Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Partie I. Le clerc dans l’appareil d’État

Chanoines, officiaux et vicaires généraux entre l’Église et l’État

Le cas de Bordeaux

Françoise Lainé

Texte intégral

  • 1 F. Lainé et al. (éd.), Fasti ecclesiae gallicanae : répertoire prosopographique des évêques, digni (...)
  • 2 Lato sensu, personnages décrits comme tels qui peuvent n’être que des clercs mineurs. Thèse inachev (...)
  • 3 Les parlementaires bordelais, 1462-1500, Bordeaux III, 1992.
  • 4 J.-P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise en Gascogne sous Henry iii et Édouard ier de 1254 à (...)
  • 5 Les personnages sont classés par ordre chronologique comme chanoines et, pour alléger les référenc (...)

1Ce travail résulte du croisement des données recueillies dans le cadre de l’étude du diocèse de Bordeaux pour les Fasti ecclesiae gallicanae1 avec les fiches réunies par Roderick Craig sur les clercs2 au service du roi duc en Aquitaine de 1307 à 1454 et celles de Marion Philip sur les conseillers clercs au parlement de Bordeaux au xve siècle3. Nous nous appuierons aussi sur les recherches de Jean-Paul Trabut-Cussac dont les résultats peuvent être assez largement extrapolés à la première moitié du xive siècle4. Le groupe étudié ne comprend qu’une quarantaine de personnes (tabl. 1)5, notre démarche procède donc souvent de l’étude de cas, mais nous nous efforcerons de dégager des tendances d’ensemble, en commençant par un aperçu descriptif avant d’esquisser quelques conclusions sur les dynamiques de carrières et les rapports complexes entre le service de l’Église et celui de l’État.

Les pièces du dossier : trois phases chronologiques

2Les clercs se concentrent sur un petit nombre d’offices liés à la connétablie ; puis, l’apparition du conseil et les postes de juge mage et de véritables cours de justice leur ouvrent d’autres possibilités (tabl. 2). Les offices les plus importants, comme le sénéchalat de Gascogne, vont toujours à des laïcs. Les chanoines de Saint-André ne représentent pendant longtemps qu’une infime minorité de ces clercs.

Participations ponctuelles

3Jusque vers 1370-1380, on retrouve parmi les officiers au service du roi-duc quelques chanoines ou futurs chanoines de profils variés. On peut inclure dans le lot des ecclésiastiques n’ayant exercé que des missions de conseil.

4Parmi eux, maître Raymundus Arnaldi de La Rama, d’abord chanoine de Bazas (1279), puis dès avant 1308 aussi chanoine de Bordeaux, devient clerc du roi avant 1299 ; il a été envoyé, avec Othe de Granson, auprès du comte de Savoie en 1299, puis l’année suivante à la cour de Rome, avec l’évêque de Winchester et, ensuite, employé pour d’autres négociations, cette fois en Gascogne, en 1310-1311. Maître Arnaldus Pagani, chanoine de Saint-André et de Saint-Seurin de Bordeaux, un quart de siècle plus tard, n’a occupé aucun office, mais sa qualité de docteur en deux droits n’est pas étrangère à sa participation à quatre missions de négociation à Paris et en Agenais pour la restitution de terres au roi-duc, entre mars 1333 et juin 1335. En une génération, le roi d’Angleterre est devenu un étranger dans ses terres gasconnes, où il ne vient plus, il n’y a plus guère de Gascons à sa cour et les clercs originaires de la Gascogne ne sont employés à des missions diplomatiques ne concernant que la Gascogne.

Le chapitre Saint-André, un choix contraint pour les cours de justice, 1370-1454 ?

5Au moment où s’éteint Arnaldus Pagani, en 1330, Geraldus de Podio, un licencié en droit civil issu de la petite noblesse du diocèse de Bordeaux, est déjà juge d’appel et auditeur des causes à la cour de Gascogne, il devient juge mage d’Aquitaine (1335-1341…), ensuite procureur du roi (1344). Il était conseiller du roi depuis 1335. Déjà curé d’une paroisse dans le diocèse de Narbonne, il obtient des canonicats avec expectative de prébende à Saint-André (1335), puis Saint-Seurin de Bordeaux (1341) ; il finit par devenir sacriste du chapitre cathédral, puis archidiacre de Blaye, avant d’accéder au siège de Bazas à la fin de sa vie (1359-1360). Sa longue carrière témoigne d’une nouvelle époque. Jusqu’en 1340, il y avait une cour de Gascogne et un conseil de Gascogne pouvant jouer un rôle judiciaire ; lorsqu’Édouard iii prend le titre de roi de France, le recours au parlement à Paris devient impossible, d’où le développement de la justice d’appel, déjà esquissée auparavant. Lorsqu’en 1369-1372 la question des appels ressurgit, le roi d’Angleterre a fréquemment recours à des commissions de justice, avant que ne se stabilise une cour de souveraineté à Bordeaux. Il ne faut néanmoins pas imaginer un effectif de juges bien considérable dans la « capitale » d’un duché qui ne reprend jamais grande ampleur territoriale après 1372, une demi-douzaine d’officiers, procureur royal compris, suffisent.

  • 6 Bordeaux sous les rois d’Angleterre, Y. Renouard(dir.), Histoire de Bordeaux, Bordeaux médiéval, t (...)

6Parallèlement, le vivier où puiser les juristes s’est réduit, surtout lorsque le duché devient un isolat urbaniste, en 13786. Les chapitres de Dax, Bazas, Bayonne étaient plus pauvres, moins bien contrôlés sans doute par le pouvoir ducal, peut-être aussi comptaient-ils moins de diplômés en droit. Quinze chanoines ou futurs chanoines de Saint-André occupent des offices de juge ou reçoivent des commissions de justice entre 1387 et 1451 (tabl. 1). Les autres ecclésiastiques ne sont que six et se rattachent à des horizons variés :

    • 7 1421-1439/1442 (The National Archives [TNA], E 101 188/4/32 ; E 101/192/8 fol. 37r).
    • 8 1442 (TNA, C 61/131, mbr. 9).
    • 9 1425 (TNA, C 61/120, mbr. 13).
    • 10 1436-1445 (TNA, C 61/126, mbr. 1, C 61/134, mbr. 7).

    quatre réguliers gascons (Hélie de La Faurie, abbé du Bournet7, Guillaume de Laulan, abbé de Sorde8, l’abbé de l’Isle-en-Médoc9, Ayquem du Vignau, prieur de Saint-Jacques de Bordeaux10 ;

    • 11 Et peut-être l’évêque de Bazas, Henricus Cavier ou son prédécesseur en 1432 (TNA, E 101/191/1/49).
    • 12 Chancelier d’Aquitaine, 1389-1390 (TNA, C61/101, mbr 15 ; P. Chaplais, « The Chancery of Guyenne, (...)
    • 13 1397-1399… (TNA, C 61/136, mbr. 12 ; T. Rymeret R. Sanderson, Foedera, conventiones, litterae…, G. (...)

    deux Anglais11 (Henry Bowet, futur archevêque d’York12 et Robert Waldby13 évêque d’Aire).

  • 14 Clerc à la chancellerie apostolique, son entrée au chapitre Saint-André (1417) n’est liée, au mieu (...)
  • 15 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)

7Les chanoines – ou futurs chanoines – de Saint-André occupant des offices de juge ou reçevant des commissions de justice entre 1371 et 1451, ne sont qu’une mince minorité parmi quelque 200 chanoines repérables au cours de cette période. Fils de notaires bordelais, de marchands ou de propriétaires fonciers aisés (nobles ou non), ils semblent avoir fait leurs études de droit à Toulouse, l’université de Bordeaux ne se mettant (petitement) en place qu’à partir de 1442. Un Italien fait exception, Johannes de Cerretanis, introduit à Bordeaux par la résignation de son oncle Jacobus (BO62)14, et fait juge à un moment où, pour des raisons diplomatiques, le roi d’Angleterre introduit des Italiens, même dans les évêchés normands15.

Treize conseillers clercs du parlement de Bordeaux chanoines de Saint-André

  • 16 Un président et six conseillers pour la première session le 12 novembre 1462, rejoints par deux au (...)
  • 17 Arch. dép. Gironde (ADG), 1-B 63, fol. 3.
  • 18 Sans compter l’archevêque Blaise de Gresles.

8La fin de l’Aquitaine anglaise marque une rupture brutale en 1451-1453. La création du parlement de Bordeaux en 1462, avec un président, huit conseillers (quatre clercs, quatre laïcs)16 et un greffier, dote la ville d’une cour de justice d’une ampleur inconnue jusque-là. Le nombre des conseillers est passé à dix-huit en 147217. Le chapitre Saint-André se trouve à nouveau dans un rapport étroit avec le monde des offices de justice, non tant parce que le prince y recrute au départ des clercs juristes (cinq cas), que parce que les conseillers clercs entrent au chapitre (huit cas), soit treize18 sur les vingt connus nominalement.

  • 19 Extraits des notices de M. Philip, à partir du dépouillement des registres du parlement (ADG, 1B 5 (...)

9Louis XI et ses successeurs ont eu aussi recours à des ecclésiastiques de provinces voisines, ou de Paris, venus là parfois dans le sillage d’un grand personnage et qui ne sont entrés ni au chapitre Saint-André, ni au chapitre Saint-Seurin, à notre connaissance19 :

    • 20 Attesté de 1472 (ADG, 1 B 63, fol. 3r) à 1492 au moins (ADG, 1 B 66, fol. 25r) ; É. Brives-Cazes, (...)
    • 21 1472-1486 (ADG, 1 B 60, fol. 54 ; 1 B 65, fol. 75v, 92, 93, 139 ; ibid., p. 182).
    • 22 1473-1485 (ADG, 1 B 65, fol. 1r, 7r, 123r ; É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 184 ; J.  (...)

    trois clercs limousins (Bernard Durand, chanoine de Saint-Yrieix20, Pons de Salaignac, doyen de Saint-Yrieix, abbé commendataire de Clairac, puis évêque de Sarlat21, Antoine-Robert de Pompadour)22 ;

    • 23 1486-1515 (É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 185 ; J. de Métivier, Chronique…, op. cit.(...)

    un Périgourdin, Bertrand d’Aix dit la Cassagne, chanoine de Saint-Avit-Sénieur23 ;

    • 24 1483 (J. de Métivier, Chronique…, op. cit., p. 105).

    le Breton Thibaud d’Espinay, doyen de notre-Dame de Cléry et frère de l’archevêque André d’Espinay (BO184)24 ;

    • 25 1487-1523 (É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 172 ; E. Maugis, Histoire du parlement de (...)
    • 26 Avant 1466, Pierre ou Jean (É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 179 ; J. de Métivier, Chr (...)

    deux Parisiens vraisemblablement, Arnaud de Torettes25 et Pierre Goujon26 ;

    • 27 Clerc en 1473, compté comme laïc en 1491 (É. Brives-Cazes, Le parlement…, p. 184).

    Pierre de Valée27, probable Saintongeais ;

    • 28 1472 (ADG, 1 B 63, fol. 3r).

    un protonotaire apostolique appelé Pierre de Lyon ou du Lion, d’origine non déterminée28.

10Le poids du chapitre Saint-André dans le recrutement des officiers clercs a donc été à son maximum vers 1370-1450, au cours d’une phase de contraction territoriale ; il devient ensuite plutôt un des points d’ancrage du parlement dans la société locale.

Protections et dynamiques de carrière

11Au cours de ces périodes successives, les séquences de carrière ecclésiastique et laïque, dans le parcours de chacun de cette quarantaine de clercs, procèdent de dynamiques variées, mais elles ont pour point commun de se situer à un niveau très moyen et dans l’Église et dans l’État. Relations familiales dans l’Église locale (et parfois à la curie) et appui princier facilitent l’accès aux bénéfices canoniaux sans grincements, sauf pendant la courte période où le pouvoir royal est perçu comme une force conquérante hostile.

Le rôle du prince dans l’accès au chapitre cathédral

Canonicat souvent avant office

  • 29 G. Mollat (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes, Paris/Rome, École française de Rome, 190 (...)

12Beaucoup sont chanoines avant même d’être attestés comme officiers ducaux ou royaux mais ils pouvaient certes avoir été auparavant des agents occasionnels du roi-duc et avoir été recommandés par lui. À l’inverse, quelques serviteurs du roi-duc, puis du roi de France, ont parfois dû patienter longtemps avant d’obtenir la prébende espérée à Saint-André, voire y échouer. Par exemple, Jean Guitard, procureur du roi à la cour de Gascogne, conseiller, fils homonyme d’un Bordelais qui avait été contrôleur de la connétablie, avait le titre de clerc du roi, mais le canonicat avec expectative de prébende à Saint-André, attribué par le pape en 1326, ne semble jamais s’être concrétisé29 ; peut-être à un moment a-t-il renoncé à l’état ecclésiastique.

Le temps des pressions sous Charles VII et Louis XI

13Les rois-ducs n’ont ni tenté (ni eu vraiment besoin) d’imposer systématiquement et directement leurs protégés ; en revanche, les gens du parlement, interventions directes du roi parfois à l’appui, ont usé de toutes les pressions possibles pour entrer au chapitre, de même du reste que d’autres gens du roi de France ou du duc de Guyenne, Charles de France, mais avec un esprit de suite, une force collective et des réseaux familiaux très puissants. Le chapitre, qui avait maugréé devant le gouvernement brutal des gens de Charles vii, s’est vu forcé de recevoir des conseillers clercs du parlement, nouvellement créé par son successeur.

  • 30 Envoyé de Paris à Bordeaux en même temps que Jean de Sanxay, ils gardent leurs gages parisiens tan (...)
  • 31 ADG, G 285 fol. 34v-35r
  • 32 H. Lopès, L’église métropolitaine et primatiale de Saint-André de Bordeaux, Bordeaux, 1668 (rééd. (...)
  • 33 ADG, G 285, fol. 66r.

14Le cas le plus spectaculaire est celui de Johannes Aprilis, qui venait du parlement de Paris et fut de la première fournée des conseillers du parlement de Bordeaux30. La nomination du chantre Guillelmus Bec au parlement avait ouvert une brèche ; la réception du conseiller Jacobus Lupi au chapitre, en 1465, n’est pas bien documentée, mais deux ans plus tard, le chapitre en corps réagit vivement lorsqu’il se sent attaqué dans son fonctionnement collégial. Neuf chanoines résidents en poste dès avant 1451, dont deux archidiacres et le vieil et pugnace écolâtre Helias de Villa, opposèrent aux pressions royales en faveur de Jean Avril, tantôt une complaisance manifeste pour des provisions apostoliques, tantôt le principe électif contenu dans la Pragmatique Sanction de Bourges. L’archevêque Artus de Montauban – un homme du roi – avait d’abord fait de Jean Avril l’archidiacre de Médoc, le 9 juin 1467 ; les chanoines ne pouvaient que s’incliner car le prélat usait de ses prérogatives statutaires. Mais, lorsque le 2 juillet suivant, il l’éleva à la dignité élective de doyen, commença une véritable épreuve de force. Jean Avril se présenta accompagné de l’official avec ses lettres de collation. Après maturum scrutinium, le chapitre prétextant du petit nombre de présents, refusa de les entériner ; le surlendemain, après altercations, il fit mine d’obéir31. En fait, les chanoines n’avaient pas désarmé, d’autant que Pie ii leur avaient accordé l’exemption de l’autorité de l’archevêque32 ; le 6 mai 1471, ils reçurent comme doyen Hugo de Hispania, pourvu par lettres apostoliques, en disant le doyenné toujours vacant depuis la promotion de Bertrandus de Boeria à l’évêché de Dax en 146733 ! Le nouveau doyen ne prit jamais possession.

  • 34 ADG, G 285, fol. 101r.
  • 35 ADG, 1 B 63, fol. 30v.
  • 36 ADG, G 285, fol. 109v.
  • 37 Bien que Hugo de Hispania, menacé par le parlement d’une amende et de devoir verser une compensati (...)
  • 38 ADG, G 285, fol. 157r.
  • 39 ADG, G 285, fol. 87r, 101r.
  • 40 ADG, G 285, fol. 157r-158v.

15En 1473, l’affaire rebondit : les chanoines refusent à Avril d’être chanoine hebdomadier, car il n’est pas même en possession pacifique de sa prébende. Mais Avril a désormais un allié dans la place : le nouveau sacriste, Raymundus de Furno a pris fait et cause pour lui34. L’année suivante, il porte sa cause au parlement35 et, le 30 avril 1475, un conseiller vient lire en personne un arrêt signifiant de ne plus s’opposer à Jean Avril. Le chapitre interjette appel, mais deux chanoines liés au parlement, Lubersac et Yver, n’envoient pas de procureurs pour adhérer à l’appel36. La guerre picrocholine continue jusqu’en 147937 ; Avril peine à obtenir double distribution qui lui revient comme doyen38, mais sa présence est trop rare pour troubler la paix de la cathédrale39. Après treize années de chicaneries et un ultime incident, Jean Avril préside enfin le chapitre entre le 7 décembre 1479 et le 4 janvier 148040.

  • 41 Demande de réception présentée par un conseiller et le procureur du roi au parlement et le clerc d (...)
  • 42 22 avril 1471, l’archidiacre de Blaye recommande de recevoir Lubersac par crainte de représailles, (...)
  • 43 ADG, G 285, fol. 129r.
  • 44 1472, Bec et Lubersac commis pour intervenir afin d’obtenir une dispense de loger les gens de guer (...)
  • 45 ADG, G 285, fol. 140r.
  • 46 Johannes de Chassanhas (BO72), Jacobus Yver (BO172), Johannes Yver (BO173), Johannes Le Piochel (B (...)

16Pierre Guitard de Lubersac avait eu, lui aussi, une réception mouvementée qui traîna du 2 juillet 146841 au 9 juillet 147142. Le président Jean Bréard était venu en personne recommander son fils, en février 1476, pour un canonicat vacant, en vain43. Mais il y avait déjà au chapitre l’amorce d’un « clan » du parlement, les anciens disparaissaient et le chapitre s’avisait de l’utile influence des chanoines parlementaires44. Le 10 avril 1477, les chanoines se mirent d’accord, par « l’œuvre du Saint-Esprit », sur le nom de Johannes de Ponte, conseiller clerc, parmi de nombreux candidats45. Bordeaux, clergé compris, était désormais une bonne ville soumise ; des fidèles du roi de France noyautaient désormais le chapitre ; les messieurs du parlement n’eurent guère de mal à faire asseoir douze de leurs proches parents dans les stalles de la cathédrale, soit plus d’un sur huit des quelque 80 chanoines reçus entre 1474 et 150046.

Reproduction familiale dans l’Église et dans l’État

  • 47 BO24, son oncle paternel et homonyme (BO77) avait été doyen de Saint-André (1423-1445).

17Chose nouvelle, on peut mettre en évidence de véritables réseaux de reproduction familiale dans l’Église et dans l’État, alors que, jusque-là, le manifeste népotisme des chanoines n’avait guère de conséquences qu’au sein du chapitre, dans la mesure où l’on peut en juger, car l’on manque de sources sur les horizons familiaux des officiers laïcs auparavant. Le processus s’amorce avec un fils de marchands alliés à la noblesse, Guillaume Bec, qui est à l’origine de la fortune des descendants de sa sœur, les d’Agès. Docteur en décret et chanoine de Bordeaux dès 1433, chantre en 1437, il était devenu juge des appels et auditeurs des causes civiles de la cour de Gascogne en 1440 et le resta jusqu’en mai 1452. Cet ancien officier de justice est, dix ans plus tard, un des rares ralliés de quelque poids dans son milieu ; les gens du roi de France ont dû avoir l’occasion de le remarquer comme avocat de larchevêque, du chapitre cathédral et de divers clercs, devant les Grands Jours de Bordeaux en 1456-1459. Il était de bonne guerre de désamorcer la grogne d’ecclésiastiques ayant quelque notoriété ; Guillaume Bec se prêta au jeu et fut nommé conseiller clerc au parlement de Bordeaux dès 1463 ; il finit sa carrière à Toulouse (1469-1472). Il mourut avant l’entrée de son neveu Thibaud d’Agès47 et au chapitre (1476-1482) et au parlement de Bordeaux ; le corps du parlement avait pris le relais dans l’intervalle. Thibaud fit entrer à son tour au chapitre ses neveux Baudetus (BO685) et Bertrand d’Agès. Jean Avril fit la carrière de son neveu Franciscus Serventelli. Jacques Yver, fils du président du parlement de Bordeaux entra au chapitre en 1474 et au parlement l’année suivante. Les serviteurs du prince sont à nouveau chez eux dans la cathédrale ; la parenthèse de tension est close.

Carrières ecclésiastiques limitées

18Tour à tour vivier de recrutement ou milieu noyauté par les gens du prince, le chapitre Saint-André a compté assez peu d’officiers princiers faisant de grandes carrières ecclésiastiques.

Cumuls sans commune mesure avec ceux de protégés de cardinaux

19Les cumuls des chanoines serviteurs du prince restent dans l’ensemble limités et sans commune mesure avec ceux des protégés de cardinaux ou des chapelains pontificaux ; jusque vers 1340, ils peuvent, par la grâce du pape, obtenir des bénéfices hors du duché, voire en Angleterre, sous Clément v et Jean xxii, mais les Gascons étaient certainement aussi mal vus que les autres étrangers par les clercs anglais. Johannes Bordili, nommé doyen de Jersey par Richard ii d’Angleterre et resté dans la faveur du roi sous les Lancastre, fait exception. Raymundus Arnaldi de Rama était chanoine de Bazas et c’est comme procureur du chapitre et de l’évêque qu’il est probablement rentré en contact avec l’administration ducale en 1283, avant d’entrer au service du duc, il finit par avoir aussi une prébende à Bordeaux et une à York, ainsi que divers bénéfices cum cura ; une mission en cour de Rome en 1300 lui a peut-être permis de faire avancer ses affaires bénéficiales. Bertrandus Ferrandi, d’abord notaire de Sainte-Foy-d’Agenais et curé de Puymirol, a fait une carrière administrative exceptionnellement longue de 1315 à 1352 ; il a peut-être eu des bénéfices en Angleterre ; en 1340, il perd son canonicat à Nevers et d’autres revenus et finit ensuite par devenir chanoine de Bordeaux.

  • 48 Dix mandats sur 22 avant 1307 ; J.-P. Trabut-Cussac,L’administration…, op. cit.,p. 295-297 et 376- (...)
  • 49 Y. Renouard, « Édouard II et Clément V d’après les rôles gascons », Annales du Midi, 67, 1955, p.  (...)

20D’autre part, il n’est pas aisé de démêler, surtout pour la première moitié du xive siècle, où les réseaux des clercs gascons à la cour pontificale sont très puissants, ce qui tient à des protections curiales et ce pourrait dériver d’une recommandation princière. Cette ambiguïté n’existe pas néanmoins dans un des cas – au fond assez rares alors – de poste de premier plan dévolu à un chanoine de Bordeaux. Aicardus Barba, natif de Bourg-sur-Gironde, a d’abord été un familier du cardinal Guillelmus Ruffati(† 1305), puis chapelain de Clément v ; il a eu toute latitude de cumuler des bénéfices et de différer son ordination sacerdotale, tandis que le pape l’employait à des missions diplomatiques et financières, en Flandre, Hainaut ou diverses parties du royaume de France. Il devint connétable de Bordeaux, de mars 1314 au 9 novembre 1318 ; sa nomination à cet office, tenu très souvent par des clercs anglais48 découlait d’une situation exceptionnelle : car Édouard ii, en recevant, en 1314, un prêt de Clément v comme personne privée, gagé sur les revenus ducaux, s’était engagé à nommer à la connétablie de Bordeaux, ainsi qu’aux trésoreries d’Agen, Saintes et Périgueux, ceux que lui auraient désignés Clément V et ensuite ses ayants-droit49. Mais cet homme de confiance du pape et de ses parents était bien vu du roi-duc qui le garda comme conseiller.

21La plupart des chanoines de Bordeaux qui ont été, de façon éphémère ou prolongée, employés par le seul roi-duc s’en tiennent au cumul de deux trois prébendes.

Promotion à l’épiscopat

  • 50 ADG, 1 B 65, fol. 75v.

22Leurs perspectives de carrière épiscopale restaient fort limitées ; ces clercs gascons ne traitaient guère d’affaires de haut niveau dans les cercles les plus étroits du pouvoir en Angleterre. Édouard iii a réussi à assurer l’accès de Geraldus de Podio à l’évêché de Bazas en 1359 et le gouvernement d’Henri vi a fait de même pour Henricus Cavier, en 1433. Les sièges de Bordeaux, ou même d’Agen et Dax, relevaient d’autres logiques qu’un modeste cursus honorum à la cour de Gascogne ; Peregrinus de Fabo, docteur en décret, d’abord familier du cardinal Hugues de Saint-Martial, en 1371, dut sa promotion à Dax, en 1407, plus à l’influence directe du cardinal Uguccione qu’aux nombreuses commissions de justice qu’il avait reçues de Richard ii, entre 1390 et 1399, même si la loyauté au roi d’Angleterre et à l’obédience romaine allaient de pair. Pey Berland, qui était chanoine de Bordeaux, n’a guère eu d’activité politico-administrative au service du roi-duc avant d’être élu archevêque en 1431. Plus tard, les conseillers au parlement de Bordeaux ne sont pas très bien placés pour briguer un évêché important. Bertrandus de Boeria est devenu évêque de Dax et Johannes Bonaldi évêque de Bazas ; Lancelotus Dufau a été nommé à Luçon, peut-être essentiellement en raison de son réseau familial. On peut ajouter Pons de Salaignac qui ne siégeait pas au chapitre Saint-André et accède au siège de Sarlat en 148650.

Service de l’Église et service de l’État : séquences et compatibilités

23Lorsqu’ils sont promus à ces sièges sans lustre, ils quittent (ou ont déjà quitté) leur poste de conseiller clerc ; les simples chanoines, détenteurs d’un bénéfice sine cura, voire d’une dignité, pouvaient, à leur niveau très moyen, servir en parallèle l’Église et l’État, mais aussi passer d’une voie à une autre.

Un canonicat pour retraite ? Une exception

24Jacobus Yver est devenu chanoine sans doute assez jeune ; quelques-uns, au contraire, n’ont reçu de prébendes canoniales que tard dans leur vie, après des années de carrière administrative ; parfois, cela a assuré la sécurité de leurs vieux jours, après une vie active sans rien d’ecclésiastique. Albertus Medici, né au plus tard vers 1285, était le fils d’un médecin bordelais, Robertus de Bosco. Il est signalé comme notaire en 1309 ; ce clerc mineur était marié et a eu un fils, Arnaldus de Bosco, déjà clerc à la cour de Gascogne en 1330. Albertus a été connétable de Bordeaux en 1326-1327. Il n’entra au chapitre, sur protection royale, qu’en 1341, alors qu’il approchait de la vieillesse et qu’il ne lui restait peut-être, en fait de famille que son frère (?), Guillelmus Alberti, plus tard maître d’œuvre du chapitre ; il ne profita que quatre ans de sa prébende car il mourut fin 1345. De même, Johannes Bonaldi devint-il chanoine en 1486, alors qu’apparemment, il cessait d’être conseiller clerc au parlement ; il décéda huit ans plus tard en 1494. Son cas est ambigu car il détenait peut-être déjà des bénéfices avant son canonicat. Albertus Medici est un personnage d’un type exceptionnel : la plupart des chanoines de Saint-André ont été des hommes d’Église, ou tout au moins ont cumulé des bénéfices sine cura, et parfois cum cura, de bout en bout de leur carrière, qui a pu comporter des activités politico-administratives au service de la papauté, de l’archevêque de Bordeaux comme du roi-duc.

Chanoines et officiers

Simples chanoines

25Geraldus de Podio, Bertrandus de Asta, Johannes Bordili, Petrus Ripparie, Petrus Embaud, Vincentius de Rivo et Guillemus Fulheronis ont été, pendant de longues années, tout à la fois membres du chapitre et juges ou membres de commissions de justice. Nous ne nous arrêterons ici que sur le cas de Bertrandus de Asta, bachelier en deux droits en 1392 devenu docteur en décret vers 1394-1399. Il siège au chapitre entre 1398, au moins, et 1422. Son activité comme auditeur et juge des appels civils à la cour de Gascogne va de 1398 à 1425. Entre 1390 et 1394, il est nommé dans huit commissions de justice souvent chargées par Richard ii de statuer sur des affaires bayonnaises ; il est également conservateur d’une trêve avec le roi de France en 1392 et en 1401. Avec l’avènement des Lancastre, il accède même à un niveau politique pour des négociations en Castille, en 1411 et 1416, et il fait partie des six Gascons convoqués à Rouen par Henri v en 1419. Localement, il a une autorité reconnue et la jurade fait appel à lui en 1406-1408 et 1415, tant pour réchauffer la fidélité et le zèle à se défendre de Bourg et Blaye et de divers grands seigneurs, que pour négocier des trêves avec le comte d’Armagnac ou la dame d’Albret.

Participation active à la vie capitulaire

26Quelques actes capitulaires de la fin du xive siècle et les registres de délibération, conservés partiellement à partir de 1410, permettent de juger de l’implication ou non des chanoines dans la vie collective du chapitre, en dehors du fait qu’ils s’acquittent ou non de divers offices, essentiellement de celui de rôlier. Asta siège au chapitre, il a accédé à la dignité d’écolâtre en 1398, mais peut-être ne l’a-t-il pas conservée longtemps ; devenu chanoine de Saint-Seurin au moins dès 1400, il y est aussi trésorier à la fin de sa vie et c’est lui qui préside au règlement des fondations d’anniversaires en 1422.

27À Saint-André, au cours de la période « anglaise », une bonne partie des chanoines siégeant dans une cour de justice de Bordeaux sont en même temps impliqués dans les affaires capitulaires : Vincentius de Rivo, Guillelmus Fulheronis, Guillelmus Bec. Il en va de même, par moments, des parents de ce dernier, Theobaldus et Bertrandus d’Ages, devenus, par la suite, conseillers au parlement de Bordeaux. Ils ont de fortes attaches à Bordeaux et dans son église. Mais leurs contemporains Raymundus de Furno, Johannes de Ponte brillent plutôt par leur absence au chapitre. Il est plus difficile de se faire une opinion sur Guillelmus de Leymaria, Johannes Bonaldi et Lancelotus Dufau, actifs à une période où l’on ne conserve que des analyses d’actes capitulaires.

28Pey Berland, secrétaire du chapitre, en avait été une des chevilles ouvrières avant son élection comme archevêque, mais il était alors peu impliqué dans la vie publique ; en revanche, Johannes Embrini, doyen de 1388 à 1423, a été requis de nombreuses fois entre 1390 et 1399 pour des commissions de justice ; malgré tout, on le voit surtout à l’œuvre comme l’infatigable administrateur des biens du chapitre, bien qu’il s’absente parfois de Bordeaux. Le dosage des activités de chacun entre justice publique et affaires capitulaires ne procède pas d’un modèle unique.

Offices publics et postes ecclésiastiques diocésains : en parallèle ou successivement ?

29Henricus Cavier, fidèle d’Henri VI devenu évêque de Bazas en 1433, n’a guère eu l’occasion de siéger dans son diocèse. À partir du moins de 1436-1442, il est replié sur Bordeaux et vit des revenus de Sainte-Croix, dont il est abbé commendataire ; il partage son temps entre l’enseignement du droit, la cour de souveraineté et le conseil ducal. La superposition chronologique de son emploi de juge et de son épiscopat tient au fait qu’il n’a eu la possibilité d’exercer bien longtemps son ministère pastoral. Sinon, il aurait été le seul à cumuler les fonctions d’évêque et de juge à la cour de souveraineté.

  • 51 TNA, C 61/35 mbr. 10. BO842 non intégré dans la parution imprimée. Maître Menaud de Carresse, offi (...)

30Il convient de prendre aussi en compte les services que ces juristes pouvaient rendre comme official ou comme vicaire général ; il ne s’agit pas de sinécures, au contraire d’une prébende canoniale. Nous avons recherché pour chaque individu la succession exacte des fonctions remplies, pour voir si elles coïncidaient ou non dans le temps. En 1322, Guilliam Gauselyn était tout à la fois official et conseiller ducal51. Comme cette qualité ne correspondait pas à un emploi permanent, il n’y avait pas de difficultés. Le cas de Guillelmus de Bosco est plus embarrassant ; ce nom très banal est celui de trois ecclésiastiques qui pourraient n’en faire qu’un ou deux, pour une période où les informations nominales restent lacunaires :

  • vicaire général de 1338 à 1342 (BO779) ;

    • 52 La liste des officiaux et vicaires généraux est très lacunaire.

    official en 1344 (BO573)52 ;

  • chanoine en 1343 et 1359 (BO127).

31Il s’agit aussi en 1348 du nom d’un clerc conseiller ducal (BO127).

32Un de leurs contemporains, maître Arnaldus Pagani, licencié in utroque, avait été recommandé au pape par Édouard iii, dont il était le clerc, pour une prébende à Saint-André en 1327, alors qu’il était déjà chanoine de Saint-Seurin. Ce juriste est official d’Arnaud de Canteloup en 1331 et on le retrouve avec le titre de conseiller ducal en 1335 et chargé d’accomplir des missions locales en 1333-1335. S’il y a eu superposition des deux qualités, là encore, elle n’était pas de nature à poser problème. En revanche, nous n’avons pas trouvé, pour cette période, d’office ducal concomitant de l’emploi comme official ou vicaire général.

33Guillelmus de Rama ou Larama (BO750) a été official de 1242 à 1246 ; on le suit ensuite pendant au moins une vingtaine d’années comme chanoine de Saint-Seurin de Bordeaux, mais non de Saint-André. Ce clerc du roi devient, après diverses missions ponctuelles depuis 1261, connétable de Bordeaux. Mutatis mutandis, un siècle et demi plus tard, Bertrandus de Asta fait aussi ses débuts comme official (1390-1393), avant d’être tout à la fois chanoine et juge pour le roi-duc. De l’Église à l’État, il continue une carrière de juge.

34Il en va de même de Petrus Ripparie, official en 1395, à un moment où il reçoit quelques commissions de justice de la part de Richard ii, mais il ne devient juge à la cour de souveraineté que plus tard, en 1408. Ensuite, alors qu’il a toujours cet office, il est passagèrement vicaire général en 1410, en même temps que Guillelmus Mayralli, lui aussi peut-être toujours en poste à la cour de Gascogne. Il est possible que Petrus de Maseriis ait été en même temps juge à la cour de souveraineté et official, dans la mesure où il est attesté très ponctuellement dans ces deux fonctions à peu d’intervalle, en 1447-1448. Ces superpositions du service du prince et de l’archevêque coïncident avec des moments où l’Aquitaine anglaise est un réduit en proie au trouble : en 1410, les démarches du cardinal Uguccione pour résoudre le Schisme suscitent des flottements ; en 1448, le duché est exsangue. Le maintien des loyautés dans l’Église et dans l’État passe alors par une poignée d’hommes sûrs et compétents.

35Trois autres cas de cumul absolument net entre un emploi au service de l’archevêque et un office de justice laïque, en l’occurrence conseiller au parlement, se rattachent à l’épiscopat d’Arthus de Montauban (BO185), prélat noble sans réseau personnel à Bordeaux et qui a mis au moins deux ans à établir des rapports moins tendus que son prédécesseur, Blaise de Gresles, avec les clercs bordelais. Les trois auxiliaires qu’il a choisis parmi les conseillers clercs au parlement illustrent ce passage de la manière forte à des procédés plus amènes. En 1467, il fait appel à Johannes Aprilis comme official et l’impose comme dignitaire à Saint-André. Parallèlement, au moins un autre des premiers vicaires généraux de l’archevêque, Petrus Sirizaii (BO64), doit faire partie de sa clientèle familiale normande, mais un peu plus tard, en 1471, il a recours à Jacobus Lupi, conseiller clerc depuis 1462 que le clergé du diocèse avait désigné comme envoyé auprès du roi en 1468 et, enfin, en 1479, à un conseiller qui a un très fort ancrage familial local, Theobaldus d’Ages. Alors qu’une bonne part de l’épiscopat doit sa carrière d’abord au roi, et tout particulièrement les clercs de haute noblesse comme l’archevêque de Bordeaux, il n’est pas étonnant de relever quelques cas de service conjoint actif de l’Église et de l’État au niveau local.

Conclusion : l’Église et l’État, deux voies, un même ancrage social

  • 53 Maître Esteve est décédé : probablement le 15 septembre 1387 (anniversaire fondé par le chanoine h (...)

36Entre les deux, les moments de tension sont bien peu nombreux, au cours de la période considérée ici, surtout 1280-1500 ; le chapitre en corps ou une partie des chanoines n’ont eu maille à partir avec l’autorité princière que dans les débuts du Grand Schisme et les quinze ou vingt ans qui ont suivi la conquête française. Dans l’un comme l’autre contexte, c’est le prince qui est en position de force. En 1378, des chanoines de Bordeaux ont opté pour le camp clémentin, mais cela n’a pas jeté le trouble dans les cours de justice princière, pour la bonne raison que ces clercs n’y avaient pas encore pris pied en nombre. Le seul chanoine « clémentin » à avoir exercé, à notre connaissance, un office au service du roi-duc avait simplement été lieutenant du connétable, des années auparavant, en 1362 : Rogerius Fulcaudi, doyen de Saint-Émilion qui avait été archidiacre de Médoc en 1375. Il s’agissait d’un chapelain de Grégoire xi ; ses attaches à la curie ont dû peser dans son choix. En 1362, Stephanus Ortici (BO416) faisait encore ses études de droit à Toulouse. Il avait suivi la même trajectoire bénéficiale que d’autres Périgourdins entre le Sud-Ouest et Chypre et n’était encore, en 1378, qu’un simple chanoine, rôlier des anniversaires. C’est par erreur que nous le gratifiions d’une carrière de juge, qui semble avoir été le fait d’un de ses proches parents et parfait homonyme, Maître Esteve Ortic, juge à la cour de souveraineté en 1385, juge d’appel à la cour de Gascogne53. Ce faisant, les Ortic de Bordeaux ont dû perdre un héritage intéressant, celui de leur parent Helias Ortici (BO415), décédé avant 1384 en étant archidiacre de Périgueux, après avoir été chanoine de Bordeaux du temps de l’archevêque Philippe de Chamberlhac (BO675).

37Lorsque le réduit bordelais est passé aux mains du roi de France, en 1451-1453, les chanoines pourvus d’emplois de juge se sont trouvés renvoyés au seul revenu de leur prébende ; progressivement, le chapitre Saint-André a dû intégrer des hommes de l’archevêque Blaise de Gresles (BO215) ou des officiers de Charles VII et de Charles de France, avant que les conseillers du parlement de Bordeaux ne s’y imposent. Il est piquant de constater que Blaise de Gresles, mis en place par Charles vii, s’est trouvé impliqué avec une partie du clergé cathédral dans un combat embarrassant à propos de l’application de la Pragmatique devant les Grands Jours de Bordeaux (1456-1459) et n’a été neutralisé que par sa nomination au parlement de Bordeaux.

  • 54 H. Lopès, L’église…, op. cit. (rééd. J. Callen, t. II, p. 422).
  • 55 Effectif théorique, environ une trentaine plutôt à la fin du xive siècle : F. Lainé et al. (éd.), (...)

38À partir de la fin du xive siècle, ce sont des diplômés en droit qui accèdent à des offices publics, mais cela ne les distinguent pas vraiment du reste des chanoines pour lesquels un baccalauréat ou une licence, de fait puis en droit en 148154, sont le meilleur passeport et pour obtenir une prébende et plus encore pour accéder à une dignité. Les chanoines détenteurs d’un office ne représentent qu’une petite minorité d’un chapitre de vingt-quatre chanoines55, gardant une vie collective reposant sur une grosse moitié de résidents. La prébende canoniale est surtout une sinécure et un complément de revenu pour ces officiers ; les dignitaires les plus actifs comme Johannes Embrini n’ont eu qu’une carrière publique réduite et Johannes Aprilis, si ses collègues chanoines lui avaient réservé meilleur accueil, n’aurait pas été pour autant un doyen très présent. Ceux qui animent en permanence la vie du chapitre et s’occupent de la gestion de ses biens, globalement, ne sont pas ceux qui exercent en permanence des fonctions de judicature. La plupart de ces ecclésiastiques ne sont que cela.

39Cinq des vingt-sept officiaux et quatre des vingt-neuf vicaires généraux de l’archevêque de Bordeaux connus entre 1300 et 1500 ont aussi exercé un office laïc de juge, mais dans quatre cas seulement peut-être en même temps. En d’autres termes, la plupart des officiaux et vicaires généraux n’ont pas d’activité connue au service du prince. Les interférences connues se rattachent toutes à la période tardive où des offices de justice laïque vont régulièrement à des ecclésiastiques bordelais. Le vivier des juristes est assez large pour que s’esquissent des types de parcours distincts dans l’Église et dans l’État.

40Le service du pape représente un cas un peu à part, car sauf pour ce qui est de la collecte de taxes pontificales, il implique d’être loin de Bordeaux, que ce soit à Avignon ou à Rome. Outre le cas d’Aicardus Barba, l’autre cas bien documenté de travail à la curie suivi d’un retour en Bordelais est d’un tout autre type. Petrus Arnaldi de Vicecomitatu, un Landais déjà chanoine de Saint-Seurin, accède en 1422 à la prébende laissée vacante à Saint-André par un Italien, Jacobus de Cerretanis(BO62), alors qu’il travaille à la chancellerie apostolique ; neuf ans plus tard, alors devenu docteur en droit et doyen de Saint-Seurin, il est revenu et exerce les fonctions de juge à la cour de souveraineté et de conseiller du roi-duc. Johannes de Cerretanis, sans doute beaucoup plus jeune et probable parent de Jacobus, était entré au chapitre en même temps que Petrus Arnaldi et aussi sur collation apostolique ; il ne rejoint la cour de souveraineté qu’en 1442. Le naufrage de l’Aquitaine anglaise n’est pas le sien et il poursuit sous d’autres cieux, avec entre autres, la protection du cardinal d’Estouteville, une carrière surtout ecclésiastique. Ce clerc a des horizons transnationaux et des réseaux personnels sans rapport avec ceux de la plupart des ecclésiastiques que nous avons évoqués ici, ancrés dans une appartenance assez étroitement locale, voués à des carrières ecclésiastiques sans grand éclat, mais pour autant lucratives par le biais des cumuls de prébendes.

41La cour de Gascogne et la cour de souveraineté d’Aquitaine se sont appuyées sur ce vivier d’ecclésiastiques mais aussi sur des juristes laïcs d’origine locale ; la création du parlement de Bordeaux a été un des éléments qui ont fait entrer des clercs d’origine extérieure au chapitre Saint-André, comme elle a renouvelé les élites urbaines, mais la greffe a vite pris. Somme toute, par-delà un changement de prince et le renouvellement des familles, le chapitre Saint-André est, vers 1390 comme un siècle plus tard, un monde où l’archevêque ou le prince puisent des juristes ou placent leur serviteurs, pour des carrières qui ne les conduisent que rarement à des responsabilités de premier plan, mais assurent l’emprise locale de l’Église et de l’État.

42À la fin du xve siècle, le service de l’État n’est encore que partiellement laïcisé. Les postes concernés ne sont pas bien nombreux, mais l’influence du milieu parlementaire ne se limite pas à la présence de conseillers clercs au chapitre Saint-André ; on peut alors, grâce à des registres notariaux qui nexistent plus pour la période de la cour de Gascogne, apercevoir un milieu puissant, aux frontières de la noblesse et de la bourgeoisie, qui fait la cohérence sociale des institutions judiciaires et ecclésiastiques locales.

Tabl. 1 — F. Lainé, H. Labarthe et S. Lavaud, Fasti ecclesiae gallicanae : répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, t. XIII, Diocèse de Bordeaux, Turnhout, Brepols, 2012.

Nom No fasti dioc. BO Fonction Chanoine* Office (ducal puis royal) Mort
début fin début fin
Raymundus Arnaldi de Rama 579 div 1308 (BZ1279) 1322 1299 1318 1322
Ayquardus Barba 119 ct 131. 1326 1314 1325 1326
Arnaldus Pagani 544 cons 1333 1336 1348 1355
Albertus Medici 353 ct 1341 1345p 1326 1335 1356
Geraldus de Podio 521 j 1342 1358 1335 1357 1360
Guillelmus de Bosco 127 cons 1343 1359a 1348 1359a
Bertrandus Ferrandi 495 div 1355 1315 1357 1357c
Rogerius Fulcaudi 334 ct 1371 1380 1362 1386p
Peregrinus de Fabo* 457 j 1387 1399 1399 1409
Johannes Embrini 236 j 1388 1424 1390  ? 1424
Bertrandus de Asta  97 j 1398 1422 1398 1424 1424 ou 1425
Johannes Bordili 241 J et ct 1406 1416 1389 1416 1416 ou 1417
Petrus Ripparie 268  j 1408 1419 1392 1418 Av 1421
Petrus Berlandi 239 j 1410 1431 1423 1458
Guillelmus Mayralli alias Serpilli 237 j 1410 1420 1408 1409 1420
Petrus Embaud 165 j 1411 1414 1408 1413
Henricus (de) Cavier* 778 j 1433j 1436 1449 1449
Petrus Arnaldi de Vicecomitatu 273 j 1422 1443 1431 1435 1443 ?
Vincentius de Rivo 146 j 1425 1448 1430 1445 1449
Johannes de Cerretanis  63 j 1431 1477 1448 1454 1492
Guillelmus Bec  31 j 1432 1472 1440 1472 1472
Guillelmus Fulheronis 138 j 1434 1451 1434 450 1451
Petrus de Maseris 275 j 1448a 1450 1447 1450
Blasius de Gresles 215 j 1456 1465 1462 1465
Jacobus Lupi 202 j 1465 1480 1462 1472 1480
Theobaldus, d’Ages  24 j 1467 1504 1479 1489 1504
Johannes Aprilis  70 J 1468 1483 1455 1472 1490
Petrus Guitardi de Lubersaco  43 J 1471 1476 1470 176 1476
Raymundus de Furno  40 J 1472 1482 1485 1489 1482
Jacobus Yver 172 J 1474 1486 1475 1486 1486
Franciscus Serventelli 191 J 1477-8 1486 1486 ? 1495p
Johannes de Ponte  57 J 1477 1495 1472 1486 1486
Guillelmus de Leymaria 199 j 1481 1498 1472 1493
Johannes Bonaldi * 214 j 1486 1494 1473 1486
Lancelotus Dufau* 209 j 1491 1511 1488 1499 1523
Bertrandus d’Ages 207 j 1500 1519 1483 1515 1519
Classement chronologique par ordre d’attestation comme chanoineEn gras : archevêques : Petrus Berlandi, chanoine devenu archevêque en 1431, les dates indiquées pour Blasius de Gresles sont celles de l’épiscopat.* promu évêque dans le royaume de FranceCt : connétable ; J : juge ; Cons : conseiller ; Div : divers ; Trame en grisé : offices pendant la période postérieure à la conquête française

Tabl. 2 — Officiers tenant des offices administratifs sur lesquels il y a une information nominative, 1307-1454. D’après R. J. Craig, Les clercs au services du roi-duc en Gascogne, 1307-1454, Bordeaux III, 1994 et fichier réuni en 1999

Offices Nb total Nb clercs Nb laïcs Nb cas incertains % clercs/total
Auditeurs des comptes du duché   2   1   1  50
Chanceliers d’Aquitaine   9   9 100
Chapelains de l’Ombrière   8   8 100
Clercs de la connétablie   4   2   1   1  78
Connétables  50  39  11   0
Lieutenants du connétable  19  14   4   1  74
Contrôleurs de la connétablie  13   5   7   1  38
Contrôleurs de Saint-Éloi   9   4   3   2  44
Gardes du sceau de la cour de Gascogne   4   3   1  75
Gardes du sceau de la cour de Souveraineté   3   3 100
Juge à la cour de souveraineté  38  31   4   2  81
Juges et auditeurs à la cour de Gascogne  29  23   3   2  79
Procureurs du roi  24  19   1   4  79
Procureurs fiscaux   9   8   0   1  89

Notes

1 F. Lainé et al. (éd.), Fasti ecclesiae gallicanae : répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 1500, t. XIII, Diocèse de Bordeaux, Turnhout, Brepols, 2012.

2 Lato sensu, personnages décrits comme tels qui peuvent n’être que des clercs mineurs. Thèse inachevée, commencée sous ma direction sur Les clercs dans l’administration du duché d’Aquitaine, xiiie-xve siècle, notices rédigées en 1999.

3 Les parlementaires bordelais, 1462-1500, Bordeaux III, 1992.

4 J.-P. Trabut-Cussac, L’administration anglaise en Gascogne sous Henry iii et Édouard ier de 1254 à 1307, Paris/Genève, Droz, 1972.

5 Les personnages sont classés par ordre chronologique comme chanoines et, pour alléger les références, nous renvoyons à leur notice dans le volume des Fasti ecclesiae gallicanae sur le diocèse de Bordeaux, sauf cas particulier. Les autres chanoines, officiaux, etc. cités ici mais ne figurant pas dans le tableau 1 sont référencés par leur numéro de notice indiqué entre parentheses, par exemple : (BO62).

6 Bordeaux sous les rois d’Angleterre, Y. Renouard(dir.), Histoire de Bordeaux, Bordeaux médiéval, t. II, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1965, p. 461-467 ; H. Labarthe, Un espace-frontière au défi d’une crise internationale (Grand Schisme d’Occident-Gascogne, vers 1370-1430), thèse, université Toulouse 2-Le Mirail, 2009, voir en particulier p. 229-242.

7 1421-1439/1442 (The National Archives [TNA], E 101 188/4/32 ; E 101/192/8 fol. 37r).

8 1442 (TNA, C 61/131, mbr. 9).

9 1425 (TNA, C 61/120, mbr. 13).

10 1436-1445 (TNA, C 61/126, mbr. 1, C 61/134, mbr. 7).

11 Et peut-être l’évêque de Bazas, Henricus Cavier ou son prédécesseur en 1432 (TNA, E 101/191/1/49).

12 Chancelier d’Aquitaine, 1389-1390 (TNA, C61/101, mbr 15 ; P. Chaplais, « The Chancery of Guyenne, 1289-1453 », Studies presented to Sir Hilary Jenkinson, Londres, Oxford UP, 1957, p. 91).

13 1397-1399… (TNA, C 61/136, mbr. 12 ; T. Rymeret R. Sanderson, Foedera, conventiones, litterae…, G. Holmes (éd.), vol. III-4, La Haye, J. Neaulme, 1747, p. 174).

14 Clerc à la chancellerie apostolique, son entrée au chapitre Saint-André (1417) n’est liée, au mieux, qu’indirectement, à l’influence de l’archevêque et cardinal Francesco Uguccione (BO576), mort en 1412.

15 B. Guenée, Entre l’Église et l’État. Quatre vies de prélats français à la fin du Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1987, p. 334-341.

16 Un président et six conseillers pour la première session le 12 novembre 1462, rejoints par deux autres conseillers dans les mois qui suivent. É. Brives-Cazes, Le parlement et la cour des commissaires de 1549, Bordeaux, Impr. G. Gounouilhou, 1870, p. 169, 177-179 ; J. de Métivier, Chronique du parlement de Bordeaux, t. I, Bordeaux, Impr. G. Gounouilhou, 1886, p. 5-9 ; A. Communay, Le parlement de Bordeaux. Notes biographiques sur les principaux officiers, Bordeaux, s. n., 1886, p. 5.

17 Arch. dép. Gironde (ADG), 1-B 63, fol. 3.

18 Sans compter l’archevêque Blaise de Gresles.

19 Extraits des notices de M. Philip, à partir du dépouillement des registres du parlement (ADG, 1B 59 à 69 et 1 B 77) ; nous n’indiquerons les dates d’attestations comme conseiller avec les références imprimées, sauf lorsqu’elles sont insuffisantes.

20 Attesté de 1472 (ADG, 1 B 63, fol. 3r) à 1492 au moins (ADG, 1 B 66, fol. 25r) ; É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 187.

21 1472-1486 (ADG, 1 B 60, fol. 54 ; 1 B 65, fol. 75v, 92, 93, 139 ; ibid., p. 182).

22 1473-1485 (ADG, 1 B 65, fol. 1r, 7r, 123r ; É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 184 ; J. de Métivier, Chronique…, op. cit., p. 105).

23 1486-1515 (É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 185 ; J. de Métivier, Chronique…, op. cit., p. 150).

24 1483 (J. de Métivier, Chronique…, op. cit., p. 105).

25 1487-1523 (É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 172 ; E. Maugis, Histoire du parlement de Paris, t. III : Rôle de la cour par règnes, 1345-1610, Paris, A. Picard, 1916, p. 110 et 119).

26 Avant 1466, Pierre ou Jean (É. Brives-Cazes, Le parlement…, op. cit., p. 179 ; J. de Métivier, Chronique…, op. cit., p. 11).

27 Clerc en 1473, compté comme laïc en 1491 (É. Brives-Cazes, Le parlement…, p. 184).

28 1472 (ADG, 1 B 63, fol. 3r).

29 G. Mollat (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes, Paris/Rome, École française de Rome, 1904-1947, 16 vol.

30 Envoyé de Paris à Bordeaux en même temps que Jean de Sanxay, ils gardent leurs gages parisiens tant qu’ils ne sont pas payés à Bordeaux ; BNF, Pièces originales 155, no 3202 (3, 4).

31 ADG, G 285 fol. 34v-35r

32 H. Lopès, L’église métropolitaine et primatiale de Saint-André de Bordeaux, Bordeaux, 1668 (rééd. J. Callen, t. II, Bordeaux, Féret et Fils, 1884, p. 448-456).

33 ADG, G 285, fol. 66r.

34 ADG, G 285, fol. 101r.

35 ADG, 1 B 63, fol. 30v.

36 ADG, G 285, fol. 109v.

37 Bien que Hugo de Hispania, menacé par le parlement d’une amende et de devoir verser une compensation à Jean Avril en 1474 (ADG, 1 B 63, fol. 41r) ait rapidement lâché prise.

38 ADG, G 285, fol. 157r.

39 ADG, G 285, fol. 87r, 101r.

40 ADG, G 285, fol. 157r-158v.

41 Demande de réception présentée par un conseiller et le procureur du roi au parlement et le clerc de ville (ADG, G 285, fol. 50v) ; acceptation qui était toujours sans effet le 15 juin 1469 (ADG, G 285, fol. 52r). Lubersac porte sa cause devant les Grands Jours en 1471 (ADG, G 285, fol. 65v).

42 22 avril 1471, l’archidiacre de Blaye recommande de recevoir Lubersac par crainte de représailles, etc. (ADG, G 285, fol. 66r, 67r). Tracasseries encore en 1472 (fol. 78r) et 1473 (fol. 97).

43 ADG, G 285, fol. 129r.

44 1472, Bec et Lubersac commis pour intervenir afin d’obtenir une dispense de loger les gens de guerre (ADG, G 285, fol. 80) ; 1479, Serventeau chargé d’intervenir dans un procès contre prorogation d’une dispense de résidence (ADG, G 285, fol. 152).

45 ADG, G 285, fol. 140r.

46 Johannes de Chassanhas (BO72), Jacobus Yver (BO172), Johannes Yver (BO173), Johannes Le Piochel (BO175), Stephanus Le Piochel (BO176), Petrus Tustal (178), Ludovicus Tindo (BO183), Franciscus Serventelli (BO191), Bertrandus d’Ages (BO207), Johannes de La Marthonie (BO216), Franciscus de La Chassaigne (BO320), Baudetus d’Ages (BO685).

47 BO24, son oncle paternel et homonyme (BO77) avait été doyen de Saint-André (1423-1445).

48 Dix mandats sur 22 avant 1307 ; J.-P. Trabut-Cussac,L’administration…, op. cit.,p. 295-297 et 376-378. Cette tendance s’accentue ensuite.

49 Y. Renouard, « Édouard II et Clément V d’après les rôles gascons », Annales du Midi, 67, 1955, p. 134, 136-137 et 141.

50 ADG, 1 B 65, fol. 75v.

51 TNA, C 61/35 mbr. 10. BO842 non intégré dans la parution imprimée. Maître Menaud de Carresse, official de Dax était aussi conseiller ducal au même moment.

52 La liste des officiaux et vicaires généraux est très lacunaire.

53 Maître Esteve est décédé : probablement le 15 septembre 1387 (anniversaire fondé par le chanoine homonyme, arch. dép. Gironde, G 315, fol. 18v, mention peu lisible) ; sûrement avant mars 1389, AN 1 AP 1645, fol. 17v.

54 H. Lopès, L’église…, op. cit. (rééd. J. Callen, t. II, p. 422).

55 Effectif théorique, environ une trentaine plutôt à la fin du xive siècle : F. Lainé et al. (éd.), Fasti ecclesiae gallicanae…, t. XIII, p. 29.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540