Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie I. Le clerc dans l’appareil d’État

Les clerici regis et le service du roi dans le Portugal des xiiie et xive siècles

Hermínia Vasconcelos Vilar

Texte intégral

  • 1 R. Costa Gomes, A Corte dos reis de Portugal no final da Idade Média, Lisbonne, Difel, 1995, p. 11 (...)
  • 2 L. Ventura, A Nobreza de corte de Afonso III,thèse, université de Coimbre, 1992, vol. I, p. 139.

1En 1995, Rita Costa Gomes a écrit dans la publication de sa thèse de doctorat sur La Cour des rois du Portugal à la fin du Moyen Âge : « Cherchez, cependant, une carrière qui commence dans la chapelle royale et qui finit dans l’épiscopat ou dans la Curie, ou essayez même de chercher une carrière qui dépasse cette même chapelle, et ce ne sera pas facile de trouver un exemple1 ». Trois ans plus tôt, en 1992, Leontina Ventura a également souligné dans sa thèse de doctorat sur la Cour d’Afonso III, en faisant référence aux fonctions des clerici regis que « l’exercice de ces fonctions est, dans de nombreux cas, une raison pour de brillantes carrières2 ». Dans ce cas, Leontina Ventura se situait dans une période plus ancienne, qui n’allait pas au-delà de la fin du règne d’Afonso III, c’est-à-dire 1279.

  • 3 R. Costa Gomes, A Corte dos reis de Portugal…, op. cit. Sur l’importance des confesseurs et aumôni (...)

2La divergence que révèle la lecture de ces deux petits textes sur l’importance de la chapelle royale et des clerici regis peut être expliquée, tout d’abord, par la différence entre les périodes choisies par ces deux auteurs. En effet, pour Leontina Ventura, le cadre de l’analyse est la seconde moitié du xiiie siècle, alors que Rita Costa Gomes analyse les derniers siècles du Moyen Âge et, en particulier, le xve siècle. Insistons cependant sur le fait que, pour Rita Costa Gomes, ce qui est en question n’est pas de nier l’importance ou l’influence des ecclésiastiques auprès du roi, mais de relativiser l’importance des fonctions exercées par les clerici regis enregistrés et par les aumôniers royaux près du roi, en vertu des services spécialisés qu’ils ont rendus notamment par rapport à des carrières accomplies dans l’administration ou dans des positions plus proches du monarque, à partir desquelles il est devenu plus facile d’arriver aux postes les plus élevés de la hiérarchie ecclésiastique3.

3Malgré la différence de leurs cadres chronologiques, ces deux textes peuvent servir comme point de départ de notre réflexion, qui vise à comprendre et à réfléchir, en quelques lignes, sur le rôle joué par la chapelle royale et les clerici regis dans la construction des carrières ecclésiastiques, en particulier pour la période comprise entre la seconde moitié du xiiie siècle et les premières décennies du xive siècle. Une période comprise entre 1245 et 1325, qui coïncide grosso modo avec les règnes d’Afonso III et de Dinis.

  • 4 J. Mattoso, « Perspectivas de investigação em história religiosa medieval portuguesa » et H. Vilar (...)
  • 5 Nous parlons du projet « Fasti ecclesiae portugalliae. Prosopografia do clero catedralicio portugu (...)

4Pour la construction de cette analyse, nous pouvons, tout d’abord, nous appuyer sur l’essor remarquable des études sur le clergé séculier portugais et, en particulier, sur les carrières individuelles de ses membres, que l’historiographie portugaise a produites dans les deux dernières décennies. L’évaluation récemment publiée sur l’historiographie portugaise des dernières années4 démontre ce même essor, tout comme l’émergence de projets qui, au cours des deux dernières décennies, ont mis au point la recherche sur les sources d’archives et ont contribué à une meilleure compréhension de la composition sociale des chapitres et à la reconstitution des listes épiscopales des différents diocèses du Portugal5.

  • 6 Voyez par exemple les articles présentés au colloque A Igreja e o clero português no contexto euro (...)
  • 7 La plupart des sources pontificales concernant l’histoire du Portugal ont été publiées par António (...)

5Plus récemment, les questions liées au pouvoir pontifical, en particulier en ce qui concerne les relations de la royauté avec la papauté pendant le xive siècle et la croissance des études sur la mobilité du clergé portugais dans les circuits européens6, nous laissent penser à une résurgence de ces thématiques et nous font espérer une éventuelle augmentation des sources pontificales disponibles concernant l’histoire du Portugal, jusqu’à présent peu connue et encore moins diffusée7.

6D’une manière ou d’une autre, les investissements ci-dessus permettent maintenant la formulation d’hypothèses de travail et la construction d’un cadre des questions impossibles à réaliser il y a encore quelques années.

7D’où notre choix d’analyser les clerici regis pendant la période des xiiie et xive siècles. En effet, l’importance réelle de ces clercs et celle de ces fonctions comme base d’une carrière d’une amplitude croissante dans le cadre de l’église ne sont pas encore vraiment mesurées. Et, tout d’abord, le terme lui-même souffre toujours d’une incertitude sur la caractère réel ou honorifique des fonctions qu’il désigne.

  • 8 L. Ventura, A Nobreza de corte de Afonso III, op. cit., vol. II, p. 1046-1049.

8Membres d’une chapelle royale encore relativement peu organisée au début du xiiie siècle, ces clerici regis sont pourtant présents dans la documentation des premiers monarques. Mais c’est à partir d’Afonso III que le terme devient plus fréquent pour se multiplier sous le règne suivant. Pour le gouvernement d’Afonso III, Leontina Ventura a identifié 59 clerici regis. Parmi eux environ 17 ont occupé des places dans les chapitres, et d’autres comme Durando Pais et Domingos Anes Jardo ont assuré leur place dans l'épiscopat8.

  • 9 M. Farelo, F. Roldão, A. Marques, « Les clercs dans l’administration dionysienne (1279-1325) », Ca (...)
  • 10 Comme cela a été le cas de Domingos Eanes Jardo, Estevão Eanes Bochardo, João Peres do Alporão et (...)
  • 11 Les exemples de rédacteurs sont nombreux. Voir M. Farelo, F. Roldão, A. Marques, « Les clercs… », (...)

9Mário Farelo, Filipa Roldão et André Marques ont, dans une étude datée de 2007, essayé d’identifier les membres du clergé présents dans l’administration royale de Dinis9. Parmi les résultats mis en évidence dans cette étude, l’un des aspects les plus frappants est lié à l’importance numérique du clergé du roi. En effet, il est possible d’identifier environ 90 clerici regis pour une période entre 1279 et 1325. Parmi ceux-ci, beaucoup d’entre eux ont cumulé des fonctions de clerici regis avec les fonctions de chancelier royal10 ou de rédacteur ou même de scribe de la chancellerie11, ce qui prouve l’existence alors d’un lien déjà traditionnel entre la chapelle royale et la chancellerie.

10Cependant, les positions détenues dans la structure de l’église sont beaucoup plus diverses et variées. Sous une forme ou sous une autre, presque tous les clerici regis bénéficient de positions dans la hiérarchie religieuse, qu’il s’agisse de simples cures dans des paroisses ou de canonicats ou encore de dignités capitulaires dans les principaux chapitres. Pour environ quinze de ces clercs, la position tant désirée d’évêque est devenue une réalité, notamment dans des diocèses du territoire du Portugal.

11En effet, pour les 42 ecclésiastiques identifiés comme évêques dans des diocèses portugais pendant le gouvernement de Dinis, quatorze d’entre eux étaient aussi clercs du roi Dinis et, dans certains cas, ils étaient aussi déjà clercs de son père, Afonso III. Dans d’autres cas, comme celui de Vasco Martins, certains des clercs du roi Dinis ont réussi à obtenir des places d’évêque après la mort du roi.

12Cependant, c’est surtout au niveau du chapitre que la présence de membres du clergé du roi a été particulièrement importante, avec 68 canonicats et vingt dignités occupées par les clerici regis pendant cette période.

13L’importance de la jouissance de ce statut semble donc être grande, en particulier dans la construction des carrières ecclésiastiques et plus spécialement pour la période que nous proposons d’analyser, mais une donnée nous échappe tout au long de cette analyse. En effet, sans une étude systématique des membres de la chapelle royale de ces décennies, il est difficile d’établir une chronologie du port de ce titre dans le contexte des carrières individuelles et le rôle qu’il suppose dans le cadre de chacune des carrières.

14En outre, nous ne devons pas oublier que pour beaucoup de ces ecclésiastiques, le bénéfice de ce statut a été une étape dans une longue carrière ou s’est cumulé avec d’autres fonctions, que ces clercs appartiennent à la chancellerie royale ou à la hiérarchie ecclésiastique. Mais le bénéfice de ce statut a avant tout représenté un choix royal, une méthode royale de désigner un clerc parmi le reste des membres du corps ecclésiastique.

15Il n’est donc pas étonnant, ainsi, que tant de ceux qui sont nommés sous le règne d’Afonso III disparaissent avec le règne de son fils et que de nouveaux noms émergent alors, marqués par la reconnaissance et la faveur du nouveau roi. Ces clercs représentent, en effet, une petite partie seulement des ecclésiastiques qui entouraient le monarque. La consolidation du conseil du roi, le développement du Desembargo et la fixation progressive de l’administration royale, surtout après 1325, donneraient une nouvelle formalisation à cette présence ecclésiastique et à ces clercs qui vont évoluer sur la voie d’une croissante spécialisation de leurs fonctions.

Notes

1 R. Costa Gomes, A Corte dos reis de Portugal no final da Idade Média, Lisbonne, Difel, 1995, p. 113.

2 L. Ventura, A Nobreza de corte de Afonso III,thèse, université de Coimbre, 1992, vol. I, p. 139.

3 R. Costa Gomes, A Corte dos reis de Portugal…, op. cit. Sur l’importance des confesseurs et aumôniers, X. de La Selle, Le service des âmes à la cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du xiiie au xve siècle, Paris, École des chartes, 1995. Sur la chapelle royale, entre autres études, voir D. Nogales Rincón, « Las capillas y capellanías reales castellano-leonesas en la baja Edad Media (siglos XIV-XV) : algunas precisiones institucionales », Anuario de Estudios Medievales, 35/2, 2005, p. 737-766 et La representación religiosa de la realeza castellano-leonesa : la Capilla Real (1252-1504), thèse de doctorat, Universidad Complutense de Madrid, 2009.

4 J. Mattoso, « Perspectivas de investigação em história religiosa medieval portuguesa » et H. Vilar, « Estruturas e protagonistas religiosos na historiografia medieval portuguesa », Lusitania Sacra, 2e série, t. XXI, 2009, p. 153-172 et p. 125-152 et H. Vilar et L. Rosa, « The Church and religious practices », dans J. Mattoso (dir.), The Historiography of Medieval Portugal, c. 1950-2010,Lisbonne, Instituto de Estudos Medievais (Estudos, 2), 2011, p. 323-348.

5 Nous parlons du projet « Fasti ecclesiae portugalliae. Prosopografia do clero catedralicio português (1071-1325) » développé dans le CEHR (Centre d’études d’histoire religieuse de la Universidade Católica Portuguesa) avec une équipe de plusieurs universités.

6 Voyez par exemple les articles présentés au colloque A Igreja e o clero português no contexto europeu, Lisbonne, UCP-CEHR, 2005. L. Ventura, A Nobreza de corte de Afonso III, op. cit., vol. II, p. 1046-1049.

7 La plupart des sources pontificales concernant l’histoire du Portugal ont été publiées par António Domingues de Sousa Costa, notamment les suppliques regroupées dans la Monumenta Portugaliae Vaticana,Braga, Editorial Franciscana, vol. I, 1968 ; vol. II, 1970 ; vol. III, 1982 ; vol. IV, 1970.

8 L. Ventura, A Nobreza de corte de Afonso III, op. cit., vol. II, p. 1046-1049.

9 M. Farelo, F. Roldão, A. Marques, « Les clercs dans l’administration dionysienne (1279-1325) », Carreiras Eclesiásticas no Ocidente cristão (séc. XII-XIV), Lisbonne, CEHR-UCP, 2007, p. 271-316.

10 Comme cela a été le cas de Domingos Eanes Jardo, Estevão Eanes Bochardo, João Peres do Alporão et Francisco Domingues.

11 Les exemples de rédacteurs sont nombreux. Voir M. Farelo, F. Roldão, A. Marques, « Les clercs… », art. cité, p. 293-312.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540