Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Elites urbaines, service de la commune et processus d'aristocratisation : le cas de Macerata aux XIVe-XVe siècles

Philippe Jansen

Texte intégral

1Vers 1440, Poggio Bracciolini imaginait un dialogue entre Laurent de Médicis et Nicollὸ Nicoli pour définir l'état de noblesse en Italie à la fin du Moyen Age. Il faisait dire à Nicoli :

  • 1 Poggio Bracciolini, De Nobilitate, texte consulté dans la seule édition accessible à Bordeaux : Po (...)

« Je ne contesterai pas... qu'un citoyen honorable, gratifié des honneurs et de la dignité dans sa cité, soit noble, s'il est également observateur de l'honnêteté, et j'y ajouterai celui qui, loin des soucis de la chose publique, se consacre aux vertus et aux bontés de l'esprit »1.

  • 2 Pour le cadre général de la problématique, adaptée à la situation de l'Italie centrale, Toscane ex (...)

2Malgré les réticences, qui s'expliquent par la volonté de définir la noblesse, au sens aristotélicien, comme un état de vertu personnel, cette définition rejette les critères de descendance du sang et plus encore de possession de domaines ruraux dont le propriétaire vivrait de ses rentes, pour associer catégoriquement la noblesse au cadre urbain et à l'action des milieux dirigeants. La perspective de l'humaniste florentin se situe au coeur d'un débat historiographique toujours prégnant pour l'histoire de l'Italie médiévale. La question des rapports entre le gouvernement civique et un groupe dirigeant réceptif aux valeurs du monde aristocratique est posée, qu’il s’agisse des descendants des milites et vassaux épiscopaux des XIe-XIIe siècles ou de la « rescousse aristocratique » qui, en de nombreuses communes, porte de nouvelles familles parfois issues du popolo à exercer un pouvoir de type seigneurial et personnel2. Pour des raisons documentaires évidentes, la composition des groupes dirigeants est mieux connue dans les grandes cités italiennes que dans les villes de moyenne importance. Le cas de l’une d’elles, Macerata, que nous avons étudié dans notre travail d'habilitation, peut, dans une perspective comparative, fournir une nouvelle illustration des transformations qui affectent le groupe dirigeant et l'image représentative officielle qu'il donne de lui-même au cours du XVe siècle.

  • 3 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse d'habilitation : P. Jansen, Démographie et société (...)
  • 4 Pour le rappel de l'histoire politique et institutionnelle de Macerata, voir A. Adversi, D. Cecchi (...)

3Macerata, siège de l'administration pontificale des Marches pendant la première moitié du XIVe siècle, puis continuellement de 1452 à 1790, lieu de résidence plus épisodique du Trésorier des Marches pendant la période que nous avons étudiée3, offre un terrain très favorable pour observer les élites urbaines, leur structure et les bases de leur domination économique et politique. Deux traits définissent les spécificités de l'évolution sociale macerataise à la fin du Moyen Age. La commune apparaît comme une petite ville dans laquelle les expériences d'un gouvernement « populaire » des Arts et d'un régime seigneurial aux mains d’une famille dominante ont échoué dès le milieu du XIVe siècle. Pendant tout le siècle qui suit, la ville est gouvernée par un régime communal traditionnel, dont l’exécutif est constitué par un podestat étranger et un collège de quatre prieurs de la Commune4.

  • 5 L'évaluation de 1307 est publiée dans A. Theiner, Codex diplomaticus Sanctae Sedis, t. II, Rome, 1 (...)
  • 6 P. Jansen, Démographie et société..., op. cit., p. 201-205.
  • 7 Sur la distinction des « cercles » de l’oligarchie florentine, voir l’étude importante de D. Kent, (...)

4— Une petite ville : la capacité fiscale de Macerata, évaluée par le recteur pontifical à 1 800 feux en 1307, a chuté à 500 feux en 1349 ; les listes des collecteurs de taxe au XVe siècle enregistrent 612 feux contribuables en 1414, 481 feux en 14465. Les fluctuations de l'effectif des feux ne sont pas exactement proportionnelles au mouvement démographique : la diminution est accentuée par un phénomène d'appauvrissement de la population survivante, dont une part croissante échappe au recensement fiscal. La confrontation de ces données avec plusieurs listes d'habitants et l'enregistrement de 868 propriétaires laïcs, représentant trois quartiers sur quatre de la ville dans le cadastre de 1360, nous permet d'évaluer la population de Macerata à un peu moins de 10 000 habitants à son apogée démographique, au début du XIVe siècle, et à environ 3 500 habitants vers 1360. Au début du XIVe siècle, Macerata compterait une population comparable à celle de villes toscanes comme Prato ou San Gimignano ; elle se rapprocherait, à l'étiage démographique, de la situation contemporaine de Pistoia6. A tous égards, il s'agit d’une cité de second rang, suffisamment peuplée pour qu'on y observe des phénomènes de différenciation sociale fondés sur une division des activités productives, mais dont le dynamisme paraît insuffisant pour qu’on puisse y observer la formation d’un milieu dirigeant complexe constitué de plusieurs « cercles » de pouvoir et agité par l’antagonisme de factions rivales7.

  • 8 Cf. A. Adversi, D. Cecchi, L. Paci, Storia di Macerata, op. cit., p. 94-99.
  • 9 Dans la décennie 1325-1335, Fredo Mulucci, chef du lignage, était seigneur de Macerata, tandis que (...)
  • 10 Délibération du Conseil général du 17 mai 1398, citée par A. Colini-Baldeschi, « Vita pubblica e p (...)

5— Une évolution politique contraire au développement du gouvernement de type seigneurial. Lorsque, dans la synthèse déjà citée, J.-Cl. Maire-Vigueur mentionne Macerata comme l'un des exemples de la prise du pouvoir communal par les seigneurs de la terre, il se réfère au temps de la domination des Mulucci, qui ont gouverné la commune – sans en modifier le cadre institutionnel – entre 1310 environ et 1335, puis, après un bref exil d'un an, de 1336 à 1355, date à laquelle la famille, qui avait pris le parti des gibelins, fut obligée de se soumettre à l'autorité du cardinal-légat Gil de Albornoz8. La puissance de la famille reposait sur des bases aristocratiques traditionnelles : lignage ramifié qui investit le pouvoir laïc et ecclésiastique, richesse foncière9. Après 1355, il est définitivement écarté des fonctions politiques et n'apparaît plus dans les registres de l'administration communale. Cette période de gouvernement seigneurial, relativement brève et sans lendemain (le contrôle exercé par les représentants du pouvoir pontifical sur la commune n'est sans doute pas étranger à cet état de fait), a néanmoins sonné le glas d'un régime communal dominé par les Métiers. Jusqu'au milieu du XIVe siècle, les actes des conseils mentionnaient l’existence de quatre « Prieurs des Arts » ; les statuts de 1342 modifient la composition du collège : il est composé désormais de quatre prieurs, représentants élus de chaque quartier de la commune, et d'un seul prieur des Arts, lequel disparaît totalement de la documentation après 1360. Désormais, les quatre Prieurs de Macerata sont désignés par toute la population civique réunie dans un cadre topographique et non par les responsables des professions jurées. Ils sont tirés au sort sur une liste élue de boni viri et sensati cives, qualification sociale qui dépasse un recrutement à base corporative10.

6Les élites politiques de Macerata se recomposent donc à la fin du XIVe siècle en excluant à la fois la représentation collective des métiers et les lignages des seigneurs féodaux qui demeurent fortement implantés dans le territoire de la commune et, sans doute, ses environs. D’autres groupes sociaux vont désormais accéder aux magistratures exécutives de la commune. Leur représentativité et leur influence sociale reposent sur des bases qu’il s’agit de déterminer, afin de reconstituer le processus de leur prise de contrôle politique et leurs aspirations nouvelles à la reconnaissance d'un statut fondé sur des privilèges, à l'origine de la constitution d'une nouvelle noblesse de fonction qui caractérisera le milieu dirigeant de Macerata à l'époque moderne.

Les élites à Macerata à la fin du XIVe siècle

  • 11 Sur Pérouse, voir J.-Cl. Maire-Vigueur, « Comuni e signori », op. cit., p. 539.

7Les registres des délibérations des deux conseils, le Conseil général de la Commune, assemblée d’une centaine de citoyens, et le Conseil de Credenza, soigneusement tenus, nous font connaître, presque quotidiennement, l’action des citoyens influents ; non pas seulement ceux qui sont investis d'une responsabilité exécutive, mais les Conseillers qui, par une prise de parole presque permanente dans les enceintes publiques, orientaient les décisions de la commune en matière de défense, de fiscalité et de développement économique par la mise en chantier d'équipements utilitaires, tels que moulins à blé et à foulon, bassins pour la teinture des draps, étendoirs pour les sécher... Les noms de ces orateurs qui forgeaient l'opinion des conseils, nous les retrouvons très souvent parmi les témoins des actes de vente des biens communaux et sur les listes des ambassadeurs mandatés par la commune pour négocier des privilèges ou obtenir des accommodements auprès des recteurs ou, après 1432, des officiers de Francesco Sforza qui établissait son pouvoir comtal sur les Marches – contrairement à Pérouse, les anciens lignages exclus des magistratures communales ne paraissent pas avoir obtenu cette compensation honorifique des ambassades et syndicatures de la commune11.

8Les citoyens omniprésents dans les réseaux de décisions touchant aux affaires publiques constituent un groupe restreint d'une trentaine d'individus sur un siècle. Ils sont issus des milieux traditionnellement représentatifs de l'oligarchie urbaine en Italie centrale et septentrionale à la fin du Moyen Age : notaires et marchands, propriétaires et artisans, médecins et maîtres d'école. Dans l'exercice de leur profession, ils étaient capables de tisser un réseau de relations, aussi bien à l'intérieur de la commune qu’au-dehors, auprès des autorités qui gouvernaient la province pontificale des Marches et qui pouvaient favoriser l'accès aux charges publiques et servir les ambitions d'une carrière « politique » locale. La diversité des formations professionnelles s’atténue dans un processus de rapprochement social fondé sur les fortunes patrimoniales comparables, les capacités de mobilisation financière, les stratégies d'alliance.

  • 12 APM 10, fol. 94v, 97r-99v : la commune de Macerata députa les notaires Marino Brunetti, Aldobrandi (...)
  • 13 Voir la plainte des autorités de Macerata au cardinal Guillaume d'Estaing, que celui-ci rapporte d (...)

9Parmi les citoyens fortunés et puissants de la commune de Macerata à la fin du XIVe siècle, les notaires dominaient par le nombre. On en identifie 37 actifs entre 1360 et 1380, ce qui donne pour cette génération un notaire pour 94 habitants environ. Leur profession a été favorisée par la présence, au cours du demi-siècle précédent, de la curie pontificale qui recrutait les auxiliaires de ses services dans la population locale. L'administration temporelle de l'Eglise offrait un cadre favorable au développement de la formation technique et intellectuelle des notaires et hommes de loi. Après le départ de la résidence officielle de la Curie, les notaires maceratais continuèrent à profiter des débouchés de carrière au service de la Trésorerie. Au moins six d'entre eux ont exercé pour le compte de l'administration pontificale à la fin du siècle, dont trois à la Chambre apostolique, sans compter des missions temporaires que le recteur confia à leurs collègues de la commune. Certaines familles développèrent des stratégies de carrières doubles : l'un des fils entrait au service de la Curie tandis que son frère travaillait dans les offices de la Commune. Ainsi Lippo di messer Andrea était officier de la Chambre apostolique à partir de 1360 tandis que son frère Giorgio prit notamment en charge le banc de prêt de la commune en 1411. Au service de ces deux corps publics, les notaires maceratais se forgèrent une renommée flatteuse d'administrateurs de la chose publique, dont témoigne la demande adressée par la commune de Florence en 1412. Elle sollicita des prieurs de Macerata l'envoi de quatre notaires pour le service du podestat, du Capitaine du peuple et du tribunal criminel de la cité toscane12. La profession sut en tirer un profit collectif en s'organisant en un « collège des notaires et avocats » qui revendique hautement, à la fin du XIVe siècle, le maintien des privilèges fiscaux qui avaient été accordés aux notaires au temps de la résidence curiale, parfois contre les intérêts de la Commune13.

  • 14 P. Jansen, Démographie et société, op. cit., p. 374-375. La superficie moyenne des propriétés tenu (...)

10Le rang des notaires dans la hiérarchie des fortunes à Macerata est beaucoup plus difficile à évaluer. Parmi les propriétaires fonciers inscrits dans le cadastre de 1360, les notaires se situent à un niveau moyen, mais ils ont été les principaux bénéficiaires de l'intense marché des transactions foncières que l'on observe entre 1360 et 1380. Ils représentent la seule catégorie de citoyens distingués par un titre (dominus, magister ou ser) à avoir accru la superficie de leurs bienfonds, dans la proportion notable de un tiers14. En valeur, leurs propriétés avaient gagné 12 % par rapport aux propriétaires les plus fortement estimés. Toutefois, l'enrichissement foncier ne concernait qu'une minorité de tabellions maceratais. La plupart possédaient au contraire un patrimoine exclusivement immobilier et mobilier.

11Parmi les conseillers actifs qui prenaient fréquemment la parole, aux côtés des notaires, à la tribune du Conseil général de la commune, émergent quelques figures de négociants. Les qualificatifs honorifiques que leurs attribuent les chanceliers de la commune disent assez l'estime dont ils jouissaient auprès de leurs concitoyens. Stefano di Pietro, signalé comme « mercier » dès 1365, fut qualifié d'honorabilis mercator pour la première fois dans une délibération de 1391. Jacopo di Giuliano, reconnu comme mercator en 1421, porte le titre de famosus civis en 1444. Deux autres personnages avaient un statut social comparable : Antonio Marcuzzi, mercier-épicier en 1365, qualifié d'honorabilis vir, et Antonio di Matteo di Angeluccio, dont nous savons qu'il fut l’un des Prieurs de l'Art de la Laine en 1441, peu avant que celui-ci ne se transforme en art des Marchands.

  • 15 APM 5, fol. 62, 29-3-1391.
  • 16 APM 15, fol. 274v-275v ; le 16 du même mois, il revend d'autres droits à un éleveur de Visso (fol. (...)

12De leurs affaires, nous connaissons seulement les transactions qu'ils ont conclues avec la commune ou en son nom. Ces « merciers » ou mercatores avaient pour aire de commerce la région des Marches, parcourue en tous sens ; ils se gardaient bien d'investir dans des commerces trop spéculatifs et spécialisés. Ils fondaient leur prospérité sur une participation active aux trafics réguliers et abondants des denrées alimentaires, surtout les céréales, dont ils furent les principaux fournisseurs pour la commune, mais aussi, souvent, au service du recteur pontifical – un bon client, qui peut devenir à l'occasion un emprunteur – voire, à l'occasion, pour les condotte en opération dans le secteur. A la fin du XIVe siècle, Stefano di Pietro s'est intéressé aux profits de l'élevage : en 1391, il acquit la ferme de la boucherie communale15. La responsabilité de la gestion du troupeau communal, qui faisait partie de cette charge, lui fut sans doute facilitée par les relations qu'il entretenait avec les éleveurs de l'Apennin, tout comme Jacopo di Giuliano qui conclut avec eux des contrats de soccida après 143316. Les mercatores maceratais ont démontré à cette occasion l'ampleur et la rapidité de leur capacité de mobilisation numéraire, qui les distingue des autres citoyens de Macerata et leur permet de développer une activité financière importante. Stefano di Pietro et les autres négociants ont consenti de très nombreux prêts à leurs concitoyens aussi bien qu'à la commune elle-même.

  • 17 APM 5, fol. 163r, 6-12-1391 et 13, fol. 151r, 18-4-1425.
  • 18 APM 21, fol. 165r : Jacopo di Giuliano afferme les moulins contre redevance de 95 saumées de blés (...)

13A la fois collecteurs de taxes, approvisionneurs de denrées pour la population et fournisseurs aux armées, les hommes de loi et les marchands prirent également le contrôle des grands travaux communaux, tels que la reconstruction de l'enceinte et l'édification des moulins. Ils étaient maîtres de l'approvisionnement des matériaux, puisqu'ils possédaient les fours à chaux et à briques, négociaient en position favorable le prix de ces fournitures à la commune et recrutaient souvent les équipes de maçons qui œuvraient sur le chantier. Stefano di Pietro reçut de la commune en 1391, 44 ducats pour la fourniture de 20 000 briques destinées à l'enceinte ; en 1425, Jacopo di Giuliano fut payé de 40 ducats pour fournir 70 000 briques au chantier des moulins communaux17. Ces marchands exerçaient donc une influence directe sur tous les domaines vitaux de l'existence quotidienne de leurs concitoyens : une grande partie du ravitaillement en blé (et sa transformation en farine dans des moulins dont ils prenaient parfois la gestion en ferme18) en vin, en viande, la garantie d'une défense grâce à une enceinte en bon état, dépendaient pour une large part de leur intervention et de leur capacité à avancer les fonds.

14L'affermage des recettes fiscales leur permit de peser encore plus directement sur les choix politiques de la commune. Sa trésorerie, souvent confrontée au manque de numéraire pour faire face aux réquisitions de la taille par le recteur pontifical, faisait appel aux avances des citoyens ; elle sollicitait des prêts ou mettait aux enchères les fermes des collectes fiscales. Le rôle de financier de la commune a rapproché notaires et marchands. Ils s’organisèrent en consortia de cinq à sept personnes, qui constituèrent le creuset de leurs réseaux d’influence, capables de renforcer l’exercice d’un pouvoir institutionnel. Quatre associations de fermiers des gabelles sont ainsi connues pour la fin du XIVe siècle. Elles se recrutent dans un milieu homogène défini par trois critères sociaux et politiques croisés.

  • 19 Lippo di mastro Andrea possédait une propriété de 14 moggi, estimée à 46 1. vers 1375. Son frère G (...)

15— Ce sont des hommes issus du notariat ou du négoce. Les directeurs des consortia étaient tous des notaires, et trois d'entre eux sont également connus comme riches propriétaires immobiliers, voire fonciers, de la commune19. Parmi leurs associés en 1391 et 1404, messer Antonio di Vanne di Pietro, riche citoyen du quartier Saint-Sauveur, a peut-être aussi tâté de la profession de boucher comme son père Vanne di Pietro ; Farinata di Nicoluccio, important marchand de céréales, responsable de l'annone communale en 1398, servit de caution juridique aux prêteurs juifs établis à Macerata ; les deux « nouveaux » associés de 1404, Lodovico di messer Marino et messer Giovanni di messer Pietro, étaient deux notaires.

  • 20 Fregiono di Cecco fut prieur en juil. 1377, nov.-déc. 1390, juil.-août 1391 ; messer Giorgio di ma (...)

16— Presque tous les associés ont entamé une carrière publique avant de prendre la ferme. Messer Fregiono di Cecco, fermier en 1391, avait été prieur à trois reprises depuis 1377 ; messer Giorgio di mastro Andrea, directeur de la ferme de 1396, avait exercé trois mandats de camerlingue depuis 1376 ; messer Lodovico di messer Marino, fermier en décembre 1404, avait achevé son troisième mandat de prieur en juillet précédent (il avait exercé sa première magistrature en 1398) ; messer Lippo di mastro Andrea, enfin, frère de messer Giorgio, dirigea le consortium de 1406 après avoir tenu alternativement trois mandats de camerlingue et trois mandats de prieur20.

  • 21 Antonio di Marcuzzo camerlingue de juin à sept. 1375, Compagnone di Antonio pour la première fois (...)

17— L'expérience des offices de finance l'emporte, chez les fermiers, sur la participation aux magistratures « politiques » et administratives. Elle est le véritable ciment de l'association : trois socii de la ferme de 1396 ont par le passé administré le trésor communal, l'un a déjà géré des fermes fiscales, deux autres ont cumulé les deux expériences21, tandis que trois seulement ont exercé la fonction politique de prieur. En 1406, Lippo di mastro Andrea, pour réunir la somme théorique de 1 048 ducats, fit appel à quatre capitalistes qui avaient déjà par le passé investi dans d'autres fermes fiscales ; ils s'intéressaient pour la première fois à la gabelle. Le plus bel exemple de « carrière financière » est celui de messer Giacomo di mastro Lambertino, frère du Maître de grammaire Bertuccio. Il est un véritable « spécialiste » de la comptabilité fiscale. Messer Giacomo fut deux fois camerlingue de la commune en 1378 et 1398. Il acquit la gabelle des vins et olives en 1391-92 pour 464 ducats, en 1396-97 pour 382 ducats. Il prit la concession des péages des ponts franchissant les deux fleuves qui bornaient le territoire de Macerata au Nord et au Sud : le Potenza en 1392-93 pour 75 ducats, en 1404-05 pour 31 ducats seulement ; le Chienti en 1407-08 pour 18 ducats. Dans l’intervalle, il s'associe à messer Lodovico di messer Marino pour administrer le banc de prêt public qui lui coûte 27 ducats. Seul ou en association, sans inclure la ferme de la gabelle générale de 1406 pour laquelle sa participation est impossible à chiffrer, messer Giacomo a donc investi un total de 997 ducats dans la perception des recettes communale pendant six annuités. Dans les années qui suivirent, seul messer Giorgio di mastro Andrea s’intéressa autant aux recettes affermées. Après les deux fermes de la gabelle qu'il dirigea seul ou avec son frère, il se « spécialisa » dans l'affermage du banc de prêt public, qu'il détint en 1419/20, 1422/23, 1429/30 ; il acquit encore le péage du Chienti en 1426, et à nouveau la gabelle générale en 1427 ; l'ensemble de ces opérations, à partir de 1406, représente un investissement de 872 ducats.

18La prise de contrôle des fermes fiscales est un excellent révélateur de l'activité polymorphe qui caractérise ce petit groupe de citoyens constamment présents sur la scène publique de leur ville. Ils cumulent en apparence tous les critères d'une élite urbaine de fortune et de pouvoir. Le système d'encan établit une étroite proportionnalité entre fortune mobilière et exercice des pouvoirs fiscaux. Les fermiers disposent d'un pouvoir d'intervention direct dans les affaires de la commune, qui s'ajoute à leur participation à des formes variées d’investissements privés. Mais la plupart d'entre eux ont déjà exercé des offices publics. Les facteurs primordiaux de leur domination sociale demeurent ambigus : sont-ils parvenus aux premiers rangs de la fortune et de l'activité financière grâce à l'exercice des charges publiques dont ils ont évincé l'aristocratie terrienne, ou au contraire, la participation au gouvernement de la commune consacre-t-elle la reconnaissance d'une prééminence sociale ? En d'autres termes, c'est la genèse de ces solidarités qu’il importe à présent de reconnaître.

Influence sociale et exercice des fonctions publiques : la prise de contrôle de la Commune.

  • 22 Le chroniqueur florentin Giovanni Ruccellai rappelait en 1457 que la meilleure garantie pour « pro (...)

19Les associations de fermiers ont permis d'observer l'existence des réseaux fortement solidaires qui favorisent la prise de contrôle des finances publiques. Les relations professionnelles ont sans doute moins compté dans leur constitution que les liens traditionnels de la famille et du voisinage, bases traditionnelles des solidarités actives dans toute l’Italie centrale22. Le noyau stable des societates s'est organisé autour des deux fils de maître Andrea, les notaires Lippo et Giorgio, présents dans les quatre associations de fermiers. On a tout lieu de penser qu'ils en sont les véritables dirigeants, même lorsque la vente est souscrite par un autre notaire qui peut n'être qu’un prête-nom, comme messer Fregiono di Cecco, directeur de la ferme de 1391 et associé à celle de 1396.

  • 23 Ainsi messer Giovanni di messer Pietro et Lodovico di messer Marino, fermiers associés en 1404, av (...)

20Ces citoyens avaient pignon sur rue et se fréquentaient de longue date : les fils de maître Andrea et Fregiono di Cecco habitaient des maisons mitoyennes dans une rue qui débouchait sur la grande place face au palais communal. Unis par une commune formation juridique, ils ont rapidement assumé ensemble des responsabilités officielles au sein d'un milieu dirigeant restreint où tout le monde se connaît ; ils furent parfois élus prieurs en même temps23 ; la comparticipation aux affaires publiques créait entre eux une connivence et les désignait à l'attention de leurs concitoyens comme des « hommes de gouvernement » ; trois au moins des fermiers associés se retrouvèrent dans la commission de réforme des statuts communaux en 1403 : messer Fregiono di Cecco, Farinata Nicolucci et messer Antonio Grimaldi.

  • 24 Antonio di Ceccone est à nouveau prieur en déc. 1398-janv. 1399 ; déc. 1402-janv. 1403 ; mars-avri (...)
  • 25 Antonio di Vanne di Pietro fut prieur en nov. 1395 ; sept. 1397 ; fév.-mars 1404 ; fév.-mars 1405  (...)
  • 26 Lodovico di messer Marino après ses trois premiers mandats de 1398, 1403 et 1404, fut à nouveau pr (...)

21Les fermiers choisirent pour associés des hommes plus jeunes, issus de familles alliées, qui n’avaient pas encore accédé aux fonctions publiques ; l'expérience de la societas apportait à ces juveni une formation et une promotion décisives : ils apprennent le maniement des fonds publics, les particularités de la fiscalité locale et entrent à leur tour dans le cercle des hommes de confiance de la commune. Ainsi Antonio di Ceccone, fils du prieur Ceccone di Genteluccio, n'a exercé aucune charge avant de participer à la ferme des gabelles en octobre 1396 ; mais il était déjà associé en 1392 à la ferme du Campione ; la reconnaissance publique arrive aussitôt : il est élu prieur en décembre 1397 ; c'est le premier des sept mandats d'une carrière priorale écourtée par la mort en mars 142524. Antonio di Vanne di Pietro, dont le père, le boucher Vanne di Pietro, avait été camerlingue et prieur au cours des années 1370, participe à l'achat de la recette des gabelles en 1392 et 1404 ; ne fut élu prieur pour le premier de ses douze mandats qu'en novembre 1395 ; il porta le titre de ser à partir de 1412 et fut qualifié de civis major lorsqu'il participa aux négociations pour la libération des prisonniers maceratais à Iesi en 141925. Il marie son fils, Vanne, à Catarina, la fille d'un de ses associés de la ferme de 1404, le notaire Lodovico di messer Marino. Vanne poursuit une carrière politique encore plus brillante que son père : il sera prieur sept fois entre 1429 et 1446 et participera activement aux marchés d'approvisionnement en céréales avec le marchand-drapier Rodolfino di messer Pietro. Il suit ainsi l'exemple de son beau-père, qui accomplit treize mandats de prieur en 39 ans (1398-1437)26.

  • 27 Sur ces questions, voir P. Jansen, Démographie et société, op. cit. (n. 3), p. 465-468.

22La composition du consortium de la gabelle générale en 1391, 1396, 1404 et 1406 est l'expression parfaite d'une cohésion sociale oligarchique forgée par l'engagement actif de familles dans la conduite des affaires de la commune ; parmi les dix-sept membres qui en ont fait partie, deux seulement n'ont exercé aucun office public, parce qu'ils étaient établis récemment dans la commune. En revanche, ni les artisans, ni les grands propriétaires terriens n'ont pris part à cette source d'enrichissement et de puissance sociale qui dépendait des activités d'échange. Pour la majorité des socii, les fermes fiscales ne sont pas la voie d'accès au pouvoir ; elles consacrent au contraire la puissance et la capacité administrative d’individus qui ont déjà servi les affaires publiques et élargissent, par ce moyen, le cercle des hommes proches du pouvoir. Le recrutement des associations de fermiers, que nous avons étudiées jusqu'au milieu du XVe siècle, confirment ces tendances, au moins jusqu'en 143027.

23La puissance sociale manifestée par l'oligarchie des juristes et des marchands maceratais correspond aux critères traditionnels d'une élite nouvelle issue des métiers du popolo grasso, si l'on veut recourir à une terminologie fréquente en Italie centrale, bien qu'elle n’apparaisse jamais dans les actes de la commune et qu'à aucun moment, les conseillers et magistrats de Macerata ne se réfèrent explicitement à l'adhésion à un « art » pour justifier l'exercice des magistratures civiques. Cependant, on vient de noter que les fermiers de la gabelle n'étaient pas des « hommes neufs » : leurs parents directs avaient déjà exercé des fonctions publiques. Le groupe dirigeant définit ses privilèges souvent par la conservation du pouvoir aux mains des mêmes familles. On est donc conduit à s'interroger sur les stratégies mises en œuvre pour la transmission des charges officielles. Peut-on observer dans ce domaine les comportements qui apparaissent dans les réseaux « officieux » des financiers de la commune ? Les fonctions capitales de camerlingue et de prieur sont le meilleur poste d'observation pour mesurer les phénomènes de répartition ou de concentration des pouvoirs.

  • 28 Ce qui donnerait une moyenne arithmétique de 4 mandats dans la carrière politique d'un individu. E (...)
  • 29 Ceccone di Gentiluccio est prieur en oct. 1377, sept. 1395, nov.-déc. 1396 ; Antonio di Ceccone l' (...)
  • 30 Stefano di Giacomo de Scapezzano fut prieur en juin-juil. 1419, août-sept. 1421, juin-juil. 1424, (...)

24Pour mieux observer la transmission des fonctions publiques au sein d’une même famille, on a relevé systématiquement dans les registres communaux, les citoyens qui ont exercé un mandat de prieur ou de camerlingue. Ces magistratures, renouvelées tous les deux mois et, pour le priorat, exercées collégialement, nous l’avons vu, par quatre hommes, ont fourni la mention de 1180 mandats de prieurs et de 221 mandats de camerlingues dont le titulaire est connu entre 1360 et 1446. Ces charges ont été occupées par 350 individus différents28, peut-être un peu moins, car pour éviter les risques de confusion par homonymie, nous n'avons retenu comme identiques, lorsque les liens de parenté ne sont pas explicitement mentionnés, que les individus pour lesquels la source fournit à la fois les noms identiques du père et du grand-père Compte tenu de ces précautions de méthode, près d'un tiers de ces 350 magistrats (114 exactement) ont un lien de parenté certain avec au moins un autre magistrat de même rang. La succession de père en fils est le cas le plus simple et le plus fréquent : vingt prieurs ou camerlingues occupèrent des fonctions que leur père avait exercées avant eux. Dans la plupart des cas, le fils a une carrière plus « longue » et plus active que le père, ce qui traduit un renforcement de la position de la famille dans le gouvernement communal. En voici quelques exemples : Ceccone di Genteluccio fut élu au moins trois fois à la charge priorale en dix-neuf ans, de 1377 à 1396 ; son deuxième fils, Antonio – le premier, Jacopo, n'a pas de carrière politique connue – fut huit fois prieur en vingt-huit ans (1397-1425). Andrea di Cecco di Federico accomplit cinq mandats prioraux en huit ans (1398-1406), son fils Antonio treize mandats en trente ans (1395-1425)29. Une famille de médecins participa à l’exécutif pendant trois générations : mastro Jacopo di Stefano exerça au moins une fois le priorat en 1397 ; son fils Stefano fut appelé six fois à cette fonction entre 1419 et 1430 ; le petit-fils, Jacopo-Filippo, suivit une carrière notariale qui confirme le choix de l’administration et fut à son tour prieur à trois reprises entre 1441 et 144630.

  • 31 Messer Cecco di Compagnone fut camerlingue en juil.-oct. 1367, d'oct. 1369 à janv. 1370, de mars à (...)

25La participation familiale aux magistratures publiques sur plusieurs générations ne s'effectue pas toujours en ligne « directe » ; ce sont parfois des cognais qui prolongent la tradition. Le notaire messer Cecco di Çompagnone, membre d'une ancienne famille, fut trois fois camerlingue et trois fois prieur entre 1367 et 1390, fermier de la gabelle en 1373. En 1392, il recueillit son petit-fils par alliance après le décès son gendre, Bartolomeo di Simone Morici. Elevé par son grand-père maternel, le jeune Simone di Bartolomeo accomplit ensuite une belle carrière publique : l'unique mandat de camerlingue en 1418 fut pour lui l'apprentissage qui préluda à douze charges de prieur en vingt-quatre ans, de 1422 à 1444, entrecoupée en 1433 par les fonctions de châtelain de la Rocca de Pésaro, au service des Malatesta31.

  • 32 Nicola « Malagalie », prieur en déc. 1368-janv. 1369 ; Francesco di Nicola, prieur en janv.-fév. 1 (...)

26Cet exemple, dans lequel un homme de loi favorise, sans doute par sa formation professionnelle au service de la commune, l'accession aux magistratures publiques d'un gendre (et de sa descendance) plutôt que d'un fils direct, n'est pas isolé. En voici d'autres. A la quatrième génération, deux lignées qui ont fourni des magistrats communaux pendant au moins 78 ans, ce qui constitue un record de notre corpus, s'allient par mariage. L'« ancêtre », Nicola « Malagaglie », accomplit au moins un mandat prioral en 1368. Son fils, Francesco di Nicola, fut treize fois prieur du quartier Saint-Sauveur entre 1391 et 1430 ; la tradition politique fut poursuivie non par son fils, un certain mastro Antonio qui ne figure jamais dans les listes de prieur ou de camerlingue, mais par son gendre, Antonio di messer Andrea, prieur entre 1398 et 141232. Francesco di Nicola, qui ne paraît pas issu d'un milieu notarial, marie sa fille à une personnalité de rang très supérieur : Antonio di messer Andrea, dont le père fut prieur en 1375, appartenait au riche lignage propriétaire des Ferri, dont le plus ancien représentant connu, Raynaldo, avait été podestat en 1219. Le titre de dominus, porté par Antonio, semble indiquer plutôt la possession d'un titre de juriste : il fut en effet désigné en 1412 comme avocat de Macerata pour défendre la commune dans tous les litiges où elle serait impliquée. On comprend sans peine qu’il ait été préféré pour exercer des charges politiques à son beau-frère, qui portait le même prénom, mais le simple titre de magister qui correspond plutôt à un statut d'artisan. Le fils d’Antonio di messer Andrea, Piervenanzo, après la mort de son père en 1416, fut peut-être recueilli par le grand-père maternel Francesco di Nicola, qui survécut jusqu'en 1430 ; c'est en effet seulement après la mort de celui-ci que Piervenanzo fut désigné comme camerlingue en 1431, avant d’être sept fois prieur entre 1435 et 1446.

  • 33 Antonio Grimaldi participa au consortium de la ferme de la gabelle de 1396 dirigé par Giorgio di m (...)

27Le mariage fut également une étape décisive dans la fortune et l'activité publique du grand négociant Jacopo di Giuliano. Il apparaît beaucoup plus comme héritier politique de son beau-père messer Antonio Grimaldi, ancien notaire du cadastre actif dans le commerce des blés dès 1398, fermier de la gabelle en 1396, neuf fois prieur entre 1391 et 1416, que de son propre père Giuliano di Paoluccio, personnage modeste dont on connaît une seule magistrature priorale en 1369. En épousant Dulcedompna, il entrait dans le réseau des hommes de loi et financiers constitué autour de Giorgio di mastro Andrea qui rédigea son contrat de mariage et l'introduisit dans le milieu des fermiers communaux33.

28Bien que nous ne connaissions que de manière très partielle ces alliances familiales, elles suggèrent l'existence de ramifications complexes dans l'exercice du pouvoir. L'accession aux magistratures de deux frères, phénomène assez fréquent, y contribue également. On retrouve ici la pratique relevée dans la profession des notaires. Elle peut être interprétée comme le redoublement d'une succession linéaire qui renforce l'enracinement politique de la seconde génération. En général, l'un des frères commence sa carrière au moment où l'autre cesse d'être élu aux magistratures publiques. A la fin du XIVe siècle, Jacopo di Cola Moschetti fut prieur en 1368 ; son frère cadet Antonio fut camerlingue en 1396 et 1397. Vers le milieu du siècle, les deux fils de l'honorabilis mercator Stefano di Pietro prolongèrent la vocation familiale : Ulisse di Stefano fut cinq fois prieur entre 1436 et 1444, son frère Palamides deux fois entre 1444 et 1446. L'une des plus puissantes familles marchandes de Macerata participa ainsi pendant un demi-siècle à la gestion de la cité.

  • 34 Colao Moschetti est estimé pour 289 livres (APM 174, fol. 97) ; Filippo Chiaramonte pour 204 livre (...)

29Trois familles présentent la particularité commune de voir se reproduire sur deux génération la participation de deux frères aux charges publiques : toutes trois, comme les Ferri évoqués plus haut, appartenaient au cercle des vieilles familles terriennes pour qui l'exercice des fonctions publiques est une tradition naturelle. Les Moschetti, déjà mentionnés, les Chiaramonte et les Guadambi étaient tous estimés dans le cadastre de 1360 à plus de 200 livres, qu'il s'agisse d'une propriété tout entière dans la main du chef de famille, pour Colao Moschetti et Filippo Chiaramonte, ou partagée entre frères chez les Guadambi34. Cette succession fait participer la famille aux affaires de la commune pendant plus d’un demi-siècle, jusqu'à quatre-vingts ans pour les Moschetti ! Le dédoublement, à chaque génération, de l'exercice des magistratures pourrait signifier une conception plus lignagère du pouvoir : chaque frère encouragerait à son tour ses enfants dans une carrière de conseiller, et se formeraient ainsi deux branches cousines qui investiraient les offices communaux au détriment des « familles nouvelles ». Dans les faits, une seule ligne descendante des Chiaramonte ou des Moschetti perpétue la tradition. Dès lors, la présence de deux frères peut ressortir à une conception de la carrière issue des petits lignages de chevaliers de la terre, dans laquelle l'exemple et la formation apportée par l'oncle seraient aussi importants que ceux du père.

30En passant de l'étude des citoyens qui occupèrent presque constamment le devant de la scène publique à l'approche des familles et des groupes détenteurs des magistratures qui assuraient l'application continue des orientations suggérée par les premiers, la solidarité de réseaux, probablement entrecroisés, est confirmée. Mais leur composition ne relève pas seulement des « élites nouvelles » : des vieilles familles, des propriétaires fonciers, qui se tenaient en retrait de l'activité des cives majores ou famosi, sont bien présentes dans les alliances oligarchiques. Leur présence apportait sans doute la stabilité et la sécurité des fortunes qui ne dépendent pas autant de la conjoncture économique, particulièrement versatile en ces temps de guerre. Mais, lorsque ces anciennes familles de propriétaires s'allient aux nouveaux marchands et notaires, il est probable qu'elles modifient le jeu de distribution des postes. Les changements qui apparaissent dans la répartition des charges de prieurs et de camerlingues au cours de la première moitié du XVe siècle, peuvent nous renseigner sur les transformations éventuelles de l'exercice du pouvoir et du sens social qui s'attache aux fonctions publiques.

La constitution d'une aristocratie de fonction : les privilèges de l'ordo prioratus

31La cohérence d’une oligarchie dont les membres cumulent les responsabilités politiques et les pouvoirs fiscaux et financiers paraît renforcée par le contexte des crises économique et démographique qui prévaut au moins jusque vers 1420. Les retours fréquents de peste ont entraîné une mortalité au moins aussi sélective à Macerata qu'à Florence, bien que nous ignorions si les riches citoyens marchésans disposaient de villégiatures de montagne qui leur eussent permis d'échapper aux miasmes de l'épidémie. Tandis que les sources mentionnent de fortes mortalités et que l'on voit, à travers les pétitions des pauvres, se désagréger les familles modestes de la ville, les puissants sont aussi favorisés devant les atteintes de la maladie : la chronologie des carrières priorales semble se jouer des vagues de décès qui atteignent la ville. La compétition qui opposerait les familles installées au pouvoir depuis les années 1360-70 à des familles « nouvelles » se fait de plus en plus improbable.

  • 35 On connaît quatre cas de succession père-fils au XIVe siècle : les deux chirurgiens mastro Nuzio d (...)

32La participation au gouvernement de la commune s'allonge, pour un certain nombre de familles, sur une période moyenne de 30 à 60 ans. Mais les rythmes de transmission ne sont pas constants. Les filiations sont assez rares entre les prieurs actifs entre 1367 et 1375 et ceux qui furent au pouvoir vers 1390-139535 ; leurs carrières semblent courtes. Le phénomène de succession se produit au contraire plus fréquemment entre la génération qui accède au gouvernement dans la dernière décennie du XIVe siècle et y reste active vingt ou trente ans, et celle qui naît dans les premières années du XVe siècle et fait souvent partie du groupe dirigeant jusqu'en 1445. La pérennisation de certaines familles dans les magistratures publiques de la commune ainsi que la fréquence plus rapprochée des mandats exercés par certains prieurs entraînent une fermeture de l'oligarchie politique locale.

33Pour vérifier l'hypothèse, on a isolé, sur les listes nominales de prieurs dépouillées, le nombre d'individus qui apparaissaient pour la première fois au cours de chaque décennie. Les taux de renouvellement élevés qui apparaissent entre 1361-70 et 1381-90 n'ont pas de valeur significative : ils sont dûs à l’absence de registres pour les décennies antérieures. A partir des années 1390, lorsque les archives sont suffisamment abondantes depuis une décennie pour que l’observation ait un sens, on passe de la proportion de quatre individus nouveaux sur dix pendant la décennie 1391-1400, à un sur dix pendant la décennie suivante, deux sur dix entre 1411 et 1420. La prolongation des carrières se renforce particulièrement après 1440 : jusqu’en 1450, un homme sur vingt seulement accède pour la première fois au priorat. Dans ces conditions, l'élite politique est figée. Elle ne connaît pratiquement plus de renouvellement social, mais seulement un mouvement de remplacement quasi biologique.

  • 36 Parmi eux, on peut citer Antonio di Vanne Tosi, qui acquit 9 fois le péage du Chienti entre 1424 e (...)

34Les difficultés d'accession aux magistratures politiques, que traduit l'exclusion croissante d'hommes nouveaux après 1420, est propre au recrutement de l'élite politique. En effet, à ce moment, à cause notamment d'une conjoncture qui diminue le rendement des recettes fiscales à l'exception de la gabelle, le prix des fermes « mineures » subit une tendance à la baisse qui permet à des citoyens moins fortunés de les acquérir. Mais ces nouveaux fermiers ne parviennent plus à constituer dans les mêmes proportions qu'au début du XVe siècle des réseaux d'accès aux fonctions publiques. Tout se passe au contraire comme si, après 1430, ils concevaient plus volontiers la gestion des fermes comme l'exercice d'un office dont la possession pendant plusieurs années consécutives offrirait une compensation à une carrière politique bloquée, par le contrôle de ces sources de revenu intéressantes. La moitié du groupe des 39 fermiers qui n'accédèrent jamais aux principales magistratures de la commune (soit un peu plus du tiers des fermiers connus) est recensée après 1420, exclusivement parmi les détenteurs du campione et des péages des deux fleuves36.

  • 37 APM 6, fol. 102r-103, 29-8-1396 ; 10, fol. 280-81, fév. 1411 ; 14, fol. 211r-212r, 28-3-1419.
  • 38 Ainsi, APM 6, fol 293r, 18-5-1398 : 16 conseillers élus pour huit mois ; 8, fol 412r-413r, 1405 : (...)

35Un bon niveau de fortune, des ressources mobilières importantes, l'intervention dans la gestion des finances communales ne suffisent plus à garantir l'accession aux fonctions priorales. Tandis que l'oligarchie économique paraît élargir modestement ses assises, le recrutement de prieurs se ressere autour d'autres critères, fondés sur une tradition familiale dans la gestion des affaires publiques. Ils apparaissent lorsqu'on confronte les listes des prieurs et la composition du Conseil de Credenza dont l'effectif n'a cessé de croître au détriment du Conseil général. Tandis que ce dernier passait de 110 conseillers à la fin du XIVe siècle à un chiffre moyen de 87 à 90 dans les années 1410-1420, et ce pour des mandats dont la durée se réduisait de trente-trois mois en 1398 à un an à partir de 141137, le Conseil de Credenza qui réunissait jusqu'en 1398 quatre conseillers élus par quartier, comprend vingt conseillers en 1407, trente-cinq en 1429, trente-six en 1433. Plus nombreux, ces conseillers spéciaux étaient assurés d'une plus longue carrière. Elus à la fin du XIVe siècle pour une période très brève de huit mois qui leur accordait une durée d'action à peine plus longue que celle de la suite du podestat, ils constituèrent un conseil renouvelé annuellement dans la seconde décennie du XVe siècle, tous les deux ans ensuite38. Un premier processus de stabilité et de pérennité de l'oligarchie politique s'est ainsi mis en place. Assurés d'une durée d'action deux fois plus longue que les conseillers généraux, les conseillers de Credenza en fonction pouvaient influencer indirectement au moins une élection sur deux du conseil large. Leurs tâches se multiplièrent : en particulier, ils instruisaient les demandes de citoyenneté ; au XVe siècle, ils s'emparèrent de l’examen des pétitions fiscales au détriment du Conseil général. De commission restreinte destinée à préparer l'ordre du jour du Conseil général, la Credenza est devenue un conseil représentatif dont la composition inégale par quartier semble proportionnée à leur importance démographique.

  • 39 APM 14, fol 210v et 15 fol. 241v : on relève ainsi parmi les nouveaux conseillers du quartier Sain (...)
  • 40 Sur la participation au Grand Conseil comme critère déterminant de l'appartenance à la noblesse de (...)
  • 41 D. Kent, « The Florentine reggimento », op. cit. (n. 7), p. 580-581.

36Contrairement aux magistratures civiques, les fonctions de conseiller de Credenza ne sont pas limitées par une durée obligatoire d’inéligibilité. Sur les trente-cinq conseillers élus en 1433, vingt-six siégeaient au conseil depuis 1429 ; parmi les dix nouveaux membres, trois étaient probablement parents directs de conseillers sortants : la transmission familiale des charges existe aussi dans ce conseil39. A cette date, la Credenza de Macerata est devenue essentiellement le conseil dans lequel se réunissent les prieurs sortis de charge. Un seul conseiller élu en 1433, Angelino di Toma, n’avait encore jamais exercé de charge priorale, mais il avait tout de même été camerlingue de la commune. Le Conseil de Credenza n’est pas seulement un lieu de retraite honorifique pour les anciens prieurs ; il est aussi le vivier principal du recrutement à la magistrature : à trois exceptions près, tous les conseillers ont été prieurs au moins une fois au cours de leur mandat, entre 1433 et 1435. Ainsi, ce Conseil de Credenza a fourni, pendant les deux ans de son existence, sept prieurs sur dix. Il apparaît de plus en plus comme l'organe politique stable, peu renouvelé, qui influence les décisions politiques. La participation à ce conseil devient la voie d’accès privilégiée – sinon statutairement exclusive comme à Venise40 – aux magistratures communales, mais il permet également aux prieurs sortis de charge de continuer à participer activement à la vie de la cité : il fonctionne de plus en plus comme un Sénat où se retrouve l'élite politique des citoyens, le creuset de l’identité d’un groupe qui, avec deux siècles de décalage, se constitue à l’image des prioristi florentins, ces familles qui renforcent leur rayonnement social par la continuité de l’expérience politique41.

  • 42 Les privilèges de fonctions étaient surtout judiciaires : des peines plus lourdes frappaient les a (...)
  • 43 APM 156, Livre IIΙ, rubr. 113, fol. 42r-45r.
  • 44 Ainsi voit-on un certain Giorgio « Schiavo », présenté comme domestique du marchand Stefano di Pie (...)

37Dès lors, la composition du Conseil de Credenza donne une matérialité nouvelle à la notion de l'Ordo Prioratus, qui figure dans les statuts depuis le milieu du XIVe siècle. Les privilèges qui distinguaient les prieurs des autres citoyens de Macerata avaient à l'origine pour but de les protéger dans l'exercice de leurs fonctions et de faire respecter la dignité de leur charge. Mais dès la fin du XIVe siècle étaient apparus des développements plus honorifiques de ces privilèges, tels que le droit de porter les armes en ville même après leur sortie de charge42. Les critères d'honorabilité réservés aux prieurs se sont multipliés au XVe siècle : le port d'armes, la résidence auprès des espaces publics les plus représentatifs de la vie communale. Le bornage de la Grand'Place inscrit dans les statuts de 1432 fait apparaître qu'à cette époque, toutes les maisons particulières qui bordaient la place où s'élevaient aussi le Palais de la Commune, la Boucherie, la loge communale et l'église Saint-Antoine, appartenaient à des citoyens de l'Ordo Prioratus43. La constitution d'un « centre » urbain, habité par les plus riches familles de la ville, qui se côtoient depuis la fin du XIVe siècle dans des liens quotidiens de vicinité, se précise. Ces hommes en vue n'avaient souvent que la Grand'Place à traverser pour se rendre de leur domicile aux réunions dans le Palazzo comunale. Mais l'intérêt pour la chose publique requiert de plus en plus de temps. Les membres du Conseil de Credenza se réunissaient deux à trois fois par semaine en plus de la réunion plénière, souvent hebdomadaire, où ils siégeaient avec les Prieurs en fonction, le podestat et les conseillers du Conseil général. Ce sont des hommes capables de consacrer désormais plus de temps aux intérêts de la cité qu'à leurs affaires privées, dont ils délèguent la gestion à des membres de leurs familia. La plupart des citoyens qui accomplirent une carrière priorale avaient des domestiques, parfois transformés en intendants44.

  • 45 APM 11, fol. 207v et 14, fol. 186r.

38Les conseillers « spéciaux » de Macerata avaient aussi le loisir de mettre en œuvre ces compétences au-dehors de la cité. Contraire di messer Giovanni fut élu capitaine du Peuple de Norcia en janvier 1418 ; Carbone di Venanzo ne put être désigné comme prieur en novembre 1428, car il était à ce moment podestat d’Offida, près d'Ascoli-Piceno45. Certains ont ouvertement choisi le métier des armes, attitude nouvelle parmi les citoyens maceratais qui ne se distinguaient pas particulièrement par un tempérament belliqueux. Le service extérieur renforce l'honorabilité du citoyen, qu'il soit accompli au service d'une commune ou d'un prince. Servir un puissant seigneur n’était pas incompatible avec l’accès aux magistratures communales et l’esprit civique était sauf, pourvu que les privilèges de la commune fussent apparemment respectés.

39Les douze années de présence des Sforza dans les Marches (1433-1445) ont fortement encouragé le cumul de ces fonctions. La commune dut multiplier les ambassades au comte Francesco ou à son frère et lieutenant Alessandro pour obtenir des allègements ou du moins des conditions de prélèvement moins drastiques d’une fiscalité considérablement alourdie par le coût de la guerre. Les ambassadeurs de Macerata furent toujours choisis parmi les anciens prieurs et, si possible, parmi les hommes qui avaient la dignité et la prestance suffisantes pour faire bonne figure à la cour de Fermo : inlassablement, reviennent dans ces missions gratifiantes les noms de Manente di Guglielmo, du maître d'écoles Massio di messer Lippi, de Rodolfino di messer Pietro. Leur talent oratoire, leur capacité de conviction ne faisaient pas de doute, à voir leurs interventions monopoliser l'expression à la tribune du Conseil de la commune. Lors de leurs séjours à la cour des Sforza, ils obtinrent peut-être plus d'avantages pour leurs personnes que pour la commune : lorsqu'ils reviennent à Macerata, ils apparaissent presque toujours comme les porte-parole de la volonté du prince et influencent les décisions du conseil dans le sens de ses intérêts. La tonalité de la correspondance des autorités, empreinte d'une civilité princière, exprimée sur le ton de la demande plutôt que de l'ordre, flattait l'amour-propre des représentants de la commune, honorés d’être écoutés du seigneur.

  • 46 APM 8, fol. 34v, 11-3-1404.
  • 47 APM 15, fol. 93r, 30-11-1430, renouvellement du contrat des meuniers de la commune ; 225r-v, 7-12- (...)

40Ces changements de mentalités se sont traduits de façon significative dans la titulature collective, et surtout individuelle, qui honorait les citoyens notables. Dans les années 1390-1400, les prieurs en charge étaient le plus souvent qualifiés, dans l'exercice collégial de leur fonction, de magnifici et potentibus viris ; plus obséquieuse et intéressée, l'adresse des pétitions, que devaient examiner conjointement prieurs et podestat, évitait d'introduire une distinction de statut et étendait aux prieurs la qualification de « noble » réservée par fonction au podestat : Coram vobis nobilibus et prudentibus viris dominis potestate et prioribus... Mais lorsqu'on s'adressait à un prieur en particulier, la distinction entre la « noblesse » réservée aux lignées seigneuriales et l'« honorabilité » du magistrat urbain reprenait ses droits46. Cependant, par contamination, les « Seigneurs prieurs » devinrent aux alentours de 1430 des Magnifici domini priores auxquels on s'adressait comme à des « pères ». Peu à peu, les conseillers influents de Macerata, flattés d'être traités de « très chers amis » par les puissants aristocrates, abandonnèrent leur qualificatif d'honorabilité pour celui de noblesse : en novembre 1430, trois prieurs de Macerata, mastro Massio di messer Lippo, Romanello di Antonio et messer Lorenzo di Antonio sont désignés comme nobiles viri ; en décembre 1432, c'est Manente di Guglielmo qui obtient le titre avec son collègue Massio di messer Lippo au moment où la commune les délègue au parlement provincial qui se tient à Recanati ; Rodolfino di messer Pietro en 1442 et messer Francesco di messer Giovanni Surchianappi en 1447 sont à leur tour qualifiés de nobiles cives47.

  • 48 Ainsi, les critères de noblesse urbaine à Macerata se rapprocheraient de ceux par lesquels Le Pogg (...)

41Même si la transformation des titres dont bénéficie une très petite minorité de citoyens a commencé avant l'intervention de Francesco Sforza dans les Marches, les modes de relations qu'il entretint avec les responsables de la commune ont consolidé la mutation de statut dont ils bénéficiaient. La titulature modifiée n'était pas seulement un jeu rhétorique, une gratification d'amour propre. Elle correspond à une étape importante dans le processus social qui devait aboutir à la formation d’une noblesse de fonction de l'époque moderne dans les Marches. Vers 1440, les nobiles cives de Macerata, encore peu nombreux, avaient cependant une origine sociale bien distincte du milieu des anciennes familles de l'aristocratie féodale qu'avaient représenté les Lornano ou les Mulucci. Ils possédaient tous les attributs de la noblesse des classes dirigeantes urbaines définis par Poggio Bracciolini dans son traité De Nobilitate : transmission héréditaire de charges au sein d'un groupe de familles, participation à un collège restreint (le Conseil de Credenza), mode de vie noble, marqué par les armes et les loisirs consacrés à la vie publique et surtout attribution presque exclusive des missions de représentation de la commune dans les assemblées et parlements convoqués par les recteurs pontificaux, des ambassades aux autres communes, des fermes fiscales48.

  • 49 B. G. Zenobi, Ceti e Potere nella Marca Pontificia. Formazione e organizzazione della piccola nobi (...)

42Le temps n'est pas encore arrivé où tous les citoyens de Macerata cumulant ces attributs se parent du titre de noblesse. Mais il est tout proche : ce serait en 1447, d'après B. G. Zenobi, lorsque la Curie rétablit officiellement son siège à Macerata, que la reconnaissance juridique du statut de noblesse, réservant à ses détenteurs l'accès au Conseil de Credenza et aux charges priorales, aurait été accordée aux citoyens les plus puissants de la commune49. Mais nous n'avons pas retrouvé le témoignage de cet acte important dans les archives consultées, et c'est à la fin du XVe siècle que la preuve formelle s'établit d'un accès des magistratures réservées aux nobles de la ville. Pour l'heure, lorsque le 15 décembre 1450, le Conseil de Credenza prépara la réception solennelle du Légat, du Trésorier et du Maréchal de la Marche venant réinstaller solennellement les services de la Curie, les frais sont supportés en majorité par les citoyens les plus puissants : l'évergétisme de la noblesse urbaine remplace la participation de la communauté civique.

Conclusion

43Entre le milieu du XIVe siècle et le milieu du XVe siècle, une mutation évidente de l’oligarchie macerataise s’est produite. Vers 1350, elle était encore dominée par des lignages seigneuriaux inurbati, comme les Mulucci, qui participaient certes à la vie civique, mais dont la puissance économique, les comportements lignagers et politiques s’appuyaient sur la possession de la terre. Ils ont disparu de la vie politique locale en un siècle et ont dû céder la place à de nouvelles élites dont la puissance et les privilèges s’articulent désormais autour de l’exercice des magistratures publiques. Les hommes du « régime » communal constituent un groupe dirigeant qui reproduit, avec un bon demi-siècle de décalage, la structure oligarchique de la plupart des centres toscans. Pourtant, c’est bien en-dehors des institutions communales, au sein des associations de finance, de ravitaillement et de fermes fiscales qu’hommes de loi, marchands et Maîtres-artisans ont appris à gérer les finances et les affaires publiques en commun. Vers 1430, deux facteurs ont empêché ce groupe de se développer comme une vraie oligarchie communale et l'ont entraîné vers la constitution d'une nouvelle classe nobiliaire de fonction : la tradition du double service public de la commune et de la Curie provinciale offrait des possibilités d'action et de promotion beaucoup plus attractives que le commerce et favorisait particulièrement les spécialistes du droit tandis que les difficultés économiques faisaient passer les activités artisanales sous le contrôle d'un tout petit groupe de financiers dont la fortune s’était constituée dans le circuit des transactions spécifiques de fournitures aux armées et au service de l'Etat.

Annexes

Annexe

1. LA FAMILLE DES NOTAIRES FILS DE MAGISTER ANDREE

1. LA FAMILLE DES NOTAIRES FILS DE MAGISTER ANDREE

Note(*)*

2. NICOLAUS « MALAGALIE » et ses descendants

2. NICOLAUS « MALAGALIE » et ses descendants

3. LIGNAGE DES GUADAMBII

3. LIGNAGE DES GUADAMBII

4. LES ALLIANCES DE VANNES PETRI

4. LES ALLIANCES DE VANNES PETRI

5. LA FAMILLE MOSCHETTI

5. LA FAMILLE MOSCHETTI

Notes

1 Poggio Bracciolini, De Nobilitate, texte consulté dans la seule édition accessible à Bordeaux : Poggi Florentini Oratoris et philosophi opera, collatione emendatorum exemplarium recognita, quorum elenchum versa hœc pagina enumerabit, Bâle, chez Henricum Petrum, 1538, p. 82 : Non infitiabor... civem egregium in sua civitate honoribus et dignitate prœditum, si idem fuerit servator honesti, nobile esse, ilium quoque adjungam, qui procul a Rei publicœ negotiis virtuti deditus sibi vocal et bonœ mentis.

2 Pour le cadre général de la problématique, adaptée à la situation de l'Italie centrale, Toscane exceptée, nous renvoyons à l'essai de synthèse de J.-C. Maire-Vigueur, « Comuni e signori in Umbria, Marche, Lazio », dans E. Galasso (sous la direction de), Comuni e Signorie nell'Italia nordorientale e centrale, Turin, 1987 (Storia d'Italia, VII-2), p. 321-606. Pour les Marches, la contribution était tributaire des études publiées à cette date, trop ponctuelles pour que l'on pût généraliser absolument leurs conclusions.

3 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse d'habilitation : P. Jansen, Démographie et société dans les Marches à la fin du Moyen Age : Macerata aux XIVe et XVe siècles, Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, 1995, 3 vol. dactyl., p. 404-405 (à paraître dans la Collection de l'Ecole française de Rome).

4 Pour le rappel de l'histoire politique et institutionnelle de Macerata, voir A. Adversi, D. Cecchi, L. Paci, Storia di Macerata, 5 vol., Macerata, 1971, t. I, p. 85-192.

5 L'évaluation de 1307 est publiée dans A. Theiner, Codex diplomaticus Sanctae Sedis, t. II, Rome, 1862, p. 343 : Descriptio Marchiœ ; la réduction accordée par le recteur Giovanni de Riparia le 26 septembre 1349 est conservée à l'Archivio di Stato de Macerata, Fondo Priorale (= APM), Perg. VII E. Les effectifs de feux du XVe siècle sont mentionnés dans les redditions de compte des collecteurs du fouage, recopiés dans les registres de délibérations de la commune : APM Riformanze 11, fol. 383 ; 24, fol. 33.

6 P. Jansen, Démographie et société..., op. cit., p. 201-205.

7 Sur la distinction des « cercles » de l’oligarchie florentine, voir l’étude importante de D. Kent, « The Florentine Reggimento in the fifteenth century », Renaissance Quarterly, 28 (1975), p. 575-633.

8 Cf. A. Adversi, D. Cecchi, L. Paci, Storia di Macerata, op. cit., p. 94-99.

9 Dans la décennie 1325-1335, Fredo Mulucci, chef du lignage, était seigneur de Macerata, tandis que son frère, le franciscain Pietro Mulucci, accéda à l'évêché. Dans le cadastre rural de 1360 (APM 174), la propriété des Muluccci, répartie entre cinq membres différents du lignage, occupe une superficie supérieure à 1 300 moggi, soit plus de 400 ha. La valeur cumulée de ces propriétés est estimée à 2 207 livres.

10 Délibération du Conseil général du 17 mai 1398, citée par A. Colini-Baldeschi, « Vita pubblica e privata nel Maceratese nel duecento e trecento », Atti e Memorie della Deputazione di Storia Patria nette Marche (= AMM), 6 (1903), p. 219.

11 Sur Pérouse, voir J.-Cl. Maire-Vigueur, « Comuni e signori », op. cit., p. 539.

12 APM 10, fol. 94v, 97r-99v : la commune de Macerata députa les notaires Marino Brunetti, Aldobrandino di Giovanni (tous deux anciens prieurs), Truccio di messer Colucci et Andrea di messer Angelo.

13 Voir la plainte des autorités de Macerata au cardinal Guillaume d'Estaing, que celui-ci rapporte dans sa lettre au podestat de Macerata, datée de Bologne, 25 oct. 1375, cité par P. Compagnoni, Regia Picena ovvero dei Presidi della Marca, Macerata 1661, rééd. Turin, 1980, p. 239 : « certains citoyens de la cité de Macerata, affirmant être [immatriculés] au Collège de la Curie Générale de la Marche d'Ancône, refusent absolument de payer les gabelles et autres taxes de la cité qui sont ordonnées et imposées aux hommes pour acquitter les subsides ou les tailles ; pour éviter que des scandales n'éclatent entre la Commune et les hommes sous prétexte que ces gens du Collège sont Docteurs et hommes de la cité et réclament quotidiennement dans leurs lettres de grandes possessions et exploitations, nous fûmes suppliés d'y porter remède ». Le cardinal décide que les privilèges ne seront dorénavant maintenus que pour ceux qui travaillent effectivement dans les services de la Curie.

14 P. Jansen, Démographie et société, op. cit., p. 374-375. La superficie moyenne des propriétés tenues par des citoyens qui portent le titre de ser, traditionnellement attribué aux notaires, passe de 25,2 moggi (env. 8 ha) à 37, 7 moggi (env. 12 ha).

15 APM 5, fol. 62, 29-3-1391.

16 APM 15, fol. 274v-275v ; le 16 du même mois, il revend d'autres droits à un éleveur de Visso (fol. 281v) ; en janvier et mai 1434, il revend les droits de pâture de Giovanni Profigli à un consortium d'éleveurs d'Ussita (APM 15, fol. 286v ; 16, fol. 23v).

17 APM 5, fol. 163r, 6-12-1391 et 13, fol. 151r, 18-4-1425.

18 APM 21, fol. 165r : Jacopo di Giuliano afferme les moulins contre redevance de 95 saumées de blés en sept. 1444.

19 Lippo di mastro Andrea possédait une propriété de 14 moggi, estimée à 46 1. vers 1375. Son frère Giorgio possède une maison voisine, et sans doute une autre maison, qui est réquisitionnée en 1411 pour loger les mercenaires d'Antonio de Pergola. En 1366, messer Fregiono di Cecco contribue à la fortification de la ville pour 3 000 briques (APM 472, 33r).

20 Fregiono di Cecco fut prieur en juil. 1377, nov.-déc. 1390, juil.-août 1391 ; messer Giorgio di mastro Andrea a été camerlingue en 1376 (mars à mai), 1391 (janv.-fév.) et 1392 (oct.-déc. ( ?)) ; son frère Lippo fut camerlingue de déc. 1376 à fév. 1377, puis prieur en janv.-fév. 1391, janv.-fév. 1392, mars 1398 ; il fut à nouveau camerlingue de juil. à sept. 1399, de juin à août 1405. Messer Lodovico di messer Marino fut prieur en mars 1398, avr.-mai 1403, juin-juil.

21 Antonio di Marcuzzo camerlingue de juin à sept. 1375, Compagnone di Antonio pour la première fois de juil. à sept. 1396. Il s'était déjà porté acquéreur de la gabelle générale en 1396, tandis qu'Antonio di Ceccone avait affermé la boucherie communale en 1392-93 ; les deux autres fermiers ont participé à l'achat de la gabelle en 1391.

22 Le chroniqueur florentin Giovanni Ruccellai rappelait en 1457 que la meilleure garantie pour « progresser » dans la carrière publique était de : essere in gratia et in benivolentia de’ consorti et de’ parenti et de’ vicini e del reste degl’uomini del tuo gonfalone. (Il Zimbaldone quaresimale..., éd. A. Perosa, London, 1960, cité par D. Kent, « The Florentine Reggimento » op. cit. (n. 7), p. 593.

23 Ainsi messer Giovanni di messer Pietro et Lodovico di messer Marino, fermiers associés en 1404, avaient exercé ensemble leur mandat de prieur en avril-mai 1403.

24 Antonio di Ceccone est à nouveau prieur en déc. 1398-janv. 1399 ; déc. 1402-janv. 1403 ; mars-avril 1406 ; août-sept. 1407 ; août-sept. 1421 ; fév.-mars 1425 (mandat inachevé).

25 Antonio di Vanne di Pietro fut prieur en nov. 1395 ; sept. 1397 ; fév.-mars 1404 ; fév.-mars 1405 ; août-sept. 1407 ; oct.-nov. 1412 ; avr.-mai 1418 ; déc. 1418-janv. 1419 ; fév.-mars 1423.

26 Lodovico di messer Marino après ses trois premiers mandats de 1398, 1403 et 1404, fut à nouveau prieur en août-sept. 1411 ; fév.-mars 1413 ; avr.-mai 1421 ; juin-juil. 1424 ; oct.-nov. 1425 ; déc. 1428-janv. 1429 ; fév.-mars 1430 ; oct.-nov. 1432 ; oct.-nov. 1434 ; déc. 1436-janv. 1437. Son père, Marino Brunetti, avait été camerlingue en sept.-nov. 1375 ; oct.-déc. 1397 ; prieur en janv. 1378, syndic de la commune en fév. 1374 et de juin 1391 à juin 1392.

27 Sur ces questions, voir P. Jansen, Démographie et société, op. cit. (n. 3), p. 465-468.

28 Ce qui donnerait une moyenne arithmétique de 4 mandats dans la carrière politique d'un individu. En réalité, on va le voir, l'éventail des carrières est très variable, entre ceux qui, comme Francesco di Pietro di Giovanni, n’ont exercé qu'un seul mandat (juin-juil. 1413), et un Stefano di Pietro, dix-huit fois prieur en 40 ans (de 1396 à 1437, date de son décès en cours de charge).

29 Ceccone di Gentiluccio est prieur en oct. 1377, sept. 1395, nov.-déc. 1396 ; Antonio di Ceccone l'est en déc. 1397, déc. 1398-janv. 1399, déc. 1403-janv. 1404, mars-avr. 1403, mars-avr. 1406, août-sept. 1407, août-sept. 1421, mars-avr. 1425. Andrea di Cecco di Federico prieur en mai 1398, oct-nov. 1398, déc. 1403-janv. 1404, oct.-nov. 1404, oct.-nov. 1406, Antonio di Andrea en sept. 1395, mars 1396, déc. 1398-janv. 1399, fév.-mars 1403, juin-juil. 1405, oct.-nov. 1412, avr.-mai 1416, août-sept. 1418, fév.-mars 1419, déc. 1421-janv. 1422, fév.-mars 1423, oct.-nov. 1425.

30 Stefano di Giacomo de Scapezzano fut prieur en juin-juil. 1419, août-sept. 1421, juin-juil. 1424, août-sept. 1425, déc. 1427-janv. 1428, déc. 1429-janv. 1430, son fils en fév.-mars 1441, oct.-nov. 1443, juin-juil. 1446.

31 Messer Cecco di Compagnone fut camerlingue en juil.-oct. 1367, d'oct. 1369 à janv. 1370, de mars à mai 1375 ; il exerça ces fonctions en alternance avec celles de prieur (juin-juil. 1368, juin-juil. 1373, nov.-déc. 1390). Il fut fermier des gabelles en 1373-74. Simone di Bartolomeo exerça un mandat de camerlingue (avr.-mai 1418) et douze mandats de prieur (août-sept. 1422, avr.-mai 1424, fév.-mars 1427, avr.-mai 1429, avr.-mai 1431, déc. 1433-janv. 1434, avr.-mai 1436, juin-juil. 1437, avr.-mai 1440, avr.-mai 1441, juin-juil. 1445, juin-juil. 1446).

32 Nicola « Malagalie », prieur en déc. 1368-janv. 1369 ; Francesco di Nicola, prieur en janv.-fév. 1391, nov. 1398, fév.-mars 1404, avr.-mai 1405, oct.-nov. 1406, août-sept. 1411, oct.-nov. 1416, oct.-nov. 1418, déc. 1419-janv. 1420 (mandat qu'il n'accomplit pas, étant absent), oct.-nov. 1421, fév.-mars 1426, fév.-mars 1429 (absent), fév.-mars 1440 (décédé). Antonio di messer Andrea fut élu prieur en mars 1398 (absent) et exerça effectivement la fonction en avr.-mai 1404, fév.-mars 1406, août-sept 1412 ; il fut également avocat de la commune cette année-là.

33 Antonio Grimaldi participa au consortium de la ferme de la gabelle de 1396 dirigé par Giorgio di mastro Andrea (APM 6, fol. 127r) ; ce dernier, qui n'était plus apparu comme fermier des gabelles depuis 1404, la reprit en 1426 en succédant à Jacopo di Giuliano.

34 Colao Moschetti est estimé pour 289 livres (APM 174, fol. 97) ; Filippo Chiaramonte pour 204 livre, mais la valeur réelle de sa propriété dépasse 249 livres (ibid. fol. 65v) ; Claudio Guadambi est estimé pour 171 livres et son frère Massuccio pour 123 livres ; mais le cadastre enregistre aussi la propriété de Cecco Guadambi, dont le lien de parenté avec les deux premiers est incertain ; il possède pour 229 livres de terres (ibid., fol. 37r et 38r).

35 On connaît quatre cas de succession père-fils au XIVe siècle : les deux chirurgiens mastro Nuzio di mastro Giovanni de Camerino et son fils Antonio ; Giffredo di Francesco, prieur en 1369 et son fils Nicola, prieur en 1390 et 1395 ; Guglielmo di Cecco, prieur en 1367 et 1369 et messer Antonio, son fils, en 1391 ; Giuliano Bellomi, prieur en 1373 et son fils Giovanni en 1398 ; Cecco di Berardo, prieur en 1366 et 1369, et son fils Domenico en 1378.

36 Parmi eux, on peut citer Antonio di Vanne Tosi, qui acquit 9 fois le péage du Chienti entre 1424 et 1444, ou Sensino de Spolète, détenteur du péage du Potenza en 1436 et 1437 (APM 17, fol. 168v et 18, 63-64). Cola di Massio, fermier du banc civil en 1440-1441 et fermier de la gabelle en 1440, 1442, 1443 et 1445, (pour laquelle il fut souvent en compétition avec le trésorier communal Liverotto di Giacomo) finit par accéder au poste de trésorier seulement en 1447. Les limites chronologiques de notre dépouillement ne nous ont pas permis de vérifier s'il accède aux fonctions politiques après 1450.

37 APM 6, fol. 102r-103, 29-8-1396 ; 10, fol. 280-81, fév. 1411 ; 14, fol. 211r-212r, 28-3-1419.

38 Ainsi, APM 6, fol 293r, 18-5-1398 : 16 conseillers élus pour huit mois ; 8, fol 412r-413r, 1405 : 20 conseiller élus pour dix mois ; 14, fol. 210v-213r, 28-3-1429 : 35 conseillers élus pour vingt-quatre mois ; 15, fol 241, mars 1433 : 36 conseillers élus pour vingt-quatre mois.

39 APM 14, fol 210v et 15 fol. 241v : on relève ainsi parmi les nouveaux conseillers du quartier Saint-Jean en 1433 Filippo Nicole, qui est peut-être le frère de Paolo Nicole élu en 1429 ; au quartier Saint-Sauveur, Andrea di Antonio di Andrea succède à Antonio di Andrea di Francesco ; au quartier Sainte-Marie, messer Vanne di messer Antonio est peut-être le fils de messer Antonio di Stefano, qui renouvelle son mandat.

40 Sur la participation au Grand Conseil comme critère déterminant de l'appartenance à la noblesse de fonction vénitienne, voir la mise au point historiographique récente dans E. Crouzet Pavan, Sopra le acque salse : Espaces, pouvoir et société à la fin du Moyen Age, Rome, 1992 (Collection de l'Ecole française de Rome), p. 382 et suiv.

41 D. Kent, « The Florentine reggimento », op. cit. (n. 7), p. 580-581.

42 Les privilèges de fonctions étaient surtout judiciaires : des peines plus lourdes frappaient les agresseurs qui s'en prenaient à un prieur. Sur le port des armes, voir Riformanze des statuts de 1392, APM 5, fol. 218r : quod omnes et singuli qui fuerint de Ordine prioratus post depositionem officii eorumdem possint et valeant per dictam civitatem arma offendibilia et defendibilia impune portare.

43 APM 156, Livre IIΙ, rubr. 113, fol. 42r-45r.

44 Ainsi voit-on un certain Giorgio « Schiavo », présenté comme domestique du marchand Stefano di Pietro devant le tribunal du podestat qui le met à l'amende pour blasphème en 1422, obtenir l'autorisation en 1423 du recteur pour réaliser une transaction de 3, 5 saumées de grain à destination de Camerino. (APM 683, Malefizi, fol. 6-7 ; ASR, Tesoreria, reg. 3, fol. 84).

45 APM 11, fol. 207v et 14, fol. 186r.

46 APM 8, fol. 34v, 11-3-1404.

47 APM 15, fol. 93r, 30-11-1430, renouvellement du contrat des meuniers de la commune ; 225r-v, 7-12-1432 (ambassade à Recanati) ; 20, 107r, 16-2-1442 (à propos de l'achat de grains à Sforza) ; busta 1006-11, lettre adressée par des juifs de Macerata à nobili viro Francisco ser Ioanis Surchianappis, 28-8-1447, publiée par A. M. Angeletti, « Documenti volgari Maceratesi dei secoli ΧΙII, XIV e XV », Annali della Facoltà di lettere e filosofia dell'università degli Studi di Perugia, 7 (1969-70), doc. XXIX, p. 105.

48 Ainsi, les critères de noblesse urbaine à Macerata se rapprocheraient de ceux par lesquels Le Pogge définit la « noblesse vénitienne » : Venetorum consuetudo, inter quos nobilitas veluti factio quœdam ab reliquo populo distincta, mercaturam omnis exercet, ea quoque quæ equestris ordinis insigne potitur. Omnes enim qui reipublicæ muneribus funguntur, quicumque ut aiunt ex ordine senatorio, nascuntur et appellantur nobiles. Poggi Florentini Oratoris et philosophi opéra, cité, p. 67.

49 B. G. Zenobi, Ceti e Potere nella Marca Pontificia. Formazione e organizzazione della piccola nobiltà fra '500 e' 700, Bologne, 1976, notamment ch. II : « La noblesse des terres », p. 31-51, dans lequel est évoquée la classification de Poggio Bracciolini. La reconnaissance de la noblesse à Recanati aurait précédé celle de Macerata dès 1421. Voir aussi M. Troscè, Governanti e possidenti nel XVI e nel XVII secolo a Macerata, p. 820-830, sur le statut de noblesse.

Notes de fin

* p. = prieur ; c. = camerlingue

Table des illustrations

Titre 1. LA FAMILLE DES NOTAIRES FILS DE MAGISTER ANDREE
Légende Note(*)*
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre 2. NICOLAUS « MALAGALIE » et ses descendants
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre 3. LIGNAGE DES GUADAMBII
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 4. LES ALLIANCES DE VANNES PETRI
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre 5. LA FAMILLE MOSCHETTI
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34300/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540