Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie I. Le clerc dans l’appareil d’État

Les chanoines de la fin du Moyen Âge étaient-ils au service de l’État ?

La Hongrie : bilan et perspectives

Gergely Kiss

Texte intégral

Un bilan historiographique

1L’étude du service des chanoines rendu pour un « état » – ce qui veut dire ici le roi, la reine et le haut clergé – est avant tout une question prosopographique. Les résultats en Hongrie, de ce point de vue, ne sont pas très abondants. Les recherches portant sur la société ecclésiastique, surtout celles qui visaient à comprendre l’élite (ou les élites), essayèrent de définir le rôle et l’importance du service de l’État en tant que facteur de l’entrée dans l’élite. Elemér Mályusz, dans sa monographie consacrée à la société ecclésiastique de la Hongrie médiévale remarqua d’une part la relation du service de l’État – ce qui était pour lui uniquement celui du roi – et la carrière ecclésiastique. Et ceci dans deux sens opposés : tandis que tout au long du xiiie siècle, des chanoines et même des évêques quittèrent leurs chapitres et leurs sièges épiscopaux pour assurer le service, plus tard, aux xive-xve siècles, ce fut le service qui fut payé, sous la forme d’un véritable « salaire » représenté par des bénéfices capitulaires et épiscopaux. Mályusz en est arrivé à parler d’une sorte de « sécularisation latente ». Il y comprenait le paiement d’une personne, qui n’était pas forcément un clerc, mais qui avait rendu service au roi. Et le paiement s’effectuait par un bénéfice ecclésiastique, comme il l’a écrit.

2György Bónis, spécialiste du développement de la jurisprudence hongroise au Moyen Âge s’avança plus loin dans la même direction en proposant la formule d’« honorification prébendaire » servant à acquitter les services rendus. Pour lui, les personnes qui rendirent services aux rois, qu’il s’agisse de séculiers ou de clercs, furent non seulement payées mais plutôt honorées par des bénéfices ecclésiastiques. Il faut bien noter cependant que cette thèse repose surtout sur l’analyse des carrières ecclésiastiques des secrétaires royaux de l’époque de Mathias Corvin (1458-1490) et des Jagellons (1490-1526).

3Erik Fügedi – qui examina la composition de la société des prélats hongrois du xve siècle – alla dans le même sens : pour lui aussi, l’avancement sur l’échelle de carrière fut en grande partie influencé par le facteur « service de l’état » des chanoines montant sur l’épiscopat. Fügedi employa donc la même méthode que Mályusz et Bónis.

  • 1 Par exemple Pál Aigl, Vince Bedy, Remig Békefi, Vince Bunyitay, Kálmán Juhász, Ferenc Kollányi, Me (...)
  • 2 Voir la bibliographie et le tableau en annexe.

4Des études particulières – se focalisant sur des établissements capitulaires – sont peu nombreuses. Des listes simples ou annexes jointes à l’histoire de l’établissement en question, représentent une grande partie de ces « études1 ». D’autres – depuis les années 1980 – ont un intérêt prosopographique visant la reconstruction de la constitution du personnel de tel ou tel chapitre. Les travaux de József Köblös, Béla Kovács, László Koszta, Tamás Fedeles, Ilona Kristóf, Péter G. Tóth, Géza Hegyi et Gergely Kiss portent déjà – au-delà de la recension pure et simple du personnel – sur les analyses complexes des mouvements et le dynamisme des chanoines, qu’il s’agisse de leurs études, de leur carrière ou du service de l’État. Sur les quatorze chapitres cathédraux médiévaux, ceux de Pécs, Győr, Eger, Várad, Csanád et Gyulafehérvár ont fait l’objet d’études récentes, tout comme les collégiales de Székesfehérvár, Pozsony2. Il est vrai cependant que ces études ne sont pas concordantes, car elles sont plutôt disparates du point de vue des périodes traitées. Peu nombreuses sont celles qui s’étendent sur une longue durée, sur la période du xiiie au xvie siècle.

Points de repères

5Les méthodes appliquées sont identiques à celles que l’on empoie dans le cas des chapitres occidentaux. L’analyse des modalités de l’entrée dans les chapitres peut apporter des renseignements sur la politique salariale du roi, des hauts officiers du royaume, des prélats, etc. En bref, il s’agit de savoir pourquoi et comment payer les services des officiers. Il est bien évident qu’ils ne doivent pas forcément être des clercs. À l’inverse, l’évolution d’une carrière canoniale peut être attirée par le service qui assure dans la plupart des cas la montée de l’individu.

Les types des services et le cercle des personnes, offices servis

A. Service du roi, de la reine

  1. Diplomates ;
  2. Chanceliers ;
  3. Vice-chancelier ;
  4. Trésoriers ;
  5. Secrétaires royaux ;
  6. Protonotaires ;
  7. Juges du tribunal personalis praesentia regia ;
  8. Chapellaines ;
  9. Auliques.

B. Service des hauts officiers, des prélats

  1. Chanceliers ;
  2. Vice-chancelier ;
  3. Trésoriers ;
  4. Secrétaires archi/épiscopaux ;
  5. Protonotaires ;
  6. Juges du tribunal ecclésiastiques (saints-sièges) ;
  7. Chapellaines ;
  8. Familiarius3.

Résultats

6Les recherches récentes ont contribué à produire des résultats importants du point de vue institutionnel et du point de vue sociologique. Quant aux résultats institutionnels, les listes prosopographiques permettent d’établir qui sont les serviteurs de l’État et assurent par conséquent des connaissances plus exactes sur le fonctionnement de l’administration royale. D’un autre côté, elles ont apporté des résultats sociologiques remarquables. D’une part, ces analyses montrent à grande échelle que les facteurs du dynamisme de la société canoniale agissent en double sens. Pour le xiiie siècle, les chanoines se précipitent surtout au service de l’État, tandis que pour la période plus tardive – les xive-xve siècles – les mouvements sont plutôt provoqués par une politique salariale (ou « honorification prébendaire »). D’autre part, les analyses plus personnelles – donc à une échelle plus restreinte – dessinent des types de carrières canoniales dont l’une est ce qu’on peut appeler une carrière de « serviteur de l’état ». Enfin, les analyses témoignent en général aussi bien de l’existence d’une corrélation entre le service de l’État que de l’ascension du niveau de la société canoniale à celui des prélats.

Perspectives

7Les analyses présentées ont cependant un caractère incomplet. Elles oublient la portée du développement des institutions politiques et corporatives du clergé, le rôle – parfois, il faut bien dire, un peu limité – du droit canonique dans le gouvernement, surtout à l’échelle de longue durée. Cette contribution n’était cependant point négligeable déjà au Moyen Âge et surtout dans la genèse de l’État moderne. Il reste donc à combiner les résultats des analyses prosopographiques et sociales avec ces derniers éléments.

Annexe : État actuel (2011) de recherches prosopographiques des chapitres hongrois médiévaux

Nom du chapitre Période du traitement Date du dernier traitement
Chapitres cathédraux
Esztergom 1001-1901 1901, 2007
Kalocsa-Bács 1009-1526 1992
Pécs 1009-1543 2009
Veszprém 997/1009-1387 1979, 1989
Győr 1009-1526 1968, 1994
Eger 1010-1596 1987
Transylvanie / Gyulafehérvár 1003-1387 1979, 2010
Eger 1030-1526 1987
Csanád 1239-1353 2010
Bihar / Várad années 1070-1541 ? 1983, 2008
Vác vers 1111-1541 ? 1933, 2007
Nyitra années 1080 1994
Zágráb 1234-1526 ? 1994
Bosznia 1231-1526 ? 1987
Szerém 1226/1227/1279-xve siècle ? 1936
Kő ‒ Szerém
Chapitres collégiaux
Esztergom-Zöldmező -1541 1971/1973
Esztergom-Hegyfok -1541 1971/1973
Esztergom-vár -1541 1971/1973
Dömös xiie siècle-1541 1971/1973
Pozsony xve siècle 1984/1987, 1994
Szepes xive siècle 1971/1973
Győr xve siècle 1984/1987
Vasvár xve siècle 1971/1973
Pápóc xive siècle 1971/1973
Veszprém -1541 1971/1973
Felsőörs xve siècle 1971/1973
Hanta xiiie siècle 1971/1973
Székesfehérvár (BMV) xve siècle-1543 1994, 1996
Székesfehérvár (St. Nicolas) xive-xve siècle 1971/1973
Székesfehérvár (St. Pierre) xive-xve siècle 1984/1987
Óbuda xve siècle 1984/1987, 1994
Budavár xve siècle 1971/1973
Felhévíz xve siècle 1971/1973
Chapitres collégiaux
Pécs(vár) fin du xive siècle ? 2007-2009
Pozsega -1543 2007-2009
Szenternye xiiie siècle 1971/1973
Csázma 1232- 1971/1973
Hajszentlőrinc-Bács xve siècle 1971/1973
Titel xie-xvie siècle 1971/1973
Csanád xiiie-xve siècle 1971/1973
Arad xiie-xvie siècle 1971/1973
Ittebő xiiie siècle 1971/1973
Gyulafehérvár  ? 1971/1973
Szeben xiie-xvie siècle 1971/1973
Várad (BMV) -1552 1971/1973
Várad (St. Jean-Bapt.) -1552 1971/1973
Várad (St. Étienn prtomartyr) fin du xve siècle-1552 1971/1973
Eger (BMV) -1596 1987
Eger (St. Étienne roi) -1596 1987
Eger (St. Pierre) -1596 1987
Mislye  ? 1987

Bibliographie

Aigl P.,Historia brevis venerabilis capituli cathedralis ecclesiae Quinque-Ecclesiensis a prima ejusdem origine usque finem anni 1838, Quinque-Ecclesiis, Typis Lycei Episcopalis, 1838.

Árvai T., « A pécsi várbéli Keresztelő szent János társaskáptalan korai története » [La première période de l’histoire du collégial Saint-Jean-Baptiste du château de Pécs], Pécsi Szemle, no 12, 2009/2, p. 3-10.

Bedy V.,A győri székeskáptalan története [L’histoire du chapitre cathédral de Győr], Győr (Győregyházmegye múltjából, 3), 1938.

Békefi R.,A káptalani iskolák története Magyarországon 1540-ig [Histoire des écoles capitulaire en Hongrie jusqu’en 1540], Budapest, Magyar Tudományos Akadémia, 1910.

Bónis Gy., A jogtudó értelmiség a Mohács előtti Magyarországon [Les intellectuels jurisprudents en Hongrie au Moyen Âge], Budapest, Magyar Tudományos Akadémia, 1971.

Bunyitay V., A váradi püspökség káptalanai és monostorai a püspökség alapításától az 1566. évig [Les chapitres et les monastères du diocèse de Várad de la fondation jusqu’à l’année 1566], Nagyvárad (A váradi püspökség története, 1), 1883.

Kovács P. E., « Az egri káptalan káptalan hiteleshelyi és oklevélkiadói tevékenysége az Árpád-korban » [L’activité de lieu authentique et de production de charte du chapitre cathédral d’Eger dans l’époque Árpádienne], Archivum. A Heves Megyei Levéltár Közleményei, no 12, 1990, p. 5-43.

Eckhart Fr., « Die Glaubwürdigen Orte Ungarns im Mittelalter », Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung IX. Ergänzungsband, 1914, p. 395-558.

Érdújhelyi M.,A titeli káptalan története [L’Histoire du chapitre collégial de Titel], Zombor, 1895.

Beke M. (éd.), Esztergomi érsekek 1001-2003 [Archevêques d’Esztergom 1001-2003], Budapest, Szent István Társulat, 2003.

Fedeles T., « Pécsi kanonokok uralkodói szolgálatban, a késő középkorban [Chanoines de Pécs au service du roi au bas Moyen Âge] », dans S. Martonet É. Teiszler (éd.), Medievisztikai tanulmányok. A IV. Medievisztikai PhD-konferencia (Szeged, 2005. június 9-10.) előadásai, Szeged, Szegedi Középkorász Műhely, 2005, p. 7-24

Fedeles T., A pécsi székeskáptalan személyi összetétele a késő középkorban (1354-1526) [Prosopographie du chapitre cathédral de Pécs au bas Moyen Âge (1354-1526)], Pécs, Pécs Története Alapítvány (Tanulmányok Pécs történetéből, 17), 2005.

Fedeles T., « Ausländer in den ungarischen Dom- und Stiftskapiteln während des Spätmittelalters (1301-1526) », dans M. Fontet G. Kiss (éd.), Specimina Nova. Pars Prima Sectio Mediaevalis IV, Pécs, PTE BTK Középkori és Koraújkori Történeti Tanszék, 2007, p. 73-100.

Fedeles T., « Die ungarische Dom- und Kollegiatkapitel und ihre Mitglieder im Mittelalter. Forschungsstand, Aufgaben, Initiativen », dans J. Hrdinaet M. Maříková(éd.),Kapituly v českých zemích a ve středovýchodní Evropě ve středověku, Prague, Scriptorium (Documenta Pragensia, 39), 2011, à paraître.

Fügedi E., « A XV. századi magyar püspökök » [Les évêques du xve siècle], Történelmi Szemle, 1965, p. 477-498.

Tóth P. G., « A csanádi székeskáptalan hiteleshelyi vonzáskörzete (1239-1353) » [L’étendue territoriale de l’activité de lieu authentique du chapitre cathédral de Csanád], dans P. G. Tóth et P. Szabó (éd.),Középkortörténeti tanulmányok 6. A VI. Medievisztikai PhD-konferencia (Szeged, 2009. június 4-5.) ekőadásai,Szeged, Szegedi Középkorász Műhely, 2010, p. 21-49.

Hegyi G., « Az erdélyi dékánkanonoki tisztség betöltése az Árpád- és Anjou-korban » [Les modes d’élection du doyen dans le chapitre chathédral de Transylvanie à l’époque Árpádienne et Angevine], dans P. G. Tóth et P. Szabó (éd.),Középkortörténeti tanulmányok 6. A VI. Medievisztikai PhD-konferencia (Szeged, 2009. június 4-5.) ekőadásai,Szeged, Szegedi Középkorász Műhely, 2010, p. 63-73.

Hermann E.,A katolikus egyház története Magyarországon 1914-ig [L’Histoire de l’Église catholique en Hongrie jusqu’en 1914], München, Auróra Könyvek (Dissertationes Hungaricae ex historia Ecclesiae, 1), 1973.

Juhász K., Die Stifte der tschanader Diözese im Mittelalter. Ein Beitrag die Stifte zur Frühgeschichte und Kulturgeschichte des Banats, Münster, Assendorfsche Verlag, 1927.

Kiss G., « Contribution à l’évolution des chapitres dans la Hongrie médiévale », dans M. Font (éd.), Specimina Nova. Pars Prima Sectio Mediaevalis I., Pécs, PTE BTK Középkori és Koraújkori Történeti Tanszék, 2001, p. 133-145.

Kollányi F., Esztergomi kanonokok 1100-1900 [Les chanoines d’Esztergom 1100-1900], Esztergom, Esztergomi Föszékesegyházi Káptalan, 1900.

Koller J., Historia episcopatus Quinqueecclesiarum,t. I-VII, Posonii, Pesthini, 1782-1812.

Köblös J., Az egyházi középréteg Mátyás és a Jagellók korában [La classe moyenne du clergé aux temps de Mathias Corvin et les Jagellons], Budapest, MTA Történettudományi Intézet (Társadalom és művelődéstörténeti tanulmányok, 12), 1994.

Koszta L., « Conclusion drawn from the prosopographic analysis of the canons belonging to the cathedral chapters of medieval Hungary (1200-1350) »,dans Carreiras Ecclesiásticas no Ocidente Cristao (Séc. XII–XIV),Lisbonne, Universidade Católica Portuguesa (Estudos de Hitoria Religiosa, vol. V), 2007, p. 13-28.

Koszta L., « Die Domkapitel und ihre Domherren bis Anfang des 12. Jahrhunderts in Ungarn », dans B. Nagy et M. Sebők (éd.), The Man of Many Devices, who wandered Full Many Ways. Festschrift in Honor of János M. Bak, Budapest, CEU Press, 1999, p. 478-491.

Koszta L., « A pozsegai káptalan tagjai a XIV. század közepéig » [Les membres du chapitre collegial de Pozsega jusqu’au milieu du xive siècle], dans Id.,Írásbeliség és egyházszervezet, Szeged, JATE-Press (Capitulum, 3), 2007, p. 113-131.

Koszta L., A pécsi székeskáptalan hiteleshelyi tevékenysége (1214-1353) [Les activités de lieu authentique du chapitre cathédral de Pécs (1214-1353)], Pécs, Pécs Története Alapítvány (Tanulmányok Pécs történetéből, 4), 1998.

Kovács B., Az egri egyházmegye története 1596-ig [L’histoire de l’évêché d’Eger jusqu’en 1596], Eger (Az Egri Egyházmegye sematizmusa, 3), 1987.

Kristóf I., Egyházi középréteg a késő középkori Váradon (1440-1526) [La classe moyenne du clergé à Várad au bas Moyen Âge (1440-1526)], thèse, Debrecen, 2008, dactyl.

Fedeles T. et Bilkei I. (éd.), Loca credibilia, Hiteleshelyek a középkori Magyarországon, Pécs, METEM (Egyháztörténeti tanulmányok a Pécsi Egyházmegye történetéből, 4), 2009, p. 11-28.

Kubinyi A., « A kincstári személyzet a XV. század második felében » [Le personnel du Trésor dans la deuxième moitié du xve siècle], Tanulmányok Budapest múltjából, no 12, 1957, p. 25-49.

Mályusz E.,Egyházi társadalom a középkori Magyarországon [Société ecclésiastique dans la Hongrie médiévale], Budapest, Műszaki Kiadó, 2007.

Šedivy J., Mittelalterliche Schriftkultur im Pressburger Kollegiatkapitel, Bratislava, Chronos, 2007.

Sill F., « A vasvár-szombathelyi káptalan hiteleshelyi tevékenysége » [L’activité de lieu authentique du chapitre de Vasvár-Szombathely], dans F. Horváth (éd.), Vas megye múltjából. Levéltári évkönyv 1,Szombathely, Vas Megyei Levéltár, 1976, p. 20-60.

Solymosi L., « Az egri káptalan dékánválasztási statútumai » [Les statuts relatifs à l’élection des doyens du chapitre d’Eger], Levéltári Közlemények, no 63, 1992, p. 137-156.

Tóth I. É., A boszniai káptalan hiteleshelyi oklevelei (1300-1353) [Les chartes de lieu authentique du chapitre cathédral de Bosnie (1300-1353)] (http://www.staff.u-szeged.hu/~capitul/bosznia.htm, consulté le 14 septembre 2013).

Udvardy J., A kalocsai főszékeskáptalan története a középkorban [L’Histoire du chapitre cathédral de Kalocsa au Moyen Âge], Budapest, METEM (METEM Könyvek, 3), 1992.

Vagner J., Adalékok a nyitrai székeskáptalan történetéhez [Contributions à l’histoire du chapitre cathédral de Nyitra], Nyitra, 1896.

Winkler P., A kalocsai és bácsi érseki főkáptalan története alapításától 1935-ig [L’histoire du chapitre cathédral de Kalocsa et de Bács de la fondation jusqu’en 1935], Kalocsa, Árpád részvénytársaság Könyvnyomdája, 1935.

Notes

1 Par exemple Pál Aigl, Vince Bedy, Remig Békefi, Vince Bunyitay, Kálmán Juhász, Ferenc Kollányi, Menyhért Érdújhelyi, József Vagner ou Pál Winkler. Cf. Orientation bibliographique.

2 Voir la bibliographie et le tableau en annexe.

3 Familiarius : serviteur libre d’un seigneur (dominus) appartenant à la famille de ce dernier, accomplissant des services surtout militaires et administratifs. Lien différent de la vassalité, car le seigneur n’était pas autorisé à donner des biens fonciers quelconques, seul le roi avait le droit de donation des biens fonciers.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540