Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les élites sociales du grand Est français

Pierre Pégeot and Jean-Luc Fray

Full text

Une recherche en cours : prosopographie des élites sociales

1On ne trouvera pas ici un produit tout fait mais simplement une information à destination du public de médiévistes au sujet d'une recherche en cours, lancée il y a peu de temps dans le cadre des activités de l'ARTEM (Atelier de Recherche sur les Textes Médiévaux), équipe de recherche de l'Université de Nancy II associée au CNRS.

  • 1 Participent à l’enquête, outre les auteurs de cette communication : A. Girardot (Metz), H. Olland ( (...)

2L'enquête, peut-être pompeusement appelée « Prosopographie des élites sociales », est partie du constat de parenté existante entre les recherches individuelles de plusieurs collègues1 et l'idée est venue d'utiliser une part d'entre elles aux fins d'un programme collectif. Des sources publiées, une bibliographie déjà fournie, la possibilité de susciter avec ce thème des travaux d'étudiants, les moyens informatiques dont dispose l'ARTEM et les modèles stimulants qu'offrent les bases de données de ses programmes (Diplomatique, Vincent de Beauvais), les conditions se rencontrent pour passer du projet à la réalité. Le choix des « élites sociales » est imposé – il va de soi – par la documentation ; le cadre géographique retenu est constitué par le grand Est – en fait la Lorraine et ses marges – et, bien entendu, c'est la fin du Moyen Age (fin XIIIe-début XVIe s.) qui livre les renseignements exploitables selon notre optique. La constitution d'une base de données prosopographique ouvre à la recherche sur les élites sociales.

3Le champ de l'enquête est poussé loin. En dehors de tout a priori théorique, il va bien au-delà de la définition traditionnelle et éprouvée de ce qu'on appelle les élites. Outre les officiers princiers, les dirigeants urbains, le clergé nanti, le choix s'est volontairement élargi à tous les individus qui occupent une fonction dans la société médiévale, aussi bien les maîtres d'hôpitaux que les agents seigneuriaux, les gouverneurs de confréries comme les maires ruraux, sans ignorer les clercs bénéficiers. Il peut paraître paradoxal d'utiliser un critère de choix institutionnel – la fonction – pour caractériser un ensemble social, mais au moins cette option a comme avantages, outre des traces documentaires plus repérables, la possibilité de « ratisser large » en n'oubliant personne ou presque et aussi la perspective d'appréhender la notion de pluralité des élites. Comme on le voit, il ne s'agit pas uniquement des seules élites urbaines, mais d'une conception plus globale, transversale et horizontale, où l'étroite notion d'élites dirigeantes est dépassée et où l'on voudrait bien saisir la question de la hiérarchie des élites sociales en rapport avec leur ancrage socio-géographique.

  • 2 Installation due à P. Demonty, historien et informaticien belge, responsable de la mise au point du (...)

4La base de données prosopographique en cours de constitution est volontairement simple (pour le moment). Simple par sa mise en œuvre et son utilisation : le logiciel commercial Filemaker-Pro, grâce à son programme à menu déroulant, permet la saisie des données en langage courant, sans codage et se prête à des ajouts de variables et de rubriques en assez grand nombre ; de plus la sortie des résultats des couplages de données peut se faire immédiatement, à chaque instant, en fonction bien sûr des enregistrements réalisés2. Base de données simple car la fiche individuelle nominative et les variables qui y figurent sont délibérément réduits : les données biographiques se rassemblent sous trois grandes rubriques (état civil, fonction-carrière, patrimoine) et se résument aux éléments significatifs, sans multiplier les renseignements puisque le but n'est pas l'archivage ; sans doute réduire et synthétiser les données posent parfois des problèmes de choix douloureux, mais l'objectif n'est pas la confection d'un dictionnaire biographique et, au surplus – répétons-le –, le logiciel permet de revenir à chaque fiche pour l'étoffer si besoin est.

  • 3 Cf. Prosopographie et genèse de l'Etat moderne, Table Ronde ENS JF, 1984, Paris, 1986.

5La réalisation de la base de données prosopographique sur les élites définies selon le critère retenu n’est en effet pas un but à elle seule. Elle doit être l'outil d'une analyse plus poussée de ces milieux. Bien sûr les informations pourront toujours servir à une étude descriptive des élites sociales, mais en ce domaine il sera difficile de se frayer le chemin de l'originalité. Par exemple, les milieux dirigeants possèdent des contours déjà bien connus, alliant noblesse et bourgeoisie, pouvoir et richesse, niveau de culture et carrière d'Eglise ; et l'on ne discerne guère le « plus » que la Lorraine et ses marges apporteront à un descriptif établi sans retour, sinon, à l'aide d'études comparées, le retard probable des régions de l'Est dans la formation des élites et la quête des modèles qui les inspirent. Autre exemple : caractériser le milieu des officiers – ici princiers et épiscopaux –, c'est apporter une pierre de plus à la question de la nature de classe de l'Etat3, à la réserve que ce dernier est encore en gestation et s'avère de moindre puissance que les grands royaumes. Des études anthroponymiques, démographiques, de sociologie religieuse pourront aussi sans doute se greffer sur les données de la base prosopographique.

6Néanmoins l'intérêt pourrait être d'une autre portée et s'orienter de préférence dans des directions que des indices déjà enregistrés incitent à suivre et qui sont abordées dans la bibliographie comparative. En ayant fait le choix d'une perception globale des élites, plusieurs notions en découlent et attendent impatiemment une formulation. Il y a matière à insister sur la question de la hiérarchie des élites, de l'existence en leur sein de plusieurs niveaux ou strates, afin de définir des élites dominantes et des élites subordonnées, d'examiner les rapports ou corrélations entre elles et le jeu qui les régit (réseaux de pouvoirs, de parenté, d'affaires...). Disposant des élites de l'Etat, fut-il rudimentaire (princier, épiscopal, urbain : Metz), de celles de villes ordinaires et soumises (Nancy), de l'Eglise, de la seigneurie et de la communauté rurale, leur confrontation conduit à évoquer la répartition qui s'opère entre elles à l'intérieur d'une grande région, les échanges spatiaux, mais aussi les échanges inclus dans la durée : quelle intensité et quelle forme prennent par exemple les mouvements d'aspiration de bas en haut, du village à la ville, de la petite ville à la grande, de la ville ou de la seigneurie à l'Etat ? Des pôles de rejet ou d'exclusion devraient apparaître, opposés à des lieux d'attraction et d'ascension.

7Un autre aspect, décelable dès les premières données, lié d'ailleurs aux précédentes interrogations, est d'aborder la question du renouvellement et de la reproduction des élites. Sans relancer le débat sur « fils de riches ou nouveaux riches », héritiers ou parvenus, se dégage la perspective d'opérer plusieurs vérifications : le poids des grandes fractures du XIVe siècle sur le renouvellement par le bas, de l'intérieur ou de l'extérieur ; le rôle exact de la parenté ou du clientélisme, ou d'autres facteurs encore, dans le mouvement de reproduction des têtes sociales. Les hypothèses, comme on le voit, fourmillent et tout n'est pas clos, l'espoir de découvertes insoupçonnées demeure. Tout en restant modeste et en sachant d'avance que l'inégalité documentaire (l'abondance messine, l'indigence verdunoise) affaiblira les conclusions et que, malgré leur nombre, les kilofiches souffriront de lacunes dirimantes.

8Des résultats s'esquissent déjà avec plus de précision, préparés par des travaux antérieurs et issus des premiers éléments de l'enquête prosopographique. Un premier cas concerne le milieu des chanoinesses, qui, après tout, appelle également à réfléchir sur les élites féminines. La Lorraine compte quatre chapitres de chanoinesses urbains et périurbains (Remiremont est le plus connu) et l'institution vers 1300 de la règle des quartiers de noblesse élimine tout suspense social : toutes ces dames sont nobles... Est-ce à dire pour autant que l'unanimité d'ordre aboutit à une cohésion sans faille ? Les premiers indices de l'enquête montrent les tendances (encore à étayer) qui perturbent ce milieu : du XIVe au XVe siècle on passe d'une noblesse à une autre, de la petite noblesse et de la noblesse des chevaliers à celle des familles châtelaines et à la grande noblesse plus ou moins liée au prince ; dans le même temps la régionalisation se fait plus forte et pousse à la fermeture des chapitres de dames nobles envers les familles étrangères à la Lorraine ; en accompagnement de ces phénomènes s'instaure une politique de répartition des prébendes entre familles, une répartition également géographique, qui conduit à une hérédité de fait des prébendes au sein des mêmes familles... Le milieu des chanoinesses à la fin du Moyen Age épouse la société « civile » et en traduit les travers, conclusion qui, on l'espère, s'enrichira.

9Deuxième cas, induit de même par des travaux préparatoires (cf. ceux de M. le Doyen J. Schneider) et les premières données, le milieu des échevins messins aux XIVe-XVe siècles, exemple de dirigeants urbains qui cependant ne disposent pas de l'intégralité du pouvoir dans la ville, compte tenu des institutions particulières à Metz, peut apparaître de prime abord sans surprise. C'est un milieu soudé par la parenté, le mariage, la filiation : frères, fils, neveux, beaux-frères, cousins... les échevins messins sont tous parents (restent à voir les autres liens). Si l'on voit soudainement se glisser parmi eux de nouveaux noms, des intrus apparents, en fait, à l'enquête, ceux-ci se révèlent beaux-frères ou gendres de notables en place (tel André de Ryneck, fils d’une Deuami). Bel exemple d'un renouvellement qui est exclusivement le fait du mariage, assorti, si besoin est, d'une répétition des unions consanguines. Dira-t-on qu'un lignage s'éteint (les Louve en 1478, « ... sire Nicole Louve... ») ? Le nom, certes, mais comme il y a la fille d'un neveu qui apporte, par mariage, à un autre lignage (Le Gronnais) 1 essentiel du patrimoine, l'héritage social, l'aptitude « génétique » à gouverner, est-ce vraiment une extinction ? A Metz la fonction d'échevin est confisquée et héréditaire, la conclusion est évidente. Les témoignages d'alliances par le sang au sein des élites dirigeantes urbaines n'ont rien de bien nouveau. Metz est cependant un exemple complet qui recentre la question avec force et qui autorise des déductions servant à avancer dans la définition de ces milieux urbains. Le cas de Metz, qui peut se répéter dans d'autres villes, montre combien les institutions urbaines sont vidées de leur substance et combien leur jeu est faussé par cette alternance de la parenté. Sans doute la rotation annuelle entre les paraiges (les clans organisés) pour diriger l'échevinage est au plan formel toujours respectée. En fait, quel que soit le paraige d'origine, la parenté entre les échevins vise à tourner la règle des institutions : « main basse sur la ville » ou la ville considérée comme une affaire de famille ? Il y a lieu de le croire.

10Deux cas où l'enquête prosopographique de départ ouvre des horizons qui, on l'espère, permettront de progresser dans les conceptions de l’histoire sociale. J.-L. Fray, à la suite, en livre un autre exemple.

Les milieux échevinaux de Nancy et Luxembourg aux XIVe et XVe siècles4

  • 4 Une version plus complète de la présente étude a paru dans Siècles. Cahiers du Centre d'histoire de (...)
  • 5 Les deux villes sont situées à 120 kilomètres l'une de l'autre ; nous n'avons aucune attestation de (...)

11Le propos, comparatiste et non pas relationnel5, concerne plus particulièrement les élites dirigeantes « municipales » de deux villes moyennes, résidences princières et capitales d'états territoriaux dans les derniers siècles du Moyen Age : Nancy et Luxembourg, deux villes des marches occidentales du Saint Empire, sises de part et d'autre de la frontière linguistique qui sépare les langues romanes des langues germaniques.

12Les deux localités appartiennent toutes deux au second réseau urbain de l'Occident : autour de ces deux forteresses deux agglomérations fortifiées sont devenues progressivement, au cours du XIIIe siècle, résidences principales des princes – duc de Lorraine (le dux Lotharingorum ou dux Lotharingie est parfois dénommé aussi dux Nancei au XIIe siècle) et comte puis (1354) duc de Luxembourg – et chefs-lieux de deux vastes territoires princiers, tous deux traversés par la frontière linguistique.

  • 6 A. Girardot, « Saint-Nicolas, Nancy, Lunéville : étude d'un pôle économique de la Lorraine à la fin (...)

13L'étendue du périmètre urbain nancéien était encore cependant très modeste à la fin du Moyen Age et englobait environ seize hectares, lieu de vie d'une population que les premiers documents fiscaux permettent d'estimer à 2000 habitants environ en 1420, autour de 2500-3000 à la fin du XVe siècle, plus de 6000 au milieu du XVIe siècle. Plus précoce d’un siècle quant à l'émergence de la localité dans les sources écrites, Luxembourg a conservé sur Nancy, tout au long du Moyen Age, une certaine « avance », observable à travers l'évolution chronologique des fonctions urbaines et de l'équipement urbain. A l'aune des « critères de centralité » (c’est-à-dire en privilégiant ce qui dans ces fonctions urbaines traduit le rayonnement, l'attractivité, l’influence, le pouvoir de commandement de la ville en cause sur la campagne et sur le reste du réseau urbain régional), les deux villes évoluent à peu près parallèlement, Luxembourg conservant cependant, et presque jusqu'à la fin du XVe siècle un certain avantage. Ainsi la population urbaine de Luxembourg est-elle décomptée à hauteur de 914 feux (environ 5000 hab. ?) en 1306 et 470 à la fin du XVe siècle. Mais si Luxembourg peut être examinée isolément, Nancy ne peut être séparée, quant à la prise en compte des critères de centralité, de la petite localité voisine (sise à douze kilomètres) de Saint-Nicolas de Port, centre de pèlerinage et de foires qui complète ainsi la centralité, essentiellement politico-militaire et administrative de Nancy même6.

14Les responsabilités politiques lointaines (couronne de Bohême à partir de 1310, couronne de Hongrie au début du XVe siècle) et la détention du titre impérial entre 1308 et 1437, puis l'intégration en 1447 du Luxembourg au sein de l'Etat flamand-bourguignon, ouvrirent au petit Etat bilingue des marges occidentales de l'Empire des perspectives culturelles européennes. Le XVe siècle fut marqué pour le duché de Lorraine par une mutation de même ampleur et une ouverture considérable : par mariage et héritage, il s'agrandit en effet de son voisin oriental, le duché (comté avant 1354) de Bar – dont le territoire couvre en grande partie la moitié occidentale de l'actuelle région lorraine – et passa aux mains de la dynastie française des Angevins. En raison des responsabilités politiques de la nouvelle famille régnante (Anjou, Provence, royaume de Naples, Catalogne...), la Lorraine se trouvait intégrée de fait dans une construction territoriale vaste et fragile, mais qui lui ouvrit pendant un demi-siècle des horizons européens, ce que manifesta aussitôt l'arrivée à Nancy de familles nobles ou bourgeoises d'origine angevine, provençale ou italienne.

  • 7 La présente recherche s'appuie essentiellement sur le matériel rassemblé dans les deux ouvrages sui (...)

15C'est donc sur le double fond d'une affirmation progressive comme centre administratif et résidence princière d'un état territorial en construction, puis de l'ouverture à une aventure politique aux dimensions européennes, que se place l’évolution des élites urbaines des deux villes ; on esquissera ici ces développements à partir de la catégorie des familles échevinales, choisie à la fois parce que la cohérence du milieu et la relative similitude des institutions de part et d'autre de la limite politique et culturelle permet les comparaisons entre les deux villes et parce que, dans les deux cas, les échevins occupent une position intermédiaire – car subordonnée aux grands officiers d'une cour appelée à être de plus en plus cosmopolite (Nancy) ou lointaine (Luxembourg) – mais significative de l'élite dirigeante proprement locale7

***

  • 8 Le premier texte portant mention de trois échevins de Luxembourg (Thomas de Foro, Johanes Flandine, (...)

16Divers indices, et en particulier onomastiques et topographiques, plaident en faveur d'une certaine continuité sociologique entre le groupe des bourgeois témoins d'actes comtaux dans les années 1176-1182 et la première génération connue d'échevins luxembourgeois, vers 1222-12388 ; ils permettent également de soupçonner une origine ministériale de ces premiers échevins.

  • 9 Titre apparu au milieu du XIIe siècle, en même temps que disparaissait celui d'avoué-châtelain, con (...)
  • 10 Fonction apparue en 1283 avec Jaquemin la Tartre, membre d'une famille de bourgeois nancéins destin (...)
  • 11 Jean le Jaloux est mentionné comme bourgeois de Nancy en 1300 (J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. [ (...)

17Comme à Luxembourg, la documentation quoique parcimonieuse, permet de connaître les noms d'une trentaine de personnages, membres plus ou moins proches de l'entourage ducal lorrain qui, entre 1063 et 1200, ont porté le nom « de Nancy » à titre de surnom toponymique et apparaissent, souvent à titre de témoins, dans les actes du prince. Mais c’est surtout à partir de la fin du XIIIe siècle que l'on peut voir les habitants de la petite ville participer activement à l'exercice de l'administration ducale, en occupant les postes de prévôt9 de Nancy, monétaire, receveur, cellerier ou « wardour du sceau de la cour ducale de Nancy »10. D'autres restent simples bourgeois, mais jouent un rôle de premier plan tel Jean le Jaloux, fondateur et co-protecteur avec le duc Ferry III du couvent des Dames prêcheresses11.

  • 12 En 1218, les troupes des comtes de Bar et de Champagne, alliés de l'empereur Frédéric II, prennent (...)

18Il est notable qu'ici aucune continuité onomastique ne puisse être relevée, contrairement à ce qui se produit à Luxembourg, entre les listes de Nancéiens témoins de chartes ducales aux XIe et XIIe siècles et les notables nouveaux apparus à la fin du XIIIe, dont plusieurs semblent originaires de la petite ville marchande voisine de Saint-Nicolas-de-Port ou en lien avec elle, ainsi les membres des familles Jaloux et Demanne ; bien au contraire, ces mentions subissent une éclipse totale entre les dernières années du XIIe siècle et la fin du siècle suivant, phénomène dont l'explication réside peut-être dans le désastre de 121812.

  • 13 R. Byl, Les juridictions scabinales du duché de Brabant des origines au milieu du XVe siècle, Bruxe (...)

19Autre différence fondamentale avec Luxembourg, les échevins n'apparaissent pas dans la documentation nancéienne avant 1336. Il n'en demeure pas moins que c'est bien une organisation échevinale qui surgit en 1336 avec une double responsabilité, judiciaire (tribunal de la haute-justice de Nancy et, très vite, second degré de juridiction pour toute la prévôté) et administrative (gestion de la ville), caractère commun à Nancy et à de nombreuses autres villes de « l'espace lotharingien » de part et d'autre de la limite des langues (Hainaut, Brabant)13.

  • 14 A Bar-le-Duc, les échevins, nommés par le comte, choisissent le maire. Discussion sur les modèles p (...)
  • 15 M. Pauly, Luxemburg, op. cit. (n. 7), p. 19-24.
  • 16 Jusqu'en 1443, les juges sont presque tous d'anciens échevins ; avec le régime bourguignon, le lien (...)

20La documentation luxembourgeoise nous offre une liste assez fournie d'échevins et de « juges urbains » (Judex, Stadtrichter). Cette dernière fonction, annuelle, est réglementée par la charte accordée à la ville en 1244 par la comtesse Ermesinde selon un modèle qui pourrait être celui de la charte de Bar-leDuc (1234), capitale du comté voisin de Bar, entièrement francophone14, tout comme le comté de Namur qui semble avoir, lui aussi, influencé la charte luxembourgeoise ; les fonctions du judex sont judiciaires et de juridiction administrative ; il a son propre sceau15. Mais ses liens étroits avec le collège échevinal, tant en terme d'exercice de la fonction que de carrière16 et d'origine sociale, ne permettent pas de l'en distinguer ici. Au total, les listes établies par Michel Pauly comptent 134 noms de juges et échevins, dont 73 pour la période 1336-1499, celle qui permet la comparaison avec Nancy. La composition habituelle du collège des échevins luxembourgeois semble être de sept membres. La durée moyenne de leur mandat est longue, de l'ordre de quinze ans, avec une réduction notable pour la dernière période, celle du « régime bourguignon » après 1444 : entre dix et onze ans en moyenne.

  • 17 Dans cinq cas, quatre échevins seulement sont nommément désignés, dans trois cas deux d'entre eux s (...)
  • 18 Un sceau du maître-échevin apparaît cependant au bas d'une charte de 1390 et quatre textes datés re (...)

21Les trente-et-un procès-verbaux des procès plaidés devant le « Chainge » (du nom du lieu de réunion des échevins nancéiens, au coeur de la ville, dans le quartier du Châtel, au plus près de la première résidence ducale, seul indice permettant de lancer l'hypothèse de l'existence du collège des échevins avant le transfert du palais en 1298) montrent que le nombre des échevins nancéiens mentionné par ces sources n'est jamais supérieur à cinq17. Nancy a également son maître-échevin, mais dont trois seulement nous sont connus nommément, respectivement en 1342, 1344 et 134518. On peut donc légitimement conjecturer que la fonction, sans avoir disparu, a subi après 1360 une érosion de son prestige social, probable conséquence de « l’écrasement » du poste par la stature du bailli ducal, de plus en plus présent dans le fonctionnement de l'échevinage.

  • 19 Les sources disponibles – plus réduites qu'à Luxembourg – montrent une durée moyenne connue de la c (...)
  • 20 Jean Ballay, encore vivant en 1427, était qualifié « jadis échevin » l'année précédente : J.-L. Fra (...)
  • 21 Tableau « Collège des échevins de Nancy (1340-1490) », ibid., p. 323-324.
  • 22 Ainsi Jean de Vitrimont, prévôt avant 1338, maître-échevin en 1344, 1348, simple échevin en 1349, m (...)

22Nous connaissons mal la durée des fonctions19 et le mode de désignation des échevins nancéiens ; il est vraisemblable qu'ils étaient nommés par le duc, seigneur de la ville, et renouvelés plusieurs années de suite ; la fonction n'était cependant pas viagère20. Les listes que nous avons pu dresser21 nous font connaître 43 échevins et trois maître-échevins pour la période 1336-1500. Il n'y a à Nancy ni « juge urbain », ni maire ; cette dernière fonction a disparu au milieu du XIIe siècle, absorbée par celle de prévôt ducal, officier que l'on voit habituellement présider les délibérations du tribunal échevinal comme de l'assemblée de la communauté des habitants. Aussi peut-on considérer, à côté de la liste des échevins, celle des 48 prévôts connus pour la période 1244-1500, dont 43 depuis 1336. Plusieurs prévôts ont d'ailleurs été échevins avant ou après leur charge prévôtale22 et les familles Moitret, des Moines, Bezange, Fritheman, etc., ont fourni à la fois prévôts et échevins au cours du XVe siècle. Au total, les sources nancéiennes livrent 89 personnages de 1244 à 1499 – prévôts et échevins – dont 83 après 1336.

***

  • 23 20 km séparent Tout de Nancy, 12 km Nancy de Saint-Nicolas-de-Port, 17 km Saint - Nicolas-de-Port d (...)

23Pour Nancy, on ne dispose d'aucune source d'archives municipales pour la période médiévale ; en revanche, les Archives départementales de Meurthe-et Moselle abritent les riches fonds des établissement ecclésiastiques nancéiens : prieuré Notre-Dame (fondé fin XIe siècle), abbaye cistercienne de Clairlieu (milieu XIIe siècle), couvent des Dames pécheresses (fondé fin XIIIe siècle), collégiale Saint-Georges (fondée en 1339 par le duc Raoul) ; surtout, on y trouve le fonds constitué par les layettes du « Trésor des Chartes », c'est-à-dire les archives des anciens duchés de Lorraine et de Bar, État indépendant jusqu'en 1766. La faiblesse des archives proprement nancéienne oblige également à élargir le champ aux fonds concernant les localités voisines : prieuré de Saint – Nicolas-de-Port, établissement ecclésiastiques toulois et lunévillois, archives ducales concernant Pont-à-Mousson. L'inconvénient primitif se retourne ainsi en avantage méthodologique, puisqu'il invite aux comparaisons et à la découverte de relations familiales et matérielles entre les élites urbaines de ces cinq villes moyennes, complémentaires sur le plan des fonctions (une ville épiscopale, une résidence ducale, une ville de pèlerinage et de foire, deux villes-carrefour) et regroupées en réseau dans un espace limité23. L'une des problématiques applicables au cas nancéien est en effet celle du degré d'insertion des relations sociales des élites urbaines nancéiennes dans ce réseau de complémentarité fonctionnelle.

24Pour étudier Luxembourg, Michel Pauly disposait, outre d'archives de la ville de Luxembourg (en particulier les comptes de la Baumaîtrie à partir de 1388), de plusieurs fonds ecclésiastiques (abbaye de Munster et de Bonnevoie, couvent des Dominicains et commanderie des Teutoniques, etc.) conservés aux Archives de l'Etat à Luxembourg, des comptes des receveurs et cellériers de Luxembourg (à partir de 1380), conservés aux Archives générales du royaume de Belgique à Bruxelles.

25La première étape pour les deux champs d'étude a consisté naturellement dans un préliminaire généalogique permettant la reconstitution des lignages à partir d'une information fragmentaire et dispersée. Au terme de « patriciat », Michel Pauly a préféré l'expression, plus neutre en allemand, de « couche sociale dirigeante » (Führungsschicht), dans laquelle il dénombre 70 familles ayant effectivement participé au gouvernement urbain ; Michel Pauly a systématiquement utilisé les éléments à sa disposition pour donner, sous forme de tableaux et de cartes, pour chacun des échevins luxembourgeois, les moyens de le replacer dans le temps et l'espace grâce à sa généalogie patrilinéaire, ses degrés de parenté ou d'alliance avec d'autres échevins (jusque respectivement aux deuxième et troisième degrés) et la parenté de l'échevin avec des membres de l'élite cléricale, le cursus honorum de l'échevin, avant ou après son échevinage, la présence de l'échevin dans d'autres échevinages (Bastogne, Remisch, Echternach), son implication dans l'administration comtale-ducale luxembourgeoise, ses possessions foncières et les biens mobiliers, son implication dans le marché du crédit et dans l'activité commerciale (en particulier pour le vin), enfin les signes de considération et de rayonnement social (sceau, titres, fondations religieuses).

26Pour Nancy, une telle grille est également utilisable, bien que moins bien documentée et sur une période moins longue. On y ajoutera la recherche systématique de l'implication des trente-huit familles échevinales nancéiennes (une soixantaine au total, si l'on tient compte des prévôts) dans la relation ville-campagne et dans les relations entre les divers éléments du « complexe urbain » de la Lorraine centrale tel que défini plus haut. Enfin, une attention particulière a été accordée aux échevins « d'origine étrangère » et à la signification de leur entrée en échevinage par rapport aux évolutions du contexte politique lorrain. Les données rassemblées par Michel Pauly devraient permettre ensuite de comparer sur ce point avec la situation luxembourgeoise et aussi la capacité des deux échevinages à assumer le caractère bilingue et biculturel des deux duchés.

  • 24 Archives de Meurthe-et-Moselle et des anciens duchés de Lorraine et de Bar, Nancy (= A.D. MM.), G. (...)
  • 25 B.M. Nancy, ms. 359 (605), Cartulaire de la collégiale Saint-Georges de Nancy, fol. 25 r° et 25 v°.
  • 26 A.D. MM., B 880, no 98 [« Lowyon de Port, prévôt de N. », oct. 1344], G 359 [« Jean de N., dit Lowy (...)

27Tous les prévôts nancéiens ne sont pas d'origine ou de carrière antérieure locale : Jean Kaheys de Lupcourt, mentionné comme ancien prévôt de Nancy en 1380, était maire du Vermois en 1373 et nous le savons possessionné à Gérarcourt24. Le prévôt Richier (1345-1346) avait pour frère un certain Rollon de Metz, mais il avait épousé Arembourg, fille de Gérard Chaternel de Nancy25. Le cas de Jean Lowyon, mentionné comme prévôt de Nancy de 1340 à mars 1345 est plus complexe : il est en effet maître-échevin de Port en 1334 et simple échevin de cette ville, voisine et complémentaire de Nancy, en 1340, 1346 et 1354 ; sa fonction de prévôt de Nancy n'est donc pas incompatible avec celle d'échevin portois, puisqu'il est mentionné à titre de prévôt parmi les échevins de Port par le document de 1340 ; du coup, sa désignation onomastique elle-même est double : tantôt les textes le nomment « Jean Loywyon de Nancy », tantôt « Lowyon de Port » ; sa fortune foncière, modeste, mais bien réelle, est assise sur les deux villes : maison et grange à Port, maison à Nancy, terres au ban de Saint-Dizier (village voisin au Nord et dans la paroisse de Nancy) ; il entretient des relations privilégiées avec la commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Laxou (autre village voisin, de la même paroisse, à l’ouest de Nancy) dont il prend à cens les biens dans le Vermois et à Laneuveville26.

  • 27 A.D. MM., B 793, no 30 [1344], G 380 [1369], G 404 [1349], G 405 [1338] ; Cartulaire de la collégia (...)

28Trois maître-échevins nancéiens nous sont connus pour le XIVe siècle : de Jean de Combourg (maître-échevin en 1342), nous ne savons rien de plus ; Jean Léquembaul (prévôt en 1343 (maître-échevin en 1345 et en 1361) devait être nancéien puisque possessionné à Saint-Dizier et Laneuveville ; Jean de Vitrimont, prévôt avant 1338 et mentionné comme maître-échevin de Nancy de 1344 à 1360, fils de Conrad de Vitrimont, est possessionné à la fois à Lunéville (biens paternels ? Vitrimont se trouve à cinq kilomètres de cette localité, sur la route de Saint-Nicolas), dans les vignobles du Toulois et à Neufchâteau ; dans cette dernière ville, il possède la maison, sise devant l'église Notre-Dame, ubi ligures commorantur [1338] ; bienfaiteur de la collégiale Saint-Georges de Nancy, il est également le fondateur, avec son épouse Catherine, fille de Vivien de Vaucouleurs, d'une chapelle Saint-Georges et Sainte-Madeleine au prieuré Notre-Dame de Nancy ; sa dévotion envers saint Georges est donc un signe d'attachement à la dynastie ducale27.

  • 28 A.D. MM., G 1410 (acquêts) et Dom J. François, Dom N. Tabouillot, Histoire de Metz, t. 5, p. 133 (d (...)

29Les simples échevins nancéiens paraissent d'origine plus modeste que leurs homologues luxembourgeois : sur les trente échevins connus pour le siècle 1360-1460, la moitié sont de milieu artisanal ; on rencontre ainsi deux parementiers (fin XIVe siècle et 1438-1444) et un autre échevin fils de parementier (1417-1423), un tanneur, un pelletier (1425-1449), un fils de chandelier (milieu XIVe siècle), un drappier (1435-1438), trois mescliers – bouchers – (1384, 1417 et 1423), un échevin père d'un mesclier (milieu XIVe siècle ?), un boulanger (1368), un forgeron (1446-1451) et un échevin fils de forgeron (1425-1439) ; en revanche, Hanus Laweline de Metz, demeurant à Nancy, tisserand, puis mercier échevin de 1446 à 1449 semble d'une fortune et d'une position sociale plus élevée que manifestent en particulier les nombreuses acquisitions de terres et de droits réalisées à Maixe et Serre dans les années 1433 à 1458 et organisées par lui en gagnage ; la fondation d'une chapelle en l'église paroissiale Saint-Evre de Nancy ; enfin, son défi personnel envoyé à la cité de Metz le 27 juin 1429, à la suite du conflit entre le duc de Lorraine Charles II et la cité mosellane28.

30L'autre origine possible est en effet le service du prince : les cas des maîtreéchevins et prévôts Jean Léquembaul et Jean de Vitrimont ont déjà été évoqués. Jacquemin Demanne (échevin 1344-1348) appartient à une famille illustrée par un monnaier et un receveur ducal. Le mariage avec des familles échevinales ou prévôtales est recherché comme un moyen d'intégration par des immigrants ; ainsi, le personnage nommé « le grand Aubert Pyévant de Buceglière », dit aussi « le grand Aubert d'Ormes le Lombard » a épousé la sœur du prévôt nancéien Louis, tandis que son frère Dreu de Biécourt est devenu par la faveur ducale chanoine de la collégiale Saint-Georges et l'un des premiers secrétaires ducal mentionné par nos textes.

31Le phénomène se renforce à la fin de la période : Jean et Thomas Moitret, le père et le fils, se sont succédé à l'échevinage au milieu du XVe siècle. Jean Ier Fritheman, après avoir été échevin (1448-1451), poursuit son ascension comme prévôt (1468) ; le même cursus attend Jean II, son fils ou son neveu, dans les années 1480-1486. Poiresson de Bezange a été tabellion ducal à Nancy de 1454 à 1487, avant d’accéder à l'échevinage (1485-1490) ; deux autres membres de cette famille occupent des places d'officiers dans l'administration ducale, Poiresson de Bezange comme prévôt de Nancy (1477) et Jean comme lieutenant du bailli (1471-1478). Jean des Moines, échevin de 1425 à 1439, devient prévôt en 1441, puis occupe les fonctions de maître de la monnaie de 1466 à 1473 ; Jacquemin des Moines est tabellion en 1435 ; son parent Fourquignon est à son tour prévôt en 1445 et 1447 et Georges des Moines est, dans les années 1475 à 1519 successivement secrétaire ducal, receveur général et auditeur à la chambre des Comptes. Plus modestement, Warin le mercier est échevin de 1460 à 1467, prévôt en 1471, tabellion de 1485 à 1491, ce qui prouve que le cursus n'est pas fixe.

32Les arrêts du tribunal échevinal du Change nommant les échevins par ordre stricte d'ancienneté dans la fonction, la distribution n'est pas fixe par siège et les échevins de différentes origines, sociales ou de cursus, ne sont pas ségrégués. Cependant, il ne nous est guère apparu de phénomène d'alliance matrimoniale entre les deux types d'échevins à la même époque. Il semble donc que ce soit plutôt par glissement de l’artisanat au service du prince au sein du même lignage que s'opère l'évolution.

  • 29 A.D. MM., B 821, no 51 (Bazin) et G 614, fol. 7 (Callebray). On connaît également la rue Colin le G (...)
  • 30 Voir le plan de répartition des hôtels nobles et demeures d'annoblis dans la seconde moitié du XVe  (...)

33Quelques échevins ou autres membres de la strate dirigeante urbaine ont connu au XVe siècle une notabilité suffisante pour que leur nom serve à désigner des rues de la ville, parfois assez longtemps après leur échevinage ; c'est le cas de Willaume Bazin (échevin 1416-1423) dont la rue est mentionnée en 1456, ou la rue Callebray, du nom du prévôt du même nom (1434)29. On notera également le tropisme exercé par le bâtiment même du tribunal échevinal du Change, sur la place du Châtel, sur la résidence de nombre de familles échevinales : on y trouve ainsi la demeure du maître-échevin au XIVe siècle, voisine de celle du prévôt Didier Collet du Chainge. Un siècle plus tard, les échevins Thomas Moitret, Jean Priney, Jean Varlet le parementier et Jean Ballay résident également dans ce quartier du Change, à deux pas de la halle et de l'église paroissiale Saint-Evre. Malgré la petite taille de la ville, des regroupements socio-topographiques s'opèrent donc et le Change apparaît – avec les abords immédiats du Palais et le Bourget – comme l'un des trois pôles de rassemblement des élites urbaines, échevins, officiers ducaux, nobles et anoblis confondus30.

  • 31 Simonin Demanne est échevin de Port en 1334 (A.D. MM., H 2687).

34Plusieurs de ces familles échevinales mettent en évidence les liens qu'entretient la résidence et capitale ducale avec les villes voisines qui forment avec elles ce « complexe de villes moyennes » de la Lorraine centrale : au milieu du XIVe siècle, l'échevin nancéien Poincignon est donné comme frère de Louis de Rosières-aux-Salines, prévôt de Nancy ; la famille nancéienne Demane (monnayeurs et receveurs ducaux) est d'abord représentée vers 1335 par un échevin de Port31 ; il a été rappelé plus haut les liens de Jean de Vitrimont, prévôt avant 1338 et mentionné comme maître-échevin de Nancy de 1344 à 1360, avec Lunéville, les vignobles du Toulois et Neufchâteau ; au siècle suivant, les exemples se multiplient : Hanus Laweline vient de Metz, Jean Brehardon, prévôt de la ville ducale en 1431-1441, devient ensuite maître-échevin de la cité épiscopale voisine de Toul en 1456 ; le fils et le petit-fils de Thomas Moitret (prévôt en 1427, échevin en 1454-1470) seront citadins de Toul et y exerceront la profession marchande.

  • 32 Sur cette politique, J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. (n. 7), p. 26-51.

35Les acquisitions de terre montrent combien Nancy diffère de Luxembourg : dans le second cas, on est en face du schéma classique de l’investissement bourgeois à la campagne dans un rayon assez régulier de vingt-cinq kilomètres, avec présence prédominante dans le vignoble : Luxembourg illustre en la matière le primat de l'économico-social, Nancy au contraire, le primat du politique : les acquisitions foncières des bourgeois nancéiens, réalisées sur un espace plus restreint – le long de la vallée de la Meurthe, de Lunéville au sud au confluent avec la Moselle au nord, sur une quarantaine de kilomètres – ont pour principale caractéristique d’accompagner la politique de « desserrement territorial » menée par les ducs afin de dégager leur capitale du voisinage de princes adverses géographiquement trop proches (évêques de Toul et de Metz, comtes de Bar et de Vaudémont)32

***

36Une soixantaine de familles sont concernées à Nancy pour soixante-dix à Luxembourg ; compte tenu de la différence démographique (et aussi du nombre supérieur d'échevins concernés : sept sièges à Luxembourg pour cinq à Nancy), on peut parler d'un poids relatif plus fort de l'échevinage dans la structure sociale de la capitale des ducs de Lorraine ; un calcul probabiliste sommaire montrerait qu'à Nancy vers 1400, presque tout le monde est parent ou allié d'échevin !

37Or, nous nous sommes limité ici au « milieu dirigeant municipal » ; quels étaient ses rapports avec la cour, avec les grands officiers d'administration de l'une et l'autre des deux principautés ? On note à Nancy peu de rapports de parenté ou d'alliance entre familles échevinales et baillivales ; et quand apparaît au sein d'un lignage une zone de recouvrement entre ces deux champs, c'est au niveau de la fonction prévôtale.

  • 33 Gobel, échevin de Remisch et prévôt de Luxembourg devenant échevin de Luxembourg, son fils le rempl (...)

38Les échevins nancéiens paraissent beaucoup plus modestes, mais aussi plus limités à la région nancéienne et aux institutions ducales (y compris religieuses). Le rayon de recrutement des échevins luxembourgeois est plus étendu (Bastogne, Echternach, Remisch ; mais ces doubles échevinages ne concernent que cinq cas33). Le recrutement des échevins nancéiens reflète bien d'une part la domination par la ville de sa campagne proche (rayon de quinze kilomètres, ce qui a pour Nancy une signification politique précise et de forte valeur) et d'autre part son fonctionnement en réseau avec ses « voisins complémentaires » (Saint-Nicolas-de-Port, Toul, Lunéville, Rosières).

39On ne rencontre pratiquement pas de germanophones parmi les échevins nancéiens (si ce n'est peut-être la famille Fritheman ?) ; en revanche, plusieurs échevins francophones sont présents à Luxembourg. Or, nous le savons, on assiste fin XIVe-début XVe siècle à une « poussée de germanophonie » à la cour des ducs, dont deux – Jean Ier (1346-1390) et Charles II (1390-1431) – ont épousé des princesses allemandes. Cette présence plus forte des germanophones se manifeste aussi dans la population urbaine en général et parmi les officiers supérieurs d'origine noble (Guermange, Wisse, etc.) ; en revanche, la tendance épargne la prévôté et l'échevinage. Probablement faut-il voir là l'effet des responsabilités du Change comme tribunal d'appel du bailliage de Nancy : le bailliage est entièrement francophone (il y a par ailleurs un « bailliage d'Allemagne ») et les échevins nancéiens doivent avoir la connaissance du droit et des procédures de la partie francophone du duché : ici, l'institutionnel et le politique se révèlent un passage obligé qui contraint le social.

  • 34 J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. (n. 7), p. 233-238.

40Enfin, si à Luxembourg, l'intégration précoce dans une vaste constellation de territoires princiers a écrêté en partie les classes dirigeantes en résidence urbaine, par l’éloignement de la cour et de ses grands officiers, à Nancy au contraire, la fonction de capitale s'exerce de façon ininterrompue, même en l'absence provisoire du prince, grâce au rôle du Conseil, sorte de régence collégiale34 ; d'où la coexistence dans la ville de deux couches dirigeantes qu'il convient de distinguer, même dans le cas d'une petite ville et d'une société urbaine de faible ampleur démographique :

  • couche dirigeante « en ville » (conseil, bailli, receveur général et autres grands officiers) marquée à Nancy par un bilinguisme partiel,

  • couche dirigeante « de la ville », municipale ou locale (échevinage et prévôté), purement francophone à Nancy.

Notes

1 Participent à l’enquête, outre les auteurs de cette communication : A. Girardot (Metz), H. Olland (Nancy II), O. Kammerer (Mulhouse), H. Flammarion (Metz), M. Maguin (Nancy).

2 Installation due à P. Demonty, historien et informaticien belge, responsable de la mise au point du nouveau Wauters (Académie Royale de Belgique). Le PC utilisé est un Pentium HP Vectra 166.

3 Cf. Prosopographie et genèse de l'Etat moderne, Table Ronde ENS JF, 1984, Paris, 1986.

4 Une version plus complète de la présente étude a paru dans Siècles. Cahiers du Centre d'histoire des entreprises et des communautés, Univ. de Clermont-Ferrand II, 3 (1996), p. 12-36.

5 Les deux villes sont situées à 120 kilomètres l'une de l'autre ; nous n'avons aucune attestation de relations « sociales » entre elles pendant la période médiévale ; aucun immigrant de l'une dans l'autre n'est mentionné dans les sources.

6 A. Girardot, « Saint-Nicolas, Nancy, Lunéville : étude d'un pôle économique de la Lorraine à la fin du Moyen Age », dans Saint-Nicolas, Dombasles, 1988, p. 47-55.

7 La présente recherche s'appuie essentiellement sur le matériel rassemblé dans les deux ouvrages suivants : M. Pauly, Luxemburg im spaten Mittelalter. Verfassung und politische Führungsschicht der Stadt Luxemburg im 13.-15. Jahrhundert, Luxembourg, 1992 (Publications de la section historique de l'Institut grand-ducal de Luxembourg, 107) [compte rendu en fr. d'O. Kammerer, Francia, 21/1 (1994), p. 362-364] ; J.-L. Fray, Nancy-le-Duc. Essor d'une capitale princière dans les deux derniers siècles du Moyen Age, Nancy, Société Thierry Alix, 1986.

8 Le premier texte portant mention de trois échevins de Luxembourg (Thomas de Foro, Johanes Flandine, Gerardus Erfonis filius) date de 1222 : le même Thomas de Foro et un certain Johanis de Foro, probablement son frère, sont à nouveau tous deux mentionnés comme échevins en 1238 et possesseurs d'une maison, sise sur ce marché (forum) d'où ils tirent leur nom : M. Pauly, Luxemburg, op. cit. (n. 7), p. 29-30, 424 et suiv. (liste) et 435 (tableau) ; C. Wampach, Urkunden- un dQuellenbuch zur Geschichte der altluxemburgischen Territorien bis zur burgundischer Zeit, Luxembourg, 1935-1955, t. 1, no 492, 494 et 502, t. 2, no 333 ; cf. M. Margue, M. Pauly, « Saint-Michel et le premier siècle de la ville de Luxembourg », Hemecht, 39 (1987), p. 5-83.

9 Titre apparu au milieu du XIIe siècle, en même temps que disparaissait celui d'avoué-châtelain, connu depuis 1063 (M. Parisse, La noblesse lorraine, XIe-XIIIe s., Paris-Lille, 1976, t. 1, p. 626 et suiv.).

10 Fonction apparue en 1283 avec Jaquemin la Tartre, membre d'une famille de bourgeois nancéins destinée à entrer en chevalerie, à accéder au bailliage dès les dernières années du XIIIe siècle (J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. [n. 7], p. 44) et à jouer le rôle de prêteur et d'intermédiaire financier au profit des ducs Ferry ΙII, Thiébaut II et Ferry IV dans le premier quart du XIVe siècle (J.-L. Fray, « Les La Tartre, financiers et baillis des ducs de Lorraine à Nancy (vers 1270milieu du XIVe s.) », dans F. Burgard, A. Haverkamp, F. Irsigler, W. Reichert (sous la direction de), Hochfmanz im spätmittelalterlichen Reich, 1150-1500, Trèves, 1996 (Trierer Historische Forschungen, 31), p. 209-218).

11 Jean le Jaloux est mentionné comme bourgeois de Nancy en 1300 (J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. [n. 7], p. 43).

12 En 1218, les troupes des comtes de Bar et de Champagne, alliés de l'empereur Frédéric II, prennent et brûlent Nancy.

13 R. Byl, Les juridictions scabinales du duché de Brabant des origines au milieu du XVe siècle, Bruxelles, 1965.

14 A Bar-le-Duc, les échevins, nommés par le comte, choisissent le maire. Discussion sur les modèles possibles de la charte luxembourgeoise dans M. Pauly, Luxemburg, op. cit. (n. 7), p. 48-54.

15 M. Pauly, Luxemburg, op. cit. (n. 7), p. 19-24.

16 Jusqu'en 1443, les juges sont presque tous d'anciens échevins ; avec le régime bourguignon, le lien entre les deux institutions se distend. Cf. M. Pauly, Luxemburg, op. cit. (n. 7),.

17 Dans cinq cas, quatre échevins seulement sont nommément désignés, dans trois cas deux d'entre eux seulement. Voir le tableau des « Procès antérieurs à 1500 devant les échevins de Nancy », dans J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. (n. 7), p. 146-149.

18 Un sceau du maître-échevin apparaît cependant au bas d'une charte de 1390 et quatre textes datés respectivement de 1386, 1404, 1435 et 1488 mentionnent les biens d'un maître-échevin anonyme.

19 Les sources disponibles – plus réduites qu'à Luxembourg – montrent une durée moyenne connue de la charge de six à sept ans pour l'ensemble des 44 échevins connus de 1336 à 1490, mais de plus de huit ans pour la période 1390-1490, la mieux documentée ; ce dernier élément doit rendre prudente toute tentative comparative sur ce point.

20 Jean Ballay, encore vivant en 1427, était qualifié « jadis échevin » l'année précédente : J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. (n. 7), p. 142-144.

21 Tableau « Collège des échevins de Nancy (1340-1490) », ibid., p. 323-324.

22 Ainsi Jean de Vitrimont, prévôt avant 1338, maître-échevin en 1344, 1348, simple échevin en 1349, maître-échevin en 1360 ; Jean Léquembaul, prévôt en 1343 et maître-échevin en 1345 ; Thomas Moitret, prévôt en 1437, mentionné comme échevin de 1454 à 1470 ; Warin le Mercier, échevin de 1460 à 1467, prévôt en 1471 ; Jean Fritheman, échevin de 1480 à 1483, prévôt de 1483 à 1486.

23 20 km séparent Tout de Nancy, 12 km Nancy de Saint-Nicolas-de-Port, 17 km Saint - Nicolas-de-Port de Lunéville ; Pont-à-Mousson est sise à 30 km au Nord de Nancy et à même distance de Toul ; de Pont-à-Mousson, la plus septentrionale de ces cinq villes, à Lunéville, la plus orientale, on compte 65 km et de Lunéville à Toul, la plus occidentale, 55 km.

24 Archives de Meurthe-et-Moselle et des anciens duchés de Lorraine et de Bar, Nancy (= A.D. MM.), G. 405 et 410.

25 B.M. Nancy, ms. 359 (605), Cartulaire de la collégiale Saint-Georges de Nancy, fol. 25 r° et 25 v°.

26 A.D. MM., B 880, no 98 [« Lowyon de Port, prévôt de N. », oct. 1344], G 359 [« Jean de N., dit Lowyon », juill. 1343 ; « le prévôt Jean de N. », mars 1344 (n. st)], G 378 [« Lowyons jadis prévôt de Nancy, échevin de Port »], G 451, H 2687 [« Lowyons, maître-éch. de P. », mai 1334 ; « le prévôt L. », juin 1340], H 2691 [« le prévôt L. », déc. 1340], H 317 [« L. de P., prévôt de N. », janv. 1343 (n. st.)] ; B.N.F. Lorraine, 49, no 9 [« L., prévôt de N. », mars 1345 (n. st.)].

27 A.D. MM., B 793, no 30 [1344], G 380 [1369], G 404 [1349], G 405 [1338] ; Cartulaire de la collégiale Saint-Georges de Nancy, fol. 69 r° [1348] et 70 r° [1360].

28 A.D. MM., G 1410 (acquêts) et Dom J. François, Dom N. Tabouillot, Histoire de Metz, t. 5, p. 133 (défi).

29 A.D. MM., B 821, no 51 (Bazin) et G 614, fol. 7 (Callebray). On connaît également la rue Colin le Gruier (1351-1359), devant la halle, en 1385 (G 359), la « rue de la fontaine le bailli » en1369, près de la place Saint-Evre, rappelant le bailli Simonin (1352-53 et 1364) (A.C. Metz, Salis 123) et la « rue Monseigneur Renaud de Nancy » (1340 et 1424 – G 360), rappelant ce bailli des années 1329-30. Les habitudes germaniques régissant la dénomination des rues ne permettent pas de rencontrer l'équivalent à Luxembourg.

30 Voir le plan de répartition des hôtels nobles et demeures d'annoblis dans la seconde moitié du XVe siècle dans J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. (n. 7), p. 288.

31 Simonin Demanne est échevin de Port en 1334 (A.D. MM., H 2687).

32 Sur cette politique, J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. (n. 7), p. 26-51.

33 Gobel, échevin de Remisch et prévôt de Luxembourg devenant échevin de Luxembourg, son fils le remplace comme échevin de Remisch (1350) ; Johann Franck (échevin de Luxembourg, 1385-1432) est aussi échevin d'Echternach ; Clais Bowemeister (1461-1472) et Johann Bowemeister II (1489-1492) viennent de Remisch ; Johann Hoffnagel (1493-1503) de Bastogne : M. Pauly, Luxemburg, op. cit. (n. 7),.

34 J.-L. Fray, Nancy-le-Duc, op. cit. (n. 7), p. 233-238.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540