Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Elites sociales et institutions politiques des villes libres en Italie de la fin du XIIe au début du XIVe siècle

Paolo Cammarosano

Texte intégral

1Le sujet de ma communication ne concerne pas les élites urbaines en elles-mêmes, mais les rapports qui ont été établis entre ces élites, telles qu'on peut les définir par leur physionomie économique et sociale, et les institutions politiques urbaines. Si j'ai choisi comme périodisation celle qui va de la dernière génération du XIIe siècle à la première génération du XIVe siècle, c’est bien parce que du point de vue des rapports entre élites et institutions, c'est justement au cours de cette période, de ce Duecento, qu'une mutation profonde s'est produite au sein des quelques dizaines de villes qui, dans une grande partie du Nord et du Centre de l'Italie, jouissaient d’une indépendance politique substantielle.

  • 1 I Placiti del « Regnum Italiae », éd. C. Manaresi, 3 vol. (en 5 parties), Rome, Istituto Storico I (...)

2Au début de cette esquisse, je placerais volontiers la simple représentation que les contemporains nous ont donnée des élites urbaines pendant le XIIe siècle et jusqu'aux premières décennies du XIIIe siècle. Dans les images figurées, les miniatures, les sculptures, qui étaient plus proprement destinées à un large public, ainsi que dans les textes littéraires et rhétoriques (chroniques, artes dictaminis, etc.), les auteurs ont réitéré la représentation d'une bipolarisation entre deux blocs, deux groupes, auxquels les textes écrits se réfèrent surtout dans les termes anciens de maiores et minores : un affrontement que l'on retrouve dans cette simplicité tout au long du Moyen Age mais qui se compliquait souvent, surtout dans les textes des Xe et XIe siècles, avec l'introduction d'une catégorie de mediocres : omnis populus Veneticorum, maiores, mediocres et minores, a maximo usque ad minimum – une citation parmi des dizaines, dans un acte de 9761. Vers la fin du XIIe siècle cette tripartition est moins fréquente, et c'est bien la bipolarisation fondamentale maiores-minores qui domine : une bipolarisation sur laquelle de nouveaux couples symétriques viennent se superposer avec souplesse : le couple « technique » milites-pedites, puis surtout le couple institutionnel et politique milites-populus, milites-populares, nobiles-populares, souvent la connotation polémique et rhétorique de potentes et debiles, ou celle à l'apparence « sociale », et qui partage en réalité la même tonalité rhétorique, de divites et pauperes.

  • 2 Petrus de Vinea, Frederici II. Imperatoris epistulae. Novam editionem curavit Johannes Rudolphus I (...)
  • 3 Maintes fois reproduite, par exemple dans l'album de R. Jullian, L'éveil de la sculpture italienne(...)
  • 4 Oculus pastoralis pascens officia et continens radium dulcibus pomis suis. Memoria di D. Francesch (...)

3La superposition, je le répète, est naturelle : lorsque Pierre de la Vigne propose un modèle de lettre de l'empereur à un justicier pour qu'il établisse la paix inter maiores et minores, afin – écrit-il – que ces derniers ne soient pas oppressés par les maiores, il s'agit bien, dans la suite du texte, d'une paix et concorde inter milites et populares2. Le choix des différents couples est souvent fonction de l'instrument de l'auteur ou de l'artiste : les images figurées puisent évidemment dans le contraste des armements qui offrent d'une façon plus immédiate la représentation de cette société bipolaire, et nous donnent donc les groupes des gens armés à cheval et des gens armés à pied (qu'on songe, parmi d'autres exemples, à la lunette du grand portail de Saint-Zénon à Vérone)3, alors que les textes de la rhétorique à finalité pratique, tel le très important Oculus pastoralis, font état de représentations plus variées, et reprennent parfois la tripartition maiores-mediocres-minores, sans revenir toujours à ce contraste fondamental et simple de maiores et minores, et surtout de milites et populares4.

4J'ai parlé à propos de cette bipolarisation d'une représentation des élites urbaines. Car le fait, aussi évident que capital à comprendre, c'est bien que ces deux groupes, maiores et minores, milites et populares, voire leurs dérivés divites et pauperes, potentes et debiles, recouvrent toujours les quelques familles qui étaient en mesure de participer au gouvernement de la ville, d'occuper les postes principaux de l'administration et de décider des choix politiques : c'est-à-dire cette fraction de la population urbaine qu'on évaluera, de façon très approximative, au trentième des familles. Ce même constat s'impose, que l'on considère la dignité semblable des milites et des pedites dans la lunette de Saint – Zénon, ou que l'on lise l'Oculus pastoralis, dans lequel l'oraison pour le popularis décédé fait pendant à l'oraison funèbre pour le nobilis. Dans ces textes qui nous offrent simultanément une vision d'affrontement et une vision de coexistence, voire de parité, on ne cherchera pas un simple « reflet » de l'histoire communale. Car, dans leur langage propre et même dans les buts imaginaires et les désirs qu'ils expriment, ces textes imposent la prise en considération d'une dynamique politique et institutionnelle que nous démontrent, de leur côté, tous les documents politiques et administratifs, les lois, les chroniques du dernier quart du XIIe et du premier quart du XIIIe siècle. Ils nous montrent une dynamique d'affrontement social dur, de luttes violentes, parfois acharnées, mais en même temps une dynamique qui tendait toujours à mettre en place de nouvelles institutions et des solutions de compatibilité : que ce fût dans le mécanisme du potestat et du conseil, dans l'élargissement des conseils, dans l'instauration de collèges intermédiaires de gouvernement (les anziani et leurs pairs), dans l'imposition d'un principe de parité milites-populares au sein de ces collèges mêmes ou des conseils.

  • 5 G. Rösch, Der venezianische Adel bis zur Schlieβung des Groβen Rats. Zur Genese einer Führungsschi (...)

5Ce constat d'une dynamique que j'appellerai donc une dynamique de compatibilité devient d'autant plus clair si nous plaçons notre point de vue à la fin de la période considérée : la dernière génération du Duecento et la première du siècle suivant, période que j'appelle volontiers, en recourant à un stéréotype qui garde toute sa valeur, l'âge de Dante. Cet âge connut, comme on sait, des solutions politiques très différentes dans les diverses villes communales italiennes. Cette multiplicité, parfois même l'opposition entre solutions institutionnelles, contraste fortement avec l’uniformité des systèmes podestats-conseils de la fin du XIIe et du début du XIIIe siècle. Mais durant cet « âge de Dante », on peut discerner tout de même un dénominateur commun à cette variété extrême des expériences institutionnelles : il s'agit de la dynamique d'exclusion, exclusion formelle, au lieu d'une dynamique de compatibilité et d'équilibre. De Milan à Rimini ou à Orvieto, les expériences seigneuriales furent toujours issues d'une lutte, généralement entre deux familles opposées, qui se terminait par l'expulsion de la partie ennemie et l'exécution des personnages éminents. Dans le cas tout à fait extraordinaire de Venise, l'exclusion du conseil des familles récentes sera certes considérée d'un œil nouveau après l'enquête de Gerhard Rosch, qui parle d'un élargissement à propos de la célèbre provision de 1297 ; mais il s'agit quand même de variations, de pulsations et de décalages chronologiques, dans une structure qui se fondait désormais sur la formalisation oligarchique, donc sur l’exclusion par voie légale des couches non-aristocratiques de la population urbaine5.

  • 6 Dans le XVe congrès international du Centre Italiano di Studi di Storia et d'Arte, Magnati e popol (...)
  • 7 Qu'on se rappelle Institutiones, IV, 4, où est posé le principe d'une évaluation de la gravité de (...)

6Mais c'est peut-être dans les régimes « populaires », de governo largo, qu'on assiste à la surenchère des mécanismes d'exclusion, dans les lois contre les grandes familles, les magnates, dont on a si longuement parlé, il y a un an, à Pistoia6. Elles concernent toujours l'exclusion formelle des magnates de certains organes du gouvernement et intègrent des systèmes de contrôle de l'ordre public qui visent d'une manière tout à fait particulière les familles nobles et puissantes, et vont jusqu'à renverser des canons anciens du système pénal. Il n'y a pas que dans les systèmes de loi germaniques que le haut rang social des victimes déterminait un alourdissement du châtiment ; la tradition romaine évaluait, elle-aussi, la gravité des offenses en fonction directe du rang de la victime7. Mais, dans les régimes « populaires », c’était le dommage causé par un « grand » à un membre du « peuple » qui déterminait l'aggravation du châtiment.

  • 8 Ainsi dans la XXXVe « diceria » di Filippo Ceffi (Corne si de'dire al rettore contra la setta cont (...)
  • 9 Μ. M. Donato, « "Cose morali, e anche appartenenti secondo e' luoghi" : per lo studio della pittur (...)
  • 10 E. Crouzet-Pavan, « Gênes et Venise : discours historiques et imaginaires de la cité », ibid., p.  (...)
  • 11 Iacopo da Varagine e la sua Cronaca di Genova dalle origini al MCCXCVII, éd. G. Monleone, 3 vol., (...)

7Une fois de plus, les représentations contemporaines nous donnent le sens de la mutation des systèmes politiques. Le langage « unanimiste » des artes dictandi et concionandi du premier Duecento fait place vers la fin du siècle et dans les premières décennies du Trecento à des modèles de discours agressifs : Rimangano l'aringherie ; e muovi, mentre che li nemici del comune sono isbigottiti ; anzi che si raveggiano, sia morto questo popolo grasso8. Mais ce sont peut-être les images plus indirectes, dans lesquelles la médiation est plus grande, qui nous font comprendre l'âpreté des chocs politiques. C'est désormais le temps de l'allusion, d'une forme nouvelle de sublimation fondée sur le caractère plus solennel d'images à l'apparence « neutre », d'une discrétion mêlée de suspens et d'incertitude. Je passe sur l'exemple siennois, bien connu, et encore récemment illustré par Monica Donato dans le colloque de Trieste sur les formes de la propagande politique9. J'aimerais attirer l'attention sur la tonalité du message politique dans une grande ville marchande, Gênes. Cette ville, à la fin du Duecento, connaît une grave crise du système politique, caractérisée par la lutte entre un noyau de familles toutes puissantes et un mouvement populaire extrêmement vivace. Son histoire est confiée, après des années de chronique citadine officielle dominée par les aristocrates, à l'archevêque Jacopo de Varagine. Ce cas aussi a été examiné, par Elisabeth Crouzet-Pavan, dans le colloque déjà cité10. Il convient de souligner encore la nouveauté de cette démarche : l'œuvre de sublimation fait que le récit des événements et la glorification de la ville et de ses guerres sont intégrés dans une sorte de traité de morale civique et de bon gouvernement ; cela n'empêche pas le ton inquiet et le sentiment de sursis qu'exprime le grand écrivain dominicain lorsqu'il traite de la situation strictement contemporaine. Dans son exposé général, il reprend l'apologue de Menenius Agrippa (l'« insipide fable » de Menenius Agrippe, comme ironisa Karl Marx), ainsi l'apologue augustinien d'Alexandre et du pirate, en lui ôtant tout ce qu'il y avait de radicalisme chrétien dans la Cité de Dieu. Mais face au problème du régime de sa ville, il ne peut que manifester l'espoir d'un changement dans le bon sens, s'il doit y avoir changement, et ne peut que montrer son indifférence au choix entre le gouvernement des consuls, du podestat, des capitaines ou des abbés (du peuple), pourvu que la république soit bien gouvernée. Il fait appel encore une fois à saint Augustin, en lui empruntant la métaphore des trois clés dont il donne une nouvelle interprétation. Il suit donc une attitude de prudence, ouverte à toute possibilité, dans une société dont les déchirures violentes sont reflétées dans les toutes dernières pages de la Chronique génoise de Jacopo11.

8Après avoir établi la différence entre les deux extrémités de la longue période envisagée ici et une fois soulignée la mutation depuis la phase de mise en place du système de compromis et de compatibilité du premier Duecento jusqu'à la phase des dynamiques d'exclusion qui se définissent vers la fin du siècle, la question fondamentale qui se pose reste évidemment celle des raisons, des explications historiques, des parcours et des passages qui ont conduit à cette mutation fondamentale. On songe tout de suite au choc des factions opposées, déterminé par les grands conflits idéologiques et de pouvoir à l'échelle italienne et européenne, et par l'acharnement politique qui s'est manifesté dès la fin des années 1220. On songe aussi à ce tournant vraiment décisif que fut la constitution du parti guelfe, bref à tous les mécanismes qui ont lié de façon chronique les grands affrontements politiques et les réseaux de leurs protagonistes aux conflits intérieurs des sociétés urbaines. On fera aussi sa part à la persistance du cadre familial en tant que cadre fondamental des solidarités sociales, et donc aux échecs réitérés des efforts pour dégager la chose publique de l'influence directe, immédiate des familles sur les institutions publiques, voire au renforcement de l'emprise familiale sur la construction de l'état citadin vers la fin du XIIIe siècle. Enfin, même si l'on regarde d'un œil « moderniste » les essors de l'état citadin italien au bas Moyen Age (affirmation des chancelleries et d'une bureaucratie, de systèmes financiers et militaires nouveaux, organisation du territoire extra-urbain etc.), il est banal de rappeler que les états seigneuriaux et régionaux se formèrent sous l'emprise d'un lignage, après l'éviction des lignages concurrents.

  • 12 « Il ricambio e l'evoluzione dei ceti dirigenti nel corso del XIII secolo », dans le congrès cité (...)

9Après avoir rappelé le poids qu'on doit reconnaître aux structures de la politique aussi bien qu’ aux structures familiales, je dois quand même avouer ma préférence pour la prééminence des facteurs économiques et sociaux dans le développement des rapports entre élites sociales et institutions politiques au cours du XIIIe siècle. C'est une opinion que l'on m'a donné l'opportunité de développer dans le congrès de Pistoia de l'an dernier, déjà cité, et que je me permets de reprendre ici dans des termes généraux12.

10Au point de départ, le constat que la bipolarisation simple et nette maiores-minores, milites-populus, qui était le fait des générations à cheval sur les XIIe et XIIIe siècles, allait de pair, dans la réalité sociale, avec une situation de mobilité et d'ouverture sociale. Trois facteurs fondamentaux en étaient à l'origine : le transfert dans les villes des phénomènes d'essor social muris au fil des générations et des siècles dans la société rurale et seigneuriale, bref, l'implantation dans la ville des « nouveaux riches » ; la chance pour un très grand nombre de ces « nouveaux riches » de rejoindre la couche des milites ; l'attrait des activités marchandes et financières pour des aristocrates, donc des phénomènes d'osmose entre la richesse foncière et les ressources produites par les mouvements d'échange. Le choc entre milites et populares, tout en se fondant, bien-sûr, sur la base d'une différence sociale, était au fond le choc entre deux attitudes à l'égard du type de gouvernement : les milites, auxquels allaient se joindre normalement les judices, exprimant une tradition « seigneuriale » qui s'était enracinée au long des Xe, XIe et XIIe siècles, et qui attribuait d'une manière immédiate le pouvoir et la justice sur les hommes à ceux qui exerçaient aussi le métier des armes – un métier qui avait à sa base la richesse foncière et la direction de châteaux et de curtes ; de l'autre côté, il y avait un mouvement « populaire » animé par le souci d'une séparation entre prééminence foncière, statut militaire et droit au gouvernement de la cité. Un affrontement, donc, axé sur les modalités du gouvernement citadin, qui voyait, bien sûr, les adeptes « naturels » des deux parties recrutés, les uns, surtout parmi les milites et les notables urbains d'ancienne souche, les autres parmi une élite de propriétaires fonciers, marchands et maîtres artisans. Mais, comme cet affrontement se réalisait sur le terrain de la création d'un système politique urbain nouveau, il allait de pair avec l'accession des citoyens riches à la militia, avec les phénomènes d'osmose et de mélange social, avec l'adhésion politique de couches importantes de la noblesse au mouvement populaire.

11Au cours du XIIIe siècle un écart croissant se produit entre le mouvement continuel d'expansion économique et sociale et les tendances à la concentration des richesses et au raidissement des couches dirigeantes des villes, telles qu'elles s'étaient établies entre 1175 et 1220 environ. Le niveau de concentration des richesses est toujours difficile à évaluer. Mais le phénomène est clair dès le milieu du XIIIe siècle, et dans ce colloque les études d'Antonio Ivan Pini et de Marco Vendittelli viennent d'en accroître le dossier. Et, lorsque les dénombrements fiscaux de la fin du XIIIe siècle et du début du XIVe nous permettent quelques appréciations, on est alors face à quelques clans familiaux qui, dans chaque ville, contrôlent une bonne moitié des patrimoines. Pour impressionistes qu'elles soient, les images des quatre familles gênoises, ou des quatre familles siennoises, ou des barons romains, ou des deux blocs familiaux qui s'affrontent dans les villes plus petites, nous placent face à cette réelle concentration, résultat de l'évolution économique et sociale du Duecento. On connaît bien sûr des cas et des dynamiques d'affirmation sociale dans les décennies centrales du siècle, on connaît plus d'un exemple de « nouveaux riches » qui atteignent parfois le sommet de la pyramide, mais il semble bien ne s'agir là que d'une série d'exploits individuels, et non du large phénomène d'échange et d'osmose qu'on pouvait constater vers la fin du XIIe siècle et jusqu'aux années 1220. Cela était surtout dû, à mon sens, au ralentissement, à une certaine saturation, des mécanismes de mobilité sociale dans les campagnes.

12L'âpreté nouvelle des luttes dès la fin du Duecento a donc été le fait, d'un côté, de la concurrence à l'intérieur d'une couche de tout-puissants désormais stabilisée et assez fermée vers l'extérieur, de l'autre côté, de la contradiction entre ce phénomène de raidissement du sommet social et la vitalité d'une population urbaine en plein essor. Au sein de cette dernière, une classe moyenne s'était formée, composée de marchands, de maîtres artisans, de quelques notaires : une classe qui organisait sa fermeture à l'encontre des salariés et des petits travailleurs indépendants, mais qui avait de plus en plus du mal à réaliser son ascension sociale sur le plan des institutions politiques et gouvernementales de la ville. Ces dynamiques socio-économiques expliquent à la fois les raidissements aristocratiques et les surenchères « populaires », dans lesquelles on reconnaîtra autant l'aspiration à un nouvel ordre politique que la faiblesse fondamentale face aux grandes familles citadines.

Notes

1 I Placiti del « Regnum Italiae », éd. C. Manaresi, 3 vol. (en 5 parties), Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 1955-1960 (Fonti per la Storia d'Italia dell'ISIME, 92, 96, 97), vol. II/1, no 181 ; une riche série de références se trouve dans le livre de R. Bordone, La società cittadina del regno d'Italia. Formazione e sviluppo delle caratteristiche urbane nei secoli XI e XII, Turin, Deputazione subalpina di storia patria, 1987 (Biblioteca storica subalpina, CCII).

2 Petrus de Vinea, Frederici II. Imperatoris epistulae. Novam editionem curavit Johannes Rudolphus Iselius [Johann Rudolf Iselin], Basileae, 1740, éd. anast., introd. H.-M. Schaller, 2 vol., Hildesheim, Weidmann, 1991, livre V, ch. 12.

3 Maintes fois reproduite, par exemple dans l'album de R. Jullian, L'éveil de la sculpture italienne, Paris, 1949, pl. XLIX, 1. Un bel exemple de milites et pedites, différenciés par leur armement plus ou moins lourd, dans l'article de P. Golinelli, « Quando il santo non basta più : simboli cittadini non religiosi nell'Italia bassomedievale », dans A.Vauchez (sous la direction de), La religion civique à l'époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Rome, Ecole française de Rome, 1995 (Collection de l'EFR, 213), p. 375-389, fig. 1 et commentaire p. 378.

4 Oculus pastoralis pascens officia et continens radium dulcibus pomis suis. Memoria di D. Franceschi, Turin, Accademia delle Scienze, 1966 (Memorie dell'A.D.S. di Torino, Cl. di Scienze Morali, Storiche e Filologiche, Ser.4a, n.11), notamment p. 24, 25, 28, 38, 52-55.

5 G. Rösch, Der venezianische Adel bis zur Schlieβung des Groβen Rats. Zur Genese einer Führungsschicht, Sigmaringen, Thorbecke, 1989 (Kieler Historische Studien, 33).

6 Dans le XVe congrès international du Centre Italiano di Studi di Storia et d'Arte, Magnati e popolani nell'Italia comunale, Pistoia, Centre Italiano di Studi..., 1997.

7 Qu'on se rappelle Institutiones, IV, 4, où est posé le principe d'une évaluation de la gravité de l'iniuria en fonction du gradum dignitatis vitaeque honestatem, et où l'on classe au rang des iniuriae atroces celles qui furent accomplies par un humilis contre un sénateur.

8 Ainsi dans la XXXVe « diceria » di Filippo Ceffi (Corne si de'dire al rettore contra la setta contraria), éd. G. Giannardi, « Le "Dicerie" di Filippo Ceffi », Studi di filologia italiana, 6 (1942), p. 5-63.

9 Μ. M. Donato, « "Cose morali, e anche appartenenti secondo e' luoghi" : per lo studio della pittura politica nel tardo Medioevo toscano », dans P. Cammarosano (sous la direction de), Le forme della propaganda politica nel Due e nel Trecento, Rome, Ecole française de Rome 1994 (Collection de l'EFR, 201), p. 491-517.

10 E. Crouzet-Pavan, « Gênes et Venise : discours historiques et imaginaires de la cité », ibid., p. 427-453.

11 Iacopo da Varagine e la sua Cronaca di Genova dalle origini al MCCXCVII, éd. G. Monleone, 3 vol., Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, 1941 (Fonti per la Storia d'Italia, 84-86), II, p. 126-127 (Menenius Agrippa : pour « die abgeschmackte Fabel des Menenius Agrippa » voir Karl Marx, Le capital, livre II, ch.12), p. 134-135 (anecdote cicéronienne-augustinienne d'Alexandre) ; p. 114-117 (évolution des formes de gouvernement à Gênes, doutes sur l'avenir, métaphore des trois clés, exemple de Saul et David) ; p. 412-413 (troubles de 1295-1296). Sur Jacopo et son œuvre « génoise », on aura recours aussi à la nouvelle édition par S. Bertini Guidetti (Gênes, 1955) et à ses nombreuses études (entre autres : « Contrastare la crisi délia chiesa cattedrale : lacopo da Varagine e la costruzione di un'ideologia propagandistica », dans Le vie del Méditerranée. Idee, Uomini, Oggetti (secoli XI-XVI), Gênes, Edizioni Culturali Intemazionali, 1996, p. 109-132).

12 « Il ricambio e l'evoluzione dei ceti dirigenti nel corso del XIII secolo », dans le congrès cité ci-dessus, n. 6, p. 17-40.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.