Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie IV. La culture des clercs

Giovanni da Legnano et la genèse de son interprétation astrologique du Grand Schisme d’Occident1

Jean-Patrice Boudet

Texte intégral

  • 1 Je remercie chaleureusement Patrick Gilli, Jean-Baptiste Lebigue et Laura A. Smoller pour les préc (...)
  • 2 H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba († 1403) face aux prophéties du Grand Schisme d’Occident  (...)
  • 3 Ibid., p. 202-205. Arch. vat., Arm. 54, vol. XVIII, fol. 53-70v (voir l’édition de B. Pio mentionné (...)
  • 4 J’ai signalé cette trouvaille dans mon article, « Simon de Phares et les rapports entre astrologie (...)
  • 5 E. Gianazza, G. D’Ilario, Vita e opere di Giovanni da Legnano, Legnano, Ed. Landoni, 1983, p. 175- (...)
  • 6 B. Pio, “De Fletu Ecclesie”. Giovanni da Legnano, Bologne/Legnano, Fond. Cassa di Rispiarmo in Bol (...)

1En 1986, Hélène Millet publia, dans les Mélanges de l’École française de Rome, un article qui a fait date sur le cardinal Martin de Zalba († 1403) face aux prophéties du Grand Schisme d’Occident2. Elle y consacrait quelques pages au De fletu Ecclesie de Giovanni da Legnano et à l’un des exemplaires de ce traité, conservé dans un manuscrit des Archives secrètes du Vatican ayant appartenu à ce cardinal qui fut l’un des prélats de l’entourage de Benoît XIII3. C’est à l’occasion de la préparation de cet article qu’elle a jugé bon de me consulter sur les passages et les carrés astrologiques du De fletuEcclesie et c’est donc en bonne partie grâce à elle que j’ai déniché par la suite, dans le manuscrit latin 2599 de la Bibliothèque nationale de France4, le texte d’apparence anonyme publié ci-dessous en appendice, à savoir la version originale latine de l’opuscule de Legnano consacré à la conjonction planétaire de 1365, opuscule dont une traduction italienne conservée dans un codex florentin a été publiée en 19835 et dont l’horoscope (fig. 1) a été intégré au prologue du De fletu6. Cela fait donc un quart de siècle que j’attendais l’occasion de publier ce texte inédit en son honneur. D’où la très grande joie qui est la mienne aujourd’hui, même si je ne prétends pas avoir résolu l’ensemble des problèmes que posent cet opuscule en lui-même et ses relations avec les autres ouvrages de Legnano, à commencer par le De fletu Ecclesie.

  • 7 Sur la vie et l’œuvre de Legnano, outre le livre d’Egidio Gianazza et de Giorgio D’Ilario et l’int (...)
  • 8 T. E. Holland (éd.), Tractatus de bello, de represaliis et de duello, by Giovanni da Legnano, Oxfo (...)

2Né à Legnano vers 1320, docteur in utroque jure en 1352 au plus tard, Giovanni est l’un des juristes les plus renommés et les mieux rétribués de son alma mater, l’université de Bologne, mais aussi un penseur prolifique, dont les écrits ont la particularité – unique en son genre pour un juriste du xive siècle – d’accorder une large place à l’astrologie et à la prophétie comme moyens complémentaires de prévision de l’avenir et d’interprétation de l’histoire7. Son De bello, adressé vers 1360 au cardinal-légat Gilles d’Albornoz, comprend ainsi un long prologue où les événements politiques tumultueux de la dernière décennie de l’histoire de Bologne – considérée à la fois comme une nouvelle Jérusalem et comme une cité sujette aux aléas de la conjoncture astrale – sont passés au crible d’une interprétation astrologico-symbolique : Bologne y est qualifiée de « verger du [signe du] Taureau » ; l’Empire y est identifié à la principale planète maléfique, Saturne, Giovanni Visconti, archevêque de Milan, étant « le plus grand des fils de Saturne » ; les neveux de l’archevêque, Matteo, Bernabo et Galeazzo, y sont assimilés à trois vipères ; Giovanni Visconti d’Oleggio, gouverneur de Bologne, y apparaît sous les traits de Mercure (une planète d’une nature fort changeante…) et son armée sous ceux de Mars, alors que l’Église et la papauté sont assimilées à Jupiter (planète bénéfique) et qu’Albornoz est qualifié de « plus grand frère de Jupiter8 ».

Fig. 1 – Giovanni da Legnano, Figura celi de la conjonction de 1365 (Paris, BNF, lat. 2599= P1, fol. 267v38). Figura constellationis Saturni et Jovis in gradibus equalibus, Solis et Veneris et Mercurii in gradibus inequalibus, anno Domini M° CCC° LXV°, XXIIa mensis octobris

Fig. 1 – Giovanni da Legnano, Figura celi de la conjonction de 1365 (Paris, BNF, lat. 2599= P1, fol. 267v38). Figura constellationis Saturni et Jovis in gradibus equalibus, Solis et Veneris et Mercurii in gradibus inequalibus, anno Domini M° CCC° LXV°, XXIIa mensis octobris
  • 9 L. Thorndike, Latin Treatises on Comets, 1238-1368 A.D., Chicago, The University of Chicago press, (...)
  • 10 G. M. Donovan et M. H. Keen, « The Somnium of John of Legnano », Traditio, no 37, 1981, p. 325-345 (...)
  • 11 C’est le ms. Vatican, Vat. lat. 2639. Sur le De adventu Christi et Antichristi, dont la date de co (...)

3Legnano est également l’auteur d’un traité sur la comète de 1368, où il remarque qu’elle est apparue dans le signe du Taureau et risque fort de nuire aux cités et habitants placés sous l’influence de ce signe in terris Ytalie generaliter quarum ascendens fuerit Taurus, mais où il s’abstient significativement de toute mention explicite de Bologne9. Il compose, en 1372, le Somnium, dialogue entre un clerc et un chevalier qui est l’une des sources du Somnium viridarii et de son adaptation française10, et, en 1375, un De adventu Christi et Antichristi, qui comprend une importante section astrologique et un développement sur les prophéties sibyllines, traité qui est placé en tête d’une copie de luxe de ses œuvres, enluminée par Nicolas de Bologne et adressée à Grégoire XI en 137611.

4Legnano est alors à l’apogée de sa carrière politique : principal instrument de la réconciliation entre la commune de Bologne et Grégoire XI après le soulèvement de la ville contre le légat pontifical en 1376, il est nommé l’année suivante vicaire apostolique à Bologne et citoyen d’honneur de la ville en janvier 1378. Lorsque le Schisme éclate dans le courant de cette année fatidique et jusqu’à sa propre mort, en 1383, il joue un rôle majeur dans le maintien de la loyauté bolonaise envers Urbain VI et la papauté romaine.

  • 12 B. Pio, De Fletu (cité supra n. 6), p. 102-107 sur la traduction manuscrite. Les deux mss complets (...)

5C’est entre 1378 et 1381 qu’il compose, en plusieurs étapes, le De fletu Ecclesie, dont il subsiste quelque 25 manuscrits (la plupart sous une forme incomplète, deux codices seulement conservant l’ensemble des différentes parties du texte) et qui a bénéficié d’une édition de luxe et semi-critique, publiée en 2006 par Berardo Pio12. Le début de la rédaction du premier article de ce traité, qui justifie juridiquement l’élection d’Urbain VI au mois d’avril 1378, est de peu antérieur à celle de Clément VII, le 20 septembre suivant. Le second article, qui analyse l’élection du pape romain d’un point de vue astrologique, est postérieur à celle de son rival et antérieur à l’équinoxe de printemps de 1381, dont il est question au futur, l’ensemble du texte ayant été revu entre ces deux dates, à commencer par son prologue, auquel Legnano a cru bon d’adjoindre trois horoscopes, ou figure celi :

    • 13 B. Pio, De Fletu, p. 124 (reproduction du fol. 1v du ms. XIV.D. 19 de Prague) et 125 (transcriptio (...)

    celui de la conjonction Saturne-Jupiter du 22 octobre 1365, considérée comme une menace céleste de caractère majeur, envoyée par Dieu aux hommes13 ;

    • 14 Ibid., p. 126. La date du 19 mars est indiquée au dessus de l’horoscope mais celui-ci est daté, dan (...)

    celui du soulèvement bolonais contre le légat du pape, le 19 mars 1376, que Legnano estime être une préfiguration du Schisme14 ;

    • 15 Ibid., p. 127. le carré est précédé de la mention : Plene executus est M° CCCLXXVIII post coronatio (...)
    • 16 Ibid., p. 127, en dessous du carré : Figura coronationis facta ad meridianum Romanum lapsis ab ortu (...)
    • 17 Ibid., p. 259 : In figura premissa est attendendum quod secundum quod scribit Ali Albenragel, 3a pa (...)
    • 18 B. Pio, De Fletu, p. 260 : Jupiter autem, dominus undecime, significat auxiliatores regni, est ret (...)
    • 19 Ibid., p. 261-262.
    • 20 Ibid., p. 265.

    celui du couronnement d’Urbain VI à Rome, au matin du 18 avril 137815, jour élu entre tous puisque c’est celui de la fête de Pâques et de la résurrection du Christ, mais à propos duquel Legnano constate, pour le déplorer, en suivant le De judiciis astrorum d’Hali Abenragel, qu’à l’heure où la tiare a été remise au pontife, une heure et 45 minutes après le lever du soleil16, Mercure, maître de l’ascendant (lui-même placé à 10° Gémeaux), se situait dans « un mauvais lieu », en l’occurrence dans la 12e maison du ciel, celle des ennemis, et que la présence de la queue du Dragon à l’ascendant et de la Lune dans la 7e maison, celle des adversaires, ne pouvaient qu’être néfastes, entre autres facteurs, à l’autorité du nouveau pape17. En outre, lors dudit couronnement, Jupiter, planète significatrice de la papauté, était maître de la 11e maison, celle des auxiliaires de son règne, et se trouvait alors en rétrogradation et dans la 6e maison, en opposition avec Mercure, maître de l’ascendant, ce qui indiquait une mésentente entre le pape et ses cardinaux18. Qui plus est, Legnano annonce que Mercure sera rétrograde et combustus, c’est-à-dire en conjonction avec le Soleil et « brûlé » par lui, lors de l’équinoxe de printemps de 1381, ce qui constitue un péril de mort pour Urbain VI, péril qui se répétera quatre ans plus tard, en 138519. Autant dire qu’il n’est pas franchement optimiste sur l’avenir du pontife dont il est le partisan, même s’il relativise pour finir la valeur de son jugement en la matière en arguant qu’il l’a effectué fantastice secundum doctrinam magistrorum sciencie astrologorum, l’auteur du De fletu rappelant que saint Augustin, dans le livre V de la Cité de Dieu, et d’autres saints docteurs, ont déclaré qu’il ne fallait pas croire à la doctrine astrologique mais seulement à la providence divine20.

6Comment situer, dans ce contexte, le jugement de Legnano sur la conjonction de Saturne et Jupiter en 1365 ?

  • 21 S. Piron, « Anciennes sibylles et nouveaux oracles. Remarques sur la diffusion des textes prophéti (...)
  • 22 M. Boilloux, Étude d’un commentaire prophétique du xive siècle : Jean de Roquetaillade et l’Oracle (...)
  • 23 Voir le catalogue des filigranes de Briquet, no 2629.
  • 24 Contrairement à S. Piron, « Anciennes sibylles », p. 294, je ne pense pas que ce scribe soit ident (...)

7Le plus ancien codex qui le conserve, le manuscrit latin 2599 de la Bibliothèque nationale de France, une anthologie de textes prophétiques de 270 feuillets, étudiée récemment par Sylvain Piron21, comporte notamment le seul exemplaire connu du commentaire de Jean de Roquetaillade à l’oracle de Cyrille22. Il a été copié par une seule main de la seconde moitié du xive siècle, le filigrane des deux derniers cahiers correspondant à un basilic localisé à Florence en 1375-1377 et à Sienne en 137623. Le scribe, qui semble avoir copié ce volume à destination d’un clerc florentin au tout début du Schisme24, ne connaissait sans doute pas grand chose à l’astrologie et a donc multiplié les erreurs techniques et les fautes de lecture sur la figura constellationis et dans le texte, erreurs que j’ai essayé de corriger en m’aidant de la version italienne, mais certaines bizarreries ne lui sont pas attribuables, notamment dans le domaine astronomique.

  • 25 Legnano se réfère explicitement à cette tradition au § 4 : Introducere etiam hec conjunctio veriss (...)
  • 26 Pour une comparaison entre les données astronomiques fournies par Legnano sur la conjonction de 13 (...)
  • 27 Voir la fig. 1 qui reproduit le ms. BNF, lat., 2599, fol. 267v : Figura constellationis Saturni et (...)
  • 28 Ms. Vat. Lat. 2639, fol. 29ra : Anno autem Christi 1365, circa principium octobris, conjunctio fui (...)
  • 29 F. Bònoli et D. Piliarvu, I Lettori di Astronomia presso lo Studio di Bologna dal xii al xx secolo(...)

8L’on conserve plusieurs jugements contemporains sur la conjonction Saturne-Jupiter de 1365, particulièrement remarquable du fait qu’elle marquait un changement de triplicité d’un signe d’air à un signe d’eau – un phénomène qui n’est censé se produire que tous les 240 ans – et qu’elle se situait dans le Scorpion, à l’instar de la conjonction de 571 qui avait annoncé, selon les astrologues persans et arabes, l’avènement de l’Islam25. Mais Legnano est le seul à dater cette conjonction du 22 octobre au lieu du 29, comme le font Jean de Murs et Jean d’Eschenden (ou Aschenden), qui se fondent sur les tables alphonsines26. Et il est par conséquent le seul à pouvoir affirmer, dans le titre de la figuraconstellationis (fig. 1 et appendice 1) et dans le paragraphe 19 du texte (appendice 2), que lors de cette conjonction, ce ne sont pas deux mais en fait cinq planètes qui se sont trouvées conjointes – Saturne et Jupiter, mais aussi le Soleil, Vénus et Mercure – ce qui accentue naturellement le caractère exceptionnel du phénomène27. Alors que les positions planétaires indiquées par Legnano dans le De bello et dans les horoscopes du De fletu Ecclesie relatifs à la révolte bolonaise de 1376 et à l’élection d’Urbain VI deux ans plus tard sont globalement compatibles avec ce qu’il aurait pu trouver en utilisant les tables alphonsines, la date qu’il indique pour la conjonction de 1365 est en discordance non seulement avec les données fournies par les tables attribuées à Alphonse X mais aussi avec les tables de Tolède, un matériel obsolète qu’il mentionne pourtant comme l’une de ses sources à propos de la même conjonction dans le De adventu Christi et Antichristi28. On peut s’interroger sur la cause de cette double discordance, peut-être due au fait que notre juriste a utilisé ici ses propres calculs ou ceux d’un praticien peu expérimenté, même s’il aurait sans doute pu se faire aider par plusieurs spécialistes en la matière à Bologne à cette époque, où Enrico de Fanconia et Biagio Pelacani da Parma (Blaise de Parme) apparaissent l’un et l’autre comme lecteurs en astrologia à l’université, le premier en 1378, le second de 1378 à 138929.

  • 30 B. Pio, De Fletu, p. 259 : Et quia plene scripsi judicium conjunctionis Saturni et Jovis que fuit (...)
  • 31 R. Rusconi, L’Attesa della fine. Crisi della società, profezia ed Apocalisse in Italia al tempo de (...)

9Se pose le problème concomitant de la date de ce jugement astrologique de Legnano. Il semble de peu postérieur à la composition, en 1375, du De adventu Christi et Antichristi, auquel l’auteur fait explicitement référence au § 10 en disant qu’il l’a composé noviter, et il semble antérieur à 1378, année dont il est question au futur au § 3, où est prévue une descente d’un nouvel empereur romain ou de son père en Italie, notamment en Lombardie, qui n’eut en fait pas lieu. L’on peut toutefois remarquer que la simple mention de l’année 1378 au début du texte, ainsi que ses passages sur les grandes persécutions que subira l’Église (§ 2-3), sur l’avenir inquiétant du « sanctuaire de Dieu (Rome) qui tombera entre les mains des pécheurs qui se répartiront les vêtements des saints » (§ 8) et sur la « grande dépression de l’état ecclésiastique » (§ 22-23), pouvaient être interprétés rétrospectivement comme une annonce du Schisme. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles Legnano, dans le De fletu Ecclesie, sans reprendre l’ensemble du texte, désormais inadéquat, de son jugement sur la conjonction de 1365 – même s’il s’y réfère en passant30 – a réutilisé son horoscope relatif à cette conjonction afin de la présenter comme un jalon majeur dans la genèse du Schisme. Et c’est aussi la raison pour laquelle il fut considéré, après sa mort, dans le Cosmidromius de Gobelin Person, un clerc allemand qui rejoignit la cour urbaniste à Lucera en 1384, comme un prophète avisé de cette catastrophe31.

10En outre, par rapport aux autres jugements de son temps sur la conjonction de 1365, celui de Legnano présente deux particularités intéressantes.

  • 32  G. Boffitto, Il commento di Cecco d’Ascoli all’Alcabizzo, Florence, 1905, p. 31-32, 47 et 50-51, (...)
  • 33 En revanche, Legnano ne dit pas un mot sur Florence, que ce soit d’un point de vue astrologique ou (...)

11Tout d’abord, il est précisément adapté au contexte politique italien. Selon Cecco d’Ascoli, dans son commentaire au manuel de base de l’astrologie qu’est le Liber introductorius d’Alcabitius, composé peu après son accession à la chaire d’astrologia du studium bolonais en 1322, chacune des grandes cités de l’Italie centro-septentrionale a un horoscope de fondation, assimilé par lui à une figura celi de conception, qui définit sa personnalité et influe sur son destin : Bologne a un ascendant Taureau, Ferrare un ascendant Scorpion, Florence un ascendant Bélier32. Legnano se réfère à ce type de grille de lecture et ajoute que Parme a un ascendant Vierge, Plaisance, Pavie et Novare un ascendant Vierge ou Balance, Brescia, Mantoue, voire Crémone un ascendant Sagittaire, Gênes un ascendant Scorpion (§ 4-5), la mention Nota bene Padua se trouvant par ailleurs à gauche de l’horoscope et concernant la 2e maison du ciel. Mais il s’intéresse plus généralement au sort de l’ensemble de l’Italie – les mots Ytalia nota bene ont été inscrits sur l’horoscope dans la 12e maison du ciel, celle des ennemis –, ce pays qui lui est cher risquant d’être envahi par de nouveaux princes et par des étrangers qui voudront le mettre en coupe réglée (§ 6 et 8)33.

  • 34 J.-P. Boudet, « La papauté d’Avignon et l’astrologie », p. 275-276, pour la lettre de Jean de Murs (...)
  • 35 The Opus Majus of Roger Bacon, vol. I, J. H. Bridges (éd.), Oxford, 1897, p. 255-269. Jean de Murs (...)
  • 36 On trouve cette prophétie dans un ms. du milieu du xve siècle conservant notamment des vies de sai (...)

12En outre, Legnano met ses sources astrologiques et prophétiques sur un pied d’égalité. Alternant avec aisance les références au traité d’Albumasar sur les grandes conjonctions (§ 2, 6, 17 et 24), au Centiloquium du pseudo-Ptolémée (§ 4, 6 et 17), et les enseignements attribués à Joachim de Flore et à la Sibylle Érithrée – dont les prédictions « sont fortement consonantes avec la disposition des astres » (§ 10) –, notre juriste conclut, à l’instar de Jean de Murs et de Jean d’Eschenden dans leurs jugements sur les conjonctions de 1357 et 136534, à la prochaine destruction de l’Islam, la lex Machometi, au profit de la lex Christi (§ 14). Mais il annonce au préalable l’apparition d’un « Antichrist dont la constellation sera conforme à la constellation de Mahomet, pseudo-prophète des Arabes et des Sarrasins » (§ 7), ce qui n’est plus du ressort de la prédiction astrologique stricto sensu mais qui se rapproche de la lecture astrologico-eschatologique qu’appliquait Roger Bacon à la doctrine des grandes conjonctions d’Albumasar35. Et sa connaissance des prophéties sibyllines circulant de son temps en Italie étant excellente, l’on est parfois bien en peine d’identifier avec précision certaines de celles auxquelles il se réfère : outre les vaticinations qu’il attribue à la Sybille Érithrée, « la plus solennelle de toutes les Sibylles qui furent au nombre de dix » (§ 10), la Sybille de Cumes se voit ainsi gratifiée (§ 11) d’une prophétie relative à la venue d’un « lion rugissant humblement [sic] » qui s’avancera en Ligurie, annoncera la paix, fera des allers et retours, sera l’objet de la risée du peuple et se comportera conformément à l’empereur actuel (Charles IV ?)36. Quant à la prédiction que notre juriste attribue à une Sibylla Dispontia (i. e. du Pont, § 12), originaire de la région de Troie et qui vécut soi-disant au temps de Salomon, elle fait référence à un autre lion qui bêlera comme un mouton, se changera en coq, lequel chantera comme un onagre, tout cela convenant également au dit empereur. Deux autres judicia suivent, le premier relatif à un pape du Latium confronté à un certain Karolus en 1379 completo, soit en 1380 (§ 12), l’autre à la venue d’Orient d’un autre lion, ressemblant à un petit dragon et dont l’activité, après bien des tribulations, s’achèvera dans la paix, la sainteté et l’abondance (§ 13).

13Legnano revient ensuite à l’interprétation de la figura de la conjonction de 1365 pour constater que le christianisme, ici identifié – conformément à la doctrine d’Albumasar revue par Roger Bacon – à la lex mercurialis, l’emportera sur l’Islam, assimilé à la lex Veneris, du fait notamment que la Vierge, dominée par Mercure, s’étant trouvée à l’ascendant de l’horoscope de la conjonction, et que Saturne l’emportait en puissance à ce moment-là sur Jupiter, la religion la plus ancienne l’emportera sur la plus récente (§ 15-17). Mais d’ici la conjonction suivante de Saturne et Jupiter, celle de 1385 (§ 18), se produira une grande dépression de l’état ecclésiastique (§ 22-23) qui montrera que les périls futurs liés aux problèmes internes à la chrétienté sont bien plus redoutables que les périls extérieurs.

  • 37 Bologne est considérée comme nidum philosophantium depuis le xiiie siècle, dans les prophéties att (...)

14Composé entre le De adventu Christi et Antichristi et le De Fletu Ecclesie, ce jugement astrologico-prophétique de Legnano constitue ainsi un jalon important dans la genèse de son interprétation du Grand Schisme d’Occident. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne semble pas postérieur à son déclenchement mais l’attention particulière qu’il porte aux événements de 1378, laquelle semble assez arbitraire sur le plan astrologique, laisse penser qu’il pourrait dater des derniers mois de l’année précédente ou du tout début de cette année. Quant à la solidité de son argumentation, elle est au moins équivalente à celle du même auteur dans la partie juridique de son De fletu Ecclesie, sur laquelle Patrick Gilli s’est penché récemment. L’astrologie et la prophétie, dans l’Italie du Trecento et en particulier à Bologne, nidus philosophorum (§ 8)37, sont des choses fort sérieuses, presque autant que le droit. Il est toutefois exceptionnel que ces différents champs du savoir soient labourés par la même personne, avec une compétence certes inégale mais néanmoins remarquable.

Appendice 1

Giovanni da Legnano, Figura celi de la conjonction de 1365 (Paris, BnF, lat. 2599= P1, fol. 267v1). Figura constellationis Saturni et Jovis in gradibus equalibus, Solis et Veneris et Mercurii in gradibus inequalibus, anno Domini M° CCC° LXV°, XXIIa mensis octobris.

Giovanni da Legnano, Figura celi de la conjonction de 1365 (Paris, BnF, lat. 2599= P1, fol. 267v1). Figura constellationis Saturni et Jovis in gradibus equalibus, Solis et Veneris et Mercurii in gradibus inequalibus, anno Domini M° CCC° LXV°, XXIIa mensis octobris.

151. Voir la fig. 1. Collationné avec l’édition et avec certains mss du De fletu Ecclesie. Voir Berardo Pio, De Fletu Ecclesie, Giovanni da Legnano, Bologne-Legnano, 2006, p. 124-125.

162. 1 Gemini] 12 Gemini P1.

173. 29 Gemini om. P1, où se trouve une fleur de lys qui occupe toute la 10e maison.

184. Ymago Persei cum capite Gorgonii] ymago Psticum cum capite Gorgoni P1.

195. 0.32] 32 P1.

206. in om. P1.

217. Bortem] Bortex P1.

228. est] Xa P1.

239. 0.32] 32 P1.

2410. 6.7 P1.

2511. Les positions planétaires sont de nouveau indiquées à la suite, en bas du cartouche central : Saturnus 6.47 [26.47 P1], Jupiter 6.47 [26.47 P1], Sol 8.24 [28.24 P1], Mercurius 11.19 [25 P1], Venus 17.20 [2.17 P1], Luna 26.8 in Aquario, Caput Draconis 0.32 in Virgine [Capricornus 20.32 in Virgine P1], Mars 14.36 in Sagitario [2.14.36 P1].

2612. 6.7 P1.

2713. 29 om. P1.

2814. Arabia secundum Albumazar introductio ejus in Libro conjunctionum.

2915. 27] 22P1.

Appendice 2

  • 38 Collationné avec la version italienne conservée dans le ms. Florence, BNC, II.IV.313, fol. 25-29v (...)

30Giovanni da Legnano, Jugement sur la conjonction de Saturne et Jupiter de 1365 (Paris, BNF, ms. lat. 2599, fol. 268-27038)

31[1] Sub anno Domini millesimo cccmo lxvo, die xxiia mensis octobris, fuit supra descripta conjunctio, et est constellatio mirabilis et stupenda, et maxime hoc anno apparebunt effectus mirabiles, quia locus conjunctionis, attento signo non gradu, est ascendens hujus revolutionis, scilicet Scorpio.

  • 39 Abū Ma‘šar on Historical Astrology. The Book of Religions and Dynasties (On the Great Conjunctions)(...)

32[2] Et effectus, secundum Albumazar in libro De magnis conjunctionibus, sunt mutationes principatuum et regnorum et monarchiarum, mortes principum et monarchias gubernantium39 ; et fient multa disceptationes, hereses contra fidem catholicam, fient guerre et multiplicabuntur inceptis Arabum, multe controversie et discentiones in Imperio romano, et in Ecclesia alte fient turbationes et mutationes quo ad partes Ytalie, quia, ut dixit, locus conjunctionis, attento signo non gradu, est ascendens hujus conjunctionis et revolutionis.

  • 40 Ibid., vol. II, tract. II, diff. 8, 32, p. 96.
  • 41 hoc anno maxime… apparebunt suntin marg.
  • 42 [Ps.-] Ptholomeus, Centiloquium, Platon de Tivoli (trad.), verbum 97, Venise, B. Locatello, 1493, (...)
  • 43 Brisia, quia Sagitarius… timendum : passage omis dans la traduction italienne.
  • 44 Raschenden dans la traduction italienne, p. 178-179.
  • 45 Référence à la Summa judicialis de accidentibus mundi de Jean d’Eschenden ou Aschenden (1348).
  • 46 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. III, diff. 1, p. 105.
  • 47 [Ps.-] Ptholomeus, Centiloquium, Platon de Tivoli (trad.), commentaire au verbum 58, éd. cit., fol (...)
  • 48 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, vol. II, tract. II, diff. 8, p. 80.

33[3] Imperator romanus et verissimiliter nunc coronatus vel pater vel uterque intrabit Ytaliam, et ipsum introducet conjunctio prefata Jovis et Satur[n]i in mutationem triplicitatis, cujus effectus sunt longo tempore dominabiles vel durabiles, et intrabit Lombardiam, et anno Domini mocccmo LXXxviiio magnos motus concitabit, et deinde extendetur ad multas partes Ytalie grandes et altas persecutiones pacietur Ecclesia Domini. [4] Introducere etiam hec conjunctio verissimiliter deberet pseudo propheticum, sicut conjunctio Saturni et Jovis in mutatione triplicitatis de aerea ad aqueam introduxit Machometam, prophetam pessimum40. Terribilia sunt hoc anno maxime timenda loca autem in quibus hoc singulariter apparebunt sunt41 loca que ascendunt, ascendens conjunctionis et anguli ipsius, ut scribit Tholomeus in Centiloquio, verbo 9742, principaliter istis annis ex vi illius conjunctionis in Lumbardia et Londe [sic], quia locus conjunctionis, scilicet Scorpio, est ibi ascendens Parma, quia ascendens conjunctionis, scilicet Virgo, fuit ascendens Parme. Placencia secundum quosdam habet Virginem, secundum alios Libram et ibi timendum est. Brisia, quia Sagitarius fuit ibi ascendens et domus 4e conjunctionis. [5] Papia secundum quosdam habet Virginem, secundum alios Libram, ibi timendum est. Mutina habet Sagitarium, ibi timendum. Ferraria secundum aliquos habet Scorpionem, et tunc est timendum. Novaria habet Virginem, secundum alios Libram, ibi timendum. Cremona habet Sagitarium, qui fuit domus 4o conjunctionis, sed tunc timendum, secundum alios habet Leonem, secundum alios habet /268v/ Sagitarium, qui fuit domus 4e conjunctionis sed tunc timendum, secundum alios habet Leonem, secundum alios habet Arietem. Janua habet Scorpionem, qui fuit locus conjunctionis, ibi timendum43. [6] Dubitandum est ingressus novi principis et gentis extranee ad concussionem Ytalicorum et ad totalem commotionem status Ytalie qui aparte insurgent ex vi illius conjunctionis Saturni et Jovis, et que significat permutationem regnorum et principatuum, et adventum prophetarum, ut scribitur per Rabanum [sic]44 in Libro magnorum accidentium mundi45, et Albumazar 3o, differencia prima46, scilicet dicamus ergo Tholomeus in Centiloquio, verbo 5847, Albumazar, tractatu 2o, differencia 8a, de significatione [conjunctionis] Saturni et Martis48. [7] Et forte illa conjunctio introducet adventum Antichristi, sive falsi prophete in circumferenciis, quia clamantis in terris Arabum, quibus preest Soldanus Magnus. Et habebit hic Antichristus constellationem conformem constellationi Machometi, pseudo prophete Arabum et Sarracenorum.

  • 49 nidus philosophorum] nido de profeta dans la version italienne, p. 180-181.
  • 50 unum apostolicum sanctum] una papa santo dans la version italienne.
  • 51 da parte seconda add. dans la version italienne, p. 182-183.

34[8] Hec scripsi attentis dispositionibus celestibus, post quarum inspectionum volui videre prophetias antiquorum, et vidi prophetiam Sibille Erithee, quam abbas Joachim traxit in quadam sua prophetia, et ventura sunt annis sequentibus, nam civitati Mediolani comminabitur per occursum imperatoris, quem dicit imperatorem ; comminabitur Placencie, quia natabit in sanguine proprio ; comminabitur Bononie, dicens quod nidus philosophorum49 minorabitur ; comminabitur toti Ytalie, dicens quod ille imperator totam Ytaliam concultabit ; comminabitur civitati Pisarum, que expectat imperatorem, nutriens ignem in sinu suo, et vocat Pisas tuces ; comminabitur civitati Senensi, quam vocat lupam ; comminabitur Rome, dicens quod lacrime sue convertentur in sanguinem ; comminabitur Ecclesie, dicens quod sanctuarium Dei incidet in manus peccatorum, qui divident vestes sanctorum ; comminabitur Viterbio, dicens quod cadent in ore gladii nec unus eorum remanebit, et fiet habitatio deserta, et in planicie Viterbii fiet infinita sanguinis effusio. [9] Et scribit abbas Joachim quod antequam hec fiant non remanebunt nisi tres cardinales qui luminia Petri et Pauli visitabunt, et eligent unum apostolicum sanctum50, et perdent omnia temporalia, et Ecclesia reducetur ad statum primenum et apparebit pontifex in conspectu Domini in syndone Johannis Baptiste, dicata tunc erit Ecclesia in spiritualibus nichil habens in temporalibus. [10] Et scribit Sibilla prefata quod tunc Alammani perdent electionem imperatoris et remanebit electio ponens Ecclesiam ; hec omnia Sibilla Erithea, que fuit solempnior omnibus aliis Sibillis que fuerunt numero decem. Et plene scripsi in tractatu quem noviter compilavi De adventu Christi et Antichristi. Hec dicta Sibille multum consonant dispositioni astrorum, /269/ atenta illa magna que Saturni et Jovis, cujus figura subjeci51.

  • 52 in Ligurie partibus] nelle parti d’Italia dans la version italienne.
  • 53 Cette prophétie se trouve dans le ms. Cologne, Historisches Archiv, GB 4° 214, fol. 188v-189.

35[11] Inveni prophetiam alterius Sibille, hec fuit Sibilla Cumea, que sic dicit : « Veniet leo humili rugitu incedens in Ligurie partibus52, pacem populis annunciare, recedet iterumque, redibit iterumque, recedet ab omni populo derisus. Tercio reversurus cum alterius potentia puniens rectores pena reatus, convenient imperatori hodierno53. » Hec Sibilla Cumea.

  • 54 luctet dans la version italienne, où cette citation et la suivante ont été laissées en latin] lucto (...)
  • 55 lamie compecta erit] annis conspectui erit dans la version italienne.
  • 56 pastores Ecclesie… habundantia] redibit ut draco dracunculorum ossa constringet tirannos ubique dep (...)

36[12] Inveni prophetiam alterius Sibille, et hec fuit Sibilla Dispontia, nata in agro Troiano, et fuit in tempore Salomonis et scripsit sic : « Leo balat ut agnus et cetera, et permutabit contemptum gallus, et gallus astera onagri voce tonabit conveniunt imperatori hodierno. » Ex quibus dictis Sibillarum, vidi tracta duo judicia, primum in versibus : « Papa quidem Latius quod menia luctet54 Karolus intrabit, fingens dyademathe regni, non dabit Ateno populis Ligurumque superbium, et rutilem perdet Romanos ense domabit, imperii geminos enses conflabit in unum. Pontificis summi solium deducet ad yma ; post Marie partum, junctis cum mille ccctis annis completis post lxx nonos. » [13] Aliud judicium : « Veniet ab oriente leo, cujus incessus lamie compecta erit55, similis dragunculo modestus, sed ficto gradu transibit montes, intrabit urbem assumptis imperii signis, pastores Ecclesie non servabunt promissa, propter hec tribulatio maxima, hereses in fide catholica et Ecclesia vere pastoribus, fugabit insidias leo cum serpenticulis suis, non modica sede facta, post fiet pax, sanitas et habundantia56. »

  • 57 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. II, diff. 4, 4, p. 28.
  • 58 [Ps.-] Ptolomeus, Centiloquium, Platon de Tivoli (trad.), verbum 63, éd. cit., fol. 113ra : Oporte (...)
  • 59 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. II, diff. 8, 34, p. 98.

37[14] Expulsi redibunt ad primas hec omnia habent fomentum ab illa conjunctione, cujus figura hic subicitur. Et hec conjunctio destruet legem Machometi, quia locus conjunctionis fuit in Scorpione, et Scorpio, domus Martis, habet [A]rabiam, Mars autem Turchiam et terram promissionis habet terram Grecorum et Alexandriam. Venus autem est significatrix legis Machometi, et Mars existens in Sagitario, in illo conspectu, aspiciens domum conjunctionis, cujus est dominus, igitur omnes qui sunt sub regimine Scorpionis, tamquam orphanos et desolatos relinquunt. [15] Et quia Mars, de sui natura, significat plurima et ceteras interfectiones que accident illis gentibus, nam Venus que significat legem illam hora conjunctionis fuit in casu suo, in domo Martis qui maxime comminabitur Veneri, et Venus ibidem combusta est, Mercurius autem significator legis christiane multum infortunat eam57. Venus igitur cadit in domo fidei, scilicet 3o, nec confortatur a Jove fit ergo mutatio secte Sarracenorum, mutatio secte sui que est secta Sarracenorum. Et hoc propter obcessionem gentis mercurialis legis, que est lex Christianorum. [16] Item quia Virgo est ascendens hujus conjunctionis et est casus exaltationis Veneris et exaltatio et domus Mercurii, sequitur quod lege mercuriali infortunante ipsam Venerem, destructio legis Veneris erit in terris que sub sunt signo conjunctionis, quod fuit Scorpio et ascendenti est domus eorum in quibus lex Veneris que est lex Machometi observatur. Virgo ergo quia est ascendens hujus conjunctionis, per quam destruitur lex alicujus, significat invalorem, ideo christiani significati per Mercurium invadent terras Sarra-/269v/-cenorum. [17] Et quia Saturnus in parte seu conjunctione vincit Jovem et elevabitur supra eum, tamen igitur fortitudo significationis hujus conjunctionis summitur ab ipso, ut scribitur in Centiloquio, verbo 6358, sed Saturnus victoriam significat, et est significator antiquorum, patet quod lex antiquior vincet minus antiquam, sed christiana est antiquior, ut scribit Albumazar in libro De magnis conjunctionibus, libro 2o, differencia 4a [sic, pour 8a]59, nam lex Christi precessit legem Machometi 632 annis, et sic Christiani vincent. Et quia conjunctio fuit in domo 2a, destructio fiet pocessionum, fient incendia, interfectiones et motus gladiorum.

  • 60 minari P1.
  • 61 Conjunctio anno 1385, mense aprili note marginale d’une main du xvie siècle.
  • 62 Un blanc d’une demi-ligne. La traduction italienne (p. 188-189) qui fait référence au commentaire (...)
  • 63 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. I, diff. 3, p. 23.

38[18] Et fiet in conjunctione minori60, quia locus preterite conjunctionis, scilicet Scorpio, erit ascendens illius minoris, et fiet anno Domini 1385, in mense aprilis, in signo Cancri, in exaltatione Jovis61. Tunc fiet passagium, fiet etiam vigore dicte conjunctionis, et diluvia particularia aquarum. Et fiet in annis concordantibus et fient hoc anno, quia ascendens est locus conjunctionis causa diluvii, secundum Albumazar, 2° De proprietatibus [sic]62. [19] Et quia hora conjunctionis fuerunt conjuncti quinque planete, scilicet Sol, Saturnus, Jupiter, Venus et Mercurius in signo aqueo, paribunt testimonium diluviis. Et hec fient quia locus conjunctionis est ascendens anni, et fient tempestates, subversiones navium propter infortunium Lune in domo 9a, opposita Saturno et Jovi, transiens ab opposito Solis, vadens ad oppositum Mercurii, significat valitudinem ventorum et tempestatum. [20] Item propter Saturnum vincentem Jovem fient frigora superflua. Fiet etiam mutatio regnorum de uno ad aliud, quia locus conjunctionis est domus Martis, a Marte ergo capitur hec significatio. Et quia Mars dominator Romanorum, et Mercurius etiam, significat legem Romanorum et ejus domus et exaltatio est Virgo quorum fuit ascendens conjunctionis, concludendum ergo quod hec conjunctio significat translationem regni Romanorum. [21] Item propter Marthem et Saturnum dominantes in hac conjunctione, significatur translatio dominiorum particularium que proditionibus sunt adquisita. Item significat illa conjunctio super statum populi ecclesiastici et Ecclesie, quod patet ex parte 9i, et domine ejus que est Venus, et domine populi exaltationis ejus, scilicet que est Luna. Nam Taurus est signum domus 9e, que significat Ecclesiam. [22] Et Venus cadens in domo 3a, que est domus status ecclesiastici, dominus decime etiam que significat principatum secularem, Venus igitur inter Martem et Mercurium et ipsam suo casu, significat casum et depressionem magnam status ecclesiastici. Et quia Venus vadit ad Marthem, significat quod papa recurret ad principem secularem. Item Saturnus superat Jovem et Jupiter significat super Ecclesiam. [23] Et Mercurius in domo 3a et sub radiis Soliis, et hii tres sunt significatores Ecclesie, fiet magna depressio status ecclesiastici. Item hec conjunctio inducet caristiam quolibet anno habente similitudinem cum figura conjunctionis et hoc anno, quia signum in quo fuit conjunctio fuit ascendens hujus anni. Et hoc quia Saturnus dominatur conjunctioni, et fuit conjunctio in 2a domo, et Saturnus dampnat fructus terre, et maxime quia magnam fortitudinem habet in revolutione hujus anni. [24] Item hec introducet multos falsos prophetas. Nam secundum Albumazar, in libro /270/ De magnis conjunctionibus, differencia 3a, cum mutata conjunctio Saturni et Jovis de una triplicitate ad aliam et fuerit conjunctio in 2a vel 4a [sic, pour 3a vel 9a] domo, significat adventum novi prophete63. Hic autem conjunctio fuit in 2a domo, licet quia divisio 3 domus partem signi conjunctionis, quia angulus conjunctionis est 22 Scorpio, idem significat multos prophetas ypocritas et fariseos, predicantes legem perfidam avaricie, et spiritualia vendent predicatio, et tempore conjunctionis prime future que fiet 1385, virginitas et pudicitia a mulieribus, et religio a monachis, justicia a judicibus, a subditis obedentia, et a filiis reverentia erga parentes, et significat sectam cruce signatorum.

Notes

1 Je remercie chaleureusement Patrick Gilli, Jean-Baptiste Lebigue et Laura A. Smoller pour les précieux matériaux qu’ils ont eu la gentillesse de me faire parvenir en vue de la publication de la présente étude.

2 H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba († 1403) face aux prophéties du Grand Schisme d’Occident », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, no 98, 1986, p. 265-293, rééd. dans Ead., L’Église du Grand Schisme, 1378-1417, Paris, Picard (Les médiévistes français, 9), 2009, p. 198-219.

3 Ibid., p. 202-205. Arch. vat., Arm. 54, vol. XVIII, fol. 53-70v (voir l’édition de B. Pio mentionnée infra, n. 5, p. 103, où ce ms. a pour sigle A2).

4 J’ai signalé cette trouvaille dans mon article, « Simon de Phares et les rapports entre astrologie et prophétie à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, no 102, 1990, p. 617-648, aux p. 636-637. Le texte du ms. BNF, lat. 2599, fol. 268-270, se présente comme anonyme mais l’auteur s’y désigne comme ayant écrit un De adventu Christi et Antichristi. Voir infra.

5 E. Gianazza, G. D’Ilario, Vita e opere di Giovanni da Legnano, Legnano, Ed. Landoni, 1983, p. 175-195.

6 B. Pio, “De Fletu Ecclesie”. Giovanni da Legnano, Bologne/Legnano, Fond. Cassa di Rispiarmo in Bologna/Banca di Legnano, 2006, p. 124-125.

7 Sur la vie et l’œuvre de Legnano, outre le livre d’Egidio Gianazza et de Giorgio D’Ilario et l’introduction de Berardo Pio à son édition du De fletu Ecclesie, voir notamment N. Valois, La France et le Grand Schisme d’Occident, Paris, Picard, 1896-1902, réimpr. Hildesheim, 1967, vol. I, p. 126-128 ; J. P. McCall, « The Writings of John of Legnano with a List of Manuscripts », Traditio, no 23, 1967, p. 415-437 ; M. C. de Matteis, « Profilo di Giovanni da Legnano », dans L’Università a Bologna : personaggi, momenti e luoghi dalle origini al XVI secolo, Cinisello Balsamo, Silvana, 1987, p. 157-171 ; Ead., « Giovanni da Legnano e lo scisma », dans Conciliarismo, stati nazionali, inizi dell’umanesimo : Atti del XXV Convegno storico internazionale (Todi, 9-12 ottobre 1988), Spolète, Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, 1990, p. 29-46 ; Ead., « Giovanni da Legnano e il papato », dans La Chiesa di Bologna e la cultura europea : Atti del convegno di studi (Bologna, 1-2 dicembre 2000), Bologne, G. Barghigiani, 2002, p. 51-61 ; P. Gilli, « Les canonistes italiens et le Schisme : le cas du De fletu Ecclesiae de Jean de Legnano », dans Id., Droit, humanisme et culture politique en Italie à la fin du Moyen Âge, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014.

8 T. E. Holland (éd.), Tractatus de bello, de represaliis et de duello, by Giovanni da Legnano, Oxford, Oxford University Press, 1917, p. XXX, 71-78 et 209-216.

9 L. Thorndike, Latin Treatises on Comets, 1238-1368 A.D., Chicago, The University of Chicago press, 1950, p. 234-259 (p. 255 et suiv. pour sa localisation dans le Taureau). Sur cette comète de 1368 et les interprétations dont elle fut l’objet, voir notamment H. Pruckner, Studien zu den astrologischen Schriften des Heinrich von Langenstein, Leipzig/Berlin, B. G. Teubner, 1933, p. 89-138 et 207-211 ; G. W. Kronk, Cometography.A Catalog of Comets, vol. I, Ancient, 1799, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 248-251 ; C. Beaune (éd. et trad.), Chronique dite de Jean de Venette, Paris, Livre de poche (Lettres gothiques), 2011, p. 326-329 et 456-457.

10 G. M. Donovan et M. H. Keen, « The Somnium of John of Legnano », Traditio, no 37, 1981, p. 325-345 ; D. Quaglioni, « Giovanni da Legnano e il Somnium viridarii. Il “sogno” del giurista tra scisma e concilio », dans Id., “Civilis sapientia”. Dottrine giuridiche, dottrine politiche fra Medioevo ed età moderna, Rimini, Maggioli, 1989, p. 145-167 ; P. Gilli, La noblesse du droit : débats et controverses sur la culture juridique et le rôle des juristes dans l’Italie médiévale (xiie-xve siècle), Paris, Champion, 2003, p. 183-186 ; Giovanni da Legnano, Somnium, G. Voltolina (éd.), Legnano, Banca di Legnano, 2004.

11 C’est le ms. Vatican, Vat. lat. 2639. Sur le De adventu Christi et Antichristi, dont la date de composition apparaît au fol. 28va de ce codex, voir L. A. Smoller, « Astrology and the Sibyls : John of Legnano’s De adventu Christi and the Natural Theology of the Later Middle Ages », Science in Context, no 20, 2007, p. 423-450.

12 B. Pio, De Fletu (cité supra n. 6), p. 102-107 sur la traduction manuscrite. Les deux mss complets sont ceux de Paris, BNF, lat. 1470, fol. 33-84v (sigle Pa1), et de Prague, Národní knihova České republiky, XIV.D. 19, fol. 1-35v et 50-50v (sigle Pr2).

13 B. Pio, De Fletu, p. 124 (reproduction du fol. 1v du ms. XIV.D. 19 de Prague) et 125 (transcription du carré astrologique de ce ms., dont l’éditeur n’a malheureusement pas corrigé les erreurs et en a ajouté d’autres). Sur cet horoscope et les problèmes techniques qu’il pose, voir infra.

14 Ibid., p. 126. La date du 19 mars est indiquée au dessus de l’horoscope mais celui-ci est daté, dans le cartouche central, du 21 mars à 22h 20m post meridiem, date astronomique, soit le 22 mars à 10 h 20m en date civile : Figura intronisationis dominorum ancianorum civitatis Bononiensis anno Domini M° CCC° LXXVI°, die 21 marcii, hora 22, minutis 20, secundum bonam estimationem et tunc obtentum fuit in concilio populi quod predicti anciani possent eligere quot et quos vellent secum ad reformationem boni status Bononie. Mais la position de l’ascendant, à 21° Vierge, correspond en fait à environ 17h p.m., soit 5 h du matin !

15 Ibid., p. 127. le carré est précédé de la mention : Plene executus est M° CCCLXXVIII post coronationem sanctissimi patris et domini papa Urbani VI, postquam [leçon de A2 qui me semble préférable à la leçon Pascquam que l’éditeur retient d’après un ms. dont il ne donne pas la cote] insurrexit ille lacrimabilis fletus et scissura cardin[ali]um a capite filiorum ad patrem. Cujus coronacionis figura infra describitur.

16 Ibid., p. 127, en dessous du carré : Figura coronationis facta ad meridianum Romanum lapsis ab ortu Solis una hora et XLV horarum minutis. Là aussi, il y a un problème d’heure car le Soleil s’est levé à Rome vers 6 h 15m du matin le 18 avril 1378, et l’heure du couronnement devrait ainsi se situer aux alentours de 8 h du matin. Or la position de l’ascendant dans le carré astrologique, à 10° Gémeaux, correspond à un horaire plus matinal, vers 6 h 52m, ce qui semble bien trop tôt pour un couronnement pontifical, même en admettant que la cérémonie a pu commencer à l’aube, à l’heure de Prime.

17 Ibid., p. 259 : In figura premissa est attendendum quod secundum quod scribit Ali Albenragel, 3a parte, c. 21, quando dominus ascendentis alicujus intronisatus fuerit in 6a vel 12a et Luna ac ejus dominus in malis locis et Mars in medio celi vel ascendente et Mercurius cum eo, significat quod dominator seu rex habebit contradictores multos nec dominium ejus complebitur, et si cauda fuerit in ascendente et dominus ascendentis in malo loco et Saturnus vel Mars in angulo et Luna, significat quod dominator habebit homines viles qui dampnant dominium ejus donec perdat illud. Voir Albohazen, filius Abenragel, Liber in judiciis astrorum, Venise, E. Ratdolt, 1485, capitulum 21 in questionibus officialium regis quantum stabunt in suis officiis (sur les interrogations de la 10e maison), fol. 49rb-49vb. Dans l’horoscope du couronnement d’Urbain VI, en effet, Mercure, maître de l’ascendant, est à 26° 15’ Taureau, en 12e maison, la queue du Dragon est à 28° 51’ Gémeaux, dans la première maison, celle de l’ascendant, et la Lune est 0° 44’ Capricorne, dans la 7e maison. Sur ces notions astrologiques, voir notamment J.-P. Boudet, Entre science et nigromance. Astrologie, divination et magie dans l’Occident médiéval (xiie-xve siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 52-67.

18 B. Pio, De Fletu, p. 260 : Jupiter autem, dominus undecime, significat auxiliatores regni, est retrogradus [éd. retrogradi] in 6a, aspiciens Mercurium ex opposito dominii ascendentis, et significat contrarietatem inter auxiliatores, scilicet cardinales, et papam. Au moment indiqué, Jupiter est en effet rétrograde et dans la 6e maison, à 27° 3’ Scorpion, et en aspect opposé (angle de 180° environ) avec Mercure. Rappelons que dans le système de Ptolémée, la rétrogradation est la situation d’une planète qui, à un moment donné de sa révolution et du fait de l’illusion provoquée par son mouvement apparent autour de la Terre, suit sa marche dans l’ordre inverse à l’ordre habituel, celui des signes du zodiaque, et est donc qualifiée de rétrograde. Cette situation est considérée comme très défavorable en astrologie.

19 Ibid., p. 261-262.

20 Ibid., p. 265.

21 S. Piron, « Anciennes sibylles et nouveaux oracles. Remarques sur la diffusion des textes prophétiques en Occident, viie-xive siècle », dans S. Gioanni, B. Grévin (éd.), Les collections textuelles de l’antiquité tardive dans les collections médiévales. Textes et représentations, vie-xive siècle, Rome, École française de Rome, 2008, p. 261-301 (aux p. 293-299).

22 M. Boilloux, Étude d’un commentaire prophétique du xive siècle : Jean de Roquetaillade et l’Oracle de Cyrille (v. 1345-1349), thèse de l’École des chartes, 1993.

23 Voir le catalogue des filigranes de Briquet, no 2629.

24 Contrairement à S. Piron, « Anciennes sibylles », p. 294, je ne pense pas que ce scribe soit identifiable au dénommé « Garnier », qui a apposé sa signature au fol. 270v du volume, les « r » de Garnier étant très différents de ceux du copiste. Garnier me semble plutôt avoir été un possesseur du ms. au xve siècle, bien après sa copie. La décoration du ms. lat. 2599 confirme son origine florentine : la lettre ornée du fol. 1 et l’horoscope du fol. 267v comportent des fleurs de lys florencées. On peut donc supposer que ce codex a été copié à destination d’un clerc florentin, peut-être un prélat. De 1369 à 1382, l’évêque de Florence est Angelo Ricasoli, qui fut contraint de fuir la ville en octobre 1377, car la Seigneurie avait décidé de violer l’interdit prononcé en mars 1376 par Grégoire XI. Il eut comme prédécesseur au siège épiscopal Pietro Corsini, le fameux « cardinal de Florence » qui se rallia à Clément VII et à la papauté d’Avignon après avoir participé à l’élection d’Urbain VI. Pietro Corsini s’intéressait aux prophéties puisqu’il possédait un exemplaire de la version Genus nequam des Vaticinia de summis pontificibus, mais le ms. lat. 2599 n’apparaît guère dans l’inventaire de sa bibliothèque, riche de 320 volumes : voir D. Williman, Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté d’Avignon, vol. I, Paris, CNRS, 1980, p. 271-287 (p. 286, no 297 pour Genus nequam).

25 Legnano se réfère explicitement à cette tradition au § 4 : Introducere etiam hec conjunctio verissimiliter deberet pseudo propheticum, sicut conjunctio Saturni et Jovis in mutatione triplicitatis de aerea ad aqueam introduxit Machometam, prophetam pessimum. Voir notamment le De magnis conjunctionibus d’Albumasar, dans Abū Ma‘šar on Historical Astrology. The Book of Religions and Dynasties (On the Great Conjunctions), K. Yamamoto et C. Burnett (éd. et trad.), Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2000, vol. II, The Latin Versions, tract. II, diff. 8, 32, p. 96 ; Albohazen, filius Abenragel, Liber in judiciis astrorum, VIII, 39, fol. 151va-151vb ; et la lettre de Jean de Murs à Clément VI sur les conjonctions de 1357 et 1365, étudiée et publiée dans mon article « La papauté d’Avignon et l’astrologie », dans Fin du monde et signes des temps. Visionnaires et prophètes en France méridionale (fin xiiie-début xve siècle), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 27), 1992, p. 257-293 (notamment p. 268-279).

26 Pour une comparaison entre les données astronomiques fournies par Legnano sur la conjonction de 1365 et celles de ses contemporains, voir J.-P. Boudet, Lire dans le ciel. La bibliothèque de Simon de Phares, astrologue du xve siècle,Bruxelles, Centre d’études des manuscrits (Les publications de Scriptorium, X), 1994, p. 148-150. Sur John Eschenden ou Aschenden, voir notamment R. T. Gunther, Early Science in Oxford, vol. II, Astronomy, Oxford, 1923, p. 55-59 ; L. Thorndike, A History of Magic and Experimental Science, vol. III, New York, Columbia University press, 1934, p. 338-345 et 719-720 ; J. D. North, « Astrology and the Fortunes of Churches », Centaurus, no 24, 1980, p. 181-211 (aux p. 194-196 et 208-209), réimpr. dans Id., Stars, Minds and Fate. Essays in Ancient and Medieval Cosmology, Londres, Hambledon Press, 1989 ; H. M. Carey, Courting Disaster. Astrology at the English Court and University in the Later Middle Ages, Londres, MacMillan, 1992, p. 63-66, 74-78 et 182-191.

27 Voir la fig. 1 qui reproduit le ms. BNF, lat., 2599, fol. 267v : Figura constellationis Saturni et Jovis in gradibus equalibus, Solis et Veneris et Mercurii in gradibus inequalibus, anno Domini Mo CCCo LXVo, XXIIa mensis octobris. Dans ce carré de la conjonction et dans ceux des exemplaires du De fletu Ecclesie, on remarque en effet la présence, dans la 2e maison du ciel et en compagnie de Saturne et Jupiter à 6° 47’ Scorpion, du Soleil (à 8° 24’ Scorpion), de Mercure (à 11° 19’ Scorpion) et de Vénus (à 17° 20’ Scorpion). Alors que dans celui du traité d’Eschenden (ms. Oxford, Bodl. Libr., Digby 176, fol. 34, voir J.-P. Boudet, « La papauté d’Avignon et l’astrologie », p. 273), Saturne et Jupiter sont dans la 2e maison à 8° Scorpion et le Soleil à 15° Scorpion, mais Mercure et Vénus sont dans la 3e maison, à 23° et 26° Scorpion.

28 Ms. Vat. Lat. 2639, fol. 29ra : Anno autem Christi 1365, circa principium octobris, conjunctio fuit hic error [sic] Jovis cum Saturno in primo gradu Scorpionis secundum Ptholomeum et tabulas toletanas et omnes alias, et tunc fiet mutacio ad triplicitatem aqueam et significabit illa conjunctio abhominabilem [un blanc] Antichristi et quod nascetur ille qui legem incumulatam conabitur suscitare, et nativitas illius erit post veram conjunctionem in triplicitate illa que conjunctio fiet 1384. Les autorités invoquées ici par Legnano ne sont cependant pas à prendre au pied de la lettre et il semble se fonder davantage, en l’occurrence, sur les conjonctions moyennes (calculées pour le moyen mouvement des planètes) que sur les conjonctions vraies (calculées pour leur vrai lieu). Pour les comparaisons entre les positions données par Legnano et celles que l’on pouvait déduire des tables alphonsines et des tables de Tolède, je me réfère aux programmes de Lars Gislen, téléchargeables sur le site http://home.thep.lu.se/~larsg/download.html (consulté en septembre 2013).

29 F. Bònoli et D. Piliarvu, I Lettori di Astronomia presso lo Studio di Bologna dal xii al xx secolo, Bologne, Clueb, 2001, p. 69-73.

30 B. Pio, De Fletu, p. 259 : Et quia plene scripsi judicium conjunctionis Saturni et Jovis que fuit 1365.

31 R. Rusconi, L’Attesa della fine. Crisi della società, profezia ed Apocalisse in Italia al tempo del grande scisma d’Occidente (1378-1417), Rome, Istituto storico italiano per il Medio Evo (Studi storici, fasc. 115-116), 1978, p. 164-167 ; H. Millet, « Le cardinal Martin de Zalba », p. 204-205. Gobelin Person connaissait le De fletu Ecclesie de Legnano et il insiste significativement sur le danger particulier que représentaient, selon ce dernier, les années 1381 et 1385 pour Urbain VI.

32  G. Boffitto, Il commento di Cecco d’Ascoli all’Alcabizzo, Florence, 1905, p. 31-32, 47 et 50-51, notamment p. 32 sur Bologne : Et quia Bononia fuit edificata sub Tauro, qui est exaltatio Lune et domus Veneris, et sunt stelle fixe, idcirco hic populus regnat et regnabit in futurum, quia Luna significat populum et quia ascendens nobilium, scilicet medium celi, est Aquarius, domus Saturni, et Saturnus fuit impeditus in edificatione quod patet per effectus, idcirco nobiles sunt nullius valoris. Unde regnabit populus, deprimentur nobiles, vigebunt tripudia, luxuria, cantus, et nunquam destruetur Bononia sed marescet. Cecco définit clairement sa doctrine en la matière dans son commentaire au De sphera de Jean de Sacrobosco, éd. par L. Thorndike, The Sphere of Sacrobosco and its commentators, Chicago, The University of Chicago press, 1949, p. 375. Selon les astrologues du xvie siècle Gaurico et Cardan, Bologne a été fondée le 31 mai 423 à 15 h 42m, p.m., alors que l’ascendant se trouvait à 27° Taureau. Sur l’histoire des horoscopes de villes au Moyen Âge et à la Renaissance, voir J.-P. Boudet, « From Baghdad to Civitas Solis : Horoscopes of Foundation of Cities », dans From Masha’allah to Kepler : The Theory and Practice of Astrology in the Middle Ages and the Renaissance, colloque du Warburg Institute de Londres (13-15 novembre 2008), à paraître dans un no spécial de la revue Culture and Cosmos.

33 En revanche, Legnano ne dit pas un mot sur Florence, que ce soit d’un point de vue astrologique ou prophétique. Ce non-dit, peut-être explicable par l’interdit qui pèse sur la cité toscane depuis mars 1376, a dû laisser sur leur faim le destinataire du ms. BNF, lat. 2599 et ceux de la traduction italienne de la prédiction de Legnano, conservée dans l’ancien fonds Gaddi de la BNC de Florence.

34 J.-P. Boudet, « La papauté d’Avignon et l’astrologie », p. 275-276, pour la lettre de Jean de Murs à Clément VI ; ms. Oxford, Bodl. Libr., Digby 176, fol. 36v-37, pour le jugement de Jean d’Eschenden.

35 The Opus Majus of Roger Bacon, vol. I, J. H. Bridges (éd.), Oxford, 1897, p. 255-269. Jean de Murs ne fait aucune mention de l’Antichrist dans sa lettre à Clément VI. Eschenden en parle, en étant moins pessimiste que Legnano sur l’avenir de l’Église et en se fondant sur une interprétation du De concordanciis de Joachim de Flore, mais d’une manière distincte de ce qu’il dit de la secte de Mahomet (ms. cité, fol. 38). Voir également, à titre de comparaison, la prédiction anonyme en français des environs de 1384, qui comporte un jugement astrologico-prophétique rétrospectif au sujet de l’apparition de deux papes, dont l’un est considéré comme un messager de l’Antéchrist : J.-P. Boudet, « Simon de Phares et les rapports entre astrologie et prophétie », p. 646.

36 On trouve cette prophétie dans un ms. du milieu du xve siècle conservant notamment des vies de saints et des écrits d’Hildegarde de Bingen et d’Élisabeth de Schönau : Cologne, Historisches Archiv, GB 4o 214, fol. 188v-189.

37 Bologne est considérée comme nidum philosophantium depuis le xiiie siècle, dans les prophéties attribuées à la Sibylle Érithrée (voir C. Jostmann, Sibilla Erithea Babilonica. Papsttum und Prophetie im 13. Jahrundert, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 2006 [Monumenta Germaniae Historica. Schriften, Bd. 54], p. 504 et 510), et comme nidus philosophorum et mater legum omniumque bonum fertilis, humanitatis piissima nutrix par Benvenuto da Imola dans son commentaire au Purgatoire de Dante (voir L. A. Muratori, Antiquitates Italicae medii aevi, vol. I, Milan, 1738, col. 1197 et 1228).

38 Collationné avec la version italienne conservée dans le ms. Florence, BNC, II.IV.313, fol. 25-29v (xve siècle), présentée et éditée par E. Gianazza et G. D’Ilario, Vita e opere di Giovanni da Legnano, Legnano, Landoni, 1983, p. 171-195. Dans le cadre de la présente étude, je n’ai pas pu consulter le ms. British Library, Arundel 88, fol. 15-16v, qui conserve un extrait de la version latine du jugement de Legnano, copié en 1484 par Giovanni Battista Boerio. Je remercie Laura A. Smoller de m’avoir signalé l’existence de ce codex.

39 Abū Ma‘šar on Historical Astrology. The Book of Religions and Dynasties (On the Great Conjunctions), vol. II, The Latin Versions, K. Yamamoto et C. Burnett (éd. et trad.), Leyde/Boston, Brill, 2000, tract. III, diff. 2, 5, p. 104-105.

40 Ibid., vol. II, tract. II, diff. 8, 32, p. 96.

41 hoc anno maxime… apparebunt suntin marg.

42 [Ps.-] Ptholomeus, Centiloquium, Platon de Tivoli (trad.), verbum 97, Venise, B. Locatello, 1493, fol. 116rb, et éd. J.-P. Boudet en préparation : Dominus conjunctionis et preventionis cum fuerit in angulo rei quesite, perficietur res.

43 Brisia, quia Sagitarius… timendum : passage omis dans la traduction italienne.

44 Raschenden dans la traduction italienne, p. 178-179.

45 Référence à la Summa judicialis de accidentibus mundi de Jean d’Eschenden ou Aschenden (1348).

46 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. III, diff. 1, p. 105.

47 [Ps.-] Ptholomeus, Centiloquium, Platon de Tivoli (trad.), commentaire au verbum 58, éd. cit., fol. 112rb : Conjunctiones etenim sunt tres. Minor est conjunctio Saturni et Jovis usquequo conjungantur secundo, et ejus quantitas est fere 20 annorum. Media est Saturni et Jovis in aliqua triplicitatum usque ad aliam, et ejus quantitas est 240 annorum fere. Major est Saturni et Jovis in aliqua triplicitate donec abscidat 4 triplicitates et revertatur ad triplicitatem in qua incepit, et ejus quantitas est 960 annorum fere.

48 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, vol. II, tract. II, diff. 8, p. 80.

49 nidus philosophorum] nido de profeta dans la version italienne, p. 180-181.

50 unum apostolicum sanctum] una papa santo dans la version italienne.

51 da parte seconda add. dans la version italienne, p. 182-183.

52 in Ligurie partibus] nelle parti d’Italia dans la version italienne.

53 Cette prophétie se trouve dans le ms. Cologne, Historisches Archiv, GB 4° 214, fol. 188v-189.

54 luctet dans la version italienne, où cette citation et la suivante ont été laissées en latin] luctor P1.

55 lamie compecta erit] annis conspectui erit dans la version italienne.

56 pastores Ecclesie… habundantia] redibit ut draco dracunculorum ossa constringet tirannos ubique deponet dans la version italienne.

57 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. II, diff. 4, 4, p. 28.

58 [Ps.-] Ptolomeus, Centiloquium, Platon de Tivoli (trad.), verbum 63, éd. cit., fol. 113ra : Oportet aspicere in conjunctione Saturni et Jovis in eodem minuto ad elevacionem unius eorum super alterum et judicare secundum fortitudinem nature ejus in hoc mundo.

59 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. II, diff. 8, 34, p. 98.

60 minari P1.

61 Conjunctio anno 1385, mense aprili note marginale d’une main du xvie siècle.

62 Un blanc d’une demi-ligne. La traduction italienne (p. 188-189) qui fait référence au commentaire d’Albert le Grand sur le Livre de la propriété des éléments du pseudo-Aristote permet de corriger ici le texte latin : si come vuole Alberto nel Libro delle proprietà degli elementi procede dalla congiuntione de pianeti. Voir les Opera omnia d’Albert le Grand, 5, II, P. Hossfeld éd., Westfal, 1980, De causis proprietatum elementorum, lib. I, tract. 2, cap. 9 et sq., p. 76 et sq.

63 Abū Ma‘šar on Historical Astrology, op. cit., vol. II, tract. I, diff. 3, p. 23.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Giovanni da Legnano, Figura celi de la conjonction de 1365 (Paris, BNF, lat. 2599= P1, fol. 267v38). Figura constellationis Saturni et Jovis in gradibus equalibus, Solis et Veneris et Mercurii in gradibus inequalibus, anno Domini M° CCC° LXV°, XXIIa mensis octobris
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4M
Titre Giovanni da Legnano, Figura celi de la conjonction de 1365 (Paris, BnF, lat. 2599= P1, fol. 267v1). Figura constellationis Saturni et Jovis in gradibus equalibus, Solis et Veneris et Mercurii in gradibus inequalibus, anno Domini M° CCC° LXV°, XXIIa mensis octobris.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3576/img-2.png
Fichier image/png, 98k

Auteur

Université d’Orléans

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540