Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie I. Le clerc dans l’appareil d’État

Quelques remarques sur la participation des chanoines nordiques au service de l’État

Élisabeth Mornet

Texte intégral

  • 1 É. Mornet, J.-M. Maillefer, « Sociétés nordiques en politique xiie-xve siècle. État de la question (...)
  • 2 Je laisse hors du champ de l’analyse qui suit les chanoines peuplant des collégiales royales.

1En raison de tendances historiographiques anciennes, communes aux chercheurs des différents pays septentrionaux, l’histoire de l’Église et de l’État a longtemps été dominée par une approche proprement institutionnelle, par une conception conflictuelle des rapports de pouvoirs, et lorsque l’intérêt se portait sur les acteurs, par les principes de l’« histoire personnelle » (personalhistorie danoise ou personhistoria suédoise), laquelle se rattache dans le Nord aux genres de la biographie et de la généalogie1. Mais depuis une trentaine d’années, les médiévistes nordiques, ouverts à la réflexion conceptuelle et méthodologique suscitée en Europe par le programme « Genèse de l’État moderne », ont reconnu entre autres l’intérêt d’une approche proprement prosopographique dans l’analyse des élites sociales et politiques. Bien que l’étude des « groupes d’acteurs » ait davantage concerné l’aristocratie laïque que les élites ecclésiales, l’évaluation de la place et du rôle des membres des chapitres cathédraux2 dans les sociétés nordiques et l’examen de leurs relations avec les pouvoirs suscitent un intérêt croissant.

2Deux caractéristiques des chapitres cathédraux des provinces ecclésiastiques nordiques (Lund, Nidaros-Trondheim et Uppsala, chacune correspondant aux trois royaumes de Danemark, Norvège et Suède) sont à retenir ici.

  • 3 La densité, la qualité et la continuité chronologique des archives conservées suivent globalement (...)
  • 4 Par exemple, trois dignitaires et dix simples chanoines à Strängnäs ; quatre dignitaires et onze c (...)

3Tout d’abord leur petite taille, si on les mesure à l’aune de chapitres plus méridionaux : vers 1500, époque de leur plus grande extension, ils atteignaient rarement une trentaine de membres – trente chanoines à la cathédrale de Lund, trente-quatre à Roskilde –, la plupart disposaient de dix à vingt prébendes et certains même, comme Hamar en Norvège ou Växjö en Suède, pas plus de sept ou huit3. En revanche, le nombre comparativement important des dignités, entre deux et cinq4, favorisait la progression des simples chanoines dans la hiérarchie capitulaire interne et octroyait à leurs détenteurs un grand poids dans les affaires internes et externes des chapitres.

4Ensuite, le rôle de premier plan tenu par les évêques sur la scène politique, qui étaient peu nombreux mais tous, ex officio, membres de droit du Conseil royal, rejaillissait sur leur entourage capitulaire et mettait celui-ci en position favorable pour intervenir dans les affaires du royaume.

  • 5 É. Mornet, « Les chanoines de Roskilde au service des pouvoirs du début du xive siècle au milieu d (...)
  • 6 D’après les estimations effectuées à partir de ma base de données.
  • 7 Voir aussi l’analyse des fluctuations constatées pour les chanoines de Bergen au service du souver (...)

5Ceci dit, rappelons que dans les pays nordiques, l’État est incarné à la fin du Moyen Âge par le roi. Hors de l’église, les souverains furent donc les « premiers employeurs » des clercs et puisèrent largement dans le vivier canonial pour alimenter notamment les services spécialisés dans les écritures. Certes, on observe des disparités entre les chapitres, à mettre en relation avec le développement inégal des administrations, les fluctuations des conditions politiques dans le temps et, dans le temps comme dans l’espace, leur proximité plus ou moins grande avec les centres du pouvoir monarchique. Ainsi, à Roskilde, située dans la puissante île de Sjaelland, cœur politique du royaume danois, plus du quart des chanoines exercèrent au moins une fonction au service du roi au cours d’un long xve siècle5, alors que 17 à 18 % seulement des chanoines de Lund furent dans le même cas6 : la situation géopolitique de la Scanie, quelque peu périphérique, ainsi que les relations longtemps difficiles entre le roi et le siège archiépiscopal, induisaient probablement une certaine désaffection réciproque7.

  • 8 Je reprends ici quelques aspects du questionnement qui avait alimenté le travail collectif initié (...)

6Malgré ces nuances, la présence des chanoines dans les rouages des États nordiques semble avoir été globalement d’une grande stabilité, et plutôt en croissance, de la fin du xive siècle à l’aube de la Réforme. Cette constatation ne laisse pas cependant de susciter quelques interrogations, certes pas nouvelles, mais qui demandent d’être sans cesse remises sur le métier du chercheur8. Évoquons notamment :

7La terminologie et les notions en usage. Où situer par exemple au Moyen Âge la frontière entre le service personnel ou domestique du souverain et le service de l’État ? La grande porosité entre les deux, maintes fois constatée dans l’analyse des fonctions occupées par les chanoines, risque d’entraîner des décalages dans l’appréciation des carrières et des contours mêmes du « service de l’État ». Cela suppose donc une connaissance précise du vocabulaire médiéval et de ses variations, désignant le service et la fonction : il y a de belles variations à analyser, selon les époques et les régions, des termes capellanus, clericus, secretarius, etc.

  • 9 Sverre Bagge a souligné la non-pertinence de la notion de noblesse en Norvège. J’ai renoncé à la d (...)

8Il en est de même pour la qualification de l’origine sociale, éternel casse-tête des médiévistes. Les contours de la noblesse sont extrêmement mouvants, d’autant plus que la déclinaison, ou non, du statut social d’un individu dépend beaucoup de la nature de la source disponible, d’où l’inadéquation, à mon sens, du terme de « non-nobles » rassemblant tous ceux qui ne sont pas dûment certifiés comme nobles. De même, les stratifications internes, pertinentes dans certains cas, ne le sont pas dans d’autres9. À quoi l’on ajoutera que la distinction des chanoines issus de l’aristocratie nobiliaire versus ceux qui sont passés par l’université, assez courante, n’est pas spécialement appropriée au sein des chapitres nordiques.

  • 10 É. Mornet, « Les chanoines de Roskilde… », art. cité, p. 202-204, et les conclusions de I canonici (...)
  • 11 A. Krarup et J. Lindbæk (éd.), Acta pontificum danica, t. IV, Copenhague, Gad, 1904-1943, no 2584. (...)

9Le lien entre carrière bénéficiale et service de l’État. Autrement dit, l’obtention d’un bénéfice et, ensuite, la progression dans la hiérarchie ecclésiastique doivent-elles quelque chose au service de l’État ou ce dernier résulte-t-il de la présence préalable au sein des chapitres de serviteurs potentiels ? Répondre à cette question est délicat, pour diverses raisons dont la moindre n’est pas la difficulté d’établir avec précision les enchaînements chronologiques entre les deux versants de la carrière d’un chanoine10. Pour autant que cela puisse être établi avec quelque sûreté dans le Nord, il semble que l’entrée au chapitre était plutôt l’occasion d’être distingué par le pouvoir royal que l’inverse, et si une prébende canoniale a pu parfois servir de rétribution pour le service rendu, de nombreux autres paramètres intervenaient dans les conditions d’accès. En revanche, l’accès aux dignités capitulaires et plus encore à l’épiscopat est plus nettement corrélé à l’exercice d’une fonction ou d’un office au service du roi. Les dignités se présentent ainsi comme un mode de récompense prisé du service de l’État et l’on ne s’étonnera pas qu’en 1474, le roi Christian Ier ait obtenu du pape la confirmation de son droit de patronage et de présentation sur seize dignités capitulaires au Danemark et en Suède, soit 40 % du marché disponible11.

10Mais rechercher quel versant de la carrière d’un chanoine fut déterminant pour l’autre est-il si central dans le questionnement ? Ce paramètre difficile à maîtriser présente peut-être moins d’intérêt si l’on considère que la fusion des deux profils – bénéficier et serviteur de l’État – était le résultat d’un échange, dans un contexte géopolitique particulier, entre, d’un côté, le corps canonial dans lequel le prince en quête de serviteurs trouvait un vivier plein de ressources, à savoir la compétence et l’expertise d’hommes de l’écrit déjà pourvus d’une rétribution ou destinés à l’être, et de l’autre, le service de l’État considéré, outre la satisfaction possible d’une ambition personnelle, comme un moyen d’accroissement de prestige, de pouvoir et d’honneur pour tous les groupes d’appartenance : le chapitre, l’église épiscopale, mais aussi le lignage, les alliés, voire les partis, à savoir une multitude de réseaux en quête de participation au contrôle du pouvoir, dans lesquels étaient insérés le chanoine. Bref, le nombre des chanoines serviteurs de l’État serait ainsi un des marqueurs de l’équilibre des groupes constituant la société politique de la fin du Moyen Âge, tout au moins dans les pays du Nord.

Notes

1 É. Mornet, J.-M. Maillefer, « Sociétés nordiques en politique xiie-xve siècle. État de la question », Médiévales, no 50, printemps 2006, p. 7-27, notamment p. 9-13 ; É. Mornet, « Les recherches prosopographiques au Danemark : haut clergé et noblesse laïque xive-xviie siècle », dans F. Autrand (éd.), Prosopographie et Genèse de l’État moderne, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1986, p. 67-76, sur la personalhistorie, p. 71-72.

2 Je laisse hors du champ de l’analyse qui suit les chanoines peuplant des collégiales royales.

3 La densité, la qualité et la continuité chronologique des archives conservées suivent globalement cette hiérarchie. Notons que certains chapitres étaient encore au xve siècle composés de réguliers, ainsi à Odense (moines bénédictins).

4 Par exemple, trois dignitaires et dix simples chanoines à Strängnäs ; quatre dignitaires et onze chanoines à Ribe.

5 É. Mornet, « Les chanoines de Roskilde au service des pouvoirs du début du xive siècle au milieu du xvie siècle », dans H. Millet (éd.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI, Ferrare-Modène, F. C. Panini, 1992, p. 185-205, à propos des légères fluctuations observées, p. 189 et 193.

6 D’après les estimations effectuées à partir de ma base de données.

7 Voir aussi l’analyse des fluctuations constatées pour les chanoines de Bergen au service du souverain entre 1300 et la Réforme, S. Bagge, A. E. Tryti, « Canons in the service of the State. Norway », dans I canonici…, op. cit., p. 177-184.

8 Je reprends ici quelques aspects du questionnement qui avait alimenté le travail collectif initié par Hélène Millet, cité note 5, développés notamment dans les remarques conclusives de l’ouvrage : H. Millet et É. Mornet, « Jalons pour une histoire des chanoines au service de l’État : résultats de l’exploitation de la base de données commune », p. 255-290.

9 Sverre Bagge a souligné la non-pertinence de la notion de noblesse en Norvège. J’ai renoncé à la distinction haute et basse noblesse, bien que ces catégories soient parfois utilisées par les historiens nordiques, préférant une hiérarchisation établie sur la participation ou non des groupes nobiliaires au Rigsråd (Conseil du royaume).

10 É. Mornet, « Les chanoines de Roskilde… », art. cité, p. 202-204, et les conclusions de I canonici…, op. cit., en particulier p. 285-290.

11 A. Krarup et J. Lindbæk (éd.), Acta pontificum danica, t. IV, Copenhague, Gad, 1904-1943, no 2584. É. Mornet, « Les dignitaires des chapitres cathédraux suédois à la fin du Moyen Âge », dans Le clerc séculier au Moyen Âge. Actes du XXIIe Congrès de la SHMESP, Amiens 1991, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 203-213. Après la perte de contrôle du roi danois sur la Suède, la mainmise sur les dignités fut récupérée par les régents, puis par Gustave Vasa.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540