Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Elites urbaines coloniales et autochtones dans la Sardaigne pisane (XIIe-ΧΙIIe siècle)

Jean-Michel Poisson

Texte intégral

  • 1 La bibliographie étant abondante sur le sujet, on se bornera à renvoyer à quelques titres : G. Vol (...)
  • 2 I ceti dirigenti in Toscana nell'età precomunale (Atti del I° convegno, Florence, 1978), Pise, 198 (...)

1Les recherches sur les classes dirigeantes à Pise auxquelles se sont consacrées plusieurs générations d'historiens, depuis Gioacchino Volpe jusqu'à Enrica Salvatori, en passant par Emilio Cristiani et Marco Tangheroni, ont fourni à l'histoire politique et sociale des Communes italiennes au Moyen age une contribution majeure1. Récemment, l'enquête a débordé le cadre des murs de la cité de l'Arno pour prendre d'une part une dimension régionale avec le programme d'étude sur les Ceti dirigenti in Toscana, et pour s'intéresser d'autre part aux communautés pisanes expatriées, en Sicile, au Maghreb, ou en Orient2. Il s'agit ici d'examiner comment a été exportée outre-mer, dans le cadre d'une stratégie coloniale, qui caractérise la domination pisane sur la Sardaigne entre la deuxième moitié du XIIe siècle et les premières décennies du XIVe siècle, une structure politique où le principal rôle est tenu par une oligarchie transplantée, et dans quelle mesure peut accéder à cette sphère restreinte des individus appartenant à la population sarde.

Les nobles Pisans dans l'entourage des juges

  • 3 M. Ronzani, « Famiglie nobili e famiglie "di popolo" nella lotta per l'egemonia sulla chiesa citta (...)

2Parmi les éléments qui ont joué un rôle décisif dans l'appropriation de la Sardaigne par Pise, se trouvent les principales familles nobles de la cité-Etat. Sous le gouvernement dit « démocratique » (fin XIe-début XIIIe siècle) les consuls qui gouvernent la cité sont généralement des membres de l'aristocratie, et sous le gouvernement « seigneurial » (première moitié du XIIIe siècle) la charge de podestat est remplie presque exclusivement par les deux principales familles : Donoratico et Visconti, avant d'être confiée à des étrangers. C'est dire donc que pendant toute la période où Pise met en place son protectorat sur la Sardaigne, la cité est dirigée par un nombre assez restreint de familles nobles3.

  • 4 E. Besta, La Sardegna medievale (1909), 2 vol., Bologne, 1975 ; J. Day, La Sardegna sotto la domin (...)
  • 5 A. Boscolo, I conti di Capraia, Pisa e la Sardegna, Sassari, 1966 ; J.-M. Poisson, « A Pise, Eglis (...)
  • 6 Codex diplomaticus Sardiniae (= CDS), éd. P. Tola, Turin, 1861 (Monumenta Historiae Patriae, X), X (...)
  • 7 CDS, ΧII, no 7 (2 mars) : « Ugo fils d'Ugo Visconti, Gerardo fils d'Ugo Gaetani, Erizo feu Erizi »
  • 8 CDS, ΧII, no 108 (28 mai) et C. Sturmann, « La domus dei Dodi, Gaetani e Gusmari », dans Pisa nei (...)
  • 9 CDS, XII, no 39 (13 février) : « Gerardo fils d'Ugo Gaetani ».

3Dans les premiers temps de la pénétration pisane en Sardaigne, au XIe et surtout au XIIe siècle, la documentation nous montre que les éléments les plus actifs de cette politique sont bien les familles consulaires et les grandes consorterie liées au gouvernement aristocratique de la cité4. Les contacts avec les gouvernements locaux de la Sardaigne (judicats) à travers les traités d'alliance militaires ou les conventions commerciales ont été l'occasion pour Pise d'introduire dans l'entourage des juges des hommes chargés de les honorer et de les assister militairement, mais également de veiller aux intérêts de la cité qu'ils représentaient5. On voit ainsi intervenir des groupes de personnages que l'on retrouve avec régularité présents à la cour judicale et témoins d'actes officiels. Citons à titre d'exemples, à Cagliari, en 1106 pour une donation de terres à l'Œuvre de la cathédrale de Pise, 15 Pisans dont Gaetani, Del Grugno, Ebriaci6, en 1112 pour une donation à Saint-Victor de Marseille, 15 Pisans dont Visconti, Gaetani, Erizi7, en 1130 pour une confirmation en faveur de Pise, Pisans dont Gaetani8 ; à Ardara (Torres) en 1177 pour une donation à l'hôpital pisan de Stagno, 7 Pisans dont Lanffanchi, Gualandi, Gaetani9, etc.

  • 10 L. L. Brook, F.C. Casula, Μ. M. Costa, A. M. Oliva, R. Pavoni, M. Tangheroni, Genealogie medievali (...)

4Dans les deux judicats où la présence pisane est la plus précoce et la plus forte, Cagliari et Arborea, se constitue donc progressivement un noyau stable de nobles Pisans, installés plus ou moins durablement dans l'entourage des juges. Dans les capitales judicales qui sont d’anciennes cités, le centre du pouvoir est situé dans le palais du juge. Là, à côté du gouvernement traditionnel composé de membres de la famille royale et d'aristocrates locaux auxquels sont distribués les offices, ces Pisans affermissent leur rôle à la cour, assurent le rôle d'ambassadeurs de la cité toscane et de conseillers militaires, et contractent des alliances matrimoniales avec les familles régnantes, dont le nombre démontre le caractère d'une véritable entreprise. Cela concerne en premier lieu les héritières des trônes judicaux : Lamberto Visconti épouse Elena de Gallure puis Adalasia de Torres ; Tedice de Donoratico épouse Preziosa de Cagliari ; Ranieri de Bolgheri (Donoratico) épouse Agnese de Cagliari. Oberto marquis de Massa épouse Giorgia de Cagliari ; Ugo de Capraia épouse Bina d'Arborea. Diana Visconti est donnée en mariage à Pietro juge d'Arborea et Guisina de Capraia au juge de Cagliari. Sont aussi concernées les familles judicales et de l'aristocratie locale : Paganello Gualandi épouse Giscla d'Arborea ; Maria, fille d'Ugone Pagani Ebriaci épouse Gonnario de Torres ; Ranieri Bonifaci Gualandi épouse Sardigna soeur du juge d'Arborea ; Guido de Tacculis épouse Benedetta fille de Gonnario Matau d'Oristano10.

  • 11 F. Artizzu, « Rendite pisane nel giudicato di Cagliari nel sec. XIV », Archivio Storico Sardo, 25 (...)
  • 12 A. Potthast, Regesta Pontificum Romanorum, Berlin, 1874-1875,t.I, no 6710 (1221, 22 sept.) ; ASP, (...)
  • 13 T. Casini, Scritti danteschi, op. cit., no 6 (1238, 27 jan.).
  • 14 ASP, fonds Spedali no 2070 (1284).
  • 15 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterranea de la Corona de Aragón (1297-1314), Madrid (...)

5Pour prix de leur aide militaire, de leurs conseils, ou de leur fidélité, ces personnages reçoivent des terres de la part des souverains sardes. On constate en effet que dans le judicat de Cagliari sont possessionnés les comtes de Capraia Cvillae de Segariu, Sorrui et Carruti), les Lanfranchi (Pao de Vigna), les Gualandi (Leni), les Da Ripafratta (Soleminis)11 ; dans le judicat d'Arborea, les Capraia (curatoria d'Usellus), les Gualandi (ville de Turri et Villa Urbana), les Duodi (Margalliolo), les Tacculis (Solarussa), les Orlandi (Ogliastra), et aussi les Lanfranchi Chiccoli12 ; en Gallura les Visconti (Bitti)13 ; en Torres les Sismondi (Ennene et Sennori)14 ; pour des domaines non précisés, les Bocchi (Gualandi), les Guinizelli (Buzzacarini Sismondi), les Erizi15. Dans la seconde moitié du ΧIIIe siècle ce sont d'immenses seigneuries qui se constituent, que l'on peut assimiler à de véritables principautés, tels le tiers ouest du judicat de Cagliari détenu par les Donoratico, l’ensemble de la zone littorale orientale de l'île aux mains des Visconti, ou encore la région de l'Anglona (Torres) où dominent les génois Doria.

  • 16 Documenti, 1.1, no 3 (29 mars). Le surnom qu’il porte fait sans aucun doute allusion à son install (...)
  • 17 T. Casini. Scritti danteschi, op. cit., no IV (24 août), et châtelain de Galtelli.
  • 18 CDS, ΧIIΙ, no 52 (24 jan.) ; ASP, fonds Bonaini 1239 (3 jan.) ; CDS, XIV, no 4 (31 mars).

6Ces Pisans prennent part peu à peu aux gouvernements autochtones : on les voit occuper des fonctions officielles dans les quatre judicats, par exemple, c’est Sardo de Basile Ebriaci qui représente le juge de Torres à Pise en 119516 ; un certain Opizzino est armentarius (chambrier) du juge de Gallure en 123517 ; un certain Massetto de Girardino pisanus fait partie du conseil de régence du judicat d'Arborea en 1233 (liberorum et maiorum nostrorum) ; Gerardo Boccio Gualandi est à la tête du conseil du juge d'Arborea (consilio amicorum suorum et maxime fidelium) en 1239 ; Cino de Tacculis est maniscalcus (sénéchal) du juge d'Arborea en 131018.

7Il est difficile d'apprécier si ces mentions sont représentatives d'un état de fait généralisé mais il est vraisemblable que ces trois facteurs – alliances matrimoniales, acquisition de domaines fonciers et charges de gouvernement – ont contribué à rendre permanents dans l'île ces groupes d'aristocrates pisans qui forment peu à peu, à côté du gouvernement traditionnel, un pouvoir nouveau.

  • 19 E. Besta, La Sardegna medievale, op. cit., t. I.

8Cet élément a joué un rôle fondamental dans l'accession des Pisans aux trônes judicaux : à Cagliari, Guglielmo marquis de Massa, dans les dernières années du XIIe siècle (sa descendance conserve le trône jusqu'en 1258, où le judicat passe sous le contrôle direct de la Commune de Pise) ; en Gallure, Lamberto Visconti dans les premières années du XIIIe siècle et jusqu'en 1288 où le judicat est confisqué par la Commune de Pise ; en Torres, Ubaldo Visconti en 1236 – pour 15 ans – et en Arborea, Guglielmo comte de Capraia vers 1250 – pour 15 ans)19. A partir du moment où les trônes judicaux sont occupés par les Pisans, ces derniers s'entourent encore davantage de compatriotes : parents, fideles, compagnons d'armes, etc.

  • 20 CDS, XI, no 17 (28 oct.) ; A. Saba, Montecassino e la Sardegna medievale (= Monte-cassino), Mont-C (...)
  • 21 Montecassino, no 11, 12, 17, 18.
  • 22 Montecassino, no 9, 12. Encore pour le XIIIe siècle : Maria de Zori fonde un monastère camaldule e (...)
  • 23 Des listes de personnages titulaires d’offices de curatores en Arborea apparaissent dans les sousc (...)

9La noblesse locale est quant à elle peu présente dans les villes, à part ceux de ses membres qui occupent des fonctions dans le gouvernement judical, à l'échelon central ou local : les maiorales. C'est essentiellement une aristocratie rurale, qui possède de grands domaines fonciers, dont témoignent de nombreuses donations pieuses : famille Athen pour Camaldoli : 1113, pour le Mont-Cassin : 1120, 113620 ; famille Zori pour le Mont-Cassin : 1114-22, 1121, 112221. Autres bienfaiteurs du Mont-Cassin : famille Carbian : 1111-20, Lacon : 1120, Gitil : 112222. Ces familles aristocratiques locales accaparent les offices de gouverneurs locaux, les curatores, jusqu'en plein XIIIe siècle23.

  • 24 Libellus iudicum Turritanorum, éd. A. Sanna, Cagliari, 1957, § 4, p. 47 : portu de Turres qui tand (...)

10La présence pisane s'affirme donc surtout dans les villes, d'une part avec un accaparement progressif des organes gouvernementaux et d'autre part avec l'arrivée de colonies de marchands. Ces derniers sont présents dès la fin du XIIe siècle en groupes consistants dans plusieurs centres urbains : v. 1150 à Porto Torres, 1185 à Oristano, 1212 à Cagliari, où leur nombre va fortement augmenter après la fondation du nouveau castrum en 121724. Les deux groupes sociaux pisans, aristocratie qui détient les fonctions dirigeantes et popolo qui assure le développement des villes et leur essor économique, contribuent donc à la constitution de cette société urbaine coloniale qui caractérise la Sardaigne des XIIIe et XIVe siècle, étroitement calquée sur la structure sociale de la métropole.

La société coloniale sous le gouvernement de la Commune

11Avec la prise en main directe par la Commune de Pise des domaines sardes soit par confiscation sur les seigneurs pisans soit par absorption directe des États sardes dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, se met en place dans l'île une administration calquée sur celle de Pise, et dont le Bref nous donne une image assez précise. Les gouvernements des cités sont assurés par des podestats (à Sassari et à Villa Ecclesie – Iglesias – dès le milieu du XIIIe siècle), de châtelains, capitaines du peuple ou recteurs (à Cagliari dès la première moitié di XIIIe siècle, à Villa Ecclesie au début du XIVe siècle). Dans ces offices, les aristocrates pisans restent présents : Da Ripafratta, Gualandi, Sismondi, Donoratico, notamment dans la fonction de podestat, mais on voit également de nombreuses familles du Popolo, dont certainse sont très présentes dans l'île, occuper des fonctions administratives (camerlingues, nuntii), fiscales (exacteurs, modulateurs), militaires (conestabiles, capitaines des guerres), judiciaires (juges). Pour citer quelques noms parmi les plus importants et les plus fréquents : Alliata, Bonconti, Cinquini, Fagioli, Frederici, Sampante, etc.

  • 25 E. Cristiani, art. « Alliata Betto », dans Dizionario biografico degli Italiani, Rome, t. I, 1960, (...)
  • 26 ASP, fonds Alliata no 439 (1327, 19 août) ; E. Cristiani, Nobiltà, op. cit., p. 110 (1309) ; ASP, (...)

12Ces officiers détiennent sur place le pouvoir au nom du gouvernement de la métropole, mais ils effectuent des rotations rapides, six mois ou un an en moyenne selon les offices. Ils constituent donc une partie de l'élite urbaine en quelque sorte intermittente, car pour une bonne part, ils exercent des offices équivalents à Pise. Betto Alliata est un personnage bien connu : réformateur du Bref de Villa Ecclesie en 1304, châtelain de Cagliari en 1304-05, syndic de la Commune en 1307, consul du port en 1317, capitaine du peuple en 1319-20. C'est donc un personnage de premier plan dans la capitale de la Sardaigne pisane. Mais il siège aussi dans les instances de la métropole : 16 fois ancien de Pise entre 1285 et 1330, consul de la mer en 1305 et 1310, réformateur du Bref en 1302 et 1311, ambassadeur auprès du roi d'Aragon en 1309. Ses activités commerciales et financières le conduisent fréquemment aux quatre coins de la Méditerranée, mais il fait cependant partie à part entière de l'élite urbaine de Cagliari. C'est là, dans le chœur de la cathédrale, qu'il se fait absoudre en 1320 pour avoir commercé avec les Sarrasins. Il meurt à Pise en 1330 : on peut voir sa pierre tombale dans le collatéral de l'église S. Francesco25. Ses proches sont alliés avec les principales familles de la noblesse pisane : son frère Lippo a épousé Teccia fille de feu Duccio Galterrotti Lanfranchi ; son fils Gano a épousé Isabella fille de Giovanni Sismondi ; sa petite-fille Giovanna a épousé Bartolomeo fils de Francesco Zacci, et sa nièce Cinga épouse Puccio Chiccoli Lanfranchi26.

  • 27 Entre 8 000 et 12 000 selon J. Day, La Sardegna sotto la dominazione, op. cit., p. 29.
  • 28 F. Artizzu ; « Civis et burgensis nella terminologie giuridica sardo-pisana », Annali della Facolt (...)

13La communauté des marchands pisans installés à Cagliari augmente de façon considérable pendant la deuxième moitié du XIIIe siècle : elle constitue une bonne part de la population urbaine, estimée à une dizaine de milliers d'habitants dans la première moitié du XIVe siècle et forme en tout cas la totalité de la population du castello, où les Sardes ne peuvent habiter27. Cette colonie pisane est répartie en trois catégories selon des critères économiques et juridiques : cives pisani, habitatores ou burgenses castelli castri28.

  • 29 Voir document en annexe.
  • 30 Documenti, t. I, no 35 (13 déc.) ; no 40 (31 jan.) ; ASP, fonds S. Bernardo no 142 (1308, 27 Juin)
  • 31 Documenti, t. II, no 33 ; fonds Alliata no 225 (1315, 1 sept.) ; Documenti, t. I, no 42 (1318, 2 j (...)
  • 32 ASP, fonds Roncioni no 489 (26 mai) ; Documenti, t. I, no 37 (17 déc.), no 72 (4 juin) ; ASP, fond (...)
  • 33 Documenti, t. I, no 72 (4 juin) ; ASP, fonds Roncioni no 1007 (7 août) ; E. Putzulu, « Un appalto (...)

14A côté des officiers qui composent le gouvernement, nommés par le Conseil des Anciens de Pise, Cagliari est dotée d'un conseil composé d'Anciens et de capitaines des sociétés de rues qui représentent les bourgeois. Un texte de l'élection des Anciens de 1315 nous en apprend la procédure ; le consul du port et le prieur des capitaines des sociétés de rues nomment 6 boni homines (3 citoyens pisans et 3 bourgeois de Cagliari). Ce groupe nomme à son tour 8 anciens à raison de deux par rue principale : ruga mercatorum, ruga marinariorum, ruga comunalis, ruga leofantis29. Certains de ces personnages nous sont assez bien connus ; citons quelques exemples. Lotto Serragli appartient à une famille pisane installée à Cagliari, dont on connaît deux autres membres : Bernardo, peut-être son père, qui y possède une maison en 1298, et Dono feu Giovanni de Castello castri qui y participe à des opérations financières en 1303 et 130830. Lotto est cependant la personnalité la plus en vue de la famille : bourgeois de Cagliari, il y possède une maison dans la ruga mercatorum (1317). En 1315, il est élu ancien pour cette rue. Il remplit la fonction d'exacteur en 1318 et, en 1320, celle de camerlingue général de Cagliari. Il fait partie des rares Pisans qui demeurent à Cagliari après la conquête aragonaise31. Betto Caulino feu Tedice est aussi marchand et bourgeois de Cagliari en 1290. On le voit effectuer des opérations commerciales entre Cagliari et Pise, notamment l'exportation du blé (1299, 1314). Entrepreneur florissant, ses opérations financières sont d'un niveau élevé : il investit 208 livres en 1321, 300 livres à Oristano en 1317, contribuent à la prestanza à Cagliari en 1314, à Villa Ecclesie en 1320. Il est élu ancien de Cagliari en 1307. Il s'est établi en plein centre de la ville, au point névralgique du pouvoir et des affaires : il possède un groupe de trois maisons à l'angle de la rue des Marins et de la platea commis, avec, au rez-de-chaussée, boutiques et portiques (umbraco) où de nombreux actes notariés sont rédigés. Cet endroit, nommé il cantone di ser Bacto est l'un des quatre points de la ville (avec la loge du port, la cathédrale et la traversa des Bonconti) où l'on annonce à son de trompe les nolissements de navires. Il devait s'agir d'une des plus belles maisons de la ville, car elle est réclamée par le juge d'Arborea pour son usage quand la plupart des Pisans en sont chassés, après la conquête aragonaise32. Son fils Cecco est aussi bourgeois de Cagliari et y exerce le commerce. Deux autres membres de la famille sont connus : Dino feu Francesco, bourgeois, camerlingue général en 1316, et Gaddo, encore présent à Cagliari après la conquête aragonaise, en 134133.

15Parmi les Pisans qui comptent à Cagliari, on rencontre d'une part des familles qui font partie de l'élite urbaine aussi bien à Cagliari qu'à Pise, comme les Alliata, Bindacchi, Garfagnini, Gontulini, Martelli, Moscerifi, Pedone, Della Seta, ou Da Vico ; il s'agit dans ce cas soit de personnes qui font la navette entre les deux cités, soit de familles dont certaines branches ou certains membres sont transférés à Cagliari de manière stable, alors que le reste de la famille se maintient à Pise. On rencontre également des familles importantes à Cagliari, mais modestes à Pise : Caulino, Ciaffolino, Labruti, Martelli, Ursi ; dans ce cas, l'émigration en Sardaigne s'est souvent accompagnée d'une ascension sociale. Enfin des personnages qui ont une position éminente en métropole et font également partie de l'élite urbaine à Cagliari, sans cependant y être véritablement installés de façon permanente et durable : c'est le cas des Bonconti ou des Cinquini.

  • 34 P. Canepa, « Il notariato in Sardegna », Studi sardi, 2 (1936), p. 61-85 ; L. D'Arienzo, « Il nota (...)

16Les professions juridiques sont bien représentées, à Cagliari comme dans les autres cités médiévales italiennes : magistrats et notaires y sont nombreux et actifs. On peut dénombrer pour la période 1250-1325, à partir du dépouillement de l'ensemble de la documentation disponible – au demeurant assez maigre – 82 notaires et 15 juges actifs à Cagliari. Dans ce domaine, les réussites professionnelles les plus notables sont celles de ceux qui multiplient les charges publiques auprès de la curia ou des officiers34.

  • 35 Documenti, t. I, no 25 (1294, 12 juin) ; ASP, fonds Comune A 81, f° 17 (1297, 15 juil.) ; CDE, XIV (...)
  • 36 Documenti, t. I, no 66 (1312, 23 juin-8 août) ; CDS, XIV, no 16 (1323, 11 juin).
  • 37 Documenti, t. I, n ° 37 (1299, 13 déc.) ; ASP, fonds Cappelli no 411 (1317, 17 oct.), no 410 (1318 (...)

17Les familles les plus importantes de cette catégorie semblent être celles qui comprennent une branche de juristes et une branche de marchands, comme les Guitti, Martelli, Rustichelli, Sampante ou Da San Casciano. Un bon exemple est fourni par Ranieri Sampante feu Guido, juge, qui est souvent ancien de Pise et occupe fréquemment aussi des fonctions importantes en Sardaigne : recteur de Cagliari en 1294, ambassadeur auprès du juge d'Arborea en 1297, réformateur du Bref de Villa Ecclesie en 1303-04, chargé de négocier la paix avec l'Aragon pour la Sardaigne en 130735. Iacopo fils de Ranieri, également juge et ancien à Pise, paie la prestanza en Sardaigne en 1312 et est élu conseiller de Villa Ecclesie en 132336. Dans la branche des marchands on trouve Vanni, qui effectue des opérations commerciales à Cagliari en 1299 et Cegna feu Puccio en 1317 et 131837.

  • 38 Voir carte.

18Pour cette catégorie des hommes de loi, si l'on cartographie les lieux de provenance des Pisans originaires du contado pisan ou récemment immigrés en ville, parmi ceux qui s’installent en Sardaigne, on constate que le phénomène d'attraction de la ville sur le contado, dont la chronologie est discutée, est là aussi nettement perceptible. Il témoigne que dans une proportion notable, l'entreprise sarde attire les famiglie nuove, avec cependant des nuances : les officiers en fonction en Sardaigne proviennent plutôt des environs immédiats de Pise et du Val d'Arno inférieur, alors que les burgenses ou habitatores Castelli castri proviennent d'une aire plus vaste dans le contado pisan, jusqu'à Volterra, S. Gemignano ou Signa38.

  • 39 Documenti, t. I, no 25 (1294, 12 juin), t. II, no 23 (1316, 20 nov.), no 57 (1320).
  • 40 F. Artizzu, « Rendite pisane », op. cit., p. 87 (1316) ; Documenti, t. I, no 25 (1294, 12 juin) ; (...)

19Qu'en est-il des Sardes ? Dans la société dirigeante de Cagliari ils sont très peu nombreux, et rarissimes parmi les officiers. Ils n'apparaissent pas parmi les bourgeois de Cagliari, le Bref réservant cette qualité aux citoyens pisans. On peut noter cependant quelques exceptions, parmi les artisans, tels, à Cagliari, Gomita feu Giovanni, cordonnier (1294), Gomita feu Murgiano, maçon (1316), ou Gomita maréchal-ferrand, conseiller de Villa Ecclesie (1320)39. Un peu plus fréquemment, on voit certaines familles sardes accéder à ce statut de bourgeois, mais à la seconde ou troisième génération. L'indice, là aussi, est constitué par les prénoms caractéristiques, dans ce cas, il s'agit de celui du père ou du grand-père. Cela concerne souvent d'ailleurs des personnes nées de mariages mixtes. C'est en tout cas ainsi que l'on peut interpréter des noms tels que Bergo Massacone feu Furato, Marghiano Manca feu Gomita ou Matteo feu Guantino Bambritai, notaire40.

  • 41 ASP, fonds Cappelli no 366 (1314, 27 av.) ; fonds Alliata no 165 (1307, 20 oct.) ; Documenti, t. I (...)
  • 42 ASP, fonds Primaziale no 3327 (1283, 30 déc.) ; Documenti, t. II, no 1, 4, 7, 23, 25, 29, 30, 33, (...)
  • 43 F. Artizzu, « Una lettera inedita di Filippo Mameli », dans Studi storici e giuridici in onore di (...)

20Il n'est cependant pas impossible, même si c'est rarissime, pour un Sarde de se hisser dans la couche supérieure de la société cagliaritaine. Pour cela un seul moyen : les études. Exemples : Arzocco Scarpetta, corroyeur, habite Cagliari ; il semble actif dans la vie sociale de la ville puisqu'il assume la charge de capitaine des sociétés de rues. Son fils Guglielmo devient notaire et bourgeois de Cagliari en 131641. Nicola de Serra est sarde aussi. Son père, magister Gomita, était peut-être médecin. Nicola devient notaire : il est actif à Cagliari à partir de 1283 et possède une maison dans la rue de l'Eléphant en 1322. Son fils Francesco est notaire à son tour en 131742. Dans cette catégorie, l'un des exemples les plus fameux est celui de Filippo Mameli, docteur en Décrétales, chanoine d'Arborea et recteur de l'église S. Chiara de Villa Ecclesie, qui a vécu dans la première moitié du XIVe siècle (mort en 1349) notamment à Cagliari, où il possédait une maison, et à qui l'on prête la rédaction du fameux code nommé Carta de Logu d'Arborea43.

  • 44 Documenti, t. II, no 1 (1317, 2 jan.), t. II, no 35 (1319, 28 fév.), no 61 (1322, 24jan.) ; S. Pet (...)

21Si les activités économiques ne semblent pas permettre aux Sardes d'accéder aux sphères aisées de la population cagliaritaine, l'exercice de professions juridiques peut, exceptionnellement, leur permettre d'acquérir un patrimoine important. Tel ce Giovanni fils de Furato Polla, notaire, originaire du faubourg est de Cagliari Gli Orti, qui exerce dans les années 1317-19. Après 1325, ses héritiers possèdent en ville sept maisons44.

Niveaux de vie et de culture

  • 45 I. Principe, Cagliari, Rome-Bari, 1981 ; J.-M. Poisson, « Formes urbaines de la colonisation pisan (...)
  • 46 Pour l'étude de ce type de maison à Pise, voir F. Redi, Pisa com'era : archeologia, urbanistica e (...)
  • 47 Cf. la série Cagliari. Quartieri storici : Castello, Cagliari, 1985 ; Marina, 1989 ; Villanova, 19 (...)

22Ce groupe social restreint, composé de dirigeants élus et nommés, de capitalistes et de juristes, occupe à Cagliari le coeur du castrum fondé par les Pisans en 1217 et qui est la capitale de la colonie depuis 1258. Leurs demeures de dressent aux abords de la place (Platea commis), bordée à l'est par la cathédrale Sainte-Marie, au sud par la curia commis et à l'ouest par la logia des marchands45. Ce sont les rares édifices à étages – construits sur le modèle pisan, solariate et ballatoriate, c'est-à-dire comportant des encorbellements de bois superposés sur rue – et, au rez-de-chaussée, boutique avec souvent portique46. Dans ce quartier se trouvent les résidences des principales familles : maison de Betto Caulino, ancien, de Colo Penna, à l'angle de la place et de la rue des Marchands ; maison de Lotto Serragli, camerlingue et ancien, de Betto Alliata, châtelain, du riche marchand Neri de Riglione, de Francesco Tempi, conseiller ; dans la rue des Marchands : maison du juge Pedone dans la rue des Marins, etc. Ce quartier du castello acquiert progressivement, grâce à la richesse de ses habitants, un aspect monumental qui accentue encore le contraste avec les faubourgs, Stampace à l'ouest, Villanova à l'est et Bagnaria au sud, aux maisons basses et pas toujours en pierre, de caractère rural, quartiers peuplés d'une population modeste composée en bonne partie de Sardes47.

23L'augmentation de la colonie pisane jusque dans les années 1310-20 entraîne une expansion urbaine – développement d'autres faubourgs, Borgonovo au sud-est, autour du monastère S. Francesco, Gli Orti au sud-est – ainsi qu'une spéculation immobilière dont l'élite pisane est l'acteur principal. Par exemple, Cecco Alliata, fils du fameux Betto, qui prospère dans les opérations commerciales et le prêt à intérêt, possède en 1322 à Cagliari douze maisons et trois boutiques réparties dans tous les quartiers, et en particulier la casa-torre où se tient la curia et où demeurent les châtelains ; plus un domaine agricole dans les environs immédiats de la ville. Une bonne partie de ces biens fonciers a été acquis à la suite de prêts non remboursés auxquels ils servaient de gage ; ils sont ensuite loués ou vendus.

24Ces personnes ont des activités commerciales prospères et de grandes disponibilités financières. Pour donner une image de la puissance économique de ce groupe, on peut citer aussi quelques chiffres qui montrent l'importance de leurs investissements, par exemple les associés Mosca-Agnelli :

  • 2 000 livres pour Cello Agnelli en 1316
  • 3 212 livres pour Mosca de Ventura et Cello Agnelli en 1320
  • 1 662 livres pour Mosca et Iacopo Agnelli la même année
  • 1 000 florins d'or pour Mosca en 1321
  • 2 771 livres pour Mosca, Cello Agnelli et Banduccio Garfagnino en 132248.
  • 49 Documenti, t. II, no 63 (4 mai) ; ASP, fonds Cappelli no 473 (7 fév.).

25Autre indice de l'importance des disponibilités financières de ces personnages : leur participation aux prestanze, c'est-à-dire à la dette publique. Elle concerne des groupes de personnes assez réduits, par exemple à Villa Ecclesie en 1323, 300 livres sont imposées à 23 bourgeois, en 1324 1 000 livres à 20 bourgeois. Il s'agit là, pour ces personnages pourvus d'importantes disponibilités, d'un bon placement – même s'il est forcé – puisqu'il rapporte 4 deniers par livre et par mois, c'est-à-dire près de 20% par an49.

  • 50 Documenti, t. II, no 4 (1317, 30 jan.) ; F. Artizzu, « Neri da Riglione, borghese di Cagliari », d (...)

26Une certaine opulence est visible chez certains de ces marchands installés en Sardaigne, que des inventaires après décès nous font entrevoir. Neri de Riglione, bourgeois de Cagliari meurt en 1317. Dans sa maison située rue des Marins on trouve alors un total de 772 livres en monnaie dans différentes bourses, des lingots d'argent pour un poids de 188 marcs, plus d'une centaine de pièces d'or, des objets précieux et des bijoux. Lors du décès de Barone de San Miniato bourgeois de Villa Ecclesie en 1324, on dénombre dans sa maison des liquidités pour 830 livres, ainsi que des objets précieux, des vêtements de soie et des fourrures50.

27L'élite intellectuelle est moins bien documentée. Dans le milieu laïc on peut citer la bibliothèque du médecin cagliaritain Lemmo Labruti, mort en 1315. Elle comprenait des livres de médecine (Avicenne, Hippocrate, Sérapion junior, Galien, Constantin l'Africain, Nicolas de Salerne, Aegidius de Corbeil), des livres de droit et de scholastique (Guillaume Durand, Aristote, Boèce), et des livres se rapportant aux studia humanitatis (Esope, Cicéron, Donatus).

28On le voit, la Sardaigne pisane est un reflet assez fidèle de l'évolution politique et sociale que l'on peut observer sur les bords de l'Arno, en particulier en ce qui concerne l'effacement de la noblesse au profit du popolo au XIIIe siècle Mais une autonomie politique très limitée ainsi que la place infime faite aux élites locales n'a pas permis, malgré une activité économique florissante, dans les cités de Sardaigne, la constitution d'un système politique et social original qui reste donc de caractère colonial, et auquel a pu mettre fin brusquement la conquête aragonaise de 1325.

Annexes

Annexe

1315(1er septembre),

Election des Anciens de la Commune de Cagliari pour deux mois, à raison de deux pour chacune des quatre rues principales de la ville. ASP, fonds Alliata, no 225 (original : parchemin assez abîmé)

In eterni Dei nomine Amen. Consilium minus et maius Castelli Castri [...]

Summa suprascripti consilii celebrati in ecclesia sancte Marie dicti commis et in ea cohadiuvati mandato suprascripti castellani sono campane et voce preconia [...] in presentia Benis de Calci notarii et scribe publicus suprascripti commis et Becto Dattuccii notarii et scribe publicus anthianorum suprascripti commis et presentibus Silvestro bannerio et Petro Niello nuntio suprascripti commis et aliis pluribus testibus ad haec. Est per ser Ligus Matthei consul portus Callari et prior capitaneorum societatum eligant sex bonos homines : tres pisani cives et tres burgenses. Et predicti sex sint electi simul et una cum suprascriptis consule et priore faciant electione per dictorum anthianorum sub anno Domini millesimo trecentesimo sextodecimo, indictione tertiadecima, die kalendarum septembris.

Electores anthianorum suprascripti commis per duobus mensibus incipiendis die undecima presenti mensis septembris electi ut supra dicitur auctoritate consilii maioris dicti commis inde hodie celebrata in ecclesia sancte Marie dicti commis, hii sunt :

ser Ligus Mathei consul portus kallaretani, Ciolus spetiarius burgens Castelli Castri, prior capitaneorum societatum rugarum dicte terre, electi ex forma suprascripti consilii

Banduccius Kalende

Guccius Pincionis

cives pisani

Guido de Massa

Thomeus correggiarius

Ciomeus Forestani

burgenses Castelli Castri

Vannes Ursi

electi a suprascriptis consule et priore eligentibus auctoritate et bailia eis concessis a suprascripto consilio suprascripto die.

Qui electores iuraverunt ad sancta Dei evangelia dicta electione fa[...\et legaliter odio et amore [...] etprecibus remotis suprascripto die.

Electio anthianorum suprascripti commis pro duobus mensibus proxime venturis incipiendo decima preteritis mensis septembris, facta a suprascriptis electoribus ex forma suprascritpi consilii in presentia [...] iudex castelli suprascripte terre pro comuni pisano sub anno Domini millesimo trecentesimo sextodecimo, indictione tertiadecima, kalendarum septembris.

Qui anthiani sunt hii :

Persivalle notarius

Barbarinus Martellus

ruga helefantis

Vannes de Seta

Pierus Costantini notarius

ruga comunali

Loctus Serrallii

Colus Torcellus

ruga mercatorum

Nerius de Rillione

Cinus de Pillus

ruga marinariorum

[...]

(S) Ego Bulgarinus filius quondam Guidarelli, imperiali auctoritate notarius suprascriptum exemplum de mandato dominorum Iacobum Fazeli iurisperiti et Alberti Alliate castellanorum Castelli Castri et dominorum regni kallaretani pro comuni pisano et domini Lapi domini Becti de Vico iudicis et assessoris Castelli Castri [...]

(S) Ego Sardus filius quondam Sindonis de Rinonichi, imperiali auctoritate iudex ordinarius atque notarius et tunc Castelli Castri et regni kallaretani pro comuni pisano scribapublicus [...]

(S) Ego Iohannes filius Ugonis imperiali auctoritate iudex ordinarius atque notarius publicus et curie Castelli Castri et regni kallaretani pro comuni pisano scriba publicus [...]

Carte. Les famiglie nuove pisanes en Sardaigne

Carte. Les famiglie nuove pisanes en Sardaigne

A/ Burgenses et Habitatores de Cagliari
1. Mezzana
2. Cala
3. Riglione
4. Putignano
5. Uliveto
6. Settuno
7. Vico (Vicopisano)
8. Calcinaia
9. Fucecchio
10. Signa
11. San Miniato
12. Triana
13. Fauglia
14. Peccioli
15. Chianni
16. Santa Luce
17. San Gemignano
18. Liliano
19. Volterra
20. Canneto
21. Campiglia
22. Piombino

B/ Officiers de la Commune de Pise en Sardaigne
1 Vecchiano
2. Fagiano
3. Putignano
4. San Savino
5. Titignano
6. San Casciano
7. Settimo
8. Calci
9. Uliveto
10. Rinonichi
11. Pontedera
12. Vico (Vicopisano)
13. Calcinaia
14. Fucecchio
15. San Miniato
16. Camugliano
17. Fauglia
18. Peccioli
19. Chianni

Notes

1 La bibliographie étant abondante sur le sujet, on se bornera à renvoyer à quelques titres : G. Volpe, Studi suite istituzioni comunali a Pisa, Florence (1902), 1970 ; E. Cristiani, Nobiltà e popolo nel comune di Pisa, Naples, 1962 ; M. Tangheroni, Politica, commercio e agricoltura a Pisa nel trecento, Pise, 1973 ; E. Salvatori, La popolazione pisana nel Duecento. Il patto di alleanza di Pisa con Siena, Pistoia e Poggibonsi del 1228, Pise, 1994.

2 I ceti dirigenti in Toscana nell'età precomunale (Atti del I° convegno, Florence, 1978), Pise, 1981 ; I ceti dirigenti dell'età comunale nel secoli XII e XIII (Atti del II° convegno, Florence, 1979), Pise, 1982 ; I ceti dirigenti nella Toscana tarde comunale (Atti del III° convegno, Florence, 1980), Florence, 1983. G. Petralia, « Ricerche prosopografiche sull'emigrazione delle famiglie mercantili in Sicilia dopo la conquista fiorentina del 1406 », Bollettino storico pisano, 50 (1981), p. 37-93 ; 51 (1982), p. 229-270 ; 52 (1983), p. 91-115 ; 53 (1984), p. 147-185 ; Id., « Mercanti e famiglie pisane in Sicilia nel XV secolo », Annuario dell'Istituto Storico Italiano per l'Età moderna e contemporanea, 33-34 (1981-1982), p. 166-296 ; Id., « Sui Toscani in Sicilia tra Due e Trecento : la penetrazione sociale e il radicamento nei ceti urbani », dans M. Tangheroni (sous la direction de), Commercio, finanza, funzione pubblica. Stranieri in Sicilia e in Sardegna nei secoli XIII-XV, Pise, 1989 (Europa mediteiranea, Quaderni 3), p. 129-218. M. Bensaci Mhenaoui, « Familles et individualités pisanes en relation avec le Maghreb », Cahiers de Tunisie, 28/113-114 (1980), p. 57-75. C. Otten, « Les Pisans en Egypte et à Acre dans la seconde moitié du XIIIe siècle : documents nouveaux », Bollettino storico pisano, 52 (1983), p. 163-190 ; Id., « Documents inédits sur les Pisans en Roumanie aux XIIIe et XIVe siècles », dans Les Italiens à Byzance, Paris, 1987, p. 153-195.

3 M. Ronzani, « Famiglie nobili e famiglie "di popolo" nella lotta per l'egemonia sulla chiesa cittadina a Pisa fra Due e Trecento », dans I ceti dirigenti nella Toscana tarde comunale, op. cit., p. 117-134 ; G. Rossetti, M. C. Pratesi, G. Garzella, Μ. B. Guzzardi, G. Luglie, C. Sturmann, Pisa nei secoli XI e XII : formazione e caratteri di una classe di governo, Pise, 1979 ; M. Tangheroni, « Famiglie nobili e ceto dirigente a Pisa nel ΧΙII secolo, dans I ceti dirigenti in Toscana nell'età comunale, op. cit., p. 323-346 ; G. Rossetti, « Histoire familiale et structures sociales et politiques à Pise aux XIe et XIIe siècles », dans Famille et parenté dans l'Occident médiéval, Rome, 1977 (Collection de l'Ecole française de Rome, 30), p. 159-180.

4 E. Besta, La Sardegna medievale (1909), 2 vol., Bologne, 1975 ; J. Day, La Sardegna sotto la dominazione pisano-genovese, Turin, 1987 ; S. Petrucci, « Re in Sardegna, a Pisa cittadini. Ricerche sui domini Sardinee pisani », Studi e testi di storia medievale, 17 (1988) ; M. Tangheroni, « Pise en Sardaigne. De la pénétration à la colonisation : stratégie et tactiques multiples », dans M. Balard et A. Ducellier (sous la direction de), Coloniser au Moyen age, Paris, 1995, p. 35-39.

5 A. Boscolo, I conti di Capraia, Pisa e la Sardegna, Sassari, 1966 ; J.-M. Poisson, « A Pise, Eglise et Etat à la conquète de la Sardaigne », CCM, 37/105-106 (1984), p. 119-126.

6 Codex diplomaticus Sardiniae (= CDS), éd. P. Tola, Turin, 1861 (Monumenta Historiae Patriae, X), XIIe siècle, no 6 : « Gerardo fils d'Ugo Gaetani, Gerardo dit Barile et Uguccione feu Pagano [Ebriaci], nobilissimi et fortissimi cives civitatis pisanae ».

7 CDS, ΧII, no 7 (2 mars) : « Ugo fils d'Ugo Visconti, Gerardo fils d'Ugo Gaetani, Erizo feu Erizi ».

8 CDS, ΧII, no 108 (28 mai) et C. Sturmann, « La domus dei Dodi, Gaetani e Gusmari », dans Pisa nei secoli XI e XII, op. cit., p. 261 : « Lanffanco feu Gerardo de S. Casciano, Azzolino feu Guinizo de Bullis [Gualandi], Galgano feu Gaetani ».

9 CDS, XII, no 39 (13 février) : « Gerardo fils d'Ugo Gaetani ».

10 L. L. Brook, F.C. Casula, Μ. M. Costa, A. M. Oliva, R. Pavoni, M. Tangheroni, Genealogie medievali di Sardegna, Cagliari, 1984.

11 F. Artizzu, « Rendite pisane nel giudicato di Cagliari nel sec. XIV », Archivio Storico Sardo, 25 (1958), p. 40 (1316) ; Archivio di Stato di Pisa (= ASP), fonds Franceschi-Galletti no 3 (2 jan.), fonds Rosselmini-Gualandi, éd. F. Artizzu, Documenti inediti relativi ai rapporti economici ira la Sardegna e Pisa nel Medioevo (= Documenti), Padoue, 1961,t.I, no 15 (26 mars) ; Archivio della Mensa Arcivescovile di Pisa, reg. no 3, fo 313 (1271).

12 A. Potthast, Regesta Pontificum Romanorum, Berlin, 1874-1875,t.I, no 6710 (1221, 22 sept.) ; ASP, fonds Cappelli no 1062 (1363-64) ; T. Casini, Scritti danteschi, Città di Castello, 1913, no 6 (1238, 27 jan.) ; CDS, XIV, no 48 (1335, 4 av.) ; ASP, fonds Spedali no 3 fo 112 v° (1320, 26 sept.).

13 T. Casini, Scritti danteschi, op. cit., no 6 (1238, 27 jan.).

14 ASP, fonds Spedali no 2070 (1284).

15 V. Salavert y Roca, Cerdeña y la expansión mediterranea de la Corona de Aragón (1297-1314), Madrid, 1956, t. II, no 392 (1309, 13 juin).

16 Documenti, 1.1, no 3 (29 mars). Le surnom qu’il porte fait sans aucun doute allusion à son installation dans l’île.

17 T. Casini. Scritti danteschi, op. cit., no IV (24 août), et châtelain de Galtelli.

18 CDS, ΧIIΙ, no 52 (24 jan.) ; ASP, fonds Bonaini 1239 (3 jan.) ; CDS, XIV, no 4 (31 mars).

19 E. Besta, La Sardegna medievale, op. cit., t. I.

20 CDS, XI, no 17 (28 oct.) ; A. Saba, Montecassino e la Sardegna medievale (= Monte-cassino), Mont-Cassin, 1927, no 10 (1120), 22 (20 mai).

21 Montecassino, no 11, 12, 17, 18.

22 Montecassino, no 9, 12. Encore pour le XIIIe siècle : Maria de Zori fonde un monastère camaldule en Torres en 1209, CDS, ΧIIΙ, no 20 (1 juil.) ; voir également Il condaghe di S. Maria di Bonarcado, éd. E. Besta, M. Virdis, Bonarcado, 1982.

23 Des listes de personnages titulaires d’offices de curatores en Arborea apparaissent dans les souscriptions d'actes de la chancellerie judicale, aux XIIe et XIIIe siècle : CDS, ΧII, no 3, 113, 133 ; ΧIIΙ, no 47, 50, 62, etc.

24 Libellus iudicum Turritanorum, éd. A. Sanna, Cagliari, 1957, § 4, p. 47 : portu de Turres qui tandu fuit habitadu et pobuladu de mercantes pisanos, homines de bene et ricos [1127-53] ; Documenti, t. I, no 2 (15 mai) ; ASP, fonds Roncioni n°157 (6 août).

25 E. Cristiani, art. « Alliata Betto », dans Dizionario biografico degli Italiani, Rome, t. I, 1960, p. 496 ; F. Artizzu, « Betto Alliata e alcuni possessi vittorini nel Cagliaritano (1963) », dans Pisani e Catalani nella Sardegna medievale, Padoue, 1973 ; M. Tangheroni, Gli Alliata. Una famiglia pisana del Medioevo, Padoue, 1969.

26 ASP, fonds Alliata no 439 (1327, 19 août) ; E. Cristiani, Nobiltà, op. cit., p. 110 (1309) ; ASP, fonds Alliata no 431 (1328, 18 mars), no 523 (1341, 12 fév.).

27 Entre 8 000 et 12 000 selon J. Day, La Sardegna sotto la dominazione, op. cit., p. 29.

28 F. Artizzu ; « Civis et burgensis nella terminologie giuridica sardo-pisana », Annali della Facoltà di Magistero dell'Università di Cagliari, 5 (1981), part. II, p. 3-8.

29 Voir document en annexe.

30 Documenti, t. I, no 35 (13 déc.) ; no 40 (31 jan.) ; ASP, fonds S. Bernardo no 142 (1308, 27 Juin).

31 Documenti, t. II, no 33 ; fonds Alliata no 225 (1315, 1 sept.) ; Documenti, t. I, no 42 (1318, 2 juin), no 58 (1320, 11 av.) ; ASP, fonds Primaziale no 1367 (1330, 7 mai).

32 ASP, fonds Roncioni no 489 (26 mai) ; Documenti, t. I, no 37 (17 déc.), no 72 (4 juin) ; ASP, fonds Cappelli no 435 (30 jan.), no 412 (20 oct.) ; Documenti, t.I, no 73 (27 août), t. II, no 57 (8 av.), t. I, no 57 (27 av.) ; ASP, fonds S. Bernardo no 142 (27 juin) ; fonds Cappelli no 452 (5 juin) ; Codex Diplomaticus Ecclesiensis (= CDE), éd. C. Baudi di Vesme, Turin (Historiae Patriae Monumenta, XVII), 1878, XIVe siècle, no 35 (3 déc.) ; F. Artizzu (sous la direction de), Breve portus kallaretani, Fonti e studi del C.M.I., Rome, 1979, p. 35 (1318) ; S. Petrucci, « Forestieri a Castello di Castro in periodo pisano », dans Commercio, finanza, funzione pubblica, op. cit., p. 238.

33 Documenti, t. I, no 72 (4 juin) ; ASP, fonds Roncioni no 1007 (7 août) ; E. Putzulu, « Un appalto pisano alle dogane di Cagliari in un documenta del 1316 », Cagliari economica 12 (1954), p. 14 (16 août) ; CDE, XIV, no 21 (24 jan.). Autres exemples : A. Boscolo, « Una famiglia del contado pisano a Villa di Chiesa : i Soldani », dans Sardegna, Pisa e Genova nel Medioevo, Genes, 1978 ; J.-M. Poisson, « Bondo Gerbo de Bullis. Les rapports économiques entre Pise et la Sardaigne à la fin du XIIIe siècle, vus à travers l'activité d'un homme d'affaires pisan », dans MEFRMA, 86 (1976-2), p. 501-533.

34 P. Canepa, « Il notariato in Sardegna », Studi sardi, 2 (1936), p. 61-85 ; L. D'Arienzo, « Il notariato a Iglesias in epoca comunale », Archivio storico sardo, 35 (1986), p. 23-33.

35 Documenti, t. I, no 25 (1294, 12 juin) ; ASP, fonds Comune A 81, f° 17 (1297, 15 juil.) ; CDE, XIV, no 1 (1303-4) ; V. Salavert, Cerdefia, op. cit., t. II, no 229 (1307).

36 Documenti, t. I, no 66 (1312, 23 juin-8 août) ; CDS, XIV, no 16 (1323, 11 juin).

37 Documenti, t. I, n ° 37 (1299, 13 déc.) ; ASP, fonds Cappelli no 411 (1317, 17 oct.), no 410 (1318, 26 août). A. Boscolo, « Un giurista pisano : Ranieri Sampante (1966) », dans Sardegna, Pisa e Genova nel Medioevo, Genes, 1978, p. 91-104 ; E. Cristiani, Nobiltà, op. cit.

38 Voir carte.

39 Documenti, t. I, no 25 (1294, 12 juin), t. II, no 23 (1316, 20 nov.), no 57 (1320).

40 F. Artizzu, « Rendite pisane », op. cit., p. 87 (1316) ; Documenti, t. I, no 25 (1294, 12 juin) ; ASP, fonds S. Paolo all'Orto no 100 (1322,11 mai).

41 ASP, fonds Cappelli no 366 (1314, 27 av.) ; fonds Alliata no 165 (1307, 20 oct.) ; Documenti, t. II, no 18 (1 av.).

42 ASP, fonds Primaziale no 3327 (1283, 30 déc.) ; Documenti, t. II, no 1, 4, 7, 23, 25, 29, 30, 33, 39, 61, t. II, no 4, 7, 10, 30.

43 F. Artizzu, « Una lettera inedita di Filippo Mameli », dans Studi storici e giuridici in onore di A. Era, Padoue, 1963, p. 13-18 ; F. Artizzu, « Di Filippo Mameli e di altri », Archivio storico sardo, 32 (1981), p. 125-138.

44 Documenti, t. II, no 1 (1317, 2 jan.), t. II, no 35 (1319, 28 fév.), no 61 (1322, 24jan.) ; S. Petrucci, « Forestieri », op. cit., p. 229.

45 I. Principe, Cagliari, Rome-Bari, 1981 ; J.-M. Poisson, « Formes urbaines de la colonisation pisane en Sardaigne », dans Coloniser au Moyen age, op. cit., p. 39-49.

46 Pour l'étude de ce type de maison à Pise, voir F. Redi, Pisa com'era : archeologia, urbanistica e strutture materiali, Pise (Europa mediterranea, Quaderni 7), 1991.

47 Cf. la série Cagliari. Quartieri storici : Castello, Cagliari, 1985 ; Marina, 1989 ; Villanova, 1991 ; Stampace, 1992.

48 ASP, fonds Cappelli no 395 (29 mars), no 437 (27mars), no 425 (9 fév.), no 451 (15 av.) ; fonds Comune, A 89, f° 119.

49 Documenti, t. II, no 63 (4 mai) ; ASP, fonds Cappelli no 473 (7 fév.).

50 Documenti, t. II, no 4 (1317, 30 jan.) ; F. Artizzu, « Neri da Riglione, borghese di Cagliari », dans Pisani e Catalani nella Sardegna medievale, Padoue, 1973. CDE, XIV, no 35 (1324, 3 déc.).

Table des illustrations

Titre Carte. Les famiglie nuove pisanes en Sardaigne
Légende A/ Burgenses et Habitatores de Cagliari1. Mezzana2. Cala3. Riglione4. Putignano5. Uliveto6. Settuno7. Vico (Vicopisano)8. Calcinaia9. Fucecchio10. Signa11. San Miniato12. Triana13. Fauglia14. Peccioli15. Chianni16. Santa Luce17. San Gemignano18. Liliano19. Volterra20. Canneto21. Campiglia22. Piombino
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34285/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende B/ Officiers de la Commune de Pise en Sardaigne1 Vecchiano2. Fagiano3. Putignano4. San Savino5. Titignano6. San Casciano7. Settimo8. Calci9. Uliveto10. Rinonichi11. Pontedera12. Vico (Vicopisano)13. Calcinaia14. Fucecchio15. San Miniato16. Camugliano17. Fauglia18. Peccioli19. Chianni
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34285/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.