Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie II. Entre curie et cour

La Collégiale de Notre-Dame-la-Majeure de Saragosse et ses rapports avec Benoît XIII

María Narbona Cárceles

Texte intégral

Pedro de Luna et l’archidiocèse de Saragosse

  • 1 Ce travail a été élaboré grâce au soutien du Grupo Consolidado de Investigación Aplicada DAMMA (Do (...)
  • 2 Sur ce thème a parlé F. de Moxó y Montoliu dans : La casa de Luna (1276-1348). Factor político y l (...)
  • 3 Le rôle politique de Benoît XIII au sein de la Couronne d’Aragon a été l’objet de nombreuses étude (...)

1L’élection d’un Aragonais au siège pontifical en 1394 provoqua sans doute une situation aussi inattendue que particulière au sein de sa terre d’origine1. Celui qui choisit de se faire appeler Benoît XIII, Pedro de Luna, était né à Illueca – village situé à environ 80 kilomètres à l’ouest de Saragosse – et appartenait à un ancien et important lignage de la région2. Par de subtiles alliances matrimoniales au sein de la noblesse aragonaise et la réussite de plusieurs membres de la famille au sein de la hiérarchie ecclésiastique, les Luna purent ainsi se hisser au plus près du pouvoir et même jusqu’à la Couronne royale pour María, l’épouse du roi Martin Ier. Aussi l’influence – notamment politique – du pontife a-t-elle été essentielle au sein du royaume d’Aragon, et même déterminante à partir de 1410 quand, à la suite de la mort de Martin l’Humain et lors du Compromis de Caspe, les clercs de l’entourage de la Curie « avignonnaise » eurent un rôle essentiel et décisif dans le processus d’élection du nouveau roi, Ferdinand Ier, dit d’Antequera3.

  • 4 C’est Ovidio Cuella Esteban qui a produit le plus d’études concernant l’archidiocèse de Saragosse (...)
  • 5 Il fut assassiné par des partisans du comte d’Urgel, prétendant au trône aragonais à la mort de Ma (...)
  • 6 Voir O. Cuella Esteban, « El papa Luna, promotor… », art. cité, p. 81-104. Sur le clergé étranger (...)
  • 7 Précisément 462 bulles pour le seul mois d’octobre 1394, dont 230 entre les 12 et 16 de ce même mo (...)
  • 8 Voir O. Cuella Esteban, « La diócesis cesaraugustana… », art. cité, p. 139-184.
  • 9 Il y avait plus de 300 personnes au total. Voir O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, p.  (...)

2En outre, l’accession de Pedro de Luna au trône pontifical eut de profondes répercutions pour l’église aragonaise ; cette dernière en tira beaucoup de bénéfices, tant du point de vue matériel que du point de vue spirituel4. Benoît XIII géra personnellement un grand nombre d’affaires concernant l’Aragon, notamment entre 1411 et 1414, années durant lesquelles il a agi comme archevêque de Saragosse après l’assassinat de García Fernández de Heredia5. Il a alors véritablement gouverné le diocèse en contrôlant de près toutes les affaires concernant les paroisses et les chapitres canoniaux6. Auparavant, dans le mois qui suivit son élection (28 septembre 1394), il s’occupa à faire établir plus de 400 lettres pour le clergé de l’archidiocèse, dont plus de 200 entre les 12 et 16 octobre7. Ce grand intérêt à favoriser et à modeler l’église aragonaise allait lui servir ultérieurement pour mener à bien ses projets de gouvernement d’Église universelle et s’assurer ainsi le contrôle des clercs. Par ailleurs, de nombreux documents attestent des importantes donations du pontife pour la restauration d’anciens bâtiments religieux, pour l’édification de nouvelles paroisses, pour augmenter les bénéfices du clergé aragonais, etc.8. Enfin, la Curie pontificale fut logiquement peuplée d’un personnel provenant de l’archidiocèse de Saragosse : durant le siège du palais d’Avignon en 1398-1399, 67 individus d’origine aragonaise avaient été autorisés à rester auprès de lui9.

  • 10 En 1318, le diocèse de Saragosse, auparavant suffragant de celui de Tarragone, a été converti en d (...)
  • 11 García Fernández de Heredia était neveu du célèbre grand-maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusa (...)

3Parmi ce clergé aragonais entourant le pape se détachaient les clercs appartenant aux deux chapitres canoniaux de la ville de Saragosse qui était – rappelons-le – capitale du royaume d’Aragon et siège métropolitain10. À ces deux chapitres ont appartenu des personnages renommés au sein de l’Église tels que l’archevêque García Fernández de Heredia et Domingo Ram11, ou le chroniqueur Martin d’Alpartil, tous issus des chapitres canoniaux de la cathédrale saragossaine et de la collégiale de Notre-Dame-la-Majeure.

  • 12 Il s’agissait de Pedro López de Luna et Lope Fernández de Luna, morts respectivement en 1345 et 13 (...)
  • 13 Le 22 avril 1409, par la Bulle Ad ea et apostolicae, le pape accorda un privilège pour la construc (...)

4D’après l’ensemble de ses actes, Benoît XIII semble avoir été plus attaché au chapitre de la cathédrale – la Seo –, non seulement à cause du rôle prééminent de cette église à la tête de l’archidiocèse, mais aussi parce que les deux membres de sa famille qui en furent évêques au xive siècle avaient exercé un important mécénat afin de bâtir le nouvel édifice en style gothique12. Il n’est donc pas surprenant que Pedro de Luna ait lui-même poursuivi ce mécénat13. En revanche, la relation du pontife avec le chapitre voisin de Notre-Dame ne fut pas si étroite. Néanmoins cette collégiale lui doit un privilège qui fut déterminant dans le développement de l’une des dévotions mariales les plus répandues, document qui sera au cœur de cette étude.

La Collégiale Notre-Dame-la-Majeure de Saragosse à la fin du xivsiècle

  • 14 Leur rivalité ne prit fin qu’au xviie siècle, lors de leur fusion.
  • 15 Lors de la reconquête de la ville, les chrétiens ont également retrouvé une autre église – uniquem (...)

5À la fin du xive siècle, il y avait donc à Saragosse deux églises principales, assez proches l’une de l’autre, toutes les deux dotées d’un chapitre de chanoines augustins réguliers, en rivalité depuis toujours14. Il s’agissait de la cathédrale du Saint-Sauveur, fondée au xiie siècle lors de la reconquête de la ville, et de la collégiale Notre-Dame-la-Majeure, existant déjà durant la période musulmane15.

  • 16 Bulle Ad hoc universalis (1141). R. Del Arco, « El templo de Nuestra Señora del Pilar en la Edad M (...)

6Les sources révèlent une intense dévotion mariale à l’emplacement de l’église Notre-Dame qui avait été le cœur du quartier mozarabe sous la domination islamique. Cette dévotion, qui pourrait dater de la période wisigothique, est déjà documentée aux ixe et xe siècles, mais surtout après la reconquête de la ville, en 1118. Dès cette époque, de forts différends ont surgi entre le clergé de Saint-Sauveur, mosquée purifiée pour devenir cathédrale, et celui de Notre-Dame qui revendiquait le rôle de siège épiscopal en raison de son ancienneté. En 1138, afin d’éviter des contestations, l’évêque Bernard créa à Notre-Dame un chapitre de chanoines réguliers placés sous la règle de saint Augustin, ce qui fut confirmé trois ans plus tard par Innocent II16. Au cours des xiie et xiiie siècles, cette église s’affirma comme une sorte d’enclave spéciale de pèlerinage – elle se trouvait également sur l’un des chemins de Saint-Jacques –, et elle fut favorisée de donations et de privilèges de la part des rois et de nombreuses indulgences concédées par les papes.

  • 17 Le chapitre de la collégiale de Notre-Dame-du-Pilier fut étudié pour la première fois au xviiie si (...)
  • 18 Voir O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, II et III.
  • 19 « prior S. Marie Maioris, pro se. Cesaraugustan ». Voir H. Millet et W. Morice, « Liste de partici (...)

7À la fin du xive siècle, le clergé de la collégiale Notre-Dame avait toujours un rôle prédominant, tant au sein de l’église de Saragosse qu’auprès de Benoît XIII17. Ainsi le prieur du chapitre fut le mandataire de 83 bulles concernant la vie du diocèse18 et il participa aux principales assemblées politiques et religieuses. Sa présence est remarquée, entre autres, aux Cortès convoqués par le roi en 1398 et 1413, tout comme au concile de Perpignan en 140819.

  • 20 Ester Casorrán a établi la liste des chanoines de la collégiale pendant tout le Moyen Âge à partir (...)
  • 21 O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, p. 306-307, doc. 671 et 672 (1396).
  • 22 Voir I. Miguel, J. Andrés, et E. Casorrán, « En la estela del Cisma… », art. cité, p. 499.
  • 23 Bulle « Ad ea libenter » du 14 septembre 1409 (ACP, Priorado, Lig. III, no 39). Bulle transcrite d (...)

8Cependant, malgré l’ancienneté et la sainteté du sanctuaire, le chapitre de Notre-Dame-la-Majeure se trouvait en grande décadence autour de 1400. D’une vingtaine de chanoines aux xiie et xiiie siècles, puis d’une trentaine à la fin du xiiie siècle, il était passé à dix au début du pontificat de Benoît XIII, car les rentes étaient devenues insuffisantes20. Ainsi, en 1396, le pape avait autorisé le prieur à refuser les candidats aux charges canoniales en raison de la précarité des moyens21. Ce n’est que quinze ans plus tard que Benoît XIII essaya de pallier la situation : par motu proprio, il concéda de nouvelles rentes à la mensa canoniale22. Mais cette mesure pour améliorer les revenus du chapitre demeura insuffisante : en 1409, le prieur Pedro Terroz dut solliciter le pape pour une donation perpétuelle de deux de ses quatre portions canoniales à la mensa commune afin de pourvoir aux besoins de deux chanoines supplémentaires pour le service divin23.

  • 24 Pour reprendre l’expression utilisée par Vincent Tabbagh. Voir V. Tabbagh, « Cathédrales et collég (...)
  • 25 O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, p. 303, doc. 662 (1396) : Benoît XIII concéda à Mar (...)
  • 26 En 1395, Benoît XIII concéda à Antón Alpartil quatre années pour mener à bien ses études en théolo (...)
  • 27 Le 15 janvier 1415, le pape concéda à Antón Alpartil le prieuré de Notre-Dame sans y résider. À ce (...)

9Malgré sa fragilité, le chapitre collégial a toujours agi au diapason de celui de la Seo, dans une relation de « rivalité et complémentarité » classique entre chapitres canoniaux24. En effet, il est possible d’observer un passage constant d’individus d’un chapitre à l’autre. Le Bullaire révèle ainsi plusieurs exemples de chanoines dont les carrières ont connu une alternance de postes entre les deux chapitres. Ce fut le cas de Martin d’Alpartil : avec la permission du pape, il fut à la fois chambrier de Notre-Dame et aumônier de la Seo, dont il devint, quelques années plus tard, prieur25. Par ailleurs, nombreuses furent les demandes des chanoines de Notre-Dame qui voulurent entrer au sein du chapitre de la Seo. Ainsi, dès 1394, le pape Benoît XIII avait assuré à Antón d’Alpartil – le frère de Martin –, qui était alors sacristain à Notre-Dame, une dignité dans la cathédrale26, mais il demeura finalement toute sa vie à la collégiale : il en fut nommé prieur par le pape en 141527. À l’inverse, certains chanoines quittèrent la cathédrale pour la collégiale, tel Pedro Terroz qui était chanoine de la Seo et vicaire général quand il fut promu au prieuré de Notre-Dame en 1395.

  • 28 À l’emplacement de l’ancienne église romane de Notre-Dame-la-Majeure – construite lors de la recon (...)

10La décadence économique du chapitre affectait également les installations de la collégiale28. Aucune source ne permet de penser que le pape aurait apporté une aide aux réparations de l’église Notre-Dame, comme il l’avait fait pour d’autres églises de la ville et du royaume, notamment pour la Seo. Mais, comme on va le voir, Benoît XIII a concédé des indulgences pour venir en aide à une toute petite chapelle très ancienne – dans un piètre état – qui se trouvait à l’intérieur du cloître roman et qui servait de reliquaire pour le Pilier proposé à la vénération des fidèles.

La Sainte-Chapelle du Pilier et la lettre testimoniale Pridem Sanctissimus (8 juillet 1399)

  • 29 La colonne ou Pilier – une colonne de 1,77 m de hauteur, en jaspe rouge – se conserve encore de no (...)

11En effet, l’église de Notre-Dame-la-Majeure possédait un trésor supplémentaire, attaché à un miracle remontant aux premiers temps de l’évangélisation de la péninsule Ibérique et dont la tradition était déjà bien établie à l’époque de Benoît XIII. Selon cette tradition, la Vierge Marie serait apparue à l’apôtre saint Jacques pour l’encourager dans sa tâche d’annoncer l’Évangile aux habitants de Cesaraugusta. La Vierge, encore vivante – la tradition dit de « chair mortelle » – se serait déplacée de Jérusalem à Saragosse, accompagnée d’anges portant un pilier sur lequel elle était assise. Lors de sa visite, Marie aurait demandé à l’Apôtre d’édifier une église de ses mains ; cette église de la vallée de l’Èbre allait devenir le premier temple de la Chrétienté29. À l’intérieur a été conservée la Sacrée Colonne apportée par Marie, témoignage insigne de véracité et objet autour duquel le culte marial s’est organisé, ainsi présenté à la vénération de génération en génération.

  • 30 Sur ce sujet, la bibliographie est abondante. Récemment j’ai proposé une hypothèse sur l’évolution (...)
  • 31 L’existence physique du pilier n’est attestée qu’à partir de 1413, dans un document qui mentionne (...)

12Cette mariophanie, qui plonge ses racines dans la période wisigothique, est rapportée pour la première fois dans une source de la fin du xiiie siècle30. L’utilisation du vocable « Vierge du Pilier » n’est quant à elle attestée que par un texte daté de 1299 pour désigner l’église de Notre-Dame-la-Majeure, et l’usage d’être inhumé auprès de la « Vierge du Pilier » est documenté à partir de 130531. Dans une lettre adressée au pape Jean XXII en 1318, les chanoines font référence avec fierté à l’antique tradition dont ils se savaient les gardiens ; mais s’ils renvoyaient aux chroniques rapportant l’histoire, ils ne disaient toutefois rien ni de l’édifice où était conservé la colonne, ni de la colonne elle-même.

13Il faut attendre 1399 pour que fût consignée dans une source officielle l’existence de la petite chapelle appelée « Marie du Pilier », jamais mentionnée auparavant. Depuis le xiie siècle, certains papes avaient concédé des privilèges à Notre-Dame-la-Majeure mais, pour la première fois Benoît XIII concédait des indulgences aux visiteurs, non pas de l’église collégiale mais de la petite chapelle du Pilier – l’édicule qui aurait été bâti par saint Jacques et, on peut le supposer, qui hébergeait le Saint Pilier –, en précisant même qu’elle était située dans le cloître et la désignant par son nom en vulgaire : capella dicte Marie del Pilar vulgariter nuncupata in claustro ecclesie collegiate Sancte Marie Maioris cesaraugustane. Le fait est en lui-même tout à fait remarquable ; les circonstances ayant présidé à l’octroi des indulgences le sont tout autant.

La Lettre testimoniale et le pape assiegé

  • 32 Voir la transcription intégrale en annexe. La « lettre-bulle » est conservée aujourd’hui aux archi (...)
  • 33 Pérez Calvilo était déjà aux côtés de Pedro de Luna lors du conclave de 1378 et toujours auprès du (...)
  • 34 Hélène Millet a pu identifier ce formulaire grâce à un relevé des lettres d’indulgence – effectué (...)

14La forme dans laquelle le privilège fut concédé suffit déjà à éveiller l’attention32. Le document conservé dans les archives de Notre-Dame-la-Majeure n’est pas une bulle pontificale mais une lettre testimoniale rédigée le 8 juillet 1399 par le cardinal Fernando Pérez Calvillo – évêque du diocèse suffragant de Tarazona33. Cette lettre reprend cependant le formulaire classique des bulles d’indulgence concédée aux établissements voués à la Vierge Marie, Dum precelsa meritorum insignia, et, selon l’usage, elle est adressée à la totalité du peuple des fidèles34. Puis, après un exposé dogmatique, vient l’énoncé du privilège, on devrait plutôt dire des privilèges, car deux types de dévotion étaient distingués.

  • 35 La sépulture de saint Braulion, évêque de Saragosse au vie siècle, élève, ami et continuateur d’Is (...)
  • 36 En outre, le cardinal Pérez Calvillo scella de son sceau deux lettres testimoniales un mois plus t (...)

15Aux visiteurs de la chapelle lors de fêtes précises – celles de la Vierge, de sainte Anne et des saints Braulion, Laurent et Vincent35 –, qui, par leurs aumônes, contribuaient à la restauration de la chapelle, à l’achat et à la restauration de livres et d’ornements liturgiques ainsi qu’à l’éclairage nécessaire pour la célébration des offices, 50 jours étaient accordés. Ceux qui venaient chaque jour de l’année y chanter des prières et des hymnes, selon un rituel sur lequel nous reviendrons, recevaient 100 jours. Enfin, après avoir écarté du privilège ceux qui en feraient un usage frauduleux – passage obligé de ce type de concession –, le cardinal Pérez Calvillo expliquait pourquoi Benoît XIII avait été contraint de recourir à cette procédure particulière d’une attestation rédigée par un témoin pour signifier sa décision36 : le sceau à l’aide duquel ce type d’indult devait être validé lui avait été « soustrait ».

16Cette situation embarrassante ne résultait pas d’un forfait ou d’un vol ordinaire mais de la position critique dans laquelle se trouvait alors le pontife : cela faisait huit mois, précise le cardinal, que le pape était en proie à des persécutions et assiégé dans son palais d’Avignon. Ces faits étaient alors de notoriété publique ; ils doivent aujourd’hui être explicités.

17Depuis 1378, le pape résidant à Avignon, Clément VII, n’était pas le seul pontife prétendant régir la chrétienté d’Occident ; il avait été élu par les cardinaux lors d’un second conclave, pour remplacer Urbain VI, dont l’élection, faite à Rome, avait été réputée nulle pour vice de forme. Entre les deux rivaux, les pouvoirs séculiers s’étaient divisés, aboutissant ainsi à la création de deux obédiences. À la suite du roi Jean, en 1387, Saragosse et tout le royaume d’Aragon s’étaient rangé sous la houlette du pape avignonnais, une option que vint renforcer le choix de Pedro de Luna pour succéder à Clément VII en 1394. Un serment prêté par tous les cardinaux électeurs avait fait obligation au nouveau pontife de s’engager activement dans la recherche de l’unité, même s’il devait pour cela accepter de démissionner, en même temps que son compétiteur.

  • 37 M. de Alpartil, Cronica Actitatorum temporibus…, op. cit.,p. 44.

18En France, sous la pression d’un fort courant unioniste, une politique d’intimidation visant à obliger Benoît XIII à accepter de céder aboutit à ce que fût promulguée, le 28 juillet 1398, une ordonnance de soustraction d’obédience. C’est dans ce contexte qu’un capitaine français vint mettre le siège devant le palais pontifical, tandis que ses cardinaux entraient en dissidence, à l’exception de cinq fidèles au nombre desquels se trouvait Pérez Calvillo. Avec eux, les rebelles avaient entraîné les officiers du service de la bulle et la matrice du sceau pontifical37. Une trêve vint mettre fin aux faits d’arme à l’entrée de l’hiver sans pour autant délivrer le pape de la forteresse. Il y resta enfermé jusqu’au printemps de 1403, moment où la conjoncture se renversa en sa faveur.

  • 38 Même résidant à Avignon, le pape continuait à recevoir le titre de « pontife romain » et sa curie (...)

19Durant cette épreuve, contrairement à la Castille, l’Aragon ne lui avait pas retiré son obéissance et il continua, non sans difficultés, à y faire valoir son autorité. La lettre testimoniale adressée à Notre-Dame-la-Majeure fait ainsi partie des documents attestant des liens que le pontife avait pu entretenir avec son pays d’origine. L’attachement de ses compatriotes à sa cause s’y lit d’ailleurs de manière particulièrement touchante. En effet, ces réunions quotidiennes de prière dans la chapelle du Pilier qui avaient été rétribuées par 100 jours d’indulgence avaient certes pour objet de révérer la Vierge mais aussi de la supplier d’intervenir auprès de son Fils pour le bien du « pontife romain38 » et celui de la « Sainte Mère Église ».

  • 39 Hélène Millet et Catherine Vincent ont étudié ces prières pour l’unité de l’Église, démontrant com (...)
  • 40 Voir H. Millet et C. Rabel, La Vierge au manteau du Puy-en-Velay. Un chef d’œuvre du gothique inte (...)

20Dans sa lettre, le cardinal révèle ainsi l’existence d’un rendez-vous journalier, à la tombée du jour, où, après le chant du Salve regina, quelques dévots entonnaient des hymnes et récitaient des oraisons dans l’intention d’apporter leur soutien à Benoît XIII précisément en un lieu où, « à cause des grands et fréquents miracles que Dieu y fait par l’intercession et les mérites de Marie », un grand nombre de personnes affluaient, « venant des diverses parties du monde ». Cette prière adressée à la Vierge s’inscrit donc dans la lignée des pratiques de dévotion engendrées par le Grand Schisme d’Occident, dans le but d’y mettre fin39. Avec cette tonalité particulière que, auprès du Pilier de Saragosse, on ne priait pas pour le retour à l’unité, sans autre précision, mais pour la conservation de l’état du pontife tenu pour être le vrai pape. À cet égard et à cette époque, la chapelle de la Vierge du Pilier apparaît comme un sanctuaire orienté vers une spécificité qu’on pourrait dire « nationale », à la différence de celui du Puy où, au moins dans l’église des Carmes, Marie accueillait les suffrages quelle que fût l’obédience d’appartenance de ses dévots40.

21On conçoit aisément que, lorsque Benoît XIII fut informé de cette pratique quotidienne, il ait eu un préjugé favorable envers les chanoines de Notre-Dame-la-Majeure, qui l’avait sinon initiée du moins accueillie dans leur établissement. Les personnes qui lui en firent le récit n’eurent donc probablement aucun mal à faire valoir qu’une manifestation de sa sollicitude envers la petite chapelle contribuerait à redynamiser l’ancien sanctuaire alors en butte à une diminution de ses revenus. D’où cette dernière question : qui pouvaient bien être ces informateurs bien intentionnés ?

Qui est intervenu en faveur de la Vierge du Pilier ?

  • 41 Pedro Terroz était prieur depuis 1395 et jusqu’à sa mort en 1414. Le pape lui concéda une indulgen (...)
  • 42 A. Blasco Martínez, « Nuevos… », art. cité, p. 131.
  • 43 O. Cuella Esteban, Bulario…, vol. II, op. cit., p. 408.
  • 44 Benoît XIII nomma pour cinq ans les évêques de Barcelone et de Tortose, ainsi que le prieur de Not (...)

22Le cardinal Pérez Calvillo, signataire de la lettre, est évidemment la première personne vers qui se tournent les soupçons. De fait, quoique lui-même enfermé dans le palais des Doms, il était en étroite relation avec deux membres de la collégiale : un chanoine, Martin d’Alpartil, qui faisait également partie de l’entourage du pontife assiégé, et le prieur, Pedro Terroz, qui veillait quant à lui jalousement sur sa collégiale41. On sait que ce prieur était un grand dévot de la Vierge et qu’il voulut être enterré au pied de la Sainte Colonne42. De plus, il s’est toujours montré soucieux de la bonne marche de son chapitre, allant même jusqu’à sacrifier la moitié de ses revenus pour le bénéfice de l’ensemble de la communauté43. On ne voit pas que le prieur Terroz ait eu les moyens d’accéder directement au pontife, mais le bullaire témoigne que le pape lui avait confié des tâches importantes. Surtout, il était assurément tenu en grande estime par le cardinal Pérez Calvillo, puisqu’il avait été nommé en 1397, avec d’autres prélats aragonais, juge et défenseur de ses droits et de ses biens, une mesure qui fut ratifiée en 140344.

  • 45 Voir J. Blancas et J. F. Uztárroz, Coronaciones de los Serenissimos Reyes de Aragon, s. l., 1641, (...)
  • 46 Voir M.-C. Marandet, « Benoît XIII dans les sources perpignanaises : l’expédition de secours de 13 (...)

23Il faut enfin remarquer une coïncidence : les indulgences furent concédées aux pèlerins se rendant à la Sainte-Chapelle du Pilier alors que le roi et la reine d’Aragon séjournaient dans leur palais de l’Aljafería à Saragosse. Martin l’Humain et María de Luna s’y trouvaient depuis l’année précédente, car le roi avait convoqué les Cortès dans sa capitale en 1398 et il y était resté pour son couronnement, célébré à la Seo comme la tradition l’exigeait, le 13 avril 139945. Or, à cette même époque, Martin l’Humain fut le seul prince séculier qui tenta de se porter au secours de Benoît XIII46, et, une fois le danger militaire écarté, ses ambassadeurs reçurent la mission de veiller sur le pontife ; de par leurs fonctions, ils purent souvent franchir les barrages et être introduits auprès du pape.

  • 47 En ce qui concerne Martin l’Humain et les reliques, voir l’étude classique d’A. Torra : « Reyes, s (...)
  • 48 En septembre 1399, le roi avait aidé le chapitre de Notre-Dame en lui confirmant les dîmes et prém (...)

24On peut donc aisément supposer que le monarque était intervenu afin d’attirer l’attention du pape envers la petite chapelle, d’autant plus que lui et son épouse, María de Luna, témoignaient d’une intense dévotion envers les prestigieuses reliques. Entre autres exemples, on peut rappeler que, en septembre 1399, il avait fait venir à l’Aljafería le calice conservé au monastère de San Juan de la Peña, qui était alors consideré comme le Saint Graal, avec le soutien de Benoît XIII. Il avait aussi convaincu le pape d’offrir à la Seo les reliques de trois saints saragossains, – Vincent, Valère et Laurent –, dans des reliquaires en argent incrustés de pierres précieuses47. Malgré l’absence d’actes royaux officiels, il paraît difficile que Martin l’Humain n’ait pas apporté son aide au prieur de Notre-Dame-la-Majeure pour la revitalisation matérielle de la collégiale, en profitant d’une recrudescence d’intérêt des pèlerins pour la petite chapelle du Pilier48.

Conclusions

25Sous le pontificat de Benoît XIII, le chapitre de la Seo de Saragosse a connu une sorte d’apogée autour de 1400, contrairement à celui de Notre-Dame-la-Majeure qui, toujours dans l’ombre de la cathédrale, devait alors en plus faire face à une diminution de ses revenus. Le prieur, Pedro Terroz, est néanmoins parvenu à attirer la bienveillance de ce pape sur sa collégiale.

26L’évidente décadence matérielle dans laquelle vivait le chapitre collégial, qui se prolongea au cours des décennies suivantes, fut, en quelque sorte, compensée dans le domaine spirituel. En effet, la mise en exergue de la chapelle du Pilier dans l’indult accordé par Benoît XIII à Notre-Dame la Majeure le 8 juillet 1399 a contribué à consolider la dévotion des fidèles envers une église considérée comme l’une des premières de la chrétienté ; mais ce fut aussi le début d’une séparation marquée entre la petite chapelle, sacralisée par son Pilier, et le reste de l’établissement.

  • 49 En 1456, la bulle Et si propheta dicente, octroyée par Calixte III, s’avère comme l’acte qui a ren (...)

27Au cours de la seconde moitié du xve siècle, cette dévotion fut encore favorisée par la volonté de plusieurs personnalités : l’archevêque Dalmau de Mur, le pape Calixte III, un autre Aragonais49, et les rois Jean II et Ferdinand le Catholique. La Sainte-Chapelle Notre-Dame-du-Pilier apparut alors comme le premier lieu de culte marial du monde hispanique, avec celui de Guadalupe. Il faut néanmoins rendre justice à la communauté canoniale qui a préservé et promu pendant des siècles cette dévotion à la Vierge, prenant ainsi sa part dans son magnifique développement.

Annexe. Lettre testimoniale Pridem Sanctissimus (8 juillet 1399)

  • 50 Ici a été reprise la transcription faite par FidelFita en 1904 :F. Fita, « El templo del Pilar y S (...)

28Archive de la Basilique de Notre-Dame-du-Pilier de Saragosse [Arm. 1, caj. 2, lig. 1, no 4]. Document en parchemin ; sceau disparu (280 × 360 mm)50.

29Universis Christi fidelibus Ferdinandus miseracione divina Basilice duodecim Apostolorum de urbe Sancte Romane Ecclesie presbiter cardinalis. Salutem in Domino.

30Pridem sanctissimus in Christo pater et dominus noster dominus Benedictus divina providencia papa XIII dum precelsa meritorum insignia quibus regina celorum Virgo Dei genitrix gloriosa sedibus prelata sydereis quasi stella matutina prerutilat devote consideracionis indagine perscrutans dum eciam infra pectoris archana revolvens quod ipsa utpote mater misericordie pietatis amica humani generis consolatrix pro salute fidelium qui delictorum onere pregrabantur sedula exoratrix et pervigil ad regem quem genuit intercedit dignum quinymo debitum reputavit ut ecclesias honore sui nominis dedicatas graciosis remissionum prosequatur impendiis et indulgenciarum muneribus relevet.

31Post modum itaque per eundem dominum nostrum papam accepto quod capella dicte Marie del Pilar vulgariter nuncupata in claustro ecclesie colegiate Sancte Marie Maioris cesaraugustane instituta in qua coctidie quasi hora crepuscoli Salve Regina cum versiculis et diversis oracionibus pro statu romani pontificis et sancte matris ecclesie ad honorem beate Virginis devote decantatur. Ibidemque tam in eiusdem beate Marie domini nostri Ihesu Christi genitricis quam Sancte Anne eiusdem genitricis matris beatorum Brauli episcopi ac Laurencii et Vicencii martirum festivitatibus et coctidie dicta hora crepusculi dum ibídem dicta salutacio Salve Regina decantatur propter magna et crebra miracula que Deus precibus et meritis eiusdem beate Marie inibi operatur de diversis mundi partibus populi multitudo affluere consuevit libris ornamentis et luminaribus ad divina officia necessariis nec non in aliis edificiis et suis reparacionibus indigere noscatur pro quibus Christi fidelium elemosine sunt plurimum oportune.

32Cupiens cappellam ipsam congruis honoribus frequentari et ut Christi fideles eo libentius causa devocionis confluerent ad eandem quo ibidem uberius dono celestis gracie conspexerint se refectos de omnipotentis Dei misericordia et beatorum Petri et Pauli Apostolorum eius auctoritate confisus die vicesima octava mensis Junii, pontificatus sui anno quinto, nobis presentibus, omnibus vere penitentibus et confessis qui in nativitatis, annunciacionis, purificacionis, assumpcionis beate marie virginis, necnon beatorum Brauli episcopi, Laurencii et Vicencii martirum, et Sancte Anne dicte genitricis Domini nostri Jhesu Christi matris, festivitatibus et per octavas earumdem festivitatum, singulis videlicet festivitatum predictarum quinque annos, octavarum vero predictarum, quibus Capellam ipsam devote visitaverint et ad reparacionem huiusmodi, sive pro libris ornamentis luminaribus aut jocalibus in Capella necessariis habendis vel imparandis manus porrexerint adiutrices quinquaginta dies ; necnon singulis diebus tocius anni, qui in decantacione dicte salutacionis interfuerint, centum dies de iniunctis eis penitenciis misericorditer relaxavit.

33Ceterum ut omnia et singula, que per eosdem fideles pro relaxacionis gracia consequenda offerri contigerit, in usus ad quos oblata vel donata fuerint integre convertantur idem dominus noster papa, dicta die, sub interminacione divini judicii districcius inhibuit ne quis, cuiuscumque status condicionis vel dignitatis existat, quicquam de oblatis, vel donatis ipsis, sibi aliquatenus appropiet vel usurpet ; volens nihilominus quod si quis hoc attentare presumpserit, non poscit a reatu presumpcionis huiusmodi ab aliquo nisi apud sedem Apostolicam, ac satisfaccione debita per eumdem de hiis, que sibi appropriaverit vel usurpaverit, realiter prius impensa, nisi in mortis articulo, absolucionis beneficium obtinere.

34Verum, cum propter nonnulas persecuciones, satis toti orbi notorias, proh dolor ! eidem domino nostro pape oblatas obsidionemque manifestam in qua Avenione in palacio apostolico per octo menses et ultra detentus est, ac substraccionem bulle principalis sibi factam, littere Apostolice super indultis huiusmodi more solito bullari et expediri non potuerint neque possint, idem dominus noster papa nobis, Ferdinando Cardinali prefato, oraculo vive vocis comisit atque mandavit quatinus litteras testimoniales super indultis huiusmodi sub nostro sigillo duxerimus concedendas, ut Christi fideles eo libencius ad dictam Cappellam visitandam et alia premissa complenda invitentur quo dono celestis gracie inibi noverint se refectos.

35Voluit autem memoratus dominus noster papa quod presentes nostre littere ad probandum plene omnia et singula suprascripta ubique sufficiant, nec ad id alterius probacionis adminiculum requiratur.

36In quorum ominum et singulorum fidem et testimonium premissorum, presentes nostras litteras nostri sigilli fecimus appensione muniri.

37Datis Avenione, sub anno a nativitate Domini milesimo trecentesimo nonagesimo nono, indiccione septima, die vero octavo mensis Julii, Pontificatus prefati domini nostri, domini Benedicti divina providentia pape XIII anno quinto.

Notes

1 Ce travail a été élaboré grâce au soutien du Grupo Consolidado de Investigación Aplicada DAMMA (Documentación y Archivos Medievales y Modernos de Aragón) de l’université de Saragosse, avec le financement de la Diputación General de Aragón et du Fonds social européen. Je tiens à remercier chalereusement Hélène Millet pour ses réflexions et informations qu’elle a eu l’amabilité de partager avec moi, ainsi que pour la relecture attentive de mon texte. Mes remerciements vont également à Anne Massoni pour ses commentaires et ses suggestions.

2 Sur ce thème a parlé F. de Moxó y Montoliu dans : La casa de Luna (1276-1348). Factor político y lazos de sangre en la ascensión de un linaje aragonés, Munster, Aschendorffsche Verlagsbuchhandlung, 1990.

3 Le rôle politique de Benoît XIII au sein de la Couronne d’Aragon a été l’objet de nombreuses études. On peut citer notamment celle d’E. Sarasa Sánchez : « Las relaciones Iglesia-Estado en Aragón durante la Baja Edad Media », dans J.-P. Genet, et B. Vincent(coord.), État et Église dans la génèse de l´État moderne. Actes du colloque organisé par le Centre national de la recherche scientifique et la Casa de Velázquez, Madrid, 30 novembre et 1er décembre 1984, Madrid, Casa de Velázquez, 1986, p. 165-174. Plus récemment, à l’occasion d’un colloque organisé à Saragosse pour la préparation de la commémoration du sixième centenaire du Compromis de Caspe, A. Jamme a effectué une étude plus approfondie et proposé un bilan exhaustif des travaux dédiés à cette question : « Benoît XIII, le Schisme et la Couronne : regards sur le croisement des enjeux politiques au temps de l’interrègne aragonais », dans Á. Sesma Muñoz (éd.), La Corona de Aragón en el Centro de su Historia. El interregno y el Compromiso de Caspe (1410-1412), Saragosse, Gobierno de Aragón, 2011, p. 119-145.

4 C’est Ovidio Cuella Esteban qui a produit le plus d’études concernant l’archidiocèse de Saragosse sous le pontificat de Benoît XIII : notamment « La diócesis cesaraugustana en el bulario del Papa Luna », Aragonia Sacra, XI, 1996, p. 139-184, et « El papa Luna, promotor de la religiosidad aragonesa », Memoria Ecclesiae, no 20 (2002), p. 81-104. Sa dernière contribution a été la publication, en cinq volumes, du Bulario aragonés de Benedicto XIII (Saragosse, Institución Fernando el Católico, 2003-2009) à partir des bulles conservées à l’Archivio Segreto Vaticano. Dans le premier volume, l’auteur a effectué un bilan des travaux concernant la personnalité et l’action de Benoît XIII.

5 Il fut assassiné par des partisans du comte d’Urgel, prétendant au trône aragonais à la mort de Martin Ier l’Humain. Pour une perspective renouvelée de cet épisode voir A. Jamme, « Benoît XIII, le Schisme et la Couronne… », art. cité, p. 138 tout comme le chapitre qu’ÁngelSesma a dédié à cet événement dans son récent ouvrage El Interregno (1410-1412). Concordia y compromiso político en la Corona de Aragón, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 2011, p. 87-99.

6 Voir O. Cuella Esteban, « El papa Luna, promotor… », art. cité, p. 81-104. Sur le clergé étranger dans le diocèse de Saragosse pendant le pontificat de Pedro de Luna et l’évêché de García Fernández de Heredia, voir notamment le travail de P. Pueyo Colomina, « El clero extradiocesano en el arzobispado de Zaragoza a principios del siglo XV », Anuario de Estudios Medievales, no spécial sur El clero secular en la Baja Edad Media, 35/2, 2005, p. 799-862.

7 Précisément 462 bulles pour le seul mois d’octobre 1394, dont 230 entre les 12 et 16 de ce même mois. Voir O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, pass.

8 Voir O. Cuella Esteban, « La diócesis cesaraugustana… », art. cité, p. 139-184.

9 Il y avait plus de 300 personnes au total. Voir O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, p. 11. Voir aussi G. Butaud dans « Les deux sièges du palais apostolique d’Avignon (1398-1411) », dans C. Raynaud (dir.), Villes en guerre. Actes du colloque tenu à l’université de Provence (Aix-en-Provence, 8-9 juin 2006), Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 2008, p. 106-107.

10 En 1318, le diocèse de Saragosse, auparavant suffragant de celui de Tarragone, a été converti en diocèse métropolitain par une bulle de Jean XXII. Le nouvel archidiocèse comprenait ainsi six diocèses : Saragosse et ses cinq suffragants, Pampelune, Calahorra-La Calzada, Huesca, Tarazone et Albarracín-Segorbe. Quelques-uns – comme celui de Pampelune – s’étendaient à des territoires appartenant à d’autres royaumes, comme celui de la Navarre. Mais, généralement, les diocèses appartenaient au royaume d’Aragon, l’un des trois États péninsulaires de la Couronne d’Aragon (avec le royaume de Valence et la principauté de Catalogne).

11 García Fernández de Heredia était neveu du célèbre grand-maître de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, Juan Fernández de Heredia. Celui-ci et Domingo Ram avaient appartenu aux entourages royaux et pontificaux en tant que conseillers des rois d’Aragon et familiers des papes d’Avignon.

12 Il s’agissait de Pedro López de Luna et Lope Fernández de Luna, morts respectivement en 1345 et 1382.

13 Le 22 avril 1409, par la Bulle Ad ea et apostolicae, le pape accorda un privilège pour la construction et la restauration de la Seo à un moment vraiment difficile de son pontificat, seulement un mois après le concile de Pise. Sur les travaux de la Seo sous Benoît XIII, voir notamment : T. Domingo Pérez et R. Gutiérrez Iglesias, « La gracia del quinto diezmero concedida en el año 1409 a la fábrica de La Seo por Benedicto XIII y su primera ejecución en 1412 », Aragón en la Edad Media, 14-15, 1999, p. 414 et M. C. Lacarra Ducay, « Benedicto XIII y el Arte », dans VVAA, Benedicto XIII, el Papa Luna, Saragosse, Centro de Documentación Bibliográfica Aragonesa, 1994, p. 110-111 ; ainsi que P. Araguas, « Bene fundata est supra firmam petram. Mutations et interférences stylistiques à la cathédrale de Saragosse », Revue de l’Art, no 95, 1992, p. 11-24.

14 Leur rivalité ne prit fin qu’au xviie siècle, lors de leur fusion.

15 Lors de la reconquête de la ville, les chrétiens ont également retrouvé une autre église – uniquement paroissiale – dédiée à sainte Engrâce ainsi qu’aux très nombreux martyrs de Saragosse, morts sous les persécutions de l’empereur Dioclétien.

16 Bulle Ad hoc universalis (1141). R. Del Arco, « El templo de Nuestra Señora del Pilar en la Edad Media », Estudios de Edad Media de la Corona de Aragón. Sección Zaragoza, no 1, 1945, p. 16 et 19. Voir aussi l’étude classique de F. Fita Colomina : « El templo del Pilar y San Braulio de Zaragoza. Documentos anteriores al siglo XVI », Boletín de la Real Academia de la Historia, 1904, p. 457-459. En outre, A. Blasco Martínez a donné de nouvelles informations sur ce sujet : « Nuevos datos sobre la advocación de Nuestra Señora del Pilar y su capilla (Zaragoza siglos XIV-XV) », Aragón en la Edad Media, no 20, 2008, p. 126 et suiv.

17 Le chapitre de la collégiale de Notre-Dame-du-Pilier fut étudié pour la première fois au xviiie siècle par J. Ypas dans son Catalogo Chronologico de los priores, dignidades i Canonigos del Santo Templo del Pilar de Zaragoza en tiempo de la regularidad (1786), conservé aux Archives capitulaires de Saragosse (ACP, Priorado, ligs. I-IV). En 2007, E. Casorrán Berges – actuellement archiviste au sein des Archives capitulaires de Saragosse et que je remercie pour m’avoir permis de consulter son travail inédit –, a soutenusonmémoire de DEA (Diploma de Estudios Avanzados) à l’université de Saragosse, intituléAnálisis histórico del priorato del Pilar a través de sus documentos (siglos XII-XV), 2 vol. Le second volume est une annexe intitulée : Colección Documental del priorato del Pilar en la Edad Media (siglos XII-XV). La même année, le chanoine archiviste des Archives capitulaires, I. Miguel García, a publié « El priorato del Pilar (1141-1676) », Memoria ecclesiae, no 30, 2007, p. 359-394.

18 Voir O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, II et III.

19 « prior S. Marie Maioris, pro se. Cesaraugustan ». Voir H. Millet et W. Morice, « Liste de participants au concile de Perpignan : ordre hiérarchique », dans H. Millet (dir.), Études Roussillonnaises, revue d’histoire et d’archéologie méditerranéennes, t. XXIV, 2009-2010, p. 202.

20 Ester Casorrán a établi la liste des chanoines de la collégiale pendant tout le Moyen Âge à partir de la documentation conservée aux Archives capitulaires de Notre-Dame-du-Pilier : E. Casorrán, Análisis histórico del priorato del Pilar…, op. cit.,p. 57-66. I. Miguel García, J. Andrés Casabón et E. Casorrán Berges, « En la estela del Cisma de Occidente. Dos nuevas bulas del Papa Luna en los archivos capitulares de Zaragoza », Aragón en la Edad Media, no 20, 2008, p. 499.

21 O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, p. 306-307, doc. 671 et 672 (1396).

22 Voir I. Miguel, J. Andrés, et E. Casorrán, « En la estela del Cisma… », art. cité, p. 499.

23 Bulle « Ad ea libenter » du 14 septembre 1409 (ACP, Priorado, Lig. III, no 39). Bulle transcrite dans : I. Miguel, J. Andrés et E. Casorrán, « En la estela del Cisma… », art. cité, p. 493-494. La bulle a été également recueillie dans O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. II, p. 408, doc. 859.

24 Pour reprendre l’expression utilisée par Vincent Tabbagh. Voir V. Tabbagh, « Cathédrales et collégiales au Moyen Âge : rivalité et complémentarité », dans M. Fournié (dir.), Les collégiales dans le Midi de la France. Actes de l’atelier-séminaire des 15 et 16 septembre 2000 (Carcassonne), Carcassonne, 2003, p. 277-287.

25 O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, p. 303, doc. 662 (1396) : Benoît XIII concéda à Martin d’Alpartil, bachelier en décrets, pendant trois ans l’office d’aumonier de la Seo avec la camarería de l’église de Notre-Dame dont il était titulaire. Il fut alors obligé de passer du chapitre de la Seo à celui de Notre-Dame.

26 En 1395, Benoît XIII concéda à Antón Alpartil quatre années pour mener à bien ses études en théologie, mais sans lui laisser ses rentes comme sacristain à Notre-Dame. O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. I, p. 151 et 266.

27 Le 15 janvier 1415, le pape concéda à Antón Alpartil le prieuré de Notre-Dame sans y résider. À cette époque, son frère Martin était, au même temps, prieur du chapitre de la Seo. Voir O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. III, p. 106, doc. 182 et p. 243, doc. 486.

28 À l’emplacement de l’ancienne église romane de Notre-Dame-la-Majeure – construite lors de la reconquête de la ville au xiie siècle – un nouvel édifice en style gothique-mudéjar a été bâti par étapes, tout au long des xive et xve siècles, sur la construction duquel on est mal renseigné. Il n’a été fini qu’au début du xvie siècle, sous le règne des rois Catholiques, alors que la dévotion à la Vierge du Pilier avait déjà pris une énorme importance. La dernière periode de la construction, fin xve-début xvie siècle, est bien documentée. Cependant, au xviie siècle, cette église a été démolie pour édifier une nouvelle basilique, bâtie au long des xviiie et xixe siècles.

29 La colonne ou Pilier – une colonne de 1,77 m de hauteur, en jaspe rouge – se conserve encore de nos jours à la basilique de Notre-Dame-du-Pilier de Saragosse, bien qu’elle ait été recouverte d’argent au xviie siècle pour la protéger des dévots qui en arrachaient des petits morceaux.

30 Sur ce sujet, la bibliographie est abondante. Récemment j’ai proposé une hypothèse sur l’évolution de la dévotion à la Sainte Colonne et à la Sainte-Chapelle à partir des mensura Christi rapportées par les croisés revenant de la Terre Sainte au xiie siècle. Cf. M. Narbona Cárceles, « Le Saint Pilier et l’édicule de Sainte-Marie la Majeure de Saragosse dans l’esprit de la Première Croisade », dans S. Daussy (éd.), Matérialités et l’immatériel à l’église au Moyen Âge, Bucarest, University of Romania Press, 2012, p. 85-99.

31 L’existence physique du pilier n’est attestée qu’à partir de 1413, dans un document qui mentionne le lieu : « dans le cloître qui est devant le Pilier de Sainte Marie, là où s’agenouillent les gens pour embrasser le pilier de Sainte Marie ». Ainsi est confirmée l’existence de ce fameux « pilier » vénéré à Saragosse, auparavant absent des sources. Voir A. Blasco Martínez, « Nuevos… », art. cité, p. 131.

32 Voir la transcription intégrale en annexe. La « lettre-bulle » est conservée aujourd’hui aux archives de la basilique de Notre-Dame-du-Pilier et demeure un document fondamental pour l’histoire de sa dévotion [Archivo del Pilar, arm. 1, caj. 2, leg. 1, no 4].

33 Pérez Calvilo était déjà aux côtés de Pedro de Luna lors du conclave de 1378 et toujours auprès du pontife aragonais en Avignon. Sur le cardinal Pérez Calvillo voir le travail classique de J. M. Sanz Artibucilla,« Don Fernando Pérez Calvillo, cardenal de Benedicto XIII (Pedro de Luna) », Revista eclesiástica, t. II, 1930, p. 92-97.

34 Hélène Millet a pu identifier ce formulaire grâce à un relevé des lettres d’indulgence – effectué par Hugues Labarthe – concédées à cette époque, et je la remercie de m’avoir fourni cette information.

35 La sépulture de saint Braulion, évêque de Saragosse au vie siècle, élève, ami et continuateur d’Isidore de Séville, avait été rétrouvée dans l’enceinte de l’église de Notre-Dame au xiiie siècle. Les saints Laurent et Vincent avaient été martyrisés à Saragosse au ive siècle.

36 En outre, le cardinal Pérez Calvillo scella de son sceau deux lettres testimoniales un mois plus tard (le 22 août), cette fois-ci avec des indulgences pour certaines chapelles de la cathédrale de Tarazona dont il était l’évêque. Ces deux lettres ont été publiées dans G. Argaiz, La soledad laureada, t. VII, Madrid, 1675, p. 331-332. Voir aussi M. T. Ainaga Andrés, « El legado artístico de Pedro y Fernando Pérez Calvillo a la sede episcopal de Tarazona (Zaragoza) », Turiaso, no 10/1-2, 1992, p. 462 et 471.

37 M. de Alpartil, Cronica Actitatorum temporibus…, op. cit.,p. 44.

38 Même résidant à Avignon, le pape continuait à recevoir le titre de « pontife romain » et sa curie celle de « cour romaine », mais, vu les circonstances, l’emploi de cette titulature est ici chargé d’une grande intentionnalité.

39 Hélène Millet et Catherine Vincent ont étudié ces prières pour l’unité de l’Église, démontrant comment la Vierge s’affirmait encore plus comme une figure centrale au sein de l’Église et, surtout, comme symbole d’unité. Voir H. Millet et C. Vincent, « La prière pour l’unité de l’Église », dans Le Midi et le Grand Schisme d’Occident, Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 39), 2004, p. 531-570.

40 Voir H. Millet et C. Rabel, La Vierge au manteau du Puy-en-Velay. Un chef d’œuvre du gothique international (vers 1400-1410),Lyon, 2011, p. 124-129.

41 Pedro Terroz était prieur depuis 1395 et jusqu’à sa mort en 1414. Le pape lui concéda une indulgence plénière in articulo mortis, tandis qu’Antón d’Alpartil lui succéda en tant que prieur. Voir O. Cuella Esteban, Bulario…, op. cit., vol. III, p. 190, doc. 374. Sur ce prieur, voir I. Miguel García, J. Andrés Casabón et E. Casorrán Berges, « En la estela del Cisma… », art. cité, p. 499 et A. Blasco Martínez, « Nuevos… », art. cité, p. 129 et suiv.

42 A. Blasco Martínez, « Nuevos… », art. cité, p. 131.

43 O. Cuella Esteban, Bulario…, vol. II, op. cit., p. 408.

44 Benoît XIII nomma pour cinq ans les évêques de Barcelone et de Tortose, ainsi que le prieur de Notre-Dame de Saragosse, pour défendre les biens et droits du cardinal. Ibid., vol. I, p. 345, doc. 763 (1397) et p. 429, doc. 966 (1403).

45 Voir J. Blancas et J. F. Uztárroz, Coronaciones de los Serenissimos Reyes de Aragon, s. l., 1641, p. 63 et suiv.

46 Voir M.-C. Marandet, « Benoît XIII dans les sources perpignanaises : l’expédition de secours de 1398 », dans H. Millet (dir.), Le concile de Perpignan…, op. cit., p. 37-46.

47 En ce qui concerne Martin l’Humain et les reliques, voir l’étude classique d’A. Torra : « Reyes, santos y reliquias. Aspectos de la sacralidad de la monarquía catalano-aragonesa », dans XV Congreso de Historia de la Corona de Aragón, t. I, Saragosse, Gobierno de Aragón, 1996, vol. III, p. 501-502. Voir aussi M. Miquel, « La capilla palatina de la Cartuja de Valldecrist (Valencia) (1395-1400) », dans J. F. Jiménez et al. (éd.), Actas II Simposio de Jóvenes Medievalistas 2004, Murcie, Ayuntamiento de Lorca/Universidad de Murcia, 2006, p. 179-191. Récemment, le sujet a été repris par C. Martín Lloris, dans une thèse intitulée Las reliquias de la capilla real en la corona de Aragón y el Santo Cáliz de la catedral de Valencia (1396-1458), Valence, Universitat de València, 2010.

48 En septembre 1399, le roi avait aidé le chapitre de Notre-Dame en lui confirmant les dîmes et prémices qu’ils avaient dans la ville de Híjar. Le document fut ratifié par le roi Jean  II d’Aragon en 1459. Voir F. Gutiérrez Lasanta, Historia de la Virgen…, op. cit., p. 467-468 et 472-473.

49 En 1456, la bulle Et si propheta dicente, octroyée par Calixte III, s’avère comme l’acte qui a renforcé cette dévotion : cette bulle recueillait pour la première fois la tradition de la « Venue » de la Vierge à Saragosse telle qu’elle avait été rapportée au xiiie siècle. Voir aussi : M. Narbona Cárceles et I. Magallón García, « La bula Etsi propheta docente de 1456 relativa a la Santa Capilla del Pilar. Nueva propuesta de transcripción y traducción », Aragón en la Edad Media, no 23, 2012, p. 207-221. Actuellement, je prépare une étude sur le développement de la dévotion à Notre-Dame-du-Pilier par les rois d’Aragon dans la seconde moitié du xve siècle.

50 Ici a été reprise la transcription faite par FidelFita en 1904 :F. Fita, « El templo del Pilar y San Braulio de Zaragoza… », art. cité, p. 457-459. Voir une autre transcription dans F. Gutiérrez Lasanta, Historia de la Virgen…, op. cit.,p. 469-470. En 1995, cette lettre a été traduite en espagnol dans T. Domingo Pérez, M. R. Gutiérrez et I. Miguel García, « En la estela de un centenario : bulas originales del Papa Luna en los archivos capitulares de Zaragoza », Revista Aragonesa de Teología, no 2, 1995, p. 69-90.

Auteur

Université de Saragosse

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540