Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie II. Entre curie et cour

La Curie pontificale d’Avignon, une société de cour ?

Étienne Anheim

Texte intégral

  • 1 Pour une première approche du problème, voir J.-P. Genet (dir.), État et Église dans la genèse de (...)
  • 2 Ibid. Voir aussi J. Théry, « Une hérésie d’État. Philippe le Bel, le procès des “perfides templiers (...)
  • 3 N. Elias, La société de cour, R. Chartier (préf.), Paris, Flammarion (Champs), 1985 [éd. originale (...)
  • 4 Ibid., préface de R. Chartier, p. I-XXVIII.

1La question de savoir si la Curie pontificale avignonnaise peut être considérée comme une « société de cour » appelle une réponse apparemment simple, si l’on se rappelle que les termes de « curie » et de « cour » renvoient tous deux au latin curia, mais elle dissimule en fait un problème de grande ampleur, celui des rapports entre structures ecclésiastiques et structures laïques dans la construction des pouvoirs étatiques à la fin du Moyen Âge1. Si l’on considère que la cour et la société qu’elle engendre sont une pièce importante du puzzle de l’État moderne, la question de la place de l’Église dans ce mécanisme d’essor curial devient cruciale. On a déjà pu montrer dans bien des cas le point auquel l’Église médiévale, tant par son idéologie ou ses outils juridiques que par le système bénéficial ou la pratique de la spatialisation, contribuait d’une manière décisive à la formation des États de la fin du Moyen Âge2. Cependant, le lien entre la Curie et le modèle des cours est resté largement dans l’ombre, sans doute parce que la bibliographie sur la cour est majoritairement consacrée à l’époque moderne, durant laquelle la Curie, et les cours ecclésiastiques en général, ne jouent qu’un rôle très marginal. C’est le cas du modèle historiographique majeur, celui de Norbert Elias, proposé dans son ouvrage Die höfische Gesellschaft, écrit dans les années 1930, mais publié seulement en 1969 et traduit en français en 1974 sous le titre La société de cour3. Ce grand livre dont les conclusions ont été largement discutées par les historiens depuis plus de trente ans donne un modèle d’interprétation sociologique du fonctionnement de la cour en Occident, dont on peut rappeler brièvement les grandes lignes. La « société de cour » selon Elias est un univers social spécifique, ce qu’il appelle une « formation sociale », au sein duquel s’applique un ensemble de règles et de contraintes de comportement qui s’imposent même au souverain. Cette formation sociale naît de la construction, dans l’Occident de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, d’un système politique territorialisé et polarisé autour de la personne du souverain et des services domestiques et gouvernementaux qui l’entourent. La société de cour se caractérise donc, selon Roger Chartier, dans son introduction à la traduction française d’Elias, par un triple paradoxe : c’est une société qui réunit dans une grande proximité spatiale des individus séparés par une grande distance dans l’échelle sociale, qui identifie l’être social à son apparence publique, et où l’expression de la supériorité nécessite la soumission aux règles4. La participation à l’exercice de la souveraineté passe par l’inscription dans cet espace social dont il faut apprendre et maîtriser les règles, de sorte que le principal résultat de l’édification de la société de cour est la production et la reproduction de normes de comportement dont la connaissance devient un gage de réussite sociale et politique ; ce sont ces normes qui sont à l’origine de ce qu’Elias appelle le « procès de civilisation », et qu’il imagine ensuite se diffuser verticalement de haut en bas dans l’ensemble de la société.

  • 5 E. Anheim, « Norbert Elias et le procès de civilisation », dans C. Delacroix et al. (dir.), Histor (...)
  • 6 La question de la noblesse romaine se pose de manière en effet très différente, voir S. Carocci (é (...)
  • 7 V. Theis, Le gouvernement pontifical…, op. cit.

2Ce modèle ne laisse guère de place à la dimension cléricale, d’autant qu’il a été essentiellement élaboré à partir de l’exemple de la cour de Louis XIV et de l’œuvre littéraire de Saint-Simon5. Il paraît donc légitime de commencer par se demander non seulement si cette notion de « société de cour » peut être employée pour le Moyen Âge et la Curie, mais aussi si son utilisation a un intérêt pour l’historien. De prime abord, la réponse à ces questions paraît plutôt négative. La papauté du xiiie ou du xive siècle n’a pas vraiment de noblesse dépendante à domestiquer6, et malgré le succès de la construction territoriale du Comtat Venaissin, qui est une véritable principauté7, le problème de la centralisation politique d’un gouvernement territorial se pose d’une manière très différente des royaumes de France ou d’Angleterre. Si l’on ajoute que l’essentiel du personnel de la Curie est constitué par des clercs dont la hiérarchie, les carrières mais aussi les pratiques sociales et culturelles sont distinctes de celles du monde laïc, on peut effectivement douter que la société curiale soit une société de cour au sens d’Elias.

  • 8 Sur l’unité de la sociologie et de l’histoire, voir J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique : (...)

3Il n’y a en même temps rien d’extraordinaire à constater qu’un modèle construit sur la cour de Louis XIV ne s’adapte pas tout à fait à la cour de Jean XXII ou de Clément VI. Si les modèles de la sociologie historique, dans l’héritage des idéaltypes de Max Weber, ont un intérêt, ce n’est pas pour leur coïncidence parfaite avec le matériau empirique de l’historien : il serait trop facile d’écarter l’apport de la sociologie sous ce prétexte. Son intérêt est plutôt d’aider à ordonner la masse d’informations conservées par les archives sans se contenter des évidences du sens commun ou d’un empirisme naïf qui n’est jamais qu’une fiction – car tous les historiens lisent leurs archives avec des cadres préconçus, même s’ils sont souvent inconscients, ce qui n’est pas l’idéal d’une démarche de recherche scientifique, et que la distinction théorique entre histoire et sociologie est une fiction liée à des conceptions corporatistes des identités disciplinaires8.

  • 9 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, De Boccard ( (...)
  • 10 Ibid., p. 2.
  • 11 Ibid., p. 39-40.
  • 12 Ibid., p. 53.
  • 13 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes au xiiie siècle, Paris, Hachette (La vie quotidienne), 1 (...)

4Si l’on reprend le modèle d’Elias dans cette perspective, il est possible de faire remarquer qu’il permet de comprendre en quoi la Curie pontificale est un univers spécifique, mais qui n’est pas sans parenté avec les autres modèles de cour. En effet, les particularités pontificales et cléricales de la cour du pape ont déjà été notées, avant même que le modèle d’Elias soit en circulation dans le monde des historiens. Il faut en particulier se référer ici au travail de Bernard Guillemain dans sa thèse d’État, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, publiée en 1962, dont l’introduction peut être mise en parallèle du livre d’Elias avec grand intérêt9. Guillemain définit son objet d’étude comme « la société que la puissance des papes a réunie à Avignon10 » et la désigne sous le nom de « société curiale ». Le choix de cet adjectif est lié à l’analyse sémantique du terme curialis, dont il rappelle la définition canonique et le fait qu’il désigne une catégorie de clercs auxquels s’appliquent certaines dispositions, par exemple pour ce qui concerne la disposition des bénéfices ou l’exécution testamentaire11. Il rappelle ensuite que se superposent à cette notion canonique le système de l’office et celui de la familiarité, et souligne également la dimension liturgique du fonctionnement de la Curie pontificale, pour parvenir à la définition suivante de la société curiale : « une communauté patriarcale dont la liturgie ordonne l’existence12 ». La limite de cette définition est qu’elle pourrait s’adapter aussi bien à la description d’une communauté monastique et qu’elle échoue à saisir la spécificité curiale, faute de prendre suffisamment en compte la dimension souveraine de la cour pontificale, pourtant essentielle, comme l’a montré Agostino Paravicini Bagliani13. Mais malgré cet angle mort, la « société curiale » de Bernard Guillemain se rapproche de la « société de cour » d’Elias par l’importance accordée à la fois à l’existence d’une norme gouvernant les comportements – en l’occurrence, la liturgie – et d’une communauté de nature domestique.

  • 14 A. Jamme (dir.), avec G. Butaud et P. Genequand, Le souverain, l’office et le codex. Gouvernement (...)
  • 15 B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 39-41.
  • 16 M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500, Innsbruck, Verlag der Wagnerschen Univer (...)
  • 17 E. Baluze, Vitae paparum Avenionensium : hoc est Historia pontificum romanorum qui in Gallia seder (...)

5Cela indique que le modèle est loin d’être inutile, même pour penser une société de clercs. En réalité, la matrice pontificale fonctionne à plein dans la définition progressive de la notion de service curial, très importante dans la société de cour. Ainsi, la formalisation de la position des officiales sedis apostolicae au cours du xiiie et surtout du xive siècle14, celle de la collation des bénéfices par la Curie à partir de la décrétale Praesenti de Boniface VIII de même que celle de la peculiaris et specialis familia pape15 – on pourra également se reporter au texte le plus ancien du Liber Cancellariae daté de 1280 et édité par Tangl16 – constituent un système de normes, sans doute le plus développé en Occident, qui encadre la cour et qui fournit un substrat juridique à sa croissance. En effet, pour qu’il y ait « société de cour » au sens d’Elias, il faut qu’il y ait un système de normes explicite, soit le développement d’une sorte de droit propre à la cour, dont la Curie pontificale est sans doute l’un des lieux d’apparition. Un second trait spécifique réside dans la hiérarchisation sociale et symbolique propre à la cour. L’organisation d’un univers multiplement stratifié, avec différents niveaux d’offices, de dignités ecclésiastiques et de familiarité, ouvrant la porte à la confrontation entre ces différentes classes de normes, est tout à fait caractéristique d’une société de cour, la dynamique globale s’alimentant de ces perpétuelles compétitions pour le classement et le reclassement. Enfin, un troisième trait semble identifier la Curie comme une société de cour, le développement d’un espace public suscitant une mondanité dont les caractères secondaires, comme l’apparition d’une véritable littérature courtisane – ce qu’on mesure aisément en constatant l’évolution du modèle littéraire du Liber pontificalis dans les Vitae paparum réunies par Baluze, ainsi que les écrits de Pétrarque comme le Liber sine nomine, ou encore des Mélancolies de Jean Dupin –, témoignent de la vivacité et de la complexité17.

6Ces éléments structurels – statut juridique du curialiste, hiérarchisation sociale des courtisans, espace public curial – orientent l’enquête historique vers un rapprochement entre la Curie pontificale et les propriétés d’une société de cour. Est-ce à dire que la distinction entre clercs et laïcs n’a guère d’importance dans la nature de la société de cour, et qu’au fond, la cour pontificale n’est qu’une société de cour comme une autre ? Sans doute la cour, espace de la souveraineté, est-elle par conséquent un lieu où la frontière entre spirituel et temporel a tendance à s’affaiblir, sa nature étant d’abord de se distinguer du reste de l’espace social : à certains égards, il y a plus de proximité entre la cour pontificale et la cour de Louis XIV, qu’entre ces cours et les sociétés urbaines de leur temps. Mais on peut aller plus loin : la Curie, par sa nature ecclésiale, n’est pas une société de cour comme les autres, non pas parce qu’elle n’en serait pas une, mais parce qu’au contraire, elle en serait une forme de paradigme.

  • 18 S. Carocci, Itineranza pontificia : la mobilità della Curia papale nel Lazio (secoli XII-XIII), Ro (...)
  • 19 D. Vingtain, Le palais des papes d’Avignon, La-Pierre-Qui-Vire, Zodiaque, 1998 ; V. Theis, « Les s (...)

7En effet, si l’on observe le modèle de Norbert Elias non plus dans une perspective structurelle, mais dans une perspective historique, celle de la formation des sociétés de cour, le point de vue sur la Curie avignonnaise se modifie sensiblement. Un premier élément essentiel dans la constitution d’une société de cour réside dans sa sédentarisation, qui permet la constitution d’un espace stable, clos, d’une taille suffisante pour permettre l’épanouissement d’une micro-société complexe, ainsi que le montre l’exemple classique de Versailles. Or les cours médiévales, depuis Charlemagne, ont pour tradition une mobilité qui limite l’essor de l’institution et la construction d’une véritable société curiale. Dans le domaine pontifical, on sait que la papauté a une très grande mobilité durant les xiie et xiiie siècles, et qu’elle passe près de la moitié du temps dans des résidences situées hors de Rome18. L’installation à Avignon et l’édification du palais des papes constituent une césure forte dans ce processus : les voyages pontificaux sont très limités, le plus souvent aux palais voisins de Pont-de-Sorgues pour Jean XXII, ou de Villeneuve pour Clément VI, et la cour possède désormais un lieu physique stable qui devient la scène sur laquelle jouer le théâtre de la courtisanerie mais aussi du gouvernement19.

  • 20 P. A. Frutaz, « La famiglia pontificia in un documento dell’inizio del sec. XIV », Palaeographica (...)
  • 21 Voir les documents édités en complément des cérémonials par M. Dykmans, Le cérémonial papal de la (...)
  • 22 Archivio Segreto Vaticano, Camera Apostolica, série dite des « grands livres » conservés dans les I (...)
  • 23 Archivio Segreto Vaticano, Camera Apostolica, Collectorie 456 et 457. Voir l’édition critique coord (...)
  • 24 Archivio Segreto Vaticano, Camera Apostolica, Introitus et Exitus 207.
  • 25 H. Millet (éd.), Suppliques et requêtes…,op. cit.

8Un second élément fondamental d’une société de cour réside dans la gestion concrète du personnel de cour. Nous avons déjà mentionné le fait que la Curie, à partir de la seconde moitié du xiiie siècle, élabore les cadres juridiques dans lesquels la société de cour va pouvoir s’épanouir. Mais elle développe également, et c’est au moins aussi important, les instruments pragmatiques qui témoignent de l’essor de la curialisation. Un détour par la typologie documentaire est à ce titre très instructif. On trouve à partir de la fin du xiiie siècle des états de la maison du pape20, qui ne sont pas sans parenté avec les ordonnances de l’hôtel capétien, et qui se poursuivent dans les décennies suivantes, puisqu’on peut aussi songer au texte de François de Conzié du début du xve siècle détaillant les offices domestiques21. Mais on rencontre également des listes de gages dans la comptabilité pontificale réformée par Jean XXII à partir de 1316, qui montrent la précision avec laquelle cette société de cour est ordonnée d’un point de vue financier22. L’ordonnancement passe également par la production d’un nouveau type documentaire, le livre d’officiers, qui enregistre à partir de Clément VI la structure globale des offices curiaux ainsi que la prestation de serments par tous les officiers, constituant une sorte de tableau général des curialistes23. Cette société est également surveillée, puisque des registres de présence des officiers, dont on a conservé un exemplaire pour le règne d’Innocent VI (relié à la suite du Liber officiariorum de Clément VI, coll. 456), permettent de vérifier la fréquentation quotidienne de la cour. Mais elle est aussi gratifiée, comme en témoigne un autre registre consignant les dons en nature fait aux familiers et aux officiers du temps de Clément VI, qui permettent de voir se déployer la faveur du prince24. On retrouve d’autres gratifications dans les comptes sous forme de dons et de pensions en numéraire, en particulier en faveur de la famille des papes ou de grands nobles présents à la cour. Il n’est pas jusqu’aux lettres et surtout aux suppliques qui ne portent la trace des jeux de la cour, de la recommandation et de la grâce du souverain25. En somme, il faut considérer que la croissance de la production écrite des services pontificaux du xive siècle est directement liée à la formation d’une société de cour complexe qui serait difficile à imaginer sans l’existence de ces outils. À cet égard, la nature cléricale de la cour pontificale, plutôt qu’un obstacle à la formation d’une société de cour au sens d’Elias, est au contraire un atout, par la maîtrise de l’écrit pratique qu’ont les clercs.

  • 26 M. Dykmans (éd.), Le cérémonial papal…, op. cit., t. III.
  • 27 M. Dykmans (éd.), Le cérémonial papal…, op. cit.,t. II, De Rome en Avignon ou le cérémonial de Jac (...)
  • 28 B. Schimmelpfennig, « Die Organisation der päpstlichen Kapelle in Avignon », Quellen und Forschung (...)
  • 29 J. Paviot, « Éléonore de Poitiers, les États de France (Les Honneurs de la Cour) », Annuaire-Bulle (...)
  • 30 Pour l’une des rares études récentes, voir G. Kerscher, « Jacobi III Regis maioricarum : Leges pal (...)

9Cette nature cléricale nous conduit enfin à un dernier point à prendre en considération avant de conclure, la dimension liturgique de la vie curiale, déjà remarquée par Bernard Guillemain. Plus qu’une autre cour contemporaine, la Curie voit le déroulement de son quotidien scandé par des temps spécifiques liés à la liturgie et précisément codifiés. C’est l’aboutissement des ordines du Moyen Âge central, qui se sont transformés en de véritables cérémonials, édités par Marc Dykmans26. Ces textes destinés à rappeler les usages liturgiques de la Curie se sont progressivement élargis pour enregistrer le déroulement des cérémonies et de la vie publique de la cour. Ils se sont transformés par des réécritures successives qui gardaient mémoire des nouvelles pratiques ou des singularités introduites par tel ou tel souverain pontife, puis qui les mêlaient dans le terreau commun de la tradition, conduisant à l’émergence de normes de plus en plus codifiées là où se trouvaient à l’origine des pratiques, parfois ponctuelles. Ce mécanisme fascinant est accentué par l’installation avignonnaise, lorsque Jacopo Stefaneschi rédige son cérémonial qui fixe les coutumes romaines à destination de la nouvelle Curie27. Adapté et modifié tout au long du xive siècle, ce cérémonial devient peu à peu une véritable référence, et on voit apparaître, au début du xve siècle, les premiers maîtres de cérémonie28. On ne saurait surestimer le rôle de ces cérémonials dans la genèse de la société de cour de la fin du Moyen Âge : bien avant la mise par écrit des pratiques curiales bourguignonnes de la fin du xve siècle, par exemple avec les Honneurs de la cour d’Éléonore de Poitiers29, qui suit d’ailleurs la même logique d’enregistrement des pratiques, en particulier dans les occasions liturgiques, le cérémonial papal, qui règle tant de comportements et de manifestations publiques, est sans doute l’une des sources directes de la pratique moderne de l’étiquette et représente une sorte de chaînon manquant entre les ordines proprement liturgiques des églises médiévales et les livres d’étiquette des cours du xvie et du xviie siècle. Il fallait pour cela un espace qui soit à la fois curial et clérical, pour que puisse s’opérer ce transfert, qui est curieusement resté jusque-là peu étudié par les historiens, de même que dans l’ensemble, la généalogie médiévale de l’étiquette est mal connue, comme le montre la bibliographie sur les lois palatines espagnoles du xive siècle, par exemple30.

  • 31 E. Anheim, « L’artiste et l’office… », art. cité, p. 393-406.
  • 32 Id., « Diffusion et usages de la musique polyphonique mesurée (ars nova) dans le monde méridional (...)
  • 33 Sur la complexité de la structure curiale et sur la multiplication des pôles au sein d’une même co (...)

10Ainsi, la dynamique propre à la Curie pontificale avignonnaise relève pleinement du fonctionnement d’une société de cour. S’il est difficile de mettre en lumière la constitution de normes de savoir-vivre au sens de l’époque moderne, et un « procès de civilisation », on peut noter que la Curie est un lieu de construction de normes, institutionnelles – à travers le cérémonial, le droit ou les pratiques documentaires – mais aussi culturelles – par exemple dans le domaine de la musique, de la peinture ou de la commande de manuscrits31. Ces normes sont elles-mêmes le résultat de la polarisation curiale : elles peuvent venir d’en bas, comme la pratique de l’ars nova, qui naît d’abord dans les cathédrales de Flandres et de France du nord, passe par les chapelles cardinalices, avant d’être adoptée par la chapelle pontificale, mais elles se rediffusent ensuite d’en haut, comme le montre le rôle de la papauté dans la circulation des chantres et des manuscrits musicaux à l’échelle de l’Occident dans la seconde moitié du xive siècle32. Cette dialectique, peu visible dans l’œuvre d’Elias, est pourtant un trait majeur des sociétés de cour, de même que le fonctionnement en réseau, ou que l’existence de cours satellites autour d’un pôle central, qu’il s’agisse des petites cours entretenues par les cardinaux à l’ombre du pape, ou de celles des princes du sang auprès du roi33.

  • 34 N. Elias, La société de cour, op. cit., p. 14.

11Il est même possible d’aller plus loin, pour résumer mon propos. Si la Curie pontificale d’Avignon peut bien être considérée comme une société de cour, ce n’est pas seulement parce qu’elle remplit en partie les critères et les fonctions mises en évidence par Elias, c’est, plus radicalement, parce qu’elle est l’une des matrices du modèle curial dans l’histoire de l’Occident et que c’est dans cette perspective, celle d’un paradigme, exemple devenu modèle, qu’il convient de l’étudier. Il ne s’agit donc pas seulement de légitimer l’emploi médiéval de la notion de « société de cour » à propos de la Curie, mais d’inverser la démarche : la Curie est l’un des cas empiriques qui permettent de comprendre la genèse du modèle sociologique. C’est tout l’intérêt du travail d’aller-retour entre histoire et sociologie : il ne suffit pas de mesurer l’apport du modèle sociologique à l’analyse historique, il faut aussi mettre en évidence l’apport de la critique historique à l’enrichissement de la modélisation. Ainsi, l’une des tâches de l’historien qui travaille au sein des sciences sociales tout en défendant la complexité de son matériau d’archives, c’est de rendre apparente l’historicité des sciences sociales, et leur généalogie. Ce n’est pas un hasard si Elias conclut son introduction sur une citation du livre sur le capitalisme moderne d’un autre grand nom de la sociologie historique allemande, Werner Sombart, qui dit : « La naissance de grandes cours princières, au sens que nous donnons aujourd’hui à ce terme, est une conséquence importante mais en même temps une des causes déterminantes des transformations que subissent à la fin du Moyen Âge la constitution des États et les affaires militaires. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, ce sont les princes de l’Église qui font figure de pionniers et de modèles. Il se peut que la première “cour” moderne fût la cour d’Avignon34 ». En somme, au terme de notre réflexion, il s’agit de retourner notre question de départ : toute « société de cour », au sens d’Elias, ne porte-t-elle pas la marque de la Curie pontificale ?

Notes

1 Pour une première approche du problème, voir J.-P. Genet (dir.), État et Église dans la genèse de l’État moderne. Actes du colloque organisé par le Centre national de la recherche scientifique et la Casa de Velázquez(Madrid, 30 novembre et 1er décembre 1984), Madrid, Casa de Velázquez (Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 1), 1986.

2 Ibid. Voir aussi J. Théry, « Une hérésie d’État. Philippe le Bel, le procès des “perfides templiers” et la pontificalisation de la royauté française », Médiévales, no 60, 2011, p. 157-185 ; H. Millet (éd.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI [Les chanoines au service de l’État en Europe du xiiie au xvie siècle], Modène, F. C. Panini, 1992 et Id., Suppliques et requêtes : le gouvernement par la grâce en Occident (xiie-xve siècle), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 310), 2003 ; D. Iogna-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge, v. 800-v. 1200, Paris, Le Seuil, 2006 ; V. Theis, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (1270-1350), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 464), 2012.

3 N. Elias, La société de cour, R. Chartier (préf.), Paris, Flammarion (Champs), 1985 [éd. originale allemande, Neuwied-Berlin, Hermann Luchterhand Verlag, 1969 ; 1re éd. de la trad. française, Paris, Calmann-Lévy, 1974].

4 Ibid., préface de R. Chartier, p. I-XXVIII.

5 E. Anheim, « Norbert Elias et le procès de civilisation », dans C. Delacroix et al. (dir.), Historiographies. Concepts et débats, t. II, Paris, Gallimard (Folio), 2010, p. 1127-1133.

6 La question de la noblesse romaine se pose de manière en effet très différente, voir S. Carocci (éd.), La nobiltà romana nel medioevo. Atti del convegno organizzato dall’École française de Rome e dall’Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”(Roma, 20-22 novembre 2003), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 359), 2006.

7 V. Theis, Le gouvernement pontifical…, op. cit.

8 Sur l’unité de la sociologie et de l’histoire, voir J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation [éd. refondue et augmentée], Paris, Albin Michel, 2005, et E. Anheim et B. Grévin, « Les sciences sociales et le comparatisme (sur M. Detienne et J. Goody) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 49/4bis, 2002, p. 122-146.

9 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, De Boccard (BEFAR, 201), 1962.

10 Ibid., p. 2.

11 Ibid., p. 39-40.

12 Ibid., p. 53.

13 A. Paravicini Bagliani, La cour des papes au xiiie siècle, Paris, Hachette (La vie quotidienne), 1995 et Le corps du pape, Paris, Seuil, 1997 [éd. originale italienne, Turin, Einaudi (Biblioteca di Cultura Storica, 204), 1994].

14 A. Jamme (dir.), avec G. Butaud et P. Genequand, Le souverain, l’office et le codex. Gouvernement de la cour et techniques documentaires à travers les Libri Officiariorum des papes d’Avignon (xive-xve siècle), Rome, École française de Rome, à paraître.

15 B. Guillemain, La cour pontificale…, op. cit., p. 39-41.

16 M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500, Innsbruck, Verlag der Wagnerschen Universitätsbuchhandlung, 1894.

17 E. Baluze, Vitae paparum Avenionensium : hoc est Historia pontificum romanorum qui in Gallia sederunt ab anno Christi MCCCV usque ad annum MCCCXCIV, nouvelle éd. revue d’après les manuscrits et complétée de notes critiques, G. Mollat (éd.), 4 vol., Paris, Letouzey, 1914-1928 ; F. Pétrarque, Liber sine nomine, R. Lenoir (éd. et trad.), Grenoble, Jérôme Millon, 2003 ; J. Batany, « Benoît XII et la construction du palais jugés par un moraliste contemporain (Jean Dupin, Mélancolies, v. 106-122) », dans H. Aliquot et B. Guillemain (éd.), Avignon au Moyen Âge : textes et documents, Avignon, IREBMA, 1988, p. 67-73.

18 S. Carocci, Itineranza pontificia : la mobilità della Curia papale nel Lazio (secoli XII-XIII), Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo (Nuovi Studi Storici, 61), 2003, en particulier la contribution d’A. Paravicini Bagliani, p. 3-80.

19 D. Vingtain, Le palais des papes d’Avignon, La-Pierre-Qui-Vire, Zodiaque, 1998 ; V. Theis, « Les stratégies d’implantation palatiale dans la région d’Avignon de Jean XXII à Clément VI (1316-1352) », dans P. Boucheron et J. Chiffoleau (éd.), Les palais dans la ville. Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, Lyon, Presses universitaires de Lyon (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, 13), 2004, p. 165-187 et Id., Le gouvernement pontifical…, op. cit.

20 P. A. Frutaz, « La famiglia pontificia in un documento dell’inizio del sec. XIV », Palaeographica diplomatica et archivistica. Studi in onore di Giulio Battelli, t. II, Rome, Storia e letteratura (Raccolta di studi e testi, 140), 1979, p. 277-323.

21 Voir les documents édités en complément des cérémonials par M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, t. III, Les textes avignonnais jusquà la fin du grand schisme d’Occident, Rome/Bruxelles, Institut historique belge de Rome (Bibliothèque de l’Institut historique belge de Rome, 26), 1983.

22 Archivio Segreto Vaticano, Camera Apostolica, série dite des « grands livres » conservés dans les Introitus et Exitus. Sur la comptabilité des dépenses pontificales du xive siècle, voir les éditions de K.-H Schäfer (éd.), Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII., t. II, Paderborn, F. Schöningh (Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hof- und Finanzverwaltung, 1316-1378, 2), 1910 ; Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. und Innocenz VI., t. III, Paderborn, F. Schöningh (Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hof- und Finanzverwaltung, 1316-1378, 3), 1914 ; Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Urban V. und Gregor XI., Paderborn, F. Schöningh (Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hof- und Finanzverwaltung, 1316-1378, 6), 1937. Voir aussi S. Weiss, Rechnungswesen und Buchhaltung des Avignoneser Papsttums (1316-1378) : eine Quellenkunde, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung (MGH Hilfsmittel, 20), 2003 ; Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, no 118/2, 2006, Comptabilités pontificales, p. 165-268.

23 Archivio Segreto Vaticano, Camera Apostolica, Collectorie 456 et 457. Voir l’édition critique coordonnée par A. Jamme, voir note 14.

24 Archivio Segreto Vaticano, Camera Apostolica, Introitus et Exitus 207.

25 H. Millet (éd.), Suppliques et requêtes…,op. cit.

26 M. Dykmans (éd.), Le cérémonial papal…, op. cit., t. III.

27 M. Dykmans (éd.), Le cérémonial papal…, op. cit.,t. II, De Rome en Avignon ou le cérémonial de Jacques Stefaneschi, Rome/Bruxelles, Institut historique belge de Rome (Bibliothèque de l’Institut historique belge de Rome, 25), 1981.

28 B. Schimmelpfennig, « Die Organisation der päpstlichen Kapelle in Avignon », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, no 50, 1970, p. 105.

29 J. Paviot, « Éléonore de Poitiers, les États de France (Les Honneurs de la Cour) », Annuaire-Bulletin de la Société d’histoire de France, no 109, 1996, p. 75-137.

30 Pour l’une des rares études récentes, voir G. Kerscher, « Jacobi III Regis maioricarum : Leges palatinae - Ein Zeremoniell als Statut ? », dans G. Drossbach (éd.), Von der Ordnung zur Norm : Statuten in Mittelalter und Früher Neuzeit, Paderborn, F. Schöningh, 2009, p. 265-280.

31 E. Anheim, « L’artiste et l’office… », art. cité, p. 393-406.

32 Id., « Diffusion et usages de la musique polyphonique mesurée (ars nova) dans le monde méridional (Midi de la France, Aragon, Catalogne, Italie du Nord), 1340-1430 », dans Église et culture en France méridionale (xiie-xive siècles), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 35), 2000, p. 287-323.

33 Sur la complexité de la structure curiale et sur la multiplication des pôles au sein d’une même cour à partir de l’exemple de la commande artistique, voir les réflexions exemplaires de G. Guerzoni, Appolo e Vulcano. I mercati artistici in Italia (1400-1700), Venise, Marsilio, 2006.

34 N. Elias, La société de cour, op. cit., p. 14.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540