Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie I. Le clerc dans l’appareil d’État

Les chanoines à la fin du Moyen Âge étaient-ils au service de l’État ?

En guise d’introduction pour une table ronde

Pascal Montaubin

Texte intégral

1En 1992, Hélène Millet, en collaboration avec Élisabeth Mornet, publiait un recueil collectif international intitulé : Les chanoines au service de l’État en Europe du xiiie au xvie siècle. Crime de lèse majesté, facétie ou plutôt invitation à un nouvel examen critique ? Les organisateurs du présent colloque ont repris le thème sous une forme interrogative. D’aucuns estimeront peut-être l’affaire déjà classée, mais je ne doute pas qu’Hélène Millet la première, grande spécialiste des chapitres cathédraux à la fin du Moyen Âge, soit consciente de la complexité des réalités passées et n’envisage pas, vingt ans après, le débat encore clos.

2La question s’inscrit dans la vaste problématique de la genèse de l’État moderne et se rapporte plus particulièrement au grand thème des rapports entre l’Église (institution, concepts, personnel) et l’État dans les formes qu’il développa lentement en Europe occidentale à partir des xiie-xiiie siècles. Elle cible précisément un type de personnel ecclésiastique : les chanoines (sous entendu séculiers), qui ont travaillé au moins pour certains d’entre eux dans des structures de gouvernement temporel, tant ecclésiastique que laïque.

3La décennie des années 1980 avait entamé une réflexion stimulante sur le sujet, avec en particulier les biographies cléricales comparées par Bernard Guenée en 1987 : Entre l’Église et l’État : quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle) ou encore le colloque Église et État dans la genèse de l’État moderne (Madrid, 1984), publié par Jean-Philippe Genet et Bernard Vincent en 1986.

4Depuis, de nombreuses études monographiques plus ou moins larges s’accumulent au sujet de l’apport du clergé et des modèles ecclésiastiques dans la construction institutionnelle et idéologique et le fonctionnement de l’État en Europe occidentale. Citons par exemple les actes du congrès de la SHMESP (Pau, 1998, publiés en 1999) : Les serviteurs de l’État au Moyen Âge où plusieurs communications prennent en compte le personnel clérical, l’ouvrage collectif dirigé par Vincent Tabbagh (2006) : Gens d’Église, gens de pouvoir (France, xiiie-xve siècle), ou dans le genre d’une étude prosopographique consacrée à une institution à la fois étatique et ecclésiastique internationale : Thérèse Boespflug, La curie au temps de Boniface VIII (2005). Les nombreuses monographies canoniales contiennent généralement quelques pages qui traitent des activités des chanoines à l’extérieur de leur chapitre : je me permets de renvoyer entre autres à mon article sur le chapitre cathédral d’Anagni au xiiie siècle, entre gloire curiale et vie commune (Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 1997), sans oublier les travaux sur le personnel des collégiales : par exemple les articles de Quentin Griffith (années 1990) sur les chanoines des collégiales royales capétiennes, ou encore la thèse d’Anne Hubert-Massoni sur la collégiale Saint-Germain l’Auxerrois de Paris (1380-1510), éditée en 2009.

5Le temps limité accordé à cette table ronde ne permet pas de faire tout le tour de la question et d’approfondir. Aussi s’agira-t-il avant tout de faire un rapide bilan ciblé sur des thèmes et des aires géopolitiques et d’évoquer des pistes de recherches à poursuivre.

6On ne saurait oublier que plusieurs types de membres du clergé ont été impliqués à divers degrés dans des fonctions au service de l’État. Par conséquent, il convient de dégager une éventuelle spécificité des chanoines par rapport aux autres représentants de ce qui constitue un ordre bien individualisé dans la société médiévale. Il faut ainsi prendre en considération des clercs réguliers (qui ne perçoivent pas de revenus individuels mis à part les abbés) : abbés (tel le bénédictin Suger de Saint-Denis, régent du royaume de France durant la croisade du roi Louis VII au milieu du xiie siècle) et moines, chanoines réguliers (OSA), frères mendiants, etc. Le phénomène est plus massif pour les clercs séculiers (simples tonsurés ou munis des ordres mineurs/majeurs, chanoines de collégiales et de cathédrales, évêques, chapelains et curés de paroisse), qui jouissent des revenus de leur bénéfice ecclésiastique (enjeu économique convoité par les princes) et pour lesquels les contraintes de la règle et de la clôture ne se posent pas.

7Cependant, dans le cas des chanoines séculiers, une des catégories de clercs évoluant dans le monde, l’historien évacue souvent trop vite son obligation de vivre dans la communauté de prière de son chapitre qui se réunissait sept fois durant le jour et la nuit pour la récitation des offices et des messes, avec une activité liturgique redoublée lors des grandes fêtes. Cela lui prenait beaucoup de temps et d’énergie et ne devait pas permettre a priori de s’absenter de son église. Certes, les statuts des cathédrales et collégiales à partir du xiie siècle n’exigèrent plus la résidence continuelle à l’année pour percevoir l’intégralité des revenus de la prébende (six mois consécutifs étaient désormais souvent jugés suffisants). Les communautés canoniales s’adaptaient ainsi aux pressions d’une société contemporaine en mouvement qui impliquait des déplacements et par conséquent des absences pour raison d’étude, de pèlerinage (dont les croisades), de service des institutions ecclésiastiques (chapitre, évêques, papes, etc.). Mais dans le même temps, les chapitres développèrent aussi des stratégies pour inciter leurs chanoines à la résidence, en réduisant notablement les revenus en cas d’absence supérieure au seuil toléré statutairement, en privilégiant la stagnation des gros fruits alors qu’on multipliait les distributions manuelles qu’on ne pouvait percevoir qu’en participant à la liturgie locale. Il s’agissait ainsi de lutter contre les chanoines qui préféraient un service autre que celui de leur église (le service de l’État ne constituant d’ailleurs qu’un des multiples motifs d’absence possibles).

8Certes, sans perdre son bénéfice ecclésiastique, un chanoine pouvait s’absenter en sachant qu’il renonçait aux revenus de sa prébende. Afin de préserver ses gros fruits (les distributions manuelles n’étant pas récupérables), il pouvait aussi obtenir une dispense de résidence de la part de son chapitre, mais cela ne comprenait généralement pas le service d’une tierce puissance laïque, ou encore recourir à une dispense délivrée par l’autorité suprême dans l’Église latine : le pape. Ce dernier accordait d’ailleurs plus généreusement la grâce au maître qui avait besoin de clercs à son service que directement à ces derniers. Néanmoins, bien que ces dispenses aient été accordées abondamment aux xiiie-xve siècles (et encore bien après) dans toute la Chrétienté, il ne s’agissait en rien d’une procédure automatique et nécessaire. Elle reposait en fait sur une subtile dialectique entre les besoins de l’exercice liturgique propre à la communion des saints et les besoins du gouvernement des hommes, indissociables de leur âme qu’il fallait conduire au salut.

9L’approche du phénomène ne peut se réaliser sans la constitution préalable de bases de données prosopographiques aussi complètes que le permet une documentation lacunaire et dispersée. En cela, l’entreprise des Fasti ecclesiae gallicanae lancée par Hélène Millet en 1991 continue à son rythme cette entreprise préliminaire aussi incontournable que fastidieuse. L’analyse de ce type de bases permettra de mieux mesurer la part des membres de chapitres de cathédrales et de collégiales au service de l’État (notion à laquelle nous conservons encore une définition vague). Des études monographiques laissent déjà penser que cette part restait très minoritaire (10 à 15 % en moyenne pour des chapitres cathédraux de la France septentrionale). Voilà qui invite à rappeler ce qui est un peu oublié dans la vulgarisation historiographique, même si cela peut paraître une évidence : la majorité des chanoines médiévaux n’ont servi que leur église locale tout au long de leur vie ; pour d’autres, le service « extérieur » n’a mobilisé qu’une période plus ou moins longue de leur carrière. Cette affirmation péremptoire réclame bien entendu des distinctions et des nuances qui font le sel de l’Histoire. Il conviendrait en particulier de mieux dégager des évolutions chronologiques et d’en expliquer les rythmes qui dépendent aussi bien du temps de l’État conquérant (croissance administrative, choix stratégiques et politiques dans le recrutement de ses serviteurs, clercs et/ou laïcs), que du temps de l’institution ecclésiastique dont on ne saurait sous-estimer le dynamisme (avec d’incessantes « réformes » pour revitaliser les églises locales qui ne plaident a priori pas en faveur d’un « détachement » auprès d’un organisme étatique). L’analyse à plus grande échelle doit aussi prendre en considération les disparités géographiques, liées aux différents stades auxquels sont parvenus telle ou telle puissance étatique à un moment donné, mais aussi à la structure des institutions capitulaires sur un territoire donné (nombre et taille des chapitres, revenu des prébendes, droit de collation, degré de libéralité des statuts sur la résidence, etc.) et à leurs relations politiques et sociales avec le pouvoir étatique.

10Quels avantages les princes et leurs administrations trouvaient-ils aux chanoines ? Relativement à l’ensemble de la population, y compris l’aristocratie laïque, il s’agissait assurément d’individus plus cultivés, mieux formés à l’art oratoire, à l’écriture (latine et vernaculaire), à la réflexion conceptuelle, en particulier en théologie et en droit qui pouvaient apporter des matériaux intéressants pour l’État en construction tant dans sa philosophie que dans son administration quotidienne. Les chanoines apparaissaient aussi plus disponibles, ne serait-ce parce qu’ils n’étaient pas encombrés par un ménage et des enfants ; en revanche, leur parenté constituait un réseau politique non négligeable pour la consolidation d’un régime étatique. D’autre part, ces serviteurs s’avéraient en théorie moins onéreux à entretenir car leur(s) prébende(s) leur fournissai(en)t déjà plus que le minimum vital, et il était considéré comme du devoir du prince de faire attribuer un bénéfice au clerc à son service qui en aurait été dépourvu ou de l’enrichir encore s’il en avait déjà, en puisant dans les prébendes relevant éventuellement de sa collation pleno jure ou en recommandant son serviteur à un collateur ecclésiastique (ordinaire comme un évêque ou un chapitre, ou extraordinaire avec le développement de la politique pontificale à partir du xiie siècle).

11L’articulation entre carrière cléricale et rétribution du service étatique, trop souvent galvaudée, demeure difficile à généraliser. Elle implique de connaître en amont le détail du curriculum vitae du clerc concerné, ce que les sources (surtout avant les xive-xve siècles) permettent rarement d’approcher avec précision. Un peu comme pour la poule et l’œuf, il s’agit de savoir si la prébende constitue une forme de rétribution pour un travail accompli ou si sa détention préalable fait entrer dans un vivier de serviteurs potentiels dans lequel puiserait le prince en fonction de ses besoins. L’étude des cas personnels révèle d’importants contrastes. Beaucoup ont commencé à détenir un ou plusieurs bénéfices avant d’exercer des fonctions au service de l’État, car d’autres critères ouvraient aussi les portes des chapitres : relations familiales, clientélisme régional, études, favoritisme curial, etc. En revanche, l’accès aux dignités capitulaires et à l’épiscopat apparaît plus articulé à une expérience dans les affaires du siècle.

12Le développement des appareils administratifs locaux et centraux, tant ecclésiastiques que laïques, a rendu plus âpre l’obtention des bénéfices ecclésiastiques et les cas de concurrence se sont multipliés à plusieurs niveaux : entre les collateurs (collateurs ordinaires face à l’intrusion extraordinaire des papes à partir des années 1130 et croissante jusqu’au Grand Schisme, sachant toutefois que le patronage laïque fut rarement touché), entre les bénéficiaires des grâces (qu’elles émanent de collateurs différents, ou du même collateur en cas d’expectatives de prébende, sachant que les litiges se multiplièrent dans les périodes de crise ecclésiologique : Grand Schisme et conciliarisme). Cela aboutit à des résultats variés qui permettent de comparer les aires de gouvernement des princes et celles de recrutement des chanoines et de l’obtention de leurs prébendes. Une géographie du pouvoir peut ainsi être établie en analysant la localisation de la prébende en fonction de l’origine géographique du chanoine, mais aussi de l’influence du prince sur le collateur ordinaire, sur le pape, ou comme collateur ordinaire de plein droit. Le cas le plus spectaculaire réside dans les ponctions bénéficiales opérées par la curie romaine à l’échelle de la Chrétienté à partir du xiie siècle, avec une période d’apogée sous les papes d’Avignon, et une vigueur qu’il ne faudrait pas sous-estimer encore aux xve et xvie siècles selon les pays.

13Ces rapports dialectiques plus intenses entre croissance de l’État et accès au bénéfice ecclésiastique perturbèrent le profil des carrières cléricales en encourageant une circulation plus rapide des bénéfices, ainsi qu’un cumul plus fréquent et sur une large échelle géographique. Quelle qu’ait été la pureté des intentions du clerc ou son ambition peccamineuse, la différence de pouvoir juridictionnel et de revenus procurés par tel ou tel bénéfice impliquait structurellement, aux yeux du siècle, l’idée d’un cursus honorum (prébendes de collégiales et/ou de cathédrales de plus en plus rémunératrices, ampleur du cumul, obtention de dignités capitulaires voire de sièges épiscopaux eux-mêmes de plus en plus riches et/ou prestigieux, etc.). Mais l’échelle des valeurs entre carrière étatique et obtention/détention de bénéfices ecclésiastiques fut rarement explicitée et il revient à l’historien de tenter au cas par cas d’en expliquer toutes les subtilités. En effet, les rythmes de progression entre carrière de serviteur de l’État et carrière bénéficiale n’étaient pas nécessairement synchronisés, car d’autres facteurs entraient en ligne de compte : la qualité de la naissance, la faveur du prince, le réseau familial, d’autres types de réseaux sociaux, etc., sans oublier les limites concrètement imposées par le stock de bénéfices disponibles à un moment donné.

14Les modalités pratiques du service de l’État (dans sa version centralisatrice et dans les déclinaisons de l’autorité publique émiettée par les crises féodales des xe-xie siècles) par les chanoines se sont déployées à des échelles différentes : une principauté régionale (gouvernée par un laïc ou un ecclésiastique), un royaume, ou encore la Chrétienté sous l’égide du pape, exclusivement, simultanément ou successivement au cours d’une vie. Elles consistaient à exercer des fonctions temporaires ou sur la longue durée, à détenir un office ou accomplir un service plus informel. Les domaines d’emploi des clercs formaient un éventail extrêmement large. Ils étaient exclus a priori des activités où ils auraient pu être amenés à verser le sang, mais l’on connaît des cas d’évêques qui ont conduit des troupes et ont participé à des combats armés malgré les interdictions canoniques qui semblent toutefois mieux respectées après le xiie siècle, et l’on sait que les ordres religieux de moines soldats constituaient une exception quantitativement notable. Il conviendrait d’ailleurs d’étudier de manière plus approfondie la distinction que l’État était susceptible d’opérer entre ses serviteurs laïques et ses serviteurs clercs. Sans prétendre dresser un catalogue exhaustif, on retrouve les membres du clergé dans les activités de chancellerie (chancelier, notaire, scribe), la justice (juge, enquêteur, expert, et on ne saurait trop insister sur l’importance de la procédure romano-canonique mise au point au tournant des xiie-xiiie siècles), la diplomatie (légats, nonces, membres de délégations envoyées en ambassade), les finances (collecteur, clerc de Chambre des comptes, opérations bancaires), l’administration (intendance, gestion de domaines, exécution de missions), sans oublier le service personnel du prince (chapelain, confesseur, conseiller, familier, médecin) qu’on ne saurait parfois bien distinguer de celui de la structure étatique. Bien évidemment, là encore, plusieurs paramètres étaient à prendre en compte dans l’accès à tel ou tel emploi : l’origine sociale et les formes de sociabilité (protection familiale ou régionale, compagnonnage estudiantin, appartenance à divers réseaux), le niveau d’étude (le passage par une université devint déterminant à partir du xiiie siècle, avec des opportunités différentes selon le type d’études accompli : arts, théologie, droit canonique, droit civil, voire médecine), etc.

15Pour terminer, je voudrais évoquer l’ample et délicat problème politique et ecclésiologique que le partage du personne canonial pouvait poser pour l’Église et pour l’État, plus d’ailleurs que pour les individus concernés eux-mêmes. La difficulté de servir Dieu et César (personnification de l’État) constitue en soi un dilemme inhérent à toute conscience chrétienne, mais il ne connaît pas la même acuité selon les circonstances historiques. S’il était difficile de servir en même temps le Dieu de la Bible et un César polythéiste et semi-divinisé à l’époque du Christ, l’opposition apparaissait moins évidente dans la Chrétienté médiévale avec des Césars (empereur, rois, aristocrates) chrétiens, même si, à partir des xie-xiie siècles, la Réforme « grégorienne » fit jouer de nouvelles lignes de fractures entre l’auctoritas d’un pontife romain qui s’affirmait comme vicarius Christi mais aussi comme imperator et la potestas des princes (empereur germanique inclus). Pour les clercs des xiiie-xve siècles, dans une société qui ne pouvait être pensée que comme exclusivement chrétienne, la participation au fonctionnement des services étatiques des princes laïques ne se concevait pas comme un écart inconfortable entre l’Église et l’État, mais plutôt comme une mission pour l’État dans l’Église, plus précisément pour l’État coopérant avec le clergé et formant l’Église au sens large (communauté des fidèles vivants et morts). La conception d’une res publica comme un corps animé par le souffle divin, avec le prince à sa tête et différents officiers comme membres fut développée par Jean de Salisbury (Policraticon, 1159) et nombres de théoriciens après lui (tel Philippe de Mézières à la fin du xive siècle). Par conséquent, travailler au service d’un prince (laïc comme ecclésiastique), comme serviteur personnel (ne serait-ce que comme conseiller informel) ou dans une administration, revenait à travailler pour l’Église, au moins au sens large de communauté des fidèles, voire pour un État au service de l’Église, un État protecteur de la foi chrétienne, de son clergé, du peuple de Dieu, un État dont la mission consistait à conduire la cité terrestre vers la Jérusalem céleste. En effet, la conception aristotélicienne de l’État, qui se répandit progressivement en Occident à partir du xiiie siècle, ne triompha pas de l’augustinisme politique avant l’époque moderne bien avancée.

16La période allant du xie au xve siècle fut assurément marquée par plusieurs graves conflits entre les puissances laïques et les puissances cléricales, par des tensions entre un modèle culturel catholique universel radicalisé par la papauté grégorienne et l’affirmation d’identités politiques particulières (« nationales ») et de pouvoirs souverains dans le domaine temporel, mais non sans connexions avec les affaires spirituelles. Cela a contraint les membres du clergé, lors de crises ponctuelles, à devoir exprimer une priorité de fidélité, de solidarité envers le clergé (et au sommet le pape) ou le prince qui entendait prendre en charge le gouvernement d’une partie du peuple chrétien, par exemple lors des différends entre Boniface VIII et le roi de France Philippe IV le Bel. Mais la présence qualitativement essentielle des clercs dans l’appareil étatique a contribué à maintenir l’augustinisme politique comme idéologie dominante en Occident ; elle a freiné le développement des conditions d’une laïcisation (au sens conceptuel et athée) de l’État, et a favorisé la sacralisation de l’État moderne (avec le transfert de concepts).

17La méthodologie déployée et les pistes ouvertes sous l’égide d’Hélène Millet en 1992, loin d’être périmées, demandent encore à être explorées et approfondies. Les résultats proposés reposaient sur des échantillons très partiels. Il convient d’élargir la base de données et d’affiner les interrogations pour saisir dans toute sa subtilité la complexité de la société médiévale occidentale. La tâche demeure difficile, car il convient d’obtenir des données homogènes, aptes à la comparaison prosopographique, à partir de sources lacunaires et de travaux historiques aux origines et aux objectifs différents. Elle s’annonce tout aussi délicate pour appréhender les formes de développement différentes des structures étatiques selon les époques et les lieux.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540