Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie I. Le clerc dans l’appareil d’État

Les chanoines de la fin du Moyen Âge étaient-ils au service de l’État ?

Vincent Tabbagh

Texte intégral

1La réponse à la question posée mériterait de nombreuses pages, puisqu’elle met en jeu sur deux ou trois siècles les relations entre l’Église et l’État, aussi bien qu’elle peut se faire assez simplement, par une approche statistique qui mettrait en évidence des moyennes comme des évolutions ou des différenciations régionales. Dans cette seconde démarche, elle trouve une nouvelle formulation, plus précise : combien de chanoines, à quelles périodes et à partir de quels chapitres cathédraux ou collégiaux, ont-ils été, au moment où ils détenaient au moins une prébende, des serviteurs de l’État ? Si la notion de chanoine, limitée ici aux séculiers, ne pose pas de problèmes insurmontables, le service de l’État peut prendre une extension quasi infinie. Prier pour la victoire du prince, la prospérité et la paix du royaume, n’est-ce pas aussi servir l’État, auquel à cette époque le sentiment monarchique se lie de plus en plus étroitement, tout comme payer des décimes ou satisfaire des emprunts forcés ? Une définition assez restrictive s’impose donc, excluant les prestations liturgiques, spirituelles ou médicales destinées à la personne du souverain : le serviteur de l’État participe directement aux institutions qui le représentent et assure durablement des missions précises qui le confortent.

  • 1 Ces chiffres ont été calculés à partir des trois premiers volumes de la collection Fasti ecclesiae (...)
  • 2 J.-M. Matz, « Les chanoines d’Angers au temps du roi René », dans Les serviteurs de l’État au Moye (...)
  • 3 P. Cockshaw (éd.), Prosopographie des secrétaires de la cour de Bourgogne (1384-1477), Ostfildern, (...)
  • 4 Le calcul a été effectué à partir des données de R. Gane, Le chapitre de Notre-Dame de Paris au xi (...)

2Les offices et charges dans l’État se trouvant en nombre réduit par rapport aux prébendes, même si beaucoup de celles-ci faisaient l’objet de cumuls, tous les chanoines ne peuvent être serviteurs. Il semble qu’un chiffre situé entre 10 et 15 %, assez bas finalement, soit pour les chapitres de France du Nord et sur l’ensemble de la période, une moyenne assez représentative. En effet, l’observation de trois grands collèges cathédraux de cette région, entre 1250 et 1499, Amiens, Reims et Rouen, montre que pour le premier 12,2 % du total des chanoines au cours de ces deux siècles et demi ont participé à ce service, 13 % pour le second et 14,5 % pour le troisième1. Chiffres cohérents, qui rejoignent celui de 15 % de chanoines des différentes églises d’Angers qui ont un jour secondé le roi René2 et même, curieusement, les 11 % d’ecclésiastiques faisant une carrière bénéficiale parmi les 239 individus ayant exercé un office de secrétaire à la cour de Bourgogne entre 1384 et 14773. Le phénomène ne s’est développé qu’à partir de la seconde moitié du xiiie siècle, et encore de manière assez timide avant 1300. Il atteint son apogée dans la seconde moitié du xive siècle, avant de connaître un recul qui s’accentue progressivement tout au long du xve siècle. Si 58 chanoines de Rouen ont servi l’État entre 1350 et 1400, leurs successeurs un siècle plus tard ne sont plus que douze. Dans la situation sans doute la plus favorable, le chapitre de Notre-Dame de Paris au xive siècle, la proportion atteint cependant 31,5 %4.

3Dans l’ensemble, la participation des chanoines au service de l’Etat, loin donc d’être générale au sein des chapitres, obéit à un écheveau de facteurs complexes. Des circonstances politiques précises jouent leur rôle, dans le cas rouennais par exemple, où les excellentes relations entretenues par le chapitre avec le duc de Normandie devenu Charles V, qui fit inhumer son cœur dans la cathédrale et y fonda douze grands obits solennels par an, contrastent fortement avec son hostilité certaine envers Charles VII et Louis XI. Plus largement, les membres des chapitres se sont trouvés confrontés à l’ascension d’une élite roturière et laïque, formée elle aussi par les facultés de droit, qui, à partir des offices dans les « bonnes villes », a fini par gagner aussi les cours souveraines. Dans la quête des places, ils rivalisent également avec une noblesse ancienne affaiblie dans ses revenus fonciers. Les conceptions générales sur la mission des clercs évoluent sensiblement, s’élargissant à certains moments pour y intégrer le service de l’État, se resserrant à d’autres sur une nécessaire identité cléricale dont le Siège de Pierre serait le garant, ou sur la défense des libertés de l’Église face au roi, en matière fiscale notamment. Après les tensions du règne de Philippe le Bel et de l’assemblée de Vincennes de 1329, où légistes et clercs avaient voulu fermement tracer les limites des sphères spirituelles et temporelles pour distinguer nettement les responsabilités de chacun des deux glaives, les liens puissants entre la papauté avignonnaise et la cour de France puis les évolutions culturelles du règne de Charles V ont affermi une vision plus cohérente des solidarités entre l’institution ecclésiale et une royauté sacrée incarnant l’État, avant que les années 1420-1470 connaissent un repli sur la prière, la vie intellectuelle et la pastorale de corps canoniaux échaudés par les crises politiques du règne de Charles VI.

Notes

1 Ces chiffres ont été calculés à partir des trois premiers volumes de la collection Fasti ecclesiae gallicanae dirigée par Hélène Millet.

2 J.-M. Matz, « Les chanoines d’Angers au temps du roi René », dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge, XXIXe Congrès de la SHMESP, Pau 1998, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 108.

3 P. Cockshaw (éd.), Prosopographie des secrétaires de la cour de Bourgogne (1384-1477), Ostfildern, J. Thorbecke, 2006.

4 Le calcul a été effectué à partir des données de R. Gane, Le chapitre de Notre-Dame de Paris au xive siècle. Étude sociale d’un groupe canonial, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1999.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540