Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les élites artisanales au service de la ville

Les cas de Paris et de Rouen à la fin du Moyen Age

Paul Benoit et Philippe Lardin

Texte intégral

  • 1 Les résultats présentés ici proviennent de réflexions nés en partie lors du séminaire « Energie et (...)

1L'élite, selon la définition du Thesaurus de la langue française, se compose de personnes reconnues comme aptes à tenir le premier rang, la première place dans la société à laquelle elles appartiennent. Or, s'il est relativement aisé de distinguer dans la société de la fin du Moyen Age des élites urbaines, celles qui sont données pour composer la meilleure part des habitants, si, dans certains des différents groupes sociaux qui composent la société urbaine, des élites se laissent approcher à travers les sources, l'élite artisanale se laisse plus difficilement cerner. Pourtant le monde des artisans fournit une part considérable de la société urbaine, et comme tout groupe, il possède ses élites1.

  • 2 P. Benoit, « Les comptes de la ville, source de l'histoire de la pierre à Paris au Moyen Age et à (...)
  • 3 F. Jachimowicz, Les charpentiers dans les sources comptables parisiennes à la fin du Moyen Age, Mé (...)

2Pour les approcher il faut, au moins dans les villes françaises, attendre la fin du Moyen Age, c’est-à-dire le moment où les sources fournissent des données suffisantes. Les comptes des villes ou des puissants, laïcs et ecclésiastiques, mettent en évidence la part essentielle de certains artisans au service de la ville dans la construction ou la fourniture de matériaux, ils montrent aussi comment ces mêmes hommes participent à la vie urbaine par leurs investissements, enfin ils mettent en évidence l'existence d'artisans devenus, par leur compétence professionnelle et leurs relations, des officiers urbains2. A la lecture de ces sources apparaît une élite professionnelle directement liée au service de la ville. A Paris, les comptes du domaine et des aides, principales ressources financières de la municipalité, ont servi de base à l’enquête. La comptabilité d'établissements ecclésiastiques a apporté un important complément d'informations. En revanche, le minutier central n'a fourni qu'un nombre limité de renseignements3.

3A Rouen, la comptabilité urbaine, qui a presque totalement disparu pour le Moyen Age, est, de plus, très allusive et ne donne que peu de données précises sur le déroulement des travaux ordonnés par la Ville. Par contre, les registres des délibérations municipales contiennent de nombreuses informations sur les hommes qui les effectuaient. Malheureusement, une lacune importante nous prive des registres couvrant la période de l’occupation anglaise. Il est toutefois possible de combler partiellement ces pertes à l’aide des registres du tabellionage de Rouen, qui débutent en 1360 et se succèdent sans longue interruption jusqu’à la fin du XVe siècle. Ces registres mettent particulièrement en lumière les placements financiers des hommes du bâtiment qui apparaissent dans les autres documents. Ainsi, grâce à cette documentation riche et diverse, il est possible de connaître assez complètement les élites artisanales à Rouen et à Paris, autrement dit, de préciser leur composition, les niveaux de fortune qu’elles peuvent atteindre et les comportements particuliers qui les caractérisent. Ensemble de sources très inégal, incomplet même, comparé à ce qu'ont laissé d'autres élites urbaines médiévales, mais suffisant pour donner une idée de ce qui constitue l'élite d'un groupe indispensable à la vie de la cité dans le royaume de France.

  • 4 J. Favier, Paris au XVe siècle, Paris, 1974 (Nouvelle histoire de Paris), p. 53-62.
  • 5 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et sous l'occupation anglaise (1419-1449), Paris, 19 (...)

4Les deux exemples choisis, Paris et Rouen, apparaissent à la fois différents et proches. Paris est aux XIVe et XVe siècles une ville d'importance considérable. La population qui dépasse 200 000 habitants dans la première moitié du XIVe siècle, s'effondre par la suite et atteint son niveau le plus bas pendant l'occupation anglaise ; dans la seconde moitié du XVe siècle, les hommes reviennent vers la capitale qui, à la fin du XVe siècle, dépasse à nouveau 200 000 habitants4. Rouen, pourtant une des premières villes du royaume, est loin d'atteindre de tels chiffres. Elle compte 30 à 40 000 habitants à la fin du XIVe siècle, 15 000, en 1419, au lendemain du siège, et ne recommence à croître qu'après la reconquête royale pour atteindre 40 à 50 000 habitants à la fin du XVe siècle5.

  • 6 J. Favier, Le commerce fluvial dans la région parisienne au XVe siècle, t. 1, Le registre des comp (...)
  • 7 A.M. Rouen, A5, fol. 97 r° et 128 v° ; A.D. Seine-Maritime, G 2494, fol. 57 v°.

5Malgré ces différences, les deux villes appartiennent cependant à un même espace, elle vit la même conjoncture, au coeur du conflit franco-anglais. Elles subissent toutes les deux fortement la domination du pouvoir royal, surtout depuis que la révolte de la Harelle en 1382 a entraîné à Rouen la suppression de la fonction de maire et son remplacement par un bailli royal. Les deux villes subissent lourdement le poids de la guerre qui impose d’importants travaux de fortifications et, par voie de conséquence, de sérieuses difficultés financières. Unies par la Seine, les deux villes sont, par ailleurs, en relations étroites, en particulier dans le domaine économique. La pierre de la région parisienne est utilisée pour les fortifications rouennaises, le plâtre parisien est un matériau indispensable à la construction courante rouennaise, tandis que le fer normand, notamment celui du Pays d’Ouche, arrive à Paris, par l’intermédiaire des marchands rouennais6. Les entrepreneurs parisiens, tel le maçon Colin Rousseau en 1405, obtiennent parfois des marchés à Rouen tandis que des Rouennais se rendent à Paris pour se procurer des matières premières ou du travail ; on voit par exemple, en 1461, le huchier Philippot Viart tenter de recruter dans la capitale des ouvriers capables de sculpter les stalles de la cathédrale de Rouen7.

  • 8 Nous limiterons nos remarques aux maîtres des œuvres au service de la ville, laissant de côté les (...)

6Maîtres des œuvres, jurés ou entrepreneurs forment un monde qui représente sans doute une élite artisanale par ses compétences, mais aussi un milieu très spécifique. A côté de ceux qui, comme les maîtres des œuvres ou les paveurs jurés remplissent des offices urbains, existent des maîtres artisans au statut particulier, retenus au service de la ville, mais qui conservent néanmoins une activité artisanale propre. Enfin, sans liens juridiques avec les municipalités, certains artisans semblent avoir bénéficié d’une situation très privilégiée dans l’obtention des marchés8.

  • 9 A.M. Rouen, Al, fol. 12 r°, 5 VIII 1389.

7La plupart des employeurs importants gagent des hommes qui portent généralement le titre de maître des œuvres et sont responsables des travaux engagés dans les bâtiments leur appartenant. Ainsi, les souverains et les fabriques des cathédrales font appel au service de ces spécialistes. Les villes de Rouen et de Paris, elles aussi, ont à leur service des maîtres des œuvres car, comme les conseillers de Rouen le rappellent en 1389, alors qu’on entreprend la construction du beffroi : « la ville ne se povoit passer de maistre machon »9. La municipalité normande gage également un maître des œuvres de charpenterie et un horloger. Ville plus importante, Paris compte davantage d'artisans-officiers. Dans les comptes des aides, le chapitre « Gaiges et pensions » commence par ceux des maîtres des œuvres de maçonnerie et de charpenterie tandis que les comptes du domaine citent régulièrement parmi les « Gaiges et pensions d'officiers » le garde de l'horloge, le fontainier juré et le paveur juré. Portant tous le nom d'officiers, ces hommes exercent des fonctions assez différentes.

  • 10 En 1468, Guillaume Pontif, maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale de Rouen, ne passa que (...)
  • 11 A.M. Rouen, A4, fol. 60 v°.

8Les fonctions des maîtres des œuvres sont, en effet, très diverses et si les historiens – surtout les historiens de l’art – considèrent en général ces hommes avant tout comme des architectes, leur activité créatrice ne représente le plus souvent qu’une part minoritaire de leurs interventions10. Ils occupent une position-clé dans l'organisation des travaux de la ville et une autre part non négligeable de leur activité consiste à préparer les travaux estimés indispensables dans les bâtiments appartenant à leurs employeurs. Pour cela, ils établissent le plus souvent des devis par écrit. Les dessins qu’ils fournissent sont peu nombreux et ne servent généralement qu’à préciser ce que les mots ne suffisent pas à dire. En 1398, le charpentier Jean de Sotteville, maître des œuvres de la ville de Rouen, est envoyé à Montivilliers par les conseillers de Rouen, pour « veoir une porte de nouvel faicte ou dit lieu », afin de l’utiliser comme modèle pour la construction d’une des portes de l’enceinte de la ville et doit, pour cela, « rapporter pas escript à Rouen la fourme, manière, estat et esligement pour faire ymaginer si besoing estoit », ce qui signifie qu’il ne fera un dessin que si la nécessité s’en fait réellement sentir, ce qui n’est pas absolument certain aux yeux des conseillers11.

  • 12 G. Jacqueton, Documents relatifs à l’administration financière en France de Charles VII à François (...)

9Les maîtres des œuvres lancent ensuite les travaux en organisant des enchères au rabais qui permettent de désigner ceux qui en seront chargés et, lorsque les travaux ont été effectués, ils « visitent » les chantiers afin de vérifier leur conformité au devis initial12. Toutes ces opérations leur donnent une incontestable autorité sur le monde du bâtiment urbain et même au-delà, puisqu’ils choisissent les matériaux et les hommes, selon des critères apparemment précis mais qui leur laissent une assez grande marge de manœuvre.

10Ils sont, en fait, considérés comme des experts dans le domaine du bâtiment. C’est la raison pour laquelle ils sont fréquemment appelés à donner leur avis sur les constructions qui n’appartiennent pas nécessairement à leur employeur. Lorsque des contestations surviennent à propos de réparations ou à cause de certaines installations – en particulier des gouttières ou des fenêtres – ou encore pour régler à l’amiable des problèmes de voisinage ou de partage entre héritiers, leur avis est le plus souvent déterminant.

11Ces fonctions, sensibles à travers les sources normandes, apparaissent aussi à Paris. En 1449-1450, les difficultés financières de la ville sont telles que ses créanciers demandent la saisie de ses revenus. Le maître des œuvres de maçonnerie et de charpenterie de la ville intervient très largement dans le règlement de l'affaire. Son rapport sur la nécessité d'entreprendre des travaux sur le pont Notre-Dame et la croisée de Paris sert de base à l'argumentation des échevins et du Prévôt des marchands pour défendre la position de la municipalité. Il intervient à plusieurs reprises pour estimer les travaux faits par un locataire ou à faire par la ville. L'essentiel de ses fonctions consiste cependant à contrôler les travaux effectués par les artisans engagés par la municipalité. Il participe à l'estimation du travail à faire et exerce un contrôle final qui se traduit par la délivrance de « lettres certificatoires » nécessaires au paiement. Rien n'apparaît du personnel qui l'aide dans cette affaire, mais il devait exister à ses côtés un service employant au moins un clerc puisque ses dépenses de papier pour « ordonnances et lettres » sont mentionnées régulièrement dans les comptes des aides. Il apparaît à travers ces documents exceptionnels, au regard des archives habituelles qui ne fournissent souvent que des gages ou des citations de « lettres certificatoires », comme un personnage-clé de l'activité de la ville dans le domaine du bâtiment.

12A ces maîtres de œuvres peut se comparer le paveur juré de Paris. Il contrôle les arrivages de « carreaux » de grès et les travaux de pavage sur les chaussées, en particulier les réparations incessantes. En 1441-42, le paveur juré Jean Boulecat vérifie et certifie 31 opérations de pavage pour la municipalité. Jean Vaillant, en 1470-1471, vérifie 11 arrivages de pavés dans les bateaux qui les apportent de Fontainebleau ou de l'Oise, la plus importante des cargaisons se montant à 14150 carreaux. S'ajoute à ces vérifications la certification de travaux, donc le contrôle visuel de 36 opérations en différents points de la ville et jusqu'au Bourget. Certains contrôles portent sur de toutes petites surfaces, 1 toise carrée lorsqu'il s'agit de boucher un trou, mais le chantier peut atteindre des superficies beaucoup plus importantes : la même année, Jean Vaillant contrôle plus de 444 toises carrées sur la chaussée du Bourget. Par ailleurs, les comptes le montrent aussi participant à un toisé de la même chaussée en compagnie d'autres paveurs. Or cette année 1470-1471 apparaît comme moyenne ; en revanche l'année suivante est plus riche en travaux.

  • 13 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, 1457-1489, éd. J. Monicat, Paris, Imprimerie nation (...)
  • 14 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, 1424-1454, éd. A. Vidier, L. Le Grand, P. Dupieux, (...)
  • 15 A. Vidier, « Les gouverneurs de l'Horloge du Palais », Bulletin de la Société de l'Histoire de Par (...)

13Le garde de l'horloge, spécialiste dont la renommée dépasse la ville de Paris, doit essentiellement faire fonctionner l'horloge du Palais. Située au débouché du Pont au Change, sur le Palais de la Cité, bâtiment royal, elle appartient cependant à la ville. L'horloger en assure la garde, c'est-à-dire le fonctionnement régulier13. Il effectue, de plus, les réparations nécessaires. Ainsi Jean Liebourg en 1457 est payé pour avoir « mis au point l'horloge de l'Ostel de la dicte ville qui estoit deppecée »14. Charge lourde, au moins de responsabilités, et exigeant une compétence exceptionnelle qui explique les gages de l'horloger15.

  • 16 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, op. cit., col. 808, 1453 ; P. Benoit, « Le plomb da (...)

14La situation du plombier juré et garde des fontaines diffère. Comme les autres officiers artisans il touche des gages pour l'entretien régulier et la surveillance du système d'adduction d'eau de la ville. En effet pour les autres travaux il est payé à la tâche et jouit d'un monopole puisque toute la plomberie municipale lui est confiée. Jean de Foing refond les vieux tuyaux de la ville pour en faire des neufs, il met en place des canalisations, refait les éléments en plomb des toitures ou encore se lance dans des chantiers d'importance comme la réinstallation des canalisations qui apportent l'eau douce à la ville à travers les fossés16.

  • 17 C. Bernard, « La serrurerie parisienne à la fin du Moyen Age d’après les comptes des aides de la v (...)
  • 18 B. Guindollet, Les matériaux de construction et les métiers du bâtiment à la fin du XVe siècle d'a (...)

15Le plombier-garde des fontaines est donc à la fois officier gagé et artisan passant des marchés avec la ville. De tels artisans engagés par contrat pour réaliser un travail appartiennent à plusieurs corps de métiers, mais le nombre des artisans engagés reste limité. Les mêmes individus interviennent souvent, ils bénéficient parfois d'un véritable monopole de fait. Ainsi à Paris, à la fin du XVe siècle, les comptes des aides révèlent que tous les travaux de serrurerie sont effectués par un seul et même artisan qui semble garder les marchés jusqu'à sa mort. Au moins est-ce le cas de Jean Lefebvre à qui succèdent d'abord Gilles Byot puis Gilles Morisé, tous deux simplement qualifiés de « serruriers demourant à Paris »17. Sans qu'il soit possible de parler de monopole de droit, il existe un monopole de fait pour une activité qui exige des travaux permanents mais le plus souvent de médiocre importance. Dans le cas des travaux de pavement, de maçonnerie ou de charpente, l'éventail des artisans employé est plus large mais les mêmes noms reviennent constamment. Dans les travaux payés sur les aides, de 1471 à 1474, Paris n'emploie qu'un seul couvreur, Noël Arroger, remplacé de 1504 à 1506 par Etienne aux Bœufs. Pendant les mêmes époques, deux menuisiers font tous les travaux, d'abord Christophe de la Planchée puis Jean Mocquet18.

  • 19 B.N.F., fr. 26017 [41] et [325]
  • 20 A.M. Rouen, A4, fol. 41.
  • 21 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V recueillis dans les collections de la Biblioth (...)

16La condition du plombier-fontainier, exceptionnelle à Paris, correspond, semble-t-il, à celle des maîtres des œuvres de Rouen. En 1380, Guillaume Coulette, maître des œuvres de charpenterie de la ville et Jean Perier, maître des œuvres de maçonnerie, sont engagés pour diriger les travaux de réfection du pont sur la Seine moyennant un salaire quotidien de 3 sous par jour19. De même, en 1396, Jean de Bayeux prend à tâche la construction des arches du beffroi de la ville20. Ces officiers municipaux peuvent aussi être retenus à gage par d'autres. Jean de Bayeux, engagé, depuis 1377 au plus tard, par l’abbaye de Saint-Ouen, est nommé par Charles V en 1380 maître des œuvres du roi dans le bailliage de Gisors. Puis, en 1388, le chapitre de la cathédrale de Rouen, le nomme maître des œuvres en remplacement de Jean Périer qui vient de mourir. L’année suivante, il est nommé maître des œuvres de la ville par les conseillers de Rouen. Il cumule ainsi, jusqu’à sa mort en 1398, quatre fonctions importantes alors qu’il a juré de consacrer tout son temps à chacune d’elles21.

  • 22 A.D. Seine-Maritime, G 2119, fol. 73 ; 1 ER 34, passim ; B.N.F., fr. 26042 [5187, 5192, 5200] ; A. (...)

17Jenson Salvart exerce, lui aussi, la même fonction en plusieurs endroits à la fois. En 1398, il remplace Jean de Bayeux comme maître des œuvres de la cathédrale de Rouen. A partir de 1410, il est nommé maître des œuvres du château de Tancarville et en 1417, au lendemain de la prise de la ville d’Harfleur par Henri V, il devient maître des œuvres du roi dans la ville d’Honfleur dont il doit renforcer les défenses et enfin, maître des œuvres de la ville de Rouen au cours de l’occupation anglaise. Entre temps, il a été chargé par Henri V, en tant qu’entrepreneur et non pas comme maître des œuvres, de la direction du chantier du palais que celui-ci fait construire à Rouen pour marquer sa domination sur la ville22.

  • 23 A.N., Q1/1373 ; C. de Beaurepaire, « Notes sur quelques comptes provenant des archives du comté de (...)

18Le cumul des fonctions, on le voit, ne se fait pas que dans une seule ville, mais il peut concerner le même employeur. Ainsi, le maçon Nicolle Duval, maître des œuvres de la ville de Rouen, est engagé, au lendemain de l'occupation anglaise, par Dunois, le bâtard d’Orléans, pour organiser la reconstruction du château de Longueville-sur-Scie, que Charles VII vient de lui donner23. Ayant fait la preuve de ses capacités, il reçoit du même Dunois la responsabilité des transformations que celui-ci a décidé de faire dans un autre de ses châteaux situé à Châteaudun, où Nicolle Duval reste jusqu’à la fin de sa vie, tout en conservant le titre et les gages de maître des œuvres de la ville de Rouen.

  • 24 F. Jachimowicz, Les charpentiers, op. cit., p. 115, qui cite A.N., L 8831

19Même à Paris, où les cumuls n'apparaissent qu'exceptionnellement à travers les sources consultées, dans les années 1450-1460, un seul homme, Jean James, occupe les deux maîtrises de maçonnerie et de charpenterie ainsi que la garde des fontaines. De même, alors que leurs fonctions empêchent les maîtres des œuvres de charpenterie et de maçonnerie, ou le paveurs-juré, de passer des contrats avec la ville, ils peuvent effectuer d'autres travaux. En 1483, le clocher de l'abbaye Sainte-Geneviève devant être refait, le maître des œuvres de maçonnerie, Simon Duval, fait partie de la commission qui évalue les travaux aux côtés du charpentier juré du roi et de différents autres artisans de différents corps de métier. Les frères Hubert emportent le marché de la charpente du clocher qui se monte à 460 1. tournois ; l'un d'eux, Gautier, est maître des œuvres de charpenterie de ville. Comme à cette époque les gages du maître des œuvres de charpenterie se montent à seulement 20 livres, le marché obtenu offre plus qu'un complément de salaire24.

20Sous des noms variés, à travers des sources complémentaires, transparaît une réalité commune aux deux villes, l'existence d'artisans qui tiennent un office au service de la municipalité. Sous des noms variés, ils doivent assurer, en échange de leurs gages, un service qui, hormis de très rares cas, tel celui de Jean James, ne correspond pas à une occupation à plein temps. La part accordée à la ville, sensible à travers des gages et parfois, comme dans le cas des paveurs, à travers le travail effectué, est plus importante à Paris qu’à Rouen, ce qui s'explique par l'ampleur des travaux à effectuer dans la capitale.

***

  • 25 20 livres de la fabrique de la cathédrale, 20 livres de la ville, 36 livres et demie pour ses acti (...)

21Le premier avantage que les maîtres appartenant à l’élite des métiers tirent de leur position est, en tant qu’officiers, de recevoir des gages fixes qui leur assurent des revenus réguliers. Alors que la plupart des autres artisans du bâtiment sont à la merci des aléas financiers de leurs employeurs, et par conséquent, de la fermeture des chantiers, les maîtres des œuvres ou les jurés sont assurés d’une certaine sécurité d’emploi. A Rouen, leurs revenus prennent deux formes : d’une part, ils reçoivent une pension annuelle, payée habituellement en plusieurs termes, et d’autre part, ils sont payés pour le nombre de journées qu’ils effectuent sur les chantiers. Le cumul de charges leur permet aussi de cumuler les pensions. Ainsi, Jean de Bayeux perçoit environ 100 livres de pensions par an25 et Jenson Salvart à peu près autant.

22Il est de plus possible à ces hommes, au moins à la fin du XIVe siècle, de percevoir plusieurs salaires pour la même journée. Ainsi, Jean Périer ou Guillaume Coulette, respectivement maître des œuvres de maçonnerie et maître des œuvres de charpenterie de la cathédrale de Rouen, reçoivent 3 sous par jour de la fabrique, pour tous les jours ouvrables, alors qu’ils reçoivent un autre salaire pour leur activité sur le chantier mi urbain, mi- royal de réparation du Pont de Seine. Cette situation cesse progressivement au cours de la seconde moitié du XVe siècle, mais les maîtres des œuvres et les responsables de chantiers importants continuent à profiter de certaines habitudes comme, par exemple, celle qui consiste à leur payer la totalité de leur salaire, les samedis après-midi ou les veilles de fête alors que le travail s’arrête en début d’après-midi et que les autres ouvriers ne reçoivent que le salaire correspondant à une demi-journée.

  • 26 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op.cit., col. 178 et t. 1, col. 934.
  • 27 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1., op. cit., col. 48, A.N., KK 413 fol 143 et 367.
  • 28 Comptes du domaine de la ville de Paris, t.1, op. cit., col. 48.

23A Paris, l'horloger Jean de Maincourt touche en 1460 plus de 72 1. parisis pour ses gages de l'année. Cas exceptionnel dans la capitale, il peut aussi être rémunéré pour des travaux effectués sur l'horloge municipale26. Les maîtres des œuvres de maçonnerie et de charpenterie, tout comme le paveur juré, touchent des gages moindres mais non négligeables, comparés à ceux de Rouen. Au premiers temps de la domination anglaise, ils se montent pour chacun d’entre eux à 40 1. parisis, soit 50 1. tournois par an27. Les difficultés de la conjoncture, les malheurs financiers de la ville de Paris ont conduit à une réduction de ces rémunérations et parfois à une fusion, temporaire, des fonctions mais ces revenus continuent d'être importants. Jean James, maîtres des œuvres de maçonnerie comme de charpenterie et maître des fontaines reçoit, en 1440, 801. parisis, soit 1001. tournois, pour l'ensemble des trois fonctions28.

  • 29 Comptes du domaine de la ville de Paris, 1.1, op. cit., col. 508-509.
  • 30 A. M. Rouen, Al, fol. 12 v°. De même, Guillaume Pontif, maître des œuvres de maçonnerie de la cath (...)

24Aux gages peuvent s'ajouter des gratifications exceptionnelles : le maître des œuvres de maçonnerie de la ville de Paris Simon Duval reçoit en 1488-89, sur le revenus du domaine alors qu'il est normalement gagé sur les aides, une somme de 10 1. parisis, la moitié de ses gages, pour « ses paines, salaire et vacations d'avoir vaqué par l'espace de longtemps à faire et solliciter les ouvrages de maçonnerie et pyonnerie qui ont été fait par icelle ville »29. Ces dons vont même parfois aux membres de leur famille. L’horloger Jean de Félains, responsable des sonneries au beffroi de la ville de Rouen, obtient, en 1396, des aides financières de la municipalité pour achever son œuvre et, comme les conseillers sont contents de son travail et tiennent à le lui faire savoir, ils décident en plus de donner 40 sous à sa fille qui « gisoit de gesine »30.

  • 31 A la fin du XIVe siècle, Jean Périer et Jean de Bayeux recevaient chaque année de la fabrique de l (...)
  • 32 A.M. Rouen, A2 fol., 124 v° ; A.M. Rouen, XXI, fol. 19.

25Les maîtres des œuvres et certains ouvriers qualifiés reçoivent également, de manière plus ou moins régulière, un certain nombre de cadeaux et d'avantages en nature31. Ils peuvent être logés par leur employeur. C’est le cas notamment pour les maîtres des œuvres de charpenterie de la ville de Rouen, à qui on fournit une maison qu’ils conservent jusqu’à leur mort, même lorsque les atteintes de l’âge les ont obligés à cesser leur activité. Ainsi, Jean de Sotteville, devenu maître des œuvres de charpenterie de la ville de Rouen en 1389, à la place de Guillaume Coulette, ne peut prendre possession de la maison de fonction qu’après la mort de ce dernier en 1391 Le maître-charpentier est toutefois tenu de faire régulièrement certaines réparations dans le bâtiment afin de le maintenir en bon état. Ce genre d’avantage se réduit au cours du XVe siècle et Jean Laurens, qui habite la même maison en 1448, doit payer 4 livres de loyer par an à la ville32.

  • 33 Rymer, Acta fœdera, t. 4, pars 3, p. 113-114.
  • 34 Ordonnances des rois de France, t. 12, p. 156-157.
  • 35 A.M. Rouen, A5, fol. 165 v°.
  • 36 A.D. Seine-Maritime, G 6800, fol. 296.

26D’autres avantages sont liés à la position même de ces hommes. Ils fournissent les matériaux nécessaires aux travaux qu’ils dirigent. Ainsi, Jenson Salvart est-il en relation officielle avec plusieurs carriers qui livrent la pierre destinée au chantier du palais d’Henri V33. De plus, ce sont les maîtres des œuvres qui estiment les matériaux inutiles ou déjà utilisés vendus par leurs employeurs. Cela leur permet de se fournir à bas prix et de revendre éventuellement avec un bénéfice les matériaux ainsi acquis. Cette pratique est interdite en 1388 aux maîtres des œuvres du roi qui n’ont plus le droit de « s'approprier les matériaux des demolicions de maisons royales nonobstant ordonnances et coustumes contraires », mais il n’est pas sûr que cette directive soit véritablement appliquée34. Quoi qu’il en soit, elle ne cesse pas pour les autres maîtres des œuvres, puisqu’en 1408, le maître-charpentier de la ville, Jean de Sotteville, récupère pour son usage personnel un quarteron et demi de pierre provenant d’une des tourelles de la ville récemment réparée35. Encore en 1530, Martin des Perroys, maître des œuvres de charpenterie de la ville de Rouen, qualifié dans certaines comptabilités de marchand de bois, vend à l’église Saint-Laurent des lattes et des chanlattes récupérées par l’intermédiaire de son serviteur36.

  • 37 A.M. Rouen, Al, fol. 132 ; A5, fol. 36.

27A cela s’ajoutent encore les remboursements de frais – en général fixés à la journée de manière forfaitaire – pour les innombrables déplacements liés à leurs fonctions car il leur faut se rendre auprès des fournisseurs de matériaux pour faire leur choix et établir les contrats, circuler entre les divers bâtiments appartenant à leurs employeurs et faire des expertises dans d’autres villes que la leur. Cela leur permet, là aussi, de jouer sur les différences entre leurs frais réels et ceux qui leur sont remboursés. En 1398 et pendant les années suivantes, Jean de Bayeux se fait payer ses voyages réitérés à Saint-Leu-d'Esserent pour acheter la pierre destinée aux fortifications tandis que le charpentier Jean de Sotteville se fait rembourser ses frais de déplacements en forêt de Brotonne pour négocier des achats de bois37.

  • 38 A.M. Rouen, A5, fol. 39 v°.
  • 39 J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent Ans. Les rôles d'impôt de 142 (...)

28Enfin, ces artisans officiers peuvent obtenir des remises ou des exemptions d’impôts. En 1405, le même Jean de Sotteville est exempté d’aides sur le vin entrant dans la ville « en recompensacion d’anciens services pour le bien et prouffït de la ville »38. A Paris, les sommes payées par un certain nombre de maîtres des œuvres ou de jurés au titre de l’impôt sont très faibles, par rapport à leurs revenus réels, ce qui ne peut s’expliquer que par des exemptions ou par des fraudes obtenues grâce à leur situation. Ainsi, dans le rôle de taille de 1421 Thomas Le Ralle, « maitre des chaussées de Paris », c'est-à-dire le paveur-juré du roi et de la ville, paye la somme modique de 2 onces. Il fait partie de la majorité des contribuables imposés de 2 ou 3 onces. La taille de 1421, qualifiée d'emprunt, est théoriquement d'un marc d'argent pour 1001. tournois de revenu annuel avec un seuil de 2 onces soit 25 1. tournois de revenu, or Thomas le Ralle possède en 1424-1425 des gages qui s'élèvent à 401. parisis, soit 501. tournois. Il aurait dû, en bonne logique, payer 4 onces uniquement pour les revenus qu'il tire de la ville. Mais Thomas le Ralle est aussi paveur juré du roi, ses gains sont donc très supérieurs à ses gages urbains. Sans qu'il soit possible d'en déterminer les modalités, Thomas Le Ralle bénéficie donc d'une situation fiscale privilégiée39.

29Tous ces revenus, professionnels ou non, et surtout la sécurité et la régularité avec laquelle ils sont perçus donnent à ces hommes une certaine aisance financière et, par là même, une place particulière dans la société urbaine, où ils se distinguent nettement des autres artisans.

***

30Il n’est pas facile de connaître avec précision la fortune réelle de tous les hommes dont on vient de parler, ne serait-ce que parce qu’on ignore le plus souvent toute la part de leur activité qui concerne la construction courante et qui n’a pas laissé de traces. Néanmoins, on peut être sûr qu’ils ont des disponibilités financières non négligeables car on les voit utiliser toutes les formes de placements qui existent à leur époque.

  • 40 A.M. Rouen, XX2, fol. 19v°.
  • 41 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col 58.
  • 42 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col 49 et 58.

31Le premier type de placement consiste à profiter des fermes municipales. Le charpentier Jean de Sotteville prend ainsi une participation à celle d’une des aides sur le vin en 1390. En 1458, c’est grâce aux revenus de son activité de substitut du maître des œuvres de charpenterie que Jean Laurens peut prendre la ferme du Clos de la Ville, c’est-à-dire de l’octroi des marchandises qui entrent par les différentes portes de la ville en dehors des quais40. A Paris, les officiers artisans semblent avoir une prédilection pour les fermes des portes et chaussées de la ville. Si l'horloger Jean de Maincourt se contente, en 1458, de la ferme des portes Saint-Germain et Bussy41, acquise pour 12 1. parisis par an, le paveur juré Jean Vaillant est fermier pour 18 d. du « criage et du celeriage » du vin des rues Saulnerie et Saint Germain, et investit surtout, la même année, 76 1. parisis pour la chaussée du Bourget42.

  • 43 On sait que le principe en est relativement simple. Il est décrit très clairement par P. Desportes (...)
  • 44 P. Lardin, op. cit., p. 527-535.
  • 45 Id., ibid, p. 405.

32En fait, la manière la plus simple de placer des fonds est d’utiliser le système des rentes, constituées ou non43. La nature des sources utilisées ne permet de les étudier qu'à Rouen. C’est essentiellement en vendant des rentes que les artisans rouennais appartenant à l’élite des métiers placent les sommes qu’ils réussissent à épargner. Les registres de tabellionage contiennent de nombreux actes correspondant à des ventes, des achats ou des rachats de rente faisant intervenir, parmi les vendeurs, les personnes que nous avons rencontrées précédemment. Le charpentier Guillaume Coulette, les maçons Jean de Bayeux, ou Jenson Salvart sont ainsi crédirentiers pour des sommes qui tournent autour d’une centaine de livres. Pour éviter de multiplier les exemples, on se contentera de celui du plâtrier-juré de la ville Michel Duglen. Alors que sa carrière précédente, notamment sa situation de plâtrier attitré de l’archevêché, lui a déjà fait prendre contact avec le système des rentes sans vraiment en tirer tout le profit possible, son ascension au sein du métier, lui permet de l’utiliser de manière intensive. En 1479, un couple de Rouennais reconnaît lui devoir 13 livres de rente, ce qui sous-entend qu’il leur a versé, en deux fois, 130 livres. En 1481, il rachète à un autre couple une rente de 43 sous 4 deniers qu’il prend sur un hôtel du centre de Rouen. En 1482, il échange une rente avec un bourgeois rouennais et en 1485, acheté 40 sous de rente à un couple d’un village voisin du Neubourg et 20 sous à un plâtrier rouennais, moins fortuné que lui. Au total, sans compter les locations de maisons auxquelles il se livre également, ces rentes lui rapportent un vingtaine de livres par an, soit environ la moitié des gages annuels d’un plâtrier propriétaire d’une petite entreprise, ces rentes représentant environ 200 livres de capital44 Inversement, le système des rentes peut permettre à ces hommes de s’engager à faire certains travaux, en leur fournissant les sommes dont ils ont besoin. Ils disposent ainsi des fonds nécessaires à l’achat des matériaux et au paiement de leurs compagnons, et il leur suffit de rembourser leur crédirentier lorsqu’ils reçoivent le paiement des travaux qu’ils ont effectués45.

  • 46 A.M. Rouen, Al, fol. 133 v° ; A.D. Seine-Maritime, 2E 1/154, fol. 129 ; A.D. Seine-Maritime, 2E 1/ (...)

33La régularité et l’importance des revenus de ces artisans leur permettent d’acquérir ou de louer des maisons relativement luxueuses. Le maître des œuvres de maçonnerie Jean Périer paie 16 livres par an pour la location d’une grande maison qualifiée de manoir, entourée d’un parc assez étendu sur lequel se trouve une chapelle. Jean de Bayeux possède à sa mort deux maisons, dont l’une a une valeur d’au moins 200 livres. Jenson Salvart possède lui aussi, outre de nombreuses rentes immobilières qui lui ont été données par le roi Henri V, deux maisons dont un immeuble de plusieurs étages et il loue au chapitre de la cathédrale un pâté de maisons, également à plusieurs étages, pour lequel il doit payer une rente de 16 livres par an qu’il récupère grâce à des « louages »46. Michel Duglen possède trois maisons dont l’une, située à la campagne et acquise « à la criée », est ensuite revendue à un seigneur des environs, opération qui se monte à plus de 20 livres.

  • 47 P. Lardin, op. cit., tableaux 13 et 14, p. 710-711.

34Tous ces hommes forment un milieu homogène structuré par des liens professionnels et familiaux. A Rouen, ils habitent dans les mêmes quartiers et se connaissent bien. Ils logent à proximité des lieux habituels de leur travail dans les rues voisines de l'Hôtel de ville et de la cathédrale ou dans celles des alentours de l’abbaye de Saint-Ouen47.

  • 48 A.M. Rouen, A4, fol. 41 et fol. 60 v°.
  • 49 A.D. Seine-Maritime, 2E 1/168, fol. 564 ; 2E 1/185 (25 juin 1451) et 2E 1/204 (5 février 1480 n. s (...)
  • 50 A.M. Rouen, A8, fol. 168 v°.
  • 51 A.D. Seine-Maritime, G 2147, fol. 277.
  • 52 B.N.F., fr. 26064 [3481 et 3488], B.N.F., fr. 26065 [3612].

35Ces fonctions officielles se transmettent souvent de père en fils, et les situations de monopole passent ainsi de génération en génération. Quand Jean de Bayeux meurt en 1398, les conseillers de la ville de Rouen font immédiatement appel à son fils pour le remplacer. Celui-ci renonce momentanément « aux biens et à la succession de son père », puis accepte finalement la tâche de maître des œuvres, après que les conseillers eurent été « bien informez par plusieurs ouvriers maçons et charpentiers de la suffisance dudit Jean de Bayeux »48. De même, au milieu du XVe siècle Jean Pontif, maître des œuvres de maçonnerie de la ville et Guillaume Pontif, maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale, sont les fils de Jean Pontif, entrepreneur principal avec Jenson Salvart de la construction du palais d’Henri V49. Il est habituel que les maîtres-maçons sans fils soient remplacés par leur gendre. Pierre le Signerre, gendre de Nicolle du Val est chargé de le remplacer lorsque celui-ci quitte Rouen pour Châteaudun50. Enfin, encore en 1508, Jean le Roux, maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale, se fait remplacer par son neveu, Roulland le Roux qui travaille avec lui depuis plusieurs années51. On peut également constater que dans de nombreux cas, les maîtres des œuvres choisissent leur successeur parmi les maîtres de leur métier ayant déjà participé à d’importants chantiers et en font leurs associés au cours des dernières années de leur activité. Dans les années 1431-1438 Jacques de Sotteville, vieillissant, se fait accompagner de plus en plus par Jean Wyllemer qui lui succède sans difficulté à sa mort52.

  • 53 F. Jachimowicz, Les charpentiers, op. cit., p. 110-121.

36A Paris, même s'il est difficile, à travers les comptes, de connaître la nature exacte des liens familiaux qui unissent les artisans, l'homonymie tend à prouver que certains artisans-officiers de la ville appartiennent en bien des cas à des familles qui constituent l'élite du métier. Ainsi Jean Legoux, charpentier à Paris dans les années 1417-1420, est sans doute à assimiler au Jean Legoux charpentier juré du roi en 1440. En 1469, le charpentier Jean Legoux appartient certainement à la même famille tout comme Colin Legoux qui emporte un très important marché et Nicolas Legoux, maître des œuvres de charpenterie de la ville de Paris dans les années 1470. Un charpentier juré du roi, un maître des œuvres de la ville de Paris : les Legoux, appartiennent vraiment à l'élite du métier53.

  • 54 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, op. cit, col. 47, col. 93, col. 138, col. 168 ; t.  (...)
  • 55 P. Lafay, Fontaines et aqueducs parisiens à la fin du Moyen Age, mémoire de Maîtrise, Université P (...)

37La charge de plombier-fontainier de Paris appartient à une véritable dynastie, celle des de Fain ou de Foing. De 1424-1425 jusqu'à la fin de la première série de comptes, Simon de Fains est le plombier-fontainier gagé de la ville. En 1451 apparaît Jean de Foing, plombier qui travaille pour la ville avant de devenir, en 1450, plombier juré et garde des fontaines54 Connu dans les comptes des aides sous le nom de « Jean l'Ancien » ou « l'Aisné », il travaille avec ses fils jusqu'en 1476, date à laquelle lui succède Jean le Jeune qui exerce cet office jusqu'en 150655.

  • 56 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col. 269, col. 357, col. 349-350, col. 36 (...)

38L'exemple de la famille Vaillant est lui aussi très éclairant. Au décès de Jean Boulecat, au cours de l'exercice 1449-1450, Jean Vaillant, paveur juré du roi exerce le contrôle de la croisée de Paris pour la ville au moins jusqu'en 1460. Il est, à n'en pas douter, le père du Jean Vaillant paveur juré de la ville de 1470 à 1474 qui sait faire participer les membres de sa familles aux avantages que lui donnent sa situation : en 1473-1474, trois paveurs portant le nom patronymique de Vaillant participent à des opérations, seuls ou en association, opérations qui se montent à 159 1. 8 s. 2 d. 1/3, sur un total de 423 1. 5 s. 5 d. 1/3, soit 37,5 % des travaux de pavement effectués pour la ville56.

  • 57 A.D. Seine-Maritime, 2E 1/168, 24 juin 1420.
  • 58 C. de Beaurepaire, « Notice sur Guillaume le Signerre », Bulletin de la commission des Antiquités (...)

39Au-delà d'une réussite professionnelle et sociale incontestable de nombreuses familles d'officiers artisans, des exemples rouennais montrent les possibilités d'ascension qu'offrent ces fonctions. Le mariage des filles ou l'entrée des fils dans l’Eglise offrent les moyens de sortir du milieu artisanal. Jenson Salvart marie, par exemple, en 1420, sa fille au fils d’un orfèvre proche des milieux dirigeants de la ville57. De même les enfants de Pierre le Signerre, maître des œuvres de maçonnerie de la ville au milieu du XVe siècle, connaissent des situations assez différentes. Si l'aîné, Pierre, devient maçon comme son père puis maître des œuvres du roi, son frère Guillaume a une carrière plus intellectuelle. En 1496, il est gradué ès arts, ce qui lui permet de passer quelques années au collège de Pavie, à l'époque réputé dans l'Europe entière, grâce à une bourse fondée par le cardinal de Castiglione en faveur d'étudiants du diocèse de Rouen58.

  • 59 Une partie de ces dépenses correspondent à la nourriture fournie aux experts lorsqu'ils travaillai (...)
  • 60 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col. 514.
  • 61 Ce rôle de la taverne comme lieu de communication a été senti par Jacques Le Goff dès le XIIIe siè (...)

40Les relations nées de la vie de chantier, et de ses à-côtés, tissent des liens entre les représentants de différents métiers mais aussi entre ces artisans et leur employeur : la ville. Si les textes n'ont laissé aucune trace des rencontres effectuées au cours des travaux, ils apportent beaucoup quant aux réunions à l'auberge qui prolongent en particulier les visites de chantier. La tradition des repas de chantier n'est pas nouvelle. Les maîtres des œuvres ou les paveurs jurés de Paris en ont fait un large usage. A l'occasion de la visite de la charpente du Pont Notre-Dame, au cours de l'exercice 1427-1428, un repas réunit le maître des œuvres Pierre de Servillers, aussi voyer de Paris, Jean Falle, receveur de la ville et « d'autres ». Geffroy Questier, « tavernier », encaisse 45 s. p. pour la dépense soit environ un mois de salaire d'un manœuvre du bâtiment59 Une telle somme doit être mise en parallèle avec les quelques deniers distribués en dépens journaliers aux ouvriers nourris. Peut-on parler de rencontre à la taverne ? Ne vaudrait-il pas mieux évoquer les actuels repas de chantier où se rencontrent édiles, promoteurs et maîtres d'œuvre ? Les mêmes faits se reproduisent à la fin du siècle. En 1488-1489, des échevins après une visite des travaux de pavement à La Chapelle, se retrouvent avec le « maitre des œuvres des pavements » pour un repas dont l’addition se monte à 48 s. 6 d. p. 1 d. ob. t. Encore une belle somme60. Du simple pot bu entre artisans à la fin d'une expertise aux repas qui réunissent les échevins et les maîtres des œuvres, des contacts s'établissent entre l'élite politique et celle de l'artisanat61.

  • 62 A.M. Rouen, A5, fol. 137.
  • 63 B.N.F., fr. 25070, no 4133.

41Ces hommes qui appartiennent aux élites des métiers, qui fréquentent l'élite politique et financière urbaine ne participent pas activement, dans ces villes où la puissance royale s'impose, à la vie politique locale. A Rouen, on ne trouve aucun de ces hommes parmi les conseillers de la ville de Rouen. Tout au plus, certains d’entre eux, tels Jean de Sotteville et Jean de Bayeux à la fin du XIVe siècle, ou Jean Pontif et Roulland le Roux dans la deuxième moitié du XVe siècle, sont-ils occasionnellement mentionnés dans les longues listes des participants aux assemblées générales où sont débattues les questions fiscales et administratives. Ils sont en général respectés mais l’attitude de leurs employeurs à leur égard les met dans une position de dépendance incontestable. En 1408, lorsque les responsables municipaux de Rouen donnent l’ordre à leur maître des œuvres de charpenterie de réparer rapidement le Pont de Seine qui menace de s’effondrer, ils lui accordent huit jours de délai « faute de quoy, ils se retourneraient contre lui »62. De même, en 1443, le maître des œuvres Jean Wyllemer engage un charpentier pour faire des réparations au château de Rouen sans passer par les procédures habituelles, parce que, comme il l’écrit dans son rapport d’expertise, « se la dicte réparation ne fus tantost et hastivement reparrée, ce serait mes dangiers, laquelle chose je n’ay voulu attendre »63.

***

  • 64 P. Benoit, « Combattants ou artisans, les canonniers dans le royaume de France à la fin du Moyen A (...)

42Seules quelques dizaines de personnes apparaissent dans cette étude, qui n'a pris en compte qu'une partie de l'élite du monde de l'artisanat limitée aux responsables des travaux du bâtiment et de l'entretien de la cité. Il faudrait ajouter à ces hommes ceux qui rendent des services comparables aux rois, aux princes ou au clergé et élargir l'enquête à d'autres artisans, en particulier aux techniciens spécialisés dans la métallurgie64. Au total ils représenteraient environ une centaine de personnes à Rouen et plus encore à Paris.

  • 65 P. Braunstein, « Les techniciens et le pouvoir à la fin du Moyen Age : une direction de recherche  (...)

43La documentation consultée, le faible rôle tenu par l’écrit dans la culture de ces hommes ne permettent pas de connaître l'image qu'ils se faisaient d'eux-mêmes. Cependant leurs fortunes, leurs placements fonciers, leurs relations montrent qu'ils avaient conscience de se distinguer du commun des artisans, qu'ils appartenaient à une élite parmi les élites urbaines. Certes, cette élite n'était pas la première de la ville mais quelques exemples rencontrés ici confirment que, par leurs compétences professionnelles, leur capacité à saisir les opportunités qu’offrait leur position, ils ont pu, parfois, donner à leurs héritiers les moyens de s'élever dans la hiérarchie sociale. Sensible dans d'autres professions, comme l'horlogerie, le fait mérite d'être étudié de manière approfondie pour les officiers artisans ou service de la ville ou des grands65.

Notes

1 Les résultats présentés ici proviennent de réflexions nés en partie lors du séminaire « Energie et matériaux » animé par P. Benoit et des recherches effectuées par P. Lardin dans le cadre de sa thèse de doctorat, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècle) : les matériaux et les hommes, Université de Rouen, 1995.

2 P. Benoit, « Les comptes de la ville, source de l'histoire de la pierre à Paris au Moyen Age et à la Renaissance », dans J. Lorenz, P. Benoit (sous la direction de), Carrières et construction en France et dans les pays limitrophes, Paris, CTHS, 1991 p. 261-262.

3 F. Jachimowicz, Les charpentiers dans les sources comptables parisiennes à la fin du Moyen Age, Mémoire de DEA d'Histoire, Université de Paris 1, 1996, p. 90-91. L'enquête reste à poursuivre.

4 J. Favier, Paris au XVe siècle, Paris, 1974 (Nouvelle histoire de Paris), p. 53-62.

5 P. Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et sous l'occupation anglaise (1419-1449), Paris, 1931, p. XXIX ; J. Rossiaud, « Crises et consolidations », dans G. Duby (sous la direction de), Histoire de la France urbaine, t. 2, La France médiévale, Paris, 1980, p. 423.

6 J. Favier, Le commerce fluvial dans la région parisienne au XVe siècle, t. 1, Le registre des compagnies françaises (1449-1467), Paris, 1975, no 117, 268, 299, 315, 333 et 378 ; P. Lardin, op. cit., p. 238 et 159-161.

7 A.M. Rouen, A5, fol. 97 r° et 128 v° ; A.D. Seine-Maritime, G 2494, fol. 57 v°.

8 Nous limiterons nos remarques aux maîtres des œuvres au service de la ville, laissant de côté les maîtres des œuvres royaux étudiés par P.-Y. Le Pogam, Les œuvres royaux pendant la guerre de Cent Ans, thèse de l'Ecole nationale des Chartes, 1993, ou des maîtres des œuvres des cathédrales qui ont fait l'objet de recherches récentes, en particulier celles de D. Cailleaux, L'œuvre de la croisée de la cathédrale de Sens, (1490-1517), thèse de l'Université de Paris 1, 1993. Sur les maîtres des œuvres de charpenterie, voir en dernier lieu A. Prache, « Le bois dans l’architecture médiévale », dans Les bâtisseurs au Moyen Age, Les dossiers d’Archéologie, 219 (1996), p. 54-61.

9 A.M. Rouen, Al, fol. 12 r°, 5 VIII 1389.

10 En 1468, Guillaume Pontif, maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale de Rouen, ne passa que 20 jours – en quatre semaines – à dessiner sur les 256 pour lesquels il fut payé cette année-là, et en 1480, 60 jours sur 242. A.D. Seine-Maritime, G 2503, fol. 59 v° et 61 r°v° et A.D. Seine-Maritime, G 2510, fol. 29 r° à 52 r°

11 A.M. Rouen, A4, fol. 60 v°.

12 G. Jacqueton, Documents relatifs à l’administration financière en France de Charles VII à François Ier (1443-1523), Paris, 1893, p. 212, précise : « apres lesditz ouvrages faictz, il fault qu’ilz soient visitez par le maistre des œuvres (...) tant de massonnerie que de charpenterie, pour congnoistre si iceulx ouvrages sont bien et deuement faictz selon le devys qui en a été faite ».

13 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, 1457-1489, éd. J. Monicat, Paris, Imprimerie nationale, 1958, col. 253.

14 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, 1424-1454, éd. A. Vidier, L. Le Grand, P. Dupieux, Paris, Imprimerie nationale, 1948, col. 934.

15 A. Vidier, « Les gouverneurs de l'Horloge du Palais », Bulletin de la Société de l'Histoire de Paris, 38 (1911), p. 95 ; G. Dhorn van Rossum, « Les "orlogeurs" : artistes et experts, XIVe-XVe siècles », dans F. Autrand (sous la direction de), Prosopographie et genèse de l'Etat moderne, Paris, 1986, p. 231-247.

16 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, op. cit., col. 808, 1453 ; P. Benoit, « Le plomb dans le bâtiment en France à la fin du Moyen Age : l'apport des comptes de construction et de réparation », dans O. Chapelot, P. Benoit (sous la direction de), Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen Age, Paris, 1985, p. 339-355.

17 C. Bernard, « La serrurerie parisienne à la fin du Moyen Age d’après les comptes des aides de la vile de Paris », dans P. Benoit, D. Cailleaux (sous la direction de), Hommes et travail du métal dans les villes médiévales, Paris, AEDEH, 1988, p. 9-27.

18 B. Guindollet, Les matériaux de construction et les métiers du bâtiment à la fin du XVe siècle d'après les comptes des aides de la ville de Paris, mémoire de Maîtrise d'histoire, Université de Paris I, 1991, p. 102.

19 B.N.F., fr. 26017 [41] et [325]

20 A.M. Rouen, A4, fol. 41.

21 L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V recueillis dans les collections de la Bibliothèque nationale, Paris, 1874, p. 947, no 1953 ; A.D. Seine-Maritime, G 2116, fol. 84 ; A.M. Rouen, Al, fol. 12 et A4, fol. 77.

22 A.D. Seine-Maritime, G 2119, fol. 73 ; 1 ER 34, passim ; B.N.F., fr. 26042 [5187, 5192, 5200] ; A.N., KK 1338 [73].

23 A.N., Q1/1373 ; C. de Beaurepaire, « Notes sur quelques comptes provenant des archives du comté de Longueville », Bulletin de la commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, 6 (1883), p. 190-203 ; A.M. Rouen, A8, fol. 168 v°.

24 F. Jachimowicz, Les charpentiers, op. cit., p. 115, qui cite A.N., L 8831

25 20 livres de la fabrique de la cathédrale, 20 livres de la ville, 36 livres et demie pour ses activités dans le bailliage de Gisors et une somme inconnue pour ses fonctions à Saint-Ouen, P. Lardin, op. cit., p. 399.

26 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op.cit., col. 178 et t. 1, col. 934.

27 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1., op. cit., col. 48, A.N., KK 413 fol 143 et 367.

28 Comptes du domaine de la ville de Paris, t.1, op. cit., col. 48.

29 Comptes du domaine de la ville de Paris, 1.1, op. cit., col. 508-509.

30 A. M. Rouen, Al, fol. 12 v°. De même, Guillaume Pontif, maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale, reçut en 1469, 9 livres pour régler une dette qu’il a contractée auprès de la fabrique, « pour qu’il fist plus grande dilligence sur l’ouvrage de massonnerie de la Tour Saint-Romain », A.D. Seine-Maritime, G 2504, fol. 9v°.

31 A la fin du XIVe siècle, Jean Périer et Jean de Bayeux recevaient chaque année de la fabrique de la cathédrale une robe d’une valeur de 100 sous. Cette pratique cessa par la suite, mais les maîtres-huchiers, engagés pour diriger la confection des stalles de la cathédrale, qui sont assez rares au milieu du XVe siècle, reçurent eux aussi, des cadeaux sous forme de tonneaux de vin et de pièces d’étoffe.

32 A.M. Rouen, A2 fol., 124 v° ; A.M. Rouen, XXI, fol. 19.

33 Rymer, Acta fœdera, t. 4, pars 3, p. 113-114.

34 Ordonnances des rois de France, t. 12, p. 156-157.

35 A.M. Rouen, A5, fol. 165 v°.

36 A.D. Seine-Maritime, G 6800, fol. 296.

37 A.M. Rouen, Al, fol. 132 ; A5, fol. 36.

38 A.M. Rouen, A5, fol. 39 v°.

39 J. Favier, Les contribuables parisiens à la fin de la guerre de Cent Ans. Les rôles d'impôt de 1421, 1423 et 1438, Paris, 1970, p. 100.

40 A.M. Rouen, XX2, fol. 19v°.

41 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col 58.

42 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col 49 et 58.

43 On sait que le principe en est relativement simple. Il est décrit très clairement par P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1979, p. 154-167 et par A. Sadoumy, « Les rentes à Rouen au XIIIe siècle », Annales de Normandie, 2 (1971), p. 99-108. Celui qui dispose de fonds plus ou moins importants peut s’en servir pour acheter une rente, ce qui signifie qu’il verse une somme d’argent à une personne dans le besoin qui la « vend ». Il s’agit donc d’une forme de crédit qui ne tombe pas vraiment sous le coup des interdits décrétés par l’Eglise. L’acheteur ou « crédirentier » prête ainsi de l’argent au vendeur ou « débirentier ». Le crédirentier se rattrape en percevant chaque année une rente qui, à Rouen, est fixée au denier 10, autrement dit à 10 % de la somme empruntée. Ainsi, celui qui a versé une certaine somme reçoit une sorte d’intérêt sans le dire clairement puisque l’emprunteur est toujours redevable de la totalité de la somme qu’il a empruntée, gagée sur une partie ou sur la totalité de ses biens, mais qu’il peut toutefois racheter dans un temps plus ou moins long, fixé par l’acte notarié enregistrant la transaction. Pour prendre un exemple, cela signifie que celui qui emprunte 10 livres par ce moyen, doit à son créancier 1 livres par an, dont il ne peut se libérer qu’en lui remboursant les 10 livres initiales si le contrat le lui permet. De plus, comme de nos jours une action, ces rentes peuvent être revendues à leur valeur initiale, ce qui permet au débirentier de récupérer sa mise s’il en éprouve le besoin.

44 P. Lardin, op. cit., p. 527-535.

45 Id., ibid, p. 405.

46 A.M. Rouen, Al, fol. 133 v° ; A.D. Seine-Maritime, 2E 1/154, fol. 129 ; A.D. Seine-Maritime, 2E 1/156, fol. 115 ; L. de Brequigny, « Rôles normands et français et autres pièces tirées des archives de Londres par Bréquigny en 1764, 1765 et 1766 », Mémoires de la Société des Antiquaires de Normandie, 964 (1858) ; A.D. Seine-Maritime, 2E 1/162, fol. 230.

47 P. Lardin, op. cit., tableaux 13 et 14, p. 710-711.

48 A.M. Rouen, A4, fol. 41 et fol. 60 v°.

49 A.D. Seine-Maritime, 2E 1/168, fol. 564 ; 2E 1/185 (25 juin 1451) et 2E 1/204 (5 février 1480 n. st.).

50 A.M. Rouen, A8, fol. 168 v°.

51 A.D. Seine-Maritime, G 2147, fol. 277.

52 B.N.F., fr. 26064 [3481 et 3488], B.N.F., fr. 26065 [3612].

53 F. Jachimowicz, Les charpentiers, op. cit., p. 110-121.

54 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, op. cit, col. 47, col. 93, col. 138, col. 168 ; t. 2, op. cit, col. 199.

55 P. Lafay, Fontaines et aqueducs parisiens à la fin du Moyen Age, mémoire de Maîtrise, Université Paris I, 1991, p. 126-129

56 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col. 269, col. 357, col. 349-350, col. 360.

57 A.D. Seine-Maritime, 2E 1/168, 24 juin 1420.

58 C. de Beaurepaire, « Notice sur Guillaume le Signerre », Bulletin de la commission des Antiquités de Seine-Inférieure, 5 (1878-1881), p. 395-398 ; M. Le Verdier, « Famille le Signerre », Bulletin de la commission des Antiquités de Seine-Inférieure, 18 (1929-1931), p. 123-124.

59 Une partie de ces dépenses correspondent à la nourriture fournie aux experts lorsqu'ils travaillaient dans la charpente puisqu'un bateau fut nécessaire pour leur porter leur nourriture. Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, op. cit., col. 176.

60 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 2, op. cit., col. 514.

61 Ce rôle de la taverne comme lieu de communication a été senti par Jacques Le Goff dès le XIIIe siècle : « En ce XIIIe siècle, les tavernes commencent à devenir le grand lieu du divertissement masculin, mais aussi de sociabilité et de communication », dans J. Le Goff, Saint-Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 816.

62 A.M. Rouen, A5, fol. 137.

63 B.N.F., fr. 25070, no 4133.

64 P. Benoit, « Combattants ou artisans, les canonniers dans le royaume de France à la fin du Moyen Age », dans Le combattant au Moyen Age, Paris, 1991, p. 287-296.

65 P. Braunstein, « Les techniciens et le pouvoir à la fin du Moyen Age : une direction de recherche », dans F. Autrand (sous la direction de), Prosopographie et genèse de l'Etat moderne, Paris, 1986, p. 223-229.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540