé au quotidien. Sylvie Denoix a bien voulu guider mes pas dans l’éclosion de ce travail : qu’elle trouve ici l’expression de ma profonde gratitude. Par leurs remarques et leurs suggestions, les membres de mon jury d’habilitation m’ont permis de remanier et, je l’espère, d’améliorer les résultats de ces recherches : merci à Françoise Briquel-Chatonnet pour sa fine lecture des chapitres fondés sur les sources syriaques, à Christian Müller pour ses judicieux conseils à propos de la documentation papyrologique, et à David S. Powers pour son appréciation de la structure de l’ouvrage, sans oublier Frédéric Imbert et Michel Tuchscherer dont le solide jugement d’historiens fut d’un grand secours.

3Une partie de ces recherches n’aurait pu être menée sans la disponibilité des professeurs de syriaque auprès desquels il m’a été donné d’étudier cette langue : David Taylor et Alison Salveseen, à Oxford, ainsi que Robert Gabriel à Beyrouth. Merci à Éric Vallet et Annliese Nef pour leur relecture critique de cet ouvrage. Je sais gré à Naïm Vanthieghem pour ses commentaires relatifs au premier chapitre, et à Frédéric Alpi et Eve Krakowski qui ont relu les passages consacrés à la justice des chrétiens et des juifs. Ma reconnaissance va à Sebastian Brock, Hubert Kaufhold, Bernhard Palme, Richard Payne et Christian Sahner pour leurs précieux conseils bibliographiques. Il me faut remercier les divers collègues qui m’ont guidé dans le dédale des études papyrologiques, notamment Sobhi Bouderbala, Robert Hoyland, Marie Legendre et Petra Sijpesteijn pour les papyrus arabes, Ruey-Lin Chang et Arietta Papaconstantinou pour les domaines grec et copte. Merci, enfin, à Cyril Yovitchitch, pour son aide en matière de cartographie informatique, et à Alain Tillier pour sa relecture de cet ouvrage.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search