Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Livres, patrimoines, profession : les bibliothèques de quelques médecins en Italie (XIVe-XVe siècles)

Donatella Nebbiai-Dalla Guarda

Texte intégral

1Si l'étude du contenu des bibliothèques éclaire les connaissances et les choix intellectuels et spirituels des hommes qui les ont constituées, il convient également de prêter attention aux modes de la formation, de la gestion et de la dispersion de ces collections, cette approche permettant de situer les possesseurs dans leur contexte historique et social.

2C'est une enquête de ce genre que nous avons effectuée sur les bibliothèques de quelques médecins italiens des XIVe et XVe siècles. En effet, bien que 1'histoire de ces collections, souvent dispersées à la mort de leurs possesseurs, soit plus difficile à reconstituer que celle de bibliothèques institutionnelles, en principe caractérisées par la continuité, les sources que nous avons exploitées – essentiellement des inventaires de biens – sont riches d'enseignements et laissent percevoir la place des bibliothèques dans la gestion des patrimoines et dans le déroulement des carrières professionnelles.

  • 1 H. Bresc, Livre et société en Sicile (1299-1499), Païenne, 1971 (Centro) di studi fïlologici e lin (...)

3Un relevé exhaustif des documents représentatifs des bibliothèques des médecins italiens aux XIVe et XVe siècles eût requis des sondages approfondis sur des fonds d’archives encore peu explorés et difficiles à atteindre. A défaut de pouvoir les mener à bien, nous avons choisi de livrer, dans cette communication, les résultats de recherches effectuées sur des sources déjà éditées. En effet, de cette première collection d'une quarantaine de documents se dégagent déjà des tendances, qui pourront ensuite être vérifiées sur un corpus plus ample et plus représentatif. Dès maintenant, par exemple, nos conclusions peuvent être confrontées avec le cas de la Sicile, analysé par H. Bresc1.

4Ainsi, par exemple, comme il ressort de cette dernière étude, les bibliothèques des médecins paraissent, d'une manière générale, avoir été fortement marquées par la fonction professionnelle de leurs possesseurs. Notre documentation le confirme également. En témoignent ces quelques exemples datant du XIIIe siècle.

  • 2 A.S. Siena, Diplomatico, 1202, maggio 26.
  • 3 A.S. Siena, Biccherna, vol. 86, c. 105 ; 96, c. 360 ; 108, c. 137 ; 110, c. 98 ; 113, c. 153 ; 114 (...)

5L'inventaire des biens du médecin siennois Nicolaus Piccolomini, du 26 mai 1202, mentionne, outre les objets et produits nécessaires à l'exercice de l'art médical, la présence de quelques libri medicinalium dont le contenu et le nombre ne sont pas spécifiés2. Ces livres sont légués aux deux enfants, Bonifacio et Bonaventura, qui, à leur tour, deviendront médecins. Toujours pour Sienne, il faut encore mentionner le médecin Cola, pour la réfection des livres duquel le « Comune » engagea des sommes entre 1284 et 1298. Tout comme le précédent, ce document n'indique pas le nombre des volumes et leur contenu3.

  • 4 A.S. Genova, not. Giovanni di Corsio, Cart. 82, c. 127v ; éd. par G. Petti Balbi, « Il libre nella (...)
  • 5 Ce personnage est appelé Hugo Hugonis De Anglia dans le document que nous avons pris en considérat (...)
  • 6 Cf. O. Mazzoni Toselli, Racconti storici tratti dall'archivio criminale di Bologna, 3 vol., Bologn (...)

6En 1267, un gênois, maître Alberto di San Salvatore, possédait 5 livres d'Avicenne et trois de Galien4. Citons encore la collection de huit livres de médecine réunie par Hugo Hugonis, médecin d'origine anglaise5. Ce personnage, marié le 14 avril 1274 avec Zaccaria, fille d’Albertino Calderari († 1294) est contemporain d’Ugo Borgognoni. Il fit ses études à l'université de Bologne entre 1283 et 1286, puis exerça son art dans cette ville jusqu'à sa mort, en 1294. Enfin, un autre médecin bolonais moins célèbre, maître Bracino de Pistoia, mit en gage en 1308 trois de ses livres : un Galien, le quatrième livre du Canon d'Avicenne, et un manuscrit de logique6.

  • 7 Voir par exemple la liste de publications concernant les bibliothèques des médecins donnée par A. (...)

7La documentation que nous avons rassemblée fait cependant, surtout, apparaître l'essor et l’importance des bibliothèques des médecins à partir des premières décennies du XIVe siècle. A côté de bibliothèques exceptionnelles par la quantité et la variété des livres qu'elles renfermaient et qui ont donc suscité l’intérêt des érudits – c'est le cas, pour le XIVe siècle, de l'astronome Giovanni Dondi, ou, pour la fin du XVe siècle, de l'anatomiste florentin Antonio Benivieni – on trouve aussi des bibliothèques petites ou moyennes, peu connues, que des historiens, notamment de la médecine7 ont signalées au hasard de leurs travaux.

  • 8 Ainsi les aspects de la circulation du livre, de la terminologie de sa description, la présence pl (...)

8Le corpus que nous avons constitué, très homogène en ce qui concerne la typologie des documents, et permettant, de ce fait, de traiter globalement certaines données8, nous semble déjà pouvoir être considéré comme représentatif. Il convient tout d'abord de présenter les documents, qui sont classés, par genres, dans la liste ci-dessus (les dates et les lieux de rédaction sont rappelés après les noms des possesseurs) :

Inventaires après décès :
- Personnages morts av. 1420 : Guglielmino da Treviso (Trévise, 1351) ; Romelio da Brescia (Bologna, 1376) ; Guido di Bagnolo (Bologna, 1380) ; Giovanni Dondi (Padoue, 1389) ; Jacopo Zanetini (Padoue, 1402) ; Niccolό Cesi da Mignagola (Trévise, 1407) ; Ugolino da Nunzio (S. Vittoria, 1408) ; Bartolomeo de Avogariis (Vérone 1409) ; Davino Dini Nigarelli (Lucques, 1419) ; Nicola di Ranuccio Liena (Lucques, 1419).
- Personnages morts après 1420 : Ugolino Caccini (Florence, 1425) ; Antonio Cermisone (Padoue, 1431) ; Cristoforo Barzizza (Padoue, 1449) ; Agostino Santucci (Florence, 1468) ; Giovanni Marcanova (Padoue, 1467) ; Paolo di Nerola (Rome, 1470) ; Giorgio Misnia ou de Missina (Modène, 1472) ; Giovanni Matteo Ferrari (Pavie, 1472) ; Bartolo di Tura di Bandino (Sienne, 1483) ; Lodovico Giovanni da Stroncone (Pérouse, 1484) ; Antonio Solimeni (Naples 1486) ; Antonio Damiani (Naples, 1499)

Testaments avec inventaire :
- Personnages morts av. 1420 : Elias (Venise 1326) ; Nanne d'Ughetto dall'Arme (Bologna, 1396) ; Benedetto Greco da Salemo (Padoue, 1401).
- Personnages morts après 1420 : Gabriele Nicia (Naples, 1460). Giovanni di Laveno (Milan, 1468) ; Angelo di Paolo Vasco (Rome, 1474) ; Simone di Cinozzo (Florence, 1477) ; Lorenzo da Bisticci (Florence, 1478) ; Matteo Battiferri (Florence, 1497, document ne comportant pas d'inventaire)

Inventaires établi lors d'une vente, d'une mise en gage ou d'un procès :
- Personnages morts avant 1420 : Jacopino di Cagnoli (Modène, 1345).
- Personnages morts après 1420 : Bartolomeo da Pistoia (Pistoia, 1433) ; Pietro Tommasi (Venise, 1460-64) ; Giovanni Michilutti (Venzone, 1466) ; Baldassarre di Vemenia (Pavie, 1475) ; Marco di Pistoia (Pistoia 1476) ; Lanzilao de Pisinis (Naples, 1477) ; Pier Leoni da Spoleto (Florence, † 1492).

  • 9 Sur ces registres, très précieux pour l'histoire économique et sociale, mais aussi culturelle, et (...)

Livres de « Ricordanze »9 :
- Personnages morts av. 1420 : Pasquale da Villorba (Trévise, 1375, copie de son inventaire après décès dans le livre de « Ricordanze » de son fils) ; Jacopo Coluccini (1364-1402)
- Personnages morts après 1420 : Antonio Benivieni (Florence, 1487).

9Après les documents, il convient de présenter les personnages, en les situant dans leur environnement intellectuel et social. Nous examinerons ensuite les bibliothèques et terminerons par l'examen des tendances que l'analyse de leur contenu permet de dégager.

Les personnages

Le cadre chronologique et géographique

  • 10 Les cotes des documents exploités, ainsi que les références bibliographiques correspondantes sont (...)

10Quarante-deux personnages ont été pris en considération dans cette étude10. On peut considérer seize d'entre eux, morts avant 1420, comme représentatifs du Trecento, le siècle de François Pétrarque. Ils proviennent de villes universitaires renommées, telles Bologne et Padoue, mais aussi de centres moins importants, comme Santa Vittoria dans les Marches. D'autres sont originaires de villes qui, situées à proximité de grandes universités, sont caractérisées par une vie culturelle très brillante : c'est le cas de Venise, de Vérone et de Trévise, proches de Padoue ; de Modène, proche de Bologne, de Lucques, proche de Florence.

  • 11 Ferrari, Une chaire.., op. cit.

11Les autres vingt-six cas examinés, se situant tous en plein Quattrocento, confirment l'existence des mêmes pôles culturels. Cependant, l'importance de Florence semble avoir grandi de manière considérable. Par ailleurs, des villes non représentées dans la première tranche documentaire font leur apparition dans la deuxième. Ainsi, parmi les villes situées au centre et au sud de la péninsule, figurent désormais Pérouse, Rome et Naples. Notons également la présence de Pavie qui, siège d'une importante faculté de médecine, recevait les étudiants originaires d'autres centres, en particulier de Milan. En effet, un décret du duc Filippo Maria Visconti obligeait tous ses sujets à prendre leurs grades à l'Université de Pavie11.

12Il faut encore remarquer que la documentation est plus importante au cours de la deuxième moitié du XVe siècle et que, des vingt-six cas examinés, vingt-trois appartiennent à cette tranche chronologique. Ce fait confirme l'essor considérable des bibliothèques privées à cette époque, marquée, notamment après la paix de Lodi (1454), par une situation d'équilibre politique et économique.

13Voici en tout cas la répartition géographique des exemples étudiés. Nous avons indiqué, entre parenthèses, la date du document :

ITALIE DU NORD
Bologne : Romelio da Brescia (1376) ; Guido di Bagnolo (1380) ; Nanne d'Ughetto dall'Arme (1396)
Milan : Giovanni di Laveno (1468)
Modène : Jacopino da Cagnoli (1345) ; Giorgio de Missina (1472)
Padoue : Giovanni Dondi (1389) ; Benedetto Greco (1401), Antonio Cermisone (1431) ; Giovanni Marcanova (1467)
Pavie : Cristoforo Barzizza (1449), ; Giovanni Matteo Ferrari da Grado (1472) ; Baldassarre di Vemenia (1475).
Trévise : Guglielmino da Treviso (1351), Pasquale da Villorba (1375), Niccolô Cesi da Mignagola (1407).
Vérone : Bartolomeo de Avogarii (1409)
Venise : Elias (1326) ; Pietro Tommasi (1460-64)
Venzone (Frioul) : Giovanni Michilutti (1466).

  • 12 Rappelons que la bibliothèque de ce dernier personnage nous est connue grâce à un inventaire beauc (...)

ITALIE DU CENTRE
Lucques : Jacopo Coluccini (1364-1402) ; Davino Dini de Nigarelli (1419 et 1420) ; Nicola di Ranuccio Liena (1419).
Florence : Ugolino Caccini da Montecatini (1425), Agostino Santucci (1468), Simone di Cinozzo (1477), Lorenzo da Bisticci (1478), Antonio Benivieni (1487), Pier Leoni da Spoleto († 1492)12, Matteo Battiferri (1497).
Pérouse : Lodovico Giovanni da Stroncone (1484)
Pistoie : Bartolomeo da Pistoia (1433) ; Marco da Pistoia (1476)
Rome : Paolo di Nerola (1470) ; Angelo di Paolo Vasco (1474)
Santa Vittoria (Marches) : Ugolino di Nunzio (1408)
Sienne : Bartolo di Tura di Bandino (1483)

ITALIE DU SUD
Naples : Gabriele Nicia (1460), Lanzilao de Pisinis (1477), Antonio Solimeni (1486), Antonio Damiani di Diano (1499).

Les carrières et l'environnement professionnel

14Les personnages que nous avons pris en considération sont représentatifs de différents niveaux dans la carrière médicale. Certains étaient de simples praticiens, d’autres effectuaient leurs études, d’autres enfin avaient déjà atteint les titres universitaires les plus élevés.

15Les titres qui leur sont attribués dans les documents sont présentés ci-dessus. On constate que les simples médecins étaient généralement définis comme medici ou physici et qu'il faut bien les distinguer des chirurgiens. Ces personnages ont parfois exercé leur profession de manière indépendante : ainsi Guglielmino da Treviso, qui travaillait dans une stacio ou boutique. Certains autres médecins étaient rattachés à une municipalité (Comune), ou à un couvent. C'est le cas de Bartolomeo et de Marco da Pistoia, ainsi que du chirurgien Pasquale da Villorba.

  • 13 Notre personnage note ainsi, dans son livre de raison, à l’année 1364 : « Ricevei lo examine a la (...)

16Signalons encore deux cas particuliers. Le lucquois Jacopo Coluccini, bien qu'ayant obtenu le doctorat « publique » à Florence, en 136513, ne semble pas toujours, tout en ayant possédé un patrimoine considérable, avoir travaillé de manière indépendante. Aussi a-t-il exercé son art, entre 1376 et 1385, en association avec des apothicaires, dans leurs boutiques. Il a même été salarié de l'un d'entre eux, Bartolomeo di Prete Vanni.

  • 14 Il est appelé Magister Georgius de Misina (ou Misnia), medicinae doctoris et grammatice professori (...)

17Giorgio de Missina a bénéficié d’un double formation, littéraire et scientifique. Formé à la médecine à l'université de Ferrare, il a été également l'élève de Vittorino da Feltre. C'est sans doute grâce à sa formation philologique qu’on lui attribua la responsabilité de diriger les écoles de grammaire de Modène, où il était établi dans la deuxième moitié du XVe siècle14.

18La plupart de nos médecins sont issus du milieu universitaire ; leur carrière est alors partagée entre l'exercice de la profession et l'enseignement. On remarque d'abord des praticiens importants, qui après avoir atteint les grades universitaires les plus élevés, exercent la médecine de manière indépendante. Ainsi, avant 1420, le véronais Bartolomeo degli Avogari et le lucquois Davino di Dino Nigarelli ; ainsi, au milieu du XVe siècle, le siennois Bartolo di Tura.

19On a ensuite le cas de docteurs qui ont travaillé au service de personnages princiers ou d'hommes d'Etat. Ainsi, au XIVe siècle, Guido di Bagnolo exerçait son art auprès du roi de Chypre. A la fin du XVe siècle, Pier Leoni da Spoleto, établi à Florence, était le médecin personnel de Laurent de Médicis ; Giovanni Matteo Ferrari da Grado a soigné le duc Filippo Maria Visconti, ainsi que Francesco, Bianca Maria et Galeazzo Maria Sforza. Il a même été consulté par le roi Louis XII.

20Les carrières des autres médecins paraissent davantage liées à l’université et peuvent alors se dérouler sur plusieurs villes ; c'est le cas, au XIVe siècle, de Giovanni Dondi, formé à Padoue, enseignant à Florence et à Pavie. Pour le XVe siècle, on peut citer les exemples d’Antonio Cermisone, professeur à Pavie, à Plaisance et à Padoue, de Cristoforo Barzizza, neveu du célèbre humaniste Gasparino, de Giovanni Marcanova, dont la carrière est partagée entre Bologne et Padoue, de Paolo di Nerola, qui a étudié à Bologne, Pérouse, Ferrare etc. Cette mobilité, qui a donc aussi bien concerné la période des études que celle de l'enseignement et de l'exercice de la profession, semble surtout avoir été fréquente pour les personnages de la deuxième moitié du XVe siècle.

Chirurgus
- Personnages morts avant 1420 : Guglielmino da Treviso (Trévise, 1351) ; Pasquale da Villorba (Trévise, 1375).

Medicus, ou physicus
- Personnages morts après 1420 : Bartolomeo da Pistoia (Pistoie, 1469) ; Angelo di Paolo Vasco (Rome, 1474) ; Marco di Pistoia (Pistoie, 1476).

Studens in medicina, rector artistarum.
- Personnages morts avant 1420 : Benedetto Greco da Salemo (Padoue, 1401)

Magister, magister physicus.
- Personnages morts avant 1420 : Elias (Venise, 1326) ; Jacopino da Cagnoli (Modène, 1345) ; Ugolino di Nunzio (S. Vittoria, 1408) ; Bartolomeo de Avogariis (Vérone 1409), Nicola di Ranuccio Liena (Lucques, 1419).
- Personnages morts après 1420 : Ugolino Caccini da Montecatini (Florence, 1407) ; Giovanni Michilutti (Venzone, 1466) ; Giovanni di Laveno (Milan, 1468) ; Agostino Santucci (Florence, 1468) ; Simone di Cinozzo (Florence, 1477).

  • 15 En 1390, ce personnage est cité comme docteur en logique et en philosophie ; en 1391 il a obtenu l (...)
  • 16 En 1432 ce personnage était « deputatus ad lecturam loice », en 1439 « deputatus ad lecturam prati (...)

Artium et medicinae magister, artium et medicinae doctor, egregius artium et medicinae doctor, eximius artium et medicine doctor, excellentissimus physice doctor
- Personnages morts avant 1420 : Jacopo Coluccini (Lucques 1364-1402), Romelio da Brescia (eximius, Bologne, 1376), Guido di Bagnolo (Bologna, 1380) ; Giovanni Dondi (excellentissimus physice doctor, Padoue, 1389) ; Nanne d'Ughetto dall’Arme (Bologne, 1396) ; Jacopo Zanetini (Padoue, 1402) ; Niccoló Cesi da Mignagola (Trévise, 1407)15, Davino Dini Nigarelli (egregius, Lucques 1419).
- Personnages morts après 1420 : Ugolino Caccini (Florence, 1425) ; Antonio Cermisone (egregius, Padoue, 1431) ; Cristoforo Barzizza (Padoue, 1449) ; Gabriele Nicia (Naples, 1460) ; Giovanni Marcanova (Padoue, 1467) ; Paolo di Nerola (Rome, 1470) ; Giovanni Matteo Ferrari da Grado (Pavie, 1472)16 ; Baldassarre di Vemenia (Pavie, 1475) ; Lanzilao de Pisinis (Naples, 1477) ; Lorenzo da Bisticci (Florence, 1478) ; Bartolo di Tura (Sienne, 1483), Lodovico Giovanni da Stroncone (Pérouse, 1484), Antonio Solimeni (Naples, 1486), Antonio Benivieni (Florence, 1487), Matteo Battiferri (magister, artium et medicinae doctor, Florence, 1497) ; Antonio Damiani di Diano (Naples, 1499) ; Pier Leoni da Spoleto (Florence, 1492).

Medicinae doctor et grammaticae professer
- Personnages morts après 1420 : Giorgio de Missina (Modène, 1472).

  • 17 Pour un rappel des grades universitaires, se reporter au livre de Jacques Verger, Les universités (...)
  • 18 Un document de 1399, deux ans avant l'inventaire, évoque l'élection de nobilis et sapientis viri m (...)

21Il convient de rappeler brièvement les différents grades de la carrière universitaire en médecine. On ne pouvait accéder à cette faculté supérieure sans être passé par la Faculté des Arts17. L'un de nos personnages du XIVe siècle, Benedetto Greco, étudiant de Padoue originaire de Salerne, faisait ainsi ses études de médecine, mais avait déjà la charge de régent de la Faculté des Arts18.

  • 19 Ainsi, par exemple, à travers les dénominations des chaires pourvues à la Faculté de médecine de P (...)
  • 20 A l'université de Pavie, au XVe siècle, cet examen était appelé « examen rigoureux ». On signale u (...)
  • 21 Des pratiques différentes sont cependant à signaler selon les universités. Ainsi à l'Université de (...)

22Après le baccalauréat, on atteignait la licence. Ce titre, qui ne pouvait être obtenu qu'au bout de six à huit années d'études, constituait une étape indispensable. A l'origine il s'agissait même du titre le plus élevé. La licence comportait la soutenance d'un examen privé devant un collège de docteurs. Accompagné par des professeurs, garants de son sérieux et du bon déroulement de ses études, qui comportaient notamment des cours théoriques et pratiques le matin et le soir19, ie candidat subissait alors un examen, où on lui annonçait sur quels textes il allait être interrogé20. Cette désignation des textes était publique, afin que chacun puisse au besoin les étudier et argumenter contre le candidat. La licence sanctionnait en fait l'aptitude à enseigner et à interpréter les textes (licentia docendi), mais elle permettait aussi d'exercer la profession21. On peut supposer que c'est, très vraisemblablement, ce grade qu'avaient atteint les personnages qui, dans notre corpus, sont qualifiés comme magistri, ou magistri physici.

23Mais la plupart des individus étudiés ont, on l'a vu, le titre de artium et medicinae doctor, ou son équivalent, moins couramment employé, d'artium et medicinae magister.

  • 22 Cf. l’étude de P. Marangon, « Un 'sermo pro scolari conventuando' del professore di diritto Niccol (...)
  • 23 J. Verger, Les universités..., op. cit. (n. 17).
  • 24 Ainsi, à l'Université de Naples, au XVe siècle, les questions posées au candidat concernaient cert (...)

24Ce titre, parfois enrichi du qualificatif egregius, excellentissimus ou eximius, était généralement attribué au candidat après une cérémonie qui marquait sa réception (le terme utilisé dans les universités italiennes était conventus, qui correspond au terme inceptio, utilisé en France22) et qui pouvait immédiatement suivre la licence. J. Verger en parle comme d'une simple formalité du point de vue scolaire23. Couronnement scientifique des études médicales, le doctorat, qui n'était pas requis pour la pratique de la médecine, consistait en une thèse suivie d'argumentation24.

25La promotion avait lieu de deux façons, privée ou solennelle. Sans doute l'obtention des qualifications excellentissimus ou egregius était-elle liée à une soutenance publique ? Nous ne pouvons l'établir. Quoi qu'il en soit, les deux types de réception comportaient les mêmes examinateurs et le même niveau de préparation chez le candidat, mais la promotion solennelle se déroulait avec plus de pompe.

  • 25 Ainsi, à Bologne, les droits d'examen pour la licence étaient de 60 livres bolonaises, tandis que (...)

26Les statuts de l'Université de Pavie du XVe siècle évoquent ainsi une cérémonie fulminant par une procession dans la ville et un discours en latin, que le candidat, avant de recevoir les insignes du grade, devait prononcer dans la cathédrale. En revanche, la cérémonie privée se déroulait exclusivement à l’université, où, après la réception, le candidat offrait une collation à ses promoteurs. Dans les deux cas, les frais étaient considérables ; aussi l'obtention du titre de docteur n'était-elle accessible qu’aux étudiants les plus riches25.

Les patrimoines

  • 26 Voir ainsi, par exemple, la description que l'inventaire donne d'un exemplaire du commentaire de G (...)

27Quelques-uns de nos praticiens semblent avoir eu un train de vie « moyen » (comme par exemple Ugolino da Nunzio, qui a exercé son art à Santa Vittoria, dans les Marches) et même, parfois, avoir traversé des difficultés financières. Ainsi le vénitien Elias dut vendre une partie de ses livres pour régler la dette qu'il avait avec son concitoyen, Filippo Contarini. Ainsi Jacopino de Cagnoli, médecin à Modène, déposa en gage ses livres auprès de l'apothicaire Giovanni du feu Giovanni Talenti. Même l'inventaire d'un médecin célèbre comme Cristoforo Barzizza laisse entrevoir que ce dernier fut, parfois, obligé de mettre un livre en gage pour faire face à des difficultés financières26.

28On remarque au passage que les apothicaires sont toujours au centre de ces transactions et opérations. Nous avons évoqué, plus haut, le cas de Jacopo Coluccini, qui fut même, pendant un certain temps, salarié de l'un de ces artisans. Rappelons encore l'exemple d'un autre médecin, Simone di Cinozzo (t 1481) qui était issu d'une famille d'apothicaires, son père, le riche florentin Cinozzo de Giovanni Cini ayant exercé cette profession.

29Cependant la plupart des personnages que nous avons pris en considération ont possédé, en dépit de difficultés passagères, des patrimoines considérables. Ainsi, pour le Trecento, Guido di Bagnolo, qui, comme on l'a déjà rappelé, fut le médecin personnel du roi de Chypre dès 1360, était le propriétaire de nombreuses terres et de maisons, aussi bien dans sa ville d'origine, Reggio Emilia, que dans les différents lieux où il exerça son activité (Bologne, Venise, Nicosie, Chypre etc.).

30Les richesses de l'astronome Giovanni Dondi étaient aussi considérables et dans son inventaire figurent des objets précieux, notamment en argent, de luxueux vêtements, des fourrures.

31A Lucques, Davino Dini possédait de très beaux meubles et une riche vaisselle en argent et en étain, des caisses remplies de vêtements et de tissus, et plus de quarante lots de terrains dans la région. Dans son inventaire figure également la liste de nombreux personnages auxquels il avait prêté d'importantes sommes d'argent. En font partie notamment des membres de célèbres familles marchandes de son époque, ainsi Baldassarre, Giovanni et Paolo Guinigi.

32Le livre de « Ricordanze » d'un autre médecin de Lucques, maître Jacopo Coluccini, est rempli d’annotations concernant les dépenses soutenues pour l'agrandissement et l'entretien de son patrimoine immobilier, ainsi que pour l'éducation et les études de ses enfants. Les salaires versés à ses serviteurs confirment le train de vie élevé de ce praticien qui, bien qu'ayant traversé, comme on l'a vu plus haut, quelques difficultés financières, était de condition aisée. Il pouvait ainsi, lui aussi, se permettre parfois de prêter d'importantes sommes d'argent à des gens qui étaient en relation avec lui. Ses « Ricordanze » en témoignent.

33Notons au passage un élément d'intérêt paléographique, qui confirme les liens que ce personnage, comme le précédent, eut avec les milieux marchands de son époque : Jacopo Coluccini écrit ses annotations en « mercantesca », c’est à-dire l'écriture professionnelle qui était utilisée, aussi bien pour la rédaction de documents administratifs (registres comptables, lettres etc) que de livres de lecture, par les marchands.

34Les patrimoines d'une grande partie des personnages pris en considération pour le Quattrocento étaient aussi considérables. Les biens de maître Ugolino Caccini se répartissaient ainsi entre les territoires de Florence et de Montecatini, et notre médecin y possédait notamment deux maisons où il exerçait sa profession : l'une à Florence, place Santa Maria Novella, l'autre à Pieve à Nievole, dans la campagne environnant Montecatini.

35Toujours à Florence, l'héritage de Lorenzo da Bisticci, neveu du célèbre libraire Vespasiano, comprenant, outre les livres, de nombreux biens meubles et immeubles, fut l'objet de contestation entre Jacopo, son père, et Leonardo, un autre de ses oncles. Des contestations surgirent également, à Naples, pour le règlement de l'héritage de Lanzilao de Pisinis et à Rome, pour celui de Paolo di Nerola.

  • 27 Le document confirme que le malade tenait auprès de lui ces registres : ... sub diligenti cura et (...)

36A Padoue, le notaire Alberto Argelata, ami du docteur Giovanni Marcanova, s'assura que ce dernier avait bien fait testament, en lui soutirant, sur son lit de mort, les registres contenant ses dernières volontés, que le malade conservait par-devers lui27.

37Arrêtons-nous enfin sur le patrimoine du siennois Bartolo de Tura. Il comprenait plusieurs maisons, sises aussi bien en ville qu'à la campagne, dont certaines avaient été louées à des aubergistes. Il avait aussi des fermes avec des animaux, des oliveraies et des vignobles. Mais on est surtout frappé par le luxe de sa résidence principale en ville. L'inventaire en décrit les douze pièces, avec leur contenu, et permet ainsi d'en découvrir la topographie et l'aménagement.

Les bibliothèques

38Les livres forment, on l'a vu, une portion essentielle de ces patrimoines. Pour comprendre comment leurs possesseurs les ont réunis et utilisés, nous allons poursuivre notre enquête dans deux directions : l'exploitation des données biographiques et l'analyse des documents qui nous ont livré la composition des bibliothèques.

Formation et transmission

  • 28 Ed. par G. Martellotti, P.G. Ricci, E. Carrara, E. Bianchi, Francesco Petrarca. Prose, Milan-Naple (...)

39D'une manière générale, les données biographiques confirment que de nombreux médecins appartiennent à l'élite intellectuelle de leur époque. Remarquons, pour le XIVe siècle, les relations entretenues par certains personnages du nord de l'Italie avec les milieux averroïstes. Ainsi Guido di Bagnolo qui, de par ses fonctions auprès du roi de Chypre, fut également diplomate à Constantinople, est l'un des quatre personnages auxquels François Pétrarque adressa le De sui ipsius et multorum ignorantia, manifeste pour la défense de la culture philologique et littéraire face au scientisme en vogue à cette époque28.

40L'astronome et médecin Giovanni Dondi, fils de Giacomo, lui aussi docteur et auteur notamment d'un Aggregator, traité de médecine, fut également en relation avec François Pétrarque, qui l'appelait princeps medicorum.

41Toujours pour Padoue, citons le cas de Giacomo Zanetini, qui illustre encore l'opposition existant, à cette époque, entre le milieu des scientifiques et celui des littéraires. Giacomo était fils du grammairien Jean, qui fut en relation avec un autre grammairien illustre, Giacomo Sanvito. Or, notre médecin hérita des bibliothèques de ces deux intellectuels ; on constate pourtant que les œuvres relevant de la grammaire et des artes ne sont pas très bien représentées dans sa collection. Les œuvres de Virgile, d’Horace, d'Ovide, de Juvénal, qui devaient pourtant faire partie du bagage intellectuel des grammairiens de l'époque, sont absentes... Giacomo Zanetini avait-il mis en vente les livres venant de son père et de Sanvito ? Nous ne pouvons l'établir.

  • 29 Cette donnée ressort également des recherches d'H. Bresc sur les médecins de Sicile au XVe siècle  (...)
  • 30 Cf. A. Segarizzi, « La corrispondenza familiare d'un medico erudito del Quattrocento », Atti dell' (...)

42Au cours du Quattrocento la dichotomie entre formation scientifique et littéraire semble résolue. Un exemple en est donné par Giorgio de Missina, médecin mais aussi recteur des écoles de grammaire de la ville de Modène. On est également frappé par l'intensité des rapports que certains de nos médecins ont eus avec les milieux des humanistes29. A Venise, Pietro Tommasi échangea des lettres avec Filelfo et Giannozzo Manetti30 ; Pier Leoni da Spoleto fut en relation avec Marsile Ficin ; Bartolo di Tura, en l'honneur duquel Agostino Dati composa un éloge funèbre, connaissait bien Laurent de Médicis. L'exemple sans doute le plus remarquable est constitué par Antonio Benivieni, lui aussi ami de Laurent de Médicis, lié à des philosophes, des lettrés et des artistes tels Marsile Ficin, Benedetto Varchi et Michelozzo.

  • 31 Pour la reconstitution d'une bibliothèque de médecin à partir des manuscrits subsistants, se repor (...)

43Si à défaut de recherches approfondies dans les fonds de bibliothèques actuelles31,il est difficile de voir quelle a été la destinée réelle des collections de nos médecins, nous pouvons cependant, grâce aux inventaires, juger du sort que les propriétaires avaient prévu pour leurs livres.

44Hormis le cas de Pietro Tommasi, mort intestat, dont la bibliothèque fut tout de suite mise en vente, les collections des médecins, aussi bien du XIVe que du XVe siècle, semblent le plus souvent avoir été transmises, en même temps que le reste du patrimoine familial, aux héritiers (enfants ou petits-enfants). A défaut, elles sont récupérées par d'autres membres de la famille.

45Ce mode de transmission semble cependant avoir été plus fréquent au XIVe qu'au XVe siècle. Ainsi, nous avons dénombré douze exemples de ce type de transmission sur les seize cas étudiés de personnages morts avant 1420. En revanche, sur les vingt-six cas représentatifs du Quattrocento, seize seulement témoignent de la volonté du possesseur de transmettre ses livres aux héritiers directs.

46Ces derniers se sont souvent destinés à la carrière médicale, ainsi Giacomo Filippo, fils de Jacopo Zanetini († 1402), ainsi le petit-fils d'Ugolino Caccini de Montecatini († 1425), ainsi Matteo, fils de Davino Dini Nigarelli, licencié ès arts et futur étudiant en médecine.

47Dans ce dernier cas cependant, la composition d'origine de la collection ne s'est pas maintenue lors du passage aux héritiers. En effet, nous avons conservé deux inventaires de la bibliothèque de Davino. L'un, de 1419, nous la présente telle qu'elle était tout de suite après la mort de son propriétaire. Elle comprenait 83 volumes, dont 50 (donc plus de 60 %) étaient de médecine et treize seulement relevaient des disciplines philosophiques. Mais le règlement définitif de la succession ne survint que l'année suivante, en 1420. Un nouvel inventaire fut alors dressé ; le document fait état d'une collection plus importante, de 95 volumes, où les livres de médecine n'étaient plus que quarante et où, en revanche, ceux qui contenaient des œuvres représentatives des disciplines philosophiques avaient nettement augmenté (34, soit 35 %).

48En fait, les héritiers, ou leurs tuteurs, se sont chargés parfois de la vente des livres, contribuant ainsi à la dispersion de la collection. C'est le cas, pour le XIVe siècle, de la bibliothèque du bolonais Romelio da Brescia.

49En tout état de cause, les manuscrits semblent demeurer dans le même milieu professionnel. Ainsi, parmi les acheteurs des livres ayant appartenu au vénitien Elias figurent notamment des médecins. Pour le XVe siècle, citons le cas de Bartolomeo, fils de Baldassarre da Vemenia, qui vend les livres du père à l'un de ses confrères, Jacopo de Caziis, docteur ès arts et médecine. Ce cas de figure est encore confirmé par les choix de deux de nos personnages du XIVe siècle qui ont prévu, dans leur testaments, de fonder des collèges ou d’attribuer des bourses aux étudiants pauvres : ainsi Guido di Bagnolo, qui souhaitait créer un tel collège à Bologne, ou Jacopo Zanetini, qui avait envisagé également une fondation de ce genre à Padoue.

50Enfin, nos médecins ont souvent légué leurs livres à une institution religieuse. Cette pratique est courante dès le XIVe siècle : citons les cas de Guido di Bagnolo, qui donna une partie de ses livres au couvent franciscain de Nicosie et de Nanne d'Ughetto dall'Arme, qui offrit ses livres aux Franciscains de cette ville. Elle devient de plus en plus fréquente au XVe siècle. Ainsi les livres de Giovanni Michilutti parvinrent à la cathédrale de Venzone ; Giovanni Marcanova fut le bienfaiteur des chanoines de San Giovanni in Verdara à Padoue ; Giorgio de Missina légua ses livres au couvent des Augustins de Modène, Marco di Pistoia donna les siens à la congrégation de San Jacopo.

51Des institutions religieuses ont parfois partagé les legs avec les héritiers, comme dans le cas de Giovanni Matteo Ferrari da Grado ; elles ont parfois été appelées à bénéficier de la totalité du legs en cas de décès des héritiers directs. C'est le cas des livres du romain Paolo di Nerola qui, initialement destinés à son fils Jacopo, auraient dû aller, en cas de décès de celui-ci, à l'hôpital de la confrérie de San Salvatore. Enfin, le florentin Simone di Cinozzo décida qu’à sa mort ses livres seraient vendus et que la somme serait versée, per ses héritiers, au bénéfice de l’église de San Lorenzo.

Les livres, aspect matériel et gestion

52L’importance des bibliothèques dans le patrimoine de ces médecins est confirmée par les descriptions que les rédacteurs des documents examinés – généralement des notaires, parfois, les possesseurs eux-mêmes ou leurs parents – ont données des livres. Il convient ainsi de prendre en compte la présentation des caractéristiques externes (aspect général, matière, reliure) ainsi que leur gestion (lieux de conservation et leur emplacement dans la résidence du médecin, classement intellectuel des œuvres).

  • 32 Cf. S. Rizzo, Il lessico filologico degli umanisti, Rome, 1977.

53Bien que les documents fournissent, de par la variété de leurs rédacteurs et du contexte historique, des renseignements hétérogènes, quelques tendances, très générales, peuvent être reconnues. Tout d’abord, il faut noter que les techniques descriptives sont plus précises et détaillées dans les documents du Quattrocento que dans ceux du XIVe siècle. Cette évolution témoigne de l’influence exercée, sur le langage des notaires, par la réflexion des humanistes sur le lexique philologique et codicologique32, les supports et la typologie du livre se modifiant au cours du XVe siècle.

54Ainsi, dès les dernières années du XIVe siècle, la présence de manuscrits en papier s'affirme dans les collections. Elle est déjà considérable, en 1401, dans la bibliothèque « de travail » de l'étudiant Benedetto Greco, qui se forme à la profession (16 volumes sur 42, soit 38 %). Au cours du XVe siècle, ce sont les collections d'importance moyenne qui présentent un nombre important de manuscrits en papier par rapport à ceux en parchemin.

55Les imprimés se répandent tard et semblent avoir été peu appréciés par nos possesseurs. Ainsi, on n'en dénombre que quatre dans l'importante collection du siennois Bartolo di Tura (174 volumes). Même Lorenzo da Bisticci, parent du célèbre libraire, semble avoir été relativement fermé aux nouveautés, puisque sur les 71 volumes qu'il possédait, sept seulement étaient imprimés.

  • 33 On y précise ainsi, à propos de deux traités d'anatomie, qu'ils avaient « una figura d’una persona (...)

56D'une manière générale, les documents qui nous permettent de juger du luxe des collections sont rares. Encore une fois, l'inventaire de Bartolo di Tura s'avère être le plus détaillé : il décrit la couleur et l’aspect de la reliure, signale la présence éventuelle d'enluminures ou de dessins33. En revanche ce document ne fait que très rarement mention de l'écriture : seul un manuscrit de Galien était présenté comme étant écrit « di lettera antiqua » (no 52), tandis qu'un manuscrit d'Avicenne est dit scripto in forma (c'est-à-dire en écriture gothique).

57On est frappé par le caractère détaillé des descriptions de l'inventaire de Cristoforo Barzizza (1449). Rédigé par un parent de Cristoforo, le juriste Giovanni Agostino Barzizza, ce document était notamment destiné à rectifier les deux précédents états de la collection, qui avaient été rédigés en 1445 par des notaires. Ces inventaires étaient très imprécis, notamment dans la présentation du contenu des volumes.

58C'est dans le studium, lieu de travail et d'étude, qu'étaient conservées les bibliothèques de nos médecins. Les renseignements sur le mobilier et l'aménagement matériel font défaut, hormis quelques indications sporadiques concernant la présence de roues à livres (chez Bartolomeo da Pistoia et chez Bartolo di Tura), d'archibanchi, de furceria (ou coffres). La mention de caisses ou de valises contenant les livres est fréquente, les collections y ayant été souvent stockées pour faciliter le travail des rédacteurs d'inventaires après décès.

59Mentionnons deux documents qui, de par l'importance des bibliothèques examinées et l'ampleur des détails fournis, permettent de reconnaître que les collections ont été classées selon leur usage et leur contenu. Maître Ugolino Caccini disposait, on l'a dit, de deux résidences, l'une à Florence, l'autre à la campagne, près de Montecatini. Des studia étaient aménagés dans les deux maisons, le plus important étant celui de Florence, avec une bibliothèque d'œuvres médicales, philosophiques et théologiques, où ne figurait qu'un seul texte n'intéressant pas directement l'exercice de la profession, à savoir un traité d’art militaire qui n'a pu être identifié (De arte bellandi). Dans une autre pièce de la résidence florentine, Ugolino conservait un volume d'œuvres d'Avicenne et un livre pour l'édification, contenant des extraits, sans doute en italien, des Moralia in Job. La bibliothèque du studium de Montecatini ne renfermait que vingt-cinq volumes. Vingt-trois d'entre eux relevaient de la médecine ; des deux autres, l'un était un recueil de pharmacopée, donc un livre pratique, l'autre était un exemplaire du Milion de Marco Polo, seul ouvrage témoignant d'intérêts extraprofessionnels.

  • 34 Il convient aussi de signaler que la collection de Bartolo di Tura comprenait une dernière section (...)

60La bibliothèque « professionnelle » de Bartolo di Tura, contenant 121 volumes, exclusivement de médecine, philosophie et sciences, était, elle aussi, conservée dans le studium situé au rez-de-chaussée de sa résidence siennoise. Mais trente autres volumes se trouvaient au premier étage, dans un autre studium situé dans une petite chambre. Ils contenaient des œuvres de rhétorique, de poésie, d'histoire et de géographie, de grammaire, des écrits dévotionnels, un dictionnaire, quelques registres comptables. Une collection personnelle donc, bien séparée de la bibliothèque professionnelle et qui se distingue également de celle-ci par la présence d'œuvres en italien et de livres imprimés34.

61Enfin, quatre documents seulement font état d'un classement intellectuel des œuvres ; deux émanent de personnages représentatifs du XIVe siècle, à savoir Jacopo Zanetini (Padoue, 1402) et Romelio da Brescia (Bologne, 1376) ; les deux autres sont des médecins florentins de la fin du XVe siècle : Simone di Cinozzo (1477) et Antonio Benivieni (1487).

62Chez le docteur de Padoue, les livres sont répartis en trois catégories, les deux premières correspondant aux disciplines universitaires (Infrascripti sunt libri medicinae. Infrascripti sunt libri arcium, cette deuxième section comprenant la philosophie, l'astronomie et l’astrologie et même une œuvre d'alchimie). En revanche, la troisième regroupait un choix hétérogène de textes, comprenant notamment des œuvres de Sénèque, de Cicéron, de Salluste, ainsi qu'un commentaire sur l'éthique d’Aristote, un exemplaire de la Summa virtutum de Guillaume Peyraut et un du Bucolicon carmen de François Pétrarque, cet ensemble étant rattaché à la morale (Infrascripti sunt libri moralium inventi ut supra).

63Le classement de la collection de Romelio da Brescia (1376), qui était moins riche et variée que celle de Jacopo, porte, lui aussi, l'empreinte de la nomenclature des disciplines universitaires et notamment de la distinction textes/commentaires. Le document est introduit par la mention : Ibi scripti sunt libri loyce, physice et medicine. Après un première section constituée par les textes de base de la médecine grecque (Galien, Hippocrate) et arabe (Averroès, Avicenne, Almansor) ainsi que par le Compendium medicine de Gilbert l'Anglais, les Consilia de Thaddée de Florence et l'Anatomie de Mondino de Bologne, on a les commentaires de ces œuvres, regroupés sous l'intitulé Aliqua commenta in medicina. On a ensuite une brève section de textes philosophiques (In philosophia) comprenant la Physique et la Métaphysique d'Aristote. Elle est suivie des commentaires : Scripta et quaestiones in philosophia.

64En revanche, la collection léguée par maître Simone di Cinozzo à l'église de San Lorenzo de Florence présente un classement très sommaire, sans doute établi par les destinataires du legs. Les livres y sont partagés en deux sections. La première, sans intitulé, contenant des œuvres de médecine et un traité d'art vétérinaire, est suivie des libri... in altra facultà, c'est-à-dire relevant d'autres disciplines. On y trouve ainsi quelques textes de philosophie et de morale.

65Enfin, c'est Antonio Benivieni lui-même qui a dressé, dans son livre de raison, le catalogue de sa bibliothèque. On y trouve tout d'abord les Libri diphilosophia et di loica, puis les livres en langue grecque (In greco). On a ensuite une autre section In logica, suivie des livres de rhétorique (In arte oratorio). On trouve encore les œuvres religieuses (Ecclesiastici) et une importante section d'œuvres de médecine (In medicina) qui renferme cependant aussi quelques textes de théologie et de philosophie. Il y a encore quelques textes d'astrologie et d'astronomie. L'inventaire se termine par une section qui, dépourvue d'intitulé, regroupe des livres de sujets différents (médecine, théologie, littérature, poésie, rhétorique, histoire). On y remarque notamment la présence d'un imprimé. Il n'est pas impossible que cette dernière collection, constituée, on l'a vu, pour la plupart, d'œuvres ne reflétant pas les intérêts professionnels d'Antonio, ait, en fait, correspondu à sa bibliothèque personnelle.

Contenu : des collections professionnelles

66Au-delà de ces considérations, il conviendrait maintenant d'envisager l'étude approfondie et détaillée du contenu de nos bibliothèques. Cependant, l'exploitation quantitative de nos documents, en vue de laquelle des matériaux ont été rassemblés dans les notices données en annexe, ne nous a pas semblé, au risque de parvenir à des conclusions à la fois génériques et hâtives, pouvoir être envisagée à ce stade de notre enquête. On sait en effet combien le maniement de ces sources est délicat, car ces inventaires ne décrivent parfois qu'une partie seulement des collections. Nous avons vu également que le contenu de ces dernières peut avoir changé de configuration, par suite de ventes, au moment même de leur passage aux héritiers.

67On rappellera, à ce propos, outre le cas de l’héritage de Davino Nigarelli, évoqué plus haut, celui de Giorgio de Missina, dont une partie seulement des livres se trouve décrite dans son inventaire après décès, une liste bien plus complète nous en étant parvenue dans le document établi lors du versement de la collection au couvent des Augustins de Modène.

68Ajoutons que nos documents donnent, le plus souvent, un libellé très sommaire des titres d'œuvres et des noms d'auteurs ce qui, compte tenu également des dispersions du patrimoine manuscrit survenues depuis, ne nous permet pas de remonter aux manuscrits conservés. Enfin, nos critères actuels de classement des œuvres ne recoupent pas toujours ceux de l'époque étudiée.

69Bornons-nous donc à quelques évaluations globales sur les disciplines et les œuvres représentées dans notre corpus, tout en tenant à l'esprit la répartition chronologique en deux groupes que nous avons jusqu’ici observée dans notre commentaire. Tout d'abord, et comme on a déjà eu l'occasion de le rappeler, ces bibliothèques sont, aussi bien au XIVe qu'au XVe siècle, le reflet des intérêts professionnels de leurs possesseurs et se composent donc, surtout, de livres de médecine. Cependant, les disciplines philosophiques, qui étaient partie intégrante du cursus universitaire, semblent également y avoir joué un rôle essentiel.

70Parmi ces dernières, la philosophie naturelle marque de façon prééminente les collections de la première période. Si la logique est présente dans la collection du véronais Bartolomeo de Avogariis, du padouan Jacopo Zanetini et du lucquois Davino Dini, l'éthique y apparaît également, représentée notamment par des œuvres de Sénèque et de Cicéron (cf. les collections de Jacopo Zanetini et de Nicola di Ranuccio Liena).

  • 35 Se reporter au livre de Luciano Gargan, Cultura e arte nel Veneto al tempo del Petrarca, Padoue, 1 (...)

71On note encore que l'astrologie semble avoir été préférée à l'astronomie, exception faite bien sûr, de la collection de l'astronome padouan Giovanni Dondi. Par ailleurs, la géométrie est mieux réprésentée que les mathématiques et, parmi les disciplines littéraires, la palme semble revenir à la poésie. On est particulièrement frappé par la richesse du choix possédé, en ce domaine, par le chirugien Pasquale da Villorba, dont la collection est représentative de la vitalité de la culture littéraire à Trévise à cette époque35, Ce personnage est également le seul, avec Giovanni Dondi, à avoir possédé un livre en français. Davino Dini Nigarelli avait un choix important d'œuvres poétiques, notamment d'auteurs classiques tels Lucain, Virgile, Perse, Stace. On a déjà rappelé qu’elles avaient disparu lors de la vente de sa collection, l'année après sa mort.

  • 36 Cf. L. Rocca, Di alcuni commenti alla Divina Commedia composti nei primi vent'anni dopo la morte d (...)

72Citons encore, dans la collection de Giovanni Dondi, la présence d'un exemplaire du De vita solitaria de François Pétrarque. Cet auteur, dont l'œuvre témoigne d'intérêts aussi bien littéraires que spirituels, est également représenté chez Davino Dini. Dans la bibliothèque de Benedetto Greco on remarque un exemplaire de la Commedia de Dante (avec un commentaire, dont on n'a pu identifier l'auteur)36. La collection de Jacopo Zanetini fait elle aussi état d'intérêts dans le domaine littéraire.

  • 37 L'apport de l'hermétisme et de l'ésotérisme est cependant beaucoup plus important dans les bibliot (...)

73Si nous prenons maintenant en considération les collections de la deuxième période, la médecine y a toujours un rôle considérable, mais la présence d'œuvres philosophiques a progressé. Aussi, étroitement lié à cette branche, l'intérêt pour les mathématiques semble-t-il désormais égaler celui pour la géométrie. Et encore, l'astronomie semble moins présente, alors que des disciplines telles l'alchimie, la géomantie et les arts divinatoires, témoignant d'un nouvel intérêt pour l'analyse et l'interprétation des phénomènes naturels, sont en nette progression37.

  • 38 Voir surtout E. Garin, « Cultura filosofica toscana e veneta nel Quattrocento », dans V. Branca (s (...)

74Il en est de même, d'une manière générale, pour les disciplines littéraires, en particulier la poésie et la rhétorique (la deuxième est d'ailleurs mieux représentée que la première dans la collection de Giovanni Marcanova). L'intérêt pour l'histoire progresse également, ce qui semble témoigner des liens intellectuels de nos médecins avec le milieu des humanistes. Ils apparaissent de manière particulièrement évidente dans les bibliothèques des « toscans », Florence ayant joué, à cette époque, par rapport à Padoue, encore fortement marquée par l'aristotélisme et l’averroïsme, un rôle novateur38.

75Qu'il nous soit encore permis d'ajouter à ces indications générales que l'importance de nos collections a nettement progressé entre la première et la deuxième période. Ainsi elles contiennent en moyenne 53 volumes au cours de la première période (52 après « lissage » des données) et près de 100 au cours de la deuxième période (mais seulement 81 après « lissage », impliquant notamment l'écartement de la collection exceptionnelle, près de 520 volumes, du médecin-philosophe Giovanni Marcanova).

  • 39 Des quarante-deux bibliothèques que nous avons examinées dans cette étude, trente-trois seulement, (...)

76En contrepartie, le choix de disciplines demeure à peu près le même, si bien que nos collections semblent avoir conservé la même configuration aux XIVe et XVe siècles, ce fait étant sans doute lié au poids que la formation universitaire avait conservé dans le choix et l'acquisition des livres39.

77Cependant, nos collections tendent à s'ouvrir à des œuvres éloignées des intérêts professionnels. Ce sont ces tendances, illustrant l'évolution culturelle de notre groupe professionnel d'un siècle à l'autre, que nous allons examiner à présent, en tenant compte, dans la mesure du possible, à la fois des données biographiques et historiques rassemblées et de la composition des bibliothèques.

Tendances morales et choix intellectuels

  • 40 Lire à ce propos l'ouvrage ancien, mais encore tout-à-fait stimulant, de R. Cavemi, Storia del met (...)

78Ces tendances sont liées, nous semble-t-il, à l'affirmation, entre XIVe et XVe siècle, de la fonction de nos praticiens dans la société de leur temps. Aussi concernent-elles aussi bien la définition de leur art qui, fondée sur l'observation systématique des phénomènes naturels40 tend à les analyser et à les mettre en relation entre eux, que les implications morales liées à l'exercice de la médecine.

Intérêts pour les techniques et les sciences appliquées

79On a vu que les bibliothèques des médecins demeurent, entre XIVe et XVe siècle, fortement marquées par la fonction professionnelle de leurs possesseurs ; sous l'influence de l'humanisme, elles s'ouvrent d’abord aux disciplines littéraires (histoire, rhétorique etc.). D'une manière générale, la présence d'œuvres techniques y est donc plutôt rare.

80Le choix de ces quelques œuvres semble cependant avoir évolué au cours de la période étudiée. Si au XIVe siècle il s'agit de techniques au sens le plus étroit du terme, ces textes semblent bénéficier, dans les inventaires du XVe siècle, d'une approche de nature philosophique. Aussi par exemple les classements soulignent-t-ils le fait que ces textes se situent au croisement de plusieurs disciplines.

81Des traités d'agriculture et des agrimensores sont présents dans un certain nombre de bibliothèques dès le XIVe siècle. Le vénitien Elias possédait un exemplaire du traité classique de Palladius (Pelagius super agricultura). Le texte le plus répandu, qui figure aussi bien chez Giovanni Dondi, chez Nicola di Ranuccio Liena, chez Antonio Cermisone et jusque dans la bibliothèque de Pier Leoni da Spoleto est le De ruralium commodis de Pietro Crescenzi. On remarque enfin un exemplaire du De re rustica de Caton dans la collection du siennois Bartolo di Tura.

82La présence de traités de stratégie et d'art militaire doit également être notée. Outre le De arte bellcuidi, présent dans la collection d'Ugolino Caccini († 1425), dont il a été parlé plus haut, un De re militari, attribué à Cicéron, se trouvait dans la bibliothèque de Giovanni Marcanova († 1467).

83Il nous a également semblé bon de relever la présence, dans la bibliothèque de l'étudiant padouan Benedetto Greco († 1401), de trois commentaires sur les Mechanica pseudo-aristotéliciens, ce texte revêtant une très grande importance pour l'histoire de la physique.

84L'architecture apparaît, dès le XIVe siècle, dans la bibliothèque de Giovanni Dondi (œuvres de Pline et de Vitruve). On la retrouve ensuite chez les médecins « humanistes » représentatifs du milieu toscan : Pier Leoni da Spoleto, qui possédait également un exemplaire de Vitruve, Antonio Benivieni, ami de Michelozzo, qui possédait un exemplaire du De re edificatoria de Leon Battista Alberti.

  • 41 Cf. surtout, à ce propos, les considérations d'E. Garin, Scienza e vita civile nel Rinascimento, B (...)
  • 42 C'est-à-dire Biagio Pelacani ; cf. G. Massera, « Contributi ad una bibliografia su Biagio Pelacani (...)

85Le cas peut-être le plus intéressants est constitué par la perspective. Située au croisement entre la philosophie, les mathématiques et la géométrie, cette discipline témoigne également de l’ouverture vers des sciences nouvelles, comme l'optique, qui est, elle, liée à l'anatomie et, d'une certaine manière aussi à l'astronomie41. Nous avons relevé la présence de textes relatifs à la perspective, dès le XIVe siècle, dans la bibliothèque de l'étudiant padouan Benedetto Greco (il y avait un Liber perspective figuratus [...] et des Quaestiones Blasii da Parma super perspectiva42).

  • 43 Sans doute le De proportionibus de Thomas Bradwardine, cf. J. J. Gracia, « Problems of interprétat (...)
  • 44 Voir sur cette œuvre, S.H. Thomson, The writings of Robert Grosseteste, 1940, p. 108-109 ; C.C. Ri (...)

86Au cours du Quattrocento, la perspective figure notamment dans les bibliothèques de Pier Leoni da Spoleto (Nicolas Oresme et Henricus de Clavasio, Super perspectiva), de Giovanni Marcanova (no 97, Liber prospective Thomè Bernardini in membranis43 et 267, Liber incipiens formant primam in papiro, à savoir un exemplaire du De luce seu inchoatione formarum de Robert Grosseteste44) Dans la bibliothèque d'Antonio Benivieni on remarque également la présence d'un Liber...de perspectiva et de compositione quadrantis, rangé, par son possesseur, parmi les œuvres relevant de l'astrologie. Les rapports pouvant être établis entre la perspective, les théories de la vision et l'observation des astres devaient donc désormais apparaître de manière évidente.

Intérêts religieux et spirituels

  • 45 H. Bresc a noté que, dans les collections des médecins siciliens du XIVe siècle, la théologie l'em (...)

87La présence, dans nos bibliothèques, d'écrits d'intérêt religieux progresse nettement du XIVe au XVe siècle. Ainsi, si nous prenons en considération les bibliothèques de la première tranche chronologique, seuls la théologie et les commentaires bibliques, qui se rattachent encore, dans une certaine mesure, à la formation universitaire de nos personnages, y sont présents. C'est le cas des collections du vénitien Elias (où l'on remarque la Summa de Thomas d'Aquin) et du véronais Bartolomeo de Avogariis (qui possédait un commentaire sur les Sentences de Pierre Lombard et un écrit intitulé Pratica in theologia). C'est aussi le cas du lucquois Davino Dini, qui avait trois livres de théologie, dont des Scripta Alexandri de Aies et une Apostilla notabilis, sans doute un exemplaire de la Postilla de Nicolas de Lyre ?)45. Notons en revanche la présence, parmi les titres signalés par maître Jacopo Coluccini dans son livre de raison, de Due moralitati, sans doute des recueils de sentences morales en italien, qu'il dit avoir copié lui-même (« di mia mano »).

88Au cours du Quattrocento, si la bibliothèque d'un universitaire « pur » comme le padouan Antonio Cermisone compte, elle aussi, des commentaires bibliques, ainsi qu'un commentaire sur les Sentences et des Quaestiones in theologia extravagantes, des écrits plus nettement marqués par une connotation morale et dévotionnelle, souvent d'ailleurs en langue vernaculaire, apparaissent désormais dans les collections d'Ugolino Caccini, de Lorenzo da Bisticci, d'Agostino Santucci, de Pier Leoni da Spoleto, de Bartolo di Tura. Ce dernier avait, rappelons-le, rangé ces livres en dehors de sa bibliothèque « professionnelle ».

  • 46 Cf. pour ces textes B. Smalley, « Some Thirteenth-Century Commentaries on the Sapiential Books », (...)

89Une catégorie consacrée aux Ecclesiastici est également présente chez le florentin Antonio Benivieni. Le modenais Giorgio de Missina avait un traité sur les vices et les vertus. Des commentaires bibliques sur les livres sapientiaux sont présents, notamment chez le romain Paolo di Nerola46.

90Mais la collection sans doute la plus marquée par les intérêts spirituels est celle du savant philosophe Giovanni Marcanova. On y trouve, entre autres, un traité sur le jeu des échecs que l’on peut rattacher aux ouvrages de didactique.

  • 47 L'étude sur la bibliothèque de Giovanni Marcanova de Lino Sighinolfi, citée dans la notice se réfé (...)

91Rappelons que ce personnage légua sa bibliothèque aux chanoines de S. Giovanni in Verdara, de Padoue47. Comme lui, de nombreux médecins du XVe siècle ont décidé d'offrir leurs livres à des communautés religieuses. Depuis Boccace, ce choix, fréquent dans le milieu des lettrés et des humanistes marque, nous semble-t-il, le souci d'assurer la pérennité du produit du travail intellectuel, dont on rappelle cependant la perspective morale.

La participation à la vie publique

  • 48 Edition de ces chroniques par S. Bongi, Le cronache lucchesi di Giovanni Sercambi, pubblicate sui (...)

92Ce souci « moral » semble enfin confirmé par l'engagement croissant de nos personnages, notamment des médecins toscans, au cours du XVe siècle, dans des charges publiques. Ainsi, Jacopo Coluccini, dont on a également évoqué les rapports avec les principales familles marchandes de Lucques, a exercé des fonctions auprès du « Comune » entre 1372 et 1391, d'abord comme « anziano » (doyen), comme en témoigne la chronique de Giovanni Sercambi48, puis comme membre du « Consiglio generale ».

93On sait, d'Agostino Santucci, qu'il fut nommé citoyen honoraire de Florence, comme Giovanni Marcanova le fut de Bologne. Bartolomeo et Marco da Pistoia ont également occupé les charges de prieur et de « gonfaloniere » dans leur ville. Antonio Benivieni recouvrit de charges politiques à Florence.

94Mais il faut surtout souligner l'importance de la carrière publique d'un de nos personnages, le siennois Bartolo di Tura, qui fut successivement prieur, gouverneur et administrateur du « Comune », puis en 1443, « provveditore della Bicchema », c'est-à-dire l'un des responsables de l'administration financière de la ville. Il fut encore, à trois reprises (en 1451, 1463, 1468) « capitano del popolo », sans oublier ses fonctions d'ambassadeur : en 1449 à Venise, en 1454 à Florence et en 1459 auprès du pape Pie II, son concitoyen. La richesse de sa collection de livres administratifs (recueils de statuts, registres comptables etc.) déposée à sa mort, auprès de l’un des couvents de la ville, témoigne de l'ampleur de son activité politique.

***

95Dans cette étude, nous avons donc analysé le milieu économique, social et intellectuel de quelques médecins italiens des XIVe et XVe siècles et essayé d’établir dans quelle mesure ce contexte a influencé la composition et l'histoire de leurs bibliothèques. Certes, l'analyse vraiment approfondie du contenu de ces collections doit encore être faite (elle ne pourra l'être qu'après l'édition critique de toutes les listes de livres qui ont été prises en considération). Toutefois, au terme de cette première enquête, on peut déjà donner quelques éléments de conclusion.

  • 49 Outre l'étude de C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence (1375-1430), Pa (...)

96Dès la fin du XIVe siècle, alors que les docteurs originaires des villes d'Italie du nord, et notamment de Padoue, semblent demeurer fortement ancrés à leur formation universitaire, marquée par l'averroïsme et l'aristotélisme, nous avons vu que des liens s'établissent, en Italie centrale et notamment en Toscane, entre les médecins, généralement issus de milieux économiques aisés, et les marchands. Rappelons que ces derniers seront avec les notaires et les maîtres de grammaire (des représentants de catégories sociales cultivées qui ne disposent pas, cependant, d'une formation universitaire), les protagonistes du renouveau des modes de la lecture et de l'apprentissage et de la diffusion de la culture49. C'est dans ce milieu que les humanistes puiseront leurs recrues.

  • 50 Voir à ces propos E. Garin, La disputa delle arti nel Quattrocento, Florence, Vallecchi, 1947, p.  (...)

97Développant, tout au long du XVe siècle, leurs rapports avec ces derniers, les médecins, tout en demeurant attachés à leur formation universitaire, ont contribué, nous semble-t-il, à en innover la configuration. Ils l'ont fait, en particulier, en affirmant le lien profond existant entre les études médicales et philosophiques. En défendant leur discipline des accusations de charlatanisme, de nombreux intellectuels ont ainsi soutenu, comme il a été démontré par Eugenio Garin50, la supériorité de la médecine face au droit, l'autre profession lucrative. La première pouvait ainsi être préférée à la seconde, à la fois par la noblesse de l'objet de son étude (l'homme tout entier et les phénomènes naturels) et par la rigueur de ses méthodes. En tout état de cause, ce souci est confirmé par l'examen des biographies et des choix culturels de nos personnages qui semblent, à cette époque, avoir voulu approfondir leur démarche scientifique, tout en affirmant la nécessité de lui donner une perspective morale.

Annexes

Annexes. NOTICES

Les notices réunies dans cette annexe sont consacrées aux personnages étudiés au cours de notre article. Leurs noms ont été classés, en ordre alphabétique, à l’intérieur des deux tranches chronologiques suivantes : A) Personnages morts avant 1420 ; B) Personnages morts après 1420. Nous y avons ajouté les renseignements qu'il nous a été possible de rassembler sur l'histoire et la composition des bibliothèques, ces éléments étant réunis sous les rubriques suivantes : les faits ; la collection (les œuvres y étant regroupées par catégories) ; destinée de la collection. Enfin les notices comportent l'indication du lieu actuel de conservation du document examiné (inventaire, catalogue, testament, livre de raison) et la référence bibliographique de son édition.

Personnages morts avant 1420

– BARTOLOMEO DEGLIAVOGARI, magister, phisicus († 1409)

Biographie : Médecin (magister phisicus) à Vérone, Bartolomeo est issu de la famille Avogari qui, comme en témoigne la documentation archivistique véronaise, était liée aux Délia Scala. Cependant, aucune attestation concernant B. n'a pu être retrouvée avant 1405.

Les faits : Après le décès de B., on dresse, le 28 février 1409, l'inventaire de ses biens et de ses livres, qui doivent être partagés entre ses deux fils. Les livres, déposés chez l’épicier Richimbene dans un coffre en bois de noix (in scrineo nogarie), sont estimés.

La collection : 68 vol. : Méd. 36, Phil. 23 (dont 7 de logique), Théol. 2, Gramm. 1 (Priscien), Adm. 2 (deux registres contenant des inventaires de ses biens immeubles), Non id. 4. Les notices de l'inventaire comportent l'indication du contenu, de la matière (sur 68 vol., 56 sont en parchemin), parfois l’incipit de l'œuvre et le prix d’estimation des volumes.

Destinée de la collection : Les livres devront être partagés entre ses deux fils, Gerolamo et Avogario.

Doc. : A.S.Verona, Notarile, Atti dell’Antico Uffizio del registre, 1409,1, c. 433 et suivantes.

Ed. : G. Biadego, « Medici veronesi e una libreria medica del secolo XIV », Atti del R. Istituto di lettere, scienze e arti, 75, 2 (1915-1916), p. 565-585 ; M. Lecce, « Biblioteche e prezzi di libri a Verona... », Economia e storia 8 (1961), p. 165-166.

– BENEDETTO GRECO DI SALERNO, étudiant en médecine, rector artistarnm, † 1401)

Biographie : Fils de Mathieu, étudiant en médecine à Padoue, rector artistarum de la même université.

Les faits : Testament dressé le 13 juin 1401 à Padoue, suivi de l'inventaire des livres.

La collection : 42 vol. dont 16 en papier. L'inventaire comporte des descriptions matérielles très détaillées (matière, format, inc. du 2e folio, reliure, prix estimé). Répartition : Phil. 28 (dont 11 de philosophie naturelle, 7 de logique, 6 d'éthique, parmi lesquels on remarque des œuvres de Sénèque, de Cicéron et de Boèce) ; Méd. 7 (Hippocrate + comm., Averroès + comm., Avicenne + comm., Galien + comm., Constantin l'Africain, Tommaso del Garbo) ; Math, et Géom. 2 ; Techn. 1 (perspective) ; Litt. 1 (Dante, comm.) ; Poés. 1, Encyclop. 1 ; Non id. 1.

Destinée de la collection : Tous les livres, à l'exception d'un seul, qui est donné à son camarade Francesco Dario, sont légués à son fils, Francesco. A noter qu'au moment de l'inventaire, l'un des livres de B. se trouvait en la possession d'un certain magister Petrus de Catelonio.

Doc. : A. S. Padova, Notarile, 146, c. 305-307.

Ed. M.C. Ganguzza-Billanovich, « I libri di Benedetto Greco da Salemo », Quaderni per la storia dell’Università di Padova, 7 (1974), p. 7-15 ; v. aussi A. Gloria, « Libri del not. maestro Benedetto Greco da Salemo, 1401 », Monumenti della Università di Padova 1318-1405, t. II, Padoue, 1888, p. 385.

– DAVINO DI DINO NIGARELLI, magister, egregius artium et medicinae doctor († 1418)

Biographie : Médecin à Lucques ; il fut en relation avec Ugolino de Montecatini (v. s. v°) et Nicola di Ranuccio Liena (v. s. v°). Il mourut de peste en 1418.

Les faits : Le 8 avril 1419, un an après sa mort, on fit l'inventaire de ses biens meubles, parmi lesquels figurent ses livres qui étaient encore, à cette époque, entreposés dans le studium du défunt. Dans un document de l'année suivante (11 avril 1420), un nouvel inventaire des livres de D. fut établi, comportant l'estimation de leur prix.

La collection : En 1419, 83 vol.(dont 10 en papier) : Méd. 50, Phil. 13 (2 logique, 3 éthique), Théol.l, Astr. 6 (3 astrol., 3 astron.), Géomantie 2, Poés. 5, Rhét. 1, Diction. 2, Géom. 2, Litt. 1 (Pétrarque, Les épîtres). En 1420 : 94 vol. (avec l'indication du prix et des renseignements sur l'aspect matériel des livres) : Méd. 40, Phil. 34 (dont 16 logique), Astr. 5 (astrologie exclusivement), Rhét. 2, Théol. 2, Diction. 2, Géom. 2, Bibl. 2, Rel. et Dév. 1, Alchimie 1, Non id. 3.

Destinée de la collection : Une partie des livres figurant dans le premier inventaire (et notamment des œuvres de l’Antiquité classique) furent vendus et remplacés par des manuscrits contenant des textes philosophiques. Cette nouvelle collection fut léguée à l'un des fils de Davinus, Matteo, licencié ès arts et étudiant en médecine.

Doc. : A. S. Lucca, Notarile, Ser Domenico Lupardi, n. 290, reg. 2, c. 24v ; n. 291, reg. 3, c. 22v.

Ed. : E. Lazzareschi, « Le ricchezze di due medici lucchesi délia Rinascenza », Rivista di Storia delle Scienze mediche e naturali, 16 (1925), p. 117-121.

– ELIAS magister († vers 1326)

Biographie : Médecin de Venise ; aucun renseignement concernant sa biographie.

Les faits : Dans son testament, rédigé par lui-même le 2 juin 1326, Elias donne une partie de ses livres à Filippo Contarini, en paiement d'une dette. Il lègue ses autres livres à ses enfants : Almonicio, Luciano, Alvise, Marco. Le testament contient l'inventaire des livres, en deux parties :

1) Isti sunt libri inventi et extimationes eorum scripte per ipsum magistrum Eliam (55 vol.)

2) Isti non sunt extimati (5 vol.).

On a ensuite une section concernant la vente des livres : Hic scribitur vendicio librorum (7 ms. vendus en 1327, un en 1335 ; parmi les acheteurs figurent deux médecins).

La collection : 60 vol. : Méd. 37, Phil. 15 (3 phil. nat., 3 éthique), Théol. 2, Astr. 4 (3 astral., 1 astron.), Techn. 1 (Palladius de agricultura), Géom. 1.

Destinée de la collection : A la fin de l'inventaire, une note fait référence à la vendicio librorum : 7 vol. furent vendus le 22 juin 1328 à d'autres médecins ou étudiants en médecine. Il s'agissait de : maître Symon de Ferraria, maître Ravagninus, Marcus Bondeminus, Paulutius de Cividale, maître Petrus de Compassis et deux autres médecins dont le nom n’est pas indiqué.

Doc. : A. S. Venezia, Procuratori di S. Marco de ultra, b. 180, n. 8.

Ed. : B. Cecchetti, Per la storia délia medicina in Venezia. Spigolature d'archivio, Venise, 1886, p. 18-21.

– GIOVANNI DONDI DELL'OROLOGIO, artium et medicinae doctor († 1389)

Biographie : Docteur en médecine, issu d'une famille cultivée – son père était également docteur en médecine – G. est un philosophe célèbre. Familier de Pétrarque, qui l'appelait princeps medicorum et de Jean de Ravenne, qui le définissait comme splendidissimus artis medicine et omnis philosophice erudicionis sacrarium, G. a étudié à Padoue. Il a ensuite enseigné dans cette université et, plus tard, dans celles de Florence et de Pavie. Son frère, Gabriele Dondi (ca. 1364-1383) fut, lui aussi, docteur en médecine à l'Univ. de Padoue (cf. Gloria, Monumenti, op. cit., I, p. 449-450). G. meurt en 1389. (Cf. E. De Renzi, Storia della medicina italiana..., t. 2, Naples 1845, p. 237-238). Très connu pour ses recherches d'astronomie, G. a notamment composé l'Astrarium, qui nous est parvenu dans le ms. Padova, Bibl. capitolare D. 39 ; éd. et reprod. par A. Barzon, E. Morpurgo, A. Petrucci, G. Francescato, Giovanni Dondi dall'Orologio. Tractatus astrarii, Vatican 1960 (Codices ex ecclesiasticis bibliothecis selecti. Séries minor, IX).

Les faits : Le 22 juin 1389, à Padoue, le notaire Enrico di Marostica dresse l'inventaire des biens et des livres de G., à la demande de sa veuve Catherine, à qui sont confiés les enfants, Gian-Galeazzo et Gabriele. Les livres sont stockés dans deux caisses. L'inventaire en donne la description sommaire : auteurs, titres, pour quelques volumes seulement, aspect matériel. Trois livres étaient en papier.

La collection : 111 vol. : Méd. 42, Phil. 25, Non id. 3, Techn. (Arch.) 2, Astr. 21, Poés. 4, Diction/Encyclop. 2, Litt. 4, Hist. 4, Rhét. 2, Math. 1, Bibl. 1 (à signaler la présence d'œuvres de F. Pétrarque, de G. lui-même et de son père, Jacobus).

Destinée de la collection : ?

Doc. : A. S. Padova, Notarile, Liber Vin ext. Ottonis de Marostica, c. 340-349.

Ed : V. Lazzarini, « I libri, gli argenti le vesti di Giovanni Dondi Dall'Orologio », Bollettino del Museo Civico di Padova, I/18 (1925), p. 11-36 ; réimpr. dans ses Scritti di paleografia e diplomatica, Padoue, 1969, p. 253-273.

– GUGLIELMINO DATREVISO, chirurgus († 1351)

Biographie : Chirurgien, G. a exercé sa profession à Trévise, où il avait un cabinet (stacio) dès 1341. Le 4 février 1344, il est engagé, en même temps que son plus jeune confrère Pasquale da Villorba (cf. s. v°) comme chirurgien par le « Comune » de Trévise, qui lui verse un salaire. Son salaire sera augmenté, à deux reprises, en 1345. G. meurt en 1351.

Les faits : Le 23 septembre 1351, la veuve de G., Caterina, fille du notaire Prosdocimo de Pozzobono, est nommée tutrice du fils et héritier de G., Michèle. Le lendemain elle fait dresser l’inventaire de ses biens et de ses livres.

La collection : 29 vol. : Phil. (Phil. nat.) 3 ; Méd. 20 ; Bibl. 1 ; Mor. et Dév. 2 ; Non id. (3 : unus alius liber copertus curamine nigro ; unus alius liber qui vocatur Gagantengo – sans doute le Tegni de Galien ? – ; unus alius liber qui vocatur Locandina). Sont présents au moins trois textes en langue vulgaire. Pour certains volumes, description de la reliure ; pas d’incipit.

Destinée de la collection : ? L’héritier est le fils de G., Michèle.

Doc. : A. S. Treviso, Notarile, Atti Giacomo da Lancenigo.

Ed. : L. Gargan, Cultura e arte nel Veneto al tempo del Petrarca, Padoue, 1978, p. 198-200.

– GUIDO DI BAGNOLO, artium et medicinae doctor († 1370)

Biographie : Né entre 1320 et 1325, issu d'une famille noble de la région de Reggio Emilia (il est aussi appelé Guido de Bagnolo de Regio), G. fait ses études de médecine à Bologne. La rédaction de son premier testament remonte à 1349. Dans un autre testament, rédigé à Nicosie et datant de 1362, il ordonne notamment, dans une clause, qu'un collège soit fondé à Bologne pour les étudiants les plus pauvres. Guido di Bagnolo, qui a également eu la charge de chanoine, a été le médecin personnel du roi de Chypre à partir de 1360. Possesseur d'un patrimoine considérable (terres et maisons à Venise, Nicosie, Chypre, Reggio Emilia, Bologne), il a également exercé d'importantes fonctions politiques et diplomatiques pour le compte du roi de Chypre, notamment dans le cadre du règlement d’un différend entre Chypre et Gênes, où il a été l'associé de Petrus, patriarche de Constantinople († 1376). Il convient enfin de rappeler que Guido de Bagnolo est l'un des quatre averroïstes cités par Pétrarque dans le De sui ipsius et multorum ignorantia. G. meurt en 1370.

Les faits : Dans son testament de 1362, G. ordonne notamment que l'on rende au couvent des frères mineurs de Nicosie un manuscrit des commentaires d'Aristote par Averroès. Il ordonne également que tous ses livres de médecine et de artibus, dont le nombre et le contenu ne sont pas spécifiés, soient apportés à Bologne et entreposés dans la bibliothèque du collège qu'il fonde dans cette ville.
Le 9 juillet 1380, dans le palais épiscopal de Vérone, Martino di Gemona, archidiacre d'Aquileia, prononce la sentence définitive concernant les dernières volontés de Guido di Bagnolo, mort dix ans auparavant. La sentence contient l'inventaire détaillé de ses biens et de ses livres.

La collection : 60 vol. ; le document en indique le format, les reliures et le prix d'estimation : Méd. 37 (2 de chirurgie), Phil. 13 (7 de phil. naturelle), Astr. 7 (6 d’astrol., 1 astron.), Diction. 1, Géom. 2.

Destinée de la collection : Dans l’introduction de l’inventaire, on dit que les livres de G. ont été apportés à Bologna et confiés à Giovanni quondam Guidonis de Captania de Regio.

Doc. : 1) A. S. Reggio Emilia, Arch. del Comune, Sez. Scuole, not. Matteo Tinti, copia del 3 die. 1375 ; 2) A. S. Reggio Emilia, Arch. del Comune, Sez. Scuole, Carte relative al collegio degli scolari poveri reggiani in Bologna, 1380, luglio 1.

Ed. : R. Livi, « Guido da Bagnolo, medico del re di Cipro »,Atti e memorie délia deputazione di Storia Patria per le province Modenesi, s. 5, 11 (1918), p. 52-56 (doc. 1) et 83-91 (doc. 2).

– JACOPINO DE CAGNOLI DE ZANCANIS (1345)

Biographie : Aucun renseignement sur la biographie de ce médecin de Modène.

Les faits : C’est peut-être à la suite de difficultés financières que, le 16 septembre 1345, les livres de Jacopino de Cagnoli sont déposés auprès de l’apothicaire Johannes Talenti. Un inventaire en est alors dressé.

La collection : 7 vol.. : 5 (Méd.), 1 (Phil., éthique. : c’est un Sénèque, mais pas d'autre précision sur l'œuvre), 1 (non id.) Pour les deux derniers volumes uniquement, indication de la somme reçue en gage : 275 livres bolonaises. Pour les cinq premiers volumes, on mentionne l'explicit du premier cahier (ce sont des quinterni, c'est-à-dire des quinions), l'incipit du deuxième et l'explicit de l'avant-dernier cahier.

Doc. : A. S. Modena, Notarile, Memoriali, a. 1345, II, 621.

Ed. : G. Bertoni, E.P. Vicini, « I codici di un medico modenese del secolo XIV », Atti e memorie della R. Deputazione di Storia Patria per le province modenesi, 4(1905), p. 125-141.

– JACOPO COLUCCINI DE BONAVIA, artium et medicinae doctor († 1419, Lucca)

Biographie : Elève, à Florence, de Tommaso del Garbo et de Jacopo da Montecalvo, J. obtient le titre de docteur, (il dit « Ricevei lo examine ») de logique et de physique le 25 avril 1364 et celui de médecine le 21 octobre de la même année. Après confirmation de ces titres l’année suivante (21 janvier 1365), J. exerce l’activité de médecin pendant quelque temps à Florence, puis il s’établit à S. Gimignano, où il demeure cinq ans. A partir de 1370, il travaille comme médecin à Lucques. Entre 1376 et 1383, il est associé avec l'apothicaire Giovanni di Ser Cambio, chacun de des deux associés participant pour 50 % aux gains et aux pertes. A partir de 1385, il s’associe avec un autre apothicaire, Bartolomeo di Prete Vanni, mais il « sert » alors dans sa boutique et en reçoit un salaire. Il se marie deux fois, d’abord avec Agata di Ranuccio di Liena Giuntori, qui meurt en 1383, puis avec Giovanna di Piero Brilla. A Lucques, J. a également exercé des charges publiques entre 1372 et 1391.
Riche, très renommé dans son entourage, J. est en rapport avec des médecins connus de son époque et prête notamment de l’argent à Giovanni di Siena, médecin des papes Urbain VI et Innocent VII, ainsi qu'à Lodovico da Gubbio, médecin à Florence. Il est en rapport avec le frère servite Gregorio de Pistoia, professeur de philosophie d’abord à Florence, puis à Pistoie. Ce dernier lui donne des livres en gage d'un prêt d'argent. Il meurt de peste en 1418.

Les faits : J. a relaté, entre 1364 et 1402, les faits saillants de sa vie, ses relations, son patrimoine etc. dans un registre de « Ricordanze ». Ce document ne contient pas d’inventaire de livres mais signale les titres de ceux que J. a reçu, en 1379, du frère servite Gregorio, ainsi que ceux qu’il prête à des collègues (maîtres, étudiants etc.)

La collection : Livres déposés en gage par Gregorio : Théol. (2) ; Phil. (4) ; livres prêtés par J. à d’autres personnages : Mor. et Dév. (2, Moralitati di mia mano, Statuti sopra le donne) ; Astr. (Sphera de Giovanni Sacrobosco) (1) ; Méd. ? (1, De sex inconvenientibus).

Destinée de la collection : ?

Doc. : A. S. Lucca, Ospedale di S. Luca, Ricordanze di M° Jacopo Coluccini da Bonavia.

Ed. : (partielle) A. Chiappelli, « Maestro Jacopo Coluccino da Lucca medico e il Giomale delle sue Ricordanze (1364-1402) », Rivista di Storia delle scienze mediche e naturali 12 (1921), p. 121-133.

– JACOPO ΖΑΝΕΉΝΙ, artium et medicinae doctor († 1402)

Biographie : Issu d'un milieu cultivé, fils de Johannes, grammairien, originaire de Trévise (mort vers 1370), J. est attesté en cette année comme étant professeur de grammaire, licencié ès arts et étudiant en médecine. Il obtient le doctorat entre 1372 et devient ensuite professeur de médecine à Padoue. Il est prévôt du collège des artistes et des médecins en 1389, 1390, 1395. En 1398, durant une année, J. travaille comme médecin auprès du « Comune » de Trieste.
J. est l'auteur de trois œuvres : un commentaire sur Avicenne, un recueil de Recepte super nono Almansoris et des Expérimenta (ces derniers transmis dans l’actuel ms. Oxford, Bibl. Bodléienne, Canon, mise. lat. 156).
J. a successivement rédigé quatre testaments pour régler sa succession et la destinée de son important patrimoine. Dans le premier figure notamment une clause prévoyant, au cas où J. serait mort sans enfants, la fondation d'un collège pour huit étudiants en médecine pauvres, originaires de Padoue ou de Trévise. Ce projet ne fut pas réalisé. Son dernier testament date du 20 février 1402 ; J. était alors gravement malade. Il mourut en effet cette même année, avant le 18 mars. Cf. notamment T. Pesenti, Professori e promotori di medicina nello Studio di Padova, Padova 1984, p. 31 161, 170,177, 181-182.

Les faits : le 11 avril 1402, à Padoue, Antonia, veuve de J., fait dresser l’inventaire des biens et des livres de ce dernier. Les descriptions sont très sommaires.

La collection : 76 vol., avec un classement en trois catégories : 1) Libri medicinae (1-41) ; 2) Libri artium (42-68) ; 3) Libri moralium (69-76) ; répartition : Méd. 40 (1 ouvrage d'anatomie-pathologie ; les oeuvres de Jacopo ne sont pas mentionnées), Phil. 26 (11 de phil. nat., 4 logique, 7 éthique), Astr. 6 (3 astron., 3 astrol.), Hist. 1, Litt. 1 (Apulée), Poés. 1 (Pétrarque, Bucolicon carmen), Alchimie 1.

Destinée : La destinée de la collection de J. est définie dans son troisième testament. Son fils, Giacomo Filippo, devra garder les livres jusqu'à ce qu'il soit majeur, en vue d'étudier la médecine et obtenir, comme son père, le titre d'artium et medicinae doctor.

Doc. : A. S. Padova, Arch. notarile, 49, f. 5v-7.

Ed : M.C. Ganguzza-Billanovich, « Giacomo Zanetini (+1402) : il patrimonio, la biblioteca », Quademi per la storia dell'Università di Padova, 5 (1972), p. 29-40.

– NANNE D'UGHETTO DELL'ARME, artium et medicinae doctor († vers 1396)

Biographie : Pas de renseignements biographiques sur ce docteur, ayant travaillé à Bologne.

Les faits : Dans son testament, du 8 novembre 1396, rédigé par les notaires Stefano di Ghisilardi et Gaspare de Muliti, Nanne lègue tous ses livres au couvent de S. Francesco de Bologna.

La collection : Elle comporte uniquement des livres de médecine ; leur nombre n'est pas spécifié.

Destinée : Cette collection est versée dans la bibliothèque d'une institution religieuse, le couvent des franciscains de Bologne.

Doc. : A. S. Bologna, Corp. relig. soppr., S. Francesco, Libro rosso, lett. G, n. 76.

Ed : L. Frati, « Inventario délia biblioteca francescana di Bologna (1421) », Miscellanea francescana di storia, lettere ed arti, 5/IV (1892), p. 111.

– NICOLA DI RANUCCIO LIENA, magister († 1418)

Biographie : Médecin à Lucques ; il fut en relation avec Ugolino de Montecatini (v. s. v°) et avec Davino Nigarelli (v. s. v°). B meurt de peste en 1418.

Les faits : Le 16 janvier 1419, un an après sa mort, on dresse l'inventaire des biens (mobilier, vêtements, bijoux, tissus) et des livres conservés dans sa maison de Lucques.

La collection : 50 vol. : Méd. 31, Phil. 11 (3 de logique, 1 d'éthique : Seneca, De remediis fortuitorum), Gramm. 1, Astr. 2 (astrol.), Poés. 1, Math. 2, Techn. 1 (Piètre de Crescenzi, De ruralium commodis), Non id. 1. Mention de l’incipit, de l'explicit, quelques indications sur l’aspect matériel des livres (13 d’entre eux étaient en papier).

Destinée de la collection : Les biens et les livres sont répartis entre les 5 enfants de N.

Doc. : A. S. Lucca, Notarile, Ser Domenico Lupardi, n. 290.

Ed : U. Ceccarelli, R. Manara, « Il livello di cultura di quattro medici toscani desunto dalle loro ricche biblioteche di testi di medicina », dans Atti del 21° Congresso Internazionale di Storia della Medicina, Sienne, 1968, p. 86-88 ; E. Lazzareschi, « Le ricchezze di due medici lucchesi della Rinascenza », Rivista di Storia delle Scienze mediche e naturali, 16 (1925), p. 137-139.

– NICCOLÓ CESI DA MIGNAGOLA, artium et medicinae doctor († 1405)

Biographie : Etudiant ès arts et médecine, d’abord à Padoue (en 1387), puis à Bologne, N. obtient une bourse pour compléter ses études à l’université de Padoue. Le 14 juin 1390, il obtient le doctorat in logica et philosophia et le 26 février 1391, le doctorat en médecine. A Padoue, N. entre en rapport avec l’humaniste Pier Paolo Vergerio. Après avoir terminé ses études, N. rentre à Trévise ; il pourrait également alors avoir exercé, pendant quelque temps, l’activité de médecin à Venise. En 1400, il s’établit à Belluno, où il travaille comme médecin rattaché au « Comune ». Il est en rapport avec des humanistes : Giovanni Capogallo, évêque de Trévise, Pietro Marcello, Antonio Romagno, avec lesquels il échange notamment des livres. Il fait son testament le 10 février 1405 ; ses héritiers principaux étant ses enfants, encore mineurs, Zaccaria et Ottaviano.

Les faits : Le 11 janvier 1407, l’inventaire des biens et des livres de N. est dressé par Giorgio di Giorgio Glaura, tuteur d'Ottaviano, son fils et héritier universel. En effet Caterina, femme de N., s’est remariée et a donc renoncé à ses fonctions de tutrice. Le document ne fournit pas de renseignements sur l'aspect matériel des volumes.

La collection : 42 vol. : Méd. 19 ; Phil. (nat. et log.) 19 ; Géom. 1 ; Mor. et Dév. 2, Astr. 1.

Destinée de la collection : L’héritier est son fils Ottaviano Cesi (plus de trace de l’autre fils, Zaccaria, qui était peut-être mort).

Doc. : A. S. Treviso, Notarile, Atti Andrea Storga.

Ed : L. Gargan, Cultura e arte nel Veneto al tempo del Petrarca, Padoue, 1978, p. 204-211 ; cf. aussi L. Pesce, « Due inventai ! di libri del medico umanista trevigiano Niccoló Cesi », Quaderni per la Storia dell'Università di Padova, 11 (1978).

– PASQUALE DA VILLORBA, chirurgus († 1375)

Biographie : Chirurgien, il travaille pour le « Comune » de Trévise, qui lui verse un salaire, à partir de 1344, avec un autre chirurgien, Guglielmo da Treviso († 1351, cf. s. v°). Son salaire est augmenté, à deux reprises, en 1345. Avant de devenir chirurgien, P. était notaire. Il semble d'ailleurs avoir continué à exercer cette profession en même temps que celle de médecin. Il meurt en 1375, avant le 3 novembre. Ces données biographiques proviennent essentiellement du livre de raison tenu par les tuteurs de son fils, Simon Pietro, où se trouve également la copie de l’inventaire des livres de P.

Les faits : Après le décès de P., inventaire de ses livres.

La collection : 25 vol. : Méd. 17 ; Vétérinaire 1, Bibl. 1 ; Poés. 5 (dont quelques auteurs class., par ex. Lucain), Litt. méd. 1 (liber in francisco vulgari). Pour tous les vol., l'inventaire mentionne l'incipit, mais ne donne pas de descriptions matérielles.

Destinée de la collection : ?

Doc. : A. S. Treviso, Notarile, Atti di Domenico Bove di Alano.

Ed : L. Gargan, Cultura e arte nel Veneto al tempo del Petrarca, Padoue, 1978 p. 201-203.

– ROMELIO DA BRESCIA, artium et medicinae doctor (fin du XIVe s.)

Biographie : Nous n’avons pas de renseignements sûrs concernant l'université où Romelio s’est formé et a ensuite enseigné. Il n’est pas exclu, d’après les œuvres contenues dans a bibliothèque, qu’il ait pu étudier à Bologne.

Les faits : L’inventaire des livres « loyce, physice et medicine » de Romelio, docteur en médecine, est dressé par son fils et héritier Giovanni. Pas de date.

La collection : 40 vol. : Méd. 26, Phil. 13 (exclusivement phil. naturelle et métaphysique ; le rédacteur de l’inventaire a classé les œuvres entre Phylosophia et Scripta et quaestiones in philosophia), Géom. 1. Quelques renseignements sont donnés sur l'aspect matériel des vol. ; trois au moins d'entre eux étaient en papier.

Destinée de la collection : Elle fut probablement vendue par le fils de Romelio. Ainsi le manuscrit contenant l’inventaire a été acheté par un frère franciscain avant de passer au couvent de Florence.

Doc. : Firenze, Bibl. naz. centrale, Conv. Soppr. A.IX.20, c. 158-158v (dans un des manuscrits ayant appartenu à Romelio, copié par lui en 1376 : un exemplaire des Quaestiones super Physicam d’Albert de Saxe).

Ed. : S. Caroti, « La biblioteca di Romelio da Brescia, magister artium et medicinae », Nuncius. Annali di Storia delle Scienze, 5 (1990), p. 229-248.

– UGOLINO DI NUNZIO, magister († 1408)

Biographie : Médecin à Santa Vittoria dans les Marches, centre de l'Italie.

Les faits : Le 5 décembre 1408 la veuve d’U., Urbana, fille de ser Massio de Jacobutio d'Ascoli, fait dresser l'inventaire de ses biens, et en particulier des livres. Rédacteur, le notaire Paolo di Tomasuccio.

La collection : 46 vol. : Phil. 12 ; Méd. 21 ; Pharmac. 2 ; Astrol. 3 ; Géomantie I ; Dictionn./Encyclop. 1 ; Poésie 1 (Virgile) ; Non id. 5. Le document décrit parfois la matière (parchemin ou papier) et la reliure des livres. A la fin, on mentionne Unam domum de coramine a portando libros ; unam sacculam cum multis scripturis, scilicet instrumentis, testamentis et litteris.

Destinée de la collection : ?

Doc. : Ancona, Sovrintendenza dei béni archivistici delle Marche, Fondo di Santa Vittoria, Codice diplomatico, no CXXII (copie tardive).

Ed. : A. Giananadrea, « Biblioteca di un medico marchigiano del secolo XIV », II bibliofilo, 6 (1885), p. 10

Personnages morts après 1420

– AGOSTINO DI STEFANO SANTUCCI, magister, phisicus († 1468)

Biographie : Né à Urbino en 1393, il a exercé la profession de médecin à Florence à partir de 1446 où il a vécu jusqu'à sa mort en 1468. Nommé citoyen honoraire de cette ville, il a été enterré à Santa Croce. A., qui a également enseigné, en 1458, dans le studium de Perugia, est notamment l'auteur d'un traité, Practica de febribus (ms. Firenze, Bibl. Riccardiana, 878).

Les faits : Le 20 décembre 1468, un inventaire de ses biens et de ses livres est rédigé à la demande de ses deux fils.

La collection : 59 vol. : Méd. : 35 ; Phil. 12, Diction. 1 ; Gramm. 4 ; Rhét. 1, (de Gasparino da Barzizza) ; Poés. 1 ; Litt. 2, avec notamment Pétrarque, De remediis, en parch. et Dante, en papier) ; Math. 1 ; Mor. et Dév. 1. ; Non id. 1.
L'inventaire, rédigé en italien, comporte des descriptions du contenu, mais aussi de l’aspect matériel des volumes (matière, reliure en couleur), de leur format (forma reale, forma comune, forma parva, terminologie relative au papier) ; à noter, dans cette collection, la présence de deux imprimés et de nombreux livres en papier (16). Pour les livres en parchemin, précisions également sur la qualité : « in carta pecorina », ou « in pecudine » ; « in carta di capretto ».

Destinée de la collection : partage entre les deux fils ?

Doc. : A.S. Firenze, Notarile Antecosimiano 10093 (G. 393, no 160, not. Ser Paolo di ser Amerigo Grassi).

Ed : G.B. Ristori, « Libraria del maestro Agostino Santucci », Rivista delle biblioteche e degli archivi, 15/2-4 (1904), p. 35-37.

– ANGELO DI PAOLO DE VASCO († 1474)

Biographie : médecin à Rome.

Les faits : Dans son testament du 22 mars 1474, mention des livres lui ayant appartenu.

La collection : 33 livres, sans indication de leur contenu.

Destinée de la collection : ?

Doc. : A.S. Roma, Notarile, Prot. no 926 (1451-1512), not. cap. Johannes Baptista de Jays, c. 79-80 et 98.

Ed. : A. Spotti Tantillo, « Inventarii inediti...tratti dai protocolli romani (1468-1523) », Archivio della Soc. Romana di Storia Patria, 98 (1975), p. 88.

– ANTONIO CERMISONE, egregius artium et medicinae doctor († 1441 ?)

Biographie : Fils de Bartolomeo Cermisone, « condottiere d'armi » auprès de François Ier duc de Carrare ; en 1384 il est à Padoue ; il y obtient, en 1386, la licence ès arts ; il aura ensuite le doctorat. Son nom figure en ces années parmi les membres de différents jurys. En 1389, membre du collège des docteurs médecins et artistes ; en 1390, docteur en médecine. Professeur à Pavie, à Piacenza et à Padoue. En 1422 il est cité comme egregius artium et medicinae doctor. Il est membre du collège des docteurs de l'Université de Padoue jusqu'en 1441, date probable de sa mort. Son successeur est Antonio Roselli. A. est l'auteur de Consilia, de Consulta et d'un traité De urinis (cf. Gloria, Monumenti, I et II ; De Renzi, Storia..., t. II, p. 374, 399, 438 : T. Pesenti, Professori e promotori, op. cit., p. 72-91.

Les faits : En 1431, inventaire des livres conservés dans le studium d'A., à Padoue.

La collection : 59 vol. : Méd. 35 (3 œuvres de chirurgie et d'anatomie.), Phil. 16 (5 éth.), Théol. 4, Math. 1 ; Géom. 1, Bibl. 1, Techn. 1 (Petrus Crescentii, De ruralium commodis)

Destinée de la collection : ?

Doc. : Padova, Bibl. del seminario Vescovile, Cod. Diplom., t. VII, p. 518.

Ed : A. Gloria, Monumenti, op. cit., 1.1, Padoue, 1888, p. 112-113.

– ANTONIO DAMIANI DI DIANO, artium et medicinae doctor († 1499)

Biographie : Docteur en médecine et arts à Naples.

Les faits : Inventaire après décès, dressé le 19 octobre 1499, à la demande de la veuve d’A., Antonia.

La collection : 31 vol., dont 1 impr. ; Méd. : 15 ; Phil. : 12 ; Mor. et Dév. : 1 ; Non. id. : 3 (mention des incipits des œuvres).

Destinée de la collection : ?

Doc. : A.S. Napoli,, Notarile, Prot. Nicola Ambr. Casanova, an. 1501-1501 (cahier in fine)

Ed : G. Bresciano, « Inventarii inediti del secolo XV », Arch. Stor. per le Prov. napoletane, 26 (1901), p. 27-31.

– ANTONIO DI PAOLO BENIVIENI, artium et medicinae doctor († 1502)

Biographie : Né à Florence en 1443, médecin, anatomiste, A. est frère du philosophe Gerolamo et du grammairien Domenico Benivieni. Lié aux personnalités les plus célèbres de son temps, (Marsilio Ficino, Laurent de Médicis, Benedetto Varchi, Michelozzo), A. a exercé des fonctions politiques à Florence et a été témoin des mouvements philosophiques et intellectuels de son époque, en participant notamment aux disputes néo-platoniciennes. Il est l'auteur d'un traité médical : De abditis nonnullis ac mirandis morborum...causis, proche du genre des Consilia (éd. en 1505, cf. De Renzi, Storia..., t. II, p. 293, 363, 435, 446).

Les faits : Le 25 décembre 1487 A. rédige lui-même, en italien, le catalogue de sa bibliothèque, dans son livre de « Ricordanze ».

La collection : 170 vol., avec une classification par matières ; « Et primo li libri di philosophia et di loica » (œuvres d'Aristote, d'Averroès, de Thomas d'Aquin, de Gilles de Rome, d'Albert le Grand, de Jean Duns Scot etc.) ; « In greco » (œuvres d'Aristote, Aristophane, Hexiodus, Théocrite) ; « In logica » (œuvres de Paolo Veneto, de Pietro di Mantova, de William Heytesbury, de Gilles de Lessines) ; « In artis oratoria » (oeuvres de Cicéron, Stace, Lucain, Ovide, Térence, Salluste, Juvénal, Horace, Virgile, Sénèque ; certaines de ces oeuvres sont accompagnées de commentaires, par ex., pour Horace, celui de Cristoforo Landino. A noter également, dans cette section, la présence d'oeuvres de médecine : Antonio de Salemo, Pline) ; « Ecclesiastici » (avec les évangiles, saint Jérôme, Jacques de Varagine) ; « In medicina » (textes d'Avicenne, Serapion, Galien, Averroès, Constantin l'Africain, Platearius, Jean de Saint-Amand, Pierre de Abano, Mesue, Simon de Gênes, Christophorus de Honestis, Taddeus de Alderottis, Rasis, Gentile di Foligno, Dioscoride etc.) ; « In astrologia » (avec des oeuvres d'Ali Alberagel, Alcabitius, Alphonsus, Ptolémée, Jean de Sacrobosco, Prosdocimo de'Beldomandi). Suivent des « Varia », regroupés sans intitulé (Dante Alighieri, Christophorus Giorgi, Martinus Polonus, Leon Battista Alberti, Virgile (avec le commentaire de Christophorus Landini), Aristote, Matteo de Gradi, Thomas d'Aquin, Flavius Josèphe, Mesue, Galien, Augustin, Angelo Poliziano, Cornélius Celsus, Plutarque, Lactance, Cicéron, Pic de la Mirandole, Valère Maxime etc.).
Répartition par catégories : Phil. 35 (dont 8 de logique et 5 de phil. nat.), Méd. 78, Théol. 4, Rhét. 13, Poés. 15, Mor et Dév. 7, Hist. 2, Géogr. 1, Droit 1, Techn. 2 (Arch., Mil.), Astrol. et astron. 8, Litt.1 (Dante), Diction./Encyclop. 2, Non id. 1.

Destinée de la collection : On ne sait rien sur la destinée des ms. d'A. Remarquons cependant, à côté des items du catalogue relatifs aux livres grecs, la mention, qui a été ajoutée après coup : Venduto f.gli (c'est-à-dire « vendu aux enfants »). Or nous avons peut-être identifié l’un de ces ms. Il provient de la collection de Th. Phillipps (no 11723), no 153 de la vente Kraus de 1979, à New-York. Il date de 1470 et contient la Théogonie d'Hexiodus et la Batracomiomachie d'Homère. Au verso du premier feuil – let, on note l’ex-libris de notre médecin : Liber Antonii Benivieni kai konna tou philon, et au recto, celui de l’un de ses fils, Sébastien : Liber Sebastiani M. Ant. de Benivenis.

Doc. : A.S. Firenze, Notarile Antecosimiano 2344 (not. Paolo Benivieni 1474-1486, appendice)

Ed. : B. De Vecchi, « I libri di un medico umanista fiorentino del secolo XV° » La Bibliofilia, 34 (1932), p. 293-301.

– ANTONIO SOLIMENI, artium et medicinae doctor († 1486)

Biographie : Docteur en médecine, Naples ; cf. De Renzi, Storia..., t. II, p 135 et 148.

Les faits : Après le décès d’A. Solimeni, l’inventaire de ses biens et de ses livres conservés dans sa maison de Naples est dressé à la demande de la veuve et du fils, le 9 novembre 1486.

La collection : Livres conservés dans quatre coffres : 70, dont 20 imprimés ; Méd. : 25 ; Phil. : 41 ; Théol. : 2 ; Géom. : 1 ; Non id. : 1

Destinée de la collection : ?

Doc. : A.S. Napoli, Notarile, prot. di ser Cesare Malfitano, a. 1486-87, c. 33-34.

Ed. : G. Bresciano, « Inventarii inediti del secolo XV », Archivio Storico per le Province napoletane, 26 (1901), p. 6-14.

– BALDASSARRE DI VEMENIA, artium et medicinae doctor († 1475)

Biographie : Docteur ès arts et médecine, Pavie. Il s’agit peut-être du fils du Bartholomeus de Vemenia, civis Novariensis, qui obtint, le 7 juillet 1392 la licence en médecine à l’Université de Pavie (personnage mentionné dans le Codice diplomatico dell’Univ. di Pavia, I, Pavie 1905, p. 208).

Les faits : Après la mort de B., par acte du 28 avril 1475, son fils Bartolomeo vend ses livres (ou peut-être une partie seulement d’entre eux ?) à Jacopo Cacia, lui aussi artium et medicinae doctor.

La collection : 10 + vol. : Méd. : 8 ; Astr. 1 ; Phil. 1 ; le dernier art. étant suivi de la mention : Item certes alios libres in papiro, qui nomina certa non habent, diversi generis ; mention du titre, de l’auteur et de la matière (4 livres en parch., les autres en papier).

Destinée de la collection : Achetée par Jacopo Cacia (de Caziis), artium et medicinae doctor.

Doc. : A.S. Pavia, Notarile, Rogiti di Bemardo Ceranova, 1473-75, 28 aprile 1475.

Ed. : T. Gasparini Leporace, « Due biblioteche mediche del Quattrocento », La Bibliofilia, 52 (1950), p. 215-216.

– BARTOLO DI TURA DI BANDINO, artium et medicinae doctor († 1477)

Biographie : Né à Sienne en 1391, lecteur en médecine à l'université dès 1435, B. exerça sa profession jusqu'en 1477. Il composa des oeuvres médicales et philosophiques et eut également des charges politiques dans le « comune » de Sienne ; il fut en effet, successivement, « prieur », « gonfaloniere » et « capitain du peuple ». On connaît ses rapports avec des membres de la famille Medici de Florence (cf. sa correspondance). A sa mort, un discours fut composé en son honneur par Agostino Dati (Oratio Via : De vita et obitu praecellentissimi et philosophi et medici Bartholi Turei Senensis, in toto Latio celeberrimi).

Les faits : Le 2 juin 1483, cinq ans après la mort de Bartolo, qui était mort sans rédiger de testament, l'inventaire est dressé de ses biens et des livres qui se trouvaient dans sa maison et dans son studium de Sienne. Il est rédigé à la demande d'Honesta, grand-mère maternelle et tutrice des petits-enfants de Bartolo : Eufrasia, Elisabetta, Alessandro, Niccoló, Sallustio.

La collection : 174 vol. : La plupart des livres, à savoir 121, se trouvent dans le studium de B„ situé au rez-de-chaussée de sa maison de Sienne. Des autres, 30 étaient entreposés dans un autre studium, situé près d’une petite chambre, au premier étage de sa maison. Il y avait enfin 23 autres livres, principalement de nature administrative (livres de raison, de famille, inventaires, règlements, registres comptables, registres relatifs à l'activité publique de B. etc.), dont on dit qu'ils se trouvaient dans un sac, déposé au couvent des Gesuati. Dans cette dernière collection remarquons cependant la présence d'un inventaire de ses livres de grammaire et de rhétorique, ainsi qu'un petit recueil, contenant entre autres, des épîtres de Cicéron.
Répartition générale : 174 vol. : Phil. 37 (dont 6 de logique), Méd. 76, Astr. 4, Théol. 1, Math. 1, Droit 1, Hist. 3, Rhét. 5, Poés. 5, Gramm. 4, Litt. 2, Mor. et Dév. 3, Techn. 1, Géogr. 1, Dictionnaires 1, Admin. 23 (comprenant inventaires, livres de comptes, livres de raison et de famille, documentation concernant ses charges publiques etc.), Non id. 6.

Destinée de la collection : elle fut léguée à ses petits-enfants.

Doc. : Firenze, Bibl. Laurenziana, Ashbumam 1768 (1692), c. 4-10 ; 22-23 (pour les livres).

Ed : C. Mazzi, « Lo studio di un medico senese... » Rivista delle biblioteche e degli archivi, 5 (1894), p. 27-48 ; cf. aussi « La casa di maestro Bartolo di Tura », Bollettino Senese di Storia Patria, 3-7 (1856-1900).

– BARTOLOMEO DI PISTOIA, phisicus († vers 1469)

Biographie : Fils d’Antonio, phisicus et magister medicus, B. fait ses études à Florence (dès 1416), puis à Sienne, à Bologna et à Pérouse jusqu'en 1426 (il est cité seulement comme phisicus). Après être revenu à Pistoie, il exerce des activités politiques. Il travaille alors comme médecin auprès du couvent des Olivétains de Pistoie, puis pour le « Comune » de 1453 à 1459, qui lui verse un salaire.

Les faits : Un inventaire de ses biens meubles est dressé en 1433.

La collection : 59 livres (leur contenu n’est pas spécifié) ; on signale également la présence d’une roue à livres.

Destinée de la collection : ?

Doc. : Florence, AS, Diplomatico, Comune di Pistoia, 1433, sett. 2

Ed : inéd. ; cf. L. Chiappelli, « Medici e chirurghi in Pistoia nel Medioevo... », Bullettino Storico Pistoiese, 9 (1907).

– CRISTOFORO BARZIZZA, artium et medicinae doctor († 1445)

Biographie : Neveu du célèbre Gasparino (1360 ca-1431), Cristoforo Barzizza était un homme profondément religieux. Ses rapports avec la confrérie de Sainte-Marie de la Charité et le monastère de Sainte-Justine de Padoue sont connus. Après avoir reçu une formation juridique – en 1416 il était notaire et juge ordinaire – il se consacre à l'étude de la médecine et obtient le doctorat ès arts et médecine en 1420 à l’Université de Padoue. Il est professeur de médecine dans cette université de 1431 à 1444 ; il meurt à Pavie en mars 1445 (cf. sa biographie retracée par R. Cessi, « Cristoforo Barzizza medico del secolo XV », Boll. della Civica Biblioteca di Bergamo, 3 (1909), p. 1-18 ; cf. aussi De Renzi, Storia..., t. II, op. cit., p. 372 et 453 ; T. Pesenti, Professori e promotori, op. cit., p. 42-48).

Les faits : Le 24 avril 1445 la veuve de Cristoforo, Pantasilea Brazolo, tutrice des enfants et héritiers de C., fait dresser un inventaire de ses biens, dont ses livres, par le notaire Andrea de Giuliano da Bovolenta. Cet inventaire reprend à peu près à la lettre un document antérieur qui ne nous est pas parvenu. Quatre ans après, en 1449, Pantasilea s'étant remariée et n'étant donc plus la tutrice des héritiers de C., un nouvel inventaire de ses livres est dressé par leur oncle, le juriste Giovanni Agostino Barzizza (il était doctor utriusqure iuris). Ce document, très précis et détaillé, rectifie notamment les nombreuses imprécisions qui se trouvaient dans les précédents inventaires (appelés respectivement « inventarium antiquum » et « inventarium domine Pantasilee ».

La collection : Il est vraisemblable que les deux inventaires conservés ne sont pas complets, puisqu'ils ne décrivent que les livres qui se trouvaient chez Cristoforo après sa mort et on conserve des manuscrits lui ayant appartenu qui n'y sont pas mentionnés, par ex. un Apulée (ms. Padoue, Bibl. Civica CM 526). En dépit de ces limites, l'inventaire de 1449 est un document extrêmement détaillé, fournissant des indications précieuses sur les manuscrits décrits (reliure, matière, format, écriture, cotes anciennes, marques et mentions apposées sur les manuscrits par le possesseur, ex. notes de mise en gage, décoration, mise en page (colonnes), incipit et explicit des deuxième et avant-dernier feuillets. Une partie des manuscrits de C. étaient en papier, à savoir 30 sur 71 (5 « in papiro », 25 « in caria bombicina »). Parmi les manuscrits en parchemin, on en dénombre 10 « in caria membrana » et 22 « in caria capreti » ; enfin pour 9 ms. on ne spécifie pas la matière).

Répartition : 71 vol. : Méd. 47, Phil. 15 (dont 3 de logique), Minéral. 1, Pharm. 1, Poés. 1, Dict. 1, Admin. (livres de comptes, de raison etc.) 3 ; Non id. 2.

Destinée de la collection : Les enfants de Cristoforo.

Doc. : A) Inventaire de Pantasilea (1445) : A.S. Padova, Notarile 3997, c. 176 ; B) Inventaire de Giovanni Agostino (1449), Ibid., c. 146-150.

Ed : A) R. Cessi, « Cristoforo... », op. cit. ; B) P. Sambin, « Cristoforo Barzizza e i suoi libri », Bollettino del Museo Civico di Padova, 44 (1955), p. 145-164.

– GABREELE NICIA, artium et medicinae doctor († 1460),

Biographie : Docteur en médecine, napolitain ; aucun autre renseignement sur sa biographie.

Les faits : Testament mentionnant ses biens meubles, dont les livres conservés dans son studium, rédigé le 20 mai 1460 par le notaire Giacomo Ferillo (Item se asseruit subscriptos libros in eius studio, videlicet...)

La collection : 7 + vol., Méd. (le document ajoute, au sept titres, la mention : et nonnullos alios libros médicinales et physicales qui sunt ad presens in suo studio).

Destinée de la collection :

Doc. : A.S. Napoli, Notarile, Testamenti, not. Giacomo Ferrillo.

Ed : G. Bresciano, « Inventari inediti del secolo XV... », Archivio Storico per le Province napoletane, 26 (1901), p. 4-5.

– GIORGIO de MISSINA, magister, medicine doctor et grammatice professer civitatis Mutine († 1472)

Biographie : Ce personnage aurait étudié la médecine à Ferrare et aurait ensuite été l'élève de Vittorino da Feltre. S'étant établi à Modène, G. aurait travaillé comme professeur de grammaire et aurait dirigé les écoles de la ville.

Les faits : Par son testament de 1469, G. lègue ses livres au couvent des Augustins de Modène. Après la mort de G. en 1472, on dresse un premier inventaire de ses biens et de ses livres (39 volumes seulement y sont répertoriés, une dernière notice se référant à un sac plein d'autres livres qui sont légués au couvent des Augustins de Modène). Un deuxième inventaire de ses livres est dressé par frère Giovanni Crisostomo de Daineriis, bibliothécaire du couvent, lors du dépôt de l'ensemble de la collection au couvent (74 vol.).

La collection : Le premier document s'ouvre par la description des livres. Les notices en sont sommaires : mention du titre de l’auteur et, très rarement, de la matière et de la reliure. Le deuxième inventaire comporte en revanche un classement par matière ; il indique également si les livres sont en parch. ou en papier ; il mentionne enfin parfois l'incipit, le format, la reliure. Sections : Incipiunt primo libri médicinales (18 vol). Incipiunt libri grammaticales et oratorii et cuiusvis alterius generis ultra médicinales suprascripti, et omnia intelligas in papiro, nisi ubi specialiter notabitur de caria edina (56 vol.). En tout 74 vol. : Méd. 19, Dictionn. et Encyclop. 2, Poés. 12, Rhét. 7 (dont une œuvre d'Ars notaria), Hist. 4, Mor. et Dév. 1, Gramm. 8 (à noter un liber teotonicus et un ex. du De orthographia de Giovanni Tortelli), Minéral. 1, Phil. 16 (1 éthique, 3 logique, 2 phil. naturelle, 1 exemplaire de la Politique d'Aristote), Alchimie 1, Astr. 2 (astrologie exclusivement), Géométrie : 1.

Destinée de la collection : Le couvent des Augustins de Modène. A la fin de la liste des livres de médecine, le rédacteur de l’inventaire a noté « Venundati sunt omnes de medicina ».

Doc. : 1) A.S. Modena, Corp. Religiose Soppr., Padri Agostiniani di Modena, busta 2460, atto di eredità del 1472 ; 2) A.S. Modena, Corp. Religiose Soppr., Padri Agostiniani di Modena, busta 1946, n. 287 (le document original n'a pu être consulté).

Ed. : Le premier document est inédit ; pour le deuxième cf. R. Simonini, « La biblioteca di un dotto medico e grammatico del Quattrocento », Bollettino dell'Istituto Storico dell'Arte Sanitaria, 2 (1929), p. 51-57.

– GIOVANNI DI LAVENO, magister († 1468)

Biographie : Médecin à Milan.

Les faits : Dans son testament du 6 mars 1468, Giovanni di Laveno lègue tous ses biens, dont huit livres, à son fils Gerolamo.

La collection : 8 vol.dont on mentionne le format, la matière (4 vol. en papier) : Méd. 7, Phil. 1 (Physica d'Albert le Grand)

Destinée de la collection : le fils de G., Gerolamo

Doc. : A.S. Milano, Notarile, Rogito del notaio Zunico, 6 mars 1468.

Ed. : E. Motta, « Un medico distinto di Porlezza del secolo XV », Periodico della Società Storica di Como, 6 ; Id., Libri di casa Trivulzio..., Côme, 1890, p. 26.

– GIOVANNI MARCANOVA, artium et medicinae doctor († 1467)

Biographie : Né vers 1418 à Padoue, Giovanni Marcanova est issu d’une riche et noble famille. Il obtient en 1440 le titre de docteur ès arts et médecine à Padoue. Entre 1452 et 1467, il est lecteur de philosophie à Bologne. Il exerce également l’activité de médecin ; il est nommé citoyen honoraire de Bologne. Giovanni Marcanova a visité de nombreuses villes et y a acquis des manuscrits (notamment à Venise, Milan, Césène) ; il est également connu comme spécialiste d’antiquités grecques et romaines et comme épigraphiste. Bien que fortement marqué par l’aristotélisme et l’averroïsme, Giovanni Marcanova a également contribué au renouveau de l’intérêt pour l’œuvre d’Avicenne (cf. M.-Th. d’Alvemy, « Avicenne et les médecins de Venise », dans Medioevo e Rinascimento. Studi in onore di Bruno Nardi, Florence, 1955,1.1, p. 177-198 et l'ouvrage de T. Pesenti, Professori e promotori, op. cit., p. 60-61, 96, 101). Il meurt à Padoue en 1467.

Les faits : L’inventaire de la bibliothèque et des biens de Giovanni Marcanova est dressé en 1467, deux jours après sa mort.

La collection : 517 vol. ; quelques descriptions de l’aspect matériel (parch. ou papier, format, présence des armes de Giovanni Marcanova sur la reliure) ; il y a 193 vol. in papiro, les restants sont soit in pergameno, soit in membranis ; les descriptions du contenu sont très sommaires ; dans quelques cas seulement, on fait mention de l'incipit de l’œuvre. Les livres sont décrits d’après leur emplacement au moment de la rédaction de l’inventaire : 235 dans le studium de Giovanni, les autres répartis en sept caisses ou valises. La plupart des œuvres conservées dans le studium relevaient de la philosophie ; l’une des caisses contenait uniquement des livres de médecine). Répartition des 517 vol. par matières : Phil. 198, Méd. 135, Rhét. 40, Astr. 16 (surtout astron.), Droit 2, Poés. 21 (dont 2 de Pétrarque, l'Africa et le Bucolicum carmen), Hist. 23, Gramm. 12, Littér. 2 (deux œuvres de François Pétrarque), Techn. 3 (1 traité de perspective, 1 d’optique, 1 De re militari), Hagiographie 3, Géomantie et arts divinatoires 2, Théol. 4, Alchimie 3, Math. 6, Liturgie 2 (homiliaires et passionnaires), Encyclop. et Dict. 3, Patr. 3, Bibl. 2, Musique 1, Didactique 1 (traité des échecs), Mor. et Dév.. 1, Géogr. 1, Non id. 33.

Destinée de la collection : Dans son testament, rédigé le 31 juillet 1467, juste avant sa mort, Giovanni Marcanova lègue ses livres aux chanoines de San Giovanni in Verdara de Padoue. Une grande partie d’entre eux, et notamment ceux de philosophie et de médecine, furent vendus par les chanoines au XVIIe siècle. A la suite de la suppression du couvent, en 1782, 93 ms. issus de la collection de Marcanova passèrent à la Marciana de Venise ; d’autres à la bibliothèque de l’Université de Padoue.

Doc. : Modena, Bibl. Estense, Alpha.X.4, 31.

Ed L. Dorez, « La bibliothèque de Giovanni Marcanova », dans Mélanges G.B. de Rossi, Rome, 1892, p. 113-126 ; L. Sighinolfi, « La biblioteca di Giovanni Marcanova », dans Collectanea variae doctrinae L.S. Olschki, Munich, 1921, p. 206-221 ; il nous a été impossible de consulter l'étude de M.C. Vitali, « L’umanista padovano Giovanni Marcanova (1410-1467) e la sua biblioteca », parue dans « Ateneo Veneto ».

– GIOVANNI MATTEO FERRARI DA GRADO, artium et medicine doctor († 1472)

Biographie : Né à Milan, fils d’un médecin, qui était membre du collège des Docteurs de cette ville, G.M. s’établit, en 1425, à Pavie pour y faire des études de médecine et y resta jusqu’à sa mort, survenue en le 30 décembre 1472. Lecteur de logique (deputatus ad lecturam loyce) en 1432, il est nommé ensuite, en 1439, deputatus ad lecturam extraordinariam pratice, puis, à partir de 1443, il est lecteur de médecine de marte. En 1471, il est à l’origine d’un projet prévoyant l’attribution de bourses à trois étudiants pauvres de l’Université de Pavie. Ayant acquis une très grande renommée, G.M. fut choisi comme médecin personnel par le duc Filippo Maria Visconti et par Francesco, Bianca Maria et le duc Galeazzo Maria Sforza. Il fut également consulté par Louis XII. Cf. De Renzi, Storia..., t. II, p. 352, 377, 452, 453).

Les faits : Lors de l’établissement de son testament, en 1465 (confirmé en 1466 et complété en 1472), G.M. Ferrari partage ses livres entre ses deux petits-fils, Giovanni-Paolo et Ambrogio, et l’hôpital S. Matteo de Pavie. Après son décès, un inventaire est donc dressé de ses livres. Il comporte 71 vol., suivis d’une section consacrée aux vol. qui ont été légués par G.M. à ses neveux (18 vol.). Un nouvel inventaire, reprenant le premier, est ensuite dressé à l’occasion de la vente, par l’hôpital de S. Matteo de Pavie, des livres de G. M.. Ce document comporte des renseignements sur l’aspect matériel des livres, les reliures et la mention du prix des livres. Il présente une collection de 75 vol. seulement, nettement moins importante que la collection originaire de G.M.

La collection : A) Etat initial : 89 vol. : Méd. 63, Droit 2, Phil. 15, Théol. 2, Hist., 1, Mor. et Dév., 4, Poés., 1 (Allégories sur les Métamorphoses), Non. id., 1 (Liber quidam francigena) ; B) Etat à la vente : 75 vol. : Méd. : 54 ; Droit : 2 ; Phil. : 10 ; Théol. : 2 ; Hist. : 1 ; Rél. et Dév. : 4 ; Poés., 1 ; Non. id. : 1 ; Descriptions mentionnant l’auteur, le titre, la matière (parch. ou papier), la reliure.

Destinée de la collection : Giovanni-Paolo et Ambrogio héritent de 18 livres ; l’hôpital San Matteo de Pavie hérite d’abord de 71 livres, auxquels viennent s’ajouter, dans des circonstances que nous ignorons, 4 volumes supplémentaires. L’hôpital ayant mis la collection en vente, quelques annotations marginales figurant sur l’inventaire dressé à cette occasion, permettent de remonter à des acheteurs : Marcus de Gatinaria, Luchino de Gerlis, un médecin non identifié (quidam medicus) ; Johannes Antonius de Modoecia ( ?), Franciscus de Curte, Johannes Antonius de Bassinis, Melchiorre de Gerladis, un certain magister Marcus, Ixabeta de Vellate, Lancelloto de Dexio, Marcus de Gatinera, Franciscus de Tribemis. On dit de ce dernier qu’il est étudiant en médecine. On ne sait rien des autres.

Doc. : A) Source non identifiée ; B) Pavia, Bibl. univ., Ticinensia, XXXV, n. 4.

Ed. : A) H.M. Ferrari, Une chaire de médecine à l’université de Pavie au XVe siècle, Paris, 1899, p. 83-93 (réimpr. anast., Genève, Slatkine, 1977) ; B) T. Gasparini Leporace, « Due biblioteche mediche del Quattrocento », La Bibliofilia, 52 (1950), p. 208-214.

– GIOVANNI MICHILUTn, magister († vers 1458)

Biographie : ?

Les faits : Dans l’inventaire du 10 août 1458 de la cathédrale de Venzone (Frioul), mention des livres légués par le médecin Giovanni Michilutti.

La collection : 6 livres, Méd. exclusivement (Almansor, 1°, 2°, 3° e 4° libro d'Avicenna, Lilium médicinale, Galeno).

Destinée de la collection : la cathédrale de Venzone (Frioul).

Doc. : Original perdu.

Ed : P. Mistruzzi-Freisinger, « Inventario della chiesa di S. Andrea di Venzone », Memorie Storiche Forogiuliesi, 8 (1912), p. 196-208 d'après la copie de Gorizia, Biblioteca civica, Catalogo di Storia Patria, no 4353 ; cf. également C. Scalon, Produzione e fruizione del libro nel basso Medioevo. Il caso Friuli, Padoue, 1995, p. 511-515, no 409 ; U. Rozzo, dans La Guarneriana, S. Daniele del Friuli, 1989, p. 54.

– LANZILAO DE PISINIS, artium et medicinae doctor († 1477)

Biographie : Docteur ès arts et médecine, originaire de Ravenne, L. fut notamment médecin de Ferdinand d'Aragon, duc de Calabre.

Les faits : Lanzilao avait emprunté 118 ducats et donné de nombreux livres à Pietro Marco Andrea. A la mort de ce dernier, les livres furent récupérés par le beau-père de Lanzilao, Francesco Despla. L'avocat les ayant réclamés par commission du roi, un procès est intenté en 1477 par Francesco Despla et l'une des Allés de Lanzilao. On dresse alors l'inventaire des livres.

La collection : 24 vol. (l'inventaire, très sommaire, ne mentionne que les titres d'oeuvre ; noter cependant la présence d'un livre imprimé (Cicéron, De orationibus) ; Méd. 16, Pbil. 6 (surtout nat.), Rhét. 1, Litt. 1 (le « Filocolo » de Boccace).

Destinée de la collection : ?

Doc. : A.S. Napoli, Regia Caméra della Sommaria, Procedure giudiziarie, Pandette, novissima 18721 (document détruit en 1943).

Ed. : L. Zampa, « Notizie raccolte nella Pandettazione degli antichi processi civili », Archivio Storico per le Province Napoletane, 16/1 (1891), p. 253-254.

– LORENZO DA BISTICCI, artium et medicine doctor († 1478)

Biographie : Fils de Jacopo († 1468), le frère du célèbre libraire Vespasiano, Lorenzo a entrepris la carrière de médecin sans doute sous l'influence de son père, qui, orfèvre de formation, s'adonne ensuite à la médecine (il obtient ce titre en 1447 et est cité comme médecin en 1451 dans le cadastre florentin, cf. A.S. Firenze, Catasto, vol. 687, f. 746v). Né à Florence probablement en 1451, Lorenzo étudie la médecine à Pise (en 1473 il est cité comme artium et medicine scholar) et y obtient le doctorat en 1476. L'année suivante il épouse Maria di Guido di Giovanni Guiducci. Jacopo da Bisticci, son père, étant décédé en 1468, L. est pris en tutelle, jusqu'à l’âge de 25 ans, par ses oncles Leonardo et Vespasiano, qui doivent administrer se biens. Il meurt prématurément, sans enfants, en 1478, et est enterré, aux côtés de son père, en l'église de Santa Croce.

Les faits : En 1478, juste avant de mourir, L. a fait testament. Le document laisse entrevoir les conflits ayant opposé J. et Leonardo, l'un de ses oncles. En effet seul l'autre oncle, Vespasiano, est nommé exécuteur du testament. Andrea, la mère de L., hérite de la maison familiale et obtient l'usufruit du patrimoine. En font partie des livres, dont l'inventaire est joint au testament.

La collection : 71 vol. (certaines œuvres, notamment de médecine, sont en double exemplaire) : Méd. 47, Pharmac. 3, Phil. 9, Diction. 1, Litt. 1 (Boccace), Astr. 4 (dont 3 astral.), Rél. et Dév. 1, Poés. 4, Non id. 1. La plupart des œuvres reflète donc les intérêts professionnels de J. ; parmi les œuvres de médecine, noter, à côté des traités théoriques, les œuvres « techniques » et les outils (recueils de recettes, herbiers etc.). L’inventaire, mentionnant dans quelques cas les caractéristiques matérielles des volumes, permet de constater que beaucoup d'entre eux étaient en parchemin (« in caria di chavretto ») et donc, probablement, assez luxueux. Sans doute L. a-t-il pu s'approvisionner à la boutique de son oncle, Vespasiano.

Destinée de la collection : Le testament ordonne que les livres soient légués « pro remedio anime et amore Dei » au couvent dominicain de S. Marco, Florence, afin qu’il soient versés dans la bibliothèque de ce couvent (libros...exponendos in et pro usu et ad usum bibliothece seu librarie dicte ecclesie).

Doc. : A.S. Firenze, Notarile Antecosimiano 20257 (T. 498) pièce jointe à l'acte du 2 sept. 1478.

Ed : M. Cagni, Vespasiano da Bisticci e il suo epistolario, Rome, 1969 (Storia e letteratura), p. 32, note 1 (éd. partielle).

– LUDOVICO GIOVANNI DI STRONCONE, artium et medicinae doctor (+1484)

Biographie : Aucun renseignement biographique sur ce personnage, qui exerça très vraisemblablement la profession de médecin à Pérouse.

Les faits : Inventaire après décès de ses biens et livres (conservés dans sa chambre).

La collection : 39 vol., parfois mention de la matière : 10 « in membranis », 10 autres « in bombicinis » ; 2 livres au moins étaient imprimés. Répartition par sujets : Méd. 25, Phil. 14 (dont 4 de log., 5 de phil. nat.).

Doc. : Leuven, Universiteitsbibl. G 263 (acquis par le libraire W. Hienemann de Leipzig en 1922, parmi les livres du dr. G. Klein de Munich...).

Ed : L. Leclercq, « Inventarium librorum artium medicine doctoris magistri Lodovici Johannis de Stronchonio (Perugia 1484) », De Gulden Passer, 19 (1941), p. 175-184.

– MARCO DI PISTOIA, medicus († 1476)

Biographie : Né à Pistoie vers 1411 ; il étudie à Florence et revient ensuite à Pistoie où il exerce des activités politiques (« priore », « gonfaloniere » etc.). Il fait également partie de l'opéra de S. Jacopo. Il semble avoir travaillé comme médecin auprès du couvent des Olivétains de Pistoie en 1441.

Les faits : Un inventaire de ses biens est dressé de son vivant par l'opéra de S. Jacopo en 1465. On y parle de caisses pleines de livres, dont on ne possède pas malheuresement le détail. Après son décès en 1476, une partie de ses biens durent être mis en vente. C’est le cas de quelques livres, dont on possède cette fois-ci, la liste détaillée.

La collection : (liste de 1476, mentionne seulement quelques livres) : 12 Phil. (dont 8 de logique) : la liste se termine par la mention « et certi altri libricciuoli imperfecti et non finiti ».

Destinée de la collection : Tous les livres de M. furent légués, par son testament, à Γ Opéra de S. Jacopo de Pistoie. La liste partielle concerne des livres qui furent ensuite achetés à cette institution par un autre médecin de Pistoie : Giovanni di Ser Tommaso Franchi.

Doc.. (liste partielle) : Pistoia, Arch. Comunale, Opéra di S. Jacopo, registre degli Atti, 1474 à 1485, c. 45

Ed : L. Chiappelli, « Medici e chirurghi in Pistoia... », Bullettino Storico Pistoiese, 9 (1907).

– MATTEO BATTIFERRI DE' BATTIFERRI, magister, artium et medicine doctor († 1497 ?).

Biographie : On possède peu de renseignements sur la biographie de ce médecin, originaire d'Urbino (dans les Marches, Italie du centre). Il pourrait s'agir de Matteo, fils de Jacopo Battiferri, qui fut médecin à Venise, et devint ensuite lecteur au studium de Ferrare. Ce personnage, f 1500 à Rome, est notamment l'auteur d'un commentaire des livres « naturels » d'Aristote, publié à Venise en 1488. Le texte est dédié au père de l'auteur. Cependant, ces données biographiques ne semblent pas concorder avec celles que l’on peut déduire de notre document, son protagoniste étant un personnage habitant à Florence et ayant entretenu des relations avec les personnalités les plus représentatives de la culture de l'époque. Cf. également De Renzi, Storia..., t. II, p. 320.

Les faits : Le 18 août 1497, lors d’un séjour à Imola, le médecin Matteo Battiferri tombe malade et fait donc testament, auprès du notaire Nicoló Brocardi (membre d’une importante famille de la ville), en la présence de nombreux témoins, parmi lesquels figurent notamment des religieux du couvent de S. Domenico. Les dispositions du testament concernent entre autres, la restitution de sommes d'argent à différentes personnalités et le partage de ses livres.

La collection : Un seul livre est mentionné : Paolo Veneto, Super quattuor lib. Physicorum (Phil.). On signale par ailleurs la présence d'une collection de livres grecs imprimés (dont on ne détaille ni le nombre, ni le contenu), ainsi qu'une caisse, entreposée dans le domicile florentin de M. et contenant d'autres livres grecs (peut-être manuscrits ?).

Destinée de la collection : Le commentaire de Paolo Veneto devra aller aux héritiers d'une dénommée Rosa Bonella, demeurant à Padoue. Les héritiers de Matteo auront les livres grecs imprimés, tandis que la caisse contenant les autres livres grecs est destinée à l'érudit et helléniste Giovanni Lascari.

Doc. : Imola, Arch. Notarile (actuellement déposé à Biblioteca Comunale ?) vol. XI, cc. 119-120.

Ed : R. Galli, « Un legato di codici greci al Lascari », La Bibliofilia, 29 (1927) p. 382-385.

– PAOLO DI NEROLA, artium et medicinae doctor († 1462)

Biographie : Né en 1400, issu d’une famille aisée, P. a étudié dans les universités de Bologne, Pérouse et Ferrare. C'est dans cette dernière ville, en 1426, qu'il a obtenu le doctorat in artibus et medicinae. P. est attesté comme ayant exercé la profession de médecin à Rome entre en 1430 et 1450 environ.

Les faits : Dans son testament, P. avait prévu qu'en cas de mort de son fils unique et héritier, Jacopo, ses biens devaient être légués à l'hôpital de la confrérie de S. Salvatore. L'inventaire des biens et livres est dressé le 16 mars 1470, une contestation étant surgie entre l’hôpital et la veuve de Paolo, Erminia, à propos de la gestion de l'héritage.

La collection : 66 vol. (dont 26 en papier, 3 mixtes ; l’inventaire mentionne également les incipit et décrit la reliure) : Phil. 23, Non id. 8, Méd. 21, Géom. 1, Astr. 1, Hist. 3, Bibl. 1, Rhét. 1, Dict. 2, Poés. 4, Techn. 1 (art militaire). Dans cet ensemble, 7 livres contiennent des textes d'auteurs classiques (Cicéron, Ovide etc.)

Destinée de la collection : ?

Doc. : A.S. Roma, Not. çap. 1108, Petrus de Merillis, 1470, 16 mars.

Ed. : G. Severino Polica, « Libri e cultura scientifica a Roma nel Quattrocento », Hans Aspetti della vita economica e culturale a Roma nel Quattrocento, Rome, 1981, p. 175-194.

– PIETRO LEONI DI SPOLETO, artium et medicinae doctor († 1492)

Biographie : Ce médecin célèbre, qui a travaillé successivement à Rome, Pise, Bologne, Padoue, Florence est surtout connu pour avoir été le médecin personnel de Laurent de Médicis. Il a notamment composé une Tabula materiarum medicinalium, qui figure parmi les œuvres citées dans le catalogue de sa bibliothèque. Cette collection, très riche, fut visitée, en 1491, par l'humaniste Angelo Poliziano. Pietro Leoni, passionné de philosophie grecque, a été en relation avec Marsile Ficin (cf. les lettres que ce dernier lui adressa, Ficini Epistolae, livres V, VII, VIII, IX, éd. de Bâle).

Les circonstances de la mort de Pier Leoni, en 1492, ne sont pas bien connues (cf. L. Frati, dans Àrch. Stor. italiano, sér. V, t. IV, p. 255). Cf. aussi De Renzi, Storia, op. cit., L II, p. 453-454.

Les faits : Le contenu de la bibliothèque de Pier Leoni nous a été transmis dans un inventaire dressé par le dominicain Giambattista Bracceschi à la fin du XVIe siècle. Ce religieux du couvent de S. Marco de Florence voulait que la collection de Pier Leoni fût achetée par le cardinal Sirleto.

La collection : Le catalogue dénombre 230 articles correspondant à autant de volumes ; cependant, deux au moins d’entre eux (c’est-à-dire un recueil de proverbes grec et un incunable, contenant une œuvre de rhétorique) représentent des ajouts de Bracceschi. A noter en outre que 4 items sont restés en blanc. On a donc une collection de 224 vol., comprenant 180 ms. latins, 12 vol. « in lingua hebraica et graeca », eux aussi manuscrits, et 35 imprimés. Leur répartition par matières est la suivante : Méd. 77 (dont deux œuvres de chirurgie et un seul recueil de recettes), Phil. 64 (dont 16 œuvres de phil. nat., 10 de logique, 3 d’éthique), Théol. 29, Astr. 20 (13 œuvres d’astrologie), Math. : 2, Géom. 1, Géogr. 1, Alchimie 6, Techn. 3, Droit 3, Bibl. 5, Poés. 2, Rhét. 4, Hist. 2, Géomancie (et arts divinatoires) 2, Non. id. 3. Noter en particulier, dans cette collection, la présence de textes platoniciens, d’un commentaire de Joachim de Flore sur l’Apocalypse et de deux traités de Nicolas Oresme.

Destinée de la collection : La collection fut probablement achetée par le cardinal Sirleto, mais on ne connaît aucun ms. de Pier Leoni subsistant à la Vaticane.

Doc. : Perugia, Bibl. Com. 429 (G. 18), p. 1-7.

Ed L. Dorez, « Recherches sur la bibliothèque de Pierleone Leoni da Spoleto », Revue des bibliothèques, 4 (1894), p. 73-83 et 7 (1897), p. 81-92 (inventaire des livres dressé par Bracceschi).

– PIETRO TOMMASI, artium et medicinae doctor († vers 1464)

Biographie : Médecin très connu, ayant travaillé principalement à Venise, P. est notamment 1 auteur d’un court traité De chyropodis. Au cours de sa carrière, il a été consulté par Francesco Barbaro, par Poggio Bracciolini, par Lodovico Contarini. Ses rapports épistulaires avec de célèbres humanistes (Filelfo, Giannozzo Manetti, Guarino) sont également connus (cf. à ce propos A. Segarizzi, « La corrispondenza familiare d’un medico erudito del Quattrocento », Atti dell’I. R. Accad. delle scienze, Lettere ed Arti degli Agiati in Rovereto, sér. III, fasc. 3-4, t. 13, 1907 ; cf. également T. Pesenti, Professori e promotori, op. cit., p. 205-210). Il y est question souvent de livres, que P. Tommasi achète, prête etc. (cf. R. Cessi, « La giovinezza di Pietro Tommasi, erudito del secolo XV », Athenaeum 1 fasc. II (1913), p ; 129-162)..

Les faits : Après la mort de P. ses livres furent, selon ses volontés, mis en vente. La vente se déroula en six séances, du 23 mai 1460 au 18 septembre 1464.

La collection : 132 vol. ; le doc. ne détaille le contenu que de 76 d’entre eux (soit 57 %). Voici leur répartition : Phil. 14 (surtout phil. nat. ; 3 de logique), Méd. 31, Gramm. 1, Poés. 2, Rhét. 8, Alchimie 1, Hist. 1, Géog. 1, Encyclop. et Dict. 2, Minéral. 1, Géomancie 1, Mor. et Dév. 1, Astr. 7 (dont 3 astrol.), Non id. 5.

Destinée de la collection : Les noms des acheteurs sont cités, à côtés des titres des livres, dans le document relatant la vente de la collection de P.

Doc. : A.S. Venezia, Procuratori di S. Marco « de citra », B. 120, quad. I, p. 3-6v (certains items indiquent le contenu des vol. ; d’autres livres vendus n’ont été cités que sous leur no d’inventaire).

Ed. : S. Connell, « Books and their Owners in Venice », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 35 (1972), p. 175-182 (éd. partielle, qui ne reprend que les items pour lesquels on a indiqué le contenu).

– SIMONE DI CINOZZO, magister († 1481)

Biographie : Fils de l'apothicaire Cinozzo de Giovanni Cini, S. est issu d'une famille relativement aisée, qui soutient, à la fin du siècle, le parti de Gerolamo Savonarola. L'un de ses quatre frères était notaire. Le fils de S. entre, en 1496, dans l'ordre dominicain, au couvent de S. Marco. Le nom de S. figure dans le registre de la matricule des « Medici e Speziali » en 1429. Il exerçait la profession de médecin encore en 1470, comme en témoigne le Livre de raison de son concitoyen Benedetto Dei.

Les faits : Dans son testament, dressé par le notaire Ser Francesco di Dino di Cola le 17 novembre 1477, S. dispose que ses livres devront être vendus et la somme ainsi obtenue devra être versée à l’église de S. Lorenzo pour qu'une messe annuelle y soit célébrée en sa mémoire et pour le salut de son âme. L’inventaire porte le titre suivant : « Inventario dei libri in medicina che lasció maestro Simone Cinozzi alla nostra chiesa per uno uficio dei ritratto d’essi ». Dans une deuxième section sont décrits les livres relevant d’autres disciplines : « Inventario de’libri di decto maestro Simone in altra facultà ».

La collection : 45 vol. (dont 14 en papier ; l’inv. spécifie la matière, le format et décrit la reliure) : Méd. : 35 ; Vétérinaire 1, Phil. : 9 (dont 3 de phil. morale).

Destinée de la collection : La vente n'eut pas lieu, comme prévu, tout de suite après la mort de S., survenue le 17 février 1481, mais plus tard. En 1524 la collection fut achetée par un autre médecin, Andrea Turini da Pescia, artium et medicinae doctor, archiatre des papes Clément VII et Paul III et médecin des rois de France, Louis XII et François Ier. L'un des manuscrits de S. nous est parvenu, un « Antidotaire » du XIVe siècle, ms. Oxford, Bodleian Libr. Add. A.7 (Madan 28745). Cf. Madan, Summary catalogue..., IV, 1897, p. 502-503 ; Pàcht et Alexander, Illuminated manuscripts in the Bodleian Library, II, p. 6, 17, no 57 et 164.

Doc. : Firenze, Arch. del capitolo di S. Lorenzo 2866, f. 50-52.

Ed : S. Caroti, « La biblioteca di un medico fiorentino », La Bibliofilia, 80 (1978), p. 134-138.

– UGOLINO CACCINI DI MONTECATINI, magister, artium et medicie doctor († 1425)

Biographie : Médecin riche et célèbre, auteur d'œuvres médicales (Consilia, Trattato de bagni e pestilenzé). U. fut en correspondance avec Coluccio Salutati, notamment lorsque ce dernier perdit son fils (cf. A. Tenenti, Il senso della morte l'amore délia vita nel Rinascimento, Torino 1957, p. 55-58 ; 2e éd., Torino 1989, p. 37-38 ; témoignage repr. par Ph. Ariès, L'homme devant la mort, Paris 1977, p. 163). Après avoir travaillé avec Davino Nigarelli (v. s. v°) et Nicola di Ranuccio Liena (v. s. v°), il partage son activité entre Florence et Montecatini. Il possède, dans chacune de ces deux villes, une résidence et un studium. Celui de Florence, situé place de S. Maria Novella, a été le plus important.

Les faits : En 1425, l'inventaire est dressé des biens et des livres ayant appartenu à U. et conservés dans ses deux résidences de Florence et de Montecatini.

La collection : L’inventaire de la résidence de Florence est rédigé en italien, celui de Montecatini en latin ; 102 vol. en tout : 75 à Florence dans le studium, + 2 autres dans sa chambre de Florence ; 25 à Montecatini : Phil.14, Méd. 70, Pharmac. 1 ; Théol. 7 ; Bibl. 5 ; Rél. et Dév. 2 ; Techn. 1 ; Non. id. 1 ; Litt. 1 (Marco Polo). A noter que des 25 livres conservés à Montecatini, 22 sont d'œuvres de médecine, un de pharmac., un seul texte de philosophie ; il y a enfin et un exemplaire du « Milione » de Marco Polo. La composition de la bibliothèque florentine est plus variée, mais la médecine est toujours la discipline la mieux représentée, avec 48 livres. Les œuvres de théologie sont également nombreuses. Aucun livre de logique ne figure parmi les textes philosophiques.

Destinée de la collection : les livres sont légués au neveu d'U., lui aussi médecin.

Doc. : A.S. Firenze, Pupilli avanti il Principato, Reg. 43, cc. 200-203v et 221-223 (livres, cc. 203 et 221v-222).

Ed : M. Battistini, « Contributo alla vita di Ugolino di Montecatini », Rivista di storia delle Scienze Mediche e Naturali, 14 (1923), p. 145-147. Cet inventaire n'est pas édité par C. Bec, Les livres des Florentins, op. cit. Un deuxième inventaire de 1429, a été signalé et édité par W. Bombo, « Hausinventar und bibliothek Cegolinos de Montecatini », Archiv für Geschichte der Medizin, 5 (1911), p. 145-147.

TABLEAU A : Personnages morts avant 1420

Personnage

Lieu

Date

Livres

Bartolomeo Avogari

Vérone

1409

68

Benedetto Greco

Padoue

1401

42

Elias

Venise

1326 ca

60

Giovanni Dondi

Padoue

1389

111

Guglielmo da Treviso

Trévise

1351

29

Guido Bagnolo

Bologne

1380

60

Jacopino Cagnoli

Modène

1345

7

Jacopo Coluccini

Lucques/Florence

1364-1402

10

Jacopo Zanetini

Padoue

1402

76

Nanne d’Ughetto

Bologne

1396 ca

 ?

Nicola di Liena

Lucques

1418

50

Niccolo Cesi

Trévise

1405

42

Pasquale de Villorba

Trévise

1375

25

Romelio da Brescia

Bologne ?

XIVe, fin

40

Ugolino da Nunzio

S. Vittoria

1408

46

Davino Dini

Lucques

1419

83

TABLEAU B : Personnages morts après 1420

Personnage

Lieu

Date

Livres

Agostino Santucci

Florence

1468

59

Angelo Vasco

Rome

1474

33

Antonio Cermisone

Padoue

1431

59

Antonio Damiani

Naples

1499

31

Antonio Benivieni

Florence

1487

170

Antonio Solimeni

Naples

1486

70

Baldassarre Vemenia

Pavie

1475

10 +

Bartolo di Tura

Sienne

1483

174

Bartolomeo di Pistoia

Pistoie

1433

59

Cristoforo Barzizza

Padoue

1449

71

Gabriele Nicia

Naples

1460

7 +

Giorgio de Missina

Modène

1472

74

Giovanni di Laveno

Milan

1468

8

Giovanni Marcanova

Padoue

1467

517

Giovanni Matteo Ferrari

Pavie

1472

89

Giovanni Michilutti

Venzone (Frioul)

1458

6

Lanzilao de Pisinis

Naples

1477

24

Lorenzo da Bisticci

Florence

1478

71

Lodovico de Stroncone

Pérouse

1484

39

Marco di Pistoia

Pistoia

1476

12 +

Matteo Battiferri

Ferrare/Rome

1497

1 +

Paolo di Nerola

Rome

1470

66

Pietro Leoni

Florence

1492 ?

224

Pietro Tommasi

Venise

1464

132

Simone di Cinozzo

Florence

1477

45

Ugolino Caccini

Florence

1425

102

Notes

1 H. Bresc, Livre et société en Sicile (1299-1499), Païenne, 1971 (Centro) di studi fïlologici e linguistici siciliani, Bollettino, Supplementi, 3). Les cas étudiés par H. Bresc n'ont pas été réexaminés dans notre étude. Nous renvoyons également aux cas étudiés par M.C. Billanovich, « Cristoforo Recanati, artium et medicine doctor (t 1480) : i libri e gli scritti », Quaderni per la Storia dell'Università di Padova, 22 (1989), p. 95-132, par F. et G. Lucchetta, « Un medico veneto in Siria nel Cinquecento », Quaderno di Studi Arabi, 4 (1986), p. 1-56 et par M. Pedralli, « Il medico ducale milanese Antonio Bernareggi », Aevum, 70/2 (1996), p. 307-348, qui n'ont pas été pris en compte dans la présente étude. L’étude récente de T. Pesenti, « Gli inventari della biblioteche dei professori », dans La storia delle Università italiane. Archivi, fonti, indirizzi di ricerca, Triaste, Lint, 1996, p. 251-269, présente un très grand intérêt pour l’analyse de la typologie des documents et offre une abondante bibliographie.

2 A.S. Siena, Diplomatico, 1202, maggio 26.

3 A.S. Siena, Biccherna, vol. 86, c. 105 ; 96, c. 360 ; 108, c. 137 ; 110, c. 98 ; 113, c. 153 ; 114, c. 135 ; éd. L. Garosi, Per la storia della medicina a Siena, Florence, 1968, p. 536-537.

4 A.S. Genova, not. Giovanni di Corsio, Cart. 82, c. 127v ; éd. par G. Petti Balbi, « Il libre nella sociétà genovese del secolo ΧΙII », La Bibliofilia, 80 (1978), p. 40, no 37.

5 Ce personnage est appelé Hugo Hugonis De Anglia dans le document que nous avons pris en considération. Sa collection se compose de neuf livres, contenant uniquement des textes de médecine. Les livres sont légués au fils, Gualffedus, qui doit en prendre possession à l’âge de quinze ans. Le document comporte des descriptions très détaillées du contenu et de l'aspect matériel des volumes. Doc. : A.S. Bologna, Uff. dei Memoriali, Gerardo Dentari, 4 sett. 1294, fol. 31 ; éd. L. Frati, « I codici di un medico inglese del secolo ΧΙII », Il libre e la stampa, 6 (1912), p. 3-4 (l'a. n'a édité que la partie du document qui concerne les livres).

6 Cf. O. Mazzoni Toselli, Racconti storici tratti dall'archivio criminale di Bologna, 3 vol., Bologne, 1866-1876 ; le doc. ei. question est cité p. 85 du t. 3 (éd. en 1876).

7 Voir par exemple la liste de publications concernant les bibliothèques des médecins donnée par A. Garosi, Inter artium et medicinae doctores, Florence, 1963, p. 39-41 ; cf. également H. M. Ferrari, Une chaire de médecine au XVe siècle : un professeur de l'Université de Pavie de 1432 à 1472, Paris, 1899 (réimpr. Genève, Slatkine, 1977). Voir enfin les références aux bibliothèques de médecins réunies par G. Severino Polica, « Libri e cultura scientifica a Roma alla metà del Quattrocento », dans Aspetti della vita economica e culturale a Roma nel Quattrocento, Rome, Ist. di Studi Romani, 1981, p. 151-194 (Fonti e studi per la storia economica e sociale di Roma e dello Stato Pontificio nel tardo medioevo).

8 Ainsi les aspects de la circulation du livre, de la terminologie de sa description, la présence plus ou moins importante de livres en papier, d'imprimés, etc.

9 Sur ces registres, très précieux pour l'histoire économique et sociale, mais aussi culturelle, et leurs caractéristiques codicologiques, cf. A. Petrucci, II libro di Ricordanze dei Corsini (1362-1457), Rome, 1965 (Istituto Storico Italiano per il Medioevo), surtout p. LXII-LXVII. Se reporter également aux récents travaux de G. Ciappelli, « Libri e letture a Firenze nel XV secolo. Le "ricordanze" e la ricostruzione delle biblioteche private », Rinascimento, 29 (1989), p. 274-291 ; Id., Una famiglia e le sue ricordanze. I castellani di Firenze nel Tre-Quattrocento, Florence, Olschki'1995. Il est enfin indispensable de consulter les articles et les indications bibliographiques réunies dans Ldf. Bollettino della ricerca sui libri di famiglia in Italia, éd. par A. Asor Rosa, paru entre 1988 et 1991.

10 Les cotes des documents exploités, ainsi que les références bibliographiques correspondantes sont détaillées dans les notices de l'annexe.

11 Ferrari, Une chaire.., op. cit.

12 Rappelons que la bibliothèque de ce dernier personnage nous est connue grâce à un inventaire beaucoup plus tardif, dressé à la fin du XVIe siècle.

13 Notre personnage note ainsi, dans son livre de raison, à l’année 1364 : « Ricevei lo examine a la publica in loica. Ricevei lo examine a la publica in medicina », à Florence.

14 Il est appelé Magister Georgius de Misina (ou Misnia), medicinae doctoris et grammatice professoris civitatis Mutine. L'hypothèse que ce personnage était d'origine polonaise a été avancée par R. Simonini, « La biblioteca di un dotto medico e grammatico del Quattrocento », Bollettino dell'Istituto Storico dell'Arte Sanitaria, 2 (1929), p. 51-57 et reprise par E.P. Vicini, Notizie sui medici condotti a Modena nel secolo XV, Modène, 1930, mais elle ne nous semble reposer sur aucun indice sûr.

15 En 1390, ce personnage est cité comme docteur en logique et en philosophie ; en 1391 il a obtenu le doctorat en médecine.

16 En 1432 ce personnage était « deputatus ad lecturam loice », en 1439 « deputatus ad lecturam pratice », en 1443 « lector de medicina de mane » à l'université de Pavie.

17 Pour un rappel des grades universitaires, se reporter au livre de Jacques Verger, Les universités au moyen-âge, Paris, PUF, 1973, surtout p. 65-69. Le cas de Naples a été pris en considération dans l'ouvrage de M. Fuiano, Maestri di medicina e di filosofia a Napoli net Quattrocento, Naples, Ed. Scientifica, 1973. En ce qui concerne la situation des étudiants médiévaux, notamment de médecine, il convient de rappeler la pratique du contubemio, ces jeunes logeant chez leurs professeurs et leur versant un loyer, cf. E. Garin, Il pensiero pedagogico dell'Umanesimo, Florence, 1958, p. XX-XXI et note 2. Aussi, les cas de procès intentés aux étudiants accusés d'avoir volé livres et autres objets à leurs maîtres sont-ils nombreux. Songeons, entre autres, à l'exemple de Giovanni del Sarto de Lodi qui, maître ès arts et étudiant en médecine à Bologne logeant chez son professeur, Cristoforo Mingolini de Honestis, fut accusé par ce dernier, en 1391, de lui avoir volé un manuscrit d'Avicenne valant 40 ducats d'or. L'étudiant l'avait ensuite mis en gage pour la somme de 10 ducats ; cf. O. Mazzoni Toselli, Racconti storici estratti dall'Archivio Criminale di Bologna, Bologne, 1866-72, 1872, t. ΙII, p. 181.

18 Un document de 1399, deux ans avant l'inventaire, évoque l'élection de nobilis et sapientis viri magistri Benedicti de Salemo, studentis in medicina, rectoris universitatis dominorum artistarum, medicine, physice et nature ; cf. M.C. Ganguzza Billanovich, « I libri di Benedetto Greco da Salemo », Quaderni per la storia dell'Università di Padova, 7 (1974), p. 1.

19 Ainsi, par exemple, à travers les dénominations des chaires pourvues à la Faculté de médecine de Pavie au XVe siècle, nous avons une idée du mode de déroulement des cours. La lectura médicinal ordinariae avait lieu de mane, de nonis et in festis. Il en était de même de la physique et de la chirurgie. Cf. les considérations d'H.M. Ferrari, Une chaire..., op. cit. (n. 7).

20 A l'université de Pavie, au XVe siècle, cet examen était appelé « examen rigoureux ». On signale une dénomination semblable à Montpellier (points rigoureux) ; cf. D. Jacquart, Le milieu médical en France, Genève, 1981, p. 60 et suivantes.

21 Des pratiques différentes sont cependant à signaler selon les universités. Ainsi à l'Université de Montpellier, dans les Statuts promulgués en 1220, on précisait que la licence suffisait à l'exercice de la profession, mais que la maîtrise (ou doctorat) était indispensable pour l'enseignement. Cf. D. Jacquart, Le milieu..., op. cit., ibid.

22 Cf. l’étude de P. Marangon, « Un 'sermo pro scolari conventuando' del professore di diritto Niccoló Mattarelli, Padova, ca. 1290-1295 », Quaderni per la Storia dell’Univ. di Padova 18 (1985), p. 151-161.

23 J. Verger, Les universités..., op. cit. (n. 17).

24 Ainsi, à l'Université de Naples, au XVe siècle, les questions posées au candidat concernaient certains points choisis de la Physica et des Analitica Posteriora d'Aristote pour la philosophie, et des Aphorismes et des Tegni de Galien pour la médecine.

25 Ainsi, à Bologne, les droits d'examen pour la licence étaient de 60 livres bolonaises, tandis que ceux du doctorat, avec tous ses frais annexes, pouvaient dépasser les 500 livres. J. Verger, Les universités..., op. cit. (n. 7), p. 66.

26 Voir ainsi, par exemple, la description que l'inventaire donne d'un exemplaire du commentaire de Gilles de Rome sur le De anima d'Aristote (inv. no 33) : Item Egidius super secundo et tertio de anima et super libre de generatione et corruptione, in uno volumine...et in cuius folio coopertorii primo, ubi est una manus ab intra depicta, sunt verba ista manu quondam magistri Christophori : Magister Francisce respondite de hoc libre Antonio apothecario tam de libre quam de pecunia si vendideritis, iste liber est heredum magistri Gasparini de Pergamo.

27 Le document confirme que le malade tenait auprès de lui ces registres : ... sub diligenti cura et custodia ne ab ipso dicti libri surriperentur et nec aperirentur vel legerentur cuit viderentur quid in illis vel altero eorum descriptum esset... C'est donc en consultant à l'insu du malade l'un de ces registres qu'Alberto put vérifier son contenu : per modum clandestinum compertum fuit eundem magistrum Johannem in uno ex illis libris propria eius manu suum descripsisse testamentum.

28 Ed. par G. Martellotti, P.G. Ricci, E. Carrara, E. Bianchi, Francesco Petrarca. Prose, Milan-Naples, 1955, p. 710-767.

29 Cette donnée ressort également des recherches d'H. Bresc sur les médecins de Sicile au XVe siècle ; ci. H. Bresc, Livre..., op. cit. (n. 1).

30 Cf. A. Segarizzi, « La corrispondenza familiare d'un medico erudito del Quattrocento », Atti dell'I.R. Accad. delle Scienze, lettere ed arti degli agiati in Rovereto, 13/3-4 (1907).

31 Pour la reconstitution d'une bibliothèque de médecin à partir des manuscrits subsistants, se reporter à l'étude de S. Caroti, I codici di Bemardo da Campagna, Florence, 1990.

32 Cf. S. Rizzo, Il lessico filologico degli umanisti, Rome, 1977.

33 On y précise ainsi, à propos de deux traités d'anatomie, qu'ils avaient « una figura d’una persona, la quai mostra di sè tutte le vene, nervi et altre gionture » (no 120 et 121).

34 Il convient aussi de signaler que la collection de Bartolo di Tura comprenait une dernière section. Composée exclusivement de registres comptables et de livres de raison, cette collection avait été, sans doute à la mort de notre médecin, enfermée dans un sac et déposée auprès du couvent des Gesuati de Sienne.

35 Se reporter au livre de Luciano Gargan, Cultura e arte nel Veneto al tempo del Petrarca, Padoue, 1978.

36 Cf. L. Rocca, Di alcuni commenti alla Divina Commedia composti nei primi vent'anni dopo la morte di Dante, Florence, 1891 ; v. également F. Mazzoni, « La critica dantesca del secolo XIV », Cultura e scuola, 13-14 (1965), p. 285-297.

37 L'apport de l'hermétisme et de l'ésotérisme est cependant beaucoup plus important dans les bibliothèques des médecins siciliens, comme l'a remarqué H. Bresc, Livre..., op. cit. (n. 1), p. 87-88. Sur la géomancie, voir notamment l'étude de P.A. Ziegler, Histoire de la géomantie latine, Paris, 1934 et, plus récemment, T. Charmasson, Recherches sur la technique divinatoire : la géomancie dans l'Occident médiéval, Paris, 1980.

38 Voir surtout E. Garin, « Cultura filosofica toscana e veneta nel Quattrocento », dans V. Branca (sous la direction de), Umanesimo europeo e umanesimo veneziano, Florence, 1963 (Civiltà europea e civiltà veneziana. Aspetti e problemi, 2).

39 Des quarante-deux bibliothèques que nous avons examinées dans cette étude, trente-trois seulement, connues grâce à des documents complets et détaillés, ont pu faire l'objet de quelques sondages de nature quantitative. Elles sont au nombre de quatorze pour les personnages morts avant 1420 et de dix-neuf pour les autres et réunissent un corpus de 2638 volumes, répartis de la manière suivante : 739 pour les personnages de la première tranche chronologique (soit 28 %) et 1899 pour ceux de la deuxième (soit 72 %). Ces premières données permettent déjà d'entrevoir la progression de l'importance des bibliothèques entre la première et la deuxième période. Il n'en est pas de même du choix des disciplines représentées dans les deux parties du corpus. La situation est ici, en quelque sorte, inversée. En effet, sur 29 disciplines représentées dans tout le corpus, 21 (soit 72,4 %) se trouvent déjà dans les bibliothèques de la première tranche chronologique. En somme, entre XIVe et XVe siècle, les collections semblent avoir gardé, à quelques exceptions près, la même configuration. Voici en tout cas la nomenclature des disciplines auxquelles les œuvres présentes dans les bibliothèques du corpus A (XIVe siècle) ont pu être rattachées : Administratifs (livres) ; Alchimie ; Astron./Astrol. ; Bibl./Biblica ; Diction./Encyclopédies ; Géomancie/Arts divin. ; Géométrie ; Grammaire ; Histoire ; Littérature ; Mathématiques ; Médecine ; Religion/Dévotion/Morale ; Pharmacopée ; Philosophie ; Poésie/art poét. ; Rhétorique ; Théologie ; Techniques et sciences appliquées ; Vétérinaire ; Non id. Dans le corpus B (XVe siècle) figurent, outre des œuvres relevant des disciplines précédemment indiquées, des textes pouvant être rattachés aux suivantes : Droit ; Géographie ; Hagiographie ; Liturgie ; Didactique ; Minéralogie ; Musique ; Patristique.

40 Lire à ce propos l'ouvrage ancien, mais encore tout-à-fait stimulant, de R. Cavemi, Storia del metodo sperimentale in Italia, Florence, Civelli, 1891, en particulier le t. 1.

41 Cf. surtout, à ce propos, les considérations d'E. Garin, Scienza e vita civile nel Rinascimento, Bari, Laterza, 1965, en particulier p. XI.

42 C'est-à-dire Biagio Pelacani ; cf. G. Massera, « Contributi ad una bibliografia su Biagio Pelacani da Panna », Aurea Parma, 42 (1958), p. 213-222 ; L. Thorndike, A history of Magic and Experimental Science, IV, 3e éd. New-York, 1960, p. 65-79, 652-662 ; F. Alessio, « Questioni inédite di ottica di Biagio Pelacani da Parma », Rivista di storia della filosofia, 16 (1961), p. 79-110, 188-221 ; G. Federici Vescovini, « Le questioni di "Perspectiva" di Biagio Pelacani da Parma », Rinascimento, 1 (1961), p. 163-243.

43 Sans doute le De proportionibus de Thomas Bradwardine, cf. J. J. Gracia, « Problems of interprétation in Bradwaidine’s Tractatus de proportionibus », Divus Thomas. Commentarium de philosophia et de Theologia, 43 (1970), p. 175-195 et A. Maier, « Der Funktionsbegriff in der Physik des XIV Jahrunderts », ibid., 24 (1946), p. 147-166 ; voir également G. Federici Vescovini, « Due comment ! anonimi al Tractatus Proportionum di Tommaso Bradwardine » Rinascimento, 19 (1979), p. 231-233.

44 Voir sur cette œuvre, S.H. Thomson, The writings of Robert Grosseteste, 1940, p. 108-109 ; C.C. Riedl, Robert Grosseteste on light (De luce), Milwakee (Wisconsin), 1942 (édition avec traduction anglaise) ; J. Mac Evoy, Médiéval Cosmology and Modern Science, Belfast, 1977 surtout p. 91-110.

45 H. Bresc a noté que, dans les collections des médecins siciliens du XIVe siècle, la théologie l'emporte largement sur les ouvrages de piété et d'édification.

46 Cf. pour ces textes B. Smalley, « Some Thirteenth-Century Commentaries on the Sapiential Books », Dominican Studies, 2 (1949), p. 318-355,3 (1950), p. 41-47, 236-274 ; Ead., « Some Latin Commentaries on the Sapiential Books in the Late Thirteenth and Early Fourteenth Centuries », Archives d'histoire doctrinaleset littéraire du Moyen Age, 18 (1951), p. 103-128.

47 L'étude sur la bibliothèque de Giovanni Marcanova de Lino Sighinolfi, citée dans la notice se référant à ce personnage de l'Annexe, comprend l’édition de l'intégralité du testament de Giovanni. On peut voir que des dons avaient été prévus, outre qu'aux chanoines de San Giovanni in Verdara, aux franciscains de San Michèle in Bosco, aux moniales bénédictines du Corpus Do mini etc.).

48 Edition de ces chroniques par S. Bongi, Le cronache lucchesi di Giovanni Sercambi, pubblicate sui manoscritti originali, 3 vol., Lucques, 1892-1893.

49 Outre l'étude de C. Bec, Les marchands écrivains. Affaires et humanisme à Florence (1375-1430), Paris-La Haye, 1967, consulter A. Petrucci, « Le biblioteche antiche », dans Letteratura italiana. Produzione e consume, Turin, Einaudi, 1983, p. 555 et suivantes.

50 Voir à ces propos E. Garin, La disputa delle arti nel Quattrocento, Florence, Vallecchi, 1947, p. X et suiv.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.