Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

La supériorité sociale à Dijon à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XIVe–début XVe siècles)

Thierry Dutour

Texte intégral

1On ne peut définir dans l'abstrait la supériorité sociale, sinon en disant qu'elle exprime une relation entre les hommes et qu'elle est le produit d'un jugement porté par la société sur elle-même et sur ses membres. Son fondement est la conception que s'en fait la société sur la base des valeurs qui sont les siennes : les habitants de Dijon se répartissent dans l'espace social en fonction de la façon dont ils conçoivent et perçoivent la société dans laquelle ils vivent. Ils admettent une conception de l'inégalité. Celle-ci est un fait social, parce que la façon dont les individus conçoivent le monde dans lequel ils vivent fait partie intégrante de ce monde. Pour comprendre la supériorité sociale, il faut donc mettre en lumière et étudier cette conception.

2La documentation dijonnaise le permet. On y découvre en effet depuis le XIIIe siècle les éléments d'un discours de la société sur elle-même. Leur étude permet de mettre en évidence une distribution inégale de l'estime sociale et les marques de la supériorité qu'utilisent les notables. Ainsi s'aperçoit-on que les principaux critères de distinction admis à Dijon sont la notabilité et diverses formes d'honorabilité.

3Il y a donc lieu d'envisager le discours social des Dijonnais et ce qu'il nous apprend, puis les principaux critères de la distinction sociale.

Le discours social

4Il se présente sous deux formes. D'une part, des documents d'intérêt pratique, n'ayant pas pour objet d'énoncer ou de justifier une conception de la société, mentionnent les différentes conditions sociales, ou « estais », et leur hiérarchie. Ils se multiplient à partir des années 1350. D'autre part, des textes mentionnent la qualité des individus qu'ils citent.

Les degrés d'estime sociale

5Les éléments les plus significatifs du discours général des Dijonnais et des Bourguignons sur la société font apparaître une répartition des citadins en trois ensembles.

  • 1 B.N.F., Bourgogne, t. 26, fol. 127 [1363] ; B 11229, fol. 106 v° [1364] ; B 4418, fol. 24, 25 v° [1 (...)

6Le premier ensemble est celui des citadins auxquels est reconnue une prééminence sociale ; ils font partie de l'élite de la société bourguignonne avec les prélats et les nobles. Ils sont désignés de trois façons différentes. On les appelle « bourgeois » ; mais cette appellation n'épuise pas la description de la réalité, car il y a des bourgeois nobles, et car tous les hommes importants des villes ne sont pas bourgeois. On les appelle donc aussi « principaulx » et « suffisants », ce qui rend compte de leur situation de fait en ville (ils sont ceux qu'un mandement royal appelle en 1377 « les plus poissans », qui disposent d'une « force et puissance de fait »). Mais tous les puissants ne disposent pas d'un prestige social suffisant pour les distinguer. Alors, les textes emploient un adjectif, qui a l'avantage de rendre compte de toutes les formes de supériorité sociale : ils parlent de « gens notables ». On peut dès lors englober tous ceux que leur supériorité distingue dans une expression simple, comme celle qu'emploie en 1420 un receveur ducal. Il parle des « prélas, nobles et autres gens notables », désigne plus loin les « autres gens notables » comme les « principaulx » puis les « bourgeois » des bonnes villes avant de mentionner que tous se retrouvèrent pour un « disner moult notable » à l'occasion des funérailles du duc Jean sans Peur1 ». On le voit, supériorité sociale et éclat de la renommée sont liés, indépendamment de la forme que prend la première ; elle en prend plusieurs. L'état de bourgeois est la principale, sans être la seule.

  • 2 A.M. Dijon, C 1 [1332], [texte édité par J. Garnier, Chartes de commune, op. cit. (n. 1), p. 61 ; B (...)

7Le second ensemble que l'on peut distinguer parmi les citadins regroupe ceux ceux que l'on appelle couramment « habitants ». Ils ont deux points communs. Le premier les caractérise positivement : les « habitants » résident à Dijon. En revanche, le second les caractérise négativement. Il consiste en un manque : les « habitants » n'ont pas assez de notabilité pour qu'il soit nécessaire d'en relever l'existence. Ils sont le « commun », le « peuple ». Ceux qui en font partie viennent aux assemblées générales des habitants ; le « commun » se compose de chefs d'hôtels, tenant feu et lieu, ayant des moyens d'existence : par conséquent, pour l’essentiel, des artisans, et ceux qui appartiennent à leur maison. C'est à leur propos que l'on parle de pauvres et de riches : il y a des pauvres dans le commun, qui peut être un « menu commun », le « povre pueple », et dans lequel on trouve de « chétives gens ». Normalement, les notables et éventuellement les marchands ne sont pas pauvres. Le discours social distingue parfois les marchands du reste du « commun »2. Le discours sur la société s'arrête là. Le point commun de ceux qu'il nous fait connaître est la capacité à participer aux affaires publiques qui leur est reconnue.

  • 3 Mais pas les nobles citadins, qui jouent dans le gouvernement de la ville un rôle important. Voir : (...)

8Ceux dont on ne parle pas constituent donc un troisième ensemble : les exclus du discours. Leur point commun est l'incapacité à participer aux affaires publiques à Dijon. C'est une incapacité politique. Elle frappe bien entendu les non-Dijonnais : les nobles de la campagne et de la cour3, les étrangers. Elle frappe aussi des citadins que le silence du discours rejette dans le néant social. Or le discours sur la société mentionne les simples habitants, le menu peuple, les pauvres ; il exclut donc ceux qui ne sont même pas cela, certainement parce qu'ils sont peu, mal, ou pas du tout intégrés dans les cadres de la société. Cela s'entend, sans doute, des employés à la journée qui vont et viennent sans se fixer et des misérables, voire des réprouvés. Cette incapacité les distingue radicalement du « menu commun ».

9La distinction des degrés d'estime sociale (les notables, le « commun » en général, ceux dont on ne parle pas) fait appel à deux critères : la notabilité (elle distingue les « personnes notables ») et l'honorabilité, elle-même déterminée par l'activité (être marchand distingue du commun), le type d'insertion dans la société (les « habitants », dotés d'une capacité politique, se distinguent de ceux qui ne la possèdent pas), la fortune (les « chétives gens », ce sont les pauvres).

Les marques de la supériorité sociale

10Celles que mentionnent les textes sont le second élément du discours social. Elles manifestent la prééminence des notables. Toutes, sauf une, évoluent avec le temps.

  • 4 Par exemple Eudes Le Riche, maire 4 fois entre 1229 et 1252, et Evrard, son frère, maire 3 fois ent (...)
  • 5 . Chronologiquement le sens premier du mot « bourgeois » est juridique. La réception d’un individu (...)

11Au XIIIe siècle, les membres de l'élite dijonnaise se disent chevaliers (souvent chevaliers de Dijon), ou bourgeois de Dijon, ou les deux4. Dans la vie courante la qualification de « bourgeois de Dijon » est utilisée dans un sens social et non juridique5. Elle est réservée à une étroite minorité d'habitants dont elle signale qu'ils sont au sommet de la hiérarchie sociale ; son usage est régi par le consensus de ceux qui l'emploient. C'est la marque de supériorité sociale la plus employée ; ceci ne change pas aux XIIIe, XIVe, XVe siècles.

12Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, on observe deux évolutions.

  • 6 Il est impossible de dater son apparition dans le langage parlé puisqu’en deçà d'un certain moment (...)
  • 7 Hugues Aubriot : B 11229, fol. 62, 83 v°, 94, 109 [1362-1364] ; B 11269, fol. 53 [1368] ; B 11270, (...)
  • 8 J. Richard, Les ducs de Bourgogne, op. cit. (n. 4), p. 436, 442, 444, 448, 532.
  • 9 L. Gauthier, Les Lombards, op. cit. (n. 2), pièces justificatives 18 et 55 [1287] ; J. Richard, « C (...)

13A partir du milieu du siècle, des individus se parent ou sont parés du titre de « sire »6. Ce sont des citadins laïcs (par ailleurs nobles ou non, bourgeois ou non) et des hommes de pouvoir, maires, baillis, receveurs généraux du duc7. Par ailleurs dans le dernier tiers du XIIIe siècle, des juristes figurent parmi les chevaliers et bourgeois de Dijon. La compétence juridique apparaît à ce moment comme un moyen d'acquérir ou de conserver un rang élevé dans le service du duc et dans la société8. On trouve à Dijon, comme ailleurs, des « seigneurs ès lois »9.

  • 10 Raoul Bigot, attesté en 1347 : E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec (...)
  • 11 On s'en aperçoit quand on dispose d'actes notariés. Voir par exemple le cas des Griffon, représenté (...)
  • 12 Voir la liste des maires de la ville publiée par P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. (n. 7), p. 41 (...)
  • 13 Philippe Geliot, Demoingin Vautherin, Guiot Poissonnier, attestés respectivement jusqu'en 1413 : A. (...)
  • 14 T. Dutour, « La noblesse dijonnaise », op. cit. (n. 3).
  • 15 B 11248, fol. 49, 64, 80 v°, 107 [1357] ; B 11229 fol. 10 v° [1357], 37 [1358], 63v° [1362], 75 [13 (...)
  • 16 B 11229, fol. 36 v° [1358], 62 [1362], 104,109 [1364], 127 v° [1366] ; B 11270 fol. 25 v° [1371] ; (...)
  • 17 B 11255, fol. 7 [1355] ; B 11248, fol. 49, 64 [1357], 107 [1358] ; B 11229, fol. 36 v° [1358], 62 [ (...)

14Entre 1330 et 1370 interviennent des évolutions majeures. Ce sont d'abord des disparitions. On ne trouve plus que deux chevaliers dijonnais après 134010. Pourtant, les familles de chevaliers citadins vivent toujours à Dijon dans la seconde moitié du XIVe siècle11. Leur situation est toujours éminente12. Mais les membres de ces anciennes familles ne sont plus chevaliers ni même écuyers : on les dit tout simplement nobles. Ces nobles sont par ailleurs une minorité dans leurs familles. C'est donc un type social qui disparaît, entre 1320-1330 et 1350. On ne trouve plus de « seigneurs ès lois » après 1356. Quant aux « sires », aucun d'eux n'apparaît dans la documentation après 136713. Il y a aussi des apparitions. A partir des années 1350-1360 des anoblis apparaissent en nombre, tandis que des membres d'anciennes familles nobles de la ville recommencent à se dire nobles. Les uns et les autres sont généralement des hommes éminents, de grands marchands et des hommes de gouvernement, souvent membres de familles influentes. Des nobles originaires de la campagne s'adjoignent à eux ; ils s'intègrent à l'élite citadine14. Parallèlement, les notables se mettent à utiliser des épithètes d'honneur. Elles attirent l'attention sur des qualités sociales attendues des membres de l'élite. Ce sont des adjectifs épithètes utilisés comme avant noms. Ils sont variés. Leur usage devient courant dans la seconde moitié du XIVe siècle. En général, ces adjectifs ne sont pas utilisés seuls mais combinés à un ou deux autres. L'épithète d'honneur forme une manière de périphrase qui ordonne des adjectifs avant et après les mots « homme » ou « personne ». Les adjectifs épithètes le plus souvent utilisés par les Dijonnais de la seconde moitié du XIVe siècle disent « discrets »15, « honorables »16 et par ailleurs « sages »17, les hommes qu'ils qualifient. L'emploi des adjectifs « honorable » et « discret » incite à leur donner un sens très voisin. Ils qualifient parfois à des moments différents le même individu. On les trouve aussi associés, dans des expressions telles que « honorable et discrète personne ». Les « honorables et discrètes personnes » sont généralement, comme les « sires », des hommes de pouvoir.

15L'usage fait par les notables des marques de la supériorité sociale renseigne sur les caractéristiques associées à la définition des « personnes notables ». Parmi celles-ci, l'honorabilité (manifestée notamment par les épithètes d'honneur) figure en bonne place à partir du XIVe siècle.

Comment l'honorabilité et la notabilité contribuent-elles à déterminer la position occupée par les individus dans l'espace social ?

16Telle est, à partir de là, la question à résoudre.

L'honorabilité

17Elle apparaît comme un chemin vers l'état de notable.

  • 18 Voir par exemple B 11229, fol. 106 v° [1364] (constitution d'un parti ; tous ses membres sont des b (...)
  • 19 A.M. Dijon, B 131, fol 16 v°.
  • 20 Les références données sont celles de la première et de la dernière apparition des individus consid (...)

18Elle consiste d'abord en la possibilité, essentielle aux yeux des Dijonnais, d’être socialement identifié de façon précise par ceux que l'on côtoie. Se présenter, c'est se situer. On se situe en indiquant (dans les actes notariés) une activité, le lieu d'où l'on est originaire, de surcroît le lieu où l'on vit quand le domicile et l’origine ne coïncident pas. L'activité et le fait d'être ou non un Dijonnais contribuent donc pour les contemporains à l'identification sociale. Ils contribuent aussi très directement à définir le degré d'estime sociale dont chacun bénéficie. On s'en aperçoit en étudiant la participation des habitants aux affaires publiques. En effet, ses modalités sont fonction de l'importance sociale des individus. Les notables participent au premier rang à la gestion des affaires communes ; les autres Dijonnais, appelés habitants, viennent aux assemblées18. Mais parmi les habitants se distinguent ceux qui assistent à certaines assemblées restreintes qui donnent lieu à l'établissement d'une liste des présents. Ils y participent parce que leur opinion peut avoir de l'importance : si seul leur nombre avait compté, le clerc de la ville qui tient le registre des délibérations du Conseil de ville n'aurait pas noté leurs noms. On possède ainsi la liste nominative de 112 participants à une assemblée tenue en juin 1387, qui réunit au total 232 personnes, selon le rédacteur du document19. Ceux qui assistent à de telles réunions sans être des notables sont nombreux. Trente-huit sont connus ; ils ont un point commun : la stabilité de l'installation à Dijon. Ils y résident depuis quinze, vingt, trente, quarante ans, y passent l'essentiel de leur vie d'adultes20. Leur mode d'insertion dans la société de la ville les autorise à dire leur mot sur les affaires publiques. Or, la caractéristique la plus visible de ce mode d'insertion est la stabilité de l'installation, qui permet d'acquérir une réputation.

  • 21 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Age, étude sociale, Paris, 1978.
  • 22 B 11486, fol. 2 v°, 9, 11,15,16, 36 ; B 11487, fol. 20 v°, 23, 33 ; B 11489, fol. 35 v°.
  • 23 Tel est par exemple le cas de Richard de Chancey, avocat franc-comtois venu de Besançon. Il s'insta (...)
  • 24 B 11269, fol. 85 ; B 11290, fol. 40 ; B 4422, fol. 50 v'° et suivants ; B 11486, fol. 73 v° ; B 112 (...)

19La stabilité peut-elle être mise en rapport avec des conditions de fortune ? C'est la question à laquelle il faut maintenant répondre. Le discours des contemporains manifeste bien que différents niveaux de richesse produisent des jugements sociaux distincts. Il faut donc savoir en quoi ils sont les facteurs d'un jugement attribuant ou non de l'estime sociale. Cela tient à leur effet sur l'existence sociale des individus. On remarque tout d'abord que la pauvreté reste un niveau de richesse tant qu'elle n'est pas incompatible avec la jouissance d'une position dans la société. Elle ne se confond pas avec la misère. Son rôle spécifique est d'introduire la précarité21. Pour autant, la pauvreté n'est pas incompatible avec une stabilité au moins relative de la vie sociale - qui peut être une stabilité précaire. Des niveaux de fortune très variés sont compatibles avec l'exercice d'un rôle social, et en particulier avec la participation à la vie municipale dijonnaise. L'étude des participants connus à l'assemblée restreinte de juin 1387 citée plus haut le démontre. Certains sont des contribuables modestes ou très modestes, des pauvres, dont les patrimoines sont compris entre 10 et 50 livres tournois22 On peut donc considérer qu'un niveau bas ou très bas de fortune n'est pas nécessairement un facteur d'exclusion. Inversement, une position sociale éminente n'est pas la conséquence automatique d'un niveau de fortune élevé. Dans la société française de la fin du Moyen Age, la position économique ne confère pas à elle seule une position sociale élevée. Elle n'est pas, pour les citadins riches, la position-clé qui détermine les autres éléments de la position sociale. Le lien entre niveau de fortune, position sociale et estime sociale, est donc indirect. En effet, les facteurs qui déterminent la position sociale peuvent dans une certaine mesure jouer en des sens différents ou opposés et néanmoins se compenser. Si de riches Dijonnais ont su faire oublier que leur richesse était d’origine récente23, inversement, une position prestigieuse peut compenser dans une certaine mesure une fortune modeste et même une installation récente dans la ville. On connaît par exemple le cas d'un notaire d'origine et de fortune très modestes, Dijonnais d'adoption par ailleurs. Il déclare en 1377 une fortune montant à 25 l.t. qui le situe parmi les « menus » de la ville. La documentation notariale ne le montre jamais acheter, vendre, ou posséder quoi que ce soit. Pourtant, en 1397, vingt-neuf ans après son apparition dans la documentation, il a l'honneur de devenir échevin24. Le rôle de la fortune dans la définition des situations sociales reste donc très délicat à interpréter.

  • 25 P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1979, p. 205.
  • 26 Ils exigent un examen attentif car ils biaisent de deux façons la perception de la réalité sociale. (...)

20Il l'est d'autant plus qu'il y a, entre richesse et pauvreté, des situations intermédiaires. Elles sont difficiles à dégager, à Dijon comme ailleurs – à Reims par exemple25. Du moins les comptes d'impositions nous apprennent-ils qu'elles existent26. C'est l'essentiel. Ce que les textes appellent « le commun », ou « les habitants », recouvre précisément toute la gamme des situations intermédiaires entre richesse et pauvreté.

21Les trois niveaux de fortune producteurs de jugements sociaux nettement distincts sont en définitive : une richesse telle qu'elle distingue du « commun » ; un niveau de fortune qui inclut dans le « commun » ; une pauvreté telle qu'elle exclut de ce dernier.

La notabilité

22Elle est un éclat d'intensité variable. On s'en aperçoit en complétant l'examen de l'usage des épithètes d'honneur. D'une part toutes, sauf une, sont réservées aux notables. Mais d'autre part, les notables n'ont pas l'exclusivité du qualificatif de « maître ».

  • 27 Voir par exemple le cas de Me Girard le Lorrain alias de Bar, chanoine de la Sainte-Chapelle, physi (...)
  • 28 Voir par exemple le cas de Me Jean II Geliot dit « le grand », bourgeois (B 11229, fol. 61), noble (...)
  • 29 Tel est par exemple le cas de Me Guy Jobelot de Fleury, alias de Leuvre, maçon (B 11248, fol. 58, 7 (...)
  • 30 On appelle « maître », sans doute pour souligner la technicité et la valeur de leur savoir, des maî (...)

23On peut appeler « maître » les gradués en droit, les médecins27, des marchands28, enfin des artisans qui se distinguent par une compétence particulière dans leur métier29. « Maître » est par conséquent une appellation ambiguë. Cet avant-nom peut être un titre auquel une fonction donne droit30 ; il signale en tout cas une supériorité de science ou de talent, qui attire l'attention sur son détenteur. Il vaut reconnaissance d'une estime sociale, même si être appelé « maître » ne suffit pas à faire considérer celui qui est distingué ainsi comme un notable. On le voit, les notables se définissent par leur notabilité mais ils n'en sont pas les détenteurs exclusifs.

  • 31 Ainsi en 1383 Jean d'Auxonne, couturier, qui place sa fille en apprentissage de couturière de drap, (...)
  • 32 Les contrats notariés le prévoient expressément, car ce sont des obligations financièrement lourdes (...)

24Les autres habitants ont donc, eux aussi, une notabilité. Elle est moindre et les rédacteurs des documents ne se donnent pas souvent la peine de l'enregistrer. Mais elle existe. La documentation atteste que les Dijonnais ordinaires tiennent à la part de notabilité et donc d'estime sociale que leur vaut leur état. Par exemple des individus, dans les actes notariés, précisent parfois qu'ils sont maîtres en leur art31. Surtout, les Dijonnais qui marient leur fille la vêtent, d'après les contrats de mariage, « selon son estat », quel qu'il soit32. C'est la preuve que leur « estat » est pour eux chose importante, qui doit se manifester, de façon claire pour tous, à travers ces signes de reconnaissance sociale que sont les vêtements.

25Au total, on peut définir la notabilité comme une combinaison de valeur sociale reconnue, de prestige et d'éclat. Elle peut être plus ou moins grande. Les Dijonnais dont la notabilité est suffisamment importante sont considérés comme des « personnes notables ». Les autres peuvent être simplement honorables.

Conclusion

26On peut formuler en conclusion trois observations.

  • 33 F. von Hayek, dans un essai stimulant (Scientisme et sciences sociales. Essai sur le mauvais usage (...)

27La représentation que les contemporains proposent de la distribution des individus dans l'espace social n'est pas une description de leur société. Elle est d'une part une opinion qu'ils partagent et donc une théorie, qui explique et justifie à la fois un état social ; en ce sens elle peut nous induire en erreur ; elle passe notamment sous silence ce qui est méprisé. Mais elle est aussi, d'autre part, un élément constitutif de la société étudiée33, qui indique comment elle s'organise hiérarchiquement ; l'usage des marques de supériorité sociale l'atteste. La description de la société dijonnaise et en particulier l'étude de son élite ne peuvent donc faire abstraction de cette représentation. Elle est, nécessairement, le point de départ de l'enquête. On s'est attaché ici à ce point de départ.

28L'estime sociale dont les citadins bénéficient traduit une appréciation globale de « l'estat » de chacun. « L'estat » est fonction de l'honorabilité. La forme superlative de cette dernière est la notabilité, éclat d'intensité variable, porté à son degré le plus haut chez ceux qui sont appelés précisément « hommes notables ». Ces derniers constituent l'élite de la société urbaine et, au sens le plus pur du terme, une aristocratie.

  • 34 On ne peut donc accepter sans réserve l'affirmation d'A. Jouana (« Des "gros et gras" aux "gens d'h (...)

29Ainsi, la hiérarchie sociale est fondée sur la notion d'estime sociale. La conception de la stratification sociale est en même temps, une conception de sa justification34.

Notes

1 B.N.F., Bourgogne, t. 26, fol. 127 [1363] ; B 11229, fol. 106 v° [1364] ; B 4418, fol. 24, 25 v° [1371] ; B.N.F., Bourgogne, t. 52 fol., fol. 235 [1377], texte publié par E. Petit, Ducs de Bourgogne de la maison de Valois d'après des documents inédits, 1, Philippe le Hardi 1363-1380 [seul paru], Paris, 1909, p. 325-326 ; M. Chaume, « Ordonnance du bailliage de Dijon sur le salaire des vignerons (vers 1380) », Annales de Bourgogne, 1948, p. 129 ; A.M. Dijon, B 139, fol. 17 v° [1396] ; A.M. Dijon, B 2, texte édité par J. Garnier, Chartes de commune et d'affranchissement en Bourgogne, Dijon, 1867, t. 1, p. 89 [1397] ; A.M. Dijon, B 147, fol. 107 [1409] ; B 1606, fol. 96 [1420] et A.D. Nord, B 1602, fol. 99, textes cités par B. Schnerb, Les funérailles des ducs de Bourgogne Philippe le Hardi et Jean sans Peur, mémoire de Maîtrise, Université de Paris-IV, 1982, dactyl., p. 114, 217-218 ; E. Champeaux, Les ordonnances des ducs de Bourgogne sur l'administration de la justice depuis 1370, avec une introduction sur les origines du parlement de Bourgogne, Paris-Dijon, 1908, p. 112 [1422] ; B 11207, cité par F. Dumas-Dubourg, Le monnayage des ducs de Bourgogne, Louvain-la-Neuve, 1988, p. 136 [1427],

2 A.M. Dijon, C 1 [1332], [texte édité par J. Garnier, Chartes de commune, op. cit. (n. 1), p. 61 ; B 3134, fol. 9 v° [1344], cité par F. Piponnier, « Recherches sur la consommation alimentaire en Bourgogne au XIVe siècle », Annales de Bourgogne, 1974, p. 72 ; L. Gauthier, Les Lombards dans les deux Bourgognes, Paris, 1907, pièce justificative 93 [1356)] ; B.N.F., Bourgogne, t. 26, fol. 124 [1364] ; A.M. Dijon, B 131, fol. 17 v° [1387] ; B 139, fol. 4 v° [1396] ; fol. 26 [1397] ; B 144, fol. 40 [1402] ; B 147, fol. 108 v° [1409] ; E. Champeaux, op. cit. (n. 1), p. 91 [1412].

3 Mais pas les nobles citadins, qui jouent dans le gouvernement de la ville un rôle important. Voir : T. Dutour, « La noblesse dijonnaise dans la seconde moitié du XIVe siècle (vers 13 : 0-vers 1410) », dans P. Contamine, T. Dutour, B. Schnerb (sous la direction de), Commerce, finances et sociétés (XIe-XVIe siècles). Recueil de travaux d'histoire médiévale offert M. le professeur Henri Dubois, Paris, 1993, p. 311-326.

4 Par exemple Eudes Le Riche, maire 4 fois entre 1229 et 1252, et Evrard, son frère, maire 3 fois entre 1229 et 1251, sont nobles, chevaliers, bourgeois : ils sont appelés tantôt miles et tantôt burgensis : J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècles Paris, 1954, p. 342 ; B.N.F., Bourgogne, t. 41, fol. 59.

5 . Chronologiquement le sens premier du mot « bourgeois » est juridique. La réception d’un individu par la commune fait de lui un « bourgeois du duc » (on parle aussi au XIVe siècle de « franc-bourgeois du duc », B 11282, fol. 33 v° [1382] ; « bourgeois et habitant », B 11229, fol. 96 [1363]), dont le statut personnel est régi par la charte de commune, qui est libre et qui, en particulier, échappe à la mainmorte – ce qui est d'une importance considérable dans un pays de servage comme l'est le duché de Bourgogne (J. Richard, « L’évolution des bourgeoisies dans le duché de Bourgogne XIIe-XIVe siècles », Mémoires de la société pour l'histoire du droit des anciens pays bourguignons, comtois et romands [= MSHDB], 1954, p. 50-59 ; J. Rauzier, Finances et gestion d'une principauté au XIVe siècle. Le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi 1364-1384 Paris, 1996, p. 94-95, 136-141, 144, 248-254, 348). Les actes de la pratique le confirment (J. Garnier, Chartes de commune, op. cit. (n. 1), t. 1, p. 57-60). La charte n'indique pas comment on devient membre de la commune et donc homme et bourgeois du duc ; il suffit en fait d'habiter la ville de façon permanente et d’en payer les charges. Le second sens est social, donc régi par l'usage. Les deux ont cours du XIIIe au XVe siècles. Il importe de ne pas les confondre : tous les hommes et bourgeois du duc à Dijon ne sont pas appelés bourgeois. Les avant-noms que l'on rencontre (« sire », « dame », « demoiselle ») sont dans la pratique réservés aux nobles et aux bourgeois.

6 Il est impossible de dater son apparition dans le langage parlé puisqu’en deçà d'un certain moment on dispose seulement d'une documentation écrite en latin. Les cas connus les plus anciens sont : sire Bertrand II Pèlerin, noble, chevalier, chambellan du duc, maire en 1260, qualifié post mortem par l'épitaphe de sa fille Laure, morte le 4 novembre 1309 (B.N.F., Bourgogne, t. 10, fol. 97 v°) ; sire Philippe Griffon, procureur de la commune en 1304, qualifié post mortem par le registre des délibérations du Conseil de la ville en 1342 (A.M. Dijon, B 47, no 2 ; P. Lebel, Extraits du registre de l'échevinage de Dijon pour l'année 1341-1342, Dijon, 1962, p. 59) ; sire Jean Petitot, procureur de la ville en 1304, qualifié, sans doute post mortem, par le registre des délibérations du Conseil de la ville en 1342 (A.M. Dijon, B 47, no 2 ; P. Lebel, op. cit., p. 19) ; sire Jean Griffon, appelé « sire » en 1308 (A.M. Dijon, M 46bis, no 1) ; sire Hugues Pèlerin, maire en 1311, qualifié post mortem par un contrat notarié en 1351 (B 11247, fol. 32 v°) ; sire Girard Griffon, maire en 1318, appelé « sire » en 1342 (P. Lebel, op. cit., p. 13). A strictement parler l'usage est donc attesté depuis 1308 mais les exemples énumérés ici incitent à croire qu’il remonte au moins au milieu du XIIIe siècle.

7 Hugues Aubriot : B 11229, fol. 62, 83 v°, 94, 109 [1362-1364] ; B 11269, fol. 53 [1368] ; B 11270, fol. 51 [1371] ; B 11282, fol. 9 [1373] ; B 11290, fol. 71 [1376] ; E. Petit, « Ducs de Bourgogne de la maison de Valois », op. cit. (n. 1), p. 264 ; M.-T. Caron, La noblesse dans le duché de Bourgogne à la fin du Moyen Age (1315-1477), Lille, 1987, p. 144-147. Jean Ier de Beaune : A.M. Dijon, C 33, no 1 ; P. Lebel, Extraits du registre de l'échevinage de Dijon pour l'année 1341-1342, op. cit. (n. 6). Monnot de Beaune : B 11282, fol. 33 [1380] ; B.N.F., Bourgogne, t. 104, fol. 72 ; P. Gras (sous la direction de), Histoire de Dijon, Toulouse, 1981, p. 410 (liste des maires de Dijon) ; Poinçart Bourgeoise : B 11229, fol. 104 r° [1364] ; J. Richard, « Finances princières et banquiers au XIVe siècle. L'affaire des Bourgeoise et la réformation de 1343 en Bourgogne », Annales de Bourgogne, 27 (1955), p. 19 ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit.. Jean II Frérouhot : B 1128, fol. 101 v° [1351] ; P. Lebel, Extraits du registre de l'échevinage de Dijon pour l'année 1341-1342, op. cit. (n. 6), p. 25, 50 ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. Philippe Ier Geliot : A.M. Dijon, M 13, no 36 [1373] ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. Girard Griffon : A.M. Dijon, C 33, no 1 [1350] ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. Garnier Griffon : B 11255, fol. 36 v°-37. Jean Ier Griffon : A.M. Dijon, M 46 bis, no 1 ; P. Lebel, Extraits du registre de l'échevinage de Dijon pour l'année 1341-1342, op. cit. (n. 6), p. 24. Guillaume Ier de Marcilly : B 11274, fol. 110 v° [1384] ; B.N.F., Bourgogne, t. 42, fol. 29 v° ; U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, avec des notes, des dissertations et les preuves justificatives, Dijon, t. ΙII, 1748, preuve 294. Guillaume II de Marcilly : B 11270, fol. 25 v° [1371] ; B.N.F., Bourgogne, t. 104, fol. 71 v° ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit ; M.T. Caron, op. cit., p. 203. Me Jean Ier du Pautet : A.M. Dijon, C 33, no 1 [1349] ; B 11247, fol. 19 v° [1351] ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. Hugues Ier Pèlerin : A.M. Dijon, M 13, no 27 [1329] ; B 11247, fol. 32 v° [1351], Guyot Poissonnier : A.M. Dijon, B 148, fol. 65 [1421] ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. ; H. Dubois, Les foires de Chalon et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen Age (vers 1280-vers 1430), Paris, 1976, p. 536 ; H. Dubois, « Marchands dijonnais aux foires de Chalon-sur-Saône à la fin du Moyen Age : essai de prosopographie », Publication du Centre européen d'études bourguignonnes, 27 (1987), p. 81. Eudes Rossignol : P. Lebel, Extraits du registre de l'échevinage de Dijon pour l'année 1341-1342, op. cit. (n. 6), p. 24 ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. Demoingin Vautherin : A.M. Dijon, B 150, fol. 1 [1418] ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. Dimanche de Vitel : B 11229, fol. 10 v° [1357], 63 v° [1362] ; M.-A. Depardieu, Le personnel franco-bourguignon au service de la Bourgogne au milieu du XIVe siècle, mémoire de DEA, Université de Paris-IV, 1989, dactyl., annexe V.

8 J. Richard, Les ducs de Bourgogne, op. cit. (n. 4), p. 436, 442, 444, 448, 532.

9 L. Gauthier, Les Lombards, op. cit. (n. 2), pièces justificatives 18 et 55 [1287] ; J. Richard, « Chevaliers de mesnie castrale et hobereaux campagnards : les Boujon de Vergy », dans Economies et sociétés au Moyen Age. Mélanges offerts à Edouard Perroy, Paris, 1973, p. 268, 270 [1332] ; J. Richard, « Finances princières », op. cit. (n. 7), p. 21 [1345] ; B 11248, fol. 29 v°-30 v° [1356],

10 Raoul Bigot, attesté en 1347 : E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, avec des documents inédits et des pièces justificatives, Paris, 1885-1905, t. VIII, p. 467 et Jean Griffon, mentionné pour la dernière fois en 1342, mort avant 1351 : A.M. Dijon, M 46bis, no 1 [1308] ; B 11247, fol. 32 v° [1351] ; P. Lebel, Extraits du registre de l'échevinage de Dijon pour l'année 1341-1342, op. cit. (n. 6), p. 24.

11 On s'en aperçoit quand on dispose d'actes notariés. Voir par exemple le cas des Griffon, représentés à Dijon par : Girard Griffon en 1350 : A.M. Dijon, C 33, no 1 ; Guillaume Griffon en 1346 : A.M. Dijon, B 47, no 4 ; Garnier Griffon en 1342 : B 11255, fol. 36 v°-37 [1355] ; P. Lebel, Extraits du registre de l'échevinage de Dijon pour l'année 1341-1342, op. cit. (n. 6) ; Gauthier Griffon en 1355 : B 11248, fol. 8 v° ; Pierre Ier Griffon, maire de Dijon en 1359-1360 : B 11247, fol. 32 v° [1351] ; B 11269, fol. 26 v° [1368] ; P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. (n. 7) ; Demoinges Ier Griffon de 1347 à 1376 : B 11241, fol. 12 v°, 62 v°, 6 v° ; B 4422, fol. 12 ; Demoinges II Griffon de 1347 à 1363 : B 11241, fol. 12 v°, 81, 92 v° ; B 11248, fol. 15 v° ; B 11229, fol. 82 v° ; Demoinges III Griffon alias le Courderet ou le Corder de 1357 à 1383 : B 11248, fol. 58 ; B 11229, fol. 81 ; B 11270, fol. 29 ; B 11271, fol. 13 v° ; B 11274, fol. 20 ; Jean III Griffon dit « le petit » en 1357 : B 11248, fol. 79v°-80 ; Philippe II Griffon de 1354 à 1362 : B 11228, fol. 163 ; B 11255, fol. 31 v° ; B 11229, fol. 70 v° ; Jean IV Griffon de 1355 à 1368 : B 11248, fol. 8 v°, 31 ; A.M. Dijon, L 118, fol. 9 ; Jean V Griffon en 1355 : B 11255, fol. 31 v° ; Garnier II Griffon de 1363 à 1368 : B 11229, fol. 81 ; B 11269, fol. 7 v°, 15 ; Philippe III Griffon dans les années 1370-1380 : H. Dubois, « Marchands dijonnais », op. cit. (n. 7), p. 69 ; B 11271, fol. 21 ; B 11290, fol. 3 v°, 7 v°.

12 Voir la liste des maires de la ville publiée par P. Gras, Histoire de Dijon, op. cit. (n. 7), p. 410.

13 Philippe Geliot, Demoingin Vautherin, Guiot Poissonnier, attestés respectivement jusqu'en 1413 : A.M. Dijon, B 148, fol. 65 v° ; 1422 : A.M. Dijon, B 150, fol. 79 v° ; 1426 : H. Dubois, Les foires, op. cit. (n. 7), p. 536 ; et appelés « sire », sont connus depuis 1362 : B 11229, fol. 61 ; 1367 : B 11271, fol. 5 ; 1362 : A.M. Dijon, L 337, fol. 107.

14 T. Dutour, « La noblesse dijonnaise », op. cit. (n. 3).

15 B 11248, fol. 49, 64, 80 v°, 107 [1357] ; B 11229 fol. 10 v° [1357], 37 [1358], 63v° [1362], 75 [1363] ; B 11263, fol. 2 v°, 7 v° [1362] ; B 11267, fol. 14 [1365] ; B 11255, fol. 4 v° [1355], 7, 31 v° [1369] ; B 11290, fol. 11-12 v°, 16 v° [1376] ; B 11282, fol. 5 [1372], 17, 18 [1375], 35 v° [1382] ; B 11274, fol. 20 bis, 40 v° [1383], 61 v°, 80, 100 v°, 104 [1384] ; A.M. Dijon, M 11, no 2 [1394] ; L. Gauthier, Les Lombards, op. cit. (n. 9), p. 253-254.

16 B 11229, fol. 36 v° [1358], 62 [1362], 104,109 [1364], 127 v° [1366] ; B 11270 fol. 25 v° [1371] ; B 11282, fol. 5 [1372], 8 v° [1373], 14, 32 [1374], 35 v° [1382] ; A.M. Dijon, L 2, no 14 [1394] ; A.M. Dijon, B 139, fol. 1 [1396] ; B 1563, fol. 99 v°-100 [1411] ; A.M. Dijon, L 121, fol. 209 [1449] ; U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, op. cit., (n. 7), t. IIΙ, preuve 54, 73, 116 ; J. Garnier, Chartes de commune, op. cit. (n. 1), t. 1, p. 188 ; J. Simonnet, Le clergé en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Dijon, 1865, p. 107-108 ; L. Gauthier, Les Lombards, op. cit. (n. 9), p. 253-254.

17 B 11255, fol. 7 [1355] ; B 11248, fol. 49, 64 [1357], 107 [1358] ; B 11229, fol. 36 v° [1358], 62 [1362], 104, 109 [1364], 127 v° [1366] ; B 11267, fol. 14 [1365] ; B 11255, fol. 31 v° [1369] ; B 11270, fol. 25 v° [1371] ; B 11282, fol. 5 [1372], 14 [1374] ; B 11290, fol. 11-12 v° [1376] ; B 11274, fol. 20bis, 40 v° [1383], 61 v°, 80, 84 v°-85, 100 v°, 104 [1384] ; A.M. Dijon, L 2, no 4 [1387] ; A.M. Dijon, Μ 11 no 2 [1394] ; A.M. Dijon, B 139, fol. 1 [1396] ; B 1563, fol. 99 v°-100 [1411] ; A.M. Dijon, L 121, fol. 209 [1449] ; B.N.F., Bourgogne, t. 104, fol. 74 ; L. Gauthier, Les Lombards, op. cit. (n. 9), p. 253-254.

18 Voir par exemple B 11229, fol. 106 v° [1364] (constitution d'un parti ; tous ses membres sont des bourgeois) et A.M. Dijon, L 337, fol. 105, 107 ; A.M. Dijon, L 118, fol. 2 [1362-1363 et 1368], cotisation collective de divers métiers à des emprunts de la ville auprès des habitants.

19 A.M. Dijon, B 131, fol 16 v°.

20 Les références données sont celles de la première et de la dernière apparition des individus considérés dans les documents consultés. Quand la dernière apparition est l’assemblée de 1387, le fait est mentionné sans la référence de cette assemblée, déjà indiquée précédemment (n. 19). Individus attestés pendant 40 ans et plus : Guienot Roussel de 1362 à 1405 : B 11229, fol. 62 v° ; A.M. Dijon, L 345, fol. 82 et Jean de Troyes de 1357 à 1396 : B 11483, fol. 30 ; A.N., 1 AP 166, compte publié par C.L. de la Trémoille, Livre de comptes Guy de la Trémoïlle-Marie de Sully, Nantes, 1887, p. 25, quittance du 13 juin 1396. Individus attestés pendant 30 à 39 ans : Richard Bacquier de 1363 à 1396 : B 11229, fol. 92 v° ; B 11489, fol. 34 v° ; Jean Chière de 1357 à 1387 : B 11483, fol. 30 ; assemblée de 1387 ; Villemot le Juif de 1373 à 1405 : B 11271, fol. 58 ; A.M. Dijon, L 345, fol. 85 ; Jean Moingin de 1372 à 1405 : B 11271, fol. 17 ; A.M. Dijon, L 345, fol. 83 ; Jean Perrin de 1370 à 1404 : B 11270, fol. 11 bis ; H. Dubois, « Marchands dijonnais aux foires de Chalon-sur-Saône à la fin du Moyen Age : essai de prosopographie », Publication du Centre européen d'études bourguignonnes, 27 (1987), p. 69, année 1404 ; Me Girard de Passe-Avant de 1365 à 1396 : B 11267, fol. 20 ; B 11489, fol. 41 v° ; Jean Regnart de 1357 à 1387 : B 11483, fol. 35 ; assemblée de 1387 ; Guillaume de Saint Seine de 1357 à 1387 : B 11483, fol. 1 ; assemblée de 1387 ; Jean de Tard de 1357 à 1391 : B 11483, fol. 17 v° ; R. Kohn, Les Juifs de la France du nord dans la seconde moitié du XIVe siècle, Louvain-Paris, 1988, p. 315. Individus attestés pendant 15 à 29 ans : Huguenin le Barbet de 1371 à 1396 : B 4419, fol. 33 ; B 11489, fol. 3 v° ; Jean de Belfort de 1368 à 1391 : A.M. Dijon, L 118, fol. 2 v° ; B 1478, fol. 51 v° ; Jean de Bures de 1366 à 1387 : B 11267, fol. 33 v° [1366] ; assemblée de 1387 ; Vauchier Coeur de Roy de 1363 à 1387 : A.M. Dijon, L 337, fol. 106 [1363] ; assemblée de 1387 ; Jean Daube de 1367 à 1395 : B 11271, fol. 57 v° [1367] ; R. Kohn, Les Juifs de la France du nord, op. cit., p. 195 ; Me Bernard le Fontenier de 1372 à 1387 : B 11271, fol. 4 [1372] ; assemblée de 1387 ; Michelet Girost de 1381 à 1396 : B 11487, fol. 20 v° ; A.M. Dijon, B 139, fol. 3, 12 v° ; Me Guillaume Lore de 1368 à 1387 : B 11269, fol. 44 v° ; assemblée de 1387 ; Richard de la Marche de 1369 à 1387 : B 11263, fol. 6 ; assemblée de 1387 ; Viart de Mirecourt de 1368 à 1387 : B 11269, fol. 72 v° ; assemblée de 1387 ; Gurry de Nuits alias le Barbier de 1376 à 1396 : B 11290, fol. 46 v° ; A.M. Dijon, B 139, fol. 4 ; Jean Péchinot de 1373 à 1387 : B 11271, fol. 59 v° ; assemblée de 1387 ; Jean Picart de 1370 à 1387 : B 4418, fol. 7 ; assemblée de 1387 ; Perrenot Roigeot de 1376 à 1396 : B 11290, fol. 24 ; A.M. Dijon, B 139, fol. 4 ; Lambert de Saint Mihiel de 1370 à 1396 : B 11270, fol. 2 ; A.M. Dijon, B 139, fol. 17 v°.

21 M. Mollat, Les pauvres au Moyen Age, étude sociale, Paris, 1978.

22 B 11486, fol. 2 v°, 9, 11,15,16, 36 ; B 11487, fol. 20 v°, 23, 33 ; B 11489, fol. 35 v°.

23 Tel est par exemple le cas de Richard de Chancey, avocat franc-comtois venu de Besançon. Il s'installe à Dijon vers 1400 et apparaît immédiatement en relation avec Me Hugues Morel, doyen de la Sainte-Chapelle. Entre 1400 et 1402 il devient veuf et en 1402 il épouse Isabelle, nièce de Me Hugues, fille du frère de ce dernier, Pierre, mort depuis peu. Ce mariage lui offre de vastes possibilités. En premier lieu, son entente avec Me Hugues Morel est si grande que Richard de Chancey et sa femme vivent chez lui ; ainsi se crée une communauté de biens entre le doyen fort riche et l'avocat. Les modalités de cette communauté sont précisées en février 1403 par un contrat écrit. Elle dure jusqu'à la mort du doyen en 1419 (A. Bossuat, « Une scandaleuse affaire : Richard de Chancey et la succession d’Hugues Moreau, doyen de Dijon », Cahiers d'histoire, 1962, p. 301-317). En second lieu, les Morel sont une famille influente où l'on trouve drapiers et juristes, connue depuis 1323 (L. Gauthier, Les Lombards, op. cit. (n. 9), p. 189 ; B. Schnerb, Aspects de l'organisation militaire dans les principautés bourguignonnes, vers 1315vers 1420, thèse de doctorat de 3e cycle, Université de Paris-Sorbonne, 1988, dactyl., p. 436 ; B 11248, fol. 7 v°-8, 27, 32, 33 v°, 34, 70, 87, 110 ; B 11255, fol. 21, 24, 25 ; B 11267, fol. 37 ; B 11271, fol. 63 v° [1356-1366]), alors remarquablement introduite dans le pouvoir municipal et auprès du duc. Pierre Morel, père d'Isabelle, avocat, est maire en 1387-1388 et conseiller du duc de 1394 au moins jusqu’à sa mort survenue en juillet 1400 (A.M. Dijon, L 2, no 4 ; B.N.F., Bourgogne, t. 23, fol. 94 v°). Perrenot Morel est receveur des ouvrages de fortification de la ville en 1386 et des recettes ordinaires en 1393 (A.M. Dijon, L 2, no 5, 6, 7,10, 11). Me Hugues Morel est conseiller du duc (B.N.F., Bourgogne, t. 42, fol. 108). Grâce à son mariage, à l'appui de l'oncle de sa femme, aux relations de sa belle-famille, tout est possible pour Richard de Chancey. Dès 1404 il est avocat du duc à Dijon et maire, anobli en 1406, conseiller du duc et chef du conseil ducal depuis 1409 au moins (U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, op. cit., [n. 7], t. ΙII, p. 311 ; J. Billioud, Les Etats de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Dijon, 1922, p. 73). En 1413 il est l'un des représentants de la noblesse aux Etats du duché (U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, op. cit., [n. 7], t. III, p. 581).

24 B 11269, fol. 85 ; B 11290, fol. 40 ; B 4422, fol. 50 v'° et suivants ; B 11486, fol. 73 v° ; B 11282, fol. 45 v° ; A.M. Dijon, B 140, fol. 19.

25 P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1979, p. 205.

26 Ils exigent un examen attentif car ils biaisent de deux façons la perception de la réalité sociale. Attirant l'attention sur les niveaux de fortune qui sont leur objet, ils incitent à sous-estimer les autres facteurs de la stratification sociale. Mettant en valeur riches et pauvres, ils incitent à sous-estimer l'importance des niveaux intermédiaires de fortune et à simplifier de façon caricaturale des réalités sociales complexes.

27 Voir par exemple le cas de Me Girard le Lorrain alias de Bar, chanoine de la Sainte-Chapelle, physicien (B 11248, fol. 76 v°-77 [1357] ; B 11229, fol. 88 v° [1363] ; B 11267, fol. 15 [1365]).

28 Voir par exemple le cas de Me Jean II Geliot dit « le grand », bourgeois (B 11229, fol. 61), noble (B 11486, fol. 23 [1376] ; B 11489, fol. 51 [1396]), élu pour les bonnes villes en 1371 (A.M. Dijon, L 2, no 1) et 1375 (J. Billioud, Les Etats de Bourgogne, op. cit. (n. 23), p. 180), lainier (B 11274, fol. 109 v°-11 v° [1384]), qui spécule sur les monnaies (B 11247, fol. 16 v° [1350] ; B 11248, fol. 70 v°-71 [1352]).

29 Tel est par exemple le cas de Me Guy Jobelot de Fleury, alias de Leuvre, maçon (B 11248, fol. 58, 76 v°, 77 [1357] ; B 11255, fol. 16 v° [1357]) ; Me Girard de Passe-Avant, tonnelier (B 11290, fol. 38 [1376] ; B 11486, fol. 19 [1376]) et charpentier (B 4418, fol. 20 v° [1370-1371] ; B 11274, fol. 8 v°-9 [1383]) ; Me Gauthier de Prenois, charpentier (B 11274, fol. 20 [1383]).

30 On appelle « maître », sans doute pour souligner la technicité et la valeur de leur savoir, des maîtres de la chambre des comptes ducale qui ne sont apparemment pas gradués en droit ; tel est le cas de : Guillaume Courtot, clerc de la mairie en 1376, clerc aux comptes à la chambre des Comptes en 1398, puis conseiller du duc et maître des comptes à partir de 1407, général maître des monnaies en 1418 (B 11290, fol. 55 [1376] ; B.N.F., Bourgogne, t. 40, fol. 195 ; t. 58, fol. 109) ; Oudot Douay (B.N.F., Bourgogne, t. 41, fol. 41), receveur ducal et marchand de draps et de vin (A.M. Dijon, L 2, no 2 ; B.N.F., Bourgogne, t. 23, fol. 54 ; U. Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, op. cit., [n. 7], t. m, p. 61, 65, 76 ; H. Dubois, Les foires, op. cit. [n. 7], p. 446, 448 et note 182, 449, 536), receveur général des finances de 1386 à 1388 (B.N.F., Bourgogne, t. 41, fol. 42) ; Régnault Gastellier, receveur ducal du bailliage d'Auxois de 1379 à 1399 (J. d Arbaumont, Armorial de la chambre des comptes de Dijon, d’après le manuscrit inédit du père Gautier, avec un chapitre supplémentaire pour les officiers du bureau des finances de la même ville, Dijon, 1881, p. 119-120), employé avec de grandes responsablilités à la gestion des revenus et des biens de Guy de La Trémoïlle en 1396 (A.N., 1 AP 164, no 19, fol. 21 ; 1 AP 165, n 3, fol. 11 r°-v°, no 7, fol. 8 v°, 9 v°, no 9, fol. 8), vendeur de denrées milanaises en foire à Chalon sur Saône en 1398 (H. Dubois, Les foires, op. cit. [n. 7], p. 171 et n. 188), appelé « noble homme et sage » et « maître » en 1413 (B.N.F., Bourgogne, t. 104, fol. 74).

31 Ainsi en 1383 Jean d'Auxonne, couturier, qui place sa fille en apprentissage de couturière de drap, se présente comme « filz de maistre custurier [tailleur], demorant à Dijon, filz de feu Othemart dAuxonne » (B 11274, fol. 27 [1383] ; B 11290, fol. 42 v° [1376]).

32 Les contrats notariés le prévoient expressément, car ce sont des obligations financièrement lourdes. Par exemple, en 1368 Odot de Fénay demeurant à Dijon, forgeron, reconnaît avoir reçu du père de sa fiancée 20 Fr, destinés à payer l'habillement de celle-ci (B 11269, fol. 70 v°). Leur importance est d'autant plus grande que le costume est un signe majeur de différenciation sociale (voir : F. Piponnier, « Le costume dans les inventaires mobiliers », dans Vêtement et sociétés, Paris, Société des amis du musée de l’Homme, 1981, p. 161-169 ; « Le costume et la mode dans la civilisation médiévale », Mensch und Objekt im Mittelalter, Vienne, 1990, p. 365-396). Ainsi apprend-on que Jeannote, fille d'Aymonin Bourgeoise, bourgeois et ancien maire, sera vêtue « bien et honorablement », selon son état et celui de son père ; les frais prévisibles étant considérables, ce dernier fournit un « pleige » (garant) pour les robes de sa fille (B 11229, fol. 19 v°-20 [1357]). Les jeunes filles de milieu moins huppé sont vêtues « comme fille de prudome ». Le trousseau se compose de vêtements, de linge de maison, éventuellement de meubles (B 11228, fol. 98 v° [1351] ; B 11270, fol. 10-11 v° [1370] ; B 11282, fol. 2 v° [1372] ; B 11271, fol. 61 v° [13731 · B 11274, fol. 67-68, 72 v° [1384]).

33 F. von Hayek, dans un essai stimulant (Scientisme et sciences sociales. Essai sur le mauvais usage de la raison, trad. franç. Paris, 1953, p. 49-63), explique avec une grande clarté cette distinction : « La difficulté spéciale aux sciences sociales [...] provient précisément du fait que les idées y apparaissent pour ainsi dire avec deux qualités : comme partie de leur objet et comme idées sur cet objet. [...] Il est nécessaire dans les sciences sociales d’établir une distinction entre les idées qui sont constitutives des phénomènes que nous voulons expliquer et les idées que nous-mêmes, ou ceux dont nous avons à expliquer les actions, pouvons avoir formées sur ces phénomènes ; ces dernières ne sont pas cause des structures sociales mais théories à leur sujet. [...] Cette difficulté [...] résulte non seulement de ce que nous devons distinguer entre les opinions des personnes qui sont l'objet de notre étude et notre opinion sur elles, mais aussi de ce que les personnes qui sont l'objet de notre étude sont à la fois mues par des idées et se forment également des idées sur les résultats non projetés de leur action : ce sont ces théories courantes sur les diverses structures ou formations sociales que nous partageons avec elles et que notre étude doit réviser ou améliorer ».

34 On ne peut donc accepter sans réserve l'affirmation d'A. Jouana (« Des "gros et gras" aux "gens d'honneur" », dans G. Chaussinand-Nogaret (sous la direction de), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, 1991, p. 18), selon laquelle « la diffusion croissante au XVIe siècle [d’une telle conception] est l'un des phénomènes majeurs qui caractérisent l'avènement des Temps modernes ».

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.