Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie IV. La culture des clercs

Aux origines d’une figure majeure de la papauté renaissante

La nomination de l’humaniste Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique, le 13 août 1414

Clémence Revest

Texte intégral

  • 1 La présente contribution est issue de recherches pour une thèse de doctorat inédite, qui a été sou (...)
  • 2 Une version a été copiée dans un registre de cancellaria (Archivio segreto Vaticano [désormais ASV (...)
  • 3 Le document a notamment été signalé dans : W. von Hofmann, Forschungen zur Geschichte der Kurialen (...)
  • 4 Une publication récente a souligné avec pertinence les liens entre développement de l’office de se (...)

1On trouve1 dans les archives du Vatican deux copies de la lettre de Jean XXIII nommant l’humaniste bergamasque Gasparino Barzizza (1360-1431) à l’office de secrétaire apostolique, l’une dans les Registra Lateranensia, l’autre dans les Registra Vaticana2. Nous présentons en appendice une première édition de ce document daté de Bologne, le 13 août 1414, quelques semaines avant le départ du pontife pour Constance. Déjà connu et signalé de longue date, il pourrait être considéré comme un détail quasi anecdotique au sein de la riche carrière publique d’un lettré qui, selon toute apparence, n’exerça jamais réellement une telle fonction pour se consacrer à l’activité principale de son existence, l’enseignement de la rhétorique3. Ce serait faire peu de cas, à tort, de la valeur symbolique et institutionnelle de l’acte proprement dit, ainsi que des processus sociaux et culturels qui en ont déterminé la production. Car, et c’est ce que nous espérons faire valoir à travers la présente contribution, la lettre de nomination de Barzizza signale et matérialise un phénomène de longue portée qui, à la confluence de l’émergence du mouvement humaniste et de la réinstallation mouvementée de la curie en Italie, fit du secrétaire apostolique une figure majeure de la papauté renaissante, à la fois dotée d’une dignité institutionnelle singulière et incarnée par de hautes statures intellectuelles4. Remarquable tant par sa nature que par son contenu et son destinataire, ce document doit être lu comme une trace saillante de l’emprise progressive des protagonistes de cette avant-garde culturelle en genèse sur certains secteurs de l’administration pontificale ; autrement dit, il éclaire en plusieurs aspects la façon dont l’humanisme se tailla une place à sa mesure dans l’administration curiale des premières décennies du xve siècle.

  • 5 Sur la vie et l’œuvre de l’humaniste voir en premier lieu : G. Magni, « Gasparino Barzizza… », art (...)
  • 6 G. Cremaschi, « Ignoto discorso politico di Gasparino Barzizza », Bergomum, no 50/4, 1956, p. 1-10 (...)
  • 7 R. Sabbadini, Storia del ciceronianismo,Turin, Loescher, 1885, p. 13.

2À première vue Gasparino Barzizza, par son parcours et par ses attaches familiales et sociales, apparaît comme une personnalité bien éloignée du service pontifical5. Il passa l’essentiel de sa vie entre sa Lombardie natale et la Vénétie, où il fut tour à tour maître d’école, professeur de grammaire et de rhétorique à l’université et précepteur privé pour les enfants de l’aristocratie urbaine. C’est ainsi qu’en 1407, après avoir trois années durant occupé la chaire de Giovanni Travesi au studium de Pavie (où il avait obtenu le grade de docteur), il passa à Venise puis à Padoue, enseignant à la fois au sein de l’université padouane tout juste mise sous tutelle de la Sérénissime et auprès de jeunes patriciens enthousiasmés par les studia humanitatis, tels Andrea Giuliani et Francesco Barbaro. Il prit le chemin de Milan en 1421, appelé par Filippo Maria Visconti, et y poursuivit ses cours universitaires (il fut également lecteur à Pavie à partir de 1428) jusqu’à son décès en 1431. Nombreux furent les humanistes de la génération suivante qui, à l’exemple du Panormita ou de Francesco Filelfo, étudièrent sous sa conduite l’art oratoire. Pédagogue pragmatique et prolifique, Barzizza est aussi l’auteur d’une œuvre variée faite de discours, de lettres (réelles ou fictives), de traités, de commentaires dont l’objet récurrent fut la composition stylistique6 ; au centre de ses préoccupations, une figure demeura toujours prédominante, celle de Cicéron, ce qui lui valut de la part de Remigio Sabbadini le qualificatif d’« apôtre du Cicéronianisme » dans cette quête de l’orator idéal qui caractérisa le premier humanisme italien7.

  • 8 La lettre d’excuses est éditée dans : G. W. Pigman, « Notes on Barzizza’s Correspondence », art. c (...)
  • 9 G. Magni, « Gasparino Barzizza… », art. cité, no 31/3, p. 166. Voir également la lettre de Barzizz (...)
  • 10 La lettre est éditée dans : L. Bertalot, « Die älteste Briefsammlung des Gasparinus Barzizza », ar (...)
  • 11 Ibid : Quia nulla beneficia occurrunt et gratiae expectativae, nisi optimam habeant datam, parum ut (...)
  • 12 Sur ces différents épisodes voir notamment : L. Frati, « La legazione del Cardinale Lodovico Fiesc (...)

3Comme il atteignait la force de l’âge et que sa réputation d’expert en rhétorique s’amplifiait, le Bergamasque fut nommé secrétaire apostolique sans avoir jamais exercé quelque office de chancellerie ni mis les pieds, semble-t-il, à la curie. La nomination eut d’ailleurs lieu in absentia de l’intéressé : le 21 août 1414, il désigna trois procureurs, depuis Padoue, chargés d’accepter le poste en son nom et, quelques semaines plus tard, il adressa une lettre d’excuses à Jean xxiii pour se justifier de n’avoir pu rejoindre la curie lors de son périple vers Constance et rendre grâce en personne du bienfait dont il avait été comblé8. Si sa correspondance atteste qu’il se rendit au concile durant l’été 1416, aucune trace de quelque activité administrative de sa part n’est conservée, et ce constat demeure inchangé même après que le lettré eut été confirmé dans sa qualité de secrétaire par Martin v le 24 novembre 1417 et qu’il eut, cette fois personnellement, prêté serment le 29 novembre suivant9. En tout état de cause, Gasparino Barzizza n’a détenu la charge qu’à titre honoraire, chose relativement fréquente parmi les officiers pontificaux. En effet, la nomination à un office pouvait être assimilée à la concession d’une grâce, avec tous les privilèges et avantages qui y étaient liés, et s’inscrire dans une logique politique – clientélaire, diplomatique notamment – étrangère au fonctionnement réel de la bureaucratie (la différenciation qualitative et quantitative des activités administratives réalisées par des individus possédant en principe le même office est à cet égard l’une des gageures les plus ardues de la prosopographie curiale). Cela ne signifie pas que pour Barzizza la charge ne valait que comme une marque de prestige, car à coup sûr les opportunités socio-économiques offertes par un tel accessit, en particulier dans le cadre du système bénéficial, en faisaient tout le prix. Le maître avait parfaitement conscience des avantages offerts par une telle position, en témoigne une lettre qu’il écrivit vers la fin de l’année 1417 ou le début de l’année 1418 au cardinal Branda Castiglione, afin d’obtenir une grâce expectative pour un canonicat prébendé sine cura à Padoue, en faveur de son fils Guiniforte10. Insistant sur le fait qu’« aucun bénéfice ne se présente et que les grâces expectatives sont peu utiles si elles ne portent pas une très bonne date », il y prie le prélat d’intervenir pour que son fils soit inscrit au nombre des familiers pontificaux et propose, si la chose paraît plus aisée, d’endosser à son propre nom la bulle, étant secrétaire et donc familier du pape, pour ensuite transférer la grâce à Guiniforte11. On doit rappeler ici que la mort de son frère en 1410 avait contraint Barzizza à prendre en charge ses huit neveux en plus de ses cinq fils, et que ses lourdes responsabilités familiales, dont il s’inquiète beaucoup dans sa correspondance, expliquent en grande partie son empressement à cumuler les honneurs dans les années suivantes (il obtient ainsi la citoyenneté padouane en 1416 et la citoyenneté vénitienne en 1417) de même que ses diverses manœuvres pour s’assurer un meilleur train de vie, telles ses infructueuses négociations avec le studium bolonais en 1411-141212. D’une façon plus générale, la quête d’un office curial – surtout l’office de secrétaire – en tant que porte d’accès privilégiée aux bénéfices, non seulement pour eux-mêmes mais aussi pour leurs proches et alliés, est un aspect loin d’être secondaire dans les stratégies de carrière des humanistes, bien que souvent sous-estimé. Il s’agit d’une dimension non négligeable du « potentiel d’attraction » de la charge secrétariale sur ces hommes de plume, et c’était bien ainsi que la comprenait Barzizza.

  • 13 Nous nous permettons de renvoyer ici à notre thèse évoquée en ouverture de la présente contributio (...)
  • 14 T. Foffano, « La costruzione di Castiglione Olona in un opusculo inedito di F. Pizolpasso », Itali (...)
  • 15 T. Foffano, « Tra Padova, Parma e Pavia : appunti su tre allievi di Gasparino Barzizza », Quaderni (...)
  • 16 Parmi l’abondante bibliographie consacrée à Zabarella, nous signalons : G. Vedova, Memorie intorno (...)
  • 17 Sur Pietro Donato, voir en premier lieu : P. Sambin, « La biblioteca di Pietro Donato (1380-1447)  (...)

4Que ce dernier soit parvenu à obtenir la nomination à un tel poste pourrait surprendre si l’on ne prenait en compte le réseau relationnel dont le maître disposait alors en curie, un réseau constitué de disciples, d’anciens collègues et de protecteurs, tous haut placés et partageant avec ce dernier une même passion intellectuelle. En effet, un maillage social complexe fait d’amitié, d’échange culturel et de solidarité clientélaire avait assuré à Barzizza ses entrées au sein de l’administration pontificale ; plus précisément, ce dernier bénéficia de l’influence grandissante du milieu humaniste dans les arcanes du pouvoir papal à partir des premières années du xve siècle – le pontificat d’Innocent VII (1404-1406) y avait notamment joué un rôle moteur –, au sein duquel les lettrés et prélats originaires de Lombardie ou de Vénétie et liés aux universités de Pavie ou de Padoue occupaient une place importante, aux côtés des Toscans généralement mieux connus13. Nous avons déjà évoqué le nom du cardinal Branda Castiglione, que Barzizza qualifie dans la lettre précédemment citée de benefactor mi singularis ac domini prestantissime, et dont les liens avec l’humanisme sont surtout connus pour la bibliothèque et l’école de grammaire qu’il fit construire dans le cadre de l’ample reconfiguration du château de Castiglione Olona à partir de 142514. Issu de la noblesse milanaise, ce dernier avait été reçu docteur dans les deux droits à l’université de Pavie en 1389, où il avait enseigné quelque temps avant d’entrer à la curie au début des années 1390 et d’y gravir rapidement les échelons de l’administration ecclésiale. D’après les lettres que lui écrivit le Bergamasque entre mars 1417 et août 1418 on sait, d’une part, que le cardinal avait fait copier à son attention le texte complet de l’Institution oratoire de Quintilien découvert à Saint-Gall (signe fort s’il en est de sa participation à la « redécouverte de l’Antiquité » prônée par les humanistes) et, d’autre part, que Barzizza était alors le précepteur de ses neveux Guarnerio, Zenone et Baldassare, qui avaient quitté depuis peu le studium de Pavie15. Le lettré comptait également un autre allié de poids parmi les cardinaux créés par Jean xxiii, Francesco Zabarella, célèbre enseignant de l’université de Padoue, à la fois canoniste réputé et fervent promoteur des studia humanitatis, avec lequel il entretenait une correspondance régulière16. Ici les réseaux se croisent et s’entremêlent : la promotion cardinalice de Zabarella, le 6 juin 1411, avait suivi de peu la nomination du Vénitien Pietro Donato, étudiant de Barzizza, à l’office de notaire apostolique, et c’est le même Pietro Donato qui prononce, le 18 octobre 1418, l’oraison funèbre en hommage à Zabarella lors des funérailles officielles dans la cathédrale de Padoue, la veille de son propre conventum pour le doctorat en Arts, dont Barzizza était le promoteur (il devint en 1428 évêque de Padoue)17.

  • 18 De même pour Antonio Loschi : G. da Schio, Sulla vita e sugli studi di Antonio Loschi vicentino, P (...)
  • 19 F. Calvi, Famiglie notabili milanesi, vol. II, Milan, Vallardi, 1881 (sur la branche de la famille (...)
  • 20 La préface (Inc. Potes a me fortasse requirere) est éditée dans : M. Pade, The Reception of Plutar (...)
  • 21 L’archevêque de Milan en fit son secrétaire après la promotion cardinalice obtenue d’Innocent vii, (...)
  • 22 La lettre (Inc. Ad sextum idus martias venit ad me) est inédite, nous avons consulté le manuscrit (...)

5En ne retenant que les relations les plus significatives, les appuis dont bénéficiait le maître auprès des secrétaires pontificaux sont aussi à prendre en considération. On pense notamment au Vicentin Antonio Loschi, l’ancien chancelier de Gian Galeazzo Visconti, qui avait étudié à ses côtés à l’université de Pavie à la fin des années 1380 et dont il admirait ouvertement les commentaires de discours cicéroniens18. Mais c’est surtout le rôle de Giobbe Resta qui ressort de l’acte proprement dit puisque l’on peut lire son nom, « Job », au sein des mentions de chancellerie, indiquant qu’il fut le secrétaire ayant rédigé et fait expédier la lettre. Issu de la noblesse ducale milanaise, il était, comme ses frères Lazarino et Giona, un élève du Bergamasque et continuait de correspondre régulièrement avec ce dernier19. Son intérêt pour les studia humanitatis, déjà probablement aiguillonné par l’enseignementde Barzizza, ne se démentit pas au cours de son séjour curial, en témoigne notamment la préface à la traduction de la Vie de Marius de Plutarque que lui adressa l’humaniste florentin Jacopo Angeli en 140920. Les frères Resta, sans avoir jamais été de fameux auteurs ni de puissants mécènes, constituaient ce public essentiel à la diffusion de l’humanisme composé d’administrateurs érudits, de lecteurs privilégiés et enthousiastes des œuvres composées par leurs collègues. Comme d’autres exilés de l’ancienne cour viscontéenne, Giobbe avait bénéficié de l’ascension de Pierre de Candie au sein des hautes sphères du pouvoir ecclésial et s’était vu conférer par ce dernier, devenu Alexandre V, la charge de secrétaire tandis que son cadet Lazarino était nommé scripteur apostolique21. L’avantageuse position acquise par ses disciples faisait les affaires de Barzizza : il souligne lui-même dans une lettre adressée aux deux frères que la bonne fortune de ces derniers et leur diligence ont fait en sorte qu’il puisse obtenir « une excellente situation » et que sa dette est à leur égard insolvable22.

6La nomination de Barzizza à l’office de secrétaire apostolique en 1414 peut ainsi être d’abord interprétée comme le fruit de la constitution et de l’étoffement d’un milieu humaniste à la curie papale de la fin du Grand Schisme, dont les membres originaires de Lombardie et Vénétie furent des composantes majeures, et plus spécifiquement, peut-on supposer, du lobbying exercé par le secrétaire Giobbe Resta et son frère Lazarino. Elle illustre plus largement le rôle de mécanismes de solidarité socio-culturelles dans l’accès aux postes, qui contribuèrent de manière certaine à consolider la place des protagonistes de l’humanisme en genèse au sein de l’administration pontificale ; une forme d’entrisme en somme, dont l’office de secrétaire apostolique fut l’une des cibles privilégiées.

  • 23 L’acte de graduation padouan : Acta graduum academicorum gymnasii patavini ab anno 1406 ad annum 1 (...)
  • 24 Éd. infra, Appendice : clarum tui testimonium perhibentes quidque quamplures, tam in generali stud (...)
  • 25 On lit dans l’acte de nomination de Pietro Donato (ASV, Reg. Lat. 147, fol. 181r-181v) : Cum itaqu (...)
  • 26 Voir sur ce point la suggestive contribution de Concetta Bianca : C. Bianca, « La curia come domic (...)

7Sous un autre angle de vue, un tel exemple éclaire également de façon suggestive certains des processus par lesquels le système institutionnel curial, à commencer par ce même office secrétarial, a progressivement été imprégné des modèles de représentation propres à l’humanisme et de son ambition à devenir une culture dominante. On peut y voir s’ébaucher, en premier lieu, les prémisses d’une « idéologie du recrutement » du personnel fondée sur la volonté d’honorer de grandes statures intellectuelles liées aux studia humanitatis et d’associer la curie au prestige de leur autorité savante. Il n’est pas anodin que la grâce accordée à Barzizza corresponde à un moment d’apogée de sa carrière d’enseignant et de sa production rhétorique, au cœur de cette décennie 1410-1420 qui le vit s’affirmer comme l’un des plus célèbres maîtres en rhétorique de la péninsule et poser les bases théoriques de l’imitation du style oratoire cicéronien. Il est alors qualifié, dans un acte de graduation padouan, de facondissimus et eloquentissimus artium decor (1418) et l’université de Bologne, nous y avons fait allusion, tente plusieurs fois de l’engager entre 1411-1413, manœuvre à laquelle s’opposa le sénat vénitien23. La lettre de nomination émise par Jean xxiii contient justement une incise, à côté de la traditionnelle mention de l’existence d’attestations justifiant la décision, qui précise que la bonne réputation du lettré émane d’individus attachés tant à l’université de Padoue qu’à d’autres facultés en Arts24. Il y a là, peut-on avancer, la trace d’une politique de prestige culturel dont l’outil principal consiste dans la nomination honorifique de personnalités en vue de la scène savante italienne ; nomination, qui plus est, à un poste généralement lié à l’exercice rhétorique, c’est-à-dire chancelier, secrétaire ou protonotaire. L’acte étudié peut en ce sens être rapproché de la lettre de nomination de Pietro Donato à l’office de protonotaire pontifical le 1er mai 1411 et de celle de Francesco da Fiano à la charge de chancelier principal de Rome le 1er septembre 1412, toutes deux émanées de Jean xxiii et soulignant en sus des habituelles formules de motivation, la première, les optimarum artium studia qui « resplendissent » dans la personne du jeune lettré, la seconde, l’eloquentie pulcritudo du curialiste et poète latin25. Une telle inflexion nous semble d’autant plus importante qu’elle fait écho à l’essor d’une idéologie, dans le discours humaniste sur le pouvoir pontifical, célébrant la curie romaine comme refuge des lettrés, patrie des studia humanitatis ou encore foyer de la Latinitas retrouvée26. L’affirmation d’un imaginaire du Saint-Siège en capitale des études latines – et plus particulièrement du renouveau de l’éloquence cicéronienne – a été, on le sait, l’un des instruments les plus caractéristiques du développement d’un humanisme curial comme « culture officielle » du pouvoir pontifical au cours du xve siècle, et plus largement de la construction du modèle politique de la papauté renaissante. On voit ici comment, dès la fin du Grand Schisme (avant même le pontificat de Martin V souvent pris comme point de repère), la fructueuse collaboration idéologique entre cette avant-garde culturelle en voie d’expansion et ce pouvoir revenu à Rome, en quête d’éclat retrouvé, avait commencé de forger des lieux symboliques servant leurs intérêts communs.

8Ce constat doit en outre être approfondi à la lumière d’un aspect particulièrement remarquable de la lettre, à savoir la promotion qui y est faite de la dignité particulière de l’office de secrétaire apostolique. En effet, le document comporte un préambule tout à fait singulier qui, en lieu et place de l’énumération des vertus de l’impétrant (dans des formules du type Grata tue familiaritatis et devotionis obsequia, etc.), consiste en une affirmation programmatique de la spécificité de l’office secrétarial :

  • 27 Éd. infra, Appendice : Inter varia Romane Curie officia, que pro meritis et sufficientia personaru (...)

Parmi les divers offices de la curie romaine, que le pontife romain a coutume de pourvoir en fonction des mérites et compétences des personnes, il est reconnu que le Secrétariat est un office prééminent et que son détenteur est singulier du fait de son statut, parce que plus nombreux sont les devoirs et les dangers qui y sont attachés, plus nous sommes intensément vigilants à ce que peu d’individus au milieu d’un grand nombre y soient admis, pour leur excellence dans la pureté de vie, la vertu et le savoir lettré27.

9La dignité exceptionnelle du secrétaire pontifical était ainsi on ne peut plus clairement affirmée, et le lien entre hautes responsabilités et excellence de l’officier proclamé avec détermination. L’expression vite mundicia, virtute atque litteratura prestantes, usuelle dans la diplomatique pontificale, est en outre immédiatement répétée dans la formule suivante sous la forme fidei puritatem, vite mundiciam, mores ac scientiam, une telle redondance accentuant l’impression de l’insertion artificielle d’une partie programmatique dans un formulaire tout prêt. Cette insertion, dans une lettre dont le rédacteur – Giobbe Resta – était un humaniste disciple de Barzizza, s’attache particulièrement à distinguer les secrétaires comme les membres d’une élite assumant des responsabilités suprêmes, peu nombreux et reconnus pour l’éminence de leurs qualités.

  • 28 Voir à ce propos les belles pages de Marc Fumaroli autour de l’émergence d’une aetas ciceroniana : (...)
  • 29 Voir par exemple la récente série d’études publiée par Marcello Simonetta, centrée en majeure part (...)
  • 30 Parmi la très abondante littérature consacrée à cette question, nous pensons notamment à : D. de R (...)
  • 31 A. Arzano, « Marziano da Tortona, letterato e miniatore del Rinascimento », Bollettino della Socie (...)

10Mis en perspective de son contexte à long terme, ce préambule renvoie à deux phénomènes, l’un culturel, l’autre diplomatico-institutionnel, le plus souvent observés de manière disjointe. Il s’agit, d’une part, de l’essor dans la littérature humaniste d’une représentation idéale de l’orator, à la fois sage, vertueux et éloquent, dont les talents sont mis au service de la res publica28. Ce modèle bien connu de l’intellectuel engagé dans l’arène politique par le biais de l’arme rhétorique constitue une trame essentielle de l’imaginaire autoréférentiel de l’humanisme, un ethos rêvé qui – c’est un point important – a été historiquement opérant parce qu’immédiatement investi dans des types d’offices publics réels et préexistants à l’humanisme : c’est ainsi en particulier que les hautes fonctions de dictator, celles de chancelier ou de secrétaire, ont été remodelées d’un point de vue idéologique à la mesure d’un tel imaginaire29. Les exemples en la matière sont légion, le cas le plus éclatant et le mieux connu étant à n’en pas douter celui des chanceliers florentins, à commencer par Coluccio Salutati30. Barzizza lui-même en énuméra quelques-uns des éléments les plus significatifs dans son oraison funèbre pour Marziano Rampini, notaire et clerc de la chambre de Grégoire XII puis chancelier de Filippo Maria Visconti, décédé entre 1423 et 142531. D’un humaniste à un autre, l’hommage ménage en effet une place toute particulière à l’évocation de la carrière professionnelle de Marziano :

  • 32 Ibid. : Taceo quos postea labores perpessus sit, per quot pericula versatus, donec ad summum pontif (...)

Je ne m’étendrai pas sur les difficultés qu’il a traversées, sur le nombre de dangers qu’il affronta avant de parvenir auprès du souverain pontife Grégoire, qui vécut récemment, et de remplir les plus hautes charges à son service, aussi longtemps qu’il demeura dans la papauté. Que dire de son arrivée auprès du très illustre prince et sérénissime duc de Milan, notre seigneur très clément ? Je rappellerai, comme nous le savons tous, l’incroyable prudence dans la prise de décision, la sagesse dans les discours prononcés au sénat, qu’il mit au service de celui-ci pour son honneur et pour sa grâce, autant que sa santé le lui permit. Les pères conscrits, admiratifs, l’appelèrent les uns le nouveau Caton, les autres le nouveau Caius Lelius. C’est pourquoi, en ce qui concerne le jugement de notre prince, je dirai qu’en vérité comme celui-ci écoutait attentivement ses dissertations très savantes, chaque fois qu’il était quelque peu soulagé des lourdes tâches du royaume, et conversait librement avec lui des affaires majeures qui agitaient son esprit, il voulait aussi qu’il connaisse tous ses secrets. Il était à la fois très savant dans tous les artes et particulièrement doué pour la poésie et pour une exceptionnelle éloquence. Ces studia humanitatis le rendaient, à bon droit, d’autant plus agréable auprès d’un si grand prince, et d’autant plus admirable32.

11Dans la pratique professionnelle idéalisée du chancelier défunt, ces éléments se concrétisent à travers trois activités : aider le prince dans la prise de décision, être le confident de ses secrets et exercer à son service un talent oratoire hors du commun. Une éminence grise en quelque sorte, un collaborateur intime du pouvoir dont la légitimité est avant tout fondée sur son auctoritas morale et intellectuelle.

12La figure du secrétaire pontifical a également donné lieu, très tôt, à une idéalisation caractéristique de ce portrait sublimé de soi. C’est un point particulièrement visible dans la lettre qu’écrit Ognibene Scola au cardinal Francesco Zabarella en septembre 1412 pour lui recommander un ami à un poste de secrétaire pontifical. Il y recense les qualités requises pour un tel office, toutes possédées par le candidat qui, ce faisant, devient le modèle du secrétaire idéal :

  • 33 G. Cogo (éd.), « Di Ognibene Scola Umanista padovano », Nuovo Archivio Veneto, no 8, 1894, p. 160  (...)

Il se trouve que Luigi Cattaneo, docteur en droit civil mais aussi très savant dans toutes les bonae artes, va être appelé à quitter une magistrature florentine. Il désire, sur mes conseils et de sa propre volonté, devenir courtisan et secrétaire de notre seigneur pape. […] En effet que manque-t-il à notre ami pour assumer une telle charge ? Tu demandes la probité ? Mon Luigi est tout à fait probe et très honnête. La foi ? Il l’emporte facilement en cela sur tous les autres. Tu demandes la science, qu’elle soit juridique ou oratoire ? Il est très savant en droit et possède à ce point un pouvoir d’éloquence que je n’ai connu personne qui le surpasse, de très rares individus en tout cas qui lui sont égaux. […] Au-delà en effet des nombreuses lettres, de genre très varié, dont il est paré de manière très belle et très abondante, j’ai toujours connu cet homme plein de ce que, comme on le dit en général, l’on apprend dans les gymnases. C’est la nature qui donne cela en effet, et jamais l’art33.

13Compétence savante universelle, perfection morale, pouvoir de la parole et engagement dans les magistratures forment un ensemble caractéristique de la construction d’un paradigme humaniste du secrétaire apostolique en orator accompli. La représentation insiste ici particulièrement sur une disposition innée à l’excellence oratoire, qui ne serait pas que le fruit d’un apprentissage technique mais la manifestation d’un génie distinguant le secrétaire comme un Élu. Le préambule de la lettre de nomination de Barzizza à cet office porte la trace de l’édification d’un tel modèle, au sens où il en présente comme une première traduction institutionnelle. On voit ici clairement comment l’imaginaire, si typique de l’humanisme, du vir bonus dicendique peritus a commencé d’être injecté, en quelque sorte, dans le langage diplomatique de la papauté et dans son propre système de représentation. Il s’agit là, plus largement, d’un phénomène déterminant pour la pénétration du mouvement des studia humanitatis au cœur des structures politiques de son temps.

  • 34 P. Richard, « Origines et développement de la secrétairerie d’état apostolique, 1417-1823 », Revue (...)

14Cette première analyse doit être complétée, nous l’annoncions, par une seconde mise en perspective, qui a trait aux évolutions du système bureaucratique curial au tournant du xve siècle. Car il est à remarquer que l’avatar, au sens premier, ainsi créé de la figure de l’orator concerne un office dont la nature et l’expansion sont significatives d’une mutation de longue portée qui participa au premier plan à la structuration administrative et diplomatique de la papauté moderne et qui connaît une accélération déterminante entre les années 1390 et 1420. Plus précisément, la période se situe au cœur d’un processus institutionnel qui va de la première attestation documentaire de secrétaires pontificaux en 1338 à la création d’un office autonome, la Secrétairerie apostolique, par une constitution d’Innocent vii promulguée en 1487, un processus qui trouve son origine dans la nécessité d’isoler un petit nombre de notaires ou de scripteurs spécialement affectés à la correspondance la plus sensible de la papauté et de disposer d’un système de production diplomatique allégé des contraintes de fonctionnement de la chancellerie34. L’apparition de lettres qualifiées de secretae sous le pontificat de Benoît XII (1334-1342), relatives à la correspondance politique et administrative, et la création plus tardive du type diplomatique « simplifié » qu’est le bref, deux innovations placées sous la haute autorité des secrétaires, accompagnent cette évolution générale.

  • 35 Bernard Guillemain qualifie ainsi les secrétaires d’« équipe privée de rédacteurs » du pape : B. G (...)
  • 36 Cum ergo, ut plurimum, importatio et informatio similium rerum cadat et spectet ad secretarios suae (...)
  • 37 « […] le fait qui paraît le plus lourd de conséquences pour l’histoire de la curie pontificale est (...)
  • 38 Ainsi, 65 % des secrétaires apostoliques répertoriés entre 1404-1417 (pontificats d’Innocent VII, (...)

15Les secretarii apostolici, dont le nombre fut officiellement fixé à six au milieu du xve siècle, étaient des officiers de la Chambre, placés directement sous les ordres du pontife, dont ils étaient ipso facto des familiers35. Un mandat ducal délivré à l’humaniste vicentin Antonio Loschi pour son ambassade auprès de la papauté à la fin de l’été 1406 précise par exemple que, dans l’affaire qui fait l’objet de la mission (obtenir le remplacement de l’évêque de Vérone, ancien fidèle des da Carrara), la transmission des informations au pontife dépend en premier lieu, « comme dans beaucoup d’affaires », des secrétaires36. Pour reprendre les termes de Pierre Gasnault, il s’agit avant tout d’« hommes de confiance », situés tout en haut de l’échelle du pouvoir et court-circuitant, en quelque sorte, l’iter hiérarchique de la chancellerie37. Cela ne signifie pas qu’ils sont coupés de cet organe administratif majeur, puisqu’une majorité d’entre eux appartient aussi au collège des scripteurs apostoliques et que, de surcroît, ils se voient progressivement réserver la rédaction d’une partie des lettres de cancellaria38. On perçoit là tout l’avantage de cette position singulière, à la fois amphibie et autonome.

  • 39 E. von Ottenthal (éd.), Regulae Cancellariae Apostolicae. Die päpstlichen Kanzleiregeln von Johann (...)
  • 40 Ibid.,p. 61-62, 65-66, 77 (Boniface IX), 82-83 (Innocent VII), 163-164 (Alexandre V), 177 (Jean xxi (...)
  • 41 Sur la question controversée du début de l’enregistrement des brefs : T. Frenz, « Die verlorenen B (...)
  • 42 Juramentum secretariorum : M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500,Innsbruck, Wagn (...)
  • 43 E. von Ottenthal (éd.), Regulae Cancellariae Apostolicae…, op. cit., p. 227-228 : et sic precipimu (...)

16L’obédience romaine du Grand Schisme peut être considérée comme un jalon important de ce processus de grande ampleur. Un faisceau d’indices tend en effet à montrer qu’elle correspond à une période de renforcement et d’officialisation du poids des secrétaires dans l’administration pontificale, en particulier lors de la deuxième phase de la crise. C’est au cours de ces années, nous l’avons signalé, qu’apparaissent les brefs (le premier acte conservé de ce type remonte à 1390), et que les secrétaires sont pour la première fois mentionnés au sein des Regulae cancellariae, l’attestation la plus ancienne remontant à une règle d’Urbain vi datée de 137939. Plusieurs règles sont notamment édictées entre 1395 et 1410 qui citent ces officiers parmi les bénéficiaires d’exceptions favorables dans le système bénéficial, au même titre que d’autres curialistes de très haut rang comme les cardinaux, les référendaires, les protonotaires et les commensaux pontificaux (des exceptions qui concernent pour l’essentiel la possibilité de cumuler les possessions de bénéfices au-delà du nombre normalement autorisé et des empêchements pour incompatibilité)40. Plusieurs innovations marquant le tout début du pontificat de Martin V semblent, surtout, s’inscrire dans la continuité d’une telle évolution. Ainsi les brefs enregistrés les plus anciens remontent-ils aux lendemains de son élection41, tandis que le premier exemple conservé de serment d’un secrétaire date du 5 avril 1418, pour un individu déjà nommé à cet office par Jean XXIII en août 141442. Une règle de chancellerie, enfin, établit en 1425 que les revenus relatifs à cinq catégories de minutes en chancellerie leur sont réservés (dont les nominations de tabellions)43.

  • 44 Nous nous permettons de renvoyer ici au cinquième chapitre de notre thèse de doctorat citée précéd (...)
  • 45 Les Registra Lateranensia conservés pour le pontificat de Jean XXIII (Reg. Lat. 139 à 185) sont ca (...)

17Plus encore, un certain nombre de constats issus d’une recherche approfondie que nous avons eu l’occasion de mener sur les secrétaires pontificaux des curies urbanistes et pisanes de la fin du Grand Schisme se révèlent d’un intérêt tout particulier au regard de la nomination de Barzizza à cet office44. Sans revenir dans le détail sur les données et les méthodes de l’enquête, nous en rapporterons sommairement quelques conclusions. Il apparaît que les humanistes furent les principaux bénéficiaires d’un important renouvellement du personnel des secrétaires à partir du pontificat d’Innocent VII et, surtout, d’une augmentation marquée du nombre de ces officiers sous celui de Jean XXIII (près des deux tiers des secrétaires pontificaux recensés entre 1404 et 1417 pour les curies urbanistes et pisanes, soit vingt-neuf individus, apparaissent sous son règne). À la mainmise relative de ces lettrés sur le recrutement au secrétariat (pour donner un ordre d’idées, environ 20 % des titulaires de la charge sont par ailleurs considérés comme des protagonistes d’un milieu pourtant encore embryonnaire) s’ajoute le fait que le pontificat de Baldassare Cossa paraît également caractérisé par un recours croissant à cet office non seulement comme instrument clientélaire mais aussi comme outil de gouvernement, en particulier en tant que moyen d’un contrôle accru de la production de chancellerie et des revenus qui en étaient issus, un phénomène attesté à la fois par l’inflation des mentions de secrétaires dans les registres de cancellaria au cours de ces années et par les récits accusateurs de plusieurs de ses anciens officiers lors du concile de Constance45.

18Ces éléments, rapportés de manière quelque peu abrupte, inscrivent la nomination de Gasparino Barzizza par Jean XXIII au cœur d’un moment de concrétion des rapports entre humanisme naissant et papauté en crise autour de la définition du rôle et des attributs de cette fonction secrétariale en cours d’élaboration, qui permit aux partisans des studia humanitatis de se constituer un « pré carré professionnel » dans les arcanes du pouvoir ecclésial tandis que la structure même de la bureaucratie papale tendait à se remodéliser dans son ensemble autour de l’autorité des secrétaires. À la construction du paradigme éthique correspond ainsi une mutation institutionnelle décisive, et c’est bien dans la conjonction entre ces deux mouvements historiques que s’ébauche la construction d’une figure majeure de la papauté renaissante. En d’autres termes, les humanistes ont su prendre un train en marche pour se constituer une assise à leur image au plus haut niveau de l’administration curiale.

19Comme nous avons essayé de le montrer, les facteurs sont ici multiples et concordants, et ils relèvent tout autant des intérêts individuels que d’une aventure collective. La décision et le document qui en est issu doivent être compris à la lumière de motivations socio-économiques, de logiques de réseau ainsi que de processus de façonnement idéologique et de transformation administrative qui ont concouru de conserve à faire émerger, à la fin du Grand Schisme, le modèle du secrétaire apostolique humaniste : c’est par cet effet de « précipité », en quelque sorte, que les termes d’une entente à long terme entre humanisme et pouvoir pontifical, sous la forme d’un « humanisme curial », ont pu être fixés.

Appendice : Lettre de nomination de Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique (Jean xxiii, 13 août 1414)

20Archivio Segreto Vaticano, Reg. Lat. 175, fol. 179r-180r (= A1)

21Archivio Segreto Vaticano, Reg. Vat. 346, fol. 179r (= A2)

22[ ] = mention hors teneur

23[ Job A1-A2 ]

24[ H. A1 ]

25Johannes etc. Dilecto filio magistro Gasparino de Barziziis civi Pergamensi, Secretario et familiari nostro, salutem etc. Inter varia Romane Curie officia, que pro meritis et sufficientia personarum Romanus pontifex conferre consuevit, Secretariatus officium precipuum et singulare status sui membrum esse dinoscitur propterea quo plura ipsi onera simul ac pericula incumbunt, eo propensiori studio vigilamus ut pauci exmultis vite mundicia, virtute atque literatura prestantes ad ipsum officium admittantur. Nos itaque, devocionem tuam erga nos et Romanam ecclesiam paterno officio recensentes nec pretereuntes fidei puritatem, vite mundiciam mores ac scientiam clarum tui testimonium perhibentes quidque quamplures, tam in generali studio Padue ubi aliquandiu resedisti prout resides de presenti, quam in locis aliis artium studio insistentes te docente profectum comendabilem susceperunt, et propterea personam tuam precipuo complectentes affectum, te in Secretarium et familiarem nostrum presentium tenore recipimus et aliorum Secretariorum ac familiarium nostrorum consortio favorabiliter aggregamus, tibique concedimus quod omnibus indulgentiis, privilegiis, immunitatibus, gagiis, emolumentis, honoribus et oneribus aliis Secretariis et familiaribus nostris ab apostolica sede concessis et inposterum concedendis plenarie uti valeas et gaudere, intendentes quod per hoc apostolici favoris presidia continue plenius sortiaris. Tu igitur ex collato tibi apud nos et eandem sedem honore sic de virtute progredi studeas in virtutem quod ad faciendas tibi uberiores gratias ampliandosque honores tuos, merito nos pronos atque benivolos magis reddas. Nulli ergo etc. nostre receptionis, aggregationis et concessionis infringere etc. Si quis etc. Datum Bononie idus augusti anno quinto. [ Franciscus XX de Agello A1]

26[ Jo. de Crivellis A2 ]

Notes

1 La présente contribution est issue de recherches pour une thèse de doctorat inédite, qui a été soutenue le 16 juin 2012 à l’université de Paris-Sorbonne, dirigée par les professeurs Élisabeth Crouzet-Pavan (université de Paris-Sorbonne) et Jean-Claude Maire Vigueur (università di Roma Tre) et intitulée Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417).

2 Une version a été copiée dans un registre de cancellaria (Archivio segreto Vaticano [désormais ASV], Reg. Lat. 175, fol. 179r-180r), l’autre dans un registre de curia (ASV, Reg. Vat. 346, fol. 179r). Les deux copies sont identiques sauf pour ce qui concerne les mentions hors teneur : toutes deux présentent la mention relative au secrétaire Giobbe Resta (« Job »), mais la première indique en outre la mention du régistrateur Franciscus de Agello avec le montant de la taxe ainsi que l’initiale (« H. ») d’un notaire, tandis que la seconde comporte la mention du scripteur Giovanni Crivelli. Nous indiquons toutes les mentions dans l’édition. Les différences constatées traduisent deux parcours administratifs dissemblables, sous l’égide toutefois d’un même secrétaire.

3 Le document a notamment été signalé dans : W. von Hofmann, Forschungen zur Geschichte der Kurialen Behörden vom Schisma bis zur Reformation, vol. II, Rome, Von Loescher, 1914, p. 109 (le préambule est édité dans une note du premier volume : ibid., vol. I, p. 144, n. 3) ; G. Magni, « Gasparino Barzizza, una figura del primo umanesimo », Bergomum, no 31/3, 1937, p. 159.

4 Une publication récente a souligné avec pertinence les liens entre développement de l’office de secrétaire et arrivée des humanistes à la curie au début du xve siècle (en se concentrant toutefois surtout sur les années 1420) : B. Studt, « Tamquam organum nostre mentis. Das Sekretariat als publizistiches Zentrum der päpstlichen Aussenwirkung », dans B. Flug, M. Matheus et A. Rheberg (éd.), Kurie und Region. Festschrift für Brigide Schwarz zum 65. geburstag, Stuttgart, F. Steiner, 2005, p. 73-92 (pour la période du Grand Schisme, p. 74). Se reporter également à : J. F. dAmico, Renaissance Humanism in Papal Rome : Humanists and Churchmen on the Eve of Reformation, Baltimore/Londres, John Hopkins University Press, 1983, p. 29-35 ; P. Partner, The Pope’s men. The Papal Civil Service in the Renaissance, Oxford, Clarendon Press, 1990, p. 15, 86-91 ; G. Gualdo, « Umanesimo e segretari apostolici all’inizio del Quattrocento. Alcuni casi esemplari », dans Id., Diplomatica pontificia e Umanesimo curiale, Rome, Herder (Italia Sacra, 79), 2005, p. 391-404.

5 Sur la vie et l’œuvre de l’humaniste voir en premier lieu : G. Magni, « Gasparino Barzizza… », art. cité, no 31/2, 1937, p. 104-118 ; no 31/3, 1937, p. 143-170 ; no 31/4, 1937, p. 205-222. Voir aussi : G. Martelloti, « Barzizza, Gasparino », dans Dizionario Biografico degli Italiani, t. VII, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1965,p. 35-39 ; R. G. Mercer, The Teaching of Gasparino Barzizza, Londres, The Modern Humanities Research Association, 1979 ; R. G. Witt, “In the Footsteps of the Ancients”. The Origins of Humanism from Lovato to Bruni,Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2000, p. 462-466.

6 G. Cremaschi, « Ignoto discorso politico di Gasparino Barzizza », Bergomum, no 50/4, 1956, p. 1-10 ; P. Sonkowsky, « A Fifteenth-Century Rhetorical Opusculum », dans C. Henderson (éd.), Classical, Medieval and Renaissance Studies in Honour of B. L. Ullman, vol. II, Rome, Ed. di Storia e Letteratura, 1964,p. 259-281 ; L. A. Panizza, « Gasparino Barzizza’s commentaries on Seneca’s letters », Traditio, no 33, 1977, p. 297-358 ; G. W. Pigman, « Barzizza’s Studies of Cicero », Rinascimento, s. 2, no 21, 1981, p. 123-163 ; Id., « Barzizza’s Treatise on Imitation », Bibliothèqued’Humanisme et Renaissance, no 44, 1982, p. 341–52 ; L. Gualdo Rosa, « Padova, 1420 : un commento universitario di Gasparino Barzizza a quindici orazioni di Cicerone », dans G. Tournoy et D. Sacré (éd.), Ut granum sinapis : essays on Neo-Latin literature in honour of Jozef Ijsewijn, Louvain, Leuven University Press (Supplementa Humanistica Lovaniensia, 12), 1997, p. 1-12 ; L. GualdoRosa (éd.), Gasparino Barzizza e la rinascita degli studi classici : fra continuità e rinnovamento. Atti del Seminario di studi Napoli – Palazzo Sforza, 11 aprile 1997, Naples, Istituto universitario orientale (Annali dell’Istituto universitario orientale di Napoli, 21), 1999. L’édition principale de ses œuvres (correspondance, traité de composition, discours) demeure : Gasparino Barzizza, Gasparini Barzizii Bergomatis et Guiniforti filii opera, vol. I, G. A. Furietti (éd.), Rome, J. M. Salvioni, 1723. En ce qui concerne son épistolaire nous renvoyons également à : R. Sabbadini, « Lettere e orazioni edite e inedite di Gasparino Barzizza », Archivio storico lombardo,III, 1886, p. 363-378, 563-583 et 825-836 ; C. Colombo, « Gasparino Barzizza a Padova : nuovi ragguagli di lettere inedite », Quaderni per la storia dell’Università di Padova,no 2, 1969, p. 1-27 ; L. Bertalot, « Die älteste Briefsammlung des Gasparinus Barzizza », dans Id., Studien zum italienischen und deutschen Humanismus, vol. II, P. O. Kristeller (éd.), Rome, Ed. di Storia e Letteratura (Storia e Letteratura, 130), 1975, p. 31-102 ; D. Mazzuconi, « Per una sistemazione dell’epistolario di Gasparino Barzizza », Italia Medioevale e Umanistica,no 20, 1977, p. 183-241 ; G. W. Pigman, « Notes on Barzizza’s Correspondence », Italia Medioevale e Umanistica, no 25, 1982, p. 391-399.

7 R. Sabbadini, Storia del ciceronianismo,Turin, Loescher, 1885, p. 13.

8 La lettre d’excuses est éditée dans : G. W. Pigman, « Notes on Barzizza’s Correspondence », art. cité, p. 399. Pour l’acte de désignation des procureurs : R. Cessì, « Nuove ricerche su Ognibene Scola », Archivio Storico Lombardo,no 36, vol. XXIII, 1909, p. 133-134.

9 G. Magni, « Gasparino Barzizza… », art. cité, no 31/3, p. 166. Voir également la lettre de Barzizza datée du 28 juillet 1416 à Constance et éditée dans : C. Colombo, « Gasparino Barzizza… », art. cité, no 9, p. 26-27. Sur sa nomination comme secrétaire par Martin V : W. von Hofmann, Forschungen…, vol. II, op. cit., p. 109.

10 La lettre est éditée dans : L. Bertalot, « Die älteste Briefsammlung des Gasparinus Barzizza », art. cité, no 39, p. 86-87.

11 Ibid : Quia nulla beneficia occurrunt et gratiae expectativae, nisi optimam habeant datam, parum utiles sunt, dominationem vestram non solum rogo, sed etiam obsecro, quod si possibile esset impetrare pro Guiniforto vestro a sanctissimo domino nostro, ut in rotulo familiarium suorum describeretur, dignemini velle uti consueta in me benignitate et gratia vestra. []. Et si dominationi vestrae videbitur commodius posse rem istam transigi, si in locum meum ponatur – intellexi enim <me inter> secretarios in familia domini nostri numerari – facietis, prout vestrae dominationi visum erit. Quodsi omnia haec nos fallent, si videtur, impetretis in mea persona in casu quod postea in Guinifortum possim transferre.

12 Sur ces différents épisodes voir notamment : L. Frati, « La legazione del Cardinale Lodovico Fieschi a Bologna (1412-1413) », Archivio storico italiano,no 41, 1908, p. 146 ; C. Colombo, « Gasparino Barzizza… », art. cité, p. 13-16 ; D. Girgensohn, « Gasparino Barzizza, cittadino padovano, onorato dalla Repubblica di Venezia (1417) », Quaderni per la storia dell’Università di Padova, no 19, 1986, p. 1-15.

13 Nous nous permettons de renvoyer ici à notre thèse évoquée en ouverture de la présente contribution, ainsi qu’à : C. Revest, « Roma, fine agosto 1406. Muse alla corte dei papi », dans A. de Vincentiis (éd.), Atlante storico della letteratura italiana. I. Dalle origine al Rinascimento, S. Luzzatto et G. Pedullà (dir.), Turin, Einaudi, 2010, p. 322-329.

14 T. Foffano, « La costruzione di Castiglione Olona in un opusculo inedito di F. Pizolpasso », Italia Medioevale e Umanistica, no 3, 1960, p. 154-187 ; Id., « Tra Costanza e Basilea. Rapporti col mondo d’oltralpe del card. Branda Castiglioni, legato pontificio e mecenate della cultura », dans G. Verbeke et J. Ijsewijn (éd.), The late Middle Ages and the Dawn of Humanism outside Italy : Proceedings of the International Conference, Louvain, May 11-13, 1970, Louvain, Leuven University Press (Mediaevalia Lovaniensia, 1), 1972, p. 19-29 ; Id., « Musica e grammatica a Castiglione Olona nel primo Quattrocento alla corte del cardinale Branda Castiglioni », dans L. Secchi Tarugi (éd.), Lettere e arti nel RinascimentoAtti del X Convegno Internazionale (Chianciano-Pienza, 20-23 luglio 1998), Florence, Cesati, 2000, p. 563-577 ; D. Girgensohn, « Castiglione, Branda », dans Dizionario Biografico degli Italiani, t. XXII, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1979, p. 69-75.

15 T. Foffano, « Tra Padova, Parma e Pavia : appunti su tre allievi di Gasparino Barzizza », Quaderni per la storia dell’Università di Padova, no 2, 1969, p. 29-41. Sur la copie de Quintilien, voir la lettre éditée dans : L. Bertalot, « Die älteste Briefsammlung des Gasparinus Barzizza », art. cité, no 54, p. 99-100.

16 Parmi l’abondante bibliographie consacrée à Zabarella, nous signalons : G. Vedova, Memorie intorno alla vita ed alle opere del cardinale Francesco Zabarella padovano, Padoue, Tipi della Minerva, 1829 ; A. Kneer, Kardinal Zabarella, 1360-1417, Münster, Theissing, 1891 ; G. Zonta, Francesco Zabarella (1360-1417), Padoue, Tip. del Seminario, 1915 ; T. E. Morrissey, « Card. Zabarella (1360-1417) as a Canonist and the Crisis of his Age. Schism and the Council of Constance », Zeitschrift für Kirchengeschichte, no 96, 1985, p. 196-208 ; D. Girgensohn, « Francesco Zabarella da Padova. Dottrina e attività politica di un professore di diritto durante il grande scisma d’Occidente », Quaderni per la storia dell’Università di Padova,no 26-27, 1993-1994, p. 1-48 ; V. Zaccaria, « Zabarella, Francesco », dans Dizionario critico della letteratura italiana, vol. IV, Turin, UTET, 1998, p. 472-474.

17 Sur Pietro Donato, voir en premier lieu : P. Sambin, « La biblioteca di Pietro Donato (1380-1447) », Bollettino del Museo civico di Padova,no 48, 1959, p. 53-98 ; A. Menitti Ippolito, « Donà, Pietro », dans Dizionario Biografico degli Italiani, t. XL, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1991, p. 789-794 ; I. Holgate, « Paduan culture in Venetian care : the Patronage of Bishop Pietro Donato (Padua 1428-1447) », Renaissance Studies, no 16/1, 2002, p. 1-23.

18 De même pour Antonio Loschi : G. da Schio, Sulla vita e sugli studi di Antonio Loschi vicentino, Padoue, Tip. del Seminario, 1858 ; L. Pastine, « Antonio Loschi umanista vicentino », Rivista d’Italia, no 18/1, 1915, p. 831-879 ; D. Girgensohn, « Antonio Loschi und Baldassare Cossa vor dem Pisaner Konzil von 1409 (mit der Oratio pro unione ecclesiae) », Italia Medioevale e Umanistica, no 30, 1987, p. 1-93 ; G. Gualdo, « Antonio Loschi segretario papale (1406-1436) », dans Id., Diplomatica pontificia e Umanesimo curiale, op. cit., p. 371-390 ; P. Viti, « Loschi, Antonio », dans Dizionario Biografico degli Italiani, t. LXVI, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 2006, p. 154-160. Nous renvoyons également aux éloges que formule Barzizza à propos des commentaires cicéroniens d’Antonio Loschi dans une lettre adressée à son élève Daniele Vettori depuis Padoue, vers 1407-1410 : Gasparino Barzizza, Gasparini Barzizii…, vol. I, op. cit., p. 205-206.

19 F. Calvi, Famiglie notabili milanesi, vol. II, Milan, Vallardi, 1881 (sur la branche de la famille Resta relative aux frères Giobbe, Lazarino et Giona voir : Resta,t. VII) ; R. G. Mercer, The teaching of Gasparino Barzizza, op. cit., p. 126. Giobbe et Lazarino (ou seulement Lazarino) sont les destinataires de neuf lettres de Barzizza entre environ 1410 et 1415.

20 La préface (Inc. Potes a me fortasse requirere) est éditée dans : M. Pade, The Reception of Plutarch’s Lives in Fifteenth-Century Italy, vol. II, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2007, p. 108-109. La lettre qu’adressa Giona Resta à Leonardo Bruni en 1419 (et non 1418 comme l’a écrit Francesco Paolo Luiso), pour lui demander de composer une oraison funèbre en hommage à son frère Giobbe tout juste disparu, est également révélatrice des liens de ce dernier avec les protagonistes de l’humanisme curial de la fin du Grand Schisme : F. P. Luiso, Studi su l’epistolario di Leonardo Bruni, L. Gualdo Rosa (éd.), Rome, ISIME (Studi Storici, 122-124), 1980, p. 164-166.

21 L’archevêque de Milan en fit son secrétaire après la promotion cardinalice obtenue d’Innocent vii, puis il lui conféra l’office de secrétaire apostolique (assorti de celui de scripteur) lorsqu’il fut élu à la tiare pontificale sous le nom d’Alexandre V à la fin du concile de Pise, tandis que Lazarino était nommé scripteur apostolique. Voir notamment à ce propos la gratiarum actio qu’écrivit Lazarino en hommage à Alexandre V, l’année suivant son décès, en préface d’une copie d’Aulu-Gelle réalisée à la demande de Barzizza : Lazarino Resta, Scriptoris gratiarum actio ad Alexandrum V, édité par L. Holford-Strevens, « Recht as een Palmen-Bohm and other facets of Gellius’ Medieval and Humanistic Reception », dans L. Holford-Strevens et A. Vardi (éd.), The worlds of Aulu-Gelle, Oxford (N. Y.), Oxford University Press, 2004, p. 270-271.

22 La lettre (Inc. Ad sextum idus martias venit ad me) est inédite, nous avons consulté le manuscrit suivant : Florence, Biblioteca Riccardiana, 779, fol. 130v-131r. On y lit notamment : Effecistis enim ut si mihi et meis bene rebus esse, vos optime felicissimos et summum ut me locum faciatis obtinere. La question de la « dette » de Barzizza à leur égard semble être à l’origine d’une querelle entre le maître et ses disciples, quoique la lettre demeure relativement opaque sur ce point. Pour la liste des autres copies manuscrites, voir : D. Mazzuconi, « Per una sistemazione dell’epistolario di Gasparino Barzizza », art. cité, p. 205.

23 L’acte de graduation padouan : Acta graduum academicorum gymnasii patavini ab anno 1406 ad annum 1450, vol. I, 1406-1434, G. Zonta et G. Brotto (éd.), Padoue, Antenore (Fonti per la storia dell’Università di Padova, 4), 1970, no 484, p. 189-190. Il s’agit plus précisément de la licence en Arts de Giona Resta, le benjamin de la fratrie évoquée plus haut, le 1er septembre 1418. Au cours des tractations bolonaises, le cardinal légat Ludovico Fieschi adressa le 24 avril 1413 une lettre à Barzizza en faveur de sa venue dans le studium, dans laquelle il loue notamment la sufficientia ymo excellentia vestra in literatura : L. Frati, « La legazione del Cardinale Lodovico Fieschi… », art. cité, p. 146.

24 Éd. infra, Appendice : clarum tui testimonium perhibentes quidque quamplures, tam in generali studio Padue ubi aliquandiu resedisti prout resides de presenti, quam in locis aliis artium studio insistentes te docente profectum comendabilem susceperunt.

25 On lit dans l’acte de nomination de Pietro Donato (ASV, Reg. Lat. 147, fol. 181r-181v) : Cum itaque, sicut fidedigna relatione percepimus, nobilitas generis virtutumque prestantia ac « preterea optimarum artium studia in te affluenter effulgeant » ac nostris et Romane ecclesie obsequiis disponas insistere ; dans celui de Francesco da Fiano (ASV, Reg. Vat. 344, fol. 201v-202r, éd. I. Taù, « Il “Contra oblocutores et detractores poetarum” di Francesco da Fiano, con appendice di documenti biografici », Archivio italiano per la storia della pietà, no 4, 1964, p. 347-348, App. n° VIII) : Grata tue devotionis et familiaritatis obsequia, que nobis et apostolice sedi hactenus impendisti, et adhuc solicitis impendere studiis non tepescis, « necnon litterarum scientia et tue eloquentie pulcritudo », qua plurimum pollere dinosceris, merito nos inducunt, ut te favore benigno gratoque assensu tuis iustis et humilibus precibus annuamus. Le type documentaire qu’est la lettre pontificale de nomination d’officier offre, de manière plus générale, une riche matière à réflexion sur l’évolution des représentations socio-politiques au sein du gouvernement pontifical entre fin du Moyen Âge et début de l’époque moderne, comme l’ont montré deux études : A. Jamme, « Les contradictions du service pontifical : procédures de nomination et raisons de l’office à travers la correspondance des papes et de leurs vicaires généraux », dans A. Jamme et O. Poncet (éd.), Offices et papauté (xive-xviie siècle). Charges, hommes, destins, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 334), 2005, p. 29-92 ; O. Poncet, « Les traces documentaires des nominations d’officiers pontificaux (fin xiiie-xviie siècle) », dans ibid., p. 93-134.

26 Voir sur ce point la suggestive contribution de Concetta Bianca : C. Bianca, « La curia come domicilium sapientiae e la sancta rusticitas », dans P. Gilli (éd.), Humanisme et Église en Italie et en France méridionale (xve siècle-milieu du xvie siècle), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 330), 2004, p. 97-113. Nous renvoyons également aux travaux de John d’Amico : J. F. dAmico, Renaissance Humanism in Papal Rome…, op. cit., p. 115-143 ; Id., « “De dignitate et excellentia Curiae Romanae” : Humanism and the Papal Curia », dans P. Brezzi et M. de PanizzaLorch (éd.), Umanesimo a Roma nel Quattrocento, Atti del Convegno (New York, 1-4 dicembre 1981), Rome/New York, Istituto di studi romani-Barnard College, 1984, p. 83-111. Les études rassemblées autour du discours composé par Lorenzo Valla pour l’inauguration de l’année académique de l’université de Rome en 1455 fournissent également de très utiles éléments de réflexions sur cette question : S. Rizzo (éd.), Lorenzo Valla. Orazione per l’inaugurazione dell’anno academico, Rome, Roma nel Rinascimento (Roma nel Rinascimento Inedita, 8), 1994.

27 Éd. infra, Appendice : Inter varia Romane Curie officia, que pro meritis et sufficientia personarum Romanus pontifex conferre consuevit, Secretariatus officium precipuum et singulare status sui membrum esse dinoscitur propterea quo plura ipsi onera simul ac pericula incumbunt, eo propensiori studio vigilamus ut pauci exmultis vite mundicia, virtute atque literatura prestantes ad ipsum officium admittantur.

28 Voir à ce propos les belles pages de Marc Fumaroli autour de l’émergence d’une aetas ciceroniana : M. Fumaroli, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, Albin Michel (Bibliothèque de l’évolution de l’humanité, 4), 1994, p. 42-46 [1re éd. : Genève-Paris, 1980].

29 Voir par exemple la récente série d’études publiée par Marcello Simonetta, centrée en majeure partie sur l’espace milanais : M. Simonetta, Rinascimento segreto. Il mondo del segretario da Petrarca a Machiavelli, Milan, Franco Angeli, 2004.

30 Parmi la très abondante littérature consacrée à cette question, nous pensons notamment à : D. de Rosa, Coluccio Salutati. Il cancelliere e il pensatore politico, Florence, La Nuova Italia, 1980 ; R. G. Witt, Hercules at the Crossroads. The life, Works, and Thought of Coluccio Salutati, Durham, Duke University press, 1983 ; P. Viti (éd.), Leonardo Bruni Cancelliere della Repubblica di Firenze, Convegno di studi (Firenze, 27-29 ottobre 1987),Florence, Olschki, 1990 ; C. Bianca (éd.), Coluccio Salutati e l’invenzione dell’Umanesimo, Rome, Ed. di Storia e Letteratura (Libri, Carte, Immagini, 3), 2010.

31 A. Arzano, « Marziano da Tortona, letterato e miniatore del Rinascimento », Bollettino della Società per gli studi di storia, d’economia e d’arte nel Tortonese, no 4, 1904, p. 27-50 (la Funebris oratio in mortem cuiusdam Doctoris edita de Gasparino Barzizza est éditée en annexe, p. 48-50).

32 Ibid. : Taceo quos postea labores perpessus sit, per quot pericula versatus, donec ad summum pontificem Gregorium qui nuper fuit perveniens maximis apud eum honoribus quam diu in papatum vixit perfunctus est. Quid eius accessus ad illustrissimum principem ac serenissimum ducem mediolani dominum nostrum clementissimum ? Commemorabo apud quem, ut omnes scimus, tantum honore et gracia potuit quantum sibi per valetudinem suam licuit cuius incredibilem in deliberando prudentiam, in sententiis in senatu dicendis sapientiam. Patres conscripti admirati alii Catonem eum, alterum alii Gaium Lelium appellabant. Quod huiuscemodi in principis nostri iudicium de hoc vero dicam cum illius sapientissimas disputaciones, que quotiens gravissimis regni curis paulisper levatus erat, attentissime audiret atque sepe de summis rebus suis cogitans libenter cum eo conferret, omniumque secretorum suorum conscium etiam vellet. Erat enim tum ceterarum omnium artium doctissimus cum poeticis studiis ac singulari eloquentia in primis preditus. Que humanitatis studia illum merito gratiorem apud tantum principem admirabilioremque reddebant.

33 G. Cogo (éd.), « Di Ognibene Scola Umanista padovano », Nuovo Archivio Veneto, no 8, 1894, p. 160 : Ecce a magistratu quodam Florentino vocaturus est Ludovicus Catanius veronensis iuris civilis tum doctor, tum omnium aliarum bonarum artium doctissimus. Cupit hic, suasu meo et sua voluntate, aulicum fieri ac secretarium sanctissimi domini nostri pape. […] Quid enim pro tali munere huic nostro deest ? Vite integritatem queris ? Integerimus [sic] atque honestissimus Ludovicus meus. Fidem ? Prestat ea facile ipse cunctis. Scientiam rogas aut civilem aut oratoriam ? Doctissimus iste iuris est, elloquio [sic] potens usque adeo, ut antecedentes nullos noverim, rarissimos vero equales sibi. [] Preter enim multifarias literas, quiquibus bellissime ac percopiosissime ornatus est, plenum semper hominem cognovi eius quod, ut dicere solemus, novi addiscitur in gimnasiis. Natura enim illud dono dat et nequaquam ars.

34 P. Richard, « Origines et développement de la secrétairerie d’état apostolique, 1417-1823 », Revue d’histoire ecclésiastique, no 11, 1910, p. 56-63 ; G. Opitz, « Die sekretäre Franciscus de Sancto Maximo und Johannes de Sancto Martino (bemerkungen zur frühzeit des päpstlichen sekretariats) », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, no 30, 1940, p. 189-206 ; Id., « Die sekretärsexpedition unter Urban V. und Gregor XI. », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, no 33, 1944, p. 158-198 ; A. Serafini, « Le origini della segreteria di stato e la “Sapienti Consilio” del b. Pio X », Apollinaris, no 25, 1952, p. 165-239 ; B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société,Paris, De Boccard, 1962, p. 294-301 ; P. Partner, The Pope’s men…, op. cit., p. 26-31 ; P. Gasnault, « L’élaboration des lettres secrètes des papes d’Avignon : chambre et chancellerie », dans Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Actes de la table ronde (Avignon, 23-24 janvier 1988), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 138), 1990, p. 214-222 ; O. Poncet, « Secrétairerie des brefs, papauté et Curie romaine. Plaidoyer pour une édition », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, no 108, 1996, p. 381-405. Ce processus s’inscrit dans une mutation plus générale, à l’échelle de l’Occident, qui voit se développer dans diverses administrations politiques des offices semblables et des formes « simplifiées » de production diplomatique qui y sont rattachées : A. Kraus, « Secretarius und Sekretariat. Der Ursprung der Institution des Staatssekretariats und ihr Einfluss auf die Entwiklung moderner Regierunsformen in Europa », Römische Quartalschrift, no 55, 1960, p. 43-84 (sur les secrétaires apostoliques, voir p. 63-72). On pense notamment à l’apparition des « clercs du secré » dans le royaume de France à partir du règne de Philippe le Bel.

35 Bernard Guillemain qualifie ainsi les secrétaires d’« équipe privée de rédacteurs » du pape : B. Guillemain, « Les carrières des officiers pontificaux au xive siècle », Le Moyen Âge,no 69, 1963, p. 565-581 (pour l’expression citée, p. 575). Leur nombre passa à trente après la création de la Secrétairerie.

36 Cum ergo, ut plurimum, importatio et informatio similium rerum cadat et spectet ad secretarios suae Apostolicae Sanctitatis : Mandato ducale veneto,G. da Schio (éd.), Sulla vita…, op. cit., app. n° VII, p. 180.

37 « […] le fait qui paraît le plus lourd de conséquences pour l’histoire de la curie pontificale est l’apparition, sous le pontificat de Benoît XII, dans l’entourage immédiat du pape, d’hommes de confiance appelés secrétaires », P. Gasnault, « L’élaboration des lettres secrètes… », art. cité, p. 221.

38 Ainsi, 65 % des secrétaires apostoliques répertoriés entre 1404-1417 (pontificats d’Innocent VII, Grégoire XII, Alexandre V, Jean XXIII et concile de Constance) ont également été scripteurs, c’est-à-dire vingt-neuf sur quarante-quatre.

39 E. von Ottenthal (éd.), Regulae Cancellariae Apostolicae. Die päpstlichen Kanzleiregeln von Johannes XXII bis Nicolaus V,Innsbruck, Wagner, 1888, p. 49 (règle d’Urbain vi), 349 (entrée « secretarii » dans l’index général).

40 Ibid.,p. 61-62, 65-66, 77 (Boniface IX), 82-83 (Innocent VII), 163-164 (Alexandre V), 177 (Jean xxiii).

41 Sur la question controversée du début de l’enregistrement des brefs : T. Frenz, « Die verlorenen Brevenregister, 1421-1527 », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken,no 57, 1977, p. 354-365.

42 Juramentum secretariorum : M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500,Innsbruck, Wagner, 1894, p. 47-48 (d’après le registre ASV, Cam. Ap., Diversa Cameralia, 4, fol. 83r). Il s’agit de Paolo Landi, qui avait été nommé secrétaire le 17 août 1414, par Jean xxiii (ASV, Reg. Vat. 346, fol. 166v-167v). Chancelier de Florence de 1411 à 1427, il ne reçut vraisemblablement l’office de secrétaire qu’à titre honorifique.

43 E. von Ottenthal (éd.), Regulae Cancellariae Apostolicae…, op. cit., p. 227-228 : et sic precipimus observari, quod dicti secretarii libere sine aliqua contradictione percipiant emolumenta consueta omnium minutarum que in dicta concessione descripta sunt, videlicet tabellionatus officii, altarium portatilium, celebrandi in locis interdictis et ante diem, confessionalis perpetui, indulgentiarum in mortis articulo et vita.

44 Nous nous permettons de renvoyer ici au cinquième chapitre de notre thèse de doctorat citée précédemment.

45 Les Registra Lateranensia conservés pour le pontificat de Jean XXIII (Reg. Lat. 139 à 185) sont caractérisés par une hausse irrégulière mais sensible du nombre de mentions de secrétaires, qui contraste avec les pratiques des pontificats précédents. Ce constat entre en résonance avec un motif central des accusations lancées contre Jean XXIII lors du concile de Constance, au cours du procès ou dans les invectives conservées, selon lesquelles le pontife aurait pratiqué une symonie exarcerbée en s’appuyant sur ses référendaires et ses secrétaires. Theodericus de Nyem écrivit notamment dans De vita ac factis Constantiensibus Johannis papae XXIII usque ad fugam et carcerem ejus, III, chap. xl (H. von der Hardt (éd.), Magnum oecumenicum Constanciense concilium, t. II, De pace ac unione ecclesiae, Francfort/Leipzig, 1697, col. 455) : Hic [Johannes Creyt] etiam mediator inter Balthasarem, tunc Johannem papam XXIII, ejusque Secretarios, qui, ut communiter, vendiderunt omnes gratias beneficiales plus offerenti, anticiparunt Datas, et quandoque unum beneficium vacans, sub eadem data pluribus ambitiosis et concurrentibus vendiderunt, et inauditas per prius a seculis in talibus baratarias exercuerunt. Les attaques auxquelles nous faisons allusion doivent bien sûr être considérées avec toute la prudence requise par le contexte polémique qui les a vues naître, mais elles évoquent dans le fond une politique papale de développement de l’autorité secrétariale sur la chancellerie qui va dans le sens de ce que l’on constate à travers le dépouillement des registres.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540