Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie II. Entre curie et cour

Les cardinaux avignonnais et la culture de l’enquête

Éléments de réflexion

Pierre Jugie

Texte intégral

  • 1 Les données sont extraites de P. Jugie, « Les cardinaux issus de l’administration royale française (...)

1Au cours de leur carrière antérieure ou postérieure à leur promotion au sein du Sacré Collège, les cardinaux de la papauté d’Avignon ont tous été confrontés à des degrés divers à la culture de l’enquête. Dans la première phase de leur cursus honorum, ils ne sont qu’un nombre réduit à mettre en pratique la procédure de l’enquête, soit au sein de l’administration royale française, soit à la Curie, soit encore au sein d’un ordre religieux. Dans le premier cas de figure, sur les 134 cardinaux de la papauté d’Avignon, 17 eurent à en connaître, au titre tantôt du Parlement (15), tantôt de la Chambre des comptes (3), tantôt d’une administration locale (5), un même personnage ayant pu exercer plusieurs charges distinctes1.

Charge au sein de l’administration royale française Nom
Parlement
Grand’chambre
président Rigaud (G.) ex officio en tant qu’abbé de Saint-Denis
conseillers clercs Aubert (É.) Ghini (A.) La Grange (J. de) Paris (É. de) Roger (P.)
Chambre des enquêtes
conseillers clercs Bertrand de Colombier (P.) Chappes (P. de) La Chapelle (P. de) La Grange (J. de) Roger(P.) Suisy (É. de)
clercs enquêteurs Albi (B. d’) Arrabloy (P. d’) Bertrand (P.)
avocats (clercs) Bertrand (P.) Dormans (J. de) La Forêt (P. de)
avocat du roi La Forêt (P. de)
Chambre des comptes
président Roger (P.)
maître Rigaud (G.)
enquêteur réformateur dans les bailliages et sénéchaussées Albi (B. d’)
Administration locale
Échiquier de Normandie La Grange (J. de) Paris (É. de)
juge ou lieutenant du juge des appeaux civils de la sénéchaussée de Toulouse Aubert (É.) Des Prés (P.) Mortemart (P. de)
juge mage de Toulouse Aubert (É.)
  • 2 Ibid.,vol. I, p. 133-135. Pour les années 1305-1342, voir B. Guillemain, La cour pontificale d’Avig (...)

2Dans le deuxième cas de figure, parmi ceux ayant exercé un office curial, 20 noms relèvent de notre catégorie. On peut, en effet, considérer qu’en assumant sa mission, un référendaire, un auditeur des lettres contredites ou du Sacré Palais (la Rote) met quotidiennement en pratique des éléments de procédure d’enquête, nécessaires pour prouver que tel requérant est bien apte à recevoir tel ou tel bénéfice, ou bien que telle ou telle procédure a correctement été respectée2.

Charges curiales Nom
Chancellerie apostolique
auditeur des lettres contredites Déaux (B. de) Des Prés (P.) Sortenac (P. de)
lieutenant de l’auditeur des lettres contredites Des Prés (P.)
référendaire Banhac (P. de) Borsano (S. da) Bragose (G.) Grimoard (A.) Malsec (G. de) Noëllet (G.) Vergne (P. de)
examinateur des requêtes des « pauvres clercs » Du Pouget (B.) Montfavès (B. de)
Audience des causes du Sacré Palais (Rote)
auditeur Battaglia (G.) Blauzac (J. de) Châtelus (A. de) Corsini (P.) Déaux (B. de) Des Prés (P.) Du Bousque (B.) Flandrin (P.) Jean (G. de) Noëllet (G.) Robert (A.) Sortenac (P. de) Vergne (P. de)
avocat en cour romaine Noëllet (G.)

3Dans le troisième cas de figure, ceux ayant fait exclusivement une carrière ecclésiastique, seuls trois méritent d’être retenus en raison de leurs missions inquisitoriales avérées : deux dominicains exercèrent la charge d’inquisiteur, Jean des Moulins, en Languedoc, et Nicolás Rosell, dans le royaume d’Aragon, tandis qu’un franciscain, Bertrand Atgier, prit part à des procès d’inquisition contre les fraticelles.

4Pour une partie d’entre eux, il existe une documentation sur leurs activités pratiques (Bernard d’Albi, Étienne [Ier] Aubert, Pierre de Banhac, Pierre Bertrand, Bertrand de Déaux, Pierre des Prés, Bernard du Bousquet, Andrea Ghini, Jean de La Grange, Pierre de La Chapelle, Gui de Malsec, Guillaume Noëllet, Étienne de Paris, Pierre de Sortenac et Étienne de Suisy), susceptible, du reste, d’être confrontée à leur production intellectuelle et en particulier universitaire (comme pour Pierre Bertrand, par exemple).

  • 3 Sur la justice déléguée par le pape aux cardinaux, voir B. Guillemain, « Les tribunaux de la cour (...)
  • 4 W. Maleczek, « Die päpstlichen Legaten im 14. und 15. Jahrhundert », dans R. C. Schwinges et K. Wr (...)
  • 5 Pour les années 1342-1378, sept auditeurs et futurs cardinaux ont été recensés : G. Battaglia chez (...)
  • 6 Assistés de notaires, les auditeurs des cardinaux procèdent, en effet, avec ces derniers à la prem (...)
  • 7 Pour les 94 cardinaux des années 1342-1378, j’ai pour l’instant identifié et étudié 47 auditeurs ( (...)

5Dans la seconde phase de leur carrière, une fois devenus cardinaux, ils sont théoriquement tous amenés à pratiquer l’enquête en raison de leur rôle de juges délégués du pape dans d’innombrables affaires de l’Église, que ce soit au sein du consistoire public – procès se réduisant au cours du xive siècle à des cas symboliques instrumentalisés politiquement par le pape – ou surtout à l’extérieur de cet organe3. Ils doivent continuellement examiner, valider ou invalider de très nombreuses décisions à ce titre. C’est particulièrement vrai lorsqu’ils assument une mission de légat, où ils représentent la personne même du pape4. Mais, à y regarder de plus près et sauf exceptions, ce ne sont pas eux-mêmes qui font les enquêtes, mais leurs auditeurs, personnages généralement très qualifiés en droit et dont un certain nombre devinrent eux-mêmes cardinaux à leur tour5. On possède, pour l’ensemble du xive siècle, un nombre important d’actes de ces auditeurs de cardinaux qui nous montrent que la procédure inquisitoire était alors parfaitement acquise dans l’entourage immédiat des cardinaux. Parmi ces actes figurent, entre autres, les pièces des procès de canonisation dans lesquels les cardinaux et leurs auditeurs jouaient un rôle de premier plan6. Mais les études sur ces auditeurs des cardinaux, largement amorcées par mes soins, n’en sont qu’à leur début, même si les premiers résultats des recherches sont très prometteurs7.

Notes

1 Les données sont extraites de P. Jugie, « Les cardinaux issus de l’administration royale française : typologie des carrières antérieures à l’accession au cardinalat (1305-1378) », dans Crises et réformes dans l’Église de la réforme grégorienne à la préréforme. Actes du 115e Congrès national des sociétés savantes (Avignon, 1990), Paris, Éd. du CTHS, 1991, p. 157-180, et Id., Le Sacré Collège et les cardinaux de la mort de Benoît XII à la mort de Grégoire XI (1342-1378),thèse, université Paris 1, C. Gauvard (dir.), Paris, 2010, vol. I, p. 137-138 et vol. II et III pour les notices biographiques.

2 Ibid.,vol. I, p. 133-135. Pour les années 1305-1342, voir B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon, 1309-1376 : étude d’une société, Paris, 1966 [1re éd. 1962], p. 192-193 (aucun cas nous concernant autre que ceux déjà cités).

3 Sur la justice déléguée par le pape aux cardinaux, voir B. Guillemain, « Les tribunaux de la cour pontificale d’Avignon », dans L’Église et le droit dans le Midi (xiiie-xivesiècle), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 29), 1994, p. 340-343 et H. Müller, « Gesandte mit beschränkter Handlungsvollmacht. Zu Struktur und Praxis päpstlich delegierte Gerichtsbarkeit », dans C. Zey et C. Märtl(éd.), Aus der Frühzeit europäischer Diplomatie. Zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen vom 12. bis zum 15. Jahrhundert, Zürich, Chronos, 2008, p. 41-65. Sur le consistoire, voir P. Jugie, « Consistoire (jusqu’au concile de Trente) », dans P. Levillain (éd.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard, 1994, p. 468-470.

4 W. Maleczek, « Die päpstlichen Legaten im 14. und 15. Jahrhundert », dans R. C. Schwinges et K. Wriedt (éd.), Gesandtschafts- und Botenwesen im spät-mittelalterlichen Europa, Sigmaringen, Ostfildern (Vorträge und Forschungen, 60), 2003, p. 33-86, en particulier p. 39-42.

5 Pour les années 1342-1378, sept auditeurs et futurs cardinaux ont été recensés : G. Battaglia chez G. Teste, A. Robert chez B. de Garves, puis G. de La Mothe, B. du Bousquet chez A. Aubert, P. Ameilh et J. de La Grange chez G. de Boulogne, G. Noëllet et P. Flandrin chez P. Roger de Beaufort (P. Jugie, Le Sacré Collège et les cardinaux…, op. cit.,vol. I, p. 266).

6 Assistés de notaires, les auditeurs des cardinaux procèdent, en effet, avec ces derniers à la première phase d’examen des pièces du procès informatif diocésain (processus ou informatio in partibus), transmises sous forme d’une copie au pape, afin d’en vérifier l’authenticité, d’une part, et de préparer les pièces qui seraient utiles à l’examen sur le fond ainsi qu’à en faire une rubrication. L’auditeur doit conserver les pièces du procès de canonisation (ibid., p. 265).

7 Pour les 94 cardinaux des années 1342-1378, j’ai pour l’instant identifié et étudié 47 auditeurs (chap. « La fonction judiciaire : l’audience des causes de la curie du cardinal », ibid., p. 263-270).

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540