Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie IV. La culture des clercs

Les suaires méridionaux du Christ, des reliques « clémentines » ?

Éléments d’enquête

Michèle Fournié

Texte intégral

  • 1 Les actes ont paru dans Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Toulouse, Privat (Cahiers de Fanje (...)

1Pour témoigner de mon amitié à Hélène, je voudrais présenter ici les éléments d’une enquête dont l’idée m’était venue à l’occasion du colloque de Fanjeaux organisé sous sa présidence en 20031. J’avais alors suggéré l’hypothèse que le saint suaire de Carcassonne était une relique « clémentine » ou « clémentiste », active dans l’obédience des papes installés à Avignon. Ce n’est que quelques années après que j’ai pu reprendre cette recherche en l’étendant à d’autres linceuls christiques. L’enquête est loin d’être terminée et je ne peux en présenter ici que les prémices.

  • 2 Serge Brunet présente un exemple local de ces rivalités : « La naissance des grands pardons de Sai (...)
  • 3 H. Labarthe, Un espace-frontière au défi d’une crise internationale (Grand Schisme d’Occident-Gasc (...)
  • 4 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 258 et suiv.
  • 5 F. Autrand, Charles VI. La folie du roi, Paris, Fayard, 1986, p. 327.

2Le renouveau de l’historiographie sur le Grand Schisme, que les historiens lisent désormais non plus sous l’aspect d’une crise religieuse, mais plutôt d’une crise institutionnelle, a mis en valeur une forte dynamique de ferveur dévotionnelle : le Schisme a suscité, ne serait-ce que dans le désir de le résoudre, force processions, prières et messes « pour l’union de l’Église », ainsi que d’autres témoignages de piété. C’est dans un climat concurrentiel proche de la compétition pieuse que se sont déroulées certaines de ces manifestations comme les jubilés de 1390 et 14002. Par ailleurs, la maladie du roi Charles VI a fini par être considérée comme la conséquence et la punition d’un schisme durable, c’est donc « au roi très chrétien, qui souffre les maux de l’Église dans son double corps, physique et politique3 » que revient la charge de trouver une issue à la désunion. Bernard Alaman, l’évêque de Condom, développe cette idée dans le traité qu’il envoie à Charles VI en 13934. La guérison du roi s’est trouvée ainsi associée aux manifestations pour rétablir l’Union, d’autant plus qu’on assimilait les souffrances du roi à celles du Christ sur la croix : c’est dans cette perspective que Charles VI reçoit le sacrement de confirmation dans l’octave de la Passion, à l’hôtel Saint-Paul, à Pâques 13995. Sanctuaires et reliques sont alors sollicités pour traiter de manière conjointe la maladie royale et le Schisme.

3Les saints suaires du Christ avaient donc leur rôle à jouer dans la céleste médecine, et, de fait, on constate une « activité » particulière de ces précieuses reliques de la Passion, pendant la période du Schisme, en tout cas dans les premières décennies. Le suaire de Lirey entre brutalement dans la documentation historique par un procès retentissant devant Clément VII en 1389-1390 ; le linceul de Carcassonne est attesté à partir des années 1390 et fait l’objet de litiges devant les justices de Benoît XIII d’une part et de Charles VI de l’autre en 1403-1404 ; il se signale à ce moment-là par de nombreux miracles. La Sainte-Coiffe de Cahors est intégrée dans le cérémonial des synodes à partir de 1408. Enfin et surtout, le suaire de Cadouin en Périgord, relique cistercienne déposée à Toulouse en 1392, se distingue par une activité miraculeuse particulièrement intense et une histoire mouvementée. Objet de convoitise, le « saint joyau » est déplacé à plusieurs reprises dans la ville, porté au roi à Paris en 1399 puis, après son retour à Toulouse, dérobé et restitué en 1402…

  • 6 Voir les cartes du site de Hugues Labarthe : obediences.net (dernière consultation le 8 octobre 20 (...)

4Poser pour ces linges sacrés l’hypothèse de reliques « clémentines », c’est apparemment énoncer une évidence. Elles se trouvent dans un royaume qui a opté pour Clément VII puis pour Benoît XIII ; elles sont donc en territoire officiellement clémentin, officiellement… mais pas totalement. Dans le Midi, la situation est particulièrement complexe, puisque la Guyenne et d’autres régions variables du sud-ouest se trouvent sous domination anglaise et donc « urbaniste6 ». Par ailleurs, même dans le Midi « français », les papes romains ont leurs partisans (Constance de Rabastens, les étudiants « anglais » de l’université de Toulouse, un certain nombre d’ecclésiastiques) et les papes d’Avignon leurs adversaires (comme Bernard Alaman, très hostile à Clément VII et à Benoît XIII). Le rôle des saints suaires doit donc être examiné de près en fonction des personnes qui interviennent à leur sujet et des événements auxquels ils sont mêlés. Il faut tenir compte aussi de l’évolution dans le temps. En effet, un certain nombre de clercs et de puissants laïcs n’ont plus supporté, à partir des années 1393, un schisme qui s’était installé dans la durée ; ils n’en étaient pas pour autant nécessairement des adeptes des papes romains, mais souhaitaient la résignation des deux pontifes. Le désir de peser sur une décision que Benoît XIII ne prenait jamais, a conduit à la soustraction d’obédience de 1398. L’échec de ce moyen a été suivi d’une restitution en 1403, puis d’un nouveau revirement à partir de 1406-1407. Ces changements d’opinion et de politique dans le temps doivent donc aussi être pris en considération.

5Je laisse pour l’instant de côté le suaire de Lirey, celui de Compiègne et les autres pour me concentrer sur les linceuls de la France méridionale ; en l’état actuel de mon enquête, les plus documentés – quoique de manière inégale – sont ceux de Cadouin-Toulouse et Carcassonne.

La coloration clémentine du suaire de Cadouin-Toulouse

  • 7 Je résume ici à l’extrême une histoire très complexe en renvoyant à l’Histoire d’un des suaires et (...)

6Selon la légende, ce linceul du Christ aurait été rapporté après la première croisade par un prêtre périgourdin ; il aurait été récupéré rapidement par l’abbaye cistercienne de Cadouin en Périgord, dans le diocèse de Sarlat ; cela dit, le premier document historique date seulement du début du xiiie siècle. Le « saint suaire » fait rapidement la renommée de l’abbaye qui devient un centre de pèlerinage prospère. Le monastère et son précieux joyau jouissent de la faveur des papes qui le dotent d’indulgences et de la faveur des grands de ce monde qui viennent le vénérer. La guerre de Cent Ans vient perturber cette belle réussite. Le Périgord est une zone frontière et la région de Cadouin, entre autres, est dévastée. Le suaire est donc transféré à Toulouse en 1392 par l’abbé Bertrand de Moulins (de Molinis). Destiné à rester à perpétuité à Toulouse, la relique est déplacée à plusieurs reprises dans des églises de la ville et est « volée » en 1455 par des moines cisterciens qui la ramènent à Cadouin7.

Une relique à protéger des schismatiques

  • 8 F. Bordes, Formes et enjeux d’une mémoire urbaine au bas Moyen-Âge : le premier « Livre des Histoi (...)
  • 9 Histoire d’un des suaires…, op. cit., p. 60. Les schismatiques, cette fois-ci, ce sont les Français

7Alors que la bibliographie souligne toujours le désir de protéger le suaire des « Anglais », désir qui aurait justifié le rapatriement à Toulouse par l’abbé Bertrand de Moulins, les textes, en fait, mettent en avant le Schisme et les « schismatiques » de l’obédience urbaniste, l’antipape étant dans ce cas, en 1392, Boniface IX ; c’est ce que fait le Livre des Histoires, chronique municipale des édiles toulousains : Bertrandus de Molinis, abbas de Cadonhio, certificatus quod aliqui cismatici et de partita adversarii domini nostri regis nitebantur per vim et violentiam a dicto monasterio de Cadonhio abstrahere et amovere sanctum sudarium in quo Dominus noster Jhesus Christus in sancto sepulcro fuit involutus [] casu ipsum translatandi in aliquo loco hobediencie antipape adversarii domini nostri regis videlicet regis Anglie, considerans etiam dictus dominus abbas dictum monasterium de Cadonhio esse in fronterio dictorum cismaticorum [] dictum sanctum sudarium secrete portasset in presenti civitate8. Bien entendu, dans ce texte, il y a adéquation entre les schismatiques et les Anglais, mais ce qui importe c’est de mettre le suaire à l’abri des partisans de l’obédience urbaniste qui pourraient dérober cette relique clémentine. Les pères du monastère de Cadouin qui écrivent son histoire au xviie siècle avaient d’ailleurs noté le fait. Ils soulignent que les Anglais avaient essayé d’enlever le suaire vers 1392 : « à cause que les Français adhèrent à Clément VII tenu par eux pour antipape, ils les réputaient schismatiques et indignes de posséder si précieuse relique9 ».

Une relique qui appartient à un Ordre clémentin

  • 10 Accords de 1395, AM Toulouse, II 13/2, 14/3, parchemins.
  • 11 H. Millet, « La participation des abbayes aux assemblées du clergé réunies par le roi de France de (...)

8Les préambules des accords conclus en 1395 par les édiles municipaux de Toulouse, les capitouls, affirment que tout l’ordre cistercien se trouve dans l’obédience choisie par le roi de France et c’est l’une des raisons pour lesquelles Toulouse a été retenue comme refuge, car on considérait que : illam [civitatem] esse de regno Francie et de obediencia ecclesie in qua dominus noster rex et totus ordo cisterciensis est et esse consuevit10. De fait les abbés cisterciens ont manifesté leur attachement au parti clémentin et à Benoît XIII11.

Une relique qui jouit de la faveur des papesinstallés à Avignon

  • 12 Doat 64, fol. 391-393 et Reg. Av. 303, fol. 478v-479.
  • 13 Ces indulgences sont datées de Nicele 15 février 1405, voir P. Savio, Ricerche storiche sulla sant (...)

9On ne sait si Clément VII a promulgué des indulgences, dans la lignée de ses prédécesseurs, mais Benoît XIII le fait à deux reprises en 139712(elles correspondent à des jours d’ostensions solennelles et sont destinées aux fidèles qui visitent la chapelle du Saint-Suaire à Toulouse et font des dons à la fabrique) et en 140513.

… et de la faveur des rois clémentins

  • 14 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, t. III, Paris, Picard, 1901, p. 25, n. 1 ; re (...)
  • 15 Histoire d’un des suaires…, op. cit., p. 48 et A. de Gourgues, Le saint Suaire, Paris-Périgueux, 18 (...)

10À l’image de son père, Charles VI a opté pour ce parti. Il a d’ailleurs rencontré personnellement Clément VII lors du grand voyage de Languedoc en 1389-1390, au cours duquel il s’arrête deux fois à Avignon. Il obtient alors du pape la possibilité de nommer à 750 bénéfices ecclésiastiques. Charles VI, qui ne semble pas être allé à Cadouin et qui n’a pu voir le suaire à Toulouse lors du long séjour réformateur qu’il fait dans cette ville en 1389 car la relique ne s’y trouvait pas encore, a cependant rapidement eu connaissance de son dépôt : les capitouls sollicitent le roi pour la création de foires dès janvier 1393 ; ils lui envoient une délégation lors des tractations de 1394 entre Citeaux, Cadouin et Toulouse relatives aux modalités de l’accueil du « précieux joyau » et de la communauté cistercienne (cette année-là le roi se préoccupe d’ailleurs de fonder une chapellenie dans son hôtel royal de Toulouse, ce qui montre son intérêt pour sa bonne ville14). Deux ans plus tard, des lettres de Charles VI attestent de son intervention dans les déplacements du suaire entre l’église du Taur et l’oratoire du moulon de Saint-Bernard en 1396. Selon certains, Charles VI aurait alors manifesté sa générosité : le roi aurait donné une « somme considérable » en 1396 pour orner « le lieu où repose le suaire », mais ces auteurs ne fournissent pas de référence15. La justice royale est saisie lors de conflits de 1395-1396 autour des lieux de dépôt ; elle l’est encore en 1403 lors du procès avec le suaire de Carcassonne.

  • 16 Ce n’est pas Louis de Sancerre qui convoie la relique à Paris, mais il continue à la surveiller de (...)
  • 17 Louis de Sancerre est présent lorsque l’abbé de Moissac reçoit le serment de fidélité du sénéchal (...)
  • 18 M. Fournié, Les miracles du suaire…, op. cit., p. 47.
  • 19 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 290.
  • 20 BNF, ms. lat. 4991 A, fol. 8v. Mes remerciements vont à Pierre Dor qui a découvert le texte.

11Enfin et surtout Charles VI, malade, fait venir le suaire à Paris pour tenter d’en obtenir la guérison de ses crises de folie, en 1399. C’est le maréchal Louis de Sancerre qui a repéré cette relique spécialisée dans les cas de dérangement mental. Il a eu l’occasion de le faire lors de ses campagnes en Périgord dans la région de Domme et de Cadouin, mais également à Toulouse où il séjourne fréquemment dans la décennie 1390-1400, sous les ordres du duc de Berry gouverneur en Languedoc, puis en tant qu’officier réformateur lui-même16. Notons aussi que Louis de Sancerre connaît Aymeri de Peyrac, l’abbé de Moissac qui s’intéresse au suaire17. C’est dans ces années 1398-1399 qu’ont culminé les efforts pour guérir le roi et le suaire apparaît comme le point d’orgue de toute la médecine céleste18. Les tensions apocalyptiques de cette période sont sensibles dans le deuxième traité, très virulent, de Bernard Alaman qui brosse le tableau d’une église harcelée par le « dragon à deux têtes » et prône même la voie de fait contre le pape. Simon de Cramaud, lui, traite Benoît XIII d’hérétique dans le De substractione obediencie19. La parole prophétique des mystiques inspirées telle la béarnaise Marie Robine décrit la roue enflammée fichée de 3 450 épées qui menace la chrétienté ; elle prédit aussi dans ses dernières visions de 1399 la chute de Charles VI qui perdra son trône pour n’avoir rien voulu faire. L’association entre la guérison du roi et le retour à l’union de l’Église est également parfaitement exprimée par Aymeri de Peyrac, l’abbé de Moissac auteur d’une Chronique qui consacre un important paragraphe à cette question : illustris rex Karollus fecit dictum sudarium deferri Parisius [] per quod rex misericorditer confidit in Domino nostro Ihesu Christo per visionem et tactum ipsius sudarii ab invalitudine corporali diuturna et sibi contingenti ferre sunt decem anni elapsi liberari, quod regno suo et Ecclesie per quam necessarium est, quia per ipsum conservatur honor regni et excrescitur potestas ejusdem et speratur utilitati per ipsum in unione Ecclesie in schismate constitute de remedio necessario eidem salubriter provideri, ad quod totum suum honorabile consilium efficaciter elaborat20. Charles VI espère donc que le fait de voir et toucher le suaire lui permettra de guérir de la maladie qui l’afflige depuis presque dix ans ; c’est nécessaire au royaume dit le texte, ainsi qu’à l’église car c’est par le roi que l’honneur du royaume est conservé et que s’accroît sa puissance. On en attend aussi le remède nécessaire à l’union d’une Église enracinée dans le schisme, et c’est ce à quoi travaille le conseil (du roi) avec efficacité.

  • 21 B. Guenée, La folie de Charles VI. Roi Bien-Aimé, Paris, Perrin, 2004, p. 154.
  • 22 Jean Juvenal des Ursins, Histoire de Charles VI, roi de France, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1 (...)

12Charles VI accomplit donc une neuvaine auprès de la relique. Cette pieuse thérapie ne le soulage malheureusement que trois jours. Les chroniqueurs parisiens, Juvénal des Ursins comme Michel Pintoin, ont relaté cet événement et son issue décevante. Michel Pintoin, le religieux de Saint-Denis, écrit : « Pendant neuf jours, vers le milieu du mois d’août, le roi alla entendre la messe et faire ses prières devant cette relique, mais il ne recouvra la santé que pour trois jours21 ». Juvénal des Ursins résume ainsi l’épisode : En ce temps, aucuns de l’Ordre de Sainct Bernard apporterent, comme ils disaient, le sainct Suaire, où notre benoist Sauveur Jesus-Christ fut ensepulturé, et le mirent à Sainct Bernard à Paris. Et y eut grande affluence de peuple, et en leverent une bien grande finance d’argent. Et, disoit-on qu’il y eut de beaux miracles faits, combien qu’on n’en declarast aucuns particulièrement22. La reine Isabeau reste malgré tout reconnaissante, car elle offre un reliquaire d’une valeur de 200 écus d’or qu’on mentionne dans les archives toulousaines.

13Par la suite, l’attention royale ne se dément pas avec Charles VII : des lettres royales, en 1428 puis en 1431, se préoccupent des mutations immobilières autour des transferts du suaire dans Toulouse ; des suppliques adressées en 1443 par Charles VII à Eugène IV ont pour but de restaurer les revenus de la « maison du suaire » ; enfin, dans les années 1457-1459, le roi tranche en faveur du retour du suaire à Cadouin. Louis XI, ultérieurement, comble de bienfaits la relique et son monastère périgourdin.

L’accueil dans une ville dont les édiles ont fermement choisi leur camp

  • 23 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 258 ; AM Toulouse, AA3, fol. 263.
  • 24 F. Bordes, « Rites et pratiques cérémonielles à Toulouse au bas Moyen Âge et à la Renaissance », M (...)

14Les Toulousains étaient certes très favorables à Charles VI ; honorés par son long séjour en 1389, ils espéraient de lui d’importantes réformes, d’autant plus qu’ils avaient à se plaindre de l’administration du duc de Berry. Et, de fait, le séjour royal fut studieux et fructueux. L’attachement de la ville s’est manifesté ultérieurement à propos de la naissance du fils de Charles VI en 1392, puis lors de la maladie royale : en novembre 1393, Sanche Mulier, dominicain toulousain, maître de l’université, régent des écoles de la cathédrale, prononce un sermon à la cathédrale Saint-Étienne pour la guérison du roi23. Toute la ville se mobilise alors derrière ses élites pour assister à la messe et participer à la procession24.

  • 25 AM Toulouse, AA 66, fol. 6v.

15Mais la ville a choisi aussi le parti clémentin et son choix ne s’est pas démenti lors de l’élection de Benoît XIII ; les édiles municipaux font alors officiellement allégeance au pape nouvellement élu et en profitent pour solliciter des indulgences pour le saint suaire ; une chronique municipale inédite en témoigne : le 24 février 1395 deux capitouls, Géraud La Rocha et Jean Bernerii, accompagnés de Bernard d’Auribail (de Aurivalle), abbé de Saint-Jacques de Béziers (mais aussi et surtout chanoine de Saint-Sernin) ont été envoyés à Avignon pro inpendendo reverentiam domino nostro pape noviter electo et pro supplicando de indulgenciis concedendis Sancto Sudario25.

Autour du suaire : le noyau des fidèles de Benoît XIII

  • 26 Registre de Jean Anhelli ADHG, 101H 104, fol. 22 ; on le retrouve dans ces mêmes fonctions en 1396 (...)
  • 27 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 273.
  • 28 H. Millet, L’Église du Grand Schisme…, op. cit., p. 222, « Écoute et usage des prophéties par les (...)
  • 29 H. Gilles, « La faculté de droit de Toulouse au temps du Grand Schisme », dans Le Midi et le Grand (...)

16Aymeri Nadal est le meilleur exemple. Lorsque le suaire arrive à Toulouse et que des tractations impliquant Saint-Sernin et l’église du Taur ont lieu en 1394 et 1395, Aymeri n’est pas encore abbé de la basilique. Il est seulement chanoine depuis 1378 et collégiat du collège de Périgord depuis 1380 ; chanoine-ouvrier et vicaire de l’abbé en 139126, il devient abbé de Saint-Sernin en 1398, et, en tant que conservateur des privilèges de Citeaux, il endosse le rôle de champion du suaire « toulousain ». Mais il suivait déjà le dossier du « précieux joyau » depuis quelques années, puisqu’il figure comme témoin au bas d’un accord le concernant le 12 avril 1396. Par ailleurs, Aymeri Nadal est un canoniste très impliqué dans les réflexions de l’université de Toulouse dont il est régent depuis 1385 et ses positions ecclésiologiques s’expriment avec véhémence en 1395 dans le traité qu’il rédige, à la demande de Benoît XIII, en réponse aux neuf questions de l’université de Paris27. En 1398, avec Sanche Mulier et Pierre Ravat, il représente l’université de Toulouse à l’assemblée du clergé. Pour Ravat, qui s’oppose violemment à Simon de Cramaud, envisager la soustraction d’obédience, c’est préparer le règne de l’Antéchrist28. Aymeri Nadal, qui partage ces idées, a incontestablement la faveur de Benoît XIII dont il défend ardemment la cause. Cette faveur ne se dément pas après 1398 ; le pape lui accorde des autorisations exceptionnelles qui lui permettent pratiquement de ne pas tenir compte du nouvel évêque Vital de Castelmaurou élu en 1402. Aymeri Nadal joue ainsi le rôle de contre-pouvoir, il est en fait une sorte d’évêque-bis29.

  • 30 Notice dans H. Gilles, Les professeurs de droit canonique…, op. cit., p. 280.
  • 31 F. Ryckebusch, « Vital de Castelmaurou et l’Église de Toulouse dans la tourmente du Schisme », Tou (...)

17D’autres personnes interviennent dans les affaires du suaire à des titres divers. Bernard d’Auribail, abbé de Saint-Jacques de Béziers, mais surtout chanoine de Saint-Sernin et membre d’une influente famille capitulaire toulousaine, intervient dès 1395 dans les accords au sujet du suaire et dans les missions diplomatiques pour demander des indulgences. En 1402, il fait toujours partie des fidèles de Benoît XIII. Il succède à Aymeri Nadal à la tête de l’abbaye30. Le capitoul Arnaud d’Auribail, lui, est l’un des gardiens du suaire nommé dans les actes de 1396. Il part même à cheval pour le récupérer lors du vol de 1402. Quant à Monderi (Raymond) d’Auribail, chevalier, capitoul et frère de l’abbé Bernard, c’est l’un des plus fervents partisans de Pierre Ravat et donc de Benoît XIII31.

  • 32 F. Ryckebusch, Vital de Castelmaurou…, op. cit., pense que les positions personnelles de Vital éta (...)

18Les capitouls et notables dont les noms figurent dans les négociations de 1394 et les accords de 1395 sont nécessairement clémentins, du moins officiellement, et partisans de Benoît XIII, y compris Vital de Castelmaurou qui, simple chanoine de Saint-Étienne, apparaît comme témoin en 139432.

  • 33 AM Toulouse, II 13/2.

19C’est aussi le cas de Bernard de Chevenon qui est chargé d’une mission importante puisqu’il convoie la relique à Paris en 1399, avec l’abbé de Cadouin et deux officiers capitulaires. Il avait été auparavant l’un des témoins des documents notariés de 1396 relatifs au lieu de dépôt du suaire ; il figure au bas des actes en tant que « Bernard, évêque de Lavaur33 » ; pourvu ensuite du siège d’Agen, il a été transféré à Saintes en 1398 par Benoît XIII. Fabrice Ryckebusch pense que ces transferts sont des sanctions et que Benoît XIII se méfie peut-être déjà de la fidélité d’un clerc qui, proche de Vital de Castelmaurou, serait un partisan de la soustraction d’obédience. C’est donc plutôt à cause de sa proximité avec la royauté qu’il ferait escorte au suaire. Il est en effet conseiller au Parlement de Paris depuis 1390. Cependant, quelques années plus tard, Bernard de Chevenon fréquente toujours les milieux favorables au pape et est reçu à la table d’Aymeri de Peyrac, l’abbé de Moissac.

  • 34 P. Mironneau, « Éloge de la curiosité Aymeric de Peyrac (vers 1340-1406) », dans Église et culture (...)

20Aymeri de Peyrac connaît bien le suaire et doute à titre personnel de son authenticité mais ne condamne pas le culte. C’est un fervent partisan de Benoît XIII, dont la fidélité ne se dément pas et dont les positions, d’après Paul Mironneau, se sont encore radicalisées en ce sens entre la fin de la rédaction de la Chronique vers 1400 et celle du Stromatheus tragicus, vers 1405. Il participe le 28 mai 1403 à l’hôtel Saint-Paul à Paris à une réunion d’évêques favorables à la restitution d’obédience qu’ils fêtent au cours d’un banquet34. Le riche réseau de relations de l’abbé s’étend aux ecclésiastiques de la région qu’il a rencontrés au cours de sa carrière, notamment à Toulouse lorsqu’il était collégiat du collège de Montaigu. Raymond de Bretenoux appartient à ce cercle ; il fait partie du noyau des professeurs toulousains qui soutiennent Benoît XIII en 1395. Il est ensuite promu évêque de Sarlat puis de Périgueux ; il doit suivre avec d’autant plus d’attention les tribulations de la relique que ses diocésains en souhaitent le retour à Cadouin.

  • 35 H. Millet, « L’exemplaire de l’Epistola tholosana (1402) offert au pape Benoît XIII », dans A. Dub (...)
  • 36 Notice dans H. Gilles, Les professeurs de droit canonique…, op. cit., p. 282.

21On voit donc que les hommes qui s’occupent des affaires du suaire appartiennent au milieu très homogène des fervents défenseurs de Benoît XIII. Ils côtoient Pierre Ravat (qui, lui aussi, fréquente Aymeric de Peyrac), Sanche Mulier et les universitaires toulousains dont les opinions politiques fortes et tranchées s’expriment dans l’Epistola tholosana.Hélène Millet a récemment précisé la composition de ce groupe en faisant émerger un certain nombre de noms35 : on trouve parmi eux sans surprise Aymeri Nadal et Bernard d’Auribail mais aussi Gaillard de Lanis36, le recteur de l’université de Toulouse en 1394, dont les liens de parenté avec Jacques de Lanis, gardien du suaire au début du xve siècle et futur abbé de Cadouin et de l’oratoire du Saint-Suaire de Toulouse, sont probables.

Le suaire et les enjeux de pouvoir autour de l’Epistola tholosana

  • 37 P. Dognon, qui a écrit un précieux article sur cette question : « Les Armagnacs et les Bourguignon (...)

22Le suaire est « volé » le 24 janvier 1402 par des religieux cisterciens. Les capitouls à la tête d’une escorte de 60 hommes armés se lancent à sa poursuite et rattrapent les moines à trois lieues de Toulouse sur les terres du seigneur de Nègrepelisse. Il s’agit d’Arnaud de Caraman dont le rôle dans cette affaire doit encore être précisé (il semble en l’état actuel de la recherche qu’il ait intercepté le suaire). On ne peut évidemment connaître avec certitude les positions ecclésiologiques de ce seigneur méridional mais sa place dans sa famille et sa carrière ultérieure donnent des indications. Arnaud III de Caraman (ou de Carmaing), seigneur de Nègrepelisse est le petit-neveu de Jean XXII. C’est son frère aîné, son demi-frère en fait, Hugues, qui a hérité de la seigneurie principale, celle de Caraman. Les deux demi-frères ont des positions opposées dans la querelle Armagnac-Bourguignons qui s’envenime quelques années plus tard, Hugues étant proche des Anglais37. Arnaud a pris parti pour les Armagnacs et devient en 1417 sénéchal de Carcassonne puis sénéchal de Rouergue de 1427 à 1429 ; dans cette période, Charles VII le qualifie de dilectissimus filius. C’est donc vraisemblablement au début du xve siècle, un partisan des papes avignonnais.

  • 38 H. Gilles, La Faculté de droit…, op. cit., p. 295. P. Ourliac, « L’“epistola tholosana” de 1402 », (...)
  • 39 F. Ryckebusch, Vital de Castelmaurou…, op. cit., p. 427.
  • 40 H. Gilles, La Faculté de droit…, op. cit., p. 295.
  • 41 Le 1er février 1404, Benoît XIII relève Charles VI de l’excommunication « qui pesait sur l’esprit (...)
  • 42 Pierre Ravat fait partie des négociateurs chargés de traiter avec Boniface IX en 1404 ; la mission (...)
  • 43 F. Ryckebusch, Vital de Castelmaurou…, op. cit., p. 427, p. 415 ; H. Gilles, La Faculté de droit…,(...)
  • 44 Le juge-mage est décédé à la suite de ses blessures et un sergent royal a eu le nez coupé.

23La relique revient dans l’oratoire du Saint-Suaire de Toulouse en juin 1402 ; le milieu local est très agité par l’élection de Vital de Castelmaurou à l’épiscopat. Le prélat aurait été confirmé en mai 1402 et ses positions en faveur de la soustraction d’obédience sont désormais affirmées ; il est donc loin de faire l’unanimité dans le milieu toulousain. Les universitaires de cette ville ont adressé à Charles VI des remontrances qui s’expriment dans la célèbre Epistola tholosana, composée dans le courant de 1401 et publiée en 1402. Le 17 mars 1402, Pierre Ravat harangue le roi à ce sujet38. Cette virulente épître a, on le sait, hâté la restitution d’obédience et provoqué la colère du duc de Berry qui a fait republier les ordonnances de soustraction (le 28 février et le 26 juin 1402) et a ordonné de procéder contre les clercs compromis (28 août 1402)39 ; le 26 janvier 1403, une enquête est lancée sur les biens de ces derniers (dont Bernard d’Auribail et Aymeri Nadal)40, décision rendue caduque par la restitution d’obédience fin mai 140341. Vital de Castelmaurou étant hostile à Benoît XIII, une sorte de contre-pouvoir s’était donc formé à Toulouse autour du noyau dur des universitaires dont fait partie Aymeri Nadal. Cette résistance active aboutit en 1405 : le siège de Toulouse est alors dévolu à Pierre Ravat par Benoît XIII. Les deux prélats sont à ce moment-là particulièrement en faveur auprès du roi, à cause de l’initiative d’une mission diplomatique destinée à mettre fin au schisme42. Mais la tendance s’inverse rapidement et l’opinion des grands s’éloigne à nouveau de Benoît XIII. L’université de Paris fait condamner et lacérer l’Epistola tholosana en juillet 1406 et une nouvelle soustraction d’obédience se prépare. Le « putsch » des universitaires toulousains, qui, ayant rassemblé 400 à 500 partisans de Benoît XIII le 13 novembre 1406, prennent d’assaut la cathédrale Saint-Étienne pour publier des bulles d’excommunication contre les partisans de Vital de Castelmaurou et mettre sur pied une administration provisoire avec Bernard Atgerii comme vicaire général, apparaît comme un « baroud d’honneur43 ». L’émeute fait des blessés et même des morts44. Par la suite les temporels de Nadal, d’Auribail et de Peyrac (entre autres) sont à nouveau saisis.

  • 45 ADHG, 101H 515, fol. 36v-37.

24La documentation fait défaut pour suivre en détail les mésaventures du suaire pris dans la tourmente mais des documents postérieurs y font allusion. En effet, dans le procès de 1432 qui concerne les déplacements de la relique, on évoque le vol de 1402, consécutif à sa « mutation » dans l’oratoire proche de Saint-Bernard : le suaire avait été soustrait à la ville et transporté à trois lieues ; il en a résulté tumulte et sédition, ainsi que divers inconvénients dont des frais et des atteintes au bien public. Le suaire était gardé dans un lieu très dangereux dit le texte, et il a été menacé pendant deux ou trois ans. Pendant ce temps une grande émeute s’est produite en ville et des religieux « serviteurs du suaire » ont été blessés. L’un d’eux a même eu la tête fendue et bien d’autres maux s’en sont suivis : Item propter mutationem que fuit facta de sancto sudario ad locum in quo stetitevenerunt multa scandala quia est verum quod fuit semel ablatum et extra presentem civitatem per tres leucas baiulatum propter quod credidit esse magnum scandalum tumultus sive seditionis in presenti civitate et evenerunt etiam multa inconvenentia ac onera et dampna rei publice presentis civitatis propter custodiam inhibendam stando in dicto locopericulosissimo et subsequenter per duos vel tres annos fuit iterum actemptatum aufferi et in illa actemptatione fuit factus magnum tumultus et maxima seditio per totam civitatem et ortum maximum scandalum et religiosi servitores dicti sancti sudarii fuerunt letaliter vulnerati et unus ex illis habuit capud fractum usque ad cerebri visionem et multa alia mala sequta fuerunt que latius deducuntur45.

  • 46 F. Bordes, « Les capitouls de Toulouse et la religion du Moyen Âge à la Renaissance », dans Le Cie (...)
  • 47 N. Valois, La France…, op. cit., p. 456.

25On peut recouper ces éléments avec la mention des difficultés liées à la garde du suaire en 1404 et 1405 ; en 1404, Bertrand de Moulins a été contraint de se démettre de sa fonction d’abbé de Cadouin et de l’oratoire du Saint-Suaire (à cause du vol ?) ; il a été remplacé par Fortius Fabri, le proviseur du collège Saint-Bernard. La garde du suaire semble cependant momentanément confiée à l’abbé cistercien d’Eaunes. Mais elle est mal assurée, ce qui a contraint les capitouls à intervenir dans ce domaine : per so que labat d’Eunas a layssada ladita garda e lodit sant joyel estava sens garda segura46. Il semble donc bien qu’entre 1402 et 1406, la relique ait servi d’enjeu et ait dû être récupérée puis défendue par des partisans de Benoît XIII : Arnaud de Caraman, les capitouls, l’abbé de Saint-Sernin, les cisterciens qui se trouvaient du côté de l’abbé Bertrand de Moulins ; on remarque que l’un des moines rémunéré par les capitouls en 1404-1405 pour garder le suaire n’est autre que Jacques de Lanis, le futur abbé de Cadouin et de l’oratoire du Saint-Suaire. Quant à l’abbé cistercien de Grandselve, patron du collège Saint-Bernard, il voit, lui aussi, son temporel menacé en 140647.

26Les troubles autour de la relique et les tensions entre partisans et adversaires de la restitution d’obédience n’ont pas épargné l’ordre cistercien au moins au plan local.

Le suaire carcassonnais

  • 48 M. Fournié, « Le Saint-Suaire de Carcassonne », Bulletin de la Société études scientifiques de l’A (...)

27Je traiterai beaucoup plus rapidement le cas du suaire carcassonnais auquel j’ai déjà consacré un article48, car la documentation est nettement moins abondante.

  • 49 Doat 64 fol. 372.
  • 50 Chatard Aycard, dont le temporel est saisi à plusieurs reprises, fait partie lui aussi de la garde (...)

28La légende situe à la fin du xiiie siècle l’arrivée de cette relique (parfois appelée « saint Cabouin ») chez les Augustins de Carcassonne. En fait, les premiers documents historiques, connus de manière indirecte d’ailleurs, dateraient cet événement des années 1390 environ. Une grande confrérie rassemblerait déjà en 1397 plus de 1 600 membres et les Mendiants auraient rapidement fait construire un nouvel oratoire pour vénérer la relique. C’est le conflit qui se développe en 1403-1404 (mais qui avait pu commencer l’année précédente) qui fournit les renseignements les plus sûrs. L’abbé de Cadouin (Bertrand de Moulins) et l’abbé de Saint-Sernin (Aymeri Nadal), qui agit en tant que conservateur des privilèges de Citeaux, prétendent que la relique carcassonnaise n’est qu’un fragment détaché du suaire de Cadouin-Toulouse et que l’oratoire des Augustins, qui n’a aucune légitimité, doit être détruit. Le procès-verbal de l’abbé de Saint-Sernin a été retenu in domo nostra abbatiali et loco solito nostrae audientia causarum apostolicarum49 ; les Augustins sont assignés devant Chatard Aycard, chancelier de Toulouse50. De mars à novembre 1403, une cinquantaine de miracles sont à verser au crédit de la relique carcassonnaise qui se trouve en position défensive. On comprend l’action des abbés de Cadouin et de Saint-Sernin, car la concurrence est dure pour Toulouse : le suaire qui y était déposé a été volé en 1402, puis pris dans le contexte agité des années qui ont suivi l’affaire de l’Epistola tholosana ; pendant toute cette période, on ne signale pratiquement aucun miracle à Toulouse, alors qu’on évalue à plus de 10 000 personnes les fidèles attirés à Carcassonne. Les miracles carcassonnais semblent se dérouler parallèlement au procès : le 24 mars 1403, les Augustins auraient fait appel de l’excommunication lancée par l’abbé de Saint-Sernin contre eux ; Michel de Curia, l’official de Carcassonne le reçoit. L’excommunication est levée le 6 avril suivant et le 22 novembre Benoît XIII rend un jugement favorable aux Augustins et en informe l’évêque Simon de Cramaud, ainsi que l’évêque de Sarlat et l’archevêque de Toulouse. La justice royale a également été saisie : des lettres patentes de Charles VI, en août 1403, renvoient l’affaire au sénéchal de Carcassonne. Celui-ci fait comparaître les parties en octobre et, le 22 mars 1404, une sentence termine le procès en faveur des Augustins ; les clés du coffre leur sont remises, le suaire, en effet, avait été placé sous la garde du roi.

  • 51 Ce n’est qu’une hypothèse : la date de l’appel du 24 mars 1403, donnée à partir d’archives disparu (...)

29Malgré cette rivalité, le suaire carcassonnais me paraît lui aussi « clémentin » : les miracles se manifestent dans un diocèse globalement favorable au pape et participent à un surcroît de sacralité en terre clémentine. Ils surviennent aussi dans un moment qui, précédant et accompagnant la restitution d’obédience, semble donner raison au pape qui autorise finalement le culte. Il est même possible que Benoît XIII soit intervenu en faveur du suaire carcassonnais dès mars 1403, avant même la restitution officielle d’obédience51. La justice du roi Charles conclut dans le même sens en 1404.

30Mais comment donc expliquer l’affrontement de deux reliques « clémentines » ? Il y a tout d’abord les intérêts locaux qui prennent ici l’aspect bien connu de querelle de clocher : les deux saints tissus (qui sont d’ailleurs de nature différente, l’un en lin, l’autre en soie, comme le prouvent les expertises techniques) attirent les fidèles des mêmes régions et donc leurs offrandes, ce qui est une perte de revenus très directement évoquée par l’abbé de Saint-Sernin dans les actes du procès. On sait en effet que la grande abbaye toulousaine profitait de la proximité géographique du suaire (l’oratoire où il est exposé se situe à 100 m du chevet de l’abbatiale) et de l’afflux des pèlerins qu’il attirait.

31Par ailleurs, les positionnements idéologiques ne sont pas absents du dossier. L’ardeur d’Aymeri Nadal à défendre le suaire de Cadouin-Toulouse s’explique sans doute aussi par la personnalité de l’évêque du diocèse de Carcassonne : il s’agit de Simon de Cramaud, le grand adversaire des positions de l’université de Toulouse ; c’est lui qui s’est violemment heurté à Pierre Ravat et Aymeri Nadal lors de l’assemblée du clergé en 1398. Les deux hommes avaient toutes les raisons de se haïr. Pour être complète, la démonstration exigerait de savoir quelles étaient les positions ecclésiologiques des Augustins de Carcassonne d’une part et comment Simon de Cramaud considérait le suaire qu’on vénérait chez ces derniers, d’autre part. En ce qui concerne les Augustins, on note qu’ils font très rapidement appel à la justice de Benoît XIII. Quant à Simon de Cramaud, on n’a évidemment aucune information liée au suaire, sauf un indice ténu et indirect : Michel de Curia, l’official de Carcassonne, nécessairement aligné sur les positions de son évêque, aurait été assez hostile à la relique.

  • 52 Sur le scepticisme de l’abbé de Moissac voir M. Fournié, Les miracles du suaire…, op. cit., p. 50- (...)

32Les saints suaires du Christ que je viens de présenter et dont les miracles glorifient des terres clémentines participent à ce surcroît de sacralité paradoxalement provoqué par le Schisme. Ce point commun n’empêche cependant pas d’occasionnelles rivalités. Mais la tonalité clémentine de ces reliques n’entraîne pas non plus une adhésion totale : certes les fidèles sont convaincus et vénèrent avec assiduité les saints tissus générateurs de miracles attendus. Ils gardent précieusement les cordons de soie qui constituent des reliques de contact ; mais certains prélats éclairés, plus sceptiques, expriment un doute personnel sur leur authenticité : c’est le cas d’Aymeri de Peyrac qui développe une triple critique argumentée sur le plan archéologique, archivistique et historique à propos du suaire de Cadouin-Toulouse52. Il n’en condamne pas pour autant la relique et se montre compréhensif à l’égard des fidèles qui la vénèrent. L’attitude de Benoît XIII devait être assez proche, puisqu’il autorise le culte du suaire carcassonnais en 1403, tout en dotant d’indulgences celui de Toulouse en 1405.

33On comprend donc que ces linges sacrés, même s’ils sont globalement clémentins, ne soient pas devenus pour autant des porte-étendards de la cause des papes avignonnais. C’est surtout le sant suzari périgourdin (ettoulousain d’adoption) qui a concentré beaucoup d’espérance. Il est sollicité en période de soustraction d’obédience en vue de la résolution du Schisme, mais par l’intermédiaire d’une thérapie indirecte qui passe d’abord par la guérison du roi, guérison sur laquelle sont fondés tous les espoirs du royaume et de la chrétienté. L’inefficacité relative de la relique ne lui a cependant pas valu la défaveur royale : Isabeau de Bavière a offert un reliquaire et Charles VI puis Charles VII ont continué à intervenir en sa faveur. Louis XI, enfin, l’a gratifiée d’une importante donation après son retour à Cadouin. Cependant le semi-échec du suaire a sonné le glas du rôle national ou international qu’il aurait pu jouer. Marqué par une coloration clémentine comme d’autres linceuls méridionaux, il reste une célébrité régionale convoitée par les réseaux locaux des partisans de Benoît XIII et sa réputation survit à la réunification de l’église, bien que, finalement, il n’y ait guère contribué.

Notes

1 Les actes ont paru dans Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 39), 2004.

2 Serge Brunet présente un exemple local de ces rivalités : « La naissance des grands pardons de Saint-Bertrand-de-Comminges et de Sainte-Croix de Salardù : les effets du Grand Schisme sur la frontière des Pyrénées », dans P. Corbet, P.-F. Petrazoller et V. Tabbagh(éd.), Le Grand Pardon de Chaumont et les Pardons dans la vie religieuse, xive-xxie siècles. Actes du colloque international de Chaumont, 24-26 mai 2007, Chaumont, Le Pythagore, 2011, p. 115-131.

3 H. Labarthe, Un espace-frontière au défi d’une crise internationale (Grand Schisme d’Occident-Gascogne, vers 1370-1430), thèse NR, université Toulouse 2, 2009, p. 267.

4 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 258 et suiv.

5 F. Autrand, Charles VI. La folie du roi, Paris, Fayard, 1986, p. 327.

6 Voir les cartes du site de Hugues Labarthe : obediences.net (dernière consultation le 8 octobre 2013).

7 Je résume ici à l’extrême une histoire très complexe en renvoyant à l’Histoire d’un des suaires et du sacré bandeau de Jésus-Christ [] transportés de l’Orient dans l’abbaye de Cadouin par les religieux du monastère, Paris, Bessin, 1644, à A. Carles, Histoire du saint suaire de notre Seigneur Jésus-Christ, Paris, 1875, à L. Grillon (la bibliographie complète des travaux de Louis Grillon a été publiée dans Hommage à Louis Grillon,Mémoires de la Dordogne, no 20, 2008, p. 12-23 ; les articles sur Cadouin sont disponibles dans les actes des colloques de Cadouin sur internet : www.amisdecadouin.com/les-actes-des-colloques (dernière consultation le 8 octobre 2013) et, en dernier lieu, à M. Fournié, « Une municipalité en quête de reliques, le saint suaire de Cadouin et son dépôt à Toulouse », article à paraître dans les Mémoires de laSociété archéologique du Midi de la France, 2011.

8 F. Bordes, Formes et enjeux d’une mémoire urbaine au bas Moyen-Âge : le premier « Livre des Histoires » de Toulouse (1295-1532), thèse NR, université Toulouse 2, 2006, t. II, p. 124.

9 Histoire d’un des suaires…, op. cit., p. 60. Les schismatiques, cette fois-ci, ce sont les Français.

10 Accords de 1395, AM Toulouse, II 13/2, 14/3, parchemins.

11 H. Millet, « La participation des abbayes aux assemblées du clergé réunies par le roi de France de 1395 à 1408 », dans H. Millet, L’Église du Grand Schisme (1378, 1417), Paris, Picard, 2009, p. 46-56.

12 Doat 64, fol. 391-393 et Reg. Av. 303, fol. 478v-479.

13 Ces indulgences sont datées de Nicele 15 février 1405, voir P. Savio, Ricerche storiche sulla santa sindone,1957, p. V-VI. Je dois cette référence à l’amabilité de Pierre Dor.

14 N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, t. III, Paris, Picard, 1901, p. 25, n. 1 ; reg. Av. 280, fol. 200.

15 Histoire d’un des suaires…, op. cit., p. 48 et A. de Gourgues, Le saint Suaire, Paris-Périgueux, 1870, p. 175.

16 Ce n’est pas Louis de Sancerre qui convoie la relique à Paris, mais il continue à la surveiller de près : il a fait apposer des chaînes au reliquaire avant le transport, voir M. Fournié, « Les miracles du suaire de Cadouin-Toulouse et la folie de Charles VI », Revue d’histoire de l’Église de France, t. XCIX (no 242), 2013, p. 25-52, et il est lui-même venu à Paris en août 1399 pour accompagner les deux fils-otages du Captal de Buch, voir C. deVic et J. Vaissète, Histoire générale de Languedoc,t. X, Toulouse, Privat, 1885, p. 976. Il s’y trouve donc en même temps que le suaire.

17 Louis de Sancerre est présent lorsque l’abbé de Moissac reçoit le serment de fidélité du sénéchal de Quercy en 1392 : Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. X, p. 964.

18 M. Fournié, Les miracles du suaire…, op. cit., p. 47.

19 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 290.

20 BNF, ms. lat. 4991 A, fol. 8v. Mes remerciements vont à Pierre Dor qui a découvert le texte.

21 B. Guenée, La folie de Charles VI. Roi Bien-Aimé, Paris, Perrin, 2004, p. 154.

22 Jean Juvenal des Ursins, Histoire de Charles VI, roi de France, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1854, p. 416.

23 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 258 ; AM Toulouse, AA3, fol. 263.

24 F. Bordes, « Rites et pratiques cérémonielles à Toulouse au bas Moyen Âge et à la Renaissance », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXV, 2005, p. 115-138 donne le texte : post eos sequebant populax ville per carerias et azempres bene devote unum post alium et a qualibet parte carerie accedebant populax orando Deum devote et sine murmuracione aliquilibet. Notons que cette procession pour la santé du roi n’est pas la première : il y en avait eu une en 1389 (AD Haute-Garonne, Cresty 101H 271-273, fol. 36). On note également une procession pro pace en 1391 mentionnée dans le registre du notaire Jean Anhelli ADHG, 101H 104, fol. 22.

25 AM Toulouse, AA 66, fol. 6v.

26 Registre de Jean Anhelli ADHG, 101H 104, fol. 22 ; on le retrouve dans ces mêmes fonctions en 1396 : registre de Jean Anhelli ADHG, 101H 105, fol. 21v. Des notices très documentées sur Aymeri Nadal figurent dans les travaux de H. Gilles, « Les professeurs de droit canonique à l’université de Toulouse au XIVe siècle », dans L’Église et le droit dans le Midi (xiiie-xive siècles), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 29), 1994, p. 279, et de H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., t. II, p. 585-587.

27 H. Labarthe, Un espace-frontière…, op. cit., p. 273.

28 H. Millet, L’Église du Grand Schisme…, op. cit., p. 222, « Écoute et usage des prophéties par les prélats ».

29 H. Gilles, « La faculté de droit de Toulouse au temps du Grand Schisme », dans Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 39), 2004, p. 292-304. Les archives de Saint-Sernin comprennent d’importantes bulles en faveur d’Aymeri Nadal : Saint-Sernin de Toulouse. Inventaire des archives anciennes par Catherine Saint-Martin, Toulouse, 2000 ; voir aussi les travaux de H. Labarthe et F. Ryckebusch. SSin no 22, no 2958 : permission de faire deux processions avec ou sans autorisation de l’archevêque, 1403 ; 101H 507, no 43, 44, 46 : réduction de la somme due à la chambre apostolique, 1404 et 1405 ; 101H 509, no 67 : permission de réconcilier les cimetières, 1405 ; 101H 507, no 42 : les évêques de Montauban, de Lectoure et l’abbé de Cadouin sont nommés conservateurs des biens de Saint-Sernin usurpés par des laïcs et des ecclésiastiques, 1404 ; 101H 507, no 47 : pouvoir de contraindre les laïcs et les ecclésiastiques ne dépendant pas de l’abbé à révéler des crimes commis par les chanoines de l’abbaye, 1406.

30 Notice dans H. Gilles, Les professeurs de droit canonique…, op. cit., p. 280.

31 F. Ryckebusch, « Vital de Castelmaurou et l’Église de Toulouse dans la tourmente du Schisme », Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux,39), 2004, p. 433.

32 F. Ryckebusch, Vital de Castelmaurou…, op. cit., pense que les positions personnelles de Vital étaient peut-être déjà différentes et qu’il penchait pour la soustraction d’obédience.

33 AM Toulouse, II 13/2.

34 P. Mironneau, « Éloge de la curiosité Aymeric de Peyrac (vers 1340-1406) », dans Église et culture en France méridionale (xiie-xive siècle), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 35), 2000, p. 174 et 175.

35 H. Millet, « L’exemplaire de l’Epistola tholosana (1402) offert au pape Benoît XIII », dans A. Dubreil-Arcin et S. Cassagnes-Brouquet (dir.), Le Ciel sur cette terre. Dévotions, Église et religion au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Michelle Fournié,Toulouse, 2008, p. 216-227.

36 Notice dans H. Gilles, Les professeurs de droit canonique…, op. cit., p. 282.

37 P. Dognon, qui a écrit un précieux article sur cette question : « Les Armagnacs et les Bourguignons, le comte de Foix et le Dauphin en Languedoc (1416-1420) », Annales du Midi, I, 1889, p. 433-509, a noté les positions adverses des seigneurs de Caraman et de Nègrepelisse mais sans se rendre compte qu’il s’agissait de deux demi-frères.

38 H. Gilles, La Faculté de droit…, op. cit., p. 295. P. Ourliac, « L’“epistola tholosana” de 1402 », dans Mélanges Pierre Vigreux, t. II, Toulouse, Institut de préparation aux affaires-Institut d’administration des entreprises, 1981, p. 563-578, considère qu’Aymeri Nadal est un des rédacteurs possibles de l’Epistola.

39 F. Ryckebusch, Vital de Castelmaurou…, op. cit., p. 427.

40 H. Gilles, La Faculté de droit…, op. cit., p. 295.

41 Le 1er février 1404, Benoît XIII relève Charles VI de l’excommunication « qui pesait sur l’esprit malade du roi », F. Autrand, La folie…, op. cit., p. 399, du fait de la soustraction d’obédience.

42 Pierre Ravat fait partie des négociateurs chargés de traiter avec Boniface IX en 1404 ; la mission se poursuit sous Innocent VII au début de 1405. Benoît XIII y met un terme en février, mais on peut remarquer qu’il accorde des indulgences pour le suaire le 15 de ce mois. Pierre Ravat aurait-il joué un rôle dans cette attribution ?

43 F. Ryckebusch, Vital de Castelmaurou…, op. cit., p. 427, p. 415 ; H. Gilles, La Faculté de droit…, op. cit.,p. 297.

44 Le juge-mage est décédé à la suite de ses blessures et un sergent royal a eu le nez coupé.

45 ADHG, 101H 515, fol. 36v-37.

46 F. Bordes, « Les capitouls de Toulouse et la religion du Moyen Âge à la Renaissance », dans Le Ciel…, op. cit.,p. 275-294, et notamment, p. 286 : AM Toulouse, CC 2323, fol. 43, no 60.

47 N. Valois, La France…, op. cit., p. 456.

48 M. Fournié, « Le Saint-Suaire de Carcassonne », Bulletin de la Société études scientifiques de l’Aude, t. CX, 2011, p. 67-76. Une monographie lui a été consacrée par T. Bouges, Histoire du saint Suaire de Notre Seigneur Jésus-Christ gardé en l’église des pères augustins de la ville de Carcassonne, Toulouse, G. Robert, 1722.

49 Doat 64 fol. 372.

50 Chatard Aycard, dont le temporel est saisi à plusieurs reprises, fait partie lui aussi de la garde rapprochée de Benoît XIII.

51 Ce n’est qu’une hypothèse : la date de l’appel du 24 mars 1403, donnée à partir d’archives disparues par le père Bouges (qui ne tient pas toujours compte de l’ancien et du nouveau style et ne fait pas systématiquement les corrections) n’est pas complètement fiable, cependant on trouve dans Doat les textes d’avril 1403 par lesquels Aymeri Nadal lève l’excommunication fulminée contre les Carcassonnais qui vénéraient la relique. Par ailleurs F. Ryckebusch signale aussi des actes qui anticipent la restitution d’obédience, Vital de Castelmaurou…, op. cit., p. 428.

52 Sur le scepticisme de l’abbé de Moissac voir M. Fournié, Les miracles du suaire…, op. cit., p. 50-52.

Auteur

Université Toulouse 2 Le Mirail

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540