Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les élites urbaines au Moyen âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Noblesse et chevalerie dans les sociétés communales italiennes

Pierre Racine

Texte intégral

  • 1 Voir la Légende des Trois Compagnons et la Vita secunda de Thomas de Celano dans Opere francescane(...)
  • 2 Il s’agit de l’expédition de Gautier de Brienne, appelé par le pape pour arracher le royaume de Si (...)
  • 3 Nous considérons la Lombardie au sens de la plaine du Pô dans son ensemble. Sur les Communes lomba (...)
  • 4 Sur la chevalerie en Italie, cf. G. Salvemini, La dignità cavalleresca nel Comune di Firenze, Flor (...)

1Evoquant la jeunesse de saint François, avant sa conversion, la Légende des Trois Compagnons comme la seconde biographie de Thomas de Celano rappellent les rêves chevaleresques de leur héros1. L'épisode, qui le voit combattre avec la militia de sa ville, Assise, contre la ville rivale, Pérouse, est bien connu. Fait prisonnier, il est traité à l’égal des nobles, avant d’être libéré. Peu après, il offre son armement de cavalier à un pauvre chevalier, avant de renoncer à l’expédition projetée en Pouille, aux côtés de l’armée de Gautier de Brienne2. Rappeler ainsi ce que furent les jeunes années de ce fils du marchand Pietro Bernardone, sans doute spécialisé dans le commerce des draps « français », c’est là faire allusion à la composition des sociétés communales italiennes, au sein desquelles la noblesse tient une place prépondérante, accaparant au XIIe siècle dans la majeure partie des villes « lombardes » les charges consulaires et administratives3. Saint François symbolisait le rêve de ceux qui, enrichis, aspiraient à faire partie de ce milieu, à partir notamment de la cérémonie de l’adoubement, qui les porterait au même plan social que ceux désignés dans les documents des termes de dominus ou de messer4. Régnait ainsi au sein des sociétés communales une atmosphère imprégnée par la chevalerie jusqu’au sein des milieux marchands, entretenant chez ces derniers une aspiration à pouvoir s’intégrer à cette élite, qui combattait à cheval au sein de la milice urbaine et qui était distinguée par la chevalerie.

***

  • 5 Sur la cathédrale de Modène, voir l’ouvrage de A.C. Quintavalle, La Cattedrale di Modena, Modène, (...)
  • 6 L’identification des deux personnages en Roland et Olivier est due à F. Patetta, « Studi storici e (...)
  • 7 Sur Roland, cf. J. Stiennon et R. Lejeune, « La légende arthurienne », op. cit. (n. 5), p. 293.
  • 8 R. LEJEUNE, « Roland et Olivier au portail du dôme de Vérone », Cultura Neolatina, 21 (1961), p. 2 (...)
  • 9 L’identification au bouc est due à R.S. et L.H. Loomis, Arthurian Legends in Médieval Art, New Yor (...)
  • 10 J. Stiennon et R. Lejeune, « La légende arthurienne », op. cit. (n. 5), p. 295.

2Ue telle atmosphère se trouve particulièrement bien illustrée dans une ville comme Modène à travers la reproduction en certaines parties de la cathédrale de légendes propres au monde chevaleresque, Roland et le roi Arthur5. Les bas-reliefs décorant les angles de la corniche du deuxième étage de la tour dite de la Ghirlandina évoquent pour deux d’entre eux un homme sonnant du cor (figure 1) et un chevalier porte-glaive (figure 2). Le grand éditeur italien de la Chanson de Roland a cru identifier ces deux personnages en Roland6. Sans doute n’est-ce pas le Roland de Roncevaux7 Il n’est d’ailleurs revêtu ni de la cotte de mailles, ni de jambières, ni d’un haubert, ni de gantelets de fer. Il s’abrite derrière un grand bouclier pointu. Il est un chevalier, vêtu en tenue d’apparat, qui ne va pas sans rappeler une autre sculpture de la cathédrale de Vérone, dédiée elle aussi à ce même Roland8. Chevalier porte-glaive, il symbolise la justice. Sur un autre bas-relief est évoquée la légende arthurienne, avec le roi Arthur qui s’efforce de dominer un animal monstrueux, sans doute un bouc, symbole de la luxure dans le bestiaire médiéval9. L’homme, Arthur, a des traits physiques plus ou moins similaires à ceux du Roland des bas-reliefs précédents, cheveux mi-longs, ondulés, moustache tombante, barbe avec des mèches roulées. Un autre bas-relief de la tour figure une femme serrant une fleur contre sa poitrine ; elle porte de longs cheveux ondulés, maintenus sur le front par un cercle. Cette même femme se retrouve avec un chevalier vêtu d’un bliaut très fin dans une autre scène, posant sa main droite dans celle du chevalier (figure 3). Un tel geste ne peut être interprété que comme un signe de promesse et d’engagement mutuel. Le rapprochement du chevalier de la scène d’accordailles avec Arthur permet d’identifier la femme avec Guenièvre10.

  • 11 La datation donnée par J. Stiennon et R. Lejeune, « La légende arthurienne », op. cit. (n. 5), p.  (...)
  • 12 A.C. Quintavalle, La strada romea, Panne, 1975.
  • 13 Donizon, dans la Vita Matildis, II, v. 224-227 et 1165-1167, cite la via francigena comme axe impo (...)
  • 14 A. C. Quintavalle, Romanico padano, civiltà d’Occidente, Florence, 1969, a souligné la place tenue (...)

3La légende arthurienne se retrouve dans cette même cathédrale de Modène sur l’archivolte du portail dit de la Pescheria. La scène représente l’assaut d’un château fort par un groupe de six chevaliers (figure 4). Les inscriptions placées au-dessus des personnages révèlent les noms des chevaliers : Isdernus, Galvaginus et Galvanius, comme ceux des défenseurs du château : Mardoc et Burmaltus. Il s’agit ici de la délivrance d’une femme, retenue prisonnière, Winlogee, une femme qui attend Arthur, et non Gauvain. Sans entrer dans les problèmes d’identification concernant Winlogee, il convient de voir ici la délivrance de l’épouse d’Arthur, symbole des vertus chevaleresques, thème déjà connu en Italie vers 1130, date approximative de cette sculpture11. Ce qui retiendra ici notre attention tourne donc autour de la réception de la légende arthurienne dès la première moitié du ΧIIe siècle, dans une ville communale où les thèmes épiques et courtois sont accueillis par les milites, maîtres du pouvoir communal. Sans être située sur la via francigena, grande route des pélerins et des marchands de l’Italie septentrionale12 Modène, dans la mouvance des territoires dépendant de la comtesse Mathilde13, qui a d’ailleurs soutenu la construction de la cathédrale de la ville, a su recueillir une légende sans doute en honneur à la cour comtale et non moins bien reçue en ville par les milieux dirigeants. L’image du Roland, postérieure à la scène de l’archivolte, datant des années 1160-1170, qui se retrouve à Vérone à peu près à la même époque, prouve que dans la plaine du Pô les légendes épiques circulaient largement au sein des élites communales14.

  • 15 C.D. Fonseca, « Ecclesia matrix e conventus civium : l’ideologia della cattedrale nell’età comunal (...)
  • 16 Sur la délégation des pouvoirs régaliens aux évêques par les Ottoniens, cf. V. Fumagalli, « Il pot (...)
  • 17 Le paysage des maisons-tours au sein des villes italiennes est un fait bien connu, qui n’a pas man (...)
  • 18 Voir notamment O. Guyotjeannin, « L’onomastique émilienne (XIe-milieu XIIIe siècle). Le cas de Reg (...)

4Or, la cathédrale tient dans toutes les villes communales de l’Italie septentrionale un rôle majeur et renvoie à l’idéologie propre aux milieux dirigeants. Elle est l’ecclesia matrix, le monument prestigieux par excellence15. C’est dans la cathédrale ou sur la place qui en précède l’entrée que se réunit l’assemblée communale, dominée par l’aristocratie communale maîtresse des rênes du gouvernement communal, arraché des mains de l’évêque la plupart du temps par usurpation des pouvoirs régaliens qui lui avaient été délégués par les empereurs ottoniens16. Il est dès lors parfaitement compréhensible que puisse s’affirmer dans le décor de l’église centrale de la ville l’idéologie propre à l’élite dominante, ici les thèmes épiques et courtois véhiculés en Italie par les trouvères et les troubadours venus égayer les cours féodales, comme celle de la comtesse Mathilde, mais s’arrêtant aussi dans les villes où ils sont reçus par les grandes familles au sein des maisons-tours qu’elles ont érigées en pleine ville17 Ces légendes épiques, comme courtoises, font tellement partie de l’ambiance propre à ces élites que des prénoms comme Roland, sous la forme Orlandus ou Rolandus, Olivier, sous celle d’Oliverius ou Uliverius, et même Gauvain, sous celle de Galvinus, pénètrent au coeur de l’onomastique aristocratique dans les villes communales au cours du XIIe siècle18.

  • 19 H. Keller, Signori e vassalli nell'Italia dette città (secoli XI-XII), Turin, UTET, 1995, trad. it (...)
  • 20 Iohannis Codagnelli Annales placentini, éd. O. Holder-Egger, Hanovre-Leipzig, 1901, p. 1-3 (Script (...)
  • 21 P.M. Campi, Dell’istoria ecclesiastica di Piacenza, 3 vol., Plaisance, 1651-1662, t. 1, p. 516.
  • 22 Arnolfo, qui écrit vers 1075, n’utilise pas encore le terme capitaneus, mais celui de miles pour d (...)

5Le phénomène communal s’est épanoui à la fin du XIe et au début du XIIe siècle dans les villes lombardes et toscanes, dans une Italie septentrionale largement marquée par l’expansion du système féodo-vassalique19. Les chroniqueurs, qui ont décrit les sociétés communales à leur origine, distinguent généralement deux grands groupes sociaux : les nobles ou milites, et la plebs ou le populus. Il est intéressant d’observer que Giovanni Codagnello, rapportant pour Plaisance les événements de 1090, avec des termes qui sont assurément ceux du XIIIe siècle, n’en présentent pas moins les milites comme pourvus de châteaux dans le contado, sur lesquels ils s’appuient pour résister à leurs adversaires20. Les milites sont généralement décrits comme détenteurs de privilèges, tels les capitanei de Plaisance qui revendiquent en 1059 le droit d’avoir leur sépulture dans l’antique basilique de S. Antonino, première cathédrale de la cité21. Ils sont les citoyens les plus notables de la population, comme l’affirment dès le XIe siècle les chroniqueurs milanais Arnolfo et Landolfo senior22.

  • 23 H. Keller, Signori e vassalli, op. cit. (n. 19), p. 6-30.
  • 24 Ordo doit être entendu comme désignant un groupe social défini. Ce sens dérive aussi bien des chro (...)

6Appuyés sur leurs seigneuries, venus s’installer en ville dès la fin du Xe siècle, les milites des Communes lombardes sont réunis entre eux par la chevalerie. H. Keller les décrit pour Milan comme formant une classe de droit au sens de M. Bloch23. Les familles, qui sont qualifiées de nobiles, qui ont droit au titre de milites, appartiennent en fait à un ordo militum, au sens défini par les feudistes lombards, en relation avec la Constitution des fiefs de 103724. Une société de guerriers a pénétré les villes en pleine renaissance au XIe siècle. Ils prennent leur part de l’enrichissement économique par la perception de péages et tonlieux sur leurs terres seigneuriales et la vente de leurs surplus agricoles sur le marché urbain. Les valeurs propres à la chevalerie, telles qu’elles se dégagent à partir du XIe siècle, imprègnent profondément cette aristocratie, clairement distincte du populus, et ces valeurs retentissent sur toute la cité, dans la mesure où elles sont propres à la couche sociale dominante, imitée d’ailleurs par ceux qui aspirent à la rejoindre, comme l’évoque l’image de François.

  • 25 Salimbene, par exemple, ne cite guère pour le XIIIe siècle dans la région de Parme que trois cas d (...)
  • 26 R .I.S., V, 3, p. 30, milites et cives in atrio ecclesie jurantfacere guerram Cremonis.
  • 27 Gli atti del Comune di Milano fino all’anno MCCXVI, éd. C. Manaresi, Milan, 1919, à la date du 4 j (...)
  • 28 Ottonis episcopi Frisingensis et Ragewini Gesta Friderici, éd. F.J. Schmahle, Darmstadt, 1965 (Aus (...)
  • 29 C’est ce qu’a fort bien mis en lumière F. Menant, rendant compte du livre de H. Keller en 1983, en (...)
  • 30 H. Keller, Signori e vassalli, op. cit. (n. 19), p. 35, note 73, assimile miles et eques. Il s’est (...)
  • 31 S. Gasparri, I « milites » cittadini : studi sulla cavcdleria in Italia, Rome, Istituto storico it (...)

7De la cérémonie chevaleresque de l’adoubement, les chroniques ne donnent que peu d’exemples, pas plus que les notaires25. Il n’en est pas moins vrai qu’existe une chevalerie urbaine, incluant ceux qui sont désignés de meliores ou de nobiliores. Landolfo de S. Paolo oppose en 1136 le miles au civis26. Jusqu’alors civis désignait tout habitant, homme libre d’une cité, mais, déjà en 1130, un document distingue au sein du consulat milanais les capitanei, les vavassores et les cives27. C’est là retrouver avec quelques années d’anticipation la division du texte où Otton de Freising étale son étonnement devant les sociétés lombardes qu’il découvre en 115428. Si capitanei et vavasseurs désignent deux groupes qui semblent distincts, en fait ils constituent par fusion la noblesse urbaine, regroupée dans l’ordo militum29. Or, ce n’est pas seulement par la possession de seigneuries, par l’usage du droit de ban à partir de leurs châteaux du contado que ce groupe social peut affirmer en ville ses prérogatives. H. Keller place la chevalerie dans un plan relativement marginal quant à la constitution du groupe aristocratique urbain, mais il lui réserve la part majeure quant à la définition de l’ordo militum30. En revanche, S. Gasparri attribue à la cérémonie de l’adoubement une place essentielle, niant que puissent exister des relations d’ordre juridique comme le voudrait H. Keller31. Quelle que soit la position des deux historiens, il est important d’observer que pour l’un et l’autre les sociétés communales baignent dès le XIe siècle dans l’ambiance propre à la chevalerie.

  • 32 Cet aspect des jeux équestres a été bien mis en relief par S. Gasparri, I « milites » cittadini, o (...)
  • 33 Nous devons cette information é la Dott. Luisa Castellani, que nous remercions.
  • 34 Sur la pénétration de cette littérature en Italie, voir l’introduction de V. de Bartholomeis, Poes (...)

8Le rite de l’adoubement, avec le cérémonial propre au reste de l’Occident médiéval était donc loin d’être inconnu au sein de milieux qu’il serait erroné de considérer comme exclusivement marchands. Avec les habitudes propres à la chevalerie occidentale s’introduisent dans les villes communales italiennes les fêtes et coutumes propres à ce groupe social, sous la forme de tournois et joutes32. Certes, les chroniques urbaines sont avares d’informations à ce sujet, mais la découverte récente d’une fresque datant de la fin du XIIIe siècle, à Asti, sur laquelle est figuré un tournoi, fait foi que les milieux urbains de l’Italie septentrionale connaissaient ce genre de rencontre33. De même, les Cours, où se réunissent milites et membres des arti, où sont évoqués les héros des épopées carolingiennes et des poèmes courtois, sont un autre témoignage de l’attrait que pouvait exercer au sein de l’élite urbaine le monde idéalisé de la chevalerie, véhiculé depuis le royaume de France34.

  • 35 H. Keller, Signori e vassalli, op. cit. (n. 19), p. 1-6.
  • 36 Si H. Keller assimile comme synonymes miles et eques, il n’en reste pas moins qu’à la fin du XIIe  (...)

9Que le phénomène communal se soit inscrit dans une Italie largement imprégnée par le système féodo-vassalique est désormais un fait bien connu, largement souligné à partir du texte d’Otton de Freising par H. Keller35. Il n’est dès lors pas étonnant que les mœurs chevaleresques aient fortement marqué les élites communales, et qu’elles aient pu entretenir un imaginaire au sein même des groupes sociaux exclus de l’ordo militum. Vivre à la manière chevaleresque, à partir du moment où les bases économiques permettent d’entretenir le cheval nécessaire pour combattre à cheval au sein de la milice urbaine, tel est le rêve de ceux qui aspirent à entrer dans les rangs de la chevalerie, qui par-là veulent s’assimiler à l’ordo militum, sans pour autant participer des liens féodo-vassaliques36. Le style de vie militaire de ces aspirants peut certes être plus ou moins brillant, en fonction d’un niveau économique plus ou moins élevé, mais le concept de miles, au sens de chevalier se fonde sur un élément immédiatement visible. Le mode de vie chevaleresque devient au XIIe siècle l’instrument de définition par excellence du groupe social dominant au sein des villes communales de l’Italie centro-septentrionale.

  • 37 H. Keller, « Militia. Vasalität und frühes Rittertum im Spiegel oberitalienischer milesBelege des (...)
  • 38 Sur la formation des factions au sein des Communes italiennes, cf. J. Heers, Les partis et al vie (...)
  • 39 Iohannis Codagnelli Annales placentini, op. cit. (n. 20) : sous l’année 1218, le chroniqueur écrit (...)
  • 40 Sur Sicard de Crémone, cf. l’article de C. Lefebvre dans Dictionnaire de droit canonique, Paris, 1 (...)

10Une ligne de séparation s’était ainsi créée depuis la fin du XIe siècle entre milites et population non noble, tandis que naissait et se développait la chevalerie, où étaient entrés ceux qui pouvaient se targuer du titre ambigu de miles, désignés par les chroniqueurs et les notaires de meliores et nobiliores urbis, ou de nobiliores cives37. Or, à la suite de la paix de Constance, lorsque se forment les factions organisées en societates, pour les milites comme pour le popolo38, se pose la question de savoir comment considérer celui qui était un miles consuetus, un civis et eques, type François dans sa jeunesse, et aspirant à faire partie de l’ordo militum. De ce point de vue, les distinctions ne sont pas toujours claires entre l’une et l’autre faction, mais l’antinomie n’en existe pas moins. En se référant à la sentence du podestat crémonais pour les troubles qui sévissent à Plaisance en 1221-1222, des milites, donc des chevaliers, se trouvent aux côtés des membres du popolo39. A Crémone, en 1210, l’évêque Sicard décide qu’au popolo devait revenir un tiers des charges et honneurs communaux, mais il précisait qu’une participation allait dans ce cas au sein de ce même popolo à des membres des lignages qui en avaient pris le parti40. Le principe de base pour cette sentence était bien la traduction de la séparation des ordres, mais il était aussi caractéristique de la distance sociale entre les familles chevaleresques qui se rangent aux côtés du popolo et les milites des anciennes familles aristocratiques.

  • 41 Les conflits milites-popolo permettent un partage des charges communales comme le montre l’accord (...)
  • 42 L. Frati, Statuti di Bologna dall’anno 1245 all'anno 1267, Bologne, 1869 (Monumenti storici pertin (...)
  • 43 Sur cette exclusion, cf. S. Gasparri, I « milites » cittadini, op. cit. (n. 36), p. 126-131.
  • 44 G. Fasoli, « Ricerche sulla legislazione antimangatizia nei Comuni dell’alta e media Italia », Riv (...)
  • 45 C’est ce que souligne pour Florence C. Lansing, The Florentine magnates. Lineage and Faction in a (...)

11Au cours du XIIIe siècle, la séparation entre noblesse et popolo va s’atténuant, au fur et à mesure que sont mises en place de nouvelles formes de recrutement pour les magistratures communales41. Il n’en reste pas moins que les Statuts de Bologne de 1250 révèlent que la vieille noblesse jouit d’une immunité fiscale qui la dispense de certaines redevances et prestations, et ce privilège joue pour les nobles même tombés dans l’indigence42. Les membres des lignages, qui vivaient en chevaliers depuis des générations, sans être compris dans la noblesse, étaient également dispensés, mais ceux qui étaient appelés à servir à cheval dans la milice communale depuis une époque récente ne pouvaient y prétendre. Il est caractéristique que des Statuts du popolo aient pu interdire à quiconque était chevalier depuis des générations de pouvoir assumer une fonction dans les organisations « populaires »43. Il s’agit alors de familles où l’appartenance à la chevalerie s’était traduite par la réception de la dignité chevaleresque à la suite d’un cérémonial d’adoubement. Dès lors se fait jour le problème propre à la commune dite « populaire », de la place des magnats dans la vie politique44. En fait, la présence des grands lignages ne cesse jamais de se manifester au sein des sociétés communales45. Les magnats peuvent en fait aussi bien participer à la faction nobiliaire qu’à la faction « populaire ». L’appartenance à l’un ou l’autre groupe dépend moins de la base économique ou de la puissance politique que des attitudes de vie et de conduite envers la Commune sous le contrôle du popolo.

***

  • 46 C’est en ce sens qu’il faut comprendre la formation de la societas militum dans les Communes itali (...)
  • 47 B. Castiglione, Le livre du Courtisan, trad. A. Pons, Paris, 1987.

12Les milieux communaux italiens ont été fortement marqués par l’empreinte de la chevalerie. En Italie, comme dans le reste de l’Europe occidentale, l’idéal chevaleresque, conférant une mission et une fonction de commandement dans la société, a largement pénétré les élites communales. Du service de l’évêque à l’époque précommunale à celui du gouvernement communal se lit la conscience d’appartenir chez les milites italiens à un groupe social décidé à maintenir ses prérogatives46. Au XIIIe siècle, les conflits, qui provoquent des cassures au sein du groupe nobiliaire, entraînent une crise de conscience chez les nobles qui avaient été à l’origine du phénomène communal. Les éléments de l’éthique et de la conduite chevaleresque n’en demeurent pas moins vivants dans les sociétés communales, jusqu’en plein XIVe siècle, et se transmettent des villes communales aux Cours princières, jusqu’à ce que le chevalier de l’époque communale en vienne à se muer dans le type du courtisan idéalisé par B. Castiglione au début du XVIe siècle47

Figure 1 - Cathédrale de Modène. La Ghirlandina. Roland sonnant du cor [cliché de l'auteur].

Figure 2 - Cathédrale de Modène. La Ghirlandina. Roland porte glaive [cliché de l'auteur].

Figure 3 - Cathédrale de Modène. La Ghirlandina. Scène d’accordailles [cliché de l'auteur].

Figure 4 - Cathédrale de Modène. Archivolte du portail de la Pescheria [cliché de l'auteur].

Notes

1 Voir la Légende des Trois Compagnons et la Vita secunda de Thomas de Celano dans Opere francescane, éd. major, 2 vol., Assise, 1966.

2 Il s’agit de l’expédition de Gautier de Brienne, appelé par le pape pour arracher le royaume de Sicile aux partisans des Staufen.

3 Nous considérons la Lombardie au sens de la plaine du Pô dans son ensemble. Sur les Communes lombardes, cf. la synthèse de A.I. Pini, « Dal Comune città-stato al Comune ente amministrativo », dans G. Galasso (sous la direction de), Storia d’Italia, Turin, UTET, 1982, t. 4, p. 451-587.

4 Sur la chevalerie en Italie, cf. G. Salvemini, La dignità cavalleresca nel Comune di Firenze, Florence, 1896, rééd., La dignità cavalleresca ed altri scritti, éd. E. Sestan, Milan, 1972, p. 90-203 ; G. Fasoli, « Lineamenti di una storia della cavalleria », dans Studi di storia medievale in onore di Ettore Rotta, Rome, 1958, p. 83-93 ; E. Cristiani, « Sul valore politico del cavalierato nella Firenze dei secoli ΧIIΙ e XIV », Studi Medievali, 3 (1962), p. 365-371 ; C.G. Mor, « La cavalleria », dans Nuove questioni di storia medievale, Milan, 1964, p. 129-143 [les études de G. Fasoli et C.G. Mor figurent dans l’ouvrage collectif, A. Borst (sous la direction de), Das Rittertum im Mittelalter, Darmstadt, 1976, sous le titre « Grundzüge einer Geschichte des Rittertums » et « Das Rittertum », p. 198-211 et 247-265] ; G. Tabacco, « Nobili e cavalieri a Bologna e Firenze fra XII e XIII secolo », Studi Medievali, 17 (1976), p. 41-79 ; Id., « Su nobiltà e cavalleria nel Medioevo. Un ritomo a Marc Bloch ? », Rivista storica italiana, 91, p. 5-25, rééd. dans Studi di storia medievale e moderna per E. Sestan, Florence, 1980, t. 1, p. 21-35 ; Id., « Vassalli, nobili e cavalieri nell’Italia comunale », Rivista storica italiana, 99 (1987), p. 247-268 ; F. Cardini, Alle radici della cavalleria medievale, Florence, 1981 [voir pour cet ouvrage la recension qui en a été faite par A. A. Settia, « Le radici tecnologiche della cavalleria medioevale “, Rivista storica italiana, 97 (1985), p. 264-273] ; Id., « "Nobiltà" e cavalleria nei centri urbani. Problemi e interpretazioni », dans Nobiltà e ceti dirigenti in Toscana nei secoli XI-XIII : strutture e concetti, Florence, 1982, p. 13-28 ; Id., « Le guerrier et le chevalier », dans J. Le Goff (sous la direction de), L homme médiéval, Paris, 1989, p. 87-128. Toute étude sur la chevalerie ne saurait par ailleurs omettre les travaux de J. Flori, plus particulièrement, L’idéologie du glaive. Préhistoire de la chevalerie, Genève, Droz, 1983 et L’essor de la chevalerie, XIe-XIIe siècles, Genève, Droz, 1986.

5 Sur la cathédrale de Modène, voir l’ouvrage de A.C. Quintavalle, La Cattedrale di Modena, Modène, 1964-65. Le portail de la Pescheria a été étudié par J. Stiennon et R. Lejeune, « La légende arthurienne dans la sculpture de la cathédrale de Modène », CCM, 6 (1963), p. 281-297. Sur la pénétration de la légende arthurienne en Italie, voir D. Delcorno Branca, art. « Tavola Rotonda », dans V. Branca (sous la direction de), Dizionario della letteratura italiana, t. 3, Turin 1973, p. 471-476.

6 L’identification des deux personnages en Roland et Olivier est due à F. Patetta, « Studi storici e note sopra alcuni monumenti medievali », Memorie della R. Accademia Scienze, lettere ed arti di Modena, 8 (1907), p. 390-391. Elle a été corrigée par G. Bertoni, auteur de l'éditio major de la Chanson de Roland en Italie (Florence, 1936), dans Atlante storico artistico del Duomo di Modena, Modène, 1921.

7 Sur Roland, cf. J. Stiennon et R. Lejeune, « La légende arthurienne », op. cit. (n. 5), p. 293.

8 R. LEJEUNE, « Roland et Olivier au portail du dôme de Vérone », Cultura Neolatina, 21 (1961), p. 229-245. A Ferrare également, deux bas-reliefs, aujourd’hui disparus, représentaient deux chevaliers en armes, dont l’un avait un bouclier marqué d’une croix à la manière des Croisés : N.L. Cittadella, Notizie relative a Ferrara, Ferrare, 1864, p. 94.

9 L’identification au bouc est due à R.S. et L.H. Loomis, Arthurian Legends in Médieval Art, New York, 1938, p. 36, fig. 9 et 9a.

10 J. Stiennon et R. Lejeune, « La légende arthurienne », op. cit. (n. 5), p. 295.

11 La datation donnée par J. Stiennon et R. Lejeune, « La légende arthurienne », op. cit. (n. 5), p. 288, est celle des années 1120-1140.

12 A.C. Quintavalle, La strada romea, Panne, 1975.

13 Donizon, dans la Vita Matildis, II, v. 224-227 et 1165-1167, cite la via francigena comme axe important des territoires dépendant de la comtesse Mathilde.

14 A. C. Quintavalle, Romanico padano, civiltà d’Occidente, Florence, 1969, a souligné la place tenue par la via francigena quant à la circulation des chansons de geste dans l’Italie septentrionale.

15 C.D. Fonseca, « Ecclesia matrix e conventus civium : l’ideologia della cattedrale nell’età comunale », dans La pace di Costanza, 1183. Un difficile equilibrio di poteri fra società italiana ed Impero, Bologne, 1984, p. 135-149.

16 Sur la délégation des pouvoirs régaliens aux évêques par les Ottoniens, cf. V. Fumagalli, « Il potere civile dei vescovi italiani al tempo di Ottone I », dans C.G. Mor e H. Schmidinger (sous la direction de), I poteri temporali dei vescovi in Italia e in Germania nel Medioevo, Bologne, 1979, p. 79-86. Sur la naissance des Communes et le rôle des évêques, voir : H. Keller, « Die Entstehung der italienischen Stadtkommunen als probleme der Sozialgeschichte », Frühmittelalterliche Studien, 10 (1976), p. 169-211 ; G. Tabacco, « Vescovi e Comuni in Italia », dans Ipoteri temporali, op. cit., p. 253-282.

17 Le paysage des maisons-tours au sein des villes italiennes est un fait bien connu, qui n’a pas manqué d’être noté par un voyageur comme Benjamin de Tudèle lors de son passage à Gênes et à Pise à l’occasion de son voyage de pèlerinage. En 1297, le chroniqueur Ricobaldo de Ferme, en se référant à la période de Frédéric II, peut écrire : nobilium locupletum erat gloria turres habere, quo tempore urbes Italiae multis turribus inclytae visebantur. (R.I.S., éd L.A. Muratori Milan, 1726, t. IX, col. 128).

18 Voir notamment O. Guyotjeannin, « L’onomastique émilienne (XIe-milieu XIIIe siècle). Le cas de Reggio/Emilia d’après le fonds de S. Prospero », MEFR, 106 (1994), p. 381-446. Nous avons relevé les mêmes notations pour le XIIe siècle, dans le fonds de l’Archivio Capitolare de S. Antonino à Plaisance, que nous n’avons encore pu totalement analyser.

19 H. Keller, Signori e vassalli nell'Italia dette città (secoli XI-XII), Turin, UTET, 1995, trad. ital. de Adelsherrchaft und städtische Gesellschaft in Oberitalien, 9. bis 12. Jahrhundert, Tubingen, 1979 ; F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Age. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Rome, 1993 (Bibliothèque des Ecoles françaises d'Athènes et de Rome, 281).

20 Iohannis Codagnelli Annales placentini, éd. O. Holder-Egger, Hanovre-Leipzig, 1901, p. 1-3 (Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum ex M.G.H. separatim editi).

21 P.M. Campi, Dell’istoria ecclesiastica di Piacenza, 3 vol., Plaisance, 1651-1662, t. 1, p. 516.

22 Arnolfo, qui écrit vers 1075, n’utilise pas encore le terme capitaneus, mais celui de miles pour désigner ceux qui sont les habitants les plus importants de la ville (II, 18 ; ΙII, 17), alors que Landolfo senior se sert de l’appellation de capitaneus. Pour l’usage de miles et sa diffusion en Italie, cf. G. Duby, « La diffusion du titre chevaleresque sur le versant méditerranéen de la Chrétienté latine », dans P. Contamine (sous la direction de), La noblesse au Moyen Age, XIe-XVe siècle. Essais à la mémoire de R. Boutruche, Paris, 1976, p. 39-70.

23 H. Keller, Signori e vassalli, op. cit. (n. 19), p. 6-30.

24 Ordo doit être entendu comme désignant un groupe social défini. Ce sens dérive aussi bien des chroniqueurs, de la lettre d’Oberto de Orto à son fils Anselmo, citée dans les Constitutiones feudorum que des traités des feudistes lombards : cf. H. Keller, Signori e vassalli, op.c it. (n. 19), p. 25. Ce même auteur a parfaitement vu que le terme de capitaneus figure pour la première fois dans un document milanais de 1067 (p. 7), pour suppléer celui de miles, plus ancien. F. Menant, op. cit. (n. 19), p. 664-66, parle d’une société d’ordres à partir de l’édit de 1037, dans laquelle se distinguent les milites des rustici. Sur la constitution des fiefs de 1037, voir la mise au point de F. Menant, op. cit. (n. 19), p. 594-601.

25 Salimbene, par exemple, ne cite guère pour le XIIIe siècle dans la région de Parme que trois cas d’adoubement. Quant aux actes notariés, il ne nous a pas été donné de trouver un seul cas d’adoubement à Plaisance tant pour le XIIe que pour le XIIIe siècle. Les notaires, en revanche, enregistrent les entrées en vassalité de milites, ce qui transparaît dans les recherches pour le nord de l’Italie de H. Keller, F. Menant et P. Racine.

26 R .I.S., V, 3, p. 30, milites et cives in atrio ecclesie jurantfacere guerram Cremonis.

27 Gli atti del Comune di Milano fino all’anno MCCXVI, éd. C. Manaresi, Milan, 1919, à la date du 4 juillet 1167.

28 Ottonis episcopi Frisingensis et Ragewini Gesta Friderici, éd. F.J. Schmahle, Darmstadt, 1965 (Ausgewâhlte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, 17), p. 308-311.

29 C’est ce qu’a fort bien mis en lumière F. Menant, rendant compte du livre de H. Keller en 1983, en parlant de Formation et mutations d’une société d’ordres : « La société d’ordres en Lombardie. A propos d’un livre récent », CCM, 26 (1983), p. 227-237.

30 H. Keller, Signori e vassalli, op. cit. (n. 19), p. 35, note 73, assimile miles et eques. Il s’est expliqué sur ses positions noblesse-chevalerie dans deux essais : « Der Übergang zur Kommune. Zur Entwicklung der italienischen Stadtverfassung im 11. Jahrhundert », dans B. Distelkamp (sous la direction de), Beitràge zum hochmittelalterlichen Städtewesen, Cologne-Vienne, 1982 (Stadteforschung. Veröffentlichungen des Instituts für vergleichende Stâdtegeschichte in Münster. Reihe A11), p. 55-72 et « Adel, Rittertum und Ritterstand nach italienischen Zeugnissen des 11-14. Jahrhunderts », dans S. Fenske, W. Rôsener, T. Zotz (sous la direction de), Institutionen, Kultur und Gesellschaft im Mittelcdter. Festschrift für J. Fleckenstein zu seinem Geburtstag, Sigma-ringen, 1984, p. 581-608.

31 S. Gasparri, I « milites » cittadini : studi sulla cavcdleria in Italia, Rome, Istituto storico italiano per il Medioevo, 1992 (Nuovi studi storici, 19).

32 Cet aspect des jeux équestres a été bien mis en relief par S. Gasparri, I « milites » cittadini, op. cit. (n. 31), p. 17-54. Voir également à ce sujet : T. Szabo, « Das Turnier in Italien », dans J. Fleckenstein (sous la direction de), Das Turnier im Mittelalter, Göttingen, 1985, p. 344-370. L’auteur a cru que l’absence du terme turnementum dans les chroniques urbaines entre 1158 et 1328 pouvait s’expliquer par le fait que les Communes italiennes étaient engagées dans un processus d’embourgeoisement. C’est oublier que dans toutes les Communes sont largement présents les nobles rassemblés en majeure partie dans le Nord au sein des societates militum. Si la thèse de P. Jones, « Economie e sociétà nell’Italia medievale : il mito della borghesia », dans Storia d’Italia. Annali, 1, Turin, 1978, p. 185-372 [rééd. « Economia e sociétà nell’Italia medievale », dans Storia d’Italia, Turin, 1980, p. 3-189], souligne bien l’aspect « aristocratique » de la vie des Communes italiennes, elle n’en a pas moins été l’objet de critiques, tant de S. Gasparri, I « milites » cittadini, op. cit. (n. 31), p. 9 que de P. Cammarosano, Tradizione documentaria e storia cittadina. Introduzione al « Caleffo vecchio » del Comune di Siena, Sienne, 1988, qui tous deux lui reprochent une « théorisation » excessive. Pour une documentation au sujet des tournois, cf. L.A. Muratori, « De spectaculis et ludis publicis Italiae medii aevi », dans Antiquitates Italiae Medii Aevi, Milan, 1739, diss. 29.

33 Nous devons cette information é la Dott. Luisa Castellani, que nous remercions.

34 Sur la pénétration de cette littérature en Italie, voir l’introduction de V. de Bartholomeis, Poesie provenzali storiche relative all’Italia, Rome, 1931 (Fonti per la Storia d’Italia, 71) et A. Barbero, « La corte dei marchesi di Monferrato allo specchio della poesia trobadorica : ambizioni signorili e ideologia cavalleresca tra ΧII e ΧΙII secolo », Bolletttino storico bibliografico subalpino, 81 (1983), p. 641-703.

35 H. Keller, Signori e vassalli, op. cit. (n. 19), p. 1-6.

36 Si H. Keller assimile comme synonymes miles et eques, il n’en reste pas moins qu’à la fin du XIIe siècle des individus sont désignés comme equites, qui, eux, ne font pas partie de l’ordo militum. Otton de Freising s’étonnait déjà de voir « des artisans exerçant de méprisables métiers mécaniques ceindre le baudrier de chevalier ». Voir à ce sujet les deux études de G. Tabacco : « Nobiltà e potere ad Arezzo in età comunale », Studi Medievali, s. ΙII, a. 15 (1974), p. 1-24 et « Nobili e cavalieri.... », op. cit. (n. 4). En 1330, Opicinus de Canistris a pu écrire pour Pavie : Sunt etiam in civitate quedam progenies, que dicuntur de sanguine militari, quedam vero de sanguine popolari ; rarissime tamen ex habitu discemuntur.

37 H. Keller, « Militia. Vasalität und frühes Rittertum im Spiegel oberitalienischer milesBelege des 10. und 11. Jahrhunderts », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 62 (1982), p. 39-118. L’auteur montre comment s’est préparée et se réalise à la fin du XIe siècle la fracture entre les milites et le reste de la population en Lombardie. Il rappelle par ailleurs, dans son article « Adel, Rittertum und Ritterstand », op. cit.(n. 30), que la noblesse acquise par la chevalerie ne peut se perdre, en reprenant un article des Statuts de Vérone de 1228, cité par A. Pertile, Storiadel diritto italiano, Rome, 1894, t. 3, p. 145 : quamvis propter paupertatem equos et militaria arma non tenuerint.

38 Sur la formation des factions au sein des Communes italiennes, cf. J. Heers, Les partis et al vie politique dans l’Occident médiéval, Paris, 1981, p. 15-132.

39 Iohannis Codagnelli Annales placentini, op. cit. (n. 20) : sous l’année 1218, le chroniqueur écrit : populus et nobiles civitatis Placentie viri qui cum eo erant societatem insimul sacramentis contraxere et coroborare à propos de la seditio survenue alors inter populum.... et consules et eorum seguaces. L’arbitrage crémonais de 1222 distingue clairement à Plaisance milites Placentie et illi qui ad milites attendunt (habeant et habere debeant medietatem honorum et officiorum civitatis Placentie et duas partes de ambaxatis sive de ambaxatoribus) et populus Placentie et illi milites qui ad populum attendunt (habeant et habere debeant aliam medietatem) : I Registri dei cardinali Ugolino d’Ostia e Ottaviano degli Ubaldini, éd. G. Levi, Rome, 1890, p. 55. L’accord intervenu est juré par les parties à Plaisance : Iohannis Codagnelli Annales placentini, op. cit. (n. 20), p. 72.

40 Sur Sicard de Crémone, cf. l’article de C. Lefebvre dans Dictionnaire de droit canonique, Paris, 1958, t. 7, col. 1008-1011. D. Waley, Les républiques médiévales italiennes, Paris, 1969, p. 171 rappelle que « par popolo, disait l’évêque de Crémone en 1210, alors qu’il cherche à régler un différend, j’entends le popolo à l’exclusion de ces grandes familles qui sont membres du popolo, tout en étant comptées parmi les chevaliers » (éd. angl., Londres, 1988, p. 120). Voir l’accord en date du 11 mars 1210, en régeste, dans L. Astegiano, Codice diplomatico cremonese, 2 vol., Turin, 1895-1898 (Historiae Patriae Monumenta, s. II, 21-22), t. 1, p. 215, no 111.

41 Les conflits milites-popolo permettent un partage des charges communales comme le montre l’accord crémonais de 1210 ou celui de 1222 pour les troubles survenus à Plaisance.

42 L. Frati, Statuti di Bologna dall’anno 1245 all'anno 1267, Bologne, 1869 (Monumenti storici pertinenti alle provincie della Romagna), t. 1, p. 471, art. 8 et 9. Voir à ce sujet les commentaires de G. Tabacco, « Nobili e cavalieri », op. cit. (n. 36), p. 43-45, de H. Keller, « Adel, Rittertum und Ritterstand », op. cit. (n. 30) et de S. Gasparri, I « milites » cittadini, op. cit. (n. 31), p. 114-116.

43 Sur cette exclusion, cf. S. Gasparri, I « milites » cittadini, op. cit. (n. 36), p. 126-131.

44 G. Fasoli, « Ricerche sulla legislazione antimangatizia nei Comuni dell’alta e media Italia », Rivista di storia del diritto italiano, 40 (1939), p. 86-133 et 240-309.

45 C’est ce que souligne pour Florence C. Lansing, The Florentine magnates. Lineage and Faction in a medieval Commune, Princeton, 1991.

46 C’est en ce sens qu’il faut comprendre la formation de la societas militum dans les Communes italiennes, qui correspond à une tentative de fermeture de l’ordo militum face à la poussée de nouvelles couches sociales enrichies par l’essor économique.

47 B. Castiglione, Le livre du Courtisan, trad. A. Pons, Paris, 1987.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - Cathédrale de Modène. La Ghirlandina. Roland sonnant du cor [cliché de l'auteur].
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 2 - Cathédrale de Modène. La Ghirlandina. Roland porte glaive [cliché de l'auteur].
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Figure 3 - Cathédrale de Modène. La Ghirlandina. Scène d’accordailles [cliché de l'auteur].
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Figure 4 - Cathédrale de Modène. Archivolte du portail de la Pescheria [cliché de l'auteur].
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/34273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540