Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Les élites urbaines catalanes à la fin du Moyen Âge : l'exemple géronais

Christian Guilleré

Texte intégral

  • 1 Cf. les travaux de C. Batlle i Gallart et en particulier, La crisis social y económica de Barcelona (...)
  • 2 La formación de una classe dirigente : Barcelona 1490-1714, Barcelone, 1986 [traduction de l'ouvrag (...)
  • 3 Barcelona and its rulers, 1096-1291, Cambridge, 1995 (Cambridge Studies in Medieval Life and Though (...)
  • 4 Una familia catalana medieval. Els Bell.lloc de Girona 1267-1533, Barcelone, 1995 (Biblioteca Abat (...)
  • 5 Une approche plus générale du patriciat géronais est donnée par C. Guilleré, Girona al segle XIV, 2 (...)

1Le thème des élites a de tout temps été sous-jacent dans l’historiographie catalane, mais il n'a été véritablement posé que tardivement et de manière indirecte1. En ce sens, l'ouvrage de James Amelang sur la formation d'une classe dirigeante à Barcelone de 1490 à 1714, peut être considéré comme pionnier2. Mais outre qu'il fait porter son étude sur la période moderne – en bien des points différente de la période d'autonomie municipale du Bas Moyen Age – l'auteur ne s'appesantit guère sur les origines de cette élite. Des ouvrages plus récents, comme ceux de S. Bensch3 ou de J. Fernández i Trabal4, étudient davantage ce thème à travers les deux cités catalanes d'outre-Pyrénées les plus importantes : Barcelone et Gérone. Ainsi Barcelone n'apparaît plus résumer à elle seule le Principat et ses élites, même si au XVe siècle, elle semble attirer à elle certaines familles qui jouaient jusque-là un rôle important dans des cités de moindre envergure. Il importe donc d'apporter un autre éclairage à partir de l'étude des élites d'autres cités, comme Gérone5. Cette approche concerne une période clé, les XIVe et XVe siècles, qui voit les anciennes élites céder leur place ou intégrer en leur sein des homines novi.

  • 6 S. P. Bensch, op. cit., p. 8-9.

2Avant de présenter les principaux résultats de la recherche, il faut rappeler les conditions générales du développement de la vie politique des principales cités de la Catalogne et montrer dans une dynamique méditerranéenne ce qui la distingue du monde urbain italien (en particulier des cités du Regnum Italiae) : en ce sens, l’émergence du patriciat peut être étudiée avec précision, alors qu'on n'aborde avec les cités italiennes que les résultats de ce mouvement6.

  • 7 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d'une so (...)
  • 8 C. Guilleré, op. cit., t. I, p. 152-156.
  • 9 J. Lalinde Abadia, La jurisdicción real inferior en Cataluña ("Corts, Veguers, bailles"), Barcelone (...)
  • 10 Cf. D. Menjot et M. Sánchez Martinez (sous la direction de), La fiscalité des villes au Moyen Age ( (...)

3La différence fondamentale tient au fait qu'en Catalogne, on a affaire à un pouvoir princier fort qui n'a qu'en de rares occasions abandonné son autorité7. De fait, l'émancipation urbaine est un fait tardif : vers le milieu du XIIIe siècle pour Barcelone, dans le contexte de la guerre entre Angevins et Couronne Aragonaise pour Gérone (1284)8. Mais là encore, l'indépendance municipale, largement engagée après la paix de Constance (1183) pour les cités italiennes, reste fortement limitée et circonscrite par le comte-roi. La royauté catalano-aragonaise n'a en effet jamais abandonné la justice aux cités9. La fiscalité royale reste au long des XIVe et XVe siècle un enjeu de premier ordre entre les dirigeants des grandes cités et la royauté d'une part, et de l'autre entre groupes sociaux à l'intérieur même des villes10.

  • 11 D'une part, l'aristocratie est exclue du jeu politique, de l'autre, elle n'a pas choisi de vivre ma (...)
  • 12 C. Guilleré, « Ville et féodalité dans la Catalogne du Bas Moyen Age », dans La Formació i expansió (...)

4Une autre différence que nous aurons à expliciter concerne la place du groupe aristocratique dans la cité11 : celui-ci n'a joué qu'un rôle tout à fait marginal dans toutes les villes du Principat et même du royaume de Valence : si lutte des factions il y a eu, ce n'est que tardivement et surtout, aux origines du patriciat, la vie politique n'a en rien été empoisonnée par elles. Ce qui ne veut pas dire que les relations des cités avec les pouvoirs féodaux sont à négliger : par ses relations avec la campagne, par la présence indirecte de la noblesse (clergé) dans la ville, par certains comportements des élites, on ne peut exclure ce phénomène dans l'histoire interne des villes12.

  • 13 Les événements de 1182 peuvent apparaître comme la préhistoire du mouvement municipal géronais, san (...)
  • 14 Arxiu Históric Municipal de Girona (= AHMG), Série XVHI, Llibre Verd, fol. 9v°.
  • 15 Ibid., fol. 8-v° : Aliud capitulum concedimus quod collectores collectarum et talliarum predictarum (...)
  • 16 J. S. Amelang, op. cit., p. 63 sq.
  • 17 Sur l'évolution du système électoral à Gérone, cf. C. Guilleré, op. cit., t. II, p. 280-298 et sur (...)
  • 18 Sur l'insaculació, cf. S. Sobrequés i Vidal, « Régimen municipal gerundense en la Baja Edad Média. (...)

5Comme on l'a vu, le cadre général du pouvoir municipal de l'ensemble des grandes cités catalanes est fixé depuis la seconde moitié du XIIIe siècle, que le spécialiste des institutions municipales catalanes, J.M. Font i Rius, présente comme l'étape finale. Ainsi le consulat est définitivement établi à Gérone en 128413. L'acte de 1284 se présente comme un document très équilibré, où les grands thèmes de la gestion urbaine sont abordés (beaucoup plus court que le Recognoverunt Proceres, qui est la liste des usages barcelonais). La présence d'un exécutif urbain constitue la grande nouveauté : en cela le privilège de 1284 est l'acte fondateur de la vie politique géronaise. L'article XX est consacré à l'élection annuelle de six probi homines pour gouverner la cité. Ces prudhommes doivent représenter les différents estaments, terme que l'on pourrait traduire de façon rapide par groupes sociaux : deux pour la main majeure – celle qui nous intéresse au premier chef pour le thème des élites – deux pour la main moyenne et deux pour la main mineure, sans précision sur la réalité sociale que recouvre cette notion14. Cette organisation ternaire se retrouve par la suite dans de nombreuses charges, notamment fiscales15. Or, il n'y avait pratiquement pas de nobles dans la cité, moins d'une dizaine de lignages, et surtout dépourvus de tout rôle politique direct avant l'époque moderne, à la fin du XVIe siècle16. Ces six prudhommes qui détiennent l'exécutif urbain sont nommés jurais pour la première fois en 1310, le terme de probi homines désignant alors les conseillers élus en même temps qu'eux. La durée de la charge est d'un an. L'élection mêle la cooptation au tirage au sort (à partir de 1374)17 pour devenir dans le cadre de l'insaculació, un simple tirage au sort sur la base du matricule, sorte de liste d'aptitude à la fonction de jurat de la main majeure, moyenne ou mineure18. Ce système devait fonctionner sans changement jusqu'à Nova Planta (1714), signe du consensus du corps municipal.

  • 19 Cette méthode a été expérimentée pour la période 1330-1376 : C. Guilleré, « Politique et société : (...)
  • 20 Sur la documentation fiscale catalane, cf. « La fiscalité des villes au Moyen Age », op. cit.
  • 21 C. Guilleré, « Les sources financières et fiscales de Gérone à la fin du Moyen Age », dans La fisca (...)
  • 22 Id., op. cit., t. 2, p. 310-313.

6Comment étudier et identifier cette élite ? Les listes consulaires – presque complètes à partir de 1323 permettent de relever les familles qui ont participé à la gestion de la cité, représentant l'estament majeur, mais aussi dans certains cas moyen, plus rarement mineur19. Grâce à la documentation fiscale20, en particulier les fogatges et les livres de tailles21, on peut isoler les 10 % de contribuables qui paient les quotes-parts les plus élevées et prendre en compte l'activité socio-professionnelle de chacun : une fois ces différentes listes recoupées, la troisième consiste dans l'élaboration de généalogies sociales de ces familles, pour lesquelles on pourra parler de lignage22.

7Tenons-nous en, pour ne pas alourdir notre propos, à l'étude des listes consulaires des années 1320 à la fin de la guerre civile catalane (1472).

  • 23 S. P. Bensch, op. cit., p. 345 sq. développe les mêmes idées pour Barcelone.

8On distinguera trois phases : le XIVe siècle, qui peut être dans le cas géronais considéré comme la phase d'émergence du patriciat, les années 1396-1440, enfin 1440-1470, phase au cours de laquelle se met en place le système de l'insaculacio. Quels sont les résultats globaux de cette statistique ? Elle aura pour but de montrer qu'au-delà du processus d'aristocratisation du patriciat, son originalité propre se définit surtout en termes de pouvoir public, l'honrat tirant sa propre dimension du politique23.

  • 24 Cf. Annexe 1 : Familles dont les membres ont été de la main majeure entre 1323 et 1470.
  • 25 Comme les familles Barrat, Desbasch, Boxols, Guerau, Colteller, Rodegia.
  • 26 Les familles Renall, Gornau, Bordils etBanyoles sont dans ce cas.

9Sur un siècle et demi, environ 59 familles ont participé au pouvoir municipal dans le cadre de la main majeure (qui comprend deux jurais)24. Mais la réalité de cette participation est inégale ; en effet 25 familles (à travers un ou plusieurs membres) participent quatre fois ou plus à cette fonction, 15/34 deux ou trois fois et 19/34 un seule fois. À quelques exceptions près – les Agullana et les Raset – les familles qui participent un petit nombre de fois à l’exécutif urbain se sont très vite éteintes25 ou ont perdu leur nom par absence de descendance mâle (on verra plus loin qu'une solution existait malgré tout dans ce cas)26.

  • 27 Il s'agit des familles Adrover, Bell.lloch, Caselles, Castell, Domenge, Marcó,, Miquel, Puig, Samsó (...)
  • 28 Ce sont les familles Beuda, Cavalleria, Desvern, Sifffe et Segurioles.
  • 29 Les Bell.lloch sont connus comme jurats de la main moyenne dès 1323 (Cf. C. Guilleré, op. cit., t.  (...)

10Dans une conjoncture démographique difficile, comment ces familles se sont-elles comportées ? Le « stock » d'origine du XIVe siècle est composé de 36 familles : s'y ajoutent entre 1396 et 1440 13 nouvelles et après 1440 dix autres. En fait, cette statistique est trompeuse dans la mesure où un certain nombre de ces 23 familles ont déjà joué un rôle politique au cours précisément du XIVe siècle, mais à un niveau inférieur, c'est-à-dire comme jurats de la main mineure, ou le plus souvent de la main moyenne : au total on dénombre pour le XIVe siècle 15 familles faisant partie de la main moyenne27 et 5 autres appartenant à la main mineure28, ce qui signifie que sur les 23 nouvelles familles qui sont venues enrichir la main majeure au XVe siècle, 21 non seulement existaient à Gérone, mais y jouaient déjà un rôle politique important, le plus bel exemple étant celui des Bell.lloch29, Au total, les nouvelles familles du XVe siècle ne sont au nombre que de 13.

  • 30 La famille Beuda accède à la charge de jurat de la main mineure en 1369, puis en 1403 à celle de la (...)

11Deux hypothèses s'offrent à nous : soit on estime que le jeu politique reste ouvert et une ascension sociale débouche peu ou prou sur le jeu politique. Mais ne soyons pas trop naïfs ou iréniques ! Soit il s'agit là pour l'élite de conserver le pouvoir en dominant certaines familles ou en s'alliant à d'autres de la main moyenne, tout en leur permettant cette promotion sociale, à un moment où les effectifs ont tendance à fondre. Cinq d'entre elles sont ainsi passées par la main mineure, dont trois de la main mineure à la main moyenne, puis de la main moyenne à la main majeure30. Cela pose en définitive la question de l'érosion des lignages.

  • 31 Les Gornau, Desvern, Reixach, Sant Celoni, Sant Marti, Escala, Sunyer, Segurioles, Terrades et de L (...)
  • 32 Sur les De La Via, famille du célèbre poète catalan, cf. l'étude rapide de J. Clara « Entorn de la (...)
  • 33 Sur les Renall, cf. C. Guilleré, op. cit., t. 1, p. 482 et t 2, p. 60, 141, 275-276, 314-319, 321-3 (...)
  • 34 Ibid., t. 2, p. 266-270, 314-315 et 325-326.
  • 35 Il faut ajouter les Escala (13 fois jurats), les Terrades (12), les Desvern et Sant Marti (9), les (...)
  • 36 Cf. l'exemple de Reims : P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1979, (...)

12Sur la période étudiée, 10 familles seulement traversent les deux siècles31. Leur participation à la vie municipale est certes inégale en termes de charges, mais aussi dans la durée : de 4 pour les Reixach à 20 pour les de la Via32, famille qui s'installe à Gérone dans le premier tiers du XIVe siècle et qui par son alliance avec les Renall33, va dominer la vie politique au-delà du XVe siècle. Mais ils rivalisent en tout premier lieu avec les Sunyer (19)34 et les Sant Celoni (18)35. Il ne faudrait pas oublier les familles qui avaient des représentants dans les autres mains au XIVe siècle et qui sont agrégées à la main majeure au XVe siècle : (Bell.lloch, Beuda, Castell, Cavaleria, Marco, Provençal, Angles, Miquel, Puig et Serra,) au total onze familles dont les Bell.lloch. Finalement le taux d'usure des lignages est relativement limité par rapport à celui que l'on peut observer dans d'autres cités de l'Occident chrétien36. On compte ainsi 21 familles connues dès le XIVe siècle (et sûrement avant) sur vingt-cinq, ayant joué véritablement un rôle politique (égale ou supérieur à 4 charges) : une usure de moins de 20 %. Il faut donc à ce niveau d'analyse rechercher les causes d'une telle longévité des familles et définir la notion de lignage.

  • 37 Il s'agit du notarius major de Gérone, qui est en fait le propriétaire du notariat géronais : cf. F (...)
  • 38 S. P. Bensch, op. cit., p. 347 sq.
  • 39 La liste de ces différentes charges royales a été publiée à partir de la série Offïcialium de la Ch (...)

13Il est évident qu'une connaissance précise de la constitution des patrimoines, de la politique de maintien et d'accroissement de ces derniers permet de mieux comprendre ce que l'on entend par patriciat urbain dans le cadre catalan. Pour cette approche, il faut essayer de distinguer entre le noyau le plus ancien de cette élite et les familles et lignages qui se sont agrégés à lui. Si l'on s'en tient donc au XIVe siècle, qui est en fait celui de sa constitution : pour la main majeure, sur 138 charges identifiées (jusqu'en 1396 plus précisément), on peut observer que le patriciat est constitué de 70 cives (honrats), 47 juristes, 19 marchands-drapiers, 1 changeur et 1 notaire37. Si l'on affine l'analyse à la main moyenne, on se rend compte que les 137 jurais connus se répartissent de la façon suivante : 1 médecin, 14 changeurs, 26 marchands-drapiers, 27 juristes, 66 marchands. A l'exception des marchands, qui ne figurent pas dans la main majeure, toutes les autres activités professionnelles sont compatibles entre la main majeure et la main moyenne. On retrouve à l'origine de cette élite, comme à Barcelone (exception faite des patrons de navires) les mêmes activités38. A partir du XVe siècle, une claire conscience d'appartenance de ces honrats à la main majeure se développe : plus d'ailleurs dans une façon de vivre que dans une appartenance affichée à l'aristocratie. D'ailleurs les cives, comme le sont les Bell.lloch, ne sont pas véritablement au sens premier du mot des rentiers : on a bien montré qu'ils étaient amenés à jouer un rôle comme agents subalternes, ou représentants de leur universitas auprès de la royauté : c'est parmi eux, que le roi recrute ses représentants locaux, comme les sots-veguers, bailles et sots-bailles, qui sont des charges triennales39. C'est parmi eux que l'exécutif urbain choisit ses représentants auprès des corts, etc. En fait, ils gèrent leur patrimoine, réorientent leur investissements en fonction de la conjoncture et continuent à spéculer dans le grand commerce, jouent un rôle comme créancier des institutions municipales, auprès de la paysannerie, remplaçant ainsi la communauté juive.

  • 40 Arxiu Diocesà de Girona (= ADG), Série C, Processos, no 619 à 664.
  • 41 J. de Chia, Bandos y Bandoleros en Gerona, Gérone, 1888, t. 1, p. 100.

14Mais les alliances familiales sont, me semble-t-il, le pivot du maintien de l'intégrité de ces lignages. Deux exemples choisis parmi les deux plus anciens permettent de démonter ces stratégies. La documentation extraite des archives diocésaines (série de procès d'execucio de dispenses) complétée par les généalogies réalisés à partir des autres sources (capitols matrimonial et testaments), est la source idéale pour cette étude. Elle vient ainsi compléter le travail préliminaire de toute recherche en généalogie et lever certaines incertitudes sur les généalogies déclinées par les témoins. Il s'agit d'une vingtaine de liasses couvrant un peu plus d'un demi-siècle (1389-1455) avec une nette prépondérance correspondant au pontificat de Benoît XIII40. Le pape de Luna voulait complaire par des dispenses matrimoniales au patriciat des grandes cités pour s'attirer les faveurs et le soutien des dirigeants des villes catalanes dont les stratégies matrimoniales arrivaient en quelque sorte à éclosion au cours de cette période. Cependant il ne faudrait pas croire que le patriciat n'ait pas utilisé ce type de pratique dans le passé : la correspondance des jurais des années 1330 nous apprend que des dispenses concernant les familles Sitjar et Renall avaient été instruites devant le tribunal de la rote41.

  • 42 A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend (sous la direction de), Histoire de la fam (...)
  • 43 ADG, Sèrie C, Processos, no 630. En 1418, le médecin Guillem Ricart ne peut épouser sans dispense u (...)

15Quelle est la procédure ? Elle inclut la présentation de la dispense pontificale, la publication d'une lettre super causa matrimoniali qui implique la déposition de témoins, amenés à décrire la généalogie des ascendants à trois ou quatre générations – il s'agit là de véritables mémoires généalogiques de la famille – et le décret final. Aux sept questions concernant entre autres le consentement des parents et des amis au choix des conjoints s'ajoutent celles portant sur les degrés de parenté et type de parenté existant entre les futurs époux. Les interdits que détermine la conception ecclésiastique de l'institution matrimoniale étaient la consanguinité, l'affinité et la parenté spirituelle42. On ne trouve pas d'exemple de dispense pour parenté spirituelle dans les dossiers étudiés. La dispense pour affinité porte essentiellement sur les remariages : son premier exemple date de 1400 quand Constancia, fille de Bernat Sarriera, épouse en secondes noces Pere Galcerand de Cartella, parent au quatrième degré de son premier mari Bernat Escala43.

  • 44 Cf. Annexes 2 et 3 : généalogie des familles Escala et Gornau.
  • 45 Quatre fois ou plus les Sarriera (6 fois), les Escala et Sant Marti (5 fois), les Sant Dionίs (4 fo (...)

16La dispense pour consanguinité est plus fréquente. La quinzaine de pièces relevées montre que cet échange s'est généralisé autour de deux lignages éminents les Gornau et les Escala44 – ces deux lignages ayant par ailleurs des liens entre eux. Parmi les conjoints relevés dans les généalogies présentées par les témoins : sont mentionnées au total 39 familles considérées comme appartenant à la main majeure, sans compter que diverses données généalogiques permettraient d’y rattacher beaucoup d'autres45.

  • 46 Cf. F. Breton et L. Barruti, La familia i el parentiu, Barcelone, 1978, en particulier p. 33-61, co (...)
  • 47 Arxiu Históric de Girona (= AHG), Fonds de l'Hospital Nou, parchemins no 89, 90 et 309. Ramon Renau (...)

17La conscience du lignage passe aussi par le nom, et surtout sa conservation : en effet dans un milieu où tout patrimoine est à dominante rurale, l'époux qui s'y fixe, en épousant par exemple une héritière, la pubilla46, abandonne son nom et prend celui de son épouse (alias). Cette pratique a dû passer de la campagne à la ville, dans la mesure où dès la fin du XIIIe siècle, nous la rencontrons pour la première fois dans la documentation47.

  • 48 ADG, Pia Almoina, parchemin no 84 : il lègue en outre à l'institution charitable qu’est la Pia Almo (...)
  • 49 Dans la première moitié du XIVe siècle, Bernat Escala a deux fils dont l’un s'appelle Bernat Escala (...)
  • 50 Plus généralement cf. les travaux de C. Klapisch-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels (...)

18Un exemple explicite est celui de Bernat Banyoles48 : dans son testament enregistré devant notaire en 1339, il choisit ses héritiers universels potentiels – il n'a pas d’héritier direct-, d'abord son frère Andreu, puis son neveu Andreu en excluant le frère de ce dernier, Bernat, et en fin de compte ses nièces, à condition que leurs maris prennent son nom et ses armes, sans quoi l'héritage passerait à une institution charitable, la Pia Almoina, comme il arriva plus tard. Cette pratique a été utilisée au moins à deux reprises par la famille Bordils pour perpétuer le nom49. Nom et armes faisaient partie de la fierté lignagère50.

  • 51 J. Fernandez i Trabal, op. cit., passim.
  • 52 De façon plus générale, ce phénomène est clairement montré dans C. Guilleré, op. cit., t. 1, p. 343 (...)
  • 53 ACA, Chancellerie, reg. 950, fol. 281.
  • 54 Jaume Bell.lloc est jurat en 1323, Guillem en 1330 (Cf. C. Guilleré, op. cit., t. 2, p 302-306).
  • 55 AHMG, I.3.3.1., Lligall 1, reg. 1.

19Un patrimoine consolidé, à tout le moins bien géré, était nécessaire pour établir de tels liens. L'exemple des Bell.lloch est à ce titre révélateur51 : deux étapes clairement identifiées montrent que du dernier tiers du XIIIe siècle aux années 1370-1380, la famille passe d'une activité artisanale (travail des peaux et du cuir) au commerce – une des branches s'établit à Majorque pendant la première moitié du XIVe siècle. Après la peste noire, la propriété terrienne et sa gestion représentent l'essentiel de l'activité des Bell.lloch. Non que ses derniers se soient reconvertis du commerce à l'agriculture ; mais les Bell.lloch ont développé la viticulture dans la campagne autour de Gérone (à Constantins), puis après la peste ont acheté des rentes portant sur la seigneurie directe de remences52 C'est au cours de cette période que Guillem I sert le roi comme sotsveguer53, devient jurat de la main moyenne54 et commence à développer ses stratégies matrimoniales avec les familles de la main majeure de la cité. Parallèlement, les Bell.lloch profitent de la nouvelle conjoncture en matière de crédit et notamment le développement des rentes (censals et violaris) à partir de 136055. Le crédit devient la deuxième source de revenu susceptible dans une conjoncture difficile de compléter, à tout le moins de maintenir le patrimoine foncier, et même de compenser la chute de la rente seigneuriale.

  • 56 J. Fernández i Trabal, op. cit., p. 345 et sq. et J.-M. Pons Guri, « Entre l'emfiteusi i el feudali (...)
  • 57 J. Fernández i Trabal, op. cit., p. 343 et sq.
  • 58 Ibid., p. 315 et sq.
  • 59 On sait que, dans les cités méditerranéennes, les études juridiques étaient fort prisées par les fa (...)

20La seconde période – en gros entre 1370-80 et 1490 – peut être considérée comme une période de maintien du patrimoine grâce à sa réorganisation et au jeu conjugué du crédit : au cours de ce siècle, les Bell.lloch abandonnent la gestion directe et l'achat de seigneurie directe au profit de l’emphytéose56. En outre, après la crise financière du début des années 1380 et les difficultés de la communauté juive victime du pogrom de 1391, leur rôle sur le plan du crédit se précise : ils passent avec la paysannerie de la Selva de nombreux contrats de gasaille57 et surtout placent de nombreuses rentes – sous forme de censals alors – dont les pensions sont payées par les institutions municipales et les communautés rurales. Même les débiteurs particuliers comptent pour l'essentiel de leurs revenus peu avant la guerre civile. Si cette dernière laisse un patrimoine rural en mauvais état, et si Bernat II ne réussit pas totalement à le restaurer (1466-1489), ses successeurs préparent dans de meilleures conditions le passage dans l'époque moderne, qui voit le patrimoine se développer de façon très rapide58. Tout au long de la période, surtout au XVe siècle, où ils sont reconnus comme leurs pairs par les familles de la main majeure, ils ajoutent à cela un intérêt certain pour le droit, donnant ainsi plusieurs juristes, comme nombre de familles de la main majeure59.

  • 60 C. Guilleré, op. cit., t. 2, p. 437-438.
  • 61 S. P. Bensch, op. cit., p. 356.
  • 62 Cf. S. Sobrequés i Vidal, Els barons de Catalunya, Barcelone, 2e éd., 1969, passim.
  • 63 Ces milieux sont étudiés dans C. Guilleré, op. cit., t. 2, p. 338-358 (pour le droit), p. 358-373 ( (...)
  • 64 M.-T. Ferrer i Mallol, « El patrimoni Reial i la recuperació dels senyorius jurisdiccionals en els (...)
  • 65 AHMG, I.3.3.2.4., Lligall 2 et sq.
  • 66 J. Fernandez i Trabal, op. cit., p. 231, 257 sq., 365 sq.

21L'étude des dots et augmente de dot fournit un miroir de qualité pour apprécier la consistance des patrimoines de l'élite urbaine. La moyenne des dots de la première moitié du XIVe siècle, sans compter les biens immeubles, beaucoup moins nombreux que par la suite, est de 6300 sous barcelonais. Elle passe à 11200 sous dans la seconde moitié du XIVe siècle. Avant 1360-1370, la dot moyenne de la fille d'un honrat représente 7,8 fois celle d'une famille d’artisans, et 9,5 après cette date60. Si l'on compare le cas géronais au patriciat barcelonais, le niveau des dots de la fin XIIIe et du début du XIVe siècle est plus élevé à Gérone, puisqu'on note plus de la moitié des dots supérieure à 5000 sous, contre seulement 20 % à Barcelone61. Au cours de la période 1349-1360, une dot atteint 24000 sous, si l'on fait exception de l'augment de dot de Guillem Sarriera (63000 sous barc.). Après 1360, 12 dots sur 41 se situent au-dessous de 5000 sous, 12 entre 5000 et 10000 sous (30 %), 18 au-dessus de 10000 sous (44 %), dont sept entre 20000 et 35000 sous. Comment expliquer cette augmentation sensible du niveau des dots ? Plusieurs explications sont possibles : la constitution des patrimoines, comme on l'a vu avec les Bell.lloch, est plus difficile dans un contexte d'économie encore agraire, où le crédit est détenu par des professionnels de l'argent comme les Juifs, ou par quelques chrétiens audacieux. Mais rien n'est vraiment institutionnalisé. Cette situation dure jusque vers 1340-1350. Les dots des lignages nobles dépassent alors nettement celles des honrats géronais62. Tout bascule avec l'arrivée de la rente. Agréée par l'Eglise, au moment où s’endettent Etat et municipalités, à commencer par celle de Gérone, elle libère une formidable masse de capitaux gagnés par les familles les plus en vue (commerce, droit, médecine)63. L'analyse des achats de censals et violaris dans un premier temps, puis de censals morts par la suite, par le patriciat géronais montre à l'évidence qu’ils ont su en tirer le meilleur parti. Dans une économie à faible inflation, des rentes à près de 14 % l'an offraient un potentiel d'enrichissement très rapide. Les rôles s'inversent alors : les nobles qui vendent des censals s'endettent et le patriciat achète ces derniers qui sont un formidable levier pour compléter leur patrimoine (en termes de juridictions par exemple)64 Même si le système connaît des difficultés lors de la grave crise financière des années 1377-1381, le patriciat s'est réalisé en quelques décennies un patrimoine mobilier confortable : ne parle-t-on pas en ce qui concerne la famille Beuda d’un patrimoine d'environ 100000 sous barc.65 ? Les Bell.lloch investissent entre 1346 et les années 1370 plus de 2500 livres pour plus de 450 livres barc. de pensions annuelles. Entre 1385 et la fin du XVe siècle, ce sont 50 censals et 25 violaris que les Bell.lloch placent auprès des municipalités de Gérone et Perpignan, du royaume de Majorque, de la Diputacio d'Arago, de la communauté rurale de Cassà de la Selva, d'artisans et de marchands géronais, et de clercs et de nobles66. Au total, plus de 115000 sous barc. de capital sont investis dans cette forme de crédit.

  • 67 AHMG, I.1.2.1, Lligall, 5, reg. 1 ; ibid., I.3.3.2.4., Lligall 2, etc.
  • 68 Le comte d'Empuries place une grande partie de ses rentes auprès des honrats géronais : AHG, Notari (...)
  • 69 C'est la cas de l'orfèvre Berenguer Eymeric qui avait souscrit à un violari de 49 livres et 9 denie (...)

22Plus généralement, ce type de crédit est largement dès l'origine entre les mains du patriciat. Qui sont donc ces rentiers et à quel moment intervient le remboursement du capital ? Ce qui est patent, c'est l'engouement que manifestent les Géronais à souscrire ces rentes : en 1343, ils sont 13 pour moins de 1000 livres (moyenne de 76 livres), en 1360 23 pour 3000 livres (moyenne de 130 livres) en 1368, 40 pour 5805 livres (moyenne de 145 livres). La famille Ferrer souscrit en 1343 pour 3150 sous de censal, 4200 en 1360 et 7290 en 136867. On note qu'en un quart de siècle, la souscription moyenne a été pratiquement multipliée par deux et le nombre de souscripteurs par trois. Certaines familles ont pu édifier une véritable fortune sur ces rentes. Car les Géronais souscrivent non seulement aux rentes de leur cité, mais aussi à celles des autres cités et institutions du Principat68. Quant au rachat du capital des censals émis en 1368, il s'effectue dès 1369, on compte deux cas en 1372, mais l'essentiel est racheté en 1377, dans les conditions difficiles que l'on a notées, le remboursement le plus tardif du capital s’effectuant en 1387, soit près de vingt ans après la souscription69.

  • 70 Ibid, I.3.3.1.2., Lligall 4, reg. 1.

23Alors que dans les premières années, ces souscriptions ne concernent que les Géronais, et plus particulièrement les membres du patriciat, on peut tenter une sorte de bilan au début du XVe siècle, une fois le système stabilisé70. Grâce aux comptes du clavaire, sur une statistique portant sur 223 albarans de l'année 1404, on note que 32 concernent des établissements religieux (surtout les ordres mineurs et des confréries), soit 14,5 % des remboursements, pour une moyenne de pension de 187 sous ; les estaments major et mitjà sont représentés par les ciutadans, 105 quittances (47 % des remboursements, pour une moyenne de pension de 311 sous), les marchands et les drapiers, 19 quittances (8,5 %, pour une moyenne de pension de 156 sous), les juristes et les notaires, 23 quittances (10,5 %, pour une moyenne de 300 sous), par des femmes, pour la plupart d'entre elles veuves (34) ou épouses (8) appartenant aux familles de la m à major, 42 quittances (19 %, pour une moyenne de pension de 197sous) : le patriciat à travers ces différents groupes reçoit donc près des trois quarts des pensions et de plus leur moyenne est nettement supérieure à celles reçues par les religieux ou les artisans, 20 quittances (9 %, pour une moyenne de pension de 144 sous). Restent les souscripteurs étrangers : 12 quittances (5,5 %, pour une pension moyenne de 290 sous, soit un niveau intermédiaire entre les marchands et les ciutadans). Π est inutile de développer : dans une conjoncture difficile, la campagne finance en fait le bas de laine, si l'on peut oser la formule, du patriciat.

24Peut-on définir le patriciat géronais et en quoi fait-il partie intégrante du patriciat catalan ? Son rapport à la vie politique urbain me paraît le paramètre essentiel dans la mesure où la noblesse traditionnelle a été écartée dès l'abord du jeu politique. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir des comportements voisins de ceux de l'aristocratie rurale : stratégies matrimoniales, conscience du nom et des armes. Mais ce qui le sépare de la noblesse, c'est, du fait de ses origines souvent marchandes et même parfois artisanales, la capacité d'adaptation à la crise économique larvée et démographique. Alors que la noblesse s'endette et est obligée de vendre son patrimoine, le patriciat urbain développe, établit, maintient et conserve le sien, et sait saisir l'opportunité que lui offre le développement des rentes (censals et violaris). Sachant aussi s'appuyer sur le droit et les études juridiques, ce patriciat a pu servir le roi autant qu'il s'est servi de sa connaissance pour s'imposer comme le dirigeant naturel de la cité. La Guerre civile catalane (1462-1472) établit pour longtemps son pouvoir à l'intérieur de la cité, mais aussi dans la campagne alentour.

Annexes

Annexe 1

Familles dont les membres ont été jurats de la main majeure entre 1323 et 1470

Annexe 2. Généalogie de la famille ESCALA

Annexe 2. Généalogie de la famille ESCALA

Sources : 1. A.D.G, série C, Proces d'execucio de dispenses, no 627 [1398]. 2. no 639 [1400]. 3. no 621 [1395]. 4. no 630 [1400], 5. no 645 [1419] 6. no 648 [1428]

Annexe 3. Généalogie de la famille gornau

Annexe 3. Généalogie de la famille gornau

Sources : 1. A.D.G, série C, Proces d’execucio de dispenses, no 620 [1390]. 2. no 626 [1398]. 3. no 643 [1418]. 4. no 658 [1446].

Notes

1 Cf. les travaux de C. Batlle i Gallart et en particulier, La crisis social y económica de Barcelona a mediados del siglo XV, 2 vol., Barcelone, 1973.

2 La formación de una classe dirigente : Barcelona 1490-1714, Barcelone, 1986 [traduction de l'ouvrage paru sous le titre : Honored Citizens of Barcelona, Princeton, 1986],

3 Barcelona and its rulers, 1096-1291, Cambridge, 1995 (Cambridge Studies in Medieval Life and Thought, 26).

4 Una familia catalana medieval. Els Bell.lloc de Girona 1267-1533, Barcelone, 1995 (Biblioteca Abat Oliba, 161).

5 Une approche plus générale du patriciat géronais est donnée par C. Guilleré, Girona al segle XIV, 2 vol., Barcelone, 1993-1994 (Biblioteca Abat Oliba, 132 et 137).

6 S. P. Bensch, op. cit., p. 8-9.

7 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle. Croissance et mutations d'une société, Toulouse, 1976, t. 2, p. 15 et suiv.

8 C. Guilleré, op. cit., t. I, p. 152-156.

9 J. Lalinde Abadia, La jurisdicción real inferior en Cataluña ("Corts, Veguers, bailles"), Barcelone, 1966, passim.

10 Cf. D. Menjot et M. Sánchez Martinez (sous la direction de), La fiscalité des villes au Moyen Age (France méridionale, Catalogne et Castille). 1. Etudes des sources, Toulouse, 1996.

11 D'une part, l'aristocratie est exclue du jeu politique, de l'autre, elle n'a pas choisi de vivre majoritairement à la ville ; à Gérone, cinq à six familles nobles ont une maison dans le cité (cf. J.-M. Salrach, História dels països catalans dels orígens a 1714, Barcelone, 1981, t. 1, passim).

12 C. Guilleré, « Ville et féodalité dans la Catalogne du Bas Moyen Age », dans La Formació i expansió del feudalisme català, Homenatge a Santiago Sobrequés i Vidal, Estudi General (= E. G.), 5-6 (1985-1986), p. 447-466.

13 Les événements de 1182 peuvent apparaître comme la préhistoire du mouvement municipal géronais, sans véritables lendemains : cf. A. Gouron, « Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux XIIe et XIIIe siècles », BEC, 120 (1962), p. 33-35.

14 Arxiu Históric Municipal de Girona (= AHMG), Série XVHI, Llibre Verd, fol. 9v°.

15 Ibid., fol. 8-v° : Aliud capitulum concedimus quod collectores collectarum et talliarum predictarum teneantur semel in anno tantum reddere racionem et compotum de ipsis collectis et talliis (8v°) que colligent et récipient illis qui per universitatem civitatis predicte electi fuerint ad audiendum compotum supradictum.

16 J. S. Amelang, op. cit., p. 63 sq.

17 Sur l'évolution du système électoral à Gérone, cf. C. Guilleré, op. cit., t. II, p. 280-298 et sur l'épisode de 1374, Id., « Réaction sociale et agitation "menestral" à Gérone. A propos d'un privilège de l'infant Joan (1er février 1376) », dans Homenaige a Carles Rahola, Annales del Instituto de Estudios Gerundenses (= A.I.E.G.), 36 (1982-1983), p. 143-158.

18 Sur l'insaculació, cf. S. Sobrequés i Vidal, « Régimen municipal gerundense en la Baja Edad Média. La "insaculación" », A.I.E.G., 10 (1955), p. 214 sq.

19 Cette méthode a été expérimentée pour la période 1330-1376 : C. Guilleré, « Politique et société : les Jurats de Gérone (1323-1376) », dans La Ciudad Hispanica durante los siglos XIII al XVI, La Rabida-Sevilla (1981), t. 2, Madrid, 1985, p. 143-153.

20 Sur la documentation fiscale catalane, cf. « La fiscalité des villes au Moyen Age », op. cit.

21 C. Guilleré, « Les sources financières et fiscales de Gérone à la fin du Moyen Age », dans La fiscalité des villes, op. cit., p. 45-56.

22 Id., op. cit., t. 2, p. 310-313.

23 S. P. Bensch, op. cit., p. 345 sq. développe les mêmes idées pour Barcelone.

24 Cf. Annexe 1 : Familles dont les membres ont été de la main majeure entre 1323 et 1470.

25 Comme les familles Barrat, Desbasch, Boxols, Guerau, Colteller, Rodegia.

26 Les familles Renall, Gornau, Bordils etBanyoles sont dans ce cas.

27 Il s'agit des familles Adrover, Bell.lloch, Caselles, Castell, Domenge, Marcó,, Miquel, Puig, Samsó,, Sant Celoni, Sant Marti, Sarriera, Serra, Vengut, de La Via.

28 Ce sont les familles Beuda, Cavalleria, Desvern, Sifffe et Segurioles.

29 Les Bell.lloch sont connus comme jurats de la main moyenne dès 1323 (Cf. C. Guilleré, op. cit., t. 2, p. 274-275 et 304-305). Sur leurs activités politiques au XVe siècle, cf. J. Fernandez i Trabal, op. cit., p. 338-342.

30 La famille Beuda accède à la charge de jurat de la main mineure en 1369, puis en 1403 à celle de la main moyenne et enfin en 1455 à la main majeure ; les Cavalleria sont jurats de la main mineure en 1372, de la main moyenne en 1401 et de la main majeure en 1444. Les Desvem sont jurats de la main mineure en 1340 et de la main majeure en 1373. Les Siffre, jurats de la main mineure en 1337 et 1370, le sont de la main majeure en 1391. Les Segurioles sont jurats de la main mineure en 1357, de la main majeure en 1391 et le seront sept fois au XVe siècle.

31 Les Gornau, Desvern, Reixach, Sant Celoni, Sant Marti, Escala, Sunyer, Segurioles, Terrades et de La Via.

32 Sur les De La Via, famille du célèbre poète catalan, cf. l'étude rapide de J. Clara « Entorn de la personalitat del poeta Francesc de la Via », Arxiu de Textos Catalans Antics, 3 (1984), p. 193-204.

33 Sur les Renall, cf. C. Guilleré, op. cit., t. 1, p. 482 et t 2, p. 60, 141, 275-276, 314-319, 321-322, 325-326 et 429-430.

34 Ibid., t. 2, p. 266-270, 314-315 et 325-326.

35 Il faut ajouter les Escala (13 fois jurats), les Terrades (12), les Desvern et Sant Marti (9), les Gornau et Segurioles (8).

36 Cf. l'exemple de Reims : P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, 1979, p. 614-625, écrit : « l'hécatombe des familles patriciennes est d'une telle ampleur qu'elle s'impose comme un fait majeur » (p. 615).

37 Il s'agit du notarius major de Gérone, qui est en fait le propriétaire du notariat géronais : cf. F. Duran i Cañameras, « La fe judicial i extrajudicial en Gerona a través de los tiempos » A.I.E.G., 12 (1958), p. 302-304.

38 S. P. Bensch, op. cit., p. 347 sq.

39 La liste de ces différentes charges royales a été publiée à partir de la série Offïcialium de la Chancellerie des Archives de la Couronne d'Aragon (= ACA) dans C. Guilleré, op. cit., t. 1, p. 132-133 pour les veguers, p. 133-134 pour les bailles de Gérone et p. 136-137 pour les sots-veguers.

40 Arxiu Diocesà de Girona (= ADG), Série C, Processos, no 619 à 664.

41 J. de Chia, Bandos y Bandoleros en Gerona, Gérone, 1888, t. 1, p. 100.

42 A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend (sous la direction de), Histoire de la famille, Paris, 1986, t. 1, p. 333 sq. et 372-374.

43 ADG, Sèrie C, Processos, no 630. En 1418, le médecin Guillem Ricart ne peut épouser sans dispense une cousine au quatrième degré de son précédent conjoint (Ibid., no 644).

44 Cf. Annexes 2 et 3 : généalogie des familles Escala et Gornau.

45 Quatre fois ou plus les Sarriera (6 fois), les Escala et Sant Marti (5 fois), les Sant Dionίs (4 fois). Deux ou trois fois : les Samsó, Vinyoles, Gomau, Sant Celoni, Bordils – très proche des Escala –, Sitjar, Albert et Desvern. Une fois : les Serra, de La Via, Avellaneda, Margarit, Estruç, Malarç, Terrades, Ricart, Llapart, Segurioles, Sunyer, Domenec, Ortiz, Vengui, Trilla, Bru, Puig, Cartella, Ferrer, Caselles, Ribot, Castell, Vic, Guerau et Raffard.

46 Cf. F. Breton et L. Barruti, La familia i el parentiu, Barcelone, 1978, en particulier p. 33-61, consacrées aux différents aspects de la parenté traditionnelle en Catalogne et à la notion de casa pairal.

47 Arxiu Históric de Girona (= AHG), Fonds de l'Hospital Nou, parchemins no 89, 90 et 309. Ramon Renau, citoyen géronais et riche alleutier de Campdorà, n'ayant pas de fils, marie ses trois filles, Guilleuma, Auda et Caterina à Pere Gornau, Ramon Malarç et Ramon Calvet. Guilleuma qui hérite de l'honor de Campdorà épouse un cadet de famille Pere Gomau : or Berenguer Renau, cité dans un codicille de son grand-père, n'est autre que le fils de Guilleuma et Pere. Rien n'est dit de manière explicite, mais on devine l'arrangement entre les deux familles, qui ont joué un rôle important dans les stratégies matrimoniales du patriciat géronais. On observe à Marseille un peu plus tardivement ce type de pratique : cf. C. Maurel, « Un artifice contre l'extinction des familles ? La substitution de nom et d'armes à Marseille (fin XIVe siècle-fin XVe siècle) », Médiévales, 19 (1990), p. 29-35.

48 ADG, Pia Almoina, parchemin no 84 : il lègue en outre à l'institution charitable qu’est la Pia Almoina 16 morabatins qu'il lève sur une maison et sur 24 taulas sises dans le quartier de la Mercerie.

49 Dans la première moitié du XIVe siècle, Bernat Escala a deux fils dont l’un s'appelle Bernat Escala et l'autre Bonanat Bordils (AHG, Notaria Girona-8, reg. 1, acte du 28 avril 1321 et ibid., Notaria Girona-5, reg. 2, acte du 12 août 1322) : il a épousé la pubilla, c'est-à-dire l'héritière des Bordils, en promettant qu'un de ses fils s'appellerait Bordils, alias Escala) ; dans la seconde moitié du siècle, Margarida Bordils, fille de Bernat Bordils, docteur en lois, épouse Narcis Sant Dionίs : leur fils, Bernat, appelé Bordils alias Sant Dionίs, est frère de Dalmau Sant Dionis, licencié en lois (cf. ibid., Notaria Girona-1, reg. 76, acte du 30 juillet 1365, reg. 241, acte du 7 décembre 1390 et reg. 259, acte du 15 octobre 1392).

50 Plus généralement cf. les travaux de C. Klapisch-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, 1990, p. 83 sq.

51 J. Fernandez i Trabal, op. cit., passim.

52 De façon plus générale, ce phénomène est clairement montré dans C. Guilleré, op. cit., t. 1, p. 343 et suiv. (cf. l'action des Margarit autour de la paroisse de Sant Gregori et des Sunyer dans le plá de Gérone).

53 ACA, Chancellerie, reg. 950, fol. 281.

54 Jaume Bell.lloc est jurat en 1323, Guillem en 1330 (Cf. C. Guilleré, op. cit., t. 2, p 302-306).

55 AHMG, I.3.3.1., Lligall 1, reg. 1.

56 J. Fernández i Trabal, op. cit., p. 345 et sq. et J.-M. Pons Guri, « Entre l'emfiteusi i el feudalisme (Els reculls de dret gironin) », E.G., 5-6 (1985-1986), p. 411-418.

57 J. Fernández i Trabal, op. cit., p. 343 et sq.

58 Ibid., p. 315 et sq.

59 On sait que, dans les cités méditerranéennes, les études juridiques étaient fort prisées par les familles notables : droit et politique vont de pair à en juger par le rôle de plus en plus prépondérant des juristes dans l'exécutif urbain (cf. A. Gouron, « Le rôle social des juristes dans les villes méridionales au Moyen Age », dans Villes de l'Europe méditerranéenne et de l'Europe occidentale du Moyen Age au XVIe siècle, Nice, 1969, p. 55-67 ; J. Fernández i Trabal, op. cit., p. 333 et suiv., et C. Guilleré, op. cit., t 2, p. 246-262).

60 C. Guilleré, op. cit., t. 2, p. 437-438.

61 S. P. Bensch, op. cit., p. 356.

62 Cf. S. Sobrequés i Vidal, Els barons de Catalunya, Barcelone, 2e éd., 1969, passim.

63 Ces milieux sont étudiés dans C. Guilleré, op. cit., t. 2, p. 338-358 (pour le droit), p. 358-373 (pour la médecine) et p. 373-413 (pour les marchands et les drapiers).

64 M.-T. Ferrer i Mallol, « El patrimoni Reial i la recuperació dels senyorius jurisdiccionals en els estats catalano-aragonesos a la fi del segle XIV », Anuario de Estudios Medievales, 7 (1970-1971), p. 351-491 (en part. p. 471 et 485).

65 AHMG, I.3.3.2.4., Lligall 2 et sq.

66 J. Fernandez i Trabal, op. cit., p. 231, 257 sq., 365 sq.

67 AHMG, I.1.2.1, Lligall, 5, reg. 1 ; ibid., I.3.3.2.4., Lligall 2, etc.

68 Le comte d'Empuries place une grande partie de ses rentes auprès des honrats géronais : AHG, Notaria Castello d'Empuries, Comtat d'Empuries, reg. 82, fol. 103-sq. Cf. aussi ibid, Notaria Girona-5, reg. 82 (concernant Perpignan), reg. 110 (Collioure, Elne) ; Notaria Girona-1, reg. 140 (Villefranche-de-Conflent), etc.

69 C'est la cas de l'orfèvre Berenguer Eymeric qui avait souscrit à un violari de 49 livres et 9 deniers et à un censal de 10 livres 5 sous et 9 deniers barcelonais de tern : il a donc doublé son capital en moins de 10 ans (AHMG, I.3.3.2.4., Lligall 8).

70 Ibid, I.3.3.1.2., Lligall 4, reg. 1.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Annexe 2. Généalogie de la famille ESCALA
Légende Sources : 1. A.D.G, série C, Proces d'execucio de dispenses, no 627 [1398]. 2. no 639 [1400]. 3. no 621 [1395]. 4. no 630 [1400], 5. no 645 [1419] 6. no 648 [1428]
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Annexe 3. Généalogie de la famille gornau
Légende Sources : 1. A.D.G, série C, Proces d’execucio de dispenses, no 620 [1390]. 2. no 626 [1398]. 3. no 643 [1418]. 4. no 658 [1446].
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.