Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Église et État, Église ou État ?

 | 
Christine Barralis
, 
Jean-Patrice Boudet
, 
Fabrice Delivré
, 
et al.

Avant-propos

Christine Barralis, Jean-Patrice Boudet, Fabrice Delivré et Jean-Philippe Genet

Texte intégral

  • 1 Les vol. I et XIII sont sous presse.
  • 2 L. Gaffuri et P. Ventrone (éd.), Immagini, culti, liturgie : le connotazioni politiche del messagi (...)

1Le colloque dont on trouvera les actes dans ce dixième volume de la collection Le Pouvoir symbolique en Occident (1300-1640), publiée conjointement par les Publications de la Sorbonne et l’École française de Rome a été organisé dans le cadre du programme SAS (Signs and States), un advanced program du European Research Council qui assure l’essentiel du financement de la publication et des manifestations elles-mêmes. La collection regroupe l’ensemble des rencontres organisées dans le cadre de ce programme. Elles se répartissent en trois ensembles. Le premier est la série des conférences portant sur les vecteurs de l’idéel organisées avec Patrick Boucheron et Stéphane Gioanni à Rome avec le concours de l’École française de Rome, qui seront édités dans les volumes I (La légitimité implicite, rencontres de 2010 et 2011), II (La vérité, rencontre de 2012), VIII (Marquer la ville1, cette dernière manifestation ayant été organisée en 2009 avec Patrick Boucheron en prélude à SAS) et XIII (Vecteurs de l’idéel et mutations des sociétés politiques) ; le second est une série d’ateliers franco-italiens portant sur des sujets proches, organisés avec le concours de certaines universités italiennes et de l’École française de Rome : les deux premiers, qui ont eu lieu respectivement à l’università del Sacro Cuore à Milan – en 2009, organisé par Laura Gaffuri et Paola Ventrone – et à l’università Statale di Milano – en 2010, organisé avec Andrea Gamberini et Andrea Zorzi –, ont déjà fait l’objet d’une publication séparée2, et les suivants, ceux de Palerme – en 2011, organisé avec Patrick Boucheron et Igor Mineo, Marquer la prééminence sociale –, de Turin – en 2012, organisé avec Patrick Boucheron et Laura Gaffuri, Valeurs et systèmes de valeurs – et de Pise – en 2013, organisé avec Patrick Boucheron et Marco Folin, Entre idéel et matériel : espace, territoire et légitimation du pouvoir, formeront respectivement les volumes III, VI et VII de la collection.

  • 3 J.-P. Genet (éd.), Rome et l’État moderne européen, Rome, École française de Rome (Collection de l (...)
  • 4 J.-P. Genet, F. Foronda et J. M. Nieto Soria (dir.), Coups d’État au Moyen Age ? Aux fondements de (...)
  • 5 F. Foronda (dir.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (xiiie-x (...)
  • 6 V. Challet, J.-P. Genet, H. Rafael Oliva et J. Valdéon Baruque (éd.), La sociedad politica a fines (...)

2Le présent volume appartient à la troisième série de rencontres, les rencontres d’analyse politique comparative, qui s’inscrivent dans la lignée des colloques organisés dans le cadre de l’axe « Genèse de l’État moderne » du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP) : analyse comparative diachronique avec Rome et l’État moderne européen, colloque organisé à l’École française de Rome en 20023, et synchronique, avec les deux rencontres organisées par François Foronda à la Casa de Velásquez à Madrid sur Les coups d’État4 et sur Le contrat politique5, ainsi que celle portant sur les sociétés politiques, co-organisée à Paris à la Sorbonne et au Collège d’Espagne en collaboration entre le LAMOP et l’université de Valladolid6. Le colloque de Bourges est le premier organisé dans cette série dans le cadre du programme SAS et il sera suivi par trois colloques, correspondant respectivement aux volumes IX, XI et XII de la collection Le Pouvoir symbolique en Occident (1300-1640) : Patrick Boucheron et Étienne Anheim ont organisé en 2012 le colloque sur De Dante à Rubens : l’artiste engagé à Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines et Jean-Philippe Genet, Dominique Le Page, Olivier Mattéoni et Mireille Touzery ont organisé en 2013 à Dijon un colloque sur Consensus et représentation, tandis que Jean-Philippe Genet et François Foronda organiseront à la Casa de Velásquez à Madrid la dernière rencontre du programme SAS en 2014 : elle portera sur le développement de l’idée constitutionnelle en Europe.

  • 7 Précisément, sur le problème que nous évoquons ici, voir H. Millet et P. Moraw, « Clerics in the S (...)
  • 8 H. Millet, Les Chanoines du chapitre cathédral de Laon, 1272-1412, Rome, École française de Rome ( (...)
  • 9 H. Millet (dir.), Informatique et prosopographie, Paris, Centre national de la recherche scientifi (...)
  • 10 H. Millet (dir.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI / Les chanoines au (...)
  • 11 Publiée chez Brepols, cette collection compte aujourd’hui treize volumes, du diocèse d’Amiens édit (...)
  • 12 J.-P. Boudet et H. Millet (dir.), Eustache Deschamps en son temps, Paris, Publications de la Sorbo (...)
  • 13 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398. Introduction, édition et f (...)
  • 14 H. Millet, “Il libro delle immagini dei papi”. Storia di un testo profetico medievalo, Rome, Viell (...)
  • 15 H. Millet, L’Église du Grand Schisme, 1378-1417, Paris, Picard (Les médiévistes français, 9), 2009
  • 16 H. Millet (éd.), Suppliques et requêtes : le gouvernement par la grâce en Occident (xiie-xve siècl (...)
  • 17 H. Millet (éd.), Le concile de Perpignan (15 novembre 1408-26 mars 1409). Actes du colloque intern (...)

3Pourtant, ce colloque de Bourges est un peu différent de tous les autres parce que nous avons voulu qu’il soit aussi un hommage à Hélène Millet. L’État et l’Église, l’État ou l’Église, le titre en forme de diptyque que nous avions donné au colloque (et qui diffère légèrement de celui du volume) recouvre un vaste ensemble de problèmes : or, il en est un qui, essentiel à notre propos, a particulièrement retenu notre attention, celui des clercs et de leur place à la fois dans l’État naissant et dans l’Église. À dire vrai, se pencher sur ce problème suffit à tordre le coup aux visions simplistes et anachroniques qui ont trop longtemps prévalu pour opposer ou simplement séparer trop nettement Église et État (quoique l’on entende par ce terme). Mais c’est surtout parce que sur ce problème et sur bien d’autres les membres du LAMOP anciens ou présents ont pu bénéficier de l’expertise et de la science incomparables d’Hélène Millet7, à la fois comme chercheuse et comme animatrice de grandes opérations collectives, que nous avons voulu que ce colloque soit un hommage à celle qui a profondément transformé notre connaissance du personnel ecclésiastique et de ses parcours intellectuels et professionnels par sa pratique de la prosopographie, sa connaissance des archives et des sources romaines et avignonnaises. Commencée par son étude exemplaire des chanoines de Laon8 où elle faisait la démonstration précoce de sa maîtrise de l’informatique et de la prosopographie9, elle a continué seule ou avec la collaboration d’Élisabeth Mornet10 à s’intéresser aux chanoines tout en concevant son grand projet, les Fasti ecclesiae gallicanae, c’est-à-dire le répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France de 1200 à 150011. Elle n’a pas négligé pour autant les aspects culturels de la période12, ce qui lui a permis de donner toute leur signification aux sources qu’elle a explorées et souvent éditées, qu’elles touchent à l’histoire du Grand Schisme d’Occident13 ou de la papauté pendant cette période14. À travers de nombreuses études, dont seize sont aujourd’hui réunies en un volume15, elle a ainsi fait progresser de façon considérable l’histoire du fonctionnement des institutions ecclésiales et politiques16 et, surtout, développé une nouvelle approche de l’histoire conciliaire qui, nous l’espérons, est encore loin d’avoir donné tous ses fruits17.

4Il y aurait encore beaucoup à dire, en s’attachant à son rôle dans les différents GDR qu’elle a dirigés au CNRS (et notamment le GDR Gerson) et, plus récemment, dans l’équipe CORELPA, mais on en trouvera l’écho dans les pages qui suivent, ne serait-ce que parce que, à un moment ou à un autre, les participants au colloque ont eu l’occasion de travailler avec elle et citent ses recherches. À ce propos, le volume des actes ne rend qu’imparfaitement compte du colloque, qui joignait à des communications de type classique des tables rondes, très riches et stimulantes, mais dont il a été impossible de reproduire exactement le contenu ici : nous remercions vivement leurs animateurs, Pascal Montaubin et Jacques Verger, et ceux des participants dont les contributions n’ont pu trouver place ici, Thierry Kouamé et Thierry Pécout. Nos remerciements vont aussi aux présidents qui ont animé ces cinq demi-journées très chargées : Bernard Chevalier, Claude Gauvard, Dieter Giergensohn, Dominique Iogna-Prat et André Vauchez.

5Si l’ERC a apporté un soutien déterminant au colloque et à sa publication, rien n’aurait pu se faire sans l’université d’Orléans et ses équipes de recherche, Savoirs et Pouvoirs, de l’Antiquité à nos jours (SAVOURS) et le Centre d’études supérieures sur la fin du Moyen Âge (CESFIMA) : c’est Jean-Patrice Boudet et l’université d’Orléans qui ont assuré l’essentiel de l’organisation du colloque à Bourges, Françoise Bornes se chargeant de la logistique depuis Paris. Nous avons aussi reçu le concours de la région Centre et le conseil général du Cher a mis à notre disposition sa magnifique salle des délibérations, Philippe Goldman nous ayant réservé un accueil particulièrement chaleureux. Que tous trouvent ici nos plus vifs remerciements pour avoir permis le bon déroulement de ce colloque international dans les meilleures conditions.

6Enfin, les Publications de la Sorbonne ont réalisé avec leur coutumière compétence la préparation du volume, avec le concours précieux de Clémence de Clavière et de Pierre Cousseau : que tous trouvent ici l’expression de notre reconnaissance.

Notes

1 Les vol. I et XIII sont sous presse.

2 L. Gaffuri et P. Ventrone (éd.), Immagini, culti, liturgie : le connotazioni politiche del messagio religioso / Images, cultes, liturgies : les connotations politiques du message religieux, dans Annali di Storia moderna e contemporanea, no 16, 2010, et A. Gamberini, J.-P. Genet et A. Zorzi (éd.), The Languages of Political Society. Western Europe, 14th-17th Centuries, Rome, Viella, 2011 (aussi disponible en e-book).

3 J.-P. Genet (éd.), Rome et l’État moderne européen, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 377), 2007.

4 J.-P. Genet, F. Foronda et J. M. Nieto Soria (dir.), Coups d’État au Moyen Age ? Aux fondements des pouvoirs politiques en Europe au Moyen Âge, Madrid, Casa de Velásquez (Collection de la Casa de Velázquez, 91), 2005.

5 F. Foronda (dir.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval (xiiie-xve siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

6 V. Challet, J.-P. Genet, H. Rafael Oliva et J. Valdéon Baruque (éd.), La sociedad politica a fines del siglo xv en los reinos ibéricos y en Europa / La société politique à la fin du xve siècle dans les royaumes ibériques et en Europe, Paris/Valladolid, Universidad de Valladolid/Publications de la Sorbonne, 2007.

7 Précisément, sur le problème que nous évoquons ici, voir H. Millet et P. Moraw, « Clerics in the State », dans W. Reinhard (dir.), Power Elites and State Building, Oxford/New York, European Science Foundation/Clarendon Press (The Origins of the Modern State in Europe, thème D), 1996, p. 237-257 [trad. française, Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 237-258].

8 H. Millet, Les Chanoines du chapitre cathédral de Laon, 1272-1412, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 56), 1982.

9 H. Millet (dir.), Informatique et prosopographie, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1984.

10 H. Millet (dir.), I canonici al servizio dello Stato in Europa secoli XIII-XVI / Les chanoines au service de l’État en Europe du xiiie au xvie siècle, Modène, F. C. Panini, 1992.

11 Publiée chez Brepols, cette collection compte aujourd’hui treize volumes, du diocèse d’Amiens édité par le regretté Pierre Desportes et Hélène Millet elle-même en 1996 au diocèse de Bordeaux, publié par Françoise Lainé en 2012.

12 J.-P. Boudet et H. Millet (dir.), Eustache Deschamps en son temps, Paris, Publications de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale, 44), 1997. Édité en ligne (http://catalogue.bnf.fr … 2148/cb36165540f/PUBLIC).

13 H. Millet et E. Poulle, Le vote de la soustraction d’obédience en 1398. Introduction, édition et facsimilés des bulletins de vote, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1988.

14 H. Millet, “Il libro delle immagini dei papi”. Storia di un testo profetico medievalo, Rome, Viella (La corte dei papi, 9), 2002 [H. Millet, Les successeurs du pape aux ours. Histoire d’un livre prophétique médiéval illustré, Turnhout, Brepols, 2004], et H. Millet, Le Livre des prophéties des papes de la bibliothèque municipale de Lunel. Présentation du codex 7 du fonds Médard, Lunel, Ville de Lunel, 2004.

15 H. Millet, L’Église du Grand Schisme, 1378-1417, Paris, Picard (Les médiévistes français, 9), 2009.

16 H. Millet (éd.), Suppliques et requêtes : le gouvernement par la grâce en Occident (xiie-xve siècle), Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 310), 2003.

17 H. Millet (éd.), Le concile de Perpignan (15 novembre 1408-26 mars 1409). Actes du colloque international de Perpignan (24-26 février 2008), Perpignan, Trabucaire (Études roussillonnaises. Revue d’histoire et d’archéologie Méditerranéennes, 24), 2009 et H. Millet, Le concile de Pise. Qui travaillait à l’union de l’Église d’Occident en 1409 ?, Turnhout, Brepols, 2011.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540