Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Tentative de conclusions

Jacques Le Goff

Full text

1Comme pour tout problème important, les difficultés que rencontre l'historien dans l'analyse de l’histoire des élites urbaines médiévales peuvent s’organiser autour de trois séries de problèmes qui formeront l'ossature de cette tentative de conclusions.

2Ces problèmes concernent : 1) le vocabulaire et les concepts ; 2) l’espace, le territoire, l’échelle ; 3) le temps, la chronologie, la périodisation.

3Je soulignerai d'abord une difficulté particulière de l'entreprise et un choix personnel que j'ai opéré.

4La difficulté vient de la constatation – un des acquis de ce congrès – de la diversité des situations et des évolutions examinées et au flou des phénomènes, qui ne tient pas seulement à l'insuffisance de l'outillage de l'historien mais aux contours plus ou moins vagues des réalités historiques désignées par le terme élites urbaines. Il recouvre un grand nombre de cas qui, malgré le remarquable quadrillage introductif d'Elisabeth Crouzet-Pavan et de Philippe Braunstein, malgré l'effort de tous les communicants de fournir des éléments pour une histoire comparative et de présenter le cas étudié comme susceptible de fournir un modèle, a mal caché la difficulté de ramener à un modèle ni même à un petit nombre de modèles les élites urbaines médiévales et leur évolution. Les excellents auteurs d'exposés m'ont jeté dans les bras une multiplicité de cas qui, malgré quelques caractéristiques communes que je vais m'efforcer de repérer, me semblent davantage caractérisés par l'hétérogénéité plutôt que par les ressemblances. Mais après tout Marc Bloch ne nous a-t-il pas appris que l'histoire comparative est sans doute plus utile pour définir les différences difficilement réductibles à un modèle plutôt que pour rechercher une artificielle unité ? Et encore les orateurs ont-ils le plus souvent évité de parler de régions ou de villes qui auraient accentué cette diversité.

5Ne reculant pas – je vous en demande pardon – devant la provocation, tout en tenant compte de tous les exposés sans en nommer toujours les auteurs qui voudront bien m'excuser – mais tous m'ont intéressé, je les ai tous écoutés avec attention et profit et vous mettrez aisément un nom sous chaque remarque sans référence-, je me permettrai donc d'introduire encore quelques exemples dans ce congrès qui ne pouvait pas parler de tout l'espace urbain de la chrétienté médiévale et qui a été légitimement centré sur le couple France Italie, et surtout sur l'Italie septentrionale et centrale – espace urbain par excellence. J'ai donc fait, ne me facilitant pas la tâche, un choix d'effort vers la totalité.

6De même que je tâcherai d'indiquer en conclusion quelques thèmes, quelques pistes de recherche et de réflexion pour l'avenir – tels que vos exposés me semblant les avoir Suggérés- je voudrais en introduction vous dire combien vos contributions m'ont paru témoigner de certains renouvellements et enrichissements méthodologiques apparus dans les vingt ou trente dernières années. Je passe sur le fait, qui a déjà été souligné, que l'historiographie appliquée au passé est toujours plus ou moins influencée par le présent et qu'il serait intéressant – mais je n'ai pas cherché à la faire, à supposer que j'en sois capable – de rechercher en quoi les discussions actuelles sur l'élite et l'élitisme dans nos sociétés contemporaines ont pu influencer la problématique des élites urbaines médiévales.

L’esprit nouveau de l'historiographie : le politique et l'imaginaire

7Je ne retiendrai que deux grandes orientations de la réflexion historiographique récente dont les effets se sont manifestées avec éclat dans ce congrès. L'un concerne l’histoire politique, l’autre l'histoire de l’imaginaire.

8Le thème de ce colloque est un thème d'histoire sociale. Or le politique y a presque toujours été invoqué comme une dimension essentielle. L'imaginaire a été de son côté souvent revendiqué comme une composante importante de la marque des élites dans les villes et même comme un instrument d'une prise de conscience de ces élites dans leurs efforts pour se constituer, se considérer et s’imposer en tant qu’élites. L'autoreprésentation, l'auto-image est un facteur de la supériorité des élites.

9La dimension politique vient de ce que, depuis un quart de siècle environ, l’histoire politique a cédé plus ou moins la place à une histoire du pouvoir. Or la plupart des atouts qui ont permis à ces « élites » de se former, de s'imposer et de durer relevaient surtout du pouvoir.

10Capacité militaire, propriété foncière, noblesse, solidarité de famille, de clan, de groupe, de caste, richesse, savoir (surtout savoir juridique, savoir administratif, savoir comptable), culture (qu'on songe aux bibliothèques), tout cela est un tremplin vers le pouvoir et la participation aux élites. C’est en particulier remettre à une place sinon plus modeste du moins autonome le facteur économique trop souvent isolé. Il n'y a pas d'économique pur en histoire, surtout à une époque où il n'y a pas, malgré Aristote, de concept d'économie pure. Polanyi a bien montré dans les sociétés précapitalistes l’économie « embedded », « encastrée » dans du non économique, du religieux en particulier. La richesse et la culture (on l'a montré pour la culture du marchand, dans le comportement du marchand évergète), la richesse et l'administration, la richesse et l'appartenance à un clan ou à un lignage vont de pair.

11Le membre d'une élite urbaine dispose au moins de deux éléments de puissance à la fois et une élite est un groupe à qui l'ensemble de ceux qui le composent apporte l'ensemble des atouts nécessaires pour exercer le pouvoir, le couple le plus caractéristique étant le couple marchand-juriste.

12Comment apparaît la religion dans ce pouvoir des élites urbaines ? Il m'a semblé que vos élites étaient très laïques, trop laïques peut-être. Les clercs, certains clercs au moins n'en font-ils pas partie ? Hélène Millet heureusement, présentant les Fasti Ecclesiae Gallicanae, a rappelé qu'évêques et chanoines se rapportent autant que les bourgeois et les édiles municipaux au pouvoir urbain. Martin Aurell a montré pour la chevalerie urbaine d'Occitanie des XIe-XIIe siècles l'investissement des chapitres cathédraux, le poids de la religiosité de cette élite dans le jeu politique urbain, le fait surprenant qu'avec les cathares de l'Albigeois petite noblesse et hérésie aient souvent partie liée. Et que dire, à partir du XIIIe siècle, de l’influence des ordres Mendiants, ordres urbains très présents, au-delà de la religion, dans le gouvernement de la ville par les élites urbaines soumises à leur influence ?

13Comme dans la société « féodale » globale, dans la société urbaine, l'Eglise dispose d'une double puissance : elle fait partie des élites et elle leur fournit une idéologie.

14N'oublions pas non plus les femmes qui constituent un des atouts de l'élite urbaine aussi en disposant elles-mêmes de deux atouts : leur fécondité et leur rôle dans les stratégies matrimoniales dont bénéficient les hommes mais qui, leur devant une part de leur pouvoir, ne peuvent les en exclure totalement. Malgré l'encadrement des religieux mâles, les couvents féminins tiennent leur parti dans les affaires de la ville. Et si les hommes de la ville manifestent le pouvoir qu'ils mettent au service de leurs besoins sexuels par l'institution et le contrôle des étuves, n'y a-t-il pas en ces lieux, comme l'a suggéré Claude Gauvard, des lieux de pouvoir dans la ville ?

15La dimension politique du comportement des élites urbaines est enfin couronnée par une idéologie urbaine spécifique : il est ordonné en vue du bien commun. A travers et au-dessus de tous les égoïsmes, les conflits, les haines, l'accaparement collectif de la puissance et de la jouissance, est brandie la bannière du bien commun. Le genre littéraire des « éloges de villes » est dominé par un idéal urbain. Certains théologiens liés aux élites urbaines esquissent une idéologie de la ville comme le dominicain Albert le Grand à Augsbourg. Un pédagogue comme Bouvesin de la Riva se consacre à la célébration de sa ville, Milan. Une historiographie urbaine est cultivée dans presque toutes les villes d'une certaine importance. Sienne met en peinture l'opposition du bon et du mauvais gouvernement. A Bologne Antonio Ivan Pini a montré la coexistence d'affrontements économiques et politiques acharnés et d'un comportement de classe éclairée consciente du prestige que l'université apporte à la ville çt commanditaire autour de 1200 de grands travaux qui n’ont pas seulement une finalité économique mais le désir de donner une image de beauté et d'harmonie de la ville. Les élites urbaines montrent le visage contrasté d'un Dr Jekyll et Mr Hyde. L'apparence de la vertu est démentie par sa manipulation, sa confiscation par les élites. Cette vertu, individuelle et collective, apparaît comme un masque, mais c'est un masque nécessaire pour ces individus et ces familles en quête de popularité acquise, grâce à ce masque, aux dépens de la ville sur laquelle par ailleurs ils font « mains basses ». Les élites sont dominées par un imaginaire du bien qu'ils tirent de la ville et lui imposent.

16A la dimension politique est donc étroitement liée une dimension de l'imaginaire, du symbolique.

17Comme toute élite sociale, les élites urbaines sont sensibles aux apparences. Souvent nobles, ils ont en tout cas un comportement aristocratique. Un cas extrême est celui de ce « comte » de Toulouse de la seconde moitié du Xe siècle enterré avec ses chausses rouge vermeil qui sont signe impérial et royal. A Florence, on appelle cette élite noble ou se donnant l'apparence de la noblesse « les hommes rouges ». Toutes ces élites ont tendance, si elles ne sont pas nobles, à « mener le genre de vie noble », comme la chasse au faucon à Trévise, comportement dans lequel Marc Bloch avait déjà remarqué un des grands moyens d'entrer réellement dans la noblesse.

18Les élites urbaines sont des virtuoses de la mise en scène et des rites. Rien d'étonnant si elles tiennent souvent à pratiquer festivement l'adoubement. A la mise en scène vestimentaire s'ajoute la mise en scène architecturale. Les élites construisent maisons spectaculaires, véritables palais et surtout ces tours qui sont parfois restées, surtout en Italie, la marque des élites dans le paysage urbain. Il n'est pas jusqu'au choix du lieu de sépulture dans une cathédrale ou une église prestigieuse qui n'entre dans la stratégie sociale de l'apparence comme l'a noté Stefano Gasparri.

19Les élites sont fascinées par la culture courtoise. Courtoisie et urbanité tendent à se fondre. Les grands héros courtois s'urbanisent. De Brême à Modène et plus au sud les Roland en statues parfois géantes, auxquels s'est intéressée Anna Imelde Galetti, les Arthur sculptés manifestent l'adoption de la littérature courtoise par les élites urbaine. Le troubadour Jauffré parle de « chevaliers merveilleux ». Les élites urbaines font pénétrer la ville dans le domaine chevaleresque de la merveille. Et le songe de François d'Assise, ce fils de marchand qui rêvait d'être chevalier et voyait une grande maison pleine d'armes, est significatif. Les élites organisent sociétés savantes, comme les puys arrageois, les curiae urbaines, les jeux courtois comme le « castello d'amore » de Trévise en 1214, les processions se structurent selon les hiérarchies socioprofessionnelles. Les fêtes qui ne coïncident pas toujours avec les fêtes liturgiques sous contrôle ecclésiastique, ni pour la date ni surtout pour le caractère plus aristocratique et laïque avec souvent des aspects folkloriques, scandent la vie urbaine au gré des élites. Philippe Braunstein a eu raison de mettre la liberalitas au premier rang des valeurs et des comportements que les élites urbaines non nobles ont empruntés à la noblesse. Les marchands ne comptent plus quand il faut se montrer évergètes, accomplir les œuvres de miséricorde auxquelles les poussent les frères Mendiants, s'illustrer par le mécénat et l'embellissement de l'apparence urbaine, les décors d'hôtels de villes et de salles justice en France décrits par Christian de Mérindol.

20Les élites – et celles urbaines n'ont pas failli à la règle – ont conquis, gardé ou perdu le pouvoir selon leur capacité à produire du rêve. Mais il faut noter que, fascinés par la culture noble, courtoise, elles ont été incapables de produire de l'imaginaire autrement que sous des formes « nobles ». Et Jean-Marie Moeglin a montré par l'exemple d'Augsbourg et de Nuremberg l'absence d'intérêt de ses notables pour l'histoire ancienne de leur ville, leur incapacité à construire une mémoire du passé urbain, entreprise liée à l'histoire dynastique et à l'histoire nationale qui ne pouvait fonctionner au profit des lignages urbains. Seules les villes impériales et en Italie les villes-Etats fournirent à leurs élites l'imaginaire nécessaire à la construction d'une historiographie urbaine.

Trois séries de problèmes

Vocabulaire et concepts

21La difficulté d'établir une typologie des élites urbaines médiévales est aggravée par la difficulté familière aux historiens mais particulièrement sérieuse dans ce cas de faire concorder la nomenclature médiévale à la nomenclature moderne, concordance sans laquelle il n'y a pas de savoir historique. Le vocabulaire actuel souffre d'une part d'un sociologisme utile pour faire rentrer les réalités sociales du passé dans une science sociale générale capable en particulier de permettre le comparatisme dans l'espace et le temps et d'autre part de l'hétérogénéité et de la multiplicité de la nomenclature médiévale.

22Dans le vocabulaire français actuel, patriciat cher à Pirenne et à Lestocquoy n'est plus en faveur et il n'y a pas à le regretter, le terme renvoyant éventuellement à l'Antiquité mais non au Moyen Age, classes dominantes n'évoquant que l'aspect de la supériorité, élites, en dehors de son écho actuel qui permet d'envisager un certain comparatisme, apparaît comme le concept le plus intéressant par la diversité de ses références, à condition qu'il soit bien employé au pluriel, la diversité demeurant une caractéristique essentielle des réalités sociales auxquelles renvoie le terme. Il réunit les références à la supériorité des groupes et des individus qui les composent ; à leur qualité (ce sont des éléments de choix), à leur valeur (qu'elle soit militaire, économique, administrative, culturelle, etc.), à leur nature de minorité.

23Les valeurs auxquelles il renvoie sont des valeurs fortement reçues au Moyen Age, au premier rang desquelles l'inégalité et la hiérarchie. Il évoque aussi le regard des autres qui opère ou du moins sanctionne ce choix, l'estime sociale qu'il entraîne ou suppose, il rejoint le sentiment très médiéval de la valeur éminente d’une minorité meilleure, plus éclairée, plus vertueuse, plus fiable, plus autorisée à décider qu'exprime une expression telle que minor et sanior pars.

24Parmi la multiplicité de termes désignant telle composante ou telle caractéristique des élites au Moyen Age, il faut faire un sort à trois d'entre eux : ordo (« ordre ») et status (« état », « estat ») d'abord qui évoquent deux frontières de ces élites : ordo se situe aux limites du sacré, status évolue dans le domaine juridique. Le troisième terme societas fait référence à une association contractuelle d'égaux et a, comme on sait, un sens technique et juridique spécifique dans l'univers des associations marchandes. Stefano Gasparri a montré qu’au XIIIe siècle les élites des villes italiennes du nord-est se regroupent en une societas militum et une societas populi antagonistes, dont les confins sont d'ailleurs d'autant plus flous qu'ils disparaissent presque au niveau des groupes dirigeants des deux societates. Societas se retrouve encore dans l'expression societates de turre désignant les ensembles de parents et alliés appartenant à l’élite d'une ville liés entre eux pour assurer la gestion du complexe fortifié de la turris.

25La nomenclature est abondante et diverse, en Italie surtout : magnati, grandi potenti, nobili et, en latin, meliores et maiores urbis, primates, boni viri et censati viri qui perpétuent des fonctions judiciaires et des privilèges financiers. Philippe Jansen a repéré à Macerata au XVe siècle un famosus civis et un honorabilis mercator mais il faut noter que la référence à l'honneur, à l’honorabilité est tardive. Elle n'est pas proprement médiévale. Les adjectifs tels que bonus, probus, etc., expriment souvent l'appartenance à l'élite.

26Un cas où l'on peut faire coïncider un concept moderne avec un terme médiéval est celui de Venise où je pense avec Jean-Claude Hocquet que ça peut-être traduit par « clan » avec cette nuance importante que le terme vénitien définit cette composante de l'élite urbaine par référence à la maison-palais.

27Il y a souvent regroupement de ces élites dans des groupes opposés d'inégal statut social en général dont les plus anciens et les plus fameux sont l’opposition milites-populus, milites-burgenses, la présence limité de ce dernier terme dans les textes et les statuts nous avertissant que désigner les élites urbaines par le terme de bourgeois n'est pas pertinent.

28Le plus important peut-être est que ces élites sont elles-mêmes hiérarchisées. A l'intérieur d'elles joue l'opposition fondamentale maiores-minores. Elles comportent des strates, des couches, des sortes de sous-élites. Souvent domine une élite supérieure peu nombreuse en qui s'incarne la tendance des élites urbaines médiévales à secréter des oligarchies. Parfois se forme une sorte de « classe moyenne ». Marco Vendittelli a montré comment à Rome, du milieu du XIIe siècle au milieu du XIIIe siècle, émerge une élite proprement « communale » entre les anciens lignages aristocratiques et les puissantes maisons baronniales nouvelles.

29Seuls en général des membres des arts majeurs parviennent à figurer dans les élites du pouvoir. Les gens de métier, les artisans, n'y arrivent pas vraiment (Paris et Rouen étudiés par Paul Benoit et Philippe Lardin en sont un exemple : élite artisanale mais n'appartenant pas à l'élite urbaine) et les « mécaniques », les travailleurs manuels, n'en forcent pas la porte, le travail manuel constituant pour ces élites urbaines adoptant les valeurs aristocratiques, un tabou. Mais notons que parmi les bases du pouvoir de ces élites ne figure pas le sang.

30Si ces élites ne se consument pas en conflits internes pouvant aller jusqu'à l'autodestruction comme l'a montré Antonio Ivan Pini pour Bologne, elles ont en général tendance à la fermeture. Il y a dans leur stratégie une prédominance de la reproduction sur le renouvellement. Pourtant on voit un peu partout à presque toutes les époques des homines novi se glisser dans les élites urbaines, comme par exemple aux XIVe et XVe siècles à Gérone comme l'a montré Christian Guilleré.

31La dynamique des élites urbaines médiévales peut aussi aboutir à l'exclusion dans les deux sens, à une sorte de mort civique comme en ont été victimes les magnats florentins à la fin du XIIIe siècles, les artisans dans maintes villes à maintes époques. Rares et peu durables ont été les périodes signalées par Paolo Cammarosano où les élites de certaines villes ont eu une stratégie d'équilibre.

32Enfin les luttes internes, la tendance à la fermeture et à l'exclusion qui ont dominé l'histoire des élites urbaines médiévales ont pu aboutir, au-delà de la condamnation au néant social, à l'expulsion pure et simple de la ville de groupes ou de membres individuels des élites. Michel Balard nous a rappelé cette figure si importante et si caractéristique de l'histoire urbaine médiévale, le banni l'exilé.

Espace, territoire, échelle

33L'ambition de ce congrès a été de couvrir toute la chrétienté, pertinente ambition car avec des particularités régionales plus ou moins importantes, la chrétienté est une dans ses aspects fondamentaux, la ville y a partout un visage et des structures proches d'un même modèle, et les élites urbaines y sont partout présentes sous des traits voisins.

34Pourtant, et cela a été heureux, le congrès a surtout pris en considération la France (Flandre comprise), l'Italie du Nord et du Sud, l'Allemagne du Sud, la Catalogne. Le reste de la péninsule ibérique, l'Europe du Nord et du Centre-Est y est peu ou pas du tout présente. Elisabeth Crouzet-Pavan et Philippe Braunstein ont jeté quelques regards sur l'Angleterre. Philippe Braunstein a fait quelques incursions dans le monde de la Hanse, à Lübeck, Danzig et Riga, en Suède, en Pologne, et à Novgorod.

35Certes ces régions sont – à l'exception de la péninsule ibérique – les moins urbanisées de la chrétienté mais ces zones périphériques, ces fronts pionniers urbains méritent d'être étudiés de plus près : Irlande, monde Scandinave, Pologne, Hongrie, Balkans. Le congrès s'est en revanche bien intéressé à deux types d'isolats urbains, la Savoie montagnarde et peu urbanisée expliquée par Guido Castelnuovo et la Sardaigne coloniale révélée par Jean-Michel Poisson où l'élite urbaine dominante est constituée par des familles pisanes, de façon le plus souvent intermittente, seuls quelques Sardes – marchands ou jurisperiti – parvenant à se hausser à leur niveau.

36Deux comparaisons extra-européennes, avec les deux grandes civilisations auxquelles a été confrontée la chrétienté nous ont été proposées : Byzance par Alain Ducellier et Thierry Ganchou, l'Islam par Bernadette Martel-Thoumian. Dans les deux cas la différence est forte. Dans les villes byzantines et musulmanes les villes dont dominées par le pouvoir politique central. Il n'y a pas d'autonomie urbaine. Les notables urbains le sont par la grâce du pouvoir central ou par la fonction de représentation de ce pouvoir (par exemple, la noblesse de fonction dans les villes byzantines, éclipsées par ailleurs par la taille et le poids extraordinaire de Constantinople) ou par la fortune (d'origine souvent terrienne à Byzance, marchande en terre d'Islam). Les élites urbaines aux multiples bases et caractéristiques de pouvoir sont une spécialité de la chrétienté.

37Notre congrès a surtout considéré les élites urbaines à l'intérieur de la ville, intra muros, la muraille étant souvent un élément essentiel de la ville. Le plus net du point de vue de la hiérarchie du pouvoir et du prestige est que le pouvoir est au centre. Cette centralité est le principe essentiel de la socio-topographie urbaine qui permet de repérer la concentration topographique des élites urbaines. En dehors de la tendance à occuper le centre de la ville, de se loger au plus près du centre, sur la place ou près de la place, comme Philippe Jansen l'a montré à Macerata, les élites urbaines médiévales ont eu l'habitude de se regrouper dans certains quartiers, dans certaines rues. C'est dans ces rues et ces lieux d'habitation des élites qu'étaient accomplies de nombreuses fêtes et cérémonies caractéristiques de ce que Stefano Gaspam a appelé la « chevalerie rituelle » urbaine. Il faudrait aussi étudier où se situent les élites urbaines par rapport à un autre réseau socio-topographique, celui de ce qu'on peut appeler les « points chauds » de la ville : marché, tavernes dont a parlé Paul Benoit à Paris, pilori, églises des ordres Mendiants avec leurs places et leurs chaires extérieures pour la prédication, etc.

38Si le local, le proprement urbain, est le lieu spécifique où repérer et étudier les élites urbaines, il faut toujours situer la ville dans le territoire pertinent où les villes présentent de fortes analogies entre elles, forment même souvent un véritable réseau, réseau qui quadrille et domine le territoire en question. L'entreprise de Pierre Pégeot et Jean-Luc Fray constituant une prosopographie des élites urbaines dans un espace défini par eux et nommé « la Grande Lorraine » est à cet égard intéressant.

39Ici se présente le grand problème des rapports ville-campagne et plus particulièrement des élites urbaines avec la campagne.

40Je voudrais avancer ici une provocation majeure : l'Italie ne m'apparaît pas comme le modèle urbain médiéval par excellence. Il y a une illusion italienne dans l'histoire urbaine médiévale. L’Italie urbaine n'est pas le grand modèle mais la grande exception. Le modèle urbain médiéval « normal » y est sans cesse troublé par des particularités historiques essentielles.

41Là ou ailleurs il y a le plus souvent rupture ou création ex nihilo, se rencontre en Italie presque toujours la continuité depuis l'Antiquité, jusqu'au XIVe siècle les interventions impériales y sont fréquentes, telles celle de Conrad II en 1037 qui bouleverse le paysage social des villes italiennes, et elles se produisent même après la paix de Venise, le conflit entre Guelfes et Gibelins qui touche presque toutes les villes de l'Italie du Nord et au Centre brouille les cartes, les règles du jeu urbain, la précocité (continuité ou renaissance) du droit romain et du savoir modifie les institutions et le gouvernement urbain, impose les compétences juridiques et la « sagesse » aux élites urbaines, l'Eglise ne se contente pas d'ajouter à son activité la présence de la papauté, elle brouille le jeu territorial et politique par sa domination territoriale directe sur une partie importante de l'Italie, les Etats pontificaux ou Patrimoine de saint Pierre. Enfin la plupart des grandes villes évoluent vers un statut de cité-Etat où se trouvent changés la nature des élites urbaines, leurs comportements et leurs ambitions. Il ne faut pas l'oublier quand on va chercher des exemples, des modèles d'élites urbaines en Italie, ce qui est légitime à condition qu'on fasse les corrections nécessaires.

42En particulier il ne faut pas transférer ailleurs sans modifications les rapports città-contado, si spectaculaire dans l’Italie médiévale, et essentiels pour comprendre le fonctionnement des élites urbaines. Ailleurs les rapports villes-campagne qui entraînent souvent l'existence plus ou moins institutionnalisée de banlieues offrent des aspects juridiques, économiques, sociaux, culturels qu'il faut étudier de façon spécifique, en se déprenant souvent du modèle italien.

43De même l'évolution des grandes villes italiennes vers la Cité-Etat et les signorie est à distinguer de l'évolution des villes et de leurs élites dans les états monarchiques, dans les royaumes où se construit l’Etat moderne (France, Angleterre, Aragon, Castille, Portugal). Même l'Allemagne avec les réalités spécifiques et imaginaires de l'Empire, le morcellement politique, une manière différente et difficile pour les élites urbaines germaniques, comme l'a montré Jean Marie Moeglin, de se créer une conscience de soi, une identité originale distingue le destin historique de ces élites de celui des élites italiennes.

44Si les signorie italiennes rapprochent les villes italiennes et leurs élites des conditions des villes des états monarchiques, elles n’en présentent pas moins pour ces élites des évolutions fortes différentes dans les rapports entre la ville et le prince, les élites urbaines et le prince. On a bien montré comment dans la France des « bonnes villes » étroitement liées à la royauté, se substituent aux autonomies urbaines du Moyen Age central et post-central des villes « apprivoisées », des élites « domestiques » pour qui l'anoblissement est la plus grosse « carotte ».

45Resterait à préciser l'importance de l'échelle urbaine à laquelle il a d’ailleurs été fait souvent allusion. Même si l'on n'est pas séduit par la « micro histoire » il faut s’attendre à ce que la considération des échelles soit un des éléments importants de la problématique historique de demain Les médiévistes n'ont d'ailleurs pas attendu la micro histoire pour réfléchir sur la taille des villes. Une typologie constituant en catégories les « petites » villes, les villes « moyennes » et les « grandes » villes a déjà produit des résultats prometteurs dont on a fait état dans certains exposés de notre congrès ou lors des discussions.

46Il y a une vingtaine d'années en utilisant le critère du nombre de couvents (et d'ordres) mendiants installés dans une ville, l’équipe avec laquelle j'ai travaillé a pu établir pour la France urbaine médiévale quatre catégories hiérarchisées de villes à quatre, trois, deux, un couvent mendiant, qui nous ont paru définir de façon exhaustive cette France urbaine médiévale, une agglomération sans couvent mendiant ne méritant pas à cette époque la dénomination de ville. Résultat qui n’est pas inutile pour l’étude des élites urbaines, si on songe aux liens étroits qui unissaient les frères Mendiants à ces élites.

47Il a semblé aussi au cours du congrès que les « petites » villes étaient sans doute celles qui, au Moyen Age, parvenaient le mieux à réaliser un certain « équilibre » au sein de leurs élites.

48Enfin on n'a fait qu'effleurer le gros problème des élites urbaines des capitales, qu'il faut aborder en n'oubliant pas qu'il n’est pas sûr qu'il y ait eu au Moyen Age des villes correspondant exactement aux critères retenus plus tard et aujourd'hui pour définir une capitale.

49Quant aux chiffres, même si l'on est un peu revenu de la fascination de l'histoire quantitative, il est important de s’y intéresser et il me semble que, surtout évidemment pour le Moyen Age tardif, d'importants progrès (à poursuivre) ont été atteints dont l'évaluation, forcément approximative mais de façon plus précise, du nombre des élites urbaines, du montant de leur richesse, de leurs temps d'occupation du pouvoir et du rythme de leur renouvellement.

Temps, chronologie, périodisation

50On me permettra deux remarques préliminaires.

51La première est pour me réjouir que le congrès n'est pas sacrifié à « l'idole des origines » naguère justement dénoncée par Marc Bloch. On a étudié des genèses ou, comme l'a dit Bernard Guillemain, des débuts, l'intérêt éventuel pour les « origines » urbaines devant être réservé à l'examen des mythes urbains.

52La seconde est pour souligner que les élites urbaines ont entretenu des rapports importants avec la mesure du temps, sa pratique, et son appropriation. Pour l'historiographie urbaine et l'attitude des élites à son égard je renvoie une fois encore à l’exposé de Jean-Marie Moeglin concernant Augsbourg et Nuremberg. Pour le temps quotidien il faut se rappeler que les élites urbaines ont été aussi largement maîtresses du temps urbain, aux côtés et parfois en concurrence avec l'Eglise. Les élites ont imposé des cloches urbaines qu'elles contrôlaient ou un usage partiellement laïcisé des cloches ecclésiastiques. Elles ont joué un rôle décisif dans la diffusion au tournant du XIIIe au XIVe siècle de l’horloge mécanique mieux adaptée à la régularité des activités et de l'emploi du temps de ces élites. Les villes ont rémunéré un personnage dont il a été question, L’horloger, un de ces artisans qui se situent dans les marges des élites urbaines, moitié « homme mécanique », moitié « artisan merveilleux ». Enfin les élites ont fait sentir leur influence dans les innovations et les changements du calendrier, resté largement entre les mains de l'Eglise et commençant à intéresser le pouvoir princier.

53Pour la périodisation proprement dit de l'histoire de ces élites, notre congrès a surtout mis en lumière les difficultés que rencontre son établissement. Il est difficile de mettre en valeur des synchronismes soit dans l'évolution des élites des diverses villes et régions, soit dans la comparaison entre cette évolution et celle d'autres phénomènes. Cette histoire collective, malgré les exceptions qu'elle a connues, n'est pas riche en événements ni en dates auxquelles accrocher une périodisation. La formation d'une commune, la prise de pouvoir d'un prince se situent dans des évolutions plus lentes. La « révolution des métiers » en Flandre et en Artois évoquée par Alain Derville, le texte d'Othon de Freising découvrant en 1154 la société urbaine de l'Italie du Nord rappelé par Pierre Racine, très significatifs en soi, le sont-ils pour établir une chronologie ?

54Pourtant il m'a semblé qu'une évolution plus ou moins générale qu'on a approximativement datée n'était pas sans rapport avec d'autres chronologies familières aux médiévistes et même à une défendable chronologie à peu près générale de l'histoire de la chrétienté médiévale. Ces synchronismes ne peuvent, il est vrai, s'établir qu'au prix de larges approximations et de généralités peu précises et qui semblent parfois surtout rhétoriques.

55Alain Derville qui a présenté pour la Flandre et l'Artois la chronologie la plus détaillée et la plus utile a pourtant dû renoncer, au moins dans la présentation, à une chronologie spécifique des élites urbaines. Il distingue un ensemble Xe-XIe siècles, puis détache le XIIe siècle puis le XIIIe et termine par un ensemble XIVe-XVe siècles.

56D'après l'ensemble des exposés on voit s'exprimer une périodisation sans grande originalité : une période de formation des élites urbaines (XIe-XIIe siècle) pendant laquelle prédominent les milites, un XIIIe siècle de vifs conflits internes à travers lesquels semble vouloir s'établir un équilibre entre les anciennes élites marquées par les traditions nobiliaires et les homines novi, promus surtout par la marchandise et l'argent ou le droit et le savoir, qui adoptent leurs mentalités et leurs mœurs courtoises, un XIVe siècle où les élites subissent elles aussi les ébranlements de tous ordres qui constituent ce qu'on a appelé la ou les crise(s) du XIVe siècle, sauf peut-être, semble-t-il curieusement, la Grande Peste à l'abri de laquelle elles auraient pu majoritairement se mettre, et enfin un XVe siècle d'uniformisation en tant que notables et d'apprivoisement et de mutation dus surtout à l'émergence des différentes formes de pouvoir princier.

57L'impression générale (et elle n'étonnera pas des historiens qui savent que l'histoire est la science du changement et qu'il n'y a pas d'histoire immobile) est que ces élites ont beaucoup changé, qu'elles ont obéi à une dynamique plus ou moins haletante. Il a existé et il faudrait mieux les connaître, des décalages, des régions qu’on peut définir comme pionnières ou attardées dans le renouvellement des élites. Mais partout on assiste à des cycles (à mieux dater) de renouvellement et de sclérose. Il faudrait en particulier mieux connaître, avant même de s'intéresser au renouvellement social, politique et culturel, la démographie des élites urbaines, leur renouvellement biologique. Renouvellement et sclérose, disparition et apparition de familles et de groupes. En le disant on n'a pas dit grand-chose. Il faudrait pouvoir dater, analyser, caractériser.

58Ce qui est sûr, et cela encore est un truisme historique, c’est que du XIe au XVe siècle le contraste dans le paysage des élites urbaines est frappant. Au bout de ces cinq siècles la nouvelle noblesse urbaine a peu à voir avec l'ancienne.

Conclusion

59D'après ce qui a été dit au congrès, que reste-t-il à faire, que faut-il faire ? D'abord, souvent, continuer.

60La prosopographie par exemple a ses limites mais elle a ses avantages et elle est irremplaçable comme construction d'une base de travail. Elle doit être continuée et élargie.

61Il faut davantage couvrir le territoire des mots et des choses, en recourant à la linguistique et à la géographie historique. Il faut établir un glossaire du vocabulaire définissant le champ sémantique des élites, rédiger, dans la mesure du possible, des dictionnaires biographiques des élites par régions, par zones urbaines, dresser des atlas historiques où la dynamique de l'évolution des élites sera bien mise en lumière. La dynamique chronologique, dans la longue durée, devra y être essentielle.

62Et bien entendu un inventaire des sources serait précieux, tout ceci pouvant se coordonner avec la poursuite et l'utilisation des instruments de recherche et de travail, bibliographiques notamment, dont l'histoire urbaine générale a déjà fait l’objet.

63Et puis il faudra insérer la recherche sur l'histoire des élites urbaines médiévales dans les réflexions et les enquêtes actuelles qui s'efforcent çà et là de donner une nouvelle impulsion à la recherche historique en général, et, en particulier, à faire naître une nouvelle interdisciplinarité dans les sciences sociales. Seule une telle problématique peut faire progresser qualitativement l’histoire des élites sociales qui a besoin de se faire avec la géographie, la démographie, la sociologie, l'économie, la politologie. Quel beau domaine d'interdisciplinarité pourvu qu'il soit historique.

64Vous me pardonnerez, je l'espère, une dernière provocation que je dédie à mon ami Robert Fossier, le moins « urbain » des grands médiévistes vivants. Il a toujours, avec raison, rappelé qu'au Moyen Age quatre-vingt-dix pour cent de la population – en grande majorité des paysans – vivent à la campagne et sans réclamer une égalité quantitative ni même un quota pour les travaux d’histoire, il souhaitait que les historiens des villes aient ces chiffres à l'esprit pour définir et comprendre la société médiévale. A quoi il est facile de lui répondre (c'est encore un problème – simple – d'échelle) que les citadins ont eu au Moyen Age un poids certainement supérieur à leur faiblesse numérique.

65A la fin de ce beau congrès consacré aux élites urbaines médiévales, je me demande pourtant : n'avons-nous pas tendance à exagérer le poids de la ville dans l'histoire ? Notre point de vue d’historien n’est-il pas celui d’historiens citadins ?

66En revanche, étant donné la modestie de notre poids dans les sociétés où nous vivons, je n'oserais pas dire que notre point de vue est celui de membres des élites urbaines contemporaines. Le poids du savoir dans les villes d'aujourd'hui est diffus et c'est très bien. C’est un acquis de la démocratie et la société urbaine médiévale était tout sauf démocratique.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.