Version classiqueVersion mobile

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les fasti ecclesiae gallicanae : des clés pour l’histoire des élites urbaines

Hélène Millet

Texte intégral

1Pour le XXIIe congrès de notre Société qui eut lieu à Amiens en 1991 sur le thème du clerc séculier, j'avais présenté un programme de recherche encore à ses débuts, les Fasti Ecclesiae Gallicanae. Je n'avais alors éprouvé nul état d'âme quant à la pertinence du sujet de ma contribution puisque l'objectif de cette entreprise est de recenser les notables séculiers des diocèses de France du XIIIe au XVe siècle. Il n'en va pas tout à fait de même cette année.

  • 1 P. Desportes et H. Millet, Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. 1, Diocèse d'Amiens, Turnhout, Brepols, (...)

2L'idée de lier la publication du premier des fascicules du programme, celui sur le diocèse d'Amiens1, à la tenue d'un congrès centré sur l'étude des élites urbaines me vint très vite et tout naturellement à l'esprit. Ainsi, en présentant les clercs les plus éminents attachés à la cathédrale d'Amiens, j'allais en même temps associer à l'événement éditorial une Société qui avait grandement contribué au lancement de l'entreprise. On ne pouvait en effet douter que des gens définis comme des notables fassent partie des élites. Quant à leur qualité de citadin, elle se déduisait immédiatement de leur logement en ville, dans de confortables hôtels et à l'intérieur des remparts. En toute logique, on ne pouvait leur refuser l'étiquette d'élites urbaines.

  • 2 Bel exemple de cet état d'esprit, la remarque que Maugis crut bon d'ajouter à l'édition des actes (...)

3Pourtant, il était non moins sûr que l'histoire des villes, du moins en France, s'était faite en dehors et parallèlement à celle des structures ecclésiastiques diocésaines et que le thème proposé allait à l'encontre de nos habitudes historiographiques. D'un côté on s'occupait de bourgeois et de commune qui fleuraient bon la révolte contre le pouvoir religieux, de l'autre la cathédrale dominait plutôt un plat pays rural encadré par la noblesse2. D'un côté, le commerce, les métiers, l'argent. De l'autre, l'assistance, la culture savante, les privilèges.

4Mais plus qu'un monde véritablement cloisonné, ce clivage reflète surtout, me semble-t-il, des réalités institutionnelles. Réalités certes fondamentales, mais impropres à rendre compte de la totalité des rapports sociaux, et qui se sont surtout traduites jusqu'à nos jours par les principes de classement des archives, ecclésiastiques ou communales, mais jamais urbaines. A quoi s'ajoute l'impossibilité pour chacun de maîtriser, le temps pourtant déjà si long d'une thèse, les deux types de fonds.

5A qui veut naviguer d'un monde à l'autre, il faut des moyens d'investigation qui permettent de se reconnaître dans la luxuriance des institutions locales et le maquis des noms de personnes. Or pour ce qui est du versant ecclésiastique de la bonne société urbaine, les Fasti ont précisément l'ambition de jouer ce rôle de guide. Je me suis donc fixé pour but de présenter les outils que la collection entend mettre à la disposition de l'historien, puis de montrer, à partir de l'exemple amiénois, en quoi ils peuvent servir à une histoire sociologique de l'espace urbain, soucieuse d'embrasser d'un seul coup d'œil une population mélangeant clercs et laïcs, tout comme voisinent à l'intérieur d'une même enceinte beffroi, tours et clochers.

Que trouver dans les Fasti ?

6Au coeur de chaque volume se trouve d'abord un répertoire de notices prosopographiques obtenu par l'édition automatique d'une base de données informatisée. Les individus traités dans la base sont les évêques et leurs auxiliaires (officiaux et vicaires) ainsi que les dignitaires et les chanoines du chapitre cathédral. Les informations recueillies proviennent des sources ecclésiastiques locales, qu'elles soient inédites ou publiées, et des archives pontificales éditées. Comme la nature et l'étendue de la documentation locale varient considérablement d'un diocèse à l'autre, un exposé liminaire en présente les principales caractéristiques. Il est naturellement assorti d'une bibliographie.

7A première vue, l'alimentation en données de chaque base est surtout affaire de sources et de patience. Mais en amont de ce travail se situent des préliminaires méthodologiques qu'il faut avoir en mémoire pour comprendre comment fonctionne l'outil qu'on vient solliciter et savoir ce qu'on en peut tirer. Je retiendrai pour cet exposé trois opérations, trop souvent implicites, du labeur prosopographique : le recensement des individus, leur identification et le traitement des informations.

Le recensement des individus

8La confection d'un répertoire est indissociable de la volonté de recenser la totalité des membres de la population concernée. A côté des individualités que sont les évêques et leurs auxiliaires, les membres du chapitre cathédral appartiennent à un groupe doté d'archives où ils apparaissent de façon collective ou personnelle. Aussi les documents comportant des listes de chanoines – quelle que soit leur nature juridique – constituent-ils un matériau particulièrement recherché. Mais si nombreux soient-ils, ils ne répondent pas, ou répondent mal, à cet objectif de recensement, sauf les trop rares et tardives matricules capitulaires.

9Durant le grand essor de l'érudition cléricale dans le sillage des Bénédictins de Saint-Maur, il s'est souvent trouvé, au XIIIe siècle ou plus tard encore, un membre du chapitre désireux de reconstituer la composition d'un corps dont il était fier. Ces lointains devanciers ont souvent disposé de sources aujourd'hui perdues. C'est pourquoi leurs « tablettes » sont précieuses et ne sauraient être négligées ; mais leur valeur scientifique très inégale oblige aussi à les tester et à n'accepter leur témoignage qu'en dernier recours et lorsqu'il n’entre pas en contradiction avec d'autres sources.

10Une fois épuisé l'apport des documents à portée collective, force est de faire appel aux sources concernant les individus. Lorsqu'elles émanent des institutions ecclésiastiques locales, leur utilisation ne pose généralement pas de problème pour cette tâche de recensement. Mais quand elles proviennent des archives de la papauté, il convient d'être extrêmement vigilant, car les mandats de collation pontificaux sont loin d'avoir toujours été suivis d'effet, et tel qui est salué comme un chanoine par le pape se voit porté par le chapitre sur une interminable liste d'attente. Cette inscription l'autorise peut-être à venir chanter au chœur, mais ne lui donne certainement ni les revenus d'une prébende, ni une voix au chapitre.

11Devant la kyrielle des clercs du XIVe siècle ainsi nantis d'une grâce vouée à rester à l'état d'expectative, nous avons pris le parti de ne pas les admettre dans nos listes en l'absence d'une autre source venant attester leur ultérieure réception comme membre à part entière de la communauté. Ceux pour lesquels un doute pouvait légitimement subsister ont été reportés dans une liste complémentaire destinée à recueillir les quelques « cas incertains ». Dans cette catégorie, à côté des individus pour qui le doute pèse sur leur qualité à entrer dans la base, ont été également répertoriés d'incontestables membres du chapitre attestés peu avant 1200 ou peu après 1500 ou encore présumés avoir vécu entre 1200 et 1500.

12Pour être bien exploitées, les sources locales nécessitent d’être bien comprises, ce qui ne peut se faire sans l'exacte connaissance du fonctionnement et de la terminologie des institutions. C'est pourquoi une notice institutionnelle ouvre le volume. Malgré les tendances centralisatrices de l'Eglise romaine, chaque diocèse est en effet le fruit d'une histoire et d'une évolution qui lui sont propres. D'un lieu à un autre, un même terme peut recouvrir deux réalités fort différentes. En réalité, la tolérance ecclésiastique est extrême envers le particularisme ou la situation d'exception. A Amiens par exemple, deux prébendes étaient réservées aux abbayes de Saint-Acheul et de Saint-Martin-aux-Jumeaux. Ces établissements désignaient chacun l'un de ses religieux, en accord avec le chapitre, pour s’acquitter des obligations canoniales ; mais si ces sortes de vicaires à vie prenaient place au chœur immédiatement après les dignitaires, ils se trouvaient dans une situation d'infériorité de fait parce que, tout comme les détenteurs des deux prébendes dites vicariales, ils n'avaient pas voix au chapitre. Nous avons donc choisi de ne pas les faire entrer dans notre population, contrairement aux titulaires de demi ou de quart de prébendes, lesquels avaient accès aux réunions de la communauté et prenaient part aux votes.

Le travail d'identification des individus

13L'identification des individus se heurte à des problèmes désormais classiques en prosopographie. Mais comme les façons de les résoudre ne sont ni obligatoires ni infaillibles, il convient de s'en expliquer.

  • 3 Sur tous ces problèmes, on pourra se référer aux travaux d'anthroponymie effectués sous la directi (...)
  • 4 Les formes des prénoms retenues pour les vedettes ont été volontairement normalisées en se conform (...)

14La difficulté majeure provient de ce qu'un seul individu pouvait avoir plusieurs dénominations et chacune d'entre elles connaître des variantes (surtout graphiques, mais pas seulement) ainsi que des expressions latine ou vernaculaire3. Vouloir retenir toutes ces variantes relève de l'utopie. Nous nous sommes limités à une variante pour le prénom, toujours donné en latin4, et à trois possibilités pour le nom : outre la forme latine choisie pour vedette peuvent figurer une forme vernaculaire et une variante, quelle qu'en soit la langue. Nous n'avons, pour notre part, jamais francisé un nom latin ; mais comme l'usage contraire fut longtemps de règle, nous avons recueilli, en les faisant suivre d'un astérisque, les traductions, même évidemment erronées, sous lesquelles les individus peuvent être rencontrés. Les notices étant rangées dans l'ordre alphabétique du prénom, un index des noms figure en fin de volume. Il mélange les trois catégories de variantes et par conséquent les langues.

15L'éventuel cumul par un individu d'un surnom ou d'un patronyme avec un toponyme constitue un problème résolu de façon variable, selon la place disponible et la multiplicité des appellations, mais avec l'objectif de fournir le maximum de dénominations, de façon à faciliter les identifications par le lecteur.

  • 5 L'argument de proximité chronologique (5 ans) qui a plaidé en faveur de cette solution n'est cepen (...)
  • 6 Sans doute aurait-il fallu signaler dans la notice que cette identification n'était pas prouvée ma (...)

16En ce qui nous concerne, nous n’avons, en principe, jamais décidé que deux sources se rapportaient à un même individu sur le seul critère de l'homonymie. Mais nous nous sommes parfois autorisé certaines entorses à cette règle, surtout en présence de noms rares. Ainsi, Geoffroy d'Eu passait pour n’avoir pas été chanoine d'Amiens avant son élection à l'épiscopat en 1223. Or ayant repéré dans nos listes un chanoine Geoffroy le Walleth en 1218 et sachant que l'évêque était aussi connu sous ce surnom bien qu'il ait préféré se faire désigner par son lieu d'origine, nous avons pensé qu'on pouvait sans grand risque de se tromper lui restituer un passé canonial5. De même, nous n'avons guère hésité avant d'identifier notre Guillaume de Machau, éphémère chanoine en 1343-1344, avec le célèbre poète musicien, déjà chanoine de Reims depuis 13386.

  • 7 Ce numéro est en outre attaché à un diocèse. Lorsqu'ils apparaîtront dans un autre volume, les cle (...)

17Une fois rassemblés les documents portant sur un même individu, son identification est matérialisée par le numéro qui lui est attribué. Ce numéro permet de distinguer en toute sécurité les homonymes et peut servir à désigner les personnes dans le corps des notices. Il est par ailleurs parfaitement arbitraire. L’index donné à la fin du volume fait apparaître des discontinuités dans la numérotation. Lorsqu'au terme d’un recoupement ou grâce à une nouvelle source, il devient patent que deux « individus » déjà numérotés ne font qu'un, l'un des deux numéros doit en effet disparaître au bénéfice de l'autre au cours de l’opération de fusion des deux enregistrements en un seul7.

18Quand, au contraire, l'identification ne peut pas être prononcée avec suffisamment de certitude, on a pensé qu'il valait néanmoins la peine d'en conserver la proposition, afin de faciliter d'éventuels rapprochements au vu d'une nouvelle source. Inversement, lorsque deux personnes homonymes sont apparues comme irréductiblement différentes l'une de l'autre, le refus de fusion est également signalé.

  • 8 Même les tables les plus récentes, celles dressées par W.M. Newman (Le personnel de la cathédrale (...)

19Directement issues de la base de données, les tables chronologiques établies pour les évêques, leurs auxiliaires et les dignitaires capitulaires se veulent des outils offerts aux historiens pour percer l'anonymat dans lequel les sources les tiennent si souvent enfermés. Par rapport à la plupart des diocèses, Amiens constitue en la matière une exception, dans la mesure où nos listes s'inscrivent dans une longue suite de tentatives analogues. Nous avons dû en tenir compte. Mais nous n'avons conservé que le résultat de notre long et minutieux travail de comparaison. Qui se trouvera avoir sous les yeux l'une ou l'autre des tables précédentes ne doit donc pas s’étonner de leurs différences avec les nôtres. Il ne s'agit pas d'oublis ou d'erreurs, mais de corrections volontairement introduites8.

Le traitement des informations

  • 9 Malgré les précautions prises et la relecture, l'automatisme des développements a engendré quelque (...)

20Les notices du répertoire livrent des informations organisées selon les principes de la prosopographie. Elles ne répondent donc pas à des objectifs documentaires ou encyclopédiques. Leur structure, relativement simple, est commune à toutes. Leur rédaction doit se conformer à plusieurs conventions et faire usage de nombreuses abréviations. Celles-ci sont développées pour l'édition9. Loin de prétendre faire le récit d'une vie, ces sortes de fiches d'identité un peu développées sont surtout destinées à fournir un profil sociologique et à faciliter les identifications.

21Seuls les évêques nous ont paru devoir échapper à cette schématisation. Les notices qui leur sont consacrées ont été établies librement, en dehors de la base de données. A ces personnages d'envergure, il aurait certainement fallu consacrer davantage d'attention. Pour eux, nos dépouillements de sources et nos investigations bibliographiques avaient assurément un caractère trop restreint. Mais, telles qu'elles se présentent, nos biographies contiennent déjà beaucoup d'éléments nouveaux par rapport à celles que véhicule notre vénérable Gallia christiana. Nous avons pensé qu'elles rendraient service et stimuleraient la recherche.

22Les individus qui, du fait de leur carrière, avaient plusieurs fois vocation à entrer dans la base de données ont fait l'objet d'autant d'enregistrements qu'ils avaient de raisons d'y figurer. De ce fait, ils ont bénéficié de plus grandes possibilités de stockage de l'information. Comme ils sont aussi généralement davantage présents dans les sources, ils se sont donc trouvés nantis de notices plus étoffées.

23Les renseignements donnés proviennent en premier lieu des sources dépouillées. On aurait pu choisir de s'en tenir là. Mais nous avons préféré enrichir les notices de deux façons. D'abord en tirant profit des fichiers mis à la disposition du public par les divers organismes de recherche qui ont accepté de s'associer au programme. Puis en ayant recours aux sources et à la bibliographie qui nous étaient familières. Cette double origine explique le caractère non systématique et, pour ainsi dire, fortuit de ces compléments. Enfin, des astérisques accompagnent quelques informations provenant de la connaissance du terrain amiénois qu'avait antérieurement Pierre Desportes, informations qu'il eût fallu justifier par un appareil érudit dépassant de beaucoup les capacités d'accueil de notre base.

  • 10 C'est ainsi par exemple que deux actes de l'official Thomas de Dullendio, retranscrits l'un dans l (...)

24Les références aux sources et à la bibliographie ont été regroupées en fin de notice. Pour les apports issus des fichiers de recherche ouverts au public, nous nous sommes contentés de renvoyer à ces fichiers, en donnant, chaque fois qu'il était possible, la référence interne correspondante. Ils n'ont donné matière à vérifications que lorsqu'ils entraient en contradiction avec les autres sources. C'est au cours de tels contrôles que nous avons détecté une défaillance caractéristique de la copie ou de la lecture des dates écrites en toutes lettres dans les cartulaires : il n'est pas rare que l'unité soit omise10.

25Les traces matérielles laissées par les individus sont une catégorie de sources qu'il nous a paru important de recenser. Mais elles n'ont pas toujours été recueillies et étudiées, si bien que leur utilisation est largement tributaire des travaux qui leur ont été consacrés. Pour Amiens, nous avons bénéficié de recherches menées dans cinq domaines :

  • les livres, les stalles et le quartier canonial, qui ont, chacun, fait l'objet d'une courte présentation en début de volume,
  • l'héraldique et la sigillographie dont les indications ont été ventilées dans les notices individuelles.
  • 11 Après vérification menée avec Françoise Féry-Hue, auteur de la notice sur Simon d'Authie dans la d (...)

26De telles investigations, dont l'intérêt propre n'est pas à démontrer, offrent aussi des indications parfois irremplaçables pour la prosopographie. C'est ainsi, par exemple, que les sceaux ont permis de distinguer un Simon de Alteia devenu doyen du chapitre et abusivement dénommé Simon d'Arcis, d'un homonyme, qualifié de vir literatissimus par l'obituaire. Comme ce dernier est encore attesté en 1233, problématique est son identification avec le poète Simon d'Authie, donné par les dictionnaires pour avoir été chanoine d'Amiens, mais décédé en 1231. Y aurait-il eu trois personnages de ce nom à la même époque11 ?

27Le cumul de tous ces apports a conduit à l'établissement d'une base de données comptant 1114 enregistrements, ce qui représente une population grosse de 916 individus. Malgré le saut quantitatif important que constitue ce résultat par rapport au chiffre de 230 atteint lors du test présenté en 1991, il est certain que beaucoup de personnes qui auraient normalement dû figurer dans nos listes nous ont échappé. Les prosopographes le savent. La fermeture d'une base de données s'accompagne toujours de regrets. Mais une fois rempli le programme de dépouillements défini dans le cadre des Fasti, il nous a paru plus important de parvenir à l'édition rapide d'un prototype que de chercher à améliorer le score. Aussi bien, la fermeture n'est-elle que provisoire puisque la poursuite des opérations dans les 129 autres diocèses « français » devrait apporter quantité d'améliorations et conduire à la fabrication d'un CD Rom cumulatif.

28L'outil existe donc qui permet maintenant de revenir au problème initial : quelles sortes d'élites urbaines étaient ces clercs ?

Amiens et ses élites ecclésiastiques

29Une description sociologique globale des notables ecclésiastiques attachés à la cathédrale d'Amiens entre 1200 et 1500 ne serait qu'une illustration supplémentaire d'un phénomène déjà connu. Les titulaires des bénéfices les plus prestigieux sont des élites qui ne se définissent pas nécessairement par leur enracinement local, mais plutôt par leur aptitude à se faire pourvoir en cour pontificale. Le phénomène, déjà bien amorcé au XIIIe siècle, est à son maximum au XIVe et décroît lentement au XVe siècle, suivant en cela l'évolution du droit ecclésiastique en matière de collations bénéficiales. Pas forcément non-résidents, les italiens, présents de 1250 à 1340, puis les Français du Midi, de 1320 à 1400, se sont mêlés aux hommes du roi, issus de toutes les provinces du royaume, pour faire pencher la balance au détriment des clercs locaux ou régionaux, lesquels avaient eux-mêmes très souvent quitté leur province pour aller faire des études à l'université avant de pouvoir prendre place parmi les élites de leur cité d'origine. A Amiens comme dans beaucoup de villes du royaume de France, le clergé de la cathédrale représente surtout un apport de l'extérieur plus ou moins lointain.

30Le problème de leurs attaches avec la ville n'est donc pas une affaire de naissance et renvoie plutôt à celui de leur résidence, effective ou non, dans une cité qui leur assurait au moins une partie de leurs revenus. Mais c'est un aspect du sujet que les sources disponibles ne permettent guère de traiter. Je me suis donc bornée à essayer de cerner les contours de la petite minorité d'origine amiénoise et à rechercher dans quelle mesure elle provenait des élites communales. Ce faisant, quelques zones privilégiées de communication entre bourgeoisie et cathédrale me sont apparues, sur la présentation desquelles se terminera l'exposé.

Evaluation numérique des élites ecclésiastiques d'origine locale

  • 12 Les 26 évêques ne font pas partis de ce décompte. Ils seront examinés plus loin. Les proportions s (...)
  • 13 On ne saurait trop insister sur l’apport irremplaçable qu’ont représentés les connaissances préala (...)

31Notre documentation était particulièrement chiche en informations sur l'origine géographique. Seuls, 174 individus – soit 20 % de la population – ont pu être localisés de façon plus ou moins précise, et, le plus souvent, à partir de leur diocèse d'incardination12. C'est dire qu'il faut accorder une importance toute relative aux chiffres. Même les proportions ont une fiabilité difficile à cerner dans la mesure où la documentation révèle peut-être plus facilement des origines lointaines que locales. Mais en l'occurrence, il se pourrait que la tendance générale ait été inversée du fait que des racines amiénoises détectées par Pierre Desportes mais non avouées dans les sources dépouillées ont également été prises en compte13. Au total, 66 individus ont été repérés comme originaires d'Amiens, de son diocèse ou de sa région, soit 38 % des clercs localisés, le nombre des natifs de la ville étant de 29, soit 17 % du même ensemble.

  • 14 La ville d'Abbeville avait donné naissance à une célèbre famille bourgeoise portant son nom. Mais (...)

32Pour le petit groupe des évêques, les résultats sont au contraire presque définitifs, car ils portent sur la quasi-totalité de l'effectif (25 sur 26)14. Or 50 % d'entre eux étaient totalement étrangers à la région, un seul était né à Amiens, 7 appartenaient au diocèse et 4 aux diocèses limitrophes d'Arras et de Beauvais. La proportion des individus originaires du diocèse d'Amiens s'élève donc à 31 % pour les évêques, ce qui est voisin du pourcentage de 38 % obtenu précédemment.

33Le milieu social se laisse encore moins bien appréhender par les sources. Il n'est connu que pour 13 % des individus. Mais là encore, tout est affaire de proportions. Face aux 15 clercs reconnus comme étant issus de la bourgeoisie, il s'en est trouvé 94 pour indiquer qu'ils appartenaient à la noblesse. L'énormité de l'écart est cependant certainement bien moindre dans la réalité, car, une extraction noble donnant des avantages considérables dans la course aux bénéfices, elle est aussi beaucoup plus souvent signalée dans les sources.

  • 15 Arnould de la Pierre est le seul évêque à être certainement d'origine bourgeoise et amiénoise. Pou (...)

34Le petit échantillon que représente la population des évêques confirme ces observations : 17 d'entre eux pouvaient se dire nobles et 3 étaient nés dans des familles anoblies ou en passe de l'être, ce qui fait au total 77 % de ce petit groupe. Les six évêques restants se répartissent en deux groupes de trois : les uns avaient des origines modestes avérées, les autres étaient probablement fils de bourgeois15. Comme les parents de deux évêques « anoblis », avaient appartenu à la bourgeoisie, on peut évaluer à 20 % la représentation de ce dernier milieu au sein des élites épiscopales. La répartition chronologique est assez équilibrée : au XIIIe siècle, les trois bourgeois et un « modeste » sur un effectif de neuf, au XIVe siècle, deux « anoblis » sur six, et au XVe siècle, deux « modestes » et un « anobli » pour un total de onze évêques.

35Les attaches géographiques des clercs nobles (94) ne sont connues que pour 55 d’entre eux, et, dans cet effectif, les tonsurés dans le diocèse d'Amiens sont au nombre de 20, soit 36 %. La part de la ville d'Amiens dans les origines des clercs issus de la bourgeoisie est en revanche écrasante, mais non exclusive, puisque l’un d'eux (sur 15) provenait de Laon et que deux évêques (sur 5) étaient foréziens. Quant à la part de la bourgeoisie dans l'effectif des 29 clercs originaires d'Amiens, elle est également prépondérante, quoique plus difficile à apprécier. A côté des 14 bourgeois déjà repérés et de deux nobles ou anoblis, il y avait surtout des gens appartenant à des familles difficiles à classer, dont une partie émargeait à la commune d'Amiens tandis que l'autre se faufilait dans les rangs de la noblesse. Les Coquerel, les Morvillers sont deux exemples particulièrement célèbres de ces mutations.

Les élites communales amiénoises et le clergé de la cathédrale

  • 16 J. Massiet du Biest, « Les origines de la population et du patriciat urbain à Amiens », Revue du N (...)

36Une autre façon de traiter le même problème consiste à partir non pas du versant clérical mais d'un recensement des familles de la bourgeoisie communale. On dispose d'un tel travail pour une période antérieure à la nôtre, les XIe et XIIe siècles16 ; mais comme on n'en peut faire d'autre utilisation que d'y repérer les noms de famille également présents dans nos listes, il s'agit de toute façon d'une approximation. Or un peu moins d'un tiers de surnoms ou patronymes figurent également dans les fastes amiénois, tandis que les deux autres tiers y sont totalement inconnus.

  • 17 A. Janvier, Livre d'or de la municipalité amiénoise, Amiens, 1892.

37Au sommet de la hiérarchie communale, les maires d'Amiens ont également fait l'objet de listes chronologiques17. Un comptage analogue fait ressortir que sur les 45 noms de famille différents portés par ces édiles entre 1200 et 1500,19 (42 %) furent également portés par des membres de l'élite cléricale. Les fils des grands notables amiénois entrés dans la cléricature avaient donc nettement plus de chances que ceux des autres familles bourgeoises d'être un jour agrégés au clergé de la cathédrale. Mais on doit aussi noter que quelques-uns des lignages bourgeois les plus huppés, ceux des Clabault ou des du Gard notamment, restèrent totalement étrangers à ce mouvement. Avant de se hâter de parler d'un possible anticléricalisme, encore faudrait-il pouvoir vérifier qu'il n'y avait pas de clercs ou de religieux parmi leurs enfants.

  • 18 P. Desportes, « Les gradués d'université dans la société urbaine de la France du Nord à la fin du (...)
  • 19 Il s'agit des familles Aux Couteaux, de Béry, Caignet, du Caurel, de Fontaines, le Normant et le R (...)

38L'étude menée par Pierre Desportes sur les gradués d'université issus des milieux urbains de la France du Nord a récemment mis en lumière neuf familles amiénoises qui firent franchement le pari de l'éducation pour entrer ou se maintenir dans l'élite du patriciat urbain18. Même si ces diplômés ne se destinaient pas à des carrières ecclésiastiques, cette option eut également pour résultat d'ouvrir les portes du chapitre de la cathédrale à leurs frères ou à leurs cousins. Pour sept d'entre elles en effet, on trouve dans nos listes un clerc porteur du même nom, à la même époque, dont l'enracinement local est bien attesté19.

  • 20 Cf. P. Desportes, « Le mouvement confraternel à Amiens et en Picardie aux derniers siècles du Moye (...)

39L'originalité de leur patronyme permet par exemple de rapprocher avec une quasi-certitude les frères Jean et Guillaume Aux Couteaux, fils de Jacques, chanoines respectivement de 1469 à 1493 et de 1469 à 1511, de maître Robert Aux Couteaux, docteur en médecine et échevin de 1477 à 1493. La palette universitaire était particulièrement étendue dans cette famille puisque Jean était licencié in utroque et Guillaume bachelier en rhéologie. Chez Jean au moins, les souvenirs de ses origines ne s'étaient pas émoussés durant sa vie canoniale. C'est en effet dans le cadre de la confrérie Saint-Jacques des merciers, ciriers et épiciers qu'il fonda une procession20.

Quelques points de communication entre bourgeoisie et cathédrale

40L'exposé ne prétend nullement envisager ici l'ensemble des relations entre la bourgeoisie amiénoise et la cathédrale mais entend seulement signaler quelques zones de contact et tenter de cerner un état d'esprit.

  • 21 Cf. W. M. Newman, Le personnel, op. cit. (n. 8).
  • 22 Voir Pierre Desportes, « Le mouvement confraternel... », op. cit. (n. 20).

41Pour le XIIIe siècle, les sources ne sont guère bavardes alors que la présence de trois évêques d'origine bourgeoise sur le siège épiscopal – dont Arnould de la Pierre, seul prélat indubitablement élevé dans la bourgeoisie amiénoise – indique un moment propice aux échanges. Curieusement, c'est en fait sous l'épiscopat de Thibaut Briton (1169-1204), appartenant par sa mère à un lignage, celui d'Heilly, suffisamment puissant pour envoyer une dizaine des siens au chapitre entre 1130 et 123021, que se prit l'habitude d'associer tous les corps de métier de la ville à une procession qui les menait de la cathédrale à l'église Saint – Firmin-à-la-Porte. L'occasion en fut la translation des reliques du saint patron de la cité dans une châsse d'or : le caractère civique de la fête était donc particulièrement évident. La cérémonie se maintint tout au long de notre période, donnant lieu à de magnifiques défilés autour d'un cierge appelé « may », mais après s'être détachée de saint Firmin pour coïncider, à partir de 1322, avec la célébration de la Fête-Dieu22.

  • 23 Ibid.
  • 24 Le vitrail de cette chapelle, représentant Notre Dame, fut offert par l'évêque Bernard d’Abbeville (...)

42L'existence conjointe du régime des mairies de bannières (terme local pour désigner les mairies de métiers) et de nombreuses confréries de métiers (professionnelles et religieuses) a été soulignée par Pierre Desportes23. Or deux de ces confréries au moins étaient accueillies à la cathédrale : celle des boulangers et pâtissiers placée sous le patronage de saint Honoré, antique évêque de la cité, et celle des merciers, ciriers et épiciers, vouée à saint Jacques, dont le chanoine Jean Aux Couteaux s'était fait le bienfaiteur. Il faut noter en outre que la sollicitude des notables laïcs locaux envers l'église-mère du diocèse est attestée par le financement d'importants embellissements. Liénard Le Sec, maire d'Amiens entre 1296 et 1311, dont un ancêtre fut chanoine au début du XIIIe siècle, se manifesta ainsi par le don de verrières. Et comment douter que le vocable de Notre-Dame-Drapière donné à la chapelle axiale du chœur lui provienne du mécénat collectif de la riche et influente bannière des drapiers24 ?

  • 25 Voir G. Durand, Chants royaux et tableaux du Puy Notre-Dame de la cathédrale d'Amiens, Amiens et P (...)

43Une confrérie d'un autre type, d'abord installée à Saint-Martin-aux-Waides puis transférée à la cathédrale, dut jouer un important rôle « d'interface » en accueillant simultanément en son sein des clercs et des laïcs qu'unissaient leur dévotion à Marie ainsi que des prétentions littéraires. Le Puy Notre-Dame, créé en 1388, organisait en effet chaque année un concours de poésies où les auteurs devaient à la fois célébrer la Vierge et rappeler leur activité professionnelle. Le lauréat faisait ensuite fonction de maître de la confrérie. Comme cette académie aux allures très mondaines s'employa à garder le souvenir de ses maîtres et de ses activités, nous savons que, à huit reprises, ce furent des chanoines de la cathédrale qui obtinrent le prix25.

44S'il faut en juger par la succession des maîtres, la participation des élites cléricales de la cité se fit particulièrement active au début et à la fin du XVe siècle. A Jean de Renneval, couronné en 1406, succéda en effet Pierre Milet en 1408 puis Etienne de Blangy en 1412. Il fallut ensuite attendre 1491, avec l'écolâtre Jean de Cambrin, pour renouer avec cette tradition de chanoines-poètes. Mais ce n'est sans doute pas un hasard si, en 1451, la refonte des statuts de la confrérie s'effectua sous la présidence de l'official de l'évêque : il s'agissait de l'ancien maître, Etienne de Blangy. L'installation du Puy et de ses tableaux commémoratifs à Notre-Dame dut s'en trouver facilitée.

  • 26 La référence de l'édition de ce procès est donnée note 2.

45Ce que nous savons par ailleurs de Pierre Milet montre que cette distinguée société, au moins dans ses débuts, n'était pas fermée aux gens de petite origine. Même s'il n'était pas fils de savetier et petit-fils d'un moine de Corbie, ainsi que lui lança à la figure son confrère Raoul Le Voyer, notre chanoine ne devait pas avoir une ascendance très reluisante, car, dans le procès qui nous rapporte ces injures, il ne leur opposa aucun démenti, se contentant de dire qu'il était « bien né et homme d'honneur »26.

46Les tensions sociales que révèle toute cette affaire proviennent d'une rivalité entre un intellectuel qu'on pourrait qualifier de parvenu et un ecclésiastique qui se comportait en marchand. Pierre Milet se drapait dans sa dignité de secrétaire du roi et de familier d'un chancelier de France, et, d'après lui, Raoul Le Voyer était « un des grands marchands grossiers d'Amiens et tavernier publique en ycelle ville ». S'appliquant à une vénérable et discrète personne, la présentation n'était pas très flatteuse. Mais, pas plus que Milet, Le Voyer ne contesta la réalité des faits. Au titre de ses transactions commerciales, il était redevable de taxes que Milet, également élu sur le fait des aides, était chargé de collecter. Or si ce dernier était sensible au dédain, Le Voyer quant à lui se sentait envié pour son « estat ».

  • 27 Voir P. Desportes, op. cit. (n. 18).

47Ainsi, à l'intérieur du chapitre cathédral et à la fin du XIVe siècle, se manifestait un antagonisme entre un officier royal instruit et un opulent commerçant qui n'est pas sans rappeler celui qu'a perçu Pierre Desportes au sein du corps municipal et sous le règne de Louis XI27. A partir de 1462, les juristes du bailliage se mirent en effet à briguer systématiquement les magistratures communales, heurtant ainsi de plein fouet une bourgeoisie qui fonctionnait en oligarchie. Lorsque, en 1471, à la mort en fonctions du maire régulièrement élu, le roi nomma le lieutenant du bailli, maître Jean du Caurel, pour le remplacer, l'échevinage répondit au coup de force en refusant, à celui qui était son premier maire gradué, le titre de sire et l'honneur d'être couché dans le livre d'or.

48Manquant d'ouverture, la bourgeoisie communale amiénoise ne trouva guère de prêteurs d'argent en dehors d'elle-même. Parmi les bénéficiaires de rentes à vie émises par la ville, il se trouva néanmoins sept chanoines de la cathédrale. Leurs liens familiaux avec les édiles locaux sont évidents pour trois d'entre eux. Ils le sont moins pour les deux frères, Pierre et Thomas Alays, gros souscripteurs, l'un en 1403 et l'autre en 1419, précisément les années où on les voit entrer au chapitre. Curieusement, Pierre Alays se disait incardiné au diocèse de Mâcon. Mais une des clefs de son existence réside probablement dans son attachement au cardinal de La Grange, ancien évêque d'Amiens, dont les origines bourgeoises et foréziennes sont bien connues et qui le désigna comme exécuteur testamentaire.

***

49De ces trop rapides et partielles notations sur les interférences entre élites cléricales et communales, on retiendra donc que, sans être très étendue, il existait assurément une zone de chevauchement favorable aux échanges entre les deux composantes urbaines amiénoises. Pour rendre compte de cette réalité sociologique, il n'est qu'à regarder la traduction qu'en donne, dans la topographie et l'urbanisme, le quartier canonial.

50Le domaine capitulaire urbain portait certes le nom de cloître ; mais il était loin d'être hermétiquement clos. La rue qui le séparait de la cathédrale était en effet une voie publique et commerçante animée qui donnait anciennement accès à une porte de la ville. C'était donc un axe de circulation d'un intérêt stratégique évident qu'une sentence arbitrale rendue en 1305 obligea à maintenir constamment ouverte. Une simple barre, placée sous la juridiction communale, y matérialisait la séparation entre les deux territoires. Quant à l'autre rue qui reliait le quartier au reste de la ville, elle était coupée par une porte, fermée la nuit par un serviteur du chapitre, mais un homme de la commune en détenait aussi une clef. Deux maisons canoniales enfin se trouvaient nettement en dehors de cet enclos.

51Sans doute les passages des fils de la bourgeoisie dans les élites cléricales ne se sont-ils pas toujours faits au même rythme durant les trois cents ans. Mais la rareté des sources pour le début de la période empêche d'évaluer l’importance du recul que connut assurément le XIVe siècle. Au XVe siècle en revanche, les signes d'une réouverture sont nombreux. La percée vigoureuse des juristes et officiers du roi dans le monde de la bourgeoisie communale à partir de 1462 ne put que favoriser cette tendance à une plus grande osmose. Car les transferts les plus réussis s'accompagnaient d’un détour par Paris, ou, plus rarement, par une autre ville universitaire, le temps d'y acquérir les diplômes qui manifestaient de façon tangible l’acquisition d'une culture savante. Les grands théologiens que turent deux des évêques « bourgeois » du XIIIe siècle, Geoffroy d'Eu et Arnould de la Pierre, sont à cet égard exemplaires.

  • 28 Voir P. Desportes, op. cit. (n. 20).

52On considérera enfin comme un symbole la fondation de la confrérie Saint-Sébastien, en cette même année charnière de 1462, alors que la ville redoutait d'être investie par l'épidémie de peste28. Conséquence d'un vœu fait conjointement par l'échevinage et l'évêque Ferry de Beauvoir (un enfant de la noblesse artésienne), des fonds furent débloqués par le chapitre et la municipalité pour aider les confrères à construire, dans la cathédrale, un autel dédié au saint, devant lequel brûlerait un cierge. Présidaient à l'opération trois maîtres obligatoirement choisis, le premier parmi les chanoines, le second dans le milieu de la robe et le troisième au sein de la grande bourgeoisie.

Notes

1 P. Desportes et H. Millet, Fasti Ecclesiae Gallicanae, t. 1, Diocèse d'Amiens, Turnhout, Brepols, 1996. On trouvera dans ce volume toutes les références concernant les clercs cités, aux notices qui leur sont consacrées. Il n'y sera plus autrement renvoyé.

2 Bel exemple de cet état d'esprit, la remarque que Maugis crut bon d'ajouter à l'édition des actes d'un procès ayant opposé deux chanoines en 1397, procès dont il sera parlé plus loin : « Quelle étude fait mieux comprendre le déclin des mœurs ecclésiastiques, le progrès croissant de la désaffection et de l'irrespect dans la bourgeoisie municipale et l'explosion de la réforme au siècle suivant ! » (Documents inédits sur la ville et le bailliage d'Amiens extraits des registres du Parlement de Paris et du Trésor des chartes (1397-1471), t. 20 des Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie (série in 4°), 1925, document n°2, p.4.

3 Sur tous ces problèmes, on pourra se référer aux travaux d'anthroponymie effectués sous la direction de Monique Bourin.

4 Les formes des prénoms retenues pour les vedettes ont été volontairement normalisées en se conformant à l'usage local. Une forme différente de cet usage, lorsqu'elle est attestée pour un individu, pourra ainsi figurer en variante.

5 L'argument de proximité chronologique (5 ans) qui a plaidé en faveur de cette solution n'est cependant pas un critère infaillible, ainsi qu'il ressort des exemples, rares mais pas exceptionnels, de longévité de la vie canoniale (67 ans pour Pierre Caignet !). Lorsque deux homonymes se succèdent ou sont simultanément présents dans un chapitre, il est souvent impossible de situer exactement le moment de la succession ou du chevauchement.

6 Sans doute aurait-il fallu signaler dans la notice que cette identification n'était pas prouvée mais seulement hautement probable.

7 Ce numéro est en outre attaché à un diocèse. Lorsqu'ils apparaîtront dans un autre volume, les clercs seront affectés d'un autre numéro, celui qu'il porte à Amiens étant bien évidemment rappelé dans le corps de leur nouvelle notice.

8 Même les tables les plus récentes, celles dressées par W.M. Newman (Le personnel de la cathédrale d'Amiens [1066-1306], avec une note sur la famille des Seigneurs de Heilly,, Paris, 1972) ont dû être corrigées, du fait d'erreurs portant généralement sur la résolution des initiales. Pour lever tous les doutes, sans doute aurait-il fallu conserver davantage le souvenir de telles corrections. Nous nous efforcerons de le faire dans les volumes suivants, en fournissant notamment la liste des noms exclus.

9 Malgré les précautions prises et la relecture, l'automatisme des développements a engendré quelques fâcheuses erreurs facilement repérables du fait de leur incongruité.

10 C'est ainsi par exemple que deux actes de l'official Thomas de Dullendio, retranscrits l'un dans le cartulaire de Saint-Acheul, l'autre dans celui de Fouilloy, ne furent pas émis en 1240 – année où c'était un autre Thomas, Thomas de Chartres qui était official – mais entre 1244 et 1247, bornes chronologiques de ses activités d'official attestées par plusieurs dizaines d'autres actes.

11 Après vérification menée avec Françoise Féry-Hue, auteur de la notice sur Simon d'Authie dans la dernière édition du Dictionnaire des Lettres françaises (Paris, 1992, p.1392), aucune source ne permet d'établir avec certitude l’identité du poète et du chanoine, mais le fait que leurs obits, pour l'un dans le cadre de sa confrérie et pour l'autre à sa cathédrale, aient également été célébrés le 18 novembre demeure un indice de rapprochement non négligeable.

12 Les 26 évêques ne font pas partis de ce décompte. Ils seront examinés plus loin. Les proportions sont donc calculées sur un effectif de 890 individus.

13 On ne saurait trop insister sur l’apport irremplaçable qu’ont représentés les connaissances préalables de Pierre Desportes sur Amiens pour cette partie du travail. Qu'il soit ici vivement remercié pour l'aide discrète qu'il m'a apportée en vue de cette communication. Les références qui suivent montreront tout ce qu'elle lui doit.

14 La ville d'Abbeville avait donné naissance à une célèbre famille bourgeoise portant son nom. Mais il n'a pu être prouvé que l'évêque Bernard d'Abbeville en faisait partie.

15 Arnould de la Pierre est le seul évêque à être certainement d'origine bourgeoise et amiénoise. Pour Bernard d’Abbeville et Geoffroy d'Eu, tous deux liés au diocèse de Rouen (et à la présence de Thibaut d’Amiens sur le siège archiépiscopal de 1222 à 1229 ?), il n'est pas possible d'être aussi affirmatif.

16 J. Massiet du Biest, « Les origines de la population et du patriciat urbain à Amiens », Revue du Nord, 30 (1948), p. 113-132.

17 A. Janvier, Livre d'or de la municipalité amiénoise, Amiens, 1892.

18 P. Desportes, « Les gradués d'université dans la société urbaine de la France du Nord à la fin du Moyen Age », dans Milieux universitaires et mentalité urbaine au Moyen Age, Paris, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1987 ; réédité dans Aspects de la Picardie au Moyen Age, Amiens, Centre d'Histoire des Sociétés de l'Université de Picardie, 1985, p.107-128.

19 Il s'agit des familles Aux Couteaux, de Béry, Caignet, du Caurel, de Fontaines, le Normant et le Rendu.

20 Cf. P. Desportes, « Le mouvement confraternel à Amiens et en Picardie aux derniers siècles du Moyen Age », dans Le mouvement confraternel au Moyen Age, France, Italie, Suisse, Actes du colloque de Lausanne, mai 1985, Paris-Rome, Ecole française de Rome, 1987 ; réédité dans Aspects de la Picardie au Moyen Age, Amiens, 1995, p. 161-184, ici p.166.

21 Cf. W. M. Newman, Le personnel, op. cit. (n. 8).

22 Voir Pierre Desportes, « Le mouvement confraternel... », op. cit. (n. 20).

23 Ibid.

24 Le vitrail de cette chapelle, représentant Notre Dame, fut offert par l'évêque Bernard d’Abbeville (1259-1278), enfant probable de la bourgeoisie locale.

25 Voir G. Durand, Chants royaux et tableaux du Puy Notre-Dame de la cathédrale d'Amiens, Amiens et Paris, 1911.

26 La référence de l'édition de ce procès est donnée note 2.

27 Voir P. Desportes, op. cit. (n. 18).

28 Voir P. Desportes, op. cit. (n. 20).

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search