Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie II. Entre curie et cour

Rois de France et papes d’Avignon

Une relecture des relations entre deux pouvoirs dissemblables

Armand Jamme

Texte intégral

  • 1 Sur le regrettable emploi de ce terme au pluriel par les historiens français, voir A. Jamme, « De (...)

1De 1305 à 1378, voire jusqu’en 1410, bien que ces bornes chronologiques ne correspondent qu’imparfaitement avec la résidence effective du chef de l’Église sur les rives du Rhône, les rois de France eurent l’opportunité de développer avec le siège apostolique une relation que la plupart, et même l’écrasante majorité des historiens, tient pour déséquilibrée. Dès lors qu’il s’agit de répondre à la question : « Avignon pourquoi ? » sont en effet invoquées des nécessités qui rarement sont d’ordre culturel – à moins qu’il ne s’agisse d’insister sur l’identité « méridionale » des curialistes du xive siècle (!) – quelquefois d’ordre géoéconomique – pour valoriser la position d’une cité mieux insérable que Rome dans des courants d’échanges Nord/Sud à l’intérieur de l’espace chrétien – mais surtout d’ordre politique, puisque c’est par la puissance des rois de France, portraiturés en protecteurs-dominateurs d’une papauté contrainte d’abandonner ses « États » en proie aux plus grands désordres1, que l’on explique généralement la résidence du siège apostolique en Avignon. Intervenant quelques années après le fameux conflit entre Philippe le Bel et Boniface VIII, sanctionné par une apparente défaite de la théocratie pontificale, le choix de résidence a fait de la papauté de ce siècle une sorte de « papauté croupionne », dotée des mêmes tares que le Rump Parliament de 1648, placé sous la stricte dépendance du roi Stuart !

  • 2 Pour faire court on renverra simplement a S. Carocci,Itineranza pontificia : la mobilità della cur (...)
  • 3 J.-C. Maire-Vigueur, L’autre Rome : une histoire des Romains à l’époque des communes (xiie-xive si (...)
  • 4 P.-Y. Le Pogam, De la “cité de Dieu” au “palais du pape”. Les résidences pontificales dans la seco (...)
  • 5 B. Bolton, A. J. Duggan (éd.), Adrian IV the English Pope (1154-1159): Studies and Texts, Aldersho (...)

2On sait pourtant depuis de longues décennies que le xive siècle doit être inscrit dans un temps beaucoup plus long – un temps que certains qualifieront d’errance ou d’itinérance2, alors qu’il faudrait surtout parler de mobilité – et qui débuta sinon avec la naissance effective, du moins avec l’autonomisation de la commune de Rome vers 11433. Entretenant dès lors des relations difficiles avec le peuple et les barons romains, la curie se trouva contrainte à des déplacements qui la conduisirent à multiplier les lieux de résidence et les constructions, au nord et au sud de la Ville4. Ce premier « éloignement », et ses récurrences au xiiie siècle, n’ont pas été considérés comme des temps d’exil par les historiens, qui firent surtout valoir le contrôle accru qu’exerçait le pape sur des espaces appelés à intégrer un territoire pontifical en construction5. Que le xive siècle ait constitué une sorte de point d’orgue dans cette évolution, avec des pontifes résidant en lisière des terres gagnées par l’Église sur le comte de Toulouse à l’occasion de la croisade albigeoise, mais toujours sous la protection de leur même vassal, le roi de Naples – qui finit d’ailleurs par leur céder la seigneurie d’Avignon – est une interprétation que l’on aurait pu inscrire dans une certaine logique historique. Elle n’a manifestement pas structuré les analyses des historiens.

  • 6 G. Mollat, Les papes d’Avignon (1305-1378), Paris, Letouzey et Ané, 10e éd., 1965, p. 15-22.
  • 7 Comme l’a relevé P. Zutshi, quelques historiens usent encore de l’expression « captivité babylonie (...)

3Les raisons pour lesquelles sept papes choisirent de résider sur les bords du Rhône ne furent l’objet d’aucune déclaration solennelle enregistrée en chancellerie, ni de développements spécifiques dans les Vitae paparum écrites par des « biographes » plus ou moins proches des souverains. Et ceux-ci se sont contentés d’invoquer, dans leur correspondance avec Rome notamment, des éléments conjoncturels et des circonstances dirimantes – la réunion d’un concile fixée d’abord à l’automne 1310, les descentes des empereurs Henri VII, puis Louis IV, la nécessité de rétablir la paix entre rois de France et d’Angleterre, etc.6 – pour justifier un retour impossible, jamais exclu, mais toujours différé. L’absence d’une argumentation fondée sur des éléments forts, marques d’un vrai programme, a nécessairement été interprétée, sinon comme un désaveu implicite de leurs choix, tout au moins comme le signe d’un certain malaise, puisque leur résidence sur les bords du Rhône n’apparaissait ainsi motivée que par la recherche d’une situation de confort7.

  • 8 Voir les travaux utiles, mais anciens de D. Waley, « Opinions of the Avignon Papacy : a Historiogr (...)
  • 9 J. Chiffoleau, « Baluze, les papes et la France », dans J. Boutier (dir.), Étienne Baluze, 1630-17 (...)
  • 10 Ainsi à propos des indulgences qui auraient été plus largement concédées au xive siècle à la monar (...)
  • 11 « L’installation du pape à Avignon en 1309 ne se fit pas sous la menace de Philippe le Bel, mais l (...)
  • 12 Voir D. Knowles, D. Obolensky (dir.), Nouvelle histoire de l’Église,t. II, Le Moyen Âge, L. Jézéqu (...)
  • 13 Voir G. G. Merlo, « Dal papato ai grandi scismi : crisi delle istituzioni ecclesiastiche », dans N (...)
  • 14 Telle la synthèse de Patrick Zutshi dans le volume VI de la New Cambridge Medieval History,déjà me (...)

4On n’entrera pas ici dans une analyse détaillée des diverses interprétations historiques, bien qu’un tel historiographical sketch fasse actuellement défaut8 : les travaux de l’érudit limousin Étienne Baluze, par exemple, réalisés en un temps où Louis le Quatorzième entendait protéger « son » Église gallicane d’un soi-disant impérialisme romain9, ont eu un écho en France qui s’est étendu jusqu’au xxe siècle. Il suffit pour mesurer ses rémanences de consulterde bons ouvrages de recherche10 et les manuels universitaires11. Tout ceci fait qu’on attribue encore souvent au roi un rôle globalement positif sur l’Église et la papauté, qu’il aurait exercé depuis ce centre ordonnateur qu’était Paris en direction d’un espace périphérique, Avignon et sa région, appelés en définitive à intégrer le royaume. En Angleterre12, en Italie13, l’affirmation de la nation et la construction de l’État ont également joué des rôles attendus, qui, bien qu’articulés différemment, ont abouti à des stratégies d’interprétation en définitive convergentes. Ces analyses devraient donc amener tout historien néophyte auquel auraient échappé quelques publications récentes14, à considérer scellé le sort des papes du xive siècle.

  • 15 M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Ch (...)
  • 16 Voir les nombreux travaux d’Hélène Millet, notamment : H. Millet (dir.), I canonici al servizio de (...)
  • 17 Voir notamment K. Plöger,England and the Avignon Popes : the Practice of Diplomacy in Late Medieva (...)
  • 18 M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V…, op. cit., p. 23 et 72.

5À y regarder de près, la plupart de ces positions reposent pourtant sur des fondements peu sûrs, puisque aucune recherche globale n’a été menée à terme. Nos connaissances des relations entre monarchie de France et papauté s’appuient sur des études ponctuelles, souvent anciennes, fondées sur des conceptions de l’État et de l’Église un peu datées15, et sur les avancées récentes des travaux en matière d’histoire bénéficiale16 et d’histoire des techniques de la diplomatie17. Elles ont tendance à la fois à renverser ou à désaxer le rapport de pouvoir entre papauté et monarchie, analysé à partir de postulats, tels celui des « liens d’amitié » entre deux cours fondamentalement « françaises18 », dont les membres émargeraient à une sorte d’Almanach de Gotha et de Bottin mondain du xive siècle européen, ou celui faisant du siège apostolique une autorité administrative détenant une compétence exclusive en matière de délivrance de toutes sortes de dispenses, de privilèges et de sanctions plus ou moins symboliques… aisés à obtenir pour peu que l’impétrant disposât d’une bourse sans fond trop proche de son lacet !

6On se propose de relire ici un certain nombre d’interprétations, en réexaminant d’abord l’attitude de deux papes, Jean XXII et Urbain V, à l’égard des rois de France, en identifiant ensuite les fonctions de quelques rencontres entre souverains dont les sources gardent mémoire, en rappelant l’aisance avec laquelle les deux cours pouvaient alors communiquer, en interrogeant enfin les structures d’une divergence, en termes d’objectifs de gouvernement, à l’origine du retour de la papauté à Rome.

Contraintes

7Depuis les travaux du grand historien turinois Giovanni Tabacco, on considère que Jean XXII, dépendant par sa formation et sa carrière de la Maison de France, aurait tenté de créer en sa faveur un royaume en Lombardie : résider en Avignon constituait de fait, dans une telle perspective, une réelle opportunité. On sait que le pape envoya effectivement un légat en Italie du nord, qui eut mission d’abattre les seigneurs gibelins qui refusaient de reconnaître l’autorité temporelle du pontife pendant la vacance de l’Empire. Une série de succès menèrent ses troupes jusque sous les murs de Milan, mais l’intervention du roi de Germanie, Louis de Bavière, contraignit le légat à une longue guerre de positions, les succès alternant avec les revers, jusqu’à ce que l’intervention du roi Jean de Bohême ne précipite sa fin et qu’il ne se trouve chassé de Bologne en 1334.

  • 19 G. Tabacco, La casa di Francia nell’azione politica di papa Giovanni XXII, Rome, ISIME (NSS, 1-4), (...)

8À plusieurs reprises, Jean XXII évoqua la fondation en Lombardie d’un royaume vassal de l’Église, moins peut-être avec les derniers Capétiens directs qu’avec le premier des Valois. On a conservé les instructions remises au nonce apostolique chargé de présenter à Charles IV les conditions auxquelles le pape accepterait de fonder un royaume en sa faveur, projet peut-être évoqué avec Philippe VI en juillet 1330 lors de la courte entrevue qu’il eut avec le pontife à Avignon. Giovanni Tabacco a réuni les pièces aujourd’hui conservées19. On n’y reviendra pas. Elles ne suffisent pas néanmoins à démontrer la soumission de Jean XXII aux intérêts de la monarchie de France.

  • 20 En 1319 déjà, ils avaient tenté d’en faire le capitaine de la ligue gibeline (ibid., p. 189).
  • 21 Il s’agit manifestement d’une lettre sinon secrète, du moins close (A. Coulon, S. Clémencet [éd.],(...)
  • 22 Une remarque quelque peu narquoise, alors que précisément le pape devait à cette époque s’entremet (...)

9Au printemps 1324, les chefs gibelins de Lombardie avaient offert à Charles IV la seigneurie de Savone pour qu’il intervienne à leurs côtés20. Avant d’accepter, le roi voulut obtenir le conseil et surtout l’assentiment du pape. Son courrier n’a pas été conservé, puisque les registres de la Chancellerie de France ne retenaient que les chartes et lettres royales à valeur perpétuelle, mais la réponse que Jean XXII y apporta le 15 juin nous est parvenue21. Pour le libérer des doutes qui l’étreignent, Jean XXII invite d’abord Charles IV à réfléchir à l’état et à la condition des offrants, à ce qu’ils lui promettent et à ce qu’ils lui demandent. Les exilés génois lui offrent la seigneurie de Savone et son territoire : soit ! Le roi de Naples, Robert d’Anjou, qui tient la seigneurie de Gênes, considère Savone comme son ennemie et le roi d’Aragon, Jacques II, exige d’elle réparation, mais il pourra toujours la gouverner en respectant les statuts. Il percevra à cet effet le produit de la gabelle du sel et du denier de la mer, étant entendu que cette taxe de quatre deniers par livre ne porte pas sur les habitants de Savone et de son district et que ces derniers sont exemptés de toute autre imposition. Ils sont également dispensés de tout service militaire sur terre, mais ils le serviront bien sur mer, moyennant rétribution. Les moyens financiers dont disposera le roi seront néanmoins assez faibles et ses futurs sujets ne lui seront d’aucune utilité sur le plan militaire. Sans doute devrait-il en conséquence s’informer sur le contenu exact des statuts, vérifier que certaines dispositions n’attentent pas à la majesté royale et se renseigner notamment sur les droits de l’Empire auxquels, bien que roi de France, il aura à se soumettre22. La conclusion se faisait ainsi on ne peut plus évidente : « Vraiment cher fils, si l’on compare les avantages et les devoirs qu’elle annonce, cette offre est stérile en intérêts et féconde en obligations et périls de toutes sortes »…

10Avec finesse, le pape relevait toutefois qu’il y avait trop d’imprécisions dans ce projet de cession pour qu’il pût donner un conseil sûr et, par une habile remarque, tentait d’en savoir plus sur les véritables intentions de son correspondant : une acceptation de sa part apporterait peut-être quelque avantage à la « négociation principale » dans laquelle le roi entendait s’engager ? Il conseillait donc pour finir à Charles IV de tenir en haleine les émissaires qu’on lui avait adressés en leur demandant des éclaircissements. Mais en tout état de cause, il ne demanderait pas au roi de Naples, seigneur de Gênes, de cesser ses attaques contre Savone. La fin de la missive était abrupte et inattendue : « et puisqu’il nous faut désormais nous occuper de notre santé, ta royale magnificence devra nous tenir pour excusé, si nous reportons à plus tard notre réponse » !

  • 23 Le 1er juillet, le pape, peu sûr peut-être de l’impact de sa réponse, demandait à Alphonse d’Espag (...)

11Elle traduit bien l’énervement du pontife devant les gesticulations d’un roi de France qui venait naïvement lui annoncer qu’il allait venir en Italie contrecarrer sa politique, puisque Charles IV se proposait ni plus ni moins d’aller seconder les seigneurs gibelins contre lesquels Jean XXII réunissait depuis cinq ans toutes les ressources disponibles. Mais à l’égard du roi, le pape gardait une certaine contenance. Non sans quelque rouerie, il adoptait l’attitude d’un pédagogue qui cherche à faire saisir à un élève un peu lent, tout en raillant explicitement son projet, qu’il n’avait rien perçu du piège dans lequel il entendait s’engager23. L’histoire montre que cette missive a suffi à désamorcer les velléités d’intervention du roi de France en Lombardie et que le dernier des Capétiens a joué dans la politique italienne de Jean XXII le rôle que le pape lui avait choisi et non celui qu’il s’était imaginé…

  • 24 En l’occurrence Philippe de Valois, que le pape voulait voir partir en Terre Sainte (ibid., no 168 (...)
  • 25 Voir A. Jamme, « Le Languedoc en Italie ? Réseaux politiques et recrutement militaire pendant la l (...)

12Si un royaume de Lombardie avait réellement dû échoir à un quelconque rejeton de la monarchie de France, il semble que son roi aurait d’une manière ou d’une autre dû contribuer à sa conquête. Or, faut-il le rappeler, après le retour de la courte expédition en Piémont menée par Philippe de Valois, un tel programme n’a laissé aucune trace dans les archives et chroniques françaises. Pire, les recrutements de troupes qu’effectua le pape pour fournir des renforts à son légat de 1320 à 1333 suggèrent une politique de maintien du roi de France à bonne distance de l’Italie. Jean XXII reçut avec empressement les offres de service d’Henri de Dampierre, un des fils de cet ennemi du roi qu’était le comte de Flandre. En 1324 et 1325, il acceptait « avec joie » les offres des comtes Frédéric de Toggenburg, Hermann de Landenberg et Johan de Spanheim75, originaires des diocèses de Constance et de Mayence. Mais il refusait parallèlement les offres similaires que lui faisait un prince de la maison des fleurs de lys24. Lorsque l’année suivante, en 1326, Bertrand du Pouget sollicita l’envoi de 500 cavaliers supplémentaires, Jean XXII demanda à Charles IV l’autorisation de les recruter dans son royaume et lui offrit en retour la possibilité de désigner leur chef… mais à la condition que celui-ci soit « comte, vicomte ou autre noble de langue occitane », une exigence presque insultante pour le roi, puisque le pape excluait ainsi tous les membres de la famille royale. Jean XXII n’obtint de fait aucune réponse semble-t-il, bien que sa requête ait été présentée à deux reprises. Il dut revoir son projet : les comptes de la Chambre apostolique révèlent que sur les 489 hommes qui furent recrutés cette année-là, plus de 300 provenaient du Dauphiné et de Provence. Quant à celui qui prit leur tête, ce ne fut pas un régnicole, mais un vassal du pape pour ses possessions du Venaissin, Agout des Baux, seigneur de Brantes25.

  • 26 A. Jamme, « Interférences et individuations fiscales : une révision des relations entre la monarch (...)
  • 27 N. Housley, « The Franco-Papal Crusade negotiations of 1322-3 », Papers of the British School at R (...)
  • 28 Son consilium a été conservé comme ceux de ces collègues cardinaux (B. Guillemain, La cour pontifi (...)
  • 29 C. Dumontel, L’impresa italiana di Giovanni di Lussemburgo, re di Boemia, Turin, 1952 ; R. Härtel, (...)

13Ces quelques éléments, dès lors qu’on les rapproche du développement de la fiscalité pontificale, sont assez instructifs. Ils révèlent d’une part que Jean XXII entendait user des ressources du royaume au seul bénéfice de ses propres constructions politiques26. Enfin, loin de soumettre les intérêts de l’Église à ceux du roi, ils montrent que le pape faisait barrage à certaines ambitions françaises, qu’il entendait coordonner et surtout orienter vers la reconquête de la Terre Sainte27. Mais là encore, on sait quelles résistances il sut opposer aux ambassadeurs du roi, par des feintes et des indignations, allant jusqu’à susciter l’inquiétude du cardinal Bertrand de La Tour – qui un temps tout au moins semble avoir cru à une possible rupture des négociations de croisade du fait de l’attitude du pape28 – pour amener son interlocuteur à adopter ses vues. Si en 1330 le pape envisagea de s’en remettre à Philippe VI pour faire la conquête de la Lombardie, ce fut en grande partie parce qu’il était alors réduit à la plus grande extrémité. Quelques mois plus tard, il le remplaçait d’ailleurs par le roi de Bohême, Jean de Luxembourg29. En d’autres termes et pour conclure sur ce point, le roi de France n’a joué dans la politique italienne de Jean XXII que le rôle d’un outil, certes puissant puisqu’en mesure de lever une armée, mais non celui d’un élément déterminant qui aurait conditionné objectifs et réalisation du programme johannien.

  • 30 Le roi avait entrepris sont voyage à la fin août (R. Delachenal, Histoire de Charles V, Paris, 190 (...)
  • 31 M. Villani, Nuova Cronica, lib. XI, cap. XXXII.
  • 32 Et ce furent : son frère, Anglic, évêque d’Avignon, Guillaume Sudre, évêque de Marseille, et le gé (...)
  • 33 S. Baluzius, G. Mollat (éd.), Vitae Paparum Avenionensium (1305-1394), vol. II, Paris, Letouzey et (...)
  • 34 Les deux lettres conservées portent la date du 29 novembre 1362 : P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), L (...)

14Autre temps. Autre monarque. Couronné le 6 novembre 1362, Urbain V débutait son pontificat par un acte d’importance : la réception d’un roi de France. Jean le Bon avait voulu rencontrer son prédécesseur lorsqu’il avait quitté Paris à la fin août, mais Innocent VI était mort le 12 septembre précédent et le roi ne s’était point hâté pour rejoindre la curie30. Un chroniqueur bien informé considère qu’il venait à Avignon solliciter quatre chapeaux de cardinal pour ses affidés, la concession d’une décime pour l’aider à payer sa rançon au roi d’Angleterre, la faculté d’arbitrer le conflit qui opposait l’Église au seigneur de Milan, Bernabò Visconti, et la main de la reine Jeanne pour l’un de ses fils, le duc de Touraine31. On sait qu’Urbain V ne désigna aucun cardinal avant septembre 136632, ne permit pas à Jean le Bon cum verbis asperioribus de se mêler des guerres de l’Église en Italie33, accepta d’écrire à la reine de Naples – peut-être parce qu’il pensait la négociation de son mariage avec le roi de Majorque presque conclue34 – et ne concéda dans l’instant aucune décime à un roi qui avait d’ailleurs déjà reçu d’impressionnantes sommes ! Accoutumé au dévouement d’un Clément VI – que Jean le Bon semble avoir pris parfois pour un autre père, si l’on considère son attitude après la décapitation du comte d’Eu – le roi prit ainsi pleinement la mesure des métamorphoses de la bienveillance papale.

  • 35 Voir L. J. Thomas, « Séjour du roi Jean II le Bon à Villeneuve-lès-Avignon (16 novembre 1362-16 ma (...)
  • 36 M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V…, op. cit., p. 91-94.
  • 37 Sur Pierre Ier, voir le récent ouvrage éd. par R. Blumenfeld-Kosinski and K. Petkov, Philippe de M (...)

15Au cours des six mois qu’il passa à Villeneuve dans l’hôtel qu’il avait acheté en 1354 au patriarche d’Alexandrie35, Urbain V sut l’entretenir de ce que l’Église avait toujours eu à cœur de fixer à la monarchie française : l’organisation d’une croisade. Un accord fut trouvé, mais le pape ne céda rien à Jean le Bon avant que n’arrive en curie Pierre Ier de Lusignan. Ce ne fut en effet que trois jours après, le 31 mars, que le pontife remit solennellement la croix aux rois de France et de Chypre, nomma Jean II capitaine général de la croisade – après que celui-ci se fût engagé à partir pour la Terre Sainte dans les deux ans – et lui accorda la levée d’une décime sexennale36… exactement comme si Urbain V avait voulu que cet engagement solennel que les rois de France avaient si souvent souscrit en pure perte ait lieu devant un témoin de son rang, qui faisait montre à l’égard de la croisade d’une ardeur peu commune37.

  • 38 Voir G. Butaud, Les compagnies de routiers en France (1357-1393), Clermont-Ferrand, Lemme, 2012.

16On considère généralement que le roi Charles V sut se débarrasser des grandes compagnies qui ravageaient son royaume, en les lançant sous l’étendard de la croix à la conquête du royaume de Castille, ce qui permettait en outre d’installer là un allié sûr contre les Anglais. L’interprétation n’est pas seulement contestable du fait que les routiers survécurent en tant que bandes organisées dans le royaume durant des décennies38. Elle est aussi réductrice quant au rôle effectif dans cette opération par la papauté.

  • 39 P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 476-48 (...)
  • 40 27 février 1364 (H. Denifle, La guerre de Cent Ans et la désolation des églises, monastères et hôp (...)
  • 41 H. Denifle, La guerre de Cent Ans et la désolation…, op. cit., p. 445-452.
  • 42 Pour le roi de France, si croisade il devait y avoir, il fallait à la limite qu’elle soit prêchée (...)

17Une fois obtenu l’engagement de Jean le Bon, Urbain V s’était adressé aux bandes de routiers qui dévastaient le royaume de France et à leurs chefs pour les engager à partir à la reconquête de la Terre Sainte, de la même manière – c’est-à-dire en utilisant la même formule épistolaire – qu’il avait écrit à l’empereur Charles IV, au roi Louis Ier de Hongrie et à d’autres grands princes chrétiens39. Il avait ainsi lié la solution de la crise socio-militaire que traversait le royaume à l’organisation d’une croisade, tout en flattant des guerriers de « honteuse origine » assimilés à de grands aristocrates. Ces professionnels de la guerre entendaient être payés pour leur service et moins d’un an plus tard la bulle Cogit nos venait les excommunier. Le pape dénonça l’horreur de leurs crimes et accorda l’indulgence plénière à ceux qui, dans les sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne et Beaucaire, mourraient en les combattant40, un dispositif ensuite étendu à d’autres provinces et confirmé par une longue série de lettres qui multiplièrent les sanctions à l’égard de ces nouveaux fils d’iniquité41. Car à partir du moment où les chefs de routiers refusaient de partir outre-mer, il n’était plus possible d’envisager une quelconque croisade contre les Turcs : jamais l’aristocratie française n’accepterait d’abandonner ses biens durant de longs mois, si en son absence ils avaient de fortes chances d’être pillés et détruits42.

  • 43 K. Fowler, Medieval Mercenaries, t. I, The Great Companies, Oxford, Blackwell, 2001, p. 128.
  • 44 P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 1762-4 (...)

18L’effondrement de l’État en France après la défaite de Poitiers, la mort de Jean le Bon et l’arrivée sur le trône d’un homme dans l’incapacité physique de conduire une expédition militaire rendaient plus que nécessaire l’intervention d’Urbain V. Puisque l’organisation d’une quelconque action contre les Infidèles était liée à la crise politico-militaire traversée par le royaume, on en vint à concevoir en curie le projet de monter deux « croisades », l’une qui ferait passer les routiers par l’Empire et la Hongrie pour aller combattre les Turcs, l’autre – après l’arrivée à Avignon de l’Infant Pedro de Aragón et de Juan Fernandez de Heredia43 – qui leur ferait traverser l’Espagne pour attaquer le royaume musulman de Grenade. Ce programme avait pris forme avant le début de mai 136544. Il devait s’appuyer sur les compétences de chefs reconnus : l’« Archiprêtre » Arnaud de Cervole, pour le premier, Bertrand du Guesclin, pour le second. Le pape s’entendit avec l’empereur Charles IV, lors de son passage à Avignon en mai-juin 1365, puis ordonna au roi de France d’utiliser une part de la décime sexennale accordée au défunt Jean le Bon, pour rétribuer les routiers qui suivraient l’un des deux capitaines.

  • 45 A. Chérest,L’Archiprêtre.Épisodes de la guerre de Cent Ans au xive siècle, Paris, Claudin, 1879, p (...)
  • 46 K. Fowler, Medieval Mercenaries…, op. cit., p. 148, 170.
  • 47 J.-P. Genet, « Politics. Theory and Practice », dans C. Allmand (dir.), The new Cambridge Medieval (...)

19Le programme connut l’échec que l’on sait. La croisade menée par Arnaud de Cervole fut stoppée net fin juillet sur les rives du Rhin, par les troupes d’un empereur qui entretemps avait changé d’avis45. Quant à l’expédition d’Espagne dirigée par Du Guesclin – qui avait réellement pour objectif, après avoir installé Henri de Trastamare sur le trône de Castille, de conquérir le royaume de Grenade, comme le montre l’accord négocié en février 1366 avec Hugh Calveley et le couronnement de Du Guesclin à Burgos fin mars 136646 – elle connut elle aussi l’insuccès du fait d’un autre revirement : celui d’Henri de Trastamare, peu convaincu que le remplacement d’un roi musulman attaché à la paix avec les chrétiens par un chef de guerre disposant d’une puissante armée, soit une bonne opération pour son propre avenir… Les contradictions dans lesquelles se développaient les pouvoirs politiques47, bien plus qu’un quelconque irréalisme de la curie, furent à l’origine de deux échecs lourds de conséquences pour les populations.

  • 48 Dans le projet du pape, la croisade devait aussi libérer l’Italie des compagnies allemandes et ang (...)

20Les deux éléments examinés ici – le rôle de la Maison de France dans la politique italienne de Jean XXII et l’organisation par Urbain V de croisades pour libérer la chrétienté du fléau des routiers48 – éclairent la spécificité des relations entretenues par la papauté avec la monarchie de France. Ils montrent évidemment – c’est un peu pour cela qu’on les a sélectionnés – qu’il est aberrant de placer la papauté sous la protection d’un roi de France, bien en peine de remplir toujours au cours de ce siècle le devoir de protectio qu’il devait à ses sujets. Mais plus généralement ils montrent aussi que les pontifes du xive siècle, même s’ils surent taire après le pontificat de Jean XXII tout au moins les déclarations solennelles révélant une pensée profondément théocratique, n’avaient en fait nullement renoncé au gouvernement de l’univers.

Rencontres

21Sans prétendre analyser dans toute sa complexité un rapport de pouvoir, tentons néanmoins d’en dégager les spécificités essentielles. Ce qui apparaît tout d’abord frappant, compte tenu du rapprochement géographique des deux monarques consécutif à l’installation de la papauté en Avignon, c’est la rareté relative des entrevues entre rois de France et souverains pontifes entre 1305 et 1378 : s’évitèrent-ils ?

  • 49 Voir M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, Bruxelles/Rome, Inst (...)
  • 50 A. Jamme, « Les couronnements lyonnais de Clément V et de Jean XXII. Imperium pontifical et monarc (...)

22Le rituel de rencontre entre pape et princes est très mal éclairé du côté pontifical par cette série de textes entrant dans ce qu’il est convenu d’appeler le « Cérémonial pontifical49 ». Philippe le Bel et son successeur, alors régent, furent assurément les seuls rois de France à se rendre à une cérémonie de couronnement, en 1305 et 1316 à Lyon, ce qui les dispensait de sortir de leur royaume. Aucun de leurs successeurs ne se rendit en revanche à Avignon pour les cérémonies d’intronisation de Benoît XII, de Clément VI, d’Innocent VI, d’Urbain V et de Grégoire XI, où ils se firent représenter par de proches parents, fils, frères, cousins et oncles. Tout semble indiquer qu’à Lyon, la monarchie avait pris conscience que le rituel comprenait des actes finalement dégradants pour un roi, censé tel un valet tenir le cheval du pape par la bride lors de la procession qui suivait le couronnement, puis lors du banquet final lui apporter ses plats50 !

23Laissons de côté les fêtes de l’intronisation papale. Entre 1305 et 1378, seul un pape, Clément V, alla véritablement au devant d’un roi de France, et seuls deux monarques sur sept se rendirent en Avignon : Philippe VI et son fils, Jean le Bon, chacun à deux reprises. Examinons ce que les sources nous disent de ces quatre séjours royaux.

  • 51 Cum paucis sociis, sicut peregrinus, intravit Avenionem ad dominum papam et illa die [4 juillet] co (...)

24En juillet 1330, Philippe VI ne vit Jean XXII que peu de temps, au retour d’un voyage en Languedoc et d’un pèlerinage sur le tombeau de Saint-Louis d’Anjou à Marseille, pour lequel il avait une dévotion particulière. Arrivé à Avignon le 29 juin, il était solennellement reçu par Jean XXII qui offrait le 4 juillet en son honneur un grand banquet, auquel tous les cardinaux et plusieurs comtes et barons étaient invités. Deux jours plus tard, il était parti pour Lyon51.

  • 52 Le 21 janvier 1335 à Nevers, il avait annoncé son intention de partir pour Avignon (J. Viard, « Le (...)
  • 53 Si l’on suit son itinéraire, reconstruit par J. Viard (Bibliothèque de l’École des chartes, no 74, (...)
  • 54 Stefanus Baluzius, Vitae Paparum Avenionensium (1305-1394), G. Mollat (éd.), Paris, Letouzey et An (...)
  • 55 J. Viard (éd.), Les grandes chroniques de France, Paris, Champion, 1920-1953, vol. V, p. 363 ; H.  (...)
  • 56 Au 14 mars (Archives nationales, JJ 70, no 157).

25La deuxième rencontre eut lieu en 1336, après qu’il eut renoncé en février 1335 pour raison de santé à rencontrer Benoît XII, nouvellement élu52. Passant par l’ouest de son royaume, Toulouse, puis Montpellier, Philippe VI rencontra le pape l’année suivante, entre le 3 et le 18 mars53. Il eut une entrevue privée avec le pontife, au cours de laquelle ils purent discuter du prochain passage en Terre Sainte, prévu pour le 1er août. Il fut honoré par deux grands dîners, auxquels participèrent les rois de Navarre et de Majorque, les cardinaux et de nombreux ducs, comtes (de Foix entre autres), barons et prélats54. Mais entre le 3 et le 18 mars, il se rendit aussi à Marseille sur le tombeau de Saint-Louis, y visita le navire qu’il avait fait équiper pour la Terre Sainte, assista en mer à la simulation d’une bataille navale dans laquelle on utilisa pour projectile des oranges55, et fut enfin l’hôte à Villeneuve du cardinal Napoleone Orsini56.

  • 57 F. Autrand, « L’allée du roi dans les pays de Languedoc (1272-1390), dans La circulation des nouve (...)

26La deuxième rencontre papale de Philippe VI est certes moins brève que la première. Toutes deux s’insérèrent néanmoins dans un voyage en Languedoc, qui visait à montrer la figure royale aux habitants d’une province éloignée de la capitale et contrôler son gouvernement57. Toutes deux étaient également liées à un pèlerinage à Marseille. À chaque fois l’objectif premier du voyage royal n’avait donc pas été le pontife : si un acte en date du 21 janvier 1335 n’avait pas été conservé, à ne considérer que l’itinéraire de Philippe VI, on aurait avancé que sa route ne lui permettait pas d’échapper à une visite au pape…

  • 58 On relève en outre dans les comptes au 2 juillet des dépenses pro festo facto per papam d. Iohanni (...)
  • 59 Ibid., p. 360. On a pensé que ce voyage avait eu pour objectif l’achat du comté de Provence. D’aprè (...)
  • 60 Ibid., p. 89 et 131. Sur le personnage voir dernièrement É. Lebailly, « Le connétable d’Eu et son c (...)
  • 61 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI…, op. cit., p (...)
  • 62 Un détail qu’ignorent apparemment les biographes de Charles V (R. Delachenal, F. Autrand).
  • 63 Le compte de Pierre Scatisse, receveur de Nîmes, fourmille d’achats de draps, vêtements et fourrur (...)
  • 64 R. Delachenal, Histoire de Charles V…, op. cit., vol. I, p. 47.

27Son fils Jean, avant de se rendre à Avignon en roi, était lui venu par trois fois, héritier du trône et duc de Normandie, auprès de Clément VI, qui on le sait, avant son accession au pontificat, avait fréquenté la cour royale : en mai-juin 1342, pour son couronnement58, en mai-juin 1344, lors des négociations relatives à l’achat du Dauphiné, et en décembre 1347-janvier 134859. La fréquence relative des séjours du duc Jean indique une proximité entre les deux hommes. Deux mois après avoir été sacré roi – et quelques jours à peine après avoir ordonné la décapitation du connétable Raoul de Brienne (19 novembre)60 – Jean quittait à nouveau Paris, accompagné de son frère, le duc d’Orléans, et de son fils le dauphin Charles. Ils atteignirent Avignon vers la Saint-Nicolas61. Une première fête fut rapidement donnée en son honneur. Elle dura trois jours, du 9 au 11 décembre. Lui succéda une deuxième fête, pour la Noël, qui s’étendit en fait du 23 au 25 décembre. En janvier, le roi se rendit à Beaucaire, à Montpellier, puis à Aigues-Mortes, avant de repasser par Avignon pour une nouvelle fête, le dimanche 23 janvier et vit la consécration du dauphin Charles62. Le 26, Jean II donnait à Villeneuve un tournois63, puis s’éloignait en direction de Lyon où il se trouvait le 7 février, avant de retrouver Paris à la fin du mois64.

  • 65 Il entrait à Avignon le 20 novembre et prenait congé le 9 mai, d’après les auteurs des Secunda, Te (...)
  • 66 Le 20 novembre d’après la Tertia Vita (ibid., p. 394), dîner pour lequel on dressa les tables dans (...)
  • 67 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon…, op. cit., p. 433, 436.
  • 68 L’auteur de la Prima Vita d’Urbain V en livre un tableau presque apocalyptique : Anno Domini LXIII (...)
  • 69 C’est la Sexta Vita publiée par S. Baluze. Sur le personnage voir P. Mironneau, « Éloge de la curi (...)
  • 70 Voir J.-H. Albanès, U. Chevalier (éd.), Actes anciens et documents concernant le bienheureux Urbai (...)

28Le deuxième séjour de Jean le Bon fut beaucoup plus long – le roi s’installa à Villeneuve on l’a vu du 16 novembre 1362 au 16 mai 136365 – mais moins riche en festivités. Les comptes de la Chambre apostolique indiquent en effet qu’il ne prit au palais d’Avignon en tout et pour tout que deux repas en compagnie du pontife : en six mois, c’est peu66 ! Le 22 novembre, il participait à la cérémonie funèbre donnée à la Chartreuse de Villeneuve en l’honneur de son fondateur, Innocent VI. Mais, pour les fêtes de Noël, il se trouvait curieusement à Nîmes, où il résida du 23 décembre au 1er janvier67. Diverses entrevues avec le pontife purent avoir lieu, mais aucune source n’en fait aujourd’hui mention. En fait, la longueur de la résidence de Jean le Bon sur les bords du Rhône paraît surtout imputable aux rigueurs de l’hiver68 (!), et à l’attente d’un roi de Chypre qui ne parvint à Avignon qu’avec le redoux. Le séjour de Jean II laissa de ce fait peu de traces en curie. Aymeric de Peyrac, abbé de Moissac en 1377, tout dévoué à la mémoire d’Urbain V, oublie d’en faire état dans la chronique qu’il rédige à la fin du siècle69. On note également qu’aucun ancien officier du roi ne semble avoir témoigné en faveur d’Urbain V au cours du procès de canonisation ouvert en 1376, preuve que les « échanges » entre les deux cours avaient été très limités70.

  • 71 La présence de Philippe VI à Avignon en juillet 1330 sert à régler la question lombarde pour G. Ta (...)

29Les deux séjours de Jean le Bon se distinguent nettement l’un de l’autre. Seul le premier apparaît porteur, et même représentatif, d’une identité de vue entre le pape et le roi, fondée sur l’affection singulière et mutuelle que Jean II et Pierre Roger eurent manifestement l’un pour l’autre. La réserve, voire la défiance d’Urbain V, la parcimonie avec laquelle il lui fit honneur, contrastent avec la bienveillance et le faste déployés par Clément VI. Les séjours de Jean II se différencient également de ceux de son père par leur durée et leur logique. À chaque fois, Jean le Bon s’était en effet rendu spécialement dans le Midi pour rencontrer le pape : les quelques semaines passées en Languedoc dérivaient de sa présence à proximité de la curie et non l’inverse. Il demeure impossible de savoir ce que lors de ces rencontres papes et rois se dirent, et même s’ils évoquèrent longuement entre les libations, discussions mondaines et questions de spiritualité, les problèmes politiques d’actualité que les historiens leur attribuent71. Tout indique néanmoins que l’ordre de leurs relations n’aurait guère été modifié si elles n’avaient eu lieu.

Communication

  • 72 Même la correspondance pontificale officiellement adressée au roi marque une pose durant cette pér (...)

30Ces rencontres s’inséraient de fait dans un tissu d’échanges et de négociations riche et complexe, qui restait le véritable moteur des décisions politiques prises de part et d’autre : le dernier séjour de Jean II à Villeneuve prouve que la proximité du pape et du roi n’impliquait pas un développement de leurs échanges72.

31Pour mener ces négociations, le roi s’appuyait sur sa famille, tout particulièrement sous les Valois. Les derniers Capétiens directs usèrent peu de leurs parents pour mener à bien leurs affaires en curie. Philippe VI sut s’appuyer à trois reprises sur son fils et héritier, Jean, pour être représenté en Avignon. Charles V sut employer ses frères, au premier rang desquels figurait l’ambitieux Louis d’Anjou, qui savait le souverain pontife faiseur de rois.

  • 73 Voir respectivement R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de V (...)
  • 74 Voir par exemple le compte de Pierre de Galard, maître des arbalétriers du roi, qui s’étend du 19  (...)
  • 75 En 1324 étaient remboursées les dépenses de Mile de Noyers, factis ducendo apud Avinion. et alibi (...)
  • 76 En janvier 1317, le roi envoyait l’évêque de Senlis à Avignon, où il demeurait avec l’évêque de Me (...)
  • 77 Tel Simon de Bucy, fin 1344 et en 1348 (R. Cazelles, La société politique et la crise de la royaut (...)
  • 78 Guillaume Flote, fils de chancelier et futur chancelier, était choisi par Charles IV, mais aussi e (...)
  • 79 Tel Jean de Vienne, ancien chancelier de Philippe, comte de Valois.
  • 80 Hue Quiéret, ancien sénéchal de Beaucaire et maître d’Hôtel du roi, envoyé en 1335 et 1336 à Avign (...)
  • 81 La thématique tire en fait ses origines des découvertes de T. Schrader (Die Rechnungsbücher der ha (...)

32Pour le reste, la diversité domine. Elle caractérise l’ensemble de la période : le roi usa de représentants parés de titres divers, issus des nombreuses strates de la société politique qui le servait, allant des grands officiers de la couronne à de simples clercs du roi, tel Robert de Lorris, qui put paraître un temps un spécialiste des relations avec la curie, en passant par de fidèles chevaliers comme Mile de Noyers dont on a conservé les papiers73. La prise en considération de réalités pratiques (envoi d’un officier en Languedoc par la vallée du Rhône74, exercice d’une charge à proximité d’Avignon75), de conditions d’adéquation de la personne avec la mission à remplir (prélats et dignitaires de l’Église76, compétences juridiques des gens du parlement de Paris77 et de la Chancellerie royale78), venaient s’ajouter à la connaissance ou à l’intimité que le roi cultivait avec les représentants qu’il se choisissait79. Nulle tendance à la cléricalisation ou à la décléricalisation de la représentation royale n’apparaît entre 1305 et 1378. Aucune évolution vers une professionnalisation des émissaires ne se fait jour80, et la question des prérequis, à savoir une bonne connaissance de la curie avignonnaise, reste en l’état des sources ouverte. Lorsqu’il fallait traiter d’affaires qui exigeaient du temps, le roi entretenait des procureurs, comme les autres princes81, mais aussi des promoteurs et défenseurs officieux, membres du haut clergé, que pour certains il pensionnait.

  • 82 Voir notamment D. E. Queller, « Thirteenth century diplomatic envoys : nuncii and procuratores », (...)

33Le système de représentation utilisé par le pape était lui fondé sur des distinctions clairement exposées par les canonistes. Les juges délégués étaient devenus au cours du xiiie siècle de moins en moins nombreux, mais le siège apostolique désignait encore des légats et des nonces. Investis du gouvernement des âmes et des corps sur un territoire déterminé, les légats, véritables vice-papes, se distinguaient nettement des nonces, choisis pour traiter de questions diplomatiques précises82. Les registres de la Chancellerie apostolique – une institution qui commettait rarement des confusions entre ces deux types d’officiers – révèlent qu’aucun légat ne fut envoyé en France entre 1305 et 1378, contrairement à ce qu’écrivent bon nombre d’historiens. Les papes du xive siècle adoptèrent ainsi une politique qui les distinguait nettement de leurs prédécesseurs, bien qu’elle n’ait pas été motivée par une spécificité de traitement des affaires du royaume : ces mêmes registres montrent que les papes n’envoyèrent pas non plus de légats dans les îles britanniques.

  • 83 Les cardinaux Guillaume de Peyre-Godin en 1323, Bernard d’Albi en 1339, Andrea Ghini de Malpighi, (...)
  • 84 A. Jamme, « Anges de la paix et agents de conflictualité : nonces et légats dans l’Italie du xive  (...)
  • 85 A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 121.
  • 86 G. Mollat (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes, Paris, 1904-1947, no 61324.
  • 87 Le 15 septembre 1333 (A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXI (...)
  • 88 P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 475. V (...)

34Cette absence de légats en France ne résulte pas d’une désaffection de la papauté pour cet instrument de gouvernement des périphéries – entre 1305 et 1378, huit cardinaux-légats furent envoyés en Espagne, la plupart pour rétablir la paix entre des rois en guerre83, et pas moins de 29 légats et vicaires généraux furent envoyés en Italie84 – ni d’une opposition de principe du roi de France, bien au contraire. La correspondance pontificale montre qu’à plusieurs reprises, ce fut lui qui sollicita auprès du pape l’envoi d’un légat. Quelques mois après son couronnement, Jean XXII refusait ainsi d’acquiescer à une demande de Philippe V, cum nec ad id rationabilis superest causa, ubi presertim est Romana curia sic propinqua85. En 1332, il répondait à une nouvelle sollicitation. Philippe VI, en vue du passage en Terre Sainte, réclamait l’envoi d’un tel représentant du pontife pour accélérer la collecte des fonds et, « sur prière ou désignation » du roi, conférer dignités, offices et bénéfices. Jean XXII lui rétorqua quod ad presens de potestate danda legato non est ordinandum : que le roi s’occupe d’organiser ledit passage ; ensuite on déciderait du choix du légat et des pouvoirs qui lui seraient concédés86 ! Comme Philippe VI insistait, le pape invoqua, pour couper court à toute discussion, les taxes auxquelles les églises de France étaient soumises en vue de la croisade : il devait les exonérer du coût d’une légation87. Quelques-unes des raisons pour lesquelles la papauté évita d’envoyer un légat en France se trouvent ainsi précisées : la proximité permettait au pape de gérer directement les questions relatives au développement de l’institution ecclésiale dans le royaume ; le cardinal élu risquait de tomber sous la coupe du roi et de sa cour qui en feraient leur jouet aux détriments de l’Église ; enfin le contexte politique ne justifiait pas une désignation. En mai 1363, Urbain V répondit à une demande similaire de Jean le Bon en faveur du cardinal Talleyrand de Périgord, sans dirimer l’argument du contexte. Mais il fit état d’un autre obstacle : toute désignation de légat devait obtenir l’assentiment des cardinaux88. Arguments et prétextes varièrent au cours de ce siècle. Les papes n’en furent pas moins constants dans leur refus d’envoyer un légat dans un royaume, sur lequel ils entendaient veiller personnellement.

  • 89 A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 2221  (...)
  • 90 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII…, op. cit., p. 422, 432 ; s (...)
  • 91 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolichen Kammer unter der Päpsten Urban V…, op. cit., p. 152.
  • 92 Liste en annexe dans A. Jamme, « Anges de la paix et agents de conflictualité : nonces et légats…  (...)

35S’ils s’entremirent constamment dans l’interminable conflit entre Plantagenets et Valois, ce fut toujours en recourant à des nonces. De très nombreux cardinaux, Gaucelme de Jean, au printemps 1319, Pierre Desprez et Bertrand de Montfavès, en juin 1337, Annibaldo Caetani et Étienne Aubert, en 1345, Talleyrand de Périgord et Niccolò Capocci, en 1356, Guy de Boulogne, Jean de Dormans, etc., furent envoyés dans le royaume. Pour tenter de rétablir la paix entre les rois de France et d’Angleterre, la papauté recourut aussi à des prélats de moindre rang, tels l’archevêque de Vienne et l’évêque d’Orange en 1324, l’archevêque de Ravenne et l’évêque de Carpentras en 137589, et à des officiers de curie, comme le théologien Dominique Grima, maître du sacré palais, en juin 132290, ou l’auditeur pontifical Guillaume Noëllet, en mars 136691. Le nombre de nonces du siège apostolique envoyés en France entre 1305 et 1378 reste néanmoins inférieur à celui des nonces envoyés en Italie – il dépassa là les 21192 – mais dans le royaume, comme dans la péninsule, cette catégorie de représentants du pape officia en grappe de deux à trois individus, donnant ainsi à l’action diplomatique une plus grande visibilité et de meilleures chances de succès.

  • 93 Ainsi Guillaume Roger, vicomte de Turenne, frère du pape, était envoyé en mars 1372 aux rois de Fr (...)

36Le pape usa également de personnages que ni les comptes, ni les lettres ne permettent de considérer comme des nonces du siège apostolique, puisque seul leur office, leur bénéfice ou leur lien avec le pontife se trouve mentionné. Ils apparaissent en nombre, plus particulièrement dans la deuxième moitié du siècle. Les comptes indiquent que ces individus furent envoyés seuls à Paris. Cette évolution des formes de la représentation prouve que le siège apostolique était alors en train de s’extraire des cadres juridiques légués par le Moyen Âge. Par voie de conséquence, certaines des caractéristiques de la représentation diplomatique royale se retrouvent alors dans le service du pape : avec Grégoire XI notamment, la famille du pontife et les petits officiers laïcs de son palais eurent des rôles autrefois attribués à des membres éminents de l’institution ecclésiale93.

37L’intensité des échanges par personnes interposées entre pape et roi de France pose la question du rôle de l’écrit épistolaire dans leurs relations : si le recours à une transmission orale des idées, des concepts et des décisions devenait plus fréquent, était-il nécessaire de développer la production de longues et coûteuses lettres ?

  • 94 B. Barbiche, « Les procureurs du roi de France à la cour pontificale d’Avignon », dans Aux origine (...)
  • 95 E. Déprez, J. Glénisson, G. Mollat (éd.), Lettres closes patentes et curiales du pape Clément VI s (...)
  • 96 Tel Pierre d’Ailles présent en curie de 1353 à 1371 (B. Barbiche, « Les procureurs du roi… », art. (...)

38Les journaux du Trésor conservés pour le règne de Charles IV prouvent que le système de relations entre Paris et Avignon se caractérisait alors par un mouvement presque incessant : 13 individus de rangs et titres divers furent envoyés à la curie en 1322, 8 en 1323, 4 en 1324, 8 en 1325, 5 en 1326. Représentants et messagers du roi s’y retrouvaient parfois. Leurs missions se chevauchaient : dans l’été 1325, ils furent au moins 4 en Avignon94. Le caractère désordonné des demandes françaises indisposait le siège apostolique. Clément VI se plaignit en août 1349 de ce que le roi déposait à tout bout de champ des pétitions portées par des émissaires divers95… une protestation épistolaire qui eut quelques effets, puisque les rois Jean le Bon et Charles V recoururent plus volontiers que leurs prédécesseurs à des professionnels établis à Avignon96, ce qui, sans limiter véritablement le nombre des représentants temporaires du roi, contribua à structurer les demandes et la représentation du monarque en curie.

  • 97 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII…, op. cit., p. 420, 446.
  • 98 Pour deux cas de transport rapide à Paris en 1345 par des courriers liés à des marchands, voir K.  (...)
  • 99 Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon expédiaient leur courrier », dans Id., Études d'histoir (...)

39Les comptes de la Chambre apostolique ne livrent pas des informations similaires. Ils font état pour Jean XXII d’une certaine rareté des envois par le pape de représentants en France. Mis en regard avec les comptes du Trésor, ils font ainsi apparaître que c’était alors le roi qui se trouvait à l’origine de leurs relations ; et l’on peut considérer que ce furent souvent ses émissaires qui lui firent parvenir les lettres que le pape lui adressa. Les comptes pontificaux suggèrent un recours important à des porteurs occasionnels – prélats en partance pour la cour royale97 – et à des transporteurs privés : le compte de Gerardo Gentili, de la société Peruzzi, chargé de l’expédition de divers messages à Paris a été conservé. Les délais de livraison, parfois précisément établis pour la correspondance à destination de Paris98, avec des taux de rémunération inversement proportionnels au temps de transport effectif (18 fl. pour six jours, 25 pour cinq jours), suggèrent l’intensité des échanges entre Paris et Avignon vers le milieu du siècle, c’est-à-dire au temps de l’accord parfait entre monarchie et papauté. Le développement dans la deuxième moitié du siècle de petites sociétés de transport, comme celle de Piero di Gieri della Scarperia qui assurait la délivrance de paquets de lettres remises par la Chambre apostolique, souligne le rôle important de l’écrit dans le gouvernement de l’espace chrétien99, qui se développa en même temps que l’envoi de représentants par le pape au roi.

  • 100 La monarchie ayant renoncé à l’enregistrement, la papauté ayant décidé avec Jean XXII de le dévelo (...)

40De part et d’autre, les sources suggèrent d’intenses flux de communication écrite, qu’il est difficile de considérer en croissance sur la période considérée. Mieux vaut rapporter leur intensité à la qualité de la relation personnelle entre les souverains : Philippe VI et son fils eurent avec Clément VI des liens que Jean le Bon ne put établir avec Urbain V. Il n’en demeure pas moins que la possibilité de faire parvenir rapidement le courrier de part et d’autre favorisa, du côté pontifical tout au moins, une plus grande diversité diplomatique de l’épistolographie. Parce que le rythme de l’échange était parfois élevé, la mise en forme de certaines lettres pouvait devenir secondaire. Les registres établis par la Chancellerie apostolique montrent que la rhétorique papale laissa souvent place, sous Jean XXII et Clément VI notamment, à une simplicité d’expression, qui peut être rapportée à une accélération de l’échange épistolaire. Les nouvelles conditions de l’échange eurent une influence sur le style. Elles eurent aussi leurs conséquences dans la multiplication des offices d’auditeur et de secrétaire. Même les choix contrastés faits par les chancelleries pontificale et royale dans les premières décennies du xive siècle en matière d’enregistrement des lettres100 soulignent le développement de la production épistolaire à vocation gouvernementale. On ne peut de ce fait considérer que les facilités d’échange par personnes interposées ait limité le recours à l’écrit.

Divergences

  • 101 Le 20 mars 1340, Philippe VI s’adressait à Benoît XII en utilisant la formule : Sanctissimo patri (...)
  • 102 A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 1684.
  • 103 Si vous supplions que sur celi, secont lequel nous voudrions que il seur toutes autres personnes en (...)

41Dans la personne pontificale se concentraient des fonctions de direction de l’institution ecclésiale, de gardien du dogme et de souverain supérieur, qui la conduisaient concrètement à se pencher sur la provision des bénéfices, l’obtention de dispenses et de privilèges de toutes sortes, autant que sur des affaires strictement politiques. Les relations épistolaires entre le pape et le roi n’étaient donc pas fondamentalement celles que pouvaient développer deux princes. Ne serait-ce que dans les formules d’adresse utilisées dans leurs lettres, qui ne sauraient être considérées comme un héritage au traditionalisme désuet, le rapport de subordination se manifestait répétitivement. Elles plaçaient certes le pape et le roi dans une même dimension christique, quasi liturgique, mais la hiérarchie était bien réelle. Le pape usait d’un Carissimo in Christo filio lorsqu’il s’adressait au roi, tandis que ce dernier lui répondait par un Sanctissime in Christo pater101, ou lorsqu’il lui adressait en français une lettre de recommandation par exemple par un A tres saint Perre en Dieu nostre saint Perre le pape102.De telles formules indiquent clairement que seul l’un des intervenants était en mesure de dessiner ce que pourrait être la politique de l’autre, par ses conseils le plus souvent, mais aussi par ses ordres et éventuellement ses sanctions : le roi ne disposait encore que du pouvoir de solliciter103. Avec les autres princes, le roi de France négociait accords, traités et conventions, mais du pape il n’obtenait que des privilèges, des sentences et des grâces. Les objectifs des négociations diplomatiques n’étaient donc pas comparables et les formes prises par les discussions étaient nécessairement conditionnées par de telles conceptions.

  • 104 A. Meyer, « Emil von Ottenthal revisited : Unterwegs zu einer erweiterten Neuedition der spätmitte (...)
  • 105 On renverra pour faire court à A. Paravicini Bagliani, Boniface VIII. Un pape hérétique ?, Paris, (...)
  • 106 F. J. Felten, « Kommunikation zwischen Kaiser und Kurie unter Ludwig dem Bayern (1317-47). Zur Pro (...)

42Au cours du xive siècle finit par se distinguer dans l’art de la requête une matière bénéficiale, qui avait acquis dans l’ensemble des demandes soumises à l’approbation du pontife une place majeure, des autres matières. Supplier le pape finit par revêtir un caractère spécifique dérivant de la bureaucratisation du traitement des demandes : les registres de suppliques en font état. Le respect des procédures et des règlements communiqués à la Chancellerie104, ne laissait au pontife qu’une fonction éminemment symbolique d’approbation, qui si le « dossier » était bien monté s’imposait d’elle-même. En revanche, l’obtention par le roi de privilèges fiscaux ou à valeur politique relevait d’une véritable négociation : il fallait influencer et convaincre le pontife de l’intérêt de la requête pour le royaume et pour l’Église – au double sens d’institution et de communauté – puisqu’en définitive c’était le pape qui en matière spirituelle et temporelle avait le dernier mot : le dur conflit qui opposa Philippe le Bel à Boniface VIII et la ténacité déployée par les conseillers du roi pour mettre en accusation et faire condamner la mémoire du pape, qui par la bulle Salvator mundi (4 décembre 1301)105 avait annulé tous les privilèges précédemment concédés au monarque et à ses successeurs, en sont bien la preuve ! La place légitimement accordée dans les échanges à l’oralité106, et la conservation très inégale des sources pontificales relatives à l’échange entre le pape et le roi – hypertrophisation de la documentation bénéficiale et disparition de la plupart des documents relatifs aux négociations politiques, dont il ne reste trace le plus souvent que dans l’exposé de certaines bulles – sont clairement à l’origine d’une appréciation déséquilibrée des relations entre siège apostolique et roi de France au xive siècle.

  • 107 On connaît le rôle de Jean XXII en Gascogne (L. Guérard, Documents pontificaux sur la Gascogne d’a (...)
  • 108 Sans revenir aux travaux d’E. Déprez, mentionnons ceux d’Y. Renouard publiés dans ses Études d’his (...)
  • 109 Sur l’audience pontificale de 1336 voir P. Thomas, « Une source nouvelle pour l’histoire administr (...)
  • 110 Le 16 janvier 1365, il en informait le roi d’Angleterre. Le 30 octobre, il ordonnait aux évêques d (...)

43En tant que vicaires du Christ, les pontifes s’accordaient ce que l’on considérerait de nos jours comme un droit d’ingérence dans le gouvernement de chaque contrée. Originaires du royaume de France, ils tentèrent de résoudre les conflits nés de l’application du droit féodal107 : la question de l’hommage du roi d’Angleterre, vassal du roi de France pour son duché d’Aquitaine, retint leur attention pendant des décennies108 ; le pape s’entremit dans les relations entre le roi et le comte de Flandre109. Mais il intervint aussi dans le gouvernement même du royaume, dans la plus pure tradition apostolique qui impliquait de soutenir une monarchie, garante de la paix civile, lorsqu’elle se trouvait en difficulté. La politique suivie par Urbain V au moment où Charles V hérita de la couronne de France en est un bon exemple. Son soutien ne se borna pas d’ailleurs à contribuer à la solution de la crise socio-militaire amplifiée par le traité de Brétigny-Calais. Urbain V sut user de ses pouvoirs de juge suprême pour interdire le 16 janvier 1365 le mariage de l’héritière du comté de Flandre avec le quatrième fils du roi d’Angleterre, en des termes qui ne laissaient à Louis de Mâle et à Édouard III aucune possibilité de passer outre110. De fait, si Édouard III, qui contrôlait un immense duché d’Aquitaine et tenait alors sous son influence le duc de Bretagne, avait mis la main sur les comtés de Flandre et de Bourgogne, l’éclatement du royaume de France n’aurait été qu’une question de décennies !

44Dans leur globalité, les relations entre le pape et le roi de France ne sauraient donc entrer dans la catégorie dite des relations internationales : ni Boniface VIII, ni Jean XXII n’eurent conscience de développer une « politique étrangère » lorsqu’ils s’adressèrent à Philippe le Bel ou à Philippe VI. L’intervention du pontife dans le royaume, au temporel et au spirituel, mais aussi en tant que chef d’une institution ecclésiale dont il tentait de protéger les privilèges tout en réaffirmant la dépendance à son égard, complexifiait des relations qui reposaient sur un rapport complexe intégrant une dimension spirituelle de leurs actions réciproques. La floraison au cours des xiiie-xive siècles des « miroirs aux princes » et autres réflexions politiques, pour la plupart écrites par des clercs, en fait état. Le modèle de gouvernement idéal de l’espace chrétien se fondait sur une étroite collaboration entre le pape et les princes. Il ne pouvait néanmoins s’opérer sur un pied d’égalité.

  • 111 Voir J. Miethke, Ai confini del potere. Il dibattito sulla potestas papale da Tommaso d’Aquino a G (...)
  • 112 E. Déprez, Les préliminaires de la guerre de Cent Ans…, op. cit., PJ no VII, p. 415-417 ; G. Molla (...)

45Si les papes avignonnais surent taire, après le pontificat de Jean XXII tout au moins, les déclarations solennelles révélant une pensée profondément théocratique, celle-ci, comme logique d’explicitation des relations de pouvoir dans l’espace politique européen, continua de structurer leur action. Le nombre de traités théocratistes publiés dans les trois premières décennies du xive siècle suffit à l’expliquer111. Lorsque Philippe VI se proposa d’intervenir comme médiateur entre les rois d’Écosse et d’Angleterre, Benoît XII l’en dissuada, puis prit sa place pour assurer un arbitrage qui revenait de droit au siège apostolique. Le 20 juillet 1337,le même pape interdisait au même roi, de répondre favorablement aux ouvertures que lui faisait Louis IV de Bavière, excommunié par Jean XXII et qui devait demeurer isolé en Europe tant qu’il n’aurait pas reconnu publiquement ses erreurs et la supériorité du siège apostolique112. Les exemples pourraient être multipliés.

46Pourrait-on aller jusqu’à avancer que l’attachement à ces conceptions ait été à l’origine du retour de la papauté en Italie ? Il faudrait à cet effet montrer de profondes divergences entre les objectifs politiques poursuivis par le roi de France et par le siège apostolique.

  • 113 W. J. Sheils, The Church and War, Oxford, Blackwell, 1983 ; F. Autrand, « Les artisans de la paix (...)
  • 114 E. Déprez, « La Conférence d’Avignon (1344). L’Arbitrage pontifical entre la France et l’Angleterr (...)

47Entre les deux monarchies, le décalage entre deux visions du monde était somme toute naturel, mais il apparaît de fait de plus en plus patent au cours de ces négociations et grandes conférences pour la paix que la papauté ne cessa de promouvoir entre Français et Anglais113. L’organisation d’entrevues, aussi souvent programmées qu’annulées, de pourparlers visant à prolonger les trêves, jalonnent on le sait toute l’histoire de la première phase de la guerre de Cent Ans. Connu grâce au journal tenu par les ambassadeurs anglais, le déroulement des conférences d’Avignon d’octobre-novembre 1344 révèle l’investissement personnel de Clément VI. Mais il révèle aussi que les représentants des deux parties se contentèrent d’exposer leurs positions, laissant à l’organisateur de la rencontre le soin de proposer et de trouver une solution pour sortir de l’impasse qu’ils s’étaient évertués à construire114.

  • 115 P. Jugie, « L’activité diplomatique du cardinal Gui de Boulogne en France au milieu du xive siècle (...)
  • 116 Voir G. Mollat, « Innocent VI et les tentatives de paix entre la France et l’Angleterre (1353-1355 (...)

48Le successeur de Clément VI, ancien juge-mage de la sénéchaussée de Toulouse, rompu aux négociations franco-anglaises pour avoir tenté après la prise de Calais en 1346 de négocier une trêve entre les belligérants, crut sans doute tenir avec le traité de Guînes cette paix à laquelle le siège apostolique aspirait tant115. Le 6 avril 1354, le cardinal Guy de Boulogne, dont la nièce avait épousé le roi, avait obtenu un véritable accord de paix, qui devait être solennellement ratifié en curie. Ses termes trahissaient l’influence que Guy de Boulogne exerçait alors sur le roi Jean. Édouard III renonçait à ses prétentions à la couronne de France, moyennant la cession en complète souveraineté de la Guyenne et des comtés d’Artois et de Guînes. Deux mariages viendraient de part et d’autre sceller le début d’une nouvelle ère d’entente entre les deux couronnes. Les comptes de la Chambre apostolique montrent tout le soin que l’on mit à Avignon pour recevoir les plénipotentiaires116. Or, une fois parvenus en curie, à la fin de l’année 1354, les ambassadeurs du roi Jean dénoncèrent le traité en faisant valoir une impossibilité majeure : ils avaient juré, eux et leur maître, de défendre l’intégrité du royaume ; il était temps de s’en apercevoir ! Et le pape n’eut d’autre solution, après avoir proposé en vain de les relever de leurs serments, que de prolonger les trêves. On sait qu’elles furent de courte durée : au printemps, le prince noir lançait une chevauchée en Languedoc. L’année suivante, c’était Poitiers.

  • 117 R. Delachenal, « Premières négociations de Charles le Mauvais avec les Anglais (1354-1355) », Bibl (...)

49Les négociations promues par la papauté révèlent chez le pape et les cardinaux une réification de la paix, qui semble parfois occulter tout réalisme politique et place finalement le pouvoir pontifical en décalage avec le monde dans lequel il vit. Invité à prendre part aux négociations pour rétablir la paix dans le royaume, que faisait à Avignon le roi de Navarre Charles le Mauvais ? Il en profitait la nuit pour négocier avec le duc Henri de Lancastre un programme de démembrement du royaume de France, dont l’évêque de Londres fournit copie à Édouard III117 !

  • 118 E. Perroy, The Anglo-French negotiations at Bruges, 1374-1377, Londres (Camden miscellany, 19/2), (...)

50Ces négociations révèlent certes l’impossibilité d’un accord de fond entre les rois de France et d’Angleterre. Elles montrent aussi que la ligne pacificatrice défendue par la papauté ne pouvait triompher, que par une satellisation du roi de France, en d’autres termes une obéissance du roi aux directives et aux choix politiques du pape, qui ne fut ni durable, ni entière. Les efforts pour la paix demeurèrent effectifs pendant les pontificats des deux derniers papes Urbain V et Grégoire XI, qui espéra sans doute que la reconquête de la Guyenne par les Français amène les Anglais à adopter des positions nouvelles aux conférences de Bruges118. En pure perte. Négociations et conférences manifestèrent en définitive la profonde divergence des objectifs poursuivis par le roi et par le siège apostolique, contraint de ce fait de trouver seul au cours de ce siècle les moyens d’organiser une croisade et de secourir les chrétiens d’Orient. L’idéal de paix universelle défendu par la papauté était entré en contradiction avec les objectifs poursuivis par l’État monarchique, qu’il n’était plus possible de mobiliser en faveur du vicaire du Christ.

  • 119 Voir pour faire court U. Hohensee, M. Lawo, M. Lindner, M. Menzel, O. B. Rader (éd.), Die Goldene (...)
  • 120 Sur tout ceci voir A. Jamme, « Instructions et avis du cardinal Pierre d’Estaing sur le gouverneme (...)

51Parallèlement, la papauté s’était rapprochée de l’autre grand pouvoir universel, l’Empire incarné par un Charles IV dont la politique à l’égard de l’Église contrastait fortement avec celle de ses prédécesseurs119. Loin d’être un adversaire ou même un concurrent en Italie, l’empereur se montrait désormais un soutien du pouvoir pontifical, notamment dans la lutte contre les seigneurs d’Italie du nord. Le pape disposait, à la fin des légations albornoziennes, d’un véritable État dégageant des ressources nettes évaluées en l’absence de guerre, au début du pontificat de Grégoire XI, à 200 000 florins par an. Le soulèvement de Pérouse compromit l’installation d’Urbain V. Mais la conquête de la ville par le cardinal d’Estaing rendit possible le retour du siège apostolique120. Grégoire XI s’y fit immédiatement construire une résidence fortifiée, envisageant ainsi d’abandonner des sujets comtadins à l’obéissance éprouvée, un palais en Provence envié de tous… et une terre dont la douceur était vantée par Pétrarque même.

Notes

1 Sur le regrettable emploi de ce terme au pluriel par les historiens français, voir A. Jamme, « De la République dans la Monarchie ? Genèse et développements diplomatiques de la contractualité dans l’État pontifical (fin xiiie-début xvie siècle) », dans F. Foronda (dir.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (xiiie-xve siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 37-79.

2 Pour faire court on renverra simplement a S. Carocci,Itineranza pontificia : la mobilità della curia papale nel Lazio (secoli XII-XIII), Rome, ISIME (NSS 61), 2003.

3 J.-C. Maire-Vigueur, L’autre Rome : une histoire des Romains à l’époque des communes (xiie-xive siècle), Paris, Tallandier, 2010et C. Wickham, “Roma medievale”.Crisi e stabilità di una città (900-1150), Rome, Viella, 2013.

4 P.-Y. Le Pogam, De la “cité de Dieu” au “palais du pape”. Les résidences pontificales dans la seconde moitié du xiiie siècle (1254-1304), Rome, École française de Rome (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 326), 2005 ; M. T. Gigliozzi,I palazzi del papa : architettura e ideologia. Il Duecento, Rome, Viella, 2003.

5 B. Bolton, A. J. Duggan (éd.), Adrian IV the English Pope (1154-1159): Studies and Texts, Aldershot, Ashgate, 2003.

6 G. Mollat, Les papes d’Avignon (1305-1378), Paris, Letouzey et Ané, 10e éd., 1965, p. 15-22.

7 Comme l’a relevé P. Zutshi, quelques historiens usent encore de l’expression « captivité babylonienne » pour qualifier le xive siècle : « The Avignon Papacy », dans M. Jones (éd.), The New Cambridge Medieval History, vol. VI, c. 1300-c. 1415, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 653-673 et 658.

8 Voir les travaux utiles, mais anciens de D. Waley, « Opinions of the Avignon Papacy : a Historiographical Sketch », dans Storiografia e Storia. Studi in onore di Eugenio Dupré Theseider, vol. I, Rome, Bulzoni, 1974, p. 175-188 et A. Vasina, « Il papato avignonese nella storiografia degli ultimi decenni », dans Aspetti culturali della Società italiana nel periodo del papato avignonese, Todi, Centro di Studi sulla spiritualità medioevale, 1981, p. 9-48.

9 J. Chiffoleau, « Baluze, les papes et la France », dans J. Boutier (dir.), Étienne Baluze, 1630-1718. Érudition et pouvoir dans l’Europe classique, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2008, p. 163-246.

10 Ainsi à propos des indulgences qui auraient été plus largement concédées au xive siècle à la monarchie de France qu’auparavant, « La papauté d’Avignon n’a rien à refuser à une monarchie dont elle dépend », affirmait C. Beaune (Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985, p. 79) !

11 « L’installation du pape à Avignon en 1309 ne se fit pas sous la menace de Philippe le Bel, mais l’influence française eut son rôle dans le processus » (B. Bove, Le temps de la Guerre de Cent Ans (1328-1453), J.-L. Biget (dir.), Paris, Belin (Histoire de France, 4), 2010, p. 396). « La curie pontificale avignonnaise gouverna la chrétienté en osmose avec le Conseil du roi » (C. Gauvard,La France au Moyen Âge du ve au xve siècle, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 388).

12 Voir D. Knowles, D. Obolensky (dir.), Nouvelle histoire de l’Église,t. II, Le Moyen Âge, L. Jézéquel (trad.), Paris, Seuil, 1968, p. 481 ou D. Wood, « “Omnino partialitate cessante”: Clément VI and the Hundred Years War », Studies in Church History, 20, 1983, p. 179-189.

13 Voir G. G. Merlo, « Dal papato ai grandi scismi : crisi delle istituzioni ecclesiastiche », dans N. Tranfaglia, M. Firpo (dir.), La Storia. I grandi problemi dal Medio Evo all’età contemporanea, t. I, Il Medio Evo : I quadri generali, Turin, UTET, 1988, p. 453-475.

14 Telle la synthèse de Patrick Zutshi dans le volume VI de la New Cambridge Medieval History,déjà mentionné, dans laquelle l’auteur relève que tous les papes n’étaient pas attachés avant leur élection à la monarchie de France, mais considère qu’elle a été parmi les pouvoirs séculiers les plus favorisés : il note que presque tous les procès de canonisation ayant abouti avaient été promus par les deux Maisons de France et de Sicile, que la monarchie se fit prêter des sommes énormes, que les papes du xive siècle firent barrage à toutes les démarches qui auraient permis aux Anglais de renforcer leurs positions dans le royaume de France (oubliant peut-être le traité de Guînes), même si ces papes ne furent pas des « créatures des rois de France » (ibid., p. 658-659).

15 M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V avec les rois de France Jean II et Charles V (1362-1370), Paris, F. Vieweg, 1888 ; E. Déprez, Les préliminaires de la guerre de Cent Ans : la Papauté, la France et l’Angleterre (1328-1342), Paris, École française de Rome (Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, 86), 1903.

16 Voir les nombreux travaux d’Hélène Millet, notamment : H. Millet (dir.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI, Modène, F. C. Panini, 1992 ; Suppliques et requêtes : le gouvernement par la grâce en Occident (xiie-xve siècle), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 301), 2003 ; L’Église du Grand Schisme (1378-1417), Paris, Picard, 2009 ; et la collection qui compte désormais de nombreux volumes des Fasti ecclesiae gallicane.

17 Voir notamment K. Plöger,England and the Avignon Popes : the Practice of Diplomacy in Late Medieval Europe, Londres, Legenda, 2005 ; M. T. Ferrer i Mallol, J.-M. Moeglin, M. Sánchez Martínez (éd.), Negociar en la Edad Media / Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 61), 2005 ; B. Bombi, Il registro di Andrea Sapiti, procuratore fiorentino presso la curia papale nei primi decenni del XIV secolo, Rome, Viella (Ricerche dell’Istituto Storico Germanico di Roma, 1), 2007 ; Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux. Actes du XLIe Congrès de la SHMESP, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011 ; S. Péquignot, « Die Diplomatie in Europa des Spätmittelalters. Ein historiographischer Überblick », Zeitschrift für historische Forschung, 39/1, 2012, p. 65-95 ; B. Bombi, « The Roman rolls of Edward II as a source of administrative and diplomatic practice in the early fourteenth century », Historical Research, 85/230, 2012, p. 597-616.

18 M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V…, op. cit., p. 23 et 72.

19 G. Tabacco, La casa di Francia nell’azione politica di papa Giovanni XXII, Rome, ISIME (NSS, 1-4), 1952.

20 En 1319 déjà, ils avaient tenté d’en faire le capitaine de la ligue gibeline (ibid., p. 189).

21 Il s’agit manifestement d’une lettre sinon secrète, du moins close (A. Coulon, S. Clémencet [éd.], Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII relatives à la France, Paris, 1900-1972, 4 vol., no 2102).

22 Une remarque quelque peu narquoise, alors que précisément le pape devait à cette époque s’entremettre entre les rois de France et d’Angleterre, à propos de l’hommage dû par le second au premier, et suggérait que le duché d’Aquitaine fût attribué au prince de Galles, qui pourrait ainsi prêter hommage à Charles IV sans que le souverain anglais n’en souffrit !

23 Le 1er juillet, le pape, peu sûr peut-être de l’impact de sa réponse, demandait à Alphonse d’Espagne et à Charles de Valois d’examiner attentivement les offres gibelines pour mieux conseiller le roi (A. Coulon, S. Clémencet [éd.], Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 2124).

24 En l’occurrence Philippe de Valois, que le pape voulait voir partir en Terre Sainte (ibid., no 1687-1688).

25 Voir A. Jamme, « Le Languedoc en Italie ? Réseaux politiques et recrutement militaire pendant la légation du cardinal Bertrand du Pouget (1319-1334) », dans Jean XXII et le Midi, Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 45), 2012, p. 255-290, p. 274-275.

26 A. Jamme, « Interférences et individuations fiscales : une révision des relations entre la monarchie de France et le siège apostolique aux xiiie et xive siècles », dans J. Morelló Baget (éd.), Financiar el reino terrenal. La contribución de la Iglesia a finales de la Edad Media (XIII-XVI), Barcelone, CSIC (Anejos del Anuario de Estudios Medievales, 72), 2013, p. 15-53, p. 39-44.

27 N. Housley, « The Franco-Papal Crusade negotiations of 1322-3 », Papers of the British School at Rome, 1980, p. 166-185, rééd. dans Id., Crusading and Warfare in Medieval and Renaissance Europe, Ashgate Variorum, 2001, XII. Particulièrement évocateur des intentions pontificales est ce dossier relatif à la croisade, préparé à Avignon peut-être sous la direction de Guillaume Durand, spécifiquement pour Charles IV (voir C. Allmand, The “De re militari” of Vegetius. The Reception, Transmission and Legacy of a Roman Text in the Middle Ages, Cambridge, Cambridge university press, 2011, p. 113).

28 Son consilium a été conservé comme ceux de ces collègues cardinaux (B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, De Boccard (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 201), 1962, p. 221-222.

29 C. Dumontel, L’impresa italiana di Giovanni di Lussemburgo, re di Boemia, Turin, 1952 ; R. Härtel, « Die Italienpolitik Johanns von Böhmen », dans M. Pauly (éd.), Johan der Blinde, Graf von Luxemburg, König von Böhmen (1296-1346), Luxembourg, Publications de la section historique de l’Institut grand-ducal, 1997, p. 363-382.

30 Le roi avait entrepris sont voyage à la fin août (R. Delachenal, Histoire de Charles V, Paris, 1909-1931, vol. II, p. 313.) Il était arrivé à Villeneuve le 16 novembre (R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève, Droz (Mémoires et documents publiés par la Société de l’École des chartes, 28), 1982, p. 426-429).

31 M. Villani, Nuova Cronica, lib. XI, cap. XXXII.

32 Et ce furent : son frère, Anglic, évêque d’Avignon, Guillaume Sudre, évêque de Marseille, et le général des Franciscains, Marco da Viterbo.

33 S. Baluzius, G. Mollat (éd.), Vitae Paparum Avenionensium (1305-1394), vol. II, Paris, Letouzey et Ané, 1916-1922, p. 498. Le roi envoya ses ambassadeurs, mais ce furent Roger de San Severino, comte de Mileto, et Philippe, évêque de Nevers et frère du cardinal Jean de Moulins. Philippe de Mézières déplora leur arrogance (N. Jorga, Philippe de Mézières [1327-1405] et la croisade au xive siècle,Paris, Bouillon,1896, p. 215).

34 Les deux lettres conservées portent la date du 29 novembre 1362 : P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V (1362-1370) se rapportant à la France, Paris, s. d.-1955, no 122-123. On savait, à Avignon, l’affaire conclue avant le 8 février 1363 (ibid., no 205-207).

35 Voir L. J. Thomas, « Séjour du roi Jean II le Bon à Villeneuve-lès-Avignon (16 novembre 1362-16 mai 1363) », Cahier d’histoire et d’archéologie, no 6, 1933, p. 399-412. Le patriarche d’Alexandrie qui avait vendu son hôtel à proximité du Rhône n’était autre que l’ex-dauphin Humbert II (B. Sournia, J.-L. Vayssettes, Villeneuve lès-Avignon. Histoire artistique et monumentale d’une villégiature pontificale, Paris, Éd. du Patrimoine [Cahiers du Patrimoine, 72], 2006, p. 173).

36 M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V…, op. cit., p. 91-94.

37 Sur Pierre Ier, voir le récent ouvrage éd. par R. Blumenfeld-Kosinski and K. Petkov, Philippe de Mézières and His Age. Piety and Politics in the Fourteenth Century, Leyde/Boston, Brill, 2011.

38 Voir G. Butaud, Les compagnies de routiers en France (1357-1393), Clermont-Ferrand, Lemme, 2012.

39 P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 476-487.

40 27 février 1364 (H. Denifle, La guerre de Cent Ans et la désolation des églises, monastères et hôpitaux en France, vol. II, Paris, Picard, 1899, p. 445-446). La bulle semble avoir eu pour conséquence directe le massacre de Sauveterre (canton de Lombez, dans le Gers) : le 7 juin 1364, Urbain V réprimandait Arnoud d’Audrehem, lieutenant du roi dans les parties d’Oc, pour avoir laissé les populations excédées entreprendre sans chef une action contre les sociétés de gens d’armes (P. Lecacheux, G. Mollat [éd.], Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 989).

41 H. Denifle, La guerre de Cent Ans et la désolation…, op. cit., p. 445-452.

42 Pour le roi de France, si croisade il devait y avoir, il fallait à la limite qu’elle soit prêchée d’abord contre les routiers, comme l’a relevé M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V…, op. cit., p. 37-38.

43 K. Fowler, Medieval Mercenaries, t. I, The Great Companies, Oxford, Blackwell, 2001, p. 128.

44 P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 1762-4, et M. Prou, Étude sur les relations politiques du pape Urbain V…, op. cit., p. 126-128. Il n’apparaissait pas même en germe dans les instructions données par Charles V à son frère Louis d’Anjou, envoyé à Avignon au début de l’hiver précédent (éd. par D.-F. Secousse,Recueil de pièces servant de preuves aux Mémoires sur les troubles excités en France par Charles II, dit le Mauvais, Paris, Durand, 1755, p. 200-208).

45 A. Chérest,L’Archiprêtre.Épisodes de la guerre de Cent Ans au xive siècle, Paris, Claudin, 1879, plus particulièrement les p. 303-324 et H. Denifle, La guerre de Cent Ans et la désolation…, op. cit., vol. II, p. 480-484.

46 K. Fowler, Medieval Mercenaries…, op. cit., p. 148, 170.

47 J.-P. Genet, « Politics. Theory and Practice », dans C. Allmand (dir.), The new Cambridge Medieval History, t. VII, 1415-1500, Cambridge, 1998, p. 3-28.

48 Dans le projet du pape, la croisade devait aussi libérer l’Italie des compagnies allemandes et anglaises qui y sévissaient (voir N. Housley, « The Franco-Papal Crusade negotiations… », art. cité).

49 Voir M. Dykmans, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, Bruxelles/Rome, Institut historique belge de Rome (Bibliothèque de l’Institut historique belge de Rome, 24-27), 1977-1985.

50 A. Jamme, « Les couronnements lyonnais de Clément V et de Jean XXII. Imperium pontifical et monarchie française », dans A. Charansonnet, X. Hélary (éd.), De l’Empire au royaume : autour du rattachement de la ville de Lyon à la France, à paraître.

51 Cum paucis sociis, sicut peregrinus, intravit Avenionem ad dominum papam et illa die [4 juillet] comedit cum eo, si l’on suit le Chronicon Vazatense, publié par E. Piganeau d’après divers manuscrits composés au xviie siècle par G. Dupuy, chanoine de Bazas à partir d’une chronique aujourd’hui perdue s’étendant de 1090 à 1489 (Archives historiques de la Gironde, t. XV, p. 41), confirmé par la courte mention publiée dans le Recueil des historiens des Gaules et de la France (t. XXI, p. 404), mais placé à la date du 13 juin : Rex P. de Valesio recessit de Pissiaco, de nocte, pro eundo in Massiliam et Avenionem peregre. Les comptes de la Chambre apostolique montrent que le roi, venant de Marseille, après avoir traversé la Durance à Noves, séjourna à Avignon du 29 juin au 6 juillet. Jean XXII offrit en son honneur un grand dîner, auquel tous les cardinaux et plusieurs comtes et barons furent invités (E. Déprez, Les préliminaires de la guerre de Cent Ans…, op. cit., p. 62, note 4 ; K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII. nebst den Jahresbilanzen von 1316-1375, Paderborn, F. Schöningh (Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hof- und Finanzverwaltung, 2), 1911, p. 131, 305, 522, 523). Le Chronicon Vazatense précise que le monarque ne consacra que peu de temps au pape, puisque le 5 juillet il mangeait à Villeneuve invité par un cardinal dont le nom n’a pas été conservé (Archives historiques de la Gironde, t. XV, p. 41).

52 Le 21 janvier 1335 à Nevers, il avait annoncé son intention de partir pour Avignon (J. Viard, « Lettres d’État enregistrées au parlement de Paris sous le règne de Philippe de Valois », Annuaire Bulletin de la Société de l’histoire de France, no 34, 1897, p. 193-267, no 35, 1898, p. 177-249), avec son frère Charles, comte d’Alençon, voyage auquel il renonça sur le conseil de ses médecins (R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris,Lib. d’Argences, 1958, p. 105). On sait qu’il envoya à Avignon Mile de Noyers. Les instructions fournies par le roi et son rapport ont été conservés (H. Jassemin, « Les papiers de Mile de Noyers », Bulletin philologique et historique, 1918, p. 174-226, p. 213-216).

53 Si l’on suit son itinéraire, reconstruit par J. Viard (Bibliothèque de l’École des chartes, no 74, 1913, p. 74-128, no 84, 1923, p. 166-170, aux p. 120-121).

54 Stefanus Baluzius, Vitae Paparum Avenionensium (1305-1394), G. Mollat (éd.), Paris, Letouzey et Ané, 1916-1922, vol. I, p. 224 ; E. Déprez, Les préliminaires de la guerre de Cent Ans…, op. cit., p. 122.

55 J. Viard (éd.), Les grandes chroniques de France, Paris, Champion, 1920-1953, vol. V, p. 363 ; H. Géraud (éd.), Chronique latine de Guillaume de Nangis avec les continuations de cette chronique, Paris, Renouard, 1843, vol. II, p. 150 ; J. Lemoine (éd.), Chronique de Richard Lescot, Paris, Renouard, 1896, p. 40.

56 Au 14 mars (Archives nationales, JJ 70, no 157).

57 F. Autrand, « L’allée du roi dans les pays de Languedoc (1272-1390), dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne (24e Cong. SHMESP, Avignon juin 1993), 1993, p. 85-97.

58 On relève en outre dans les comptes au 2 juillet des dépenses pro festo facto per papam d. Iohanni de Francia (K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. und Innocenz VI. [1335-1362], Paderborn, F. Schöningh [Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hof- und Finanzverwaltung, 3], 1914, p. 184, 197, 199, 215).

59 Ibid., p. 360. On a pensé que ce voyage avait eu pour objectif l’achat du comté de Provence. D’après Raymond Cazelles, il s’agissait en fait d’une fuite devant la réunion des États à Paris qui imposaient leurs vues à la monarchie (Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon…, op. cit., p. 119).

60 Ibid., p. 89 et 131. Sur le personnage voir dernièrement É. Lebailly, « Le connétable d’Eu et son cercle nobiliaire », Cahiers de recherches médiévales, no 13, 2006, p. 41-52.

61 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI…, op. cit., p. 440 ; erreur dans R. Cazelles, La société politique…, op. cit., qui n’a pas cru bon de consulter les comptes publiés par K. H. Schäfer. Une soixantaine de lits furent apprêtés pour des durées allant de 5 à 13 nuits. Des ornements particuliers furent fabriqués pour les lits que devaient occuper le frère et le fils aîné du roi (K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI…, op. cit., p. 437, 440).

62 Un détail qu’ignorent apparemment les biographes de Charles V (R. Delachenal, F. Autrand).

63 Le compte de Pierre Scatisse, receveur de Nîmes, fourmille d’achats de draps, vêtements et fourrures effectués sur l’ordre du roi Jean durant son séjour, pour un total dépensant les 1 000 écus d’or (BNF, 20876, no 1).

64 R. Delachenal, Histoire de Charles V…, op. cit., vol. I, p. 47.

65 Il entrait à Avignon le 20 novembre et prenait congé le 9 mai, d’après les auteurs des Secunda, Tertia et Quarta Vita d’Urbain V (S. Baluze, G. Mollat, Vitae Paparum Avenionensium…, op. cit., vol. I, p. 384, 394-395, 399-400).

66 Le 20 novembre d’après la Tertia Vita (ibid., p. 394), dîner pour lequel on dressa les tables dans le Grand Tinel (K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter der Päpsten Urban V. und Gregor XI. [1362-1378], Paderborn, F. Schöningh [Vatikanische Quellen zur Geschichte der päpstlichen Hofund Finanzverwaltung, 6], 1937, p. 49), dîner également mentionné par les Grandes Chroniques de France (R. Delachenal, Histoire de Charles V…, op. cit., p. 323). Le 14 décembre, le roi fut convié pour un simple pransus (K. H. Schäfer, op. cit., p. 40).

67 R. Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon…, op. cit., p. 433, 436.

68 L’auteur de la Prima Vita d’Urbain V en livre un tableau presque apocalyptique : Anno Domini LXIIII, in mensibus januarii, februarii et martii, fuerunt quasi generaliter frigora intensissima, geluque fortissimum, adeo quod tam Rodanus quam alia flumina constricta fuere, quod super eis equites et quadrige, etiam multum onerate, transitum haberent solidum et securum. Duravitque in tantum quod ejus nimia rigiditate, seu fortitudine, vites et arbores fructifere, et presertim amicdali et olive quamplurime, fuerunt perdite et totaliter mortificate, seu desiccate, ymo et multe per medium scisse et confracte (S. Baluze, G. Mollat, Vitae Paparum Avenionensium…, op. cit., vol. I, p. 354).

69 C’est la Sexta Vita publiée par S. Baluze. Sur le personnage voir P. Mironneau, « Éloge de la curiosité. Aymeric de Peyrac (vers 1340-1406) », dans Église et culture en France méridionale
(xiie-xive siècles), Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 35), 2000, p. 149-183.

70 Voir J.-H. Albanès, U. Chevalier (éd.), Actes anciens et documents concernant le bienheureux Urbain V pape, sa famille, sa personne, son pontificat, ses miracles et son culte, Paris/Marseille, Picard/Ruat, 1897.

71 La présence de Philippe VI à Avignon en juillet 1330 sert à régler la question lombarde pour G. Tabacco (La casa di Francia nell'azione politica di papa Giovanni XXII…, op. cit., p. 305), alors que pour E. Déprez le roi règle l’organisation et le financement de la croisade que devait conduire le duc de Bourbon (Les préliminaires de la guerre de Cent Ans…, op. cit., p. 122-125).

72 Même la correspondance pontificale officiellement adressée au roi marque une pose durant cette période : voir P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit. 

73 Voir respectivement R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois…, op. cit., et Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon…, op. cit., passim ; H. Jassemin, « Les papiers de Mile de Noyers », art. cité

74 Voir par exemple le compte de Pierre de Galard, maître des arbalétriers du roi, qui s’étend du 19 novembre 1317 au 20 mars 1318 : F. Maillard (éd.), Comptes royaux (1314-1328), Paris, De Boccard (Recueil des historiens de la France. Documents financiers, t. IV), 1961, vol. II, p. 98-101.

75 En 1324 étaient remboursées les dépenses de Mile de Noyers, factis ducendo apud Avinion. et alibi in diversis locis procuratores et advocatos regis et alias personas pro juribus regis defendendis et eundo in persona sua apud Aquas Mortuas et Marciliam extra senescalliam Bellicadri dum erat senescallus (J. Viard, Les Journaux du trésor de Charles IV le Bel,Paris, Imprimerie nationale [Documents inédits sur l’histoire de France], 1917,no 6728).

76 En janvier 1317, le roi envoyait l’évêque de Senlis à Avignon, où il demeurait avec l’évêque de Meaux 73 jours avant de rejoindre le roi à Bourges, qui le renvoyait à Avignon. Il loua de ce fait une maison à Avignon pour 73 jours, puis la fois suivante pour 12 jours, à 1,5 fl. la journée, soit 22 s. et 6 d. En 1332-1334, pour préparer la croisade le roi mandait l’archevêque de Rouen (futur Clément VI) à plusieurs reprises, parfois accompagné d’autres prélats (K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI…, op. cit., p. 116 ; R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois…, op. cit., p. 109-110) ; l’abbé de Fécamp, autre futur cardinal, était envoyé à Avignon en 1371 (L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V [1364-1380], Paris, Imprimerie nationale, 1874, no 741, 763).

77 Tel Simon de Bucy, fin 1344 et en 1348 (R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois…, op. cit., p. 233) ou Jean de Sathonay, également professeur en théologie, en 1348-1349 (Id., Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon…, op. cit., p. 170).

78 Guillaume Flote, fils de chancelier et futur chancelier, était choisi par Charles IV, mais aussi employé près de vingt ans plus tard en 1343-1344 pour l’achat du Dauphiné (R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois…, op. cit., p. 92) ; Firmin de Coquerel, fut envoyé à plusieurs reprises à Avignon entre 1342 et 1346, avant de devenir chancelier du roi ; de même Pierre de La Forêt, fin 1354-début 1355 (Id., Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon…, op. cit., p. 175).

79 Tel Jean de Vienne, ancien chancelier de Philippe, comte de Valois.

80 Hue Quiéret, ancien sénéchal de Beaucaire et maître d’Hôtel du roi, envoyé en 1335 et 1336 à Avignon pour préparer la croisade.

81 La thématique tire en fait ses origines des découvertes de T. Schrader (Die Rechnungsbücher der hamburgischen Gesandten in Avignon 1338 bis 1355, Hambourg, 1907) et du monumental travail d’Heinrich Finke à partir des missives adressées au roi d’Aragon Jacques II par ses procureurs et représentants en curie. Pour appréhender les relations entre le roi de France et le pape, l’historien ne peut malheureusement s’appuyer sur une documentation aussi riche que celle conservée à Barcelone, à Hambourg ou à Londres.

82 Voir notamment D. E. Queller, « Thirteenth century diplomatic envoys : nuncii and procuratores », Speculum, no 35, 1960, réed. Id., Medieval Diplomacy and the Fourth Crusade, Londres, 1980 (Collected Studies, 114), p. 196-213 ; R. A. Schmutz, « Medieval Papal Representatives: Legates, Nuncios and Judges Delegate », Studia Gratiana, no 15, 1972, p. 441-463 ; C. I. Kyer, « Legatus et nuntius as used to denote papal envoys », Medieval Studies, no 40, 1978, p. 473-477 ; R. C. Figueira, « The classification of medieval papal legates in Liber extra », Archivum Historiae Pontificiae, no 21, 1983, p. 211-228 ; Id., « Legatus apostolice sedis : the Pope’s alter ego according to Thirteenth Century Canon Law », Studi medievali, no 27, 1986, p. 527-574.

83 Les cardinaux Guillaume de Peyre-Godin en 1323, Bernard d’Albi en 1339, Andrea Ghini de Malpighi, en décembre 1342, remplacé l’année suivante par Bernard d’Albi, Bertrand, évêque de Senez, en 1354, le cardinal Guillaume de la Jugie l’année suivante, enfin Guy de Boulogne en 1361 et à nouveau en 1372-1373.

84 A. Jamme, « Anges de la paix et agents de conflictualité : nonces et légats dans l’Italie du xive siècle », à paraître dans P. Montaubin (éd.) Les légats pontificaux(mi xie-mi xvie siècle).

85 A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 121.

86 G. Mollat (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes, Paris, 1904-1947, no 61324.

87 Le 15 septembre 1333 (A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 5284) : un légat levait en effet sur les églises des procurations, que le siège apostolique attribuait souvent on le sait aux cardinaux-nonces.

88 P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 475. Voir sur ce point G. Mollat, « Contribution à l’histoire du Sacré Collège de Clément V à Eugène IV », Revue d’histoire ecclésiastique, no 46, 1951, p. 22-112 et 566-574.

89 A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 2221 ; A.-M. Hayez, J. Mathieu, M.-F. Yvan (éd.), Grégoire XI.Lettres communes, Rome, 1992-, no 33976.

90 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII…, op. cit., p. 422, 432 ; sur le personnage voir M. Morard, « Le Studium de la curie pontificale et ses maîtres au temps de Jean XXII », dans Jean XXII et le Midi, Toulouse, Privat (Cahiers de Fanjeaux, 45), 2012, p. 461-545, p. 516-519.

91 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolichen Kammer unter der Päpsten Urban V…, op. cit., p. 152.

92 Liste en annexe dans A. Jamme, « Anges de la paix et agents de conflictualité : nonces et légats… », art. cité

93 Ainsi Guillaume Roger, vicomte de Turenne, frère du pape, était envoyé en mars 1372 aux rois de France et d’Angleterre. Les comptes révèlent l’utilisation de personnages de toute petite envergure, tel Naudon Cotelier, huissier mineur, envoyé au roi super certis negociis p. 507, dont il reste difficile de savoir s’il s’agit d’un représentant ou d’un simple courrier (K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolichen Kammer unter der Päpsten Urban V…, op. cit., p. 381, 487, 507).

94 B. Barbiche, « Les procureurs du roi de France à la cour pontificale d’Avignon », dans Aux origines de l’État moderne. Le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 138), 1990, p. 81-112, p. 92.

95 E. Déprez, J. Glénisson, G. Mollat (éd.), Lettres closes patentes et curiales du pape Clément VI se rapportant à la France, Paris, 1901-1961, no 8503, 9404.

96 Tel Pierre d’Ailles présent en curie de 1353 à 1371 (B. Barbiche, « Les procureurs du roi… », art. cité, p. 93).

97 K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII…, op. cit., p. 420, 446.

98 Pour deux cas de transport rapide à Paris en 1345 par des courriers liés à des marchands, voir K. H. Schäfer, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI…, op. cit., p. 263 et 287.

99 Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon expédiaient leur courrier », dans Id., Études d'histoire médiévale, 2 vol., Paris, SEVPEN, 1968, p. 739-764. Voir également A.-M. Hayez, « Les courriers des papes d’Avignon sous Innocent VI et Urbain V (1352-1370), dans La circulation des nouvelles…, op. cit., p. 49-62.

100 La monarchie ayant renoncé à l’enregistrement, la papauté ayant décidé avec Jean XXII de le développer ; voir O. Canteaut, « Enregistrer, pour quoi faire  ? Éclairages croisés sur les pratiques d’enregistrement de la monarchie française et de la papauté d’Avignon (1316-1334) », dans L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), Paris, Publications de la Sorbonne (39e Congrès de la SHMESP, Le Caire 30 avril-5 mai 2008), 2009, p. 299-331.

101 Le 20 mars 1340, Philippe VI s’adressait à Benoît XII en utilisant la formule : Sanctissimo patri in Domino Benedicto divina providentia sacrosancte romane ac universalis Ecclesie summo pontifici (G. Daumet [éd.], Benoît XII [1334-1342]. Lettres closes, patentes et curiales se rapportant à la France, Paris, 1899-1920, no 708).

102 A. Coulon, S. Clémencet (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 1684.

103 Si vous supplions que sur celi, secont lequel nous voudrions que il seur toutes autres personnes entrepreist, vous vueulliez entendre et y vueulliez tant faire que… (Lettre du 24 avril 1323 adressée par Charles IV au pape : A. Coulon, S. Clémencet [éd.], Lettres secrètes et curiales du pape Jean XXII…, op. cit., no 1687). Voir également la supplication que Philippe VI adressa à Benoit XII pour qu’il lui accorde son pardon après dépense de l’argent levé pour la croisade dans G. Daumet, Benoît XII (1334-1342). Lettres closes, patentes et curiales, op. cit., no 708.

104 A. Meyer, « Emil von Ottenthal revisited : Unterwegs zu einer erweiterten Neuedition der spätmittelalterlichen Regulae Cancellariae Apostolicae », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte. Kanonistische Abteilung, no 91, 2005, p. 218-236.

105 On renverra pour faire court à A. Paravicini Bagliani, Boniface VIII. Un pape hérétique ?, Paris, Payot, 2003, p. 303.

106 F. J. Felten, « Kommunikation zwischen Kaiser und Kurie unter Ludwig dem Bayern (1317-47). Zur Problematik der Quellen im Spannungsfeld von Schriftlichkeit und Mündlichkeit », dans H.-D. Heimann, I. Hlavácek (éd.), Kommunikationspraxis und Korrispondenzwesen im Mittelalter und in der Renaissance, Paderborn, F. Schöningh, 1998, p. 51-89 ; A. Jamme, « “Or çà, Messieurs, vous avez ouy, vive vocis oraculo ? ” Écriture et oralité dans la décision pontificale au xive siècle », dans Gouverner au Moyen Âge, dans A. Mailloux, L. Verdon (éd.), L’Enquête en questions. De la réalité à la “vérité” dans les modes de gouvernement (Moyen Âge-Temps modernes), à paraître.

107 On connaît le rôle de Jean XXII en Gascogne (L. Guérard, Documents pontificaux sur la Gascogne d’après les Archives du Vatican, Paris/Auch, Champion/Cochauraux, 1896).

108 Sans revenir aux travaux d’E. Déprez, mentionnons ceux d’Y. Renouard publiés dans ses Études d’histoire médiévale, op. cit., notamment « Les papes et le conflit franco-anglais en Aquitaine de 1259 à 1337 » et « Les relations d’Edouard II et Clément V d’après les “Rôles Gascons” », p. 911-934, 935-957, mais surtout ceux de P. Chaplais, « English Arguments concerning the Feudal Status of Aquitaine in the Fourteenth Century », Bulletin of the Institute of historical Research, no 21, 1946-1948, p. 203-213, ses Essays in Medieval Diplomacy and Administration, Londres, Hambledon Press, 1981.

109 Sur l’audience pontificale de 1336 voir P. Thomas, « Une source nouvelle pour l’histoire administrative de la Flandre : le registre de Guillaume d’Auxonne, chancelier de Louis de Nevers, comte de Flandre », Revue du Nord, no 10, 1924, p. 5-39.

110 Le 16 janvier 1365, il en informait le roi d’Angleterre. Le 30 octobre, il ordonnait aux évêques de Reims, Cambrai, Thérouanne, Tournai et Arras, de signifier dans les trois jours à Marguerite son excommunication et la soumission de toutes ses terres à l’interdit si elle passait outre (P. Lecacheux, G. Mollat (éd.), Lettres secrètes et curiales du pape Urbain V…, op. cit., no 1510, 2016-2017). En 1369, il interdit à nouveau à Jean, duc de Lancastre, de se remarier avec la fille du comte de Flandre (M.-H. Laurent, P. Gasnault, M. et A.-M. Hayez, J. Mathieu, M.-F. Yvan (éd.), Urbain V (1362-1370). Lettres communes, 12 vol., Paris/Rome, 1954-1989, no 24659). On sait qu’il soutint en revanche le mariage de Marguerite avec le troisième fils de Jean le Bon.

111 Voir J. Miethke, Ai confini del potere. Il dibattito sulla potestas papale da Tommaso d’Aquino a Guglielmo d’Ockham, Padoue, Ed. fancescane, 2005, p. 188-203.

112 E. Déprez, Les préliminaires de la guerre de Cent Ans…, op. cit., PJ no VII, p. 415-417 ; G. Mollat, Les papes d’Avignon (1305-1378), op. cit., p. 410.

113 W. J. Sheils, The Church and War, Oxford, Blackwell, 1983 ; F. Autrand, « Les artisans de la paix face à l’État. La diplomatie pontificale et le conflit franco-anglais au xive siècle », dans P. Contamine (dir.), Guerre et concurrence entre les États européens du xive au xviiie siècle, Paris, PUF, 1998, p. 305-337 ; J.-M. Moeglin, « Négocier pour concilier. Les “négociations” d’Avignon en 1344-1345 entre le roi d’Angleterre et le roi de France », dans F. Collard, M. Cottret (dir.), Conciliation, réconciliation aux temps médiévaux et modernes, Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012, p. 67-100.

114 E. Déprez, « La Conférence d’Avignon (1344). L’Arbitrage pontifical entre la France et l’Angleterre », dans A. G. Little, F. M. Powicke, Essays in Medieval History presented to Thomas Frederick Tout, Manchester, 1925, p. 301-320.

115 P. Jugie, « L’activité diplomatique du cardinal Gui de Boulogne en France au milieu du xive siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, no 145, 1987, p. 99-127.

116 Voir G. Mollat, « Innocent VI et les tentatives de paix entre la France et l’Angleterre (1353-1355) », Revue d’histoire ecclésiastique, no 10, 1909, p. 729-743, p. 739-741.

117 R. Delachenal, « Premières négociations de Charles le Mauvais avec les Anglais (1354-1355) », Bibliothèque de l’École des chartes, no 61, 1900, p. 253-282, p. 280-282.

118 E. Perroy, The Anglo-French negotiations at Bruges, 1374-1377, Londres (Camden miscellany, 19/2), 1952.

119 Voir pour faire court U. Hohensee, M. Lawo, M. Lindner, M. Menzel, O. B. Rader (éd.), Die Goldene Bulle. Politik – Wahrnehmung – Rezeption, Berlin, 2009.

120 Sur tout ceci voir A. Jamme, « Instructions et avis du cardinal Pierre d’Estaing sur le gouvernement des Terres de l’Église (1371) », dans P. Gilli, J. Paviot (dir.), Hommes, cultures et sociétés à la fin du Moyen Âge. “Liber discipulorum” en l’honneur de Philippe Contamine, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2012, p. 69-105.

Auteur

CNRS/Ciham – École française de Rome

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540