Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie IV. La culture des clercs

Jean de Berry à l’heure de l’Union

Les Très Riches Heures et la réforme du calendrier à la fin du Grand Schisme

Jean-Baptiste Lebigue

Texte intégral

  • 1 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peinture en France, 1440-1520. Quand la peinture était da (...)
  • 2 Chantilly, Musée Condé, ms. 65 (1284), désormais abrégées TRH dans les notes et les références au (...)
  • 3 En particulier sur Jean de Crépon (2005), l’iconographie des Vaticinia summorum pontificum (2009), (...)
  • 4 Ces artistes hors pair que le duc avait pris à son service furent secondés par une multitude de co (...)

1Bourges est la cité où Jean de Berry logea Pol de Limbourg et ses frères, vrais « artistes de sérail » d’après la belle expression de François Avril1, pour faire enluminer les si célèbres Très Riches Heures, conservées aujourd’hui à Chantilly2. Malgré la coïncidence avec le lieu du présent colloque, je n’aurais jamais songé à évoquer ce manuscrit universellement connu, si son étude ne m’avait fait découvrir des prolongements inattendus avec l’histoire du Grand Schisme, domaine de prédilection d’Hélène Millet, qui a guidé mes premières recherches sur cette période3. Les Très Riches Heures furent en effet copiées et enluminées entre 1411 et 1416, dans un laps de temps compris entre les conciles de Pise (1409) et de Constance (1414-1418). Quant aux miniatures du calendrier, auxquelles on va s’intéresser plus particulièrement ici, elles furent probablement exécutées au cours de l’année précédant la mort qui frappa coup sur coup les frères Limbourg et leur commanditaire en 14164. Mais, afin de relier les Très Riches Heures aux derniers soubresauts du Grand Schisme, il est auparavant nécessaire de se pencher sur les données astronomiques qui s’y trouvent représentées.

Astronomie ou comput ?

  • 5 Des listes analogues à celle-ci circulèrent à Paris pendant tout le xve siècle, voir P. Perdrizet, (...)

2Il est habituel que les livres d’heures commencent, à l’imitation des psautiers, bréviaires et missels, par un calendrier. On retrouve donc sur celui des Très Riches Heures les composantes traditionnelles du calendrier ecclésiastique (fig. 1, page de droite) : le nombre d’or, marquant l’incidence des premières lunes sur un cycle de dix-neuf ans (1re colonne en partant de la gauche), la lettre dominicale (2e col.), le décompte mensuel des jours, calculé d’après le calendrier civil romain (3e et 4e col.), et enfin une liste de saints (5e col.), rédigée en français, assignant une fête à chaque jour de l’année conformément à une tradition esthétique des livres d’heures de la moitié nord de la France5. Exceptionnelles en revanche sont les colonnes de droite : celle intitulée Quantitas dierum (ou, en français à certains mois, « La quantité des jours »), donnant le temps diurne en heures et minutes,ainsi que le Numerus aureus novus (« Nouvel nombre d’or »), décalé par rapport au nombre d’or conventionnel.

Fig. 1 – Très Riches Heures du duc de Berry (mois de mars), ms. 65 © Bibl. et arch. du château de Chantilly / cl. CNRS-IRHT

Fig. 1 – Très Riches Heures du duc de Berry (mois de mars), ms. 65 © Bibl. et arch. du château de Chantilly / cl. CNRS-IRHT
  • 6 Ces lettres, aussi utilisées dans les martyrologes, y ont un emploi différent, puisqu’elles serven (...)
  • 7 Ces lunules semblent inspirées des volvelles soli-lunaires dont sont pourvus certains astrolabes e (...)

3Plus insolites encore sont les demi-disques (fig. 1, page de gauche) qui coiffent les grandes miniatures peintes en vis-à-vis des pages du calendrier. Ils fournissent pour chaque mois un résumé des données solaires et lunaires, présentées sous forme de sept orbes concentriques disposés autour du char du soleil. Le cercle intérieur présente une suite continue de chiffres arabes, copiés à l’encre alternativement brune et rouge : ce sont les quantièmes des jours du mois exprimés à la manière moderne. Sur le deuxième orbe s’inscrivent des séquences discontinues de lettres minuscules bleues, de a à t, en ordre irrégulier : il s’agit des litteraeprimationum lunae. Comme leur nom l’indique, elles marquent, dans les calendriers de livres savants, l’incidence des premières lunes sur le cycle de 19 ans, selon le même principe que le nombre d’or employé en liturgie (a = i, b = ii, etc. jusqu’à t = xix) ; à cette réserve que leur emplacement est décalé par rapport à celui-ci, de manière à désigner le vrai début des lunaisons6. Elles sont ici l’équivalent exact du « nouvel nombre d’or » copié sur la page de droite. Les cases contenant ces litterae primationum lunae sont surmontées et mises en valeur par des croissants de lune logés dans le troisième demi-cercle. Ces lunules ne sont pas toujours orientées dans le même sens, mais cette variation est purement décorative7. Le quatrième demi-cercle est divisé en six compartiments, les cinq premiers couvrant l’espace de cinq cases chacun, et le dernier quatre à six selon la longueur du mois. Il sert à loger l’intitulé des trois orbes inférieurs (par exemple fig. 1 : Primaciones lune mensis martii, dies xxxi).

  • 8 En réalité, il ne s’agit pas ici de la 8e sphère (celle des étoiles), mais de la 9e (longitude du (...)
  • 9 On trouvera en ligne la photographie de plusieurs astrolabes médiévaux sur le site du National Mar (...)

4Quant aux trois demi-cercles extérieurs, ils traitent de la révolution annuelle du soleil observée depuis la terre par rapport à la sphère des étoiles8. Sur le cinquième orbe sont figurés les signes du zodiaque, constellations servant depuis l’Antiquité à diviser en douze parties égales les 360 degrés de longitude. Une ligne radiale dorée, dont l’effet est accentué par un changement de nuance du bleu céleste, marque le passage de l’un à l’autre. L’information est doublée par le demi-cercle suivant qui précise le nom du signe finissant, puis celui du signe qui lui succède et le degré-repère du passage au mois suivant (fig. 1 : Finis graduum Piscium | Initium Arietis | gradus xx). Sur le septième et dernier orbe sont décomptés les 30 degrés de longitude inclus par chaque signe. Ces degrés sont regroupés cinq par cinq en jouant sur l’alternance des encres rouge et bleue induite par le compartimentage de l’orbe inférieur : cette disposition rappelle celle des astrolabes médiévaux9.

  • 10 Cette adaptation entraînait aussi une inversion par rapport au sens de progression du soleil dans (...)

5Car c’est bien de l’astrolabe que sont inspirées ces deux graduations, l’une pour les mois et les jours, l’autre pour le zodiaque et ses degrés. Ces deux échelles sont indépendantes et en décalage l’une par rapport à l’autre, non seulement parce que 365 jours ne peuvent coïncider avec 360 degrés, mais aussi parce que leur rapport n’est pas fixe, le soleil progressant plus ou moins vite sur l’écliptique selon le moment de l’année. La principale différence vient de l’adaptation au calendrier mensuel des Très Riches Heures : il fallut répartir harmonieusement ces graduations, tracées en une seule série de cercles au dos de l’astrolabe, en douze demi-cercles inégaux (28 à 31 jours), ajoutant une variation supplémentaire à prendre en considération dans la division des degrés du zodiaque10.

  • 11 Surtout depuis la première moitié du xiiie siècle avec Jean de Sacrobosco, Robert Grosseteste et, (...)
  • 12 La combinaison de ces deux critères fixe le terme pascal (1re pleine lune de printemps), après leq (...)
  • 13 Le décalage entre l’ancien et le nouveau nombre d’or ne suit pas un nombre constant de jours dans (...)

6La contradiction que manifeste le calendrier des Très Riches Heures consiste dans la juxtaposition de ces données astronomiques avec les composantes traditionnelles du comput ecclésiastique intégrées au calendrier julien. Ces dernières permettaient de calculer la date de Pâques sur des critères conventionnels qui s’écartaient de la vérité des astres, comme on le savait depuis plus de deux siècles11 : un équinoxe de printemps fixé au 21 mars et une première pleine lune de printemps dont on déduisait l’incidence du cycle soli-lunaire de 19 ans (nombre d’or)12. Les valeurs présentées dans les demi-disques et dans les colonnes de droite du calendrier sont beaucoup plus proches de la réalité du début du xve siècle : un équinoxe vernal replacé au 12 mars et un cycle soli-lunaire avancé de quelques jours. Le premier correspond en effet au passage des Poissons au Bélier (fig. 1, page de gauche) et par l’équivalence exacte du temps diurne et nocturne (12 heures de jour) en face du 4e des ides de mars (fig. 1, page de droite, dans la colonne de « quantité des jours »). Le second élément apparaît dans le décalage du « nouveau nombre d’or » par rapport à l’ancien (fig. 1, page de droite, colonnes extérieures)13.

  • 14 D’où l’analyse exagérément « scientifique » du calendrier des TRH par M. Meiss, French Painting in (...)
  • 15 À preuves l’erreur dans la graduation du zodiaque dans le demi-disque du mois de décembre (TRH, fo (...)
  • 16 Petites Heures (Paris, BNF, ms. lat. 18014), Très Belles Heures de Notre-Dame (ibid.,nouv. acq. lat (...)

7Il ne faut pas se laisser abuser par l’apparat astronomique des Très Riches Heures, pas plus dans le calendrier que dans la peinture de l’homme zodiacal (TRH, fol. 14v)14. Ces splendides et talentueuses adaptations de l’astrolabe procurent une alléchante représentation du monde et du temps à l’usage d’un amateur, non un véritable instrument scientifique15. Plus frappante encore est l’ingéniosité dont a dû faire preuve le concepteur de ces pages pour ajuster cet aperçu des réalités célestes au comput traditionnel de l’Église, en les exposant en regard l’un de l’autre. Car c’est bien de comput qu’il s’agit dans les Très Riches Heures, c’est-à-dire du calcul du temps en se référant à la course du soleil et de la lune. Or aucun des autres livres d’heures commandés par Jean de Berry ne contient d’autres indications que celles communes à tout calendrier ecclésiastique16. Exécutés avant les Très Riches Heures, ils sont tous antérieurs à 1412. D’où vient cette innovation sans précédent ?

Le projet de réforme de Pierre d’Ailly

  • 17 En attendant la nouvelle biographie du personnage préparée par Hélène Millet et Monique Maillard-L (...)
  • 18 La copie la plus ancienne de l’Exhortatio (Cambrai, BM, ms. 927, fol. 91-100), datable vers 1413-1 (...)
  • 19 Dans une lettre adressée à Jean XXIII et datée de Bâle, le 18 juin 1414, le cardinal de Cambrai ra (...)
  • 20 C, fol. 106-107v. Privée d’eschatocole dans C et dans tous les autres exemplaires de l’Exhortatio o (...)
  • 21 C, fol. 91 : Nuper, beatissime pater, antequam vestra apostolica sublimitas me, servorum suorum inf (...)

8Contemporaines des dernières années du Grand Schisme, les Très Riches Heures le sont aussi d’un projet de réforme du comput ecclésiastique défendu par Pierre d’Ailly au concile de Rome de 1412-1413, puis à celui de Constance, dont il fut l’un des protagonistes majeurs. Pierre d’Ailly était alors au sommet de sa carrière : évêque de Cambrai depuis 1397, il avait gardé une longue fidélité à Benoît XIII, ne l’abandonnant que pour se rallier à l’assemblée réunie au concile de Pise17. Créé cardinal en juin 1411 par Jean XXIII, il quitta Cambrai à la fin de la même année pour se rendre au concile de Rome, que le nouveau pape « pisan » avait convoqué. Il n’y arriva que le 1er décembre 1412, après un long séjour avignonnais. C’est là qu’il exposa à Jean XXIII son traité sur la correction du calendrier, composé en 1411 sous le titre d’Exhortatio ad concilium generale super kalendarii correctione18. La présentation eut lieu pendant son court séjour romain (décembre 1412-mai 1413), peut-être sous forme d’une lecture publique, comme le suggèrerait le choix du terme Exhortatio dans l’intitulé du texte19. Un projet de bulle (Quanta diligentie cura), censée émaner de Jean XXIII, fut alors rédigé : il entérinait le principe de la réforme, assignait à une commission, sans précision des participants, le soin de la mener à bien en se faisant aider par des astronomes expérimentés, mais en remettait l’exécution à la résolution du Grand Schisme20. C’est l’état d’avancement de la procédure tel que le présenta Pierre d’Ailly dans la lettre à Jean XXIII où il lui dédie son ouvrage. Celle-ci constitue sans doute la dernière adjonction de l’auteur à l’ensemble du dossier, en guise de sommaire. Se fondant sur les dispositions énoncées dans la bulle, elle résume ainsi la situation du projet en 1413 : ce dernier devait être examiné par des spécialistes d’astronomie en vue du prochain concile général (l’ouverture de celui qui se tiendrait à Constance fut arrêtée dès octobre 1413), avant que l’union de l’Église, qu’on espérait recouvrer bientôt, n’en permette enfin la promulgation universelle21. On verra plus loin que le cardinal de Cambrai a consciencieusement poursuivi ce programme, sans parvenir toutefois à le mener à terme.

  • 22 Pierre d’Ailly parle de 4 jours, mais il inclut dans cet écart le lieu marqué dans le calendrier e (...)
  • 23 Fr. Rogeri Baconis, Opera quaedam hactenus inedita, J. S. Brewer (éd.), t. I, Londres, Longman (Re (...)
  • 24 Sur les projets de réforme du xive siècle, voir J. Plassard, « Projets de réforme du calendrier à (...)
  • 25 Voir en particulier pour l’astrologie J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité.
  • 26 Voir la thèse de l’École nationale des chartes : O. de Solan Bethmale, Les propositions de réforme (...)
  • 27 Pierre d’Ailly calcule ou fait calculer explicitement les équinoxes et solstices de 1411 secudum t (...)

9Ce n’était pas la première fois qu’un pape cherchait à promouvoir une réforme du calendrier. Dès la fin du xiie siècle en effet, les astronomes avaient constaté l’imperfection des instruments de comput ecclésiastique. Le soleil prenait de plus en plus d’avance sur le calendrier civil romain. Ainsi, l’équinoxe vrai du printemps précédait le 21 mars et ce décalage allait croissant. Quant au cycle lunaire marqué par le nombre d’or, il était établi sur une estimation de la lunaison moyenne légèrement trop longue. Mais parce que sa dérive était de moindre ampleur que celle du cycle solaire et qu’elle s’exerçait en sens contraire, les lunaisons n’avaient pris, au début du xve siècle, que trois jours d’avance en moyenne sur les dates que leur assignait le calendrier22. Pierre d’Ailly ne faisait que prendre la suite d’astronomes illustres, principalement Roger Bacon, qui avait dédié son Opus tertium à Clément IV en 126423. Entre-temps Jean de Murs, auteur d’un traité sur le calendrier (1317), qu’il amenda dans son Patefit (1321), bientôt doublé d’un Sermo critiquant vivement les computistes (1337), fut désigné en 1344 par Clément VI pour mettre au point un nouveau projet de réforme, de conserve avec Firmin de Beauval24. À la différence de ses prédécesseurs, le cardinal de Cambrai n’était pas un véritable astronome, mais un amateur éclairé, secondé par une petite équipe de travail. Comme ses autres œuvres scientifiques, son Exhortatio restitue le fruit de ses lectures sur des matières qu’il ne maîtrise pas toujours, sans préjudice néanmoins d’un réel talent de synthèse et de clarté dans l’exposition des arguments25. Or son traité est avant tout une réécriture de l’Opus tertium de Roger Bacon26, dont il réactualise les valeurs astronomiques en s’appuyant sur les Tables alphonsines établies depuis lors27. Il obtient un équinoxe vernal tombant le 12 mars en 1411 et une anticipation de trois jours par rapport aux lunaisons marquées dans le calendrier. Mais pour le reste, il semble qu’il ignorait tout de l’œuvre de Jean de Murs et des solutions que celui-ci avait préconisées avant lui pour la réforme du comput.

  • 28 À raison, d’après les calculs de l’époque, d’un jour tous les 134 ans pour l’équinoxe vernal, et d (...)
  • 29 La bulle Quanta diligentie cura (C, fol. 106-107) contient également la date des termes pascals po (...)

10La première méthode prônée par Pierre d’Ailly consistait à rédiger des tables donnant pour chacune des années à venir le terme pascal calculé à partir du vrai lieu de l’équinoxe et des premières lunes ; ce qui rendait obsolète le nombre d’or et périmait les calendriers des manuscrits liturgiques. Un tel remède permettait de serrer au plus près la vérité astronomique, mais heurtait la vénération du clergé pour un comput sacralisé par les siècles. À défaut, l’autre solution envisagée était de conserver le calendrier traditionnel, mais d’en modifier l’emploi en fixant une nouvelle date pour l’équinoxe vernal et en transposant le nombre d’or plus tôt. Plus respectueuse de la coutume de l’Église, cette seconde solution perpétuait les défauts inhérents à l’ancien comput, fondé sur des durées moyennes de l’année tropique et des lunaisons, décalées du cycle bissextile. D’où une différence chronique avec la position réelle des astres. C’était le cas pour la date de l’équinoxe vernal : s’il tombait le 12 mars en 1411, il se produisait la veille en 1412. Une variation semblable affectait le cycle des lunaisons : la première lune astronomique pouvait différer d’un jour par rapport à sa date obtenue avec le nombre d’or correctement replacé. Cette seconde solution avait surtout l’inconvénient majeur que son adoption entraînerait, à plus ou moins long terme, de nouveaux réajustements de l’équinoxe vernal et du cycle soli-lunaire de 19 ans28. C’est elle pourtant qui fut préférée dans la bulle Quanta diligentie cura de 1412. Jean XXIII décrétait d’une part que le nombre d’or marquerait désormais le 4e et non plus le 1er jour de la lune (soit une anticipation de 3 jours) et, de l’autre, que l’équinoxe de printemps serait transféré du 21 au 12 mars29.

  • 30 Dans l’église paroissiale Saint-Paul d’après le colophon d’un scribe concluant le traité de Pierre (...)
  • 31 Ymago mundi (C, fol. 1-38v), Epilogus mappe mundi (C, fol. 39-67v), Tractatus de legibus et sectis (...)
  • 32 Voir J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité, qui, avec D. Muzerelle (Catalogue des (...)
  • 33 Voir J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité, p. 132-136.
  • 34 Note marginale complétant un passage du De sectis et legibus (C, fol. 90) : et jam anno Christi 14 (...)
  • 35 On a exprimé ici en jours civils l’estimation de l’équinoxe donnée en jours astronomiques par le c (...)
  • 36 Dans un exemplaire de prestige, dans lequel furent mis au net plusieurs traités scientifiques de P (...)

11L’histoire du projet de Pierre d’Ailly ne s’arrêta pas en 1412. Le témoignage du manuscrit 927 de la bibliothèque municipale de Cambrai (C) permet d’en reconstituer les péripéties jusqu’à mars 1417, date à laquelle le prélat en réitéra publiquement l’exposé devant les pères du concile de Constance30. Cet exemplaire constitue en effet la mise au net, par un scribe professionnel, de plusieurs traités de Pierre d’Ailly31 : l’Exhortatio, placée en fin de volume (avec ses pièces adventices), est aussi le plus tardif de ces ouvrages, classés dans l’ordre chronologique de leur composition32. Le manuscrit est vraisemblablement postérieur à la bulle de 1412, dont le texte fait partie de la copie primitive, et donc à l’arrivée du cardinal de Cambrai à Rome en décembre de la même année. Son exécution doit plutôt être située vers 1413-1414, sans doute en Allemagne, dont Pierre d’Ailly fut nommé légat dès mars 1413 et où il ne tarda pas à se rendre, quittant Rome dès le 22 mai suivant. Le terminus ante quem de la copie primitive est révélé par les premières interventions du fameux collaborateur anonyme de Pierre d’Ailly, dont Jean-Patrice Boudet a repéré la main, en particulier dans le ms. 929 de la bibliothèque municipale de Cambrai33. Sa relecture de C a pu commencer dès 1415, d’après une annotation contenant une mention explicite de l’année pour estimer l’auge du soleil34. C’est pour accueillir ses observations sur l’Exhortatio que fut inséré un bifeuillet de complément à la fin du manuscrit (C, fol. 108-109). La pertinence des corrections révèle un véritable astronome. Se fondant sur des tables en usage à l’époque, sans doute les Tables alphonsines, il montre implicitement que le choix du 12 mars pour l’équinoxe vernal est mauvais. Si cette date convient bien pour 1411, et ce malgré une petite correction du calcul de Pierre d’Ailly, le décalage induit par le cycle bissextile fait que le 11 mars était un meilleur candidat : au début du xve siècle en effet, il correspondait à l’équinoxe trois années sur quatre (en jours civils). Par le biais de cette mise au point, il nous dévoile aussi le moment de son intervention : entre l’équinoxe de 1416, le 11 mars à 9 h 30, qu’il présente comme déjà passé, et celui de 1417, le 11 mars peu avant 15 h, qu’il annonce par des verbes conjugués au futur35. La proportion considérable de remarques consacrées par le collaborateur anonyme à l’Exhortatio ne s’explique que dans la perspective offerte à Pierre d’Ailly de présenter à nouveau son traité au concile de Constance. De fait, grâce à ces observations détaillées, il disposa d’une date d’équinoxe plus juste. Pourtant, il ne remania pas le corps de son traité, toujours fondé sur celle qu’il avait calculée pour 141136 : a-t-il hésité à revenir sur les valeurs qu’il avait fait entériner, au moins sur le principe, par Jean XXIII dans la bulle Quantadiligentie cura ?

Jean de Berry et le parti de l’Union

  • 37 Voir supra, n. 13.
  • 38 La double page réservée à chaque mois, avec une miniature en regard des colonnes du calendrier, es (...)

12Or ce sont justement ces valeurs qu’on retrouve dans les Très Riches Heures : l’équinoxe vernal marqué au 12 mars et une anticipation moyenne de trois jours pour le nombre d’or au début du cycle soli-lunaire37. Contemporain du projet de réforme du comput ecclésiastique, le dernier livre d’heures de Jean de Berry prend les traits d’un prototype expérimental, servi par un concepteur audacieux et des enlumineurs hors pair, qui donnèrent à son calendrier une ampleur sans précédent38. Un tel choix était parfaitement conforme à la politique religieuse de ce prince, depuis qu’il avait abandonné la cause clémentine à l’avènement de Benoît XIII en 1394. Le duc de Berry était devenu un ferme soutien du parti de l’Union, qui avait abouti, lors du concile de Pise, à l’élection d’Alexandre V, auquel succéda Jean XXIII dès mai 1410. Il est donc vraisemblable que ses Très Riches Heures aient été inspirées d’un projet de réforme agréé au concile de Rome et dont l’application effective dépendait de la victoire finale du « pape de l’Union ».

  • 39 On peut aussi considérer comme une allusion à la correction du comput la représentation, dans un m (...)
  • 40 Certaines de ces miniatures ont été achevées par Barthélemy d’Eyck, mais le dessin ou l’esquisse d (...)
  • 41 Le catalogue des portraits de Jean de Berry a été établi par M. Meiss, French Painting in the Time (...)
  • 42 D’autres identifications ont été proposées, comme celle des fiançailles de Marie de Berry et Jean  (...)

13L’hypothèse est d’autant plus probable qu’on relève dans le programme iconographique du manuscrit au moins un autre indice de son attachement à cette cause39. Pour en évaluer la pertinence, il faut prendre conscience que les Très Riches Heures, outre une œuvre d’art pionnière où s’ébattent librement le talent et l’inventivité des frères Limbourg, sont aussi une galerie de portraits, non seulement des résidences de Jean de Berry, mais aussi de ses proches et des personnages que son rang, ses liens dynastiques et son rôle politique l’amenaient à fréquenter. Les premières sont évidemment les plus faciles à identifier, comme les châteaux possédés par le duc à Lusignan (TRH, fol. 3v), Dourdan (fol. 4v), Poitiers (fol. 7v), Étampes (fol. 8v) et Mehun-sur-Yèvre (fol. 161v), sans oublier les vues ou évocations de villes et de monuments : Paris (fol. 5v, 6v, 10v, 51v), le château de Vincennes (fol. 12v), Poitiers (fol. 48), Bourges (fol. 52v), Rome (fol. 71v-72, 141v), le Saint-Sépulcre de Jérusalem (fol. 193), le Mont-Saint-Michel (fol. 195)40. Pour les seconds, en l’absence de portraits d’époque à leur confronter, il est souvent nécessaire d’avoir recours aux emblèmes et aux couleurs des livrées. Seule est reconnaissable sans ces indices la figure de Jean de Berry lui-même, au centre de la miniature du mois de janvier (fig. 2, fol. 1v) : assis sous un dais à ses armes, coiffé de son bonnet de poil d’ours, il offre le même profil camard, le cou bref et la tête massive qu’on voit à son gisant, aujourd’hui dans l’église basse de la cathédrale de Bourges, ou sur les nombreuses miniatures le représentant41. Aux deux coins inférieurs de l’image, des serviteurs portent sa livrée, parti de gris et de rouge au chaperon noir. La même attention appliquée aux musiciens ouvrant la marche dans la miniature du mois de mai permet d’identifier le prince qui chevauche au premier plan (fol. 5v) : leur surcot parti de rose et de gris, avec le badge de l’ordre de l’Écu d’or à l’épaule, les désigne sans équivoque comme des serviteurs de Louis II de Bourbon, représenté au centre. Autre exemple, le personnage de Gaspard qui s’agenouille dans l’Adoration des mages du fol. 52 pour offrir la myrrhe à l’Enfant Jésus est revêtu d’une tunique noire semée de « feuilles de mai » : cette devise de Charles VI invite à reconnaître un portrait du roi de France. Pareillement encore, la scène de fiançailles du mois d’avril (fol. 4v) n’est certainement pas gratuite : le couple présentant les promis l’un à l’autre portent des besants à leurs coiffes, autre rappel de l’ordre de l’Écu d’or. Il pourrait s’agir d’une évocation du mariage de 1410 entre Charles d’Orléans et Bonne d’Armagnac, petite fille de Jean de Berry et présentée ici par ses parents, Bernard d’Armagnac et Bonne de Berry42. Si sujette à controverse que puisse rester l’identification des personnages, l’abondance d’emblèmes et d’attributs dans leur mise et celle de leur suite, ainsi que l’individualité perceptible des visages, ne laissent aucun doute : les Très Riches Heures sont une galerie de portraits et d’événements familiaux autant que des possessions du duc de Berry. Le calendrier, en particulier, semble dédié aux derniers moments de bonheur qu’il connut de sa vie, avant la catastrophe d’Azincourt.

  • 43 L. Douët-d’Arcq (éd.), La Chronique d’Enguerran de Monstrelet,t. III, Paris, Veuve Jules Renouard, (...)
  • 44 Sur le témoignage d’une lettre de Thierry Gherbode, du 10 février 1415, et du Journal du Bourgeois (...)
  • 45 L. Douët-d’Arcq (éd.), La Chronique…, op. cit., t. III, p. 56 : « Là estoient deux cardinaulx, c’e (...)
  • 46 Respectivement en 1413 et 1409. C’est à tort que F. Lehoux (op. cit., supra, n. 41 : t. IV, p. 374 (...)
  • 47 Présent d’Adhemar Aleman [sic] le jour de l’an 1415, d’après Paris, Archives nationales de France, (...)

14Revenons à la peinture du mois de janvier (fig. 2) : elle représente un festin du jour de l’an, et très probablement celui, exceptionnellement fastueux, que le duc de Berry offrit en 1415, en signe de réconciliation après la trêve d’Arras, qui s’était conclue en septembre 1414 entre Armagnacs et Bourguignons. Les jours qui suivirent furent consacrés à des cérémonies à la mémoire de Louis d’Orléans, auxquelles assistèrent ses fils Charles d’Orléans et Philippe de Vertus43. On est tenté de reconnaître ces derniers parmi les trois jeunes hommes affublés d’écharpes blanches. L’un d’eux, vu de dos au premier plan, la porte en baudrier, telle la bande blanche emblématique des Armagnacs. Un des deux autres, placé au bout de la table et occupé à détacher avec un couteau un morceau de volaille, porte un vêtement rouge, blanc et noir : c’est la couleur des étoffes dont Charles d’Orléans fit confectionner l’habit que son équipe et lui porteraient à la joute donnée par Louis de Guyenne en février 1415 à Paris44. Enfin et surtout, on ne peut manquer de remarquer l’ecclésiastique, en manteau ou camail rouge, qui s’apprête à rejoindre Jean de Berry sur la banquette. La chronique d’Enguerran de Monstrelet affirme que deux cardinaux furent présents aux commémorations en l’honneur du feu duc d’Orléans : ceux de Reims et de Pise45, autrement dit Simon de Cramaud et Alamanno Adimari, tous deux élevés à la pourpre par Jean XXIII46. L’un comme l’autre ont pu assister au festin du jour de l’an 1415, mais la présence du second est la plus probable. On sait en effet qu’à cette occasion Alamanno Adimari, archevêque de Pise, fit présent au duc d’une petite salière d’or sertie d’une perle et de deux saphirs47. En mars 1413, il avait été nommé légat en France par Jean XXIII, charge qu’il exerçait depuis son arrivée à Paris en février 1414. Par ses fonctions, ce représentant du pape de l’Union était donc le principal interlocuteur de Jean de Berry dans les affaires religieuses : l’invitation qui lui est faite, dans la miniature, de venir s’asseoir à la droite du duc s’accorde à l’importance du personnage. Peu importe en fait que la miniature représente Simon de Cramaud ou Alamanno Adimari ; n’est-il pas frappant de voir un cardinal de l’obédience unioniste figurer à la place d’honneur dans la scène d’ouverture des Très Riches Heures, et ce précisément en tête d’un calendrier adapté à un décret du concile réuni par Jean XXIII ?

Fig. 2 – Très Riches Heures du duc de Berry (mois de janvier), ms. 65 © Bibl. et arch. du château de Chantilly / cl. CNRS-IRHT

Fig. 2 – Très Riches Heures du duc de Berry (mois de janvier), ms. 65 © Bibl. et arch. du château de Chantilly / cl. CNRS-IRHT

La confrérie de Saint-Barthélemy de l’Eeckhout

  • 48 Millard Meiss avait suggéré un candidat assez convainquant en la personne de Pierre de Vérone (Pet (...)
  • 49 La biographie la plus complète du personnage a été établie par M. Smeyers, « Lubert Hautscilt, abt (...)

15Doit-on en déduire que le cardinal figuré dans la miniature de juillet a été l’intermédiaire par lequel le projet de Pierre d’Ailly a été divulgué dans l’entourage de Jean de Berry ? C’est une possibilité, mais que rien ne vient étayer. Il est plus intéressant d’examiner l’entourage ducal pour y trouver les candidats susceptibles d’avoir transmis la teneur de la réforme aux frères Limbourg48. Pierre d’Ailly n’en faisait pas partie. Sa fidélité à Benoît XIII jusqu’en 1409 ne le recommandait pas auprès de Jean de Berry. Les occasions manquèrent ensuite aux deux hommes pour se rencontrer : le cardinal quitta Cambrai dès la fin 1411 en direction de Rome, dont il partit en mai 1412 pour la Germanie, où il resta jusqu’à l’ouverture du concile de Constance. Jean de Berry comptait en revanche parmi ses relations un astronome et mathématicien de renom, Lubert Hautschild, abbé des chanoines réguliers de Saint-Barthélemy de l’Eeckhout à Bruges, de 1393 à sa mort en décembre 141749. On lui prête la construction d’une horloge simulant mécaniquement le mouvement des planètes sur une sphère zodiacale. Il est aussi réputé pour avoir enrichi la bibliothèque de son abbaye de livres et instruments d’astronomie, pour le rangement desquels il fit construire des armoires en 1412.

  • 50 L’épisode est commémoré par une charte, que Lubert fit enluminer à Bruges : il s’y fit représenter (...)
  • 51 Sur les membres de la confrérie, voir l’obituaire de Saint-Barthélemy de l’Eeckhout édité par W. H (...)
  • 52 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 785. Voir notamment V. A. Clark, The illustrated abridged (...)

16Ses relations avec le duc de Berry sont certainement antérieures au 13 décembre 1402, date à laquelle Lubert le fit entrer dans sa confrérie de prière50. Cette société spirituelle rassemblait non seulement des communautés régulières, comme Saint-Aubert de Cambrai, Mont-Saint-Éloi-lès-Arras ou Saint-Jean-des-Vignes à Soissons, mais aussi des personnages de qualité, princes et prélats, formant une sorte de tiers-ordre51. Les liens entre les deux hommes étaient particulièrement étroits et se traduisaient par de nombreux échanges de présents en objets d’orfèvrerie, reliques et livres. Parmi ceux-ci, on relève un manuscrit astrologique enluminé, offert en juin 1403 par l’abbé, lors de sa venue à Paris comme membre d’une ambassade députée par les villes de Flandre. Il s’agit d’un exemplaire du Liber astrologiae de Georges Zothorus Zaparus Fendulus, illustré par des figures du zodiaque et des planètes52. À la même occasion, Jean de Berry délivra à Lubert une charte faisant de lui son conseiller.

  • 53 Traduction d’après la transcription de Bruxelles, BR, II 4485, fol. 12-12v, par M. Smeyers, « Lube (...)

17La vie de Lubert est assez bien connue grâce au commentaire que Cornelius Bartholomaeus fit, dans la première moitié du xviie siècle, d’un livre de prédictions astrologiques, le Viator, attribué à l’abbé de Bruges. Ce texte, extrapolé sous le nom de Prophetia Eek-Houtana, est connu par une transcription d’Augustinus Blomme datée de 1657, conservée à Bruxelles, Bibliothèque royale, II 4485. Les quinze premiers feuillets du manuscrit contiennent une longue notice biographique sur Lubert Hautschild, dont les informations recoupent parfaitement ce qu’on connaît de lui par les documents d’archives, mais vont largement au-delà. Les mérites et les réalisations scientifiques de Lubert y sont énumérés. Un de ses titres de gloire serait « d’avoir reçu, au moment de prendre congé de son intime ami et mécène l’excellent cardinal de Cambrai, Pierre d’Ailly, le traité de rectification de l’erreur du calendrier que ce même et si savant homme avait composé et dédié au souverain pontife Jean XXIII ; et ce, afin que, par l’autorité du concile général de Constance, fût examinée et corrigée l’erreur notable par laquelle les solstices et par conséquent les fêtes mobiles reculaient sensiblement en remontant vers le début des mois ; ce qui ne fut pourtant pas accompli alors, mais longtemps plus tard, à savoir en 1582 sous Grégoire XIII, où on les ramena à des dates plus proches53. » Cornelius Bartholomeus suppose ensuite que l’abbé de l’Eeckhout reçut le traité pour le réviser et en retourner une version améliorée au cardinal de Cambrai, à présenter au concile de Constance. Le même Lubert, familier et conseiller de Jean de Berry, aurait donc été aussi l’ami de Pierre d’Ailly et le lecteur privilégié, sinon le correcteur de son traité sur le calendrier. Il était donc tout désigné pour informer le duc de la réforme en cours.

  • 54 Cet article est pour moi l’occasion d’exprimer à J.-P. Boudet ma gratitude pour son aide et ses su (...)
  • 55 Ne sont pas prises en compte ici les quelques lignes en haut du fol. 112 de C traitant de la progr (...)

18S’il fallait se contenter de ce témoignage tardif, de deux siècles et demi postérieur aux faits relatés, notre reconstitution serait très sujette à caution. Heureusement, Jean-Patrice Boudet, qui suivait de près mes recherches, me suggéra de réexaminer la fin du manuscrit 927 de la bibliothèque municipale de Cambrai (C), où il avait repéré le nom de Lubert54. La trouvaille dépassa mes attentes : elle corrobore l’intervention de Lubert dans le traité de Pierre d’Ailly et confirme que leur collaboration fut l’occasion de recruter le cardinal de Cambrai dans la confrérie de Saint-Barthélemy de l’Eeckhout. On distingue en effet, sur le second cahier inséré à la fin de C (fol. 110-112)plusieurs strates d’additions portées par différentes mains : d’abord un complément du « collaborateur anonyme » (C, fol. 110v-111), à qui l’on doit la correction du reste du volume, puis des recettes de médecine (C, fol. 111v) apposées par un autre scribe, le même qui a inscrit sur le dernier feuillet du manuscrit le passage mentionnant l’abbé de Bruges55 (C, fol. 112) :

Primo quod beatam Virginem Mariam de mane salutat,
ac ymaginem secum cotidie portat.
Secundo brevitatem sue vite in mente habeat.
Tercio quod fraternalem dilectionem fideliter servat.

Hic fraternitatis obligacio :
Primo quod quilibet est particeps in omnibus vigiliis, jejuniis, penitenciis, in omnibus missis ac omnibus operibus bonis tam in vita quam post mortem ab alterutris fiendis.
Secundo quod quilibet in nativitate sui fratris missam de Sancto Spiritu celebret vel celebrare faciat quamdiu vivet.
Tercio quod quilibet percepta morte sui fratris missam de Requiem celebret vel celebrare faciat et simili modo quolibet anno in die anniversarii sui quamdiu vivat.
Nativitas Luberti abbatis Brugensis, prima die maii.

  • 56 Cette messe de l’anniversaire de naisssance viendra compléter le dossier rassemblé par J.-C. Schmi (...)
  • 57 L’année et le lieu de naissance de Lubert, en 1347 à Bruges, est connu par d’autres sources, voir (...)
  • 58 Si les prescriptions relatives à la confrérie de l’Eeckhout avaient été ajoutées après sa mort, fi (...)

19Contrairement aux annotations précédentes, il n’est pas question ici d’astronomie ni de médecine. L’appel à la dévotion mariale et à la dilection fraternelle introduit les obligations assignées aux membres d’une confrérie spirituelle : participer à toutes les cérémonies et pratiques religieuses au profit des confrères, célébrer ou faire célébrer pour leur anniversaire de naissance une messe votive du Saint-Esprit ou, après leur mort, une messe des défunts, sans doute au jour anniversaire de leur décès56. Suit, pour permettre l’accomplissement de la seconde prescription, la date de naissance, réduite au quantième (le 1er mai), de « Lubert, abbé de Bruges57 ». L’insertion de ces prescriptions émanant de Lubert, et donc relatives à la confrérie de l’Eeckhout, et ce dans le manuscrit même où Pierre d’Ailly fit mettre au net la première version de son Exhortatio vers 1413-1414, constitue un indice majeur en faveur de notre hypothèse. Elle recoupe parfaitement les informations biographiques données en introduction à la Prophetia Eek-Houtana : apposées du vivant de l’abbé de Bruges, par lui-même ou sous sa dictée58, ces quelques lignes de texte le désignent par excellence comme l’intermédiaire entre Pierre d’Ailly et Jean de Berry. Correcteur du traité de réforme rédigé par le premier, il était le mieux placé pour en faire connaître au second la teneur et lui fournir les données de comput qui ont servi à concevoir le calendrier des Très Riches Heures.

  • 59 Voir M. Smeyers, « Lubert Hautscilt… »,art. cité,p. 98, n. 285, d’après Bruxelles, BR, II 4485, fo (...)
  • 60 Ibid., p. 99, n. 288, d’après Bruxelles, BR, II 4485, fol. 15v.
  • 61 Ne peut être écartée absolument l’hypothèse selon laquelle Lubert aurait emporté une autre copie d (...)
  • 62 La notice biographique de la ProphetiaEeck-Houtana situe l’entrée de Pierre d’Ailly dans la confré (...)

20Il devient dès lors possible de reconstituer la chronologie de ce transfert de connaissances. En 1411, Pierre d’Ailly composa son Exhortatio, qu’il présenta en décembre 1412 au concile de Rome et pour laquelle il obtint l’approbation de Jean XXIII. C’est certainement après son départ pour la Germanie en mai 1413, en qualité de légat, que le cardinal de Cambrai fit copier au net dans le manuscrit C plusieurs de ses traités, parmi lesquels l’Exhortatio augmenté de sa supplique, de la bulle Quanta diligentie cura et de sa lettre de dédicace. En novembre 1414, l’abbé de Bruges rejoignit Pierre d’Ailly à Constance pour l’ouverture du concile59. À la fin de l’été 1415, il retourna dans son abbaye de l’Eeckhout muni d’un exemplaire du traité60, probablement C61. Sans doute dès l’automne 1415, en tout cas entre mars 1416 et mars 1417, il procéda à l’amendement du projet de réforme. Il y ajouta alors les prescriptions de la confrérie de Saint-Barthélemy de l’Eeckhout à l’intention de Pierre d’Ailly, qui en était devenu membre au plus tard en août 141562. À la même époque commençait la « troisième campagne » de copie et d’enluminure des Très Riches Heures par les frères Limbourg et leur équipe (1415-1416), celle pendant laquelle fut entrepris le calendrier. C’est alors, à la fin de l’année 1415, que Lubert put jouer son rôle de passeur entre Pierre d’Ailly et l’entourage de Jean de Berry, peut-être à la demande de ce dernier, pour peu que le duc eût été averti du projet en cours par Simon de Cramaud ou Alamanno Adimari.

Épilogue

  • 63 D’après l’inscription gravée sur son tombeau, voir W. H. James Weale, dansLa Flandre…, op. cit., p (...)
  • 64 Sur l’âge de Pierre d’Ailly, voir la mise au point de J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », (...)

21Le 7 juin 1416 mourait Jean de Berry, suivi la même année dans la tombe par les frères Limbourg, qui laissèrent les Très Riches Heures inachevées sous forme de cahiers déreliés. En mars 1417, le cardinal de Cambrai présenta son projet de réforme du comput ecclésiastique devant le concile de Constance, mais sans emporter l’adhésion de l’assemblée : la question serait à nouveau évoquée au concile de Bâle, mais en envisageant d’autres solutions que celles prônées par Pierre d’Ailly. Le 27 décembre 1417, Lubert Hautschild s’éteignit à Bruges63. Le 9 août 1420, ce fut au tour du cardinal de Cambrai, qui expira à Avignon, à l’âge de soixante-dix ans64. On mesure ici l’extraordinaire concours de circonstances qui a entouré la création du calendrier des Très Riches Heures : elle est due non seulement à une exacte contemporanéité avec le projet de Pierre d’Ailly, tant que son traité eut des chances sérieuses d’être appliqué (de décembre 1412 à mars 1417), mais aussi à la personnalité de Lubert Hautschild, alliant des capacités scientifiques reconnues à un sens aigu de l’entregent, qui lui permit d’enrôler des personnalités de premier plan dans sa confrérie de prière.

  • 65 À la suite de la synthèse fondamentale de N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident,t. I (...)
  • 66 O. de Solan, « La réforme du calendrier… », art. cité, p. 207.

22Sauf le calendrier des Très Riches Heures, la tentative de correction du comput ecclésiastique par Pierre d’Ailly ne semble pas avoir eu de conséquences notables. Il serait abusif d’en imputer l’échec au concile de Rome de 1412-1413. Ce dernier a été dédaigné par l’historiographie du Grand Schisme, très hostile à Jean XXIII, sous prétexte qu’on s’y est beaucoup occupé de politique bénéficiale avec la France65. À certains égards, le concile de Rome a servi de laboratoire à des questions débattues à Constance, comme la condamnation des écrits de Wyclif ou la refonte du calendrier. Même si ses travaux ont tristement manqué d’ampleur et que sa documentation est indigente, il témoigne malgré tout du profond courant réformateur qui animait depuis Pise le parti de l’Union, encore retroupé autour de Jean XXIII, mais qui triompherait en 1417 avec l’élection de Martin V. La responsabilité de l’échec revient à Pierre d’Ailly, comme le suggère le mépris dans lequel les Pères du concile de Bâle tinrent son projet. Sans même parler des valeurs astronomiques fixes (équinoxe au 12 mars et trois jours d’anticipation pour le cycle lunaire) auxquelles la bulle Quanta diligentie cura réduisait son ouvrage, les méthodes qu’il préconisait ne pouvaient produire qu’une correction précaire, et non une véritable réforme du calendrier, puisqu’elle n’en empêchait pas la dérive de s’aggraver. Et les conciliaires bâlois de s’en moquer en affirmant que dans 8 000 ans, un tel système permettrait de fêter Pâques à Noël66 ! Astronome amateur, bon lecteur de Roger Bacon, mais ignorant tout des travaux d’un Jean de Murs en ce domaine, Pierre d’Ailly n’avait pas compétence à promouvoir une réforme du comput ecclésiastique apte à satisfaire des spécialistes de la force de Nicolas de Cues ou d’Hermann Zoest. Il n’a pas su non plus tirer tout le profit des observations de Lubert Hautschild, qui auraient dû le pousser à remanier en profondeur son Exhortatio avant de la présenter à Constance.

  • 67 Paris, BNF, ms. lat. 9473. Voir F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peinture…, op. cit., p. 2 (...)
  • 68 On songe évidemment à l’horloge astronomique commandée en 1424 par le chapitre de la cathédrale de (...)
  • 69 Voir la réédition de six articles d’H. Millet, Le concile de Pise. Qui travaillait à l’union de l’ (...)

23Si l’on excepte une imitation tardive dans les Heures de Louis de Savoie67, les Très Riches Heures constituent une tentative unique, en adaptant par anticipation une réforme du comput dans un livre de dévotion personnelle. Reste encore dans l’ombre la personnalité du concepteur de ce calendrier : les Limbourg eux-mêmes ? le médecin de Jean de Berry, Simon Aligret ? un ou plusieurs autres amateurs d’astronomie dans l’entourage ducal68 ? La réponse à cette question me semble moins intéressante que de mettre en lumière la mission réformatrice que se sont donnée les tenants de la cause unioniste entre les conciles de Pise et de Constance. À la figure si connue de Pierre d’Ailly s’allient désormais celles de Lubert Hautschild et de Jean de Berry : trois membres éminents de ce parti de l’Union, auquel Hélène Millet, luttant contre les préjugés, a su restituer sa légitimité historique et ecclésiale69.

Notes

1 F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peinture en France, 1440-1520. Quand la peinture était dans les livres, Paris, Flammarion/Bibliothèque nationale, 1993, p. 20.

2 Chantilly, Musée Condé, ms. 65 (1284), désormais abrégées TRH dans les notes et les références au manuscrit.

3 En particulier sur Jean de Crépon (2005), l’iconographie des Vaticinia summorum pontificum (2009), François de Conzié et la liturgie du concile de Perpignan (2010).

4 Ces artistes hors pair que le duc avait pris à son service furent secondés par une multitude de copistes et d’enlumineurs pour la décoration secondaire. Ceux-ci formèrent trois équipes distinctes, auxquelles correspondent trois campagnes successives. Leur composition a été reconstituée par P. Stirnemann, « Combien de copistes et d’artistes ont contribué aux Très Riches Heures du duc de Berry ? », dans É. Taburet-Delahaye (dir.), La Création artistique en France autour de 1400, Paris, École du Louvre (Rencontres de l’École du Louvre, 19), 2006, p. 365-380. N’ont évidemment pas été prises en compte dans cet article les interventions de Barthélemy d’Eyck (entre 1440 et 1445), ni de Jean Colombe (vers 1485), qui complétèrent l’enluminure du manuscrit, laissé inachevé en 1416 par les frères Limbourg.

5 Des listes analogues à celle-ci circulèrent à Paris pendant tout le xve siècle, voir P. Perdrizet, Le calendrier parisien à la fin du Moyen Âge d’après le bréviaire et les livres d’heures, Paris, Les Belles Lettres (Publications de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg, 63), 1933 ; J.-B. Lebigue, « Rits et couleurs. Acronymie et chromonomie des calendriers liturgiques au Moyen Âge », dans C. Rabel (dir.), Le manuscrit enluminé. Études réunies en hommage à Patricia Stirnemann, Paris, Léopard d’or (Cahiers du Léopard d’or, 15), à paraître en 2014. Un calendrier proprement liturgique, c’est-à-dire réglé sur l’usage cultuel d’une église, ne prescrirait pas quotidiennement des fêtes de saints et les assortirait de mentions de « rits », nécessaires à l’organisation des cérémonies sur l’année. C’est surtout le petit office de la Vierge (TRH, fol. 26-63v), l’office des morts (fol. 82-107v) et les propres des messes (fol. 158-204v) qui permettent d’identifier l’usage de Paris, qui est aussi celui de la chapelle royale, des princes de la maison de France et des Saintes-Chapelles fondées par la dynastie capétienne.

6 Ces lettres, aussi utilisées dans les martyrologes, y ont un emploi différent, puisqu’elles servent à donner l’âge de la lune à un jour donné pour chacune des 19 années du cycle soli-lunaire.

7 Ces lunules semblent inspirées des volvelles soli-lunaires dont sont pourvus certains astrolabes et qui permettent de déterminer, si l’on connaît le degré du soleil et l’âge de la lune, la position de cette dernière sur le zodiaque. Mais l’orientation variable des croissants n’est compatible avec aucun phénomène astronomique : elle ne peut rendre compte ni de la latitude de la lune, ni de la proportion entre heures diurnes et nocturnes, ni de l’alternance des lunaisons caves et pleines.

8 En réalité, il ne s’agit pas ici de la 8e sphère (celle des étoiles), mais de la 9e (longitude du soleil sur un zodiaque théorique), sur laquelle se fondent les valeurs astronomiques représentées dans les TRH.

9 On trouvera en ligne la photographie de plusieurs astrolabes médiévaux sur le site du National Maritime Museum and Royal Observatory de Greenwich, dont certains sont à peu près contemporains des Très Riches Heures, tel celui coté AST0574 (http://collections.rmg.co.uk, site consulté en septembre 2013).

10 Cette adaptation entraînait aussi une inversion par rapport au sens de progression du soleil dans le zodiaque (de droite à gauche pour un observateur situé sur l’hémisphère nord et tourné en direction du soleil).

11 Surtout depuis la première moitié du xiiie siècle avec Jean de Sacrobosco, Robert Grosseteste et, plus tard, Campano de Novare. Les calendriers liturgiques faisaient écho à cette prise de conscience en marquant le changement des signes au 15e jour des calendes de chaque mois. Cette convention, plus proche de la réalité astronomique, entrait en contradiction avec un équinoxe vernal fixé au 21 mars (entrée dans le Bélier). Elle était néanmoins très répandue, utilisée par exemple dans les livres d’heures du duc de Berry en dehors des TRH, et attestée par Guillaume Durand, dans son Rationale divinorum officiorum,A. Davril et T. M. Thibodeau (éd.), Turnhout, Brepols (Corpus christianorum, continuatio medievalis, t. CXL B), 2000, l. VIII, chap. iii, par. 5, p. 135.

12 La combinaison de ces deux critères fixe le terme pascal (1re pleine lune de printemps), après lequel le premier dimanche est celui de Pâques : d’où l’utilité de la « lettre dominicale », qui sert à repérer l’incidence des dimanches dans l’année.

13 Le décalage entre l’ancien et le nouveau nombre d’or ne suit pas un nombre constant de jours dans le calendrier des TRH. Son concepteur, cherchant à améliorer la correction de trois jours prônée par Pierre d’Ailly (voir infra), a tenté de l’aménager : il considéra les années IV, VIII, XII et XVI du cycle comme bissextiles, ce qu’on repère à la succession de deux lunaisons contiguës de 29 jours incluant le 24 février. Le cas devait en effet se présenter immédiatement après la fin du cycle en cours dans les années 1412-1416, c’est-à-dire de 1425 (nombre d’or I) à 1443 (XIX) : années bissextiles 1428 (IV), 1432 (VIII), 1436 (XII) et 1440 (XVI). Hélas, à vouloir trop bien faire, le concepteur a gâté son ouvrage et révélé son ignorance. Il introduisit dans son calendrier lunaire un facteur de dérive augmentant de manière injustifiée l’écart entre l’ancien et le nouveau nombre d’or. À partir de la première lune d’octobre de l’année XVI (26 octobre), la séquence des lunaisons commencée le 19 janvier de l’année I reprend à l’identique, mais avec une journée d’écart supplémentaire. Le décalage est énorme : un jour d’écart en 16 ans, soit une heure et demie par an. L’origine de cette absurdité se devine : le nombre d’or traditionnel retarde justement d’une heure et demie par cycle de 19 ans par rapport aux périodes lunaires, équivalent d’un jour tous les 304 ans (16 cycles de 19 ans). Voulant empêcher ce décalage de se reproduire, le concepteur du calendrier des TRH reprit cette valeur d’une heure et demie ; mais au lieu de la retrancher du cycle de 19 ans, ce qui n’aurait eu aucun effet sensible ici, il la décompta de chaque année du cycle. Pour ce faire, il utilisa peut-être à contre-emploi un calendrier savant où 4 colonnes, affectées aux 4 années du cycle bissextile, marquaient l’incidence des lunaisons vraies, mais sans revenir à la valeur de départ à la fin de la période quadriennale (soit une dérive de 6 h. tous les 4 ans, équivalente à 1 h. et demie par an). D’où une correction 18 fois trop forte, qui fausse complètement le « nouvel nombre d’or » et les litterae primationum lunae des demi-disques, qui en sont la transposition exacte. L’erreur a aussi pu provenir d’une table lunaire erronée : Jean-Patrice Boudet m’en a récemment signalé une dans un recueil italien (Paris, BNF, ital. 1524, fol. 62), censée commencer en 1413 et affectée d’une dérive comparable au « nouvel nombre d’or » des TRH, sans néanmoins qu’elle lui corresponde exactement.

14 D’où l’analyse exagérément « scientifique » du calendrier des TRH par M. Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry. The Limbourgs and their contemporaries,2e éd., New York, Braziller, The Pierpont Morgan Library, 1974, p. 421-432.

15 À preuves l’erreur dans la graduation du zodiaque dans le demi-disque du mois de décembre (TRH, fol. 12v) – l’équivoque empêchant de savoir si la graduation des mois doit être exprimée en jours civils (hypothèse la plus probable) ou astronomiques, d’où une marge d’appréciation de douze heures pour le moment du changement de signe – le fait que le degré-repère du passage au mois suivant soit, avec l’entrée dans les signes, la seule concordance bien marquée entre la date du calendrier et le mouvement du soleil – l’orientation arbitraire des lunules sur le 3e orbe des demi-disques (voir supra, n. 7) – l’erreur de conception du « nouvel nombre d’or » (voir supra, n. 13) – quelques erreurs de copie ou de calcul dans la colonne de la « quantité des jours » pour les mois autres que ceux des solstices et des équinoxes – l’usage des 30 degrés « naturels » pour chaque signe, par opposition aux 60 degrés « physiques » utilisés par les astronomes alphonsins dans leurs calculs : ces degrés, dits naturels, étaient plutôt employés pour l’astrologie, la médecine et l’explication des phénomènes célestes aux non spécialistes.

16 Petites Heures (Paris, BNF, ms. lat. 18014), Très Belles Heures de Notre-Dame (ibid.,nouv. acq. lat. 3093), Grandes Heures (ibid., ms. lat. 919) et les Belles Heures (New York, Metropolitan Museum of Art, Cloisters Collection, 1954). Les erreurs qu’on relève dans leur nombre d’or sont entièrement imputables à la copie et ne sauraient passer pour un raisonnement de computiste.

17 En attendant la nouvelle biographie du personnage préparée par Hélène Millet et Monique Maillard-Luypaert, on se réfère ici au portrait qu’en dressa le regretté B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge,Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1987, p. 124-299. Sur l’œuvre astrologique et historique du prélat, voir L. Ackerman Smoller, History, Prophecy and Stars. The Christian Astrology of Pierre d’Ailly, 1350-1420, Princeton, Princeton University Press, 1994. Pour une mise au point sur la culture et les manuscrits scientifiques de Pierre d’Ailly, voir J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe de travail à la fin du Moyen Âge : remarques sur l’œuvre scientifique de Pierre d’Ailly », dans D. Marcotte (éd.), Humanisme et culture géographique à l’époque du concile de Constance autour de Guillaume Fillastre. Actes du colloque de l’université de Reims 18-19 novembre 1999,Turnhout, Brepols (Terrarum orbis, 3), 2002, p. 127-150.

18 La copie la plus ancienne de l’Exhortatio (Cambrai, BM, ms. 927, fol. 91-100), datable vers 1413-1414, contient aussi la lettre de dédicace à Jean XXIII (fol. 91), la supplique du cardinal de Cambrai (fol. 106) et le texte d’une bulle non datée (Quanta diligentie cura), mais citant 1412 comme l’année en cours (fol. 106-107v). Ce manuscrit, constitué d’un recueil d’ouvrages scientifiques de Pierre d’Ailly, a été remis en contexte dans l’œuvre scientifique du prélat par J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité, en part. p. 136. L’Exhortatio ad concilium generale super kalendarii correctione a été publiée dans l’édition incunable de Jean de Westphalie, à Louvain, vers 1480-1482 d’après l’Incunabula Short Title Catalogue, puis par G. D. Mansi, dans Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, t. XXVIII, Venise, Antonium Zatta, 1785, col. 370-381. En attendant la prochaine édition critique d’Olivier de Solan dans la collection des Sources d’histoire médiévale de l’IRHT publiée par le CNRS, j’ai préféré me référer au manuscrit conservé à Cambrai cité ci-dessus, et désormais désigné par le sigle C. La composition du traité lui-même remonte à 1411, qui est mentionnée dans le texte comme l’année présente et sert de référence aux calculs astronomiques (C, fol. 95, 96, 96v). C’est aussi le cas pour le Tractatus de vero ciclo lunari, du même auteur, qui succède immédiatement à l’Exhortatio dans C (fol. 100v-105v). Dans sa lettre de dédicace à Jean XXIII (C, fol. 91), Pierre d’Ailly affirme qu’il avait déjà composé cette dernière avant même d’avoir été créé cardinal (juin 1411).

19 Dans une lettre adressée à Jean XXIII et datée de Bâle, le 18 juin 1414, le cardinal de Cambrai rappelle au pape lui avoir naguère exposé son traité sur la correction du calendrier : In quibus et etiam in illo quem super correctione kalendarii dudum vestre beatitudini presentavi, in alio quoque quem de legibus et sectis intitulavi, aliqua Ecclesie utilia scribere credidi (Vatican, BAV, Reg. lat. 689 A, fol. 352v). Cette présentation ne put avoir lieu qu’à l’occasion du concile de Rome, entre l’arrivée de Pierre d’Ailly en décembre 1412 et son départ en mai 1413.

20 C, fol. 106-107v. Privée d’eschatocole dans C et dans tous les autres exemplaires de l’Exhortatio où elle lui est annexée, cette bulle (datée dans le texte de 1412) semble n’avoir jamais été promulguée : c’est vrai qu’on ne la retrouve pas dans les registres des actes de Jean XXIII (Vatican, ASV, Reg. Vat. 340 à 346). Étant donné que son incipit est identique à celui de l’Exhortatio et que ses dispositions en sont directement inspirées, doit-on soupçonner la sincérité du cardinal de Cambrai, qui l’aurait préparée d’avance, en se référant à 1412 comme date prévue pour l’ouverture du concile de Rome ? C’est possible ; mais en tel cas, on comprendrait mal la nécessité de la conserver par la suite, s’il ne s’agissait que de l’ébauche périmée d’un décret, alors que celui-ci n’apporte aucune matière neuve à l’exposé de Pierre d’Ailly, voire en réduit la portée. Les précautions figurant dans la bulle (appel à former une commission qui recourrait à des spécialistes en astronomie, remise de l’application de la réforme à la résolution du Schisme) plaident plutôt en faveur d’une décision notifiée à Rome dès décembre 1412, avec l’aval de Jean XXIII, pour relancer une réforme nécessaire que le concile réuni alors n’aurait pas eu les moyens de faire aboutir.

21 C, fol. 91 : Nuper, beatissime pater, antequam vestra apostolica sublimitas me, servorum suorum infimum, in cardinalem sancte Romane Ecclesie nominaret, tractatulum de correctione kalendarii composueram, vestre beatitudini presentandum, ut de ejus mandato examinata prius materia per peritos astronomos, postea in generali consilio proxime celebrando, ad honorem Dei et Ecclesie, vestrique nominis famam perpetuam, super hoc utilis adhibeatur provisio. Que, apostolica et synodali auctoritate firmata, tandem post ecclesiasticam unionem, Dei favente gratia, vestra diligencia procurandam, universaliter observetur. Igitur hoc opusculum, filiali devocione oblatum, dignetur sanctitas vestra paterna benignitate suscipere.

22 Pierre d’Ailly parle de 4 jours, mais il inclut dans cet écart le lieu marqué dans le calendrier et le lieu vrai, soit une remontée effective de 3 jours : a suis locis in kalendario per IIII dies recesserunt (C, fol. 96v) ; primaciones lune que nunc circiter per IIII dies in kalendario ascenderunt (C, fol. 105v). Cela correspond à la formulation d’usage à l’époque, voir O. de Solan, « La réforme du calendrier dans une question quodlibétique d’Henri de Runen (1444) », Bibliothèque de l’École des chartes,t. CLVII, 1999, p. 169-220.

23 Fr. Rogeri Baconis, Opera quaedam hactenus inedita, J. S. Brewer (éd.), t. I, Londres, Longman (Rerum Britannicarum Medii Aevi Scriptores, 15), 1859, p. 3-310 ; P. Duhem, Un fragment inédit de l’Opus tertium de Roger Bacon, précédé d’une étude sur ce fragment, Quaracchi, Saint-Bonaventure, 1909 ; A. G. Little, Part of the Opus tertium of Roger Bacon, Including a Fragment Now Printed of the First Time, Aberdeen, University Press, 1912.

24 Sur les projets de réforme du xive siècle, voir J. Plassard, « Projets de réforme du calendrier à Paris au début du xive siècle », Paris, École nationale des chartes (Positions des thèses), 1975, p. 175-181 [thèse dactylographiée] ; C. Gack-Scheiding, Johannes de Muris. Epistola super reformatione antiqui Kalendarii. Ein Beitrag zur Kalenderreform im 14. Jahrhundert, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung (Monumenta Germaniae Historica, Studien und Texte, 11), 1995 ; C. Schabel, « John of Murs and Firmin of Beauval’s Letter and Treatise on Calendar Reform for Clement VI. Text and Introduction », Cahiers de l’Institut du Moyen Âge grec et latin, t. LXVI, 1996, p. 187-215 ; Id., « “Ad correctionem calendarii…” The Background to Clement VI’s Initiative ? », ibid., t. LXVIII, 1998, p. 13-34 ; E. Poulle, « Les astronomes parisiens au xive siècle et l’astronomie alphonsine », Histoire littéraire de la France, t. XLIII, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres/De Boccard, 2005, p. 1-54, en part. p. 14-34.

25 Voir en particulier pour l’astrologie J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité.

26 Voir la thèse de l’École nationale des chartes : O. de Solan Bethmale, Les propositions de réforme du calendrier au xve siècle, résumée dans les Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1998 pour obtenir le diplôme d’archiviste paléographe, Paris, 1998, p. 275-281.

27 Pierre d’Ailly calcule ou fait calculer explicitement les équinoxes et solstices de 1411 secudum tabulas Alfoncii (C, fol. 95). La version de ces Tables alphonsines, qui se diffusa vers 1320 à partir de Paris, fut mise au point dans le milieu des grands praticiens parisiens qu’étaient Jean de Murs, Jean de Lignières et Jean de Saxe, voir E. Poulle, « Les astronomes parisiens », art. cité ; Id., Les tables alphonsines avec les canons de Jean de Saxe, Paris, CNRS (Sources d’histoire médiévale publiées par l’IRHT), 1984.

28 À raison, d’après les calculs de l’époque, d’un jour tous les 134 ans pour l’équinoxe vernal, et d’un jour tous les 304 ans pour le cycle lunaire.

29 La bulle Quanta diligentie cura (C, fol. 106-107) contient également la date des termes pascals pour chaque année du cycle de 19 ans, calculée sur les mêmes valeurs de l’équinoxe vernal (12 mars) et du nombre d’or (3 jours d’anticipation).

30 Dans l’église paroissiale Saint-Paul d’après le colophon d’un scribe concluant le traité de Pierre d’Ailly, à la fin de la bulle Quanta diligentie cura, au sein d’un recueil de pièces relatives au concile de Constance : Scriptum Constancia in sacro concilio anno 1417, mense martii, etc., et pronunciatus [sic] ad Sanctum Paulum in dicta civitate (Vienne, ÖNB, cod. 5113, fol. 214v).Vraisemblablement, cette date de mars 1417, relative à la copie, correspond aussi à la lecture publique de l’Exhortatio à Constance : elle fut reprise comme telle par les éditeurs des actes de ce concile, entre autres J. D. Mansi, Sacrorum conciliorum…, op. cit., col. 370.

31 Ymago mundi (C, fol. 1-38v), Epilogus mappe mundi (C, fol. 39-67v), Tractatus de legibus et sectis contra supersticiosos astronomos (C, fol. 68-91), traités suivis de celui sur la réforme du calendrier et de ses annexes. Le premier et le troisième de ces traités sont pourvus d’un intitulé final (fol. 38v et 91) qui date leur achèvement, respectivement du 12 août et du 24 décembre 1410, donc avant que fût composée l’Exhortatio :1411 y est en effet mentionnée comme l’année en cours, servant de référence pour les calculs astronomiques (C, fol. 95 : hoc anno MCCCCXI ; ibid., fol. 96, 96v), ce qui est aussi le cas dans le Tractatus de vero cyclo lunari qui lui est associé (C, fol. 103 : annus iste 1411 ; ibid., fol. 105v : hoc anno 1411).

32 Voir J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité, qui, avec D. Muzerelle (Catalogue des manuscrits datés des bibliothèques de France, t. I, Cambrai, Paris, CNRS, 2000, p. XIII-XVIII), a réduit le nombre des manuscrits que G. Ouy prétendait autographes (s. v. « Pierre d’Ailly », dans Dictionnaire des lettres françaises. Le Moyen Âge,nouv. éd., Paris, Fayard, 1992, p. 1155-1158, en particulier p. 1157).

33 Voir J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité, p. 132-136.

34 Note marginale complétant un passage du De sectis et legibus (C, fol. 90) : et jam anno Christi 1415 constat quod aux solis est circa medium i gradus Cancri.Voir J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité, p. 136-137, n. 32. Néanmoins, le collaborateur anonyme, ne précisant pas si cette année de référence est révolue ou non, pourrait être intervenu seulement en 1416.

35 On a exprimé ici en jours civils l’estimation de l’équinoxe donnée en jours astronomiques par le collaborateur anonyme de Pierre d’Ailly : Nota : anno Domini 1416 incompleto, 10 die marcii completa, hora 21.10m.342.473.64, completis diebus et horis equatis, sol intravit Arietem secundum meridianum Parisiensem. Et nota quod, quia iste annus est bissextilis, ideo sol intravit Arietem 10 die. Si vero fuisset non bissextilis, tunc intrasset Arietem 11 die. Item nota quod si ex addicione istarum 5 horarum 29m.152. 433 fere numerus horarum excreverit 24, debemus abicere 24 et solum capere horas residuas. Et secundum istam regulam anno sequenti, scilicet 1417 incompleto, erit introitus solis in Arietem, 11 die marcii completa, 2 horis 59m.502.303.64 completis (C, fol. 108v).

36 Dans un exemplaire de prestige, dans lequel furent mis au net plusieurs traités scientifiques de Pierre d’Ailly et leurs annotations (Cambrai, BM, ms. 954), les réserves sérieuses que le collaborateur anonyme avait portées sur le bifeuillet inséré à la fin de C (fol. 108-109) furent scrupuleusement reproduites, mais restèrent à la fin de l’Exhortatio, sans provoquer le remaniement du traité lui-même.

37 Voir supra, n. 13.

38 La double page réservée à chaque mois, avec une miniature en regard des colonnes du calendrier, est une innovation sans équivalent à l’époque.

39 On peut aussi considérer comme une allusion à la correction du comput la représentation, dans un médaillon en marge de la Mort du Christ (TRH,fol. 153), d’un astronome observant l’éclipse miraculeuse du soleil, qui eut lieu pendant la Crucifixion d’après Matthieu (17, 45). Cet épisode est au fondement d’un poncif de la littérature sur la réforme du calendrier. En effet, si ce dernier continuait à dériver, une éclipse de soleil pourrait un jour ou l’autre, se produire un Vendredi saint et perdre ainsi tout caractère miraculeux : les infidèles, en particulier les Juifs, auraient de quoi se moquer des chrétiens et perdre l’occasion de se convertir. Voir O. de Solan, « La réforme du calendrier… », art. cité, p. 193. Pierre d’Ailly, qui se contente de rappeler des moqueries des infidèles et des Juifs dans son Exhortatio (C, fol. 100), évoque néanmoins l’éclipse miraculeuse dans son commentaire au De sphera de Jean de Sacrobosco, voir L. Ackerman Smoller, History, Prophecy and Stars…, op. cit., p. 46 et 160, n. 13.

40 Certaines de ces miniatures ont été achevées par Barthélemy d’Eyck, mais le dessin ou l’esquisse des monuments évoqués ici sont bien dus aux frères Limbourg. C’est le cas pour Lusignan (fol. 4v), la vue de l’Île de la Cité depuis l’Hôtel de Nesle (fol. 6v), celle du Louvre (fol. 10v), et certainement aussi pour le château de Vincennes (fol. 12v).

41 Le catalogue des portraits de Jean de Berry a été établi par M. Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry. The late fourteenth Century and the Patronage of the Duke, New-York, Phaidon, 1969, p. 82-94.

42 D’autres identifications ont été proposées, comme celle des fiançailles de Marie de Berry et Jean Ier de Bourbon. Je dois la plupart de ces précisions à Patricia Stirnemann, à qui je redis toute ma reconnaissance pour m’avoir poussé à analyser le calendrier des Très Riches Heures.

43 L. Douët-d’Arcq (éd.), La Chronique d’Enguerran de Monstrelet,t. III, Paris, Veuve Jules Renouard, 1859, p. 55-57.

44 Sur le témoignage d’une lettre de Thierry Gherbode, du 10 février 1415, et du Journal du Bourgeois de Paris au 20 mars 1415, cités par F. Lehoux, Jean de France, duc de Berri. Sa vie. Son action politique (1340-1416), t. III, De « l’avènement » de Jean sans Peur à la mort du duc de Berri, Paris, Picard, 1968, p. 381, n. 4. Concernant les « 4 aulnes de drap de trois couleurs, rouge, blanc et noir, pour faire devise sur les manches » des houppelandes, voir les documents d’archives rassemblés ibid.

45 L. Douët-d’Arcq (éd.), La Chronique…, op. cit., t. III, p. 56 : « Là estoient deux cardinaulx, c’estassavoir les arcevesques de Reims et de Pise… ».

46 Respectivement en 1413 et 1409. C’est à tort que F. Lehoux (op. cit., supra, n. 41 : t. IV, p. 374, n. 5) identifie le cardinal de Reims à Renaud de Chartres. Ce dernier avait certes succédé dès janvier 1414 à Simon de Cramaud sur le siège archiépiscopal de Reims, mais seul le second était cardinal à l’époque. Enguerran de Monstrelet a été abusé par l’expression « cardinal de Reims », simple titre de commodité, laquelle a fort bien pu continuer à désigner Simon de Cramaud, même après son transfert à l’évêché de Poitiers.

47 Présent d’Adhemar Aleman [sic] le jour de l’an 1415, d’après Paris, Archives nationales de France, KK 258, fol. 207v : « une petite salliere d’or, dont le couvercle est fait a ouvraige de Venise, garny d’un saphir et le fretelet est d’une perle, et ou fond de ladicte salliere a ung autre saphir, seant sur quatre petis chiennez ».

48 Millard Meiss avait suggéré un candidat assez convainquant en la personne de Pierre de Vérone (Petrus de Saco de Verona). Bibliothécaire de Jean de Berry, cet italien entra à son service au plus tard en 1415, et sans doute plusieurs années auparavant. Il exerçait également le métier de libraire et d’enlumineur à Paris. Voir M. Meiss, French Painting in the Time of Jean de Berry. The late fourteenth century and the patronage of the duke,2e éd., New-York, Phaidon, 1969, p. 63-67. Il est probable que ce Pierre de Vérone soit le même homme que Pietro Sacchi, connu pour avoir peint une carte de France, peut-être dans un manuscrit de la Géographie de Ptolémée, en 1425 ou 1431. Voir P. Gautier Dalché, « Un astronome, auteur d’un globe terrestre : Jean Fusoris à la découverte de la Géographie de Ptolémée », dans D. Marcotte (éd.), Humanisme et culture géographique…, op.cit.,p. 172-173. Un bon connaisseur des « nouveautés scientifiques » sur le marché du livre aurait pu être au courant du projet de correction du calendrier, ne serait-ce qu’en recevant les commandes de prélats en manuscrits astronomiques. Mais la transmission de l’information par Lubert Hautschild semble désormais beaucoup plus probable, voir infra.

49 La biographie la plus complète du personnage a été établie par M. Smeyers, « Lubert Hautscilt, abt van de Brugse Eeckhoutabdij (1393-1417). Over handschriften, planeten en de toekomst van Vlaanderen », dans Academia analecta, Bruxelles, AWLSK (Mededelingen van de Koninklijke academie voor wetenschappen, letteren en schone kunsten van België. Klasse der schone kunsten,t. LV), 1995, p. 40-104.

50 L’épisode est commémoré par une charte, que Lubert fit enluminer à Bruges : il s’y fit représenter, crosse abbatiale en main et suivi de sa communauté, en train de remettre la charte au duc. Paris, Musée de l’Histoire de France, AE II 422 (J 188, n65). Il est possible, mais non prouvé, que les deux hommes se soient rencontrés pour la première fois en 1384 à l’occasion d’un voyage du duc à Bruges.

51 Sur les membres de la confrérie, voir l’obituaire de Saint-Barthélemy de l’Eeckhout édité par W. H. James Weale, dansLa Flandre : revue des monuments d’histoire et d’antiquités,L. Gilliodts-Van Severen et al. (éd.), t. III, Bruges, Gaillard & Cie, 1869-1870, p. 299-382.

52 New York, Pierpont Morgan Library, ms. M 785. Voir notamment V. A. Clark, The illustrated abridged treatises of Albumasar. Medieval Astrological imagery in the West,Ann Arbor, University of Michigan, 1979, fac simile Ann Arbor (Michigan)-Londres, University Microfilms International,1982 ; M. Smeyers, Vlaamse miniaturen voor Van Eyck (ca. 1380-ca. 1420), Leuven, Peeters (Corpus van verluchte Handschriften, 6), 1993, no 31, p. 93-96. Malgré des traits communs indéniables, on ne peut affirmer à coup sûr que ce manuscrit ait fourni le modèle des figures du zodiaque dans les Belles Heures et les Très Riches Heures du duc de Berry.

53 Traduction d’après la transcription de Bruxelles, BR, II 4485, fol. 12-12v, par M. Smeyers, « Lubert Hautscilt… »,art. cité,p. 97, n. 281 : Intimo amico suo et maecenati optimo cardinali Cameracensi Petro de Aliaco tam [sic : cum] valediceret, acceperit erroris calendarii rectificationis tractatum ab eodem doctissimo viro compositum, et Iohanni XXIIIe Pontifici Maximo dedicatum, ut eius necnon generalis concilii Constantiensis auctoritate in posterum error ille notabilis, quo solstitia et consequenter festa mobilia praepostere versus mensium initia sensim retrocedebant caveretur corrigereturque, quod tamen non tunc sed diu postea anno scilicet 1582 sub Gregorio XIIIo perfectum et ad proxima deductum est. Tractatum inquam hunc ipse Lubertus acceperit simul et mandatum novum calendarium iuxta modum in eo traditum componeret, compositumque ipsi Petro de Aliaco in concilio illo generali permanenti transmitteret.

54 Cet article est pour moi l’occasion d’exprimer à J.-P. Boudet ma gratitude pour son aide et ses suggestions si fructueuses.

55 Ne sont pas prises en compte ici les quelques lignes en haut du fol. 112 de C traitant de la progression des heures diurnes entre le solstice d’hiver et celui d’été : leur auteur, qui a mis son nom « Ja. Maynnart » en tête de la note, a surchargé la première ligne du passage à la fin duquel l’abbé de Bruges est nommé. Son intervention est donc postérieure.

56 Cette messe de l’anniversaire de naisssance viendra compléter le dossier rassemblé par J.-C. Schmitt, L’invention de l’anniversaire,Paris, Arkhê, 2009. À la lumière de ce témoignage, il serait intéressant de réexaminer, dans les obituaires et autres livres de la liturgie des défunts, les dates de messes ou d’offices fondés du vivant du bénéficiaire, au cas où elles correspondraient aussi à des dates de naissances.

57 L’année et le lieu de naissance de Lubert, en 1347 à Bruges, est connu par d’autres sources, voir M. Smeyers, « Lubert Hautscilt… »,art. cité,p. 43, n. 12.

58 Si les prescriptions relatives à la confrérie de l’Eeckhout avaient été ajoutées après sa mort, figurerait également la date de son obit (27 décembre 1417). Aucun autographe de Lubert Hautschild n’ayant à ce jour été repéré, il est impossible d’identifier sa main dans ce passage, ni dans les corrections du « collaborateur anonyme ». Rien n’empêche du reste qu’il ait recouru pour ce faire à des scribes professionnels écrivant sous sa dictée ou mettant ses propres notes au net.

59 Voir M. Smeyers, « Lubert Hautscilt… »,art. cité,p. 98, n. 285, d’après Bruxelles, BR, II 4485, fol. 14v.

60 Ibid., p. 99, n. 288, d’après Bruxelles, BR, II 4485, fol. 15v.

61 Ne peut être écartée absolument l’hypothèse selon laquelle Lubert aurait emporté une autre copie des traités de Pierre d’Ailly, dont celui-ci aurait ensuite fait reporter les corrections dans C.

62 La notice biographique de la ProphetiaEeck-Houtana situe l’entrée de Pierre d’Ailly dans la confrérie de l’Eeckhout avant le 16 août 1415 (veille de l’octave de s. Laurent). Voir M. Smeyers, « Lubert Hautscilt… »,art. cité,p. 98, n. 285, d’après Bruxelles, BR, II 4485, fol. 14v.

63 D’après l’inscription gravée sur son tombeau, voir W. H. James Weale, dansLa Flandre…, op. cit., p. 285.

64 Sur l’âge de Pierre d’Ailly, voir la mise au point de J.-P. Boudet, « Un prélat et son équipe… », art. cité, p. 129.

65 À la suite de la synthèse fondamentale de N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident,t. IV, Paris, Picard, 1902, en part. p. 199-211 ; et du répertoire des sources d’H. Finke, Acta Concilii Constantiensis, t. I, Akten zur Vorgeschichte des Konstanzer Konzils (1410-1414), Münster, Regensberg, 1896, en part. p. 162.

66 O. de Solan, « La réforme du calendrier… », art. cité, p. 207.

67 Paris, BNF, ms. lat. 9473. Voir F. Avril et N. Reynaud, Les manuscrits à peinture…, op. cit., p. 208-209, no 114. Les Heures de Louis de Savoie, commencées dans les années 1445-1450, contiennent en effet un calendrier pourvu d’un nombre d’or remontant de 4 à 5 jours par rapport aux valeurs traditionnelles, d’une colonne pour la durée quotidienne du temps diurne en heures et en minutes, et de dates inhabituelles pour le changement de signe. Celles-ci sont moins proches de la réalité astronomique que dans les TRH, puisque l’entrée dans le Bélier est marquée au 13 mars, et non au 12 comme dans les TRH, ni au 11, valeur acceptée par consensus majoritaire au concile de Bâle. Seule innovation, une dernière colonne, intitulée altitudo solis, donne la hauteur du soleil à son méridien pour chaque jour de l’année dans un lieu situé à une latitude proche de Paris. Néanmoins, il s’agit à coup sûr d’une imitation des TRH, les premiers possesseurs attestés du manuscrit après Jean de Berry appartenant justement à la dynastie des ducs de Savoie : Charles Ier de Savoie et Blanche de Montferrat, figurés avec leurs armoiries au fol. 75 par le pinceau de Jean Colombe. La politique religieuse de cette maison au milieu du xve siècle peut expliquer le mobile d’un tel emprunt : c’est par le concile de Bâle, porteur d’un projet de réforme du calendrier, qu’Amédée VII de Savoie fut élu pape sous le nom de Félix V (1439-1449).

68 On songe évidemment à l’horloge astronomique commandée en 1424 par le chapitre de la cathédrale de Bourges, conçue par Jean Fusoris et dont le décor fut peint par Jean Grangier, dit d’Orléans, auparavant au service de Jean de Berry. Voir E. Poulle, Un constructeur d’instruments astronomiques au xve siècle : Jean Fusoris,Paris, Champion (Bibliothèque de l’École des hautes études, IVe section, fasc. 318), 1963, p. 26-36 ; Id., « Un atelier parisien de construction d’instruments scientifiques au xve siècle », dans P. Benoît et D. Cailleaux (dir.), Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, Paris, Association pour l’édition et la diffusion des études historiques, 1988, p. 61-68 ; A. Bourgelot et J.-Y. Catoire, L’horloge astronomique de la cathédrale de Bourges : son histoire – sa réhabilitation, Bourges, 2006.

69 Voir la réédition de six articles d’H. Millet, Le concile de Pise. Qui travaillait à l’union de l’Église d’Occident en 1409 ?,Turnhout, Brepols (Ecclesia militans, 1), 2011.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Très Riches Heures du duc de Berry (mois de mars), ms. 65 © Bibl. et arch. du château de Chantilly / cl. CNRS-IRHT
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 2 – Très Riches Heures du duc de Berry (mois de janvier), ms. 65 © Bibl. et arch. du château de Chantilly / cl. CNRS-IRHT
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 583k

Auteur

Institut de recherche et d’histoire des textes

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540