Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les élites urbaines et l’histoire de leur ville en Allemagne (XIVe-XVe siècles)

Jean-Marie Moeglin

Texte intégral

  • 1 Sur la société augsbourgeoise au XVe siècle, cf. pour une présentation d’ensemble les contribution (...)
  • 2 Cf. E. Maschke, « Der wirtschaftliche Aufstieg des Burkard Zink in Augsburg », dans Festschrift fü (...)
  • 3 Fait significatif, lorsque Burkard atteint l’adolescence, son père disparaît de la chronique sans (...)
  • 4 Die Chroniken der deutschen Stadte vom 14. Bis in’s 16. Jahrhundert, V, Die Chroniken der schwäbis (...)
  • 5 Présentés p. XLVI-LII de l’édition.
  • 6 Un premier livre raconte d’après la chronique 1368-1406 les événements de l’histoire d’Augsbourg d (...)
  • 7 Sur la chronique de Zink, cf. notamment K. Schnith, Die Augsburger Chronik des Burkard Zink. Eine (...)
  • 8 « Das ganze der Zinkschen Chronik zerfallt in mehrere selbständige Theile, die meistens durch beso (...)

1Burkard Zink, né en 1396 à Memmingen et mort en 1474/75, s’était établi à Augsbourg en 1415, selon ses propres dires. Parti de rien, il était parvenu à bâtir une honnête fortune, comme facteur et commis d’un grand marchand, puis comme marchand à son propre compte et gérant d'un office de la ville ; il n’était certes pas entré dans le premier cercle des élites augsbourgeoises1 (il n’est ni patricien ni membre de la « Herrentrinkstube ») mais faisait tout de même partie de la « Mittelschicht » urbaine2. C’est un homo novus ; du moins c’est ainsi qu’il cherche à se présenter : un citadin pour ainsi dire sans ancêtres ni parents3, qui a su, grâce à son travail, à sa ténacité et à son astuce, conquérir une place honorable dans la société de sa ville d’adoption. A une date difficile à préciser, il a dû prendre l’habitude de rédiger des notices sur les événements dont il était témoin ou dont il entendait parler et sans doute aussi sur sa propre vie ; en même temps, il lui avait été possible de se procurer et de recopier des récits historiques notamment la première chronique d’Augsbourg, un récit racontant les événements de 1368 à 1406. En 1466, il semble avoir entrepris de rassembler en une chronique tous ces morceaux dispersés. Mais par la suite, il continua à faire des notices historiques sans parvenir, semble-t-il, à une version vraiment définitive de sa chronique. Celle-ci a été publiée en 1866 dans le tome V des Chroniken der deutschen Städte4 à partir de trois manuscrits tardifs5. Elle y est divisée en quatre livres6 et ce découpage a été repris par tous les auteurs ultérieurs et est considéré comme remontant à Zink lui-même7 Bien à tort en fait ; car la présentation des manuscrits – il est vrai tardifs – ne corrobore pas cette organisation en quatre livres et les indices allégués à partir du contenu de la chronique ne sont pas plus convaincants8. En réalité, l’œuvre telle qu’elle nous a été conservée est une ébauche à laquelle Zink n’avait pas donné sa forme définitive. Telle qu’elle se présente à nous, c’est un long récit ponctué par des item et un certain nombre de titres de chapitres ; rien de plus.

  • 9 Die Chroniken der deutschen Stadte vom 14. Bis in’s 16. Jahrhundert, IV, Die Chroniken der schwäbi (...)
  • 10 Und ist ze wissen, dass ich Burkhart Zingk diss geschicht, die in den drei sextern, als sich das b (...)
  • 11 Item nun wil ich schreiben ain tail der geschicht, die beschehen sind in diser stat Augsburg, seid (...)
  • 12 Sur cet événement, cf. L’article de F. Blendinger, « Die Zunfterhebung von 1368 », dans Geschichte (...)

2Il reste que quelques indications données par Zink permettent d’entrevoir comment il envisageait lui-même la structuration de son travail. Deux d’entre elles sont à cet égard particulièrement intéressantes. La première se situe à la fin de ce que les éditeurs considèrent comme étant le premier livre, après la dernière notice recopiée (1397/1398) dans la chronique d’Augsbourg 1368-14069, Zink y présente en quelque sorte son œuvre : « Et il faut savoir que moi, Burkard Zink, j’ai recopié et refait cette histoire, telle qu’elle se trouve dans les trois premiers sénions par lesquels le livre commence, à partir d’un autre livre ancien que j’ai également écrit il y a fort longtemps : toutefois, je ne suis pas si vieux que j’aie pu rapporter les morceaux précédents à partir de ma mémoire : je les avais à ce moment recopiés dans un livre ancien ; un vieil homme possédait ce livre et se souvenait de tout ce qui a été précédemment raconté. Mais les événements et passages qui viennent après et qui commencent par "Au nom de Dieu, je commençai à écrire dans ce livre, comment moi Burkard j’ai vécu et je me suis appliqué etc", ce livre, je l’ai écrit jusqu’à la fin moi-même, morceau par morceau comme cela s’est passé et produit, selon ce que j’ai su et vu, et aussi pour la plus grande partie selon ce que j’ai entendu dire, comme on me l'a raconté. Et cette copie et renouvellement ont été faits le mardi après la saint Gui l’an 1466 du Seigneur »10. En écrivant ceci, Zink se situe bien sûr dans la grande tradition des compilateurs médiévaux qui indiquent à leurs lecteurs le moment à partir duquel ce qu’ils écrivent vient d’eux-mêmes et reprend ce qu’ils ont vu ou entendu de témoins sûrs ; mais il fixe aussi une charnière dans son œuvre : jusqu’à 1397/98, il a recopié ailleurs ce qu’il raconte ; après, c’est son œuvre propre (en fait il semble bien avoir également utilisé pour cette partie des sources écrites) : cette césure recoupe aussi le moment de la naissance de Burkard qu’il place lui-même une première fois en 1397, une seconde fois en 1396 ; son récit devient autonome au moment où il vient au monde. La deuxième indication intéressante se situe après le récit de sa vie et se place au début de ce que les éditeurs considèrent comme étant le livre IV11 : « A présent, je veux écrire une partie des événements qui sont arrivés dans cette ville d’Augsbourg, depuis que j’y suis venu ; c’est-à-dire véritablement dans l’année 1415 depuis la naissance de notre seigneur le Christ. J’arrivai alors à Augsbourg et je voulais devenir acolyte... ». Nouvelle césure par conséquent dans son œuvre, 1415 : l’année de sa première arrivée à Augsbourg qui va devenir sa patrie bien aimée. Dans les choix que Zink paraissait ainsi devoir faire quant à l’organisation de sa chronique, on retiendra par conséquent d’abord la date de 1368 comme commencement de sa chronique, c’est-à-dire la date de l’association des Zünfte au pouvoir12 ; ensuite, le fait que c’est une perspective entièrement autobiographique qui devient déterminante : les grands événements de sa vie, sa naissance et surtout son arrivée à Augsbourg, une seconde naissance, lui fournissent les repères à l’aide desquels il compte organiser son récit ; il commence par raconter à partir de sources extérieures ce qui s’est passé de notable entre 1368 et sa naissance ; puis il raconte sa propre vie ; enfin il raconte ce qui s’est passé à Augsbourg depuis qu’il y est arrivé. C’est semble-t-il autour de ce schéma simple que Zink comptait structurer son œuvre même s’il ne paraît avoir conduit cette entreprise à l’achèvement.

  • 13 St.Chr. 5, p. 210. Un catalogue des évêques d’Augsbourg est par ailleurs inséré dans la chronique (...)

3Zink raconte les destinées de la ville en s’identifiant à celle-ci : « nous », wir, uns von Augspurg écrit-il pour parler des habitants d’Augsbourg, hie zu Augspurg « ici, à Augsburg » dit-il pour rapporter des événements augsbourgeois. Toutefois, l’histoire de la ville ne commence véritablement à exister que quand il y arrive et devient lui-même bourgeois d’Augsbourg. C’est en réalité à partir de ce moment qu’il s’identifie avec les destinées de la ville et qu’il les raconte avec le souci de celui qui sait que son aisance laborieusement acquise en dépend, même s’il ne fait pas partie de ceux qui déterminent ces destinées. Il participe étroitement à l’histoire qu’il raconte – tout en la subissant – des crimes spectaculaires et de leur châtiment aux événements de la grande politique, entremêlés parfois à ses propres souvenirs. En revanche, le passé de la ville ne paraît pas l’intéresser ; il n’en raconte, de seconde main, que ce qu’il est nécessaire de savoir pour comprendre l’histoire d’Augsbourg au XVe siècle ; et pourtant il sait que ce passé est ancien et que cette ancienneté a son importance puisqu'elle permet aux Augsbourgeois, comme il l'écrit, de réfuter les prétentions de l’évêque, en expliquant que les droits de la ville lui ont été concédés par des rois et empereurs bien avant qu’il y ait des évêques à Augsbourg : ir freihait, die sie hetten von künigen [und] kaisem herpracht in nutz und in gewör und lenger, dann das bistumb gewert hett13, ce qui montre que Zink connaît probablement la chronique de Sigismond Meisterlin.

  • 14 Sur Ulman Stromer, cf. en dernier lieu la notice de L. Kurras dans Die deutsche Literatur des Mitt (...)
  • 15 Edité dans Die Chroniken der deutschen Städte, 1, Die Chroniken der fränkischen Städte, Nümberg 1, (...)
  • 16 Les passages historiques de la chronique de Stromer seront, mêlés dans les manuscrits à la chroniq (...)
  • 17 St.Chr. l, p. 38.
  • 18 St.Chr. 1, p. 60-67 : Ich Ulman Stromeir hab ervaren, daz meins anherren anher hiess her Gerhart v (...)
  • 19 St.Chr. 1, p.67-70 : Ich Ulman Stromer wardgeborn do man zalt von Krists geburd anno 1329jar...
  • 20 St.Chr. 1, p. 70-74 : ich Ulman Stromeir schreib her nach wer mir gesipp ist uncz an di dritten ge (...)
  • 21 St.Chr. 1, p. 83-98 : Ich Ulman Stromeir schreib hernach alle erberg lewt, di ich erkant hab, die (...)

4Face à Burkard Zink, l'homo novus venu dans la ville comme étranger sans y avoir ni ancêtres ni parents, d’autres bourgeois étaient fiers de citer une longue série d’ancêtres. Ulman Stromer, le patricien de Nuremberg, est de ceux-là14 Né en 1329 et mort en 1407, il a joué un rôle déterminant dans l’histoire de sa ville à partir du milieu du XIVe siècle. Parallèlement à son activité économique et politique importante et en liaison étroite avec elle, il a rédigé un célèbre Püchel, le « Livre de mon lignage et des événements » (le Püchel von meim Geschlechet und von abentewr)15 écrit pour l’essentiel entre 1385 et 1395. L’œuvre (elle se rapproche à certains égards des ricordi italiens tout en ayant eu valeur de chronique nurembergeoise au XVe siècle16) rassemble différentes catégories de notices. On y retrouve en tout cas, comme chez Zink, le mélange entre histoire personnelle et familiale et l’intérêt pour le récit historique sur les destinées urbaines. Stromer parle aussi, même si c’est moins fréquent que chez Zink, de « wir von Nurenberg »17 et s’identifie aussi avec les destinées de sa ville. Les différences, non négligeables, de sa perspective et de celle de Zink viennent d’abord de ce que Stromer ne s’intéresse qu’à la grande politique qu’il a largement déterminée, même s’il ne présente quasiment pas son propre rôle, alors que Zink raconte l’histoire d’en bas et est sensible à tout ce qui est spectaculaire, que cela soit politiquement important ou non ; mais surtout, elles tiennent au fait que dans cette identification entre les destinées d’un individu et celles de sa ville caractéristique de l’approche de Zink, se glisse chez Stromer un intermédiaire, celui du lignage. Pas plus que Zink, Ulman Stromer ne s’efface comme individu agissant mais le rapport à sa ville passe par l’intermédiaire du lignage auquel il appartient. Le début du Püchel est un ensemble parfaitement structuré en trois parties et consacré au lignage des Stromer : la première partie est consacrée à la présentation verticale du lignage agnatique dont descend Ulman Stromer ; il fait remonter ce lignage jusqu’au premier Stromer venu s’installer dans la ville, un ancêtre mythique, « her Gerhart von Reichenbach, ein ritter » qui serait arrivé à Nuremberg vers 120018. Après l’évocation de cette dimension verticale du lignage, la seconde partie19 présente Ulman Stromer lui-même avec sa famille étroite ou plus exactement sa maison, ses épouses successives, les enfants qu’il a eus d’elles et les enfants de ses enfants : c’est en cette maison que le lignage est venu s’actualiser ; mais cette maison reste membre d’une parenté plus large car le lignage s’est actualisé en d’autres cellules familiales ; et la troisième partie présente alors la dimension horizontale de la parenté : ceux qui sont toujours vivants auxquels Ulman Stromer et ses enfants sont apparentés jusqu’au troisième et quatrième degré (mais il ne prend pas en compte la parenté nouée par les épouses)20. L’évocation d’un conflit avec un autre « Geschlecht » au sujet des armoiries au lys qui sont le symbole et le patrimoine commun du groupe, conclut cette partie consacrée au lignage et à la place qu’Ulman Stromer y tient. C’est à partir de là qu’il est possible de s’intéresser aux destinées de la ville, en présentant d’abord les conditions économiques et politiques qui déterminent la prospérité urbaine ; puis en présentant ce que cette ville est véritablement à travers une extraordinaire énumération de tous les membres morts des familles patriciennes que Stromer a connus21 ; enfin en présentant les événements qui ponctuent l’histoire de la grande politique menée par la ville. Le livre se termine alors avec un retour aux affaires économiques propres d’Ulman Stromer (le moulin à papier). Le rapport que Stromer entretient avec l’histoire de sa ville offre donc par rapport à celui de Burkard Zink, à côté d’une parenté structurelle, des différences non négligeables. Mais, là encore, Stromer ne montre pas d’intérêt apparent pour l’histoire ancienne de la ville. L’identification avec les destinées de la ville, un point central de l’historiographie urbaine, se réalise chez Stromer comme chez Zink pour l’histoire contemporaine et non pas pour l’histoire ancienne. Dans le cas de Burkard Zink, cela peut s’expliquer par le fait que celui-ci, homo novus, ne peut et ne veut s’identifier aux destinées de sa ville, à son histoire, qu’à partir du moment où il y arrive ; en ce qui concerne Stromer, on peut faire valoir que le genre du « Hausbuch » n'appelait pas de façon contraignante un retour sur le passé de la ville ; néanmoins, comme Stromer pose explicitement son lignage en intermédiaire entre lui et la ville, et qu'il fait s’établir ce lignage dans la cité à une date beaucoup plus ancienne, on peut peut-être s’étonner davantage de cet intérêt apparemment exclusif pour l’histoire du temps présent.

  • 22 Pour une vue d’ensemble du développement d’une historiographie urbaine dans le Saint Empire, on co (...)
  • 23 Cf. E. Isenmann, Die deutsche Stadt im Spätmittelalter, 1250-1500, Stadtgestalt, Recht, Stadtregim (...)

5Il faut alors se demander si ce fait ne correspond pas à une difficulté de fond de l’historiographie urbaine, telle qu’elle est racontée et voulue par les élites. C’est donc le problème, sous l’angle technique, de la construction d’une histoire urbaine qu’il faut poser22. L’histoire de la ville ne serait-elle racontable qu’à partir du moment, le XIIIe siècle, où le développement de l’autonomie urbaine23 fait qu’on peut l’écrire à partir de l’opposition structurelle entre l’action de wir, die von Augsburg, die von Nürnberg, agissant hie, ici, et l’action de ceux de là-bas ? Essayons par conséquent, pour analyser ce problème, d’aborder très brièvement le cas de différentes villes avant de nous pencher un peu plus longuement sur celui d’Augsbourg.

  • 24 Cf. P. Monnet, « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin d (...)

6Dans la ville d’Empire de Francfort, le développement d’une historiographie urbaine, étudié récemment par Pierre Monnet24, peut être schématiquement retracé ainsi : dans un premier temps, qui se situe dès la première moitié du XIVe siècle, on se préoccupe à la collégiale Saint-Barthélemy qui devient le lieu officiel de l’élection des souverains, de constituer des annales portant sur l’histoire contemporaine, tout simplement parce qu’il faut conserver le souvenir de l’élection des rois et intégrer ces grands événements au reste de l’histoire de la ville. Dans un deuxième temps, au XVe siècle, l’atelier historiographique de Saint-Barthélemy ne reste pas inactif mais ce sont les lignages patriciens, et avant tout les Rohrbach étudiés par P. Monnet, dans leur effort pour identifier les destinées de leur famille avec celles de la ville tout entière, qui se saisissent de cette mémoire francfortoise développée à Saint-Barthélemy et tentent de l’enrichir et de l’instrumentaliser. Mais dans ces travaux historiographiques, l’histoire de Francfort ne commence véritablement qu’au début du XIVe siècle. Ses destinées anciennes restent une zone d’ombre ; seul surnage le « souvenir » de la fondation de la ville par Charlemagne, lié à la légende du cerf (qui donne lieu chaque année à un banquet commémoratif). Il est vrai que cette origine est un élément décisif de la mémoire urbaine car, à Francfort comme ailleurs, la fondation impériale va légitimer le statut et l’indépendance de la ville d’Empire ; mais entre cette fondation et l’époque contemporaine, l’histoire de Francfort reste inconnue. Il faut finalement attendre la deuxième moitié du XVIe siècle pour que, de nouveau à Saint-Barthélemy, avec Johannes Latomus (1524-1598), on assiste à la véritable naissance d’une histoire de Francfort depuis l’origine avec les Acta aliquot vetustiora in civitate Francforturtensi. L’histoire de Francfort s’y trouve racontée de l’origine, 793, à 1519 et cela fournit donc aux patriciens le cadre historiographique dans lequel ils vont pouvoir déployer leurs stratégies parallèles de glorification du rôle impérial de la cité et d’identification de l’histoire de la cité à celle de ses lignages. Il reste que la constitution de cette histoire ancienne de Francfort a été un processus difficile et extrêmement tardif.

  • 25 Cronica s. Petri, éd. O. Holder-Egger, Monumenta Erphesfurtensia saec. XII. XIII. XIV. (MG SS rer. (...)
  • 26 Cf. M. Werner, Die Gründungstradition des Erfurter Petersklosters, Sigmaringen, 1973 ; C. Sauer, F (...)
  • 27 O. Holder-Egger, Monumenta Erphesfurtensia, op. cit. (n. 25), p. 415-416.
  • 28 Ibid., p. 416.
  • 29 Pour l’interprétation de cette chronique, cf. J.-M. Moeglin, « Sentiment d’identité régionale et h (...)
  • 30 Dietrich Engelhus est né à Einbeck en basse Saxe, dans le territoire des ducs de Brunswick à l’his (...)
  • 31 Sur Johannes Rothe et son oeuvre historiographique, cf. la notice de V. Honemann, dans Verfasserle (...)

7A Erfurt, ville thuringienne, théoriquement soumise à l’autorité de l’archevêque de Mayence, devenue indépendante dans les faits sans pour autant accéder au statut de ville libre d’Empire, le développement d’une historiographie urbaine pouvait bénéficier de la présence d’importants monastères soucieux de leur fundatio, notamment le monastère Saint-Pierre. De fait, à Saint-Pierre, on s’était préoccupé dès le XIIe siècle d’écrire l’histoire contemporaine25 mais aussi de retracer les origines glorieuses du monastère prétendument fondé par Dagobert ; cette entreprise culminera, dans la première moitié du XIVe siècle, avec la réalisation de fresques représentant le fondateur Dagobert et les bienfaiteurs du monastère, et l’érection d’une statue de Dagobert placée à l’entrée de l’église26. C’est donc dans ce contexte qu’a dû se mettre en place le récit mythique d’une origine prestigieuse d’Erfurt, telle qu’elle est attestée par exemple par un petit texte difficilement datable, le De origine civitatis Erfordensis27 ; Erfurt avait été fondée par le roi franc Merwig (= Mérovée) fils de Merwig roi des Thuringiens huius tempore Erphesfurt inicium fuit. Idem autem Mervigus primum urbem in monte eiusdem loci construxit, in quo patris sui domus vena tionis fuit28, puis Dagobert construisit un monastère en l’honneur de Saint Pierre. Cette légende d’origine d’Erfurt pouvait ainsi favoriser la naissance d'une véritable histoire urbaine. De fait, le Liber chronicorum erfordensis rédigé sans doute à Erfurt et peut-être à Saint-Pierre vers le milieu du XIVe siècle est une histoire universelle commençant à l’origine du monde mais lorsqu’elle aborde l’époque postérieure au Christ, elle laisse place à une véritable histoire de la Thuringe, des origines fabuleuses à l’époque contemporaine, c’est-à-dire depuis l’ancien royaume de Thuringe détruit par les Francs, jusqu'à l’histoire des landgraves Ludowinger et à la guerre de succession29. Ce n’est donc pas une histoire d’Erfurt mais celle-ci y a sa place avec le récit de la fondation de la ville par Merwig et du monastère par Dagobert et l’évocation des événements politiques qui concernent Erfurt depuis le XIIe siècle. A la fin de la chronique, on trouve même une sorte de petite histoire ecclésiastique d’Erfurt qui énumère toutes les fondations de monastères dans l’histoire de la ville. Ces réalisations historiographiques vont alors permettre à Dietrich Engelhus (1362-1434), à l’époque où il était maître à l’Université d’Erfurt, d'écrire en latin deux petites chroniques d'Erfurt30. Composées à partir des textes historiographiques provenant de Saint-Pierre (Chronica S. Petri, Liber chronicorum), elles commencent avec la fondation en 438 à l’époque de Clovis roi des Francs et de Marcomède roi des Thuringiens, et énumèrent ensuite, sous une forme annalistique, les principaux événements relatifs à Erfurt, tant d’histoire ecclésiastique (les monastères) que d’histoire politique, contenus dans les sources de Saint-Pierre. Etait-ce l’étape décisive vers la création d’une histoire autonome d’Erfurt ? En fait, lorsque l’on recommence à Erfurt à écrire l’histoire de la ville dans la seconde moitié du XVe siècle, on constate que la construction d’une histoire ancienne de la ville non seulement ne va pas au-delà mais reste même plutôt en deçà de ces ébauches. C’est d’autant plus important que, cette fois, ces textes sont écrits en allemand, c’est-à-dire qu’ils s’adressent alors véritablement à un public urbain laïc. Le patricien et plusieurs fois bourgmestre d’Erfurt Hartung Kammermeister († 1467) avait rédigé à la fin de sa vie une chronique et il avait stipulé dans son testament que sa chronique devrait être accessible à tous, dans le chœur de l’église Saint-Georges d’Erfurt ; cela montre bien quelle importance il accordait à cette œuvre comme monument de la conscience urbaine des Erfurtois ; mais, pour raconter les époques anciennes avant son propre temps, il lui avait fallu trouver un substitut à l’histoire d’Erfurt en racontant l’histoire de la Thuringe d’après la chronique universelle thuringienne31. Erfurt disposait par conséquent, comme Francfort, d’une légende d’origine – elle a son importance pour la légitimation de l’indépendance de la ville – mais l’histoire d’Erfurt proprement dite reste à l’état de maigre ébauche. Un véritable retravail des traditions historiographiques constituées à Saint-Pierre d’Erfurt restait à accomplir ; on s’était simplement contenté de rassembler quelques extraits des passages concernant la ville dans d’anciennes chroniques.

  • 32 Cet intérêt pour l'histoire se manifeste par l’insertion de notices à caractère historique portées (...)
  • 33 Les renseignements dont on dispose viennent d’une notice du chroniqueur Detmar au début de sa chro (...)
  • 34 Selon K. Koppman, Detmar aurait d’abord écrit une simple continuation de la Stadeschronik jusqu’en (...)
  • 35 La première est conservée dans un manuscrit de Lubeck du milieu du XVe siècle de la Melleschen Sam (...)
  • 36 Cf. l’édition de L. Weiland dans MGH, Deutsche Chroniken, t. II, Hanovre, 1877.
  • 37 Na sineme dode orlogheden de vorsten van deme lande vertich jar unde langer umme de herschap, de A (...)
  • 38 Sint we der herschap over mere to ende komen sint, so scolle we seggen, wo Romesch rike sich irhov (...)
  • 39 Nach deme male dat wy myd besser kroneken sind komen over mer, so dencke ik van der stat Lubeke, a (...)
  • 40 La version du Ratshandschrift ne comprend pas ce préambule « universel » mais fait commencer la ch (...)

8A Lubeck (fondée en 1143 par le comte Adolf v. Holstein et refondée en 1159 par le duc de Saxe Henri le Lion) on est, semble-t-il, passé au cours de la première moitié du XIVe siècle d’un intérêt d’ordre général pour l’histoire32 à la rédaction d’une véritable histoire de la ville. Il semble qu’elle racontait l’histoire de la ville depuis sa fondation en 1105 par un prince slave du nom d’Henri, à l’époque de l’empereur Henri IV. La ville n’avait donc été fondée ni par un empereur, ni par le comte du Holstein, ni par le duc de Saxe. La chronique suivait ensuite l’histoire de la ville jusqu’au milieu du XIVe siècle en utilisant notamment pour les débuts de ce récit la chronique d’Helmold de Bosau. Malheureusement, la forme exacte qu’aurait prise ce texte est très difficilement déterminable33. En tout état de cause, en 1385, ce travail sur l’histoire de la ville fut repris par le lecteur du couvent franciscain Sainte-Catherine, Detmar. L’initiative immédiate était due à deux membres du conseil de la ville qui voulaient que soit conservée la mémoire d’une conjuration des métiers qui venait d’être réprimée mais Detmar a entrepris d’aller bien au-delà de ce travail de circonstance en retravaillant et en poursuivant l’œuvre de son prédécesseur d’avant la peste noire. Les étapes et les modalités exactes de son travail font là encore l’objet d’hypothèses plus ou moins assurées34. En tout état de cause, sa chronique se présente dans la tradition manuscrite sous la forme de deux versions principales35 et c’est donc à partir de ces deux versions qu’il est possible d’examiner brièvement l’attitude qu'il a eue vis-à-vis de l’histoire de sa ville. La première version considérée comme une chronique universelle lubeckoise se révèle à cet égard extrêmement intéressante. Avant que ne commence l’histoire de la ville proprement dite en 1105, se trouve une copie du prologue de la chronique universelle saxonne36 et surtout du récit que donne la chronique saxonne de toute l’histoire du monde, de la création à la mort d’Alexandre et aux disputes entre ses héritiers. La chronique racontait alors comment certains des soldats d’Alexandre étaient venus en Saxe, en avaient chassé les Thuringiens et s’y étaient établis37. Detmar arrête sa copie de la chronique universelle saxonne à cet endroit : tandis que la chronique passait de son côté à l’histoire de l’empire romain38, il enchaîne directement, en ce qui le concerne, avec l’histoire de Lubeck depuis sa fondation en 110539. Il n’avait donc pas été jusqu’à faire naître Lubeck à l’époque de l’arrivée des héritiers d’Alexandre en Saxe mais il n’en était pas très loin. Mais qu’aurait-il pu raconter sur les destinées de Lubeck entre cette époque et 1105 ? Il valait donc mieux se contenter de suggérer ce recul de la fondation de Lubeck car il aurait été difficile de l’étayer historiquement40. Lubeck disposait incontestablement d’un Herkommen à la fin du XIVe siècle mais même si cette légende de fondation avait sans doute le mérite de faire échapper la ville à une fondation par un empereur (Lubeck est très largement « königsfern »), par un comte du Holstein ou un duc de Saxe, elle ne permettait pas véritablement d’attester une origine et une histoire aussi anciennes que glorieuses, en rapport avec son rang. Detmar (ou ses utilisateurs) avaient eu conscience du problème, avaient entrevu quelques solutions, mais, fondamentalement, pour des raisons techniques, me semble-t-il, ils n’avaient pas pu le résoudre.

  • 41 Sur Ellenhard et son rôle historiographique, cf. D. Mertens, « Der StraBburger EllenhardCodex in S (...)
  • 42 Sa chronique est éditée dans Städtechroniken t. 8, Die Chroniken der oberrheinischen Städte, Straβ (...)
  • 43 La chronique est publiée dans Städtechroniken, t. 8 et 9, Die Chroniken der oberrheinischen Städte (...)
  • 44 Sur la légende de fondation de Trèves, cf. I. Haari-Oberg, Die Wirkungsgeschichte der Trierer Grün (...)
  • 45 Sur cette organisation, cf. H. Schoppmeyer, « Zur Chronik des Strassburgers Jakob Twinger von Koni (...)
  • 46 Dyt boich ys eyne gewisse aveschryffte von der cronike der stat van Straizborch die der ersamen am (...)

9A Strasbourg, la construction d’une identité historique de la ville était un enjeu important depuis la victoire de Hausbergen en 1262 contre l’évêque et l’accession au rang de ville libre d’Empire. C’est cet enjeu qui détermine le développement de l'historiographie strasbourgeoise du bourgeois Ellenhard († 1304), commanditaire d’une vaste compilation de textes historiques41 aux clercs Fritsche Closener (mort entre 1390 et 1395)42 et à Jakob Twinger v. Konigshofen (mort en 1420). C’est chez ce dernier43 que l’on trouve l’effort le plus achevé pour à la fois construire une histoire de la ville depuis ses origines et la coordonner avec l’histoire des papes et des empereurs et l’histoire des évêques. Twinger a divisé sa chronique en six livres : le premier traite de l’histoire du monde des origines à Jules César ; le second traite des empereurs, le troisième des papes ; le quatrième des évêques de Strasbourg ; le cinquième de l’histoire de la ville ; le sixième enfin est un index. L’enrichissement fondamental apporté par Twinger par rapport à ses devanciers concerne la création d’une histoire ancienne de la ville. Dans le cinquième livre qui lui est consacré, il dote en effet sa ville d’une origine glorieuse et antique : elle est une fondation de Trebeta, fils de Semiramis et légendaire fondateur de Trèves, la première ville d’Europe44. De la même façon, la christianisation de Strasbourg date des temps apostoliques : elle est due à Saint Materne, envoyé en Alsace par Saint Pierre ; le christianisme a été ensuite provisoirement éradiqué par les Romains mais la ville y est revenue à l’instigation du roi Clovis. Twinger dotait ainsi Strasbourg de l’origine glorieuse et antique nécessaire à l’affirmation historique de l’identité urbaine. Mais il n’est pas pour autant en mesure de construire une histoire continue de la ville depuis ses origines jusqu’au XIIIe siècle ; la succession des ducs de Souabe (dynastie éteinte depuis longtemps et donc ne présentant plus de danger pour l’autonomie urbaine) lui fournit bien une ébauche de fil directeur mais pas plus ; ce pourquoi, alors que les quatre premiers livres suivaient le plan chronologique adapté à une histoire dont la continuité est assurée, le cinquième livre consacré à Strasbourg est organisé de manière thématique : les grands agrandissements de la ville ; les différents monuments et leur origine ; les grands incendies ; les grands massacres de Juifs45. Le choix de cette histoire éclatée, fragmentaire correspond à mon avis à la nécessité de masquer le fait qu’il n’est pas possible d’écrire une histoire de la ville continue, articulée autour d’un fil directeur autonome. L’histoire de Strasbourg n’existe pas en dehors de sa référence à l’histoire universelle des empereurs et des papes ; elle n’est pas coordonnée avec cette histoire comme peut l’être l’histoire d’un état princier ; elle en est dépendante ; elle perd toute cohérence sans cette référence constante qui seule permet de mettre en valeur les moments d’éclat, dramatiques ou glorieux, d’une histoire de la ville. Aussi intéressant et remarquable que soit l’effort de Twinger v. Königshofen pour doter Strasbourg d’une véritable mémoire urbaine, il n’est pas en mesure de construire une histoire strasbourgeoise coordonnée avec l’histoire du saint Empire mais autonome, comme, à la même époque, différents auteurs le faisaient en Bavière, Autriche ou Thuringe. Le principe de continuité sur lequel toute histoire repose, lui venait non pas d’elle-même mais de l’extérieur, l’histoire des grands empires, l’histoire des papes et même l’histoire des évêques. Le chroniqueur de Cologne Heinrich von Beeck écrivait vers 1470 au début d’une copie de l'œuvre de Twinger que cette chronique était conservée sur l’ordre du conseil de Strasbourg dans la maison de l’Œuvre de la cathédrale « afin qu’ils (=le conseil) puissent ainsi démontrer l’ancienne origine de leur ville »46. Cette création d’une origine illustre de la ville était de fait loin d’être sans importance, mais cela ne doit pas empêcher de voir les limites de la construction historiographique de Twinger v. Königshofen.

***

  • 47 Cf. le récit donné par la Koelhoffsche Chronik dans Städtechroniken 13, die Chroniken der niederrh (...)

10Si l’on fait le bilan provisoire de ces quelques croquis historiques, il me semble que l’on peut constater que les élites urbaines ont eu conscience de la nécessité de légitimer historiquement la place et l’indépendance que la ville revendiquait dans les structures du saint Empire au XVe siècle. Mais tandis que dans les principautés, des chroniques dynastiques et nationales montraient comment depuis des temps immémoriaux l’histoire d’un pays et de son peuple se confondaient avec celle d’une succession ininterrompue de princes, les villes n’étaient pas en mesure de faire de même : la construction d’une mémoire du passé urbain restait techniquement quelque chose d’extrêmement difficile ; on pouvait certes exciper assez facilement d’une origine glorieuse et ancienne mais il manquait un fil directeur pour alimenter et fonder ensuite cette histoire. Il n’était pas possible d’inscrire l’histoire d’une ville dans l’histoire de son conseil urbain ou des familles qui en monopolisaient les places de la même façon que l’on inscrivait l’histoire d’un pays dans l’histoire de ses princes. A Cologne certes, on avait bien fait un pas en cette direction en faisant des lignages dirigeants de la ville aux XIVe-XVe siècles les descendants de lignages romains établis dans la ville par Trajan47, mais entre ces ancêtres et leurs lointains descendants, l'historiographie de Cologne peinait à établir une véritable continuité. La fusion de l’histoire d’une dynastie et de l’histoire d’un pays qui était le ressort fondamental de l'historiographie dynastique et nationale ne pouvait guère fonctionner au profit des lignages urbains.

  • 48 Sur le développement de l’historiographie augsbourgeoise, les travaux de P. Joachimsohn, « Zur stä (...)

11Les stratégies de légitimation des pouvoirs urbains étaient-elles vraiment à la hauteur de celles des princes ? N’y avait-il aucun moyen de pallier ces difficultés ? Pour essayer de répondre à ces questions, examinons un peu plus en détail le cas d’Augsbourg48.

12A Augsbourg, la première histoire urbaine connue sous le nom de « chronique augsbourgeoise de 1368 à 1406 » vaut peut-être surtout par la date choisie pour la faire commencer : 1368. C’est en effet le 30 octobre 1368 que les Zünfte avaient imposé au conseil de la ville leur association au gouvernement urbain ; c’est à partir de cette date qu’il devient possible de s’intéresser à l’histoire de la ville, voire de s’identifier avec elle. Pour le reste, c’est un texte qui est mené de manière annalistique ; le chroniqueur s’intéresse avant tout aux combats des princes et des villes.

  • 49 Editée dans St.Chr. 4, p. 201-241, mais l’édition n’est guère utilisable car l’éditeur a modifié l (...)
  • 50 St.Chr. 4, p. 206.
  • 51 Augspurg die stat ist gestanden mit dem anvang vor Crist gepurt 1129 jaur, und seyder was denn von (...)

13Par la suite cependant, le nouveau régime s’étant affermi, on pouvait penser que les élites anciennes et nouvelles allaient chercher à reconstituer l’histoire de la ville dans son ensemble et dépasser cette coupure de 1368. Il en est bien ainsi, semble-t-il, avec, au début des années 1440, la chronique d’Erhard Wahrhaus et surtout la chronique rimée de Kuechlin. L’effort de Wahrhaus49 pour retracer l’histoire ancienne d’Augsbourg est à dire vrai modeste. La chronique commence avec un rappel de l’histoire biblique Von Adam. Von Adam zeyt biβ Crist geburt ist fünff tusent jaur und hundert jaur und newen und nuntzig jaur...50, puis elle donne quelques éléments de chronologie biblique avant de passer directement au XIIe siècle avec des notices qui ne concernent pas en fait l’histoire d’Augsbourg, celle-ci n’étant véritablement évoquée que pour les événements du XVe siècle. Il s’est cependant glissé dans ce texte une notice isolée concernant l’origine ancienne d’Augsbourg qui montre que le problème commençait à être abordé : Augsbourg aurait été fondée en l’an 1129 avant la naissance du Christ, soit 2572 années avant la rédaction de cette notice51. La chronique de Wahrhaus n’était donc à l’évidence qu’un timide effort pour insérer l’histoire d’Augsbourg dans l’histoire universelle.

  • 52 Sur Küchlin, cf. en dernier lieu la notice de C. Altschäffel dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 1 (...)
  • 53 Sur Peter Egen, cf. H. Boockmann, « Spätmittelalterliche deutsche Stadt-Tyrannen », Blätter für de (...)
  • 54 P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 13, a montré que ce nom a sans doute été choisi p (...)

14C’est en fait le texte de Küchlin Herkomen der stat zu Augspurg52 qui représente véritablement un pas important ; il a sans doute été rédigé vers 1437-1442. Les circonstances de la rédaction sont exposées par Küchlin lui-même, à la fois dans la préface et dans l’épilogue de son poème (et elles sont largement confirmées par Meisterlin). Ein gewaltig man in der stat, c’est-à-dire un homme qui fait partie des élites dirigeantes de la société urbaine, l’a chargé de faire ce travail. Il s'agit de Peter Egen, une des grandes figures de la société augsbourgeoise au XVe siècle53. Il est issu d’une famille de riches marchands, anciennement patricienne mais qui a fait le choix d’entrer dans les Zünfte en 1368 et a donc renoncé à sa qualité de patricien. Egen est membre de la Zunft des marchands. Il est pour la première fois en 1437 bourgmestre de la ville, puis en 1439,1442, 1444, 1447 et 1450. Les souverains, Sigismond, Frédéric III, logent chez lui quand ils vont à Augsbourg. Depuis 1442, il a transformé son nom en Peter von Argoun54. En 1450, il se brouille avec éclat avec le Conseil d’Augsbourg, quitte la ville et avec l’appui de la société des chevaliers à l’écu de Saint-Georges à laquelle il s’est associé, mène un procès contre la ville. Il mourra en 1452 en se rendant à Vienne pour plaider l’affaire devant l’empereur. Selon Burkard Zink qui avait été à son service et qui a longuement raconté l’affaire, il jouissait de la faveur des Zünfte d’Augsbourg, ce qui semble avoir longtemps poussé les membres du Conseil à éviter la rupture. C’est donc Egen, raconte Kuechlin, qui avait chargé un peintre « meister Jörg » (vraisemblablement Jörg Amman) :

Das er daruβ wolt figuriren
und mit gemeld gar schon ziren
dem gewaltigen man sin hus und wend (vers 381-384),

  • 55 Sur Adilbert, cf. la notice de K. E. Geith, dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. 1, col. 63 (...)
  • 56 Cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 10 sq et K. Schnith, « Gründungslegenden », o (...)
  • 57 Ed. A. Hofmeister, MGH SS rer. germ., Hanovre, 1912, p. 140 ; cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. (...)
  • 58 Cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 15. Le Memoriale d'Alexandre v. Roes est édit (...)
  • 59 Cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 16.
  • 60 Cf. R. Hiestand, « "Civis romanus sum" », op. cit. (n. 22), p. 99-100.
  • 61 Le récit de l'affaire chez Zink, St.Chr. 5, p. 198 sq.
  • 62 Da rackten etlich zunftmaister die oren und was in laid, dass sie ain solchen freuntlichen man als (...)
  • 63 Zink fait remonter l'origine de la rupture à un conflit pour une affaire de mariage entre Egen et (...)

15donc de peindre sa maison (dont on sait qu’elle est reconstruite après 1433) à l’extérieur ou à l’intérieur ; et le sujet de ces fresques devait être l’histoire d’Augsbourg. Pour cela, Egen avait confié au peintre un livre latin qui racontait l’histoire d’Augsbourg. Ce livre peut être identifié assez facilement : il s’agit du Prologus in conversionem et passionem beatae Afrae martiris, écrit dans la première moitié du XIIe siècle par Adilbert, prieur du monastère Saint-Ulrich et Afra55. Il y traitait notamment de exordio Auguste civitatis. Adilbert avait luimême repris un texte d’époque carolingienne, l’Excerptum ex gallica Historia56, qui racontait l’anéantissement de trois légions romaines devant Augsbourg. La tradition augsbourgeoise ultérieure avait, comme l'atteste Othon de Freising (tradunt augustenses)57, assimilé ce désastre à celui de Varus. Adilbert reprenait ces fables et y ajoutait en conclusion le fait que Drusus, vengeur de Varus, aurait soumis Augsbourg à l’Empire romain. Le peintre de Peter Egen disposait donc de ce Prologus mais ne le comprenait pas ; d’où sa demande au clerc Kuechhn d’en fournir une traduction allemande. Kuechlin a fait mieux que cette traduction : avant d’en arriver au récit des événements « romains » racontés par Adilbert, il a « inventé » une légende troyenne de fondation d’Augsbourg. Pour cela, il a repris la légende troyenne « allemande » élaborée à la fin du XIIIe siècle par Alexandre de Roes58 et qui devait prouver que les Allemands étaient aussi nobles que les Romains. Un petit-fils de Priam, du nom également de Priam, parvient avec Enée, en passant par l’Afrique, en Italie. C'est là que s'établit Enée mais le jeune Priam passe en Gaule ; il fonde Xanten et Bonn ; les hommes de son armée s'unissent avec les femmes teutonnes qui descendent du géant Teuto. Ils concluent la paix avec les habitants de Trèves et y établissent leur empire. Par ailleurs, il sont qualifiés par Enée et ses hommes restés en Italie de « Germani » puisqu’ils descendent de la même souche. Küchlin reprend tout cela et établit sans faire trop d’effort la liaison avec le récit du prologue d’Adilbert59 : ce sont les descendants de ces nobles Germains qui ont fondé entre le Lech et la Wertach une ville appelée, d’après le nom de leur déesse païenne Zifa, Zifaris ; et il assimile Germains et Souabes : das taten Germani und Swaben. Küchlin avait ainsi établi l'Herkommen d’Augsbourg. A l’initiative de Peter Egen, la ville disposait pour la première fois d’une légende de fondation cohérente. Le rôle joué par Egen mérite d’être commenté : faire peindre ces fresques sur sa maison, n’était-ce pas une manière de s’approprier l’histoire d’Augsbourg60 ? En tout état de cause, il est bien probable que les lignages patriciens devaient craindre d'être dépossédés du passé de la ville. En revanche, Egen, selon Burkard Zink61, pouvait s'appuyer sur les « Zünfte » : lorsqu’il avait fait mine en 1444 de renoncer au droit de bourgeoisie et d’aller s’installer à Ulm, l’émotion avait été considérable chez les maîtres des corporations62. Cette affaire de fresques pourrait bien ainsi faire partie de l’arrière-plan à la brouille spectaculaire qui se produira quelques années plus tard, en 1450, entre Peter v. Argoun et les autres membres du conseil de la ville, plus exactement, semble-t-il, avec les Geschlechter patriciens et les membres non patriciens de la Herrentrinkstube63. Egen meurt dès 1452 mais le procès que la ville aura à soutenir avec ses héritiers ne se terminera qu’en 1459.

  • 64 Sur Meisterlin, cf. en dernier lieu la notice de K. Colberg dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14 (...)
  • 65 Sur Gossembrot, cf. en dernier lieu la notice de F.J. Worstbrock dans Verfasserlexikon, op. cit. ( (...)
  • 66 P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 21.
  • 67 Sur le procès, cf. A. Uhl, Peter von Schaumberg 1424-1469, Kardinal und Bischof von Augsburg. Ein (...)
  • 68 Cf. plus haut.

16C’est précisément dans ces années qu’est rédigée une véritable histoire d’Augsbourg, celle de Sigismond Meisterlin64. Elle est écrite à l’initiative d’un membre influent des familles patriciennes, Sigismond Gossembrot65, et elle repose – c’est en vérité l’essentiel de son apport – sur une réfutation de la version donnée par Küchlin de l’origine d’Augsbourg et la construction d’une nouvelle version de l’origine de la ville. Selon Joachimsohn, l’insatisfaction de Gossembrot devant la version Küchlin venait simplement du fait qu’il voulait une histoire savante, une « gelehrte Geschichte vom Herkommen seiner Vaterstadt »66. L’explication est-elle vraiment suffisante à un moment où le conseil de la ville menait une lutte violente contre les héritiers de Peter Egen ? J’aurais tendance à voir dans la chronique de Meisterlin le résultat d’une volonté de réappropriation par les Geschlechter de l’histoire d’Augsbourg dont ils avaient failli être dépossédés par Egen et peut-être les Zünfte. Il faut par ailleurs aussi prendre en compte le fait que les années 1450 sont celles du grand procès mené contre la ville par l’évêque Peter von Schaumberg (1424-1469), qui cherchait à reprendre les droits perdus par ses prédécesseurs67. Ce procès se termine en 1456, précisément l'année de la rédaction de la chronique de Meisterlin ; or, celle-ci montrait bien, comme le dira plus tard Zink68, que les droits de la ville étaient antérieurs à la fondation de l'évêché.

  • 69 Saint-Ulrich était depuis le milieu du XIIe siècle à l’intérieur des murs d’Augsbourg mais elle ét (...)

17Gossembrot était un représentant important du courant humaniste en Allemagne au XVe siècle ; il a donc cherché pour écrire la chronique un érudit humaniste et l’a trouvé en la personne de Sigismond Meisterlin, moine de Saint-Ulrich-et-Afra. Cet appel à un moine de Saint-Ulrich se justifiait par d’autres raisons. Vers le milieu du siècle, les relations entre le monastère (également soucieux d'échapper à la tutelle de l'évêque) et la ville étaient extrêmement étroites et excellentes69. Dès 1417, Sigismond avait confié à la ville l’arrière-avouerie du monastère. En 1443, Saint-Ulrich avait acquis le droit de bourgeoisie d’Augsbourg et le conseil de la ville a représenté les intérêts du monastère dans différentes affaires en Souabe et en Bavière. De nombreux bourgeois font des dons au monastère au cours du XVe siècle. Or Saint-Ulrich disposait des matériaux à partir desquels l’histoire d’Augsbourg pouvait être écrite ; en effet les moines s’étaient préoccupés depuis longtemps de rédiger la vie des patrons du monastère et d’autres saints augsbourgeois tels que sainte Affra, saint Simpert (évêque de 778 à 807), saint Ulrich, le héros du Lechfeld, dont les tombes reposaient au monastère. La tradition intellectuelle de Saint-Ulrich avait par ailleurs reçu une nouvelle impulsion au XVe siècle avec la pénétration conjointe dans le monastère de la réforme (à partir de Melk en 1441) et de l’esprit humaniste. On peut donc dire que le monastère avait intérêt à une identification de sa propre histoire avec celle de la ville et qu’il disposait d'autre part des traditions historiques et des moyens intellectuels pour mener à bien ce travail.

18La chronique fut offerte dans sa version latine le 20 juin 1456 à Gossembrot. Ce dernier en fut fort satisfait et demanda à Meisterlin de traduire lui-même en allemand son oeuvre pour l’offrir au Conseil d’Augsbourg. La remise eut lieu le 4 janvier 1457 et valut à Meisterlin la somme de 30 florins rhénans. Cette version allemande suit fidèlement la version latine avec comme seule différence importante le fait que le récit s’y arrête à Louis le Bavarois, c’est-à-dire que Meisterlin a volontairement préféré renoncer à traiter de l’histoire contemporaine.

  • 70 Dans la lettre de dédicace à Gossembrot, Meisterlin a lui-même présenté le contenu de ces quatre p (...)
  • 71 Sur les arguments de Meisterlin, cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 27 sq.
  • 72 Cela ne va pas sans problèmes car du premier évêque à Wicteibus sous Pépin, il n’a pu compter que (...)

19L’œuvre est divisée en 4 livres70. La première partie détruit la théorie troyenne de Küchlin71. La seconde partie donne la véridique histoire de la fondation d'Augsbourg : Augsbourg a été fondée par les Vindelici, c'est-à-dire les Souabes, qui sont les fils et héritiers de Japhet ; ils ont eu à subir une attaque des Amazones, au moins 550 ans avant la fondation de Rome et peu de temps avant la destruction de Troie ; le second nom d’Augsbourg est Zisaris, d’après le nom de la déesse païenne Zisa adorée par les Souabes (histoire reprise comme celle des Amazones à l'Historia gallica et au prologue d’Adilbert) ; Meisterlin évoque ensuite un certain nombre d’événements auxquels les Souabes assimilés aux Allemands ont été mêlés (Brennus est un Souabe !). La troisième partie de la chronique raconte le conflit à épisodes avec les Romains – avant tout le désastre de Varus devant Augsbourg pour le récit duquel Meisterlin combine l'Historia gallica avec Suétone — et évoque la succession des empereurs jusqu’à Constantin. La quatrième partie, enfin, traite de la conversion d’Augsbourg au christianisme ; Meisterlin y raconte longuement la vie des grands saints augsbourgeois et reprend la succession épiscopale d’Augsbourg72.

  • 73 « Vorrede », d’après Augsburg, Staats-u. Stadtbibliothek 4° cod Aug 1, fol. 9 r°.
  • 74 …und hon also dise hystory die ich vor in latein gemachett habe zü teutsch bracht ewer fursichtika (...)

20Cette chronique pouvait ainsi servir les intérêts des élites urbaines en légitimant le statut de ville libre d’Empire réclamé par Augsbourg, et en lui permettant de revendiquer un rang éminent parmi les états de l’Empire. De fait Joachimsohn a bien montré la subtilité et l’ingéniosité du travail historique accompli par Meisterlin pour réfuter la théorie de Küchlin et construire sa propre théorie de l’origine, glorieuse et remontant à la nuit des temps, d’Augsbourg. Meisterlin lui-même affirmait qu’il avait construit un monument à la gloire de la ville ; il le disait hautement dans le prologue de l’œuvre et dans la lettre de dédicace adressée au Conseil qu’il avait jointe à la traduction allemande : il avait établi la véridique, prestigieuse et très antique origine de la ville das aliter oder lanng herkomenn der kunigklichenn statt Augspurg und was vonn Zeittenn und zu zeittenn darinn unnd darumb beschehn sei...73 et il avait réalisé sa traduction « pour complaire aux membres du Conseil et pour l'honneur et la mémoire éternelle de cette ville royale et aussi pour le bien commun... Afin que vous [=les membres du Conseil] sachiez pourquoi vous avez à bon droit la préséance sur toutes les autres villes en Allemagne... »74. Quant à Gossembrot, la demande faite à Meisterlin de traduire son œuvre et de l’offrir au Conseil de la ville montrait bien qu’il y voyait – au-delà sans doute d’une réappropriation par les lignages patriciens du passé de leur ville – la démonstration du rang éminent de la ville d’Augsbourg. De fait, la chronique permettait d'établir des points importants pour le statut de la cité :

  • 75 Munich, Clm 1004, fol. 45 v° ; cf. aussi fol. 49 v° : cum de cetero nulla mencio de eorum rebellio (...)

21– D'abord, Augsbourg était une ville dont la fondation remontait à un passé immémorial : elle est avec Trèves la plus ancienne ville fondée en Europe, bien avant Rome. Les habitants d’Augsbourg ont farouchement défendu leur liberté contre les agresseurs pendant de longs siècles, y compris et longtemps avec succès contre les Romains, puisque César lui-même n’a pu les vaincre et qu’Auguste y a subi le célèbre désastre de Varus. Elle a fini par être soumise à l’empire romain sous Drusus et, à partir de ce moment, Augsbourg, Meisterlin y insiste, ayant reçu l’honneur de prendre le nom d’Auguste, est toujours restée fidèle aux empereurs romains : Maiestas hec et quasi quoddam culmen honoris vindelice accessit ut que fuerat Augusta in resistento fieret augustior in adiuvando. Dicta est ergo Augusta ut rex ipso suo vocabulo ostenderet quod Augusto id est romano imperatori deberet quod et fecit sedule. Nam rebellante sepius Germania Suevisque qui magnam partem ut discimus Germaniae occupant, ipsa semper fidelis et stabilis permansit nec defecit ut infra patebit75. D'autre part, l’évêque Ulrich d’Augsbourg avait été le héros de la défense de sa ville et de l’Empire contre les Hongrois.

  • 76 Sur la notion de « religion civique », cf. les Actes du colloque qui s'est tenu sur ce thème sous (...)

22– En second lieu, et ce n'était pas le moins important, par l’intermédiaire de ces grands saints et évêques d’Augsbourg tels que saint Ulrich, mais aussi Alfa, Simprecht, Wicpert et d'autres, la chronique de Meisterlin donnait à l’identité historique de la ville toute une série de figures emblématiques, pères de la ville de leur vivant, patrons célestes après leur mort, parfaitement adaptés à l'essor d'une religion civique76 dans laquelle se réalisait une cristallisation du patriotisme urbain.

23Il reste que si l’on examine sur le plan technique la reconstruction de l’histoire augsbourgeoise réalisée par Meisterlin, on ne peut dissimuler ses imperfections.

24– Il y a une disproportion flagrante entre l’intérêt et la part consacrés à la réécriture de ce qui est finalement l'origo d’Augsbourg comme ville libre d’Empire, et la part consacrée à l’histoire proprement dite d’Augsbourg depuis qu’elle a été conquise par Rome et qu’elle a pris ce nom.

25– Plus grave encore, cette histoire d’Augsbourg depuis son intégration dans l’empire romain est totalement déstructurée. Le récit hésite entre une histoire des empereurs et une histoire des évêques d’Augsbourg, mais la ville elle-même n’existe plus et pour cause, comme entité autonome, comme sujet politique agissant. Certes, la succession épiscopale pourrait dans une certaine mesure apparaître comme le fil directeur autour duquel une histoire d’Augsbourg pouvait se construire, mais il est politiquement bien risqué pour une ville libre (l'exemple de Mayence en 1462 le montrait bien) de chercher dans la succession épiscopale le gage et la référence de la permanence de son entité et de son identité dans l’histoire.

26– Enfin, Meisterlin n’avait pas de goût pour l’histoire contemporaine si bien que lorsqu’il abordait l’époque, le XIVe siècle, où s’affirmait l’autonomie de la ville et où die von Augsburg voire wir devenaient le sujet de l’histoire, sa chronique se réduisait dans la version latine à de maigres notices annalistiques, tandis que dans la version allemande, il préférait carrément renoncer à traiter de l’histoire contemporaine et s’arrêtait à Louis de Bavière.

27La grande « faiblesse » de la chronique de Meisterlin était ainsi qu’entre l'origo de la ville impériale, soigneusement établie, même si c’était avec quelque enflure et un peu trop d’érudition, et l’histoire contemporaine, mal traitée par Meisterlin – mais c'était un défaut auquel on pouvait facilement remédier par des continuations, l’histoire de la ville d’Augsbourg était extraordinairement floue, voire évanescente – quelques moments d’éclat – si l’on ne voulait pas l’identifier à l’histoire des évêques d’Augsbourg. Il manquait à cette histoire un véritable fil directeur permettant de relier la fondation d’Augsbourg à l’époque de wir, die von Augsburg.

28Pour apprécier la place qu’a tenue, à travers sa diffusion manuscrite non négligeable, la chronique d’Augsbourg de Meisterlin comme expression d’une conscience historique urbaine, il me semble par conséquent qu’il faut l’examiner de deux points de vue que je ne sépare que pour des raisons de commodité. D’un côté la chronique de Meisterlin est effectivement une pièce essentielle pour la constitution d’une identité historique urbaine mais peut-être aussi un enjeu « disputé » entre plusieurs groupes et institutions, car cette identité historique n’est pas quelque chose de désincarné ; elle est un instrument que différents groupes et institutions essaient de s’approprier. D’un autre côté, elle est un monument imparfait qui ne correspond pas exactement à ce que devrait être aux yeux des élites urbaines une histoire de la ville et là encore, la tradition manuscrite jusqu’à la première et unique édition permet alors de voir comment on a tenté de « retoucher » l’œuvre pour la faire mieux correspondre à ce modèle idéal.

  • 77 Omnes denique pontifices qui primi et precipui in cathalogo augustensium inveniuntur episcoporum i (...)
  • 78 Merito ergo tum propter vetustatem tum propter sanctorum reliquias locus ab Augustensibus esset ve (...)
  • 79 Seiner wunder zaichen vindt man ain tail geschriben. Aber ir geschehent täglichs so vil das nicht (...)

29En ce qui concerne le premier point, la chronique de Meisterlin comme enjeu « disputé » entre plusieurs institutions et groupes cherchant à se constituer une identité historique, il faut d'abord noter que, écrite par un moine de Saint-Ulrich-et-Afra pour le patricien Gossembrot, la chronique de Meisterlin se situait à l’intersection d’une perspective monastique cherchant à placer le monastère Saint-Ulrich au cœur de l’identité urbaine, afin de justifier les faveurs et la protection que ce monastère recherche auprès des autorités et des élites urbaines, et d’une perspective proprement urbaine, qui utilise le souvenir des grands saints augsbourgeois enterrés à Saint-Ulrich dans la perspective de la religion civique : ces grands saints sont à la fois les emblèmes et les boucliers toujours agissants des libertés et de la prospérité urbaine. Meisterlin avait parfaitement su harmoniser les deux points de vue dans sa chronique, prévenant d’un côté, quelque peu menaçant, ceux qui penseraient pouvoir se dispenser de favoriser le monastère : « tous les pontifes qui sont les premiers et les principaux dans le catalogue des évêques d'Augsbourg paraissent avoir été inhumés dans ce monastère, à savoir Wicpert, Simprecht, Tozzon, Nidgarius, Adalbéron, saint Ulrich. Par les mérites desquels, Dieu ne cesse d'exalter ce monastère par des signes fréquents, rémunérant par une digne récompense ceux qui l'honorent, mais abaissant et confondant ceux qui l'oppriment méchamment »77, mais exaltant d’un autre côté le soutien indéfectible apporté par les saints augsbourgeois à la ville : « Il est ainsi bien juste que les Augsbourgeois fassent honneur à ce monastère, étant donné son âge et le précieux trésor de reliques qu'il contient ; leurs ancêtres lui ont d'ailleurs toujours fait honneur parce qu'ils pensaient et tenaient qu'il était une protection pour toute la ville ; et pour cette raison, ils ont voulu qu'il soit mis à l'intérieur des murs de la ville car, auparavant, il se trouvait à l'extérieur »78 ; et il racontait plus loin une apparition de saint Simprecht à une femme pour lui demander d’aller faire en sorte que ses reliques soient mieux honorées : « parce que saint Ulrich et moi-même, nous sommes constamment en train de prier pour cette ville »79. En liant intimement les destinées du monastère à celles de la ville, la chronique de Meisterlin était donc aussi au service des intérêts du monastère.

  • 80 Hain no 1942, Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke no 2860. Ce texte est souvent considéré à tort co (...)
  • 81 Meisterlin lui-même a contribué à ce travail de promotion de Saint-Ulrich en réutilisant son œuvre (...)
  • 82 Le ms. no 51 de l'Archiv des Bistums (anciennement Qrdinariatsarchiv) d’Augsbourg ; cf. sur ce man (...)

30Mais l’équilibre instauré par Meisterlin entre la perspective « urbaine » et la perspective « monastique » n’a pas toujours été préservé par la suite. La chronique a été plus tard explicitement retravaillée et réutilisée dans une perspective purement monastique, lorsque le monastère, après l’effondrement de la nef en 1474, se trouve dans une situation délicate et a bien besoin du soutien des Augsbourgeois. En témoigne un petit texte allemand (ce point montre bien à qui il s’adresse) imprimé chez Barnier en 148380 : après un bref passage sur l’origine et les noms anciens d’Augsbourg, où l’auteur renvoyait à la chronique de Meisterlin ceux qui voulaient en savoir plus, le texte passait à l’histoire des grands saints de l’histoire augsbourgeoise ; il évoquait leurs sépultures dans le monastère et la redécouverte de leurs reliques. Enfin, il rapportait l'effondrement en 1474 de la nef en reconstruction et terminait avec une longue liste de toutes les reliques présentes à Saint-Ulrich. C’était une claire invitation aux bourgeois d’Augsbourg à contribuer au financement de la reconstruction en leur faisant valoir prioritairement le bénéfice que le salut de leurs âmes en retirerait grâce aux reliques ; l’insistance sur la place du monastère au cœur de l’identité historique de la ville n’était là que pour galvaniser les bonnes volontés et n'avait plus rien à voir avec la glorification du passé illustre d'Augsbourg81. Il faut citer enfin dans la même perspective un manuscrit82 qui est postérieur à 1484 et qui a certainement été écrit à Saint-Ulrich. Il se présente comme un extrait de la chronique allemande de Meisterlin : hie hept sich an ain ufzug von der cronic uber die stat augspurg (fol. 1 r°). Le retravail qu’il fait subir à l’oeuvre renforce l’identification de l’histoire du monastère avec l’histoire de la ville. La chronique ne comprend plus que deux parties : une première partie traite de l’histoire d’Augsbourg païenne (toute la polémique avec Küchlin a été supprimée) ; une seconde partie de l’histoire chrétienne d’Augsbourg pour se terminer avec une histoire (fol. 83 r° sq.) de la réforme du monastère, de la reconstruction de l’abbatiale et la liste des reliques conservées. C’est donc une version de l’histoire d’Augsbourg adaptée à la promotion du monastère Saint-Ulrich, même si ce manuscrit est aussi une histoire d’Augsbourg et a été utilisé comme tel comme j’essaierai de le montrer plus loin.

31La chronique de Meisterlin pouvait être en quelque sorte détournée au service des intérêts monastiques. Elle restait néanmoins un instrument au service des élites urbaines ; l’exemple de Burkard Zink, déjà cité, montre comment on pouvait l’utiliser pour réfuter les prétentions de l’évêque, selon le point de vue des élites dirigeantes attachées à la « liberté » urbaine. On peut cependant se demander si cette chronique, née en partie de la volonté de s'opposer à une tentative d'appropriation du passé de la ville par Peter Egen, n’était pas aussi un enjeu à l’intérieur de la classe dirigeante, et pas seulement une propriété commune de ces élites.

  • 83 Sur Hektor Mülich, cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48) et la notice de W. Alberts (...)
  • 84 Sur Conrad Bollstatter, cf. la notice de K. Schneider dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14.), t. (...)
  • 85 Cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, (n. 48), p. 61.
  • 86 Sur cette tonalité de la continuation de Meisterlin dans le manuscrit de Bollstatter cf. D. Weber, (...)
  • 87 Cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), p. 60.
  • 88 Ibid., p. 174-175.
  • 89 Les miniatures de blasons sont reproduites chez D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), (...)
  • 90 Le même manuscrit donnait aussi une copie de la chronique de Küchlin (fol. 95 r°-103 r°), mais, de (...)
  • 91 Ed. dans St.Chr. 4, p. 267-332.
  • 92 St.Chr. 4, p. 309-310.
  • 93 L'éditeur estime que le seul manuscrit conservé de la chronique pourrait avoir été la propriété d' (...)
  • 94 Contrairement à Ulrich Schwarz et à sa tentative (qui se solde par son exécution en 1478) de donne (...)

32Quelques indices tirés de la tradition manuscrite me paraissent aller en ce sens. Les manuscrits de la chronique, signe de l’importance attachée à l’œuvre, ont été assez fréquemment accompagnés d’un programme de miniatures. Je reviendrai plus en détail plus loin sur ces miniatures, je n'examine pour le moment que la miniature, contenue dans deux manuscrits, représentant l'offre de l'œuvre par son auteur au conseil de la ville. Le premier (Augsbourg, Stadtbibliothek Halder 1) a été réalisé (texte et miniatures) dès 1457 par Hektor Mülich. Mülich83 était un influent marchand augsbourgeois, membre de la Herrentrinkstube et donc du premier cercle de l'élite dirigeante d'Augsbourg, sur un pied d'égalité avec les patriciens ; il avait par ailleurs joué un rôle dans la réception de l’oeuvre par le conseil puisqu’il avait été chargé de remettre à Meisterlin les 30 florins de récompense. Le second (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, cgm 213) est plus tardif ; il date de 1479 (est-il la copie pour cette miniature d’un manuscrit plus ancien ?) et est dû à un personnage, Conrad Bollstatter, à la fois auteur, copiste et enlumineur professionnel, connu aussi par d’autres réalisations84. C’est la miniature de dédicace de ce manuscrit que j'analyserai d'abord, car, bien que plus tardive, elle présente les acteurs de la scène telle que, peut-on penser, elle devrait avoir eu lieu effectivement. A l’aide des blasons placés au-dessus des personnages, on a pu identifier85 de gauche à droite, les patriciens Sigismond Gossembrot, commanditaire de l’œuvre et dont la main droite est posée sur le blason d’Augsbourg, Leopold Langenmantel SP, Ulrich Rehlinger, Barthelemy Welser, Heinrich Langenmantel RR, Ulrich Hofmaier, les membres des Zünfte Gabriel Ridler, Andreas Frickinger et Georg Nördlinger ; soit 6 patriciens, dont Gossembrot normalement installé à la place d’honneur, et 3 membres des Zünfte. Ajoutons encore que dans ce manuscrit, la continuation jointe à la chronique de Meisterlin évoque de manière générale mais très hostile les tentatives des Zünfte pour être associées au pouvoir urbain86. Dans le manuscrit décoré par Hektor Mülich, on a pu identifier87 ainsi, sur la miniature, les 7 membres du conseil qui reçoivent le manuscrit de Meisterlin ; en allant toujours de la gauche vers la droite : le membre des Zünfte mais aussi de la Herrentrinkstube Georg Nördlinger, les trois patriciens Leonhard Langenmantel vom Sparren z. Radau, Heinrich Langenmantel vom RR, Ulrich Rehlinger et les trois membres des Zünfte Gabriel Ridler, Andreas Frickinger et Georg Strauss. Donc la miniature de dédicace de Mülich élimine 3 des patriciens de Bollstatter, dont Gossembrot, ce qui est tout de même bien surprenant, et y ajoute un membre des corporations, Georg Strauss, en portant ainsi à 4 contre 3 la représentation des Zünfte par rapport aux patriciens, alors que ce rapport était chez Bollstatter de 6 patriciens contre 3 membres des Zünfte. Mülich attribue même la place d'honneur à un représentant des Zünfte, Georg Nôrdlinger. Simple hasard ? Le même manuscrit de Mülich donne une présentation neutre de la révolution de 136888, et surtout, il fournit à la fin de la copie de la chronique une suite de miniatures représentant d'une part son propre blason, un cavalier portant le blason de la ville, puis les blasons des lignages membres de la Herrentrinkstube, patriciens et membres des Zünfte confondus, tels qu'ils se trouvaient peints dans la Stube : ano domini 1457, sennd dise nachgeschribne geschlecht auf der trinckstuben gemalt an der taflen gewesen wie sie hernach stend gemalet89. Certes, entre Mülich et un patricien tel que Gossembrot, on ne pouvait guère discerner de différence visible du point de vue du rang social comme de la capacité politique. Et pourtant, on peut se demander si l'ancienne rivalité entre patriciens et membres des Zünfte ne continuait pas à jouer autour de l'appropriation de l'histoire d'Augsbourg. Le manuscrit de Mülich voulait montrer que cette histoire était la propriété commune des membres de l'élite dirigeante, et ceci, me semble-t-il, contre ceux qui auraient voulu réserver aux seuls patriciens le droit de s'identifier avec le passé de la ville. Sur la réalité de cette tendance, on dispose de quelques indices supplémentaires : le manuscrit no 51 des archives de l'évêché d’Augsbourg, une production de Saint-Ulrich-et-Afra déja citée plus haut, contient au fol. 104 v°, par une autre main que celle qui a copié la chronique, une liste des 50 familles patriciennes d’Augsbourg (her nach volgen funfczig geschlecht so man nent die von hem zu Augspurg hie in der stat etc...) disposée sur deux colonnes avec, dans une troisième colonne, quelques considérations concernant notamment les privilèges honorifiques du Bürgermeister issu des Geschlechter90. Enfin, à la fin du XVe siècle, l’auteur anonyme de l’œuvre intitulée Augsburgische Chronik bis 146991, donne comme fondement à son œuvre historique un résumé de la chronique de Meisterlin, j'y reviendrai, et fait un récit de la révolution de 1368 violemment hostile aux métiers92 ; c’était, semble-t-il, un membre des lignages qui était l’auteur de cette chronique93 et qui s’appuyait sur cette chronique de Meisterlin que Mülich avait (vainement ?) tenté d’arracher aux seuls lignages patriciens. Tous ces éléments ne sont certes que des indices, mais ils me semblent tout de, même permettre d’envisager l'hypothèse selon laquelle la chronique de Meisterlin aurait été d’abord l’histoire d’Augsbourg des familles patriciennes. Burkard Zink, qui était très en dessous du rang social de Gossembrot ou de Mülich même s'il en partageait les valeurs politico-sociales94, choisissait quant à lui de faire commencer l’histoire d’Augsbourg en 1368 ; ce n’était sans doute pas un hasard.

  • 95 Von kayser Karl zu Prag und was die weyl zu Augspurg beschechen sey das erst capitel des fünfften (...)
  • 96 Ed. dans St.Chr. 22, p. 1-273.
  • 97 Dans le prologue, il avait même envisagé un sixième livre : Das sechst tayl sagt von dem selben ka (...)

33La chronique de Meisterlin était d'autre part un modèle imparfait d’une histoire d’Augsbourg qui ne pouvait satisfaire parfaitement, pour les raisons énumérées plus haut, ceux qui s’intéressaient à l’histoire de la ville. Mais les remèdes n’étaient pas faciles à apporter car Meisterlin s’était, comme ses émules d’autres villes, heurté aux raisons de fond qui faisaient que l’histoire urbaine, à la différence de l’histoire des principautés, était difficile à écrire. Différents moyens ont cependant été utilisés pour essayer de corriger les plus criants de ces défauts. Le défaut le plus facile à résoudre était l’absence dans la version allemande de la chronique de l’histoire contemporaine alors qu’il s'agissait de la période dans laquelle Die von Augsburg sont les acteurs de l’histoire ; il suffisait donc d’y ajouter une continuation plus ou moins détaillée ; c’est ce qu’ont fait d’assez nombreux manuscrits : ainsi Hektor Mülich, dans le manuscrit déjà cité, avait adjoint à son travail une continuation, un cinquième livre95, allant jusqu’en 1456 et qu’il développera plus tard considérablement dans une chronique allant de 1348 à 1487, elle aussi par conséquent une continuation de Meisterlin96. De même, Bollstatter rééquilibrait au profit de l’histoire contemporaine la chronique de Meisterlin en y découpant un cinquième livre allant de Saint Ulrich et Otton Ier jusqu’à l’empereur Frédéric III97. Dans le manuscrit 51 des archives de l'évêché, ce n’était pas une continuation en bonne et due forme qui prolongeait la chronique, mais une main différente avait ajouté au fol. 105 r° des notices annalistiques sur l’histoire d’Augsbourg aux XIVe-XVe siècles.

  • 98 Cod. Staats-u. Stadtbibliothek Augsburg 4° cod. Aug 1, copié fin du XVe-début du XVIe siècle, fol. (...)
  • 99 Cf. plus haut, n. 91.

34Parallèlement à ce rééquilibrage en faveur de l’histoire contemporaine, quelques manuscrits ont entrepris de réduire la part disproportionnée de l’origo d’Augsbourg dans la chronique de Meisterlin. C’est notamment le cas de ce même manuscrit no 51 des archives de l'évêché d'Augsbourg ; le texte de Meisterlin y a été considérablement allégé par suppression de toute la partie polémique dirigée contre Küchlin. De la même façon, l’imprimé de 1522 a également fait disparaître la polémique contre Küchlin en ne reprenant pas les 8 premiers chapitres, c’est-à-dire l’essentiel du 1er livre de Meisterlin, ainsi que quelques autres longs passages ultérieurs (le 6e chapitre du 2e livre). Restait néanmoins le principal problème de l’histoire d’Augsbourg dans la version de Meisterlin, c'est-à-dire l'impossibilité d'écrire une histoire continue d’Augsbourg, articulée autour d’un fil directeur bien établi, une fois que l’on était sorti de l’époque de l’origo d’Augsbourg, ville libre d’Empire. La succession des évêques pouvait-elle être ce fil directeur ? Un des manuscrits de la chronique le laissait peut-être penser en adjoignant à la chronique de Meisterlin un catalogue des évêques d'Augsbourg jusqu’à l’évêque Friedrich v. Zollern († 1505)98. Quant à la chronique d’Augsbourg jusqu’en 146999, elle s’était efforcée d’organiser l’histoire d’Augsbourg beaucoup plus rigoureusement que ne l’avait fait Meisterlin autour de la succession des empereurs et des évêques de la ville ; mais il est clair que ce n’était pas une solution enthousiasmante pour une ville libre d’Empire.

  • 100 Sur les manuscrits enluminés de la chronique augsbourgeoise de Meisterlin, cf. H. Lehmann-Haupt, S (...)
  • 101 Tel le Cod. S.u. Staatsbibliothek Augsburg 4° cod Aug 1 ; H. Lehmann-Haupt, Schwàbische Federzeich (...)
  • 102 Württembergische Landesbibliothek Stuttgart, Codex HBV 52. ; les miniatures sont reproduites dans (...)
  • 103 C'est l’avis de H. Lehmann-Haupt, Federzeichnungen, op. cit. (n. 100), p. 37 ; les miniatures sont (...)
  • 104 Première mention de die von Augspurg à la date de 1324 : Anno 1324 jar da zugen die von Augspurg m (...)

35Il me semble en fait que ce sont les programmes de miniatures qui ont donné, d'une certaine manière, une solution à ce problème de la continuité de l’histoire d’Augsbourg. Si l’on examine les différents manuscrits comportant des miniatures100, on peut distinguer deux façons de procéder radicalement différentes ; dans certains manuscrits101, l’enlumineur chargé de réaliser la décoration du manuscrit a travaillé de matière parfaitement systématique et sans intelligence particulière : il place au début de chaque chapitre une miniature illustrant le contenu du ce chapitre. L’autre solution, celle qui a été beaucoup plus souvent pratiquée, a consisté à faire une stricte sélection des passages de l’histoire d’Augsbourg qui méritaient une enluminure ; le lecteur qui ne parcourt que la suite des miniatures trouve la chaîne des grandes heures de l’histoire d’Augsbourg ; une histoire ainsi volontairement discontinue et parfaitement adaptée à cette chronique de la ville, également discontinue, que Meisterlin avait écrite. Ce programme iconographique paraît avoir eu très tôt un modèle dans la copie de la chronique que Jôrg Mülich, frère d’Hektor Mülich, a faite de son côté en 1457102 en la faisant enluminer par un artiste inconnu. On retrouve ce programme avec une facture quasiment identique dans le cgm 213 de Bollstatter (avec quelques miniatures supplémentaires sans doute influencées par Hektor Mülich) et en 1522, sous la forme de gravures sur bois, dans l’impression de la chronique par Melchior Ramminger. La série de miniatures d'Hektor Mülich paraît également partiellement inspirée de ce modèle103 tout en contenant quelques miniatures supplémentaires. Cette mise en images de l’histoire d’Augsbourg avait été soigneusement constituée, que ce soit dans sa version « courte », celle de Georg Mülich, ou dans sa version « longue », celle d'Hektor Mülich et de Bollstatter ; seuls les moments d’éclat et les moments cruciaux de l’histoire d’Augsbourg avaient le privilège d’être illustrés ; ainsi le premier livre de Meisterlin, celui de la réfutation de Küchlin, donc un travail purement négatif du point de vue de la construction d’une histoire d’Augsbourg, n’avait droit à aucune miniature ; la première illustration représentait comme il se doit la construction de la ville d’Augsbourg, sans tenir compte du fait que Meisterlin avait rapporté seulement assez tard cet épisode évidemment fondamental dans l’histoire d’une ville. On pouvait ainsi en quelque sorte doubler la chronique de Meisterlin par sa mise en images et gommer le fait qu’Augsbourg n’avait pas d’histoire mais seulement quelques moments d’éclat où la ville surgissait tout armée comme sujet agissant avant de rejoindre le non-être dont elle ne sortirait, cette fois définitivement, qu'au XIIIe siècle. On pouvait même aller plus loin et substituer au texte proprement dit de Meisterlin ce récit en miettes sur le modèle d’un programme de miniatures ; de fait, si l'on regarde de près la Chronique d’Augsbourg jusqu’en 1469, on constate que son auteur a procédé ainsi : la version qu'elle donne de la chronique de Meisterlin n’est pas véritablement un résumé ; c’est, dans l'ensemble, la reprise, mais par le texte cette fois, des épisodes que l’on trouve sur le programme de miniatures inauguré par Jorg Mülich : la construction de la ville, l’attaque des Amazones ; l’adoration de la déesse Zisa ; l’attaque des Souabes contre Rome et la mort héroïque des femmes souabes ; l’attaque de Jules César ; le désastre de Varus ; les Augsbourgeois font leur soumission à Drusus ; la prédication de saint Lucius ; le martyre de sainte Afra. De cette succession des moments d’éclat de l’histoire d’Augsbourg, on passait à une trame chronologique fournie par les empereurs et les évêques d'Augsbourg, et, de là, insensiblement, à une histoire continue de la ville à partir de l’époque, le XIIIe siècle, où celle-ci devenait vraiment possible104.

  • 105 Sur Melchior Ramminger, cf. J. Benzing, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts im deutschen (...)
  • 106 P. 44 r°.
  • 107 Nun das ich dise cronick und historia beschleuβ, so sag ich diβ also es mochi ainerfragen oder im (...)

36C’était une solution élégante et habile ; elle ne réglait tout de même pas complètement sur le fond le problème de la construction d’une histoire augsbourgeoise qui ne semblait pouvoir se faire qu’en inscrivant l’histoire de la ville dans celle de ses évêques et de ses abbés de Saint-Ulrich et Afra, ce qu’avait fait Meisterlin. Le problème était déjà délicat pour les auteurs de la fin du XVe siècle, il devenait franchement insupportable à un moment où la ville paraissait devoir basculer dans le luthéranisme. Or en 1522, l’éditeur Melchior Ramminger, qui réalise la première et restée unique édition de la chronique augsbourgeoise de Meisterlin était un luthérien fanatique spécialisé dans la production de pamphlets violemment anti papistes105. Qu’allait-il faire alors du texte de Meisterlin ? J’ai déjà évoqué plus haut le travail de réorganisation qu’il lui avait subir en coupant les parties érudites et « négatives » pour l’histoire d’Augsbourg et en dotant la chronique d’une série de gravures inspirée du programme iconographique défini par Jörg Mülich dans le manuscrit de Stuttgart. Mais tout cela est doublé par un très important travail de remaniement dans le détail du texte de Meisterlin destiné à lui donner une coloration moins « papiste ». Donnons en quelques exemples ; il supprime toutes les prières aux saints augsbourgeois dont Meisterlin avait truffé son texte et il enlève la plupart des qualificatifs « notre » que Meisterlin employait pour parler du monastère St. Ulrich ; au chapitre 10 du livre III, il coupe une longue justification donnée par Meisterlin de la propriété ecclésiastique ; au chapitre 5 du livre IV, il omet une série d’exemples de punitions infligées à ceux qui avait méfait contre le monastère St-Ulrich ainsi que le passage exaltant les avantages que présentent pour la ville les reliques de saints conservés dans le monastère ; dans le chapitre 8 du même livre IV, il retranche les récits des miracles effectués par les grands saints augsbourgeois enterrés à Saint-Ulrich, Simprecht et Ulrich ; au chapitre 12 du même livre, dans lequel Meisterlin racontait comment les habitants d’Augsbourg avaient voulu s’opposer à ce que l’on leur enlève des morceaux du corps de leurs saints, il commente sobrement en tonnant contre l’obscurantisme des prédicateurs de l’époque : sy waren da zu mal nit bessers underricht von iren predigern ; enfin, dernier exemple, lorsqu’il en arrive au récit fait par Meisterlin des démêlés des empereurs Henri IV et Henri V avec le pape, il rapporte que l'empereur Henri IV a été exommunié non pas « du fait de sa méchanceté » mais « par envie et haine » (auβ neid und haβ), et que lorsque cet empereur doit renoncer à l'Empire, il ne laisse pas aux hommes « un triste exemple » (ain jemerlichs ebenbild) mais le champ libre aux menées du Diable : und lieβ gleich dem teufel sein werck, et lorsque son fils Henri V fait prisonnier le pape, la phrase de Meisterlin : durch böser menschen rett (par le conseil d'hommes méchants), da fieng er mit grosser wirdigkaitt den babst... devient : durch weysser menschen rat (par le conseil d'hommes sages), da fieng er mit grosser tapfferkait den bapst...106. Bref, toute une série de remaniements par lesquels Ramminger tentait d’atténuer la tonalité déplorablement papiste de la chronique de Meisterlin, fût-ce au prix de la mise en cause de la religion civique, mais afin de rendre cette chronique plus présentable et de la conserver comme monument fondateur de l’identité historique augsbourgeoise. Il reste, il faut bien en convenir, que l’histoire d’Augsbourg continuait fondamentalement, même dans l’imprimé de Ramminger, à s’inscrire dans celle de ses évêques et de ses abbés. Ramminger devait bien avoir conscience de cette aporie ; arrivé à la fin de la chronique, il termine l’œuvre par une Beschlussred de son cru et il soulève frontalement le problème qui n’avait probablement pas cessé de le tarauder lui-même : « A présent que je mets fin à cette chronique et histoire, je dois dire quelque chose ; il se pourrait que quelqu’un pose la question ou se demande en lui-même s’il était vraiment nécessaire que j’énumère ici dans l’ordre tant d’évêques et tout particulièrement d’abbés, et également que ce monastère soit si fréquemment cité alors qu'il y a bien d'autres évêchés et monastères dans le pays de Souabe et par ailleurs dans le Reich etc ; [et] quoi qu'il ne soit pas anormal de citer les empereurs dans les chroniques, cela a toutefois été fait de manière inégale et ils n'ont pas été mentionnés tous jusqu'à l’époque présente, car la chronique a été écrite à une date plus ancienne ; voici ma réponse... »107. Ramminger n’apportera en fait pas de réponse à cette question, se contentant de lancer une véhémente tirade contre les évêques de son époque qui ne sont nullement les descendants des apôtres. Lui non plus n’avait pas pu résoudre la loi d’airain d'après laquelle, en dépit de l'attachement des élites urbaines à l’histoire de leur ville, celle-ci n’en était pas moins techniquement fort difficile à reconstruire si l’on voulait qu’elle soit une légitimation de la situation présente.

  • 108 Cf. avec d'autres indications bibliographiques, P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Ve (...)

37On sait que dans le débat sur la Réforme de l’Empire qui atteint sa phase décisive à la fin du XVe siècle, les villes n’ont finalement pas pesé lourd face à l’empereur et aux princes108. J’ai tendance à penser qu’une des raisons de leur rôle effacé a été que leur système de légitimation ne leur permettait pas de traiter d’égal à égal, quelle que soit leur puissance économique, financière et militaire, avec l’empereur et les princes. En tant qu’états de l’Empire, elles n’avaient pas le même rang que les princes.

Notes

1 Sur la société augsbourgeoise au XVe siècle, cf. pour une présentation d’ensemble les contributions rassemblées dans G. Gottlieb, W. Baer et alii, Geschichte der Stadt Augsburg von der Römerzeit bis zur Gegenwart, Stuttgart, 1984.

2 Cf. E. Maschke, « Der wirtschaftliche Aufstieg des Burkard Zink in Augsburg », dans Festschrift für Hermann Aubin, t. 1, Wiesbaden, 1965, p. 235-262.

3 Fait significatif, lorsque Burkard atteint l’adolescence, son père disparaît de la chronique sans que l’on sache ce qu’il est devenu ; une sœur et une belle-sœur jouent un rôle marginal.

4 Die Chroniken der deutschen Stadte vom 14. Bis in’s 16. Jahrhundert, V, Die Chroniken der schwäbischen Stadte, Augsburg, t.II„ Leipzig, 1866 (hg. durch die historische Kommission bei der königlichen Academie der Wissenschaften), p. 1-330 [= St. Chr. 5].

5 Présentés p. XLVI-LII de l’édition.

6 Un premier livre raconte d’après la chronique 1368-1406 les événements de l’histoire d’Augsbourg depuis la révolution des Zünfte en 1368 jusqu’à 1397 ; un second livre raconte une série d’événements s’étendant de 1401 à 1466 ; un troisième est consacré à l’autobiographie de Zink ; un quatrième livre enfin recoupe le second en racontant longuement les événements de la période 1415-1468.

7 Sur la chronique de Zink, cf. notamment K. Schnith, Die Augsburger Chronik des Burkard Zink. Eine Untersuchung zur reichsstadtischen Geschichtsschreibung des 15. Jahrhunderts, Munich, 1958. Id., « Reichsstädtisches Bewusstsein in der Augsburger Chronistik des Spätmittelalters », dans P. Fried, W. Ziegler (sous la direction de), Festschrift für Andreas Kraus zum 60. Geburtstag, Kallmünz, 1982, p. 79-93.

8 « Das ganze der Zinkschen Chronik zerfallt in mehrere selbständige Theile, die meistens durch besondere Einleitungen und Schlussworte bezeichnet sind. Wir werden sie nach Zinks eigenem Vorgang "Bücher" nennen dürfen », St. Chr. 5, p. XIII. En ce qui concerne le premier argument, il est infirmé par les débuts des prétendus premier et deuxième livres qui ne présentent aucune introduction ; une telle « introduction » apparaît bien pour les troisième et quatrième « livres » et donne de fait des indications sur la manière dont Zink a conçu son travail (cf. plus bas) mais cela ne justifie pas que l’on parle de « livres ». En ce qui concerne le terme buech, les éditeurs s’appuient sur le fait qu’en commençant son autobiographie, Zink écrit « In dem namen Gots fach ich an zu schreiben diB nachvolgend besunder buech, wie ich Burkhart Zink » mais le sens que Zink donne ordinairement au terme buech est loin d'être clair ; en tout état de cause, il me semble être normalement celui de de « livre entier » et non pas de « livre comme partie » (cf. par exemple l’utilisation du terme buech dans la citation de la note 10, et p. 330,1.28-29 = fin de la chronique « hie hat das buech ain end/das gott alls zum pesten wend »), et cette phrase pourrait plutôt renvoyer à une première étape du travail de Zink lorsqu’il se mit à rédiger sa chronique de façon autonome. En tout état de cause, lorsque Zink se réfère à un passage antérieur ou postérieur de sa chronique, il ne le situe pas par une indication de livre (« die geschicht und stuck, die hiernach geschriben stand », p. 53 ; « das suech hinden im buech, da findestu, wie er bischoff worden ist, in dem capitel, das also anfacht... », p. 56) ; enfin que Zink ait prévu un livre II et un livre IV qui se recoupent serait tout de même bien surprenant.

9 Die Chroniken der deutschen Stadte vom 14. Bis in’s 16. Jahrhundert, IV, Die Chroniken der schwäbischen Städte (cf. n. 4), Augsburg I, Chronik von 1368 bis 1406, mit Fortsetzung bis 1447, p. 3-125. Sur l’utilisation de la chronique par Zink, cf. l’introduction de l’édition p. ΧΙII sq.

10 Und ist ze wissen, dass ich Burkhart Zingk diss geschicht, die in den drei sextern, als sich das buech anfacht, abgeschriben und erneuert han aus ainem andern alten büechlin, das ich vor disen jaren auch geschriben han ; doch nit also, dass ich so alt sei und der vorgeschriben stück und geschicht selbs gedenk. Ich han es desselben mais auch auss ainem andem buech geschriben, dasselb buech het ain alter man, der gedacht der vorgeschribnen ding aller. Aber die geschicht und stuck, die hiemach geschriben stand, als anfacht : « in dem namen gottes fach ich an zu schreiben in diss buech, wie ich Burgkhart gelept und wes ich mich geniettet han etc. ». Dasselb buech biss an das end han ich alles selb geschriben von weil zu weil, als es dann geschehen ist und sich ergangen hat, nachdem und ich dann gewist und gesehen han und auch den merertail von hörnsagen, dass man mirs gesagt hat. Und diss abschreiben und emewerung ist aussgeschriben am aftermontag nach sant Veits tag, da man zalt nach Cristi unsers lieben herm gepurt 1466 jar (St. Chr. 5, p. 53-54).

11 Item nun wil ich schreiben ain tail der geschicht, die beschehen sind in diser stat Augsburg, seider ich her kommen pin, das ist ungevarlich als man zalt nach Christi unsers lieben herm gepurt 1415 jar. Da kam ich her gen Augspurg und hett willen, ich wolt acolythus worden sein ; also kam ich zu ainem kramer, genant Ulrich Schön, und liess ganz von der schuel, als obgemelt ist (St.Chr. 5, p. 144).

12 Sur cet événement, cf. L’article de F. Blendinger, « Die Zunfterhebung von 1368 », dans Geschichte der Stadt Augsburg, op. cit. (n. 1), p. 150-153.

13 St.Chr. 5, p. 210. Un catalogue des évêques d’Augsbourg est par ailleurs inséré dans la chronique (l’éditeur estime, p. 54-56, qu’il ne faisait pas partie de l’« ursprünglichem Zink »).

14 Sur Ulman Stromer, cf. en dernier lieu la notice de L. Kurras dans Die deutsche Literatur des Mittelalters – Verfasserlexikon, 2e éd., t. 9, col. 457-460, ainsi que U. M. Zahnd, « Einige Bemerkungen su spätmittelalterlichen Familienbüchern aus Nümberg und Bern », dans R. Endres (sous la direction de), Nümberg, Bern, zwei Reichsstädte und ihr Landgebiet..., Erlangen, 1990, p. 7-37.

15 Edité dans Die Chroniken der deutschen Städte, 1, Die Chroniken der fränkischen Städte, Nümberg 1, Leipzig, 1862, p. 1-106 [= St.Chr. 1] (l’édition ne respecte pas l’ordre des chapitres dans le manuscrit) ; cf. aussi L. Kurras, Ulman Stromer : Püchel vom meim geslecht und von abentewr. Teilfaksimile u. Kommentarband, Stuttgart, 1990.

16 Les passages historiques de la chronique de Stromer seront, mêlés dans les manuscrits à la chronique dite de l’époque de Sigismond (Chronik aus Kaiser Sigmunds Zeit), un texte de réference pour l'historiographie nurembergeoise du XVe siècle, cf. J. Schneider, Heinrich Deichsler und die Nümberger Chronistik des 15. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1991, p. 7sq.

17 St.Chr. l, p. 38.

18 St.Chr. 1, p. 60-67 : Ich Ulman Stromeir hab ervaren, daz meins anherren anher hiess her Gerhart von Reichenbach ein ritter

19 St.Chr. 1, p.67-70 : Ich Ulman Stromer wardgeborn do man zalt von Krists geburd anno 1329jar...

20 St.Chr. 1, p. 70-74 : ich Ulman Stromeir schreib her nach wer mir gesipp ist uncz an di dritten gesipp und di noch auf diss zeit leben....

21 St.Chr. 1, p. 83-98 : Ich Ulman Stromeir schreib hernach alle erberg lewt, di ich erkant hab, die bey mein zeiten tod sein, den got genedig sey...

22 Pour une vue d’ensemble du développement d’une historiographie urbaine dans le Saint Empire, on consultera H. Schmidt, Die deutschen Städtechroniken als Spiegel des bürgerlichen Selbstverständnisses im Spätmittelalter, Göttingen, 1958 ; J. B. Menke, « Geschichtsschreibung und Politik in deutschen Städten des Spätmittelalters. Die Entstehung deutscher Geschichtsprosa in Köln, Braunschweig, Lübeck, Mainz und Magdeburg », Jahrbuch des Kölnischen Geschichtsvereins, 33 (1958), p. 1-84, 34-35 (1960), p. 85-194 ; P. Johanek, « Hofhistoriograph und Stadt-chronist », dans W. Haug, B. Wachinger (sous la direction de), Autorentypen, Tübingen, 1991, p. 50-68. Sur le problème plus spécifique des légendes d’origine urbaines, cf. R. Hiestand, « Civis romanus sum – Zum Selbstverstandnis bürgerlicher Führungsschichten in den spätmittelalterlichen Städten », dans P. Wunderli (sous la direction de), Herkunft und Ursprung. Historische und mythische Formen der Legitimation, Sigmaringen, 1994, p. 90-109.

23 Cf. E. Isenmann, Die deutsche Stadt im Spätmittelalter, 1250-1500, Stadtgestalt, Recht, Stadtregiment, Kirche, Gesellschaft, Wirtschaft, Stuttgart, 1988.

24 Cf. P. Monnet, « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du Moyen Age : Francfort et ses chroniques », dans R. Babel, J.-M. Moeglin (sous la direction de), Identité régionale et sentiment national en France et en Allemagne du Moyen Age à l’époque moderne, Sigmaringen, 1996, p. 389-400, et Id., Pouvoirs, affaires et parenté à la fin du Moyen Age : les Rohrbach de Francfort, thèse de l'Ecole des hautes études en sciences sociales, 1994, à paraître chez Droz. Les chroniques de Francfort sont publiées par R. Froning, Frankfurter Chroniken und annalistische Aufzeichnungen des Mittelalters, Francfort sur le Main, 1884. Pour plus de précisions, je renvoie aux travaux de Monnet.

25 Cronica s. Petri, éd. O. Holder-Egger, Monumenta Erphesfurtensia saec. XII. XIII. XIV. (MG SS rer. Germ.), Hanovre-Leipzig, 1899, p. 117-398.

26 Cf. M. Werner, Die Gründungstradition des Erfurter Petersklosters, Sigmaringen, 1973 ; C. Sauer, Fundatio und Memoria – Stifter und Klostergründer im Md 1100 bis 1350, Göttingen 1993, p. 169 sq.

27 O. Holder-Egger, Monumenta Erphesfurtensia, op. cit. (n. 25), p. 415-416.

28 Ibid., p. 416.

29 Pour l’interprétation de cette chronique, cf. J.-M. Moeglin, « Sentiment d’identité régionale et historiographie en Thuringe à la fin du Moyen Age », dans R. Babel, J.-M. Moeglin (sous la direction de), Identité régionale et sentiment national, op. cit., (n. 24), p. 325-363.

30 Dietrich Engelhus est né à Einbeck en basse Saxe, dans le territoire des ducs de Brunswick à l’histoire desquels il s’est également intéressé ; sur Engelhus, cf. la notice de D. Berg, F.J. Worstbrock, dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. II, col. 556-561, et V. Honemann (sous la direction de), Dietrich Engelhus – Beiträge zu Leben und Werk, Cologne-Weimar-Vienne, 1991. Les deux chroniques d’Erfurt sont publiées par Holder-Egger, Monumenta Erphesfurtensia, op. cit. (n. 25), p. 784-788.

31 Sur Johannes Rothe et son oeuvre historiographique, cf. la notice de V. Honemann, dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. VIII, col. 277-285, et en dernier lieu J.-M. Moeglin, « Sentiment d’identité régionale », op. cit. (n. 29). Le clerc d’Erfurt Conrad Stolle (vers 1430-1505) lui aussi auteur d’une chronique (éd. R. Thiele, Memoriale, Thüringisch-erfurtische Chronikyon Konrad Stolle, Halle, 1900) reprend quant à lui la chronique thuringienne de Rothe (écrite à Eisenach entre 1407 et 1418) qui racontait essentiellement l’histoire des maîtres de la Thuringe, des anciens rois aux landgraves contemporains. Tout au plus intègre-t-il dans sa chronique une version remaniée (à l’aide du Liber chronicorum) de la petite chronique d’Erfurt de Dietrich Engelhus, mais, de manière significative, il a été dans l’incapacité de l’intégrer véritablement dans son œuvre et l’a laissée en latin comme une sorte d’excursus à l’intérieur de sa chronique allemande.

32 Cet intérêt pour l'histoire se manifeste par l’insertion de notices à caractère historique portées dans des cartulaires urbains mis en œuvre à la fin du XIIIe siècle par le chancelier Albert de Bardowick et la rédaction en 1322 des Annales Lubicenses, sans doute au couvent franciscain Sainte-Catherine, comme continuation de la chronique d’Albert v. Stade, cf. K. Wriedt, « Die Annales Lubicenses und ihre Stellung in der Lübecker Geschichtsschreibung des 14. Jahrhunderts » DA, 22 (1966), p. 556-586.

33 Les renseignements dont on dispose viennent d’une notice du chroniqueur Detmar au début de sa chronique de 1385 et des analyses faites sur la transmission manuscrite de l’œuvre de Detmar. L’ensemble est fort hypothétique. Selon l’éditeur K. Koppmann dans les Städtechroniken (cf. l'introduction du t. 26, Die Chroniken der niedersächsischen Städte, Lübeck, t. 2, Leipzig, 1899), l’auteur de ce travail serait le Stadtschreiber Johannes Rode qui aurait rédigé deux chroniques, l'une 1105-1276, l’autre 1105-1347 laquelle aurait ensuite été continuée jusqu’en 1349. Selon K. Wriedt, « Geschichtsscheibung in den wendischen Hansestädten », dans H. Patze (sous la direction de), Geschichtsschreibung und Geschichtsbewuβtsein im späten Mittelalter, Sigmaringen, 1987, p. 401-426, il faudrait en fait distinguer le travail historique accompli à la chancellerie de la ville sous la forme d’une suite de notices historiques discontinues et portant sur l’histoire contemporaine, et la rédaction d’une véritable chronique urbaine, la Stadeschronik allant jusqu’en 1347 qui serait due au couvent franciscain de Sainte-Catherine. Les conclusions de Wriedt ne sont cependant pas reprises par B. Hoen, Deusches Eigenbewusstsein in Lübeck : zu Fragen spätmittelalterlichen Nationsbildung, Sigmaringen, 1994.

34 Selon K. Koppman, Detmar aurait d’abord écrit une simple continuation de la Stadeschronik jusqu’en 1386, poursuivie ensuite jusqu’en 1395 par lui-même et retravaillée ; cf. aussi B. Hoen, Deutsches Eigenbewusstsein, op. cit. (n. 33), p. 73.

35 La première est conservée dans un manuscrit de Lubeck du milieu du XVe siècle de la Melleschen Sammlung et est considérée comme une sorte de chronique universelle de Lubeck (Lübeckische Weltchronik) ; la seconde est conservée à la fois dans un manuscrit de Hambourg (Stadt-u. Universitätsbibliothek, cod. hist. 107 ; à partir de 1277, pour la période antérieure, le texte serait celui de la première chronique attribuée à Johannes Rode) et surtout dans le premier tome du Ratshandschrift, manuscrit d’apparat conservé dans les archives de la ville et continué tout au long du XVe siècle par, semble-t-il, les différents Stadtschreiber ; pour tout ceci, cf. en dernier lieu B. Hoen, Deutsches Eigenbewusstsein, op. cit. (n. 33).

36 Cf. l’édition de L. Weiland dans MGH, Deutsche Chroniken, t. II, Hanovre, 1877.

37 Na sineme dode orlogheden de vorsten van deme lande vertich jar unde langer umme de herschap, de Allexander mit groteme arbeide irworden hadde. De tovorden se so sere, dat de herscap gar toginch. De sine todelden sich do unde tovoren in manich lant. Ir quam en del to Prucen unde en del to Ruian. Van deme selven here quamen och de Sassen here to lande unde vordreven och de weldigesten Doringe unde leten de armen sitten, dat se den acker buweden, unde buweden och borghe in dem lande to Sassen (éd. Weiland, p. 78).

38 Sint we der herschap over mere to ende komen sint, so scolle we seggen, wo Romesch rike sich irhove (éd. Weiland, ibid.).

39 Nach deme male dat wy myd besser kroneken sind komen over mer, so dencke ik van der stat Lubeke, antohevende unde vorder mer mede in to bringhende van pawesen, keyseren, vorsten, steden unde heren. Hyr betenget sik de croneke van Lubeke... (Städtechroniken, t.19, Die Chroniken der niedersächsischen Städte, Lübeck I, Leipzig, 1884, p. 124).

40 La version du Ratshandschrift ne comprend pas ce préambule « universel » mais fait commencer la chronique en revanche en 1101 par le conflit entre l’empereur Henri IV et le pape Grégoire VII ; elle renforce ainsi l’intégration de l’histoire de Lubeck dans l’histoire universelle, ce qui était en tout état de cause un des objectifs du retravail de l’histoire de la ville par Detmar.

41 Sur Ellenhard et son rôle historiographique, cf. D. Mertens, « Der StraBburger EllenhardCodex in St. Paul im Lavanttal », dans Geschichtsschreibung und Geschichtsbewusstsein, op. cit. (n. 33), p. 543-580, et la notice du même dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14.), t. 2, col. 501-503. Ellenhard avait combattu à Hausbergen et le Conseil urbain lui avait confié la gestion de l'œuvre de la cathédrale, le monument le plus représentatif de la ville. La compilation historique dont il est le commanditaire et partiellement l’auteur ou l’inspirateur met non seulement en valeur le rôle de Strasbourg et de ses habitants dans l’histoire impériale contemporaine (sous Rodolphe et Albert de Habsbourg) mais aussi réunit les matériaux d’une histoire proprement strasbourgeoise à travers la présence d’une liste des évêques de Strasbourg et d’un récit latin, le Bellum Waltherianum, de la guerre contre l’évêque.

42 Sa chronique est éditée dans Städtechroniken t. 8, Die Chroniken der oberrheinischen Städte, Straβburg 1, p. 1-151, Leipzig, 1870 ; sur Closener cf. F. Hofinger, Studien zu den deutschen Chroniken des Fritsche Closener von Strassburg und des Jakob Twinger von Konigshofen, Dissertation, Munich, 1974, et la notice de G. Friedrich et K. Kirchert dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. 4, col. 1225-1235. Closener traite d’abord de l’histoire des papes (essentiellement sous la forme d’une liste de pontifes) puis de l’histoire des empereurs, puis de l’histoire des évêques de Strasbourg qui culmine dans le récit du Bellum waltherianum retraduit en allemand ; enfin, il en arrive à l'histoire de la ville de Strasbourg elle-même, ainsi volontairement isolée de l’histoire des évêques, mais ce qu’il en rapporte ne remonte pas en deça du XIIIe siècle, c’est à dire de l’histoire contemporaine.

43 La chronique est publiée dans Städtechroniken, t. 8 et 9, Die Chroniken der oberrheinischen Städte, Straβburg 1-2, Leipzig, 1870-1871. Sur Twinger v. Königshofen et son œuvre historique, cf. en dernier lieu K. Kirchert, Städtische Geschichtsschreibung u. Schulliteratur. Rezeptionsgeschichtliche Studien zum Werk von Fritsche Closener u. Jakob Twinger von Königshofen, Wiesbaden, 1993, ainsi que la notice de D. Klein et G. Melville dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. IX, col. 1181-1193.

44 Sur la légende de fondation de Trèves, cf. I. Haari-Oberg, Die Wirkungsgeschichte der Trierer Gründungssage vom 10. Bis 15. Jahrhundert, Berne, Berlin etc., 1994 (pour son utilisation par Twinger, cf. p. 80-86).

45 Sur cette organisation, cf. H. Schoppmeyer, « Zur Chronik des Strassburgers Jakob Twinger von Konigshofen », dans D. Berg, H.-W. Goetz (sous la direction de), Festschrift F.J. Schmale, Historiographia Mediaevalis, Darmstadt, 1988, p. 283-299.

46 Dyt boich ys eyne gewisse aveschryffte von der cronike der stat van Straizborch die der ersamen amptmeyster und rait der stat von Straissborch up unser lyever frawen huys lygen hayt, da myt sy yre stat alt herkummen beweren moegen... (St.Chr. 8, p. 202).

47 Cf. le récit donné par la Koelhoffsche Chronik dans Städtechroniken 13, die Chroniken der niederrheinischen Städte 13, Leipzig, 1876, p. 319 sq. Le thème a des antécédents au XIIIe siècle mais ne se développe véritablement qu’au XVe siècle, cf. W. Herborn, « Bürgerliches Selbstversfändnis im spätmittelalterlichen Köln », dans Festschrift E. Ennen, Die Stadt in der europäischen Geschichte, Bonn 1972, p. 503-506.

48 Sur le développement de l’historiographie augsbourgeoise, les travaux de P. Joachimsohn, « Zur städtischen und klösterlichen Geschichtsschreibung Augsburgs im fünfzehnten Jahrhundert », Alemannia, 22 (1894), p. 1-69 ainsi que Die humanistische Geschichtsschreibung in Deutschland, Heft 1, die Anfänge – Sigismund Meisterlin Bonn 1895 restent fondamentaux ; cf. par ailleurs, K. Schnith, Die Augsburgerchronik des Burkard Zink, op. cit. (n. 7) ; Id., « Reichsstädtisches Bewuβtsein in der Augshurger Chronistik des Spätmittelalters », op. cit. (n. 7) ; Id., « Mittelalterliche Augsburger Gründungslegenden », dans Fälschungen im Mitteladter, t. I, Hanovre 1988 (MGHSchriften, 33), p. 497-517 ; F. L. Borchardt, Germon antiquity in renaissance myth, Baltimore-Londres, 1971 (notamment p. 56-63) ; D. Weber, Geschichtsschreibung in AugsburgHektor Mülich und die reichsstädtische Chronistik des Spätmittelalters, Augsburg, 1984. [J’ai eu connaissance après l’achèvement de cet article de la parution de J. Janota, W. Williams-Krapp (sous la direction de), Literarisches Leben in Augsburg während des 15. Jahrhunderts (Studia augustana – Augsburger Forschungen zur europäischen Kulturgeschichte, t. 9, Tübingen, 1995, dans lequel plusieurs contributions traitent de l’historiographie augsbourgeoise mais n'abordent que marginalement la chronique de Meisterlin].

49 Editée dans St.Chr. 4, p. 201-241, mais l’édition n’est guère utilisable car l’éditeur a modifié l'ordre des notices dans le manuscrit pour rétablir l’ordre chronologique.

50 St.Chr. 4, p. 206.

51 Augspurg die stat ist gestanden mit dem anvang vor Crist gepurt 1129 jaur, und seyder was denn von Crist gepurt biβ her yeczunt, als das geschriben ist, 1143 jaur, tut als piβ auf den tag, als das geschriben ist worden, 2572 jaur. Got von himel helf und frist sy, das sy noch long mit eren stand, amen. Lob sy got und seiner mutter Maria gesagt (St. Chr. 4, p 238) ; cela correspondait en fait, comme l’a montré P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 9 sq, à la date de la destruction de Troie selon Guido de Columna.

52 Sur Küchlin, cf. en dernier lieu la notice de C. Altschäffel dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. 5, col. 407-409. La chronique est éditée dans St.Chr. 4 p. 343-356.

53 Sur Peter Egen, cf. H. Boockmann, « Spätmittelalterliche deutsche Stadt-Tyrannen », Blätter für deutsche Landesgeschichte, 119 (1983), p. 73-91.

54 P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 13, a montré que ce nom a sans doute été choisi par référence aux Argonautes de la légende.

55 Sur Adilbert, cf. la notice de K. E. Geith, dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. 1, col. 63-64 ; le texte a été imprimé à Augsbourg en 1516 par Silvanus Omar dans Gloriosorum christi confessorum Uldarici et Symperti necnon beatissimae martyris Aphrae Augustunae sedis patronorum quam fidelissimorum historiae. Cf. en dernier lieu K. Schnith, « Gründungslegenden », op. cit. (n. 48), p. 504 sq.

56 Cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 10 sq et K. Schnith, « Gründungslegenden », op. cit. (n. 48), p. 501 sq.

57 Ed. A. Hofmeister, MGH SS rer. germ., Hanovre, 1912, p. 140 ; cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 11 et K. Schnith, « Gründungslegenden », op. cit. (n. 48), p. 503.

58 Cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 15. Le Memoriale d'Alexandre v. Roes est édité par H. Grundmann et H. Heimpel, dans MGH, Staatschriften des späteren Mittelalters, Stuttgart, 1958, p. 91-148.

59 Cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 16.

60 Cf. R. Hiestand, « "Civis romanus sum" », op. cit. (n. 22), p. 99-100.

61 Le récit de l'affaire chez Zink, St.Chr. 5, p. 198 sq.

62 Da rackten etlich zunftmaister die oren und was in laid, dass sie ain solchen freuntlichen man also verlieren solten, das wer in ain gross ding, dann er kund es so freuntlich mit den zunftmaister, dass sie im all willig waren, wes er von in begert... (St.Chr., 5, p. 199).

63 Zink fait remonter l'origine de la rupture à un conflit pour une affaire de mariage entre Egen et la famille patricienne des Langenmantel.

64 Sur Meisterlin, cf. en dernier lieu la notice de K. Colberg dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. 6, col. 356-366.

65 Sur Gossembrot, cf. en dernier lieu la notice de F.J. Worstbrock dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14), t. 3, col. 105-108.

66 P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 21.

67 Sur le procès, cf. A. Uhl, Peter von Schaumberg 1424-1469, Kardinal und Bischof von Augsburg. Ein Beitrag zur Geschichte des Reiches, Schwabens und Augsburgs im 15. Jahrhundert, Augsbourg, 1940, p. 175 sq. ; R. Kieβling, Bürgerliche Gesellschafl und Kirche in Augsburg im Spälmittelalter, Augsbourg, 1971, p. 69-70.

68 Cf. plus haut.

69 Saint-Ulrich était depuis le milieu du XIIe siècle à l’intérieur des murs d’Augsbourg mais elle était restée dépendante de l’autorité de l’évêque au spirituel comme au temporel alors que la ville s’était émancipée de l’autorité de cet évêque pour devenir une ville libre d’Empire. Sur les relations entre la ville et Saint-Ulrich, cf. R. Kieβling, Bürgerliche Gesellschafl, op. cit. (n. 67), passim et C. H. Liebhart, Die Reichsabtei Sankt Ulrich und Afra zu Augsburg, Munich, 1982 (Historisches Atlas v. Bayern, Teil Schwaben II/2), p. 137 sq, p. 243 sq.

70 Dans la lettre de dédicace à Gossembrot, Meisterlin a lui-même présenté le contenu de ces quatre parties : Prima tractat de vulgata hactenus opinione quomodo videlicet Augusta tradatur fundata. Secunda meam de eius fundacione ponit opinionem ceterisque gestis usque ad cesarum tempera. Tercia describit eius a Romanis obpugnationem ceteraque acta usque ad divum Constantinum. Quarta que est prolixior ac gestis plenior sanctorum hic quiescentium tangit acta, tempora ac merita, simulque tum pontiflcum tum civitatis seu ccmmunitatis gesta usque ad reverendissimi domini nostri Petri cardinalis tituli sancti Vitalis ac almi presulis augustensium tempora (première version du prologue, clm 1009, fol. 1 v°). Dans la seconde version du prologue, il reprend à peu près la même formulation : Prima itaque divisio disputat de hactenus vulgata opinione, qua traditur Augustenses a Troianis sumpsisse exordium. Secunda declarat meam de eius fundatione oppinionem et que hic gesta sunt usque ad Octaviani tempora, tertia de eius oppugnatione et que vel Auguste vel in Germania usque ad Constantini tempora sunt gesta, quarta vero et ultima tractat de sacratissime fidei exordio et vitam summarie sanctorum Auguste quiescentium, necnon que sub presulilbus sunt gesta usque ad nostra tempora Volo tamen lectorem scire me multa et de in Germania gestis ac nonnulla de Romanorum imperatorum gestis aliaque inseruisse, P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 284.

71 Sur les arguments de Meisterlin, cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 27 sq.

72 Cela ne va pas sans problèmes car du premier évêque à Wicteibus sous Pépin, il n’a pu compter que 128 années d’épiscopat ; c’est une gravis questio qu’il cherche à résoudre en estimant que peut-être tous les évêques n’ont pas été comptés ou que l’évêché n’a pas toujours été occupé, peut-être du fait de l’hérésie arienne. Cf. P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit.. (n. 48), p. 53.

73 « Vorrede », d’après Augsburg, Staats-u. Stadtbibliothek 4° cod Aug 1, fol. 9 r°.

74 …und hon also dise hystory die ich vor in latein gemachett habe zü teutsch bracht ewer fursichtikait zu gefallen und diser kunigklichen statt zu ainer ewigen ere und gedachtnusse und ouch zu ainem gemainen nutze. Dann on zweyfel darinn manigerlaÿ gefunden wirtt das zu unsem zeitten an das liecht nicht kommen noch pracht ist worden ; darumb fursichtigen weisen lieben hem Burgermayster alle rauttgeben hatt mich bedeucht pillich sein solichs in ewer bekanntnuss ze pringen zu dem ersten darumb das ir wisst warumb irpillich den vorgang habt gar nahent vor allen andern stetten inn teutschen lannden, auch darumb das ewer weyshait wol zympt alle zeytt gemainen nutze zu furdern und ere und lob diser statt begeren, darumb so bitt ich ewer weisshait... (Lettre de dédicace d'après Munich, Bayer. Staatsbibliothek, cgm 213, fol. 10 r°-v° ; cf. aussi P. Braun, Notitia historico – literaria de codicibus manuscriptis...., t. ΙII, 1793, p. 68). Les 30 florins qu’il reçoit lui sont d’ailleurs versés unb das buch der statt herkommens. Cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), p. 62, n. 92.

75 Munich, Clm 1004, fol. 45 v° ; cf. aussi fol. 49 v° : cum de cetero nulla mencio de eorum rebellione fiat ; fol. 55 v° : quod nullibi me legisse recordor Vindelicam contra rem publicam usque ad illa tempora quicquam machinasse.

76 Sur la notion de « religion civique », cf. les Actes du colloque qui s'est tenu sur ce thème sous la direction d'A. Vauchez à l'Université de Paris X-Nanterre en juin 1993 : La Religion civique à l'époque médiévale et moderne, Rome, 1995.

77 Omnes denique pontifices qui primi et precipui in cathalogo augustensium inveniuntur episcoporum in illo monasterio humati videntur, scilicet Wicpertus, Simpertus, Tozzo, Nidgarius, Adelbero, Sanctus Udalricus. Quorum meritis deus crebris hunc locum signis attollere non cessat, eos digna mercede remunerons qui honorant, illos vero deprimons ac confundens qui nepharie molestant (Livre V, chap. 4, Clm 1009, fol. 66 r°).

78 Merito ergo tum propter vetustatem tum propter sanctorum reliquias locus ab Augustensibus esset venerandus quod eorum antecessores fecerunt qui munitionem quasi civitatis locum istum arbitrantes ipsum intra urbis menia complecti voluerunt, cum prius extra urbem esset positus ut postea patebit (Munich, clm 1004, fol. 66 v°, ch. 4 du livre 4) ; So ist wol pillich daz die augspurger disem Gotzhauss ere erzaigen, angesehen sein aliter und den costperlichen schatze des hailigtumbs darinn behalten ; es habent auch Ir Elltern Im ere beweist wann sie maintent und hieltent es were ain schirm der gantzen statt und umb solichs so wolltent sie das er innerthalb der maure wirde begryffen wann es vor zeytten ausserhalbe der statt gelegen ist als ich hernach sagen wurde (Munich, cgm 213, fol. 144 r°-144 v°, ch. 5 du livre IV).

79 Seiner wunder zaichen vindt man ain tail geschriben. Aber ir geschehent täglichs so vil das nicht müglich ist sie alle ze mercken. [ce qui suit se trouve uniquement dans la version allemande] Doch so muss ich aines hie verkunden das nicht zympt zuverschweygen. Es fugt sich ains mals das sont Sympracht ainerfrawen erschaine und sprach zu Ir : « gang hin zu dem pryor inn dem closter und sag im das er gedenck das meinenm gepaine mer und grôsser ere erpotten werde, wann sont Ulrich und ich seyen stättigs pitten fur dise statt vor dem anplick des allmachtigen gotz » (Munich, Cgm 213, fol. 155 r° ; cf. aussi Augsbourg, S-u. SB, cod. Aug. 1, fol. 210 r°-v°). La source de Meisterlin est la vie allemande de Simprecht : auch sag Hainrico dem prior das er schaff das meinem gepain grôsser reverentz erpoten und mir erzaygt werd wenn bisher geschehen ist wann ich und sont Ulrich pitten stäticlich für die stat vor dem angesicht des Herren (Munich, cgm 402, daté de 1456-1457, fol. 55 v°-56r° ; cgm 751, daté de 1454, fol. 77 r°-77 v°) ; Le cgm 402 et le cgm 751 proviennent de Saint-Ulrich-et-Afra (cf. P. N. Bühler, Die Schriftsteller und Schreiber des Benediktinerstiftes St. Ulrich und Afra in Augsburg wahrend des Mittelaters, Boma-Leipzig, 1916, p. 52-54 et K. Schneider, Die deutschen Handschriften der bayerischen Staatsbibliothek München, t. V/3, Wiesbaden, 1973, t. V/5, Wiesbaden, 1984) ; on notera que le cgm 402 pourrait avoir appartenu à Sigismond Gossembrot, cf. en dernier lieu B. Schnell, Thomas Peuntner « Büchlein von der Liebhabung Gottes » – Edition und Untersuchung, Munich, 1984, p. 187. La reprise de ce passage est doublement intéressante ; d'abord parce qu'elle représente une addition de Meisterlin dans sa version allemande par rapport à la version latine, sans doute à mettre en relation avec le fait que la traduction allemande de la vie de saint Simprecht venait d'être effectuée ; ensuite parce que le miracle rapporté racontait, dans la version latine, comment le saint était apparu en rêve à une mulier honestae vitae pour l'inviter à réparer une faute qu'elle avait faite en déplaçant des cierges offerts au saint, et le saint avait ajouté : praeterea dic Heinrico Priori, ut meliorem reverentiam ossibus meis statuat exhiberi, quia ego et sanctus Udalricus in conspectu Dominipro isto loco jugiterpreces effundimus (B. Pez, Thesaurus anecdotorum novissimus..., t. ΙII, pars ΙII, Augsbourg,, 1721, col. 363) ; or la vie allemande a traduit pro isto loco (= « pour ce monastère ») par fiir die stat, c'est-à-dire « pour la ville ». D'où l'intérêt de Meisterlin pour ce passage qui fait explicitement des deux saints les protecteurs de la ville ; il le reprend en laissant de côté ce qui était l'histoire proprement dite, l'affaire des cierges. On notera par ailleurs que, dans le Munich, cgm 3842, un manuscrit (peut-être de 1466-1467 ; cf. la description du ms. dans K. Schneider, Die deutschen Handschriften der bayerischen Staatsbibliothek München, t. V/3, Wiesbaden, 1991) qui donne une brève version allemande de la vie de saint Simprecht suivie de la liste de ses miracles, cet exemple est également repris en dehors de son contexte et la transformation est encore plus accentuée puisque le pro isto loco devient fur dise statt Augspurg (fol. 1 v°). Ce manuscrit ne peut être la source de Meisterlin dans sa chronique car le récit de l’affaire ne contient pas vor dem angesicht des herren qui se trouve dans les cgm 402 et 751 et qui se retrouve chez Meisterlin sous la forme vor dem anplick des allmächtigen gotz, mais il est peut-être lié aux textes consacrés ensuite par Meisterlin à saint Simprecht. Il est par ailleurs la source de l'imprimé de 1483 chez Bämler (cité note 80), fol. 11 r°.

80 Hain no 1942, Gesamtverzeichnis der Wiegendrucke no 2860. Ce texte est souvent considéré à tort comme un extrait de la chronique de Meisterlin.

81 Meisterlin lui-même a contribué à ce travail de promotion de Saint-Ulrich en réutilisant son œuvre pour rédiger en 1483 – alors qu’il était installé à Nuremberg – un Chronicon ecclesiasticum consacré à l’histoire du monastère, et surtout en écrivant en 1484 son Index monasterii SS. Udalrici et Afrae ; toutefois ces textes rédigés en latin à l’initiative de l’abbé de Saint-Ulrich s’adressaient vraisemblablement plus à la communauté qu’à l’extérieur.

82 Le ms. no 51 de l'Archiv des Bistums (anciennement Qrdinariatsarchiv) d’Augsbourg ; cf. sur ce manuscrit B. Kraft, Handschriften der bischöflichen Ordinariatsbibliothek in Augsburg 1934, no 14, p. 46-47.

83 Sur Hektor Mülich, cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48) et la notice de W. Alberts dans Verfasserlexion, op. cit. (n. 14), t. 6, col. 738-742.

84 Sur Conrad Bollstatter, cf. la notice de K. Schneider dans Verfasserlexikon, op. cit. (n. 14.), t. 1, col. 931-933.

85 Cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, (n. 48), p. 61.

86 Sur cette tonalité de la continuation de Meisterlin dans le manuscrit de Bollstatter cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), p. 179. Meisterlin lui-même n'avait consacré dans sa chronique latine qu'une notice sèche et, semble-t-il, peu favorable à la révolution de 1368 : Sequentique tempore suburbana versus ecclesiam sancti Jacobi concremata fuere a quodam nobilista de Villenbach et sexagesimo octavo anno ceperunt Augustenses habere scabionatus, facta prius seditione sicque iuramento ratificaverunt ordinata (Munich, clm 1009, fol. 99 r°).

87 Cf. D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), p. 60.

88 Ibid., p. 174-175.

89 Les miniatures de blasons sont reproduites chez D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), n 96-104.

90 Le même manuscrit donnait aussi une copie de la chronique de Küchlin (fol. 95 r°-103 r°), mais, de façon significative, il en avait retranché tout ce qui concernait Peter Egen (la contradiction avec le texte antérieur était par ailleurs en bonne partie gommée par le fait que, dans le texte de Meisterlin, toute la partie polémique contre Küchlin avait été supprimée).

91 Ed. dans St.Chr. 4, p. 267-332.

92 St.Chr. 4, p. 309-310.

93 L'éditeur estime que le seul manuscrit conservé de la chronique pourrait avoir été la propriété d'un membre de la famille patricienne Ilsung (p. 277).

94 Contrairement à Ulrich Schwarz et à sa tentative (qui se solde par son exécution en 1478) de donner le pouvoir aux métiers.

95 Von kayser Karl zu Prag und was die weyl zu Augspurg beschechen sey das erst capitel des fünfften buchs. Das hat der Meysterlin nit gemacht, D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), p. 263.

96 Ed. dans St.Chr. 22, p. 1-273.

97 Dans le prologue, il avait même envisagé un sixième livre : Das sechst tayl sagt von dem selben kayser Fridrichen furo ausshin in künfftig zeitt ; P. Joachimsohn, Meisterlin, op. cit. (n. 48), p. 87, estime qu’il comptait reprendre la partie prophétique de la Reformatio Sigismundi. La continuation de Bosstastter est publiée par P. Joachimsohn, « Zur städtischen », op. cit. (n. 48), p. 49 sq.

98 Cod. Staats-u. Stadtbibliothek Augsburg 4° cod. Aug 1, copié fin du XVe-début du XVIe siècle, fol. 263 v°-278 v° ; tous les évêques sont de plus représentés par des médaillons.

99 Cf. plus haut, n. 91.

100 Sur les manuscrits enluminés de la chronique augsbourgeoise de Meisterlin, cf. H. Lehmann-Haupt, Schwäbische Federzeichnungen. Studien zur Buchillustration Augsburgs im XV. Jahrhundert, Berlin-Leipzig, 1929, notamment p. 34-48.

101 Tel le Cod. S.u. Staatsbibliothek Augsburg 4° cod Aug 1 ; H. Lehmann-Haupt, Schwàbische Federzeichnungen, op. cit. (n. 100), p. 43 sq. et p. 212-219, a montré qu'une série à présent lacunaire et dispersée dans différentes bibliothèques de miniatures renvoie originellement à un manuscrit (dû à un certain Conrad Vaihinger en 1490) inspiré du 4° cod Aug. 1 ou de son modèle.

102 Württembergische Landesbibliothek Stuttgart, Codex HBV 52. ; les miniatures sont reproduites dans H. Lehmann-Haupt, Federzeichnungen, op. cit. (n. 100) et D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), no 105-117.

103 C'est l’avis de H. Lehmann-Haupt, Federzeichnungen, op. cit. (n. 100), p. 37 ; les miniatures sont reproduites dans H. Lehmann-Haupt, ibid., et D. Weber, Geschichtsschreibung, op. cit. (n. 48), no 73-104.

104 Première mention de die von Augspurg à la date de 1324 : Anno 1324 jar da zugen die von Augspurg mit kaiser Ludwig fur Burgaw das schlos... (St.Chr. 4, p. 307).

105 Sur Melchior Ramminger, cf. J. Benzing, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts im deutschen Sprachgebiet, Wiesbaden, 1963, p. 16.

106 P. 44 r°.

107 Nun das ich dise cronick und historia beschleuβ, so sag ich diβ also es mochi ainerfragen oder im gedencken wz es von nöten gewesen wer dz ich sovil byschoff und besonder die apt also nach der zal hierinne gemelt auch das diβ kloster so offt hierinn benent wirt, so doch sunst vil ander bystum und klöster auch im land zu schwaben und sunst im reich verhanden seind etc, wie wol nit unbyllich ist die kaiser in den cronicken zu melden, die dan auch ungeleych gewesen seind und sy nit all auffs end diser zeit hierinn gemelt seind, ursach das die cronick öltter ist, ist diβ mein antwurt : mich werd hierinn niemant lug straffen, was ich sagen wil, es ist darumb geschehen vom ersten das mir diser stiffl und bischoff auch dise Aptey zu Augspurg baβ bekant seind dann die andem im reich ; nun waiβt meniklych wol wartzu die welt von got beschaffen ist, dann christus der herr... (p. 48 v°).

108 Cf. avec d'autres indications bibliographiques, P. Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung, das Reich im späten Mittelalter 1250-1490, Berlin, 1985 ; K. F. Krieger, König, Reich und Reichsreform im Spätmittelalter, Munich, 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540