Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie II. Entre curie et cour

Sede vacante. Administrer l’évêché à la mort de l’évêque

Viviers, juin 1382

Daniel Le Blévec

Texte intégral

  • 1 Les réflexions qui suivent voudraient être une modeste contribution à la vaste enquête lancée par (...)
  • 2 Bernard d’Aigrefeuille, o.Clun., bachelier en décret, ancien prieur de Saint-Martin des Champs (Pa (...)

1Entre le décès d’un évêque et la désignation de son successeur, un temps de vacance plus ou moins long peut s’écouler. Au xive siècle, une telle circonstance, surtout si la papauté tarde à faire valoir son droit de réserve, est parfois une opportunité saisie par les chanoines des cathédrales pour tenter de récupérer quelques-unes de leurs vieilles prérogatives. L’entreprise n’est pas aisée, notamment lorsqu’elle met en scène des chapitres géographiquement proches du siège apostolique. Tel est le cas des évêchés rhodaniens dont les canonicats et les autres bénéfices, pour cette raison même, sont alors convoités par les plus hauts dignitaires de la curie ou par leurs familiers1. La tentative échoue généralement. Un intéressant cas de reconquête manquée d’autorité capitulaire est ainsi survenu à Viviers en 1382 après le décès de l’évêque Bernard d’Aigrefeuille2.

  • 3 Pierre Flandrin était lui-même originaire du diocèse de Viviers. Créé cardinal par Grégoire XI, do (...)

2La curie n’avait pourtant pas attendu longtemps pour réagir à l’événement. L’on peut aisément conjecturer que Clément VII n’entendait pas laisser inoccupé un siège que l’on pourrait qualifier de stratégique en raison de sa situation au bord du Rhône et de sa relative proximité d’Avignon, sans oublier la présence influente alors, à la curie, de prélats dont les intérêts, de divers ordres, étaient concernés par la région, comme le cardinal Pierre Flandrin et l’ancien abbé de Saint-Ruf, le cardinal Anglic Grimoard3. Pourtant, désireux de placer ses pions et d’affirmer son pouvoir, le chapitre avait promptement pris les devants.

  • 4 Fol. 5v-13r.

3L’affaire se joua en quelques jours, entre le 24 et le 29 juin 1382. Elle est relatée par une série d’actes copiés dans un registre notarié, aujourd’hui coté 2 E 7641 aux archives départementales de l’Ardèche4. Le notaire du chapitre Pons Delanoix (de Nuce) y a consigné les décisions prises par les chanoines de Viviers le jour même de la mort de l’évêque (24 juin 1382) et dans les jours qui ont suivi. L’objectif était clairement, pour eux, d’affirmer leur volonté d’assumer leur rôle canonique d’administrateurs du diocèse en attendant la venue d’un nouveau titulaire, que tous devaient sans doute espérer la plus tardive possible.

Désignation d’un vicaire épiscopal

  • 5 Le chapitre de Viviers comprend, en théorie, une vingtaine de chanoines.

4La première décision, la plus urgente, consistait à désigner la personnalité chargée d’exercer le pouvoir d’administrateur durant la période de vacance. Ce fut chose faite dès le 24 juin. Les chanoines Pierre Rodier, Jean Richard, Jean Bertrand, Pierre Lacoste, Jacques Garin, Estève Gervais, Pierre Bonet et Estève Desshuelhs, sans doute alors les seuls présents dans la cité, réunis dans la maison capitulaire, constatant la vacance du siège épiscopal décident à l’unanimité de confier l’administration de l’évêché pour les affaires tant spirituelles que temporelles à l’un d’entre eux, Jean Richard, bachelier en lois (fig. 1)5.

  • 6 Le chapitre vivarois est plutôt bien pourvu en universitaires de diverses disciplines et de divers (...)

5Loin d’être l’un des plus gradués au sein du chapitre de Viviers6, ce personnage apprécié de ses confrères pour ses qualités présentait vraisemblablement l’avantage d’être en place depuis déjà un certain temps et donc de bien connaître les rouages de l’administration diocésaine. En témoignent la rapidité des décisions et l’impressionnante quantité de mesures qu’il allait prendre en moins de quatre jours, en tant que nouveau vicaire épiscopal.

Fig. 1 – Jean Richard, chanoine, bachelier en lois, est désigné par le chapitre cathédral de Viviers comme vicaire épiscopal, 24 juin 1382 (arch. dép. Ardèche, 2 E 7641, fol. 5v)

Fig. 1 – Jean Richard, chanoine, bachelier en lois, est désigné par le chapitre cathédral de Viviers comme vicaire épiscopal, 24 juin 1382 (arch. dép. Ardèche, 2 E 7641, fol. 5v)

Administrer la cité épiscopale au spirituel et au temporel

  • 7 L’on apprend que le produit du péage d’eau est, par quinzaine, de 29 à 30 florins. Le péage de ter (...)

6Fort de son titre de vicarius generalis in spiritualibus et temporalibus sedis episcopalis Vivariensis, sede vacante, Jean Richard commence par renouveler un certain nombre de responsables des charges exercées au nom de l’évêque : Jacques Garin, chanoine, est désigné comme trésorier, percepteur des recettes de l’évêché, Pierre Rodier, chanoine, licencié en lois, devient official. Le notaire de la cour spirituelle, Estève Delanoix, est prié de remettre les clés de la cour, qu’il détenait. Il se voit d’abord destitué de son office, mais immédiatement réinvesti de la même responsabilité, dont il jure de s’acquitter loyalement. Pons Roux, garde du sceau de l’officialité, rend le dit sceau au vicaire, qui le remet au nouvel official. Pierre Rodier le reçoit et, par un geste symbolique, le pose sur la chaise de l’officialité, prenant ainsi possession de sa charge. La clé des archives, où sont entreposées les recettes du sceau, est remise au trésorier Jacques Garin. Le vicaire institue ensuite un nouveau péageur (pedatgiator) : Arnaud Laroche recevra les gages accoutumés pour percevoir les recettes des péages épiscopaux de terre et d’eau situés à Viviers et à Bourg-Saint-Andéol7.

7Le responsable de la cour temporelle de Viviers, juge de toute la terre épiscopale, est à son tour destitué et doit remettre au vicaire les clés et le sceau de la cour. Un nouveau baile est désigné, en la personne de Guy Pelaprat, licencié en lois, qui est mis en possession de son office, reçoit les clés, le sceau et la promesse de percevoir les gages accoutumés, après quoi il prête serment.

8Jean Richard, en bon juriste, attache une importance toute particulière aux documents écrits qui attestent les droits et les possessions de l’évêché. Le jour même de sa prise de fonction, il demande au notaire de la cour temporelle qu’on lui « exhibe » les livres, cartulaires, enquêtes et clameurs, ainsi que les expéditions qu’il a sous sa garde. Il se rend ensuite dans la chapelle Saint-Michel de la cathédrale, où sont entreposées, dans un coffre (ou une armoire ?) fermé à clé, les chartes et documents de l’évêché. Il en palpe les quatre serrures, vérifie qu’elles garantissent une fermeture efficace et les scelle de son propre sceau, après quoi il interdit à celui qui en a la garde de les ouvrir à quiconque. L’on est frappé de voir à quel point le chapitre vivarois, peut-être plus encore que les évêques, souvent absents parce qu’ils sont à la curie ou résident dans l’un ou l’autre des châteaux de leur seigneurie, attachent du prix à conserver les actes authentiques qui fondent la richesse de l’évêché vivarois.

  • 8 Fol. 7r-v.

9À côté du soin accordé aux archives, une autre préoccupation du vicaire est de veiller à l’intégrité du mobilier de la domus épiscopale, car rien, et surtout pas la disparition du moindre objet ou meuble, ne doit pouvoir lui être reproché lorsque le nouvel évêque viendra prendre possession de son siège. Un inventaire précis en est donc dressé8. Accompagné du personnel épiscopal (chancelier, trésorier, sergent) et du notaire, il parcourt les pièces l’une après l’autre et en détaille le contenu, en vérifiant soigneusement celui des caisses et des coffres. Vérification terminée, il fait sceller les dits coffres du sceau de cire du chapitre, ainsi que la porte de chacune des pièces inspectées. Un tel inventaire fournit d’intéressants détails sur l’état d’un palais épiscopal dans un évêché de taille moyenne à la fin du xive siècle : le nombre et la disposition des pièces (une salle d’apparat, plusieurs chambres, une cuisine, une bouteillerie, un cellier, une cave, une prison), la nature et la qualité du mobilier (tables, bancs, buffet, coffres), les étoffes et la vaisselle. L’inspection achevée, le vicaire reçoit du trésorier les onze clés de la maison et du sergent les trois clés de la prison.

10Dès le lendemain, 25 juin, Jean Richard se préoccupe des parties du temporel épiscopal situées hors de la cité vivaroise.

Garantir l’intégrité du temporel diocésain

  • 9 Sur le temporel des évêques de Viviers : P. Babey, Le pouvoir temporel de l’évêque de Viviers au M (...)

11Jusqu’à son rattachement à la couronne de France au début du xive siècle le diocèse de Viviers, alors terre impériale, présentait la particularité d’avoir à sa tête des prélats détenteurs des anciens pouvoirs comtaux d’origine carolingienne. Quelques décennies plus tard, bien qu’amoindrie, la puissance seigneuriale des évêques et l’importance de leur temporel restent des réalités tangibles (fig. 2). Elles s’illustrent par l’étendue des domaines fonciers, le contrôle de droits banaux importants et l’exercice de la justice9. Concrètement elles s’expriment par la présence en divers lieux d’officiers laïques (bailes, juges, châtelains, clavaires, notaires). Ce sont ces derniers que le vicaire épiscopal vient visiter, confirmer ou destituer, au cours d’une tournée étalée sur cinq journées (25-29 juin).

Fig. 2 – Le temporel de l’évêque de Viviers (1382)

Fig. 2 – Le temporel de l’évêque de Viviers (1382)
  • 10 Distinct par conséquent du pedatgiator chargé de percevoir les péages de terre et d’eau mentionné (...)
  • 11 Saint-Marcel et Saint-Just, au sud de Bourg-Saint-Andéol, sont les paroisses les plus méridionales (...)
  • 12 Fol. 8-9.

12La première étape conduit le vicaire dans la petite ville rhodanienne de Bourg-Saint-Andéol. Les évêques y possèdent un palais, où ils résident volontiers, en particulier lorsqu’un conflit les oppose à un chapitre fréquemment indocile. Ils y tiennent une cour de justice, au temporel et au spirituel. À son arrivée, Jean Richard nomme un nouveau juge, Étienne de Brive, et un nouveau baile, Maroan. Il maintient le notaire de la cour temporelle, Hugues Chaix, lui demandant de lui remettre les livres, chartes et enquêtes, les clés et les sceaux de la cour. Il nomme un nouveau notaire de la cour spirituelle, Pascal Clusel, un official, Jean Melhuret, et un péager pour la traversée du Rhône au droit de la ville10. Il désigne enfin un clavaire pour la ville de Bourg et les villages de Saint-Marcel et Saint-Just, chargé de recevoir les dîmes, les cens et les autres revenus épiscopaux perçus dans ces trois localités et dans leur mandement, ainsi que les revenus de la cour temporelle11. Arnaud Seytre, nouveau clavaire, jure de remplir son office. Il se voit promettre les gages d’un muid de vin, quatre saumées de blé et deux sous par livre de recette. Le 26 juin, le vicaire confie enfin à Seytre, pour qu’il les garde, les 12 clés de la domus épiscopale de Bourg et prend la route en direction du lieu de Sampzon, où se dresse un château relevant du temporel de l’évêque12.

13Le châtelain, noble Louis de Farelle, est absent. Jean Richard est accueilli par l’épouse de celui-ci, Dame Sibille, requise de lui remettre les clés de la forteresse, afin de procéder à l’inventaire. On commence par la tour, fermée par deux portes successives. On y trouve des coffres, des outils de forge et des pierres de moulin. Dans une autre partie de la tour sont entassés du grain, de la chair salée, des étoffes et des ustensiles que les habitants du village de Sampzon y ont déposés, sous la garde du châtelain, « par crainte des gens d’armes ». Dans la salle inférieure voûtée, des vases, des mortiers, un coffre. Dans la grande salle du château, un archebanc, un autre banc, un écrin avec serrure sans clé, un dressoir fixé au mur. On termine par l’inventaire de la cuisine et celui de la chapelle.

14Avant de poursuivre sa tournée, le vicaire nomme un nouveau châtelain de Sampzon, en la personne de Bertrand Lacombe. Le lendemain, 27 juin, il est à Largentière. Il somme le baile, Estève de Mougières, de lui remettre les clés du château épiscopal, celles des archives, le sceau de la cour temporelle et les actes des procédures civiles et criminelles en cours. Il exige également les clés des châteaux de Chassiers, Joannas, Rocles et Montréal. La prise de possession du château de Largentière s’accompagne d’une inspection générale, donnant lieu comme à Sampzon à un inventaire notarié détaillé. Sont essentiellement mentionnés les meubles des différentes pièces (grande salle, chambres, cuisine, cellier, étable et dépendances). On notera que le cellier contient 29 muids et sept setiers de vin.

15Toujours attentif au poids aussi réel que symbolique des actes écrits, Jean Richard demande au notaire de la cour temporelle, Jean Debrive, de lui remettre les livres en sa possession (une cinquantaine). Il le démet de son office, qu’il confie le lendemain à un nouveau notaire, Jean Gautier, tandis que Jean Debrive devient notaire de la cour spirituelle et official de Largentière. Le même jour, un nouveau baile de Largentière et de son ressort est nommé en la personne de Jean Statgel avec pouvoir d’entendre les causes, créer les sergents, prélever les émoluments. Il se voit confier la garde du château.

16Ayant pris de la même manière possession de la forteresse de Chassiers et de la tour de Montréal, Jean Richard y fait inventorier les provisions en grains et en vin s’y trouvant. Il vérifie la perception des leudes et des cens. La tâche accomplie, il se dirige vers Aubenas où il a encore le temps, le 28 juin, de confirmer dans son office le notaire de la cour spirituelle du lieu, Jacques Lhiabrieu.

17Le lendemain 29 juin, départ pour Valvignères, sur la route de retour vers Viviers. Dans cette localité, pourtant modeste, s’élèvent en effet une maison et un château appartenant à l’évêché. L’inventaire en est fait. Rapidement, Jean Richard confirme le curé dans ses fonctions de receveur des revenus épiscopaux, nomme un nouveau baile, puis s’empresse de gagner Viviers car un événement d’importance vient d’y survenir : l’arrivée d’un clerc exhibant des lettres de Clément VII qui le désignent comme vicaire général de l’évêché pendant la vacance du siège…

Reprise en main pontificale

  • 13 Aujourd’hui Saint-Hippolyte-du Fort (Gard), ch. l. de cant., arr. Le Vigan.
  • 14 L’accord remontait à l’épiscopat de Hugues de La Tour du Pin (1263-1291). Il était consigné dans u (...)

18Les chanoines durent se rendre à la raison sans tergiverser : les lettres pontificales étaient authentiques. Elles précisaient qu’à la suite du décès de Bernard d’Aigrefeuille, le pape se réservait l’évêché de Viviers devenu vacant et en attribuait le vicariat pour les affaires spirituelles et temporelles à Sicard de Brugayrole, rector parrochialis de Saint-Hippolyte, au diocèse de Nîmes13. S’étant réunis à l’heure des Vêpres et s’exprimant au nom de leurs confrères présents – Pierre Lacoste, Jacques Garin, Estève Gervais, Jean Bertrand, Pierre Bonet et Estève Dessuelhs – les chanoines Pierre Rodier et Jean Richard, ayant examiné la requête présentée par Sicard, déclarèrent s’incliner devant cette nomination, au nom de la sainte obéissance à laquelle ils étaient tenus envers le Siège apostolique, et procédèrent à la traditio possessionis, réelle et corporelle, de sa charge au requérant. Ce faisant, ils maintenaient l’illusion d’une autorité capitulaire sur l’administration du siège vacant, tout en s’obligeant à reconnaître (peut-être amèrement et non sans un brin d’hypocrisie) que le pape avait agi à leur égard avec reverentia, honore et benevolentia. Toutefois prévoyant l’avenir, c’est-à-dire l’arrivée du successeur de Bernard d’Aigrefeuille, ils ne manquaient pas de rappeler qu’aux termes d’un ancien accord conclu entre le chapitre et les prélats vivarois, tout nouvel évêque était tenu, avant de prendre possession de son siège et de la mense épiscopale, de prêter serment de respecter les privilèges du chapitre14.

  • 15 Arch. dép. Ardèche, 2 E 7653, fol. 33. Jean de Brogny fut évêque de Viviers de 1382 à 1385, date à (...)

19Sicard de Brugayrole ne devait pas exercer longtemps sa charge de vicaire de l’évêché. L’on ignore s’il remit en question les mesures prises par celui dont il avait été le compétiteur. Moins de deux mois plus tard, Clément VII nommait Jean de Brogny évêque de Viviers. Celui-ci, dont c’était le premier ministère épiscopal, accepta volontiers de prêter le serment exigé par les chanoines, le 18 août 1382, une semaine seulement après sa désignation15.

20L’épisode qu’on vient de relater est une péripétie mineure dans l’histoire mouvementée des relations entre des évêques, souvent venus d’ailleurs, et un chapitre encore partiellement issu, en cette fin du Moyen Âge, du milieu régional et soucieux de faire respecter ses droits. Il n’en est pas moins révélateur de la nostalgie et des frustrations que l’emprise du pouvoir pontifical a pu susciter au sein des églises locales, en dépit du temps qui passe. Dès le pontificat de Jean XXII le chapitre de Viviers, victime de sa trop grande proximité d’Avignon, n’est plus maître de son destin. Charges, offices, canonicats sont tombés dans la réserve de la papauté, même si le pontife n’en use pas de manière systématique : des témoignages assez nombreux attestent que les chanoines vivarois ont encore la possibilité au xive siècle, si la curie ne s’y oppose pas, d’élire librement un nouveau confrère. Il n’en va pas de même du siège épiscopal. En 1382, la fiction d’une autonomie retrouvée lors d’une vacance ne fait illusion que pendant quelques jours, le temps nécessaire aux nouvelles pour parvenir à Avignon et aux décisions, prises sans retard par la curie, pour être communiquées et s’imposer.

  • 16 Une cinquantaine de kilomètres séparent Viviers du château de Sampzon. Il faut en parcourir une vi (...)

21Imbus de leur rôle, conscients de leur mission, les chanoines s’efforcent dès le décès de leur prélat, de s’acquitter avec sérieux des tâches de contrôle et de sauvegarde des droits épiscopaux, dont ils s’estiment provisoirement les gardiens. Même si les distances entre les diverses parties du temporel de l’évêché sont faibles16, le vicaire désigné les parcourt rapidement, procède ici et là aux inspections, au contrôle des documents écrits, aux inventaires, au remplacement et aux nominations des officiers jugés nécessaires. Attentif à laisser une trace de son action, il se fait accompagner par un notaire qui rend scrupuleusement compte des actions réalisées : témoignage pourra ainsi être apporté, si besoin est, que l’évêché a été administré avec efficacité et compétence sous la tutelle capitulaire.

  • 17 P.-Y. Laffont, Châteaux du Vivarais. Pouvoirs et peuplement en France méridionale du haut Moyen Âg (...)

22Des notes prises par Pons Delanoix surgit aussi, grâce à la précision descriptive qui les inspire, une vision du temporel épiscopal très instructive. Deux régions en constituent l’essentiel en termes de pouvoir : d’une part le rivage rhodanien situé entre la cité épiscopale et la limite méridionale du diocèse, d’autre part, plus à l’intérieur, le pays largentiérois, bien contrôlé par une série de châteaux. Ces deux concentrations s’expliquent aisément. La vallée du Rhône est vers l’aval la voie d’accès privilégiée à Avignon, tant par le fleuve que par la route, les déplacements étant facilités depuis 1309 par l’ouverture à la circulation terrestre du pont Saint-Esprit. C’est également dans cette partie du couloir rhodanien que les évêques de Viviers possèdent des résidences et des domaines, non seulement à Bourg-Saint-Andéol, mais également sur l’autre rive, hors diocèse, à Pierrelatte, à Donzère, à Châteauneuf-du-Rhône. L’implantation à Largentière et ses environs est, quant à elle, un héritage des luttes qui ont opposé, dès le xiie siècle, les évêques et les comtes de Toulouse pour la possession des mines de plomb argentifère, génératrices de profits substantiels. La croisade albigeoise avait consacré la victoire des évêques. Depuis, les mines et les forteresses qui les entouraient, telles une couronne protectrice, avaient constitué un élément essentiel du patrimoine de l’évêché et une source majeure de revenus17.

  • 18 D. Le Blévec, « Les notaires du chapitre de Viviers aux xive et xve siècles. L’enseignement d’une (...)

23L’on soulignera enfin combien le soin pris par les chanoines de faire consigner par des notaires attitrés la quasi totalité de leurs actes, comme l’illustre bien le cas étudié ici, a contribué à fournir à l’historien une masse documentaire incomparable sur le fonctionnement et l’administration d’un diocèse privé par ailleurs, en raison des aléas de la conservation, de sa mémoire documentaire propre18.

Notes

1 Les réflexions qui suivent voudraient être une modeste contribution à la vaste enquête lancée par Hélène Millet et Jacques Verger sur « L’Église et les églises » dans le cadre du séminaire qu’ils ont animé à l’École normale supérieure pendant plusieurs années et dont les travaux stimulants n’ont pas fini de susciter des prolongements.

2 Bernard d’Aigrefeuille, o.Clun., bachelier en décret, ancien prieur de Saint-Martin des Champs (Paris), succède en 1376, sur le siège de Viviers, à Pierre de Sortenac, promu au cardinalat.

3 Pierre Flandrin était lui-même originaire du diocèse de Viviers. Créé cardinal par Grégoire XI, dont il avait été le chapelain, il intervint pour faire attribuer des bénéfices à plusieurs de ses familiers. Voir A.-M. Hayez, « Le clergé du diocèse de Viviers et les papes d’Avignon : le cas du pontificat de Grégoire XI (1371-1378) », dans L’Église cathédrale de Viviers du haut Moyen Âge à l’époque moderne. Une Église du Midi, actes du colloque de Viviers (10-11 septembre 2010), Revue du Vivarais, t. CXVI, no 1, janvier-mars 2012 (fasc. 789), p. 185.

4 Fol. 5v-13r.

5 Le chapitre de Viviers comprend, en théorie, une vingtaine de chanoines.

6 Le chapitre vivarois est plutôt bien pourvu en universitaires de diverses disciplines et de divers grades, le droit étant largement majoritaire, illustré par la présence de plusieurs licenciés. La médecine est également bien représentée, la théologie étant en revanche la parente pauvre.

7 L’on apprend que le produit du péage d’eau est, par quinzaine, de 29 à 30 florins. Le péage de terre rapporte 9 florins et la traversée du Rhône 16 florins. Le péager touche pour ses gages 2 sous par livre perçue (fol. 8v).

8 Fol. 7r-v.

9 Sur le temporel des évêques de Viviers : P. Babey, Le pouvoir temporel de l’évêque de Viviers au Moyen Âge, 815-1452, Lyon, Bosc, 1956 ; J. Charay (dir.), Petite histoire de l’Église diocésaine de Viviers, Aubenas, 1977, p. 45-56.

10 Distinct par conséquent du pedatgiator chargé de percevoir les péages de terre et d’eau mentionné supra.

11 Saint-Marcel et Saint-Just, au sud de Bourg-Saint-Andéol, sont les paroisses les plus méridionales du diocèse. De Saint-Just, un bac sur l’Ardèche donne accès au diocèse d’Uzès dans la province ecclésiastique de Narbonne, sur le territoire de la paroisse de Saint-Saturnin du Port (Pont-Saint-Esprit). Le bac à péage de Bourg, quant à lui, permet d’atteindre la rive droite, sur le territoire de la paroisse tricastine de Pierrelatte, où les évêques de Viviers possèdent du reste des domaines fonciers.

12 Fol. 8-9.

13 Aujourd’hui Saint-Hippolyte-du Fort (Gard), ch. l. de cant., arr. Le Vigan.

14 L’accord remontait à l’épiscopat de Hugues de La Tour du Pin (1263-1291). Il était consigné dans un instrumentum publicum sigillatum, soigneusement conservé dans les archives du chapitre. Il fut exhibé pour la circonstance devant Sicard de Brugayrole.

15 Arch. dép. Ardèche, 2 E 7653, fol. 33. Jean de Brogny fut évêque de Viviers de 1382 à 1385, date à laquelle il fut créé cardinal prêtre du titre de Sainte-Anastasie, devenant ainsi à la curie le « cardinal de Viviers ».

16 Une cinquantaine de kilomètres séparent Viviers du château de Sampzon. Il faut en parcourir une vingtaine entre Sampzon et Largentière, autant entre Largenière et Aubenas, une quarantaine entre Aubenas et Viviers.

17 P.-Y. Laffont, Châteaux du Vivarais. Pouvoirs et peuplement en France méridionale du haut Moyen Âge au xiiie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; M.-C. Bailly-Maître, « Les mines médiévales de Largentière et Sainte-Marguerite-Lafigère/Malarce-sur-la-Thine (Ardèche) », Cahiers de Mémoire d’Ardèche-Temps Présent, no 105, 2010, p. 11-20.

18 D. Le Blévec, « Les notaires du chapitre de Viviers aux xive et xve siècles. L’enseignement d’une source », dans L’Église cathédrale de Viviers…, op. cit., p. 169-177.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Jean Richard, chanoine, bachelier en lois, est désigné par le chapitre cathédral de Viviers comme vicaire épiscopal, 24 juin 1382 (arch. dép. Ardèche, 2 E 7641, fol. 5v)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3557/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Fig. 2 – Le temporel de l’évêque de Viviers (1382)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/3557/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540