Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie I. Le clerc dans l’appareil d’État

Pierre de Mornay, évêque d’Orléans(1288-1296)

Esquisse de régeste d’un épiscopat partagé entre le service de l’Église et celui de l’État

Charles Vulliez

Texte intégral

1Il n’y a pas loin de 170 ans déjà, en 1843/44, dans un article copieux et pionnier à la fois de la Bibliothèque de l’École des chartes intitulé « Pierre de Mornay, chancelier de France », François Guessard écrivait ces lignes :

  • 1 F. Guessard, « Pierre de Mornay, chancelier de France », Bibliothèque de l’École des chartes, 1re  (...)

C’est une justice étrange que celle de l’histoire. Voici un personnage qui fut, pendant 20 ans, conseiller de Philippe le Bel, qui fut évêque d’Orléans et d’Auxerre, ambassadeur, chancelier de France, qui joua un rôle élevé dans les affaires de son temps ; et il est à peine connu, tandis que Flotte, Nogaret, Plasian, ces âmes damnées de Philipe le Bel, sont en possession d’un renom historique auquel Pierre de Mornay a peut-être plus de droits qu’eux1.

  • 2 E. M. Meijers, [L’Université d’Orléans au xiiie siècle], version traduite du Néerlandais et augmen (...)
  • 3 M. Bassano, « Dominus domini mei dixit ». Enseignement du droit etconstruction d’une identité des (...)
  • 4 Notice Petrus de Mornayo.
  • 5 C. Vulliez, Des écoles de l’Orléanais à l’université d’Orléans (xe-débutxive siècle), 5 vol., thès (...)
  • 6 C. Vulliez, s. v. « Mornay (Pierre de) », dans P. Arabeyre et al., Dictionnaire historique des jur (...)
  • 7 J. Favier, Un conseiller de Philippe le Bel. Enguerrand de Marigny, Paris, Presses universitaires (...)
  • 8 J. A. Mac Namara, Gilles Aycelin, the servant of two masters,Syracuse (N. Y.), Syracuse University (...)

2Laissons à notre historien du xixe siècle, la responsabilité du jugement porté par lui sur les trois serviteurs de l’État mis en parallèle avec Pierre de Mornay. Pour ce dernier, nous pouvons dire à tout le moins qu’il a bénéficié d’une certaine revanche de l’histoire : n’est-il pas, de nos jours au cœur de trois entreprises prosopographiques de la part des historiens, celle de la Gallia Philippica, dédiée aux contemporains de Philippe le Bel, dans laquelle il bénéficie d’une notice encore dactylographiée de quatre pages, les entreprises biographiques relatives aux juristes orléanais d’autre part, de Eduard Maurits Meijers/Robert Feenstra2 à Marie Bassano3, en passant par Frank Soeterneer dans le Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexicon (en ligne)4 et nous-même dans notre thèse de doctorat d’État5 et dans le Dictionnaire historique des juristes français6, enfin l’entreprise des Fasti ecclesiae gallicanae où il doit apparaître à la fois dans les volumes consacrés aux diocèses d’Orléans (en préparation par nos soins) et d’Auxerre. En bref, même s’il n’existe pas sur lui à ce jour d’ouvrage de synthèse comme ceux de Jean Favier sur Enguerrand de Marigny7 ou de Jo Ann Mac Namara sur Gilles Aycelin8, on ne peut plus assurément dire maintenant que Pierre de Mornay est à peine connu.

3Notre propos n’est bien sûr pas ici d’écrire une biographie comparable sur le personnage. Plus modestement, et plus spécifiquement, dans le cadre restreint de cette petite contribution, nous nous bornerons, pour cet ancien universitaire orléanais entré au service des souverains capétiens et qui devint aussi évêque d’Orléans, en 1288, d’Auxerre en 1296, à présenter, à titre de test à visée représentative des multiples facettes de son activité de serviteur de l’Église et de l’État, un « régeste » de ces dernières pendant la période correspondant à la phase orléanaise de son épiscopat (décembre 1288-4 février 1296), la plus accessible à nos possibilités documentaires et de recherche présentement.

4Rappelons cependant préalablement ce que nous pouvons connaître de son « histoire » pré-épiscopale, même si en la matière, notre information ne nous permet pas de remonter très antérieurement.

  • 9 C’est le cas des Gesta pontificum autissiodorensium, gestes épiscopaux rédigés par un chanoine ano (...)
  • 10 Gallia christiana, t. VIII, col. 1469.
  • 11 C. de La Saussaye, Annales ecclesiae Aurelianensis, 1610, p. 533.

5L’historiographie traditionnelle s’accorde à voir en lui un rejeton d’une famille noble du Berry9, mais il semble toutefois avoir été précocement lié à l’espace orléanais quant à sa formation et à ses premières études. Les rédacteurs de la Gallia christiana emploient à ce propos une formulation explicite : lacte matricis ecclesie nutritus, ut in quodam instrumentocathedralis testatur10, formulation reprise par eux en fait des Annales ecclesiae Aurelianensis de Charles de La Saussaye11, qui nous donne pour référence un acte du registrum rubeum, le livre rouge, cartulaire de l’église cathédrale Sainte-Croix d’Orléans, aujourd’hui disparu. C’est donc dans cette église qu’il aurait reçu sa première éducation, à une date que nous ne pouvons préciser, mais qui est sans doute sensiblement antérieure aux premières attestations que nous possédons quant à sa vie professionnelle d’enseignant et à sa carrière à la fois ecclésiastique et civile, qui se concentrent dans les années 1278 à 1281, voire un peu plus tard pour cette dernière.

  • 12 Reg BoVIII, no 4013 ; M. Fournier, Statuts et privilèges desuniversités françaises depuisleur fond (...)
  • 13 Fol. 70v b : dominus P. de Morneio anno Domini millesimo CCLXXVIII die veneris ante Natalem Domini (...)

6Pierre de Mornay, qui a fait ses études juridiques au studium universitaire d’Orléans, peut-être sous des maîtres réputés comme Jean de Monchy et Jacques de Révigny, études apparemment poussées jusqu’au doctorat – une lettre du pape Boniface VIII à lui adressée, du 1er mars 1301, l’interpelle en ces termes : tu, qui doctor olim in eodem studio extitisti12 –, a aussi enseigné en ce lieu et, parmi les productions qu’il nous a laissées de son enseignement, figurent trois quaestiones, actuellement conservées dans le manuscrit de Londres, British Library, Arundel 459, et que leur explicit nous dit avoir été disputées en 127813.

  • 14 Gallia christiana, t. VII, col. 259.
  • 15 C. Cuissard, « Les chanoines et les dignitaires de la cathédrale d’Orléans d’après les nécrologes (...)
  • 16 Orléans, Bibl. mun. ms. 552.
  • 17 Reg NIII, no 162 ; Eubel, 1913-1914, t. I, p. 181.
  • 18 F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 143-144, et pièce jointe p. 166-167.

7À cette date de 1278, Pierre de Mornay était peut-être déjà doyen de la collégiale Saint-Germain l’Auxerrois de Paris, selon une indication de la notice de la Gallia christiana pour cet établissement14, laquelle reste cependant difficile à vérifier. Il était aussi, lorsqu’il accéda à l’évêché d’Orléans, archidiacre de Sologne en cette église. L’érudit orléanais Charles Cuissard15, s’appuyant sur les listes dressées au xviiie siècle par un autre érudit du cru, Daniel Polluche16, fait remonter l’accession de notre professeur orléanais à cette dignité à l’année 1263, à la suite de l’archidiacre Herveus. En fait, la liste de Polluche est ici lacunaire et en tout état de cause, Pierre de Mornay ne peut avoir accédé à cette charge au plus tôt qu’après le 3 octobre 1279, date à laquelle le dernier titulaire connu de celle-ci avant lui, Johannes de Chanlaio, fut promu évêque du Mans17. De manière positive, la première attestation qui nous soit connue de Pierre de Mornay en qualité d’« archidiacre de Saaloigne en l’église d’Orléans » est donnée par François Guessard18 et concerne sa présence comme témoin au serment prêté au 30 mai 1281, par l’évêque de Chartres, Simon de Perruche à Pierre, frère de Philippe III le Hardi et comte d’Alençon, de Blois et de Chartres. Est-ce la proximité géographique – la cérémonie se déroule à Chartres – ou la notoriété du jeune professeur en lois qu’était alors Pierre de Mornay qui explique sa présence en cette circonstance, avec les implications politiques qu’elle pouvait revêtir, eu égard à la personnalité du récipiendaire du serment ?

  • 19 C.-V. Langlois, Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par RobertMignon (éd.), Paris, Klincksi (...)
  • 20 On peut le supposer, car la mention de nos trois commissaires se retrouve dans les rôles des sénéc (...)
  • 21 C.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, Paris, Hachette, 1887, p. 147 ; G. Sivery, Phil (...)
  • 22 C.-V. Langlois, Textes relatifs à l’histoire du parlement de Paris, Paris, Picard, 1888, p. 118, n(...)
  • 23 F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 144.

8Pour l’année suivante, le nom de magister P. de Mornayo, archidiaconus Sigalonie figure, en même temps que ceux de Johannes de Puteolis et Gilles Camelin à l’occasion d’un compte des financie facte, au titre des fiefs récemment acquis, pour l’Albigeois et le Cahorsin, compte rendu au Parlement de la Saint-Martin [11 novembre 1282]19. Nos trois personnages avaient-ils été envoyés comme commissaires loyaux en ces fiefs méridionaux à des fins fiscales à cette époque20 ? Il semble bien aussi que Pierre de Mornay eut un rôle non négligeable dans la préparation et les arrière-plans diplomatiques de l’expédition menée par Philippe III le Hardi en Aragon dans les dernières années de son règne : après l’assemblée de barons et prélats réunis à Bourges en novembre 1283, il fut, toujours en qualité d’archidiacre de Sologne et en compagnie d’Étienne de Bayeux, l’un des deux ambassadeurs royaux envoyés en mission à Rome pour exposer au pape Martin IV les représentations et requêtes de ladite assemblée vis-à-vis des conditions mises par ce dernier à une intervention française contre le roi d’Aragon21. Après son retour en France, on le retrouve sur la liste des présents au parlement de Paris du 1er mars 1284 (n. s.), lors de l’arrêt rendu contre le roi de Sicile à propos de ses prétentions à l’héritage d’Alphonse de Poitiers22. Pierre de Mornay était donc au plus tard à cette date clericus regis. On ne peut souscrire ici à l’assertion de François Guessard qui fait partir sa carrière politique en 1285 à l’avènement de Philippe le Bel23. Le service du roi débute chez notre professeur orléanais sous le prédécesseur de ce dernier et est a fortiori bien antérieur à son accession à l’épiscopat à Orléans.

9Venons-en maintenant à celui-là et à cette sorte de « journal » d’un évêque que nous avons souhaité esquisser avec le « régeste » que nous présentons ici.

Pierre de Mornay, évêque d’Orléans : régeste d’un épiscopat

  • 24 Gallia christiana, t. VIII, col. 1469.
  • 25 Orléans, bibl. mun. ms. 550 (xviie siècle), repris dans arch. dép. Loiret, 2 J 2489 (xixe-xxe sièc (...)
  • 26 C.-V. Langlois, Inventaire d’anciens comptes royaux…, op. cit., p. 49, no 204.

10(1) – fin décembre 1288 : accession de Pierre de Mornay à l’évêché d’Orléans. La Gallia christiana, sans référence précise, indique qu’il est élu évêque (eligitur) die jovis anteNativitatem Domini, soit le jeudi 23 décembre ; cependant, une note marginale nuance alias/post, c’est-à-dire le jeudi après, soit le 30 décembre24. C’est cette seconde date qu’une copie moderne du compte de régale nous donne pour la mise en possession par l’évêque Pierre de son temporel25. Toutefois, la courte analyse de ce compte qui est reproduite dans l’« inventaire » de Robert Mignon porte la formulation ante, soit le jeudi 2326.

  • 27 Actes conservés dans le formulaire du ms. BNF lat. 4763, fol. 60 et 81-82, éd. H. G. Scmidt, s. d. (...)

11(2) – s. d. [1288-1296] : Philippe le Bel ordonne à son bailli et à ses autres justiciers orléanais de ne pas bannir les Juifs emprisonnés qui ont été, selon la coutume, libérés à l’occasion du « joyeux avènement » de Pierre de Mornay après sa consécration épiscopale27.

  • 28 Reg. NIV, no 886. Le texte de la bulle précise que ce mariage, entre un miles du nom de Johannes d (...)

12(3) – 31 mars 1289 : l’évêque d’Orléans – non nommément désigné, mais en raison de la date, il ne peut s’agir que de Pierre de Mornay – est chargé par le pape Nicolas IV de trancher un différend relatif à un mariage de validité contestée28.

  • 29 Reg NIV, no 979.

13(4) – 6 avril 1289 : [Pierre de Mornay], évêque d’Orléans, est chargé par le pape Nicolas IV de régler un conflit sur une question de prébende survenu entre la collégiale régulière de Saint-Euverte d’Orléans et l’évêque du lieu prédécesseur ainsi que le chapitre cathédral29.

  • 30 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, Paris, Impr. nationale, 1889, p. (...)

14(5) – 19 mai 1289 : Pierre de Mornay présent à l’audition du compte de l’Ascension des Templiers30.

  • 31 Reg NIV, no 1005-1006. Notice Gallia Philippica (note marginale).

15(6) – 28-30 juin 1289 : [Pierre de Mornay], évêque d’Orléans, ainsi que l’abbé de Moissac, mentionné à propos de la levée de la décime autorisée par le pape à l’occasion des affaires d’Aragon31.

  • 32 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, t. I, Paris, Plon, 1863-1867, p. 261 (no 2667), à partir (...)
  • 33 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., p. 262 (no 2676), à partir du même registre de (...)

16(7-8) – 11 novembre 1289 (Parlement de la Saint-Martin) : « Arrêt permettant à l’évêque et au chapitre d’Orléans, ainsi qu’aux nobles qui possèdent des bois dans la forêt de Lagii, d’affermer la paisson, bien que le Roi ne le fasse pas dans ses propres bois32 » ; « arrêt sur la manière dont l’évêque d’Orléans doit faire dans ses bois les livrées aux usagers, en présence des gens du Roi33 ». Nous n’avons pas la preuve que Pierre de Mornay ait été personnellement présent au Parlement lors de la décision de ces arrêts, même s’ils le concernaient en tant qu’évêque d’Orléans.

  • 34 J. Thillier, E. Jarry, « Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans (814-1300) », Mémoires de la société (...)

17(9) – [ ] 1289 : Pierre, évêque d’Orléans, donne à Matthieu de Barnage la terre du Boschet (maison, bois, prés, vignes, 56 arpents de terre et censives) venus à lui par droit de forfaiture34.

  • 35 G. Digard, Philippe le Bel et le Saint-Siège de 1285 à 1304, t. I, Paris, Recueil Sirey, 1936, p.  (...)

18(10) – [ ] 1289 (?) : date proposée par G. Digard35 pour la rédaction du mémoire composé de mandato domini Aurelianensis episcopi par maître Jean de Pouilly pour défendre les droits de la couronne de France sur la ville de Lyon.

  • 36 Reg NIV, no 1946-1948, 2044-2048, 2089.

19(11) – 18 janvier et 12 février 1290 : le pape Nicolas IV confère à Pierre, évêque d’Orléans, un certain nombre de privilèges spécifiques de sa fonction et de sa condition épiscopales : faculté de concéder la dispense de résidence à des clercs, de concéder des bénéfices ecclésiastiques dans son diocèse, de célébrer des offices dans les lieux de culte frappés d’interdit, de réconcilier ceux qui ont été souillés par des violences ; immunité vis-à-vis des sentences des légats apostoliques ; droit à la possession d’un autel portable36.

  • 37 Reg NIV, no 4299. L’éditeur des analyses dudit registre (E. Langlois), p. 629-630, signale cependa (...)

20(12) – 23 mars 1290 (?) : [Pierre], évêque d’Orléans, en tant que conseiller du roi de France, est invité par le pape Nicolas IV à veiller à la conservation de la liberté de l’Église dans ce royaume37.

  • 38 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., p. 263 (no 2689), à partir de Arch. nat. Franc (...)
  • 39 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., p. 265 (no 2707), à partir du même registre de (...)

21(13-14) – 21 mai 1290 (Parlement de la Pentecôte) : [Pierre de Mornay], évêque d’Orléans, présent au parlement de Paris lors de l’audition par celui-ci de l’appel interjeté par les hommes du comte de Flandre contre un jugement de ce dernier38 ; autre décision, la reine Marguerite et l’abbé de Saint-Denis, en conflit, s’accordent pour s’en remettre à l’arbitrage de l’évêque d’Orléans, de Pierre de La Chapelle et de Roger Barbou39.

  • 40 Notice Gallia Philippica, à partir de Arch. nat. France, P 1390/2, no 492. Le texte de l’accord po (...)

22(15) – [ ] août 1290 : [Pierre de Mornay], évêque d’Orléans aurait pris part à la conclusion d’un accord entre le comte d’Auxerre Jean de Chalon et Marguerite de Beaujeu et d’autre part, Louis de Beaujeu à propos d’un différend relatif au château de « Montmalas », accord entériné par le roi Philippe le Bel à la date précitée40.

  • 41 Reg NIV, no 3725-3730.

23(16) – 25 novembre 1290 : Pierre, évêque d’Orléans est transféré par le pape Nicolas IV sur le siège épiscopal de Carcassonne devenu vacant par la mort de son évêque Gautier et en litige entre deux élus du chapitre concurrents41.

  • 42 Arch. nat. France, LL 387, fol. 54r-v, voir aussi Gallia christiana, t. VII, col. 60, t. VIII, col (...)

24(17) – [ ] 1290 : Pierre de Mornay arbitre un conflit entre le prieur et le monastère de la Charité-sur-Loire, O. S. B., au diocèse d’Auxerre d’une part, et les doyen et chapitre de Saint-Germain l’Auxerrois à Paris de l’autre, au sujet d’une maison dite ad nupces (sic) [ad nuces = aux Noyers], située à Paris dans la rue des Fossés-Saint-Germain ; dans l’acte du prieur de la Charité, reproduit dans le cartulaire de Saint-Germain l’Auxerrois de Paris, sont rappelés les efforts pro bono pacis et concordie de reverendi patris domini Petri de Morneyo, Dei gratia episcopi Aurelianensis, quondamdecani dicte ecclesie sancti Germani42.

  • 43 Reg NIV, no 4941-4942 : 10 jours après, le 19 mai, le siège de Carcassonne est pourvu au profit de (...)

25(18) – 9 mai 1291 : le transfert de Pierre, évêque d’Orléans sur le siège de Carcassonne, est annulé par le pape Nicolas IV43.

  • 44 Notice Gallia Philippica, à partir de Arch. nat. France S 5073/5077 – nous n’avons pu retrouver le (...)

26(19) – avant le 14 juillet 1291 (?) : Pierre de Mornay fait une enquête sur une maison du Temple à Paris44.

  • 45 Analyse et extraits de ce document, aujourd’hui perdu, donnés par G. Estournet (arch. dép. Loiret (...)

27(20) – fin 1291-début 1292 : mise en route sous l’épiscopat de Pierre de Mornay et à son instigation (?) du « livre des fiefs » de l’évêque d’Orléans (poursuivi jusqu’en 1312 et additions ponctuelles postérieures)45.

  • 46 G. Digard, Philippe le Bel…, op. cit., t. I, p. 140, no 1 et t. II, p. 281-283, éd. du procès-verb (...)

28(21) – 9 janvier 1292 (n. s.) : Pierre de Mornay assiste au concile provincial de la province de Sens réuni à Paris pour le secours à la Terre sainte46.

  • 47 Reg NIV, no 7389.

29(22) – 13 janvier 1292 (n. s.) : les évêques de Paris et d’Orléans sont invités par le pape Nicolas IV à intervenir auprès du roi Philippe le Bel pour faire libérer un certain Gilibertus, jadis ambassadeur de feu Alphonse d’Aragon et détenu prisonnier par le roi de France47.

  • 48 Arch. nat. France, J 406, no 15 ; Gallia christiana, t. VIII, col. 1469 ; F. Guessard, « Pierre de (...)
  • 49 Arch. nat. France, J 170, no 26.

30(23) – 27 janvier 1292 (n. s.) : Pierre de Mornay, ainsi que plusieurs autres personnalités, est choisi comme exécuteur testamentaire par Jeanne, comtesse d’Alençon et de Blois48. Le 2 août 1293, après la mort de cette dernière, l’évêque d’Orléans donne procuration aux fins de s’acquitter de ladite exécution du testament49.

  • 50 J. Doinel, « Cartulaire de Notre-Dame de Voisins », Mémoires de laSociété archéologique et histori (...)

31(24) – 19 septembre 1292 : Pierre, évêque d’Orléans, amortit les cens et rentes acquis par les moniales de Voisins, abbaye cistercienne d’Orléans, dans ses fiefs et arrière-fiefs50.

  • 51 G. Digard, Philippe le Bel…, op. cit., t. I, p. 155 et n. 3 (à partir des Annales Januenses, MGH, (...)

32(25) – [ ] décembre 1292 : Pierre de Mornay, en même temps que le comte d’Artois et Pierre Flotte rejoignent à Gênes les représentants de Charles II et du Sacré Collège afin de décider Gênes à s’associer aux hostilités menées contre l’Aragon, mais sans succès51.

  • 52 Arch. nat. France, JJ 31, fol. 12v, no XIII, cité par É. Lalou, Itinéraire de Philippe le Bel, Par (...)

33(26) – (30) mars 1293 : le déplacement de la voie publique effectué par Pierre de Mornay, évêque d’Orléans, pour l’aménagement de 4 étangs (stagna) sur ses terres de Jargeau au diocèse d’Orléans, obtient l’autorisation du roi Philippe le Bel52.

  • 53 Notice Gallia Philippica, à partir de Rymer, 1704-1717 (référence incertaine).

34(27) – Vers mars 1294 : Pierre de Mornay transmet un message du roi au prince Edmond53.

  • 54 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., t. I, p. 283, no 2860 et 2861, à partir de Arc (...)

35(28-29) – 1er novembre 1294 (Parlement de la Toussaint) : « Aveu du doyen de Mehun (Magduni) [= Meung-sur-Loire], au nom du chapitre, en plein Parlement, de tenir de l’évêque d’Orléans le domaine des villages de Oynville (Oyenvilla), et « Agarville » et de leurs dépendances » ; « aveu, en plein Parlement, de la dame de Sully, au nom de ses enfants, de tenir le château et la châtellenie de Sully en fief de l’évêque d’Orléans »54.

  • 55 É. Baluze (éd.), Vitae paparum Avenionensium…, t. III, nouv. éd. par G. Mollat, Paris, Letouzey et (...)
  • 56 Gallia christiana, t. VI, col. 892.

36(30-31) – 9 février-juin 1295 : Pierre de Mornay, avec l’abbé de Saint-Germain des Prés, participe, comme procureur de Charles de Valois et ambassadeur plénipotentiaire de Philippe le Bel, aux négociations qui aboutissent, à l’instigation du pape Boniface VIII, à la paix d’Anagni entre les protagonistes français et le roi Jacques II de Majorque et à la renonciation subséquente par les premiers au profit du second à toutes leurs conquêtes en Aragon55. À ce titre, le 14 octobre de la même année, Pierre de Mornay, associé à l’évêque de Carcassonne, Pierre de La Chapelle-Taillefer, ordonne au sénéchal de cette ville, Jean d’Arrabloy, de restituer un certain nombre de châteaux56.

  • 57 G. Vignat, « Cartulaire de l’abbaye de Notre-Dame de Baugency », Mémoires de la société archéologi (...)

37(32) – 19 février 1295 (n. s.) : l’évêque d’Orléans Pierre fait rendre par son bailli aux assises de Meung une sentence déclarant que le bois de Céveray, qui appartenait à l’abbaye de Beaugency, serait franc du droit de gruerie57.

  • 58 Reg BOVIII, no 160.

38(33) – 27 juin 1295 : [Pierre de Mornay], évêque d’Orléans reçoit du pape Boniface VIII la faculté de relever de son vœu de croisade un clerc qui s’était engagé à aller en Terre sainte58.

  • 59 Reg BOVIII, no 187-189, 194-197, 199.

39(34) – 27 et 30 juin 1295 : le pape Boniface VIII confère à Pierre, évêque d’Orléans (on renouvelle en sa faveur) un certain nombre de privilèges liés à sa fonction d’évêque, relatifs à la concession et aux fruits des bénéfices, dont ceux de tabellions, à la célébration d’offices dans des lieux frappés d’interdit et l’absolution des excommuniés, à la concession d’indulgences, à l’immunité épiscopales59.

  • 60 Reg BOVIII, no 191.

40(35) – 27 juin 1295 : accédant à la demande de [Pierre de Mornay], évêque d’Orléans, motivé par le coût de la réédification de l’église cathédrale nimia vetustate consumpta, le pape Boniface VIII lui concède, ainsi qu’au chapitre, l’affectation à l’œuvre de la fabrique à cet effet des fruits de la première année de tous les bénéfices qui viendront à vaquer dans la ville et le diocèse d’Orléans, et ce pendant la période des quatre prochaines années à venir60.

  • 61 C. de La Saussaye, Annales…, op. cit., p. 533-534 ; F. Lemaire, Histoire et antiquités de la ville (...)
  • 62 Cette bulle supposée pour laquelle La Saussaye donne pour référence les Acta ecclesiae Aurelianens (...)

41(36) – [mai-juin (?)] 1295 : bulle supposée du pape Boniface VIII, dont font état les anciens annalistes de l’église d’Orléans (La Saussaye, François Lemaire61), concédant cent jours d’indulgence à tous ceux qui, après confession, visiteront l’église cathédrale Sainte-Croix tous les premiers dimanches du mois, y écouteront la prédication et donneront au moins un denier à la fabrique pour la réparation de l’église62.

  • 63 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., t. I, p. 289, no 2899, à partir de Arch. nat. (...)

42(37) – 1er novembre 1295 (Parlement de la Toussaint) : « arrêt annulant, à la requête de l’évêque d’Orléans, une citation de la dame de Sully, vassale immédiate de l’évêque, faite par le prévôt de Château-Neuf-sur-Loire par devant le bailli d’Orléans63 ».

  • 64 L. P. Colliette, Mémoires pour servirà l’histoire ecclésiastique, civile et militaire de la provin (...)

43(38) – [ ?] 1295 : passage de Pierre de Mornay, en même temps que le duc de Bourgogne, le comte de Saint-Pol et deux cardinaux à Saint-Quentin en Vermandois – voyage à motif diplomatique (?) – où un vin d’accueil leur est offert64.

  • 65 Allusion est faite à ce statut dans une lettre du pape Boniface VIII à Pierre de Mornay, évêque d’ (...)

44(39) – [1288-1296] : statut établissant un numerus clausus pour le nombre des docteurs du studium universitaire d’Orléans, établi par le scolastique de l’église cathédrale sous l’épiscopat orléanais de Pierre de Mornay65.

  • 66 A.-M. Turcan-Verkerk, « Lettres d’étudiants de la fin du xiiie siècle : les saisons du dictamen à (...)

45(40) – [1288-1296] : lettre d’un formulaire faisant état de la demande faite par un plebanus (prêtre de paroisse) à P. Dei gratia Aurelianensi episcopo, de conférer la cléricature à un certain D. – lettre d’authenticité douteuse66.

  • 67 Reg BOVIII, no 906 ; C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi, t. I, 1913, p. 120.
  • 68 Reg BOVIII, no 904 ; C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi, op. cit., p. 118.

46(41) – 4 février 1296 : après une vacance de plus de trois ans, à la suite de la double élection faite par les chanoines d’Auxerre après la mort de l’évêque Guillaume de Grès [29 janvier 1293], le pape Boniface VIII choisit Pierre de Mornay pour lui succéder et le transfère de l’évêché d’Orléans à celui d’Auxerre67. Ferric de Lorraine succède à Pierre sur le siège d’Orléans le 14 février suivant68.

  • 69 Gallia christiana, t. VIII, col. 1470, se référant au cartulaire de l’église cathédrale, sans doute (...)

47(42) – die jovis post Pascha [29 mars] 1296 (?) : Pierre de Mornay, en différend, en tant qu’évêque d’Orléans, avec le pénitencier de l’église cathédrale, est condamné par une sentence arbitrale à offrir chaque année duas vestes à ce dernier69.

  • 70 Gallia christiana, t. VIII, col. 1470 ; F. Lemaire, Histoire et antiquités de la ville, op. cit., p (...)
  • 71 A. Vidier, L. Mirot, Obituaires de la province de Sens, t. III, Diocèses d’Orléans, d’Auxerre et d (...)

48(43) – 15 février 1297 (a. ou n. st.) : Pierre de Mornay lègue à l’église cathédrale d’Orléans Sainte-Croix une somme de 300 livres pour son anniversaire70. Le livre de distributions du xive siècle de cette église mentionne cet anniversaire, mais ne précise pas le montant de la libéralité associée71.

49Quel bilan dresser à l’issue de ce petit régeste de l’épiscopat orléanais de Pierre de Mornay, régeste sans prétention aucune à l’exhaustivité et ce d’autant plus qu’il se trouve grevé par ailleurs par les pertes subies par les archives départementales du Loiret en 1940. Dans quelle mesure les trois dimensions du personnage que nous rappelions au début de cette étude, l’« universitaire », le serviteur de l’État, celui de l’Église, s’y retrouvent-elles ?

  • 72 E. M. Meijers, [L’Université d’Orléans au xiiie siècle], op. cit., p. 81.
  • 73 Voir supra, item 39 et no 65.
  • 74 Prima vita Clementis V, auctore Joanne canonico Sancti Victoris Parisiensis, dans É. Baluze (éd.), (...)
  • 75 M. Sot, Les gestes des évêques d’Auxerre, op. cit., t. III, p. 15.
  • 76 On pourrait rapprocher de ce type d’activité, comme révélateur de l’estime en laquelle on tenait l (...)

50L’« universitaire » ? Sans doute l’ancien professeur orléanais avait cessé d’enseigner, et peut-être depuis longtemps, lorsqu’il fut promu à l’évêché d’Orléans – nous serions moins catégoriques toutefois que Eduard Maurits Meijers qui faisait partir cette cessation des enseignements de l’accession du maître à l’archidiaconé de Sologne en 128172. Mais, outre le fait qu’il continue à s’intéresser au devenir du studium universitaire dans lequel il avait fait ses premières armes – n’est-ce pas sous son épiscopat orléanais qu’a été élaboré par le scolastique de Sainte-Croix le statut restrictif du nombre des docteurs dont le pape Boniface VIII le chargeait au 1er mars 1301 de pallier certains effets pervers ?73 –, le spécialiste en droit qu’il était devenu, transparaît dans nombre de ses activités au service du roi, de l’Église ou des particuliers. Les contemporains, ou quasi contemporains ne s’y sont pas trompés, qui le qualifient de vir in multis expertus et in utroque jure peritus excellenter (Jean de Saint-Victor)74, ou encore de vir utique in utroque jure peritissimus (Gesta pontificum Autissiodorensium75) et cela explique la multiplicité des arbitrages dans lequel il se trouve impliqué : huit ou dix cas peut-être à relever rien que pour la courte période de notre régeste orléanais76.

  • 77 M. Sot, Les gestes des évêques d’Auxerre, op. cit., t. III, p. 14-15 : « homme de grand conseil po (...)
  • 78 A. Coulon et S. Clemencet (éd.),Jean XXII, lettres secrètes et curiales relatives à la France, Par (...)

51Une partie non négligeable de ces arbitrages ont eu lieu dans le cadre du parlement de Paris. C’est que les souverains capétiens Philippe III, mais surtout, pour des raisons de chronologie, Philippe le Bel ont su comprendre le parti qu’ils pouvaient tirer de la science et de l’expérience de cet éminent juriste : dès les « années quatre-vingt » du xiiie siècle, Pierre de Mornay est clericus regis et les activités de conseil constituent l’un des volets principaux du service du roi rempli par celui que les Gesta pontificum Autissiodorensium qualifiaient de vir […] magniconsilii circa regem auctorizabilis multum77 et qu’une bulle du pape Jean XXII du 21 février 1331 (n. s.) allait jusqu’à présenter comme ayant été de son vivant, quasi curie regie rectorem precipuum78.

  • 79 B. Barbiche, Les actes pontificaux originaux des Archivesnationales de Paris, Cité du Vatican, Bib (...)
  • 80 Régeste, items 6, 10, 22, 25, 27, 30, 31, 38. On pourrait ajouter aussi quelques missions à l’inté (...)
  • 81 J. R. Strayer, The reign of Philip theFair, Princeton, Princeton university press, 1980, p. 63.

52Éminent conseiller royal, à la cour ou au Parlement, Pierre de Mornay est aussi – et c’est là sans doute le second grand volet de son service des souverains capétiens – un de leurs meilleurs diplomates, un de ceux les plus régulièrement chargés de missions difficiles. Cela se vérifie déjà du temps où Pierre n’était encore qu’archidiacre de Sologne et sous le règne de Philippe III, à l’occasion des affaires d’Aragon : n’est-il pas qualifié dans trois lettres du pape Martin IV au roi de France, respectivement du 1er septembre 1283 et des 9 et 10 janvier 1284, outre de chapelain du pape, de nuntius pro parte regia79 ? Nous le retrouvons dans notre régeste, du temps de son épiscopat orléanais donc, participant à cette question des rapports avec l’Aragon jusqu’à la conclusion de la paix d’Anagni en juin 1295, dans laquelle il figure comme plénipotentiaire de Philippe le Bel. Mais c’est aussi dans les relations avec l’Angleterre qu’il est dans le même temps employé et peut-être aussi en ce qui concerne les prétentions du Capétien sur la ville de Lyon80. Cette place des missions diplomatiques au service du roi de France s’est accentuée encore pendant l’épiscopat auxerrois de Pierre de Mornay, et à ce titre nous sommes tentés d’adhérer au jugement de Joseph R. Stengel qui voyait en lui one of Philip the Fair’s more competent diplomats81, le plus compétent peut-être, à tout le moins assurément le plus continûment employé par le roi dans ce domaine.

  • 82 Régeste, items 1, 11, 16, 18, 34, 41.
  • 83 Régeste, items 7, 8, 9, 24, 26, 28, 29, 32, 37 et aussi 20.
  • 84 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., t. I, no 2667, 2676, 2860, 2861 et 2899 ; seul (...)
  • 85 M. Bassano, « Dominus domini mei dixit », art. cité, p. 26 ; abbé J. Nanglard, Livre des fiefs de (...)
  • 86 Régeste, items, 4, 21, 35 et 36, ainsi que 39 et 42.

53Face à une telle prégnance du service royal, quelle place pourrait-il y avoir chez un Pierre de Mornay pour la gestion de ses deux diocèses successifs ? Laissant de côté ici le cas de la période auxerroise de son épiscopat, intéressons-nous à la phase orléanaise de ce dernier : notre petit régeste est-il susceptible d’apporter quelques éléments de réponse à la question ? Si l’on se place au niveau d’une approche statistique brute, il est patent que, sur la quarantaine d’items de notre régeste orléanais, le nombre de ceux dans lesquels la qualité d’évêque diocésain de Pierre de Mornay est concernée à un titre ou a un autre dépasse la vingtaine, soit une proportion fort honorable de plus de 50 %. Une analyse plus détaillée nous conduit toutefois à nuancer une telle appréciation. Il faut mettre à part un premier ensemble d’items relatifs au « mouvement » épiscopal proprement dit (« nomination », transfert avorté à Carcassonne, transfert effectif à Auxerre) qui encadrent son épiscopat à Orléans, de même que l’obtention par notre détenteur de ce siège de la part des papes Nicolas IV et Boniface VIII, respectivement en 1290 et 1295, de privilèges liés à sa fonction épiscopale, soit globalement une demi-douzaine de cas82 dans lesquels notre évêque se trouve concerné « passivement », dirons-nous. Le plus gros ensemble (une bonne dizaine d’items83) intéresse notre prélat en tant que seigneur temporel, voire spécifiquement féodal de son diocèse, soit directement à son profit ou en faveur de particuliers ou d’institutions de cette circonscription, soit par le biais de la cour de Parlement : on notera ainsi que dans l’« inventaire des actes » de celui-ci dressé par Edgard Boutaric, la majorité de ceux dans lesquels il est fait mention de l’évêque d’Orléans (pour la période 1288-1296), soit cinq items sur sept84, se rapportent à cette gestion temporelle ou féodale de ce dernier – dont deux « aveux » de vassaux et une intervention du prélat en faveur d’une de ses vassales, la dame de Sully. Signalons aussi, toujours au même chapitre, la mise en route, très vraisemblablement sous Pierre de Mornay, d’un « Livre des fiefs » de l’évêque pour son diocèse : on retrouve là une initiative dont nous connaissons un autre exemple de la part d’un « ancien » du studium universitaire orléanais à peu près contemporain, avec le « Livre des fiefs » de Guillaume de Blaye, évêque d’Angoulême de 1273 à 130785. Que reste-t-il encore, au vu de notre régeste, parmi les traces d’activité de notre évêque orléanais quant à sa fonction épiscopale ? Fort peu de chose, somme toute, la délivrance, traditionnelle, de prisonniers au lendemain de sa consécration, le règlement d’un différend entre son prédécesseur et la collégiale régulière de Saint-Euverte d’Orléans, la participation du prélat au conseil provincial de Sens, une, peut-être deux, initiatives de l’évêque Pierre, en faveur de la reconstruction de son église cathédrale86. En revanche, aucun statut connu à son actif, à la différence de ses prédécesseurs et successeurs de la période bien pourvue dans ce domaine qui va du milieu du xiiie siècle à la veille de la guerre de Cent Ans, pas de fonction religieuse d’importance, son éventuelle activité pastorale échappe, quant à elle, pour des raisons documentaires, à tous nos efforts d’investigation. En bref, une œuvre épiscopale qui semble se réduire pour Pierre de Mornay à Orléans aux fonctions de gestion temporelle de son évêché et à la mise en service des ressortissants de son diocèse de son expérience de juriste et de son crédit auprès du souverain Capétien ou des pontifes romains.

  • 87 F. J. Pegues, The Lawyers of the Last Capetiens, Princeton, Princeton University Press, New Jersey (...)

54En guise de conclusion à cette succincte et bien incomplète évocation, à travers essentiellement l’exemple de sa prélature orléanaise, des multiples facettes de l’activité de ce lawyer – pour reprendre le vocable du titre de l’ouvrage bien connu de Franklin J. Pegues87 – que fut Pierre de Mornay, nous suggérions deux remarques.

  • 88 Une liste en est donnée par E. M. Meijers, Études d’histoire du droit, op. cit., p. 20 et n. 75 : (...)
  • 89 Doit-on voir une représentation symbolique de cette dualité de fonctions dans les deux sceaux de P (...)

55Du point de vue historique, ce dernier fait partie de cette génération relativement privilégiée d’anciens « universitaires » orléanais, pour la plupart professeurs de droit civil, qui, soit grâce à la notoriété acquise dans leur enseignement, soit en raison de leur engagement au service de l’Église ou du souverain accèdent à l’épiscopat à la charnière des xiiie et xive siècles : on peut en dénombrer une dizaine à porter le titre d’évêque en l’année symbole 1300, dont une majorité a été à un moment ou l’autre des serviteurs de l’État88. Parmi eux, Pierre de Mornay nous apparaît comme l’un de ceux qui semble avoir le mieux réussi à concilier les obligations nées de ce double engagement, du moins au vu de nos analyses et du petit régeste qui constitue l’élément central de notre contribution89.

56Cette contribution, nous l’avons conçue comme une sorte de test méthodologique, mettant en parallèle l’historiographie traditionnelle et l’article pionnier de François Guessard de 1843/44 d’une part, l’apport des nouvelles entreprises prosopographiques récentes ou en cours de l’autre. L’article de François Guessard à la fois érudit et bien documenté reste encore pour une large part, plus d’un siècle et demi après sa parution, l’ouvrage de référence sur Pierre de Mornay. Toutefois, il est patent qu’il ignorait à peu près tout de la fonction professorale et des productions juridiques du personnage, qu’on fait connaître les travaux des spécialistes de l’histoire de l’école de droit d’Orléans.

  • 90 Citons, à titre d’exemple – déjà évoqué – la connaissance que nous pouvons avoir présentement des (...)

57Par ailleurs, même si elles restent encore trop souvent inédites, les recherches menées dans le cadre de la Gallia Philippica, prolongeant et exploitant les entreprises de publication documentaire des Archives nationales de France et du Recueil des historiens de la France pour la période des derniers Capétiens directs ainsi que la mise en œuvre en cours des notices épiscopales des Fasti ecclesiae gallicanae, au moins pour le diocèse d’Orléans, permettent de préciser, d’approfondir ou de compléter les analyses de François Guessard90, de mieux appréhender, en quelque sorte, la multiplicité et la diversité des activités du personnage – autant de jalons pour une étude de synthèse sur Pierre de Mornay que nous ne pouvons, au terme de cette contribution, qu’appeler de nos vœux.

Registres pontificaux

58Pour les registres pontificaux de l’École française de Rome, nous avons repris ici le système d’abréviations utilisé dans les volumes des Fasti ecclesiae gallicanae :

59Reg NIII : Nicolas III (1277-1280), par J. Gay et S. Clemencet, 1898-1938.

60Reg MAIV : Martin IV (1281-1285), par F. Olivier Martin, 1901-1935.

61Reg NIV : Nicolas IV (1288-1292), par E. Langlois, 2 vol., 1887-1893.

62Reg BOVIII : Boniface VIII (1294-1303), par G. Digard, M. Faucon, A. Thomas et R. Fawtier, 4 vol., 1884-1939.

Notes

1 F. Guessard, « Pierre de Mornay, chancelier de France », Bibliothèque de l’École des chartes, 1re sér. 5, 1843/44, p. 243.

2 E. M. Meijers, [L’Université d’Orléans au xiiie siècle], version traduite du Néerlandais et augmentée dans R. Feenstra et H. F. W. D. Fischer, Études d’histoire du droit,t. III, Leyde, 1959, p. 81-84 et passim.

3 M. Bassano, « Dominus domini mei dixit ». Enseignement du droit etconstruction d’une identité des juristes et de la science juridique. Le studium d’Orléans (c1230-c. 1320), 2 vol., thèse dirigée par C. Leveleux-Teixeira, université Paris 2 Panthéon-Assas, 2008, t. II, p. 66-68 et 204-206.

4 Notice Petrus de Mornayo.

5 C. Vulliez, Des écoles de l’Orléanais à l’université d’Orléans (xe-débutxive siècle), 5 vol., thèse de doctorat d’État, dirigée par P. Riché, université Paris 10, 1993, p. 1423-1424.

6 C. Vulliez, s. v. « Mornay (Pierre de) », dans P. Arabeyre et al., Dictionnaire historique des juristes français, xiie-xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 2007, p. 580-581. Chacune des notices des auteurs répertoriés sous les notes 2 à 6 inclus apporte son lot de bibliographie sur le personnage.

7 J. Favier, Un conseiller de Philippe le Bel. Enguerrand de Marigny, Paris, Presses universitaires de France, 1963.

8 J. A. Mac Namara, Gilles Aycelin, the servant of two masters,Syracuse (N. Y.), Syracuse University Press, 1973.

9 C’est le cas des Gesta pontificum autissiodorensium, gestes épiscopaux rédigés par un chanoine anonyme de la cathédrale d’Auxerre peu après 1372, d’après le dernier éditeur [M. Sot (dir.), Les gestes des évêques d’Auxerre(Gestapontificum autissiodorensium), 3 t., Paris, Les Belles Lettres, 2002-2009, p. 14-19] ou des rédacteurs de la Gallia christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. VII, col. 299. Voir aussi F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 243, qui donne Pierre comme le deuxième fils de Guillaume de Mornay. On peut supposer que ce dernier était le seigneur du château de ce nom, Mornay-Berry, Cher, ar. Saint-Amand-Mond-Rond, c. Nérondes.

10 Gallia christiana, t. VIII, col. 1469.

11 C. de La Saussaye, Annales ecclesiae Aurelianensis, 1610, p. 533.

12 Reg BoVIII, no 4013 ; M. Fournier, Statuts et privilèges desuniversités françaises depuisleur fondation jusqu’en 1789, t. I, Paris, L. Larose et Forcel, 1890-1894, p. 10-12.

13 Fol. 70v b : dominus P. de Morneio anno Domini millesimo CCLXXVIII die veneris ante Natalem Domini (23 septembre 1278) istas questiones disputavit [C. H. Bezemer, Les répétitions de Jacques de Révigny, Leyde, Universitaire pers Leiden/E. J. Brill (Rechtshistorische Studies, 13), 1987, p. 178, n. 61].

14 Gallia christiana, t. VII, col. 259.

15 C. Cuissard, « Les chanoines et les dignitaires de la cathédrale d’Orléans d’après les nécrologes manuscrits de Sainte-Croix », Mémoires de la société archéologiqueet historique de l’Orléanais, t. XXVIII, 1902, p. 192.

16 Orléans, Bibl. mun. ms. 552.

17 Reg NIII, no 162 ; Eubel, 1913-1914, t. I, p. 181.

18 F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 143-144, et pièce jointe p. 166-167.

19 C.-V. Langlois, Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par RobertMignon (éd.), Paris, Klincksieck (Recueil des historiens de la France. Documents financiers, 1), 1899, p. 235, no 1872.

20 On peut le supposer, car la mention de nos trois commissaires se retrouve dans les rôles des sénéchaussées du Toulousain et de l’Albigeois édités par R. Fawtier, mais avec des dates (1293-1294 et 1299 respectivement) incompatibles avec la qualité d’archidiacre de Sologne qui s’y trouve attribuée à Pierre de Mornay et qu’il n’avait plus après son accession à l’épiscopat en 1288. On peut se demander si les documents édités par R. Fawtier ne sont pas postdatés. Voir R. Fawtier, Comptes royaux(1285-1314), 3 t., Paris, Klincksieck (Recueil des historiens de la France, Documents financiers, 3), 1953-1956, p. 476, no 9786, et p. 561, no 11773.

21 C.-V. Langlois, Le règne de Philippe III le Hardi, Paris, Hachette, 1887, p. 147 ; G. Sivery, Philippe III le Hardi, Paris, Fayard, 2003, p. 271.

22 C.-V. Langlois, Textes relatifs à l’histoire du parlement de Paris, Paris, Picard, 1888, p. 118, no LXXXVI.

23 F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 144.

24 Gallia christiana, t. VIII, col. 1469.

25 Orléans, bibl. mun. ms. 550 (xviie siècle), repris dans arch. dép. Loiret, 2 J 2489 (xixe-xxe siècles) : « Ce est le conte mestre Jehan de Morences clerc nostre seigneur le Roy de France et Gile Cassine, gardes dou regales d’Orliens, fait des receptes et des mises que il ont receu et mis dou temporel d’Orliens dou jour de la mort l’evesque Gile qui mourut en l’an MCCLXXX et VIII le samedi apres la feste de saint Gile et saint Leu [4 septembre] jusques au jeudi après Noel [30 décembre] que le evesque Pierre ot son temporel… ».

26 C.-V. Langlois, Inventaire d’anciens comptes royaux…, op. cit., p. 49, no 204.

27 Actes conservés dans le formulaire du ms. BNF lat. 4763, fol. 60 et 81-82, éd. H. G. Scmidt, s. d., p. 377-378 et 433-434 (respectivement no 287 et 373) – l’authenticité des pièces paraît dans le présent cas avérée.

28 Reg. NIV, no 886. Le texte de la bulle précise que ce mariage, entre un miles du nom de Johannes de Pereis et une dame Blanca de Plesseyo, respectivement des diocèses de Sens et de Paris, avait fait l’objet primitivement d’une contestation à Paris même, dont la connaissance avait été confiée pour lors par l’évêque de Paris au doyen de Saint-Germain l’Auxerrois : peut-être s’agissait-il déjà de Pierre de Mornay.

29 Reg NIV, no 979.

30 L. Delisle, Mémoire sur les opérations financières des Templiers, Paris, Impr. nationale, 1889, p. 121-122.

31 Reg NIV, no 1005-1006. Notice Gallia Philippica (note marginale).

32 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, t. I, Paris, Plon, 1863-1867, p. 261 (no 2667), à partir des Arch. nat. France, X1a 2 (Olim), fol. 82 ; A.-A. Beugnot, Les Olim ou registres des arrêts rendus par la Cour du Roi…, t. II, Paris, Impr. royale, 1839-1848, p. 288, no I.

33 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., p. 262 (no 2676), à partir du même registre des Olim, fol. 82v ; A.-A. Beugnot, Les Olim…, op. cit., t. II, p. 291-292, no X.

34 J. Thillier, E. Jarry, « Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans (814-1300) », Mémoires de la société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XXX, 1906, p. XIX, à partir d’extraits de l’Inventaire des titres du chapitre Sainte-Croix d’Orléans, document détruit, anciennement arch. dép. Loiret G 163-165.

35 G. Digard, Philippe le Bel et le Saint-Siège de 1285 à 1304, t. I, Paris, Recueil Sirey, 1936, p. 85, no 1, à partir de Arch. nat. France, J 269, no 76.

36 Reg NIV, no 1946-1948, 2044-2048, 2089.

37 Reg NIV, no 4299. L’éditeur des analyses dudit registre (E. Langlois), p. 629-630, signale cependant que cette bulle ne porte pas de date propre, mais a été datée par lui en fonction de précédentes dans le registre du Vatican (ut supra). Un doute peut donc subsister quant à la date exacte de cette admonestation.

38 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., p. 263 (no 2689), à partir de Arch. nat. France, X1a 2 (Olim), fol. 85 ; A.-A. Beugnot, Les Olim…, op. cit., t. II, p. 300, no VI ; aussi C.-V. Langlois, Textes relatifs à l’histoire du parlement de Paris, op. cit., p. 150, no CIV ; notice Gallia Philippica.

39 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., p. 265 (no 2707), à partir du même registre des Olim, fol. 87 ; A.-A. Beugnot, Les Olim…, op. cit., p. 308, no XXV.

40 Notice Gallia Philippica, à partir de Arch. nat. France, P 1390/2, no 492. Le texte de l’accord porte en bas de l’acte la note Ex parte domini Aurelianensis episcopi, per dominum P. Flote.

41 Reg NIV, no 3725-3730.

42 Arch. nat. France, LL 387, fol. 54r-v, voir aussi Gallia christiana, t. VII, col. 60, t. VIII, col. 1469 ; F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 145 – nous tenons à remercier ici Mme Anne Massoni, maître de conférences à l’université de Limoges qui nous a fait connaître cette référence au décanat parisien de Pierre de Mornay à Saint-Germain l’Auxerrois.

43 Reg NIV, no 4941-4942 : 10 jours après, le 19 mai, le siège de Carcassonne est pourvu au profit de Pierre de la Chapelle-Taillefer, ancien maître orléanais comme Pierre de Mornay et pour lors chanoine de Paris (Reg NIV, no 5082-5087).

44 Notice Gallia Philippica, à partir de Arch. nat. France S 5073/5077 – nous n’avons pu retrouver le document concerné, les documents en question semblant avoir fait l’objet de déplacements entre-temps.

45 Analyse et extraits de ce document, aujourd’hui perdu, donnés par G. Estournet (arch. dép. Loiret 3 J 50), à partir d’extraits conservés dans les mss Orléans, bibl. mun. 487, fol. 286-326 et Paris, BNF, fr. 11991. G. Estournet en est venu à cette proposition de datation par le constat que les premiers hommages datés adressés à l’évêque d’Orléans qui figurent dans ces extraits remontent tous à l’année 1292 et que l’évêque prédécesseur de Pierre de Mornay, Gilles Pa(s)té, est qualifié dans ce corpus de « defunctus ».

46 G. Digard, Philippe le Bel…, op. cit., t. I, p. 140, no 1 et t. II, p. 281-283, éd. du procès-verbal du concile en p.j. (no XIII), à partir de Arch. nat. France JJ 28, fol. 140-143 (no VI).

47 Reg NIV, no 7389.

48 Arch. nat. France, J 406, no 15 ; Gallia christiana, t. VIII, col. 1469 ; F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 146 ; notice Gallia Philippica.

49 Arch. nat. France, J 170, no 26.

50 J. Doinel, « Cartulaire de Notre-Dame de Voisins », Mémoires de laSociété archéologique et historique de l’Orléanais, t. XVI, 2e fasc., 1887, p. 92, no 89.

51 G. Digard, Philippe le Bel…, op. cit., t. I, p. 155 et n. 3 (à partir des Annales Januenses, MGH, t. XVIII, p. 344-345).

52 Arch. nat. France, JJ 31, fol. 12v, no XIII, cité par É. Lalou, Itinéraire de Philippe le Bel, Paris, Boccard, 2007, t. II, 2007, p. 81. La version épiscopale de Pierre de Mornay, datée du 30 mars et faisant état de la concession royale est conservée sous la cote Arch. nat. France, J 170, no 25, munie du sceau de l’évêque, décrit dans Douët d’Arcq, 1863-1868, t. II, p. 531, no 6768. Et aussi Gallia christiana, t. VIII, col. 1469 ; F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 145, n. 4 et notice Gallia Philippica.

53 Notice Gallia Philippica, à partir de Rymer, 1704-1717 (référence incertaine).

54 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., t. I, p. 283, no 2860 et 2861, à partir de Arch. nat. France, X1a 2 (Olim), fol. 103 (pour les deux items).

55 É. Baluze (éd.), Vitae paparum Avenionensium…, t. III, nouv. éd. par G. Mollat, Paris, Letouzey et Ané, 1914-1927, p. 12, 15 et 18 (doc. VIII, X et XII) ; reg BOVIII, no 164, 187-189, 202 ; Gallia christiana, t. VIII, col. 1469-1470 ; F. Guessard, « Pierre de Mornay… », art. cité, p. 146-148 et p. j. II (p. 167-168) ; G. Digard, Philippe le Bel…, op. cit., p. 222-230 ; notice Gallia Philippica.

56 Gallia christiana, t. VI, col. 892.

57 G. Vignat, « Cartulaire de l’abbaye de Notre-Dame de Baugency », Mémoires de la société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XVI, 1er fasc., 1879, p. 67-68, no 55.

58 Reg BOVIII, no 160.

59 Reg BOVIII, no 187-189, 194-197, 199.

60 Reg BOVIII, no 191.

61 C. de La Saussaye, Annales…, op. cit., p. 533-534 ; F. Lemaire, Histoire et antiquités de la ville et duché d’Orléans…, Orléans, 1645, p. 64. Cette mention ne figure pas dans la Gallia christiana, t. VIII, col. 1469/70, mais se retrouve en revanche dans le Répertoire des titres du Trésor de l’Église Sainte-Croix d’Orléans (Arch. dép. Loiret, 51 J1 et 2).

62 Cette bulle supposée pour laquelle La Saussaye donne pour référence les Acta ecclesiae Aurelianensis et fait état d’une bulla data Anagni V Cal. Junii [peut-être confusion pour Julii] et Lemaire renvoie au Cartulaire de Sainte-Croix [sans doute le « livre rouge », disparu depuis la Révolution française] est sans doute à rapprocher de l’autorisation donnée par le pape Boniface à Pierre de Mornay relative à la concession des indulgences du 30 juin 1295 (voir supra, no 59 et reg BOVIII, no 196), même si cette dernière bulle limitait la durée desdites indulgences à soixante jours dans le diocèse, quarante en dehors.

63 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., t. I, p. 289, no 2899, à partir de Arch. nat. France, X1a 2 (Olim), fol. 108v ; A.-A. Beugnot, Les Olim…, op. cit., p. 387-388, no XVI.

64 L. P. Colliette, Mémoires pour servirà l’histoire ecclésiastique, civile et militaire de la province du Vermandois, Cambrai, impr. S. Berthoud, 1771-1772, t. II, p. 716.

65 Allusion est faite à ce statut dans une lettre du pape Boniface VIII à Pierre de Mornay, évêque d’Auxerre, le 1er mars 1301 (reg BOVIII, no 4013 ; M. Fournier, Statuts et privilèges desuniversités françaises, op. cit., t. I, p. 10-11, no 17) l’invitant à régler un différend survenu au sein du studium à propos de l’application dudit statut, qui est dit avoir été établi par le scolastique sous l’autorité de Pierre évêque d’Orléans (« interveniente insuper auctoritate tua, qui tunc Aurelianensi ecclesie presidebat » et, plus loin, « dum eidem Aurelianensi presideres ecclesie, conditum dictus fuisse statutum »). Mais nous n’avons pu préciser davantage la date du statut.

66 A.-M. Turcan-Verkerk, « Lettres d’étudiants de la fin du xiiie siècle : les saisons du dictamen à Orléans en 1289… », Mélanges de l’École française deRome. Moyen Âge, no 105, 1993, p. 699-700, à partir du ms. Vatican, Borghèse, 200 (no 45).

67 Reg BOVIII, no 906 ; C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi, t. I, 1913, p. 120.

68 Reg BOVIII, no 904 ; C. Eubel, Hierarchia catholica Medii Aevi, op. cit., p. 118.

69 Gallia christiana, t. VIII, col. 1470, se référant au cartulaire de l’église cathédrale, sans doute le « livre rouge » perdu, p. 285. Voir aussi A. de Foulques de Villaret, « Recherches historiques sur l’ancien chapitre cathédral de l’Église d’Orléans, de son origine jusqu’au xvie siècle », Mémoires de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, t. XIX, 1883, p. 486. Il s’agit sans doute d’un différend pendant entre les deux protagonistes, dont le règlement n’est intervenu qu’après le transfert de Pierre de Mornay à Auxerre.

70 Gallia christiana, t. VIII, col. 1470 ; F. Lemaire, Histoire et antiquités de la ville, op. cit., p. 64.

71 A. Vidier, L. Mirot, Obituaires de la province de Sens, t. III, Diocèses d’Orléans, d’Auxerre et de Nevers, Paris, Impr. nationale, 1909, au 15 février et au 29 mai (date de son obit), respectivement p. 26et 62.

72 E. M. Meijers, [L’Université d’Orléans au xiiie siècle], op. cit., p. 81.

73 Voir supra, item 39 et no 65.

74 Prima vita Clementis V, auctore Joanne canonico Sancti Victoris Parisiensis, dans É. Baluze (éd.), Vitae paparum Avenionensium…, op. cit., t. I, p. 4.

75 M. Sot, Les gestes des évêques d’Auxerre, op. cit., t. III, p. 15.

76 On pourrait rapprocher de ce type d’activité, comme révélateur de l’estime en laquelle on tenait les qualités d’expert de Pierre de Mornay, l’appel fait à lui en 1292 comme exécuteur testamentaire de la comtesse d’Alençon et de Blois (item 23).

77 M. Sot, Les gestes des évêques d’Auxerre, op. cit., t. III, p. 14-15 : « homme de grand conseil pour le roi et de solide autorité ».

78 A. Coulon et S. Clemencet (éd.),Jean XXII, lettres secrètes et curiales relatives à la France, Paris, A. Fontemoing puis De Boccard, 1900-1972, no 4453. Il est notable que les gesta et ladite bulle associent à cette excellence au service du roi le titre de chancelier de France que Perrichet conteste cependant à Pierre de Mornay (L. Perrichet, La grande chancellerie de France des origines à 1328, Paris, Recueil Sirey,1912, p. 183-184).

79 B. Barbiche, Les actes pontificaux originaux des Archivesnationales de Paris, Cité du Vatican, Biblioteca apostolica vaticana, 1975-1982, t. II, no 1729, 1731 et 1732, à partir de Arch. nat. France, J 714, no 305 (5), 305 et J 594, no 2 respectivement.

80 Régeste, items 6, 10, 22, 25, 27, 30, 31, 38. On pourrait ajouter aussi quelques missions à l’intérieur du royaume (voir items 5, 13, 19 par exemple).

81 J. R. Strayer, The reign of Philip theFair, Princeton, Princeton university press, 1980, p. 63.

82 Régeste, items 1, 11, 16, 18, 34, 41.

83 Régeste, items 7, 8, 9, 24, 26, 28, 29, 32, 37 et aussi 20.

84 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, op. cit., t. I, no 2667, 2676, 2860, 2861 et 2899 ; seuls les no 2689 et 2707 échappent à cette règle.

85 M. Bassano, « Dominus domini mei dixit », art. cité, p. 26 ; abbé J. Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêqued’Angoulême, Angoulême, impr. de Chasseignac et Bodin, 1906.

86 Régeste, items, 4, 21, 35 et 36, ainsi que 39 et 42.

87 F. J. Pegues, The Lawyers of the Last Capetiens, Princeton, Princeton University Press, New Jersey, 1962.

88 Une liste en est donnée par E. M. Meijers, Études d’histoire du droit, op. cit., p. 20 et n. 75 : outre Pierre de Mornay, pour lors évêque d’Auxerre, Gilles Aycelin (Narbonne), Simon Matifardi (Paris), Jacques de Boulogne (Therouanne), Robert d’Harcourt (Coutances), Pierre de La Chapelle (Toulouse), Guy de La Charité (Soissons) et encore, parmi ceux qui n’avaient pas été au service du roi de France, Guillaume de Blaye (Angoulême), Bertrand de Goth (Bordeaux) et Jacques Duèse (Fréjus), ces deux derniers futurs papes – Clément V et Jean XXII. À la génération suivante les universitaires orléanais n’ont pas été si favorisés et cette différence entre ces deux générations, on la retrouve à l’intérieur de la famille Mornay elle-même : les deux neveux de Pierre, Étienne et Philippe, quoique eux aussi serviteurs du roi – Étienne obtint même le titre de chancelier de France sous le roi Louis X –, cumulèrent de nombreux bénéfices, mais n’accédèrent point à la dignité épiscopale.

89 Doit-on voir une représentation symbolique de cette dualité de fonctions dans les deux sceaux de Pierre de Mornay décrits par Douët d’Arcq, no 6768 (1293, Orléans) et 6483 (1297, Auxerre) qui tous deux nous présentent un évêque « debout, vu de face, mitré, crossé, bénissant et accosté, à dextre d’une croix, à sénestre d’une fleur de lys » (pour l’évêque d’Orléans), « accosté de deux fleurs de lys » (pour l’évêque d’Auxerre) ?

90 Citons, à titre d’exemple – déjà évoqué – la connaissance que nous pouvons avoir présentement des débuts de la carrière « politique » de Pierre de Mornay.

Auteur

Université de Reims – Champagne-Ardenne

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540