Version classiqueVersion mobile

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie III. Assemblées et suffrages : du conseil au concile

Des ombres aux chapeaux rouges

Pour une nouvelle histoire des cardinaux à la fin du Moyen Âge

Philippe Genequand

Texte intégral

  • 1 La bulle d’Alexandre III Licet de vitanda vient préciser et encadrer ce droit exclusif en 1179, ét (...)

1Depuis 1059 et le décret signé par Nicolas II pour échapper à l’emprise des empereurs germaniques1, les cardinaux ont le privilège d’être les seuls électeurs du pape, les deuxièmes en dignité du monde ecclésiastique latin après le successeur de Pierre en personne. Chevilles ouvrières de la réforme de l’Église, conseillers du pape, juges en consistoire, administrateurs des terres de l’Église, diplomates, ils sont durant les xiie, xiiie et xive siècles – pour nous limiter à la période qui précède le propos de ces pages – les plus proches collaborateurs des souverains pontifes, toujours placés, pourtant, entre le statut de créatures et de créateurs, le pape régnant devant sa couronne à certains d’entre eux alors que d’autres ont reçu de lui leur chapeau. Pourtant, lorsque l’on explore la bibliographie les concernant, on constate que les études à leur propos demeurent finalement assez limitées et étonnamment peu problématiques.

2Après avoir justifié cette assertion et avoir proposé un rapide passage en revue historiographique, le cœur de cette brève réflexion amènera à considérer quelques extraits des sources narratives du Schisme. Le choix de les placer presque in extenso dans le texte a été fait même si des éditions sont assez aisément accessibles pour permettre au lecteur de s’imprégner à nouveau de chaque prose. Peut-être percevra-t-on alors mieux les raisons du relatif désintérêt auquel on faisait précédemment allusion.

3Désirant parvenir à le dépasser, pourtant, on posera ensuite quelques questions qu’il serait intéressant d’explorer pour ouvrir des pistes de recherche qui pourraient s’avérer fécondes. Elles permettraient assurément de comprendre plus finement les poids respectifs des pouvoirs laïcs, des papes et de leurs cardinaux dans la géographie politique mouvante et instable des années 1378 à 1409, de l’éclatement de la crise à la fin de la première tentative conciliaire pour lui donner un terme. L’exploration de cette importante charnière historique, entre Avignon et la papauté du xve siècle, permettra de mieux comprendre ce qui change alors et comment s’achève le paradigme qui a été celui de la chrétienté médiévale durant trois cents ans.

Déficit d’études

  • 2 La première édition, en seize volumes, voit le jour entre 1715 et 1865. Il n’est pas le lieu, ici, (...)
  • 3 F. Duchesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance, 1660, 2 vol. ; suivi d’un volum (...)
  • 4 Plusieurs ouvrages récents ont synthétisé l’état de la recherche. Ne visant aucunement ici à propo (...)
  • 5 Citons par exemple les études de S. Kuttner, « Cardinalis, The History of a Canonical Concept », T (...)
  • 6 Comme par exemple les travaux de A. Alberigo, Cardinalato et collegialità, Studi sull’ecclesiologi (...)

4Si l’on ignore les biographies érudites, héritières de la Gallia Christiana2 et de l’Histoire de tous les cardinaux françois de naissance3,aux xviie et xviiie siècles, ou souvent dues aux « érudits locaux » durant le xixe et le premier xxe siècle, puis, dans une nouvelle incarnation, aux spécialistes de la prosopographie durant les dernières décennies, biographies très documentées mais qui souffrent d’une problématisation nécessairement réduite, les cardinaux ont peu retenu l’attention des historiens4. On peut en revanche relever que les spécialistes d’histoire du droit ont proposé assez tôt des analyses qui ont tenté de mieux comprendre l’origine et la validité juridique des pouvoirs dévolus au collège5 et que les théologiens qui font œuvre historique ont questionné pour leur part la place des cardinaux dans l’ecclésiologie chrétienne6.

  • 7 Limitons-nous à signaler deux articles seulement : la mise au point de R. Delort (« Aux origines d (...)
  • 8 On renvoie, par exemple à G. Mollat, « Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à E (...)
  • 9 Voir par exemple les travaux de J. Coste : « Le deposizioni al processo di Bonifacio VIII. Studio (...)

5En dehors des strictes entreprises biographiques, qu’elles visent à célébrer une gloire locale ou qu’elles s’inscrivent dans une logique prosopographique, les cardinaux n’ont en fait passionné les historiens que lorsqu’il s’est agi de considérer les crises majeures qui les ont opposés aux papes. Ce fut le cas lors de l’éclatement du Grand Schisme, bien sûr7, mais aussi lors du conflit autour de la capitulation électorale extorquée à Innocent VI en 13528, par exemple, ou lors de la véritable guerre ouverte entre Boniface VIII et les cardinaux Colonna à la fin du xiiie et au début du xive siècle9. Alors, on a sondé leurs intentions, les modes de représentation d’eux-mêmes que partageaient les membres du sacré collège et la façon dont l’organisation ecclésiale leur accordait une place particulière au sein de la structure de l’Église et dans l’imaginaire institutionnel de la chrétienté latine. Il s’agissait donc plus, alors, de considérer le pouvoir pontifical, tel qu’il se trouvait soudain mis en danger par l’affirmation du collège ou de certains de ses membres, que de réfléchir en profondeur à l’impact historique des cardinaux, en tant que groupe ou en tant qu’individus.

  • 10 Tous trois cités à la note 4.
  • 11 Le Sacré Collège et les cardinaux de la mort de Benoît XII à la mort de Grégoire XI (1342-1378), th (...)

6La situation est heureusement en train d’évoluer et les cardinaux stimulent désormais de plus en plus efficacement l’intérêt des historiens. Deux rencontres scientifiques se sont penchées en 2009 sur les questions que pose la délégation des pouvoirs pontificaux aux légats de rang cardinalice, à Paris en février, et à Milan en juin et un important ouvrage, dirigé par Jürgen Dendorfer et Ralf Lützelschwab, a été publié en 201110. Les colloques soulignent toutefois que l’intérêt pour les cardinaux est encore très étroitement lié à la politique pontificale et que les auxiliaires du pape ne deviennent des individus nécessitant une étude que dans la mesure où ils s’éloignent de son ombre, mais ils ont permis d’explorer d’ores et déjà des pistes prometteuses. L’ouvrage cité, en revanche, ouvre de belles perspectives. Construits autour de quatre lignes de force, ses chapitres, chronologiques, questionnent les relations des papes et du sacré collège, la composition de ce dernier et les trajectoires intellectuelles et personnelles de ses membres, les justifications théoriques et les réflexions à propos de son rôle, finalement son impact culturel au sens large. On attend aussi la publication de la thèse monumentale de Pierre Jugie qui propose une analyse du sacré collège avignonnais sur une période de trente ans11.

Difficultés de l’étude

7Malgré le renouveau de l’intérêt historien, il reste à comprendre pourquoi la recherche s’est révélée si lente à se saisir de personnages très considérables et à leur consacrer l’attention nécessaire. Les premières raisons qu’il est possible d’imaginer concernent l’objet même de l’étude, difficilement saisissable, constamment instable, indiscutablement complexe à circonscrire. Au-delà d’une « boîte institutionnelle », en effet, qu’est exactement le sacré collège ? Est-il autre chose qu’une collection d’individus ? Peut-on rêver une étude qui ne soit ni une analyse des rouages juridiques justifiant l’existence même du collège ni une approche biographique plus ou moins liée à une recherche prosopographique ?

8Les évolutions que l’on va retracer dans les pages suivantes, nous limitant aux années 1378-1409, suggèrent en effet l’existence d’une voie médiane qui donne à connaître les actions et les déclarations des membres les plus en vue du sacré collège mais qui laisse aussi s’exprimer un groupe, car le ramassis d’ambitions que certains voient concentrés en son sein est parfois capable d’actions communes, pour le meilleur ou pour le pire d’ailleurs, que ce soit pour arracher le pouvoir à Urbain VI et lui opposer un contre-pape en septembre 1378, ou pour réunir le concile de Pise trente ans plus tard.

  • 12 Nous utilisons ici l’ouvrage publié dans la collection de la Pléiade, les traductions étant dues a (...)
  • 13 Son travail a été réédité et annoté par G. Mollat en quatre volumes (Paris, Letouzay et Ané, 1914- (...)
  • 14 Récemment mis en avant par les travaux de B. von Langen-Monheim (« Un mémoire justificatif du pape (...)
  • 15 Dans un volume d’hommages offerts à Hélène Millet, il était bien nécessaire de consacrer quelques (...)

9Il semble finalement possible d’affirmer qu’il y a des raisons qui ne sont pas étroitement historiographiques à la situation que nous déplorons, mais bien des causes qu’il est possible de faire rebondir jusqu’aux sources narratives. Pour nous en convaincre, considérons à présent des extraits puisés dans les Chroniques de Froissart12, dans les Vitae paparum avenionensium compilées par Étienne Baluze13, dans un document justificatif rédigé sous Benoît XIII, l’Informatio seriosa14 et dans les pages dues à la plume de Michel Pintoin, le Religieux de Saint-Denys15. On y constatera que le long désintérêt historien est assez bien fondé sur la faible attention que les sources accordent aux individualités qui forment le sacré collège, et ce quelle que soit l’orientation de leur récit et les préoccupations qui sont au centre de leur œuvre. Le panorama dressé dans les pages suivantes n’a bien entendu aucune prétention à l’exhaustivité. Nous avons retenu des textes dont les milieux de production sont très différents et les objectifs nettement distincts. Ainsi, il s’agira de considérer d’une part des textes très lus, Froissart et le récit du Religieux, mais aussi les narrations que les historiens de la fin du Moyen Âge utilisent beaucoup à la suite de l’édition donnée par Étienne Baluze, et, d’autre part, un mémoire important issu directement de la curie avignonnaise du Schisme dont la diffusion et la postérité ont été très limitées mais qui offre une vision provenant directement du milieu analysé.

Dans les Chroniques de Froissart

10On le sait bien, rêvant de chevalerie et de hauts faits, Froissart n’est pas un chroniqueur d’Église et on peut penser que les affaires ecclésiastiques lui paraissent bien mornes, tant qu’il n’est pas question de croisade. Son témoignage, souvent cité, longuement médité par les spécialistes de la période, demeure l’un des textes majeurs du Moyen Âge finissant, que l’on s’intéresse au déroulement de la guerre de Cent Ans, ou, plus largement, à la société nobiliaire du temps. Si la chronique n’est en aucun cas un récit ecclésiastique, elle porte massivement son attention sur les actions des groupes privilégiés, dont font indiscutablement partie les cardinaux.

11Ainsi, Froissart évoque-t-il aux chapitres IV, X et XXX de son quatrième livre, plusieurs épisodes du Schisme dans lesquels les papes rivaux se trouvent au premier plan. Ces trois extraits suffisent à montrer que le chroniqueur ne se préoccupe pas de discerner, au sein des chapeaux rouges, des têtes qui dépasseraient.

  • 16 Voir P. Genequand, Une politique pontificale en temps de crise. Clément VII d’Avignon et les premi (...)

12Dans le chapitre IV, il raconte la venue en Avignon en 1389 du fougueux et prometteur roi de France Charles VI pour le couronnement napolitain de son jeune cousin Louis II d’Anjou. Les clémentins espèrent alors que le roi, qui s’est montré généreux avec Louis II, presse l’avantage que la reconquête de Naples pourrait apporter et qu’il permette ainsi de mettre fin au Schisme par la voie de chevalerie qu’ils privilégient alors. La nature des espoirs formés se révèle dans une série de décisions bénéficiaires particulièrement spectaculaires qui ont pour effet de réduire presque à néant les capacités pontificales de collation dans le royaume16. Le moment est donc important pour Clément VII et pour ses cardinaux.

  • 17 Froissart, Les Chroniques, Paris, Gallimard, 1952, p. 626-628.

[S]ur le point de neuf heures de matin passa le roi de France le pont d’Avignon, accompagné de son frère et de ses trois oncles, et de douze cardinaux, et s’en vint au palais. Et l’attendoit cil qui se nommoit pape Clément, en la chambre du consistoire, séant en une chaire pontificalement en sa papalité. Quand le roi fut venu si avant que en la vue du pape, il l’inclina, et quand il fut venu jusques à lui, le pape se leva. Le roi de France le baisa en la main et en la bouche. Le pape s’assit et fit séoir le roi de-lez lui sur un siége, lequel on avoit ordonné tout propre pour lui : puis se assirent les quatre ducs, quand ils eurent fait la révérence au pape séant, qu’ils baisèrent en la main et en la bouche ; et séoient les quatre ducs entre les cardinaux.
Après toutes ces révérences et bien-venues, il fut heure de dîner. Si se retrairent devers la grande chambre du pape et la salle où les tables étoient mises et dressées. On lava. Le pape s’assit tout seul à sa table et tint son état. Le roi s’assit aussi dessous lui à une autre table, et tout seul. Les cardinaux et les ducs s’assirent tous par ordonnance. Si fut dîner bel et long et bien étoffé. […] Vous devez savoir que le pape et tous les cardinaux furent moult réjouis en ces jours de la venue du jeune roi de France ; et bien y avoit raison que ils le fussent, car sans l’amour du roi leur affaire étoit petite. Et bien considéroient et devoient considérer que de tous les rois chrétiens ils n’avoient nul obédient à eux, si ce n’étoit par la faveur, amour et alliance du roi de France. […] Or regardez doncques si le pape et les cardinaux devoient bien conjouir le roi de France et son conseil, quand toute leur puissance et le profit de quoi ils vivoient et tenoient leurs états venoient de cette chose. Le roi de France fut avec le pape et les cardinaux, si comme je vous recorde, je ne sais quants jours en joie, en reviaulx et en ébattemens ; et au joyeux avénement du roi le pape fit grâce ouverte à tous les clercs étant en cour et un mois à venir, et donna nominations au roi sur tous les collèges cathédraux et autres collégiaux ; et sur chacun collège deux provendes d’expectation ; et réserva toutes grâces en devant faites[.] [Suit le catalogue des concessions pontificales exorbitantes accordées au roi de France]. Quand le roi de France se fut ébattu de-lez le pape et tenu au palais environ huit jours, et que le pape à grand loisir lui eut remontré toutes ses besognes, et bien lui donnoit à entendre par ses paroles, et se complaignoit grandement de l’antipape de Rome, qui lui empéchoit son droit et mettoit le trouble et le différend en l’église, le roi s’inclinoit bien à ce que pour y pourvoir ; et promit de bonne volonté adonc au pape Clément, lui retourné en France, que il n’entendroit à autre chose si auroit mis l’église à un. Sur ses paroles se conforta grandement le pape. Le roi de France prit congé de lui et s’en retourna à Ville-Neuve, et aussi firent son frère et ses oncles, et là un jour donna-t-il à dîner à tous les cardinaux et au comte de Gennève frère du pape. Ce dîner fait, il prit congé à eux et dit que à lendemain il chevaucheroit vers Montpellier, et les remercia grandement des révérences que ils lui avoient faites. Les cardinaux retournèrent en Avignon17.

  • 18 Voir P. Genequand, Une politique pontificale…, op. cit., p. 137-161.
  • 19 Avocat et conseiller du roi de France en 1381, docteur in utroque,Pierre de Fétigny est promu en d (...)
  • 20 Fils du maréchal de Bourgogne Gérard de Thury, neveu de l’archevêque de Lyon Guillaume, Pierre fai (...)
  • 21 Docteur en droit civil, Jean de Talaru fait sa carrière à Lyon. Il est chanoine de la cathédrale e (...)

13Il n’y a pas, dans ce passage, le nom d’un seul cardinal. Pourtant, les créatures du roi ne manquent alors pas dans le collège avignonnais et l’on pourrait penser que Charles VI profite de son voyage provençal pour entendre leurs doléances, discuter de la situation de l’Église, voire leur intimer d’incliner Clément VII dans telle ou telle direction. Les grandes promotions clémentines respectent en effet un certain nombre de principes, répartissant les récipiendaires entre plusieurs catégories : les cardinaux qui plaisent au sacré collège, ceux qui sont des choix personnels du pape, et ceux qui ont pour objectif de réjouir les souverains dont dépendent très étroitement les deux élus de 137818. Du côté avignonnais, en plus des rois espagnols et de grands seigneurs de l’ouest de l’Empire, il s’agit avant tout de remplir les demandes ou de devancer les désirs du roi de France, comme l’explique d’ailleurs sans ambiguïté le passage cité. En 1389, le sacré collège compte ainsi les présences de Pierre de Fétigny19, de Pierre de Thury20 et de Jean de Talaru21, qui doivent leur chapeau à la diplomatie royale. On aurait pu imaginer que se dessinerait l’un de ces visages dans le récit de Froissart. Pourtant, seul le groupe dans son ensemble y est présent, dominé par la figure pontificale qui apparaît comme l’unique vis-à-vis du souverain.

14À peine plus tôt, au milieu du mois d’octobre 1389, la mort d’Urbain VI ouvre des espoirs de victoire aux clémentins : le Schisme va peut-être s’éteindre de lui-même. Froissart se fait l’écho de cela, non sans manifester une certaine joie, assez conventionnelle. On aurait pu penser que la mort du pape, dans la mesure où elle remet sur le devant de la scène les cardinaux, aurait permis à l’un d’entre eux de surgir sous sa plume, d’assumer une portion de l’autorité pontificale défunte. Rien de cela pourtant dans l’extrait suivant :

  • 22 Froissart, Les Chroniques, Paris, Gallimard, 1952, p. 660 et 663.

En ce temps trépassa à Rome le pape Urbain sixième, de laquelle mort les Romains furent moult courroucés, car moult l’avoient aimé. Si fut enseveli en l’église de Saint-Pierre de Rome, et ses obsèques faits bien et révéremment ; et puis se mirent les cardinaux en conclave pour faire un nouvel pape ; et le firent avant que les nouvelles de la mort dudit Urbain pussent être sçues en Avignon. Si en furent le pape d’Avignon et les cardinaux certifiés de la mort d’Urbain au neuvième jour. Or regardez si ce fut chose tôt sçue de Rome en Avignon. Et quand le pape Clément et les cardinaux en eurent la certification, ils se mirent ensemble au palais, et là parlementèrent et proposèrent plusieurs choses ; et eurent entre eux très grandes espérances que le schisme de l’église se concluroit et faudroit, et que elle retourneroit à vraie union, car trop longtemps avoit duré l’erreur. Et pourpensoient que les cardinaux de Rome ne seroient pas bien d’accord de eux mettre en conclave, mais se viendroient rendre pour le mieux au pape d’Avignon. Et furent en celle liesse et espérance tant que autres nouvelles leur revinrent. Et signifièrent au roi de France et certifièrent la mort de cet Urbain, lequel ils appeloient antipape, et lui prièrent généralement et espécialement, pour mieux éclaircir leur besogne, que il voulsist écrire à ses cousins […] que ils s’en voulsissent […] mettre paix et attemprance en l’Église. […] [O]n ouït sur briefs jours autres nouvelles ; car les cardinaux de Rome se mirent en conclave, et firent tantôt pape du cardinal de Naples, un vaillant clerc et prud’homme, et fut nommé Boniface22.

  • 23 À ce propos, voir P. Genequand, « Kardinäle, Schisma und Konzil. Der Kardinalskolleg im Grossen Ab (...)

15La question de l’apparente et urgente nécessité pour les sacrés collèges des deux camps de ne pas se trouver sans tête interroge d’ailleurs l’historien. La période nous donne ainsi à connaître des mouvements contradictoires voire paradoxaux : les mêmes hommes qui rédigent et signent des capitations électorales sévères et particulièrement claires pour favoriser l’union ne remettent pas une fois en cause la nécessité d’une nouvelle élection pontificale, que ce soit à Avignon en 1394, à Rome en 1389, 1404 et 1406. Le paradoxe dit probablement beaucoup de l’affaiblissement qui résulterait pour l’un des camps rivaux de ne plus disposer de tête. On constate donc, très probablement, que le manque de visibilité des cardinaux dans les sources n’est pas seulement dû à la méconnaissance des chroniqueurs du temps, mais que l’Église, alors pourtant que se précisent les thèses conciliaires, peine à s’imaginer sous d’autres traits que ceux d’une monarchie élective23.

16Pour compléter le tableau dressé, prenons un dernier extrait, trois ans plus tard, au moment où se révèle la folie de Charles VI, arme de propagande immédiatement saisie et utilisée par le camp romain.

  • 24 Froissart, Les Chroniques, Paris, Gallimard, 1952, p. 915-916.

Les nouvelles de la maladie du roi de France s’espartirent moult loin ; […] [q]uand le pape de Rome, Boniface, et les cardinaux en sçurent la vérité, si en furent tous réjouis ; et se mirent ensemble en consistoire ; et dirent que le plus grand de leurs ennemis étoit le roi de France, qui étoit battu de verges crueuses, quand Dieu lui avoit tollu son sens ; et que celle influence étoit du ciel descendue sur lui pour le châtier ; et que trop avoit soutenu cet antipape d’Avignon ; et la plaie crueuse lui étoit envoyée pour employer son royaume. Et tenoient entre eux et disoient que leur querelle en seroit plus belle. À considérer toutes choses et parler par raison, voirement fut ce une grand’significance, et dont le pape Clément et les cardinaux d’Avignon se dussent bien être avisés et ébahis ; mais ils n’en firent compte, fors pour l’honneur du roi et du royaume ; et dirent entre eux que du roi qui étoit jeune et plein de ses cuiders et volontés on ne pouvoit ni ne devoit attendre autre chose, car on le laissoit trop convenir, et avoit laissé du temps passé, et que petitement et foiblement on l’avoit gardé ; et que trop il avoit fait d’excès de chevaucher par nuit et par jour, de travailler son corps et son chef en toutes peines hors mesure et les articles de raison ; et que ceux qui gouverné l’avoient du temps passé en devroient être chargés et nuls autres car c’est leur coulpe. […] [Certains affirment aussi que :] « Avec tout ce, il a trop grand membre de raison, car il promit au pape, et jura sur sa foi et en parole de roi, que il s’ordonneroit tellement que par puissance il détruiroit cet antipape de Rome et ses cardinaux et ôteroit le schisme de l’Église, et remettroit les choses, qui sont moult troublées, en bon état ; et il n’en a rien fait ; mais est allé de tous points contre sa parole et son serment, dont Dieu est courroucé. Et pour le aviser, il le bat de celle verge de frénésie ; et c’est, à entendre raison, tout pour nous. Et si il retourne à la santé, ainsi que bien le pourra faire, lui remontreront vivement et sagement la deffaute de ses promesses, afin que point ne les ignore par notre négligence. » Ainsi se devisoient en Avignon et proposoient le pape et les cardinaux ; et amettoient que de celle maladie dont il était battu, il l’avoit grandement acquis, et en étoit cause24.

  • 25 M. Souchon, Die Papstwahlen in der Zeit des Grossen Schismas. Entwicklung und Verfassungskämpfe de (...)

17Là encore, la plume de Froissart fait des cardinaux de simples extensions de leur pape, romain ou avignonnais, sans leur conférer ne serait-ce que leur surnom ou leur fonction cardinalice. Dans ses Chroniques,l’image des cours pontificales demeure ainsi celle de papes entourés d’ombres portant des chapeaux rouges. Les membres des sacrés collèges rivaux apparaissent ainsi entièrement solidaires de leur pape, même lorsqu’ils accomplissent leur tâche la plus centrale : l’élection. Pourtant, Martin Souchon l’a bien montré, les discussions entre les deux sacrés collèges commencent dès 140525. Les groupes cardinalices sont donc historiquement actifs pour tenter de dénouer la crise même si Froissart n’en révèle rien. Les historiens ecclésiastiques seraient-ils plus diserts ? On se tourne à présent pour le découvrir vers les récits qu’a rassemblés au xviie siècle l’érudit Étienne Baluze.

Dans les Vitae de Baluze

18Il y a deux biographies de Clément VII dans les vitae paparum avenionensium. Elles ont été attribuées par Guillaume Mollat, l’une à un auteur anonyme qui était peut-être dominicain et méridional mais assurément un clémentin bien renseigné et que l’on date d’avant 1433, l’autre à Pierre de Herenthals, prieur prémontré du prieuré de Floreffe, près de Namur qui offre une version plutôt urbaniste de la double élection de 1378. En dépit de ces différences d’appréciation, le milieu de rédaction est donc monastique dans les deux cas et on pourrait s’attendre à une analyse plus fine des rapports de force ayant eu cours dans les entourages pontificaux. Pourtant, c’est à peine si quelques visages cardinalices s’extraient de l’ombre pontificale.

  • 26 Dès la fin de l’année 1378, en effet, alors que Clément VII est encore en Italie, il inonde la chr (...)

19Dans le récit de Pierre de Herenthals, tronqué par sa mort en 1385, cette présence demeure extrêmement discrète : collectivement au cœur des événements que l’auteur analyse et commente, les cardinaux y sont cités en groupe, comme chez Froissart. Lorsque le nom du cardinal d’Aigrefeuille apparaît dans le récit de l’élection au siège épiscopal de Liège, c’est parce qu’il est alors légat de Clément VII dans les territoires de langue allemande26. D’ailleurs, l’auteur ne lui attribue à cette occasion aucune espèce d’activité propre. Il n’est que le réceptacle et la courroie de transmission de la volonté pontificale comme le démontre le bref extrait suivant :

  • 27 G. Mollat (éd.), Vitae paparum…, vol. I, Paris, Letouzay et Ané, 1914-1922, p. 522.

Hiis temporibus videlicet anno Domini predicto, in vigilia apostolorum Petri et Pauli [28 junii 1378], defuncto bene memorie Johanne de Erkel, episcopo Leodiensi, capitulum Leodiense elegit Eustacium de Rupeforti, suum concanonicum, in episcopum Leodiensem. Qui mittens nuntios pro sua confirmatione ad Clementem papam predictum, cardinalis de Agrifolio scripsit dicto electo de sua confirmatione litteras [dont la teneur suit]27.

20Urbaniste apparemment déçu, l’auteur ne cache pourtant pas les errements du pape de Rome, qu’il rend responsable du changement d’opinion de nombreuses personnes. Son récit s’arrête avec l’évocation des scènes pénibles qui voient Urbain VI s’en prendre physiquement à ses cardinaux durant l’été 1385.

  • 28 Ibid., p. 534-535.

Eodem anno [1384] dominus de Cussiaco, cum magna armatorum comitiva exiens Franciam, perrexit in auxilium ducis Andegavensis supranominati, sed antequam ad partes illas venisset, ymmo adhuc in via existens, vere intellexit dictum ducem propria jam morte obi[i]sse. Unde ipse, paucis secum detentis, mansit ad partes Lombardie tempus faciens ; et interim qui de parte ducis fuerunt, post ejus mortem, sic dispersi sunt quod sub silentio ad propria multi sunt reversi. Deinde contentio suborta est inter dominum Urbanum papam romanum et Karolum Pacis predictum ; sicque ipse Urbanus Karolum tanquam sibi rebellem monuit et excommunicavit. Tandemque quibusdam dicti domini Urbani cardinalibus dextram dicto Karolo dantibus, curia Urbani dispersa est longo anni spatio. Et Urbanus in illa dispersione multa mala perpessus est. Tandem, incarceratis per eum dictis cardinalibus suis emulis, numero quatuor, venit navigio ad civitatem Januensem, post augustum, anno Domini MCCCLXXXV, ubi in quodam domo fratrum Hospitaliorum Sancti Johanni extra muros residet cum sua curia in pace28.

21Les noms des victimes cardinalices de la folie d’Urbain VI ne sont pas davantage fournis que ceux des chefs de files du collège dans le récit de Froissart. Là encore, les cardinaux s’effacent derrière l’action des papes.

  • 29 Les registres d’obligations recueillent l’ensemble des engagements pris par les prélats (évêques e (...)

22Dans une histoire nettement plus détaillée et plus large du Schisme qui marque une préférence évidente pour le second élu, l’anonyme de la prima vita laisse quant à lui une place plus grande aux membres du sacré collège. On apprend ainsi par exemple le nom des légats avignonnais envoyés à la fin de 1378 claironner aux quatre coins de la chrétienté la version clémentine de la crise. La chronique accorde de même son attention aux créations, de même d’ailleurs qu’au décès des rois et des princes, autrement dit à une histoire des puissants dont les cardinaux font intimement partie. Chemin faisant, on avait fini par en douter ! La précision des dates fournies et leur parfaite concordance avec les indications proposées par les livres d’obligations29 dans lesquels sont consignées les créations peut d’ailleurs renforcer la thèse d’un auteur méridional, peut-être un curialiste, qui aurait eu accès aux archives pontificales ou qui serait un témoin direct des événements.

  • 30 P. Genequand, Une politique pontificale en temps de crise…, op. cit., p. 438-439.

23Parmi les brefs portraits proposés, on a choisi de mettre en exergue la création du 15 avril 1384 qui voit Pierre de Luxembourg, futur bienheureux, accéder à la pourpre. Le personnage est exceptionnel, le récit qu’en retient le chroniqueur anonyme rend bien compte des éléments les plus remarquables de son rôle et de son identité. Choisi pour plaire au roi de France et au duc de Berry, frère du comte de Saint-Paul, évêque élu de Metz, en terre urbaniste, Pierre de Luxembourg est reconnu pour son extraordinaire précocité et pour la sainteté de ses mœurs30.

  • 31 Vitae paparum…, op. cit., vol. I, p. 490-491.

[A]d instantiam regis Francie et ducis Bituricensis prenominatorum, prefatus Clemens papa promovit in dyaconum cardinalem dominum Petrum de Lucemborch, fratrem comitis Sancti Pauli, tunc electum Metensem, etate quidem juvenem, sed magnis meritis et virtutibus adornatum, prout infra, cum ejus obitus narrabitur, plenius describetur31.

  • 32 Pour un commentaire de l’épitaphe de Clément VII, voir P. Genequand, L’organisation et la politiqu (...)

24Dans un second passage, aussi long que l’exige celui qui est probablement le meilleur argument des clémentins pour défendre la validité de l’élection de septembre, à travers lui manifestement bénie de Dieu, à tel point d’ailleurs qu’il figure en bonne place sur la pierre tombale du pape de Fondi32, l’auteur anonyme révèle sur plus de cinquante lignes les vertus extraordinaires du jeune bienheureux et la dévotion qui entoure presque immédiatement son tombeau :

  • 33 Vitae paparum…, op. cit., vol. I, p. 496.

Anno [MCCC]LXXXVII, die quinta mensis julii, obiit memoratus Petrus de Lucembourc, Sancti Georgii ad Velum aureum dyaconus cardinalis, sue etatis XVIII annis nondum completis : qui ab infantia continue dilexit et timuit Deum, ad eum et proximum caritatem habuit, justitiam et equitatem tenuit, virginitatem et munditiam servavit, in humilitate permansit, in omni morum honestate perseveranter vixit, et tandem sanctissime [diem ultimum] terminavit. […] A die enim qua corpus suum sepultum fuit in cimiterio communi pauperum, in quo pre nimia humilitate vivens suam elegerat sepulturam, magnis et stupendis miraculis clarescere cepit33.

25Il s’agit d’ailleurs davantage d’un passage de propagande pro-clémentine que d’une véritable attention qui serait accordée à l’homme lui-même dans ses dimensions personnelles. Habituellement, la prima vita se contente de présenter les nouveaux cardinaux en une dizaine de lignes. Voici par exemple l’ensemble de ce qui est écrit à propos de la nomination de Guillaume de Vergy, intervenue le 17 avril 1391. On ne peut pas plus clairement montrer combien un cardinal est automatiquement assagi, pour ainsi dire, au moment où il intègre le collège :

  • 34 Ibid., p. 507.

Preterea cum prius fuisset discordia inter Philippum, ducem et comitem Burgundie, et dominum Guillermum de Vergeyo, archiepiscopum Bisuntinensem, tam super certis juribus ecclesie Bisuntinensis quam aliquibus aliis, durassetque diu, nec bono modo posset sedari dicto domino Guillermo eidem ecclesie presidente, cum memoratum dux ipsum quodam modo odio personali prosequi videretur, tandem tam ad ejusdem ducis instantiam quam etiam pro bono pacis, et quia ipse etiam hoc bene merebatur, cum esset bonus et valens prelatus et magnus pugil et defensor notabilis jurium ecclesie sue reputatus, prefatus Clemens ipsum anno [MCCC]XCI die [17 aprilis] assumpsit in presbiterum cardinalem34.

26Le contexte diplomatique importe au moins autant que ses vertus propres dans le choix de sa nomination à la pourpre. C’est bien dire que le sacré collège se révèle comme l’extension du pouvoir du pape, ou de celui des rois et de leurs proches.

27Nous abordons pour finir deux épisodes mettant tout particulièrement en scène des membres du sacré collège, le second précédemment illustré par le texte de Pierre de Herenthals : la capture des cardinaux abandonnés à Naples lors du repli de la cour clémentine sur Avignon et le conflit sanglant qui met aux prises le pape romain et ses cardinaux en 1385. Du fait du biais de l’auteur, on les considère bien entendu du point de vue avignonnais.

28Jacques d’Itri et Leonard de Giffone sont dûment arrêtés par Charles de Duras en 1381 lorsque ce dernier déferle sur le royaume et s’empare de Naples. Le premier demeure fidèle alors que le second, effrayé, brûle publiquement le chapeau rouge clémentin qu’il porte. Le récit qui suit souligne l’héroïsme du premier tout en passant sous silence le renoncement du second, comme il peint d’ailleurs le royaume de Sicile dans des couleurs clémentines très vives qui ne résistent pas à l’analyse. Les personnes des cardinaux, placées pourtant au cœur du choix qui leur est imposé, apparaissent encore diaphanes et même le martyr, Jacques d’Itri, n’a droit qu’à un traitement rapide. Dans ce récit, les personnes s’effacent devant les fonctions et devant l’importance de la lutte propagandiste en cours.

  • 35 Ibid., p. 483-484.

Eodem etiam tempore [1381] erant in Neapoli duo presbiteri cardinales supra nominati, videlicet domini Jacobus de Itro et frater Leonardus de Giffone, cum multis archiepiscopis, episcopis, abbatibus et aliis viris ecclesiasticis, qui dicto Clementi obediebant et favebant. Qui una cum dicta regina captivati fuerunt, et demum diutius detenti, ad diris carceribus mancipati, in quibus administrationibus ceterisque bonis suis perditis, in egrestate, penis et miseria aliqui suam vitam duxerunt, aliqui vero finierunt ; inter quos fuit Jacobus cardinalis memoratus, qui totus cordatus et intrepidus fidem suam illesam servans, ibi tandem post multas afflictiones vitam velud martyr consummavit35.

29S’il grandit les vertus des clémentins, l’anonyme ne se complaît pas dans la description des excès de l’adversaire et son récit des mesures extrêmes prises par Urbain VI à l’encontre de ses cardinaux n’est guère plus détaillé que celui que livre Pierre de Herenthals.

  • 36 Ibid., p. 494.

Eodem occurrente tempore, Bartholomeus intrusus, recedens de Apulia, navigando, pervenit Januam [23 septembris 1385] cum pluribus ex anticardinalibus suis, ex quibus sex de illis quos, ut supra tactum est, tanquam conscios et culpabiles super attemptatis contra ipsum per Karolum de Duracio memoratum vinculaverat, ut aliqui dixerunt, in mari submergendo, aliqui quod in terra vivos sepeliendo, et aliqui quod plantatos in terra usque ad mentum capite truncatos fecit immaniter trucidari, eis reddens pro suis obsequiis secundum quod dyabolus, cujus ipse minister erat, suis servitoribus reddere consuevit36.

  • 37 Ibid., p. 496.

30Il se complaît en revanche à souligner que le sinistre épisode est la cause de la défection des cardinaux de Ravenne et de Petramala, Piléo da Prata et Galeotto Tarlatus en 1386 qu’il rappelle deux pages plus loin, avec peu de détails mais en affirmant fortement leur illégitimité (Bartholomeo intruso adhuc Janue permanente, duo ex suis anticardinalibus, Ytalicis natione, ad ipso divertentes se, ad dictum Clementem converterunt37).

31Ainsi, on constate que les deux chroniqueurs ecclésiastiques placent les cardinaux dans l’étroite subordination des pouvoirs séculiers qui apparaissent presque toujours comme les principaux responsables et les principaux bénéficiaires de leur accession au chapeau. On a vu par exemple comment l’anonyme de la prima vita attribue au roi et au duc de Berry la responsabilité de la création de Pierre de Luxembourg, malgré la vie exemplaire qu’il lui prête, comment il comprend l’élection de l’archevêque de Besançon à la pourpre pro bono pacis vis-à-vis du duc de Bourgogne. C’est aussi de cette façon, d’ailleurs, qu’est présentée la promotion d’Amédée de Talaru, archevêque de Lyon, en 1389, laquelle intervient juste après le couronnement de Louis II d’Anjou et la visite du roi de France en Avignon que nous avons évoquée grâce aux extraits des Chroniques de Froissart.

32La vision que les sources, laïques ou ecclésiastiques, induisent est donc bien celle de cardinaux très politiques, pions de choix dans la lutte déclenchée en 1378 pour le contrôle de l’Église, laquelle est perçue comme un rapport de force entre les différents souverains temporels. On peinerait à mener une analyse de l’action personnelle des cardinaux, dans un camp comme dans l’autre, à partir des sources narratives pour l’heure explorée. On peinerait de même à extirper une vision collective ou une stratégie d’ensemble des cardinaux en tant que groupe, avec l’angle d’approche qui est proposé ici. Faut-il donc s’étonner des manquements de l’historiographie ? N’a-t-on pas d’information concernant une certaine indépendance cardinalice parce que les princes de l’Église sont alors complètement muselés ?

Les cardinaux sous le filtre curial : l’Informatio seriosa

33Poursuivons notre exploration en scrutant à présent un document rédigé dans les cercles curiaux eux-mêmes. Il s’agit d’un mémoire justificatif, peut-être partiellement écrit, assurément approuvé, par Benoît XIII pour faire face aux critiques que son intransigeance ne manquent pas de faire naître à son propos dès son élection en 1394, critiques qui mènent d’ailleurs à la soustraction d’obédience du 27 juillet 1398. La première rédaction du texte date de 1399. Il est par la suite retouché jusqu’en 1408 où il est présenté, dans son second état, au concile de Perpignan. Les cardinaux, dont on sait qu’alors ils convoquent le concile de Pise contre leurs papes respectifs, y apparaissent-ils autrement que comme des pantins ?

34La situation dont hérite Benoît XIII est bien différente de celle dont a profité son prédécesseur durant les seize années de son pontificat : le Schisme lasse, la question de la légitimité des élections de 1378 ne passionne plus et l’intérêt des souverains, des universitaires et, probablement, des fidèles est désormais de sortir de l’impasse. En conséquence, la pression sur le second pape avignonnais devient assez intense et, dès le début de 1395, les ducs de Berry, de Bourgogne et d’Orléans, se rendent à Avignon pour arranger l’union. On ne parle plus alors que des « voies » pour y parvenir : double cession, convention ? Arcbouté dans ses certitudes, le pape aragonais ne croit qu’en cette dernière, alors que le principe de réalité lui dicterait bien au contraire de privilégier la première. Le groupe de cardinaux qui l’entoure se scinde assez vite et le pape doit constater l’établissement d’une majorité contre lui alors que se met en branle, à Paris, la procédure qui mène à la soustraction d’obédience.

35Dans le contexte d’un mémoire qui a pour objectif de justifier les choix que Benoît XIII a faits, les cardinaux qui ne le soutiennent pas ne sont bien entendu pas placés dans une lumière particulièrement favorable, mais il convient de noter que leur présence est sensible et que la pression qu’ils exercent est très nettement perceptible. Voyons un peu plus en détail comment.

36Benoît XIII fait placer en tête de son mémoire la cédule que les cardinaux jurent à la sortie de la neuvaine, le 27 septembre 1394. Il a l’intention de prouver qu’il la respecte en tous points. On passe ainsi rapidement au concile national de Paris de février 1395, au choix de la voie de cession et à l’envoi en mission des ducs. Pendant ce temps, à Avignon :

  • 38 B. von Langen-Monheim, « Un mémoire justificatif du pape Benoît XIII… », art. cité,p. 152.

Interim, dominus noster papa voluit habere consilium cum cardinalibus, qui omnes in communi consilio singulariter responderunt et pro maiori parte responsiones in scriptis dederunt, que in effectu concludebant, quod via discussionis iustitie melior et rationabilior videbatur et in hoc persisterunt aliqui. […] [V]ia cessionis non videbatur expediens, sed potius via discussionis iustitie, [en conséquence :] fuerunt deputati cardinales de Giffono et Pampilonensis, qui super hoc copiose allegarunt et allegationes pape tradiderunt, ut si expediret cum illis possent inducere predictos dominos duces ad aliam viam acceptandam38.

  • 39 Célèbre pour sa science canonique, référendaire de Grégoire XI, Martin est promu au siège de Pampe (...)

37La première image du sacré collège avignonnais que fournisse le mémoire est celle d’un groupe qui fait bloc autour de son élu et qui détache deux de ses membres pour tenter de préopiner les ducs dans une direction favorable au sentiment de la majorité des acteurs curiaux de 1395. Il est intéressant de constater que la délégation ne comprend pas de Français, mais un Italien que nous avons déjà rencontré dans ces pages, Léonard de Giffone, le rescapé de Naples, et le cardinal de Pampelune, Martin de Zalva39, tous deux canonistes, le second profitant de plus de l’avantage, du point de vue du pape, d’être un péninsulaire et qui va se révéler un fidèle. Les discussions avec les ducs se passent mal et chacun campe sur ses positions. En juin, ceux-là invitent les cardinaux à des discussions à Villeneuve et à Avignon et beaucoup de membres du sacré collège – on doit penser que les Français y ont puissamment intérêt – veulent bien changer d’opinion et soutenir la voie de cession. On voit bien dans ces passages la façon dont le sacré collège se retourne et la rupture que cela induit avec Benoît XIII, une rupture qui ne fait par la suite que s’aggraver. Deux brefs passages méritent d’être cités, le premier soulignant la fidélité du cardinal de Pampelune et relevant ses mérites, dont celui d’être espagnol, le second manifestant le mécontentement du pape et la façon dont il compte faire usage de son autorité face aux cardinaux :

  • 40 B. von Langen-Monheim, « Un mémoire justificatif du pape Benoît XIII… », art. cité,p. 153.

Excepto tamen domino cardinali Pampilonensi, qui solus in curia est Yspanus natione, cuius vita, conscientia et scientia satis ubique sunt nota ; qui requisitus respondit ducibus supradictis coram ceteris cardinalibus ibidem reprobando viam cessionis predictam ea forma, que petebatur et modis etiam, qui tenebantur erga papam in facto huiusmodi per duces prefatos. [] [R]equisti fuerunt [cardinales] et moniti caritative et moniti, ut viam conventionis per ipsum oblatam acceptare aut viam cessionis per eos apertam et eius practicam declarare vellent, idque facere nollent, perseverantes in suo primo proposito40.

  • 41 Les trois dernières citations : ibid.,p. 156.

38Le ton monte par la suite entre le pape et les ducs. Sa réponse, demeurée rivée sur la voie de convention, déplaît et quelques premières violences s’ensuivent au mois de juin. La pression sur le sacré collège s’accroît et ses membres confirment majoritairement leur choix de la cession. On n’a alors pas plus de noms des « traîtres » que dans les passages précédemment cités (« in domibus certorum cardinalium collocati » et « plures dominos cardinales [] in detrimentum honoris domini nostri »). Finalement, ils transmettent au pape officiellement leur changement d’opinion : « iidem domini cardinales ad ordinationem predictorum ducum [] viam cessionis per dictos duces apertam velle[n]t benigniter acceptare41 ». Dans la prose du pape, ainsi, les cardinaux ne sont pas moins des jouets des puissants que dans les textes de Froissart ou dans ceux des auteurs des vitae de Clément VII. Mais on lit bien entre les lignes que l’ensemble constitue pour Benoît XIII une singulière mauvaise nouvelle, lui qui se retrouve minorisé. Sa tentative de rappel à l’ordre des cardinaux, un texte intégralement cité dans l’Informatio seriosa qui souligne fortement la nécessaire solidarité entre eux, ne donne aucun résultat et on se dirige vers la soustraction et vers les épisodes pénibles du siège du palais.

  • 42 Fils du baron de Neuchâtel, né vers 1335, Jean embrasse la vie monastique sous l’habit de saint Do (...)

39Ceux-ci sont l’occasion de voir s’affirmer fortement une personnalité, celle du cardinal de Neuchâtel42, qui devient le plus actif de ceux qui se retournent contre leur pape. Le portrait qu’en font les auteurs de l’Informatio seriosa ne saurait bien entendu être positif, mais il est impossible de nier qu’ils distinguent clairement Jean de Neuchâtel de ses collègues :

  • 43 B. von Langen-Monheim, « Un mémoire justificatif du pape Benoît XIII… », art. cité,p. 160.

Et die lune XVI, eiusdem mensis [16 septembre 1398] cardinalis de Novocastro, qui in Villanova per cardinales fuerat in Avinione capitaneus ordinatus et iam Avinionem intraverat, equitavit per civitatem publice supra equum, indutus de rubeo, sino roqueto et palio, accintus gladio cum baculo in manu et habitu satis inhonesto et concitans populum ad rebellionem, cunctis clamantis : vivat sanctum collegium et civitas Avinionensis, per plateas et loca publica discurrebat43.

40Le cri que l’on prête au cardinal en dit long sur la fracture qui sévit dans le camp avignonnais : « Vive le sacré collège et vive la cité d’Avignon ! » Décrit en vêtements de guerre, Neuchâtel n’apparaît assurément plus comme un cardinal digne de ce nom, mais bien comme un soudard avide de sang, malgré son âge avancé. On peut toutefois remarquer que les rédacteurs ne jouent pas avec son titre et lui accordent jusqu’au bout le privilège de son état.

41Après avoir exposé l’arrivée de Boucicaut et de ses troupes, le récit revient à Jean de Neuchâtel et en achève le portrait, se réjouissant ouvertement de sa triste fin :

  • 44 Ibid.

Die vero sancti Michaelis [29 septembre 1398] que fuit dominica, predictus cardinalis de Novocastro cum bombardis palatium apostolicum fortiter infestavit et fecit per Bussicaldum et alios infestari. Et quidam lapilli excussi ex lapide bombarde, misso ex palatio, ubi cardinalis morabatur, papam percusserunt. Die vero martis prima octobris predictus cardinalis divino, ut creditur, iudicio glandulis et carbunculis percussus et factus quasi insensibilis, die veneris, que fuit sexta a die sancti Michaelis, vitam utinam solum corporalem perdidit44.

  • 45 Ibid.

42Il est intéressant de constater que sa fin n’autorise pas l’émergence d’une autre figure cardinalice. Le texte se contente de préciser que les pourparlers reprennent le 23 octobre : « data hincinde securitate per papam et ipsos, qui cum eo erant ab una parte et per cardinales, qui erant ab extra ac Bussicaldum eorum capitaneum ex altera », et qu’ils comprennent des cardinaux dans chacune des équipes de négociation : « exiverunt extra palatium ad colloquium super tractatu concordie cardinales Pampilonensis, de Boyll et de Adriano cum aliis tribus de cardinalibus qui erant ab extra45. » Le siège du palais se fait alors si rude que le pape va être contraint de s’en extirper, une issue inévitable si l’on en croît les dernières lignes de l’Informatio seriosa qui raconte la fuite du cardinal Boniface Ammanati et sa mort à Aigues Mortes quelques jours plus tard. La présentation apologétique s’achève alors, ayant démontré la bonne foi du pontife et les malheurs sans nombre qui lui ont été imposés depuis son accession au pontificat suprême.

  • 46 Ibid.,p. 156 : « [V]os omnes et singulos venerabiles fratres nostros sancte Romane ecclesie cardina (...)

43Dans ce texte, les cardinaux sont indiscutablement des acteurs et le fait qu’ils changent d’allégeance, qu’ils se scindent entre le camp du pape qu’ils ont élu et celui du roi de France démontre qu’ils sont en mesure d’assumer des choix politiques individuels. Malgré cela, la récolte d’information concernant leurs motivations demeure bien modeste : quels sont les éléments qui poussent le cardinal de Neuchâtel à endosser une cuirasse et à se placer à la tête des troupes qui assaillent le palais pontifical ? Pourquoi les cardinaux se retournent-ils massivement vers le roi au détriment de Benoît XIII ? Le texte reste muet. Plus encore, il rappelle, par la copie de la lettre du 1er juillet 1395 aux membres du sacré collège, qu’ils sont tenus à l’obéissance et à la fidélité46. On ne trouve donc que très partiellement dans ce texte les matériaux qui seraient nécessaires pour mieux comprendre l’économie interne du collège et les choix individuels de ses membres.

Depuis les cercles parisiens

44Nous pencher sur la vision offerte par Michel Pintoin, le Religieux de Saint Denis, offre à présent la possibilité de poursuivre le chemin chronologique entamé en 1378 et de se placer à l’autre bout de la séquence événementielle initiée par la double élection : dans la première décennie du xve siècle. Nous avons retenu quelques pages des livres vingt-huit à trente, considérant tout d’abord le récit du concile lui-même qui prend place dans les chapitres II à IV du livre trente.

45S’étant finalement ralliés à la solution conciliaire pour sortir de la crise, les sacrés collèges romains et avignonnais, désormais réunis, sont placés en 1409 sous le feu des projecteurs, d’autant qu’il s’agit assez rapidement d’élire un nouveau pape, leur prérogative la plus essentielle et la plus significative. Cela n’empêche pas leur rôle d’être questionné : fauteurs de schisme en 1378, comment oseraient-ils s’arroger le droit exclusif d’y mettre un terme ? L’héritier du seul autre pouvoir médiéval à vocation universelle, le roi des Romains élu, Robert de Bavière, le met en doute par la voix de ses ambassadeurs :

  • 47 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 217-219 et 227.

L’évêque de Verden prit immédiatement la parole en leur nom [celui des ambassadeurs de Robert de Bavière], et, dans un discours plein d’ambiguïtés, il posa vingt-deux questions, dont les principales étaient : si les cardinaux pouvaient se soustraire à l’obéissance de leur pape ; s’ils pouvaient citer devant eux ledit pape ; s’ils pouvaient convoquer un concile général ; si deux collèges pouvaient se conférer mutuellement le droit de tenir un concile. Il conclut que ledit concile devait être changé et différé, attendu que celui qu’ils reconnaissaient pour leur pape était prêt à comparaître, pourvu que ce fut dans un autre lieu, et qu’il promettait de remplir ses engagements, si son compétiteur en faisait autant. Il blâma même durement les cardinaux de son parti, et leur dit qu’ils avaient fait un acte injuste et déraisonnable en opérant ladite soustraction. […] Le 8 mai, les cardinaux se réunirent avec les autres membres du concile dans l’église de Saint-Michel, parce que c’était le jour où l’on célébrait la fête de l’apparition de cet archange. Monseigneur le patriarche [d’Alexandrie, Simon de Cramaud] dit la messe, et prêcha. Il combattit et repoussa victorieusement par six raisons les propositions des ambassadeurs du duc Robert de Bavière, qui mettaient en doute si les cardinaux pouvaient citer leur pape et si les deux collèges pouvaient s’habiliter mutuellement. Il prouva éloquemment que tout cela pouvait se faire raisonnablement pour un aussi grand bien que l’extirpation du schisme et l’union de l’Église universelle, et que le concile pouvait ratifier tout ce qui avait lieu, et à ce propos il présenta plusieurs autres considérations en faveur de l’union47.

  • 48 C’est l’avis qu’exprimait il y a quelques années H. Kaminsky dans le chapitre qu’il offrait à la N (...)

46Le passage atteste de la progression des thèses conciliaires dans les cercles du pouvoir parisien, comme à l’université qui leur était de plus en plus acquise depuis 1394. Il démontre par ailleurs que la chrétienté latine peine à s’imaginer sans chef, sans tête, et que celle-ci ne peut être qu’un pape en 1409. Cela explique très probablement les difficultés, et l’échec final du concile, lequel doit en tout état de cause être nettement relativisé48.

47Le déroulement de la réunion de Pise révèle à ceux qui en doutent l’influence conservée par le sacré collège quand il parle d’une voie unie. Le fait d’avoir déchiré la robe sans couture en 1378 ne l’empêche en rien de prétendre la recoudre et on voit que ses propositions sont reçues avec bienveillance par la majorité des participants du concile y compris par les universitaires. Deux groupes pourtant, universitaires et cardinaux, que l’on a pris l’habitude d’opposer. Il semblerait que l’on ait en l’espèce, tout comme d’ailleurs en ce qui concerne le jugement de l’activité cardinalice durant la longue crise du Schisme, trop souvent en tête la situation de Constance et que l’on oublie la lente maturation qui rend possible les nouveautés ahurissantes qui y prennent place, qu’il s’agisse des votes par nation, de la mise en minorité du sacré collège jusque dans ses privilèges électifs ou encore, nous y revenons, du poids des monarchies dans la résolution du conflit.

48Dans le passage que l’on vient de parcourir, le sacré collège réuni apparaît comme un groupe indistinct dans lequel les individus sont fondus. Contrairement à ce qui ressortait du récit de Froissart, il est pourvu de son initiative propre, mais il ne voit émerger aucune personnalité dominante ; un constat que l’extrait suivant, placé quelques lignes plus bas dans le récit du Religieux, vient confirmer :

  • 49 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 229.

[L]e cardinal de Palestrine dit que ses frères n’entendaient rien faire pour la poursuite de l’union sans que le concile en eût délibéré, et que, comme ils ne pouvaient tous assister à ses délibérations, il était à propos de déléguer quelques-uns d’entre eux qui seraient présents à toutes les discussions et informeraient les autres de ce qui aurait été résolu ; il demanda en même temps qu’on nommât ceux qu’on jugerait les plus capables de remplir cette mission [suivent des propositions de procédure pour le déroulement des sessions]. Le cardinal d’Albano prit ensuite la parole sur un autre sujet ; il annonça la prochaine arrivée des ambassadeurs de Pierre de Luna, et demanda comment on les recevrait, comment on leur donnerait audience et comment on les traiterait. Il ajouta aussi aux requêtes qui avaient été faites le 24 avril par les promoteurs une requête nouvelle tendant à ce que le concile statuât que c’était lui, comme représentant de l’Église universelle, qu’appartenait la connaissance de l’extirpation du schisme. Il fut résolu que le lendemain, après dîner, les députés des provinces s’assembleraient avec les cardinaux pour traiter de cette affaire. Le lendemain donc, qui était le 9 mai, le patriarche, ayant pris la parole pour la nation de France et de Provence, dit qu’après mûre réflexion, ils acquiesçaient à la requête du cardinal ; il demanda en outre que ledit concile approuvât pour un certain temps qui serait fixé les promotions de prélats faites par les deux prétendants. On lui répondit qu’on y aviserait à la fin […]49.

  • 50 Docteur en droit canon, Guy de Malsec est chanoine et acolyte d’Urbain V lorsqu’il reçoit l’évêché (...)
  • 51 Napolitain, d’excellente noblesse, Nicolas obtient son doctorat en droit et un canonicat dans la c (...)

49Les deux cardinaux cités sont des titres, pas des personnes. Guy de Malsec50, le cardinal évêque de Palestrina, est le doyen du sacré collège et ce sont donc des tâches protocolaires qui lui reviennent dans ce passage et non la trace d’une autorité particulière qu’il aurait sur les autres cardinaux. Michel Pintoin ne lui place d’ailleurs pas de « je » en bouche : c’est bien au nom de la collectivité des cardinaux qu’il s’exprime. Le cardinal d’Albano, un autre évêque, Nicolas Brancaccio51, s’efface quant à lui derrière le concile. Il représente ici, à n’en pas douter, le collège avignonnais, dont il est membre depuis trente ans. Le récit se poursuit avec l’élection d’Alexandre V :

  • 52 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 239.

Messeigneurs les cardinaux des deux collèges entrèrent en conclave le jour de la fête de Saint-Jean-Baptiste, après avoir demandé au Saint-Esprit qu’il les éclairât de sa grâce, afin de procéder, en vertu des pouvoirs que leur avait conférés le saint synode, à l’élection d’un seul et unique vicaire de Jésus-Christ, sous le gouvernement duquel l’Église, son épouse bien aimée, qui avait été pendant si longtemps l’esclave de l’ambition obstinée des deux prétendants, pût recouvrer son ancienne splendeur et sa domination universelle. Comme on craignait que les pressantes insistances des princes de leurs pays, que le crédit, la puissance, et la noblesse de quelques seigneurs n’eussent trop d’empire sur leur esprit, comme il arrive souvent en pareille circonstance, et ne les fissent dévier du sentier de la justice, tous ceux qui détestaient et réprouvaient le funeste schisme adressaient d’humbles et ferventes prières au Seigneur, pour qu’il daignât mener à bonne fin cette sainte entreprise. Les conseillers intimes du roi dirent qu’il était à craindre que, si messeigneurs les cardinaux traînaient l’affaire en longueur, leurs lenteurs ne fissent surgir quelques difficultés. En conséquence, le roi leur adressa à la hâte un message pour les exhorter à faire toute la diligence possible. Mais le courrier n’avait pas encore fait la moitié du chemin, qu’il apprit que tout était terminé, et il ne jugea pas à propos de poursuivre son voyage. Les cardinaux avaient en effet élu pour pape, vers la fin de juin, un pieux et saint homme52.

50On lit avec délice les explications de Michel Pintoin à propos des craintes de voir le sacré collège écouter par trop ses intérêts et se montrer excessivement sensible aux pressions diplomatiques auxquelles il pourrait être soumis. L’ombre de Constance surplombe rétrospectivement le concile de Pise, posant la question importante de la périodisation du Schisme, de ses moments d’inflexion, et en particulier du moment où l’Église, pour le dire ainsi, quitte le xive siècle pour entrer dans le xve. On peut penser que ce moment se joue un peu après Pise, au moment où la tentative d’union menée par les cardinaux est considérée comme un échec, et où, par conséquent, on cherche des forces différentes et des leviers plus puissants encore pour résoudre le problème, discréditant, au moins partiellement, l’action des membres du sacré collège.

  • 53 Pour un développement de cette question, voir P. Genequand, « Kardinäle, Schisma und Konzil… », ar (...)

51On peut pourtant soutenir sans trop de difficulté que Constance serait difficilement envisageable sans Pise53. Il est donc intéressant de remonter de quelques livres dans l’œuvre du Religieux et de revenir aux origines de l’initiative conciliaire en considérant des extraits du récit pour les années 1407 et 1408 qui mettent en lumière l’importance de l’action des cardinaux sans qui rien n’est apparemment possible dans la première décennie du xve siècle. Le passage suivant prend place après l’évocation d’une rencontre entre la délégation du roi de France et Benoît XIII :

  • 54 Chronique du Religieux…, op. cit., t. III, p. 605.

Le jour suivant, les ambassadeurs résolurent d’aller trouver le cardinal de Palestrine, doyen du sacré collège, et de convoquer au plus tôt les cardinaux pour une communication qu’ils avaient à leur faire. […] Le chancelier de l’église de Paris fit, suivant sa coutume, un très beau et très brillant discours. Après un long préambule, rempli de pensées théologiques et religieuses, il entra en matière et demanda trois choses au collège des cardinaux. Il les pria d’abord de rester toujours unis au roi, suivant leur louable coutume, et de ne pas s’en séparer en cette affaire, alors surtout que cette union était reconnue comme plus nécessaire que jamais ; il leur rappela que le roi, dans tout ce qu’il avait fait précédemment, avait suivi leurs conseils, et il ajouta qu’il leur savait gré d’être restés avec lui dans le même parti. En second lieu, il les conjura de bien vouloir insister avec eux auprès de monseigneur Benoît, pour qu’il leur donne les explications et les éclaircissements qu’ils lui avaient déjà demandés en leur présence sur son intention de rétablir la paix par la voie de cession. S’il y consentait, dit-il, on pourrait mener à bonne fin l’affaire de l’union ; sinon l’Église était menacée de grands scandales, qu’il était très important de prévenir et d’empêcher. […] Il partagea la troisième requête en deux points. Le premier fut qu’en cas de mort du pape, ils veuillent bien surseoir à l’élection, pour ne pas prolonger la durée du schisme ; le second, qu’ils consentent à pourvoir efficacement, de concert avec le roi, à ce que, l’un des deux prétendants ou tous deux venant à mourir, les deux collèges puissent se réunir pour l’élection d’un seul et légitime pontife54.

  • 55 Une créature du roi. Pour quelques éléments de sa biographie, voir plus haut, note 21.
  • 56 Au chapitre V du vingt-huitième livre (Chronique du Religieux…, op. cit.,t. III, p. 575-583).

52Dans ce passage, l’ampleur de la collaboration des milieux royaux et du sacré collège avignonnais est soulignée. Elle fait paraître plus rhétorique encore les précautions du chroniqueur à propos des dangers d’une influence des pouvoirs laïcs sur les affaires de l’Église. À n’en pas douter, il faut comprendre les craintes exprimées à propos des pressions dans le cas de l’élection d’Alexandre V comme étant celles qui se situeraient en dehors du contrôle parisien. Cette rencontre redouble un autre conciliabule tenu avec le cardinal Pierre de Thury55 qui avait résumé aux ambassadeurs de Charles VI les actions entreprises par lui-même et par ses frères cardinaux pour l’union, ne cachant pas les contacts qui existent alors déjà entre les sacrés collèges des deux obédiences56. Néanmoins, l’unanimité cardinalice presque complète qui est celle du concile de Pise n’est pas encore acquise, ce que le chroniqueur s’applique à démontrer dans son chapitre XXII, soulignant les divergences entre les deux collèges, l’un, le « bon », celui d’Avignon, prêt à l’union, l’autre, le romain, encore si prudent qu’il se révèle réticent à la solution prônée par Charles VI : la double cession. Quant à Benoît XIII, on lui assigne le rôle de l’entêté.

  • 57 On les trouvera entre autres chez : M. Souchon, Die Papstwahlen…, op. cit.,t. I, p. 280-284 et p.  (...)

53Il y a là matière littéraire et propagandiste. On sait en effet que les cardinaux romains ont nettement augmenté la pression sur leurs papes entre l’élection d’Innocent VII en 1404 et celle de Grégoire XII en 1406. Les capitulations électorales de ces deux conclaves ont été conservées et publiées57. Évoquer ces documents dans le détail serait intéressant, mais la place manque. Qu’il suffise de dire que là où les cardinaux se contentent en 1404 d’un rôle de témoin de la procédure de double cession, ils assument un rôle nettement plus actif dans le texte de 1406 qui prévoit des délais pour les différentes phases de l’union. Il convient donc de considérer l’appréciation de Michel Pintoin comme une preuve de plus de son parti pris pro-français. L’unité de vue qui rapproche les deux sacrés collèges permet de comprendre comment ils en viennent si rapidement à s’arranger et à mettre sur pied le programme de Pise. C’est l’exaspération face à l’obstination des papes rivaux qui les mène à franchir la dernière marche, si l’on en croît le Religieux :

  • 58 Chronique du Religieux…, op. cit.,t. IV, p. 29-31.

On apprit alors au mois de juin, par des lettres de monseigneur le patriarche et des autres envoyés de France, que les cardinaux des deux collèges, maudissant l’obstination et la mauvaise foi de leurs chefs, étaient partis pour la plupart sans congé, qu’ils s’étaient réunis de nouveau d’abord à Lucques, puis à Livourne, et avaient décidé d’un commun accord qu’ils consulteraient les rois et tous les prélats sur ce qu’ils avaient à faire58.

  • 59 Ibid., p. 65-87.

54Il livre quelques pages plus loin le texte de la déclaration solennelle des cardinaux avignonnais aux membres de leur obédience portant convocation du concile de Pise. Le texte est trop long pour être reproduit ici59, nous nous limiterons en conséquence à une analyse de la justification que les cardinaux donnent de leur action.

  • 60 Voir supra.

55La déclaration affirme en préambule l’ampleur du danger que le Schisme laisse planer sur l’avenir de la chrétienté et combien la participation à son maintien est hautement condamnable. Ils rappellent les conditions de l’élection de Benoît XIII, la nature de la cédule que tous ont juré de respecter et que le pape élu a confirmée solennellement une fois revêtu de la puissance pontificale. Arguant à nouveau, comme lors de la double élection de 1378, d’arguments de nature légale, ils relèvent que le pape, tenu de respecter le texte, s’en écarte pourtant, mettant ainsi en danger son âme. Le glissement de la voie de convention à la voie de cession n’est que très brièvement évoquée par les signataires qui la placent presque d’emblée comme étant la solution qu’ils ont soutenue. On se souvient que cette adhésion des cardinaux d’Avignon à la voie de cession date plutôt, selon le témoignage de l’Informatio seriosa, de la visite des ducs, dans le courant de l’été 139560. Portant alors le récit dans l’autre obédience, ils décrivent comment Grégoire XII suit un chemin aussi damnable que celui choisi par Benoît XIII : jurant de tout faire pour résoudre le Schisme mais se montrant fort peu empressé de le faire une fois élu. Il ne mérite donc pas un traitement plus favorable que celui qui doit être réservé au pape aragonais.

56Ayant démontré l’impasse dans laquelle tous se trouvent désormais engagés, les cardinaux, toujours de façon absolument collective (« nous »), constatent la nécessité d’une action commune des deux collèges pour éviter la perpétuation des erreurs que le Schisme engendre. La justification de leur action mérite une brève citation :

  • 61 Chronique du Religieux…, op. cit.,t. IV, p. 79.

[L]a papauté étant disputée entre deux prétendants qui ne pourraient que difficilement se mettre d’accord, un concile général, c’est-à-dire l’Église assemblée, est juge compétent de leur différend, qui intéresse la foi à si juste titre ; que si les cardinaux doivent convoquer ce concile c’est principalement contre l’obstination, le défaut ou la négligence des prétendants, attendu que les prétendants se garderaient bien d’en convoquer un contre eux-mêmes et contre leurs intentions comme l’a prouvé l’expérience du passé et comme le prouve la circonstance présente61[…]

  • 62 Ibid., p. 81.
  • 63 P. Genequand, Kardinäle…, op. cit.,p. 326-327. On y revient en conclusion.

57Les sacrés collèges agissent donc comme suppléants des papes refusant d’accomplir leur devoir et d’être fidèles à leurs serments et maintenant l’Église dans la division, source d’hérésie. Il est donc convenu d’une double convocation, réalisée dans chaque obédience par le sacré collège idoine, une convocation qui doit nécessairement profiter de « l’appui des rois et des princes de l’une et de l’autre obédience, dont la protection est très nécessaire à l’Église romaine et universelle, et qui tendront pieusement une main secourable à ladite Église, la soutiendront et la défendront, comme il sied à de pieux souverains et comme il convient à leur honneur62 ». La puissance séculière est donc placée dès la convocation de Pise dans une position qui diffère assez peu de celle qui sera la sienne au concile de Constance. On doit s’étonner que les cardinaux placent ainsi la résolution d’un problème structurel aussi sensible dans la dépendance des rois et des princes. On se trouve indiscutablement, là encore, à une charnière dans l’histoire de l’Église, probablement aux dernières heures du paradigme grégorien, dominant depuis trois siècles. Les présentes pages n’ont pas pour objectif de comprendre cette inflexion, peut-être dépendante des seules circonstances, même si l’on peine à le croire. On peut penser en tout état de cause que la présence de plus en plus marquée dans les sacrés collèges du Schisme de représentants des grandes maisons européennes63, un recrutement qui tranche avec celui qui avait cours durant la période avignonnaise, peut expliquer en partie le recours aux puissants.

  • 64 Voir supra note 50.
  • 65 Voir supra note 51.
  • 66 Né vers 1330 dans une famille de très petite noblesse, Pierre Girard gravit lentement les échelons (...)

58La déclaration des cardinaux se conclut par la convocation à Pise d’un concile général à compter du 25 mars 1409 et par un exposé juridique tentant de montrer que la présence à cette réunion, dont la convocation n’est pas conforme au droit, personne ne s’en cache, ne provoque aucune sanction puisqu’elle vise à l’utilité de l’Église. La lettre est scellée par les trois cardinaux évêques avignonnais : Guy de Malsec64, Nicolas Bancaccio65 et Pierre Girard66. Une nouvelle fois, il est bien difficile de voir émerger une tête au-dessus des épaules cardinalices : ce sont des raisons protocolaires qui expliquent là encore l’émergence des trois évêques, une caractéristique cruciale du récit de Michel Pintoin. Un sacré collège actif, pourvu d’un esprit de corps affirmé s’y découvre, avant comme pendant la réunion pisane, mais sans couleur, sans personnalité marquante. Ce sont les rois qui mènent le bal, c’est à leurs représentants que l’on répond, à leur influence que l’on réagit. Les cardinaux forment un groupe de pression essentiel dans une conception presque échiquéenne du théâtre politique au début du xve siècle. Dans la Chronique du Religieux de Saint-Denis, les groupes de cardinaux demeurent des foules indistinctes au sein desquelles les individus, pour l’essentiel, se perdent.

Le sacré collège de la double élection au concile de Pise (1378-1409) : des sources aux études modernes

  • 67 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 229.

59On passe ainsi de l’absence totale de caractère, même collectif, du groupe cardinalice chez Froissart à une fonction protocolaire et à une congrégation constituée et si homogène que les personnalités tardent à s’en détacher chez Michel Pintoin. Dans ce dernier texte, l’accession au suprême pontificat rend pourtant son caractère à l’homme ainsi honoré. L’élection permet ainsi de reconnaître à Alexandre V sa piété et sa sainteté67, des qualificatifs assez banals d’ailleurs, mais absents du récit dans les pages précédentes. Les papes apparaissent donc comme des individus, là où les cardinaux forment une masse. Rien qui soit de nature à aider l’historien moderne à se passionner pour le sujet.

60Dans les Vitae rassemblées par Étienne Baluze et dans les lignes de l’Informatio seriosa, on a trouvé des portraits plus nuancés et on a vu se dessiner le visage du cardinal Pierre de Luxembourg ou celui de Jean de Neuchâtel, par exemple. Pourtant, il s’en faudrait de beaucoup qu’ils usurpent au pape la place centrale. C’est dans son orbite, et un peu dans celle des pouvoirs laïcs, que gravite le sacré collège, plus qu’un jouet, mais moins qu’un vis-à-vis.

  • 68 On peut d’ailleurs en ce sens saluer l’ouvrage publié sous la direction de J. Helmrath et H. Mulle (...)

61On peut aussi remarquer que la périodisation adoptée demeure le plus souvent fixée sur la figure du successeur de Pierre. Arrêter le traitement du Schisme à Constance, par exemple, au moment où il y a un seul pape, semble privilégier excessivement la tête au mépris des mouvements de l’Église entière. Qui pourrait en effet oublier que Constance, en résolvant le problème posé par la double élection de 1378, soulève d’intenses difficultés en ce qui a trait à la direction de l’Église et que les thèses conciliaires vont empoisonner les relations au sein même de l’institution durant trente ans ? Par attraction des sources, par héritage des questions et méthodes du xixe siècle peut-être, il semble difficile de détacher le regard de la figure du pape lorsque l’on travaille sur l’Église à la fin de la période médiévale. Peut-être est-il temps de proposer d’autres césures, d’autres paradigmes68 ? Revenons finalement aux cardinaux.

62Selon Michel Pintoin, le sacré collège n’est pas, en 1407-1409, le moindre des interlocuteurs pour la question de l’union qu’il a pourtant puissamment compromise trente ans plus tôt. Est-il redevenu un partenaire fiable, ou n’a-t-il jamais cessé de l’être ? Pourquoi la double élection n’a-t-elle pas atteint plus durablement son prestige ? Comment les rois et les puissants peuvent-ils encore estimer que les cardinaux sont en mesure de les aider à résoudre la crise ?

63Ces questions sont évidemment trop complexes pour être traitées dans les quelques lignes qu’il me reste, aussi va-t-on se limiter à quelques remarques, organisées autour de trois axes de réflexion. Le premier soulignera les permanences du pouvoir cardinalice et la difficulté évidente qu’entrainerait un court-circuitage de ce dernier ; le deuxième cherchera à pondérer l’importance du Schisme dans les politiques royales du temps en montrant que la crise qui sévit au sein de l’Église n’est pas la seule préoccupation des pouvoirs temporels ; pour finir, on reviendra sur les modifications profondes qui affectent le collège des cardinaux dès 1378, en particulier en ce qui concerne le recrutement de ses membres, donnant en l’espèce, d’une certaine façon, satisfaction à nos sources.

  • 69 A. Jamme, « Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand Sc (...)
  • 70 Quelques universitaires, comme Henri de Langenstein et Conrad de Gelnhausen, posent dès 1379-1380 (...)
  • 71 Voir, à propos de cette enquête, l’article de R. Delort, cité en note 7.

64Armand Jamme l’a bien montré dans un article important69 : l’habillage juridique de la double élection de 1378 que les protagonistes ont proposé devrait être ramené au rideau de fumée qu’il est en réalité. La question du Schisme, bien posée, ne serait pas d’interroger la légitimité des élections concurrentes de 1378, mais plutôt de comprendre pourquoi les cardinaux décident de renverser le pape qu’ils ont élu. Les contemporains eux-mêmes, après trois lustres à se poser la mauvaise question70, en partie peut-être à cause des opportunités politiques et diplomatiques issues de l’élection de Clément VII, en viennent finalement à la bonne : comment sortir de cette situation ? Il n’est pas inintéressant de remarquer l’usage proprement propagandiste que les puissances séculières sont en mesure de faire de la double élection et de la recherche du « bon » pape. S’il faut éviter tout cynisme excessif et ne pas minimiser la part de réelle préoccupation, il est assuré que les rois espagnols proposent d’eux-mêmes une image flatteuse quand ils consacrent des moyens considérables à l’établissement de la vérité à propos des événements d’avril 137871.

65Les contemporains renoncent finalement à trancher en 1417 : le retour à l’unité se suffit à lui-même et la question de la légitimité ne présente plus qu’un intérêt secondaire quarante ans après les faits, à part pour l’ermite de Peñiscola, accroché à ses certitudes. Pour toutes ces raisons, les rois ne démontrent pas d’acrimonie particulière envers les cardinaux et, recourant à eux, ils ne bousculent pas les pratiques communes et manifestent d’une autre façon encore leur piété en respectant les vénérables membres du sacré collège. Mais il y a plus.

  • 72 P. Genequand, Une politique pontificale…, op. cit., p. 280-286.

66En analysant l’action de Clément VII, je me suis refusé à limiter mon analyse à une explication exclusivement politique des choix manifestés par les rois72. L’attitude de l’Aragon en 1387 s’est révélée particulièrement révélatrice des lignes de force de la politique au début du Schisme. Neutre dès 1378, le royaume a ainsi rejoint l’obédience clémentine six ans après sa grande voisine la Castille, alors que la tension est vive entre les deux royaumes. Cela ressemble à du simple suivisme et à une forme désagréablement servile de soumission. Pourtant, le choix témoigne de l’importance relative du Schisme pour les pouvoirs laïcs : l’Aragon n’a pas craint la naissance d’une telle réputation, parce que le Schisme ne résume pas la politique et la diplomatie de son roi.

67Pour les papes rivaux et pour leurs historiens, le Schisme embrasse l’ensemble des enjeux : être ou ne pas être le vrai pape, telle est alors la question. Mais pour les rois, comme pour leurs historiens d’ailleurs, il n’est que l’un des problèmes soumis à leur jugement, non des moindres certes, mais assurément moins prégnant à Paris que ne l’est la guerre contre les Anglais, par exemple, ou la compétition pour s’assurer du pouvoir réel après la révélation de la folie du roi. Dans ce contexte, pourquoi se priver du concours des cardinaux ? On peut ainsi manifester sa constante préoccupation pour les affaires de l’Église, presser dans le sens qui convient à la politique royale, mais laisser finalement l’initiative aux sacrés collèges et, en dernière analyse, aux papes eux-mêmes. Ainsi, en plus de respecter les pouvoirs en place, confier la tâche de la résolution du problème aux cardinaux soulage les rois de cette responsabilité.

  • 73 Fils de l’infant Pierre, né en 1342, Jaime est déjà évêque de Tortose en 1362, pourtant simple cle (...)
  • 74 Voir supra, n. 50.

68Finalement, et ce troisième élément renforce les deux précédents, le recrutement du sacré collège qui a subitement changé depuis 1378 donne des raisons supplémentaires aux rois pour faire confiance aux cardinaux non seulement pour se pencher sur la réduction du Schisme, mais encore pour le faire sans perdre de vue leurs intérêts. Dès 1378, en effet, on constate une modification du caractère du recrutement cardinalice. Là où la petite noblesse du Midi peuplait la cour avignonnaise et où Robert de Genève, de rang comtal, faisait figure de grand seigneur, les familles souveraines font un retour en force dès lors que le soutien des rois et des princes devient une préoccupation centrale des papes rivaux. Revenant sur les principes mêmes qui avaient prévalu depuis la réforme grégorienne, on ose à nouveau offrir le chapeau à des membres éminents de la noblesse du temps – le frère du roi d’Aragon, Jaime73, par exemple, du côté clémentin. Les sources s’en font largement l’écho. D’ailleurs, dans la chronique du Religieux, on l’a vu, les ambassadeurs du roi rencontrent d’abord Pierre de Thury, l’ancien archevêque de Lyon, un serviteur zélé du roi avant de voir le doyen du collège, Guy de Malsec74.

69C’est ainsi que nous proposons de comprendre que les fauteurs de schisme demeurent les chevilles ouvrières du chemin vers l’unité retrouvée, au moins jusqu’à l’échec, relatif, du concile de Pise. Cette question porte d’ailleurs en germe quelques-unes des principales caractéristiques de l’évolution du siècle qui s’ouvre alors : celui des Églises nationales, des concordats et d’une papauté ré-italinisée et plus concentrée sur Rome que jamais peut-être.

70Finalement, à cet étonnement peut-être naïf qui nous amène à questionner l’appui que tous semblent rechercher du côté du sacré collège, on pourrait avoir envie en conclusion de rétorquer : et pourquoi n’irait-on pas lui demander de résoudre cette crise, lui qui, selon sa propre conception ecclésiologique, est l’image du collège des apôtres qui a entouré le Christ ? Qui mieux que lui peut désigner la solution à la crise ? Il mérite bien, en tout état de cause, d’être soumis à de nouvelles enquêtes, à la charnière des xive et xve siècles, comme à de nombreux autres moments de son histoire.

Notes

1 La bulle d’Alexandre III Licet de vitanda vient préciser et encadrer ce droit exclusif en 1179, établissant la nature de la majorité des deux tiers à obtenir et les sanctions pour ceux qui se diraient pape sans l’avoir conquise.

2 La première édition, en seize volumes, voit le jour entre 1715 et 1865. Il n’est pas le lieu, ici, de faire l’histoire de ce monument de l’érudition moderne.

3 F. Duchesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance, 1660, 2 vol. ; suivi d’un volume de Preuves, en 1668.

4 Plusieurs ouvrages récents ont synthétisé l’état de la recherche. Ne visant aucunement ici à proposer un bilan historiographique exhaustif, nous renvoyons le lecteur aux conclusions de leurs auteurs : R. Lützelschwab, « Zur Geschichte des Kardinalats im Mittelalter, ein historiographischer Überblick », dans J. Dendorfer, R. Lützelschwab (éd.), Geschichte des Kardinalats im Mittelalter, Stuttgart, Anton Hiersemann, 2011, p. 21-39 ; M.-P. Alberzoni, C. Zey, « Legati et delegati papali (secolo XII-XIII), Stato della ricerca e questioni aperte », dans M.-P. Alberzoni, C. Zey (éd.), Legati e delegati papali, Profili, ambiti d’azione e tipologie di intervento nei secoli xii-xiii, Milano, Vita e pensiero, 2012, p. 4-27 ; P. Montaubin proposera un panorama historiographique, lui aussi pour les légats, dans le volume qu’il édite et qui reprend les communications du colloque « Les légats pontificaux. Paix et unité de l’Église, de la restructuration grégorienne à l’aube du concile de Trente (mi xie-mi xvie siècle) », qui s’est tenu à Paris du 12 au 14 février 2009 (à paraître en 2014).

5 Citons par exemple les études de S. Kuttner, « Cardinalis, The History of a Canonical Concept », Traditio, no 3, 1945, p. 129-214, et de C. G. Fürst, “Cardinalis” : Prolegomena zu einer Rechtsgeschichte des römischen Kardinalkollegiums, Munich, Fink, 1967.

6 Comme par exemple les travaux de A. Alberigo, Cardinalato et collegialità, Studi sull’ecclesiologia tra l’xi e il xiv secolo, Florence, Vallecchi, 1969, de J. Leclercq, « Pars corporis pape, le sacré collège dans l’ecclésiologie médiévale », dans L’homme devant Dieu. Mélanges offerts au Père H. de Lubac, Paris, Aubier, 1964, p. 183-198, ou de M. Dykmans, « Les pouvoirs des cardinaux durant la vacance du Saint-Siège d’après un nouveau manuscrit de Jacques Stefaneschi », Archivio della Società romana di Storia Patria, no 104, 1981, p. 119-145.

7 Limitons-nous à signaler deux articles seulement : la mise au point de R. Delort (« Aux origines du Grand Schisme : l’élection de Robert de Genève, pape Clément III [sic] (avril-septembre 1378 »), dans M. Neuenschwander, B. Roth-Lochner, F. Walter (éd.), Des archives à la mémoire : mélanges d’histoire politique, religieuse et sociale offerts à Louis Binz, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 1995, p. 53-79) et la réflexion fraîche et importante d’Armand Jamme (« Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand Schisme d’Occident », dans F. Foronda, J.-P. Genet, M. Nieto-Soria (éd.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge ? Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale, Madrid, Casa de Velazquez, 2005, p. 433-482). On se référera à la bibliographie de ces articles pour aller plus loin.

8 On renvoie, par exemple à G. Mollat, « Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV », Revue d’histoire ecclésiastique, no 46, 1951, p. 22-112 et 566-574, plus particulièrement à la p. 100 et à N. P. Zaccour, « A Note on the Papal Election of 1352. The candidacy of Jean Birel », Traditio, no 13, 1957, p. 456-462.

9 Voir par exemple les travaux de J. Coste : « Le deposizioni al processo di Bonifacio VIII. Studio di un caso », dans J.-C. Maire-Vigueur, A. Paravicini-Bagliani (éd.), La parola all’accusato, Palerme, Sellerio, 1991, p. 157-169 ; « Un memoriale del cardinale Pietro Colonna nel 1305 », Archivio della società Romana di storia patria, no 112, 1989, p. 182-193. Voir également la synthèse de A. Paravicini-Bagliani, Boniface VIII. Un pape hérétique ?, Lausanne, Paris, Payot, 2003, p. 153-227 et 373-392.

10 Tous trois cités à la note 4.

11 Le Sacré Collège et les cardinaux de la mort de Benoît XII à la mort de Grégoire XI (1342-1378), thèse manuscrite, Paris, 2010.

12 Nous utilisons ici l’ouvrage publié dans la collection de la Pléiade, les traductions étant dues au travail d’Albert Pauphilet et d’Édmond Pognon (Historiens et chroniqueurs du Moyen Âge, Robert de Clari, Villehardouin, Joinville, Froissart, Commynes, Paris, Gallimard, 1952).

13 Son travail a été réédité et annoté par G. Mollat en quatre volumes (Paris, Letouzay et Ané, 1914-1922).

14 Récemment mis en avant par les travaux de B. von Langen-Monheim (« Un mémoire justificatif du pape Benoît XIII. L’Informatio seriosa. Études de ses reformulations, de 1399 aux actes du concile de Perpignan », Études roussillonnaises. Revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, no 23, 2007-2008). On lira aussi, sur le même sujet et de la même auteure : « Le rapport sur les actes de Benoît XIII et la dernière version de l’Informatio seriosa », Études roussillonnaises. Revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, no 24, 2009-2010, p. 79-84.

15 Dans un volume d’hommages offerts à Hélène Millet, il était bien nécessaire de consacrer quelques pages au Religieux ! Mais loin de se limiter à un clin d’œil respectueux, la chronique dionysienne s’impose bien entendu comme un témoin exceptionnel de l’histoire de son temps. De plus, issue du milieu royal ou de ses satellites les plus immédiats, elle offre la possibilité d’aborder un autre point de vue et d’enrichir ainsi la réflexion proposée dans ces pages. Nous utilisons les troisième et quatrième volumes de l’édition de L. Bellaguet (La chronique du Religieux de Saint-Denys, Contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, Paris, Crapelet, 1841 et 1842).

16 Voir P. Genequand, Une politique pontificale en temps de crise. Clément VII d’Avignon et les premières années du Grand Schisme d’Occident (1378-1394), Bâle, Schwabe, 2013, p. 229-230.

17 Froissart, Les Chroniques, Paris, Gallimard, 1952, p. 626-628.

18 Voir P. Genequand, Une politique pontificale…, op. cit., p. 137-161.

19 Avocat et conseiller du roi de France en 1381, docteur in utroque,Pierre de Fétigny est promu en décembre 1383 au titre de Sainte-Marie in Aquiro. Il est chargé à plusieurs reprises d’assurer le conseil de Marie de Blois, la veuve de Louis Ier d’Anjou, dans les crises que traversent côte à côte le pape et la seconde maison d’Anjou. Il meurt à Avignon en 1392.

20 Fils du maréchal de Bourgogne Gérard de Thury, neveu de l’archevêque de Lyon Guillaume, Pierre fait dans la région ses armes bénéficiales dans les années 1360. Docteur in utroque, il est nommé custode de la cathédrale de Lyon par Grégoire XI et exerce simultanément la charge de maître des requêtes de l’Hôtel du roi de France. En 1382, il est évêque de Maillezais, puis cardinal au titre de Sainte Suzanne en 1385. Fortement hostile à Benoît XIII dès 1395, il est un soutien permanent de la politique royale de cession. Il meurt à la fin de l’année 1410.

21 Docteur en droit civil, Jean de Talaru fait sa carrière à Lyon. Il est chanoine de la cathédrale en 1353, doyen en 1360, puis archevêque dès 1375. Il doit si directement son chapeau au roi que celui-là lui est décerné pendant la visite de Charles VI, le 3 novembre 1389. Apparemment conçue comme honorifique, sa nouvelle dignité ne l’amène jamais en curie et il demeure à Lyon où il décède en 1392.

22 Froissart, Les Chroniques, Paris, Gallimard, 1952, p. 660 et 663.

23 À ce propos, voir P. Genequand, « Kardinäle, Schisma und Konzil. Der Kardinalskolleg im Grossen Abendländischen Schisma », dans Geschichte des Kardinalats…, op. cit., p. 315-316.

24 Froissart, Les Chroniques, Paris, Gallimard, 1952, p. 915-916.

25 M. Souchon, Die Papstwahlen in der Zeit des Grossen Schismas. Entwicklung und Verfassungskämpfe des Kardinalates von 1378 bis 1417, Brauschweig, Göritz, 2 vol., 1898-1899 (ici vol. I, p. 83 et suiv.).

26 Dès la fin de l’année 1378, en effet, alors que Clément VII est encore en Italie, il inonde la chrétienté de légats qui sont priés de rassembler les soutiens nécessaires à la survie de la « contre-papauté » initiée par l’élection de Fondi. Pierre de Luna est envoyé en Espagne, Guy de Malsec en Angleterre, Jean de Cros à Paris et Guillaume d’Aigrefeuille en territoire de langue allemande. Le cardinal, neveu de Clément VI, est alors le camérier du sacré collège. Docteur in utroque, il appartient à une dynastie cardinalice qui voit trois générations se succéder aux côtés des papes. Il meurt en 1401.

27 G. Mollat (éd.), Vitae paparum…, vol. I, Paris, Letouzay et Ané, 1914-1922, p. 522.

28 Ibid., p. 534-535.

29 Les registres d’obligations recueillent l’ensemble des engagements pris par les prélats (évêques et abbés) pour le paiement des services communs dus au Saint Siège et au collège des cardinaux, mais aussi le répertoire des paiements effectivement versés à la trésorerie et les inventaires après décès des prélats, en vertu du droit de dépouilles dont profite le pape. Deux des volumes de l’époque de Clément VII (Obl. et Sol. 43 et 49) enregistrent aussi les créations cardinalices et les mouvements des cardinaux vers ou depuis la curie. La préoccupation demeure fiscale, puisque les membres du collège ne participent à la distribution des services communs que lorsqu’ils sont présents à la cour.Pour l’historien, pourtant, ces mentions permettent de vérifier les dates des promotions et, surtout, de jauger de l’empressement que mettent les nouveaux élus à rejoindre le pape d’Avignon. Les indications que fournit l’anonyme dans la vie de Clément VII sont en tous points conformes aux indications des documents (voirpar exemple la promotion du 12 juillet 1385, à la page 493, celle du 17 avril 1391 à la page 507).

30 P. Genequand, Une politique pontificale en temps de crise…, op. cit., p. 438-439.

31 Vitae paparum…, op. cit., vol. I, p. 490-491.

32 Pour un commentaire de l’épitaphe de Clément VII, voir P. Genequand, L’organisation et la politique de la cour pontificale sous Clément VII (1378-1394), à partir des documents comptables et des lettres, thèse manuscrite, Genève, 2004, p. 7-8.

33 Vitae paparum…, op. cit., vol. I, p. 496.

34 Ibid., p. 507.

35 Ibid., p. 483-484.

36 Ibid., p. 494.

37 Ibid., p. 496.

38 B. von Langen-Monheim, « Un mémoire justificatif du pape Benoît XIII… », art. cité,p. 152.

39 Célèbre pour sa science canonique, référendaire de Grégoire XI, Martin est promu au siège de Pampelune en 1377. Essentiellement basé en Navarre où il travaille pour Clément VII, il est reçu référendaire de ce dernier en 1384. Après la déclaration clémentine de la Navarre en 1390, il reçoit le chapeau au titre de Saint-Laurent in Lucina. Il décède à Salon de Provence en 1403.

40 B. von Langen-Monheim, « Un mémoire justificatif du pape Benoît XIII… », art. cité,p. 153.

41 Les trois dernières citations : ibid.,p. 156.

42 Fils du baron de Neuchâtel, né vers 1335, Jean embrasse la vie monastique sous l’habit de saint Dominique. Il décroche le grade de docteur en droit canon. Il est évêque de Nevers en 1371 puis transféré à Toul en 1372. Germanophone, peut-être chambrier de Clément VII, il reçoit le chapeau en 1383, au titre des Quatre-Saint-Couronnés. Fait évêque d’Ostie en 1392, il couronne Benoît XIII avant d’opter pour la cession en 1395. La fin de sa vie apparaît dans le texte.

43 B. von Langen-Monheim, « Un mémoire justificatif du pape Benoît XIII… », art. cité,p. 160.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid.,p. 156 : « [V]os omnes et singulos venerabiles fratres nostros sancte Romane ecclesie cardinales monemus, hortamur et requirimus in virtute sancte obedientie ac fidelitatis, quibus nobis et ecclesie Romane tenemini. »

47 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 217-219 et 227.

48 C’est l’avis qu’exprimait il y a quelques années H. Kaminsky dans le chapitre qu’il offrait à la New Cambridge Medieval History (« The Great Schism », vol. VI, p. 695-696). On se référera en complément à la bibliographie copieuse qu’il offre, mais aussi à l’article d’H. Millet : « Les Pères du concile de Pise (1409). Édition d’une nouvelle liste », MEFRM, no 93, 1981, p. 713-790.

49 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 229.

50 Docteur en droit canon, Guy de Malsec est chanoine et acolyte d’Urbain V lorsqu’il reçoit l’évêché de Lodève en 1370. Il est transféré à Poitiers dès l’année suivante avant de recevoir sa promotion cardinalice en 1375, au titre de Sainte-Croix de Jérusalem. Clément VII le promeut ensuite à Palestrina en 1383. Il meurt en 1412.

51 Napolitain, d’excellente noblesse, Nicolas obtient son doctorat en droit et un canonicat dans la cathédrale de son diocèse avant d’être nommé à l’audience des causes du Sacré-Palais en 1366, sans renier pourtant ses attaches italiennes. La même année, il intervient comme procurateur de la reine de Naples en curie pour négocier le paiement du cens dû par le royaume au pape. Il est archevêque de Bari en 1367, puis évêque de Cosenza en 1377. Choisi pour faire partie de la première promotion cardinalice de Clément VII en 1378, il reçoit le titre de Sainte-Marie-au-Trastévère, tout en demeurant chancelier sans le titre du pape de Fondi. Cardinal important et actif au service du second élu, il multiplie les missions de confiance durant les années qui suivent. Il est promu à l’évêché d’Albano, probablement en 1390 et participe à l’élection de son ami Pierre de Luna au suprême pontificat en 1394. Il meurt en 1412.

52 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 239.

53 Pour un développement de cette question, voir P. Genequand, « Kardinäle, Schisma und Konzil… », art. cité, p. 306-308.

54 Chronique du Religieux…, op. cit., t. III, p. 605.

55 Une créature du roi. Pour quelques éléments de sa biographie, voir plus haut, note 21.

56 Au chapitre V du vingt-huitième livre (Chronique du Religieux…, op. cit.,t. III, p. 575-583).

57 On les trouvera entre autres chez : M. Souchon, Die Papstwahlen…, op. cit.,t. I, p. 280-284 et p. 287-295.

58 Chronique du Religieux…, op. cit.,t. IV, p. 29-31.

59 Ibid., p. 65-87.

60 Voir supra.

61 Chronique du Religieux…, op. cit.,t. IV, p. 79.

62 Ibid., p. 81.

63 P. Genequand, Kardinäle…, op. cit.,p. 326-327. On y revient en conclusion.

64 Voir supra note 50.

65 Voir supra note 51.

66 Né vers 1330 dans une famille de très petite noblesse, Pierre Girard gravit lentement les échelons vers le haut de la hiérarchie. Il le fera par le biais de belles études : bachelier en droit civil en 1362, il est licencié avant 1369 et devient professeur à Avignon. Il est alors chapelain du cardinal Pierre Roger de Beaufort, le futur Grégoire XI. Fidèlement dévoué à la Chambre apostolique où il fait sa carrière, il est clerc de cette dernière en 1376. Il est évêque élu de Lodève en 1381 ou 1382, transféré au Puy en 1385, cardinal en 1390 au titre de Saint-Pierre-aux-Liens et Grand pénitencier. En 1405, il est fait évêque de Tusculum (Frascati) par Benoît XIII alors qu’il se trouve pourtant déjà dans le camp de ceux qui soutiennent la voie de cession. Il meurt en 1415.

67 Chronique du Religieux…, op. cit., t. IV, p. 229.

68 On peut d’ailleurs en ce sens saluer l’ouvrage publié sous la direction de J. Helmrath et H. Muller qui embrasse l’ensemble de la période conciliaire, de Pise à Bâle (Die Konzilien von Pisa (1409), Konstanz (1414-1418) und Basel (1431-1449), Institution und Personen, Ostfildern, Thorbecke, 2007). En revanche, l’ouvrage de P. Payan, qui relève de façon convaincante le changement de paradigme qui est en cours à l’époque conciliaire, demeure rivé, hélas, sur les césures traditionnelles en s’arrêtant à Constance (Entre Rome et Avignon. Une histoire du Grand Schisme (1378-1417), Paris, Flammarion, 2009).

69 A. Jamme, « Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand Schisme d’Occident », dans F. Foronda, J.-P. Genet, J. M. Nieto Soria (éd.), Coups d’État à la fin du Moyen Âge…, op. cit., p. 468.

70 Quelques universitaires, comme Henri de Langenstein et Conrad de Gelnhausen, posent dès 1379-1380 la question de la sortie de crise et proposent déjà la voie du concile. L’université de Paris est, pour sa part, muselée par Charles V. Il faut attendre la mort de Clément VII pour que la liberté de parole soit rendue aux maîtres de la capitale.

71 Voir, à propos de cette enquête, l’article de R. Delort, cité en note 7.

72 P. Genequand, Une politique pontificale…, op. cit., p. 280-286.

73 Fils de l’infant Pierre, né en 1342, Jaime est déjà évêque de Tortose en 1362, pourtant simple clerc. En 1369, il est transféré à Valence pour complaire à son père, devenu roi. Le profit de sa naissance illustre ne l’empêche pas de préférer Clément VII dès l’élection de ce dernier alors que le royaume demeure neutre. Ce choix lui vaut le chapeau dès la déclaration clémentine de l’Aragon en 1387 au titre de Saint-Clément. Il est promu à l’évêché de Sabine en 1392. Il est probablement déjà malade et, renonçant à faire le voyage d’Avignon pour l’élection de Benoît XIII, il s’éteint à Valence en 1396.

74 Voir supra, n. 50.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search